RAPPORT FINAL PARTIE 1 EXPERIMENTATION «20 VILLES MOYENNES TEMOINS»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT FINAL PARTIE 1 EXPERIMENTATION «20 VILLES MOYENNES TEMOINS»"

Transcription

1 RAPPORT FINAL PARTIE 1 EXPERIMENTATION «20 VILLES MOYENNES TEMOINS» Thématique : Enseignement supérieur/immobilier universitaire Porteur : Communauté d agglomération du Pays de Montbéliard 8 Av des Alliés BP Montbéliard Cedex 1 Par Majda Haddach

2 Expérimentation Immobilier Universitaire Mettre en place des solutions innovantes et optimiser la gestion du patrimoine immobilier d enseignement supérieur et de recherche 2

3 SOMMAIRE L enseignement supérieur dans le Pays de Montbéliard Une diversité d enseignements, de formations et de recherche Le patrimoine immobilier universitaire des Portes du Jura Les enjeux de l Expérimentation L objet de l Expérimentation L optimisation de la gestion du patrimoine universitaire: un objectif commun Un campus de qualité pour garantir la pérennisation d un site Les moyens humains au service de projets innovants Un comité de pilotage pour la prise de décision Une organisation par groupes de travail Un cabinet de consultants Une référente expérimentation Les projets et études développés Benchmarking et séminaires d étude Convention de partenariat en termes de maintenance immobilière Bourse aux salles Propriété du bâtiment EDIM Conclusions et apports de cette expérimentation Annexes Liste des formations Comptes rendus de réunions Rapport de mission du cabinet de consultant Projet de convention de partenariat Descriptif du projet «bourse aux salles» 3

4 1. L enseignement supérieur dans le Pays de Montbéliard Le territoire de la Communauté d Agglomération du Pays de Montbéliard se compose de 29 communes, pour un total de habitants. Agglomération la plus industrielle de France en part de l activité, le territoire est fortement marqué par l activité de production automobile. Dans ce sens, depuis plus d une vingtaine d années, le District urbain d abord, puis la CAPM, ont œuvré de façon volontariste dans le sens d une diversification économique. L implantation d un site universitaire au début des années 1990, dans le cadre du plan «Université 2000», puis celui intitulé «Université du 3ème millénaire», ainsi que la consolidation d activités de recherche publique, font partie de ce mouvement. Si une teinte particulière a été donnée dans le sens du numérique, en lien avec Numérica, pôle régional du Multimédia de Franche-Comté, d autres activités ont également été développées, que ce soit en lien avec l industrie présente (traitements de surface, matériaux, nanotechnologie), ou encore dans une perspective d ouverture internationale (Langues étrangères appliquées), et de développement durable (diagnostic environnemental et gestion des risques). Le site universitaire des Portes du Jura, riche de sa diversité, accueille des formations d un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel l Université de Franche-Comté (UFC), ainsi qu une université technologique, l Université de Technologie Belfort Montbéliard (UTBM), et des laboratoires de recherche. 4

5 Une diversité d enseignements, de formations, et de recherches Comptant un peu plus de 2000 étudiants, le campus universitaire des Portes du Jura, constitue, associé aux sites de Sévenans et de Belfort, de l UFC et de l UTBM un pôle fort de plus de étudiants, tous dispositifs d enseignement supérieur confondus (liste des formations en annexe). Les principaux départements en présence sont : L UFR Sciences, Techniques et Gestion de l Industrie (STGI) L Université de Technologie Belfort Montbéliard (UTBM) L IUT Belfort Montbéliard (IUT-BM) Auxquelles s ajoutent les lycées dispensant des enseignements professionnels (BTS) La création en cours sur le site de Montbéliard du nouveau bâtiment du département de l UTBM : EDIM (Ergonomie, de Design et d Ingénierie Mécanique), va venir renforcer la coexistence et les synergies entre les deux établissements d enseignement. On constate également une grande diversité dans les thèmes de recherches défendus par les laboratoires présents sur le site. Les principaux laboratoires que l on retrouve sur le campus par leurs antennes et soutenus financièrement par la CAPM sont de l ordre de 7 : LASELDI, avec une antenne travaillant sur les objets multimédias et les outils de e- learning, LIFC, Laboratoire d Informatique de Franche-Comté, spécifiquement sur les technologies mobiles, et la diffusion / collecte d informations en situations de mobilité, FEMTO-ST, travaillant par exemple sur la physique médicale, la radioprotection et materiau biocompatible, LERMPS en matériaux, spécifiquement sur les traitements par Phase Vapeur (PVD), LCE, Laboratoire Chrono-Environnement, développe des recherches fondamentales dans le domaine des sciences de la vie et de l environnement, SET-ERCOS, sur les questions d ergonomie et de conception de systèmes, Théma, propose des concepts, des méthodes et des outils informatiques pour comprendre le développement d un territoire. La présence de ces équipes de recherche en informatique, multimédia, environnement, traitements de surfaces, études des rayonnements a permis la création de master et de licences professionnelles originales, et à fort potentiel de débouchés sur le marché de l emploi. Un site universitaire nouveau doit présenter des atouts différenciateurs en comparaison des pôles universitaires traditionnels. Dans ce sens la qualité du campus et des équipements mis à disposition sur ces sites correspondent à une réelle obligation. C est pourquoi le choix de la CAPM pour cette expérimentation s est porté de façon spécifique sur la question des relations entre collectivités, universités et Etat, dans le domaine de l immobilier et des équipements. 5

6 Le patrimoine immobilier universitaire des Portes du Jura Le campus des «Portes du Jura» se compose de 17 bâtiments réalisés par la Communauté d agglomération du Pays de Montbéliard et représentant une surface totale hors oeuvre de m² bâtis développés et affectés à des établissements universitaires (Université de Franche Comté, et Université Technologique de Belfort-Montbéliard), à des équipes de recherche publiques et privées, à la SEM NUMERICA et à des «services» (CDDP, CROUS, gymnase, Maison des Métiers de la Ville ). Il conviendra d ajouter la résidence universitaire (84 logements) et le 5ème département de l UTBM (6 327 m2) en cours de construction. La surface des seuls bâtiments de l UFC représente m², soit : 2210m² pour le bâtiment STGI A; 1801m² pour STGI B; 1924m² pour STGI C; 1506m² pour les amphitheatres; 2781m² pour SRC; 2770m² pour Mesure Physiques; 2240m² pour Réseaux&Tél.; 1671m² pour GACO et 1765m² pour la bibliothèque. Pour mémoire, les surfaces totales de l UFC sur l ensemble de ses sites régionaux représentent environ m2, ce qui fait correspondre celles de Montbéliard, à un peu moins de 5% du total de l université. Les bâtiments, tous construits sous maîtrise d ouvrage de la CAPM, relèvent de deux situations juridiques : transfert et remise en propriété à l Etat après construction et maintien en tant que propriété de la CAPM pour utilisation par des organismes multiples (laboratoires, équipement sportif ). Compte tenu du rôle majeur joué par la CAPM tant dans la construction des bâtiments que dans leur maintenance, celle-ci assume de fait le rôle d interlocuteur privilégié des divers utilisateurs et, en particulier des universitaires de l UFC d autant que la distance avec les services centraux (plus de 80 kms), est un des facteurs qui concoure à un suivi «lointain et irrégulier» des bâtiments alors que nombre de ceux de l UFC exigent des interventions importantes et rapidement. La Ville de Montbéliard à quant à elle construit les parkings du campus et apporté l appui nécessaire à la réalisation d une résidence universitaire en centre ville. La CAPM apporte enfin les terrains et les financements d une deuxième résidence sur le campus. Parmi les projets phares que la CAPM entend soutenir dans le domaine de l enseignement supérieur et de la recherche, on retrouve la création : du nouveau bâtiment de l UTBM, «Ergonomie, Design, et Ingénierie Mécanique», d une école de radioprotection (sans création de surface nouvelle), d une plateforme technologique «nouvelles mobilités du futur», d une nouvelle résidence universitaire, d une extension du restaurant universitaire. Autant de Projets ambitieux qui nécessitent une grande cohésion, une gouvernance concertée, et une visibilité élargie. 6

7 2. Les enjeux de l expérimentation Dans l ensemble des évolutions rencontrées actuellement par l Université française, que ce soit par la réforme nationale, mais également par les mouvements locaux et interrégionaux, de nombreux défis sont posés pour l avenir des sites universitaires d agglomérations moyennes. De façon synthétique, les grands enjeux pour le pôle universitaire du Pays de Montbéliard peuvent être résumés de la façon suivante : la consolidation de l offre d enseignement et de la qualité de la recherche, dans un environnement concurrentiel accru, l élargissement au plan international avec l accueil d étudiants étrangers et l accès des étudiants français aux campus européens et mondiaux, l intégration dans l ensemble universitaire Rhin-Rhône, et dans le PRES Bourgogne Franche-Comté Universités. un meilleur rapprochement entre les deux établissements universitaires présents sur le territoire, en termes d enseignement et de recherche, un enjeu fort sur l insertion professionnelle des diplômés, à la fois comme garant de la qualité des formations délivrées, et pour continuer le travail de diversification entrepris sur le tissu économique local (diffusion des technologies numériques dans l industrie par exemple). Dans ce sens, l Université a mis en place sur son site de Montbéliard des projets innovants comme le développement de l apprentissage en DUT et Licence Pro (GACO, Réseaux et Télécom, Mesures Physiques ). 7

8 3. L objet de l expérimentation Le pays de Montbéliard situé aux frontières de grandes villes universitaires, se trouve dans une situation concurrentielle en termes d enseignement supérieur et de recherche. En complément des efforts consentis pour l implantation de formations de qualité et le développement de la recherche, l objectif de cette expérimentation, consiste à garantir de bonnes conditions d enseignement tout en rationalisant le patrimoine présent. 8

9 L optimisation de la gestion du patrimoine universitaire : un objectif en commun Après environ 15 ans de fonctionnement pour les premiers, certains bâtiments montrent certaines défaillances, et menacent parfois de dégradations rapides. Pour éviter d attendre que les coûts de reprise ne soient trop important, et surtout que le site ne perde de son attractivité malgré le caractère récent de sa construction, cette expérimentation a pour objectif d en assurer un meilleur fonctionnement à l avenir, et de garantir ainsi son maintien en état optimal, le tout dans un souci d économie globale de l argent public. Aujourd hui, il apparaît que l Université de Franche-Comté confrontée au vieillissement très important de son parc immobilier d une surface totale bâtie de m² et réservant ses interventions aux urgences les plus graves, n est pas en mesure d apporter une réponse satisfaisante à ces désordres, partiellement consécutifs à un défaut d entretien régulier. Dans un contexte marqué par de nouvelles législations, notamment la loi LRU de 2007, soulevant ainsi de nombreuses questions sur la gouvernance et l avenir des universités, il a été opportun pour la CAPM mais aussi pour toutes les entités concernées par le système universitaire de réfléchir sur les possibilités d assurer de bonnes conditions d enseignement en centrant l expérimentation sur l immobilier universitaire. 9

10 4. Les moyens humains au service de projets innovants L expérimentation menée à Montbéliard a pu se développer par l échange, la réflexion et le travail en groupe. 10

11 Un comité de pilotage pour la prise de décision La réflexion a été menée par un comité de pilotage, dont la mission était de structurer et d organiser la démarche de façon concertée entre tous les partenaires directement impliqués sur ces questions. Chaque projet organisé, ainsi que chaque décision relative à l expérimentation, a été discuté et validé par ce comité. (Comptes rendus en annexe) Ce comité s est réuni plusieurs fois selon la composition suivante : le président de l UFC Le vice-président de l UFC La Secrétaire général de l UFC La rectrice d académie La vice-présidente à la Région La représentante du maire de Montbéliard Le représentant de la Caisse des dépôts, chargé du développement territorial La représentante DIACT L élu CAPM à l enseignement supérieur Le directeur UTBM, Montbéliard Le Secrétaire générale UTBM, Le chargé du patrimoine UTBM, Les membres des cabinets de consultants Les membres de la direction enseignement supérieur de la CAPM 11

12 Une organisation par groupes de travail Plusieurs groupes de travail animés par la CAPM, ont été mis en place selon des thématiques différentes. (Comptes rendus en annexe) Un groupe de travail technique qui a été réuni afin que chaque technicien et personnel administratif concerné par ce projet puisse présenter ses besoins et ses possibilités d action. Que ce soit au sein du service bâtiment de la CAPM ou au sein des services techniques de l UFC, les attentes étaient fortes et les propositions également. Dans le domaine juridique, un groupe de travail s est mis en place en interne, afin de déterminer les marges de manœuvre à prendre en compte. Après avoir identifier les besoins et les possibilités d action en terme de maintenance, il a été exclu que soit mis en place une délégation pur de maîtrise d ouvrage. Un travail en profondeur a alors permis la réalisation d une répartition des tâches en fonction de leurs natures : fonctionnement/investissement. En ce qui concerne l organisation des projets réfléchis, diverses réunions entre membres de l UFC et membres de la CAPM se sont succédées, afin de discuter et négocier, les détails et organiser les décisions prises en comité de pilotage. Les réunions se sont tenue aussi bien à Montbéliard qu à Besançon. La CAPM a également participé aux groupes de travail organisés par la DIACT, regroupant l ensemble des villes moyennes concernées par l expérimentation. Ce fut l occasion d échanger sur les méthodes diverses utilisées par nos voisins. Ces colloques nationaux ont permis l identification de villes ayant des modes d organisation se rapprochant des nôtres dans le domaine de l enseignement supérieur. Pour prendre exemple, la commune de Troyes avait entre autres pour objectif le rapprochement des deux universités présentes sur son territoire, afin que l une puisse bénéficier du rayonnement de l autre. La collaboration des universités présentes sur le site des portes du Jura à Montbéliard étant également une préoccupation majeure pour la CAPM. 12

13 Cabinets de consultants Afin de mener à bien son projet, la CAPM a fait appel à un groupement de cabinets de consultants : «Latitude Etudiante conseil» et «IneTe», afin de l accompagner dans sa démarche de réflexion juridique, fiscale, financière et organisationnelle sur la gestion de l immobilier universitaire, notamment pour l expertise au niveau national. Après une évaluation de la situation locale et un premier constat de l'organisation entre les partenaires, le rôle des consultants a été de : effectuer, au niveau national, un regard historique et documentaire sur les modalités de gestion du patrimoine immobilier universitaire réaliser une démarche de benchmarking approfondir les conditions éventuelles d'application d'une circulaire de la DGCL sur le fonds de compensation de la TVA, et de la loi sur l'expérimentation dans les collectivités locales élaborer les fondements d'une convention entre la CAPM et l'ufc ( Le rapport de mission du cabinet de consultants est présenté en annexe) 13

14 Une Référente expérimentation Toujours dans cet objectif d identifier une démarche nouvelle en terme d enseignement supérieur, il a été fait appel à une référente en interne pour ce projet expérimental en terme de gestion immobilière universitaire. La mission confiée consistait en la réflexion et détermination de solutions concrètes pouvant correspondre à l objectif fixé par la DIACT dans le cadre de son programme. Cette démarche s accompagne d une organisation et d une préparation des différents travaux menés par les différents groupes de travail, afin d identifier les projets les plus à même d être développés. Lors de ces réunions de travail ont été proposés des projets, tel que la mutualisation des salles de cours, ou encore la mise en place d un partenariat encadrés. Par la suite, la mission consistait, avec l aide des différents participants, en l approfondissement et à la mise en œuvre des projets décidés par le comité de pilotage. En effet, après avoir identifier la forme juridique que devait prendre ce partenariat, à savoir une convention de cofinancement en terme de d immobilier, il a fallut ensuite construire le corps de ce texte. Au vu de la complexité d une telle mise en œuvre, la réalisation d annexes techniques, fixant entre autre la répartition des charges, fut nécessaire. Et enfin, la réalisation de ce présent rapport final fut la moyen de présenter l intérêt de la démarche adoptée par la CAPM. Une manière de montrer que bien que la coopération en terme d immobilier universitaire fut souhaitée par l ensemble des acteurs, elle a toutefois nécessité un travail de concertation et de négociation intense. 14

15 5. Les projets développés Benchmarking et séminaires d étude Un Benchmarking national a été réalisé par les cabinets de consultants, reposant sur un panel de collectivités ayant des caractéristiques communes (25 villes) et consistant à établir des comparaisons sur leurs pratiques en terme de gestion du patrimoine immobilier universitaire. Une série de questionnaires constituait l outil principal de ce benchmarking. Les conclusions de ce benchmarking, apportées par les consultants (et jointes en annexe), mettent l accent sur l inexistence d un réelle système de gestion adapté aux nouvelles relations Etat/universités/collectivité. On constate alors un fort besoin en la matière. Il a alors été jugé opportun d aller voir plus loin, chez nos voisins Suisse, afin d identifier des modes d organisations qui pourraient servir de modèle. Un séminaire d étude à Lausanne qui consistait en un voyage d étude réunissant les différents partenaires impliqués, a permis de constater les modes de partenariats en vigueur dans une situation étrangère comparable, en termes de gestion immobilière. L une des particularités mise en place au sein de l UNIL (université de Lausanne) est la mise en place d une structure : BUD «intervenant en tant qu intermédiaire entre partenaires et arbitre des investissements» et permettant une maintenance régulière et efficace du patrimoine immobilier. Ce système a fait l objet de réflexions au sein du comité de pilotage. Toutefois la complexité du système suisse et surtout sa particularité, tant en termes d organisation, et de capacités financières, a rendu ce modèle inadapté au système montbéliardais. (Un compte rendu relatif à cette étude est jointe en annexe) 15

16 Convention de partenariat en terme de maintenance immobilière Le résultat de ces différentes réflexions, a consisté en la mise en place d un projet de convention de partenariat et de cofinancement en matière d immobilier universitaire, entre l UFC et la CAPM (projet joint en annexe) Celle-ci permettrait d encadrer l implication respective de l université de Franche comté et de la CAPM dans la gestion de ce patrimoine universitaire et fixerait une organisation encadrée de l immobilier. Cette convention déterminant les engagements réciproques des parties en terme de prise en charge et d exécution des travaux, permettrait à une collectivité de garantir l investissement qui devront être effectué sur ces bâtiments, laissant ainsi moins de contraintes aux établissement universitaires, ceux-ci se concentreront essentiellement sur les travaux d entretien courant. En contrepartie l université verse à la collectivité une participation financière lui permettant la réalisation et le suivi de la grosse maintenance. Il s agit ici d une solution permettant aux instances les plus proches et les plus à même de constater les travaux à effectuer, de s impliquer dans la gestion du patrimoine universitaire afin de pérenniser l immobilisation. Ce fut également l occasion de mettre en place une instance décisionnelle regroupant les personnes concernées par la gestion de l immobilier, afin de décider des réalisations à effectuer sur le pôle U, aussi bien en termes de fonctionnement, que d investissement. Le groupement envisagé serait un «comité de maintenance» constitué d élus, d universitaires et de membres de la collectivité publique. Le projet étudié, constitue une étape majeure dans la mise en place d un travail d équipe et dans la mutualisation des idées. En effet, dans un site où l on distingue plusieurs entités différentes, des statuts juridiques différents, et des activités de natures diverses également, il était plus que nécessaire d instaurer une concertation commune, afin d en faire ressortir des projets innovants visant à pérenniser et à renforcer l attractivité du site universitaire de l agglomération Montbéliardaise. L objectif étant de tirer profit de cette diversité. Cette convention a donc fait l objet de nombreux échanges, notamment avec la direction de l université de Franche Comté, mais aussi avec les représentants de l Etat. Elle a reçu l avis favorable des différentes instances. 16

17 Bourse aux salles D autres réflexions, sont venues compléter cette expérimentation, notamment sur l intérêt d une mutualisation des salles de cours, afin de faire face aux besoins de chacun, et notamment à un taux d occupation des salles de cours relativement faible dans certains bâtiments, et à une carence de salles dans d autres départements. Selon le rapport de la Cour des comptes : «aux termes des données collectées en 2008 qui concernent 76 % des établissements, le taux d utilisation des amphithéâtres et des salles banalisées est estimé à 72 % par rapport à une occupation théorique optimale». Dans l objectif d une gestion optimale des salles de cours, et dans le cadre de l expérimentation immobilier universitaire, il a été proposé lors d un des comité de pilotage un projet de «bourse aux salles», consistant en la mise à disposition des locaux universitaires implantés sur le campus des portes du jura, par les différents établissements et composantes en présence, pour des activités d enseignement. (Descriptif joint en annexe) Ce projet a été reçu favorablement par l ensemble des membres du comité de pilotage, mais nécessite une organisation approfondie. Le projet est en cours de réalisation. 17

18 Propriété du bâtiment EDIM D autres projets en réflexion au début de l expérimentation n ont pas aboutis. Tel que la sollicitation de propriété permanente du nouveau bâtiment de l UTBM: EDIM (Ergonomie Design et Ingénierie Mécanique) en construction par maîtrise d ouvrage déléguée à la CAPM. L objectif était de permettre un suivi régulier de la maintenance de ce nouveau bâtiment. Par un courrier en date du 15 octobre 2008, le Rectorat n a pas répondu positivement à cette requête, au titre de la loi n du 4 juillet (courrier joint en annexe) 18

19 6. Conclusions et apports de cette expérimentation A l heure actuelle nous avons réussi par le moyen du programme engagé par la DIACT à définir une collaboration structurée entre différentes entités ayant des intérêts communs, dont le principal étant l attractivité du site universitaire. Que ce soit dans un cadre conventionnel, ou dans le cadre d une entente prenant toute autre forme d habillage, l enjeu est avant tout de faire ressortir des idées et des projets judicieux par le biais du travail en équipe, et par l échange. Un autre objectif est de permettre de faire ressortir un exemple de production, un modèle de gestion pouvant être étendu sur d autres territoires. Nous constatons que de nombreuses collectivités ne savent pas comment agir sur son territoire quand il s agit du domaine de propriété de l Etat, et ont du mal a crée ce lien avec l université sans outre dépasser ses compétences dans ce domaine. En élargissant et en structurant ce système de co-gestion et de partenariat Etat/Université/Collectivité, on pourrait voir se résorber les difficultés de gestion du patrimoine immobilier universitaire, dont la Cour des Comptes fait acte dans nombreux de ses articles. 19

20 PARTIE 2 : ANNEXES EXPERIMENTATION «20 VILLES MOYENNES TEMOINS» Thématique : Enseignement supérieur/immobilier universitaire Annexe 1 : Liste des formations Annexe 2 : Comptes rendus de réunions Annexe 3 : Rapport de mission du cabinet de consultants Annexe 4 : Convention de partenariat CAPM/UFC Annexe 5 : Descriptif du projet «bourse aux salles»

21

22

23

24

25

26

27 Rapport Montbéliard VOLUME I : Rapport de mission Mission d Accompagnement de l expérimentation sur l immobilier universitaire dans le cadre de l appel à projets «20 villes moyennes témoins» de la DIACT François Rio - Jean-Paul Domergue Jean-marc Thieffine Latitude Etudiante Conseil - IneTe

28 S O M M A I R E Préambule : Statut du rapport final...3 Rapport de Mission 1 - La question posée et les enjeux Le contexte La démarche : organisation et déroulement Les résultats par thèmes : 4.0 Cadrage préalable Documentation et réglementation (avril à juin 2008) Le benchmarking (juillet à décembre 2008) Enquête sur 25 villes : élaboration, questionnaire, réponses Entretiens institutionnels Séminaire de LAUSANNE (décembre 2008) Le champ d application de la circulaire DGCL du 22 juin 2006 sur la TVA Le champ d application de la loi organique du 1 er août 2003 sur l expérimentation dans les collectivités locales L élaboration de la convention entre la CAPM et l Université de Franche-Comté (février-mars 2009) Synthèses et perspectives Bibliographie et références documentaires Latitude Etudiante Conseil & Inete Communauté d Agglomération du Pays de Montbéliard septembre 2009 p2

29 P R E A M B U L E Le présent rapport intervient à l issue de la troisième et dernière phase de la mission d accompagnement à la gestion du patrimoine immobilier universitaire confiée au groupement de bureaux d études Latitude Etudiante Conseil et IneTe par la Communauté d Agglomération du Pays de MONTBELIARD par marché n La phase finale, initialement envisagée par la CAPM comme pouvant initialiser une démarche de mobilisation d une «réunion des exécutifs», a de fait été clôturée au plan opérationnel par le vote du Conseil Communautaire en date du 20 mars 2009 approuvant le rapport présenté par la CAPM et le projet de convention entre celle-ci et l Université de Franche-Comté concernant les conditions de maintenance partagée des ensembles immobiliers d Etat mis à disposition de l Université sur le Campus Portes du Jura. L achèvement opérationnel induit néanmoins, comme précisé au cahier des charges, un accompagnement post-mission, à une restitution nationale de l expérimentation objet de la mission. Latitude Etudiante Conseil & Inete Communauté d Agglomération du Pays de Montbéliard septembre 2009 p3

30 R A P P O R T D E M I S S I O N 1 - LA QUESTION POSEE ET LES ENJEUX La question posée consistait, pour l essentiel, à définir dans quelles conditions une collectivité territoriale, la Communauté d Agglomération du Pays de Montbéliard, pouvait intervenir, à quel niveau et selon quel processus formel, dans la maintenance du patrimoine immobilier d Etat mis à disposition de l Université de Franche-Comté et dont la réalisation avait été co-financée, comme dans nombre de villes moyennes et grandes, par des collectivités locales et territoriales en complément des financements d Etat. Cette recherche se justifiait par plusieurs facteurs convergents : l éloignement du site par rapport aux services centraux de l Université, l état des bâtiments de l UFC sur son site principal à BESANCON qui lui interdit de consacrer avec le même niveau d intervention du temps et des financements à la maintenance de bâtiments récents, l insuffisance chronique des crédits dont (comme la plupart des universités françaises) elle dispose pour la maintenance. A l inverse, le souhait de la CAPM est fort de maintenir les installations en état, tant pour l image du site universitaire à l égard des populations que pour une saine gestion des deniers publics en évitant que des dégradations progressives n exigent ensuite des travaux lourds de remis en état. Par ailleurs, cette démarche s inscrit dans un double processus d évolution de la gouvernance des Universités. La DIACT avait initié, depuis 2007, une recherche d organisations expérimentales de gouvernance territoriale dans les villes moyennes autour de 4 thèmes dont l enseignement supérieur a représenté le point principal. Dans ce cadre, elle a engagé, en juin 2007, un appel à projets avec financements de par dossier, appel à projets pour lequel la CAPM a été retenue au titre de l expérimentation originale qu elle proposait de démarche conjointe université-collectivité locale de maintenance du patrimoine immobilier. Latitude Etudiante Conseil & Inete Communauté d Agglomération du Pays de Montbéliard septembre 2009 p4

31 Dès lors, au-delà de l intérêt local pour les deux partenaires, le projet revêt un caractère d intérêt national sur un thème encore jamais structuré dans les villes moyennes malgré la diversité des formules existantes sur le terrain, tant en termes de propriété des bâtiments que de maintenance, d exploitation et de rationalisation de l utilisation. Il faut noter que la démarche devait être facilitée par le consensus local sur l objectif, l Université ne voyant qu avantages à l intervention technique et financière de la CAPM ; la CAPM étant volontaire pour ce partenariat sous condition cependant d un investissement significatif de l Université, et l Etat intervenant surtout comme garant de la légalité, l aspect financier le dégageant d un effort qu il ne pouvait assurer. Latitude Etudiante Conseil & Inete Communauté d Agglomération du Pays de Montbéliard septembre 2009 p5

IRMA 25207 / CREST / FEMTO-ST UMR 6174 CNRS

IRMA 25207 / CREST / FEMTO-ST UMR 6174 CNRS 1 The Montbéliard Radiation Protection Pilot Project: a global approach of radiation protection adressing occupational, public and patient exposures at the level of a large urban community I. NETILLARD

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur Contribution à la mission de contrôle du Sénat Avril 2010 Avant-propos La présente contribution est issue des travaux effectués par

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d'affaires en contrôle des bâtiments de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes Evaluation

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels Le master Ingénierie de Projets culturels et interculturels (IPCI), conçu en partenariat avec Sciences-Po Bordeaux,

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I. Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.D et proposition Le contexte Une absence de concurrence «réelle» lors de la procédure

Plus en détail

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Juin 2006 10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Article publié dans le Courrier des maires, n 191 du 01 mai 2006, par Emmanuel Duru, Responsable des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Tourisme d affaires, festivalier et environnement urbain de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et commercialisation des produits de la filière forestière

Licence professionnelle Gestion et commercialisation des produits de la filière forestière Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et commercialisation des produits de la filière forestière Université Pierre Mendes France - Grenoble - UPMF Campagne d évaluation

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international général de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d affaires en ingénierie électrique et électronique de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques

Plus en détail

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes.

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. Recommandations : 16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. 17- Assurer non seulement une meilleure lisibilité

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseil et développement agricole de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2015 et 2016 Contexte Pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux du secteur du bâtiment,

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Création et administration de SIG de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion opérationnelle et juridique des ressources humaines de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Modélisation et décision dans le risque de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire )

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Bientôt en Alsace : La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Création d une usine-école unique en Europe L Etat, dans

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5 ASSISTANCE AU DEPOUILLEMENT DES OFFRES POUR UNE OPERATION DE TIERCE MAINTENANCE APPLICATIVE, EVOLUTION ET PRESTATIONS ASSOCIEES DU SYSTEME D INFORMATION DE GESTION CAHIER DES CHARGES Version : 3.0 Date

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion du temps de travail et des rémunérations de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

MASTER ÉTUDES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARCOURS PROJETS EUROPEENS

MASTER ÉTUDES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARCOURS PROJETS EUROPEENS MASTER ÉTUDES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARCOURS PROJETS EUROPEENS Domaine ministériel : Sciences humaines et sociales Présentation Nature de la formation : Diplôme national de l'enseignement supérieur

Plus en détail

Une alliance unique pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs évolutions

Une alliance unique pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs évolutions Une alliance unique pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs évolutions Les collectivités territoriales font face à des enjeux toujours plus complexes Une gestion publique en évolution

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion 1/9 Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion La loi du 13 août 2004 a confié à l'assurance Maladie de nouvelles responsabilités en matière de

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 de l'université Lille 3 Juin 2009 Section des Unités

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : IUT d EVRY Département Génie Thermique et Energie Domaine : DEG / STS Mention : Métiers de l'immobilier : gestion et développement de patrimoine immobilier Parcours

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Tourisme. Université Lumière - Lyon 2. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Tourisme. Université Lumière - Lyon 2. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Tourisme Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président En vertu

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS STATUTS DU CENTRE DE GESTION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DES SAINTS PERES (CG-CUSP) VU le Code de l éducation VU le décret

Plus en détail

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE 2 Projet organisation administrative et technique > Sommaire Sommaire PREAMBULE POURQUOI? Les objectifs

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de gestion patrimoniale immobilière de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Licence professionnelle Systèmes d information, méthodes et outils

Licence professionnelle Systèmes d information, méthodes et outils Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Systèmes d information, méthodes et outils Université Pierre Mendes France - Grenoble - UPMF Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle commerce spécialité commerce B to B en milieu industriel Autorité responsable de la certification

Plus en détail

APPEL A PROJETS TTIM. (Territoires Touristiques Internet et Mobilité)

APPEL A PROJETS TTIM. (Territoires Touristiques Internet et Mobilité) APPEL A PROJETS TTIM (Territoires Touristiques Internet et Mobilité) Face aux enjeux majeurs que représente l explosion de l usage d internet et notamment des réseaux sociaux pour le tourisme, la Région

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

CONVENTION TYPE CONCERNANT LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL À L'ÉTRANGER DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE DE NIVEAUX V ET IV

CONVENTION TYPE CONCERNANT LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL À L'ÉTRANGER DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE DE NIVEAUX V ET IV accueil B.O. 2003 n 44 du 27 novembre 2003 - sommaire MENE0302367C Encart CONVENTION TYPE CONCERNANT LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL À L'ÉTRANGER DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseiller-Gestionnaire de clientèle de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Commerce «Transactions et gestion immobilières» Autorité responsable de la certification

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration et gestion des entreprises de l Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Langues et interculturalité de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Présentation du Programme INTERREG V A France-Suisse 2014-2020 1 er juillet 2014

Présentation du Programme INTERREG V A France-Suisse 2014-2020 1 er juillet 2014 1 Présentation du Programme INTERREG V A France-Suisse 2014-2020 1 er juillet 2014 Partie 1 Le programme INTERREG V France-Suisse 2014-2020 2 3 Carte du territoire INTERREG France-Suisse 2014-2020 Gouvernance

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS) de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

9 Synthèse des recommandations

9 Synthèse des recommandations 9 Synthèse des recommandations Ce chapitre synthétise sous forme de tableaux les recommandations de l évaluation à mi parcours. Il distingue les recommandations transversales issues de l analyse de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail