RSEQ secteur scolaire PLAN DE COMMUNICATION INTERNE 2012 DOCUMENT OFFICIEL 7 juin 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RSEQ secteur scolaire PLAN DE COMMUNICATION INTERNE 2012 DOCUMENT OFFICIEL 7 juin 2012"

Transcription

1 RSEQ secteur scolaire PLAN DE COMMUNICATION INTERNE 2012 DOCUMENT OFFICIEL 7 juin 2012

2 INTRODUCTION Lors de la réunion de la Table de coordination et de consultation (TCC) du mois de mai 2011, les membres de la table ont pris une demi-journée pour faire le point sur les difficultés vécues au sien du réseau. Cette démarche avait débuté quelques mois plus tôt. Au cours de l entretien, quelques problématiques ont été ciblées : Clarifier les mécanismes de communication inter organismes; Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace; Porter une attention supplémentaire dans le partage des mandats afin qu ils respectent davantage les réalités des instances concernées; Définir des moyens de communication plus efficaces pour présenter les orientations et les attentes; Tenir compte de la charge de travail des employés des instances régionales et de l instance provinciale. Au cours de cette rencontre, il a été convenu que la rédaction d un plan de communication serait réalisée par messieurs Olivier Audet, directeur général du RSEQ Cantons-de-l Est, Daniel Veilleux, directeur général du RSEQ Québec Chaudière- Appalaches, Pierre Boulerice, vice-président scolaire du RSEQ, et Rémi Blouin, directeur des programmes scolaires au RSEQ. Lors de la présentation de cette piste de solution à la Commission sectorielle scolaire du mois de juin 2011, M. Michel Carle, président du RSEQ Laurentides-Lanaudière et membre du conseil d administration du RESQ s est ajouté au comité. Lors d une présentation à la TCC du mois d août 2011, M. Olivier Audet a présenté l échéancier et les objectifs du comité. Il y a eu, tout d abord, le dépôt d une politique de communication pour octobre 2011 et, par la suite, le présent plan. Ces deux documents devraient idéalement venir solutionner les problématiques suivantes, identifiées au mois de mai 2011 : Clarifier les mécanismes de communication inter organismes; Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace (ce point pourrait être solutionner seulement en partie); Définir des moyens de communication plus efficaces pour présenter les orientations et les attentes. Le comité a donc travaillé et a déposé une politique de communication qui a été entérinée par les membres de la Commission sectorielle scolaire au mois d octobre Aujourd hui, nous rédigeons donc le plan de communication. Ce plan sera divisé de la façon suivante : 2

3 1. Diagnostic a. Réseaux politiques : i. Organigramme ii. Fonctionnigramme b. Réseaux techniques i. Contact ii. Écrits iii. Téléphone iv. Audiovisuel v. Informatique 2. Objectifs du plan 3. Identification des publics cibles 4. Définir les contenus 5. Les méthodes de communication 6. Échéanciers 7. Identification des responsables 8. Identification des ressources 9. Évaluation Nous espérons que notre plan de communication interne sera perçu pour ce qu il est, une initiative de membres du réseau qui ont essayé d aller au meilleur de leurs connaissances. Nous n avons pas la prétention de vous offrir un plan digne des firmes professionnelles, mais nous avons la prétention d être des gens rigoureux qui ont à cœur le RSEQ. En espérant que ce plan pourra faire prendre conscience que tout le monde doit y mettre des efforts et surtout en espérant qu il réussira à assainir le climat et nous redonner confiance. C est le défi que nous avons tous et nous devons y arriver. Bonne lecture! 1 LE DIAGNOSTIC Pour parvenir à faire un diagnostic, nous avons utilisé deux outils. Tout d abord, pour les réseaux politiques, nous nous sommes beaucoup fiés à l analyse de M. Normand Dulude présentée lors de l Assemblée générale annuelle du RSEQ, au mois d octobre Notre expérience nous a aussi aidé à faire le diagnostic. Pour les réseaux techniques, nous avons distribué un questionnaire par le web aux membres de la commission sectorielle scolaire et aux employés du RSEQ provincial qui œuvrent au secteur scolaire. a) Réseaux politiques Selon André A. Lafrance, professeur au département de communication et directeur du Groupe d Intervention Stratégique en Communication Organisationnelle (GISCOR) de l Université de Montréal : «Les réseaux politiques définissent les liens existants entre les membres d une entreprise» 1. Nous devons donc analyser les deux aspects suivants : l organigramme et le fonctionnigramme. 1 LAFRANCE, André A., Réseaux et programmes de communication, p. 37 3

4 i) Organigramme L organigramme du RSEQ est représenté par le graphique suivant : Instances régionales Assemblée générale (62 délégués) Organismes partenaires Conseil d administration (10 administrateurs + 1 observateur) Comités Comité exécutif (5 dirigeants) Directeur général Équipe du RSEQ Commission du secteur scolaire (32 représentants 2 par région : 1 politique, 1 permanent + le vice-président et 1 représentant par ligue de div. 1) Commission du secteur collégial (67 représentants 1 par collège, en plus du vice-président) Commission du secteur universitaire (12 représentants 1 par université, en plus du vice-président) Comité exécutif secteur scolaire 5 membres TCC 14 membres Comité exécutif secteur collégial 7 membres Comité exécutif secteur universitaire 5 membres Championnats provinciaux, ligues div. 1 et événements Championnats provinciaux div. 2, ligues div. 1 et événements Championnats provinciaux, ligues et événements Cet organigramme tient compte de l ensemble des trois secteurs. Il est à noter que dans notre cas, nous nous intéressons uniquement au secteur scolaire. On sait qu il y a 4

5 actuellement une démarche entreprise par le conseil d administration du RSEQ provincial pour revoir la gouvernance. Il est donc plutôt difficile de faire une analyse de l organigramme car celui-ci pourra subir des changements. Par contre, la tendance actuelle serait davantage d éclaircir les mandats de chacune des instances de l organigramme plutôt que de le modifier de façon importante. Nous nous permettons donc de dire que nous encourageons le RSEQ à poursuivre sa démarche qui viendra sans aucun doute faciliter les communications internes au secteur scolaire. Il est tout de même clair que l organigramme est lourd et qu il représente un bon nombre de personnes. Cela représente donc un défi majeur pour les dirigeants et les employés quand vient le temps de communiquer. Il y a plusieurs personnes, plusieurs fonctions, donc par le fait même, plusieurs besoins et plusieurs attentes. ii) Fonctionnigramme Toujours selon André A. Lafrance, le fonctionnigramme : «c est le portrait des liens découlant des tâches quotidiennes des membres» 2. Ce portrait nous permet de mentionner tout d abord que les régions, dans leur quotidien, se parlent davantage entre les employés d un même bureau. Il va de même pour les employés au provincial. Cet aspect est relié à la géographie de chacune des fonctions. L autre aspect concerne le titre des fonctions. En ce sens, les communications seront aussi réalisées entre les directeurs de régions et entre les membres politiques à l occasion. Ces aspects nous permettent aussi d identifier qu au-delà des fonctions, chaque personne a ses propres valeurs, ses sentiments et ses affections. Il est donc normal dans un groupe aussi grand et aussi étendu géographiquement, qu il y ait des alliances qui se soient créées. Des affinités sont donc prévisibles tout comme on peut penser que les gens n apprécient pas certaines personnes. Il est évident que le fait que l analyse de ces réalités ait été réalisée par des membres du groupe (le comité communication), vient limiter sérieusement la justesse et l objectivité de cette analyse. Nous en sommes très conscients. Il demeure tout de même important que l on comprenne que la communication informelle entre les directions régionales est présente et qu elle peut venir influencer la perception des gens sur les communications formelles. Par exemple, on peut penser que le même message ne sera pas perçu de la même façon par les régions métropolitaines, par rapport aux régions ressources. b) Réseaux techniques Il y a plusieurs réseaux techniques. Pour en faire l évaluation, nous avons envoyé un sondage aux membres durant le mois de décembre En voici donc une analyse : 2 LAFRANCE, André A., Réseaux et programmes de communication, p. 43 5

6 i) Contact Les questions pour les contacts portaient essentiellement sur les TCC et les CSS. Voici les questions et les résultats : 1. Première partie - Les contacts En général, pour les TCC du mois d'août, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 24% 59% 12% % 61% 11% 17% % 72% 0% 0% 2. En général, pour la CSS du mois d'octobre, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 65% 31% 0% % 73% 19% 0% % 62% 4% 0% 6

7 3. En général, pour la CSS du mois de février, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 75% 21% 0% % 91% 9% 0% % 65% 0% 0% 4. En général, pour la TCC du mois de mai, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 67% 6% 0% % 89% 6% 0% % 53% 0% 0% 5. En général, pour la CSS du mois de juin, êtes-vous : Très safisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les document reliés La possibilité de donner votre opinion % 67% 29% 0% % 83% 17% 0% % 67% 0% 0% 7

8 6. En général, pour les réunions de comité, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'odre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 55% 18% 0% % 68% 9% 0% % 50% 0% 0% 7. Jugez-vous que l'activité d'initiation des nouveaux directeurs soit une activité importante? Oui 19 83% Non 4 17% Total % 8. Devrions-nous avoir une activité d'initiation pour les nouveaux membres politiques de la CSS? Oui 14 54% Non 12 46% Total % 8

9 9. En général, tenez-vous compte des dates de réunions provinciales pour fixer votre calendrier régional? Oui, je fixe mes dates de réunions pour qu'elles se déroulent avant les réunions provinciales. 6 25% Oui, je fixe mes dates de réunions pour qu'elles se déroulent après les réunions provinciales. 4 17% Oui, je fixe mes dates de réunions pour qu'elles se déroulent parfois avant, parfois après les réunions provinciales. 5 21% Non, je fixe mes dates de réunions indépendamment des réunions provinciales. 5 21% Commentaires : 8 33% ii) Écrits Voici la question et les résultats concernant les écrits : 10. Deuxième partie - Les écrits En général, pour les communications écrites, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait Les communiqués de presse % 58% 31% 4% Les lettres officielles (ex. lettre du vice-président scolaire) 36% 56% 8% 0% Les formulaires pour les inscriptions aux championnats provinciaux 5% 67% 19% 10% iii) Téléphone Voici la question et les résultats les conversations téléphoniques : 11. Troisième partie - Les conversations téléphoniques En général, pour les conversations téléphoniques, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait Vos communications entre le provincial vs le régional % 64% 5% 0% 9

10 Vos communications entre un politique vs un permanent 52% 39% 9% 0% Vos communications entre un politique vs un politique % 69% 8% 0% Vos communications entre un permanent vs un permanent 65% 35% 0% 0% Vos réunions tenues en conférence téléphonique % 63% 11% 0% iv) Audiovisuel Voici les questions et les résultats pour les communications réalisées en audiovisuel : 12. Quatrième partie - L'audiovisuelEn général, pour les conférences web, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour La possibilité de donner votre opinion % 60% 10% 0% % 55% 10% 0% 13. Selon vous, nous devrions : Avoir plus de réunions en conférence web 10 40% Avoir moins de réunions en conférence web 0 0% Garder le même nombre de réunions en conférence web qu'actuellement 10 40% Commentaires : 14 56% 10

11 v) Informatique Voici les questions et les résultats concernant les échanges par l informatique : 14. Cinquième partie - L'informatique En général, pour l'informatique, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait La communauté de pratique (SHV) La partie cachée du site web pour le secteur scolaire Le courriel % 50% 19% 12% % 50% 42% 0% % 76% 10% 0% Pour la plupart des questions, les gens avaient l occasion de pouvoir nous donner également des commentaires. Voici un bref résumé des commentaires reçus : Pour les questions 1, 2, 3, 4 et 5 : Trop de points Redondance des réunions Documents bien faits, mais reçus trop à la dernière minute Pour la TCC du mois d août : Inutile, faire des réunions de comité à la place Mauvaise date Devrait s orienter uniquement sur les orientations et les dossiers majeurs Pour la TCC du mois de mai : La nouvelle formule doit être poursuivie Pour la question 10 : Formulaires : Doit être revu Pour les questions 12 et 13 : Efficace si court, précis et peu de monde impliqué Pour la question 14 : Communauté de pratique : Peu utile Site web : Mal structuré 11

12 Courriel : On doit se donner une façon de faire (la fonction «Répondre à tous» surutilisée ) Il y a également eu des commentaires sur les communiqués de presse au fait que le scolaire n était pas souvent mis de l avant. Cette problématique n a cependant pas été considérée, car elle relève de la communication externe. Finalement, nous avons demandé aux gens de nous identifier les deux plus importantes problématiques et les deux plus grandes réussites dans les communications internes. Voici les réponses : 15. Sixième partie - Général Pouvez-vous nous identifier vos deux problématiques de communication les plus importantes parmi les choix suivants? a) TCC 13 54% b) CSS 13 54% c) Réunions de comité 1 4% d) Communiqué de presse 6 25% e) Lettre officielle 1 4% f) Formulaires d'inscription CPS 3 12% g) Conversation téléphonique 0 0% h) Conférence téléphonique 0 0% i) Conférence web 3 12% j) Communauté de pratique 1 4% k) Partie cachée du site web pour le secteur scolaire 1 4% l) Courriel 5 21% 17. Pouvez-vous nous identifier vos deux réussites de communication les plus importantes parmi les choix suivants? a) TCC 1 4% b) CSS 3 12% c) Réunions de comité 11 44% d) Communiqué de presse 1 4% e) Lettre officielle 7 28% f) Formulaires d'inscription CPS 1 4% g) Conversation téléphonique 9 36% h) Conférence téléphonique 1 4% i) Conférence web 3 12% j) Communauté de pratique 1 4% k) Partie cachée du site web pour le secteur scolaire 5 20% l) Courriel 6 24% 12

13 Nous concluons donc que nous avons à travailler sur les problématiques suivantes : TCC CSS Courriel Nous pouvons également conclure que nous avons les forces suivantes : Réunions de comité Conversation téléphonique Un effort devra donc être principalement investit pour rendre les réunions plus efficaces et plus pertinentes pour l ensemble des membres qui y participent. 2 LES OBJECTIFS DU PLAN Les objectifs du plan ont été définis lors de la TCC du mois de mai 2011 comme nous le mentionnons dans l introduction. Nous prenons tout de même la peine de les répéter pour la bonne compréhension de tous : Clarifier les mécanismes de communication inter organismes; Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace (ce point pourrait être solutionné seulement en partie); Définir des moyens de communication plus efficaces pour présenter les orientations et les attentes. 3 L IDENTIFICATION DES PUBLICS CIBLES Les publics ciblés par le plan de communication ont déjà été identifiés par la politique de communication du RSEQ secteur scolaire. En voici l extrait : «La présente politique s'applique uniquement aux relations internes du RSEQ secteur scolaire. Les acteurs internes du RSEQ secteur scolaire regroupent: le personnel du RSEQ provincial secteur scolaire, le personnel des quatorze (14) RSEQ régionaux, les membres politiques de la commission sectorielle scolaire provinciale, les administrateurs des conseils d administration des quatorze (14) RSEQ régionaux.» 4 LA DÉFINITION DES CONTENUS Le RSEQ secteur scolaire touche à plusieurs activités dans le domaine sportif et dans le domaine de la santé. Il y a donc énormément de contenu qui doit être communiqué et ce dans tous les sens (vertical, horizontal). Afin de bien résumer l ensemble du contenu, nous avons convenu de reprendre la méthode habituelle qui identifie quatre contenus lors 13

14 des réunions, soit le contenu «information», le contenu «rapport», le contenu «consultation» et le contenu «décision». Voici la liste de l ensemble des contenus : Information : o Formel : Sports, SHV, CA du RSEQ Provincial, Permanence du RSEQ Provincial, CA des instances régionales, Permanence des instances régionales, MELS, Québec en forme, inscriptions des équipes pour les CPS, etc. o Informel : Opinions personnels, Informations privilégiées, etc. Rapport : o Activités de ligues (division 1), Championnats provinciaux scolaires, Projets et programmes en SHV, Procès-verbaux des TCC, Procès-verbaux des CSS, Procès-verbaux des réunions de comité, Rapport du V-P, rapport du DG, etc. Consultation : o Orientations, Enjeux, Projets, Programmes, Réglementations, etc. Décision : o Orientations, Enjeux, Projets, Programmes, Réglementations, etc. 5 LES MÉTHODES DE COMMUNICATION Suite à l analyse du sondage et suite à la mise en commun de l information que nous avons recueillis lors des échanges à la commission sectorielle scolaire du mois de février 2012, nous avons convenu d apporter les propositions suivantes sur les méthodes de communication en vigueur au RSEQ secteur scolaire. Afin d en faire une présentation la plus complète et la plus simple possible, nous avons repris dans l ordre les mêmes thèmes que ceux utilisés dans le sondage. Nous tenons ici à mentionner que les pistes de solutions proposées seront gages de succès selon nous uniquement si tous les intervenants s engagent à les respecter. Il ne s agit pas ici d une problématique rattachée à une instance en particulier, mais plutôt d une problématique de tous qui sera réglée par tous. 14

15 Voici donc les propositions : Contact : o Concernant les réunions, nous convenons que nous devons clairement identifiés les raisons d être de chacune d entre elles. Voici notre proposition : TCC mois d août Social de début d année pour tisser les liens (1/2 journée d activité obligatoire pour tous) Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) On doit débuter ou terminer des points, si l on débute, on doit être en mesure de sortir de là en ayant clairement établi un échéancier, un mandat et la démarche à suivre. Suivi des dossiers (seulement des nouvelles informations) Élection des deux représentants sur le comité exécutif scolaire Lieu de rencontre pour du travail en comité TCC du mois de mai Continuer le fonctionnement des trois tables o Table des coordonnateurs en sports : Revoir l ensemble de la réglementation par discipline Identification de problématiques communes avec lieu d échanges et de pistes de solutions Terminer l année en cours et faire un bilan de celle-ci. Préparation de l année suivante Durée : une journée o Table des coordonnateurs en saines habitudes de vie : Bilan de l année scolaire Identification de problématiques communes avec lieu d échanges et de pistes de solutions Terminer l année en cours et faire un bilan de celle-ci. Préparation de l année suivante Durée : une journée 15

16 o Table des directions : Revoir l ensemble de la réglementation administrative Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) Suivi des dossiers (seulement des nouvelles informations) Terminer l année en cours et faire un bilan de celle-ci. Préparation de l année suivante Retour sur les réunions des coordonnateurs en sports et en SHV CSS du mois d octobre Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) o Présentation et acceptation des échéanciers, des mandats et des démarches à suivre. Préparation de l AGA Prise de décision concernant certains dossiers CSS du mois de février Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) o Présentation et acceptation des échéanciers, des mandats et des démarches à suivre. Attribution des CPS et CPSI Recommandations des orientations budgétaires du secteur Recommandation des protocoles d entente avec les FUS (pour l année scolaire suivante) Proposition pour la politique organisationnelle Prise de décision concernant certains dossiers CSS du mois de juin Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) o Présentation et acceptation des échéanciers, des mandats et des démarches à suivre. Acceptation de la réglementation administrative et spécifique Recommandation des amendements à la politique organisationnelle Prise de décision concernant certains dossiers 16

17 Pour l ensemble des réunions, il sera de plus en plus primordial que les documents nécessaires soient reçus à l avance. Pour se faire, voici les échéanciers qui devront être respectés : Pour un point d information et / ou de rapport, la documentation devra être disponible 48 heures avant le début de la réunion; Pour un point de consultation, la documentation devra être disponible 7 jours avant le début de la réunion; Pour un point de décision, la documentation devra être disponible entre 10 et 14 jours avant le début de la réunion. Évidemment, tous les efforts seront déployés pour respecter ces échéanciers, mais il peut être possible dans certains cas que ceux-ci ne soient pas respectés. Les membres devront alors être avertis des délais. De plus, il deviendra très important que l ensemble des membres arrive aux réunions en ayant lu les documents. Si nous avions droit à une seule phrase pour résumer notre pensée, elle dirait ceci : Les TCC doivent privilégier les points d information, de rapport et de consultation, tandis que les CSS doivent privilégier les points de consultation et les points de décision. Il est du rôle de la TCC de contribuer à mettre la table pour les CSS. o Pour les comités, nous croyons que ceux-ci doivent se poursuivre, mais selon les barèmes suivants : Leur création doit être réalisé par la CSS Il doit y avoir un mandat clair et non pas une problématique à gérer, il doit également y avoir un échéancier Le leader du comité peut provenir d une région, dans ce cas, il voit minimalement au respect de l échéancier et au suivi après chacune des réunions Écrits : o Ce n est pas pour le moment un enjeu prioritaire, mais nous devrons éventuellement rafraîchir notre documentation d inscriptions et faciliter les processus en regardant du côté des nouvelles technologies de l information et de la communication. Téléphonie : o Ce moyen de communication devra être privilégier par tous lors de cas conflictuel. Ce moyen est déjà très apprécié et devra continuer lors d échange d information entre deux individus qui nécessite des nuances. Audiovisuel : o C est un moyen que l on devra utiliser de plus en plus. Par contre afin de faciliter la bonne tenue des réunions, nous vous proposons les éléments suivants : 17

18 On devrait toujours offrir la possibilité de la caméra web. Les réunions en conférence web devraient toujours s en tenir à un maximum de 4 ou 5 sujets et à un maximum de 120 minutes, sauf exception majeure. Informatique : o Courriel : C est le moyen de communication le plus utilisé, car il permet de façon simple et rapide de rejoindre tout le monde. En plus, ce moyen est très peu onéreux. Par contre, il permet difficilement d avoir une bonne rétroaction. Il est donc proposé de poursuivre les échanges de courriel, mais avec les règles suivantes : Éviter d utiliser ce moyen afin d exprimer une frustration ou une déception (pour ce cas, utiliser soit le téléphone ou la lettre officielle); Si le courriel est utilisé pour fin de consultation, toujours indiqué à qui nous devons envoyer la réponse et s assurer de l envoyer uniquement à cette personne (éviter l onglet «Répondre à tous» le plus possible). On doit aussi mettre en place un système qui permettra de bien identifier les besoins. Ces codes devront être inscrits dans l objet afin de les identifier rapidement et facilement. Voici des exemples : Code : Toutes les régions doivent y répondent Code : Nous aimerions obtenir le maximum de réponses Code : Nous allons prendre le nombre de réponses qu il y aura. Code : Toutes les régions concernées doivent répondre o Communauté de pratique : C est un moyen de communication qui devient de plus en plus à la mode. Dans notre contexte (plusieurs bureaux dans différentes villes avec des employés qui vivent une situation unique dans leur région, mais semblable avec leurs collègues des autres régions), ce moyen peut être très intéressant. Par contre, ce moyen de communication repose sur le fait que les gens le trouvent efficace. Il ne devrait donc pas être obligatoire, ni même un moyen d évaluation du rendement. On doit s assurer de le rendre toujours pertinent et au goût du jour. Si cela est impossible, on devrait tout simplement abandonner ce moyen, par contre, si cela donne des résultats intéressants, nous devrons réfléchir à le mettre en application pour nos coordonnateurs sportifs. 18

19 o Partie cachée du site web : Le site web sera changé dans les prochains mois. La partie cachée du site web devra être «User friendly» et renfermer les informations suivantes : Bottin téléphonique des Instances régionales et du provincial Procès-verbaux des TCC, CSS et des réunions de comités Plan stratégique du RSEQ Protocoles d ententes avec les FUS Autres documents pertinents Il sera également important de hiérarchiser l accès aux documents. Un coordonnateur ne devrait pas avoir accès au PV des TCC ou des CSS, mais il devrait avoir accès au bottin téléphonique ou à la documentation pour les commandes en ligne. 6 LES ÉCHÉANCIERS Parmi les pistes de solutions proposées, il y en a plusieurs qui peuvent être rapidement mis en pratique. L échéancier est donc dans la plupart des cas au cours de l année scolaire Plus précisément, l ensemble des propositions pour les éléments suivants : Contacts, téléphonie, audiovisuel et informatique, nous sommes confiant que nous pourrons dès la rentrée se donner le moyen de mettre en place les objectifs. Il est clair que cela est possible car nos propositions viennent surtout clarifier nos façons de faire afin d éviter les confusions. Pour ce qui est des écrits, nous pensons que la permanence du RSEQ provincial devra voir la pertinence de modifier nos processus. En ce sens, nous croyons que des réflexions devront avoir lieu d ici trois à cinq ans. 7 L IDENTIFICATION DES RESPONSABLES Selon la politique de communication en vigueur, le comité exécutif est responsable du suivi pour la mise en place et le respect de la politique et du plan de communication interne. Évidemment, si nous voulons avoir une chance que les propositions du comité se transforment en améliorations concrètes, il sera du devoir de l ensemble des acteurs internes du RSEQ scolaire de respecter la politique et le plan de communication interne. 8 L IDENTIFICATION DES RESSOURCES Considérant que l initiative de ce plan de communication interne a été prise par les membres du secteur scolaire sans tenir compte d un budget précis; 19

20 Considérant que la plupart des propositions viennent surtout clarifier des processus qui sont déjà en place; Il est convenu que ce plan de communication ne disposera pas de ressources financières particulières. Au moment de l évaluation, le comité exécutif scolaire pourra voir si cette mesure est toujours justifiée. 9 LE SUIVI ET L ÉVALUATION Un suivi et une évaluation devront avoir lieu de façon annuelle afin de s assurer du respect des recommandations de ce plan de communication interne. C est le comité exécutif scolaire qui aura la responsabilité de faire l évaluation et de faire les recommandations qui s imposeront à la commission sectorielle scolaire. 10 CONCLUSION Ce plan de communication interne est le fruit de la réflexion amorcée depuis la TCC du mois d août 2010 à Percé. La volonté du plan était de répondre aux trois problématiques suivantes : Clarifier les mécanismes de communication inter organismes; Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace (ce point pourrait être solutionner seulement en partie); Définir des moyens de communication plus efficaces pour présenter les orientations et les attentes. Entre-temps, la démarche sur la gouvernance réalisée par le conseil d administration du RSEQ a finalement permis de laisser tomber la deuxième problématique (Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace) au profit d un comité ad hoc qui a travaillé uniquement sur ce point avec l aide du consultant, M. Normand Dulude. Le comité s est donc attaqué aux deux autres problématiques. Nous pensons avoir rempli notre mandat aux meilleurs de nos connaissances et de nos capacités. Nous vous laissons avec une dernière réflexion qui devra être réalisé dans chacune des instances régionales. Il sera important que chaque région réfléchisse sur son propre calendrier annuel des ses réunions en fonction du calendrier provincial. Pour nous, il n y a pas de bonnes ou de mauvaises solutions, mais il y a surtout la recherche d une cohérence. En espérant que le tout sera utile! 20

21 Rémi Blouin Directeur des programmes scolaires RSEQ Michel Carle Président RSEQ Laurentides-Lanaudière Olivier Audet Directeur général du RSEQ Cantons-de-l Est Daniel Veilleux Directeur général du RSEQ Québec Chaudière-Appalaches Pierre Boulerice Vice-président scolaire RSEQ 21

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 Projet INSPIRAtion Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 L autisme est un trouble vastement incompris au Québec, entre autres à cause d un manque d expertise dans la province. Parallèlement, le nombre

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie.

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. La supervision des stagiaires Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. Coordonnatrices de stage Joanne Cardinal 120 Université/University(14002)

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Ville de Mont-Saint-Hilaire t-saint-hilaire Ville de Mont-Saint-Hilaire Entrée en vigueur de la Politique de communication de la Ville de Mont-Saint-Hilaire : le 4 juin 2012

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Note: Le genre masculin a été employé comme genre neutre dans le seul but d alléger le texte.

Note: Le genre masculin a été employé comme genre neutre dans le seul but d alléger le texte. Note: Le genre masculin a été employé comme genre neutre dans le seul but d alléger le texte. Table des Matières 1. Introduction 2. Rôle et échéancier du gérant 3. Rencontre avec les parents 4. Documents

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Adoptée à la réunion du Conseil d administration le 21 juin 2011

Plus en détail

POLITIQUE DES ADMINISTRATEURS MAI 2014

POLITIQUE DES ADMINISTRATEURS MAI 2014 MISE EN CONTEXTE Le conseil d administration de l association des joueuses et joueurs d'ultimate de Québec (AJJUQ) comporte neuf postes d administrateur. Selon l article 21 des règlements généraux de l

Plus en détail

Projet de consultation supervisé en organisation. Guide de l étudiant pour le groupe francophone (A01)

Projet de consultation supervisé en organisation. Guide de l étudiant pour le groupe francophone (A01) Projet de consultation supervisé en organisation Guide de l étudiant pour le groupe francophone (A01) Session été 2011 Pour toute information, n'hésitez pas à contacter Élaine Lamontagne, coordonnatrice

Plus en détail

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation Cours 7 Audit : Exemple de questionnaire Questionnaire de sondage: de la communication interne dans 1. Votre organisation s est-elle dotée officiellement d une stratégie, d un programme ou d une politique

Plus en détail

Le vélo de montagne et le Mont Bélair

Le vélo de montagne et le Mont Bélair et le Mont Bélair Mémoire présenté à la Ville de Québec par L Association régionale de vélo de montagne Québec Chaudière-Appalaches 12 février, 2005 Plan du document Ce document se veut être court, précis

Plus en détail

Bonne Année! Message du président. Relations professionnelles. Le français, une priorité à l école, un devoir de société

Bonne Année! Message du président. Relations professionnelles. Le français, une priorité à l école, un devoir de société Volume 22 numéro 4 Février 2009 Message du président Bonjour à toutes et à tous et même si nous avons débuté le mois de février, je voudrais quand même vous souhaiter une BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2009.

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Adoptée le 31 mars 2006 Table des matières Introduction 3 Contexte 3 Engagements d Arrimage (principes directeurs) 4 Objectifs 5 Clientèle visée et champs de formation 6

Plus en détail

ÉVALUATION DES FORMATIONS

ÉVALUATION DES FORMATIONS ÉVALUATION DES FORMATIONS SUIVIES PAR LES GESTIONNAIRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ DE LA RÉGION DE CHAUDIÈRE-APPALACHES EN GESTION DU CHANGEMENT, GESTION DE PROJET ET EN LEAN MANAGEMENT Suzanne Pelletier,

Plus en détail

Le projet club: outil de management et de développement. Bernard GROS

Le projet club: outil de management et de développement. Bernard GROS Le projet club: outil de management et de développement Contacts: Luc BELAUD Bernard GROS Document réalisé par le comité de pilotage de la formation des dirigeants - Boulouris - Juillet 2011 Nécessité

Plus en détail

Rapport final sur la révision de la programmation sportive de SIC Approuvé par le conseil d administration le 17 janvier 2005

Rapport final sur la révision de la programmation sportive de SIC Approuvé par le conseil d administration le 17 janvier 2005 Rapport final sur la révision de la programmation sportive de Approuvé par le conseil d administration le 17 janvier 2005 Sommaire du rapport est fier d annoncer, qu à compter de 2006-2007, seize championnats

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014 Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont par Magali Vaidye, le 17 janvier 2012 QUÉBEC EN FORME ROSEMONT Plan de communication 2011-2014

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

4 e escale : Évaluation (ou bilan)

4 e escale : Évaluation (ou bilan) 4 e escale : Évaluation (ou bilan) Dernière escale avant d arriver à bon port : l évaluation! Cette étape peut paraître bien anodine en terme d impact sur votre action (puisque celle-ci est déjà passée!),

Plus en détail

Politique organisationnelle

Politique organisationnelle Adopté lors de la réunion du conseil d administration du 9 juin 2009 Politique organisationnelle de FFAQ 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Elle définit les rôles et mandats des commissions et des comités

Plus en détail

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Daniel Puche, Ph.D., CEGEP de St-Hyacinthe, 2012 Ce guide se veut une référence pratique pour les enseignants-chercheurs dans leurs démarches de

Plus en détail

FICHE. Le rapport d activités

FICHE. Le rapport d activités FICHE # 6 Le rapport d activités Le rapport d activités Pourquoi est-il important de rédiger un rapport d activités? Parce qu il permet de mettre en relief ce qui rend l organisme unique et lui donne son

Plus en détail

L allocution prononcée par Daniel Paré fait foi

L allocution prononcée par Daniel Paré fait foi Rencontre régionale pour la sécurité alimentaire CISSS de Chaudière-Appalaches Le jeudi 8 octobre 2015, à 8 h 45 Salle communautaire de Saint-Elzéar 707, rue Principale, Saint-Elzéar, G0S 2J0 L allocution

Plus en détail

l évaluation participative

l évaluation participative l évaluation participative Mardi du RIOCM par le Centre de formation populaire Décembre 2008 Pourquoi ce thème Maîtriser la notion d évaluation Démystifier ce qu est l évaluation participative Discuter

Plus en détail

Direction du Service de l informatique

Direction du Service de l informatique Plan de travail 2008-2009 Direction du Service de l informatique Document rédigé par : Richard Lacombe Directeur du Service de l informatique Martin Ménard Responsable de la micro-informatique Septembre

Plus en détail

SPORTSQUÉBEC est heureux de

SPORTSQUÉBEC est heureux de Club médaille d or Fondation Nordiques SPORTSQUÉBEC est heureux de vous présenter le programme d assistance financière pour les athlètes des catégories «Excellence, Élite, Relève et Espoir». Ce programme

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

Évaluation du rendement du nouveau personnel enseignant. Procédure administrative : Numéro : PA 6.010.2. Catégorie : Ressources humaines Pages : 14

Évaluation du rendement du nouveau personnel enseignant. Procédure administrative : Numéro : PA 6.010.2. Catégorie : Ressources humaines Pages : 14 Procédure administrative : Évaluation du rendement du nouveau personnel enseignant Numéro : PA 6.010.2 Catégorie : Ressources humaines Pages : 14 Approuvée : le 24 octobre 2008 Modifiée : Conformément

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES Période du 1 er avril 2013 au 31 mars 2015 PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA

AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA Questionnaire pour le fonctionnement général du conseil d administration Cette autoévaluation a pour but de faire le point après

Plus en détail

Ingénierie, design et communication COM-21573

Ingénierie, design et communication COM-21573 Notes de cours Module 1 La gestion de projets d ingénierie Édition Hiver07 FSG 2007 Ingénierie, design et communication Daniel Dupuis Faculté des sciences et de génie Université Laval Faculté des sciences

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Plan de travail 2012-2013

Plan de travail 2012-2013 Plan de travail 2012-2013 Bilan des réalisations Juin 2013 DOSSIERS ÉMERGEANTS. Calendriers scolaires;. Modification à la politique sur le transport (chemins privés);. Implantation des maternelles 4 ans;.

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Guide pour une demande de financement 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Table des matières 1. PRÉSENTATION... 3 1.1 Le Forum jeunesse de la région de

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Le comité de programme

Le comité de programme Le comité de programme U n des concepts fondamentaux qui a servi au Renouveau de l enseignement collégial est ce qu il est convenu d appeler l approche programme. Le renouvellement de la convention collective

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du collectif de facilitation FSM 2016 3 juin 2015, 19h30 (AQOCI, 1001, rue Sherbrooke Est)

Compte rendu de la réunion du collectif de facilitation FSM 2016 3 juin 2015, 19h30 (AQOCI, 1001, rue Sherbrooke Est) Présences : Raphael Arturo Genevieve Gaël Carminda Thérèse Marie Eve Pierre Étienne Asma LPL Jocelyne André Katina (par téléphone) Henri C. (en ligne) Piero (en ligne) Van (en ligne) Rôles de facilitation

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013 Service Alternance Travail-Études et Placement Les étapes de la recherche d emploi La démarche 1. Établir un projet de carrière réaliste. Avant de vous fixer des objectifs de carrière, il faut d abord

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE)

P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE) P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE) Adoptée au Conseil d administration le 25 février 1997 (Rés. 102-CA-04) et révisée le 28 novembre 2000 (Rés. 121-CA-07) TABLE DES

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Qu est-ce qu une rétroaction à 360º

uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Qu est-ce qu une rétroaction à 360º uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Dans un contexte de travail qui reconnaît la valeur stratégique des employés de l entreprise, les services des ressources humaines ont de plus

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION. À l intention des représentants d écoles acadiennes et d immersion de la Nouvelle- Écosse

GUIDE D APPLICATION. À l intention des représentants d écoles acadiennes et d immersion de la Nouvelle- Écosse GUIDE D APPLICATION À l intention des représentants d écoles acadiennes et d immersion de la Nouvelle- Écosse Ce Guide a pour objectif la facilitation des applications faites au programme GénieArts Nouvelle-Écosse

Plus en détail

Session de formation. Le recrutement des bénévoles

Session de formation. Le recrutement des bénévoles Session de formation Le recrutement des bénévoles Guide du participant Préparé par La Fédération provinciale des comités de parents du Manitoba Saint-Boniface Septembre 1996 Avant propos La Fédération

Plus en détail

Plan de formation. Centre d'action bénévole de Sherbrooke. Formations pour tous. Formations spécifiques pour les gestionnaires de ressources humaines

Plan de formation. Centre d'action bénévole de Sherbrooke. Formations pour tous. Formations spécifiques pour les gestionnaires de ressources humaines Plan de formation Centre d'action bénévole de Sherbrooke 2015-2016 Formations pour tous Les médias sociaux Le marketing social : Le marketing de la cause Formations spécifiques pour les gestionnaires de

Plus en détail

CÉGEP de ST-HYACINTHE Département : Sciences humaines Discipline responsable : Géographie

CÉGEP de ST-HYACINTHE Département : Sciences humaines Discipline responsable : Géographie CÉGEP de ST-HYACINTHE Département : Sciences humaines Discipline responsable : Géographie GÉOGRAPHIE : DÉFIS DE NOTRE PLANÈTE Numéro : 320-S11-HY Pondération : 2-1-3 PLAN DE COURS Hiver 2009 JEAN-LUC LAMOTHE

Plus en détail

UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031)

UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031) UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031) Stage1 : COM6050 Superviseure : (Préalable : 45 crédits complétés) Note : pour réaliser un plan de communication dans le cadre

Plus en détail

DÉTAIL DE L OFFRE GOUVERNEMENTALE DU 5 MAI 2012

DÉTAIL DE L OFFRE GOUVERNEMENTALE DU 5 MAI 2012 Acces DÉTAIL DE L OFFRE GOUVERNEMENTALE DU 5 MAI 2012 Document à l attention des associations étudiantes Léo Bureau- Blouin, président de la (FECQ) CONTENU Ce document vise à vulgariser l offre faite par

Plus en détail

L ÉQUITÉ SALARIALE DES CADRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX : MAINTENANT UNE RÉALITÉ!

L ÉQUITÉ SALARIALE DES CADRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX : MAINTENANT UNE RÉALITÉ! L ÉQUITÉ SALARIALE DES CADRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX : MAINTENANT UNE RÉALITÉ! Les informations contenues dans l ensemble du présent document ne sont fournies qu à titre indicatif

Plus en détail

Voir plus loin que la photo : la consultation comme outil de mobilisation

Voir plus loin que la photo : la consultation comme outil de mobilisation Voir plus loin que la photo : la consultation comme outil de mobilisation Sébastien Béchard, TACA Dominic Simard, UQAR Mission : Jeunesse 12 novembre 2014 Plan de la présentation 1- Mise en contexte :

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Orientations de développement des collections de la Bibliothèque

Orientations de développement des collections de la Bibliothèque Orientations de développement des collections de la Bibliothèque 1. Mission Tel que spécifié dans la Politique de la Bibliothèque (POL-DÉ-03) «La Bibliothèque du Collège de Rosemont a pour mission de permettre

Plus en détail

ASSEMBLEE PLENIERE. Séance du 7 juillet 2009 AVIS DU CESL BLAGNAC SUR LE PLAN DE DEPLACEMENT LOCAL DE LA VILLE DE BLAGNAC

ASSEMBLEE PLENIERE. Séance du 7 juillet 2009 AVIS DU CESL BLAGNAC SUR LE PLAN DE DEPLACEMENT LOCAL DE LA VILLE DE BLAGNAC Conseil Economique et Social Local de Blagnac ASSEMBLEE PLENIERE Séance du 7 juillet 2009 AVIS DU CESL BLAGNAC SUR LE PLAN DE DEPLACEMENT LOCAL DE LA VILLE DE BLAGNAC Rapporteurs : Jean-Michel VERNHES

Plus en détail

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Le 2 mai 2013 Aux professionnels du SAD membres de l APTS, Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Madame, Monsieur, Nous accusons réception

Plus en détail

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS Adopté au Bureau des gouverneurs le 22 avril 2015 Entériné à l'assemblée générale des membres le XXX 2015 Table des matières 1. Nom... 3 2. Siège social et adresse... 3 3. Définition...

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

À la découverte de notre quartier

À la découverte de notre quartier Éveil au Langage et Ouverture à la Diversité Linguistique À la découverte de notre quartier 1/14 Résumé de la situation d apprentissage et d évaluation : Les élèves réalisent en équipe des affiches, murales

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

Politiques RH et législation du travail

Politiques RH et législation du travail Politiques RH et législation du travail Guide pour élaborer les politiques RH Dans ce guide, les organisations trouveront des renseignements pratiques en vue d élaborer des politiques et procédures RH.

Plus en détail

La déontologie, le courriel et la profession de counseling

La déontologie, le courriel et la profession de counseling Aide-mémoire sur la déontologie, les questions d ordre juridique, et les normes pour les conseillers Il me fait plaisir d accueillir Dan et Lawrence comme les premiers invités de la chronique Aide-mémoire.

Plus en détail

Bilan 2014-2015 et plan d action 2015-2016 à l égard des personnes handicapées

Bilan 2014-2015 et plan d action 2015-2016 à l égard des personnes handicapées Bilan 2014-2015 et plan d action 2015-2016 à l égard des personnes handicapées Plan d action 2015-2016 à l égard des personnes handicapées de Loto-Québec 1 Page 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Introduction

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages de l'école nationale de l'humour Décembre 2011 Introduction L évaluation de l application de la politique institutionnelle

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2018 FÉDÉRATION DE CROSSE DU QUÉBEC

PLAN D ACTION 2014-2018 FÉDÉRATION DE CROSSE DU QUÉBEC PLAN D ACTION 2014-2018 FÉDÉRATION DE CROSSE DU QUÉBEC INTRODUCTION: documents consultés pour établir le plan : - plan d action FCQ 2004-2008 - plan d action FCQ 2009-2013 - plan stratégique CLA 2012-2016

Plus en détail

Exemple : Module d enseignement et planification de l évaluation Études informatiques 10 e année (4 e secondaire)

Exemple : Module d enseignement et planification de l évaluation Études informatiques 10 e année (4 e secondaire) Exemple : Module d enseignement et planification de l évaluation Études informatiques 10 e année (4 e secondaire) Titre du cours ou module : Informatique et enjeux sociaux Résultat d apprentissage visé

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION Projet régional d organisation des services intégrés

PLAN DE COMMUNICATION Projet régional d organisation des services intégrés PLAN DE COMMUNICATION Projet régional d organisation des services intégrés Adopté par le comité directeur du Projet régional d organisation de services intégrés 29 mars 2005 2 1. INTRODUCTION Le Projet

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

BASKETBALL SCOLAIRE JUVÉNILE EXCELLENCE FBBQ-RSEQ BASKETBALL SCOLAIRE CADET DIVISION 1. Procédures à connaître et respecter Saison 2015-2016

BASKETBALL SCOLAIRE JUVÉNILE EXCELLENCE FBBQ-RSEQ BASKETBALL SCOLAIRE CADET DIVISION 1. Procédures à connaître et respecter Saison 2015-2016 BASKETBALL SCOLAIRE JUVÉNILE EXCELLENCE FBBQ-RSEQ BASKETBALL SCOLAIRE CADET DIVISION 1 Procédures à connaître et respecter Saison 2015-2016 PROCÉDURES APRÈS-MATCH 2015-2016 1) Mise en ligne du résultat

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés Résumé NOTES EXPLICATIVES Projet de loi a été déposé à l Assemblée nationale du Québec le 28 mars 2012 par le ministre de la Justice et

Plus en détail

Agir collectivement pour développer les capacités d action

Agir collectivement pour développer les capacités d action Agir collectivement pour développer les capacités d action de toute la population au Québec Perspectives et plan de travail de l ICÉA 2014-2015 2015 Version 3 11 septembre 2014 Document de travail discuté,

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Guide d information à la mobilité étudiante. Programme d enrichissement de la formation par des séjours de mobilité étudiante

Guide d information à la mobilité étudiante. Programme d enrichissement de la formation par des séjours de mobilité étudiante Guide d information à la mobilité étudiante Programme d enrichissement de la formation par des séjours de mobilité étudiante 2013-2014 TABLE DES MATIÈRES Ouverture sur le monde... 3 Présentation du document...

Plus en détail

Cadre d assurance de la qualité

Cadre d assurance de la qualité Page 1 de 7 Cadre d assurance de la qualité Septembre 1999 (traduction 15 décembre 1999) I. Cadre d'assurance de la qualité A. Préambule B. Objectifs du Cadre d assurance de la qualité C. Critères d adhésion

Plus en détail

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Catégories/Questions Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Le professeur témoignait de l intérêt envers les étudiants. Le professeur semblait se soucier

Plus en détail

POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE

POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE FNEEQ 22 e congrès juin 1993 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1 RE PARTIE : POLITIQUE GÉNÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE... 5 LES RECOMMANDATIONS...

Plus en détail

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée.

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée. RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999 Voici un sommaire des mesures prises par le conseil d administration et le personnel pour donner suite aux résolutions examinées

Plus en détail