Roche de A à Z au service de la santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Roche de A à Z au service de la santé"

Transcription

1 Roche de A à Z au service de la santé

2

3 Roche de A à Z au service de la santé

4 2007 F. Hoffmann-La Roche SA Corporate Communications 4070 Bâle, Suisse Tous les noms de marque mentionnés sont des marques déposées. 8 e édition, revue et augmentée

5 Avant-propos Voici maintenant plus de 110 ans que Roche fait œuvre de pionnier dans la recherche, le développement, la production et la commercialisation de solutions nouvelles au service de la santé. Roche figure parmi les leaders mondiaux dans les secteurs pharmaceutique et diagnostique. En tant que plus grande entreprise de biotechnologie au monde, le groupe propose des produits et services novateurs qui trouvent leur application dans le dépistage précoce, la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies, et contribuent en tant que tels à améliorer la santé et la qualité de vie de l individu. Fortement axée sur la recherche, Roche est le leader mondial des produits pour diagnostic in vitro et des médicaments destinés aux domaines de la cancérologie et de la médecine de transplantation. Roche occupe également une position de premier plan en virologie et se montre dynamique dans divers autres domaines thérapeutiques majeurs, tels que les maladies auto-immunes, les affections inflammatoires, les maladies du métabolisme et les troubles du système nerveux central. Jour après jour, des dizaines de milliers de personnes mettent au service de notre entreprise leur capacité d innovation, faisant preuve d un engagement et d un professionnalisme tout à fait remarquables. Les hommes, les méthodes, les produits, les services: voilà ce qui caractérise aussi ce dictionnaire. Au fil du temps cet ouvrage de référence a vu le jour il y a plus de trente ans, le présent dictionnaire est devenu une véritable institution informant en détail des différents aspects de notre entreprise. Dans un langage aisément accessible, il guide le lecteur à travers l univers de Roche et lui offre un aperçu de nos activités multiples. Le succès de cet ouvrage parle de lui-même: jusqu à présent, plus de exemplaires ont paru en allemand, anglais, espagnol et français. Voici à présent la 8 e édition, revue et augmentée. De même que les éditions précédentes, elle doit être considérée comme un instantané photographique d un groupe en constante évolution. Car nous sommes sans cesse appelés à relever les défis que nous posent de nouvelles technologies et de nouvelles découvertes, en même temps que nous devons affronter les mutations survenant dans notre cadre d activité. Changement, renouvellement, innovation: trois maîtres mots qui ont marqué l histoire de Roche et restent les garants de notre réussite. Fidèle à cet esprit, ce dictionnaire entend constituer pour tous les intéressés une source précieuse d informations et situer dans son cadre un groupe dont l ambition a toujours été et demeure d être au service de la santé. Roche de A à Z Franz B. Humer Président du Conseil d administration et CEO 3

6 Acides aminés A Acides aminés. Constituants des protéines; composés organiques pouvant participer à de multiples réactions biochimiques, principalement par enchaînement en longues molécules filamenteuses. Une vingtaine des acides aminés présents dans la nature sont les constituants des protéines ou des polypeptides. La séquence des acides aminés est génétiquement déterminée ( gènes). L organisme humain est incapable de synthétiser ou ne synthétise qu imparfaitement dix des acides aminés naturels; c est pourquoi ces substances essentielles à la vie doivent être fournies par une nourriture riche en protéines. ADN. Abréviation désignant l acide désoxyribonucléique (en anglais: DNA). Substance chimique enroulée en double hélice, porteuse de l information génétique et, à ce titre, présente dans quasiment toutes les cellules vivantes. Se reproduit continuellement sous la même forme lors de la division cellulaire. Les principaux constituants de l ADN les bases, c est-à-dire les véritables porteurs de l information génétique sont l adénine, la guanine, la cytidine et la thymidine, que l on désigne généralement par leur initiale: A, G, C et T. L ordre de succession de A, G, C et T dans l ADN détermine l information génétique, le code biologique des gènes, qui sert de matrice pour la fabrication des protéines. L information génétique de l ADN est lue par des enzymes appartenant au groupe des polymérases, qui la transcrivent (transcription inverse) en un acide ribonucléique dit messager (ARNm), dont le code sera déchiffré par les ribosomes, qui sont les usines à protéines des cellules. L ADN est universel; il est présent dans les virus et les bactéries, de même que dans les cellules de tous les végétaux, de tous les animaux et de tous les hommes ( cellule humaine). ADN, puces à. Des micropuces à ADN permettant de procéder à l analyse génétique et fonctionnelle de génomes dans leur intégralité ou à d autres analyses génétiques complexes au moyen de centaines de milliers de sondes à ADN ( génie génétique) sont rassemblées sur une surface extrêmement réduite. A l heure actuelle, cette technologie porte essentiellement sur les applications biomédicales, par exemple en ce qui concerne la recherche sur le cancer ou l identification des facteurs responsables de la réponse de certaines populations de patients à certains médicaments. Dès 1995, Roche a engagé une première coopération avec Affymetrix, l un des premiers fabricants mondiaux de biopuces, faisant ainsi figure de pionnier dans l application de la technologie des puces à ADN dans les domaines thérapeutique et diagnostique. En 2003, Molecular Diagnostics, secteur de la division Diagnostics, a été la première entreprise à signer un accord déterminant, non exclusif, avec Affymetrix dans le but de poursuivre le 4

7 Airol Stockage de l information dans l ADN Corps Cellule Chromosome ADN Nucléotides Noyau Serveur PC Disque dur Programme Bits La recherche sur le génome humain a pour objet de déchiffrer l information encodée dans les gènes humains (sous forme d environ trois milliards de paires de bases de nucléotides A, T, C et G) et de comprendre les mécanismes par lesquels les erreurs de stockage et de traitement ainsi que les modifications (mutations) de l information génétique peuvent engendrer des processus pathologiques au niveau de la cellule. développement de la technologie des puces à ADN d Affymetrix pour le diagnostic et, en 2005, la FDA a homologué le test AmpliChip CYP450, premier et unique test autorisé par la FDA pour l analyse des variations génétiques héréditaires qui influent sur le métabolisme de nombreux médicaments souvent prescrits. Roche poursuit le développement de cette technologie dans le but de l utiliser dans le diagnostic différentiel de formes de cancer, telles que la leucémie ou le lymphome. Agoniste. Substance déterminant une activité pharmacologique analogue à Roche de A à Z celle du ligand naturel. Elle agit par l intermédiaire d un récepteur, c est-àdire d un site de liaison spécifique, biologiquement actif, situé à la surface de la cellule ( antagoniste). Airol. Premier produit développé, en 1894, dans les laboratoires de la maison Hoffmann, Traub & Cie, laquelle précéda la société F. Hoffmann-La Roche & Cie SA. Il s agissait d une association de bismuth et d iode servant de poudre vulnéraire. Airol a joué un rôle important dans le développement de Roche, dans la mesure où il a été à l origine de la fondation du premier centre de 5

8 Alzheimer, maladie d fabrication hors de Suisse, à savoir la société allemande Hoffmann-La Roche AG. A l époque, la législation allemande sur les brevets accordait aux produits étrangers une protection de trois ans au maximum. L échéance approchant, Fritz Hoffmann-La Roche acheta, en 1897, du terrain à Grenzach pour y monter une usine, de manière à prolonger la protection des brevets en fabriquant sur place le produit en question ( brevets). La marque Airol Roche a été réutilisée dans certains pays en 1973, cette fois pour un rétinoïde, médicament servant au traitement externe de l acné. Alzheimer, maladie d. Maladie du cerveau décrite pour la première fois par le neurologue et psychiatre munichois Alois Alzheimer ( ). De cause encore inconnue, elle se déclare la plupart du temps après l âge de 65 ans et détruit progressivement les structures cellulaires de l écorce cérébrale. Se signalant à son début par d importants troubles mnésiques et des états de prostration, elle aboutit peu à peu à l extinction quasi complète de la mémoire. Les soins dont doit être entouré le patient sont si importants qu il devient inévitable de le confier à une institution. L implication de facteurs génétiques semble de plus en plus certaine. Les porteurs de l allèle ApoE e4, par exemple, ont une probabilité accrue de développer la maladie d Alzheimer. D autre part, la mutation de certains gènes est susceptible d entraîner une apparition plus précoce de la maladie. Roche étudie à Bâle, sur des souris transgéniques dont le cerveau est porteur de caractéristiques typiques de la maladie, quelles pourraient être les causes de celle-ci et comment trouver des substances permettant de la combattre par voie médicamenteuse ( recherche, recherche, frais de). Aménagement des sites industriels. Fait, pour Roche: de créer des espaces de vie naturels pour les hommes, les animaux et les végétaux; d utiliser de préférence des végétaux locaux; d aménager, lorsque cela est possible, des espaces verts sur les toits; de laisser s écouler dans la terre l eau de ruissellement des toits; de préférer les pavés, les mélanges de dalles et de gazon, la marne ou le gravier à l asphalte. Roche voue un soin particulier au choix de ses sites ainsi qu à l orientation des constructions. L aménagement du cadre général est une donnée que les responsables intègrent dès les tout premiers stades de la planification, dans le souci de conférer à l ensemble un aspect équilibré. Les voies de circulation, les espaces verts de liaison, les surfaces de ruissellement, l aménagement de jardins sur les toits, etc. font partie d un plan général, qui commande l harmonie des divers éléments. Les espaces libres doivent être conçus pour la récréation de l homme et la vie des animaux et des plantes. Le 6

9 AmpliChip CYP450, test fait de créer des surfaces proches des surfaces naturelles permet de mettre le site en accord avec son écrin naturel. Exemple, Kaiseraugst, où ont été créés des espaces à l image de la campagne environnante: prés sur le sol pauvre desquels poussent, grâce aux vols naturels de semences, des espèces propres à la région; friches au substrat silicieux qui, abandonnées à elles-mêmes, fournissent un habitat à de nombreuses espèces animales; haies faites de buissons indigènes où vivent quantité de petits mammifères, d oiseaux et d insectes. AmpliCare, programme. Contribution de Roche Diagnostics à une meilleure prise en charge des patients malades du VIH-sida, là où les besoins sont les plus urgents à savoir dans les pays africains subsahariens ainsi que dans d autres pays faisant partie des moins développés selon la définition des Nations Unies. Dans le cadre de ce programme mis sur pied en 2002, Roche livre à des prix fortement réduits des tests permettant de déterminer la charge virale. Roche apporte en outre son soutien au contrôle des résultats et s engage en faveur de la formation et de la formation continue des médecins et des infirmières. Roche s efforce d adapter son engagement aux nécessités locales respectives. En coopération avec les laboratoires et les établissements hospitaliers, elle analyse par exemple quelles prestations ou Roche de A à Z quel soutien technique sont possibles et le mieux adaptés dans les conditions spécifiques de chaque pays; elle élabore ensuite une solution sur mesure. Roche Diagnostics prévoit d étendre le programme à d autres pays. Sont envisagés des pays à faible revenu selon la définition des Nations Unies. Dans ce contexte, Roche a déjà engagé le dialogue en Europe de l Est, en Amérique latine ainsi que dans d autres pays d Asie ( développement durable, engagement social). AmpliChip CYP450, test. Fondé sur la technologie des puces à ADN, ce test permet d analyser le génotype des gènes 2D6 et 2C19 du cytochrome P450 dans l ADN génomique provenant d échantillons sanguins de patients. Les résultats des tests permettent au médecin de prendre en compte l information génétique spécifique des patients lors du choix et de la détermination de la posologie de médicaments destinés à traiter certaines maladies fréquentes, telles que maladies car- 7

10 Amplification en chaîne par polymérase, PCR diaques, douleur et cancer. Ce nouveau test fournit aux médecins l accès à des informations qui peuvent s avérer utiles pour éviter des interactions médicamenteuses nocives ainsi que pour assurer une utilisation optimale des médicaments. Les effets indésirables des médicaments sont en effet responsables d un nombre très élevé d hospitalisations. Grâce à ce nouveau test, il sera également possible, dans certains cas, d éviter de recourir à un traitement médicamenteux moins adapté, voire nocif. Pour les patients, il est très important de savoir si certains analgésiques ou anesthésiques agissent différemment chez eux ou sont même totalement inefficaces. Chez les patients qui dégradent mal ou lentement certains médicaments, l effet de ces derniers peut persister plus longtemps. Les patients qui connaissent l existence de cette situation sont alors en mesure de réclamer d autres médicaments, mieux tolérés ( ADN, puces à, tests pour diagnostic, puce génique). Amplification en chaîne par polymérase, PCR (en anglais: Polymerase Chain Reaction). Méthode de biologie moléculaire à l aide de laquelle des segments définis d information génétique ( ADN) sont copiés à des millions d exemplaires pour une analyse d exclusion. Elle a été développée dans les années , sous la direction de Kary Mullis (prix Nobel de chimie 1993), par des chercheurs de Cetus Corporation, société californienne spécialisée en biotechnologie. En 1989, des chercheurs de Roche travaillant en collaboration avec Cetus ont commencé à développer les premières applications commerciales du procédé pour le diagnostic de maladies infectieuses. En 1991, Roche a acquis de Cetus les droits portant sur toutes les technologies et tous les procédés, ainsi que les droits sur le brevet pour tous les domaines d application, connus ou encore inconnus, de la PCR. Chiron (devenu entre-temps Novartis) a acquis le reste du savoir-faire de Cetus, y compris les droits liés aux brevets relatifs au VIH et à l hépatite C. La PCR est une des méthodes les plus importantes qu utilise la recherche fondamentale biologique et médicale pour mettre en évidence, déchiffrer et analyser les fonctions du patrimoine héréditaire des êtres vivants. Mais la PCR sert aussi à élucider l origine génétique de nombreuses maladies et à fournir à la recherche pharmaceutique les connaissances dont elle a besoin pour développer de nouveaux médicaments s attaquant à la cause même des maladies. Elle est aussi employée en médecine légale, dans la recherche de paternité ou pour déterminer l origine biologique des traces de sang ou de sperme ou celle des cheveux que l on retrouve parfois sur le lieu d un crime. Elle revêt en outre une grande importance pour le diagnostic précoce d infections ou de maladies héréditaires ainsi qu en cancérologie. Tel est le cas des infections provoquées par le virus du sida ou le virus de l hépa- 8

11 Amplification en chaîne par polymérase, PCR Grâce à l amplification en chaîne par polymérase (PCR), il est possible de multiplier des millions de fois un segment précis d ADN et d en obtenir ainsi, en quelques heures, une quantité suffisante pour permettre la mise en évidence de maladies héréditaires ou la présence de cellules cancéreuses ou de virus. tite C, ainsi que des infections dues à des germes comme Chlamydia, le bacille de la tuberculose ou encore les bactéries ou champignons responsables du sepsis. Cette méthode permet aussi de mettre en évidence des germes pathogènes latents, dont l identification est soit impossible, soit difficile, soit encore très longue à obtenir par d autres procédés. Elle constitue aujourd hui le moyen le plus efficace de mettre directement et rapidement en évidence une infection par le VIH. En outre, la PCR quantitative constitue un outil de choix pour surveiller l effet d un traitement chez des patients atteints d une infection due au VIH ou à un virus de l hépatite. Roche de A à Z Les tests PCR permettent également d améliorer la sécurité d emploi des dons de sang et des produits sanguins utilisés pour un grand nombre de traitements médicaux, grâce à un dépistage hautement sensible d éventuelles infections. La vaste gamme des tests que propose le secteur Molecular Diagnostics de la division Diagnostics lesquels reposent sur la technologie hautement sensible de la PCR et de la PCR en temps réel a bouleversé le domaine du diagnostic clinique de routine. Les premiers tests de cette lignée furent commercialisés en Aujourd hui, il en existe pour le virus de l hépatite C (détermination quanti- 9

12 Amplification en chaîne par polymérase, PCR Cobas Amplicor système de diagnostic moléculaire exécutant lui-même et automatiquement les opérations d amplification et de détection. Amplicor HIV-1 Monitor système permettant de mesurer au niveau moléculaire la quantité de virus (charge virale) présente dans le sang des personnes porteuses du VIH. tative et qualitative), pour le VIH-1 (test quantitatif et qualitatif), pour le bacille tuberculeux, pour Mycobacterium avium, M. intracellulare, pour Chlamydia trachomatis/neisseria gonorrhoeae, pour le virus de l hépatite B (test quantitatif), pour le cytomégalovirus (test quantitatif) et pour d autres agents pathogènes. L Amplicor HIV-1 Monitor a défini de nouveaux standards. Il a été le premier test commercial à permettre de déterminer la charge du VIH dans le sang des patients et donc de suivre avec une grande fiabilité l évolution de la maladie et d utiliser de façon plus ciblée les médicaments, par exemple les antiprotéases. Les autorités de santé américaines l ont homologué vers le milieu de 1996, en moins de sept mois, et il a reçu sur le marché un accueil extrêmement positif. Commercialisé dès 1995 en Europe, il est à ce jour le test le plus utilisé de la gamme PCR. En 1995 fut lancé le Cobas Amplicor, premier système automatique effectuant lui-même les opérations d amplification et de détection, et rendant ainsi le diagnostic moléculaire plus simple et plus efficace. En 2001, avec le lancement de l appareil Cobas AmpliPrep, le processus d automatisation a été poursuivi et complété. Cet appareil permet d automatiser la préparation des échantillons, les trois étapes du test pour diagnostic par PCR (préparation des échantillons, amplification et détection) pouvant ainsi être entièrement automatisées. Les derniers développements dans le domaine du diagnostic PCR chez Roche concernent des appareils permettant d effectuer des tests PCR en temps réel grâce à la technologie TaqMan. La commercialisation du premier appareil Cobas TaqMan remonte à La technologie TaqMan accélère et simplifie le diagnostic PCR et constitue une méthode quantitative hautement sensible, avec une large 10

13 Analyse, systèmes d plage de mesure linéaire. La PCR en temps réel en relation avec l automatisation de la plate-forme d appareils Cobas AmpliPrep et Cobas TaqMan représente un nouveau bond en avant dans le domaine du développement de méthodes de diagnostic PCR. En juin 2005, Roche a inauguré à Branchburg, New Jersey, Etats-Unis, sa plus grande unité de production PCR au monde. Cette unité se concentre sur la production et la livraison des produits leaders de la branche dans cette technologie. Roche a investi plus de USD 150 millions pour la construction de la nouvelle structure et la rénovation des installations existantes. La nouvelle usine va permettre à Roche Diagnostics de centraliser à Branchburg la production jusque-là répartie entre divers sites du New Jersey. Le nouveau centre emploiera près de 800 personnes. Quelque 350 nouveaux postes seront créés. Roche de A à Z Analyse, systèmes d. Systèmes fournissant des informations diagnostiques fiables, permettant aux laboratoires d accroître leur efficacité et conduisant à des améliorations notables de l efficience thérapeutique. Le secteur d activité Professional Diagnostics de la division Diagnostics propose entre autres à ses clients des systèmes d analyse entièrement automatisés, assistés par ordinateur, de marque Cobas, les systèmes Elecsys et la ligne Modular Analytics pour le diagnostic de laboratoire. Roche met à la disposition de ses clients un système fonctionnel et compatible d analyseurs automatiques et de réactifs. Des méthodes analytiques éprouvées photométrie, turbidimétrie, polarimétrie à fluorescence ou techniques électroanalytiques potentiométriques sont utilisées pour les tests clinico-chimiques. Les titrages immunoenzymatiques en phase hétérogène sont fondés sur le procédé de l électrochimioluminescence. Un large éventail de services propose en outre à chacun de nos clients une utilisation simple, sûre et efficiente de nos produits diagnostiques novateurs. Les solutions logicielles et la gestion approfondie des données conçues par Roche mettent en réseau le diagnostic de manière centralisée ou décentralisée. Données de laboratoire, valeurs mesurées et informations détaillées sur les patients sont ainsi accessibles en un clin d œil. Roche permet en outre de - regrouper sur une plate-forme les systèmes d analyse pour la chimie clinique et l immunologie en phase hétérogène (concept modulaire). Ces systèmes libèrent par ailleurs largement le personnel du travail de routine, lui permettant ainsi de se concentrer sur les activités spécifiques de laboratoire. 11

14 Analytique, méthode Analytique, méthode. En chimie, on entend par ce mot la détermination qualitative ou quantitative des constituants de composés ou de mélanges chimiques. Il appartient à l analyste de fournir des renseignements sur la structure et la composition d une substance qui lui a été confiée. Il choisit une méthode d analyse appropriée en fonction de la substance en question. Ce faisant, on recourt à des méthodes chimiques, physico-chimiques, biochimiques et biologiques. Grâce aux progrès de la technique, on parvient aujourd hui à faire la lumière sur le domaine infiniment petit de la liaison atomique. Le chimiste travaillant dans la recherche et dans la production chimique se sert de méthodes analytiques pour suivre le cours de la réaction, pour élucider des structures ou pour contrôler la pureté des composés préparés. Dans les grandes installations chimiques et pharmaceutiques, le déroulement des processus est commandé par l enregistrement et l évaluation automatiques de données analytiques. On recourt à des systèmes biologiques pour vérifier l efficacité ou la toxicité de substances. Ces systèmes permettent d évaluer l efficacité ou la toxicité ( toxicologie) d un médicament, et même de suivre le devenir de celui-ci à l intérieur de l organisme. Ainsi peut-on déterminer dans quelle mesure une substance administrée apparaît dans la circulation sanguine (biodisponibilité) et en est éliminée. Il est tout aussi important de savoir quels produits se forment dans l organisme au cours des transformations métaboliques (métabolites) et comment ils en sont éliminés. La mise en évidence quantitative, dans le sang, d une substance comme l acide acétylsalicylique, principe actif d un certain nombre d analgésiques, pris à raison de 500 mg par dose, présentait, il y a quelques années encore, des difficultés presque insurmontables. Or, à l heure actuelle, on peut même suivre dans le sang des substances administrées à des doses de l ordre du millionième de milligramme, et cela en dépit de la dilution importante qui survient encore dans la circulation. Pour déterminer d infimes quantités de substance qu il n est plus possible de détecter par voie chimique, le microbiologiste a aussi recours à des microorganismes. La méthode analytique joue un rôle central dans de nombreux domaines d activité de Roche ( qualité, contrôle de la, sécurité des produits). Les mesures prises dans le domaine de l hygiène du travail ainsi que l ensemble de la protection de l environnement reposent aussi, en définitive, sur des résultats fournis par la méthode analytique. Anémie. Diminution du nombre de globules rouges (érythrocytes) ou concentration sanguine insuffisante d hémoglobine, qui est le pigment rouge du sang et le transporteur d oxygène vers les tissus. L anémie peut avoir des causes multiples. Lorsque la fonction rénale n est pas normalement 12

15 Antagoniste assurée, ce qui peut être le cas après une grave infection rénale ou en présence d un diabète, le rein cesse ou diminue fortement sa production d érythropoïétine (EPO), cytokine stimulant la différenciation en érythrocytes de précurseurs formés à partir de cellules souches de la moelle osseuse. Pour combattre cette forme d anémie acquise, on dispose aujourd hui d une EPO humaine recombinante ( NeoRecormon) (époétine bêta). Les anémies peuvent également avoir pour cause une alimentation insuffisante, notamment trop pauvre en fer et en vitamine B 12. Certains pays d Afrique et du bassin méditerranéen connaissent des maladies héréditaires se caractérisant par des anomalies de la synthèse de l hémoglobine. C est le cas, par exemple, de l anémie à cellules falciformes (drépanocytose) et de plusieurs formes de thalassémie. Au cours de la chimiothérapie à laquelle sont soumis les patients cancéreux, on observe souvent aussi des anémies qui en plus des problèmes que leur cause la maladie sous-jacente provoquent un affaiblissement du taux d hémoglobine qu il leur faut combattre. Celui-ci s accompagne d une fatigue sévère et de difficultés de concentration qui sont ressenties comme très invalidantes ( C.E.R.A.). Angiogenèse. Processus physiologique de formation de nouveaux vaisseaux sanguins à partir de vaisseaux existants pour un meilleur apport d oxygène et de nutriments aux tissus. Roche de A à Z Dans des conditions cellulaires normales, l angiogenèse est indispensable à la croissance de l individu, à la cicatrisation et au développement de l embryon. L angiogenèse se poursuit tout au long de la vie et joue un rôle essentiel dans le développement harmonieux du corps humain. Mais l angiogenèse revêt également une importance décisive pour la croissance des tumeurs. Chez les cancéreux, la protéine VEGF (facteur de croissance de l endothélium vasculaire) est libérée par la tumeur et déclenche la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins. Il s ensuit une meilleure alimentation de la tumeur en oxygène et en nutriments, de sorte qu elle peut se développer et se propager finalement dans l organisme (formation de métastases). Compte tenu de son importance pour le développement des tumeurs, l angiogenèse constitue un point d attaque prometteur pour de nombreux types de cancer. Avastin est le premier médicament anticancéreux qui déploie son efficacité en se liant au VEGF présent dans la circulation sanguine et qui inhibe de ce fait la formation de vaisseaux sanguins immatures à proximité de la tumeur. Antagoniste. Substance qui abolit ou neutralise l action pharmacologique d une autre substance (l agoniste). Roche a par exemple développé, pour neutraliser l effet des benzodiazépines, un antagoniste appelé Anexate, utilisé en anesthésiologie et en médecine d urgence. 13

16 Anticorps Anticorps. Terme désignant un vaste ensemble de protéines (également appelées immunoglobulines), que le système immunitaire de tout organisme supérieur produit lorsqu un antigène pénètre dans cet organisme. En 1885, Louis Pasteur, à Paris, fut le premier chercheur à utiliser sélectivement en expérimentation animale la réaction antigène-anticorps à des fins de vaccination, sauvant ainsi un jeune garçon de la rage. Quelques années plus tard, le médecin allemand Emil von Behring (prix Nobel 1901) et son assistant japonais Shibasaburo Kitasato découvraient l existence des anticorps dans le sérum sanguin et se servaient pour la première fois de ces anticorps polyclonaux (c est-à-dire issus de nombreuses cellules B différentes) provenant du sang d animaux vaccinés pour combattre avec succès la diphtérie et le tétanos au moyen de sérums curatifs. Paul Ehrlich (prix Nobel 1908) élabora dix ans plus tard la première théorie relative à la structure et à l effet des anticorps, mais ce n est qu à une époque relativement récente que les immunologistes ont commencé à mieux comprendre ces rapports complexes, par exemple le fait que circule dans l organisme humain le nombre incroyablement élevé de à lymphocytes (un type de globule blanc), capables de former des milliers d anticorps différents. Le Danois Niels Kaj Jerne (prix Nobel 1984) a contribué de façon décisive à l élucidation de ces interactions: avec Albert Nordin, il a en effet développé aux Etats-Unis, au début des années 1960, une technique quantitative, simple et à lecture directe, de mise en évidence des différentes cellules qui sécrètent des anticorps contre un antigène déterminé. La méthode des plaques d hémolyse inventée par lui est devenue la base de l immunologie moderne, en particulier de l immunologie cellulaire. En 1969, alors que l ancien Institut d immunologie de Bâle était encore en construction, Niels Jerne qui en fut le premier directeur élabora une théorie fondée sur la génétique moléculaire, théorie permettant d expliquer comment peut se former l immense diversité d anticorps spécifiques que l on observe chez chaque individu. Sa conception élaborée à Bâle du système immunitaire, considéré comme un réseau de cellules et d anticorps se contrôlant mutuellement et se maintenant dans un rapport d équilibre de façon très spécifique, constitue le couronnement de son œuvre. Niels Jerne a non seulement enrichi la science de notions révolutionnaires, mais, par le côté stimulant de ses idées, il a incité de jeunes chercheurs à tenter des expériences nouvelles: c est ainsi que Georges Köhler et César Milstein (prix Nobel, partagé avec Niels Kaj Jerne en 1984) ont trouvé les anticorps monoclonaux. Susumu Tonegawa (prix Nobel 1987) a élucidé, à l ancien Institut d immunologie de Bâle, vers la fin des années 1970, la structure génétique des anticorps et démontré que leur immense diversité découlait de remaniements génétiques et de nombreuses mutations dues au hasard, affectant 14

17 Anticorps humanisés Anticorps monoclonaux obtenus à partir d hybridomes Antigène Rate Sang Cellules cancéreuses Fusion Cellules de la rate Hybridomes Sérum classique contenant des anticorps polyclonaux Sélection des hybridomes exerçant une activité d anticorps Obtention de lignées cellulaires (clones) à partir de cultures de cellules positives Anticorps monoclonaux En faisant fusionner des cellules provenant de la rate de souris et produisant divers types d anticorps avec des cellules cancéreuses «immortalisées», se divisant indéfiniment, on obtient des hybridomes, autrement dit des lignées cellulaires génétiquement identiques (clones), que l on peut garder aussi longtemps que l on veut en culture, où elles se reproduisent en formant chacune un type identique d anticorps. Ces anticorps, dits monoclonaux, trouvent de par leur spécificité des utilisations extrêmement précieuses dans la recherche et le diagnostic. Les anticorps monoclonaux humanisés sont des médicaments d un type nouveau, d une haute efficacité. certaines séquences de gènes, pendant la première phase de développement d un organisme: il confirmait par là même les théories de Jerne. Anticorps humanisés. Anticorps dans lesquels les différentes régions d ADN Roche de A à Z des sites de liaison à l antigène d une immunoglobuline animale (provenant généralement de la souris) ont été reportés par génie génétique sur la structure d une immunoglobuline humaine. Il s est avéré que ce type d anticorps n étaient pas aussi fré- 15

18 Anticorps monoclonaux quemment reconnus comme étrangers et neutralisés que les anticorps provenant intégralement de la souris ou du rat (à savoir qu ils présentent une immunogénicité réduite). Anticorps monoclonaux. Anticorps de structure et de composition strictement identique, produits par une lignée cellulaire unique, pouvant être fabriqués en grande quantité et avec un haut degré de pureté dans un but de recherche, ainsi qu à des fins diagnostiques et thérapeutiques. Les anticorps monoclonaux sont le résultat du croisement par fusion de deux lignées cellulaires provenant de mammifères différents (technique de l hybridome). Leur découverte a valu à Georges Köhler et César Milstein le Prix Nobel 1984 ( oncologie). (Voir schéma p. 15.) Anticorps polyclonaux. Anticorps qui, contrairement aux anticorps monoclonaux, sont issus d un grand nombre de clones différents de lymphocytes B et se distinguent donc les uns des autres par leur site de liaison àl antigène. Antigène. Terme désignant toute substance identifiée par le système immunitaire et déclenchant une réaction de défense (réponse immunitaire), dirigée par exemple contre des bactéries, des virus ou des parasites. En font aussi partie les réactions allergiques ou le rejet de greffons ( transplantation d organes). Agissent surtout comme antigènes les protéines se trouvant à la surface d agents pathogènes ou les toxines naturelles (venin de serpent ou d abeille). En principe, toute molécule d une certaine taille peut cependant jouer le rôle d antigène. De manière générale, les substances endogènes ne sont pas attaquées par le système immunitaire, sauf s il existe une maladie auto-immune. Le terme d antigène, qui dérive d antisomatogène, n a rien à voir avec la notion de gène. Anti-infectieux, agents. Substances chimiothérapiques obtenues par synthèse chimique ou par voie biotechnologique, utilisées dans le traitement de maladies infectieuses dues à des bactéries, des champignons, des parasites ou des virus. Grâce aux sulfamides, on dispose, depuis le milieu des années 1930, d une arme puissante contre ces agents pathogènes, ensuite relayée par les pénicillines ainsi que par d autres antibiotiques. Roche a développé un grand nombre de médicaments pour le traitement d affections virales, notamment Fuzeon, Invirase et Viracept contre le sida, ou encore Cymevene/Cytovene et Valcyte pour le traitement des infections à cytomégalovirus, qui peuvent, si elles ne sont pas traitées, aboutir à la cécité, voire compromettre le pronostic vital. Le développement des premiers médicaments antiviraux a constitué une étape clé dans le combat des affections virales. S il était communément admis jusqu alors que seules les vaccinations étaient efficaces contre les 16

19 Anti-infectieux, agents Pegasys, médicament développé par Roche pour le traitement de l hépatite chronique C. En ce qui concerne les chaînes bleu-violet, il s agit de molécules ramifiées de polyéthylène glycol (PEG) qui entourent le principe actif interféron alfa-2a (une protéine) on parle dans ce contexte de pégylation et le protègent ainsi d une dégradation trop rapide dans l organisme. Elles augmentent la stabilité de la protéine, ce qui accroît fortement l efficacité thérapeutique par comparaison avec l interféron alfa-2a non pégylé. virus, cette théorie a dû être reconsidérée. Les travaux de recherche et développement menés par Roche ont conduit à des approches thérapeutiques entièrement nouvelles mettant en œuvre des médicaments et des tests diagnostiques novateurs. Des médicaments Roche tels que Invirase et Fuzeon ainsi que des tests diagnostiques de plus en plus automatisés tels que le test qualitatif PCR pour la mise en évidence du VIH et le test quantitatif en temps réel PCR pour la Roche de A à Z surveillance de la charge virale ont offert aux médecins et aux patients des perspectives entièrement nouvelles dans le domaine du traitement de l infection à VIH. Basé sur l interféron une protéine naturelle Roferon-A a été l un des premiers produits utilisés dans le traitement de l hépatite C. Pegasys, leader mondial dans le traitement de l hépatite C, contient de l interféron alfa 2a (40KD) pégylé. Pegasys persiste plus longtemps dans l organisme pour combattre le virus. Administré une fois par semaine par injection, ce médicament offre d excellentes perspectives de guérison à un grand nombre de patients. Pegasys est autorisé pour un large éventail d indications, y compris pour le traitement des patients présentant une hépatite C avec cirrhose, une co-infection à VIH ou un taux d ALAT «normal». Pegasys est en outre le seul interféron pégylé autorisé pour le traitement de patients souffrant d hépatite chronique B. Copegus (ribavirine) est administré en association avec Pegasys et augmente fortement les chances de guérison. Les comprimés de Copegus sont pris une fois par jour avec Pegasys durant toute la durée du traitement. Cette association est aujourd hui considérée comme la référence. Depuis la commercialisation de nouveaux tests diagnostiques, basés sur la technologie PCR et PCR en temps réel, il est désormais possible d obtenir des résultats plus détaillés et de meilleure qualité pour l élaboration du diagnostic de 17

20 Antiparkinsoniens, médicaments cette affection virale et la surveillance de la réponse aux traitements. Tamiflu est un médicament qui permet un traitement causal de l infection grippale. Grâce à cet antigrippal et au test diagnostique correspondant, Roche propose depuis 1999 des outils très efficaces pour le diagnostic et le traitement de la grippe. Se déclarant à intervalles réguliers, l épidémie de grippe peut constituer un sérieux problème de santé publique et est indirectement responsable d un nombre considérable de décès dus à des affections secondaires. Parmi les agents anti-infectieux produits par Roche, il faut signaler en particulier Rocephin, de la famille des antibiotiques. Antiparkinsoniens, médicaments. La maladie de Parkinson (appelée aussi paralysie agitante) se caractérise par un tremblement (tremor) des extrémités, du tronc et de la tête, une rigidité musculaire, des gestes rares ou lents (bradykinésie) ainsi que divers symptômes physiques et psychiques associés. James Parkinson en a donné, en 1817, la première description exacte. La fréquence de la maladie augmente fortement audelà de 55 ans. Dans les années 1960, des chercheurs, dont le professeur Walther Birkmayer, à Vienne, constatèrent que certaines régions du cerveau des parkinsoniens produisaient des quantités insuffisantes d un neurotransmetteur appelé dopamine. Entre W. Birkmayer et Alfred Pletscher, qui dirigeait à l époque la recherche de Roche, s institua alors une étroite collaboration, dont naquit le premier traitement efficace de la maladie de Parkinson, la lévodopathérapie (Markus Guggenheim). La lévodopa (l-dopa, l-dihydroxyphénylalanine) est le précurseur permettant à l organisme de fabriquer la dopamine, c est-à-dire le neurotransmetteur manquant dans le cerveau des parkinsoniens. Pour être efficace, cette substance doit toutefois être administrée à hautes doses, d où des effets indésirables importants. On s aperçut par la suite que ceux-ci pouvaient être fortement atténués par l adjonction à la lévodopa d un inhibiteur enzymatique, le bensérazide. Ainsi naquit Madopar, qui associe ces deux substances. Madopar est beaucoup plus efficace et beaucoup mieux toléré que Larodopa et donne des résultats qu aucun autre médicament n est encore parvenu à dépasser à ce jour. Applied Science. Secteur de la division Diagnostics. Avec plus d un MagNA Pure LC Instrument ce système, qui isole les acides nucléiques (ADN et ARN) à partir des échantillons biologiques les plus divers, complète idéalement le système LightCycler. 18

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

La vie écrit les questions Nous cherchons les réponses

La vie écrit les questions Nous cherchons les réponses La vie écrit les questions Nous cherchons les réponses La vie écrit les questions. 1 Qu est-ce qui m aidera? L espoir est-il permis? Quand est-ce que les autres s en apercevront? C est long six mois? Faut-il

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires :

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : R a p p o r t d e x p e r t i s e DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : état des lieux j u i l l e t 2 0 11 Un médicament biologique est une substance produite à partir

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération Dr JACQUES SIMARD Le mandat de cette plateforme est d offrir l expertise à la fine pointe de la technologie afin de générer des données de séquence

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015 SAVE THE DATE! MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 2015 BioPharm America est le plus grand événement de partenariats

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

Gene Predictis parce que je suis unique

Gene Predictis parce que je suis unique Gene Predictis parce que je suis unique Route de Chantemerle 64 - CP 160 - CH-1763 Granges-Paccot Téléphone: +41 26 466 15 45 Fax: +41 26 466 15 46 info@genepredictis.com www.genepredictis.com Gene Predictis

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

des banques pour la recherche

des banques pour la recherche ADN, cellules, tissus... des banques pour la recherche FÉVRIER 2009 Les banques d échantillons de matériel biologique (tissus, cellules, ADN ), appelées biobanques, mettent à disposition des chercheurs

Plus en détail

Production de médicaments

Production de médicaments Production de médicaments Pour fabriquer des produits biopharmaceutiques, il faut des chercheurs qui tâtonnent inlassablement pour trouver les bonnes combinaisons. Car la plus légère des modifications

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable!

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable! MYRIAD La Cour Suprême des Etats-Unis revient sur plus de 30 ans de pratique : l ADN isolé n est à présent plus brevetable! Mauvaise passe pour les inventions en biotechnologies sur le territoire américain.

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Sang, plasma, plaquettes... Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors de son accouchement à reprendre des forces,

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail