Que dire à la famille?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Que dire à la famille?"

Transcription

1 Que dire à la famille? Il est mort! Le sang ne circule plus dans le cerveau Le cerveau est irrémédiablement détruit. Le thorax se soulève car il est sous ventilation mécanique; quand on le débranche du ventilateur il ne respire pas spontanément. Le cœur bat car son sang est oxygéné et un médicament pour soutenir le cœur lui est administré. Dans la mort encéphalique «le mort» a toute l apparence du vivant! Entretien avec les proches en vue d un don d organes et de tissus Réanimateur Les lois relatives à la bioéthique Don d organes et de tissus Législation Les lois de bioéthique Lois de bioéthique 1994 : principes fondamentaux et création de l Etablissement français des Greffes 2004 : création de l Agence de la Biomédecine 2011: révision des lois de bioéthique Principes fondamentaux Consentement Gratuité Anonymat Respect de la personne humaine 1

2 Agence de la Biomédecine Etablissement public national placé sous la tutelle du ministre de la santé Compétente dans les domaines de la greffe, de la reproduction, de l embryologie et de la génétique humaine. Saint Denis La Plaine Marseille Hôpital Salvator Missions de l Agence Gestion de la liste nationale des malades en attente de greffe ; Gestion du registre national des refus au prélèvement (RNR); Elaboration des règles de répartition des organes ; Coordination des prélèvements d organes, répartition et attribution des greffons en France et à l international ; Evaluation des activités de prélèvement et de greffe ; Organisation des comités d experts autorisant le prélèvement sur donneur vivant ; Développement de l information sur le don, le prélèvement et la greffe d organes, de tissus et de cellules. Grand public Personnels de santé Principes fondamentaux 1. Consentement 2. Gratuité : «non patrimonialité du corps» 3. Anonymat : receveur donneur 4. Respect de la personne humaine Consentement Consentement présumé «Si je n ai pas explicitement exprimé un refus c est que je suis consentant au don d organes» France, Espagne, Italie, Autriche Registre des refus Consentement explicite «Si je n ai pas explicitement consenti au don d organes c est que je m y oppose» Pays anglo-saxons : donneur décédé et vivant En France : s applique au donneur vivant Registre des donneurs de moelle osseuse Don d organe (rein, foie) de son vivant 2

3 Consentement présumé Art. L (Lois de Bioéthique de 2004) «Ce prélèvement peut être pratiqué dès lors que la personne n a pas fait connaître, de son vivant, son refus d un tel prélèvement. Ce refus peut être exprimé par tout moyen, notamment par l inscription sur un registre national automatisé prévu à cet effet. Il est révocable à tout moment.» «Si le médecin n a pas directement connaissance de la volonté du défunt, il doit s efforcer de recueillir auprès des proches l opposition au don d organes éventuellement exprimée de son vivant par le défunt, par tout moyen, et il les informe de la finalité des prélèvements envisagés.» «Les proches sont informés de leur droit à connaître les prélèvements effectués». Consentement présumé Je suis présumé consentant.sauf si j ai manifesté mon opposition de mon vivant. Comment? : En m inscrivant sur le R.N.R ET/OU En informant de ma position mes proches qui en témoigneront le moment venu. Registre National des Refus Inscription dès l âge de 13 ans Remplir un formulaire Envoyer à l adresse indiquée Joindre une copie de sa carte d identité. Joindre une enveloppe timbrée Agence de la biomédecine Registre national des refus au prélèvement TSA SAINT DENIS LA PLAINE CEDEX Inscription au R.N.R Je m oppose à tout don de mon corps après ma mort pour : Soigner les malades (greffes) Aider la recherche scientifique Pour rechercher les causes médicales du décès* Le R.N.R. est consulté par Fax Auprès de l Agence de la Biomédecine Par la Coordination (délégation du Directeur d établissement) Après établissement du Procès verbal de décès A priori avant l entretien avec les proches En cas d inscription au RNR Aucune démarche n est entreprise en vue d un don * Nul ne peut s opposer à une autopsie judiciaire 3

4 Comment exprimer son refus? Aucune valeur légale S inscrire au Registre National des Refus Le dire à ses proches qui en témoigneront Facilite l approche des familles Mineurs et majeurs sous tutelle Art. L Si la personne décédée était un mineur ou un majeur sous tutelle, le prélèvement à l'une ou plusieurs des fins mentionnées à l'article L ne peut avoir lieu qu'à la condition que chacun des titulaires de l'autorité parentale ou le tuteur y consente par écrit. «Toutefois, en cas d'impossibilité de consulter l'un des titulaires de l'autorité parentale, le prélèvement peut avoir lieu à condition que l'autre titulaire y consente par écrit.» ANONYMAT Article 16-8 du Code Civil Aucune information permettant d'identifier à la fois celui qui a fait don d'un élément ou d'un produit de son corps et celui qui l'a reçu ne peut être divulguée. Le donneur ne peut connaître l'identité du receveur ni le receveur celle du donneur. En cas de nécessité thérapeutique, seuls les médecins du donneur et du receveur peuvent avoir accès aux informations permettant l'identification de ceux-ci. Possibilité pour les proches du donneur d être informés du devenir des greffés Possibilité pour les receveurs d exprimer leur gratitude dans un courrier 4

5 Pourquoi l anonymat? Dans les établissements de santé titulaires de l'autorisation mentionnée à l'article L , il est créé un lieu de mémoire destiné à l'expression de la reconnaissance aux donneurs d'éléments de leur corps en vue de greffe. Receveur Lui permettre de plus facilement intégrer l organe greffé Prévenir tout sentiment de culpabilité Famille et proches du donneur Faciliter le processus de deuil Corollaire de la gratuité du don Garantie contre le risque d échanges marchands Impératif : assurer la traçabilité et la sécurité sanitaire (N CRISTAL) Première greffe du visage en 2005 à Amiens : Isabelle Dinoire Gratuité Toute rémunération en contrepartie du don d organes est interdite. Prévenir le risque de trafics d organes Greffe à l étranger de ressortissants français Proposition de loi La publicité pour le don d organes est interdite 8 mois plus tard 5

6 Est-on le propriétaire de son corps? Trafic d organes Coordination hospitalière - AP-HM Propriété et dignité du corps humain Est-on le propriétaire de son corps? Le lancer de nains est interdit! «Se dégradant lui même, l'individu dégrade par là même l'idée d'homme, d'humanité qu'il incarne et représente malgré tout» (Pr POUGHON ) Le cadavre n est pas une chose Indisponibilité du corps humain et non patrimonialité «Il n'y a que les choses qui sont dans le commerce qui puissent être l'objet de conventions» Pr Poughon Loi n du 29 juillet 1994 relative au respect du corps humain Art Chacun a droit au respect de son corps. Le corps humain est inviolable. Le corps humain, ses éléments et ses produits ne peuvent faire l objet d un droit patrimonial. Article L Les médecins ayant procédé à un prélèvement ou à une autopsie médicale sur une personne décédée sont tenus de s'assurer de la meilleure restauration possible du corps. Coordination hospitalière - AP-HM

7 Quand? Entretien avec les proches Avant le constat du décès Après le constat du décès Qui? Médecin en charge du donneur Coordinateur/trice Autres intervenants? Où? Quand aborder la question du don d organes? Avant la confirmation du décès Approche «anticipée» En cas d évolution probable vers la ME Si la famille aborde le sujet Après la confirmation du décès Annonce de la mort par le médecin Compréhension du décès neurologique Information sur le don d organes Qui réalise l entretien? Le médecin en charge du donneur Seul: a priori ce n est pas recommandé Le binôme «médecin-coordinateur» Recommandations de l ABM Autres intervenants Psychologue Représentant du culte Mort encéphalique et religion Eglise catholique En 2000, Jean-Paul II, lors du discours prononcé au 18e Congrès de l International Transplantation Society, a officiellement déclaré que la détermination de la mort cérébrale était compatible avec les croyances catholiques et leur enseignement. le critère adopté récemment pour déclarer avec certitude la mort, à savoir la cessation totale et irréversible de toute activité cérébrale (dans le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral) s il est appliqué rigoureusement, ne semble pas en conflit avec les éléments essentiels d une anthropologie sérieuse Judaïsme Débats rabbiniques Islam Opposition initiale Position favorable émise en 1986 par le Conseil de l'académie de jurisprudence islamique. Reconnaissance d un pluralisme dans les critères applicables au diagnostic de la mort : Japon 7

8 Recommandations Le consentement présumé Recueil de la position du défunt auprès des proches Local d accueil Disponibilité : téléphone, boissons, mouchoirs Entretien doit être préparé Connaissance du dossier, répartition des rôles Informationsur le don d organes et de tissus Laisser du temps+++ Empathie A votre connaissance, Mr était-il opposé au DON d organes et de tissus? France Taux d opposition 33 % Nous ne savons pas Il Il était opposé pour!! Il n en a jamais parlé L IDE de réanimation et la famille du donneur L IDE peut être sollicité(e) par la famille pour des informations sur : La mort «encéphalique» : réanimateur Le prélèvement multiorganes Pourquoi ces examens? Quand va-t-il au bloc? Combien de temps cela va-t-il durer? Pour l information sur la procédure de don d organe : IDE Coordinateur/trice 8

9 L IDE de réanimation et le don d organes et de tissus Une épreuve pour le personnel soignant Savoir où l on en est soi même vis-à-vis de la mort encéphalique et du don d organes Une charge de soins dont on ne perçoit pas immédiatement la justification Prise en charge du donneur en réanimation Conséquences de la mort encéphalique Préservation des grandes fonctions Evaluation du donneur et des organes Conséquences de la mort encéphalique Cardiovasculaires Pulmonaires Endocriniennes Coagulation Conséquences de la mort encéphalique Hémodynamiques Poussées hypertensives : «Orage sympathique» Hypotension++ : perte du tonus sympathique Catécholamines : Noradrénaline Solutés de remplissage Pulmonaires Œdème pulmonaire «neurogénique» Hypoxie : optimisation de la ventilation Prévention de la surinfection pulmonaire 9

10 Régulation de la réabsorption d eau par le rein Diabète Insipide Hypothalamus Hypothalamus Vasopressine ou hormone Antidiurétique(ADH) Vasopressine ou hormone Antidiurétique(ADH) Hypophyse Hypophyse Administration de Minirin Conséquences de la mort encéphalique Diabète insipide : déficit en ADH Polyurie hypotension / troubles ioniques+++ Autres déficits hormonaux Cortisol HSHC Déséquilibres métaboliques Hyperglycémie insuline SE Troubles ioniques Hypernatrémie solutés hypotoniques Prise en charge du donneur en mort encéphalique Objectifs Normothermie: T C Stabilité hémodynamique PAM : mmhg Diurèse : 1 1,5 ml/min Normoxique normocapnique Optimiser : VT FR FiO2 PEP Equilibre ionique et glycémique Prévention du risque infectieux Règles d asepsie Poursuite d une antibiothérapie Protection oculaire Couverture chauffante? Noradrénaline? Remplissage? Minirin? Modifier La FiO2? La PEP? La ventilation? 10

11 Evaluation du donneur potentiel De la qualité des soins dépend la qualité des greffons! Coordination AP-HM Peut-il être donneur? Quels organes et tissus peuvent être prélevés? Comment assurer la sécurité sanitaire? Contre-indications absolues Ne sont pas des contre-indications Antécédent de cancer Nature Ancienneté Hépatites B ou C Protocole dérogatoire Age? ans on peut prélever foie et reins Coordination AP-HM Coordination AP-HM 11

12 Poumon : un donneur potentiel? Femme de 69 ans Aucun antécédent respiratoire Absence d intoxication tabagique Sécrétions bronchiques «propres» Prélèvements bronchiques stériles Coordination AP-HM GAZOMETRIES ARTERIELLES FiO 2 40% 100% ph 7,35 7,36 PaCO 2 mmhg PaO 2 mmhg HCO 3 mmol/l SaO 2 99 % 99,5 % PEP cmh 2 O 4 4 Fibroscopie bronchique et prélèvements distaux Coordination AP-HM 12

13 «Old for old» Old-for-old new strategies for renal transplantation Nephrology, dialysis, transplantation 2007 Wolfgang Arns et coll. Assurer la sécurité sanitaire Sérologies HIV 1 et 2 Ag P24 HTLV 1 et 2 AcVHC Ag HBS AcAnti HBc AcAnti HBs CMV EBV TPHA VDRL Toxoplasmose Prélèvements bactériologiques ECBU Prélèvement bronchique Hémocultures aérobies et anaérobies Coordination AP-HM Prévention de la transmission d une infection bactérienne, virale et/ou parasitaire Evaluation des Organes Evaluation des Organes Radiographie Gazométrie artérielle Prélèvements bacterio TDM thoracique Fibroscopie bronchique Diurèse Créatininémie Protéinurie ECBU Echographie Coordination AP-HM Bilirubinémie Enzymes Facteurs de la coagulation Echographie Enzymes ECG Echocardiographie ETT/ETO Coronarographie Cœur : Fonction cardiaque anomalies? Hépatique : flèche hépatique - anomalies? Coordination AP-HM CARDIOLOGUE RADIOLOGUE Reins et foie : morphologie taille anomalies? 13

14 Organisation des prélèvements Coordination Service de Régulation et d Appui Coordination Attribution des organes Equipes de Transplantation Reins Gestion de la liste nationale des malades en attente de greffe Gestion du registre national des refus au prélèvement Elaboration des règles de répartition des organes Répartition et attribution des greffons en France et à l international S.R.A : Service de Régulation et d Appui (Marseille) P.N.R.G : Pôle national de répartition des greffons (Paris) Foie Cœur Poumons Autres Attribution des organes CH LA CONCEPTION Montpellier REFUS Pr LE TREUT Attribution des organes Super Urgence UROLOGIE CH LA CONCEPTION CHU de NICE 14

15 Transport de l Equipe parisienne Déroulement d un Prélèvement Aéroport ORLY Aéroport Marignane Diagnostic ME Entetien famille Sérologies Bilan prélevabilité Organisation du prélèvement BLOC OPERATOIRE Maintien des Fonctions vitales IBODE ANESTHESISTE Appel CH Coordination Hospitalière EQUIPES DE GREFFES ABM R.N.R ABM Propositions Prélèvement Multi-Organes CHU de Grenoble 15

16 Rapatriement de l Equipe parisienne Aéroport Marignane Aéroport ORLY Temps d ischémie 4h Tissus Etablissement français du sang Alpes- Méditerranée. 149, boulevard Baille/13392 Marseille Cedex 5 Que retenir? Mort encéphalique Principale cause : AVC (60%) Age moyen des donneurs 53 ans (25% ont plus de 65 ans) Diagnostic clinique et confirmation paraclinique Préservation des «grandes fonctions» Conditionne la qualité des greffons Contre-indications à un PMO sont rares Qualification du donneur et des organes Le donneur à «critères élargis» Evaluation organe par organe Sécurité sanitaire 16

17 Coordination hospitalière Familles Entretien en vue du recueil de la non opposition Information, soutien, aide aux démarches Réanimation Recueil des données : ATCD, résultats des examens Examens paracliniques: sérologies, HLA, TDM,... Elaboration du dossier CRISTAL ABM Organisation du PMOT Equipes chirurgicales Logistique : IBODE, ARE, Transport Prélèvement multiorganeset tissus IBODE, ARE, Chirurgiens Prise en charge des équipes Conditionnement des greffons, transport équipes et greffons Suivi Restitution du corps et réintégration Familles Le donneur décédé en arrêt cardiaque Possibilité de prélever certains organes (reins et foie) chez des personnes décédées par arrêt cardiaque Prélèvements d organes à cœur arrêté (DDAC) Témoin Dispositif automatisé de massage cardiaque externe Arrêt cardiaque Max 30 min RCP Min 30 min Décès Planche à masser Protection Prélèvement ALLO SECOURS REANIM BLOC Maximum 150 min 240 min Greffe 17

18 Dispositif de préservation des organes abdominaux Mise en place de la Circulation Régionale Normothermique (CRN) Ballonnet Oxygénateur à membranes 37 C Rechauffeur Pompe Life port : machine à perfuser un rein prélevé avant sa greffe Réseau de prélèvement OUEST PACA CORSE DU SUD Les chiffres de

19 Population Réseau Paca Est / Paca Ouest Aix-en-Provence Ajaccio Paca Est Briançon HAUTES ALPES AP-HM Paca Ouest Avignon Gap Gap Saint-Joseph Toulon Sisteron Orange Arles (tissus) Digne les bains VAUCLUSE Menton Carpentras ALPES DE HAUTE ALPES MARITIMES Avignon Apt PROVENCE Nice CHU Nice Tarascon Cavaillon Manosque St Laurent du Var Arles Pertuis Grasse Antibes BOUCHES DU RHONE VAR Cannes Salon de Provence Draguignan Aix en Pce Martigues Fréjus St Raphaël Marseille Brignoles Clinique Vert Coteau Hôpital Laveran Bastia Aubagne Hôpital Beauregard Hôpital St Joseph La Ciotat St-Tropez CHU CH En cours d autorisation Toulon Clinique Clairval Hyères Ets Publics non autorisés Clinique Résidence du Parc Ets Privés non autorisés Hôpital Ambroise Paré Ste Anne Ets Privés autorisés Hôpital Paul Desbief Clinique Casamance Clinique des Fleurs CH Inter Armées Ajaccio AP-HM 51 Evolution de l'activité PMO de 2006 à Chiffres de Aix-en- Ajaccio Avignon Gap St Joseph Toulon Provence Coordination AP-HM 27 AP-HM : activité de greffe par organe de 2006 à Cœurs Cœur-poumons Poumons Foies Reins 116 Donneur vivant d organes Que peut-on donner? Un organe double : le rein Un morceau d organe : lobe du foie Qui peut donner? La loi protège le donneur Principes à respecter Consentement libre et éclairé Gratuité Coordination AP-HM 19

20 Mme Renard et son fils Marius Nuit du 24 décembre 1952 Greffe rénale à partir d un donneur vivant Avantages Délai d attente réduit (greffe pré-emptive) Intervention programmée Qualité du greffon Temps d ischémie court Meilleurs résultats Limite la pénurie en greffons Décès 21 jours plus tard Qui peut donner? «Le prélèvement d'organes sur une personne vivante, qui en fait le don, ne peut être opéré que dans l'intérêt thérapeutique direct d'un receveur» (Art L1231 1). Le donneur doit avoir la qualité de père ou mère du receveur. Sont exclus comme donneurs d organes Mineurs Majeurs faisant l objet d une protection légale Qui peut donner? A titre dérogatoire peuvent être autorisés à se prêter à un prélèvement d organe dans l intérêt thérapeutique direct d un receveur : Le conjoint, le fils ou la fille, le frère ou la sœur, les grands-parents, les oncles, les tantes, les cousins germains et cousines germaines du receveur, le conjoint du père ou de la mère, toute personne pouvant justifier de deux années de vie commune avec le receveur. 20

21 Qui peut donner? Qui peut donner en 2011? Depuis juillet 2011 Toute personne pouvant apporter la preuve d'un lien affectif étroit et stable depuis au moins deux ans avec le receveur. Un donneur anonyme dans le cadre d un don croisé. En cas d incompatibilité entre le receveur et son donneur. Le donneur A de Marseille doit être compatible avec le receveur B de Lille, et le donneur B de Lille avec le receveur A de Marseille. Elargissement du cercle des donneurs Père, mère, (36% des cas parent pour enfant) conjoint, (26% des cas) fils ou la fille, frère ou la sœur, (33% des cas entre frères ou sœurs) grands-parents, oncles, les tantes, cousins germains et cousines germaines du receveur, le conjoint du père ou de la mère, toute personne pouvant justifier de deux années de vie commune avec le receveur, toute personne en mesure de prouver l existence d un lien affectif étroit et stable depuis au moins deux ans avec le receveur, Le don croisé ENTRE CONJOINTS ENTRE FRERE ET SOEUR L histoire de notre greffe Richard Berry pour sa sœur Marie Berry Marie Berry a reçu un rein de sa mère, greffe qui a duré 33 ans, puis après un rejet, un rein de son frère l acteur Richard Berry. 21

22 Information du donneur Risques Périopératoires : morbi-mortalité A distance? Possibilité d échec de la greffe Information donneur et receveur Comité d'experts Cinq membres Trois médecins, un psychologue et une personne qualifiée en sciences humaines et sociales. S assure de la Validité de l indication Compréhension de l information Absence de pression «Les décisions prises par le comité ne sont pas motivées.» Père et mère : Donneurs de «droit» (l autorisation du don par le comité d experts n est, en principe, pas requise, sauf avis contraire du magistrat ) Autorisation Opposition TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE Consentement libre et éclairé Informé des risques du prélèvement Le consentement doit être exprimé devant un juge du Tribunal de grande instance, afin de s'affranchir d'une quelconque pression familiale, et il est révocable à n'importe quel moment. Neutralité financière Don gratuit, mais financièrement neutre pour le donneur. Prise en charge par les établissements de santé préleveurs des frais de: Transport Hébergement hors hospitalisation Prélèvement Suivi médical Perte de revenu 22

23 Maintenant que vous savez que vous pouvez développer une hypertension, une insuffisance rénale, mourir, que la greffe peut se solder par un échec, que votre patron peut prendre prétexte de votre absence pour vous licencier êtes vous toujours d accord pour donner un rein à votre mari dont je suis la maîtresse! Des organes ne peuvent être prélevés chez une personne déclarée décédée que si le décès résulte d un état de mort encéphalique à cœur battant. FAUX La principale cause de mort encéphalique est le traumatisme crânien FAUX Lorsque le défunt est porteur d une Carte de donneur attestant son souhait de donner ses organes en vue de greffe après sa mort la famille peut s opposer à un prélèvement d organes. VRAI En France, pour exprimer son opposition à tout prélèvement d organes et de tissus après sa mort on peut s inscrire sur un registre national des refus dès l âge de 13 ans. VRAI En France, le taux d opposition à tout prélèvement d organes et de tissus est de 30% VRAI Les organes peuvent être prélevés chez un donneur ayant un antécédent d hépatite B. VRAI Un antécédent de cancer selon sa nature et son ancienneté n est pas une contre-indication absolue à tout prélèvement d organes. VRAI Le foie et les reins peuvent être prélevés en vue de greffes chez un donneur en état de mort encéphalique âgé de plus de 70 ans. VRAI Les cornées peuvent être prélevées chez un sujet âgé de plus de 80 ans. VRAI Un greffé peut adresser anonymement un courrier à la famille du donneur pour exprimer sa gratitude. VRAI En France, c est l Agence de la Biomédecine qui gère les listes des patients en attentes de greffe d organes et qui attribue les organes aux équipes de transplantation. VRAI En France, 15 % des greffes rénales sont réalisées à partir d un donneur vivant. FAUX En France, une personne majeure peut donner de son vivant un de ses reins à un autre adulte avec lequel il n a aucun lien de parenté. VRAI Dans le cadre d un don de rein de son vivant, l hôpital où a lieu le prélèvement est tenu de compenser financièrement une éventuelle perte de salaire subie par le donneur. VRAI Tout médecin traitant qui suit un patient âgé de 16 à 25 ans doit s'assurer que celui-ci a connaissance de la possibilité du don d'organes à fins de greffe. VRAI 23

24 Comment sensibiliser au don d organes et de tissus? Luxembourg 24

25 16/02/2015 Fill out your card, it s your only chance to get inside them! 25

26 Je vous remercie de votre attention Dr. Jean-Christian COLAVOLPE Coordination des prélèvements d organes et de tissus AP-HM 26

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES.

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. LE GUIDE POUR TOUT COMPRENDRE En collaboration avec les hôpitaux et les associations

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS Docteur Renaud Gruat Activité de greffe en France Origine des greffons Donneur Vivant Organes «doubles» Rein/ Foie/Pm Tissus Résidus op Peau/ os Cellules souches

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

ET SI ON EN PARLAIT?

ET SI ON EN PARLAIT? le guide en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? PEUT-ON DONNER DE SON VIVANT? A QUI FAIRE CONNAÎTRE SA DÉCISION? Quels organes peut-on donner? OUI LA GREFFE D ORGANES SAUVE DES VIES! Dire son choix

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Donner ses organes : comment s y prendre?

Donner ses organes : comment s y prendre? 01 Dire son choix sur le don d organes et connaître celui de ses proches, c est se donner toutes les chances de respecter la volonté de chacun. La greffe d organes sauve des vies La greffe d organes est

Plus en détail

LE GUIDE. Plus d information sur le don d organes et la greffe : www.dondorganes.fr L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE

LE GUIDE. Plus d information sur le don d organes et la greffe : www.dondorganes.fr L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE LE GUIDE L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE L Agence de la biomédecine est une agence publique nationale de l État créée par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus Le don d organes et de tissus Information du public GENERALITES Le don d organes et la greffe représentent une priorité de santé publique.

Plus en détail

Osons en parler, parlons en!

Osons en parler, parlons en! Le Don d Organes d et de Tissus : Osons en parler, parlons en! Dr Patrick JAMBOU Médecin coordonnateur des prélèvements CHU de Nice et réseau PACA-Est / Haute-Corse Jocelyne HENSELER Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Bilan d application de la loi de bioéthique du 6 août 2004. Rapport à la Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Bilan d application de la loi de bioéthique du 6 août 2004. Rapport à la Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Bilan d application de la loi de bioéthique du 6 août 2004 Rapport à la Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Octobre 2008 Bilan d application de la loi de bioéthique

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

«Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL

«Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL Centre Hospitalier Henri-Mondor - Aurillac «Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL En 2006 en France, plus de 12 000 patients avaient besoin d une greffe d organe pour vivre ou simplement

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy 1- Analyse globale première année 2- Activité sur les 30 premiers mois D. Dorez, M Muller,

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer PO 3.2.2 version n 1 page1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique Procédure de recueil de consentements du donneur Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer Date d application : 1/12/2007

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

LA CHAINE DU PRELEVEMENT

LA CHAINE DU PRELEVEMENT LA CHAINE DU PRELEVEMENT et de la greffe Prélèvements et greffes Une volonté collective de qualité La pratique des prélèvements et des greffes représente pour un établissement de santé une mission exigeante.

Plus en détail

Ci-dessous, un document émanant de l'agence de BioMédecine, exposant le texte de la loi adoptée en 2011 et les modifications apportées au texte

Ci-dessous, un document émanant de l'agence de BioMédecine, exposant le texte de la loi adoptée en 2011 et les modifications apportées au texte Ci-dessous, un document émanant de l'agence de BioMédecine, exposant le texte de la loi adoptée en 2011 et les modifications apportées au texte antérieur. CSP Loi de bioéthique 6 août 2004 EXAMENS DES

Plus en détail

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?...

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... François MOUREY Corinne ANTOINE et le COPIL Maastricht 3 Agence de la biomédecine Les jeudis de l urgence: Marseille 9 janvier

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Don de moelle osseuse

Don de moelle osseuse Don de moelle osseuse c est ma chance vous! Agence relevant du ministère de la santé Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de

Plus en détail

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 FINANCEMENT DES MISSIONS DE RECUEIL D INFORMATIONS RELATIVES AUX ACTIVITES DE GREFFE D ORGANES ET DE CSH NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 L Agence de la biomédecine (Abm) a pour mission de suivre et d

Plus en détail

OIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus

OIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus UN CHOIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus DEPLIANT-SCELTA-IN-COMUNE-FRANCESE.indd 1 27/04/15 15:49 INFORME TOI, DÉCIDE ET SIGNE À PARTIR D AUJOURD HUI, S EXPRIMER

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Qu est ce que le sang de cordon? Le sang de cordon (ou sang placentaire)

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur?

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur? Bon nombre de personnes au Nouveau-Brunswick attendent le moment où on leur apprendra qu on a enfin trouvé les organes qui leur permettront de reprendre une vie normale et active. Bien d autres attendent

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2011 Sommaire

RAPPORT D ACTIVITE 2011 Sommaire RAPPORT D ACTIVITE 2011 Sommaire LES CHIFFRES CLES 2011 REGIONAUX LES CHIFFRES CLES ALPES DE HAUTE PROVENCE LES CHIFFRES CLES HAUTES ALPES LES CHIFFRES CLES ALPES MARITIMES LES CHIFFRES CLES BOUCHES DU

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS!

LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS! LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS! I. JE M INFORME 1. Qu est-ce qu une greffe? 2. Quels sont les tissus et les organes que l on greffe? 3. Qui peut greffer? 4. Chacun peut-il être donneur? 5. Pourquoi

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm. Le don dans les pratiques médicales: Symbolique du don et exemple du don d organe Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.fr

Plus en détail

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

JORF n 263 du 10 novembre 1996

JORF n 263 du 10 novembre 1996 JORF n 263 du 10 novembre 1996 ARRETE Arrêté du 6 novembre 1996 portant homologation des règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur une personne décédée en vue de transplantation

Plus en détail

Les droits des proches de la personne malade

Les droits des proches de la personne malade R S L S Les droits des proches de la personne malade Dr. R. Mislawski Médecin coordonnateur, Docteur en droit Sommaire Qu est-ce qu un proche? 1 Le proche peut-il être informé de la santé du patient? 1

Plus en détail

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES Marc STERN Groupe de Transplantation Pulmonaire Hôpital Foch Aucun conflit d intérêt à déclarer Le greffon pulmonaire Bien rare et insuffisant:

Plus en détail

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF Tél. : 04 42 21 06 22 Fax : 04 42 21 27 04 Mail : if.conseil@wanadoo.fr Site : www.ifconseil.eu Un partenariat Basé sur la lecture attentive

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Prélèvement d organe Santé publique Urgence vitale Circulaire de la DACS n 2007-02 du 4 avril 2007 relative aux conditions d intervention de l autorité judiciaire préalablement à la mise en œuvre de prélèvements,

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

Code de la santé publique. Partie législative. Première partie : Protection générale de la santé

Code de la santé publique. Partie législative. Première partie : Protection générale de la santé Code de la santé publique Partie législative Première partie : Protection générale de la santé Livre II : Don et utilisation des éléments et produits du corps humain Titre Ier : Principes généraux Chapitre

Plus en détail

Liste des opérateurs d accompagnement nacre en Région Provence Alpes Côte d Azur Cette liste a été mise à jour le 9 mars 2011.

Liste des opérateurs d accompagnement nacre en Région Provence Alpes Côte d Azur Cette liste a été mise à jour le 9 mars 2011. Liste des opérateurs d accompagnement nacre en Région Provence Alpes Côte d Azur Cette liste a été mise à jour le 9 mars 2011. Pour vous assurer que la liste ci-dessous des opérateurs d accompagnement

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 17 décembre 2007 N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 décembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Venue: Salle de Conférence Hôtel Gold Crest Quatre Bornes Jeudi 27 août à 14 heures 1 Miss How

Plus en détail

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe JMPG 26 Mars 2008 Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe Dr Nadine RIBET-REINHART DMS Pôle évaluation Dr Christian LAMOTTE SRA Grand Ouest Les sources du financement: Supplément

Plus en détail

Si mon cœur a moins de 70 ans

Si mon cœur a moins de 70 ans Si mon cœur a moins de 70 ans Deux infirmiers témoignent Sébastien Bodson IGSIU Jean-Noël Koch IGSIU, ECCP CHU de Liège 1 2 Organisation Ressources humaines Equipement Plateaux techniques Chirurgie cardio-vasculaire

Plus en détail

Etablissement français des Greffes

Etablissement français des Greffes PLAN DE FORMATION de l 2003 à l attention des personnels des Etablissements de Santé, des personnels des Banques de Tissus, des personnels des Unités de Cytaphérèse THEMES Prélèvements et greffes d'organes

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Les Mutuelles du Soleil

Les Mutuelles du Soleil Les Mutuelles du Soleil Présentation La force d un groupe à vos côtés Histoire d un grand groupe 2004 : Création du groupe Les Mutuelles du Soleil, héritier de 75 ans d expérience Issues de plusieurs fusions

Plus en détail

Carte de donneur d organes

Carte de donneur d organes Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch 316.728.f Carte de donneur d organes Déclaration pour ou contre le prélèvement d organes, de tissus et de cellules à des fins de transplantation Carte à

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et/ou de tissus. Avril 2010

Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et/ou de tissus. Avril 2010 Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et/ou de tissus Avril 2010 Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes

Plus en détail

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES Edito Dans le contexte budgétaire de plus en plus contraint auquel sont

Plus en détail

PERMANENCES MEDICALES DE GARDE OUVERTES 7JRS/7

PERMANENCES MEDICALES DE GARDE OUVERTES 7JRS/7 N U M E R O S U T I L E S Permanence médicale Réformés/Canebière (13001) Permanence médicale du Vieux Port Permanence Médicale Nationale Maison médicale de l'octroi Permanence Médicale de la Valentine

Plus en détail

Le prélèvement de moelle. osseuse. Agence relevant du ministère de la santé

Le prélèvement de moelle. osseuse. Agence relevant du ministère de la santé Le prélèvement de moelle osseuse Agence relevant du ministère de la santé Vous êtes compatible avec un patient qui a besoin d une greffe 1 Avant le prélèvement La date du prélèvement La date du prélèvement

Plus en détail

Plan canicule 2013. Organisation de la surveillance. Provence-Alpes-Côte-d Azur et Corse. Version du 02/05/2013

Plan canicule 2013. Organisation de la surveillance. Provence-Alpes-Côte-d Azur et Corse. Version du 02/05/2013 Cellule de l InVS en régions Paca et Corse Suivi du dossier : Florian Franke Tél. : 04 13 55 83 19 / Fax : 04 13 55 83 47 florian.franke@ars.sante.fr Plan canicule 2013 Organisation de la surveillance

Plus en détail

Le Parlement Jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 58 E LÉGISLATURE

Le Parlement Jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 58 E LÉGISLATURE Le Parlement Jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 58 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur le don d organes et de tissus suite à un décès neurologique Présenté par Mme Catherine Chartrand

Plus en détail

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Les principes généraux du droit d accès aux données de santé aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de

Plus en détail

Prévoyons.com. Le bulletin d information Prévoyance & Santé. des salariés du Groupe France Télécom À NOTER. N 20 Janvier 2009

Prévoyons.com. Le bulletin d information Prévoyance & Santé. des salariés du Groupe France Télécom À NOTER. N 20 Janvier 2009 N 20 Janvier 2009 Prévoyons.com Le bulletin d information Prévoyance & Santé des salariés du Groupe France Télécom ARRÊT DE TRAVAIL : 48 heures pour le déclarer! P. 2 OPALANCE : vos lunettes au meilleur

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES [ Contact presse ARS : Sarah Izza 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr ] 1 Communiqué Campagne régionale d information et de sensibilisation sur le don d organes à

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail