This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and"

Transcription

1 This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and education use, including for instruction at the authors institution and sharing with colleagues. Other uses, including reproduction and distribution, or selling or licensing copies, or posting to personal, institutional or third party websites are prohibited. In most cases authors are permitted to post their version of the article (e.g. in Word or Tex form) to their personal website or institutional repository. Authors requiring further information regarding Elsevier s archiving and manuscript policies are encouraged to visit:

2 Néphrologie & Thérapeutique (2010) 6, 2 10 MISE AU POINT Le nombre de donneurs d organes en mort encéphalique peut-il augmenter en France? Could the number of brain-dead organ donors be increased in France? Philippe Tuppin a, *,Véronique Moysan a, Alain Tenaillon b, Michèle Kessler c a Direction de la stratégie des études et des statistiques, Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés, 26-50, avenue du Professeur-André-Lemierre, Paris cedex 20, France b Conseil d orientation de l Agence de biomédecine, 1, avenue du Stade-de-France, Saint-Denis-la-Plaine cedex, France c Service de néphrologie, hôpitaux de Brabois, CHU de Nancy, rue du Morvan, Vandœuvre-lès-Nancy, France Reçu le 6 juillet 2009 ; accepté le 16 septembre 2009 MOTS CLÉS Greffe rénale ; Don d organes ; Épidémiologie Résumé Le taux de donneurs en état de mort encéphalique (EME) par million d habitants sert à suivre et à comparer l activité relative au don d organes mais il ne permet pas d estimer le potentiel de donneurs en EME. La comparaison des chiffres fournis par les statistiques des causes de décès, les études spécifiques sur le potentiel et le programme de médicalisation des systèmes d information (PMSI) permettent d établir une fourchette de 3500 à 4000 décès avec EME en France. En 2007, 3147 donneurs en EME ont été effectivement recensés et 9691 malades toujours inscrits début 2007 ou nouvellement inscrits en 2007 sur liste d attente de greffe de rein. La comparaison des statistiques de décès est en faveur d un potentiel d EME similaire entre la France et l Espagne, pays qui affiche le taux de donneurs prélevés le plus élevé et qui représente la référence à atteindre. Le meilleur taux observé en Espagne est lié à l opposition au don plus faible (15 % versus 30 % en France), mais son bénéfice est diminué par un nombre important de greffons prélevés et non greffés (28 % versus 13 % en France). La baisse du niveau d opposition et l augmentation des niveaux d activité de certaines régions sont des actions à promouvoir mais difficiles à atteindre et leur impact sur l activité de greffe est limité. Ledéveloppement du prélèvement chez le donneur vivant et le donneur à cœur arrêté, existant ou en cours de mise en place dans de nombreux pays, doit être pris en compte face à un niveau de pénurie en 2007 de 3,7 malades en attente pour un greffon rénal prélevé chez un donneur en EME et greffé, etde 3,3 pour tous types de donneurs. # 2009 Association Société de néphrologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. * Auteur correspondant. Adresse (P. Tuppin) /$ see front matter # 2009 Association Société de néphrologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.nephro

3 Potentiel de donneurs d organes en France 3 KEYWORDS Kidney transplantation; Organ donors; Epidemiology Summary While brain-dead organ donor rates per million populations are useful to follow and to compare organ donation activities, they cannot be used to estimate the potential of braindead organ donors. The comparison of available data from national vital statistics system, specific studies on potential of organ donation, and the hospital diagnosis related group (DRG) based information system allow to estimate the potential of brain-dead organ donors between 3500 and In 2007, 3147 potential donors were identified and 9691 patients still registered at the beginning of 2007 or registered during 2007 for a kidney transplant. Spain has the highest rate of effective organ donors used as a goal to reach. Comparing national vital statistics, Spain and France had a similar potential of donors but Spanish opposition rate is lowest than France (15% versus 30%). Nevertheless, the rate of kidneys extracted but not grafted is higher in Spain (28% versus 13%), which may reflect the limits of the Spanish model and decrease the benefit of the weak opposition rate. In France, the decline of the opposition rate and the increase of donation activities in some region with low rates should be promoted; their impact on transplant volume is low. Promotion of living donors and non-heart-beating donors activities should be considered in front of organ shortage in France in 2007: 3.7 patients registered for a kidney extracted from a brain-dead donor grafted and 3.3 for kidneys extracted from all types of donors. # 2009 Association Société de néphrologie. Published by Elsevier Masson SAS. All rights reserved. Le nombre de personnes en état de mort encéphalique (EME) prélevées et leur taux par million d habitants (pmh) ont augmenté plus ou moins régulièrement en France depuis 1998 (994 ; 16,5 pmh) mais ils semblent se stabiliser entre 2007 (1561 ; 24,8 pmh) et 2008 (1563 ; 24,8 pmh). En 2007, 3147 personnes en EME étaient recensées. Parmi les 2911 greffes rénales réalisées, 92 % l ont été à l aide de greffons prélevés chez des donneurs en EME et 8 % chez des donneurs vivants [1]. Pour traiter les 9691 malades toujours inscrits en liste d attente de greffe de rein au début de l année 2007 ou au cours de l année, il aurait fallu théoriquement prélever et greffer chacun des deux reins de 4846 donneurs en EME (soit 77,7 pmh). Pour les 3147 personnes en EME effectivement recensées, 50 % ont été prélevées d au moins un organe, 2634 reins ont pu être prélevés et greffés, soit 42 % des 6294 greffons rénaux potentiels représentés par ces 3147 personnes. Compte tenu de ces 42 %, il aurait donc été nécessaire de recenser personnes en EME en 2007 (183 pmh) pour répondre à la demande de greffe des 9691 malades en attente. La pénurie de greffons rénaux peut être estimée par la somme des malades inscrits en attente de greffe en début d année et des malades inscrits en cours d année, divisée par le nombre de greffons rénaux implantés dans l année, tous types de donneurs confondus ou non. Pour 2007, on obtient 3,7 inscrits pour un rein de donneur en EME effectivement greffé et 3,3 si l on inclut aussi les greffons provenant de donneurs vivants ou à cœur arrêté. Au 31 décembre 2007, environ malades étaient traités par dialyse en France [2]. Lapénurie de greffons rénaux doit théoriquement s aggraver avec le vieillissement de la population française et, plus précisément, l arrivée desgénérations issues du baby-boom des années 1950 dans la classe d âge des ans. C est aussi dans cette tranche d âge que l incidence de l insuffisance rénale chronique terminale s accroit, ce qui devrait entraîner une croissance du nombre de malades traités par dialyse. La demande de greffe devrait aussi augmenter mais elle est difficile à chiffrer et dépend de l évolution des indications et pratiques d inscription en liste d attente. En effet, la proportion d inscrits en liste d attente de greffe diminue avec l âge : la classe d âge des 65 ans et plus, qui représentait 60 % des malades en dialyse en 2007, ne représente que 10 % des inscrits sur liste d attente de greffe [1,2]. Au vu de cette situation de pénurie, d ampleur variable selon les pays, les principales stratégies plus ou moins initiées ou élargies sont : la diminution de l opposition au don (30 % des personnes en EME recensés ne sont pas prélevés pour ce motif chaque année en France) ; la greffe à partir de donneurs vivants dont le cercle a été élargi en France par la loi de bioéthique de Son nombre a augmenté, mais elle ne représente que 235 des 2911 greffes rénales réalisées en 2007 ; le prélèvement sur donneurs décédés suite à un arrêt cardiaque, débuté en France en 2006 et qui a permis de réaliser 42 greffes en 2007 soit 1,4 %. Il paraît donc nécessaire que les acteurs, décideurs, financeurs apprécient l importance croissante du problème de santé publique que représente la pénurie de greffons rénaux en France afin non seulement de promouvoir différentes stratégies, mais aussi de légiférer. Cette mise au point a pour but d évaluer sur un plan quantitatif le potentiel de donneurs en EME en France à partir de différentes sources de données disponibles (chacune ayant ses limites), de le confronter aux besoins de greffes et de mesurer l impact de différentes stratégies de don sur le niveau de pénurie de greffons rénaux. Potentiel estimé par les audits des dossiers médicaux ou le recensement actif Ce type d études a été mis en place dans un certain nombre de pays européens et nord-américains afin d estimer le potentiel de donneurs et d évaluer la performance des organisations ou des équipes en charge du recensement et du prélèvement. En pratique, ces études sont basées sur une

4 4 P. Tuppin et al. expertise rétrospective (interne ou externe) des dossiers de malades décédés en réanimation ou sur un recensement hospitalier prospectif des personnes en EME. Cependant, l EME n est pas systématiquement inscrit dans le dossier du malade, ce qui pose problème pour l expertise rétrospective. L EME n est pas non plus aisément identifiable dans les bases de données hospitalières. L extrapolation des taux de personnes en EME par million d habitants calculés sur le bassin de population de l étude permet d appréhender un potentiel de donneurs. Le pourcentage de malades en EME parmi les personnes décédées en réanimation, tous types d études confondus, est compris entre 9 et 13 % avec des variations selon le niveau d équipement de l hôpital et le type de pathologies prises en charge. Il faut noter une stabilité de ce pourcentage entre les études malgré des méthodes et des zones géographiques différentes, notamment en France [3]. Le taux de donneurs potentiels extrapolé est compris entre 40 et 62 pmh selon, d une part, la prise en compte ou non des contre-indications, d autre part, la probabilité ou la certitude du diagnostic d EME [3 15]. L application de ces bornes (40 et 62) en France permet d obtenir un potentiel de donneurs en EME compris entre 2500 et Le nombre de 3147 donneurs recensés (49,8 pmh) en France en 2007 est donc inclus dans cet intervalle théorique. Potentiel estimé par les données hospitalières En 2007, le programme de médicalisation des systèmes d information (PMSI) en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) a enregistré personnes décédées dans des hôpitaux de court séjour dont en hôpital public. Parmi ces décès hospitaliers, patients avaient moins de 75 ans et moins de 70 ans. Dans ce système, il est possible d éliminer les décès dont les diagnostics collectés lors du séjour hospitalier correspondent à une contre-indication absolue ou relative : infection par le VIH, rage, tuberculose, encéphalite et autres comme certains cancers et méningites [16]. Le nombre de décès après exclusion de ces diagnostics était alors pour les hôpitaux publics de pour les moins de 75 ans et de pour les moins de 70 ans. Les diagnostics notifiés lors du séjour sont nombreux et pas tous susceptibles d être associésàun EME. Pour cela ont été seulement conservés les diagnostics concernant un accident vasculaire cérébral (AVC), un traumatisme de la tête et du cou, une anoxie et un arrêt cardiorespiratoire. Le nombre de décès hospitaliers était alors de 5700 pour les moins de 70 ans et de 7500 pour les moins de 75 ans. Néanmoins, il s agit d une estimation haute du potentiel de donneurs car parmi ces 5700 à 7500 décès hospitaliers, tous ne sont pas accompagnés d un EME. Cette «borne haute» est néanmoins cohérente avec l estimation obtenue par les études des décès en réanimation. Certaines ont aussi rapporté un pourcentage de décès avec EME sur l ensemble des décès hospitaliers compris entre 1 et 2 %, soit entre 2140 et 4280 décès avec EME sur les décès hospitaliers des hôpitaux publics de court séjour en 2007, quel que soit l âge. Ces chiffres restent cohérents avec les estimations de 2500 à 3900 personnes décédées avec un EME rapportées ci-dessus. Potentiel estimé par les causes médicales de décès Les AVC concernaient 42 % des donneurs recensés en 1996 et 55 % en Les traumatismes totalisaient 25 % d entre eux en 2007, dont 12 % d accidents de la voie publique (AVP) contre 25 % en En 2007, ces causes ou circonstances de décès étaient retrouvées pour 80 % des donneurs recensés. Les variations temporelles observées s expliquent, entre autres, par l évolution des pratiques et des critères de recensement, mais aussi par les caractéristiques épidémiologiques de ces causes. Les décès pour cause cérébrovasculaire ont globalement diminué de moitié entre 1986 et 2006, passant plus particulièrement, de 6504 à 2912 pour les moins de 65 ans et de à 3719 pour les ans, soit un total de 6631 décès de cause cérébrovasculaire pour les moins de 75 ans en 2006 (Fig. 1) [17]. Cette même année, 1718 donneurs avec AVC ont été recensés, soit près de 26 % des décès de cause cérébrovasculaire. Cette juxtaposition doit être pondérée par l existence de modes de codage différents entre le CépiDc et l Agence de la biomédecine, la survenue de décès en dehors des hôpitaux de court séjour et la présence de comorbidités appartenant aux contre-indications de prélèvement et limitant le recensement de personnes en EME. Néanmoins, d après les études spécifiques suscitées, la proportion de décès par AVC avec passage en EME serait de l ordre de 30 % et donc proche des 26 % recensés. Dans les comparaisons internationales de taux de donneurs prélevés et d estimations du potentiel de donneurs, il est nécessaire de garder en mémoire le faible taux de décès par AVC en France. En 2000, le taux de mortalité des ans standardisé sur l âge et le sexe de la population européenne était en France de 370 pmh, en Espagne de 480 pmh, au Pays-Bas de 490 pmh, en Allemagne de 520 pmh et en Angleterre et Pays de Galles de 560 pmh [18].AuxÉtats-Unis, il était de 458 pmh en 2006 [19]. Le nombre de décès par AVP a lui aussi diminué de moitié entre 1986 et 2006 ( décès passant à 4838) (Fig. 2) [20]. En 2006, 380 donneurs recensés avaient eu un traumatisme suite à un AVP soit près de 8 % des donneurs recensés avec cette cause de décès. Dans ce cas aussi, la juxtaposition des chiffres doit être encore plus prudente compte tenu des décès immédiats hors hôpital, d un pourcentage certainement plus faible d EME comparativement aux AVC en raison de l existence de causes multiples de traumatismes avec létalité élevée sans passage par un EME. La France, avec 75 décès pmh par AVP en 2006, se situe en dessous du taux brut moyen européen de 85 pmh et, plus particulièrement, du taux espagnol (93 pmh) [21]. Aux États-Unis, ce taux était de 150,4 pmh [19]. La part des traumatismes hors AVP chez les donneurs recensés est aussi en diminution : 21,3 % en 1996 contre 14,9 % en L évolution du nombre de traumatismes hors AVP est plus difficilement mesurable à partir des causes de décès. Leur diminution peut être imputée, comme pour les AVP, à l information, la prévention mais aussi l amélioration de l habitat et des conditions de travail. En résumé, les trois causes ou circonstances majeures (AVC, traumatismes dont AVP) associées au décès de 80 % des donneurs en EME connaissent une forte diminution en France induisant une diminution de moitié du potentiel de donneurs en EME en 20 ans.

5 Potentiel de donneurs d organes en France 5 Figure 1 Évolution du nombre de décès par maladies cérébrovasculaires en France. Source : Inserm-CépiDc. Figure 2 Évolution du nombre de décès par accidents de la voie publique en France. Source : Observatoire national de la sécurité routière. Le potentiel dans les régions françaises La disparité des taux régionaux de donneurs recensés (de 25,1 pmh à 64,9 pmh en 2007) et l absence de donneurs recensés dans certains départements permettent de penser que le potentiel de donneurs pourrait être optimisé dans certaines régions [1]. L utilisation des différentes sources de données est plus délicate pour l évaluation des potentiels régionaux en raison de pratiques de codage différentes, notamment pour le PMSI, d absence de renseignements sur le domicile et de variations annuelles plus importantes à cet échelon [22]. Néanmoins, le Tableau 1 juxtapose le nombre de donneurs recensésàcelui des décès par AVP et par AVC. La proportion de donneurs recensés avec AVC sur le nombre de décès par maladies cérébrovasculaires chez les moins de 75 ans variait de 7 % à 37,3 % selon les régions. Elle était modérément corrélée au taux de donneurs recensés(r = 0,6). Cet indicateur permettrait de repérer d éventuels défauts de recensement pour cette cause mais elle doit être approfondie en fonction des contextes régionaux. Des études régionales spécifiques comme les audits ou recensement sont essentielles pour estimer le potentiel régional et développer des actions correctrices. De nombreux facteurs peuvent générer et expliquer les variations de taux pmh entraînant des sous- ou surestimations des taux régionaux de donneurs recensés et du potentiel de donneurs. Un de ces facteurs, jamais étudié à notre connaissance, serait l existence de flux géographiques de donneurs

6 6 P. Tuppin et al. Tableau 1 Indicateurs régionaux de potentiel de donneurs en EME en 2006 et Donneurs recensés 2006 Décès inférieur à 75 ans par AVC 2006 AVC recensés par rapport aux décédés par AVC Décès par AVP 2006 (pmh) (n) (Total) (%) (Total) Résidant dans une autre région a (%) Donneurs prélevés 2007 Hors de sa région de domicile b (%) Résidant dans la région et prélevés dans la région (pmh) c Ensemble des résidants de la région (pmh) d Quel que soit le lieu de résidence (pmh) e Corse 29, ,0 40 0,0 33,3 7,2 10,8 7,2 Auvergne 40, , ,0 19,2 15,7 19,4 18,7 Midi-Pyrénées 37, , ,6 11,8 16,2 18,4 20,2 Bourgogne 53, , ,9 27,9 19,0 26,4 26,4 Nord Pas-de-Calais 53, , ,7 5,8 20,1 21,3 21,1 Bretagne 49, , ,8 10,5 22,0 24,6 25,3 Picardie 37, , ,4 37,1 11,7 18,6 14,9 Champagne-Ardenne 47, , ,1 29,0 16,5 23,3 21,8 Basse-Normandie 60, , ,0 21,4 15,2 19,3 17,2 Languedoc-Roussillon 50, , ,9 7,9 22,7 24,6 24,6 Aquitaine 44, , ,3 12,3 22,8 26,0 25,6 PACA 41, , ,8 7,8 19,7 21,4 22,6 Haute-Normandie 48, , ,1 16,7 16,5 19,8 18,2 Franche-Comté 56, , ,1 11,8 26,1 29,5 28,7 Limousin 39, , ,1 4,3 30,3 31,6 39,9 Poitou-Charentes 51, , ,9 15,6 31,4 37,2 33,7 Alsace 60, , ,0 2,6 20,2 20,8 23,5 Rhône-Alpes 40, , ,0 5,6 25,3 26,8 28,1 Lorraine 61, , ,8 12,5 20,9 23,9 22,2 Pays-de-Loire 55, , ,6 13,1 27,0 31,1 30,2 Île-de-France 51, , ,1 9,1 21,7 23,9 23,3 Centre 61, , ,6 12,7 21,9 25,1 28,7 Total 49, , ,0 12,0 21,2 24,0 24,0 Agence de la biomédecine, Inserm-CépiDc, PMSI. Le total de certains indicateurs peut être discordant avec les chiffres nationaux en raison de données manquantes pour le lieu de domicile ou certains indicateurs régionaux. a Pourcentage de donneurs prélevés dans la région mais domiciliés dans une autre région parmi l ensemble des donneurs prélevés dans la région. b Pourcentage de donneurs domiciliés dans la région mais prélevés dans une autre région parmi l ensemble des donneurs prélevés et domiciliés dans cette région. c Ensemble des donneurs domiciliés et prélevés dans la même région, divisé par la population de la région. d Résidant dans la région et prélevé toutes régions de prélèvement confondues, divisé par la population de la région. e Ensemble des donneurs prélevés dans la région toutes régions de domicile confondues, divisé par la population de la région.

7 Potentiel de donneurs d organes en France 7 générés par les filières de soins et de prélèvement, mais aussi par les déplacements personnels d individus immobilisés par la soudaineté des causes associées à un EME. La base de données hospitalières issue du PMSI permet d identifier 98 % des donneurs prélevés en 2007 avec le détail de leur région de domicile. Globalement, 12 % des donneurs prélevés le sont en dehors de leur région de résidence mais il existe des niveaux ou des différentiels de flux importants selon les régions (Tableau 1). Le pourcentage de donneurs résidant hors de la région, parmi les donneurs prélevés dans la région, est élevé pour le Limousin, le Centre, l Alsace, Midi-Pyrénées. Celui de donneurs résidant dans la région et prélevés en dehors est élevé pour la Picardie, Poitou-Charentes, la Haute-Normandie et la Basse-Normandie. Néanmoins, ces flux sont équilibrés dans de nombreuses régions et leur impact sur les taux pmh n excède pas une différence supérieure à 10 pmh entre le taux de donneurs résidents de la région (indépendamment de la région de prélèvement) et celui de donneurs prélevés dans la région (quel que soit son lieu de résidence). La faiblesse des effectifs nécessite des précautions d interprétation. Néanmoins, l impact de ces flux sur les variations annuelles des taux régionaux de donneurs recensés ou prélevés, variations souvent importantes en fonction de la population régionale, mériterait d être étudié. L objectif d atteinte d un taux pmh moyen de donneurs recensés (i.e. le taux national) ou similaire aux régions voisines prend rarement en compte l importance de la population des régions à faibles taux et l impact d un gain en pmh sur le nombre de donneurs potentiels et de greffes. Théoriquement, si les régions avec un taux de donneurs recensés inférieur à 50 pmh en 2007 sont ramenées à ce taux qui équivaut au taux national 2007 (12 régions), l apport serait de 152 donneurs recensés supplémentaires soit 76 prélevés et64greffesrénales réalisées. Pour un taux de 55 pmh (17 régions), ces chiffres seraient respectivement de 387 recensés, 195 prélevés et 162 greffes. Pour un taux de 60 pmh, fourchette haute d estimation du potentiel de donneurs en ME (20 régions), on obtient 657 recensés, 329 prélevés et 275 greffes. Sur un plan national, l objectif théorique de faire évoluer certaines régions vers des taux de donneurs recensés plus élevés permettrait une augmentation de 2 % du nombre de greffes rénales réalisées à l aide de greffons de donneurs en EME en fixant le taux de donneurs recensés à50 pmh et une augmentation de 10 % pour un taux de donneurs recensés à 60 pmh. Un potentiel de donneurs en EME identique en France et en Espagne? L étude des taux nationaux de donneurs prélevés pmh est une étape classique pour comparer les pays entre eux, en faisant l hypothèse que le taux le plus élevé pourrait être atteint par tout pays. En 2007, le taux français de 24,8 pmh se positionnait derrière celui de l Espagne (32,3 pmh) et celui des États- Unis (26,6 pmh) [23]. Néanmoins, de nombreux facteurs peuvent avoir une influence et un taux élevé de donneurs prélevés ne préjuge pas forcément d un potentiel de donneurs plus important comme démontré ci-dessous. Les premiers facteurs évoqués concernent les différences d organisation du recensement des donneurs, du prélèvement, du mode de recueil de la position par rapport au don et du taux de refus. Par exemple, le taux élevé de donneurs prélevés en Espagne est principalement expliqué par la haute performance des modes de recensement des donneurs et de prise en charge des familles, qui inspire de nombreux pays [24]. Les différences de pratiques de greffe influent aussi sur ces taux et peuvent élargir le potentiel d un pays, comme la possibilité de greffes à partir de donneurs avec des marqueurs d infection virale ou le recul de l âge des donneurs. Des facteurs épidémiologiques peuvent également aussi avoir une forte influence sur le potentiel : la structure démographique de la population, la fréquence des contre-indications au don et à la greffe, les niveaux de mortalité pour les principales causes de décès associées à la ME et leurs facteurs favorisant... Par exemple, l Espagne compte 45,2 millions d habitants en 2007 et la France 63 millions. En théorie, la France devrait donc avoir un nombre de donneurs potentiel plus élevé. La proportion de donneurs prélevés décédés d un AVC était de 62 % en Espagne contre 54 % en France et pour les AVP respectivement de 11,4 % contre 12,3 %, soit pour les deux pays respectivement 73 % et 65 % des donneurs [1,24]. Oren 2006, le total des décès par maladies cérébrovasculaires était de en Espagne et de en France dont respectivement 6860 et 6631 chez les moins de 75 ans. En Espagne, 4104 décès par AVP ont été enregistrés en 2006 contre 4709 en France [17,21,25]. Pour ces causes, le potentiel de donneurs en EME pourrait être théoriquement similaire dans ces deux pays. L Espagne ne fournit pas de chiffres sur les donneurs recensés, mais le nombre de 1509 donneurs prélevés est proche de celui de 1442 en France pour 2006 et la différence importante des taux serait expliquée par un effectif de population différent. Si l on applique le taux d opposition de l Espagne (15 %) en France, le nombre de donneurs prélevés en France atteindrait 2046, soit un taux de 33,0 pmh de donneurs prélevés proche de celui de 33,8 pmh rapporté par l Espagne en Ces données sont donc en faveur d un potentiel de donneurs similaire entre les deux pays malgré une différence de population et d un niveau équivalent de donneurs prélevés ; c est en réalité le moindre niveau d opposition qui permet en Espagne d optimiser son potentiel par rapport à la France. L optimisation maximale du potentiel de donneurs en EME a ses limites Le modèle espagnol avec un recensement très actif et une baisse de l opposition semble plafonner car les taux annuels de donneurs prélevés tendent à se stabiliser. Si son efficacité sur le prélèvement est reconnue, il pose question pour la greffe et la survie du greffon. L âge moyen des donneurs prélevés en Espagne en 2007 était de 55 ans, pour 50 ans en France. Cela laisse supposer, chez les donneurs en Espagne, une fréquence plus élevée du diabète et de l HTA, délétères pour la fonction rénale et des contre-indications telles que certains cancers diminuant la fréquence de greffons prélevés ou non greffés. L exclusion des donneurs prélevés sans organes greffés fait passer le taux espagnol de 34,3 donneurs prélevés pmh à 30,1 pmh (soit 209 donneurs de moins représentant 13,2 %

8 8 P. Tuppin et al. des donneurs) et le taux français de 24,7 pmh à 23,3 pmh (94 donneurs, 6 % des donneurs). Plus précisément, seuls 72 % des greffons rénaux potentiels des donneurs en EME prélevés en Espagne ont été greffés (2102 greffons) contre 87 % en France (2727 greffons) alors que le potentiel de donneurs est en théorie équivalent. Cela minimise le bénéfice du faible taux d opposition de l Espagne. En effet, la différence de 15 % de reins greffés entre les deux pays (87 % et 72 % des reins prélevés) équivaut à 240 donneurs prélevés en moins en Espagne alors que la différence de 15 % sur le niveau d opposition en Espagne correspond à 300 donneurs prélevés en plus en Espagne. Il faut noter que le taux d opposition est calculé en Espagne par rapport au nombre d entretiens familiaux. La France le rapporte au nombre de donneurs recensés et non sur l ensemble des donneurs recensés pour lesquels une recherche de l opposition a été possible. Dans ce cas, il existe un risque de sous-estimation de l opposition car il est possible que les 20 % de donneurs non prélevés pour autres causes soient plus opposants. Quelle influence des autres types de dons sur la pénurie, selon les pays? Les pays occidentaux sont engagés de manière variable dans les prélèvements sur donneurs vivants ou, plus récemment, sur donneurs à cœur arrêté. Dans certains pays, le taux de donneurs vivants dépasse celui des donneurs en EME prélevés : c est le cas des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de la Grèce (Fig. 3). Ce sont des pays où lapénurie de greffons de donneurs en EME est la plus importante, auxquels il faut ajouter les États-Unis (Fig. 4). Si l apport de ce type de donneurs permet de diminuer la pénurie de greffons, cette dernière demeure élevée dans ces pays, excepté pour les Figure 3 Taux de donneurs dans différents pays selon le type de donneur en Source : Newsletter transplant. Figure 4 Niveau de pénurie tous types de donneurs et en l absence de donneurs vivants ou de donneurs à cœur arrêté dans différents pays en Pénurie : nombre de malades toujours inscrits sur liste d attente de greffe rénale au début et en cours d année 2007, divisé par le nombre de greffons rénaux prélevés (sur la base de deux pour le donneur décédé et d un pour le donneur vivant) selon le type de donneurs prélevés en * Pas d effectif disponible de malades inscrits au cours de 2007.

9 Potentiel de donneurs d organes en France 9 Pays-Bas qui ont le niveau de pénurie de greffons le plus faible et les taux de donneurs vivants et à cœur arrêté les plus élevés. Au Royaume-Uni, le rapport de 10,7 inscrits pour un greffon passe à 4,9 avec l apport des donneurs vivants et à cœur arrêté ; aux Pays-Bas, ce rapport passe de 6,2 à 2,0 ; aux États-Unis de 6,8 à 5,0 et en France de 3,3 à 2,9 (Fig. 4). Pour la France, le niveau de pénurie énoncé dans la comparaison des données internationales est plus faible que celui rapporté plus haut car ce n est pas le nombre de greffons greffés qui est pris en compte mais le nombre de greffons théoriquement disponibles soit deux par donneurs décédés et un par donneur vivant. La pénurie est également influencée par le niveau de la demande qui peut varier selon les pays en fonction des caractéristiques démographiques, de l épidémiologie de l insuffisance rénale et de ses causes, mais aussi de l accès à la dialyse et de son niveau de qualité,desapriseencharge financière, des pratiques médicales et des recommandations pour l inscription en liste d attente de greffe rénale. Elle est aussi dépendante de l historique des niveaux de prélèvement et d inscription. Les pays avec une pénurie élevée sont ceux avec des taux annuels de donneurs régulièrement plus faibles. L Italie est un des seuls pays européens avec la France où le taux de donneurs en EME a fortement progressé. Les Pays-Bas font exception mais ils ont été undespremierspaysàs orienter et développer la greffe à l aide de donneur vivant et de donneur à cœur arrêté. Leseulpaysquisembleneplusavoirunnombre important de malades toujours inscrits en début d annéeest l Espagne qui maintient un taux élevé de donneurs en EME depuis plus de dix ans. Tableau 2 Impact sur le nombre de reins greffés et la pénurie issus des données 2007, des niveaux de diminution du taux d opposition ou d augmentation du nombre de donneurs vivants ou à cœur arrêté. Reins greffés (n) Opposition (%) 30 a 0 3, , , ,8 Donneur vivant (%) 0 3,7 8 a 235 3, , , , ,9 Cœur arrêté (n) 39 a 42 3, , , ,4 Pénurie b a Niveau b Pénurie : nombre de malades toujours inscrits sur liste d attente de greffe rénale au début et en cours d année 2007, divisé par le nombre de greffons rénaux prélevés (sur la base de deux pour le donneur décédé et d un pour le donneur vivant). Quel impact sur la pénurie des actions possibles en France? Le Tableau 2 présente l impact, sur le nombre de reins greffés et la pénurie issus des données 2007, des niveaux de diminution du taux d opposition ou d augmentation du nombre de donneurs vivants ou à cœur arrêté sur la base des chiffres de Une diminution de 30 % à 20 % du taux d opposition aurait en théorie permis de greffer 529 reins supplémentaires en France en 2007, soit une chute du niveau de la pénurie pour des greffons de donneur en EME qui serait passé de 3,7 à 3,1 inscrits pour un rein greffé provenant de donneurs en EME. L augmentation du nombre de donneurs vivants, passant théoriquement de 235 (8 % des greffes rénales en 2007) à 551 (20 % des greffes 2007) soit 316 donneurs vivants supplémentaires, aurait fait diminuer le niveau de pénurie toutes origines de greffons confondues de 3,4 à 3,0. L augmentation du nombre de donneurs à cœur arrêté permettrait aussi une diminution de la pénurie, mais dans une moindre mesure si l on prend en compte les chiffres de 2007 en France : 42 reins greffés pour 39 donneurs prélevés soit 53 % des reins potentiels. Le passage de 39 donneurs à cœur arrêté à 150 permettrait au nombre de greffes rénales d évoluer de 42 à 159 et de faire chuter la pénurie de 3,7 à 3,5. Le cumul de ces trois stratégies (taux d opposition à 20 %, pourcentage de greffes à partir de donneurs vivants de 20 % par rapport au niveau 2007, 150 donneurs à cœur arrêtés prélevés) permettrait 1004 greffes rénales supplémentaires et d atteindre un niveau de pénurie de 2,5 au lieu de 3,3 malades en attente pour un rein greffé. Cela permettrait d effectuer près de 4000 greffes par an et d atteindre le niveau de demande de greffons des malades inscrits en cours d année (3671 en 2008). Mais cela ne permettrait pas une diminution rapide de la demande des malades toujours inscrits au début de chaque année (6509 en 2008) qui pourrait, dans ce cas, s éteindre au bout de 16 ans si les dynamiques de prélèvement, d inscription et de greffe restent constantes. D autres stratégies avec un impact plus limité sur la pénurie sont développées, comme les donneurs en EME avec certaines sérologies virales positives ou un groupe ABO incompatible et les donneurs vivants croisés. Conclusion Le niveau de recensement des donneurs en EME en France semble correspondre au potentiel qui serait compris entre 3500 et 4000, face à une pénurie de 3,7 inscrits pour un greffon rénal de donneurs en EME. La longue stagnation de l opposition au don à un niveau élevé représente un argument majeur pour des actions de communication ciblées visant à optimiser le potentiel de donneurs se retrouvant en EME avec un impact théorique conséquent mais néanmoins limité sur la pénurie. L optimisation du recensement dans certaines régions est bien sûr nécessaire mais avec un impact limité au plan national. C est la conjonction d actions vers les différents types de donneurs possibles comme dans certains pays du Nord, confrontés à une pénurie plus ancienne et importante de greffons rénaux, qui permettra d amoindrir

10 10 P. Tuppin et al. plus efficacement la pénurie actuelle de greffons et d anticiper progressivement son accroissement sans oublier, dans un débat de société, l économie annuelle substantielle de l ordre de 50 à euros par greffe rénale à partir de la seconde année et, bien sûr, l amélioration de la qualité de vie du malade. Conflits d intérêts Les auteurs ne déclarent pas de conflits d intérêts. Références [1] Rapport annuel de l activité de prélèvement et de greffe d organes en France en Agence de la biomédecine. [consulté le 01 août 2009]. [2] Réseau épidémiologie information néphrologie. Rapport [consulté le 01 août 2009]. [3] Senouci K, Guerrini P, Diene E, Atinault A, Claquin J, Bonnet F, et al. A survey of the follow-up of patients in severe coma: implications for brain death diagnosis and organ procurements. Intensive Care Med 2004;30: [4] Opdam HI, Silvester W. Identifying the potential organ donor: an audit of hospital deaths. Intensive Care Med 2004;30: [5] Opdam HI, Silvester W. Potential for organ donation in Victoria: an audit of hospital deaths. Med J Aust 2006;185: [6] Wesslau C, Grosse K, Krüger R, Kücük O, Mauer D, Nitschke FP, et al. How large is the organ donor potential in Germany? Results of an analysis of data collected on deceased with primary and secondary brain damage in intensive care unit from 2002 to Transpl Int 2007;20: [7] Madsen M, Bøgh L. Estimating the organ donor potential in Denmark: a prospective analysis of deaths in intensive care units in northern Denmark. Transplant Proc 2005;37: [8] Cloutier R, Baran D, Morin J, Dandavino R, Marleau D, Naud A, et al. Brain death diagnoses and evaluation of the number of potential organ donors in Quebec hospitals. Can J Anesth 2006;53: [9] Barber K, Falvey S, Hamilton C, Collett D, Rudge C. Potential for organ donation in the United Kingdom: audit of intensive care records. BMJ 2006;332: [10] National potential donor audit. UK Transplant. uktransplant.org.uk/ [consulté le 01 août 2009]. [11] Cuende Melero N, Canon Campos JF, Miranda Serrano B, Alonso Gil M. The organ donation process: a program for its evaluation and improvement. Organs Tissues 2002;2: [12] Gore SM, Cable DJ, Holland AJ. Organ donation from intensive care units in England and Wales: two year confidential audit of death in intensive care. BMJ 1992;304: [13] Navarro A. Brain death epidemiology: the Madrid study. Transplant Proc 1996;128: [14] Sheehy E, Conrad SL, Brigham LE, et al. Estimating the number of potential organ donors in the United States. N Engl J Med 2003;14: [15] Tuppin P, Pessione F. Estimating the number of potential organ donors. N Engl J Med 2003;349: [16] Ojo AO, Pietroski RE, O Connor K, McGowan JJ, Dickinson DM. Quantifying organ donation rates by donation service area. Am J Transplant 2005;5: [17] Centre d épidémiologie sur les causes de décès-inserm. [consulté le 01 juin 2009]. [18] Muller-Nordhorn J, Binting S, Roll S, Willich S. An update on regional variation in cardiovascular mortality within Europe. Eur Heart J 2008;29: [19] Centers for disease control and prevention. Faststats home page. [consulté le 01 juin 2009]. [20] Observatoire national interministériel de la sécurité routière. [consulté le 01 juin 2009]. [21] European Road safety observatory. Annual statiscal report [consulté le 01 juin 2009]. [22] Fiches régionales de l activité de prélèvement et de greffe d organes en France. Agence de la biomédecine. [consulté le 01 août 2009]. [23] International figures on organ donation and transplantation Conseil de l Europe. Newsletter Transplant 2008; 13: n o 1. [consulté le 01 juin 2009]. [24] Organizacion nacional de trasplantes (ONT). [25] Ministerio de sanidad y politica social. Mortalidad por causa de muerte. [consulté le 01 juin 2009].

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and

This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and education use, including for instruction at the authors institution

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997

L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997 Retour au sommaire des BEH de 2000 L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997 H-Q. Cong, J-M. Nadal, F. Bourdillon, G. Leblanc, Ministère chargé de la santé, direction des hôpitaux, "pathologies

Plus en détail

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd ÉTUDE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Février 2010 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports Ltd 231 avenue Jean Jaurès 2 Hilliards Court 69007

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes.

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes. F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Première L 2010-2011 DS4 quartiles et diagrammes en boîtes plages de normalité

Première L 2010-2011 DS4 quartiles et diagrammes en boîtes plages de normalité Première L 2010-2011 DS4 quartiles et diagrammes en boîtes plages de normalité NOM : Prénom : Exercice 1 : Elections régionales 1999 Le tableau ci-dessous donne les pourcentages des voix obtenues par le

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Le mode de vie de l'enfant 3.3 Le contexte En une vingtaine d années, le mode de vie des jeunes enfants a évolué sous l influence des changements dans la société

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France NATIONAL - N 18 Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France Synthèse du «Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France» Altares, Février 2014 Objectifs o Eclairer

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 8 décembre 2015 - N 15.043 L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 Fin octobre 2015, le nombre d intérimaires s établit à 640 600 en valeur corrigée des variations saisonnières (donnée provisoire). Il connaît

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

TD de démographie Licence Sciences Sociales Année 2005-2006 - Semestre 2 Thématique : Fécondité - Famille

TD de démographie Licence Sciences Sociales Année 2005-2006 - Semestre 2 Thématique : Fécondité - Famille Exercice 1 : Evolution de la fécondité en France Fécondité selon l âge de la mère et le rang de naissance 1 Par lecture, déterminer et commenter les valeurs des points correspondant au groupe d âges 20-24

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine 1 Introduction : estimations OMS 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% des décès peuvent être attribués à des facteurs

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT LE QUATRE PAGES INSEE AQUITAINE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EN AQUITAINE INSEE AQUITAINE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Souvent située à la 6 e place des régions métropolitaines,

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Année 2014 SOMMAIRE ❶ Type d emploi :...3 ❷ Pyramide des âges :...4 ❸ Conditions d emploi :...5 ❹ Les emplois par catégorie socioprofessionnelle :...6

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 CGDD / MEDDE / SOeS Chiffres et Statistiques NUMÉRO 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 Au deuxième trimestre 2015, 26 500 logements neufs ont été

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources Documentaires

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013 Service émetteur : Direction de l efficience de l offre de soins Professionnels de santé, Bureau du comité régional de l ONDPS Affaire suivie par : Mireille ALONSO Amandine ROUSSEL Jean-Louis COTART Courriel

Plus en détail

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS,

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France Les équipements hospitaliers 2.1 Le contexte En France, les équipements hospitaliers ont beaucoup évolué depuis une dizaine d'années sous l effet de différents facteurs souvent liés entre eux : les progrès

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI)

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Août 2013 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Effectifs et masse salariale prévisionnels de l activité

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Accidents de la vie quotidienne : surveillance et prévention Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Gaëlle PÉDRONO Chargée d études scientifiques Julie BODARD, Laure CARCAILLON,

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

Douanes : Commerce Extérieur

Douanes : Commerce Extérieur Données commentées Année 2015 SOMMAIRE ❶ Evolution des balances par zone d import/export :... 2 ❷ Evolution des balances par région administrative :... 3 ❸ Importations et exportations par région administrative.

Plus en détail

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 17 décembre 2007 N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 décembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

L'évolution des consommations finales d'énergie

L'évolution des consommations finales d'énergie Thème : Changement climatique et maîtrise de l'énergie Orientation : Maîtriser la consommation d'énergie et développer les énergies renouvelables L'évolution des consommations finales d'énergie par région

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Chiffres et cartes de la profession d architecte

Chiffres et cartes de la profession d architecte Chiffres et cartes de la profession d architecte Chiffres et cartes de la profession d architecte page 2 Les architectes français traversent une période difficile et sont confrontés à une transformation

Plus en détail

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 L3 - Évaluation de la qualité du chaînage des séjours hospitaliers : préalable nécessaire

Plus en détail

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012 L ajustement du secteur immobilier espagnol Janvier 2012 Chiffres-clés du secteur immobilier espagnol La hausse des prix en Espagne 1996-2008: les fondamentaux Environnement macroéconomique favorable.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013 Donneurs vivants Risques à long terme Michel R. Pâquet MD, PhD Unité de Transplantation Le Centre Hospitalier de l Université de Montréal Hôpital Notre-Dame Montréal Hôtel-Dieu Hôpital Notre-Dame Cours

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015 28 3 32 34 36 38 4 42 44 46 48 5 52 2 4 6 8 1 12 14 Taux d'incidence pour 1 habitants Grippe Bilan de la saison 214-215 22/5/215 L Institut de veille sanitaire, dans le cadre de ses missions de surveillance,

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

Synthèse : analyse comparative des pratiques assurantielles dans cinq pays.

Synthèse : analyse comparative des pratiques assurantielles dans cinq pays. Synthèse : analyse comparative des pratiques assurantielles dans cinq pays. La situation en matière de pratique assurantielle dans les 5 pays ciblés par l étude (Royaume-Uni, Italie, Allemagne, Danemark

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME. Evolutions 2008-2014. OBSERVATOIRE A'rH. de l'information financière

SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME. Evolutions 2008-2014. OBSERVATOIRE A'rH. de l'information financière SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME Evolutions 2008-2014 OBSERVATOIRE A'rH de l'information financière ATH publie, dans le cadre de son Observatoire de l information financière, une

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL Statistiques annuelles, 2010-2013 1. Données générales sur les premières cartes pour étrangers ou documents

Plus en détail