l emploi etl innovation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l emploi etl innovation"

Transcription

1 Pacte pour l emploi etl innovation [ AMIENS métropole] Recherche Formation Entreprises Institutions

2 «Eh bien, Monsieur Cyrus, par où allons-nous commencer? demanda le lendemain matin Pencroft à l ingénieur. - Par le commencement, répondit Cyrus Smith.» [ L Île mystérieuse. Jules Verne ] «Les obstacles, répondit sérieusement Ferguson, sont faits pour être vaincus ; quant aux dangers, qui peut se flatter de les fuir?» [ Cinq semaines en ballon. Jules Verne ]

3 édito Le pacte pour l emploi et l innovation est la traduction d un engagement fort vis à vis de nos concitoyens. Cet engagement nous l avons voté à l unanimité car qui peut se satisfaire que le taux de chômage d Amiens et sa métropole soit supérieur de deux points au taux national déjà inacceptable? Cet engagement va plus loin, il unit les collectivités, les entreprises, les chercheurs, les universitaires dans une démarche volontariste où chacun doit prendre ses responsabilités dans notre futur développement économique. Ces filières prioritaires agiront comme des locomotives, elles entraineront les activités plus classiques mais pourvoyeuses d emplois comme le BTP, le commerce - pour lesquelles la collectivité continuera à jouer son rôle de facilitatrice, de porteuse de projets. Nous avons le devoir de créer dans la durée une voie, un chemin clair. Notre perspective est axée sur trois moteurs d avenir : le design numérique (numérisation 3D ), la santé (chirurgie reconstructive, biobanques ) et l énergie (stockage et autonomie). Ces filières, encore appelées aujourd hui «clusters» seront réparties géographiquement sur notre agglomération avec cohérence selon un schéma urbain où la ZAC Gare-La-Vallée accueillera un cluster dédié au numérique en attendant l arrivée du TGV, celui de la santé près du nouveau CHU sud et enfin le cluster énergie sur la ZAC Renancourt ou la Veillère. Rédiger un pacte, c est aussi organiser, clarifier, simplifier les dispositifs existants entre les différents partenaires du développement économique en créant un portail unique aiguillant les créateurs, les repreneurs d entreprise en répondant avec précision à leurs besoins. Il est temps maintenant de passer du discours aux actes, c est le sens de ce document. Par delà des constats vous y trouverez des propositions concrètes et opérationnelles pour réconcilier les Français avec l entreprise, pour avoir de nouveau le goût d entreprendre, d innover, de se former, de se dépasser, afin d appréhender le monde de demain plus sereinement. Brigitte Fouré Maire d Amiens Vice Présidente d Amiens Métropole Alain GEST Député de la Somme Président d Amiens Métropole 3

4 TABLE DES MATIèRES SECTION 1. STRATÉGIE : Le contexte européen / Europe / La spécialisation intelligente des territoires : Le contexte national / Développer les écosystèmes territoriaux en misant sur le potentiel d entraînement des métropoles / Les filières prioritaires / L emploi : les métiers en : Le contexte régional / La Stratégie de spécialisation Intelligente (S3) en / Le SRADDT et le PRAT / Le Programme Opérationnel de la Région pour la période : Le «Pacte pour l emploi et l innovation» / Objectifs / Méthode / Programmation / Évaluation...11 SECTION 2 : AXES PRIORITAIRES #Axe 1 : Raviver l esprit d entreprise à Amiens...13 Mesure 1.1 / Contribuer à diffuser l esprit d entreprise...13 Mesure 1.2 / Accompagner les créateurs d entreprise, de l idée au marché...14 Mesure 1.3 / Communication et marketing...16 #Axe 2 : Contribuer à la compétitivité des entreprises Mesure 1 / Favoriser l émergence de filières de haute technologie Mesure 2 / Favoriser l émergence de filières de l économie sociale et solidaire...22 #Axe 3 : Renforcer l attractivité d Amiens Mesure 1 / Structurer une offre territoriale à vocation nationale et internationale dans une logique technopolitaine en vue d attirer des entreprises et des centres de recherche...24 Mesure 2 / Intégrer le patrimoine, la culture et le tourisme dans l offre territoriale...28 #Axe 4 : Stratégie internationale d attractivité...31 Mesure 4.1 / Mener une politique d attractivité pour les investissements en prenant appui sur les clusters...31 Mesure 4.2 / Mener une politique d attractivité sur les personnes en prenant appui sur le patrimoine et l image d Amiens #Axe 5 : Communication et marketing...31 Annexe...32 Annexe 1 : Cartographie de la chaîne de valeur numérique Amiens Annexe 2 : Cartographie de la chaîne de valeur Santé Amiens Annexe 3 : Cartographie du cluster autonomie énergétique

5 Résumé Le Pacte pour et d Amiens Métropole a un seul objectif : l emploi Pour ce faire, la stratégie du Pacte repose sur 3 axes : [ Raviver l esprit d entreprise à Amiens ] Donner aux lycéens et aux étudiants le goût d entreprendre ; Développer la créativité ; l empl oi l innovation Faciliter la tâche des créateurs d entreprises en leur fournissant une palette d outils complète et facile d accès. [ Favoriser la compétitivité des entreprises ] Faciliter les relations entre entreprises, recherche, enseignement ; Rassembler les acteurs dans le cadre de clusters pour favoriser l innovation, mutualiser des outils, mener des actions collectives afin d être plus compétitifs sur les marchés régionaux, nationaux et internationaux ; Donner à ces clusters une visibilité nationale et internationale pour faciliter le développement de leurs membres. [ Renforcer l attractivité de notre territoire ] Faire de ces clusters des éléments attractifs pour les investisseurs ; Disposer d une offre foncière performante pour accueillir de nouvelles entreprises ; Mettre à la disposition des entreprises, des centres de recherche et des organismes de formation des équipements performants et attractifs. 5

6 SECTION «L essence de la stratégie est le choix d accomplir ses activités d une manière différente de celle de ses concurrents» 1. Michaël Porter STRATéGIE 6

7 Le Pacte pour l empl oi et l innovation Amiens est écartelée entre d une part, un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale et d autre part, des compétences reconnues mondialement. Ce taux de chômage, si rien n est fait, est amené à s accroître puisqu il y a sur son territoire une grande part d emplois publics : or, ces emplois publics vont connaître une période de stagnation et plus vraisemblablement une baisse tendancielle, dans les dix prochaines années, en raison même de la raréfaction de l argent public et de la restructuration des services de l État. Ces compétences de niveau mondial, paradoxalement, sont peu connues à Amiens et certainement très largement sous-exploitées. Il en est de même pour le vivier des étudiants et des 1000 chercheurs, du secteur public et du secteur privé. S il est évident que la création d emplois dépend de certains facteurs sur lesquels une ville, une métropole, n a aucune prise - la réglementation fiscale, sociale - et que, à l évidence, elle est du ressort des seules entreprises, il est cependant admis que de nombreuses marges de manœuvre existent pour donner au territoire une dynamique vertueuse en terme de développement économique. Entre ces deux extrêmes un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale et des compétences reconnues de par le monde, - il y a un espace pour bâtir une stratégie de développement et un cercle vertueux pour la création d emplois, de toute nature et de toute qualification. 1.1 : Le contexte européen Amiens n est pas seule. Elle se situe dans un espace européen et si elle veut s insérer dans le concert des villes européennes, comme elle l était, et au plus haut point, durant le Moyen-Âge, et surtout si elle veut renforcer son attractivité, la prise en compte des stratégies menées par la Commission Européenne est un passage obligé pour élaborer sa propre stratégie / Europe 2020 Fruit d une large consultation publique organisée par les services de la Commission Européenne, la stratégie «Europe » propose trois priorités majeures pour relancer l économie européenne : - Développer une économie basée sur la connaissance et l innovation ; - Promouvoir une économie renouvelable, plus verte et plus compétitive ; - Soutenir une économie créatrice d emplois, de cohésion sociale et territoriale. De cette stratégie, sont issues 7 initiatives : - Une «Union de l innovation 2», qui vise à renforcer le processus d innovation - «Jeunesse en mouvement 3», qui vise à renforcer les performances des systèmes éducatifs et à consolider l attractivité internationale de l enseignement supérieur européen ; - «Une stratégie numérique pour l Europe 4», qui vise à tirer parti des avantages du numérique ; - Une Europe économe en ressources, qui vise à découpler croissance économique et utilisation des ressources ; - «Une politique industrielle à l ère de la mondialisation 5», qui vise à améliorer l environnement des entreprises, en particulier des PME et à soutenir le développement d une assise industrielle forte et durable ; - Une stratégie pour les «nouvelles compétences et les nouveaux emplois 6», qui vise à moderniser les marchés du travail en favorisant la mobilité professionnelle et le développement des compétences tout au long de la vie ; - Une «plate-forme européenne contre la pauvreté 7», qui vise à garantir une cohésion sociale et territoriale. Cette vision stratégique européenne ainsi que l ensemble des mesures créées pour sa mise en œuvre sont et doivent être la toile de fond pour «le Pacte pour l emploi et l innovation» d Amiens. 1 Europe 2020 Une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive Communication de la Commission Initiative phare Europe 2020 Une Union de l innovation SEC(2010) Jeunesse en mouvement. Une initiative pour libérer le potentiel des jeunes aux fins d une croissance intelligente, durable et inclusive dans l Union Européenne Communication de la Commission - SEC (2010) Une stratégie numérique pour l Europe Communication de la Commission COM(2010)245 5 Une politique industrielle intégrée à l ère de la mondialisation. Mettre la compétitivité et le développement durable sur le devant de la scène Communication de la Commission SEC (2010) Des compétences nouvelles pour des emplois nouveaux. Anticiper et faire coïncider les compétences requises et les besoins du marché du travail. Communication de la Commission - COM(2008) Plate-forme européenne contre la pauvreté et l exclusion sociale : un cadre européen pour la cohésion sociale et territoriale. Communication de la Commission - COM(2010)0758 7

8 STRATéGIE 1.1.2/ La spécialisation intelligente des territoires À l ensemble de cette stratégie européenne s ajoute une méthode : «la spécialisation intelligente des territoires», c est-à-dire le processus par lequel chaque territoire peut trouver son avantage concurrentiel et y adosser une stratégie de développement adaptée à ses atouts et à ses contraintes, en concentrant ses ressources sur les domaines d activités et les secteurs technologiques où il détient un avantage comparatif avéré sur une ou plusieurs chaînes de valeur internationales. Les éléments clés d une stratégie de spécialisation intelligente sont les suivants : - Le soutien au développement de grappes d entreprises ou «clusters» correspondant aux domaines disposant d un avantage comparatif ; - Un environnement favorable à l innovation pour les PME ; - Des mesures en faveur de l éducation et la formation tout au long de la vie ; - Des infrastructures de recherche et des centres de compétences attractifs ; - Des industries culturelles et créatives, stratégiques pour relier la créativité à l innovation ; - L existence d une stratégie pour le numérique ; - L utilisation des marchés publics pour aider les entreprises innovantes à accéder rapidement au marché. Pour Amiens, comme pour les autres villes européennes, les questions à se poser sont les suivantes : - Dans quels domaines d activités technologiques Amiens peut-elle obtenir un avantage concurrentiel fondé? - Quels acteurs présents sur son territoire sont en mesure d atteindre l excellence dans les domaines de spécialisation choisie? - Quel programme adopter pour fédérer ces acteurs et obtenir une «force de frappe»? 1.2 : Le contexte national 1.21/ Développer les écosystèmes territoriaux en misant sur le potentiel d entraînement des métropoles En Europe comme en France, on assiste à un ancrage de plus en plus affirmé de la croissance dans les zones métropolitaines. «Les métropoles peuvent être le creuset de la croissance de demain. Il faut donc accepter, et même encourager, la concentration géographique des activités à forte dimension synergétique»... La nouvelle croissance se construira moins au sein des entreprises existantes, et davantage au sein d écosystèmes territoriaux associant acteurs publics, laboratoires de recherche, grands groupes et jeunes entreprises. Les responsabilités publiques sont ici importantes et les initiatives déjà engagées montrent la voie. Il faut amplifier le mouvement 8» Quelques mois auparavant, un autre rapport 9 allait dans le même sens que celui du Commissariat général à la stratégie et à la prospective : Il est essentiel de «reconnaître le rôle des écosystèmes d innovation métropolitains comme points d appui des stratégies régionales et de la stratégie nationale d innovation» ( ) Les écosystèmes d innovation, rassemblant entreprises innovantes, acteurs de l enseignement supérieur, laboratoires de recherche, outils nés du PIA, acteurs du capital-risque sont par nature ancrés dans le territoire. Leur organisation, leur structuration et leur animation doivent se faire en conséquence à cette échelle.» La question de la gouvernance de ces écosystèmes territoriaux met en première ligne Amiens Métropole / Les filières prioritaires Un certain nombre d études et d enquêtes ont identifié, en Europe et en France, des «pointes», des filières prioritaires au regard des marchés de demain. Pour ce qui concerne la France, le rapport Lauvergeon 10 a mis en avant 7 filières dont 3 concernent très directement Amiens. Outre les thèmes suivants : - Le recyclage des matières métaux rares ; - La valorisation des richesses marines ; - La valorisation des données massives open data. 8 «Quelle France dans dix ans? Les chantiers de demain» France Stratégie juin L innovation : un enjeu majeur pour la France - Dynamiser la croissance des entreprises innovantes Rapport Jean-Luc Beylat Pierre Tambourin avril Rapport «Un principe et sept ambitions pour l innovation» Commission sous la présidence de Anne Lauvergeon

9 Le Pacte pour l empl oi et l innovation 2 filières concernent très directement Amiens : - Le stockage de l énergie : «Le développement des énergies renouvelables, pour la plupart intermittentes, l optimisation de la production électrique et le développement de la portabilité nécessitent des innovations de rupture dans les systèmes de stockage. C est un élément indispensable de la réussite de toute transition énergétique. La France présente de réels atouts grâce à de grandes et petites entreprises bien positionnées sur ce sujet et une recherche publique de qualité.» Amiens, avec le Laboratoire LRCS et le futur Hub de l Énergie, peut légitimement se considérer en bon positionnement concurrentiel au regard des sites de Grenoble mais aussi de Chine, du Japon, de Corée du Sud et des États-Unis. - Les protéines du végétal la chimie du végétal : «De nouveaux produits alimentaires reposant sur des protéines végétales devront être conçus pour répondre à la croissance de la demande alimentaire mondiale que le secteur de l élevage ne pourra seul satisfaire. Les forces conjuguées de son agriculture, de son industrie agroalimentaire et de sa tradition d innovation culinaire devraient permettre à la France de disposer d un important potentiel d exportation. Par ailleurs, notre richesse agricole pourra également permettre le développement de nouveaux matériaux.» Il est d ores et déjà acquis que la médecine saura personnaliser son diagnostic en fonction des caractéristiques propres de chaque individu, d une part s appuyant sur les sciences dites «omiques», la biologie de synthèse, l imagerie à haute résolution (au niveau tissulaire, voire cellulaire) et les Big Data, et d autre part favorisant le ciblage des interventions thérapeutiques qu elles soient pharmaceutiques ou interventionnelles par imagerie. Cette révolution est fortement intégrative d autres évolutions technologiques. Plusieurs technologies comme les TIC (Big Data, robotique, etc.) et les nanotechnologies (nanocomposants, etc.) impactent désormais de manière grandissante les technologies médicales, entraînant de ce fait leur mutation : communication à distance avec le personnel médical, maintien à domicile, amélioration du suivi post-implant du patient, etc. avec des incidences directes sur la Silver Économie. Dans ce domaine d avenir, les compétences amiénoises sont nombreuses : le CHU, la BioBanque, SimuSanté, l Institut Faire Faces et la chirurgie réparatrice, les laboratoires de l UPJV 1.2.3/ L emploi : les métiers en 2022 Le secteur les plus porteurs 11 en termes d emploi concerne : - Les métiers de services aux entreprises. Ceux-ci rassemblent les métiers des domaines administratifs et techniques s exerçant principalement au service des entreprises : métiers administratifs, métiers de la banque ou des assurances, informaticiens, personnels d études et de recherche ; - Les métiers de services aux particuliers et aux collectivités qui rassemblent des métiers de services à la personne (aides à domicile, employés de maison, coiffeurs, assistantes maternelles) et les agents d entretien, de gardiennage ou de sécurité privée ; - Éducation, santé, culture ; - Commerce, hôtellerie, restauration. Dans ce domaine également, Amiens dispose de hautes compétences avec le CVG, le pôle IAR, le centre de transfert de technologies récemment installé à Dury, IMPROVE. À cela s ajoutent d autres thèmes pour lesquels Amiens dispose de compétences susceptibles d atteindre en 10 ans, comme l a fait le laboratoire LRCS, un niveau d excellence internationale. Par exemple : La médecine personnalisée 11 Les métiers en 2022 Rapport du groupe prospective et qualifications - France Stratégie juin

10 STRATéGIE [ Évolution annuelle (en %) ] 1,5 [ Les métiers bénéficiant des plus importants volumes de créations d emploi entre 2012 et 2022 ] 1, Création nette d emploi (milliers) 0, , ,0-1,5 Agriculture Bâtiment Industrie Création nette d emploi cible Création nette d emploi crise Création nette d emploi central Transports, manutention Commerce, hôtellerie, restauration Métiers des services aux entreprises Métiers des services aux particuliers et aux collectivités Éducation, santé, culture Administration publique, armée, police Autres (professionnels de la politique et du clergé, artisans ) Ensemble Aides à domicile Aides-soignantes Vendeurs Cadres services administratifs, comptables et financiers Infirmiers, sages-femmes Ingénieurs de l informatique et télécommunications Personnels d études et de recherche Cadres commerciaux et technico-commerciaux Techniciens services administratifs, comptables et financiers Professionnels des arts et spectacles Employés et AM de l hôtellerie et de la restauration Professions paramédicales Cadres de la banque et des assurances Attachés commerciaux et représentants Maîtrise des magasins et intermédiaires du commerce Coiffeurs, esthéticiens Ingénieurs et cadres techniques de l industrie Assistantes maternelles Enseignants Cuisiniers Concepts : emploi au sens du BIT, nomenclature des familles professionnelles (FAP 2009) Champ : ménages ordinaires ; France métropolitaine Source : projections France Stratégie-Dares 1.3 : Le contexte régional Le Conseil Régional de a mis en place un certain nombre de schémas stratégiques dans le cadre desquels le «Pacte pour l emploi et l innovation» doit s inscrire le mieux possible / La Stratégie de spécialisation Intelligente (S3) en Comme chaque région d Europe, la a dû élaborer une Stratégie de Spécialisation Intelligente (S3) et, dans ce cadre, sélectionner un nombre limité de priorités régionales pour se spécialiser dans un contexte de mondialisation, identifier les avantages compétitifs de la région pour favoriser le développement d écosystèmes avec les partenaires de la «quadruple hélice» : universités et centres de recherche, entreprises, secteurs publics et société civile. Parmi les priorités qui concernent très directement notre territoire, figurent : - Les agro-matériaux ; - Bâtiments durables ; - Mobilité et véhicules intelligents ; - Les systèmes énergétiques intelligents ; - Chirurgie reconstructrice ; - L autonomie de la personne ; - Technologies liées à la mutation vers une économie décarbonée ; - Le numérique et le développement des systèmes de systèmes. Et plus généralement : - Le développement de la culture de l innovation ; - Le renforcement de la découverte entrepreneuriale ; - L internationalisation. À cela s ajoute la création d une marque territoriale : «Technopole», véritable label dont l obtention permettra une plus large visibilité. 10

11 Le Pacte pour l empl oi et l innovation 1.3.2/ Le SRADDT et le PRAT Le «Schéma Régional d Aménagement et de Développement Durable du Territoire» et «la Politique Régionale d Aménagement du territoire», adoptés par le Conseil Régional de sont des documents cadres dans lesquels le «Pacte pour l emploi et l innovation» a pour ambition d être une contribution opérationnelle. Eu égard à son positionnement géographique avantageux, au sein du nord-ouest européen, le Schéma Régional d Aménagement et de Développement Durable du Territoire (SRADDT) de la met l accent sur la nécessité de tirer pleinement parti de son positionnement et d ouvrir la pour favoriser sa compétitivité économique, sa diversification sociale et sa valorisation environnementale, en s inscrivant dans les réseaux et en développant les échanges. Par ailleurs, le SRADDT oriente sa stratégie pour impulser une nouvelle approche ville-territoire, promouvant une organisation territoriale économe en ressources, particulièrement en énergie, développant la mutualisation des fonctions et renforçant l accessibilité, notamment en transport collectif 1.3.3/ Le Programme Opérationnel de la Région pour la période Le PO est la synthèse opérationnelle de la stratégie «Europe 2020» de la Commission Européenne et du Schéma Régional d Aménagement et de Développement Durable du Territoire (SRADDT) de et le cadre des fonds structurels européens. Ses axes prioritaires sont les suivants : - Développer une économie fondée sur la connaissance et l innovation sous toutes ses formes ; - Renforcer l accès au numérique dans une logique de compétitivité et d inclusion ; - Favoriser la mutation vers une économie décarbonée ; - Composer avec les risques naturels et climatiques et valoriser les ressources naturelles et paysagères de ; - Améliorer l insertion professionnelle des jeunes picards par la formation tout au long de la vie ; - Favoriser une croissance inclusive par le développement des compétences ; - Favoriser une croissance inclusive par l amélioration des conditions de vie des populations picardes les plus vulnérables. Dans la mesure où le «Pacte pour l emploi et l innovation» a l ambition de s inscrire, le mieux possible, dans ce PO , la plupart des mesures qu il propose seront éligibles à ces financements européens. 1.4 : le Pacte pour l'emploi et l'innovation 1.4.1/ Objectifs Les objectifs du Pacte sont les suivants : - Inscrire l emploi comme priorité de la politique de développement d Amiens et d Amiens Métropole ; - Proposer, pour cela, une vision stratégique pour le développement économique dans les six prochaines années et au-delà ; - Mobiliser, dans ce cadre, l ensemble des acteurs publics et privés ; - Faire d Amiens, en raison même de cette vision stratégique, un territoire attractif pour les investissements nationaux et internationaux. Et au total s inscrire le mieux possible dans le sillage des stratégies de l Union Européenne, de la France et de la région / Méthode La définition de ce cap stratégique prend appui essentiellement sur les forces et les opportunités actuellement disponibles sur notre territoire et qui représentent un fort potentiel de développement et ce, aux niveaux local, national, européen et international / Programmation Le «Pacte pour l emploi et l innovation» sera décliné en Programmes Annuels comportant en particulier l ensemble des mesures concrètes à mettre en œuvre, le budget correspondant, incluant l ensemble des co-financements (nationaux, régionaux, européens mais aussi, le cas échéant, privés) / Évaluation Chaque Programme Annuel (PA) sera évalué en n+1, selon des critères à définir, comme : - L emploi : quelles sont les retombées directes et indirectes en terme d emploi de chacun des programmes mis en œuvre dans le cadre du Pacte? - Le nombre de créations d entreprises ; - L implantation d entreprises, nationales et internationales ; - Le nombre de dépôts de brevets. et autres critères inspirés des standards européens, notamment ceux mis en place par les services de la Commission Européenne pour évaluer les clusters. En fonction de ces évaluations, le Pacte pourra être révisé à mi-parcours. 11

12 SECTION 2. AXES PRIORITAIRES 12

13 Le Pacte pour l empl oi et l innovation Axe 1 : Raviver l'esprit d'entreprise à Amiens Mesure 1.1/ Contribuer à diffuser l esprit d entreprise Sous mesure : Dans l enseignement primaire et secondaire «Le financement de l éducation à l entrepreneuriat est l un des investissements les plus rentables que peut faire l Europe. Des études indiquent que 15 à 20 % des étudiants qui prennent part à un programme «mini-entreprise» au cours du cycle secondaire créent plus tard leur propre entreprise, soit trois à cinq fois plus que le reste de la population. Qu ils créent ou non une entreprise commerciale ou sociale par la suite, les jeunes qui bénéficient d un apprentissage entrepreneurial acquièrent des connaissances sur les métiers de l entreprise ainsi que des compétences et des aptitudes essentielles, telles que la créativité, l esprit d initiative, la ténacité, le travail en équipe, la compréhension des risques et le sens des responsabilités. C est cet état d esprit qui permet aux entrepreneurs de transformer les idées en action et qui accroît par ailleurs fortement l employabilité.» 12 Or, comme le regrette Anne Lauvergeon, dans son rapport 13, «La France ne valorise pas suffisamment l entrepreneur. Bien que ce mot d origine française ait conquis le monde, il n a pas su convaincre chez lui. La parole économique est difficile». Une action de sensibilisation auprès d un certain nombre des élèves du second cycle est un pari pour l avenir. Celui de faire se lever une nouvelle génération d entrepreneurs. Il existe d ores et déjà un certain nombre d initiatives, notamment de l association française : « entrepreneurs» et du réseau international : «Entreprendre pour apprendre» qui ont mis en place un certain nombre d actions et d outils pédagogiques, et ce, en étroite coopération avec les services de l Education Nationale. À cela s ajoute l apprentissage des langues étrangères, notamment de l anglais, afin de faciliter aux futurs entrepreneurs un accès à une aire de jeu internationale. Type d actions de sensibilisation aux métiers de l industrie et à l entrepreneuriat Développement d outils et de contenus pédagogiques Sous-mesure : Dans l enseignement supérieur étudiants : un vivier très important pour faire émerger des créateurs d entreprises, en particulier au sein des unités de recherche. À ce titre, l Université Jules Verne est un acteur essentiel sur notre territoire : l UPJV compte, en effet, 32 unités de recherche reconnues par le Ministère : 5 sont associées au CNRS, 3 à l'inserm et 1 à l'ineris. Ces unités sont impliquées dans les trois champs disciplinaires que sont : - Les sciences (11 unités de recherche) : Matériaux, transport et stockage de l'énergie ; Agro-sciences, chimie verte et développement durable ; Modélisation des systèmes, procédés et aide à la décision) ; - La santé (11 unités de recherche) : Progression tumorale ; Vieillissement et réparation tissulaire ; Neurosciences ; Qualité de vie et réadaptation, environnement ; - Les sciences humaines et sociales (11 unités de recherche) : Action publique, organisations et gouvernance ; Patrimoine, images et territoires ; Savoir, langages et normes ; Langues, cultures et littérature. La valorisation des résultats de la recherche et le transfert vers le monde économique sont désormais une priorité mise en œuvre en particulier par la SATT (Société d'accélération du Transfert de Technologie) Nord. Dotée d un budget de 63 millions d'euros sur 10 ans, dans le cadre des investissements d avenir, la SATT Nord doit concentrer ses activités à la maturation de projets, c'est-à-dire à la détection, l'évaluation, le financement et l'accompagnement des projets d'innovation issus des laboratoires vers un transfert dans le monde économique. 3.a 12 Plan d action «Entrepreneuriat 2013» - Raviver l esprit d entreprise en Europe Communication de la Commission au Parlement Européen, au Conseil, au Comité Economique et Social européen, au Comité des Régions Un principe et sept ambitions pour l innovation 13

14 AXES PRIORITAIRES L émergence de créateurs d entreprises est donc un enjeu central. C est dans cet objectif que s inscrit le projet des pôles PEPITE («Pôle Étudiant Pour l Innovation, le Transfert et l Entrepreneuriat») qui, en, a un nom propre : le «Pôle Étudiant Picard pour l Innovation, le Transfert et l Entrepreneuriat». PEPITE est conçu comme un parcours professionnel composé de trois phases : - Une phase d information et de création d envie : Mise en place de «Rendez-vous de l entrepreneuriat et de l innovation»; Mise en place d un concours d idées ou «idea dating». - Une phase de sensibilisation et de formation : Mise en place d un «3 jours pour entreprendre» (étude de marché, stratégie et positionnement, plan de marchéage et plan de vente, budgétisation, structure juridique et sociale, présentation collective des projets) ; Les Entrepreneuriales : parcours d apprentissage de 5 mois pour les étudiants qui envisagent de créer à terme leur entreprise ; Formation à l entrepreneuriat et délivrance d ECTS. - Une phase d accompagnement avant et après le passage à l acte entrepreneurial : Dispositif de formation pour le «passage à l acte»: Diplôme Universitaire PEPITE de l UPJV ; En utilisant les structures et outils existants. La création, au sein de ce réseau régional, de PEPITE Amiens permettra une meilleure lisibilité, avec une logique de guichet unique, en lien direct avec chacune des filières en émergence sur le territoire. Type d actions Implantation de nouvelles chaires académiques Financement de doctorants et post-doctorants, notamment dans les filières et clusters sélectionnés Accueil de chercheurs de haut niveau 1.b Mesure 1. 2/ Accompagner les créateurs d entreprise, de l idée au marché : Sous-mesure : Pour l ensemble des porteurs de projets L entrepreneuriat est un puissant moteur de croissance économique et de création d emplois. Il permet l apparition de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois, ouvre de nouveaux marchés et favorise le développement de nouvelles compétences et aptitudes. Les nouvelles entreprises, en particulier les PME, représentent la principale source de création d emplois (plus de quatre millions par an en Europe). En 2010, l activité indépendante était le choix privilégié par 45 % des Européens, mais ce pourcentage n est plus que de 37 % aujourd hui. Il est bien plus élevé aux États-Unis et en Chine, où il atteint respectivement 51 et 56 %. En outre, les entreprises nouvellement créées connaissent une croissance plus lente dans l Union européenne qu aux États-Unis ou dans les pays émergents et elles sont moins nombreuses à rejoindre les rangs des plus grandes entreprises mondiales. Mise en place d un pôle «études et prospective» pour accompagner la stratégie métropolitaine d innovation Cofinancement de projets issus des appels à projets nationaux ou européens Aide au montage de projets européens de sensibilisation et de formation à l entrepreneuriat de culture scientifique et technique pour la promotion des métiers en particulier dans l industrie 2.b 2.c 3.a Le nombre de créations d entreprises sur Amiens Métropole s élève à 1034 en Le taux de création est faible (58 entreprises pour habitants) au regard des statistiques nationales hors Ile-de-France (74 pour habitants). A noter que sur la période , l évolution du nombre de créations d entreprises est la suivante : -13 % entre 2000 et 2002, +76,6 % entre 2002 et 2008, +79 % entre 2008 et 2010 et un fléchissement entre 2010 et 2013 : - 0,6 %

15 Le Pacte pour l empl oi et l innovation Pourtant, l offre entrepreneuriale est importante et diversifiée. Mais, force est de constater que celle-ci manque souvent de lisibilité et qu elle s inscrit davantage dans une logique administrative que dans une logique de projet. L enjeu principal est donc de faire évoluer l ensemble des outils disponibles : - Dans une approche intégrée, conçue exclusivement à partir du porteur de projet, de manière à ce que celui-ci puisse accéder à un continuum d outils, de la création à la mise sur le marché ; - Dans une approche de type «guichet unique». Type d actions Accompagnement indirect de la création d entreprise 3.b À Amiens, un certain nombre d outils existent mais qui, souvent, ne sont pas reliés entre eux. D autres manquent, qui pourtant sont indispensables. Pour chacune des filières en émergence (technologies de la santé, usages numériques, autonomie énergétique), il est proposé de faire un audit complet des outils d appui à la création d entreprise et de réaliser un plan de réalisation d une chaîne de valeur complète : émergence d idées, incubation, prototypage à destination notamment du secteur privé. Concernant la recherche publique, la SATT Nord 15 a une place toute particulière : sa mission principale est de détecter dans les laboratoires toutes les inventions porteuses d innovation, de les maturer (par exemple par le financement de preuves de concept pré-industrielles) puis de commercialiser les brevets issus de la recherche publique sous forme de licences à des entreprises existantes ou par le biais de créations de startup. Accompagnement direct de la création d entreprise 3.c Type d actions Équipements scientifiques 2.a Sous-mesure : Dans le cadre des filières (clusters) de haute technologie L une des conditions de réussite pour la mise en œuvre d un continuum de l innovation de la génération d idées à la mise sur le marché est de mettre à la disposition des entrepreneurs une chaîne de valeur complète, composée de l ensemble des outils d appui : lieu et manifestations pour l émergence d idées, incubation, prototypage, montage du business plan, financement, lieux d implantation, commercialisation Si l ensemble des filières peuvent utiliser des outils communs, en revanche certaines d entre elles nécessitent une approche spécifique : une pépinière d entreprises pour le secteur des technologies de la santé doit disposer d un aménagement particulier ; de même, les fonds d investissement sont souvent spécialisés. Soutien à l implantation de R&D et de leur implantation Pépinières, incubateurs Outils financiers Soutien à l internationalisation Soutien aux clusters et aux grappes d entreprises, constitution de réseaux Plate-forme collaborative, salles de réalité virtuelle 2.e 3.b 4.a 4.b 4.c 6.a 14 Source INSEE/exploitation APCE avril Société d Accélération du Transfert de Technologie 15

16 AXES PRIORITAIRES Sous-mesure : Dans le secteur de l économie sociale et solidaire L ESS rassemble l ensemble des associations, coopératives, mutuelles et fondations ainsi que toutes les entreprises qui développent une activité économique à vocation sociale et sociétale et qui mettent en œuvre des pratiques solidaires. En France, ce secteur économique compte plus de structures, 2,4 millions de salariés, soit 10 % de l emploi et 23% d emplois créés depuis 10 ans (contre 7 % pour l économie traditionnelle). Avec 5500 établissements employeurs en, emplois et emplois à renouveler d ici 2020, l ESS présente des opportunités d évolution importantes pour le territoire. Le «Plan Régional de Développement de l Economie Sociale et Solidaire» est un document cadre dans lequel le Pacte pour l emploi et l innovation a aussi vocation à s insérer. Pour développer à Amiens les emplois liés à l ESS, il est nécessaire de : - Faciliter pour les porteurs de projets l accès aux outils existants en créant un guichet unique, notamment dans quelques filières données comme prioritaires par le Conseil Régional de dans le cadre de son «Schéma régional de l Economie Sociale et Solidaire»: circuits courts, tourisme, isolation thermique des bâtiments ; - Établir des synergies avec d autres programmes comme la Politique de la Ville, dans les zones prioritaires ; - Harmoniser l ensemble des outils d accompagnement et, si besoin, les compléter, notamment par un espace d incubation et de coworking ; - Faciliter le développement des liens de coopération avec les entreprises du secteur classique à qui s impose désormais la «Responsabilité Sociétale des Entreprises» (RSE). Type d actions de soutien à la création des entreprises d économie sociale et solidaire 18.a Mesure 1.3/ Communication et marketing Les nouveaux outils de communication et l utilisation des réseaux sociaux font désormais partie du processus même de créativité et sont à la source même de l open innovation. De nombreux exemples existent : la Novosphère de Rennes, le concours mondial : «Les 24 heures de l innovation», «100 idées pour entreprendre», manifestation d émergence d idées organisée par Barcelone, les multiples concours de start up lancés par les grandes entreprises internationales Il est essentiel de donner à l ensemble une très forte lisibilité : - Concernant les outils : mise en place d un «guichet unique»: en fédérant les outils existants ; en fédérant les acteurs ; en utilisant les outils numériques de type plate-forme collaborative. - Concernant les événements : organisation d une manifestation annuelle du type : «100 idées pour entreprendre» Type d actions Organisation d événementiels autour de l entrepreneuriat et de la création d entreprise 3.a Groupement d entreprises permettant de répondre aux enjeux de la rénovation énergétique 10.d Encouragement du financement solidaire et du financement participatif 16

17 Le Pacte pour l empl oi et l innovation Axe 2 : Contribuer à la compétitivité des entreprises L émergence de filières de haute technologie, dans la logique de clusters, s inscrit parfaitement dans la statégie de développement des écosystèmes locaux et des métropoles, préconisée par le Commissariat à la stratégie et à la prospective. Mesure 1/ Favoriser l émergence de clusters de haute technologie Conformément aux préconisations de la «Stratégie de spécialisation intelligente» de la région, le soutien à l émergence de quelques filières thématiques est au cœur du Pacte pour l emploi et l innovation. Sous-mesure : Vers un cluster dédié aux usages numériques L économie numérique devrait peser en France, selon le cabinet McKinsey, 5,5 % du PIB en 2015 versus 3,2 % en 2009 (soit 14 % de croissance annuelle brute), ce qui suppose postes à pourvoir d ici Six ou sept des douze technologies qui vont transformer le monde d ici 2025 relèvent de l économie numérique. En Europe, une quinzaine de clusters dédiés au numérique ont vu le jour depuis une décennie : à Barcelone, Bruxelles, Budapest, Londres En France, un certain nombre de villes ont favorisé l émergence de clusters dédiés au numérique : ainsi de Nantes, avec le Quartier de la création, Bordeaux, avec La Cité numérique, à Lyon avec Imaginove L État a lancé une politique de «Quartiers numériques», avec le label «French Tech» pour favoriser l émergence d un réseau national qui puisse être compétitif au niveau international Amiens a toute sa place dans ce paysage européen puisque disposant de nombreuses compétences 16 susceptibles d être reliées pour faire émerger un cluster. D ores et déjà, des exemples témoignent de cet appétit à collaborer : ainsi, depuis 3 ans, Amiens, Métropole d art et d histoire collabore au projet de numérisation 3D de la cathédrale Notre-Dame d Amiens, «e-cathédrale». Le laboratoire M.I.S. (Modélisation, Information et Systèmes) de l Université de Jules Verne est à l initiative de ce projet de création d une maquette numérique 3D de la cathédrale Notre- Dame d Amiens, en partenariat avec la DRAC de, avec le soutien technique de l Ecole Nationale des Sciences Géographiques (E.N.S.G.) et l Institut Géographique National (I.G.N.). A l instar du programme «e-cathédrale» engagé depuis 3 ans, le service Patrimoine et Tourisme de la Métropole encourage la recherche fondamentale et appliquée sur des thématiques patrimoniales qui sont encore peu traitées : Le projet ASSIDUITAS : L objectif est d aboutir à une visualisation reprenant les grandes orientations du film documentaire, tout en laissant la liberté à l usager d agir sur la navigation de manière à pouvoir personnaliser sa visite. Pour cela, le projet fait l objet d une collaboration forte entre des chercheurs en STIC (Sciences et Techniques de l Information et de la Communication), des réalisateurs, des acteurs de l image et du patrimoine culturel à Amiens et en coopération avec la chaîne ARTE. Le projet CIME : le projet concerne l apprentissage informel en situation de mobilité. L objectif est de concevoir des applications informatiques, sensibles au contexte, sur des dispositifs mobiles tels que des tablettes numériques ou des smartphones pour instrumenter les visites du patrimoine. Il s agit de fournir aux visiteurs ou aux apprenants des informations pertinentes en fonction du lieu où ils se trouvent, de leur parcours et de leur profil, de leur suggérer des rapprochements avec des œuvres (ou des points d intérêt) situés à proximité ou avec des oeuvres qu ils ont vues précédemment, et d organiser leurs activités en tenant compte du contexte. Cependant, pour se démarquer des autres clusters européens et mettre en place une stratégie de différenciation, il est nécessaire de choisir un axe original : l hypothèse serait le numérique, dont les disciplines investies sont le design de service, le design d information, le design d interfaces et d objets numériques, le design de services et l animation 3D, faisant de ce cluster le «cluster des usages numériques». Le développement rapide des contenus médiatiques numériques, des réseaux de diffusion et des terminaux connectés a orienté l industrie des nouvelles technologies vers la production de nouveaux services à destination des professionnels et des citoyens. La conception de ces services suppose de travailler à la fois sur les possibilités d usages qu ils introduisent, et sur la manière dont les utilisateurs vont pouvoir s en emparer. 16 Cf Cartographie de la chaîne de valeur numérique : annexe 1 17

18 AXES PRIORITAIRES Au sein du cluster, la compétence en design sera apportée par l Ésad, l école d art d Amiens. Celle-ci est spécialisée dans le design numérique, le design graphique et l image animée. De plus, elle collabore avec des laboratoires de recherche impliqués dans les usages et le numérique. L économie numérique modifie considérablement le rapport des citoyens à leur environnement grâce aux objets connectés. Les modes de consommation liés aux industries culturelles évoluent (téléchargement, interactivité, réseaux sociaux ). Les échanges avec le service public sont en mutation (télé-services, e-administration ). Les services à la mobilité se développent L univers de l entreprise bénéficie des mêmes avancées technologiques et en termes d usage. Les pouvoirs publics, dans ce contexte, doivent à la fois stimuler le transfert et l innovation tout en veillant à éviter les ruptures technologiques auprès des citoyens. C est pourquoi positionner l action politique sur les industries numériques et leurs usages permet de soutenir la recherche et l économie du numérique tout en exprimant une volonté de mettre l homme au cœur de la réflexion sur la vie dans la cité. Le bénéfice pour l entreprise numérique est total puisque, au final, l acheteur choisira toujours entre deux biens aux fonctions comparables celui qui correspondra le mieux à ses attentes. Les nouveaux services numériques doivent être pensés par différents acteurs qui viendront appuyer les processus de transfert en vue de faire émerger des produits innovants absorbables par le marché. Cette démarche globale suppose une interdisciplinarité axée sur l usager : marketing, psychologie, ergonomie Les designers ont la capacité à penser les usages pour un futur proche ou dans une dimension prospective. Le design est connu sous sa forme traditionnelle de design industriel ayant pour vocation à «concevoir l architecture d un objet». Dans le cas de l industrie numérique, la fonction design évolue vers trois notions : - Le design d interfaces qui permet de penser les interactions gestuelles entre l homme et la machine ; - Le design d information qui traite de la conception des systèmes d informations complexes notamment à partir de multi données numériques ; - Et le design de services qui pense la relation de l homme face à un nouveau service ou à un ensemble de services. Développement de la commande publique Le programme de type Smart City, «Amiens Métropole numérique» permettrait de : - Développer le très haut débit et la fibre optique ; - Développer les nouveaux usages numériques liés à la Ville et à la Métropole : Les démarches administratives ; La carte cantine ; Le pass culture ; La billettique transport et toute l information multimodale ; La télémédecine ; Les applications pour le tourisme et le patrimoine ; Réseaux intelligents (eau, énergie ). Type d actions Création et/ou développement de structures d animation et soutien aux initiatives visant à accompagner les entreprises dans leurs démarches d innovation, le montage de projets et la constitution de réseaux Soutien aux projets de R&D et d innovation et en particulier les projets collaboratifs. Soutien à l internationalisation des entreprises Soutien aux collaborations interentreprises 2.b Taux FEDER : 31 % 2.c Taux FEDER : 31 % 4.b Taux FEDER : 31 % 4.c Taux FEDER : 31 % 18

19 Le Pacte pour l empl oi et l innovation Sous-mesure : Vers un cluster dédié aux technologies de la santé Les technologies de la santé sont en pleine expansion, notamment en raison de l arrivée de nouvelles technologies clés : numérique, robotique, génomique La croissance de ce secteur environ 10 % par an - s inscrit dans l explosion des dépenses de santé que l OCDE a connue depuis 50 ans. La cartographie des compétences amiénoises est riche et variée 17 et peut être divisée en trois grands secteurs : A - Dans le domaine de la chirurgie reconstructive, et avec la notoriété de niveau mondiale acquise par la 1 ère greffe du visage réalisée en 2005 par une équipe du CHU d Amiens, une chaîne de valeur complète est en émergence comprenant un certain nombre de spécialités complémentaires : sciences humaines et droit, ingénierie cellulaire, ostéosynthèse et biomatériaux, langage, imagerie, sciences chirurgicales, robotique Le lancement d une filière sous la forme d un cluster permettra de renforcer les maillons de cette chaîne de valeur ainsi que les synergies entre eux, avec l objectif : - En endogène, de faciliter la création de start up - En exogène, de structurer une démarche de prospection internationale en vue de : favoriser l implantation d entreprises et de centres de recherche d attirer des patients du monde entier de développer B Dans le domaine de la médecine individualisée Les biobanques, dont un réseau européen vient de se constituer à l initiative du centre hospitalier de Graz, sont un maillon essentiel de la médecine individualisée. La Biobanque de, située à Amiens, est une véritable «bibliothèque» sécurisée dans laquelle des échantillons biologiques sont conservés, en vue d une utilisation médicale ou scientifique. La Biobanque de est une structure essentielle et stratégique pour le développement de la recherche notamment moléculaire (génomique, protéomique ) qui est à la base du développement d une nouvelle génération de techniques diagnostiques et thérapeutiques ciblées («médecine personnalisée») et d une meilleure prise en charge clinique des patients. C Dans le domaine de la Silver Économie En Europe, après avoir consacré 2012 l «Année du vieillissement actif», la Commission Européenne a lancé un partenariat européen d innovation pilote consacré à ce thème. En France, le nombre des personnes âgées de 85 ans et plus sera multiplié par près de 4 en 40 ans en passant de 1,4 à 4,8 millions en Selon la DARES, la Silver Economie peut entraîner la création de emplois. L innovation industrielle tente de capter tous les besoins dans ce domaine. Quelques exemples : l utilisation de la visiophonie pour maintenir le contact avec les proches, la téléconsultation, les détecteurs de chute, dispositifs de géolocalisation, dispositifs de rappels de tâches avec les piluliers électroniques automatiques, dispositifs de simulation cognitive avec les logiciels d entraînement cérébral, robots d assistance autant de secteurs qui doivent générer de l innovation. Appuyés par les services de l État, quelques clusters sont en cours d émergence : à Amiens, certains maillons de la chaîne de valeur existent (Centre Universitaire de recherche en santé, laboratoire de simulation 3D, SimuSanté, robotique ) qui pourraient faire l objet d une nouvelle filière. À noter également, l importance de la recherche en santé de l UPJV dont les laboratoires neurosciences, progression tumorale, qualité de la vie et réadaptation, répartition cellulaire sont en osmose avec l ensemble des secteurs mentionnés plus haut et disposent d un très important potentiel de valorisation. Avec l ensemble de ces compétences, le cluster dédié à la santé pourra définir ses propres axes stratégiques, très solides et de longue durée. Ces échantillons biologiques sont associés à des données, telles des données démographiques, biologiques et cliniques concernant le patient de qui proviennent les échantillons ainsi que des données inhérent au type d échantillon et sa traçabilité. 17 Chaîne de valeur Technologies de la santé : annexe 3 19

20 AXES PRIORITAIRES Type d actions Création et/ou développement de structures d animation et soutien aux initiatives visant à accompagner les entreprises dans leurs démarches d innovation, le montage de projets et la constitution de réseaux Soutien aux projets de R&D et d innovation et en particulier les projets collaboratifs. Soutien à l internationalisation des entreprises Soutien aux collaborations interentreprises Développement et promotion des usages numériques dans l éducation et la formation Accompagnement du déploiement des services ou des actions numériques à destination des usagers 6 TIC Santé 2.b Taux FEDER : 31 % 2.c Taux FEDER : 31 % 4.b Taux FEDER : 31 % 4.c Taux FEDER : 31 % 7.a Taux FEDER : 11 % 7.a Taux FEDER : 11 % Sous-mesure : Vers un cluster dédié au stockage de l énergie et à l autonomie énergétique Le développement de batteries performantes est devenu un véritable enjeu stratégique à la fois pour les transports routiers (véhicules électriques, hybrides ) et pour le développement des énergies renouvelables dont le caractère intermittent nécessite une réelle capacité de stockage. Actuellement, les acteurs dominants au niveau mondial sont japonais, coréens et chinois. Souvent issus du secteur chimique, ces nouveaux entrants dans le secteur automobile ont compris l enjeu que représente la maîtrise des technologies des batteries et tentent de se positionner au plus vite à tous les segments de la chaîne de valeur, de la recherche au marché. À Amiens, le Laboratoire de Réactivité et Chimie des Solides (LRCS) de l UPJV est reconnu au niveau mondial. S inscrivant dans une stratégie en réseau, le LRCS a fédéré des laboratoires et des organismes travaillant sur les mêmes sujets : - Au niveau européen, en constituant le réseau ALISTORE-ERI entre 2004 et 2008, devenu depuis un Institut de recherche européen qui regroupe 20 laboratoires académiques et 18 industriels ; - Au niveau français, en constituant le Réseau sur le Stockage Electrochimique de l Energie (RS2E) qui rassemble 10 laboratoires, le Commissariat à l Energie Atomique (CEA), IFP Energies nouvelles (IFPN), Alstom, EDF, Total, Renault, Airbus, Saint Gobain, Saft Le LRCS disposera dans quelques mois d un nouveau bâtiment, à Saint Leu, un «Hub Energie» regroupant l ensemble de ses laboratoires et une plate-forme de pré-transfert permettant de tester des pré-prototypages de batteries. C est également dans le domaine de l utilisation efficace des ressources énergétiques que s est spécialisé le Laboratoire des Technologies Innovantes (LTI) de l UPJV. De plus, comme éléments constitutifs du cluster, le territoire d Amiens dispose d un certain nombre d entreprises et de centres de recherche de haut niveau, et ce, dans les domaines suivants : - L éolien ; - L éco-mobilité ; - Les smart grid ; - Les éco-matériaux ; - La chimie verte. 20

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES Contexte Au 1 er janvier 2016, la nouvelle Région Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes formera une seule et même entité

Plus en détail

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 18ème Bureau de la CNS 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 1 Ordre du jour Intervention du vice Président Christian Nibourel Communications des membres du bureau sur leurs actualités Présentation

Plus en détail

La S3 Stratégie de spécialisation intelligente en Alsace

La S3 Stratégie de spécialisation intelligente en Alsace La S3 Stratégie de spécialisation intelligente en Alsace S3 - Contexte Une demande de la Commission Européenne avec les entreprises au cœur de la réflexion pour renforcer leur compétitivité via l innovation

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

AFPC Positionnement à l'europe

AFPC Positionnement à l'europe Positionnement à l'europe Des clusters innovants au service de la croissance, de l emploi et de l innovation en Europe À travers leurs activités et services, les clusters innovants accompagnent les acteurs

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Constituant un des axes privilégiés de l'université Nice Sophia Antipolis,

Plus en détail

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective Plate-forme RSE Commissariat Général à la stratégie et la prospective «La Région Languedoc-Roussillon accélérateur de compétitivité et de responsabilité sociale pour les entreprises» Josick Paoli Directrice

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise»

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» Mardi 9 octobre 2012 CONTACTS PRESSE : CG74 ALEXANDRA CARRAZ 04 50 33 50 02 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30

Plus en détail

SITES & GRANDS EVENEMENTS

SITES & GRANDS EVENEMENTS SITES & GRANDS EVENEMENTS MOTEURS DU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES, DES TERRITOIRES ET DE LA SOCIETE... pour un développement structurel du territoire, au service de la stratégie des décideurs politiques

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

«Vers le véhicule connecté»

«Vers le véhicule connecté» «Vers le véhicule connecté» Le cercle des idées Quimper Technopole-Cornouaille Jeudi 26 septembre 2013 Philippe COSQUER : Chargé de Projets ] Moteur d idées pour véhicules spécifiques [ Le Pôle de compétitivité

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES O B J E C T I F 1. 2 F A I R E D E L I N N O V A T I O N L E M O T E U R D E L A C O M P E T I T I V I T E D E S E N T R E P R I S E S PRESENTATION GENERALE DE L OBJECTIF Cet objectif vise à améliorer

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

NOS MISSIONS LES VECTEURS D ACTIONS STRATÉGIQUES

NOS MISSIONS LES VECTEURS D ACTIONS STRATÉGIQUES IT CLUSTER FOR WORLD TRANSFORMATION DIGITALPLACE STIMULE, LE SECTEUR TIC AVANCE STIMULER L INNOVATION ASCENDANTE ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DÉVELOPPER L INTERNATIONAL PRÉSENTATION AAP 7EME PCRD 12 JUILLET

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

De la formation continue à la formation tout au long de la vie

De la formation continue à la formation tout au long de la vie De la formation continue à la formation tout au long de la vie Enjeux et débats pour les universités en Europe Michel Feutrie Président de EUCEN Une grande confusion dans les termes utilisés Sous le terme

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

22 juin 2016, INRIA Lyon

22 juin 2016, INRIA Lyon 22 juin 2016, INRIA Lyon Smart city / Ville intelligente : une introduction Grand Lyon Métropole Intelligente D OÙ VIENT LA VILLE INTELLIGENTE? HYGIÉNISTE TECHNOPHILE «GÉNIE URBAIN» SATURATION & ENGORGEMENT

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

ÉMERGENCE DESIGN. 2eme RENCONTRE DES DESIGNERS. lundi 02 décembre 2013

ÉMERGENCE DESIGN. 2eme RENCONTRE DES DESIGNERS. lundi 02 décembre 2013 ÉMERGENCE DESIGN 2eme RENCONTRE DES DESIGNERS lundi 02 décembre 2013 POURQUOI LA CANTINE NUMÉRIQUE? Un lieu d animation, d échanges, d expérimentation des usages Un espace de travail collaboratif en réseau

Plus en détail

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle Transfert technologique et Propriété Intellectuelle -Maroc - Alger, 29 Janvier 2013 INTRODUCTION Écosystème de l innovation Stratégie Objectifs - Moyens Gouvernance Transfert de technologie Propriété Intellectuelle

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Nouvelle ère économique

Nouvelle ère économique Nouvelle ère économique Conférence de la Jeune Chambre Economique Espace François Mitterrand 16 avril 2015 1 Le contexte Diagnostic territorial réalisé dans le cadre de la candidature du Bergeracois au

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

La nature, excellence et base économique de l agglomération

La nature, excellence et base économique de l agglomération 3491-INTERIEUR_ANGERS_thème 25/09/03 12:27 Page 14 Thème 1 La nature, excellence et base économique Thème 1 Le Projet d agglomération 2015 Angers, laboratoire de l économie du futur Les performances économiques

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ VADE-MECUM DE L UTILITÉ DE L INVESTISSEMENT EN INFRASTRUCTURES 02 LE CERCLE VERTUEUX DES INFRASTRUCTURES FINANCEMENT MOBILITÉ EAU ÉNERGIE EMPLOI CROISSANCE RÉSEAUX DU FUTUR PROTECTION CONTRE LES ALÉAS

Plus en détail

Un nouvel espace de co-working Contact presse

Un nouvel espace de co-working Contact presse Un nouvel espace de co-working Contact presse Corine BUSSON BENHAMMOU Responsable des relations presse Ville d Angers/Angers Loire Métropole 02 41 05 40 33 / corine.busson benhammou@ville.angers.fr 1 Depuis

Plus en détail

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE La région Haute-Normandie présente des atouts multiples et variés, qu ils soient d ordre sociodémographique, économique, géographique ou environnemental.

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 DEROULE DE LA MATINEE : 9h30 : accueil et introduction par Bernard Delcros, Président du GAL Leader 1. Le programme

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

APPUYER LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES PORTEUSES DE VALEUR AJOUTÉE ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET ÉCOLOGIQUE

APPUYER LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES PORTEUSES DE VALEUR AJOUTÉE ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET ÉCOLOGIQUE NOTRE MISSION APPUYER LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES PORTEUSES DE VALEUR AJOUTÉE ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET ÉCOLOGIQUE Accompagner dans la durée les entreprises dans leur développement Attirer en Île-de-France

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN D ACTION EN FAVEUR DE L ENTREPRENEURIAT ÉTUDIANT UNIVERSITÉ PARIS-EST MARNE-LA-VALLÉE

PRÉSENTATION DU PLAN D ACTION EN FAVEUR DE L ENTREPRENEURIAT ÉTUDIANT UNIVERSITÉ PARIS-EST MARNE-LA-VALLÉE PRÉSENTATION DU PLAN D ACTION EN FAVEUR DE L ENTREPRENEURIAT ÉTUDIANT UNIVERSITÉ PARIS-EST MARNE-LA-VALLÉE D O S S I E R D E P R E S S E O C T O B R E 2 0 1 3 1 - L entrepreneuriat étudiant en France :

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir

Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir La Silver Valley et sa méthode d évaluation de l innovation Présenté par Benjamin Zimmer Avant propos : Silver Valley est un écosystème propice

Plus en détail

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME La PME Marocaine Levier de développement économique et d innovation Saad Hamoumi Président de la commission PME Rencontre des PME Ibéro Américaines et d Afrique du Nord Madrid 22 octobre 2012 I: L économie

Plus en détail

LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE

LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE BLANDINE LAPERCHE, SOPHIE BOUTILLER, FARIDAH DJELLAL LAB.RII - CLERSE UMR 8019 RÉSEAU DE RECHERCHE SUR L INNOVATION

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du lancement du site aquitain de l IRT Saint Exupéry Bordeaux Lundi 17 novembre 2014 Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Président du Conseil Régional

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise Notre offre de services 2 Genèse 3 Le Quartier de la Création Genèse du projet urbain Située

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail