LA MISSION PREMIERE D UN EQUIPEMENT EVAPORATIF QUALITE ULTIME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MISSION PREMIERE D UN EQUIPEMENT EVAPORATIF QUALITE ULTIME"

Transcription

1 Eurovent Certita Certification (ECC) & Cooling Technology Institute (CTI) présentent ensemble à l industrie la certification de tours de refroidissement et de refroidisseurs à circuits fermés sur le plan mondial. La certification de la performance est la référence pour les utilisateurs finaux, les consultants, les installateurs, les fabricants et les gouvernements afin de sécuriser l investissement en produits de qualité. LA MISSION PREMIERE D UN EQUIPEMENT EVAPORATIF est de rejeter à l atmosphère la chaleur d un procédé à refroidir. A première vue un point évident, MAIS non. En utilisant la méthode appropriée, une quantité de chaleur peut être rejetée à l atmosphère. Cependant, savoir exactement comment le refroidisseur évaporatif rejette la chaleur est un défi. La détermination précise de la capacité de rejet de chaleur est de la plus haute importance pour l Utilisateur final, le Bureau d études, le Fabricant et le Gouvernement afin de déterminer l efficacité de la méthodologie de rejection de chaleur. QUALITE ULTIME Evaluer la qualité d un produit se limite généralement à l évaluation de sa fonctionnalité, de sa maintenance, longévité, durée de vie, sécurité et même l apparence esthétique. Cependant, l aspect le plus fondamental de la qualité pour une machine est sa capacité à remplir sa fonction initialement prévue. Pour un équipement de refroidissement évaporatif, cette mission est le bon rejet de chaleur. Quantifier le niveau de température auquel la chaleur est rejetée est réellement un défi qui requiert expertise et savoir-faire. Les normes nationales et internationales pour le test de performance thermique ont été rédigées en collaboration avec les sociétés d ingénierie, les associations et les instituts. Ces normes se concentrent sur le test de performance en tant qu élément d une mise en service d une installation spécifique. Les fabricants cependant ont besoin de programme de tests de performance thermique qui certifient la performance pour une gamme complète de produits qui garantisse aux tierces parties la bonne performance en accord avec les données publiées. Selon les lieux de fabrication, un fabricant pourrait aussi souhaiter garantir la reproduction cohérente et identique du dimensionnement d origine avec par conséquent une garantie transférable pour alterner les localisations de production. 1

2 Pour l industrie de la climatisation, Eurovent Certita Certification joue un rôle majeur en établissant un terrain d intervention pour que les fabricants certifient la performance et garantissent l intégrité fondamentale de leurs lignes de produits. Le logo Eurovent Certified Performance indique que cette exigence de qualité a été atteinte et n a pas besoin d être prouvée de nouveau après la décision du client et après le procédé de production du fabricant. La certification Eurovent élimine la pratique ancienne d inclure des marges de sécurité, des arrondis supérieurs aux charges thermiques, bulbes humides et débits d eau et au budget d investissement. ECO-DESIGN Le Parlement Européen et le conseil de l Union Européenne ont établi un ensemble climat et énergie qui représente un ensemble de réglementations contraignantes ayant pour but de s assurer que l Union Européenne respecte ses objectifs ambitieux climat et énergie pour Ces objectifs, connus comme les objectifs , établissent trois objectifs clé pour 2020 pour l Union Européenne : Une réduction de 20% de l émission des gaz à effet de serre comparée au niveau de celle de Une augmentation de la part de la consommation énergétique issue de l énergie renouvelable à 20% Une amélioration de 20% de l efficacité énergétique. Pour atteindre ces objectifs, l Union a publié la Directive 2005/32/EC qui définit un cadre de travail pour les exigences de l éco-design des produits utilisant de l énergie (EUP). La Directive 2009/125/EC est une refonte de la 2005/32/EC et étend le champ d application aux produits liés à l énergie (ERP). Finalement, la Directive 2012/27/EC établit un cadre de travail commun de mesures pour la promotion de l efficacité énergétique au sein de l Union Européenne dans le but d atteindre les objectifs de l Union pour 2020 et d assurer moins de dépendance aux importations d énergie de l extérieur de l Union Européenne. Les Directives ci-dessus ont pavé un passage pour une multitude de directives eco-design spécifiques pour les machines. Ces Directives sont applicables pour établir des exigences de performance énergétique pour les systèmes de construction techniques, en particulier pour tester et calculer l efficacité énergétique des Produits Utilisant l énergie comme décrits dans la Directive 2010/21/EU sur la performance énergétique des bâtiments. Selon Mr. Frank Hovorka, Directeur de la Durabilité du Patrimoine à la Caisse des Dépots de Paris : l efficacité énergétique prend rapidement de l importance pour évaluer la valeur d un bâtiment. Les responsables de patrimoine reconnaissent l importance de la construction durable et recherchent des paramètres bien définissables pour différencier les produit(s de qualité avec une performance énergétique prouvée.» La certification de la performance thermique est cruciale dans le procédé pour avoir un guide pour déterminer la valeur présente et future de l investissement.. Il est évident que les objectifs ambitieux établis par l UE ne seront atteints que si les fabricants tiennent les promesses de performance de leurs produits. La certification de la performance thermique pour les tours de refroidissement garantit que les données de performance promises sont réellement atteinte et ainsi la certification contribue à tenir les objectifs énergétiques de l UE. 2

3 LA CERTIFICATION DE LA PERFORMANCE THERMIQUE EN EUROPE La certification de la performance thermique est restée un sujet récurrent dans l agenda de l Association «Project Group 9, Cooling Towers». La réglementation européenne changeant rapidement, le besoin de construction de bâtiments durables Eco design et la prise de conscience que la tour de refroidissement certifiée améliorera la crédibilité d un circuit de refroidissement naturellement au premier plan de l efficacité énergétique, ont convaincu les fabricants de tours de refroidissement de re-démarrer le programme de certification.. Les points essentiels pour la nouvelle certification réussie ont été : L utilisation de normes de certification habituellement acceptés pour la certification d une gamme complète. Accessibilité au programme identique pour les fabricants aussi bien Européens qu internationaux L acceptation globale de soutenir le marché européen tourné vers l exportation La certification par essais en laboratoires aussi bien que sur site afin d augmenter la souplesse de certification pour tous les fabricants. Afin de faciliter l établissement de ce programme, un protocole a été signé entre Eurovent Certita Certification et the Cooling Technology Institute (CTI). Ce protocole décrit la coopération entre les deux organisations, là où le CTI met à disposition la structure et le savoir-faire pour la certification de performance thermique et ECC fournit l administration garantissant la cohérence des produits certifiés et promeut le programme de certification en Europe. La réputation internationale forte du CTI et la reconnaissance soutenue par l administration solide de ECC garantissent un programme de certification efficace. LE PROCESSUS DE CERTIFICATION Les procédures décrites dans les documents Operational Manual OM for the Certification of Cooling Towers and the Rating Standard for Cooling Towers RS 9C/ sont appliquées. NO CTI certified YES En conformité avec le document OM , le processus de certification commence avec la candidature à la certification. Le fabricant soumet à ECC toute la documentation nécessaire pour chaque gamme de produits et déclare également accepter les règles générales écrites dans le manuel General Eurovent Certification. Le document le plus important à fournir est la base de données : Data of Record (DOR) qui définit techniquement la construction exacte des modèles d équipement de refroidissement devant être thermiquement certifiés. La procédure de qualification succède à la candidature. Le fabricant qualifie une ligne de produits en réalisant un test de performance initial, en conformité avec le standard Eurovent Apply ECC Data analysis & Thermal performance testing Manufacturer plant audit ECC certificate delivered Data analysis Technical committee Manufacturer plant audit ECC certificate delivered RS 9C-2014 et réalisé par une agence de certification licenciée par le CTI. Cette norme d évaluation RS 9C fait directement référence au document CTI STD201 (OM/RS) - Thermal Performance Certification of Evaporative Heat Rejection Equipment & Performance Rating of Evaporative Heat Rejection Equipment. Les lignes de produits déjà certifiées CTI sont transposées au cadre de certification Eurovent. Passed Passed Approved Passed 3

4 Dans le but de garantir la duplication exacte de la construction de l équipement transposé, le document Eurovent OM définit une procédure d audit d usine : pratiquement toutes les données entrées d un modèle sélectionné au hasard dans l usine du fabricant européen sont auditées et comparée au produit qui a été certifié CTI à l extérieur de l Europe. Un test de performance réussi selon la norme CTI STD 201(RS/ OM) et un audit usine réussi aboutissent à une certification Eurovent. La Répétition est essentielle pour garantir la continuité de la performance et de la construction. Le document CTI STD201 et par conséquence le document OM définit un test de re vérification annuel réalisé par une agence de certification de performance licenciée. Le test positif et l audit d usine réussit conduisent au renouvellement de la certification Eurovent. Cependant, les tests de performance et l audit d usine peuvent conclure à des résultats de performance moindre. Le traitement de cet écart fait partie du document OM et des procédures claires sont décrites expliquant comment mettre en oeuvre les actions correctives et leurs conséquences. Le traitement de l écart peut être activé pendant la qualification et la procédure de re vérification ou sollicité lors d une plainte d un client. Le traitement d un écart ne peut pas être pris à la légère par le fabricant. Des résultats non satisfaisant peuvent remettre en question la certification d une gamme complète et peuvent conduire à la révocation de cette gamme des sites Eurovent Certita et CTI et la notification d échec à la totalité des membres CTI et de l industrie. CERTIFICATION VIS A VIS DE TEST INDEPENDANT SUR SITE L objet de la certification est de mettre en place un programme assurant aux utilisateurs d équipement de refroidissement évaporatif que tous les modèles d une gamme de produits d un fabricant particulier sont en phase avec les performances publiées. Le fabricant est assuré que le test de performance thermique en tant que base de certification de la ligne de produit répond aux règles de la concurrence intègre sur un terrain d égalité. La certification est un acte de participation volontaire au test de performance thermique et d un audit d usine appliquant des règles communes à l ensemble des participants. Afin de garantir la précision indiscutable des résultats d essais, tous les équipements utilisés pour la qualification initiale et pour la ré évaluation doivent être propriété du CTI ou du laboratoire licencié par le CTI, et approuvé par l administrateur de la Certification Thermique du CTI. La fréquence de calibration et la précision des instruments sont également prévus. Seul un nombre limité d agences de certification de test licenciées par le CTI ont autorité pour réaliser la qualification de la certification thermique et les tests de vérification. Toutes les agences de tests licenciées sont sélectionnées avec attention et comptent généralement des décennies d expérience. Elles utilisent des procédures identiques pour les tests de certification thermique et toutes envoient les résultats des tests à l Administrateur de la Certification CTI pour une évaluation cohérente des résultats. En Europe, en raison de l absence dans l industrie de participation à un programme de certification pendant de nombreuses années, les propriétaires et les consultants ont accepté les déclarations de performance des fabricants. Dans certains cas, le test selon des normes telles que la norme EN13741 «test d acceptation de performance thermique pour les tours de refroidissement à tirage mécanique fabriquées en série» est demandé. L utilisation d agences non expérimentées, non licenciées pouvaient cependant conduire à des résultats sujets à caution, et avec des additions statistiques indésirables de tolérances provenant de la lecture peu précise des résultats obtenus avec un matériel contestable pour ajuster le résultat. Le test sur site de performance thermique indépendant fait généralement partie de la procédure de réception, et est exécuté pour cela juste après l achèvement de l installation technique. Cependant, en raison de la nature du projet de bâtiment, les besoins de refroidissement à ce moment rencontrent rarement les conditions de dimensionnement. Dans la plupart des cas, obtenir une charge thermique stable est un défi en soi. Un test sur site de validation thermique des performances, exigeant des températures, un débit d eau, et un bulbe humide stables est difficile à mettre en oeuvre le plus souvent. Les tests et ré exécution des tests 4

5 peuvent être demandés, parfois par une agence différente avec un équipement de mesures, une méthodologie et un savoir-faire différents. En plus de ces défis, une plage de temps pour une bonne prise de mesures (typiquement à la mi-été) la complique encore plus. En plus de tout cela, il y a un coût supplémentaire pour le propriétaire de l installation pour le test d acceptation. Tout ceci démontre clairement les avantages d un programme de certification. La certification des équipements de refroidissement évaporatif garantit les performances thermiques avant l expédition du matériel, et cela sans coût pour l acheteur! L installation d un équipement sous dimensionné est évitée et les couts consécutifs de mesures d amélioration, ou encore le coût de pénalités de consommation énergétique sur toute la vie de l équipement sont ainsi évités. Selon M. Roi Wanders, Ingénieur mécanique chez Jacobs Engineering Belgique : l importance de la certification des performances thermiques repose sur le fait que cela établit une grande confiance dans le produit, et évite les écueils d un manque de performance une fois que l installation a été mise en service ou est utilisée par le client final». CONSEQUENCES DU MANQUE DE PERFORMANCE Une déficience dans la performance de la tour de refroidissement est souvent rencontrée dans de nombreuses installations. L équipement de refroidissement évaporatif fait partie d un circuit de refroidissement, souvent combinant de nombreux éléments. Chacun des éléments de ce circuit influence les autres éléments associés, et l efficacité du système est limitée à la faiblesse du maillon le plus faible. Un manque de performance du système de refroidissement évaporatif a un effet limité sur la consommation du système de refroidissement évaporatif lui-même, ce qui est souvent plus important est la consommation énergétique globale du système que l équipement de refroidissement évaporatif sert. Par exemple, dans un système de refroidissement d une climatisation conventionnelle, la puissance du ventilateur (et de la pompe) de l équipement de refroidissement évaporatif est faible comparée à celle du groupe froid (souvent un facteur de 10). Cependant, la puissance du compresseur est liée directement à la température de condensation du groupe froid, et cette température de condensation est directement définie par la performance du système de refroidissement évaporatif. La température ambiante à laquelle le système de climatisation peut basculer en free cooling diminue également. Cet effet dramatique qu est le manque de performance du refroidissement évaporatif sur la puissance électrique du groupe froid va bien audelà de quelque pour cent de gain que le fabricant de groupe froid peut offrir en installant des moteurs électriques à haut rendement (tels que demandés par la Directive EU 640/2009/EC). L impact sur le coût d exploitation est également considérable, et conduit à une augmentation de la facture électrique. De plus, la tour doit travailler davantage afin de satisfaire la performance thermique demandée, conduisant alors à une consommation électrique encore accrue. 5

6 Selon l application, le manque de performance du refroidissement évaporatif peut aussi conduire à une augmentation de la température dans le bâtiment, et selon l utilisation du bâtiment, la conséquence peut être acceptable pour une période courte, ou tout simplement inacceptable. Cependant, le manque de performance du système de refroidissement évaporatif pour une application industrielle (avec ou sans groupe froid dans le circuit de refroidissement) peut conduire à des pertes de production significatives et à un danger d exploitation ordinairement inacceptable. Le manque de capacité peut conduire à un risque pour les utilisations en continu et sont le plus souvent difficiles à détecter lors de la mise en service. La plupart du temps, ces manques sont indétectés et représentent une pénalité énergétique continue qui doit être payée par le propriétaire. Des hypothèses conservatrices dans le calcul des charges du bâtiment, des occupations du bâtiment réduites, les pics de température extérieure, et l utilisation de bulbe humide plus élevé vont souvent couvrir les effets du sous refroidissement d un équipement de refroidissement évaporatif, mais les effets négatifs pour le propriétaire/ les utilisateurs finaux resteront. Les systèmes surdimensionnés souvent ont de faibles performances comparé aux systèmes de refroidissement bien dimensionnés. COMMENT SPECIFIER LA CERTIFICATION DE PERFORMANCE THERMIQUE Performance thermique et efficacité La tour de refroidissement doit refroidir m3/h d eau de C à C à une température de dimensionnent du bulbe humide de C. La performance thermique doit être certifiée ECC en conformité avec les standards de certification ECC et CTI. L équipement sans certification ECC fera l objet d un test de performance thermique sur site ou en usine réalisé par une société de test tierce et indépendante selon les normes reconnues. Valeur spéciale La Certification assure à l acheteur que la tour n est pas sous-dimensionnée accidentellement ou intentionnellement par le fabricant. La certification seule n est pas suffisante pour vous assurer que la tour fonctionnera bien dans un cas particulier. La certification est établie dans des conditions relativement ajustées, telles que définie dans la documentation du fabricant, mais les tours ne sont pas toujours installées dans de telles conditions. Elles peuvent être affectées par des structures proches, des machines, des confinements, des rejets d autres tours de refroidissement, etc. Les bureaux d études et les propriétaires doivent en conséquence prendre en considération les effets induits dans la sélection de la tour afin d assurer une performance thermique complète, mais l acheteur doit insister au moyen d une spécification écrite (incluant la description de l implantation) que le bureau d étude/ le fabricant soit responsable de la garantie de cette performance dans le monde réel. Cependant, l installation d un produit certifié donne l assurance au propriétaire que le produit lui-même donne la performance pour laquelle il a payé. Les fabricants publient des recommandations d implantation, des manuels d installation, d exploitation et de maintenance, tous devant être suivis pour une installation réussie. CONCLUSION ET AVANTAGES DE LA CERTIFICATION DE PERFORMANCE THERMIQUE Propriétaires/Utilisateurs finaux sont les partenaires les plus importants de la certification de performance thermique. Ils décident des exigences essentielles que le consultant doit spécifier. L utilisateur final est le fournisseur d un budget d investissement et paie mensuellement la facture énergétique du système de refroidissement. Comme mentionné dans le paragraphe précédent, la performance de la tour de refroidissement est essentielle pour la performance du système global de refroidissement. Ceci est un facteur crucial dans l évaluation de la durabilité et la valeur à long terme des immeubles et des unités industrielles. Ci-dessous, vous trouverez un résumé énumérant les avantages spécifiques de la certification de performance thermique Eurovent-CTI pour les tours de refroidissement et les refroidisseurs à circuit fermé. 6

7 Les propriétaires et les utilisateurs finaux: La performance thermique garantie de l équipement sans coût additionnel. L installation de l équipement qui est sélectionné et évalué sur des bases permettant une évaluation intègre des offres concurrentes sur un même terrain, avec 100 % de capacité thermique en retour de l investissement. Gouvernement, régulateurs de l Union Européenne: Base fiable et indépendante pour l évaluation de l efficacité des produits consommant de l énergie. Un programme à grande échelle accessible à tous les fabricants dans un marché global. Bureaux d études: normes fiables pour spécifier et éviter des manquements attribués à la conception du système de refroidissement. Identique pour le propriétaire/ utilisateur final, la certification de performance thermique est un facteur clé de prise de décision qui garantit une comparaison honnête des fournisseurs sans coût supplémentaire pour le propriétaire/ l utilisateur final. Installateurs: Pas de coûteux rappels liés à la différence de capacité. Exclusion des doutes de capacité pour les composants certifiés dans le cas où un système de refroidissement est sous performant dû à des parties tierces. Exigences élémentaires pour construire une relation avec des fournisseurs de confiance. Fabricants de tours de refroidissement: Concurrence honnête base sur des standards établis par des experts du refroidissement évaporatif, résultant en un développement de produits plus rapide et une innovation durable. La certification de performance thermique est un élément primordial pour une conception gagnante et durable, et offre des avantages considérables à tous les segments de l industrie. EUROVENT Eurovent Association représente, promeut et défend l industrie devant institutions Européennes, nationales ou internationales et collabore avec les autres associations sous le même chapiteau. Au fil des années, Eurovent est devenu un interlocuteur incontournable et respecté dans toutes les questions liées à l industrie, et en particulier dans le changement climatique et l efficacité énergétique. Afin de remplir cette mission, Eurovent Association développe des programmes de certification pour l industrie toute entière au travers de la certification Eurovent Certita dans le but d établir la nécessaire crédibilité et un levier au travers des réglementations européennes. Eurovent représente 1015 sociétés dans 13 pays européens, emploie personnes générant un chiffre d affaires annuel de 21.3 milliards d Euros. Eurovent a été fondé en 1958 et fonctionne sous son nom actuel depuis Le principal objectif du programme Eurovent Certita Certification (ECC) est de certifier les équipements de refroidissement (et/ou composants) indépendamment de Eurovent Association. ECC dispose de ses propres départements technique, marketing, commercial et juridique et est structurellement indépendant de Eurovent Association. Eurovent Certita Certification est largement établie et connue dans l industrie européenne du refroidissement et défend une position forte pour être crédible et bien organisé et un partenaire de confiance concentré sur une approche mutuelle européenne établissant un terrain de rencontre parmi tous les intervenants sur le marché européen. Actuellement 17 programmes de certification sont actifs et contrôlés par des auditeurs dédiés et des directeurs de programmes. Eurovent Certita Certification a établi le premier programme de certification des tours de refroidissement au début des années 90. Le manuel 9.2 «test d acceptation de performance thermique de tours de refroidissement d eau standard à tirage mécanique» fut créé par tous les constructeurs importants en Europe à cette époque. Cependant, le programme a souffert du manque de participants et n a pas réussi à décoller sur le marché. Au début de 2012, ECC a établi son nouveau programme de certification pour les équipements évaporatifs de réjection de chaleur en collaboration avec le CTI. Le programme est dans sa 3e année avec une participation des fabricants couvrant une large part du marché européen. Pour toute information complémentaire du le programme Eurovent Certita Certification, visitez le site ou contactez Mr. Ian Butler MSc. (Directeur du programme ECC pour les tours de refroidissement). 7

8 COOLING TECHNOLOGY INSTITUTE (CTI) Le Cooling Technology Institute (CTI) est une association à but non lucratif, auto gérée de fabricants, fournisseurs, propriétaires, utilisateurs et de designers. L adhésion est ouverte à toutes les parties ayant un intérêt pour la technologie de réjection de chaleur. Parmi les objectifs statués du CTI, on trouve l intérêt pour l avancement de la technologie, la conception et la performance des équipements de réjection de chaleur, la protection contre la pollution de l eau et de l air, et la conservation de l eau comme ressource naturelle. Le CTI fut fondé en 1950, et a fourni un support d information et d échange de données parmi les fabricants et les utilisateurs d équipements évaporatifs et produits associés pendant plus de 60 ans. Le CTI se réunit tous les 6 mois pour conduire les affaires courantes, les présentations, les guides avancés du comité de travail du CTI, les normes, les codes, et les papiers officiels. Il développe également des codes et des normes de tests standardisés et s engage dans la recherche. Un objectif clé du CTI est d établir et de promulguer l utilisation des codes, normes et les spécifications ayant pour but d obtenir une qualité uniforme satisfaisante dans la technologie de réjection de chaleur. Pendant plus de 60 ans le CTI a également fourni des services de test de performance des tours de refroidissement aux membres et aux non membres. Commençant en 1993, le CTI a fourni ces services de test au travers d agences de test multiples, chacune examinée, qualifiée et licenciée par le CTI pour conduire de tels tests. Les documents établissant le programme, et sous lequel il opère, sont développés par un groupe de travail sous les auspices du Comité de Direction du CTI. La mission du CTI est de défendre et de promouvoir l utilisation de systèmes de transfert thermique évaporatifs responsables, les tours de refroidissement et la technologie de refroidissement au profit de l industrie en encourageant l éducation, la recherche, le développement et la vérification de normes, les relations avec les gouvernements et l échange d information technique. Les objectifs du CTI: Maintenir et étendre le nombre de membres Identifier et traiter les sujets nouveaux et en évolution Encourager et soutenir la recherche coopérative Assurer des niveaux de qualité et de performance minimum acceptables Etablir une norme de tests et des systèmes et des procédures d analyse de performance Communiquer avec influence sur les entités gouvernementales Encourager et soutenir les forums et les méthodes pour échanger l information technique. Le CTI a publié sa première norme STD-201, la Norme de Certification pour tours de refroidissement d eau commerciales en Plus tard ce standard est devenu la Norme pour la Certification de Performance Thermique des Equipements de Transfert Thermiques Evaporatifs. La dernière révision a créé un OM & RS (Operation manual and rating standard : manuel d utilisation et normes d évaluation) comme mentionné précédemment. Initialement, cette norme décrivait une matrice extensive de tests à des fins de qualification. Identique au premier programme Eurovent de certification de tours de refroidissement, le programme initial du CTI exigeait aussi des ressources conséquences que ne nombreux fabricants ne pouvait pas justifier. Après une période d évaluation et les révisions de la STD- 201, la participation au programme a commencé. Le programme a crû sensiblement de 1992 comme le montre le schéma ci-dessous. Actuellement, 34 fabricants et 8 marques privées sont listées avec une ou plusieurs lignes de produits certifiés CTI. Pour information complémentaire sur le CTI, visiter le site ou contactez Mme Virginia A. Manser, Administrateur CTI à l adresse : AUTEURS Rob Vandenboer, Subgroup Marketing Strategy Chairman, Cooling Tower Compliance Committee Ian Butler, MSc Project Manager, Eurovent Certita Certification CT/ECC/ F

La certification NF des équipements multi-énergies

La certification NF des équipements multi-énergies La certification NF des équipements multi-énergies Conférence INTERCLIMA - 5 novembre 2013 INTERVENANTS : Christine KERTESZ AFNOR CERTIFICATION Sophie BOCQUILLON Sylvain CURTY EUROVENT CERTITA CERTIFICATION

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION INTERNATIONAL CONFEDERATION OF INSPECTION AND CERTIFICATION ORGANISATIONS LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION QUI SOMMES NOUS ET QUE FAISONS NOUS? CEOC international est

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

L efficacité énergétique...

L efficacité énergétique... Michael Rader Product Marketing Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 05 I 2008 Les bâtiments collectifs et tertiaires représentent plus de 40 pour cent de la consommation totale d énergie primaire en

Plus en détail

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 Manuel* réf. : PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 RDT-ISC-0002-2014-Rév 0 3 NOTES DE DOCTRINE *Manuel = Manuel Qualité - PI = Procédure Interne - PE = Procédure Externe RÉDACTION VÉRIFICATION APPROBATION

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE EVOLUTION DES REGLEMENTATIONS QUELQUES DEFINITIONS

Plus en détail

Session 8 : Assurance Qualité des produits absents du Programme de Préqualification de l OMS

Session 8 : Assurance Qualité des produits absents du Programme de Préqualification de l OMS Session 8 : Assurance Qualité des produits absents du Programme de Préqualification de l OMS Question aux participants Comment s assurer de la qualité et de l intégrité d un produit qui n a pas été préqualifié

Plus en détail

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions 1 L AUDIT ÉNERGÉTIQUE: UNE ÉTAPE PRÉALABLE À LA MISE EN ŒUVRE DE TOUTE DÉMARCHE

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Les Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème Édition, ont été publiées en 2008. Les Interprétations Validées suivantes

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004 Référence de la publication EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO 14001 : 2004 OBJECTIF Le présent document a été élaboré par un groupe de travail sous la

Plus en détail

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001.

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001. Sommaire En bref : gérer l énergie pour l avenir EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001 Etudes de cas En bref : gérer l énergie pour l avenir VOTRE LOGO Gérer l énergie pour l avenir Des

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Convention de collaboration

Convention de collaboration Convention de collaboration Les Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1227 Le Lignon entre (ci-après SIG) d une part, et (ci-après l Entreprise) d autre part, (ci-après individuellement la

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

4363 fr - 2009.04 / a EXPERT EN OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE DE SYSTÈMES D ENTRAÎNEMENT. Dossier de demande de Label

4363 fr - 2009.04 / a EXPERT EN OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE DE SYSTÈMES D ENTRAÎNEMENT. Dossier de demande de Label 4363 fr - 2009.04 / a EXPERT EN OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE DE SYSTÈMES D ENTRAÎNEMENT Dossier de demande de Label Préambule Les Moteurs électriques représentent 70% de l électricité consommée dans l industrie

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

EFICAS. Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes

EFICAS. Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes EFICAS Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes Résumé Ce programme s inscrit dans le cadre de l appel à projets «pour la mise en place de programmes d information, de formation et d innovation

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Ce document résume toutes les procédures de soumission

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Manuel de management intégré

Manuel de management intégré Manuel de management intégré Versions 1 2015 Manuel de management intégré ETT 04/2015 1 Préface Le manuel de management intégré se veut une présentation succincte de notre organisation. Cette organisation

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247 Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 Une méthodologie pour des audits énergétiques de qualité dans des secteurs spécifiques Une norme en 5 parties EN 16247-1

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Opération collective 2014 123 M Energie

Opération collective 2014 123 M Energie Opération collective 2014 123 M Energie Candidature pour accompagner en collectif les entreprises du Limousin s engageant dans la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie ISO

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Rôle du réfrigérant et équipements de refroidissement dans les centres informatiques modernes

Rôle du réfrigérant et équipements de refroidissement dans les centres informatiques modernes 2 décembre 2014 Rôle du réfrigérant et équipements de refroidissement dans les centres informatiques modernes Par Kevin Mathieu, ing., PA LEED Directeur Associé Plan de la présentation Caractéristiques

Plus en détail

Produits de service Atlas Copco

Produits de service Atlas Copco Produits de service Atlas Copco Audits de centrales et réseaux d air comprimé AIRScan TM ECONOMIES D ENERGIE AIRScan une approche globale de la performance énergétique L air comprimé est une énergie vitale

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

Retour d expérience sur l implémentation et la certification ISO27001 de «EPPM»

Retour d expérience sur l implémentation et la certification ISO27001 de «EPPM» Retour d expérience sur l implémentation et la certification ISO27001 de «EPPM» -Imed Yazidi- LSTI certified ISO 27001 Lead Implementer 14/02/2013 ENGINEERING PROCUREMENT & PROJECT MANAGEMENT s.a Présentation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Aménagement, nature MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages Arrêté du 12 juin 2013 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 INDUSTRIE TERTIAIRE Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 *Avançons en confiance Move Forward with Confidence* Faire de la maîtrise

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

OFM-TG-03-2000F. Bureau du commissaire des incendies. Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I DIRECTIVE

OFM-TG-03-2000F. Bureau du commissaire des incendies. Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I DIRECTIVE B Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I NOVEMBRE 2000 DIRECTIVE TABLE DES MATIÈRES ARTICLE PAGE Résumé... 2 1.0 OBJET... 3 2.0 CONTEXTE... 3 3.0 CRITÈRES D ACCEPTABILITÉ... 3 3.1

Plus en détail

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014 NORME INTERNATIONALE ISO/IEC 25051 Deuxième édition 2014-02-15 Ingénierie du logiciel Exigences de qualité pour le logiciel et son évaluation (SQuaRE) Exigences de qualité pour les progiciels et instructions

Plus en détail

IRIS International Railway Industry Standard

IRIS International Railway Industry Standard Français Addendum 19 Juin 2008 IRIS International Railway Industry Standard Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text

Plus en détail

À propos du programme pour les compagnies SAFE.

À propos du programme pour les compagnies SAFE. À propos du programme pour les compagnies SAFE. Le programme de certification de l Association de sécurité de forêt du Nouveau-Brunswick est basé sur le modèle du programme BC Forest Safety Council s SAFE

Plus en détail

Document d introduction Certification Norme ISO 50001

Document d introduction Certification Norme ISO 50001 Document d introduction Certification Norme ISO 50001 28 septembre 2012 Alix JOUENNE CEC - Courtois Energies Conseil 255 Avenue Galilée Parc de la Duranne 13857 Aix-en-Provence Cedex 3 Tel : 04.42.16.60.15

Plus en détail

RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES

RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES «Lean Energy Analysis» : une étude de 3e-performance pour traquer vos gaspillages et bâtir une stratégie d action 1 LEAN ENERGY ANALYSIS: DISTINGUER

Plus en détail

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 COLLECTIVITÉS Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 *Avançons en confiance Move Forward with Confidence* Faire de la maîtrise

Plus en détail

01 COMPÉTENCES TECHNIQUES LG aspire au meilleur. 02 INNOVATION NeON impose de nouveaux standards

01 COMPÉTENCES TECHNIQUES LG aspire au meilleur. 02 INNOVATION NeON impose de nouveaux standards INDEX 01 COMPÉTENCES TECHNIQUES LG aspire au meilleur 02 INNOVATION NeON impose de nouveaux standards 03 QUALITÉ Des résultats de tests supérieurs aux attentes 04 PERFORMANCE LG Un partenaire sur lequel

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 29 octobre 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative à la prise en compte

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

Management de l énergie en scierie : une approche accessible à tous

Management de l énergie en scierie : une approche accessible à tous Management de l énergie en scierie : une approche accessible à tous Tifenn GUENNEC (FCBA) : tifenn.guennec@fcba.fr SOMMAIRE 1 Le contexte global, normatif et réglementaire 2 Les différentes étapes d un

Plus en détail

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Présentation au Comité de la santé nucléaire de Durham Le 14 novembre 2014 Miguel Santini Directeur,

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS Volet sur mesure - Nouveau bâtiment ÉnerCible Volume 1, numéro 1 Mars 2012 Liste des documents à transmettre Afin que nous puissions effectuer l analyse technique

Plus en détail

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC Généralités 3 I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC La multiplicité des acceptations de la notion de Qualité est source de bien de malentendus et de réticences associées

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?...

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... TABLE DE MATIERES Qu est-ce que SADCAS? Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... En quoi les Organismes d Accréditation peuvent être bénéfiques jusqu aux derniers utilisateurs?.. Le

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

Comment financer sa stratégie d efficacité énergétique

Comment financer sa stratégie d efficacité énergétique Partageons le succès de nos expériences Comment financer sa stratégie d efficacité énergétique Pascal Lesage Directeur Commercial 06 86 68 85 92 01 41 42 33 95 14 Novembre 2014 5 domaines d intervention

Plus en détail

SCP SCIENCE. ISO 9001:2000 & ISO/IEC 17025:1999 Mise en place chez SCP SCIENCE. Intérêt pour les utilisateurs.

SCP SCIENCE. ISO 9001:2000 & ISO/IEC 17025:1999 Mise en place chez SCP SCIENCE. Intérêt pour les utilisateurs. ISO 9001:2000 & ISO/IEC 17025:1999 Mise en place chez. Intérêt pour les utilisateurs. Sommaire de la présentation Introduction Etalons et raccordement Présentation de l ISO 9001:2000 Présentation de l

Plus en détail

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE 1 Sommaire 1 Historique, 2 Établissement des normes, 3 Qu est ce que les normes ISO 9000? 4 Objectifs de la norme ISO 9000, 5 Situation d utilisation de la norme, 6 Schéma

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

Un bouquet énergétique équilibré, faiblement émetteur de GES et contribuant à l indépendance énergétique nationale ;

Un bouquet énergétique équilibré, faiblement émetteur de GES et contribuant à l indépendance énergétique nationale ; REACTIONS AUX CONCLUSIONS DU RAPPORT ETABLI PAR LE GROUPE DE TRAVAIL «ENERGIES RENOUVELABLES APPLIQUEES AU BATIMENT» MIS EN PLACE DANS LE CADRE DU PLAN BATIMENT GRENELLE La Loi Grenelle Environnement a,

Plus en détail

Positionnement global comme base pour le marketing

Positionnement global comme base pour le marketing Positionnement global comme base pour le marketing Check-list pour homes médicalisés Extrait de la publication «Communication interne et externe dans l entreprise home» par Markus Leser (2004) Publication

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Brevet + Diplôme fédéraux d Informaticienne / Informaticien

Brevet + Diplôme fédéraux d Informaticienne / Informaticien Brevet + Diplôme fédéraux d Informaticienne / Informaticien F i c h e d i n f o r m a t i o n 01.2008 1/8 Brevet fédéral: profil Développement Domaines de qualification Business Engineering Data Management

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE Rapport sommaire de l audit pour les sociétés de transport de cyanure Pour le Code international de gestion du cyanure www.cyanidecode.org Juin 2012 Le Code

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

L éligibilité au Crédit d Impôts Transition Energétique : La certification BM TRADA Le label Q-Mark

L éligibilité au Crédit d Impôts Transition Energétique : La certification BM TRADA Le label Q-Mark L éligibilité au Crédit d Impôts Transition Energétique : La certification BM TRADA Le label Q-Mark Ce qu il faut retenir La circulaire du 19 décembre 2014 de la Direction Générale des Finances relative

Plus en détail

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités?

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Relations avec des Ingénieries pour mise en œuvre d une partie du plan de développement

Plus en détail

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence Paris, le 10-03-2010 Le Plan Qualité et le montage de projet Corinne JUFFROY Ecole Conduite de Projet - Paris - 10 mars 2010

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT. Conclue le: Entre: SIG. et: date. Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG)

CHARTE D ENGAGEMENT. Conclue le: Entre: SIG. et: date. Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG) CHARTE D ENGAGEMENT Conclue le: date Entre: SIG Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG) et: Logo de votre entreprise Nom du client Entreprise Rue NPA/Localité

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION «LA MAÎTRISE DES DEPENSES ENERGETIQUES DANS L INDUSTRIE ET LE RÔLE DU RESPONSABLE ENERGIE» TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION L Institut de l énergie et de l environnement

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

Efficacité énergétique Transformateurs de distribution

Efficacité énergétique Transformateurs de distribution Efficacité énergétique Une petite amélioration de l efficacité = un gain énergétique important Les pertes sur les réseaux électriques diffèrent de façon significative selon les pays dans le monde. Elles

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP L Institut des Affaires Publiques L Institut des Affaires Publiques - I.A.P. ASBL est une Organisation Non Gouvernementale de Développement (ONGD) dont la mission est de répondre aux besoins des collectivités

Plus en détail

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Division des bâtiments Office de l efficacité énergétique (OEE) Ressources naturelles Canada (RNCan) http://oee.nrcan.gc.ca/commerciaux/appuifinancier/existant/ameliorations/index.cfm?attr=20

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour de meilleurs soins

L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour de meilleurs soins L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour de meilleurs soins Antonin Bouchard, ing., D.E.S.S. Directeur associé, exploitation & redéploiement 10 avril 2008 Colloque San-Tech Collaboration: M. Vincent Lacouline OBJECTIFS

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail