Journées Ouest IRT/LABEX Décembre 2013, Inria-Rennes Dominique Massaloux, Albert Benveniste

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journées Ouest IRT/LABEX 16-17 Décembre 2013, Inria-Rennes Dominique Massaloux, Albert Benveniste"

Transcription

1 1 Journées Ouest IRT/LABEX Décembre 2013, Inria-Rennes Dominique Massaloux, Albert Benveniste Contenu 1. Executive summary Inscrits Accueil et présentation des journées, Albert Benveniste Le LABEX MER, Anne-Marie Tréguier et Yves-Marie Paulet Présentation générale, Anne-Marie Tréguier Focus: images & écosystèmes profonds, J. Sarrazin, Ifremer Focus: données satellitaires, B. Chapron, Ifremer Focus: modélisation des écosystèmes marins, L. Memery (LEMAR) Discussion LABEX Lebesgue, Vu Ngoc San Présentation générale, par Vu Ngoc San Focus: Problèmes multi-échelles et simulations numériques, Erwan Faou Discussion IRT b<>com, Vincent Marcatté, Bertrand Guilbaud, Jean-Yves Savary Présentation générale par Jean-Yves Savary Focus: HPC et réalité mixte, P.Lemonnier et A.Longeanie Focus: Réalité mixte, J.Royan and F.Andro Focus: Internet des objets, réseaux, e-santé, E.Thibaut and X.Priem Les réseaux E-santé Discussion LABEX CominLabs, Dominique Massaloux et Albert Benveniste Présentation générale par Dominique Massaloux, Colin de la Higuera Focus: projet Predictive, Renaud de Crevoisier Focus: projet SecCloud, Thomas Jensen Focus: projet BoWI, J-Ph. Diguet La plateforme CominWeb par Albert Benveniste et William Dedzoe Discussion... 60

2 8. LABEX CAMI, Lotfi Senhadji, Pascal Haigron, Eric Stindel Présentation générale, Lotfi Senhadji Focus: Perception et décision augmentées ; P. Haigron, LTSI Perception augmentée Décision augmentée Apprentissage augmenté Focus: Action augmentée et service médical rendu, E. Stindel, LaTIM Discussion IRT Jules Verne, Stéphane Cassereau, André Quinquis Présentation générale, Stéphane Cassereau Focus: usine du futur, André Quinquis Discussion h30-15h30: débriefing Thématiques d'intérêt commun Synthèse Modalités Points d'action

3 1. Executive summary Les deux IRT b<>com et Jules Verne, et les quatre Labex CAMI, CominLabs, Lebesgue, et MER, acteurs principaux du PIA dans l ouest se sont réunis pour entamer la construction d une communauté scientifique. Une réunion de deux jours a eu lieu à Rennes les 16 et 17 décembre 2013, organisée par CominLabs, avec la présence de 40 à 50 participants. Le but était de mieux se connaitre, et de définir un petit nombre de points d action précis, pouvant constituer le germe d une telle communauté. Chacune de ces structures s est présentée sur une durée de 2h environ laissant une large part à la discussion, avec pour objectif d expliquer son programme d action, incluant quelques zooms scientifiques. Ces présentations ont permis à chacun de mieux comprendre les domaines techniques que les autres abordent, ainsi que leurs modes de fonctionnement. Cette première partie était un préalable à l identification des synergies possibles, à quoi s est attelée la dernière demi-journée. Trois thématiques d intérêt commun, largement transverses, ont été dégagées : Modélisation de phénomènes physiques avec l accent sur les aspects multi-échelle et complexité de systèmes non-linéaires, éventuellement dynamiques. De tels exemples se rencontrent en dynamique des écosystèmes marins (Labex MER), dans les matériaux (notamment composites) et leurs procédés de fabrication (IRT Jules Verne), ainsi qu en assimilation de données et recalage de modèle dans un contexte non-linéaire et multi-échelle (santé, Labex CAMI, CominLabs, IRT b<>com, IRT Jules Verne). Au centre de cette thématique se trouve l expertise des mathématiciens du Labex Lebesgue. A côté d opérations conjointes de recherche qui pourraient être lancées, on a identifié l opportunité d une démarche analogue à la maison de la modélisation mise en place par les mathématiciens de Grenoble. Big data, assimilation et fusion de données hétérogènes sont également un thème de rencontre. L IRT b<>com offre une plateforme pour l hébergement de masses de données, la navigation associée, et l infrastructure réseau et calcul. Le Labex MER développe une stratégie autour du méso-centre de calcul thématique Caparmor et des centres de données d'ifremer et de l'iuem. Les données marines constituent un parfait benchmark : grandes masses de mesures, besoins de les exploiter ; et, partant, besoin de stockage, de calcul et de visualisation. Le domaine de la santé, par l assistance aux activités cliniques (du pre- au post-), est particulièrement concerné par les problèmes de fusion et recalage de données. CominLabs est actif sur la fouille de grands entrepôts de données, mais avec une orientation privilégiée multimédia. Les technologies de réalité virtuelle, augmentée, ou mixte sont essentielles dans les procédés de conception des matériaux de demain, pour la cobotique et les procédés (IRT Jules Verne) ; elles sont une pièce importante dans la chirurgie assistée ; elles permettent, enfin, la modélisation d un écosystème marin incluant animaux, plancton, détritus en milieu turbulent. Ces technologies et leurs usages sont l un des axes majeurs de l IRT b<>com, et un axe fort du Labex CominLabs. Pour chacune de ces thématiques, des synergies ont été identifiées. Elles seront développées, pour chacune, sous l animation d un responsable (de Lebesgue pour le premier thème, de MER pour le second, et de CominLabs pour le troisième). Par ailleurs, le secteur santé est fortement représenté par trois acteurs (b<>com, CAMI, CominLabs). Il apparaît utile de faire, de l adjacence des axes abordés par ces acteurs, une force en termes de couverture thématique, de savoir-faire et d irrigation des projets par l amont. Sur les thématiques transverses, la réflexion pourra être étendue à d'autres acteurs majeurs du PIA comme L'institut de Transition Energétique "France Energie Marines" ou le labex IGO (Immunology-Graft-Oncology). Les aspects liés à la formation, initiale et continue, ainsi que la formation à la recherche, ont été discutés. Il est apparu nécessaire de développer une démarche analogue sur ces questions. La préparation d un dossier Idex sera le cadre naturel pour mener cette démarche. L existence des deux instruments IRT et Labex donne à notre démarche souplesse et réactivité, nous libérant, quand c est opportun, de la contrainte des programmes de financement et de leurs calendriers. Au total, les synergies identifiées rassembleront les besoins de terrain, les moyens de R&D, ainsi que la recherche amont, sur des questions clés, avec les meilleurs acteurs. 3

4 2. Inscrits Albert Benveniste Inria, CominLabs André QUINQUIS - IRT JV Bertrand Braunschweig, Inria, CominLabs, b<>com Bernard Jouga, Sup-Elec, CominLabs, b<>com Xavier PRIEM Thomas Jensen, Inria, CominLabs Olivia BASTIN Rodolphe LEGOUABLE Pierre Cointe, Univ. Nantes, LINA, CominLabs michel raynal, Irisa, CominLabs Michel EVAIN Ronan Sauleau (IETR), CominLabs Guillaume DARDENNE Dominique MASSALOUX, Telecom Bretagne, CominLabs Jean LE TRAON Yannick Morvan (b<>com) Gaëtan Le Guelvouit François Taiani, Irisa, CominLabs Eric Thibaut Arnaud Longeanie Claude Jard, Univ. Nantes, LINA, CominLabs Jean-Yves Aubié - b<>com Jean Yves Savary, b<>com Colin de la Higuera, Univ. Nantes, LINA, CominLabs Michel Corriou - b<>com Claude Labit, Univ. Rennes I Ramesh Pyndiah, Telecom Bretagne, CominLabs Emilie Sirvent-Hien Lauren Guillopé (CHL/Nantes) Stéphane CASSEREAU - IRT Jules Verne Frédéric BENHAMOU (VP recherche innovation Université de Nantes) Anne Marie Treguier Labex MER Yves-Marie PAULET Labex MER Laurent Mémery Labex MER Gilles Coppin Emmanuel Boutillon Arnaud Debussche, IRMAR, Lebesgue Patrick Gros, Inria, CominLabs 4

5 Mathilde Le Bras, Telecom Bretagne, CominLabs Jérôme Royan William K. DEDZOE, Inria, CominLabs Jean-François Hélard, IETR, CominLabs Bertrand Le Marouille, Inria, CominLabs R. de Crevoisier, LTSI, Inserm, CominLabs Bertrand CHAPRON, Labex MER Patrick Bouthemy, Inria, CominLabs Florian Le Moigne (b<>com) Bruno Arnaldi, Irisa, CominLabs Lotfi Senhadji, LTSI, CominLabs Jozée Sarrazin, Labex MER Eric Stindel San Vu Ngoc, IRMAR, Lebesgue Pascal Haigron Fabienne Andro Jean-Philippe Diguet, Telecom Bretagne, CominLabs Pierre Jannin, LTSI, Inserm, CominLabs Jean-Claude Simon, Foton, CominLabs Alain Coutrot, Safran Christophe Guettier, Safran François Neumann, Safran Louis-Philippe Goncalves Erwan Faou, Inria, Lebesgue Bertrand Rolin Jude Fernando (b<>com) Amandine Le Maitre 3. Accueil et présentation des journées, Albert Benveniste Les objectifs de ces deux journées sont les suivants. Nous pensons qu il est possible de faire du PIA un levier pour l ouest. En effet, L ouest possède un portefeuille d opérations du PIA plus resserré, mais plus cohérent que d autres régions. Les régions Bretagne et PdL ont une politique forte de soutien à la recherche. Comment multiplier l effet du PIA? Faire du PIA un pilier central de la politique régionale Faire des acteurs du PIA une communauté agile, prête à intervenir sur de nouvelles opportunités Bâtir la communauté par de premières actions conjointes Tels sont les objectifs de ces journées. 4. Le LABEX MER, Anne-Marie Tréguier et Yves-Marie Paulet Les responsables des autres projets investissements d'avenir "Mer" (P. Potin pour IDEALG C. Boyen pour EMBRC à la Station Biologique de Roscoff; PY le Traon pour l'équipex NAOS, et YH de Roeck pour France Energie Marine) ont été invités pour participer aux discussions mais n'ont pas pu se libérer. 5

6 4.1 Présentation générale, Anne-Marie Tréguier Cette présentation générale est très brève, pour laisser plus de temps à trois coups de projecteur sur des points et questions scientifiques qui constituent des interfaces possibles avec les autres LABEX ou IRT preśents. Site web: Qui sommes-nous? Chercheurs en: Biologie, chimie, géographie, écologie, économie, géologie, géochimie, géophysique, droit, physique de l océan... Outils: théorie, expérimentation en laboratoire et en mésocosme, observation in situ (domaine profond et côtier), télédétection (par drone et satellite), observatoires des pêches et des usages, modélisation numérique (HPC)... Le labexmer est organisé en 7 axes de recherches, chacun regroupant des chercheurs de plusieurs laboratoires et plusieurs disciplines. Le budget (11M sur 9 ans) est attribué pour un tiers directement au soutien des axes de recherches, et pour un peu moins d'un tiers à des chaires internationales de trois ans (une chaire est en cours, sur l'écologie évolutive, co-financée par l'ueb et la région Bretagne; deux chaires sont ouvertes au recrutement). Le reste du budget est affecté au soutien à des actions «à la mer», au cofinancement d'un programme transverse de post-doc internationaux, et au projet formation (innovation pédagogique, internationalisation des formations). 6

7 7

8 8

9 4.2 Focus: images & écosystèmes profonds, J. Sarrazin, Ifremer Utilisation des données "images" pour l'étude des écosystèmes profonds. Jozée Sarrazin, LEP Ifremer Décrire et comprendre la composition, la structure et le fonctionnement des écosystèmes du domaine profond Exploration Biodiversité Pressions anthropiques Exploitation des Ressources Projets européens, ANR, DCSMM, Ressources minérales, LABEX mer 9

10 Imagerie ; données non invasives, mais précision insuffisante. Observatoires du fond de mer, intégration de données pluri-disciplinaires. Acquisition des données (1) Répartition des habitats Vecteurs mobiles Echelle spatiale importante (plusieurs km 2 ) Imagerie optique ou acoustique Intégration de données de bathymétrie, abiotiques (2) Dynamique temporelle Caméra fixe : échelle spatiale restreinte (<1m 2 ) ou images de retour sur zones Intégration de données environnementales associées Exemple : 10

11 Exemple avec une résolution de l ordre du cm : 11

12 En cours avec Telecom-Bretagne et l ISEN: Elaboration of a video processing platform to analyze the temporal dynamics of hydrothermal ecosystems Perspectives: Gestion et traitement de grands volumes de données Caractérisation de données acoustiques Géostatistiques et écologie numérique Modélisation Science participative Aspects temporels: Comment la distribution spatiale de la faune varie au cours du temps? Quelle est l influence des variations du milieu sur la structure des communautés? Quelles sont les variations temporelles des patrons de colonisation de différentes espèces? 4.3 Focus: données satellitaires, B. Chapron, Ifremer Analyse de très grands ensembles de données satellitaires ; détection de signaux guidée par la formalisation des processus dynamiques. Bertrand Chapron, LOS Ifremer Interactions d échelle pour la machine océanique. Comment faire face au déluge de données? Exemple du CERSAT (données satellitaires) Il y a 250 missions satellites dédiées a l observation de l océan. Nouvelle génération de nano-satellites. Au CERSTAT (Ifremer) actuellement, 300Go données réceptionnées / jour. Missions futures (Sentinel) 1 Peta Octet / an. Traitement et valorisation ; traitements interactifs a la demande Outils d indexation, de fouille et d analyse, visualisation Ecosystème de données, in situ, in vivo, in silico (résultats de modèles numériques), économiques et sociétales, etc. Comment intégrer tout ça? Problématiques : Caractériser les données : homogénéité, formes,... 12

13 Suivi de structures Reconstruction d'information, Compression de l'information Indexation de l'information, lier les observations Bases de données/ Recherche de données : Description, Sémantique, Navigation Analyse croisée de différentes sources / paramètres Archivage long terme, dynamique (avec réduction des échelles et compression) ; ne pas éliminer les évènements rares ou qui peuvent devenir intéressants (attention pour la compression). Les données de modalités différentes sont de résolutions et qualités différentes ; difficulté pour les assimiler ou les comparer ; comment fusionner ces données? besoin d améliorer la performance de ce type de traitement. On a également des informations dynamiques donnant des champs de vitesse pour l évolution des divers paramètres que l on mesure. Les traitements actuels qui effectuent la fusion sont de performance insatisfaisante. Conclusion : data intensive science Très grands ensembles de données multi-modales Signaux guidés par la formation de processus dynamiques Comment adapter les nouvelles technologies? 4.4 Focus: modélisation des écosystèmes marins, L. Memery (LEMAR) Enjeux en modélisation numérique des écosystèmes marins, Laurent Memery (LEMAR, CNRS) Complexité échelles / organisation, et lien avec les axes du Labex MER Echelles : Physique interactions échelles (spectre, fronts, etc ) (Axe 1/2) Temporelle climat vs. variabilité, génomique vs. plasticité (Axe 2/6) Hétérogénéité / connectivité, niches (Axe 6) Organisation (axes 2/6) 13

14 Individus vs. population Ecosystèmes Non linéarité (instabilité / chaos) Macro : émergence Bio géographie (axe 1/2/6) Centré agent (axe 2) Liens avec maths STICC (+ écologie terrestre) Traitement du signal (échelles, inversions) Systèmes dynamiques Complexité vs. prédicibilité The key to prediction and understanding lies in the elucidation of mechanisms underlying observed patterns. Typically, these mechanisms operate at different scales than those on which the patterns are observed; in some cases, the patterns must be understood as emerging from the collective behaviors of large ensembles of smaller scale unit (Levin, Ecology, 1992) Echelles de temps associées aux «flux biologiques/biogéochimiques» : quelques jours à quelques semaines échelles spatiales : méso (~ 100 km : tourbillons, méandres) ; exemple ci-dessous d une carte de la couleur de la mer (niveau de chlorophylle) : A plus petite échelle, Echelles spatiales : sub méso (~ 1-10 km : fronts, filaments) ; à droite, Convergences / divergences le long de fronts : vers échelles «dissipatives» / mélange : A un effet sur la distribution des oiseaux marins (les frégates, indiquées par des points sur la photo cidessous) : 14

15 Interactions biotiques : systèmes dynamiques compétition/mutualisation/prédation/invasion; l augmentation du nombre d espèces donne lieu à des systèmes dynamiques chaotiques, comme le montre les figures ci-dessous, 3 ressources et 6 espèces (gauche) 5 ressources et 12 espèces (droite): De la complexité naissent des propriétés émergentes d ensemble, qui créent une certaine organisation. Les questions de recherche mathématique : Interactions d échelles dynamiques non linéaires couplage entre toutes les échelles o Exemple (spatial) : sub méso et méo échelle sur bilan grande échelle et «forçage» grande échelle sur petite échelle o Exemple (temporel) : variabilité saisonnière vs. interannuelle vs. décennale vs. anthropique / Échelle événementielle vs. tendance (impact) / changement de régime (détection?) o Exemple (structurel) : relations entre deux niveaux trophiques (concept abstrait) = dans la «réalité», «somme» du comportement de chaque individu et des interactions entre chaque «paire»/sous ensemble d individus. Statistiques, traitement du signal, modélisation orientée agent vs. «eulérienne/agrégée» Systèmes dynamiques, Couplage non linéaire de modèles différents, avec des dynamiques différentes (outil AGRIF mis au point avec les mathématiciens de Grenoble) Méthodes inverses, Assimilation 4.5 Discussion 30mn de discussion sont prévus pour que se déclarent des intérêts éventuels pour les sujets d interface qui auront été présentés. 15

16 P. Bouthemy : l équipe de Patrick Gros étudie des bases de données et des gros volumes en imagerie. Il y a sûrement des points communs même si cette équipe est plutôt orientée multimédia. Question: Le Labex MER a-t- il identifie des problématiques transversales? Anne-Marie Tréguier : les sept axes de recherche sont chacun transverses à plusieurs disciplines et plusieurs laboratoires. Petit a petit, le labex Mer crée des liens entre les communautés (laboratoires IUEM, laboratoires propres d'ifremer, Centrale Nantes...) Pour la réunion IRT-Labex nous avons choisi de présenter ce qui nous semble des points d'accroche possibles, par exemple sur les données. Nous avons présenté des problèmes auxquels les chercheurs se heurtent pour lesquels les collaborations avec les autres Labex et IRT pourraient nous apporter. Albert Benveniste : concernant les aspects de big data, utilisez-vous un entrepôt, un cloud? B. Chapron : technologies artisanales pour l instant. Au niveau EU il y a le projet Helix Nebula qui s occupe des données du CERN. Problèmes : distribuer ou centraliser calculs ou données? jusqu a présent on archive les données brutes par peur de perdre de l info critique en cas de compression. P. Bouthemy : pôle I&R : Il y a eu le 12 novembre 2013 à Brest une matinée (technoférence #7) sur le BigData et le web sémantique (organisée par S Garlatti) ; PB a présenté un panorama des activités académiques en big data et web sémantique sur le territoire du pôle I&R", un premier panorama de compétences. A.M. Tréguier: à noter aussi la journée "Tic et MER: défis et solutions" du 26 novembre 2013, dont le compte rendu et les présentations sont disponibles sur le web 5. LABEX Lebesgue, Vu Ngoc San 5.1 Présentation générale, par Vu Ngoc San On présentera très brièvement le LABEX et comment il fonctionne. Puis on passera en revue les points et questions scientifiques qui constituent des interfaces possibles avec les autres LABEX ou IRT présents. Les thèmes : fondements et applications sur Algèbre et géométrie Analyse Aléatoire Ce que c est : IRMA (Rennes) + LMJL (Nantes) + ENS Rennes (et CNRS, INSA, Inria) 190 enseignants-chercheurs permanents 90 doctorants 50 chercheurs étrangers invités annuellement Extension étudiée vers Brest et Angers. Objectifs : Fédérer les maths dans le grand ouest Booster la recherche en maths & interactions Valoriser nos résultats Moyens d action : Semestres thématiques, axe principal ; conf, écoles d eté sur une thématique choisie ; préparation par des cours de master o 2013 : analyse et probas ; 100 orateurs différents et 400 participants dont 170 étrangers o 2014 : géométrie et géométrie algébrique, espaces de modules, cryptographie, géométrie réelle, systèmes dynamiques Master Rennes-Nantes 16

17 Bourses master et thèse, post-docs Conférences Math-entreprises Les thématiques: Algèbre et géométrie : o o o o Analyse : o o o o Aléatoire : o o o Corps finis, géométrie de contact Systèmes hamiltoniens, systèmes dynamiques, classification des systèmes Calcul formel et cryptographie, codes Robotique, singularités Analyse numérique : codes et simulation Géométrie et analyse globale, riemanienne, courbure, laplacien Mécanique : méca flu, milieux hétérogènes, élasticité, matériaux EDP : multi- échelle, non-linéaire, méca quantique Systèmes dynamiques stochastiques, jeux, réseaux, plasmas Théorie ergodique, information quantique, traitement du signal, fractales Statistique : grande dimension, océanographie, génomique, données incomplètes 5.2 Focus: Problèmes multi-échelles et simulations numériques, Erwan Faou Erwan Faou, Inria Calculer des comportements thermo-dynamiques ; on veut préserver, pour les modèles macro obtenus, des invariants mécaniques. 17

18 On est intéressé aux basses échelles mais on doit prendre en compte toutes les échelles pour être fidèle car le système est non-linéaire. C est turbulent, mais les turbulences ont une certaine structure, très mal comprise mathématiquement. Meçanique des fluides, équation d Euler : phase turbulente puis convergence vers des solutions périodiques ; analogie avec le Landau Dampling pour les équations de plasma. La dynamique tue les petites échelles ; on comprend ce genre de figure dasn des cas particuliers (Villani). Domaine très dynamique de la recherche pour comprendre comment des comportements stables arrivent du désordre. 18

19 Equations paramétrées par des termes aléatoires, Monte-Carlo, calcul d incertitude. Simulation de cascade d énergie ; calculs gigantesques. Deux slides de formules : 19

20 On voit un effet de moyennisation qui gomme les hautes fréquences. Comment reproduire ça numériquement? Malheureusement, la discrétisation de type Euler tue ce phénomène. Donc il faut être très astucieux lorsqu on cherche des schémas numériques. 5.3 Discussion 30mn de discussion sont prévus pour que se déclarent des intérêts éventuels pour les sujets d interface qui auront été présentés. Albert Benveniste : concernant les liens de CominLabs avec les maths, ils portent sur la, la robotique, les technologies de "modeleurs" (modélisation d'un avion complet) ; il y a un gros chantier en stats, en particulier les stats pour les big data ; on n'est pas très bons en France là-dessus ; il serait bien que Lebesgue puisse relancer ce segment. AB insiste un peu là-dessus (avait discuté avec Benoît Cadre). 20

21 Anne-Marie Tréguier est fascinée par l expose de E. Faou. Il y a sûrement matière a rencontre: par exemple la question de la "turbulence d'ondes" est extrêmement pertinente à l'échelle planétaire (turbulence quasi-bidimensionnelle en présence d'ondes de Rossby). La turbulence océanique est caractérisée par une forte anisotropie, est-ce que cela intéresse les maths? Réponse: oui puisque l'anisotropie implique un "epsilon". Laurent Memery : nous avons des problèmes d interactions entre systèmes dynamiques, mai maitrisés. Bertrand Chapron: la modélisation des vagues pose des problèmes mathématiques intéressants (lois non gaussiennes). Nous avons aussi des besoins en problèmes inverses, assimilation de données. On note qu'en 2013 il y a eu un atelier de réflexion prospective de l'anr, Mathinterre (dans le cadre international de l'année des maths pour la planète terre). Une journée dédiée à l'océan a été organisée par Ifremer. Le rapport sera rendu prochainement et posera le cadre d'un appel d'offre de l'anr. Les communautés scientifiques de l'ouest devraient se positionner pour y répondre. 6. IRT b<>com, Vincent Marcatté, Bertrand Guilbaud, Jean-Yves Savary 6.1 Présentation générale par Jean-Yves Savary La présentation générale sera plus étoffée que pour les LABEX, particulièrement en ce qui concerne les modalités de fonctionnement et l organisation. On passera en revue les points et questions scientifiques qui constituent des interfaces possibles avec les autres LABEX ou IRT présents, mais ce point est moins décisif pour b<>com dans la mesure où tous les sujets de b<>com sont des interfaces possibles, vu le positionnement central de b<>com dans le groupement des LABEX et IRT représentés. On accompagne les titres courts qui suivent de leur version étendue. Généralités Cartographie des IRT (dessinée par b<>com) 21

22 22

23 Orange est prédominant dans b<>com. Organisation et calendrier 23

24 Grands principes de fonctionnement Aucun personnel des Membres Fondateurs Industriels ne peut être mis à disposition à moins de 50% de son temps de travail. Aucun personnel des Membres Fondateurs Académiques ne peut être mis à disposition à moins de 40% de son temps de recherche. Le Membre Fondateur ou Associé sortant reste tenu de ses engagements pris (en numéraire, en nature et en homme.an) pendant la durée de son préavis, conformément à l'article 3.1 de la présente Charte des Membres de la Fondation b<>com Le préavis des Membres Fondateurs est de 3 ans Le préavis des Membres Associés est de 1 an. Le lieu de travail des personnels de la Fondation b<>com est situé dans les locaux de la Fondation b<>com. La PI : Les Membres Académiques ont un droit d'usage à des fins de recherche des contributeurs sur toute œuvre de l'esprit à laquelle ils auront contribué. Un système unique de rémunération des inventeurs est mis en place pour l'ensemble des personnes intervenant dans la Fondation b<>com L'inventeur du brevet bénéficiera d'une prime forfaitaire versée en trois fois, au dépôt, à la délivrance, à la première valorisation du brevet; En cas de valorisation d'un logiciel déposé à l'agence de Protection des Programmes, qui générerait un revenu net dépassant un montant déterminé, il est envisagé de verser une prime à l auteur du logiciel. Toute publication des résultats des travaux de recherche réalisés dans les programmes de la Fondation b<>com devra être soumise à autorisation du Président qui devra être donnée dans un délai de 30 jours. 24

25 Domaines stratégiques & plateformes de recherche Images Objectif du programme images : Développer et transformer notre expérience d interaction naturelle et immersive avec des contenus hypermédias. Défis technologiques Acquisition, compression, protection et restitution de contenus hypermédias ; Indexation, agrégation et analyse automatisées de données hétérogènes ; Visualisation immersive, interaction multimodale, naturelle et collaborative ; Interopérabilité des systèmes de réalité virtuelle et réalité augmentée. Cibles / Marchés Réseaux e-santé Producteurs, distributeurs et équipementiers de la chaîne audiovisuelle ; Acteurs de la société numérique ; e-formation ; Culture, divertissement, santé Objectif du programme réseaux : Imaginer et concevoir les réseaux plus agiles pour une meilleure expérience-utilisateur quel que soit le lieu, la connexion et le terminal. Diminuer la consommation énergétique et sécuriser l exploitation des réseaux. Défis technologiques Coexistence de milliards d utilisateurs, objets et applications ; Transparence et efficacité des réseaux ; Maîtrise par l Intelligence Artificielle Optimisation énergétique (consommation/10). Marchés : Internet mobile, cloud, objets communiquants. Cibles : Opérateurs réseaux et services ; Acteurs Over The Top / Big5 ; Nouveaux modèle économiques : smart cities, transports connectés, assistance, digital native. Objectif du programme e-santé : Participer à la révolution numérique du système de santé en réduisant les coûts et améliorant les soins. Accélérer l émergence de nouveaux marchés, produits, acteurs et métiers pour la croissance et l emploi. Défis technologiques : Marchés : Données médicale complexes ; Sécurité, fiabilité des données médicales Intéropérabilité des systèmes ; Médecine ambulatoire ; Médecine personnalisée ; Prise en charge globale des patients. Assistance chirurgicale ; 25

26 e-santé ; Télémedecine ; Bien-être ; Contrôle à distance du patient ; Désertification médicale. 6.2 Focus: HPC et réalité mixte, P.Lemonnier et A.Longeanie Les outils de recherche HPC et réalité mixte, positionnement b<>com : P.Lemonnier et A.Longeanie Besoins dans des domaines techniques très variés. Réseau 10GHz 26

27 27

28 28

29 29

30 6.3 Focus: Réalité mixte, J.Royan and F.Andro Réalité mixte, positionnement b<>com: J.Royan and F.Andro Contexte économique 30

31 31

32 Enjeux technologiques Réalité Mixte Collaboration asymétrique - Interopérabilité des dispositifs de réalité virtuelle et de réalité augmentée - Asymétrie des rôles des utilisateurs et de l accès à l information Améliorer la transparence et la naturalité de l interaction - Prise en considération des capacités et contraintes des dispositifs - Exploiter les interactions multimodales - Adaptation de la présentation des données et des modalités d interaction Réalité Augmentée Intégration virtuel / réel - Recalage Cibles déformables, robuste aux conditions d éclairage variées - Cohérence : Occultations, éclairage, réflexions Acceptabilité physiologique des dispositifs de restitution - Exemple des lunettes de réalité augmentée Conflit accommodation / convergence Champ de vision limité Alignement œil / lunettes 32

33 Plateformes Projet ImData Démarrage : Juillet 2013, fin Juin 2016 Equipes co-localisées mixtes IRT membres Activités pluridisciplinaires recherche et développement réalité mixte, interactions naturelles architecture design de services ergonomie 33

34 Objectifs Construire un environnement cadre logiciel pour permettre le développement rapide d applications Spécifier et mettre en situation des métaphores d interaction et de navigation Etudier l acceptabilité des modes de navigation et d interaction en milieu immersif Bénéfices Gain de temps et de coûts dans la mise en œuvre d applications de réalité mixte interopérabilité des dispositifs de réalité mixte outils de conception d interfaces de réalité mixte Amélioration de l interaction collaborative distante transparence de l interaction perception des activités distantes 34

Le projet de plateforme 4.0 Usine du futur Pourquoi nous rejoindre? octobre 2015

Le projet de plateforme 4.0 Usine du futur Pourquoi nous rejoindre? octobre 2015 Le projet de plateforme 4.0 Usine du futur Pourquoi nous rejoindre? octobre 2015 Sommaire 1- Notre objectif 2- le projet de plateforme 4.0 au service des entreprises 3- Pourquoi avons-nous besoin de vous?

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Organisé par Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Pascal Berruet Vice Président Relations Socio Economiques et industrielles L Université

Plus en détail

Big Data & objets connectés

Big Data & objets connectés Big Data & objets connectés IDEAS laboratory a accueilli le dernier Think Tank destiné à animer la filière de la robotique et des objets connectés. Celui- ci a abordé le sujet de l utilisation des données

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

STS : Sciences, Technologies, Santé. STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication. h h h h h 250 h

STS : Sciences, Technologies, Santé. STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication. h h h h h 250 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : STS : Sciences, Technologies, Santé STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication M2 Spécialité : Volume horaire étudiant : Informatique

Plus en détail

CES régional Alsace. Animateurs: UNISTRA SERTIT, programme A 2 S. Contributeurs: EOST, ICUBE (BFO, TRIO, MIV), LIVE, ENGEES,TPS, MESO Centre HPC,

CES régional Alsace. Animateurs: UNISTRA SERTIT, programme A 2 S. Contributeurs: EOST, ICUBE (BFO, TRIO, MIV), LIVE, ENGEES,TPS, MESO Centre HPC, CES régional Alsace Animateurs: UNISTRA SERTIT, programme A 2 S Contributeurs: EOST, ICUBE (BFO, TRIO, MIV), LIVE, ENGEES,TPS, MESO Centre HPC, CDS Séminaire THEIA 16-17 septembre 2014 1 Équipes de recherche

Plus en détail

IRT Nanoelec Présentation générale

IRT Nanoelec Présentation générale I N S T I T U T D E R E C H E R C H E T E C H N O L O G I Q U E IRT Nanoelec Présentation générale 14/10/2014 L IRT Nanoelec 2012-2019 Juin 2014: 18 partenaires fondateurs 8 soutiens institutionnels 400

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. We Network : West Electronic & Applications Network. Contact presse

DOSSIER DE PRESSE. We Network : West Electronic & Applications Network. Contact presse DOSSIER DE PRESSE We Network : West Electronic & Applications Network Contact presse Isabelle Delatte Tél : 02 401 73 98 08 /02 44 Email : i.delatte@we-n.eu West Electronic & Applications Network (We Network),

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les premiers retours positifs d un projet innovant

DOSSIER DE PRESSE. Les premiers retours positifs d un projet innovant Inauguration 28 Novembre 2007 DOSSIER DE PRESSE ADITU, un outil de la compétitivité économique et numérique des territoires Les premiers retours positifs d un projet innovant Inauguration 28 Novembre 2007

Plus en détail

: UN OPEN LAB CRÉÉ EN 2001. Etienne Gaudin Directeur Innovation Groupe 10/03/2015

: UN OPEN LAB CRÉÉ EN 2001. Etienne Gaudin Directeur Innovation Groupe 10/03/2015 : UN OPEN LAB CRÉÉ EN 2001 Etienne Gaudin Directeur Innovation Groupe 10/03/2015 Le groupe Bouygues aujourd hui : trois pôles et une participation Routes (depuis 1986) BTP (195 2) Immobilie (1956 r ) 96,6

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

janv-10 janv-11 oct-10 juil-11 juil-10 avr-11 avr-10

janv-10 janv-11 oct-10 juil-11 juil-10 avr-11 avr-10 13 Mars 2015 oct-07 janv-08 avr-08 juil-08 oct-08 janv-09 avr-09 juil-09 oct-09 janv-10 avr-10 juil-10 oct-10 janv-11 avr-11 juil-11 oct-11 janv-12 avr-12 juil-12 oct-12 janv-13 avr-13 juil-13 oct-13 janv-14

Plus en détail

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique Les sections 6 et 7 du ComitéNational de la RechercheScientifique (CoNRS) Frédérique Bassino et Michèle Basseville Plan Le comité national Les missions des sections Les sections 6 et 7 Le comiténational

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple

Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple cenitspin Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple CONFIGURE YOUR PLM STANDARD www.cenit.com/fr/cenitspin Tout à portée de main grâce au PLM Desktop.

Plus en détail

La suite logicielle adaptable, évolutive et 100% WEB. Solution informatique SOLUTION COMMUNICANTE, OPTIMISÉE POUR UN ENVIRONNEMENT MULTISITE

La suite logicielle adaptable, évolutive et 100% WEB. Solution informatique SOLUTION COMMUNICANTE, OPTIMISÉE POUR UN ENVIRONNEMENT MULTISITE Solution informatique GAMME SYNAPSE SOLUTION COMMUNICANTE, OPTIMISÉE POUR UN ENVIRONNEMENT MULTISITE PRODUCTION COLLABORATION PACS CONSULTATIONS SITE SECONDAIRE ÉCHANGES Système d imagerie et d information

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

SOeMAN SIRH Solution collaborative

SOeMAN SIRH Solution collaborative SOeMAN SIRH Solution collaborative La solution collaborative d aide à l organisation et au pilotage stratégique Reflex Training, entreprise d excellence OSEO 4 rue André Moinier 63000 Clermont Ferrand

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Approche produit/processus comme dynamique de développement

Approche produit/processus comme dynamique de développement Donnez un avenir industriel à vos projets Approche produit/processus comme dynamique de développement Stéphane MICHEL Date : 24 / 06 / 2010 3, Avenue de l industrie, Adamantis bât. A - 31150 Bruguières

Plus en détail

Futuring Cities Villes et territoires intelligents et durables Journée Data

Futuring Cities Villes et territoires intelligents et durables Journée Data Futuring Cities Villes et territoires intelligents et durables Journée Data Institut Mines-Télécom Recherche & Innovation Francis Jutand Directeur Scientifique Institut Mines-Télécom 2 Modèle de présentation

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Usine du futur/ l Usine digitale 4.0: Innovation, Opportunités ou «Chimères» en Génie des Procédés?

Usine du futur/ l Usine digitale 4.0: Innovation, Opportunités ou «Chimères» en Génie des Procédés? Usine du futur/ l Usine digitale 4.0: Innovation, Opportunités ou «Chimères» en Génie des Procédés? Jean-Marc Le Lann, INP-ENSIACET, LGC GT Ecosystèmes Industriels(SFGP) Cathala-Letort «Le génie des procédés

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

neocampus : campus du futur 27 février 2015

neocampus : campus du futur 27 février 2015 neocampus : campus du futur 27 février 2015 Démarrage juin 2013 ECO-CAMPUS TOULOUSE Président B Monthubert Confort au quotidien pour la communauté universitaire Diminution de l empreinte écologique de

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Laboratoire universitaire médical d enseignement numérique et de simulation antoine.tesniere@ilumens.org

Plus en détail

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Qwam Content Intelligence Denis Guedez Consultant Qwam Content Intelligence

Plus en détail

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l'ecole Centrale de Lille (ECLille) Autorité responsable de la certification (cadre 2) Ecole Centrale

Plus en détail

Travaillez en réseau avec BIM4You

Travaillez en réseau avec BIM4You Travaillez en réseau avec BIM4You La solution 5D intégrale devient une réalité. www.bim4you.eu BIM4You Une planification fiable à chaque phase de projet BIM4You Plus qu une planification et une construction

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser Utilisation d algorithmes de deep learning pour la reconnaissance d iris. jonathan.milgram@morpho.com Dans ce cadre, l'unité de recherche et technologie a pour but de maintenir le leadership Au sein de

Plus en détail

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview.

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview. Page 1 Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert en développement sous Qlikview à l Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) 13 décembre 2013

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

Air Transat. Contexte. Buts. Défis. Solution. Industry Travelling, Transport

Air Transat. Contexte. Buts. Défis. Solution. Industry Travelling, Transport Air Transat www.airtransat.ca Industry Travelling, Transport Partner r42 communication Cooper Building 3981 boul. Saint-Laurent, suite 215 Montreal H2W1Y5 Quebec, Canada Ralph Spandl ralph@r42.ca Contexte

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Projet de l UBS en cybersécurité

Projet de l UBS en cybersécurité Projet de l UBS en cybersécurité 22 janvier 2015 Guy GOGNIAT www.univ-ubs.fr Pôle de cybersécurité de l UBS Chaire cyberdéfense Plusieurs projets se nourrissent au sein d un même pôle 1 2 3 4 Des formations

Plus en détail

«Vers le véhicule connecté»

«Vers le véhicule connecté» «Vers le véhicule connecté» Le cercle des idées Quimper Technopole-Cornouaille Jeudi 26 septembre 2013 Philippe COSQUER : Chargé de Projets ] Moteur d idées pour véhicules spécifiques [ Le Pôle de compétitivité

Plus en détail

Bienvenue au cœur de l écosystème français expert du manufacturing!

Bienvenue au cœur de l écosystème français expert du manufacturing! Bienvenue au cœur de l écosystème français expert du manufacturing! Jules Verne Manufacturing Valley Elle concentre des compétences industrielles et académiques clés Elle développe l intelligence collaborative

Plus en détail

CURSUS MASTER EN INGENIERIE INFORMATIQUE : SYSTEMES INTELLIGENTS COMMUNICANTS

CURSUS MASTER EN INGENIERIE INFORMATIQUE : SYSTEMES INTELLIGENTS COMMUNICANTS CURSUS MASTER EN INGENIERIE INFORMATIQUE : SYSTEMES INTELLIGENTS COMMUNICANTS Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation Nature de la formation : Diplôme national de l'enseignement

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

De Zéro à 100... Construire des expériences digitales uniques toujours à la pointe du web avec Acquia Cloud Site Factory

De Zéro à 100... Construire des expériences digitales uniques toujours à la pointe du web avec Acquia Cloud Site Factory De Zéro à 100... Construire des expériences digitales uniques toujours à la pointe du web avec Acquia Cloud Site Factory De Zéro à 100... Construire des expériences digitales uniques toujours à la pointe

Plus en détail

Institut Mines-Télécom. Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles

Institut Mines-Télécom. Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles 1- L ère des données massives 2 Un déluge de données devenu réalité quotidienne 3 + 1 Zettabytes en 2011 médias Contenus des utilisateurs

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Région Bretagne Auto-mobilité et intelligence territoriale L équation gagnante pour la Banque (exemple)

Région Bretagne Auto-mobilité et intelligence territoriale L équation gagnante pour la Banque (exemple) Région Bretagne Auto-mobilité et intelligence territoriale L équation gagnante pour la Banque (exemple) 1 Notre dessein Caractériser la liaison entre stratégie d activités et stratégie de mobilités grâce

Plus en détail

Utilisation de Moodle pour le tutorat de formation en environnement et aménagement Le cas du Campus numérique ENVAM

Utilisation de Moodle pour le tutorat de formation en environnement et aménagement Le cas du Campus numérique ENVAM Utilisation de Moodle pour le tutorat de formation en environnement et aménagement Le cas du Campus numérique ENVAM Hélène Podvin Ingénieur pédagogique ENVAM CIRM-Université de Rennes 1 Campus de Beaulieu

Plus en détail

MASTER INFORMATIQUE ET INGENIERIE DES SYSTEMES COMPLEXES PARCOURS SIGNAL ET TELECOMMUNICATIONS

MASTER INFORMATIQUE ET INGENIERIE DES SYSTEMES COMPLEXES PARCOURS SIGNAL ET TELECOMMUNICATIONS MASTER INFORMATIQUE ET INGENIERIE DES SYSTEMES COMPLEXES PARCOURS SIGNAL ET TELECOMMUNICATIONS Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation Nature de la formation : Diplôme national

Plus en détail

Stratégie projet pour valoriser l'apport des technologies mobiles. Fréderic FADDA. Mobility GBS Leader, IBM

Stratégie projet pour valoriser l'apport des technologies mobiles. Fréderic FADDA. Mobility GBS Leader, IBM Stratégie projet pour valoriser l'apport des technologies mobiles Fréderic FADDA Mobility GBS Leader, IBM L introduction des technologies Mobiles, un accélérateur Business, Opérationnel et IT L introduction

Plus en détail

Référentiel IFIC/AUF 1/7

Référentiel IFIC/AUF 1/7 Annexe 1 : Référentiel des compétences L objet de ce référentiel est de couvrir la majeure partie des compétences requises lors de l organisation d une formation massive, c est-à-dire s adressant à des

Plus en détail

25 % EXPERTS PAR AN. + de 20. + de 35. près de 50 DE CROISSANCE DE L OPEN SOURCE ANNÉES D EXPERIENCE AU SERVICE DE L OPEN SOURCE

25 % EXPERTS PAR AN. + de 20. + de 35. près de 50 DE CROISSANCE DE L OPEN SOURCE ANNÉES D EXPERIENCE AU SERVICE DE L OPEN SOURCE PRESENTATION DE 700 25 % DE L OPEN SOURCE PAR AN DE CROISSANCE EXPERTS + de 20 ANNÉES D EXPERIENCE AU SERVICE DE L OPEN SOURCE + de 35 PARTENAIRES OPEN SOURCE près de 50 Smile Open Source Solutions - Toute

Plus en détail

L informatique à l IN2P3 et le rôle du Chargé de Mission

L informatique à l IN2P3 et le rôle du Chargé de Mission L informatique à l IN2P3 et le rôle du Chargé de Mission Giovanni Lamanna Réunion du comité des DUs 29 avril 2013 Plan - Présentation du Charge de Mission pour l Informatique - Lettre de mission: défis

Plus en détail

ESPACE CONSTRUCTION VIRTUELLE CONSTRUIRE L AVENIR AVEC LE NUMÉRIQUE

ESPACE CONSTRUCTION VIRTUELLE CONSTRUIRE L AVENIR AVEC LE NUMÉRIQUE ESPACE CONSTRUCTION VIRTUELLE CONSTRUIRE L AVENIR AVEC LE NUMÉRIQUE ESPACE CONSTRUCTION VIRTUELLE ENTREZ DANS L ÈRE DE LA CONSTRUCTION NUMÉRIQUE Véritable vitrine technologique, l Espace Construction Virtuelle

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Projet fédérateur E Biogenouest. Rennes 19 mars 2014

Projet fédérateur E Biogenouest. Rennes 19 mars 2014 Projet fédérateur E Biogenouest Rennes 19 mars 2014 Introduction Programme fédérateur Biogenouest co financé par les Régions Bretagne et Pays de la Loire 24 mois Lancé depuis Mai 2012 Porteur : Olivier

Plus en détail

PERSYVAL-lab Pervasive Systems and Algorithms

PERSYVAL-lab Pervasive Systems and Algorithms PERSYVAL-lab Pervasive Systems and Algorithms Responsable scientifique et technique: Marie-Christine Rousset Coordination scientifique du montage du projet: Yassine Lakhnech, Marie-Christine Rousset, Jean-Marc

Plus en détail

Les besoins. Le capital existant. Les nouvelles ambitions. Les projets. Conclusions. Compétences et ressources humaines Les ressources

Les besoins. Le capital existant. Les nouvelles ambitions. Les projets. Conclusions. Compétences et ressources humaines Les ressources Les besoins Le capital existant Compétences et ressources humaines Les ressources Les nouvelles ambitions Les projets Conclusions 2 Les thématiques P2IO reposent sur la production et l exploitation de

Plus en détail

L usine à projets d innovation

L usine à projets d innovation VIAMECA en phase II L usine à projets d innovation Le SERVICE DURABLE INGENIERIE DES SURFACES Animation : Aubert&Duval PROCEDES AVANCES DE FABRICATION Animation : ENISE SYSTEMES INTELLIGENTS ET ROBOTIQUES

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA JEUNESSE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Arrêté du 8 février 2011 fixant le programme pour le cycle terminal de la série

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Bourse Charles Foix édition 2015 Le dossier est à retourner avant le vendredi 24 juillet 2015 à minuit par mail ou par courrier (le cachet faisant foi) à : S I L V E R V A L L E

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Spécialité robotique de service et intégration des systèmes embarqués. F. Jumel A. Guenard J. Saraydaryan. N. Abouchi G.

Spécialité robotique de service et intégration des systèmes embarqués. F. Jumel A. Guenard J. Saraydaryan. N. Abouchi G. Spécialité robotique de service et intégration des systèmes embarqués F. Jumel A. Guenard J. Saraydaryan N. Abouchi G. Pignault 1 Projet de spécialité robotique Création d une Spécialité Robotique de Service

Plus en détail

PLANIFICATION ET OPERATIONS INTEGREES DU TRANSPORT MULTIMODAL

PLANIFICATION ET OPERATIONS INTEGREES DU TRANSPORT MULTIMODAL PLANIFICATION ET OPERATIONS INTEGREES DU TRANSPORT MULTIMODAL KEYWORDS : SYSTEMX, Transport, Multimodal, Simulation, Optimisation, Supervision CONTEXTE de l IRT SYSTEMX L IRT SystemX est un institut de

Plus en détail

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean»

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Qui sommes nous? Vincia en quelques faits et chiffres Une présence et une expérience internationales Créé en 2001 60 consultants - 20 en France -

Plus en détail

MASTER Spécialité "LUMOMAT" LUmière, MOlécules, MATériaux

MASTER Spécialité LUMOMAT LUmière, MOlécules, MATériaux MASTER Spécialité "LUMOMAT" LUmière, MOlécules, MATériaux (Molecular Materials for Organic Electronics and Photonics) Le master LUMOMAT a pour ambition de former des futurs professionnels dans le domaine

Plus en détail

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1 www.inmediats.fr 2 VERS DES AGORAS DE L innovation Partie 1 VERS DES AGORAS DE L innovation Inmédiats est un projet imaginé et construit par six centres de culture scientifique, technique et industrielle

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS.

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS. Dans la période actuelle, sous l impulsion des nouvelles lois et pour accomplir leurs nouvelles missions, notamment dans le cadre de la décentralisation, les collectivités territoriales font face à un

Plus en détail

Colloque SNR Avril 2014. Défis de la Société de l information et de la communication

Colloque SNR Avril 2014. Défis de la Société de l information et de la communication Colloque SNR Avril 2014 Défis de la Société de l information et de la communication Défis du numérique Une profonde rupture de civilisation Enjeux humains, sociaux et économiques majeurs Espoirs et inquiétudes

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015 BATIMAT 2015 Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social 3 novembre 2015 Introduction Le BIM chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Social Avant de parler de BIM, une très rapide présentation de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA)

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Sciences humaines et sociales Master à finalité professionnelle MENTION : SCIENCES DE L EDUCATION SPÉCIALITÉ STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs : Former des spécialistes en

Plus en détail

Moteur d idées pour véhicules spécifiques. Le Pôle de compétitivité Véhicules et Mobilités du grand Ouest

Moteur d idées pour véhicules spécifiques. Le Pôle de compétitivité Véhicules et Mobilités du grand Ouest ] Moteur d idées pour véhicules spécifiques [ Le Pôle de compétitivité Véhicules et Mobilités du grand Ouest ] [Notre mission] Développer la compétitivité des entreprises par le biais de l innovation :

Plus en détail

«Innovation Intelligence» La valorisation des données massives au service des partenariats R&D. Expernova Université d été GFII 11-09-2014

«Innovation Intelligence» La valorisation des données massives au service des partenariats R&D. Expernova Université d été GFII 11-09-2014 «Innovation Intelligence» La valorisation des données massives au service des partenariats R&D Expernova Université d été GFII 11-09-2014 [Une tendance forte à l Open Innovation ] «Le monde est devenu

Plus en détail

Réussir un projet Intranet 2.0

Réussir un projet Intranet 2.0 Frédéric Créplet Thomas Jacob Réussir un projet Intranet 2.0 Écosystème Intranet, innovation managériale, Web 2.0, systèmes d information, 2009 ISBN : 978-2-212-54345-2 Sommaire Démarche générale de l

Plus en détail

Training On Demand. www.crossknowledge.com

Training On Demand. www.crossknowledge.com Training On Demand www.crossknowledge.com CrossKnowledge France 2 bis, rue Godefroy - 92817 Puteaux Cedex - France T : +33 (0)1 41 38 14 99 - F : +33 (0)1 41 38 14 39 Plus d informations : contact@crossknowledge.com

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Technologie du dessin industriel

Technologie du dessin industriel Technologie du dessin industriel Compétences fondamentales RAG F1 Communication technique : Communiquer les idées et dessins techniques de façon efficace et appropriée. Résultat(s) d apprentissage spécifique(s)

Plus en détail

PRÉSENTE SES SERVEURS L ESPACE LE PLUS INNOVANT POUR FAIRE TRAVAILLER VOS DONNÉES EN TEMPS RÉEL

PRÉSENTE SES SERVEURS L ESPACE LE PLUS INNOVANT POUR FAIRE TRAVAILLER VOS DONNÉES EN TEMPS RÉEL PRÉSENTE SES SERVEURS L ESPACE LE PLUS INNOVANT POUR FAIRE TRAVAILLER VOS DONNÉES EN TEMPS RÉEL La solution simple et efficace aux 3 défis majeurs de la direction informatique. Des bénéfices concrets,

Plus en détail

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Février 2015 L expérience de 2iE : 2007 à 2015 10.02.15 2

Plus en détail

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURER EN CONTINU TOUTES VOS CONSOMMATIONS D ÉNERGIE ET DE FLUIDES POUR PERMETTRE UNE OPTIMISATION DE VOS PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES Instrumenter vos immeubles à

Plus en détail

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES CBRH Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines CBRH : Paie et administration du personnel Activité GPEC : Compétences et carrière / Entretien / Formation IDR Contrôle de

Plus en détail

TITRE : DEMONSTRATEUR D UN WEB-SERVICE EN OPTIMISATION NUMERIQUE

TITRE : DEMONSTRATEUR D UN WEB-SERVICE EN OPTIMISATION NUMERIQUE TITRE : DEMONSTRATEUR D UN WEB-SERVICE EN OPTIMISATION NUMERIQUE KEYWORDS : SYSTEMX, WEBSERVICE, COLLABORATIVE FILTERING, MACHINE LEARNING, LANGAGE PROGRAMMATION, HPC, BASE OBJETS COMPLEXES CONTEXTE de

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail