Bulletin Economique Chine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin Economique Chine"

Transcription

1 Bulletin Economique Chine n 63 février 2014 DG Trésor Sommaire DOSSIER : LE COMMERCE ELECTRONIQUE EN CHINE... 2 PIB : LA CHINE S ENGAGE A PRENDRE DES MESURES PLUS STRICTES POUR REDUIRE SES SURCAPACITES RETRAITES : LE SOLDE DES FONDS DE PENSION ENREGISTRE UN EXCEDENT DE PLUS DE 65 MDS USD EN RELATIONS FRANCO-CHINOISES : LA 22EME COMMISSION MIXTE FRANCO-CHINOISE S EST TENUE A PARIS LE 24 FEVRIER SECTEUR BANCAIRE : LE TAUX DE CREANCES DOUTEUSES S ETABLISSAIT A 1% A FIN ZONE DE LIBRE-ECHANGE DE SHANGHAI : LA SAFE APPORTE DES CLARIFICATIONS SUR LES ACTIVITES DE CHANGE DE DEVISES FINANCES PUBLIQUES : LES REVENUS PROVENANT DES CESSIONS DE TERRAINS ONT ATTEINT UN NIVEAU RECORD EN REFORME FINANCIERE : LA CHINE APPROUVE UNE NOUVELLE ZONE FINANCIERE PILOTE A QINGDAO ENERGIE : LE PLUS GRAND GISEMENT DE GAZ A CE JOUR EN CHINE A ETE DECOUVERT DANS LE SICHUAN INDICATEURS ECONOMIQUES MENSUELS INDICATEURS ECONOMIQUES ANNUELS PREVISIONS DE CROISSANCE DU PIB CHINOIS AMBASSADE DE FRANCE EN CHINE SERVICE ECONOMIQUE REGIONAL DE PEKIN

2 1- Le commerce électronique en Chine La Chine comptait 618 millions d internautes au 31 décembre 2013, contre 94 millions en millions de foyers ont accès à l Internet haut-débit (dont 22,6 % avec un accès supérieur à 8 mégas). Le taux de pénétration d Internet en Chine était de 45,8 % en L accès à Internet à partir d un terminal mobile est la principale force de croissance du nombre d internautes chinois, avec 500 millions d utilisateurs fin 2013 (+19 % en g.a) contre 233 millions fin Cette croissance de l Internet en Chine ces dernières années a conduit à l essor de son utilisation dans la sphère commerciale. Le commerce électronique s est ainsi rapidement développé, touchant l ensemble des domaines économiques, permettant aux entreprises d élargir leurs marchés tout en réduisant leurs coûts d exploitation, et aux consommateurs d avoir un accès facilité à différents services. Le commerce électronique s entend d un ensemble de services, comprenant notamment les achats en ligne, les achats groupés, les réservations en ligne et les services bancaires en ligne. Sa croissance en Chine s est fortement accélérée ces dernières années, le montant total de ses échanges GMV (Gross merchandise volume) s étant élevé en 2013 à plus de Mds CNY selon le ministère chinois du commerce (Mofcom), soit une croissance de 24,7 % en g.a. Il est constitué à près de 80 % par les échanges B2B selon l institut de recherche iresearch. Ce dernier estime que le montant total des échanges GMV devrait atteindre Mds CNY en Echanges GMV et prévisions Le montant des ventes au détail en ligne était de Mds CNY en 2013 (+42,9 % en g.a). A titre de comparaison, il n était que de 25,8 Mds CNY en Ces ventes en ligne ont représenté 7,7 % du total des ventes de biens de consommation. Elles couvrent un large éventail de produits, constitué en premier lieu d articles du prêt-à-porter et d appareils électriques et numériques. Montant des ventes au détail en ligne Le marché du commerce électronique connait actuellement un changement structurel, caractérisé par un gain de parts de marché des services B2C sur les services C2C. Le segment B2C a fortement progressé en 2013 (+68,4 % en g.a), alors que le C2C enregistrait une croissance plus modérée (+30,9 %). Le montant des échanges des plateformes de commerce électronique B2C s est élevé à 650 Mds CNY en 2013 selon iresearch, soit environ 36 % du montant total des ventes au détail en ligne. Le segment B2C est ainsi le principal moteur de croissance du commerce électronique en Chine au détriment du segment C2C. Il devrait représenter plus de 50 % du marché des ventes au détail en ligne d ici Le développement du commerce en ligne se traduit par son intégration dans l ensemble des secteurs économiques, notamment l industrie, l agroalimentaire, le tourisme, conduisant au renforcement des services liés à son utilisation, notamment logistiques. La China Electronic Commerce Research Center estimait ainsi le volume des ventes de produits cosmétiques sur le marché B2C à 80 Mds CNY en Dans le domaine du tourisme en ligne (compagnies aériennes, agence de tourisme en ligne, attractions, hôtels) le chiffre d affaires s est élevé à 220,4 Mds CNY en 2013, alimenté essentiellement par l augmentation des transactions liées aux billets d avion, aux réservations d hôtel et (modérément) aux forfaits touristiques. Toutefois, il n a représenté que 7,4 % des revenus générés par le tourisme en Chine en 2013 (2 947 Mds CNY). Dans le domaine agro-alimentaire, le Mofcom estimait à plus de 22 millions de tonnes, les produits vendus en ligne en 2012, pour un chiffre d affaires dépassant 81 Mds CNY. Les sociétés, détaillants comme grossistes, ont développé des offres en ligne, à l exemple d AP88.com, Xjguoguo.com, Caiguanjia ( com). Le détaillant en ligne Yihaodian (yhd.com), détenu à 51 % par Walmart, a renforcé ses activités dans les produits alimentaires importés : il indiquait ainsi contrôler fin 2013, 37,2 % du marché des ventes de produits laitiers importés. Le leader du commerce électronique Alibaba est également présent dans ce domaine : en 2010, il recensait plus de magasins spécialisés dans l agroalimentaire sur sa plateforme Taobao (C2C), pour - 2 -

3 un volume de vente estimé à près de 20 Mds CNY. En février dernier, le groupe a mis en service son site tmall.hk, qui propose aux consommateurs chinois des articles 100 % importés de l étranger, notamment des produits alimentaires. Enfin, le groupe a créé en 2013 des «Villages Taobao» en milieu rural, sortes de places de marché virtuelles accessibles aux paysans. Ces derniers se rendent dans un local dédié pour y vendre leurs produits en ligne et bénéficier de services logistiques. Au 31 décembre 2013, les principales données concernant la croissance du commerce électronique en Chine étaient les suivantes : millions d internautes ont effectué au moins un achat en ligne au cours du dernier semestre 2013, soit une croissance de 24,7 % en g.a (+59,87 millions de personnes). L achat en ligne était le fait de près de 49 % des internautes fin 2013, contre seulement 28,1 % en millions d internautes ont procédé au moins une fois à un paiement en ligne au cours des six derniers mois, soit une croissance de +17,9 % en g.a, conduisant à un taux d utilisation de 42,1 %. Cette évolution résulte principalement de la croissance des applications commerciales, de la diversification des moyens de paiements proposés par les plateformes et de la convergence des paiements en ligne et hors ligne, modifiant les habitudes des consommateurs. La Chine compterait plus d une vingtaine de plateformes de paiement. Alipay (Alibaba), fondée en 2004, est le leader du marché, mais est concurrencé par TenPay (Tencent). Les autres plateformes de paiement comprennent 99Bill, ChinaPnR, YeePay, et IPS, PayPal (ebay) étant également disponible pour les paiements et règlements transfrontaliers millions d internautes ont été attirés par les services bancaires en ligne, conduisant à une croissance de 13,1 % en g.a et un taux de pénétration de 40,4 %. Selon un rapport publié par la China Banking Association, les transactions bancaires en ligne avaient atteint billions CNY (173,7 billions USD) fin 2013, en hausse de 22 % en g.a. tandis que les clients particuliers des services bancaires sur Internet se sont élevés à 753 millions (+28 % en g.a), et les entreprises clientes des services bancaires en ligne ont atteint plus de 15 millions (+30 % en g.a). Par ailleurs, les transactions bancaires effectuées via un téléphone mobile étaient de Mds CNY (2,1 Mds USD) fin 2013 (+248 % en g.a). Les clients particuliers des services bancaires sur téléphone mobile étaient de 458 millions d'individus (+55,5 % en g.a) millions d internautes ont procédé à des réservations en lignes (voyages, avion, train, hôtels) au cours des six derniers mois de 2013, soit une croissance de +61,9 % en g.a (+69,1 M de personnes), et un taux de pénétration de 29,3 % millions d internautes ont recouru au moins une fois au service des achats groupés au cours des six derniers mois de 2013, devenant de fait l utilisation d Internet ayant le plus fort taux de croissance en Chine (+68,9 % en g.a). Cette hausse a bénéficié essentiellement du développement des terminaux mobiles, le taux d utilisation des achats groupés mobiles ayant augmenté de 4,6 % fin 2012 à 16,3 % fin Le taux de pénétration de 22,8 %, laisse augurer des perspectives de croissance importantes. Développement des principaux services du commerce électronique (en millions d utilisateurs) Les taux de pénétration des divers aspects du commerce électronique restent cependant en deçà de l usage «socio-communicatifs» et ludique (musique, vidéo, jeux) d Internet en Chine. Toutefois, en glissement annuel, les usages d Internet liés au commerce électronique connaissent les plus forts taux de croissance, tandis que certains usages «socio-communicatifs» enregistrent un recul (-9 % pour les microblogs et - 19,3 % pour les forums). Taux de croissance 2013 des différents usages d Internet en Chine (en g.a) Raphaël Péquignot, Service économique régional de Pékin - 3 -

4 2- Les principaux acteurs du commerce électronique en Chine Le marché du commerce électronique en Chine, est largement dominé par le groupe Alibaba, à hauteur de 80 %. Le groupe subit toutefois une concurrence croissante dans le segment porteur du B2C et est confronté aux volontés de développement sur ce marché du groupe Tencent. Par ailleurs, trois constats illustrent la présence étrangère : les leaders traditionnels étrangers du commerce électronique sont globalement absents du marché chinois ; les principaux leaders chinois du commerce électronique sont détenus par des investisseurs étrangers ; les grands détaillants étrangers investissent dans le commerce en ligne. I. Structure du commerce électronique en Chine et principaux acteurs Le commerce électronique, dans ces segments B2B, C2C et B2C, est globalement dominé par le groupe Alibaba. Il subit toutefois la concurrence croissante de JD.com dans le B2C, segment le plus porteur du commerce électronique en Chine. En 2013, huit grands opérateurs ont représenté 62,3 % du chiffre d affaires total des plateformes de services B2B à destination des PME en Chine, selon iresearch. Alibaba, le groupe hongkongais Global Sources et HC360 contrôlent conjointement plus de la moitié du marché, à hauteur de 42,3 %, 6,2 % et 4,5 % respectivement. Alibaba est en situation de quasi-monopole sur le segment du C2C, porté par sa plateforme Taobao, avec 96,5 % du marché. Son unique concurrent est la plateforme Paipai, ouverte en 2006 par le groupe Tencent (et récemment cédée à JD.com). Principaux acteurs de services C2C en 2013 Dans le B2C, la concurrence est plus significative en raison d un plus grand nombre d acteurs. Toutefois, le marché devrait se consolider dans les prochaines années, autour de deux acteurs phares : Tmall (Alibaba) et JD.com. Principaux acteurs de services B2C en 2013 Cette structure du commerce électronique en Chine illustre l importance d Alibaba. Fondé à Hangzhou en 1999, le groupe privé employant environ collaborateurs, est actif dans l ensemble des segments du commerce électronique : le B2B (Alibaba.com), le C2C (Taobao.com), le B2C (subdivisée en : Tmall Chine, Tmall Global accessible aux sociétés étrangères, la plateforme internationale AliExpress, Taobao Global chargé de gérer les exportations vers l international), le B2B ouvert aux transactions locales intervenant entre petites entreprises chinoises (1688.com), les achats groupés (Juhuasuan), le paiement sécurisé en ligne (Alipay.com), la recherche dédiée aux achats (Etao.com), et les services d informatique en nuage et de gestion des données (Aliyun.com). Dans le secteur du B2C, Tmall est une plateforme mettant en relation des boutiques, qu elle ne contrôle pas, avec des particuliers et des entreprises. Les vendeurs versent un dépôt pour être hébergé sur la plateforme et Tmall perçoit une commission sur chaque transaction. Le géant du commerce électronique revendique près de 100 millions de visiteurs distincts par jour, dont 25 millions se livrent à des achats. Le chiffre d affaires consolidé du groupe, estimé à environ 5 Mds USD en 2013, pourrait dépasser celui de Walmart d ici 5 ans. L électronique, les produits blancs, les bijoux et les meubles sont les principaux foyers d activité du groupe. Alibaba commercialise également des produits alimentaires frais sur la base d un modèle de commandes consolidées permettant d optimiser sa chaîne logistique. Au cours de l année, Alibaba devrait être introduit en bourse à New-York. Cela devrait constituer la plus importante introduction en bourse de valeurs Internet sur la place américaine depuis Facebook en mai 2012, et la plus importante levée de fonds à New-York pour une entreprise chinoise, jusqu à 15 Mds USD. Les analystes valorisent Alibaba entre 140 à 200 Mds USD. Le groupe JD.com, principal concurrent d Alibaba, a été fondé à Pékin en 2004 (sous le nom de 360buy). Employant plus de salariés, le groupe est actif sur le seul segment du B2C. Il revendique 35,8 millions de comptes actifs et un volume de commandes de 86 Mds CNY au cours des 9 premiers mois de Leader du commerce en ligne des produits 3C (computers, communication & consumer electronics) en Chine avec près de 42 % du marché, JD.com a élargi sa gamme de produits ces dernières années, proposant désormais des vêtements et chaussures, - 4 -

5 des produits ménagers, des produits de luxe (bijoux et montres), des cosmétiques (produits pour la santé, soins de la peau, maquillage), des produits pour enfants et maternité, des aliments, etc. A l inverse d Alibaba, JD.com distribue essentiellement des produits qu il vend directement. JD.com est ainsi le leader chinois du marché B2C indépendant, avec 45 % du marché. Sur l ensemble du marché B2C (ventes directes et indirectes), il détient 22,4 % du marché. Ce modèle permet à JD.com de maitriser l ensemble de la chaine des ventes (achat, stockage, promotion, vente et livraison), ce qui l a conduit à disposer de services de livraison à domicile performants à la différence de son rival Alibaba (livraison en moins de 24 h dans 160 districts et comtés au plan national, contre plusieurs jours actuellement pour Alibaba). JD.com a déposé début 2014 une demande d introduction en bourse à New-York, qui lui permettrait de lever près d 1,5 Md USD. Le groupe Tencent est le troisième acteur du commerce en ligne, actif dans les segments du B2C (QQ Wanggou et Yixun), du C2C (Paipai) et dans les achats groupés (20 % de Dianping). Fondé en 1998, le groupe est le leader de l Internet en Chine, présent essentiellement dans les réseaux sociaux : la messagerie instantanée (n 1 avec QQ et Weixin), le portail d information (QQ.com), l édition de jeux vidéo (n 1 mondial), la musique (QQ Music), le microbloging (Tencent Weibo), le paiement en ligne (Tenpay), les produits financiers (Licaitong), les cartes de crédit virtuel, le tourisme en ligne (elong), les systèmes de navigation (Tencent Maps), les systèmes d exploitation et applications pour la téléphonie mobile (CyanogenMod, Tencent MyApp, etc.), etc. Tencent est propriétaire de 4 des 5 applications mobiles les plus utilisées en Chine, avec, en février 2014, 322 millions d utilisateurs actifs de QQ Mobile, 294 millions de Weixin, 135 millions de Qzone, et 99 millions de QQ Music. A titre de comparaison, l application mobile de Taobao recueille 102 millions d utilisateurs actifs. Au cours des derniers mois, la rivalité entre Tencent et Alibaba s est intensifiée, chacun contestant la suprématie de l autre : tandis que Tencent introduisait une fonction de paiement à sa messagerie mobile Weixin, cherchant à tirer profit du succès de cette application et à concurrencer Alipay, Alibaba investissait dans les réseaux sociaux (notamment le lancement en octobre de Laiwang pour mettre fin au monopole de Weixin). En mars 2014, Alibaba a annoncé un investissement de 215 millions USD dans l application de messagerie instantanée Tango. Celle-ci, particulièrement utilisée en Amérique du Nord, à Taiwan et à Singapour, permet à ses utilisateurs d effectuer gratuitement des appels audio et vidéo. Cette compétition s est accrue début mars 2014, suite à l annonce d un partenariat stratégique entre JD.com et Tencent : Tencent doit entrer à hauteur de 15 % dans le capital de JD.com, pour 215 millions USD et s est engagé à prendre 5 % de parts supplémentaires après l introduction en bourse à New York de JD.com. En échange, Tencent cède à JD.com 100 % de ses plateformes QQ Wanggou et Paipai (comprenant également la logistique), ainsi qu une part minoritaire dans Yixun avec le droit d en acquérir 100 % dans un second temps. Ce partenariat conduira JD.com à accéder à l immense réseau des utilisateurs des applications mobiles de Tencent (QQ, Weixin) et à son service de paiement en ligne. Il permettra également à Tencent de se développer dans le domaine du commerce en ligne en termes de paiement en ligne et de publicité. Cette association est considérée comme une menace crédible au quasi-monopole d Alibaba, portant la part de marché de JD.com à 25,5 % (sur la base des données de 2013) et alliant le savoir-faire logistique de JD.com aux services en ligne de Tencent. Ce partenariat illustre une tendance de plus en plus courante, devant conduire à la concentration du secteur. Les plateformes du segment B2C tendent à s allier face à l hégémonie d Alibaba. Vipshop, n 7 du marché, a acquis en février pour 112 millions USD, 75 % de Lefeng, plateforme spécialisée dans les cosmétiques. Vipshop représente environ 70 % des ventes en ligne de vêtements et de chaussures à prix discount, tandis que Lefeng représente près de 50 % des ventes en ligne de produits cosmétiques. Début mars, Dangdang (n 8 du marché), côté au Nasdaq, et Yihaodian (n 6), détenu en majorité par l américain Walmart, ont conclu un partenariat stratégique permettant à chacun de vendre ses produits sur la plateforme de l autre. II. La présence étrangère est essentiellement portée par les investisseurs et les grands détaillants Trois constats illustrent la présence étrangère dans le commerce en ligne en Chine : (i) les leaders étrangers traditionnels du commerce électronique sont globalement absents du marché chinois ; (ii) les principaux leaders chinois du commerce électronique sont détenus par des investisseurs étrangers ; (iii) les grands détaillants étrangers investissent dans le commerce en ligne. (i) Les leaders traditionnels du commerce électronique sont globalement absents du marché chinois. L américain ebay, entré sur le marché en 2002 suite à l acquisition du site EachNet, a vu sa part de marché de plus de 80 % dans le C2C s éroder suite à la mise en ligne de Taobao en En 2006, malgré près de 400 millions USD d investissement, il ne contrôlait plus que 29 % du marché tandis que la part de Taobao était de 67 %. ebay s est retiré du marché chinois en 2006, suite à l intégration de son site ebay EachNet dans une coentreprise détenue à - 5 -

6 51 % par la société chinoise Tom Online (moins de 1 % du marché). Après l acquisition en 2004 du numéro 1 du B2C, Joyo.com, spécialisé dans les biens culturels (livres, musique, vidéos), Amazon a connu une érosion rapide de ses parts de marché (2,7 % en 2013 contre 14 % en 2007) résultant de la concurrence croissante des acteurs locaux (Danddang, JD.com, Tmall). Rakuten, leader japonais du commerce en ligne et propriétaire du français PriceMinister, est entré sur le marché chinois en 2010, en partenariat avec le moteur de recherche chinois Baidu. En 2012, les partenaires mettaient fin à leur coopération, la plateforme Lekutian n ayant pas réalisé les performances attendue, le japonais évoquant également l intensification de la concurrence dans l industrie chinoise du commerce en ligne. La compagnie américaine Expedia a acquis 60 % de la compagne elong (fondée en 1999) en La même année, une autre agence de voyage en ligne, Ctrip, était fondée à Shanghai. En 2013, Ctrip dominait le marché à 49,7 %, loin devant elong (9,7 %). Dans le segment des achats groupés, le leader mondial du marché, l américain Groupon, a investi 8,6 millions USD dans une plateforme (Gaopeng) en partenariat (40 %) avec Tencent en Malgré le taux de croissance de l achat en ligne groupé (+68,9 % en g.a en 2013), la part de marché de Gaopeng est de moins de 2,5 % en 2013, loin derrière les leaders Juhuasuan (Alibaba), Meituan (10 % contrôlé par Alibaba), Dianping (20 % Tencent) et Nuomi (Baidu). (ii) Les principaux leaders chinois du commerce électronique sont détenus par des investisseurs étrangers. La «success story» des principaux acteurs chinois du secteur a grandement bénéficié de l investissement de fonds étrangers. En 2000, à l aube de son développement, Alibaba a bénéficié d un apport de 25 millions USD de plusieurs institutions, parmi lesquelles le conglomérat japonais Softbank Corp., déjà actif dans le commerce électronique et l Internet, via notamment une coentreprise au Japon avec Yahoo! depuis Par ailleurs, Alibaba a noué en 2005 un partenariat stratégique avec Yahoo! et Softbank, cédant à Yahoo! 43 % de son capital pour 1 Md USD. La détérioration des relations entre les partenaires a finalement conduit en mai 2012 à la revente au groupe Alibaba de 20 % de cette participation pour un montant de 7 Mds USD. Actuellement, Alibaba compte pour principaux actionnaires le groupe japonais Softbank (37 %) et Yahoo! (24 %), les actionnaires minoritaires comprenant les fonds américains Silver Lake et Tiger Global Management, le fonds singapourien Temasek Holdings, et le russe DST Global. Jack Ma, fondateur d Alibaba, ne détient que 7,4 % du capital, deux autres membres de la direction contrôlant un peu moins de 7 %. L introduction en bourse d Alibaba à New-York devrait conduire le portail Internet américain Yahoo! à réduire sa participation. JD.com, principal concurrent d Alibaba, a bénéficié depuis 2007 d investissements de plus d 1,8 Md USD lui permettant de soutenir son développement. A l inverse d Alibaba, la société reste détenue à 23,7 % par son fondateur Liu Qiangdong. Toutefois, les investisseurs étrangers sont également présents, avec le fonds américain Tiger Global Management (22, 1 %), le russe DST Global (11,2 %), et le fonds saoudien Kingdom Holdings du prince Alwaleed bin Talal (5,1 %). Cette répartition de l actionnariat devrait être modifiée suite à l entrée au capital de Tencent (dont le principal actionnaire est le groupe sud-africain Naspers, à 34 %) à hauteur de 15 % dans un premier temps. La structure de l actionnariat de ces sociétés explique en partie leur volonté d effectuer une introduction en bourse à New-York plutôt qu à Hong-Kong. Les fondateurs, bien que minoritaires, souhaitent conserver le contrôle de leur groupe et nommer la majorité des membres du conseil d administration. Hong Kong, à l inverse de New- York, n autorise pas un tel schéma permettant aux actionnaires d origine de verrouiller le contrôle sur le capital et la stratégie. (iii) Sous la pression de la concurrence croissante des acteurs chinois du commerce en ligne, les grands détaillants étrangers développent leurs propres offres de vente en ligne. Le groupe de distribution allemand Metro dispose d une plateforme B2B depuis Des enseignes, à l exemple du groupe britannique Tesco, ont récemment développé une offre en ligne. L investissement le plus significatif a été réalisé par leader de la grande distribution Walmart. Après avoir essayé d investir dans JD.com en 2010, Walmart a jeté son dévolu sur le détaillant en ligne chinois Yihaodian (yhd.com) en En 2012, il a porté sa participation à 51 %. Cette prise de contrôle a conduit le détaillant américain à partager avec Yihaodian son infrastructure logistique et a permis à la plateforme chinoise de se connecter avec des fournisseurs internationaux afin de stimuler son activité de ventes de produits alimentaires importés. En 2013, Yihaodian a augmenté ses ventes en ligne de 70 %, à 11,54 Mds CNY (1,9 Md USD), s imposant comme la 6 e plateforme B2C en Chine. La chaîne de magasin américaine Macy s a également investi 15 millions USD en 2012 pour acquérir une participation minoritaire dans VIPshop, 7 e plateforme B2C chinoise spécialisée dans la vente de marques à prix discount. Les enseignes françaises disposent également d une offre en ligne, à l exemple de Decathlon ou d Auchan. Ce dernier, après avoir inauguré son service «Auchan Drive» en Chine en mai 2012, a lancé avec son partenaire taïwanais Ruentex (au sein de la coentreprise Sun Art Retail Group) un site de commerce en ligne (feiniu.com) en janvier dernier. Raphaël Péquignot, Laurent Martin - 6 -

7 3- Les principaux facteurs de croissance du commerce électronique Plusieurs facteurs expliquent la croissance du commerce électronique : (i) l amélioration de l environnement des réseaux mobiles renforçant le développement des achats en ligne à partir d un support mobile, (ii) le rôle des plateformes de médias sociaux, qui influencent les commandes en ligne, et (iii) les opérations marketings, notamment les promotions offertes par les sites de vente en ligne. 1. L amélioration de l environnement des réseaux mobiles (Wi-Fi, 3G), portée par la popularité de la téléphonie mobile «intelligente» (1,2 Md d abonnés aux services de téléphonie mobile fin décembre 2013, dont 401,6 abonnés au service 3G) et des autres supports mobiles (tablettes, etc.), est l un des principaux facteurs de développement du commerce électronique. Fin 2013, 144 millions d internautes ont effectué au moins un achat en ligne à partir d un terminal mobile (+160 % en g.a), soit plus d ¼ des personnes accédant à internet à partir d un terminal mobile (500 millions) et près de la moitié des personnes ayant effectué au moins un achat en ligne (302 millions). Selon iresearch, le montant des achats en ligne à partir d un appareil mobile s est élevé à 167,64 Mds CNY en 2013 (+165,4 % en g.a). Il devrait atteindre Mds CNY en Cette croissance bénéficiera du renforcement de l environnement des réseaux en Chine, porté notamment par l attribution des licences 4G en décembre Les circonstances d achat mobile en ligne sont très variées : 86,7 % des utilisateurs affirment effectuer des achats à leur domicile, 20 % au bureau ou à l école, 40 % durant les temps de transport en commun, et 13,3 % dans les files d attente. Conscients des opportunités dans ce domaine, les acteurs du commerce en ligne développent des applications mobiles. A titre d exemple, JD.com, n 2 du commerce en ligne B2C, dénombre plus de 80 M d applications JD installées. Ses ventes mobiles sont passées de 4 % en 2012 à 10 % du total de ses ventes en La conquête des internautes mobiles s est traduite par une concurrence acharnée ces derniers mois entre Alibaba, leader du commerce électronique, et le groupe Tencent, leader de l Internet chinois. Ces développements, visant à conquérir le marché du paiement mobile, ont conduit à multiplier les applications à destination des consommateurs, à l exemple de l application numérique permettant d offrir les traditionnelles Hóng Bāo (développée par la messagerie Weixin de Tencent), les applications de commande de taxi et le lancement de carte de crédits virtuelles. Tencent et Alibaba soutiennent chacun deux applications mobiles de réservation de taxis afin de promouvoir leur mode de paiement électronique, Didi Dache (liée à Weixin de Tencent) et Kuaidi Dache (liée à Alipay d Alibaba). Ils offrent chacun des primes pouvant aller au-delà de 10 CNY aux chauffeurs et clients, s ils utilisent leur application respective et règlent les courses par une méthode de paiement mobile. Cette rivalité a conduit ces dernières semaines à une surenchère dans les primes allouées (jusqu à 30 CNY/jour pour un client, 100 CNY/jour pour un chauffeur), l objectif stratégique poursuivi étant le gain de part de marché du paiement mobile. Fin janvier, Didi comptait 30 M de comptes d utilisateurs pour commandes par jours, Kuaidi enregistrant 23 M de comptes d utilisateurs pour commandes. 2. Les plateformes de médias sociaux sont également devenues un facteur de développement du commerce électronique. Ces plateformes, comme QQ et Weixin (Tencent) ou Sina Weibo (leader des microblogs) ont connu une croissance rapide, suscitant l intérêt des acteurs du commerce électronique. En avril 2013, Alibaba a acquis 18 % de Weibo Sina (microblog similaire à Twitter) pour 586 millions USD. Le récent partenariat stratégique entre Tecent et JD.com (n 2 du B2C) conduira ce dernier JD.com à accéder à l immense réseau des utilisateurs des applications de Tencent (800 millions de comptes QQ, 350 millions de comptes Weixin & WeChat) et à son service de paiement en ligne. Avec des informations presque instantanées et des interfaces faciles à utiliser, les médias sociaux sont devenus un élément de référence des consommateurs électroniques chinois. Ils les utilisent en effet pour disposer de conseils immédiats ou poster des critiques sur certains produits. Les commentaires laissés par des consommateurs sont l un des deux principaux facteurs influençant la décision d achat en ligne d un produit connu ou inconnu, devant la notoriété du site. Des critères tels que le prix, les délais de livraison, les services après-vente, les promotions et cadeaux offerts, exercent une moindre influence dans la décision d achat en ligne du consommateur chinois. La proportion d achat en ligne après une recherche d informations sur Internet est également significative, 62,2 % des internautes achetant plutôt en ligne après avoir recherché des informations en ligne sur un produit (ils n étaient que 39,7 % en 2012). Principaux facteurs influençant la décision d achat en ligne d un produit inconnu (par tranche d âge)

8 Principaux facteurs influençant la décision d achat en ligne d un produit connu (par tranche d âge) Décision d achat après une recherche en ligne sur un produit 3. Enfin, la croissance du commerce électronique résulte également de la multiplication des promotions offertes par les sites de vente en ligne et la guerre des prix entre les acteurs de commerce électronique, stimulant le désir d achat des consommateurs. Ainsi, les opérations de promotion se multiplient, de la journée dite des «célibataires» (11 novembre), à la Saint Valentin et passant par le nouvel an chinois, la journée de la femme, etc. La valeur des transactions sur les plateformes Tmall (BtoC) et Taobao (CtoC) d Alibaba, s est élevée à 35 Mds CNY (5,7 Mds USD) pour la seule journée du 11 novembre, soit une croissance de 83 % en g.a (19,1 Mds CNY en 2012), portée par plus de 171 millions de commandes (et 402 millions de visiteurs sur Tmall). La valeur des transactions de JD.com s est élevée à 9,7 Mds CNY (1,6 Md USD). Raphaël Péquignot - 8 -

9 4- L action des pouvoirs publics pour encadrer le commerce électronique Le fort développement du commerce électronique a attiré l attention du gouvernement chinois. Le ministère chinois de l Industrie et de la Technologie de l information (MIIT) a ainsi élaboré en mars 2012 un plan pour stimuler davantage le secteur, afin de lui faire jouer un rôle plus important dans la transformation et la modernisation économique du pays. Selon ce plan, la contribution de l industrie du commerce électronique à l économie nationale doit être sensiblement améliorée en 2015, notamment : - le volume des échanges du commerce électronique devront dépasser Mds CNY d ici 2015, le volume des échanges entre entreprises devant représenter Mds CNY ; - plus de 60 % des petites et moyennes entreprises devront utiliser fréquemment les services de commerce électronique ; - les ventes au détail en ligne devront dépasser Mds CNY d ici 2015, soit plus de 9 % du total des ventes au détail de biens de consommation. Pour atteindre ces objectifs, le MIIT encourage le développement du commerce électronique dans certains secteurs clés, notamment l agriculture, les transports, la poste et la logistique, la culture, le tourisme, l éducation, les médicaments, et la finance. Les pouvoirs publics entendent également encadrer le développement du commerce électronique dans un environnement standardisé, notamment concernant les droits des consommateurs en ligne. Un processus d élaboration d un cadre légal spécifique au commerce électronique a débuté fin 2013, devant conduire à présenter un rapport fin 2014 et aboutir à la publication d une loi en juin En parallèle, la loi révisée sur les droits et protections des consommateurs, entrée en vigueur le 15 mars 2014, assure une meilleure protection des consommateurs en ligne : ceux-ci disposent désormais d un délai de réflexion de sept jours au cours duquel ils peuvent obtenir le remboursement des achats effectués en ligne (à l exception des produits personnalisés, des produits frais et périssables, des produits numériques téléchargeables en ligne et des journaux et magazines). Treize ministères travaillent au développement du commerce électronique et à son encadrement règlementaire et normatif, suite à la publication en avril 2013 d une circulaire commune portant sur la «promotion et le développement sain et rapide du commerce électronique» 1. Celle-ci fixe 14 mesures encadrant le travail des ministères sur ce sujet, notamment : i) la mise en place d un mécanisme de coordination interministériel ; ii) le lancement de projets pilotes par le ministère des finances visant à vulgariser l emploi de fichiers comptables électroniques ; iii) l amélioration par le Mofcom des politiques, normes et systèmes de gestion relatifs aux transactions, à la logistique et la distribution, et aux ventes aux enchères en ligne ; iv) l amélioration par l Administration générale des douanes des services de dédouanement pour le commerce électronique transfrontalier ; iv) l étude par le ministère des Finances et l Administration d Etat des Impôts des politiques fiscales et normes de gestion applicables au commerce électronique transfrontalier, et le développement de l usage des factures électroniques ; v) la construction d un mécanisme de contrôle de la qualité des produits par l AQSIQ et la SAIC, et la mise en place par l AQSIQ et le Bureau d Etat des Postes d un modèle règlementaire d inspection et de quarantaine des envois transfrontalier. Les autres mesures concernent la promotion des paiements électroniques, l amélioration des livraisons et de la chaine logistique et le développement du commerce électronique dans les secteurs agricoles et touristiques. Afin de tester la mise en place de ces mesures et soutenir le développement du commerce électronique, les autorités (NDRC, Mofcom, MoF) ont accrédité 22 villes pilotes comme centre de démonstration du commerce électronique. Ces villes doivent résoudre les contradictions et les problèmes existants dans le développement du commerce en ligne, mettre en place un environnement propice à sa croissance (services et logistique notamment), et favoriser l innovation. La sélection d une seconde série de villes pilotes, parmi 38 villes candidates, est actuellement en cours. Selon le Rapport sur l impact du commerce électronique dans les zones urbaines en Chine (2012), Pékin se classe au premier rang des 22 des villes pilotes en termes d attractivité, de technologies et de cadre politique. Le bureau des statistiques de la municipalité évalue d ailleurs à plus de 50 Mds CNY le montant des ventes au détail en ligne dans la municipalité au cours du 1 er semestre 2013, représentant plus de 10 % des ventes au détail de biens de consommation. Parmi les 9 premières sociétés du B2C, cinq sont basées à Pékin (JD.com, Amazon, Dangdang, Gome et Vancl). 1 Fagaibangaoji [2013] No

10 Comme dans tous les autres pays, une réflexion nourrie s est développée en Chine autour des problèmes de taxation du commerce électronique, qu elle émane du monde politique, économique ou de la société civile. Elle est notamment portée par M. Zhang Jindong, à la fois membre de la conférence consultative politique du peuple chinois et administrateur de la société de vente de produits électroniques Suning, qui propose que les autorités fiscales renforcent le contrôle fiscal et la lutte contre l évasion fiscale des acteurs du commerce électronique. Les géants de l Internet chinois ne sont pas ouvertement soupçonnés de fraude mais les plateformes de vente en ligne sont considérées comme favorisant la fraude dans les transactions C2C. Pour WANG Tian, président du groupe Bubugao, 30 % des achats en ligne seulement seraient facturés, et 70 % des transactions ne feraient l objet d aucune taxe. Selon lui, la plateforme Alibaba couvrirait une fraude fiscale de 35 Mds CNY en 2012, et le chiffre dépasserait 100 Mds CNY pour toutes les plateformes du commerce électronique. Dans ce contexte, le principe général, rappelé par le MOFCOM le 25 juin 2013, est que la loi fiscale s applique uniformément sur les sociétés de vente en ligne et les sociétés traditionnelles. Afin d encourager les entreprises dûment déclarées dans la vente en ligne à l exportation, la circulaire n 89 du 30 décembre 2013 crée une exonération de TVA et de taxe à la consommation pour les exportations opérées via des plateformes de vente en ligne. Raphaël Péquignot, Jildaz ECOLAN

11 5- Le commerce électronique face aux défis de la logistique La croissance du commerce électronique et son expansion géographique dans des provinces reculées a pour corollaire l augmentation des besoins de services de livraison fiables et rapides et la nécessité de s appuyer sur un réseau de plateformes logistiques. Les acteurs du commerce électronique sont toutefois confrontés aux contraintes propres à ce secteur en Chine, principal défi à leur développement et quête de parts de marché. I. Les acteurs du commerce électronique sont confrontés aux contraintes du secteur logistique chinois Le secteur de la logistique en Chine souffre d un défaut d infrastructure performant. Certes, les signes de croissance de la logistique en Chine sont plus que positifs : dans le domaine des services de livraison en express, la Chine devrait dépasser les Etats-Unis en 2014, portée par la hausse du commerce électronique et le rapide développement des infrastructures en milieu rural. En 2013, plus de sociétés opéraient dans le secteur des livraisons en express, selon le Bureau national des postes chinois. Ces services ont enregistré une croissance de 60 % en g.a en 2013, avec 9,2 Mds de livraisons (dont 60 % provenant des achats en ligne) pour un chiffre d affaires de 143 Mds CNY (+36 %) selon la China Federation of Logistics and Purchasing. Toutefois, la Chine fait face à une pénurie d espace logistique. La hausse du commerce de détail en général, et du commerce électronique en particulier, dépasse la capacité des promoteurs à fournir un espace de stockage et d expédition des marchandises. Les plateformes logistiques sont relativement peu développées au regard de la taille du marché : la superficie totale des entrepôts logistiques en Chine ne représente qu 1/12 de celle disponible aux Etats-Unis, et que 10 % de l espace disponible au Japon, selon le groupe singapourien Global Logistic Properties, leader de l immobilier logistique en Chine. Les gouvernements locaux sont traditionnellement réticents à libérer des terrains pour le développement d entrepôts logistiques. Ils privilégient les implantations industrielles, porteuses de plus de retombées économiques locales et génératrices de plus d emplois. Cependant, le développement d entrepôts destinés aux acteurs du commerce électronique suscite leur intérêt. Ils estiment que ces espaces logistiques consacrés au commerce électronique nécessitent un investissement supérieur de 10 à 15 % comparé aux entrepôts logistiques traditionnels, favorisent le déploiement de hautes technologies (logiciels, cloud computing, etc.) et attirent l implantation locale d industries complémentaires (services de livraison). Le changement structurel actuel du marché du commerce en ligne, caractérisé par un gain de parts de marché des sites B2C sur les sites C2C, a des conséquences sur la chaine logistique. Le modèle C2C, traditionnellement dominant ces dernières années, n a pas été un facteur important de la demande d entrepôts, ce marché étant essentiellement constitué de petits vendeurs stockant leurs marchandises de manière globalement informelle. En revanche, il est un facteur déterminant de la croissance des services de livraison en express. A l inverse, le modèle B2C porté par la demande de produits et de services d une qualité supérieure et par la présence de détaillants traditionnels qui y voient un moyen rentable d établir une présence en ligne et d étendre leurs marchés, nécessite de disposer d un réseau d entrepôts et d un service de livraison efficace. II. Plusieurs modèles logistiques cohabitent pour répondre aux spécificités du commerce électronique Les acteurs du commerce électronique sont à la recherche d installations modernes et de services logistiques de haute qualité leur permettant de développer efficacement leurs capacités de distribution. Trois stratégies de développement (souvent complémentaires) s offrent à eux. (i) Traditionnellement, les acteurs du commerce électronique B2C externalisent les services de ramassage et la livraison aux entreprises traditionnelles de logistique. A l instar du commerce C2C, ils s appuient en partie sur les sociétés de service de livraison en express. Ils ont également recours à des prestataires ayant la responsabilité d exécuter une partie plus ou moins importante de la logistique (entrepôt, transport, services associés). Ils louent ainsi les services de compagnies de l immobilier logistique, notamment le singapourien Global Logistic Properties (GLP), l australien Goodman, l américain Prologis ou encore les compagnies chinoises du secteur (China South City, etc.). Goodman compte ainsi pour clients Alibaba, Vipshop et Jumei, tandis qu Amazon, Vancl et JD.com figurent parmi les 10 premiers locataires de GLP en Chine en Le commerce électronique occupe une part croissante de l activité des acteurs de l immobilier logistique. Les entreprises de commerce électronique ont ainsi représenté 20 % de l espace loué par GLP en Chine au cours de l exercice 2013 (se terminant au 31 mars), contre 4 % pour l exercice Cette croissance des besoins de plateformes logistiques, liée en partie au commerce électronique, a conduit GLP à lancer un fonds d infrastructure de 3 Mds USD en Chine en novembre dernier, et à céder en février 2014, 34 % des parts de sa filiale en Chine à des investisseurs chinois (Bank of China, Hopu) afin de lever 2,5 Mds USD nécessaires au développement de ses infrastructures. L externalisation des services conduit toutefois à de sérieux engorgements en période de pointe,

12 notamment lors des jours de grande promotion (11 novembre, etc.). En outre, la dégradation des services suite à la concurrence des prix entre les prestataires, a conduit les plateformes de commerce au détail en ligne à investir dans des entreprises de logistique existantes ou à disposer de leur propre système de livraison. (ii) Les acteurs du commerce électronique investissent dans des entreprises de logistique existantes et forment des partenariats stratégiques avec elles, cela avec plus ou moins de succès. En 2010, Alibaba a ainsi investi 70 millions de CNY pour 30 % de la compagnie privée de livraison Stars Express, fondée en 2008, investissement hasardeux la société faisant faillite en Alibaba a renouvelé l expérience fin 2013, en scellant une alliance stratégique dans la logistique avec le leader de l électroménager chinois, Haier Electronics, au terme de laquelle il effectuera une série d investissements de 360 millions USD dans la société chinoise. Sur ce total, 240 millions USD seront investis dans sa filiale, Goodaymart, dédié à la logistique de produits blancs. Couvrant communes chinoises, Goodaymart dispose aujourd hui de neuf bases d entrepôts nationales, de 90 centres de livraisons, ainsi que d une surface de 2 millions m 2 d entrepôts. Le groupe Tencent, leader de l Internet chinois cherchant à se renforcer dans le commerce électronique, a acquis en janvier dernier 9,9 % de l opérateur logistique chinois China South City Holdings Ltd (CSC), pour un investissement de 193,5 millions USD. Cette acquisition, complétée par un accord de coopération stratégique, doit permettre une intégration des services «physiques» et «en ligne», conduisant CSC à développer des services de commerce électronique en utilisant la technologie de Tencent (paiement en ligne, etc.) et Tencent à s appuyer sur le réseau d entrepôts et les services logistiques de CSC pour développer ses activités B2C. (iii) Les acteurs du commerce électrique entendent disposer de leur propre réseau logistique interne. Certains acteurs ont tout d abord développé leur propre service de livraison en express, après avoir obtenu l autorisation des autorités postales chinoises. JD.com a ainsi obtenu en 2012 une licence pour effectuer des services de livraison express en Chine. D autres plateformes de commerce au détail en ligne tels que Vancl, Vipshop et Yihaodian disposent également d une licence. Les acteurs dominants investissent également dans la création d un réseau logistique intégré. Alibaba a pris la tête d un pool de 8 investisseurs (dont le groupe Fosun, mais également les compagnies chinoises de livraison en express SF- Express, Shentong Express, ZTO Courier, YTO Express et Yunda Express) pour créer la société Cainiao Network Technology Co. Inaugurée en mai 2013, elle est appelée à fédérer les principaux groupes privés chinois spécialisés dans la logistique en Chine et intéressés par le potentiel dérivé d un maillage plus fin de centaines de villes chinoises entre elles. Ce programme, d un investissement initial de 100 Mds CNY, doit conduire à la mise en place d un réseau (China Smart Logistics Network) devant permettre d effectuer les livraisons en 24h à l horizon 2020 sur l ensemble du territoire chinois, contre plusieurs jours actuellement. A cette fin, l établissement d une vingtaine de plateformes logistiques est projeté à l horizon Alibaba a procédé fin 2013 au lancement des premières négociations portant sur l acquisition de vastes emprises foncières en Chine destinées à accueillir les plateformes logistiques nationales et internationales du groupe. Cette politique d Alibaba vise à rattraper un certain retard sur son principal concurrent dans le segment B2C, le groupe JD.com. Ses gains de parts de marché ces dernières années (11 % en 2010, 22,4 % en 2013) reposent en partie dans la mise en place d une politique de gestion intégrée des services logistiques. Cette dernière, à coup d investissements significatifs, a conduit JD.com à détenir fin 2013 l un des rares réseaux intégrés de logistique chez un acteur du commerce électronique. JD disposait de 82 entrepôts répartis dans 34 villes, de postes de livraisons et de 209 postes d approvisionnement dans 460 villes. La répartition de la masse salariale du groupe est significative de l importance accordée à la logistique : fin 2013, le groupe employait salariés, consacrés à 68,5 % ( personnes) aux services de logistique, dont 70 % ( salariés) aux services de livraison, les 30 % restants (8 000 employés) étant spécialisés dans la gestion des entrepôts. *** La contrainte logistique devrait à court terme conduire à assainir le marché du commerce électronique. L investissement dans l infrastructure de distribution est un élément clé de la stratégie de croissance des acteurs du commerce électronique. Les petits acteurs seront de fait exclus du marché ou contraints de se rapprocher d acteurs plus grands avec qui ils sont en concurrence actuellement. La loi révisée sur les droits et protections des consommateurs (entrée en application le 15 mars) devrait renforcer cette tendance : les clients disposent désormais d un délai de réflexion de sept jours au cours duquel ils peuvent obtenir le remboursement des achats effectués en ligne, à charge également pour les vendeurs en ligne d assurer la logistique (souvent le paiement) des produits renvoyés. Raphaël Péquignot

13 6- Les sociétés internet chinoises développent leur offre de produits financiers Les sociétés internet chinoises ont progressivement développé une large gamme de produits financiers : services de paiements, solutions de financement, fonds d investissement. Cette offre complète celle des banques, en ciblant les petites et micro-entreprises, les auto-entrepreneurs et les particuliers. Mais, en commercialisant des fonds du marché monétaire, les sociétés internet contribuent également à l augmentation du coût de financement des banques chinoises. 1. Les sociétés internet chinoises proposent désormais une large gamme de produits financiers Le développement du commerce en ligne s est accompagné de l émergence d une offre de services de paiements sur internet. Le commerce en ligne connaît une forte croissance en Chine, avec une hausse du montant des ventes de détail en ligne de 43% en 2013 en glissement annuel pour atteindre Mds CNY, soit 7,7% du total des ventes de biens de consommation. Les achats en ligne peuvent être réglés à la livraison, par carte bancaire ou via un prestataire de services de paiement sur internet. Les principales sociétés internet ont ainsi crée leurs propres services de paiement, dont le modèle économique repose sur la mise en place de commissions commerçant calculées en fonction du montant des opérations. C est notamment le cas d Alibaba, qui propose un service de paiement, Alipay, sur ses places de marché alibaba.com pour le B2B, Taobao.com pour le C2C et Tmall.com pour le B2C. Ce service, qui a étendu son périmètre d utilisation en dehors des entités du groupe, est de loin le leader des prestataires de services de paiement en ligne avec, selon IResearch Consulting Group, une part de marché de près de 5. Tenpay, de la société Tencent, possède une part de marché de 2. Les sociétés internet offrent également des solutions de financement. Alibaba a ainsi créé Alifinance, qui commercialise des prêts de petit montant auprès des entreprises et des particuliers enregistrés sur les plateformes d échange du groupe. Alifinance propose depuis 2008 des prêts aux commerçants d un montant unitaire maximal d un million CNY et d une maturité pouvant aller jusqu à six mois. L activité d Alipay connait des pics d activité qui peuvent atteindre plus de prêts accordés en une journée. De mi-2010 jusqu à fin 2013, Alipay a octroyé des prêts à plus de emprunteurs pour un total de 160 Mds CNY et un encours à fin juin 2013 de 12 Mds CNY. Par ailleurs, Alipay a annoncé le lancement prochain d une offre de prêts à la consommation pour le règlement des achats sur Taobao.com ou Tmall.com. Le montant maximal du prêt serait fixé selon la presse à CNY, avec un délai de grâce de 38 jours. Les frais seraient compris entre 0,8 et 1% du montant de la transaction, soit un pourcentage nettement inférieur à celui appliqué en cas de recours à une carte de crédit (entre 2 et 3%). Enfin, les sociétés internet ont récemment débuté la commercialisation de fonds d investissement. En juin 2013, Alipay a lancé un nouveau produit, nommé Yuebao, qui crée un tunnel entre les comptes Alipay, non rémunérés, et Zenglibao, un fonds du marché monétaire géré par Tianhong Fund Management Company. Les taux servis par ce fonds sont nettement supérieurs à la rémunération des dépôts à vue : les taux sur le marché monétaire sont actuellement supérieurs à 5%, alors que les dépôts à vue sont rémunérés au maximum à 0,385% (soit le taux de référence fixé par la PBoC, 0,35%, augmenté de 1, la marge de manœuvre octroyée par la banque centrale aux établissements de crédit). Le rendement et la facilité d utilisation de Yuebao expliquent le succès du produit. A fin février 2014, soit neuf mois après le lancement du fonds, son encours atteignait plus de 500 Mds CNY, ce qui représentait environ le tiers de l encours total des 105 fonds du marché monétaire commercialisés à cette date en Chine. Selon Yuebao, les fonds levés sont placés à plus de 9 dans des dépôts auprès de 29 banques sélectionnées, dont les cinq grandes banques nationales et les 12 joint-stock commercial banks. 2. Les sociétés internet complètent l offre du secteur financier traditionnel, avec lequel elle passe également des alliances Les sociétés internet occupent en partie des segments de marché délaissés par le secteur financier traditionnel. Les sociétés internet servent des acteurs qui peinent à se financer auprès du secteur bancaire. Dans son rapport sur l exécution de la politique monétaire au deuxième trimestre 2013, la PBoC souligne ainsi que les sociétés internet, par la réduction des coûts de transaction et la diversification des risques, améliorent la couverture des services financiers, au bénéfice des petites et micro-entreprises, des auto-entrepreneurs et des particuliers. La Banque centrale souligne également qu Alibaba, grâce à l analyse des comportements et des préférences des utilisateurs de ses places de marché, affiche un taux de créances douteuses à fin 2013 de moins que 1%, comparable à la moyenne du secteur bancaire. Les sociétés internet s allient avec le secteur financier pour lancer de nouveaux produits ou améliorer les processus de gestion. Alibaba a ainsi lancé en novembre 2013 avec Tencent et le groupe d assurance Pingan la première société d assurance chinoise entièrement en ligne, Zhongan Online Property Insurance. La société entend proposer une gamme d assurances innovantes pour

14 les biens, les transports et la responsabilité civile. Est d ores et déjà commercialisée une assurance couvrant les commerçants électroniques contre les réclamations de leurs clients. En novembre 2013 également, Alibaba a débuté la vente d une offre de gestion des données internet à destination des institutions financières de petite taille : banques, maisons de titres et sociétés de gestion de fonds. Plusieurs banques commerciales urbaines (city banks), telles que Bank of Bohai, Bank of Donghai, et Wujiang Commercial Bank ont adopté la solution proposée par Alibaba et ont annoncé une réduction de 7 du coût de traitement de leurs services de banque en ligne. 3. L offre des sociétés internet pourrait avoir une forte incidence sur le coût des ressources bancaires Le développement des fonds du marché monétaire transforme des dépôts à vue bon marché en ressources coûteuses. A fin juin 2013, l encours des fonds du marché monétaire s établissait à 304 Mds CNY, soit 3,1% du total des dépôts à vue. Avec le lancement de Yuebao, cet encours a fortement progressé pour atteindre Mds CNY à fin février 2014, soit 7,9% du total des dépôts à vue des particuliers. Pour illustrer l incidence sur les coûts de financement des banques de la transformation des dépôts à vue en fonds du marché monétaire, on soulignera qu à fin février 2014 les Mds CNY d encours de fonds du marché monétaire coutaient quotidiennement, sur la base d un taux à 5%, 195 millions CNY. Les Mds CNY de dépôts à vue des particuliers à la même date, soit 17% du total des dépôts bancaires, ne coutaient quotidiennement que 190 millions CNY, sur la base d un taux d intérêt à 0,385%, correspondant au maximum autorisé par la Banque centrale. La pression sur les ressources des banques est donc accrue. Les banques se livrent d ores et déjà à une forte concurrence pour attirer les dépôts via l émission de produit structurés (wealth management products). Mais les fonds du marché monétaire commercialisés sur internet présentent plusieurs caractéristiques avantageuses : leur liquidité est immédiate, alors que les produits structurés ont une maturité d au moins 30 jours ; l investissement minimal est de 1 CNY contre un plancher généralement fixé à CNY pour les produits structurés ; les frais prélevés par les gestionnaires des fonds sont très faibles. Les banques ont réagi à cette concurrence en imposant des limites aux montants unitaires ou quotidiens que leurs clients peuvent virer sur Yueabao. Les autorités chinoises entendent renforcer la supervision de la finance sur internet. De source officieuse, le Conseil des affaires d'etat a émis en décembre 2013 une directive visant à clarifier les caractéristiques du shadow banking, ainsi que les modalités de sa supervision. Les fonds monétaires y seraient classés parmi les secteurs dont l activité est insuffisamment réglementée. A la mi-février 2014, la China Securities Regulatory Commission (CSRC) a annoncé qu elle travaillait, en liaison avec d autres régulateurs, à la rédaction d une réglementation relative à la finance sur internet. Tout en se déclarant dans l ensemble favorable au développement de ce secteur, la CSRC a évoqué, sans les préciser, les caractéristiques uniques de la finance sur internet, qui justifient la publication de règles spécifiques. D après la presse, les autorités de régulation pourraient s orienter vers l application d un mécanisme similaire aux réserves obligatoires pour les fonds du type de ceux commercialisé par Yuebao ou alors plafonner le montant des transactions effectuées via des services de paiement par internet. Par ailleurs, à la mi-mars, la PBoC a annoncé la suspension de l'utilisation des cartes de crédit en ligne (cartes de crédit virtuelles) de Tencent et Alipay, ainsi que des paiements par scannage de code QR par l intermédiaire d un appareil mobile. Selon un responsable anonyme de la Banque centrale, cité par l agence de presse officielle Xinhua, cette décision serait motivée par la nécessité de s assurer de la sécurité de ces solutions de paiement mais aussi de garantir une égalité de traitement réglementaire entre les cartes physiques et les cartes virtuelles. Les sociétés internet participent au processus de libéralisation des taux de rémunération des dépôts bancaires. La Banque centrale laissait entendre que cette libéralisation concernerait d abord les dépôts de montant élevé et de maturité longue. Mais le succès des fonds du marché monétaire commercialisés en ligne pourrait conduire à une très forte augmentation du coût des dépôts de faible montant et de très court terme et peser sur la rentabilité des banques, à une période où elles doivent déjà composer avec l apparition des premiers défauts sur les marchés obligataires ainsi que sur les produits de shadow banking. Il reste que les sociétés internet ont lancé leurs produits dans un contexte très favorable, marqué par des taux interbancaires élevés et le soutien implicite des régulateurs. Elles doivent désormais confirmer la viabilité de leur modèle alors que les taux ont nettement diminué et que se profile un durcissement de la réglementation. Christian Masson, JI Tianhe Service économique régional de Pékin

15 Indice PMI des directeurs d'achats (mensuel) DG Trésor PIB : La Chine s engage à prendre des mesures plus strictes pour réduire ses surcapacités Production Croissance de la valeur ajoutée industrielle (% g.a.) Métallurgie et Technologies Croissance mensuelle lissée en glissement annuel Croissance de la production (% g.a.) 25% 2 15% 1 5% Acier brut Fonte -1 déc. 07 déc. 08 déc. 09 déc. 10 déc. 11 déc. 12 déc Valeur ajoutée industrielle Produits finis Ordinateurs Automobile Circuits intégrés -4 nov. 07 nov. 08 nov. 09 nov. 10 nov. 11 nov. 12 nov. 13 Indice PMI des directeurs d achat Métaux non ferreux Industrie lourde Indice PMI Industrie légère janv. 07 janv. 08 janv. 09 janv. 10 janv. 11 janv. 12 janv. 13 janv. 14 Téléphones mobiles Nouvelles commandes Etat des stocks 30 févr. 09 févr. 10 févr. 11 févr. 12 févr. 13 févr. 14 Croissance de la valeur ajoutée industrielle janvier 2014 (g.a.) +8,6% Moyenne sur 12 mois +9,6% Le ministère de l'industrie et des Technologies de l'information (MIIT) a annoncé que la Chine interdirait de nouveaux projets dans l'acier, le ciment, l'aluminium électrolytique, le verre plat et les industries de construction navale jusqu en 2017, tout en éliminant progressivement les infrastructures obsolètes existantes via l application plus stricte de normes environnementales et d efficacité énergétique. La production de ciment en Chine a atteint 2,41 milliards de tonnes en 2013, soit une hausse de 9,6% en g.a. tandis que la production de verre plat s est établie à 778,9 millions de boîtes, soit une hausse de 11,2% en g.a.. L'industrie des matériaux de construction a réalisé 452,6 Mds CNY (73 Mds USD) de bénéfices en 2013, réalisant ainsi une croissance de 18,2% en g.a.. Ces secteurs restent cependant fortement touchés par les surcapacités en dépit de l élimination des capacités de production obsolètes de 73 millions de tonnes de ciment et 105,4 millions de boîtes de verre plat en 2013 selon les objectifs du MIIT. Croissance de la production d acier brut décembre 2013 (g.a.) +8,1% Moyenne sur 12 mois + 9,3% La consommation d'or de la Chine a atteint 1 176,4 tonnes en 2013, soit une hausse de 41,36% en g.a.. tandis que la production nationale d or s est élevée à 428 tonnes, soit une hausse de 6% en g.a., maintenant la Chine à la place du plus grand producteur mondial d'or pour la septième année consécutive. Cette forte hausse de la consommation est principalement attribuée à la demande croissante du pays en bijoux et lingots d'or dont les ventes ont enregistré des hausses respectives de 42,52% et 56,57% en g.a. pour atteindre 716,5 tonnes et 375,73 tonnes. L'industrie chinoise des terres rares a subi une forte baisse de ses bénéfices en 2013, malgré une augmentation modérée de ses revenus. Les revenus du secteur ont ainsi atteint près de 77 Mds CNY (12,6 Mds USD) en 2013, en hausse de 7,9% en g.a., tandis que les bénéfices ont chuté de 28,1% à 7,7 Mds CNY (1,26 Md USD), principalement en raison de la baisse des prix. Le MIIT a accordé un second lot de licences à huit entreprises privées pour la revente de certains services mobiles. Ces licences permettent aux entreprises, dont Gome et Suning, de s'associer et d entrer en concurrence avec les opérateurs traditionnels par la revente de services mobiles. Pour obtenir les licences, les entreprises privées ont toutefois dû signer un accord de coopération avec l'un des trois opérateurs classiques, China Mobile, China Unicom et China Telecom. Purchasing Manager s Index février 2014 (indice) 50,2 Moyenne sur 12 mois 50,8 L'indice Purchasing Managers' index (PMI) officiel s'élève à 50,2 points au mois de février. La majorité des sous-indices a enregistré une contraction sur le mois avec les sous-indices pour la production et pour les nouvelles commandes qui ont perdu chacun 0,4 point et s'établissaient respectivement à 52,6 points et 50,5 points tandis que les sous-indices pour les nouvelles commandes à l'export et pour les importations ont également décliné pour atteindre 48,2 points et 46,5 points au mois de février. En revanche, le sous-indice relatif aux prévisions sur la production et l'activité a enregistré une hausse et s'établissait à 61,8 points. Par ailleurs, l'indice PMI final d'hsbc qui donne plus de poids au secteur privé, s'établissait à 48,5. L'indice PMI pour le secteur non manufacturier s'est établi à 55 points au mois de février, soit une augmentation de 1,6 point par rapport à l'indice du mois de janvier

16 RETRAITES : Le solde des fonds de pension enregistre un excédent de plus de 65 Mds USD en 2013 Ventes de détail +11,8% Croissance janvier 2014 (g.a.) nominale des ventes de détail Moyenne sur 12 mois +13, Les ventes d'automobiles ont atteint 2,16 millions d'unités au cours du mois de janvier, soit une hausse de 6% en g.a., dont 1,85 million de voitures particulières, en hausse de 7,03% en g.a.. Ce fort ralentissement de la croissance des ventes d automobiles est dû à une stagnation des ventes de véhicules commerciaux qui représentent 15% du marché ainsi qu'aux effets du Nouvel an chinois induisant une baisse du nombre de jours ouvrés sur le mois de février et la prise de congés de vendeurs pendant la période. Investissement Emploi / Salaires 1,20 1,15 1,10 Croissance (%, glissement annuel) Croissance des ventes de détail (glissement annuel) 25% 2 15% 1 5% Croissance nominale Croissance réelle 4 35% 3 25% 2 15% 1 5% 1,05 1,00 0,95 0,90 0,85 0,80 0,75 janv. 08 janv. 09 janv. 10 janv. 11 janv. 12 janv. 13 janv. 14 Croissance de l'investissement par secteurs (% g.a.) Autres secteurs Immobilier Secteur manufacturier janv. 10 juil. 10 janv. 11 juil. 11 janv. 12 juil. 12 janv. 13 juil. 13 janv. 14 Régions de l'est Régions centrales Ratio national Régions de l'ouest Un ratio inférieur à 1,00 signale un excédent de main d'oeuvre, Un ratio supérieur à 1,00 une pénurie de main d'oeuvre +17,9% Croissance des janvier 2014 (g.a.) dépenses d investissement Moyenne sur 12 mois +19,6% D'une longueur totale de 123 kilomètres, le tunnel ferroviaire en projet devrait relier Yantai (province du Shandong) à Dalian (province du Liaoning), et permettre d éviter un détour de près de 1400 km le long des côtes du golfe de Bohai. Le projet devrait être soumis à la décision du Conseil des Affaires d'etat en avril, avec un objectif de début des travaux prévu en 2015 ou 2016 et une ouverture en Le coût de l'infrastructure est estimé à 220 Mds CNY (26,5 Mds EUR). Les plus longs tunnels ferroviaires sous-marins actuellement en service mesurent moins de la moitié de la distance entre Yantai et Dalian (54 km pour le tunnel du Seikan au Japon et 50 km pour le tunnel sous la Manche). Croissance du salaire moyen 3 ème trim (g.a) +11, Moyenne sur 12 mois +11, Le Vice-ministre des ressources humaines et de la sécurité sociale HU Xiaoyi a déclaré que le solde total des fonds de pension pour les employés urbains, les chômeurs urbains et les résidents ruraux s'élevait à CNY (506,6 Mds USD) à la fin de l'année 2013 dont Mds CNY (457,6 Mds USD) pour les employés urbains enregistrés. Sur l'année 2013, les revenus des cotisations de retraites des travailleurs urbains ont atteint Mds CNY (367,7 Mds USD) tandis que les versements ont atteint Mds CNY (300,7 Mds USD), soit un excédent de 400 Mds CNY (65,4 Mds USD). 0,70 déc. 09 mars 10 juin 10 sept. 10 déc. 10 mars 11 juin 11 sept. 11 déc. 11 mars 12 juin 12 sept. 12 déc. 12 mars 13 juin 13 sept. 13 déc. 13 Inflation 15% 1 5% Indice des prix à la consommation (IPC) Indice des prix à la consommation janvier 2014 (g.a.) +2,5% = Moyenne sur 12 mois +2,7% L'indice des prix à la consommation (IPC) a enregistré une croissance de 2,5% en g.a. au mois de janvier soit un taux identique à celui enregistré au mois de décembre En base mensuelle, la croissance de l'ipc a atteint 1%. Par ailleurs l'indice des prix à la production PPI a baissé de -1,6% en g.a. au mois de janvier, ce qui représente la plus forte baisse enregistrée depuis le mois d'août % Indice des prix à la production -1 IPC hors alimentation

17 Relations franco-chinoises : La 22 ème commission mixte franco-chinoise s est tenue à Paris le 24 février Croissance sur trois mois, glissement annuel Croissance sur trois mois, en glissement annuel Echanges commerciaux Croissance mensuelle en glissement annuel janv. 08 janv. 09 janv. 10 janv. 11 janv. 12 janv. 13 janv. 14 Commerce par destinations 18% 16% 14% 12% 1 8% 6% 4% 2% Solde commercial (échelle de droite) Importations (échelle de gauche) Exportations (échelle de gauche) Exportations Importations ASEAN UE Etats-Unis Japon Brésil, Russie, Inde Valeur (Mds USD) Croissance des exportations janvier 2014 (g.a.) +10,6% Moyenne sur 12 mois +7,4% Le volume du commerce extérieur a atteint 382,4 Mds USD au mois de janvier, soit une progression de +10,6% en g.a.. Les exportations se sont établies à 207,1 Mds USD, soit une hausse de +10,5% en g.a. tandis que les importations ont atteint 175,3 Mds USD, soit une hausse de +10,8% en g.a. portant l'excédent commercial à 31,9 Mds USD, soit une progression de 9,6% en g.a.. Les échanges avec les Etats-Unis et l Union européenne enregistrent respectivement des progressions de 11,9% et 17,7% en g.a. Les échanges franco-chinois se situent audessus de la moyenne européenne avec une hausse enregistrée de +23,8% en g.a.. Croissance des exportations vers l UE janvier 2014 (g.a.) +19,2% Moyenne sur 12 mois +3, Le ministre chinois du Commerce GAO Hucheng et la ministre du Commerce extérieur Nicole BRICQ ont tenu la 22e Commission mixte franco-chinoise pour le commerce et l économie. Les deux parties ont exprimé leur volonté de «rééquilibrer leurs échanges commerciaux». Sur le plan des investissements, le ministre chinois GAO Hucheng s'est félicité des mesures prises pour faciliter le déplacement des étudiants et des hommes d'affaires chinois en France annoncées le 17 février par le président Hollande. Les deux ministres ont également déclaré que l'europe et la Chine œuvraient vers un compromis sur l'enquête ouverte en Chine sur les conditions d'exportation des vins européens. Cette rencontre avait pour but de préparer le volet économique et commercial de la visite d Etat du Président de la République populaire de Chine en France, prévue fin mars La Chine et le Sri Lanka pourraient conclure un accord bilatéral de libre-échange d ici la fin de l année 2014, a annoncé le ministre des Affaires étrangères sri-lankais G.L. PEIRIS à l occasion de sa visite officielle à Pékin. Les relations sino-sri lankaises ont en outre été élevées au rang de partenariat coopératif stratégique. Commerce par secteurs 5 Exportations 4 Importations Croissance des exportations électroniques janvier 2014 (g.a.) -1,9% Moyenne sur 12 mois +13, A l occasion de sa visite à Bagdad, le ministre des Affaires étrangères chinois WANG Yi s est engagé à augmenter les investissements chinois en Irak dans le secteur pétrolier et les infrastructures. La Chine participera également aux grands projets de développement de l électricité, des télécommunications et de l industrie portuaire, a-t-il ajouté. Il s agit de la première visite gouvernementale chinoise depuis La Chine est le premier partenaire commercial de l Irak. Les échanges commerciaux sino-irakiens ont été multipliés par 10 en 5 ans, et s élèvent à 18,7 Mds EUR fin 2013, (+37% par rapport à 2012) selon les douanes chinoises, dont 72% sont dus aux importations chinoises de pétrole. -1 Produits minéraux Textile Equipements électriques Véhicules Produits métallurgiques

18 Croissance mensuelle en glissement annuel DG Trésor SECTEUR BANCAIRE : Le taux de créances douteuses s établissait à 1% à fin 2013 Taux d intérêt Ratios de réserves obligatoires Taux 25, 20, 15, 10, 5, Rémunération des dépôts 0, févr. 08 févr. 09 févr. 10 févr. 11 févr. 12 févr. 13 févr % Ratio de réserves obligatoires 5 Grandes banques Autres banques commerciales Taux prêteur de référence Taux prêteur de référence RRR Au 01/03/2014 (%) 6,00 = Au 01/03/2014 (%) grandes banques / autres 20,0/18,0 = La PBoC a émis des règles visant à réguler les investissements des produits structurés sur le marché obligataire interbancaire. Ces règles forcent notamment les banques à séparer strictement les actifs du bilan et du hors bilan afin d'éviter qu elles ne procèdent à des transferts d'actifs entre leur bilan et leurs comptes de produits structurés hors bilan pour répondre à un besoin de trésorerie. Les banques commerciales qui investissent des fonds de produits structurés dans les obligations négociées sur le marché interbancaire de Shanghai devront ainsi établir des comptes distincts pour chaque produit avec seulement quelques exceptions lorsque par exemple un produit est géré par plusieurs banques. Les nouvelles règles définissent également des exigences minimums à remplir pour ouvrir des comptes de produits structurés en vue de négocier sur le marché interbancaire. 14% 12% CHIBOR overnight Taux (%) 1 8% Taux repo à 28 jours 6% 4% 2% Taux des obligations PBoC à trois mois Masse monétaire Monnaie de réserve Croissance de l agrégat M2 janvier 2014 (g.a.) +13,2% Moyenne sur 12 mois +14,6% Le montant des nouveaux prêts libellés en CNY octroyés sur le mois de janvier par les banques chinoises a atteint Mds CNY (216 Mds USD), soit une augmentation de 246,9 Mds CNY (40,4 Mds USD) en g.a. et le montant le plus élevé depuis quatre ans. L'agrégat du financement social du pays, qui mesure le montant total de fonds levés pour le financement de l'économie réelle a atteint Mds CNY (422,2 Mds USD), soit 39,9 Mds CNY (6,5 Mds USD) de plus qu'en M2 (monnaie et quasi-monnaie) déc. 07 déc. 08 déc. 09 déc. 10 déc. 11 déc. 12 déc. 13 Crédit bancaire Croissance (glissement annuel) 4 35% 3 25% 2 15% Ratio Crédits/ Dépôts (échelle de droite) Dépôts bancaires (échelle de gauche) Crédits bancaire (échelle de gauche) 1 1 janv. 08 janv. 09 janv. 10 janv. 11 janv. 12 janv. 13 janv Ratio (%) Croissance du crédit bancaire janvier 2014 (g.a.) +14,3% Moyenne sur 12 mois +14,4% La Commission de supervision bancaire de Chine (CBRC) a annoncé que les investisseurs privés seraient autorisés à établir des banques commerciales rurales afin de soutenir le développement des campagnes. Les créances douteuses des banques commerciales ont atteint 592,1 Mds CNY (96,8 Mds USD) à la fin du dernier trimestre de l'année 2013, portant le ratio de créances douteuses à 1%, une hausse de 0,03 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre de 2013 et le niveau le plus élevé enregistré sur l'année. La quasi-totalité des prêteurs chinois a enregistré une hausse du ratio de créances douteuses tandis que les banques étrangères ont enregistré une baisse de 0,06 point de pourcentage de ce ratio par rapport au troisième trimestre Par ailleurs, les banques commerciales ont engrangé un bénéfice net de Mds CNY (231,8 Mds USD) en 2013 avec une marge d'intérêt nette de 2,68% tandis que les ratios core tier one, tier one et le capital adequacy ratio s'établissaient respectivement à 9,59%, 9,95% et 12,19% à la fin de

19 ZONE DE LIBRE-ECHANGE DE SHANGHAI : La SAFE apporte des clarifications sur les activités de change de devises CNY/USD CNY/EUR Variation base=100 au 1er janvier 2005 Réserves de change Mds USD Variation depuis le 31/12/2011 Au 28/02/ ,93% -2,71% Le siège de Shanghai de la Banque populaire de Chine (PBoC) a autorisé cinq entreprises de paiement (Allipay, 99Bill, China Pay, Dongfang Electronics et Shengpay) à traiter des règlements transfrontaliers libellés en CNY dans la zone de libre-échange de Shanghai. Ces entreprises devront au préalable ouvrir chacune un compte dans les filiales de banques dans la zone de Shanghai destinés aux opérations transfrontalières en CNY. Ce nouveau service permettra d'accroître les achats en ligne sur les sites offshore pour les Chinois. L'agence de Shanghai du Bureau national de contrôle des devises étrangères (SAFE) a précisé les détails des nouvelles mesures relatives aux activités de change de devises dans la zone de libreéchange pilote de Shanghai : assouplissement de la gestion des crédits et des dettes, retrait des exigences d'autorisation sur les garanties transfrontalières et hausse du plafond des prêts en devises pour les entreprises dans la zone. décembre 2013 (g.mensuel) +0,8% Moyenne sur 12 mois +1,2% La Chine a attiré 10,8 Mds USD d'investissements directs étrangers en janvier, soit une croissance de 16,1% en g.a.. 58,6% des flux d'ide (6,3 Mds USD) concernaient l industrie des services, tandis que les IDE dans le secteur manufacturier, en particulier l industrie des équipements de transports, ont régressé de 21,7% en g.a.. Les flux d'ide dans les secteurs des services de distribution ainsi que des équipements de télécommunications et de l informatique ont en revanche enregistré des croissances respectives de 7,4% et 9,2% en g.a.. Les flux d IDE sortants ont enregistré une forte progression (+47,2% en g.a.) à 7,2 Mds USD, attribuée principalement par le ministère du commerce chinois à un bond de 50 en g.a. des investissements vers le Japon. L'achat net par la Chine de titres du Trésor américain a augmenté de 48,5 Mds USD en 2013, il s agit de la deuxième croissance la plus importante derrière le Japon (+71,3 Mds USD en 2013), portant le total à Mds USD fin La Chine demeure ainsi le premier créancier des Etats-Unis. Croissance des réserves de change FINANCES PUBLIQUES : Les revenus provenant des cessions de terrains ont atteint un niveau record en 2013 Budget IDE (échelle de gauche) Réserves de change (échelle de droite) Solde commercial Autres flux de devises (échelle de gauche) (échelles de gauche) -120 déc. 07 déc. 08 déc. 09 déc. 10 déc. 11 déc. 12 déc Taux de change effectif réel DEPENSES (EG) CNYEUR (nominal) RECETTES (EG) CNYUSD (nominal) Taux de change effectif nominal févr. 09 août 09 févr. 10 août 10 févr. 11 août 11 févr. 12 août 12 févr. 13 août 13 févr. 14 Variation mensuelle % , Croissance des recettes janvier 2014 (g.a.) fiscales de l Etat Moyenne sur 12 mois +11,1% En 2013 le revenu national en provenance des cessions de droit d usage des terrains appartenant à l'etat s est établi pour la première fois à plus de Mds CNY (645,6 Mds USD) enregistrant ainsi un nouveau record historique. Les revenus des cessions cumulés depuis 2008 s'établissent à Mds CNY (2 550,7 Mds USD) SOLDE BUDGETAIRE SUR 12 MOIS GLISSANTS (ED) janv. 08 janv. 09 janv. 10 janv. 11 janv. 12 janv. 13 janv

20 REFORME FINANCIERE : La Chine approuve une nouvelle zone financière pilote à Qingdao Marchés boursiers févr. 10 Valeurs commerciales Indice Composite mai 10 0 août 10 nov. 10 févr. 11 mai 11 Bourse de Shenzhen Valeursimmobilières Shenzhen Composite Bourse de Shanghai août 11 nov. 11 Valeurs immobilières Valeurs industrielles févr. 12 mai 12 août 12 nov. 12 févr. 13 Valeurs financières mai 13 août 13 nov. 13 févr Valeurs technologiques Variation sur un mois du Shanghai Composite Index (28/02/2014) +1,1% Variation sur un mois du Shenzhen Composite Index (28/02/2014) +0,9% La PBoC a émis une notification exigeant de la chambre de compensation de Shanghai qu'elle unifie les opérations de compensation des produits dérivés financiers sur le marché de gré à gré. Par ailleurs, l'ensemble des procédures de compensation qualifiées des swaps de taux d'intérêt du CNY devront être soumises à la chambre de compensation de Shanghai ou bien expliquées à la PBoC. Le gouvernement de la ville de Qingdao (province du Shandong) a annoncé que 11 ministères et commissions dont NDRC avaient approuvé la mise en place d'une nouvelle zone pilote financière pour les produits structurés dans la ville. Cette zone a pour objectif de répondre à la demande croissante pour les produits structurés et d'encourager l'innovation dans le système financier ainsi que sa supervision. La zone favorisera ainsi la mise en place d'organisations de produits structurés diversifiées et la participation du capital privé afin d'établir un marché spécialisé des produits structurés dans la ville. Marchés immobiliers Croissance mensuelle (glissement annuel) 20 Valeur des ventes Surfaces vendues -5 janv. 10 juil. 10 janv. 11 juil. 11 janv. 12 juil. 12 janv. 13 juil. 13 janv. 14 Evolution du prix, par nombre de villes et en glissement mensuel Croissance des surfaces vendues janvier 2014 (g.a.) -1,2% Moyenne sur 12 mois +19,4% En 2013 l'offre de terrains a enregistré une hausse de 5,8% en g.a. tandis que les revenus des ventes de terrains ont atteint Mds CNY (676 Mds USD), soit un nombre supérieur au record de Mds CNY (487,5 Mds USD) enregistré en Les données recueillies dans 105 villes principales de Chine ont confirmé la tendance à la hausse des prix des terrains en 2013 avec le prix moyen du mètre carré des terrains résidentiels qui a atteint CNY (829,8 USD) à la fin du dernier trimestre 2013, soit une hausse de 9% en g.a. tandis que l'offre de terrains destinés à la propriété a atteint hectares en 2013, soit une hausse de 26,8% en g.a.. Parmi les 70 villes sous revue, 62 ont enregistré une hausse des prix des logements neufs en glissement mensuel au mois de janvier, contre 65 au mois de décembre. Le prix moyen des logements neufs a augmenté de 0,4% en g.m., soit un taux de croissance inchangé par rapport au mois précédent. En glissement annuel, la croissance du prix moyen a perdu 0,2 point de pourcentage (9,5% en janvier contre 9,7% en décembre) janv. 13 avr. 13 juil. 13 oct. 13 janv. 14 Prix en hausse Prix stables Prix en baisse

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 E-COMMERCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU E-COMMERCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU E-COMMERCE... 4 L'ACTIVITÉ DU E-COMMERCE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU E-COMMERCE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

Symposium du STTP sur les services bancaires postaux Ottawa, les 26 et 27 avril 2014

Symposium du STTP sur les services bancaires postaux Ottawa, les 26 et 27 avril 2014 «L offre de marché des Postes Italiennes : principaux produits et résultats économiques» Communication sous la direction de SLP CISL Italie (deuxième partie) Symposium du STTP sur les services bancaires

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Hong Kong / Bruxelles, 9 mars 2015 Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Une croissance plus faible et une augmentation des prêts non performants attendues en 2015 Une

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Mayinlay Jewellery Holdings (Hong Kong) Co., Ltd

Mayinlay Jewellery Holdings (Hong Kong) Co., Ltd Mayinlay Jewellery Holdings (Hong Kong) Co., Ltd Agenda I. Le marché II. La société Mayinlay III. Les perspectives de développement IV. Les données financières V. Conclusion 2 1. LE MARCHÉ 3 La très forte

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques Mardi 13 janvier 2004 Karin BARLET Nous vous proposions le 25 novembre dernier un Bim sur les schémas d intervention des banques commerciales

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés COMMUNIQUE DE PRESSE Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés - Chiffre d affaires T1 11 : 204,9 millions d euros o +18,3% en données publiées o +9,2% 1 en

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 3 novembre 03 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS DU TROISIÈME TRIMESTRE ET DES NEUF PREMIERS MOIS 03 POURSUITE AU TROISIÈME TRIMESTRE DES TENDANCES CONSTATÉES AU DEUXIÈME TRIMESTRE - BONNE

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces Innovations liées au Tourisme Dématérialisation des supports Marketplaces E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions d de CA 1 000 000 Terminaux

Plus en détail

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon Amazon 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon 23 mai 2005 Meetup meeting 1 1) Activités d Amazon : missions Missions

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE EMBARGO 13 Juin 13h30 Heure de Paris Le Club Méditerranée et Fosun annoncent un partenariat stratégique en Chine Fosun acquiert une participation de 7,1 % dans le capital du Club Méditerranée

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Le Financement tde la PME. L expérience du Groupe TLG en Tunisie

Le Financement tde la PME. L expérience du Groupe TLG en Tunisie Le Financement tde la PME L expérience du Groupe TLG en Tunisie 1 La PME constitue un opérateur économique important dans l Economie tunisienne, et par conséquent un vecteur principal de la croissance

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Ministère des Finances Le 2 novembre 2015 Le 23 avril 2015, le gouvernement a annoncé des changements proposés

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier Primopierre Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Le Programme de Dématérialisation de la Commande Publique gage de transparence et de bonne gouvernance

Le Programme de Dématérialisation de la Commande Publique gage de transparence et de bonne gouvernance Rabat, le 27 juin 2013 Le Programme de Dématérialisation de la Commande Publique gage de transparence et de bonne gouvernance M. Mohamed El Amine SEGHROUCHNI mohamed.seghrouchni@tgr.gov.ma Chef de la division

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs 20 Juin 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIÉTÉ DE McKINSEY & COMPANY Toute utilisation de ce support, ainsi que

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Réf.: 25_2014/SEA/120514 AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN COTE D IVOIRE NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Pour une Règlementation SMART de l Environnement

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

440 hectares 2 milliards d euros

440 hectares 2 milliards d euros EUROSITY EUROSITY, UNE PLATEFORME SINO-EUROPéENNE UNIQUE EN EUROPE Une plateforme innovante de coopération industrielle, commerciale et académique, d une ampleur sans précédent, entre la France et la Chine,

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2

FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2 FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2 STRATEGIE DE GESTION DU FONDS STRATEGIE DE GESTION DU FONDS Le fonds investira dans un portefeuille de PME, sélectionnées pour leurs perspectives de rentabilité et

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement Fiche N : 504 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en garantie des financements bancaires Mots clés : Bpifrance, financements, investissements, international, garantie Objet : présenter

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Communiqué de Presse Bruxelles, le 31 mars 2008

Communiqué de Presse Bruxelles, le 31 mars 2008 Communiqué de Presse Bruxelles, le 31 mars 2008 Rentabiliweb triple son Résultat net qui atteint 5.1M en pro forma Objectifs 2007 de rentabilité largement dépassés EBITDA 2007 pro forma : + 238.4% à 8.4M

Plus en détail

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI PRIMOPIERRE Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting)

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting) الشراكة المؤسسة الا نتاجیة وقطاع التوزیع الواسع( بین التجزي ة) تجارة Partenariat Producteur Grande Distribution Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

À propos de nous TRIG SOCIAL

À propos de nous TRIG SOCIAL FR Equity Story À propos de nous Trig Social Media AB (publ.) est une plateforme de réseaux sociaux opérant au plan international et offrant de différents produits qui favorisent la participaction active

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

La Région de Manchester

La Région de Manchester Zoom Région La Région de Manchester Sylvie Morton, Business Development Manager, Manchester s Investment and Development Agency (MIDAS) Le succès croissant qu a connu la région Manchester au cours de ces

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Country factsheet - Octobre 2013. Les États-Unis

Country factsheet - Octobre 2013. Les États-Unis Country factsheet - Octobre 2013 Les États-Unis Les États-Unis sont depuis toujours le pays numéro un sur le marché de l e-commerce. À la fin de l année 2013, ils devraient afficher un revenu de 193,3

Plus en détail

Nord Cap V. Fonds d Investissement de Proximité

Nord Cap V. Fonds d Investissement de Proximité Nord Cap V Fonds d Investissement de Proximité FIP Nord Cap V Points-Clefs Participer à la vie économique en accompagnant indirectement le développement et la transmission de PME diversifiées du Nord de

Plus en détail

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Mardi 1er septembre 2015 Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 Le dynamisme affiché par les SCPI de rendement au 1er trimestre 2015 s est poursuivi au cours deuxième trimestre.

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS EN DEUX CATÉGORIES DE CLIENTÈLE DISTINCTES DÉTAIL ET

NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS EN DEUX CATÉGORIES DE CLIENTÈLE DISTINCTES DÉTAIL ET Revue des activités de la Banque REVUE REVUE DES DES ACTIVITÉS ACTIVITÉS DE LA DE BANQUE LA BANQUE REVUE DES ACTIVITÉS DE LA BANQUE PROFIL ACTUEL DES ACTIVITÉS DE LA BANQUE NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS

Plus en détail