METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES"

Transcription

1 METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES Marc STERN Groupe de Transplantation Pulmonaire Hôpital Foch Aucun conflit d intérêt à déclarer

2 Le greffon pulmonaire Bien rare et insuffisant: origine de la pénurie

3 La pénurie 450 Décédés Transplantés Total inscrits EFG 2004

4 Les greffons: Une économie de bien rare Optimiser l utilisation des greffons pulmonaires proposés Augmenter le nombre de greffons pulmonaires disponibles

5 Optimiser les greffons proposés Meilleure utilisation des greffons TP au lieu de TCP Transplantation Lobaire bilatérale Ann Thorac Surg 1994;57: Bipartition Pulmonaire J Thorac Cardiovasc Surg 1997; 113:

6 Optimiser les greffons proposés Donneur optimal Donneur à critère élargis Age < 56 ans PO2/FiO2 > 400 mmhg Non Fumeur RX pulmonaire normale Pas d inhalation Age : ans PO2/FiO2 : mmhg RX pulmonaire anormale Fumeur

7 Optimiser les greffons proposés: Ex vivo reperfusion 1. Survie identique à 1 an après reconditionnement ex-vivo de greffons pulmonaires 2. Diminution des DPG grade 2 et 3

8 Accroitre les donneurs Donneur par Mort encéphalique Donneur vivant Donneur par arrêt cardiaque

9 L électrochoc ,7 TP pmh ,4 6 4,2 4,2 3,9 3,8 3,7 3,5 3, ,6 2,5 2,2 1,5 0 Autriche Belgique Lux Suisse Scandinavie Canada USA Australie/ NZ Espagne Moyenne Allemagne UK Pays Bas France

10 Donneur par mort encéphalique Recensement des ME Autorisation de prélèvement Proposition des poumons Prélèvement pulmonaire

11 Situation 2003

12 2003 : Augmenter les greffons disponibles Augmenter les propositions pulmonaires aux équipes Information des services de régulation et des coordinations locales Nouveaux critères de proposition : tout greffon si Donneur < 65 ans PaO 2 /FiO 2 > 250

13 Augmenter les greffons pulmonaires Propositions pulmonaires totales (+86%) (+168%)

14 TP réalisées en France (+123%) (+82%)

15 Comparaisons internationales (pmh) Transplantations Pulmonaires 2007 (pmp) ,7 TP pmh ,0 9,0 8,0 9,9 8,7 8 6,4 7,0 6,0 5,7 5,2 5,1 4,6 4,4 4,3 4,1 3,8 3,6 6 4,2 4,2 3,9 3,8 3,7 3,5 3,4 5,0 4,0 3, ,6 2,5 2,2 1,5 3,0 2,0 1,0 2,1 0 Autriche Belgique Lux Suisse Scandinavie Canada USA Australie/ NZ Espagne Moyenne Allemagne UK Pays Bas France 0,0 Autriche Belgique/Lux Canada USA Scandinavie Suisse Espagne Moyenne Pays Bas Australie/NZ France Allemagne UK

16 Accroitre les donneurs Donneur par Mort encéphalique Donneur vivant Donneur par arrêt cardiaque

17 A PARTIR DE DONNEURS VIVANTS Comparaison chez l'enfant : D. vivants - D. cadavériques Starnes VA. Los Angeles 1999 : 25 enfants Survie actuarielle à 2 ans EFR à 2 ans

18 Donneurs vivants UNOS: Donneurs vivants

19 Accroitre les donneurs Donneur par Mort encéphalique Donneur vivant Donneur par arrêt cardiaque

20 A PARTIR DE DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Historique 1963 JD Hardy (Jackson): Première TP humaine 1995 R Love (Madison): TP unilatérale/ donneur Classe III 2001 S Steen (Lund): TP unilatérale/ donneur Classe II 2004 A Varela (Madrid): TP bilatérale/ donneur Classe II

21 DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE TYPES Non contrôlés Classe I: Arrêt cardiaque extrahospitalier Classe II: Arrêt cardiaque après échec des manœuvres de ressuscitation Contrôlés Classe III: Arrêt des soins de réanimation Classe IV: Arrêt cardiaque chez patient en mort encéphalique

22 A PARTIR DE DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Situation mondiale Donneurs Classe III Donneurs Classe I ou II USA (>11 équipes) Madison, St Louis, Cleveland Canada (Toronto) Europe UK: Newcastle, Harefield, Manchester Belgique: Leuven Pays Bas: Groningen (Suède) Espagne Madrid, Santander, Australie (Melbourne, Sydney)

23 A PARTIR DE DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Situation en France Donneurs contrôlés (Classe III de Maastricht) Non autorisé en France Donneurs non contrôlés (Classe I et II) Autorisation restrictive transplantation rénale et hépatique

24 A PARTIR DE DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Donneurs contrôlés Classe III

25 A PARTIR DE DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Survie Madison Groningen De Oliveira NC. JTCS 2010; 139: Erasmus ME. Transplantation 2010; 89: 452-7

26 A PARTIR DE DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Défaillance primaire du greffon Madison Groningen De Oliveira NC. JTCS 2010; 139: Erasmus ME. Transplantation 2010; 89: 452-7

27 A PARTIR DE DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Madison: Bronchiolite oblitérante De Oliveira NC. JTCS 2010; 139:

28 A PARTIR DE DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Donneurs non contrôlés Classe I et II

29 DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Contrôlé vs non contrôlé Prélèvement préparé Dossier médical connu Patients hospitalisés Hypoxémie puis AC Fonction respiratoire connue Situation imprévisible Dossier médical incertain Patients hors hôpital AC (hypoxémie minime) Fonction respiratoire «a priori normale»

30 A PARTIR DE DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE Expérience espagnole Transplantations 12 Unilatérales 26 Bilatérales Santander Madrid *

31 EXPERIENCE ESPAGNOLE Caractéristiques Maastricht Classe I Ischémie chaude moyenne: 118 (44-192) Refroidissement de contact: 181 (88-274) Ischémie froide moyenne: 296 (1 er poumon) 455 (2 ème poumon) Ischémie totale moyenne 586 (1 er poumon) 729 (2 ème poumon) Gomez de Antonio D. JHLT 2007; 26:

32 EXPERIENCE ESPAGNOLE Survie actuarielle (n=29) 68% 69% 57% 58% Gomez de Antonio D. JHLT 2012; 31:

33 EXPERIENCE ESPAGNOLE Défaillance primaire du greffon Gomez de Antonio D. JHLT 2012; 31:

34 DONNEURS APRES ARRET CARDIAQUE ET EX VIVO REPERFUSION Première suédoise Maastricht Classe II Ischémie Chaude : 65 Refroidissement de contact: 3 heures Ex vivo reperfusion: 65 Transplantation pulmonaire droite

35 France: Nombre par an et par type

36 Durée d attente AbM 2010

37 Déficit de greffons France Inscrits /année: + 67% TP Inscrits

38 Augmenter le nombre de greffons disponibles Donneurs en État de Mort Encéphalique Campagne de sensibilisation au don d organes Prise en charge des donneurs Elargissement des critères d acceptation ET.. Donneurs vivants Donneurs à cœur arrêté

39 Donneurs Organes France Donneurs Prélevés Poumons Prelevés Seulement 16 % Agence de Biomédecine 2011

40 Critères pulmonaires Donneur Optimal Age < 56 ans PO2/FiO2 > 400 mmhg Non Fumeur RX pulmonaire Normale Pas d inhalation Donneur à critère élargis Age : ans PO2/FiO2 : mmhg RX Pulm anormale Inhalation Donneur marginal Age > 70 ans PO2/FiO2 < 200 mmhg Données de l ABM

41 Proposition Pulmonaire % Poumons non proposés Poumons Proposés Donneur optimal 248 Donneur à critères élargis Donneur marginal Agence de Biomédecine 2011

42 Devenir des Poumons Proposés % Poumons refusés Poumons prelevés Donneur optimal Donneur à critères élargis Donneur marginal Agence de Biomédecine 2011

43 Décisions 2010 Tous les greffons pulmonaires des donneurs à critères élargis doivent être proposés aux équipes de transplantation selon les règles habituelles d attribution

44 Proposition Pulmonaire % Poumons non proposés Donneur optimal 420 Donneur à critères élargis Donneur marginal Poumons Proposés Agence de Biomédecine 2011

45 Devenir des Poumons Proposés Poumons refusés % Poumons prelevés Donneur optimal Donneur à critères élargis 9 1 Donneur marginal Agence de Biomédecine 2011

46 Evolution du nombre de greffes annuelles % Agence de Biomédecine 2011

47 Donneurs à critères élargis Propositions et prélèvement % 90% 80% 70% 60% % 50% % 40% % 20% 10% % 60% 0% Propositions Prlélèvements Agence de Biomédecine 2011

48 Réhabilitation EX-VIVO de greffons pulmonaires à critères élargis refusés par toutes les équipes Etude Bi-centrique Hôpital Foch Hôpital Marie Lannelongue

49 Technique TORONTO Liquide de STEEN seul 2 heures + 2 heures de perfusion

50 Ex vivo reperfusion: Foch Résultats intermédiaires Avril 2011 Avril Ex vivo reperfusions 17 Transplantations bilatérales 1 Echec ex vivo réhabilitation

51 Le greffon pulmonaire: conclusion Bien rare et insuffisant: origine de la pénurie ou Bien insuffisamment exploité: source de carence?

52 Remerciements Aux équipes de transplantation pulmonaire Au personnel de l Agence de Biomédecine À FX Lamy et R. Dorent

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?...

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... François MOUREY Corinne ANTOINE et le COPIL Maastricht 3 Agence de la biomédecine Les jeudis de l urgence: Marseille 9 janvier

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

La Transplantation Rénale au Maroc

La Transplantation Rénale au Maroc La Transplantation Rénale au Maroc Résultats et perspectives Pr. Benyounès Ramdani benyounsramdani@gmail.com Journées de l infirmier, SMN, 10/5/ 2013, Casablanca Pourquoi réaliser une greffe rénale chez

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy 1- Analyse globale première année 2- Activité sur les 30 premiers mois D. Dorez, M Muller,

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

SEMINAIRE. LA DIVERSITE DES STRATEGIES DE LUTTE CONTRE LA PENURIE D ORGANES EN EUROPE Questions organisationnelles et éthiques

SEMINAIRE. LA DIVERSITE DES STRATEGIES DE LUTTE CONTRE LA PENURIE D ORGANES EN EUROPE Questions organisationnelles et éthiques SEMINAIRE LA DIVERSITE DES STRATEGIES DE LUTTE CONTRE LA PENURIE D ORGANES EN EUROPE Questions organisationnelles et éthiques organisé dans le cadre des Etats généraux de la Bioéthique Synthèse Présentée

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 FINANCEMENT DES MISSIONS DE RECUEIL D INFORMATIONS RELATIVES AUX ACTIVITES DE GREFFE D ORGANES ET DE CSH NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 L Agence de la biomédecine (Abm) a pour mission de suivre et d

Plus en détail

JORF n 263 du 10 novembre 1996

JORF n 263 du 10 novembre 1996 JORF n 263 du 10 novembre 1996 ARRETE Arrêté du 6 novembre 1996 portant homologation des règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur une personne décédée en vue de transplantation

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques

Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques 07/01/2015 LLORCA Clémence L2 CR : BRASSIER Julia SSH Véronique DELAPORTE 10 pages Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques Plan A. L'insuffisance rénale chronique terminale I. Généralités

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Le questionnaire a été élaboré par la Commission d éthique de la SRLF : Didier

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 25 e congrès ouest TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi VEndREdi 28 novembre 2014 Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER www.ouest-transplant.org LE

Plus en détail

Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe

Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe Abm / direction médicale et scientifique / pôle OFAS 1 2 3 Rôle et place de l Agence de la biomédecine

Plus en détail

Bilan d application de la loi de bioéthique du 6 août 2004. Rapport à la Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Bilan d application de la loi de bioéthique du 6 août 2004. Rapport à la Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Bilan d application de la loi de bioéthique du 6 août 2004 Rapport à la Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Octobre 2008 Bilan d application de la loi de bioéthique

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau : Plateaux techniques et prises en charge hospitalières

Plus en détail

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Dispositif de certification Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a initié la procédure de certification des coordinations

Plus en détail

Osons en parler, parlons en!

Osons en parler, parlons en! Le Don d Organes d et de Tissus : Osons en parler, parlons en! Dr Patrick JAMBOU Médecin coordonnateur des prélèvements CHU de Nice et réseau PACA-Est / Haute-Corse Jocelyne HENSELER Infirmière coordinatrice

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES Edito Dans le contexte budgétaire de plus en plus contraint auquel sont

Plus en détail

ET SI ON EN PARLAIT?

ET SI ON EN PARLAIT? le guide en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? PEUT-ON DONNER DE SON VIVANT? A QUI FAIRE CONNAÎTRE SA DÉCISION? Quels organes peut-on donner? OUI LA GREFFE D ORGANES SAUVE DES VIES! Dire son choix

Plus en détail

La recherche clinique est elle possible chez le sujet donneur d organes? Michel PINSARD Unité de prélèvement d organes et de Dssus CHU de PoiDers

La recherche clinique est elle possible chez le sujet donneur d organes? Michel PINSARD Unité de prélèvement d organes et de Dssus CHU de PoiDers La recherche clinique est elle possible chez le sujet donneur d organes? Michel PINSARD Unité de prélèvement d organes et de Dssus CHU de PoiDers Aucun conflit d intérêt Les recherches en ce domaine sont

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe JMPG 26 Mars 2008 Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe Dr Nadine RIBET-REINHART DMS Pôle évaluation Dr Christian LAMOTTE SRA Grand Ouest Les sources du financement: Supplément

Plus en détail

MODALITES DE FINANCEMENT

MODALITES DE FINANCEMENT MODALITES DE FINANCEMENT 2014 DES ACTIVITES DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES Benoit Rajau pour l Agence de la biomédecine Edito Dans le contexte

Plus en détail

Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation

Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation Dominique VAN DEYNSE Coordinateur Principal Centre de Transplantation UCL Préambule Chaque hôpital est un hôpital donneur 7 Centres de

Plus en détail

Le diagnostic de la mort en rapport avec le don d organes

Le diagnostic de la mort en rapport avec le don d organes Commission Nationale d Éthique AVIS 21 Le diagnostic de la mort en rapport avec le don d organes La pénurie de greffons 2008 Table des matières Table des matières Remarques préliminaires 1 0.1. La saisine

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ Établissements de santé MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de l offre de soins _ Sous-direction de la régulation de l offre de soins _ Bureau plateaux techniques

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et fibrose kystique

Transplantation pulmonaire et fibrose kystique Fibrose kystique Canada Transplantation pulmonaire et fibrose kystique Une option de traitement importante Lorsque la prise en charge médicale ne suffit plus à elle seule à maintenir la santé pulmonaire

Plus en détail

«Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL

«Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL Centre Hospitalier Henri-Mondor - Aurillac «Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL En 2006 en France, plus de 12 000 patients avaient besoin d une greffe d organe pour vivre ou simplement

Plus en détail

Rapport d information au Parlement et au Gouvernement

Rapport d information au Parlement et au Gouvernement Rapport d information au Parlement et au Gouvernement Avril 2010 Rapport d information au Parlement et au Gouvernement Avril 2010 Introduction Parce qu ils sont susceptibles d enjeux éthiques et sociétaux

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

DES APPROCHES ET DES EXPERIENCES DANS L EDUCATION DU PATIENT : UNE REVUE. Karin Lörvall 2007

DES APPROCHES ET DES EXPERIENCES DANS L EDUCATION DU PATIENT : UNE REVUE. Karin Lörvall 2007 DES APPROCHES ET DES EXPERIENCES DANS L EDUCATION DU PATIENT : UNE REVUE Karin Lörvall 2007 BUT DE CETTE REVUE Analyse des differentes approches et experiences en éducation du patient dans différents pays.

Plus en détail

TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE

TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE Gette S., Audibert G., Charpentier C., Schneider T., Tinard X., Viry-Babel F., Mertes PM. Service d Anesthésie Réanimation Hôpital Central, Nancy ; DRASS de

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

La greffe solidaire entre séropositifs

La greffe solidaire entre séropositifs La greffe solidaire entre séropositifs 1. la greffe de foie liée aux hépatites virales La greffe de foie consiste à remplacer le foie chez un malade dont le foie est en très mauvais état et ne fonctionne

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

22 juin 2006, 6 ème Journée nationale de réflexion sur le don d organes et la greffe SOMMAIRE

22 juin 2006, 6 ème Journée nationale de réflexion sur le don d organes et la greffe SOMMAIRE 22 juin 2006, 6 ème Journée nationale de réflexion sur le don d organes et la greffe SOMMAIRE! Communiqué de presse du 8 juin 2006 : «Information, réflexion et échange 6 ème Journée nationale de réflexion

Plus en détail

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Eléments de réponses aux questions les plus fréquemment posées sur la moelle

Plus en détail

Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec

Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec Plan de l exposé 1. Introduction 2. Déséquilibre offre demande 3. Donneur 4. Receveur 5. Liste d attente 6. Aspect

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm. Le don dans les pratiques médicales: Symbolique du don et exemple du don d organe Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.fr

Plus en détail

Programme du Séminaire. «Les conceptions présidant à l'organisation du prélèvement d'organes et de la greffe en France, au Canada et aux Etats-Unis»

Programme du Séminaire. «Les conceptions présidant à l'organisation du prélèvement d'organes et de la greffe en France, au Canada et aux Etats-Unis» Ministère des Affaires Etrangères et Européennes Commission Française pour l UNESCO Commission Canadienne pour l UNESCO avec le soutien de L Académie Nationale de Médecine France L Agence de la Biomédecine

Plus en détail

La greffe rénale un choix à préparer

La greffe rénale un choix à préparer La greffe rénale un choix à préparer Dr François Bayle CHU Grenoble - Néphrologie Fédération Grenoble Transplantation 3 ème rencontres d Education Thérapeutique Lyon - 15 Novembre 2013 Une nouvelle qui

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 29 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON Le Premier ministre a fait de l année 29, l année du don. En déclarant «grande cause nationale

Plus en détail

Mythes et Réalités en Transplantation

Mythes et Réalités en Transplantation Mythes et Réalités en Transplantation Michel R. Pâquet, MD, PhD Steven Paraskevas, MD, PhD Cours de transplantation d'organes Université de Montréal et Université McGill Montréal le 14 avril 2012 Éligibilité

Plus en détail

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus Le don d organes et de tissus Information du public GENERALITES Le don d organes et la greffe représentent une priorité de santé publique.

Plus en détail

La fibrose kystique et les transplantations pulmonaires

La fibrose kystique et les transplantations pulmonaires La fibrose kystique et les transplantations pulmonaires Margaret Benson, qui a subi une transplantation pulmonaire bilatérale en 1999, célèbre sa victoire. Elle a obtenu une médaille d or aux Jeux mondiaux

Plus en détail

La zone euro et la crise des dettes publiques

La zone euro et la crise des dettes publiques La zone euro et la crise des dettes publiques Charles Wyplosz Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève Conférence SYZQUANT Genève le 23 novembre 2010 Dettes en 2010 (% PIB)

Plus en détail

Insuffisance rénale chronique

Insuffisance rénale chronique Programme GDR en Picardie Insuffisance rénale chronique Dr Matthieu Derancourt Référent médical IRC ARS Picardie ELEMENTS DE CONTEXTE 2 Contexte Instruction validée par le CNP le 17 décembre 2010 Visa

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

AVIS n 115. Questions d éthique relatives au prélèvement et au don d organes à des fins de transplantation

AVIS n 115. Questions d éthique relatives au prélèvement et au don d organes à des fins de transplantation Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé AVIS n 115 Questions d éthique relatives au prélèvement et au don d organes à des fins de transplantation Membres du groupe

Plus en détail

R A P P O R T AUDITIONS Table ronde sur les greffes d organes ou de cellules à partir de donneurs vivants

R A P P O R T AUDITIONS Table ronde sur les greffes d organes ou de cellules à partir de donneurs vivants 383 N 3528 RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION SPÉCIALE SUR LE PROJET DE LOI RELATIF À LA BIOÉTHIQUE (n 3166) Président M. Bernard CHARLES, Rapporteur M. Alain CLAEYS AUDITIONS Table ronde sur les greffes

Plus en détail

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur?

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur? Bon nombre de personnes au Nouveau-Brunswick attendent le moment où on leur apprendra qu on a enfin trouvé les organes qui leur permettront de reprendre une vie normale et active. Bien d autres attendent

Plus en détail

Protocole de l évaluation d un indicateur de qualité de l activité des équipes de greffe d organes

Protocole de l évaluation d un indicateur de qualité de l activité des équipes de greffe d organes Protocole de l évaluation d un indicateur de qualité de l activité des équipes de greffe d organes L évaluation d un indicateur de qualité de l activité des équipes de greffes d organe est une des missions

Plus en détail

news L évolution des dons d organes issus de donneurs vivants en Suisse

news L évolution des dons d organes issus de donneurs vivants en Suisse swisstransplant 4 L évolution des dons d organes issus de donneurs vivants en Suisse Sous dons d organes issus de donneurs vivants, on entend le prélèvement d un organe chez une personne saine avec une

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

LA REPARTITION DES 500 PREMIERES UNIVERSITES MONDIALES : UN ASPECT DE L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL

LA REPARTITION DES 500 PREMIERES UNIVERSITES MONDIALES : UN ASPECT DE L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL LA CARTE DU MOIS : LA REPARTITION DES 500 PREMIERES UNIVERSITES MONDIALES : UN ASPECT DE L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL Projection : Gall Définition : Spatiale : le cadre de la carte est la carte du

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

ECONOMIE DE LA SANTE

ECONOMIE DE LA SANTE ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN UNIVERSITE DE PARIS 1 PANTHEON-SORBONNE 30 septembre 2015 Créé par : Isabelle HIRTZLIN ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN ASSURANCE SOCIALE OU COMMERCIALE : QUELLES

Plus en détail

Portrait pays. Juin 2015

Portrait pays. Juin 2015 Portrait pays Juin 2015 Pays participants en 2014 MÉTHODOLOGIE Nouveaux pays en 2015 13 600 salariés européens interrogés en janvier 2015, dans 14 pays : Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Suède,

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

L AFFDO. Association dédiée à la cause du don d organes, l AFFDO vise le soutien aux familles de donneurs, en les accompagnant et en les honorant.

L AFFDO. Association dédiée à la cause du don d organes, l AFFDO vise le soutien aux familles de donneurs, en les accompagnant et en les honorant. L AFFDO Association dédiée à la cause du don d organes, l AFFDO vise le soutien aux familles de donneurs, en les accompagnant et en les honorant. L AFFDO s adresse à toute famille de donneur qui en exprime

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations Formalisées d Experts (RFE) organisées par la SFAR 17 décembre

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre?

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cas clinique #1 Cas clinique Patient de 78 ans Marié, trois enfants dont un médecin Vivant à domicile Professeur Tabac 80 paquets/année,

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES [ Contact presse ARS : Sarah Izza 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr ] 1 Communiqué Campagne régionale d information et de sensibilisation sur le don d organes à

Plus en détail

LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS!

LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS! LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS! I. JE M INFORME 1. Qu est-ce qu une greffe? 2. Quels sont les tissus et les organes que l on greffe? 3. Qui peut greffer? 4. Chacun peut-il être donneur? 5. Pourquoi

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail