RSEQ secteur scolaire PLAN DE COMMUNICATION INTERNE 2012 DOCUMENT OFFICIEL 7 juin 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RSEQ secteur scolaire PLAN DE COMMUNICATION INTERNE 2012 DOCUMENT OFFICIEL 7 juin 2012"

Transcription

1 RSEQ secteur scolaire PLAN DE COMMUNICATION INTERNE 2012 DOCUMENT OFFICIEL 7 juin 2012

2 INTRODUCTION Lors de la réunion de la Table de coordination et de consultation (TCC) du mois de mai 2011, les membres de la table ont pris une demi-journée pour faire le point sur les difficultés vécues au sien du réseau. Cette démarche avait débuté quelques mois plus tôt. Au cours de l entretien, quelques problématiques ont été ciblées : Clarifier les mécanismes de communication inter organismes; Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace; Porter une attention supplémentaire dans le partage des mandats afin qu ils respectent davantage les réalités des instances concernées; Définir des moyens de communication plus efficaces pour présenter les orientations et les attentes; Tenir compte de la charge de travail des employés des instances régionales et de l instance provinciale. Au cours de cette rencontre, il a été convenu que la rédaction d un plan de communication serait réalisée par messieurs Olivier Audet, directeur général du RSEQ Cantons-de-l Est, Daniel Veilleux, directeur général du RSEQ Québec Chaudière- Appalaches, Pierre Boulerice, vice-président scolaire du RSEQ, et Rémi Blouin, directeur des programmes scolaires au RSEQ. Lors de la présentation de cette piste de solution à la Commission sectorielle scolaire du mois de juin 2011, M. Michel Carle, président du RSEQ Laurentides-Lanaudière et membre du conseil d administration du RESQ s est ajouté au comité. Lors d une présentation à la TCC du mois d août 2011, M. Olivier Audet a présenté l échéancier et les objectifs du comité. Il y a eu, tout d abord, le dépôt d une politique de communication pour octobre 2011 et, par la suite, le présent plan. Ces deux documents devraient idéalement venir solutionner les problématiques suivantes, identifiées au mois de mai 2011 : Clarifier les mécanismes de communication inter organismes; Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace (ce point pourrait être solutionner seulement en partie); Définir des moyens de communication plus efficaces pour présenter les orientations et les attentes. Le comité a donc travaillé et a déposé une politique de communication qui a été entérinée par les membres de la Commission sectorielle scolaire au mois d octobre Aujourd hui, nous rédigeons donc le plan de communication. Ce plan sera divisé de la façon suivante : 2

3 1. Diagnostic a. Réseaux politiques : i. Organigramme ii. Fonctionnigramme b. Réseaux techniques i. Contact ii. Écrits iii. Téléphone iv. Audiovisuel v. Informatique 2. Objectifs du plan 3. Identification des publics cibles 4. Définir les contenus 5. Les méthodes de communication 6. Échéanciers 7. Identification des responsables 8. Identification des ressources 9. Évaluation Nous espérons que notre plan de communication interne sera perçu pour ce qu il est, une initiative de membres du réseau qui ont essayé d aller au meilleur de leurs connaissances. Nous n avons pas la prétention de vous offrir un plan digne des firmes professionnelles, mais nous avons la prétention d être des gens rigoureux qui ont à cœur le RSEQ. En espérant que ce plan pourra faire prendre conscience que tout le monde doit y mettre des efforts et surtout en espérant qu il réussira à assainir le climat et nous redonner confiance. C est le défi que nous avons tous et nous devons y arriver. Bonne lecture! 1 LE DIAGNOSTIC Pour parvenir à faire un diagnostic, nous avons utilisé deux outils. Tout d abord, pour les réseaux politiques, nous nous sommes beaucoup fiés à l analyse de M. Normand Dulude présentée lors de l Assemblée générale annuelle du RSEQ, au mois d octobre Notre expérience nous a aussi aidé à faire le diagnostic. Pour les réseaux techniques, nous avons distribué un questionnaire par le web aux membres de la commission sectorielle scolaire et aux employés du RSEQ provincial qui œuvrent au secteur scolaire. a) Réseaux politiques Selon André A. Lafrance, professeur au département de communication et directeur du Groupe d Intervention Stratégique en Communication Organisationnelle (GISCOR) de l Université de Montréal : «Les réseaux politiques définissent les liens existants entre les membres d une entreprise» 1. Nous devons donc analyser les deux aspects suivants : l organigramme et le fonctionnigramme. 1 LAFRANCE, André A., Réseaux et programmes de communication, p. 37 3

4 i) Organigramme L organigramme du RSEQ est représenté par le graphique suivant : Instances régionales Assemblée générale (62 délégués) Organismes partenaires Conseil d administration (10 administrateurs + 1 observateur) Comités Comité exécutif (5 dirigeants) Directeur général Équipe du RSEQ Commission du secteur scolaire (32 représentants 2 par région : 1 politique, 1 permanent + le vice-président et 1 représentant par ligue de div. 1) Commission du secteur collégial (67 représentants 1 par collège, en plus du vice-président) Commission du secteur universitaire (12 représentants 1 par université, en plus du vice-président) Comité exécutif secteur scolaire 5 membres TCC 14 membres Comité exécutif secteur collégial 7 membres Comité exécutif secteur universitaire 5 membres Championnats provinciaux, ligues div. 1 et événements Championnats provinciaux div. 2, ligues div. 1 et événements Championnats provinciaux, ligues et événements Cet organigramme tient compte de l ensemble des trois secteurs. Il est à noter que dans notre cas, nous nous intéressons uniquement au secteur scolaire. On sait qu il y a 4

5 actuellement une démarche entreprise par le conseil d administration du RSEQ provincial pour revoir la gouvernance. Il est donc plutôt difficile de faire une analyse de l organigramme car celui-ci pourra subir des changements. Par contre, la tendance actuelle serait davantage d éclaircir les mandats de chacune des instances de l organigramme plutôt que de le modifier de façon importante. Nous nous permettons donc de dire que nous encourageons le RSEQ à poursuivre sa démarche qui viendra sans aucun doute faciliter les communications internes au secteur scolaire. Il est tout de même clair que l organigramme est lourd et qu il représente un bon nombre de personnes. Cela représente donc un défi majeur pour les dirigeants et les employés quand vient le temps de communiquer. Il y a plusieurs personnes, plusieurs fonctions, donc par le fait même, plusieurs besoins et plusieurs attentes. ii) Fonctionnigramme Toujours selon André A. Lafrance, le fonctionnigramme : «c est le portrait des liens découlant des tâches quotidiennes des membres» 2. Ce portrait nous permet de mentionner tout d abord que les régions, dans leur quotidien, se parlent davantage entre les employés d un même bureau. Il va de même pour les employés au provincial. Cet aspect est relié à la géographie de chacune des fonctions. L autre aspect concerne le titre des fonctions. En ce sens, les communications seront aussi réalisées entre les directeurs de régions et entre les membres politiques à l occasion. Ces aspects nous permettent aussi d identifier qu au-delà des fonctions, chaque personne a ses propres valeurs, ses sentiments et ses affections. Il est donc normal dans un groupe aussi grand et aussi étendu géographiquement, qu il y ait des alliances qui se soient créées. Des affinités sont donc prévisibles tout comme on peut penser que les gens n apprécient pas certaines personnes. Il est évident que le fait que l analyse de ces réalités ait été réalisée par des membres du groupe (le comité communication), vient limiter sérieusement la justesse et l objectivité de cette analyse. Nous en sommes très conscients. Il demeure tout de même important que l on comprenne que la communication informelle entre les directions régionales est présente et qu elle peut venir influencer la perception des gens sur les communications formelles. Par exemple, on peut penser que le même message ne sera pas perçu de la même façon par les régions métropolitaines, par rapport aux régions ressources. b) Réseaux techniques Il y a plusieurs réseaux techniques. Pour en faire l évaluation, nous avons envoyé un sondage aux membres durant le mois de décembre En voici donc une analyse : 2 LAFRANCE, André A., Réseaux et programmes de communication, p. 43 5

6 i) Contact Les questions pour les contacts portaient essentiellement sur les TCC et les CSS. Voici les questions et les résultats : 1. Première partie - Les contacts En général, pour les TCC du mois d'août, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 24% 59% 12% % 61% 11% 17% % 72% 0% 0% 2. En général, pour la CSS du mois d'octobre, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 65% 31% 0% % 73% 19% 0% % 62% 4% 0% 6

7 3. En général, pour la CSS du mois de février, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 75% 21% 0% % 91% 9% 0% % 65% 0% 0% 4. En général, pour la TCC du mois de mai, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 67% 6% 0% % 89% 6% 0% % 53% 0% 0% 5. En général, pour la CSS du mois de juin, êtes-vous : Très safisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour Les document reliés La possibilité de donner votre opinion % 67% 29% 0% % 83% 17% 0% % 67% 0% 0% 7

8 6. En général, pour les réunions de comité, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'odre du jour Les documents reliés La possibilité de donner votre opinion % 55% 18% 0% % 68% 9% 0% % 50% 0% 0% 7. Jugez-vous que l'activité d'initiation des nouveaux directeurs soit une activité importante? Oui 19 83% Non 4 17% Total % 8. Devrions-nous avoir une activité d'initiation pour les nouveaux membres politiques de la CSS? Oui 14 54% Non 12 46% Total % 8

9 9. En général, tenez-vous compte des dates de réunions provinciales pour fixer votre calendrier régional? Oui, je fixe mes dates de réunions pour qu'elles se déroulent avant les réunions provinciales. 6 25% Oui, je fixe mes dates de réunions pour qu'elles se déroulent après les réunions provinciales. 4 17% Oui, je fixe mes dates de réunions pour qu'elles se déroulent parfois avant, parfois après les réunions provinciales. 5 21% Non, je fixe mes dates de réunions indépendamment des réunions provinciales. 5 21% Commentaires : 8 33% ii) Écrits Voici la question et les résultats concernant les écrits : 10. Deuxième partie - Les écrits En général, pour les communications écrites, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait Les communiqués de presse % 58% 31% 4% Les lettres officielles (ex. lettre du vice-président scolaire) 36% 56% 8% 0% Les formulaires pour les inscriptions aux championnats provinciaux 5% 67% 19% 10% iii) Téléphone Voici la question et les résultats les conversations téléphoniques : 11. Troisième partie - Les conversations téléphoniques En général, pour les conversations téléphoniques, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait Vos communications entre le provincial vs le régional % 64% 5% 0% 9

10 Vos communications entre un politique vs un permanent 52% 39% 9% 0% Vos communications entre un politique vs un politique % 69% 8% 0% Vos communications entre un permanent vs un permanent 65% 35% 0% 0% Vos réunions tenues en conférence téléphonique % 63% 11% 0% iv) Audiovisuel Voici les questions et les résultats pour les communications réalisées en audiovisuel : 12. Quatrième partie - L'audiovisuelEn général, pour les conférences web, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait L'ordre du jour La possibilité de donner votre opinion % 60% 10% 0% % 55% 10% 0% 13. Selon vous, nous devrions : Avoir plus de réunions en conférence web 10 40% Avoir moins de réunions en conférence web 0 0% Garder le même nombre de réunions en conférence web qu'actuellement 10 40% Commentaires : 14 56% 10

11 v) Informatique Voici les questions et les résultats concernant les échanges par l informatique : 14. Cinquième partie - L'informatique En général, pour l'informatique, êtes-vous : Très satisfait Satisfait Peu satisfait Pas satisfait La communauté de pratique (SHV) La partie cachée du site web pour le secteur scolaire Le courriel % 50% 19% 12% % 50% 42% 0% % 76% 10% 0% Pour la plupart des questions, les gens avaient l occasion de pouvoir nous donner également des commentaires. Voici un bref résumé des commentaires reçus : Pour les questions 1, 2, 3, 4 et 5 : Trop de points Redondance des réunions Documents bien faits, mais reçus trop à la dernière minute Pour la TCC du mois d août : Inutile, faire des réunions de comité à la place Mauvaise date Devrait s orienter uniquement sur les orientations et les dossiers majeurs Pour la TCC du mois de mai : La nouvelle formule doit être poursuivie Pour la question 10 : Formulaires : Doit être revu Pour les questions 12 et 13 : Efficace si court, précis et peu de monde impliqué Pour la question 14 : Communauté de pratique : Peu utile Site web : Mal structuré 11

12 Courriel : On doit se donner une façon de faire (la fonction «Répondre à tous» surutilisée ) Il y a également eu des commentaires sur les communiqués de presse au fait que le scolaire n était pas souvent mis de l avant. Cette problématique n a cependant pas été considérée, car elle relève de la communication externe. Finalement, nous avons demandé aux gens de nous identifier les deux plus importantes problématiques et les deux plus grandes réussites dans les communications internes. Voici les réponses : 15. Sixième partie - Général Pouvez-vous nous identifier vos deux problématiques de communication les plus importantes parmi les choix suivants? a) TCC 13 54% b) CSS 13 54% c) Réunions de comité 1 4% d) Communiqué de presse 6 25% e) Lettre officielle 1 4% f) Formulaires d'inscription CPS 3 12% g) Conversation téléphonique 0 0% h) Conférence téléphonique 0 0% i) Conférence web 3 12% j) Communauté de pratique 1 4% k) Partie cachée du site web pour le secteur scolaire 1 4% l) Courriel 5 21% 17. Pouvez-vous nous identifier vos deux réussites de communication les plus importantes parmi les choix suivants? a) TCC 1 4% b) CSS 3 12% c) Réunions de comité 11 44% d) Communiqué de presse 1 4% e) Lettre officielle 7 28% f) Formulaires d'inscription CPS 1 4% g) Conversation téléphonique 9 36% h) Conférence téléphonique 1 4% i) Conférence web 3 12% j) Communauté de pratique 1 4% k) Partie cachée du site web pour le secteur scolaire 5 20% l) Courriel 6 24% 12

13 Nous concluons donc que nous avons à travailler sur les problématiques suivantes : TCC CSS Courriel Nous pouvons également conclure que nous avons les forces suivantes : Réunions de comité Conversation téléphonique Un effort devra donc être principalement investit pour rendre les réunions plus efficaces et plus pertinentes pour l ensemble des membres qui y participent. 2 LES OBJECTIFS DU PLAN Les objectifs du plan ont été définis lors de la TCC du mois de mai 2011 comme nous le mentionnons dans l introduction. Nous prenons tout de même la peine de les répéter pour la bonne compréhension de tous : Clarifier les mécanismes de communication inter organismes; Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace (ce point pourrait être solutionné seulement en partie); Définir des moyens de communication plus efficaces pour présenter les orientations et les attentes. 3 L IDENTIFICATION DES PUBLICS CIBLES Les publics ciblés par le plan de communication ont déjà été identifiés par la politique de communication du RSEQ secteur scolaire. En voici l extrait : «La présente politique s'applique uniquement aux relations internes du RSEQ secteur scolaire. Les acteurs internes du RSEQ secteur scolaire regroupent: le personnel du RSEQ provincial secteur scolaire, le personnel des quatorze (14) RSEQ régionaux, les membres politiques de la commission sectorielle scolaire provinciale, les administrateurs des conseils d administration des quatorze (14) RSEQ régionaux.» 4 LA DÉFINITION DES CONTENUS Le RSEQ secteur scolaire touche à plusieurs activités dans le domaine sportif et dans le domaine de la santé. Il y a donc énormément de contenu qui doit être communiqué et ce dans tous les sens (vertical, horizontal). Afin de bien résumer l ensemble du contenu, nous avons convenu de reprendre la méthode habituelle qui identifie quatre contenus lors 13

14 des réunions, soit le contenu «information», le contenu «rapport», le contenu «consultation» et le contenu «décision». Voici la liste de l ensemble des contenus : Information : o Formel : Sports, SHV, CA du RSEQ Provincial, Permanence du RSEQ Provincial, CA des instances régionales, Permanence des instances régionales, MELS, Québec en forme, inscriptions des équipes pour les CPS, etc. o Informel : Opinions personnels, Informations privilégiées, etc. Rapport : o Activités de ligues (division 1), Championnats provinciaux scolaires, Projets et programmes en SHV, Procès-verbaux des TCC, Procès-verbaux des CSS, Procès-verbaux des réunions de comité, Rapport du V-P, rapport du DG, etc. Consultation : o Orientations, Enjeux, Projets, Programmes, Réglementations, etc. Décision : o Orientations, Enjeux, Projets, Programmes, Réglementations, etc. 5 LES MÉTHODES DE COMMUNICATION Suite à l analyse du sondage et suite à la mise en commun de l information que nous avons recueillis lors des échanges à la commission sectorielle scolaire du mois de février 2012, nous avons convenu d apporter les propositions suivantes sur les méthodes de communication en vigueur au RSEQ secteur scolaire. Afin d en faire une présentation la plus complète et la plus simple possible, nous avons repris dans l ordre les mêmes thèmes que ceux utilisés dans le sondage. Nous tenons ici à mentionner que les pistes de solutions proposées seront gages de succès selon nous uniquement si tous les intervenants s engagent à les respecter. Il ne s agit pas ici d une problématique rattachée à une instance en particulier, mais plutôt d une problématique de tous qui sera réglée par tous. 14

15 Voici donc les propositions : Contact : o Concernant les réunions, nous convenons que nous devons clairement identifiés les raisons d être de chacune d entre elles. Voici notre proposition : TCC mois d août Social de début d année pour tisser les liens (1/2 journée d activité obligatoire pour tous) Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) On doit débuter ou terminer des points, si l on débute, on doit être en mesure de sortir de là en ayant clairement établi un échéancier, un mandat et la démarche à suivre. Suivi des dossiers (seulement des nouvelles informations) Élection des deux représentants sur le comité exécutif scolaire Lieu de rencontre pour du travail en comité TCC du mois de mai Continuer le fonctionnement des trois tables o Table des coordonnateurs en sports : Revoir l ensemble de la réglementation par discipline Identification de problématiques communes avec lieu d échanges et de pistes de solutions Terminer l année en cours et faire un bilan de celle-ci. Préparation de l année suivante Durée : une journée o Table des coordonnateurs en saines habitudes de vie : Bilan de l année scolaire Identification de problématiques communes avec lieu d échanges et de pistes de solutions Terminer l année en cours et faire un bilan de celle-ci. Préparation de l année suivante Durée : une journée 15

16 o Table des directions : Revoir l ensemble de la réglementation administrative Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) Suivi des dossiers (seulement des nouvelles informations) Terminer l année en cours et faire un bilan de celle-ci. Préparation de l année suivante Retour sur les réunions des coordonnateurs en sports et en SHV CSS du mois d octobre Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) o Présentation et acceptation des échéanciers, des mandats et des démarches à suivre. Préparation de l AGA Prise de décision concernant certains dossiers CSS du mois de février Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) o Présentation et acceptation des échéanciers, des mandats et des démarches à suivre. Attribution des CPS et CPSI Recommandations des orientations budgétaires du secteur Recommandation des protocoles d entente avec les FUS (pour l année scolaire suivante) Proposition pour la politique organisationnelle Prise de décision concernant certains dossiers CSS du mois de juin Questions d orientations et d enjeux généraux (en lien avec le plan stratégique) o Présentation et acceptation des échéanciers, des mandats et des démarches à suivre. Acceptation de la réglementation administrative et spécifique Recommandation des amendements à la politique organisationnelle Prise de décision concernant certains dossiers 16

17 Pour l ensemble des réunions, il sera de plus en plus primordial que les documents nécessaires soient reçus à l avance. Pour se faire, voici les échéanciers qui devront être respectés : Pour un point d information et / ou de rapport, la documentation devra être disponible 48 heures avant le début de la réunion; Pour un point de consultation, la documentation devra être disponible 7 jours avant le début de la réunion; Pour un point de décision, la documentation devra être disponible entre 10 et 14 jours avant le début de la réunion. Évidemment, tous les efforts seront déployés pour respecter ces échéanciers, mais il peut être possible dans certains cas que ceux-ci ne soient pas respectés. Les membres devront alors être avertis des délais. De plus, il deviendra très important que l ensemble des membres arrive aux réunions en ayant lu les documents. Si nous avions droit à une seule phrase pour résumer notre pensée, elle dirait ceci : Les TCC doivent privilégier les points d information, de rapport et de consultation, tandis que les CSS doivent privilégier les points de consultation et les points de décision. Il est du rôle de la TCC de contribuer à mettre la table pour les CSS. o Pour les comités, nous croyons que ceux-ci doivent se poursuivre, mais selon les barèmes suivants : Leur création doit être réalisé par la CSS Il doit y avoir un mandat clair et non pas une problématique à gérer, il doit également y avoir un échéancier Le leader du comité peut provenir d une région, dans ce cas, il voit minimalement au respect de l échéancier et au suivi après chacune des réunions Écrits : o Ce n est pas pour le moment un enjeu prioritaire, mais nous devrons éventuellement rafraîchir notre documentation d inscriptions et faciliter les processus en regardant du côté des nouvelles technologies de l information et de la communication. Téléphonie : o Ce moyen de communication devra être privilégier par tous lors de cas conflictuel. Ce moyen est déjà très apprécié et devra continuer lors d échange d information entre deux individus qui nécessite des nuances. Audiovisuel : o C est un moyen que l on devra utiliser de plus en plus. Par contre afin de faciliter la bonne tenue des réunions, nous vous proposons les éléments suivants : 17

18 On devrait toujours offrir la possibilité de la caméra web. Les réunions en conférence web devraient toujours s en tenir à un maximum de 4 ou 5 sujets et à un maximum de 120 minutes, sauf exception majeure. Informatique : o Courriel : C est le moyen de communication le plus utilisé, car il permet de façon simple et rapide de rejoindre tout le monde. En plus, ce moyen est très peu onéreux. Par contre, il permet difficilement d avoir une bonne rétroaction. Il est donc proposé de poursuivre les échanges de courriel, mais avec les règles suivantes : Éviter d utiliser ce moyen afin d exprimer une frustration ou une déception (pour ce cas, utiliser soit le téléphone ou la lettre officielle); Si le courriel est utilisé pour fin de consultation, toujours indiqué à qui nous devons envoyer la réponse et s assurer de l envoyer uniquement à cette personne (éviter l onglet «Répondre à tous» le plus possible). On doit aussi mettre en place un système qui permettra de bien identifier les besoins. Ces codes devront être inscrits dans l objet afin de les identifier rapidement et facilement. Voici des exemples : Code : Toutes les régions doivent y répondent Code : Nous aimerions obtenir le maximum de réponses Code : Nous allons prendre le nombre de réponses qu il y aura. Code : Toutes les régions concernées doivent répondre o Communauté de pratique : C est un moyen de communication qui devient de plus en plus à la mode. Dans notre contexte (plusieurs bureaux dans différentes villes avec des employés qui vivent une situation unique dans leur région, mais semblable avec leurs collègues des autres régions), ce moyen peut être très intéressant. Par contre, ce moyen de communication repose sur le fait que les gens le trouvent efficace. Il ne devrait donc pas être obligatoire, ni même un moyen d évaluation du rendement. On doit s assurer de le rendre toujours pertinent et au goût du jour. Si cela est impossible, on devrait tout simplement abandonner ce moyen, par contre, si cela donne des résultats intéressants, nous devrons réfléchir à le mettre en application pour nos coordonnateurs sportifs. 18

19 o Partie cachée du site web : Le site web sera changé dans les prochains mois. La partie cachée du site web devra être «User friendly» et renfermer les informations suivantes : Bottin téléphonique des Instances régionales et du provincial Procès-verbaux des TCC, CSS et des réunions de comités Plan stratégique du RSEQ Protocoles d ententes avec les FUS Autres documents pertinents Il sera également important de hiérarchiser l accès aux documents. Un coordonnateur ne devrait pas avoir accès au PV des TCC ou des CSS, mais il devrait avoir accès au bottin téléphonique ou à la documentation pour les commandes en ligne. 6 LES ÉCHÉANCIERS Parmi les pistes de solutions proposées, il y en a plusieurs qui peuvent être rapidement mis en pratique. L échéancier est donc dans la plupart des cas au cours de l année scolaire Plus précisément, l ensemble des propositions pour les éléments suivants : Contacts, téléphonie, audiovisuel et informatique, nous sommes confiant que nous pourrons dès la rentrée se donner le moyen de mettre en place les objectifs. Il est clair que cela est possible car nos propositions viennent surtout clarifier nos façons de faire afin d éviter les confusions. Pour ce qui est des écrits, nous pensons que la permanence du RSEQ provincial devra voir la pertinence de modifier nos processus. En ce sens, nous croyons que des réflexions devront avoir lieu d ici trois à cinq ans. 7 L IDENTIFICATION DES RESPONSABLES Selon la politique de communication en vigueur, le comité exécutif est responsable du suivi pour la mise en place et le respect de la politique et du plan de communication interne. Évidemment, si nous voulons avoir une chance que les propositions du comité se transforment en améliorations concrètes, il sera du devoir de l ensemble des acteurs internes du RSEQ scolaire de respecter la politique et le plan de communication interne. 8 L IDENTIFICATION DES RESSOURCES Considérant que l initiative de ce plan de communication interne a été prise par les membres du secteur scolaire sans tenir compte d un budget précis; 19

20 Considérant que la plupart des propositions viennent surtout clarifier des processus qui sont déjà en place; Il est convenu que ce plan de communication ne disposera pas de ressources financières particulières. Au moment de l évaluation, le comité exécutif scolaire pourra voir si cette mesure est toujours justifiée. 9 LE SUIVI ET L ÉVALUATION Un suivi et une évaluation devront avoir lieu de façon annuelle afin de s assurer du respect des recommandations de ce plan de communication interne. C est le comité exécutif scolaire qui aura la responsabilité de faire l évaluation et de faire les recommandations qui s imposeront à la commission sectorielle scolaire. 10 CONCLUSION Ce plan de communication interne est le fruit de la réflexion amorcée depuis la TCC du mois d août 2010 à Percé. La volonté du plan était de répondre aux trois problématiques suivantes : Clarifier les mécanismes de communication inter organismes; Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace (ce point pourrait être solutionner seulement en partie); Définir des moyens de communication plus efficaces pour présenter les orientations et les attentes. Entre-temps, la démarche sur la gouvernance réalisée par le conseil d administration du RSEQ a finalement permis de laisser tomber la deuxième problématique (Préciser davantage le partage des mandats (région versus provincial) afin d être plus efficace) au profit d un comité ad hoc qui a travaillé uniquement sur ce point avec l aide du consultant, M. Normand Dulude. Le comité s est donc attaqué aux deux autres problématiques. Nous pensons avoir rempli notre mandat aux meilleurs de nos connaissances et de nos capacités. Nous vous laissons avec une dernière réflexion qui devra être réalisé dans chacune des instances régionales. Il sera important que chaque région réfléchisse sur son propre calendrier annuel des ses réunions en fonction du calendrier provincial. Pour nous, il n y a pas de bonnes ou de mauvaises solutions, mais il y a surtout la recherche d une cohérence. En espérant que le tout sera utile! 20

21 Rémi Blouin Directeur des programmes scolaires RSEQ Michel Carle Président RSEQ Laurentides-Lanaudière Olivier Audet Directeur général du RSEQ Cantons-de-l Est Daniel Veilleux Directeur général du RSEQ Québec Chaudière-Appalaches Pierre Boulerice Vice-président scolaire RSEQ 21

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Guide pour une demande de financement 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Table des matières 1. PRÉSENTATION... 3 1.1 Le Forum jeunesse de la région de

Plus en détail

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation Cours 7 Audit : Exemple de questionnaire Questionnaire de sondage: de la communication interne dans 1. Votre organisation s est-elle dotée officiellement d une stratégie, d un programme ou d une politique

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES Présences Absences Employés Marcel Paul Raymond (président), Robert Bissonnette

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS Adopté au Bureau des gouverneurs le 22 avril 2015 Entériné à l'assemblée générale des membres le XXX 2015 Table des matières 1. Nom... 3 2. Siège social et adresse... 3 3. Définition...

Plus en détail

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Daniel Puche, Ph.D., CEGEP de St-Hyacinthe, 2012 Ce guide se veut une référence pratique pour les enseignants-chercheurs dans leurs démarches de

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Guide d accueil. pour les nouveaux membres

Guide d accueil. pour les nouveaux membres Guide d accueil pour les nouveaux membres Décembre 2008 Table des matières 1. La structure organisationnelle de votre syndicat... 4 2. Les comités prévus à la convention collective... 4 3. Les services

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014 Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont par Magali Vaidye, le 17 janvier 2012 QUÉBEC EN FORME ROSEMONT Plan de communication 2011-2014

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE Commentaires sur La Stratégie de développement durable de l Administration portuaire de Québec 5 février 2014 TABLE DES MATIÈRES Commentaires

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

SERLA CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL AU QUOTIDIEN!

SERLA CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL AU QUOTIDIEN! SERLA CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL AU QUOTIDIEN! Publié par la Confédération des syndicats nationaux Conception graphique France Tardif Illustration Alain Massicotte Impression Gibraltar Dépôt légal BANQ

Plus en détail

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers COMMENTAIRES du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec présentés à l Autorité des marchés financiers portant sur le document de consultation «Ligne directrice sur les pratiques commerciales

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

ANNÉE D INITIATION AU LEADERSHIP À L INTENTION DES AUTOCHTONES (AILA) RENSEIGNEMENTS ET QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES POSTULANTS PARTIE I

ANNÉE D INITIATION AU LEADERSHIP À L INTENTION DES AUTOCHTONES (AILA) RENSEIGNEMENTS ET QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES POSTULANTS PARTIE I RENSEIGNEMENTS ET QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES POSTULANTS RENSEIGNEMENTS ET INSTRUCTIONS GÉNÉRALES PARTIE I 1. Ce document se divise en trois parties. La Partie I (pages I-1/2 à I-2/2) présente des

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion du Conseil d'administration tenue le 1er juin 2013 au bureau de Badminton Québec. Ordre du jour

Compte-rendu de la réunion du Conseil d'administration tenue le 1er juin 2013 au bureau de Badminton Québec. Ordre du jour Compte-rendu de la réunion du Conseil d'administration tenue le 1er juin 2013 au bureau de Badminton Québec Ordre du jour 1- Ouverture de la réunion 2- Adoption de l'ordre du jour 3- Lecture et adoption

Plus en détail

Plan de formation. Centre d'action bénévole de Sherbrooke. Formations pour tous. Formations spécifiques pour les gestionnaires de ressources humaines

Plan de formation. Centre d'action bénévole de Sherbrooke. Formations pour tous. Formations spécifiques pour les gestionnaires de ressources humaines Plan de formation Centre d'action bénévole de Sherbrooke 2015-2016 Formations pour tous Les médias sociaux Le marketing social : Le marketing de la cause Formations spécifiques pour les gestionnaires de

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Bilan de la démocratie sanitaire en région

Bilan de la démocratie sanitaire en région Bilan de la démocratie sanitaire en région La saisine Cadre : autosaisine de la Commission Permanente (CP) de la Conférence Nationale de santé (CNS) Rapporteurs : Madeleine Ngombert-Bitoo (représentante

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault.

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault. PROCÈS-VERBAL de la première (09-01) assemblée régulière de l année 2009 du Conseil d administration du Collège de Rimouski tenue le mardi 27 janvier 2009, à 17 h, au local G-130 du Cégep de Rimouski.

Plus en détail

Orientations de développement des collections de la Bibliothèque

Orientations de développement des collections de la Bibliothèque Orientations de développement des collections de la Bibliothèque 1. Mission Tel que spécifié dans la Politique de la Bibliothèque (POL-DÉ-03) «La Bibliothèque du Collège de Rosemont a pour mission de permettre

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et

Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et le rapport de première année Préparé pour : CRSH Conseil de recherches en

Plus en détail

Bonne rentrée scolaire 2012-2013! Nomination d un secrétaire. assemblées générales, notamment celles d octobre 2012 et de mai 2013.

Bonne rentrée scolaire 2012-2013! Nomination d un secrétaire. assemblées générales, notamment celles d octobre 2012 et de mai 2013. V O L U M E X X X V N U M É R O 1 L E 1 7 S E P T E M B R E 2 0 1 2 D A N S C E N U M É R O : First Class 2 Notes gonflées 3 Session de préparation à la re- 3 traite Variation des 4 primes d assurance

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

RAPPORT ANN UE L 2014-2015

RAPPORT ANN UE L 2014-2015 RAPPORT ANN UE L 2014-2015 TABLE DES MATIÈRES Mots du président et de la direction... 4 Historique... Mission... Territoire... Présentation de l équipe... 5 6 6 7 Les bénévoles experts Processus d action

Plus en détail

Solidaires face à la violence faite aux femmes

Solidaires face à la violence faite aux femmes Solidaires face à la violence faite aux femmes Femmes de la francophonie en contexte minoritaire : Solidaires face à la violence faite aux femmes Alliance de la francophonie canadienne Table des matières

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

de l élève Janvier 2014

de l élève Janvier 2014 Le uide de l élève Janvier 2014 Les cours, les horaires, la gestion du temps, la cote R, les cours d été, les dates butoirs, etc. C est beaucoup d informations nouvelles! Être bien informé sur les études

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

UN COURS DE MATHÉMATIQUES EN LIGNE? POURQUOI PAS...

UN COURS DE MATHÉMATIQUES EN LIGNE? POURQUOI PAS... Pratique pédagogique UN COURS DE MATHÉMATIQUES EN LIGNE? POURQUOI PAS... La réalisation d une recherche dans le cadre d études de deuxième cycle s avère une aventure riche et gratifiante pour un enseignant

Plus en détail

Rédaction d'une offre de service et d'un contrat

Rédaction d'une offre de service et d'un contrat 13 mai 2011 1 Rédaction d'une offre de service et d'un contrat Luc Côté Ross & Caroline Lavoie Offre de service pour la réalisation de la refonte du site internet de la SAMBBA. Adressé à Madame Anne Stéphanie

Plus en détail

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013 Service Alternance Travail-Études et Placement Les étapes de la recherche d emploi La démarche 1. Établir un projet de carrière réaliste. Avant de vous fixer des objectifs de carrière, il faut d abord

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE UNE COMMUNE ET UNE ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de... (province de..) Représentée par le

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCSC OCTOBRE 2014 Nouvelle NCSC 4460, Rapports sur les autres éléments relevés dans le cadre d une mission d audit ou d examen : êtes-vous prêts? Le présent bulletin Alerte

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION 1 Politique de communication Corporation de développement communautaire MRC de L Assomption Introduction Mise en contexte Issue de la Table de concertation des organismes communautaires MRC de L Assomption,

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Créer son Activité/Atelier/Projet

Créer son Activité/Atelier/Projet Créer son Activité/Atelier/Projet Cet atelier a été conçu pour vous donner les outils en tant que volontaire, afin de vous accompagner dans la réalisation et la conception de votre propre activité, atelier

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET

Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET ADOPTÉE LE 9 SEPTEMBRE 2009 MODIFIÉE EN MAI 2012 Le Forum jeunesse Estrie est soutenu financièrement par le gouvernement

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.)

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) REMETTRE CE DOCUMENT AU SECRÉTARIAT DE L ÉCOLE OU NOUS LE FAIRE PARVENIR PAR COURRIEL

Plus en détail

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE Direction générale adjointe Planification, qualité et mission universitaire Coordination de l enseignement et de la recherche 1250, rue Sanguinet, Montréal, QC H2X 3E7 Tél. : (514) 527-9565 / Téléc. :

Plus en détail

Comité Santé en français de Fredericton. Évaluation de l offre active des services de santé de première ligne. Rapport de sondage-final

Comité Santé en français de Fredericton. Évaluation de l offre active des services de santé de première ligne. Rapport de sondage-final Comité Santé en français de Fredericton Évaluation de l offre active des services de santé de première ligne Rapport de sondage-final Mai 2006 Table des matières 1.0 Sommaire. 1 2.0 Introduction..2 3.0

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE

GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE DIRECTION DES AFFAIRES ACADÉMIQUES ET INTERNATIONALES GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE Document

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

Vancouver Calgary Winnipeg Toronto Ottawa Montréal Québec Halifax. Voie Réservée MC. Le défi de la gestion de l invalidité.

Vancouver Calgary Winnipeg Toronto Ottawa Montréal Québec Halifax. Voie Réservée MC. Le défi de la gestion de l invalidité. Vancouver Calgary Winnipeg Toronto Ottawa Montréal Québec Halifax Voie Réservée MC Le défi de la gestion de l invalidité Guide du preneur Table des matières INTRODUCTION L absentéisme au 21 e siècle...

Plus en détail

CREG : http://www.creg.ac- versailles.fr/spip.php?article803

CREG : http://www.creg.ac- versailles.fr/spip.php?article803 OUTILS NUMERIQUES Édu-Sondage : concevoir une enquête en ligne Rédacteur : Olivier Mondet Bla. 1 Présentation Parmi les pépites que contient l Édu-Portail, l application Édu-Sondage est l une des plus

Plus en détail

PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES

PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES MAI 2007 TABLE DE MATIERES 1. FICHE TECHNIQUE 3 1.1. Objet 3 1.2. Méthode 3 1.3. Questions et analyses exclusives 3 1.4. Rapport

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU PROGRAMME 2. MISE EN CONTEXTE

1. DESCRIPTION DU PROGRAMME 2. MISE EN CONTEXTE ENTENTE ADMINISTRATIVE SUR LA GESTION DU FONDS QUÉBÉCOIS D INITIATIVES SOCIALES DANS LE CADRE DES ALLIANCES POUR LA SOLIDARITÉ (MESS-VILLE 2015) GUIDE PRATIQUE 1. DESCRIPTION DU PROGRAMME L Entente administrative

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs Guide du formateur Atelier 1 Objectifs Obtenir un premier contact avec le groupe; présenter la formation Jeune Leader; transmettre des connaissances de base en leadership; définir le modèle de leader du

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE (Adoptée par le Conseil d administration lors de son assemblée régulière du 2 juin 2004) 1. PRINCIPE DIRECTEUR LE COLLÈGE, UN MILIEU

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS Adopté par le conseil d administration le 16 juin 2015 (résolution numéro CA-015-0942) et déposé au ministère de l Éducation,

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Constitution Ultimate New Brunswick. Article I Nom

Constitution Ultimate New Brunswick. Article I Nom Constitution Ultimate New Brunswick Article I Nom 1.1 La présente association doit légalement être connue sous le nom de New Brunswick Disc Sport Association, ci-après nommée Ultimate New Brunswick (U.N.B.)

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAUX ET INTERNES LIGUE SOCCER ADULTE DE TERREBONNE

RÈGLEMENT GÉNÉRAUX ET INTERNES LIGUE SOCCER ADULTE DE TERREBONNE Table des matières 1. NOM 2 2. COMPOSITION DE LA LIGUE 2 3. SIEGE SOCIAL 2 4. SIGLE 2 5. SITE INTERNET 2 6. OBJECTIFS 2 7. MEMBRES 2 8. DESTITUTION OU SUSPENSION 2 SUSPENSION OU RENVOI 9. ASSEMBLÉES GÉNÉRALE

Plus en détail

5 photographies 5 tunnels

5 photographies 5 tunnels DOSSIER 5 photographies 5 tunnels 5 photographies qui vont vous aider à réduire le taux d abandon de vos tunnels de conversion. Introduction Les tunnels de conversion sont présents dans de nombreux sites.

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 10 SUR LES CONDITIONS D ADMISSION AUX PROGRAMMES ET D INSCRIPTION AUX COURS

RÈGLEMENT NUMÉRO 10 SUR LES CONDITIONS D ADMISSION AUX PROGRAMMES ET D INSCRIPTION AUX COURS RÈGLEMENT NUMÉRO 10 SUR LES CONDITIONS D ADMISSION AUX PROGRAMMES ET D INSCRIPTION AUX COURS Adopté par le conseil d'administration lors de sa 224 e assemblée, le 11 décembre 2001 (résolution n o 1857)

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

Présentation du projet éducatif

Présentation du projet éducatif Présentation du projet éducatif Mot du président du conseil d établissement - M. Steve Labranche Le conseil d'établissement tient à remercier toutes les personnes qui ont contribué à la conception, à l'analyse

Plus en détail

Ensemble vers de saines habitudes de vie!

Ensemble vers de saines habitudes de vie! Ensemble vers de saines habitudes de vie! Du plan d action gouvernemental «Investir«pour l avenir» et du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie aux balises de déploiement du soutien de Québec

Plus en détail

EXAMEN GLOBAL DU CADRE DE RÉGLEMENTATION

EXAMEN GLOBAL DU CADRE DE RÉGLEMENTATION AGENCE CANADIENNE DU PARI MUTUEL EXAMEN GLOBAL DU CADRE DE RÉGLEMENTATION - DOCUMENT DE DISCUSSION - Mai/juin 2006 INTRODUCTION L industrie canadienne des courses de chevaux a connu une profonde mutation

Plus en détail

Développer votre plan et votre stratégie Intranet

Développer votre plan et votre stratégie Intranet Développer votre plan et votre stratégie Intranet Ce document présente un aperçu des éléments à prendre en compte lors de la planification d un Intranet en suggérant des méthodes de gestion. Présenté dans

Plus en détail

Conseiller implantation de logiciel Milieu de la santé Supérieur immédiat : Vice-président opérations

Conseiller implantation de logiciel Milieu de la santé Supérieur immédiat : Vice-président opérations Poste En bref : En tant que Conseiller implantation de logiciel chez Gestion Portail Santé, vous pourrez contribuer à la croissance d une entreprise reconnue pour moderniser les résidences de personnes

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Les 10 étapes incontournables pour réaliser un site internet performant et accessible

Les 10 étapes incontournables pour réaliser un site internet performant et accessible COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 2 Les 10 étapes incontournables pour réaliser un site internet performant et accessible Les 10 étapes que vous retrouvez ci-dessous peuvent faire partie

Plus en détail

Procès-verbal des délibérations du Conseil d établissement LE RUCHER DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU

Procès-verbal des délibérations du Conseil d établissement LE RUCHER DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU 267 Procès-verbal des délibérations du Conseil d établissement LE RUCHER DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU Canada Province de Québec Commission scolaire Hauts-Bois-de-l Outaouais Conseil d établissement Écoles

Plus en détail

La déontologie, le courriel et la profession de counseling

La déontologie, le courriel et la profession de counseling Aide-mémoire sur la déontologie, les questions d ordre juridique, et les normes pour les conseillers Il me fait plaisir d accueillir Dan et Lawrence comme les premiers invités de la chronique Aide-mémoire.

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Plan de la présentation Le secteur Recherche, innovation et science citoyenne

Plus en détail

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Directeur général des élections du Québec, 2009 Dépot légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 Bibliothèque nationale

Plus en détail