Journées Ouest IRT/LABEX Décembre 2013, Inria-Rennes Dominique Massaloux, Albert Benveniste

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journées Ouest IRT/LABEX 16-17 Décembre 2013, Inria-Rennes Dominique Massaloux, Albert Benveniste"

Transcription

1 1 Journées Ouest IRT/LABEX Décembre 2013, Inria-Rennes Dominique Massaloux, Albert Benveniste Contenu 1. Executive summary Inscrits Accueil et présentation des journées, Albert Benveniste Le LABEX MER, Anne-Marie Tréguier et Yves-Marie Paulet Présentation générale, Anne-Marie Tréguier Focus: images & écosystèmes profonds, J. Sarrazin, Ifremer Focus: données satellitaires, B. Chapron, Ifremer Focus: modélisation des écosystèmes marins, L. Memery (LEMAR) Discussion LABEX Lebesgue, Vu Ngoc San Présentation générale, par Vu Ngoc San Focus: Problèmes multi-échelles et simulations numériques, Erwan Faou Discussion IRT b<>com, Vincent Marcatté, Bertrand Guilbaud, Jean-Yves Savary Présentation générale par Jean-Yves Savary Focus: HPC et réalité mixte, P.Lemonnier et A.Longeanie Focus: Réalité mixte, J.Royan and F.Andro Focus: Internet des objets, réseaux, e-santé, E.Thibaut and X.Priem Les réseaux E-santé Discussion LABEX CominLabs, Dominique Massaloux et Albert Benveniste Présentation générale par Dominique Massaloux, Colin de la Higuera Focus: projet Predictive, Renaud de Crevoisier Focus: projet SecCloud, Thomas Jensen Focus: projet BoWI, J-Ph. Diguet La plateforme CominWeb par Albert Benveniste et William Dedzoe Discussion... 60

2 8. LABEX CAMI, Lotfi Senhadji, Pascal Haigron, Eric Stindel Présentation générale, Lotfi Senhadji Focus: Perception et décision augmentées ; P. Haigron, LTSI Perception augmentée Décision augmentée Apprentissage augmenté Focus: Action augmentée et service médical rendu, E. Stindel, LaTIM Discussion IRT Jules Verne, Stéphane Cassereau, André Quinquis Présentation générale, Stéphane Cassereau Focus: usine du futur, André Quinquis Discussion h30-15h30: débriefing Thématiques d'intérêt commun Synthèse Modalités Points d'action

3 1. Executive summary Les deux IRT b<>com et Jules Verne, et les quatre Labex CAMI, CominLabs, Lebesgue, et MER, acteurs principaux du PIA dans l ouest se sont réunis pour entamer la construction d une communauté scientifique. Une réunion de deux jours a eu lieu à Rennes les 16 et 17 décembre 2013, organisée par CominLabs, avec la présence de 40 à 50 participants. Le but était de mieux se connaitre, et de définir un petit nombre de points d action précis, pouvant constituer le germe d une telle communauté. Chacune de ces structures s est présentée sur une durée de 2h environ laissant une large part à la discussion, avec pour objectif d expliquer son programme d action, incluant quelques zooms scientifiques. Ces présentations ont permis à chacun de mieux comprendre les domaines techniques que les autres abordent, ainsi que leurs modes de fonctionnement. Cette première partie était un préalable à l identification des synergies possibles, à quoi s est attelée la dernière demi-journée. Trois thématiques d intérêt commun, largement transverses, ont été dégagées : Modélisation de phénomènes physiques avec l accent sur les aspects multi-échelle et complexité de systèmes non-linéaires, éventuellement dynamiques. De tels exemples se rencontrent en dynamique des écosystèmes marins (Labex MER), dans les matériaux (notamment composites) et leurs procédés de fabrication (IRT Jules Verne), ainsi qu en assimilation de données et recalage de modèle dans un contexte non-linéaire et multi-échelle (santé, Labex CAMI, CominLabs, IRT b<>com, IRT Jules Verne). Au centre de cette thématique se trouve l expertise des mathématiciens du Labex Lebesgue. A côté d opérations conjointes de recherche qui pourraient être lancées, on a identifié l opportunité d une démarche analogue à la maison de la modélisation mise en place par les mathématiciens de Grenoble. Big data, assimilation et fusion de données hétérogènes sont également un thème de rencontre. L IRT b<>com offre une plateforme pour l hébergement de masses de données, la navigation associée, et l infrastructure réseau et calcul. Le Labex MER développe une stratégie autour du méso-centre de calcul thématique Caparmor et des centres de données d'ifremer et de l'iuem. Les données marines constituent un parfait benchmark : grandes masses de mesures, besoins de les exploiter ; et, partant, besoin de stockage, de calcul et de visualisation. Le domaine de la santé, par l assistance aux activités cliniques (du pre- au post-), est particulièrement concerné par les problèmes de fusion et recalage de données. CominLabs est actif sur la fouille de grands entrepôts de données, mais avec une orientation privilégiée multimédia. Les technologies de réalité virtuelle, augmentée, ou mixte sont essentielles dans les procédés de conception des matériaux de demain, pour la cobotique et les procédés (IRT Jules Verne) ; elles sont une pièce importante dans la chirurgie assistée ; elles permettent, enfin, la modélisation d un écosystème marin incluant animaux, plancton, détritus en milieu turbulent. Ces technologies et leurs usages sont l un des axes majeurs de l IRT b<>com, et un axe fort du Labex CominLabs. Pour chacune de ces thématiques, des synergies ont été identifiées. Elles seront développées, pour chacune, sous l animation d un responsable (de Lebesgue pour le premier thème, de MER pour le second, et de CominLabs pour le troisième). Par ailleurs, le secteur santé est fortement représenté par trois acteurs (b<>com, CAMI, CominLabs). Il apparaît utile de faire, de l adjacence des axes abordés par ces acteurs, une force en termes de couverture thématique, de savoir-faire et d irrigation des projets par l amont. Sur les thématiques transverses, la réflexion pourra être étendue à d'autres acteurs majeurs du PIA comme L'institut de Transition Energétique "France Energie Marines" ou le labex IGO (Immunology-Graft-Oncology). Les aspects liés à la formation, initiale et continue, ainsi que la formation à la recherche, ont été discutés. Il est apparu nécessaire de développer une démarche analogue sur ces questions. La préparation d un dossier Idex sera le cadre naturel pour mener cette démarche. L existence des deux instruments IRT et Labex donne à notre démarche souplesse et réactivité, nous libérant, quand c est opportun, de la contrainte des programmes de financement et de leurs calendriers. Au total, les synergies identifiées rassembleront les besoins de terrain, les moyens de R&D, ainsi que la recherche amont, sur des questions clés, avec les meilleurs acteurs. 3

4 2. Inscrits Albert Benveniste Inria, CominLabs André QUINQUIS - IRT JV Bertrand Braunschweig, Inria, CominLabs, b<>com Bernard Jouga, Sup-Elec, CominLabs, b<>com Xavier PRIEM Thomas Jensen, Inria, CominLabs Olivia BASTIN Rodolphe LEGOUABLE Pierre Cointe, Univ. Nantes, LINA, CominLabs michel raynal, Irisa, CominLabs Michel EVAIN Ronan Sauleau (IETR), CominLabs Guillaume DARDENNE Dominique MASSALOUX, Telecom Bretagne, CominLabs Jean LE TRAON Yannick Morvan (b<>com) Gaëtan Le Guelvouit François Taiani, Irisa, CominLabs Eric Thibaut Arnaud Longeanie Claude Jard, Univ. Nantes, LINA, CominLabs Jean-Yves Aubié - b<>com Jean Yves Savary, b<>com Colin de la Higuera, Univ. Nantes, LINA, CominLabs Michel Corriou - b<>com Claude Labit, Univ. Rennes I Ramesh Pyndiah, Telecom Bretagne, CominLabs Emilie Sirvent-Hien Lauren Guillopé (CHL/Nantes) Stéphane CASSEREAU - IRT Jules Verne Frédéric BENHAMOU (VP recherche innovation Université de Nantes) Anne Marie Treguier Labex MER Yves-Marie PAULET Labex MER Laurent Mémery Labex MER Gilles Coppin Emmanuel Boutillon Arnaud Debussche, IRMAR, Lebesgue Patrick Gros, Inria, CominLabs 4

5 Mathilde Le Bras, Telecom Bretagne, CominLabs Jérôme Royan William K. DEDZOE, Inria, CominLabs Jean-François Hélard, IETR, CominLabs Bertrand Le Marouille, Inria, CominLabs R. de Crevoisier, LTSI, Inserm, CominLabs Bertrand CHAPRON, Labex MER Patrick Bouthemy, Inria, CominLabs Florian Le Moigne (b<>com) Bruno Arnaldi, Irisa, CominLabs Lotfi Senhadji, LTSI, CominLabs Jozée Sarrazin, Labex MER Eric Stindel San Vu Ngoc, IRMAR, Lebesgue Pascal Haigron Fabienne Andro Jean-Philippe Diguet, Telecom Bretagne, CominLabs Pierre Jannin, LTSI, Inserm, CominLabs Jean-Claude Simon, Foton, CominLabs Alain Coutrot, Safran Christophe Guettier, Safran François Neumann, Safran Louis-Philippe Goncalves Erwan Faou, Inria, Lebesgue Bertrand Rolin Jude Fernando (b<>com) Amandine Le Maitre 3. Accueil et présentation des journées, Albert Benveniste Les objectifs de ces deux journées sont les suivants. Nous pensons qu il est possible de faire du PIA un levier pour l ouest. En effet, L ouest possède un portefeuille d opérations du PIA plus resserré, mais plus cohérent que d autres régions. Les régions Bretagne et PdL ont une politique forte de soutien à la recherche. Comment multiplier l effet du PIA? Faire du PIA un pilier central de la politique régionale Faire des acteurs du PIA une communauté agile, prête à intervenir sur de nouvelles opportunités Bâtir la communauté par de premières actions conjointes Tels sont les objectifs de ces journées. 4. Le LABEX MER, Anne-Marie Tréguier et Yves-Marie Paulet Les responsables des autres projets investissements d'avenir "Mer" (P. Potin pour IDEALG C. Boyen pour EMBRC à la Station Biologique de Roscoff; PY le Traon pour l'équipex NAOS, et YH de Roeck pour France Energie Marine) ont été invités pour participer aux discussions mais n'ont pas pu se libérer. 5

6 4.1 Présentation générale, Anne-Marie Tréguier Cette présentation générale est très brève, pour laisser plus de temps à trois coups de projecteur sur des points et questions scientifiques qui constituent des interfaces possibles avec les autres LABEX ou IRT preśents. Site web: Qui sommes-nous? Chercheurs en: Biologie, chimie, géographie, écologie, économie, géologie, géochimie, géophysique, droit, physique de l océan... Outils: théorie, expérimentation en laboratoire et en mésocosme, observation in situ (domaine profond et côtier), télédétection (par drone et satellite), observatoires des pêches et des usages, modélisation numérique (HPC)... Le labexmer est organisé en 7 axes de recherches, chacun regroupant des chercheurs de plusieurs laboratoires et plusieurs disciplines. Le budget (11M sur 9 ans) est attribué pour un tiers directement au soutien des axes de recherches, et pour un peu moins d'un tiers à des chaires internationales de trois ans (une chaire est en cours, sur l'écologie évolutive, co-financée par l'ueb et la région Bretagne; deux chaires sont ouvertes au recrutement). Le reste du budget est affecté au soutien à des actions «à la mer», au cofinancement d'un programme transverse de post-doc internationaux, et au projet formation (innovation pédagogique, internationalisation des formations). 6

7 7

8 8

9 4.2 Focus: images & écosystèmes profonds, J. Sarrazin, Ifremer Utilisation des données "images" pour l'étude des écosystèmes profonds. Jozée Sarrazin, LEP Ifremer Décrire et comprendre la composition, la structure et le fonctionnement des écosystèmes du domaine profond Exploration Biodiversité Pressions anthropiques Exploitation des Ressources Projets européens, ANR, DCSMM, Ressources minérales, LABEX mer 9

10 Imagerie ; données non invasives, mais précision insuffisante. Observatoires du fond de mer, intégration de données pluri-disciplinaires. Acquisition des données (1) Répartition des habitats Vecteurs mobiles Echelle spatiale importante (plusieurs km 2 ) Imagerie optique ou acoustique Intégration de données de bathymétrie, abiotiques (2) Dynamique temporelle Caméra fixe : échelle spatiale restreinte (<1m 2 ) ou images de retour sur zones Intégration de données environnementales associées Exemple : 10

11 Exemple avec une résolution de l ordre du cm : 11

12 En cours avec Telecom-Bretagne et l ISEN: Elaboration of a video processing platform to analyze the temporal dynamics of hydrothermal ecosystems Perspectives: Gestion et traitement de grands volumes de données Caractérisation de données acoustiques Géostatistiques et écologie numérique Modélisation Science participative Aspects temporels: Comment la distribution spatiale de la faune varie au cours du temps? Quelle est l influence des variations du milieu sur la structure des communautés? Quelles sont les variations temporelles des patrons de colonisation de différentes espèces? 4.3 Focus: données satellitaires, B. Chapron, Ifremer Analyse de très grands ensembles de données satellitaires ; détection de signaux guidée par la formalisation des processus dynamiques. Bertrand Chapron, LOS Ifremer Interactions d échelle pour la machine océanique. Comment faire face au déluge de données? Exemple du CERSAT (données satellitaires) Il y a 250 missions satellites dédiées a l observation de l océan. Nouvelle génération de nano-satellites. Au CERSTAT (Ifremer) actuellement, 300Go données réceptionnées / jour. Missions futures (Sentinel) 1 Peta Octet / an. Traitement et valorisation ; traitements interactifs a la demande Outils d indexation, de fouille et d analyse, visualisation Ecosystème de données, in situ, in vivo, in silico (résultats de modèles numériques), économiques et sociétales, etc. Comment intégrer tout ça? Problématiques : Caractériser les données : homogénéité, formes,... 12

13 Suivi de structures Reconstruction d'information, Compression de l'information Indexation de l'information, lier les observations Bases de données/ Recherche de données : Description, Sémantique, Navigation Analyse croisée de différentes sources / paramètres Archivage long terme, dynamique (avec réduction des échelles et compression) ; ne pas éliminer les évènements rares ou qui peuvent devenir intéressants (attention pour la compression). Les données de modalités différentes sont de résolutions et qualités différentes ; difficulté pour les assimiler ou les comparer ; comment fusionner ces données? besoin d améliorer la performance de ce type de traitement. On a également des informations dynamiques donnant des champs de vitesse pour l évolution des divers paramètres que l on mesure. Les traitements actuels qui effectuent la fusion sont de performance insatisfaisante. Conclusion : data intensive science Très grands ensembles de données multi-modales Signaux guidés par la formation de processus dynamiques Comment adapter les nouvelles technologies? 4.4 Focus: modélisation des écosystèmes marins, L. Memery (LEMAR) Enjeux en modélisation numérique des écosystèmes marins, Laurent Memery (LEMAR, CNRS) Complexité échelles / organisation, et lien avec les axes du Labex MER Echelles : Physique interactions échelles (spectre, fronts, etc ) (Axe 1/2) Temporelle climat vs. variabilité, génomique vs. plasticité (Axe 2/6) Hétérogénéité / connectivité, niches (Axe 6) Organisation (axes 2/6) 13

14 Individus vs. population Ecosystèmes Non linéarité (instabilité / chaos) Macro : émergence Bio géographie (axe 1/2/6) Centré agent (axe 2) Liens avec maths STICC (+ écologie terrestre) Traitement du signal (échelles, inversions) Systèmes dynamiques Complexité vs. prédicibilité The key to prediction and understanding lies in the elucidation of mechanisms underlying observed patterns. Typically, these mechanisms operate at different scales than those on which the patterns are observed; in some cases, the patterns must be understood as emerging from the collective behaviors of large ensembles of smaller scale unit (Levin, Ecology, 1992) Echelles de temps associées aux «flux biologiques/biogéochimiques» : quelques jours à quelques semaines échelles spatiales : méso (~ 100 km : tourbillons, méandres) ; exemple ci-dessous d une carte de la couleur de la mer (niveau de chlorophylle) : A plus petite échelle, Echelles spatiales : sub méso (~ 1-10 km : fronts, filaments) ; à droite, Convergences / divergences le long de fronts : vers échelles «dissipatives» / mélange : A un effet sur la distribution des oiseaux marins (les frégates, indiquées par des points sur la photo cidessous) : 14

15 Interactions biotiques : systèmes dynamiques compétition/mutualisation/prédation/invasion; l augmentation du nombre d espèces donne lieu à des systèmes dynamiques chaotiques, comme le montre les figures ci-dessous, 3 ressources et 6 espèces (gauche) 5 ressources et 12 espèces (droite): De la complexité naissent des propriétés émergentes d ensemble, qui créent une certaine organisation. Les questions de recherche mathématique : Interactions d échelles dynamiques non linéaires couplage entre toutes les échelles o Exemple (spatial) : sub méso et méo échelle sur bilan grande échelle et «forçage» grande échelle sur petite échelle o Exemple (temporel) : variabilité saisonnière vs. interannuelle vs. décennale vs. anthropique / Échelle événementielle vs. tendance (impact) / changement de régime (détection?) o Exemple (structurel) : relations entre deux niveaux trophiques (concept abstrait) = dans la «réalité», «somme» du comportement de chaque individu et des interactions entre chaque «paire»/sous ensemble d individus. Statistiques, traitement du signal, modélisation orientée agent vs. «eulérienne/agrégée» Systèmes dynamiques, Couplage non linéaire de modèles différents, avec des dynamiques différentes (outil AGRIF mis au point avec les mathématiciens de Grenoble) Méthodes inverses, Assimilation 4.5 Discussion 30mn de discussion sont prévus pour que se déclarent des intérêts éventuels pour les sujets d interface qui auront été présentés. 15

16 P. Bouthemy : l équipe de Patrick Gros étudie des bases de données et des gros volumes en imagerie. Il y a sûrement des points communs même si cette équipe est plutôt orientée multimédia. Question: Le Labex MER a-t- il identifie des problématiques transversales? Anne-Marie Tréguier : les sept axes de recherche sont chacun transverses à plusieurs disciplines et plusieurs laboratoires. Petit a petit, le labex Mer crée des liens entre les communautés (laboratoires IUEM, laboratoires propres d'ifremer, Centrale Nantes...) Pour la réunion IRT-Labex nous avons choisi de présenter ce qui nous semble des points d'accroche possibles, par exemple sur les données. Nous avons présenté des problèmes auxquels les chercheurs se heurtent pour lesquels les collaborations avec les autres Labex et IRT pourraient nous apporter. Albert Benveniste : concernant les aspects de big data, utilisez-vous un entrepôt, un cloud? B. Chapron : technologies artisanales pour l instant. Au niveau EU il y a le projet Helix Nebula qui s occupe des données du CERN. Problèmes : distribuer ou centraliser calculs ou données? jusqu a présent on archive les données brutes par peur de perdre de l info critique en cas de compression. P. Bouthemy : pôle I&R : Il y a eu le 12 novembre 2013 à Brest une matinée (technoférence #7) sur le BigData et le web sémantique (organisée par S Garlatti) ; PB a présenté un panorama des activités académiques en big data et web sémantique sur le territoire du pôle I&R", un premier panorama de compétences. A.M. Tréguier: à noter aussi la journée "Tic et MER: défis et solutions" du 26 novembre 2013, dont le compte rendu et les présentations sont disponibles sur le web 5. LABEX Lebesgue, Vu Ngoc San 5.1 Présentation générale, par Vu Ngoc San On présentera très brièvement le LABEX et comment il fonctionne. Puis on passera en revue les points et questions scientifiques qui constituent des interfaces possibles avec les autres LABEX ou IRT présents. Les thèmes : fondements et applications sur Algèbre et géométrie Analyse Aléatoire Ce que c est : IRMA (Rennes) + LMJL (Nantes) + ENS Rennes (et CNRS, INSA, Inria) 190 enseignants-chercheurs permanents 90 doctorants 50 chercheurs étrangers invités annuellement Extension étudiée vers Brest et Angers. Objectifs : Fédérer les maths dans le grand ouest Booster la recherche en maths & interactions Valoriser nos résultats Moyens d action : Semestres thématiques, axe principal ; conf, écoles d eté sur une thématique choisie ; préparation par des cours de master o 2013 : analyse et probas ; 100 orateurs différents et 400 participants dont 170 étrangers o 2014 : géométrie et géométrie algébrique, espaces de modules, cryptographie, géométrie réelle, systèmes dynamiques Master Rennes-Nantes 16

17 Bourses master et thèse, post-docs Conférences Math-entreprises Les thématiques: Algèbre et géométrie : o o o o Analyse : o o o o Aléatoire : o o o Corps finis, géométrie de contact Systèmes hamiltoniens, systèmes dynamiques, classification des systèmes Calcul formel et cryptographie, codes Robotique, singularités Analyse numérique : codes et simulation Géométrie et analyse globale, riemanienne, courbure, laplacien Mécanique : méca flu, milieux hétérogènes, élasticité, matériaux EDP : multi- échelle, non-linéaire, méca quantique Systèmes dynamiques stochastiques, jeux, réseaux, plasmas Théorie ergodique, information quantique, traitement du signal, fractales Statistique : grande dimension, océanographie, génomique, données incomplètes 5.2 Focus: Problèmes multi-échelles et simulations numériques, Erwan Faou Erwan Faou, Inria Calculer des comportements thermo-dynamiques ; on veut préserver, pour les modèles macro obtenus, des invariants mécaniques. 17

18 On est intéressé aux basses échelles mais on doit prendre en compte toutes les échelles pour être fidèle car le système est non-linéaire. C est turbulent, mais les turbulences ont une certaine structure, très mal comprise mathématiquement. Meçanique des fluides, équation d Euler : phase turbulente puis convergence vers des solutions périodiques ; analogie avec le Landau Dampling pour les équations de plasma. La dynamique tue les petites échelles ; on comprend ce genre de figure dasn des cas particuliers (Villani). Domaine très dynamique de la recherche pour comprendre comment des comportements stables arrivent du désordre. 18

19 Equations paramétrées par des termes aléatoires, Monte-Carlo, calcul d incertitude. Simulation de cascade d énergie ; calculs gigantesques. Deux slides de formules : 19

20 On voit un effet de moyennisation qui gomme les hautes fréquences. Comment reproduire ça numériquement? Malheureusement, la discrétisation de type Euler tue ce phénomène. Donc il faut être très astucieux lorsqu on cherche des schémas numériques. 5.3 Discussion 30mn de discussion sont prévus pour que se déclarent des intérêts éventuels pour les sujets d interface qui auront été présentés. Albert Benveniste : concernant les liens de CominLabs avec les maths, ils portent sur la, la robotique, les technologies de "modeleurs" (modélisation d'un avion complet) ; il y a un gros chantier en stats, en particulier les stats pour les big data ; on n'est pas très bons en France là-dessus ; il serait bien que Lebesgue puisse relancer ce segment. AB insiste un peu là-dessus (avait discuté avec Benoît Cadre). 20

21 Anne-Marie Tréguier est fascinée par l expose de E. Faou. Il y a sûrement matière a rencontre: par exemple la question de la "turbulence d'ondes" est extrêmement pertinente à l'échelle planétaire (turbulence quasi-bidimensionnelle en présence d'ondes de Rossby). La turbulence océanique est caractérisée par une forte anisotropie, est-ce que cela intéresse les maths? Réponse: oui puisque l'anisotropie implique un "epsilon". Laurent Memery : nous avons des problèmes d interactions entre systèmes dynamiques, mai maitrisés. Bertrand Chapron: la modélisation des vagues pose des problèmes mathématiques intéressants (lois non gaussiennes). Nous avons aussi des besoins en problèmes inverses, assimilation de données. On note qu'en 2013 il y a eu un atelier de réflexion prospective de l'anr, Mathinterre (dans le cadre international de l'année des maths pour la planète terre). Une journée dédiée à l'océan a été organisée par Ifremer. Le rapport sera rendu prochainement et posera le cadre d'un appel d'offre de l'anr. Les communautés scientifiques de l'ouest devraient se positionner pour y répondre. 6. IRT b<>com, Vincent Marcatté, Bertrand Guilbaud, Jean-Yves Savary 6.1 Présentation générale par Jean-Yves Savary La présentation générale sera plus étoffée que pour les LABEX, particulièrement en ce qui concerne les modalités de fonctionnement et l organisation. On passera en revue les points et questions scientifiques qui constituent des interfaces possibles avec les autres LABEX ou IRT présents, mais ce point est moins décisif pour b<>com dans la mesure où tous les sujets de b<>com sont des interfaces possibles, vu le positionnement central de b<>com dans le groupement des LABEX et IRT représentés. On accompagne les titres courts qui suivent de leur version étendue. Généralités Cartographie des IRT (dessinée par b<>com) 21

22 22

23 Orange est prédominant dans b<>com. Organisation et calendrier 23

24 Grands principes de fonctionnement Aucun personnel des Membres Fondateurs Industriels ne peut être mis à disposition à moins de 50% de son temps de travail. Aucun personnel des Membres Fondateurs Académiques ne peut être mis à disposition à moins de 40% de son temps de recherche. Le Membre Fondateur ou Associé sortant reste tenu de ses engagements pris (en numéraire, en nature et en homme.an) pendant la durée de son préavis, conformément à l'article 3.1 de la présente Charte des Membres de la Fondation b<>com Le préavis des Membres Fondateurs est de 3 ans Le préavis des Membres Associés est de 1 an. Le lieu de travail des personnels de la Fondation b<>com est situé dans les locaux de la Fondation b<>com. La PI : Les Membres Académiques ont un droit d'usage à des fins de recherche des contributeurs sur toute œuvre de l'esprit à laquelle ils auront contribué. Un système unique de rémunération des inventeurs est mis en place pour l'ensemble des personnes intervenant dans la Fondation b<>com L'inventeur du brevet bénéficiera d'une prime forfaitaire versée en trois fois, au dépôt, à la délivrance, à la première valorisation du brevet; En cas de valorisation d'un logiciel déposé à l'agence de Protection des Programmes, qui générerait un revenu net dépassant un montant déterminé, il est envisagé de verser une prime à l auteur du logiciel. Toute publication des résultats des travaux de recherche réalisés dans les programmes de la Fondation b<>com devra être soumise à autorisation du Président qui devra être donnée dans un délai de 30 jours. 24

25 Domaines stratégiques & plateformes de recherche Images Objectif du programme images : Développer et transformer notre expérience d interaction naturelle et immersive avec des contenus hypermédias. Défis technologiques Acquisition, compression, protection et restitution de contenus hypermédias ; Indexation, agrégation et analyse automatisées de données hétérogènes ; Visualisation immersive, interaction multimodale, naturelle et collaborative ; Interopérabilité des systèmes de réalité virtuelle et réalité augmentée. Cibles / Marchés Réseaux e-santé Producteurs, distributeurs et équipementiers de la chaîne audiovisuelle ; Acteurs de la société numérique ; e-formation ; Culture, divertissement, santé Objectif du programme réseaux : Imaginer et concevoir les réseaux plus agiles pour une meilleure expérience-utilisateur quel que soit le lieu, la connexion et le terminal. Diminuer la consommation énergétique et sécuriser l exploitation des réseaux. Défis technologiques Coexistence de milliards d utilisateurs, objets et applications ; Transparence et efficacité des réseaux ; Maîtrise par l Intelligence Artificielle Optimisation énergétique (consommation/10). Marchés : Internet mobile, cloud, objets communiquants. Cibles : Opérateurs réseaux et services ; Acteurs Over The Top / Big5 ; Nouveaux modèle économiques : smart cities, transports connectés, assistance, digital native. Objectif du programme e-santé : Participer à la révolution numérique du système de santé en réduisant les coûts et améliorant les soins. Accélérer l émergence de nouveaux marchés, produits, acteurs et métiers pour la croissance et l emploi. Défis technologiques : Marchés : Données médicale complexes ; Sécurité, fiabilité des données médicales Intéropérabilité des systèmes ; Médecine ambulatoire ; Médecine personnalisée ; Prise en charge globale des patients. Assistance chirurgicale ; 25

26 e-santé ; Télémedecine ; Bien-être ; Contrôle à distance du patient ; Désertification médicale. 6.2 Focus: HPC et réalité mixte, P.Lemonnier et A.Longeanie Les outils de recherche HPC et réalité mixte, positionnement b<>com : P.Lemonnier et A.Longeanie Besoins dans des domaines techniques très variés. Réseau 10GHz 26

27 27

28 28

29 29

30 6.3 Focus: Réalité mixte, J.Royan and F.Andro Réalité mixte, positionnement b<>com: J.Royan and F.Andro Contexte économique 30

31 31

32 Enjeux technologiques Réalité Mixte Collaboration asymétrique - Interopérabilité des dispositifs de réalité virtuelle et de réalité augmentée - Asymétrie des rôles des utilisateurs et de l accès à l information Améliorer la transparence et la naturalité de l interaction - Prise en considération des capacités et contraintes des dispositifs - Exploiter les interactions multimodales - Adaptation de la présentation des données et des modalités d interaction Réalité Augmentée Intégration virtuel / réel - Recalage Cibles déformables, robuste aux conditions d éclairage variées - Cohérence : Occultations, éclairage, réflexions Acceptabilité physiologique des dispositifs de restitution - Exemple des lunettes de réalité augmentée Conflit accommodation / convergence Champ de vision limité Alignement œil / lunettes 32

33 Plateformes Projet ImData Démarrage : Juillet 2013, fin Juin 2016 Equipes co-localisées mixtes IRT membres Activités pluridisciplinaires recherche et développement réalité mixte, interactions naturelles architecture design de services ergonomie 33

34 Objectifs Construire un environnement cadre logiciel pour permettre le développement rapide d applications Spécifier et mettre en situation des métaphores d interaction et de navigation Etudier l acceptabilité des modes de navigation et d interaction en milieu immersif Bénéfices Gain de temps et de coûts dans la mise en œuvre d applications de réalité mixte interopérabilité des dispositifs de réalité mixte outils de conception d interfaces de réalité mixte Amélioration de l interaction collaborative distante transparence de l interaction perception des activités distantes 34

OBJECTIFS. Une démarche E-science

OBJECTIFS. Une démarche E-science E-BIOGENOUEST Programme fédérateur Biogenouest co-financé par les Régions Bretagne et Pays de la Loire 24 mois Lancé depuis Mai 2012 Porteur : Olivier Collin (IRISA) Animateur : Yvan Le Bras (IRISA) OBJECTIFS

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Futuring Cities Villes et territoires intelligents et durables Journée Data

Futuring Cities Villes et territoires intelligents et durables Journée Data Futuring Cities Villes et territoires intelligents et durables Journée Data Institut Mines-Télécom Recherche & Innovation Francis Jutand Directeur Scientifique Institut Mines-Télécom 2 Modèle de présentation

Plus en détail

smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers

smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers smart M2M créer de nouveaux usages industriels, logistiques, urbains, domestiques,

Plus en détail

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique Les sections 6 et 7 du ComitéNational de la RechercheScientifique (CoNRS) Frédérique Bassino et Michèle Basseville Plan Le comité national Les missions des sections Les sections 6 et 7 Le comiténational

Plus en détail

«Les projets collaboratifs pour les nuls»

«Les projets collaboratifs pour les nuls» «Les projets collaboratifs pour les nuls» Les jeudis du numérique à Vannes 28/05/15 Sommaire 1) Le projet collaboratif 2) Les appels à projets 3) Le financement 4) Le rôle d Images & Réseaux Les questions

Plus en détail

janv-10 janv-11 oct-10 juil-11 juil-10 avr-11 avr-10

janv-10 janv-11 oct-10 juil-11 juil-10 avr-11 avr-10 13 Mars 2015 oct-07 janv-08 avr-08 juil-08 oct-08 janv-09 avr-09 juil-09 oct-09 janv-10 avr-10 juil-10 oct-10 janv-11 avr-11 juil-11 oct-11 janv-12 avr-12 juil-12 oct-12 janv-13 avr-13 juil-13 oct-13 janv-14

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

CES régional Alsace. Animateurs: UNISTRA SERTIT, programme A 2 S. Contributeurs: EOST, ICUBE (BFO, TRIO, MIV), LIVE, ENGEES,TPS, MESO Centre HPC,

CES régional Alsace. Animateurs: UNISTRA SERTIT, programme A 2 S. Contributeurs: EOST, ICUBE (BFO, TRIO, MIV), LIVE, ENGEES,TPS, MESO Centre HPC, CES régional Alsace Animateurs: UNISTRA SERTIT, programme A 2 S Contributeurs: EOST, ICUBE (BFO, TRIO, MIV), LIVE, ENGEES,TPS, MESO Centre HPC, CDS Séminaire THEIA 16-17 septembre 2014 1 Équipes de recherche

Plus en détail

Fiche de poste. UNIVERSITE DE BRETAGNE SUD (préciser si IUT) Poste n 0134. 02 97 87 66 30 02 97 87 66 35 e-mail : drh.ens@listes.univ-ubs.

Fiche de poste. UNIVERSITE DE BRETAGNE SUD (préciser si IUT) Poste n 0134. 02 97 87 66 30 02 97 87 66 35 e-mail : drh.ens@listes.univ-ubs. Fiche de poste UNIVERSITE DE BRETAGNE SUD (préciser si IUT) Poste n 0134 Corps : Sections : Profil : Localisation : Etat du poste : Maître de conférences 27 informatique IUT de Vannes Vacant Article de

Plus en détail

Le projet de plateforme 4.0 Usine du futur Pourquoi nous rejoindre? octobre 2015

Le projet de plateforme 4.0 Usine du futur Pourquoi nous rejoindre? octobre 2015 Le projet de plateforme 4.0 Usine du futur Pourquoi nous rejoindre? octobre 2015 Sommaire 1- Notre objectif 2- le projet de plateforme 4.0 au service des entreprises 3- Pourquoi avons-nous besoin de vous?

Plus en détail

Spécialité robotique de service et intégration des systèmes embarqués. F. Jumel A. Guenard J. Saraydaryan. N. Abouchi G.

Spécialité robotique de service et intégration des systèmes embarqués. F. Jumel A. Guenard J. Saraydaryan. N. Abouchi G. Spécialité robotique de service et intégration des systèmes embarqués F. Jumel A. Guenard J. Saraydaryan N. Abouchi G. Pignault 1 Projet de spécialité robotique Création d une Spécialité Robotique de Service

Plus en détail

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation La passion de l'excellence Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation Comités et séminaires RTI Phase : Initiation - Détection 1 Projets Objectif Faciliter les échanges entre les membres de NAE

Plus en détail

Horaire élève réglementaire : 1h30 (groupe) 25 élèves

Horaire élève réglementaire : 1h30 (groupe) 25 élèves Séance N Lycée : A. HONNORAT BARCELONNETTE Planification prévisionnelle des enseignements de technologie. Mise en œuvre des programmes de 4 ème (00/0). La planification prévisionnelle est le résultat de

Plus en détail

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard A Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux La Vision d ALLISTENE 5 janvier 2012 Michel Cosnard Missions d Allistene Stratégie de recherche et d innovation Distingue

Plus en détail

Colloque SNR Avril 2014. Défis de la Société de l information et de la communication

Colloque SNR Avril 2014. Défis de la Société de l information et de la communication Colloque SNR Avril 2014 Défis de la Société de l information et de la communication Défis du numérique Une profonde rupture de civilisation Enjeux humains, sociaux et économiques majeurs Espoirs et inquiétudes

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ. Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile

LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ. Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile. Position du problème Un axe très important dans les transports individuels est celui des nouveaux usages

Plus en détail

INGÉNIERIE ET ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

INGÉNIERIE ET ÉVALUATION DES COMPÉTENCES GUY LE BOTERF INGÉNIERIE ET ÉVALUATION DES COMPÉTENCES Sixième édition Groupe Eyrolles, 1998, 1999, 2001, 2002, 2006, 2011 ISBN : 978-2-212-54777-1 S OMMAIRE PRÉFACE... 13 GUIDE THÉMATIQUE... 17 FICHES

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

Managements des risques industriels : quelques verrous scientifiques et techniques à résoudre pour le futur. Le point de vue d'un industriel.

Managements des risques industriels : quelques verrous scientifiques et techniques à résoudre pour le futur. Le point de vue d'un industriel. Managements des risques industriels : quelques verrous scientifiques et techniques à résoudre pour le futur. Le point de vue d'un industriel. Workshop du GIS 3SGS Reims, 29 septembre 2010 Sommaire Missions

Plus en détail

Cahier des charges «Veille Techno» 2015

Cahier des charges «Veille Techno» 2015 Cahier des charges «Veille Techno» 2015 Novembre 2014 SOMMAIRE 1 Titre de niveau 1... Erreur! Signet non défini. 1.1 Titre de niveau 2... Erreur! Signet non défini. 1.1.1 Titre de niveau 3... Erreur! Signet

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

«Vers le véhicule connecté»

«Vers le véhicule connecté» «Vers le véhicule connecté» Le cercle des idées Quimper Technopole-Cornouaille Jeudi 26 septembre 2013 Philippe COSQUER : Chargé de Projets ] Moteur d idées pour véhicules spécifiques [ Le Pôle de compétitivité

Plus en détail

STS : Sciences, Technologies, Santé. STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication. h h h h h 250 h

STS : Sciences, Technologies, Santé. STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication. h h h h h 250 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : STS : Sciences, Technologies, Santé STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication M2 Spécialité : Volume horaire étudiant : Informatique

Plus en détail

Usine du futur/ l Usine digitale 4.0: Innovation, Opportunités ou «Chimères» en Génie des Procédés?

Usine du futur/ l Usine digitale 4.0: Innovation, Opportunités ou «Chimères» en Génie des Procédés? Usine du futur/ l Usine digitale 4.0: Innovation, Opportunités ou «Chimères» en Génie des Procédés? Jean-Marc Le Lann, INP-ENSIACET, LGC GT Ecosystèmes Industriels(SFGP) Cathala-Letort «Le génie des procédés

Plus en détail

Projet OGAM. Fiche de présentation

Projet OGAM. Fiche de présentation Projet OGAM Fiche de présentation Table des matières 1 Éléments de contexte...2 2 Description de l opération...3 3 Les fonctionnalités minimales attendues...6 4 Gouvernance du projet...6 5 Les grandes

Plus en détail

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Thomas Devogele Université François Rabelais (Tours) thomas.devogele@univ-tours.fr Les déplacements L analyse des déplacements

Plus en détail

CHALLENGES NUMERIQUES

CHALLENGES NUMERIQUES Programme d Investissements d Avenir CHALLENGES NUMERIQUES Appel à manifestation d intérêt Cahier des charges ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET https://extranet.bpifrance.fr/projets-innovants-collaboratifs/

Plus en détail

Compte-rendu des workshops du 4 et 5 décembre 2013 «E-maintenance dans les EMR, innovations et solutions»

Compte-rendu des workshops du 4 et 5 décembre 2013 «E-maintenance dans les EMR, innovations et solutions» Compte-rendu des workshops du 4 et 5 décembre 2013 «E-maintenance dans les EMR, innovations et solutions» ~ 1 ~ Table des matières Table des matières 2 4 Décembre dans les Salons André Michel, gare Maritime

Plus en détail

Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie

Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie Conseil Conseil Stratégique et assistance dans les Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie SIEGE 16, rue Kléber 92442 Issy-les-Moulineaux France www.items.fr

Plus en détail

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap Mary Jean Harrold Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap I. L auteur II. Introduction sur les test : les enjeux, la problématique III. Les tests : roadmap IV. Conclusion

Plus en détail

: UN OPEN LAB CRÉÉ EN 2001. Etienne Gaudin Directeur Innovation Groupe 10/03/2015

: UN OPEN LAB CRÉÉ EN 2001. Etienne Gaudin Directeur Innovation Groupe 10/03/2015 : UN OPEN LAB CRÉÉ EN 2001 Etienne Gaudin Directeur Innovation Groupe 10/03/2015 Le groupe Bouygues aujourd hui : trois pôles et une participation Routes (depuis 1986) BTP (195 2) Immobilie (1956 r ) 96,6

Plus en détail

PERSYVAL-lab Pervasive Systems and Algorithms

PERSYVAL-lab Pervasive Systems and Algorithms PERSYVAL-lab Pervasive Systems and Algorithms Responsable scientifique et technique: Marie-Christine Rousset Coordination scientifique du montage du projet: Yassine Lakhnech, Marie-Christine Rousset, Jean-Marc

Plus en détail

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et 1 Neuf lignes d action! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et d orientation de la recherche en France! Promouvoir la recherche technologique! Développer

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201

UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201 UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201 Numéro dans le SI local : 6300MCF0617 Référence GESUP : 0617 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 63-Génie électrique, électronique,

Plus en détail

UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4072

UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4072 UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4072 Numéro dans le SI local : Référence GESUP : Corps : Professeur des universités Article : 46-1 Chaire : Non Section 1 : 27-Informatique Section 2

Plus en détail

Moteur d idées pour véhicules spécifiques. Le Pôle de compétitivité Véhicules et Mobilités du grand Ouest

Moteur d idées pour véhicules spécifiques. Le Pôle de compétitivité Véhicules et Mobilités du grand Ouest ] Moteur d idées pour véhicules spécifiques [ Le Pôle de compétitivité Véhicules et Mobilités du grand Ouest ] [Notre mission] Développer la compétitivité des entreprises par le biais de l innovation :

Plus en détail

neocampus : campus du futur 27 février 2015

neocampus : campus du futur 27 février 2015 neocampus : campus du futur 27 février 2015 Démarrage juin 2013 ECO-CAMPUS TOULOUSE Président B Monthubert Confort au quotidien pour la communauté universitaire Diminution de l empreinte écologique de

Plus en détail

Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation. eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM

Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation. eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM Historique Septembre 2012 : Master "Espace et Application", Université franco-vietnamienne des Sciences et Technologies

Plus en détail

Institut Mines-Télécom. Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles

Institut Mines-Télécom. Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles 1- L ère des données massives 2 Un déluge de données devenu réalité quotidienne 3 + 1 Zettabytes en 2011 médias Contenus des utilisateurs

Plus en détail

Centre Industriel de Réalité Virtuelle, plateforme de l IRT Jules Verne Une PRI dédiée aux technologies 3D interactives

Centre Industriel de Réalité Virtuelle, plateforme de l IRT Jules Verne Une PRI dédiée aux technologies 3D interactives Centre Industriel de Réalité Virtuelle, plateforme de l IRT Jules Verne Une PRI dédiée aux technologies 3D interactives Dossier de presse Montoir-de-Bretagne 7 novembre 2013 Sommaire : - Communiqué de

Plus en détail

Projet de l UBS en cybersécurité

Projet de l UBS en cybersécurité Projet de l UBS en cybersécurité 22 janvier 2015 Guy GOGNIAT www.univ-ubs.fr Pôle de cybersécurité de l UBS Chaire cyberdéfense Plusieurs projets se nourrissent au sein d un même pôle 1 2 3 4 Des formations

Plus en détail

L industrie 4.0 : la 4ème révolution industrielle sauvera-telle l industrie française?

L industrie 4.0 : la 4ème révolution industrielle sauvera-telle l industrie française? L industrie 4.0 : la 4ème révolution industrielle sauvera-telle l industrie française? La situation de l industrie française est préoccupante : nous accusons un retard d investissement de l ordre de 40

Plus en détail

Filière MMIS. Modélisation Mathématique, Images et Simulation. Responsables : Stefanie Hahmann, Valérie Perrier, Zoltan Szigeti

Filière MMIS. Modélisation Mathématique, Images et Simulation. Responsables : Stefanie Hahmann, Valérie Perrier, Zoltan Szigeti Filière MMIS Modélisation Mathématique, Images et Simulation Responsables : Stefanie Hahmann, Valérie Perrier, Zoltan Szigeti Valerie.Perrier@imag.fr Modélisation mathématique, Images et simulation (MMIS)

Plus en détail

SOMMAIRE SMART CITIES L EXPERIENCE D HIKOB HIKOB QUI SOMMES NOUS? MISSION 13/01/2014 HIKOB QUI SOMMES NOUS? SMART CITIES ENJEUX

SOMMAIRE SMART CITIES L EXPERIENCE D HIKOB HIKOB QUI SOMMES NOUS? MISSION 13/01/2014 HIKOB QUI SOMMES NOUS? SMART CITIES ENJEUX SOMMAIRE SMART CITIES L EXPERIENCE D HIKOB HIKOB QUI SOMMES NOUS? SMART CITIES ENJEUX SMART CITIES COMPLEXITE SMART CITIES CAS 1 : SMART CITIES CAS 2 : ITS SMART CITIES CAS 3 : VIABILITE HIVERNALE CONCLUSION

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Fiche synthétique de la 1 ère année FIA

Fiche synthétique de la 1 ère année FIA Fiche synthétique de la 1 ère année FIA Mission En 1 ère année, l'apprenti doit être capable de remplir des missions habituellement confiées à un technicien supérieur : la dimension technique prime donc

Plus en détail

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Organisé par Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Pascal Berruet Vice Président Relations Socio Economiques et industrielles L Université

Plus en détail

Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance en phase avec le calendrier national périodique D : habilitation d une nouvelle formation

Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance en phase avec le calendrier national périodique D : habilitation d une nouvelle formation Avis n 2010/07-01 relatif à l habilitation de l Université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance

Plus en détail

Appels à projets recherche 2006 : Les lauréats reçus à l Hôtel de Région

Appels à projets recherche 2006 : Les lauréats reçus à l Hôtel de Région Appels à projets recherche 2006 : Les lauréats reçus à l Hôtel de Région Hôtel de Région des Pays de la Loire Mercredi 20 décembre 2006 Relations presse Conseil Régional des Pays de la Loire Sophie Le

Plus en détail

étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire

étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire mémo eld / novembre 2014 2 introduction Une expérimentation basée sur la spécialisation des conseillers de Pôle

Plus en détail

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France Sommaire Cloud Computing Retours sur quelques notions Quelques chiffres Offre e need e need Services e need Store

Plus en détail

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser Utilisation d algorithmes de deep learning pour la reconnaissance d iris. jonathan.milgram@morpho.com Dans ce cadre, l'unité de recherche et technologie a pour but de maintenir le leadership Au sein de

Plus en détail

Mention de Master Génie Industriel de l UPSay (Université Paris Saclay) Description de la mention

Mention de Master Génie Industriel de l UPSay (Université Paris Saclay) Description de la mention Mention de Master Génie Industriel de l UPSay (Université Paris Saclay) Description de la mention Etablissements opérateurs : CS, ENSC, UEVE Etablissements partenaires : UPsud, ENSTA, SUPMECA Responsable

Plus en détail

IT for Innovative Services (ITIS)

IT for Innovative Services (ITIS) DÉpartement RDI IT for Innovative Services (ITIS) Le département «IT for Innovative Services» (ITIS) du LIST conçoit des services IT innovants dans une démarche d innovation ouverte intégrant l ensemble

Plus en détail

Masses de données. 1. Introduction 2. Problématiques 3. Socle de formation (non présenté) 4. Liens avec Formation INSA

Masses de données. 1. Introduction 2. Problématiques 3. Socle de formation (non présenté) 4. Liens avec Formation INSA Masses de données 1. Introduction 2. Problématiques 3. Socle de formation (non présenté) 4. Liens avec Formation INSA Rédacteurs : Mjo Huguet / N. Jozefowiez 1. Introduction : Besoins Informations et Aide

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL MACHINES INTELLIGENTES. 29 octobre 2014 Présentation au GdR Robotique

GROUPE DE TRAVAIL MACHINES INTELLIGENTES. 29 octobre 2014 Présentation au GdR Robotique GROUPE DE TRAVAIL MACHINES INTELLIGENTES 29 octobre 2014 Présentation au GdR Robotique 1 PLAN ROBOTIQUE ET GROUPE DE TRAVAIL MACHINE INTELLIGENTE : CHAMPS D ACTIONS La Machine Intelligente au cœur des

Plus en détail

8 marchés prioritaires. Et des leviers pour les transformer : Big Data, Open Data, Smart Data, Gamification Internet des Objets 3D Design Mobilité

8 marchés prioritaires. Et des leviers pour les transformer : Big Data, Open Data, Smart Data, Gamification Internet des Objets 3D Design Mobilité www.capdigital.com 8 marchés prioritaires MEDIAS EDUCATION FORMATION COMMERCE DISTRIBUTION MAISON VILLE TRANSPORT SANTE BIEN ETRE COMMUNICATION PUBLICITE TOURISME ENTREPRISE ETAT Et des leviers pour les

Plus en détail

Master Informatique Aix-Marseille Université

Master Informatique Aix-Marseille Université Aix-Marseille Université http://masterinfo.univ-mrs.fr/ Département Informatique et Interactions UFR Sciences Laboratoire d Informatique Fondamentale Laboratoire des Sciences de l Information et des Systèmes

Plus en détail

Bienvenue au cœur de l écosystème français expert du manufacturing!

Bienvenue au cœur de l écosystème français expert du manufacturing! Bienvenue au cœur de l écosystème français expert du manufacturing! Jules Verne Manufacturing Valley Elle concentre des compétences industrielles et académiques clés Elle développe l intelligence collaborative

Plus en détail

MASTER (LMD) - SCIENCES ET NUMÉRIQUE POUR LA SANTÉ (ANCIEN STIC SANTÉ)

MASTER (LMD) - SCIENCES ET NUMÉRIQUE POUR LA SANTÉ (ANCIEN STIC SANTÉ) MASTER (LMD) - SCIENCES ET NUMÉRIQUE POUR LA SANTÉ (ANCIEN STIC SANTÉ) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé SAVOIR FAIRE ET COMPÉTENCES

Plus en détail

Ingénierie d entreprise et de système d information dirigée par les modèles : quels usages?

Ingénierie d entreprise et de système d information dirigée par les modèles : quels usages? Ingénierie d entreprise et de système d information dirigée par les modèles : quels usages? Hervé Panetto, Xavier Boucher, Pierre-Alain Millet To cite this version: Hervé Panetto, Xavier Boucher, Pierre-Alain

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

Conférence de presse 17 mars 2008. Jean-Charles Hourcade, Directeur Général adjoint et CTO Thomson

Conférence de presse 17 mars 2008. Jean-Charles Hourcade, Directeur Général adjoint et CTO Thomson Conférence de presse 17 mars 2008 Jean-Charles Hourcade, Directeur Général adjoint et CTO Thomson 17 Actualité La Direction générale de la concurrence de la Commission européenne approuve le financement

Plus en détail

Approche produit/processus comme dynamique de développement

Approche produit/processus comme dynamique de développement Donnez un avenir industriel à vos projets Approche produit/processus comme dynamique de développement Stéphane MICHEL Date : 24 / 06 / 2010 3, Avenue de l industrie, Adamantis bât. A - 31150 Bruguières

Plus en détail

L informatique à l IN2P3 et le rôle du Chargé de Mission

L informatique à l IN2P3 et le rôle du Chargé de Mission L informatique à l IN2P3 et le rôle du Chargé de Mission Giovanni Lamanna Réunion du comité des DUs 29 avril 2013 Plan - Présentation du Charge de Mission pour l Informatique - Lettre de mission: défis

Plus en détail

en Architecture Navale

en Architecture Navale Cursus Cursus d application en Architecture Navale pour les Ingénieurs de l Armement d application des Polytechniciens école Nationale Supérieure de Techniques Avancées Bretagne www.ensta-bretagne.fr L

Plus en détail

Faire entrer l école dans l ère du numérique

Faire entrer l école dans l ère du numérique Thème/ titre «Faire entrer l école dans l ère du numérique». Oui mais est-ce bien pour la planète? Du papier ou du numérique utilisés au collège, lequel a le plus d impact sur l environnement, lequel est

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

Joint AAL Information and Networking Day. 21 mars 2012

Joint AAL Information and Networking Day. 21 mars 2012 Joint AAL Information and Networking Day 21 mars 2012 Présentation TéSA a pour objet : la mise en commun de moyens permettant de : rassembler et accueillir des doctorants ou post-doctorants dont les thèses

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI A LA RECHERCHE D EMPLOI ET DE STAGE

PROGRAMME D APPUI A LA RECHERCHE D EMPLOI ET DE STAGE PROGRAMME D APPUI A LA RECHERCHE D EMPLOI ET DE STAGE Formation Métier Informatique- Télécoms Et Electronique MODULE I 1 1- Les familles de métier par domaine Les métiers de l informatique Direction et

Plus en détail

Notre vision. 6 clés d un programme de professionnalisation efficace & réussi. La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise

Notre vision. 6 clés d un programme de professionnalisation efficace & réussi. La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise objectif professionnalisation # La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise Notre vision Les besoins en formation au sein des entreprises sont croissants et pleinement justifiés.

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

La bioéconomie au service des transitions énergétique et écologique : la Stratégie Nationale de la recherche

La bioéconomie au service des transitions énergétique et écologique : la Stratégie Nationale de la recherche La bioéconomie au service des transitions énergétique et écologique : la Stratégie Nationale de la recherche Frédéric Ravel et Elisabeth Vergès Direction Générale de la Recherche et de l Innovation Service

Plus en détail

Du Datacenter au Cloud Quels challenges? Quelles solutions? Christophe Dubos Architecte Microsoft

Du Datacenter au Cloud Quels challenges? Quelles solutions? Christophe Dubos Architecte Microsoft Du Datacenter au Cloud Quels challenges? Quelles solutions? Christophe Dubos Architecte Microsoft Microsoft et le Cloud Computing Quelle approche? Le Cloud, un accélérateur de la transformation Un modèle

Plus en détail

Futuring Cities Villes et territoires intelligents et durables Journée «Urbanisme et qualité de vie»

Futuring Cities Villes et territoires intelligents et durables Journée «Urbanisme et qualité de vie» Futuring Cities Villes et territoires intelligents et durables Journée «Urbanisme et qualité de vie» Institut Mines-Télécom L Institut Mines-Télécom Francis Jutand Directeur Scientifique Institut Mines-Télécom

Plus en détail

PLANIFICATION ET OPERATIONS INTEGREES DU TRANSPORT MULTIMODAL

PLANIFICATION ET OPERATIONS INTEGREES DU TRANSPORT MULTIMODAL PLANIFICATION ET OPERATIONS INTEGREES DU TRANSPORT MULTIMODAL KEYWORDS : SYSTEMX, Transport, Multimodal, Simulation, Optimisation, Supervision CONTEXTE de l IRT SYSTEMX L IRT SystemX est un institut de

Plus en détail

Groupe de travail Infrastructures de recherche

Groupe de travail Infrastructures de recherche Groupe de travail Infrastructures de recherche Note sur les particularités des infrastructures pour une recherche dans le numérique Version internet - 30/04/2015 Les plates- formes numériques, outils et

Plus en détail

IRT Nanoelec Présentation générale

IRT Nanoelec Présentation générale I N S T I T U T D E R E C H E R C H E T E C H N O L O G I Q U E IRT Nanoelec Présentation générale 14/10/2014 L IRT Nanoelec 2012-2019 Juin 2014: 18 partenaires fondateurs 8 soutiens institutionnels 400

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

Laboratoire d informatique Gaspard-Monge UMR 8049. Journée Labex Bézout- ANSES

Laboratoire d informatique Gaspard-Monge UMR 8049. Journée Labex Bézout- ANSES Laboratoire d informatique Gaspard-Monge UMR 8049 Journée Labex Bézout- ANSES Présentation du laboratoire 150 membres, 71 chercheurs et enseignants-chercheurs, 60 doctorants 4 tutelles : CNRS, École des

Plus en détail

Construire les conditions de la smart viticulture en 2025

Construire les conditions de la smart viticulture en 2025 Construire les conditions de la smart viticulture en 2025 Véronique BELLON-MAUREL Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea Directrice du Département ECOTECHNOLOGIES www.irstea.fr La

Plus en détail

Profil appel à candidatures : Contacts et adresses correspondance : Spécifications générales de cet appel à candidatures :

Profil appel à candidatures : Contacts et adresses correspondance : Spécifications générales de cet appel à candidatures : Appel à candidatures : Année de campagne : 2014 N appel à candidatures : ATER0318 Publication : 12/02/2014 Etablissement : Lieu d'exercice des fonctions : Section1 : 27 - Informatique Quotité du support

Plus en détail

BIG DATA en Sciences et Industries de l Environnement

BIG DATA en Sciences et Industries de l Environnement BIG DATA en Sciences et Industries de l Environnement François Royer www.datasio.com 21 mars 2012 FR Big Data Congress, Paris 2012 1/23 Transport terrestre Traçabilité Océanographie Transport aérien Télémétrie

Plus en détail

Conserver les Big Data, source de valeur pour demain

Conserver les Big Data, source de valeur pour demain Le potentiel et les défis du Big Data UIMM Mardi 2 et mercredi 3 juillet 2013 56 avenue de Wagram 75017 PARIS Conserver les Big Data, source de valeur pour demain Définir les Big Data Les Big Data à travers

Plus en détail

De la réalité virtuelle à l analyse de données

De la réalité virtuelle à l analyse de données France De la réalité virtuelle à l analyse de données CEA TECH LIST : Xavier APOLINARSKI En partenariat avec Standards Certification Education & Training Publishing Conferences & Exhibits CEA-Tech acteur

Plus en détail

La plateforme IRM. La maitrise des risques. L accès à la plateforme

La plateforme IRM. La maitrise des risques. L accès à la plateforme Plateforme IRM La plateforme IRM Une vue 360 sur l activité Le management proactif La maitrise des risques La valorisation de l impact social Les caractéristiques techniques Le processus intégral de traitement

Plus en détail

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES SONT AU CHR D ORLEANS Au CHR d Orléans, la chirurgie robotisée est pluridisciplinaire Page 2 Technologies et avantages du robot «da Vinci» dernière génération Page

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Convention CIFRE SEGULA Lab-STICC / CRPCC Université de Bretagne Sud

Convention CIFRE SEGULA Lab-STICC / CRPCC Université de Bretagne Sud Convention CIFRE SEGULA Lab-STICC / CRPCC Université de Bretagne Sud SUJET DE RECHERCHE Introduction de critères ergonomiques dans une démarche de génération automatique d'interfaces de supervision Le

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

SONDY : une plateforme open-source d analyse et de fouille pour les réseaux sociaux en ligne

SONDY : une plateforme open-source d analyse et de fouille pour les réseaux sociaux en ligne SONDY : une plateforme open-source d analyse et de fouille pour les réseaux sociaux en ligne Adrien GUILLE, C. Favre, Djamel Abdelkader Zighed To cite this version: Adrien GUILLE, C. Favre, Djamel Abdelkader

Plus en détail

L INNOVATION AU SERVICE DE SOLUTIONS MÉTIER TECHNOLOGIES

L INNOVATION AU SERVICE DE SOLUTIONS MÉTIER TECHNOLOGIES L INNOVATION AU SERVICE DE SOLUTIONS MÉTIER TECHNOLOGIES DU VIRTUEL AU RÉEL le constat Une plate-forme logistique dispose de nombreux équipements et systèmes d informations. Ils interagissent et communiquent

Plus en détail

Eléments réseaux pour

Eléments réseaux pour Eléments réseaux pour l EE des bâtiments IT for green: sauvegarde de la planète avec des capteurs? Bernard Tourancheau Université de Lyon1, Université de Lyon, INRIA INSA-Lyon, CITI, F-69621, France Bernard.Tourancheau@inria.fr

Plus en détail