N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!"

Transcription

1 FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Lombalgies aigues et subaigues en soins primaires 2- Titre secondaire (anciennement titre court) de votre projet [ 90 caractères] Lombalgies aigues et subaigues 3 - Son numéro (9 chiffres) s il a déjà été attribué (c'est le cas si vous apportez une nième correction a posteriori au projet avant la clôture de l'appel à projet) Le présent document (PDF) va vous permettre de décrire en détails les caractéristiques pédagogiques et techniques de votre projet de formation. Une fois complété, vous devrez le sauvegarder parmi vos propres fichiers. Il vous faudra ensuite l associer à l action de formation correspondante en retournant dans votre espace extranet ( => Enregistrer le document ). N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! Si besoin, vous pourrez à tout moment le modifier ce document en enregistrant une nouvelle version. Des fenêtres d information contextuelles vous rappelleront les modalités d utilisation de votre accès extranet. CIBLE = profil sommaire des stagiaires [220 caractères maxi] Les MEDECINS GENERALISTES sont confrontés de façon quasi quotidienne aux problèmes posés par les lombalgies, le plus souvent communes. Toutes les longueurs de champs relatives à ce document sont exprimées en nombre de caractères, intervalles compris.

2 FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 2 sur 14 JUSTIFICATION [3 000 caractères maxi] Les douleurs rachidiennes lombaires sont un motif fréquent de consultation en Médecine Générale. La lombalgie est le 8ème résultat de consultation le plus fréquent en médecine générale et plus de 250 actes/an sont effectués en moyenne par chaque MG pour douleurs du rachis (1). Les épisodes de lombalgies représentent 25% des accidents de travail comportant un arrêt de travail, pour une durée moyenne de 50 jours (2005). Les douleurs lombaires représentent par ailleurs, le premier motif d invalidité (3). Environ 10 % des lombalgies passent à la chronicité, pour des raisons souvent complexes. L'examen clinique "standardisé" (mais orienté par la prévalence des pathologies lombaires en pratique de soins primaires) doit permettre une meilleure approche et une meilleure compréhension des motifs de la douleur. Il doit permettre d'éliminer rapidement les causes rares et graves des lombalgies (dont la prévalence est très faible en soins primaires) pour se centrer sur les causes habituelles de souffrance : lombalgies banales, souffrance des AIAP, radiculalgies (sciatiques ou crurales) et souffrance de type pathologie de Maigne. L utilisation de l imagerie médicale doit être argumentée (2), elle est rarement demandée de façon rapide. Elle apporte rarement une explication pertinente et paradoxalement elle brouille souvent le message avec des termes comme "protrusion discale", "débord discal", souffrance zygapophysaire ou ligament jaune épaissi. La coordination des soins avec le kinésithérapeute est essentielle : parler le même langage pour ne pas diminuer les chances de guérison du patient. L'utilisation des divers médicaments (AINS, antalgiques ou infiltration) doit rester modérée (éviter l'escalade thérapeutique) et adaptée au cas par cas, car leur niveau de preuve est faible (3). La formation proposée permettra ainsi aux participants médecins généralistes, de prendre en charge de manière la plus adaptée et la plus rigoureuse possible (en fonction des données actuelles) les pathologies du rachis lombaire. Attention! Si votre texte dépasse le cadre, interrogez-vous sur la pertinence rédactionnelle de la totalité de son contenu. 3 à 5 REFERENCES ARGUMENTANT LA JUSTIFICATION [1 000 caractères maxi] 1/ Observatoire de la médecine générale Société Française de Médecine Générale. http//:omg.sfmg.org 3/Guide du bon usage des examens d imagerie médicale 2005 HAS 3/Lombalgies Revue du Praticien Monographie , n 3

3 FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 3 sur 14 OBJECTIFS : au plus 3 pour une soirée, 6 pour une journée ou 12 pour 2 journées [220 caractères maxi par objectif] Objectif n 1 Réaliser l examen clinique détaillé du patient lombalgique (et les moyens d évaluer sa douleur). Objectif n 2 Reconnaître les éléments d une lombalgie dite symptomatique et savoir prendre en charge les situations urgentes c'est-à-dire nécessitant hospitalisation et/ou chirurgie («red flags») Objectif n 3 Évoquer les situations les plus prévalentes en soins primaires par l examen clinique et l interrogatoire (lombalgies banales, radiculalgies, souffrance des AIAP et syndrome de Maigne) Objectif n 4 Citer les éléments essentiels pour la lecture des radiographies standard Objectif n 5 Citer les éléments essentiels pour la lecture d un examen TDM ou IRM du rachis lombaire Objectif n 6 Prescrire les différents traitements médicamenteux en tenant compte de leur niveau de preuve Objectif n 7 Prescrire les traitements non médicamenteux (rééducation, manipulation, conseils) en tenant compte de leur niveaux de preuve Objectif n 8 Analyser les facteurs de risque de chronicisation des lombalgies Objectif n 9 Préciser les moyens pour prévenir les rechutes : bilan fonctionnel du patient lombalgique et diagnostic éducatif AJOUTER

4 PROGRAMME Formulaire pour réponse pédagogique à l'aap 2015 DU Page 4 sur 14 1ère DEMI-JOURNEE (OU SOIREE) OBJECTIFS A ATTEINDRE : les désigner avec les numéros qui leur ont été attribués dans la liste des objectifs de la page 3 (objectif 1, objectif 2, etc.) objectif 1, objectif 2, objectif 3 PROGRAMME HORAIRE avec méthode pédagogique par objectif et organisation pédagogique, rôle des intervenants et matériel pédagogique... [3 500 caractères maxi] 8h30-9h00 Accueil des participants Présentation de l équipe organisateur, animateurs et experts. Structure du séminaire. Recueil des attentes. Pré-test 9h00-11h00 Atelier 1 : La prise en charge des patients avec une lombalgie aiguë ou subaiguë. Travail interactif de groupe : 4 questions posées par l animateur : réponses du groupe sous forme de «remue-méninges». Essayer de dégager un consensus. - «Devant un patient lombalgique, quelles sont les pistes étiologiques de réflexion. Avant l examen clinique, à partir du recueil de l histoire et des types de symptômes, quelles sont les hypothèses diagnostiques (les plus prévalentes) pour «mal aux reins» en soins primaires?» - Énumérer les «drapeaux rouges» qui modifient radicalement la prise en charge. - Quels sont les délais habituels de guérison d'une lombalgie aigue et d'une radiculalgie. Donner une définition de lombalgie aiguë, subaiguë et chronique PUIS travail centré sur l examen clinique : l animateur propose à un participant d examiner un autre participant, comme il le ferait pour un patient lombalgique, et lui demande d expliquer au fur et à mesure ce qu il fait et dans quel but. L idée est de partir de la question «vous faites quoi dans la réalité?» et pas d une réponse théorique. Les autres participants complètent et enrichissent cet examen en faisant des commentaires. Recherche d un consensus de la méthode/technique d examen par le groupe. Puis l expert fait une démonstration de l examen clinique programmé du rachis lombaire, en introduisant au fur et à mesure de l examen les liens entre renseignements recueillis à l interrogatoire et signes cliniques positifs ou négatifs. 11h00-11h15 PAUSE 11h15-12h30 Plénière 1 -Exposé des experts : les différente définitions, les délais de guérison et les tableaux cliniques rencontrés en soins primaires : lombalgies banales et lombosciatiques, radiculalgies, souffrance des AIAP (syndrome facettaire) et souffrance selon R.Maigne (Dérangement intervertébral mineur) (schéma et irradiations). -Rappel des "red flags". 12h30-13h00 Plénière 2 Un participant (aidé par un expert) refait la démonstration de l examen clinique programmé du rachis lombaire, pour essayer d homogénéiser les acquis de l atelier 1 et pour faire le lien avec les présentations précédentes. MATERIEL SPECIFIQUE UTILISE AU COURS DE CETTE 1/2 JOURNEE (s'il y a lieu) [400 maxi] Table d'examen portable pour examen clinique diaporamas : définitions, délais de guérison, tableaux cliniques rencontrés en soins primaires

5 Formulaire pour réponse pédagogique à l'aap 2015 DU PROGRAMME Page 5 sur 14 2ème DEMI-JOURNEE (OU SOIREE) OBJECTIFS A ATTEINDRE : les désigner avec les numéros qui leur ont été attribués dans la liste des objectifs de la page 3 (objectif 1, objectif 2, etc.) objectif 4 et objectif 5 PROGRAMME HORAIRE avec méthode pédagogique par objectif et organisation pédagogique, rôle des intervenants et matériel pédagogique... [3 500 caractères maxi] 14h00-15h15 Atelier 2 : Travail interactif du groupe - Discussion de groupe. Question posée par l animateur : Indications (quel examen, quelles incidences et à partir de quel délai) et contre indications des examens RX, TDM et IRM du rachis lombaire - Exercice : A partir de diaporama préparés par les experts, travail interactif des groupes sur la lecture des radiographies standards du rachis lombaire (temps essentiel de la séquence) : différentes incidences et différentes situations cliniques. Acquisition de la sémiologie radiologique nécessaire à la lecture et à l interprétation. L expert assiste à cet atelier et y participe en fonction des besoins du groupe - Même travail pour la lecture des TDM et IRM du rachis lombaire 15h15-16h15 Plénière Rapport des groupes sur les indications et contre indications. Chaque groupe complète sans reprendre ce qui a déjà été dit. Les experts commentent et complètent si besoin. - Un expert propose un autre diaporama sous forme de jeu diagnostic = réponse des participants, discussion de la salle et rappel par l expert de la sémiologie radiologique (homogénéisation des acquis) et du diagnostic. - Questions-réponses 16h15-16h30 : PAUSE 16h30-17h30 : Atelier 3 - Reprise de l examen clinique des participants entre eux, avec les conseils techniques et théoriques des experts. - Les experts changent de groupe par rapport à l atelier 1 17h30 = FIN de la 1ère journée MATERIEL SPECIFIQUE UTILISE AU COURS DE CETTE 1/2 JOURNEE (s'il y a lieu) [400 maxi] - Iconographie = radiographies standards, scanner et IRM du rachis lombaire - diaporama jeu diagnostic

6 PROGRAMME Formulaire pour réponse pédagogique à l'aap 2015 DU Page 6 sur 14 3ème DEMI-JOURNEE (OU SOIREE) OBJECTIFS A ATTEINDRE : les désigner avec les numéros qui leur ont été attribués dans la liste des objectifs de la page 3 (objectif 1, objectif 2, etc.) objectif 6 et objectif 7 PROGRAMME HORAIRE avec méthode pédagogique par objectif et organisation pédagogique, rôle des intervenants et matériel pédagogique... [3 500 caractères maxi] 8h30-10h15 Atelier 4 : Travail interactif du groupe Discussion de groupe ; questions posées par l animateur : 1 - Citer les différents produits utilisés per os ou sous forme percutanée et leur mode de prescription = monothérapie? traitement combiné? systématique? progressif? Avantages et inconvénients (effets secondaires). Niveaux de preuve de leurs efficacités respectives. 2 - Indications + avantages-inconvénients et niveau de preuve des infiltrations rachidiennes. 3 - Comment prescrire la rééducation kinésithérapie? Énumérer les principales techniques utilisées? Avantages et inconvénients? 4 - Le problème des manipulations vertébrales : indications, preuves d efficacité, risques, responsabilité juridique. 10h15-10h30 : PAUSE 10h30-12h45 Plénière 3 Séquence médicaments (40 minutes) - Rapport des groupes concernant leurs conclusions sur les différents produits et sur les infiltrations. - Expert = Présentation des niveaux de preuves pour les différents produits utilisés. - Expert = Présentation des niveaux de preuves pour les infiltrations (indications, techniques, produits). - Questions - réponses Présentation par le kinésithérapeute (95 minutes) - Rappel anatomique ciblé. Techniques d examens cliniques utilisés à titre de bilan initial avant de commencer les séances de rééducation : orientation des choix techniques? - Principales techniques de rééducation = étirements, travail des abdominaux et travail de renforcement du plan postérieur. Gainage, proprioception. Conseils pour le sport et l auto rééducation. Les manipulations MATERIEL SPECIFIQUE UTILISE AU COURS DE CETTE 1/2 JOURNEE (s'il y a lieu) [400 maxi] Table de kinésithérapie portable Diaporamas d'experts : niveaux de preuve médicaments, infiltrations, rééducation, conseils, manipulations.

7 Formulaire pour réponse pédagogique à l'aap 2015 DU PROGRAMME Page 7 sur 14 4ème DEMI-JOURNEE (OU SOIREE) OBJECTIFS A ATTEINDRE : les désigner avec les numéros qui leur ont été attribués dans la liste des objectifs de la page 3 (objectif 1, objectif 2, etc.) objectif 8, objectif 9 PROGRAMME HORAIRE avec méthode pédagogique par objectif et organisation pédagogique, rôle des intervenants et matériel pédagogique... [3 500 caractères maxi] 14h00-15h15 Atelier 5 : Travail interactif du groupe Questions posées par l animateur : 1 -Décrire les facteurs de risque de chronicisation des lombalgies («les drapeaux jaunes») 2 - Préciser les moyens pour prévenir les rechutes : L animateur peut aider le groupe en demandant si les participants font un bilan fonctionnel du patient lombalgique et s ils utilisent le diagnostic éducatif. 15h15-16h30 : Plénière 4 - Rapports des groupes. Les experts commentent de façon globale. - Présentation par les expert de 3 courts exposés : 1 - Les facteurs validés dans la littérature de risque de chronicisation des lombalgies. 2 - Le bilan fonctionnel : facile à réaliser et riche d enseignement. Démonstration des principaux éléments cliniques du bilan fonctionnel du lombalgique qui tend à récidiver. 3 - Le diagnostic éducatif : une première étape vers une autonomisation du patient. - Questions-réponses 16 h : PAUSE 16h45-17h30 : Plénière 5 Questions restées en suspend. Vérification que toutes les attentes ont trouvé une réponse adaptée. Conclusion. Post-tests. 17h30 : FIN du séminaire MATERIEL SPECIFIQUE UTILISE AU COURS DE CETTE 1/2 JOURNEE (s'il ya lieu) [400 maxi] Diaporamas 1 - Les facteurs validés de risque de chronicisation des lombalgies. 2 - Le bilan fonctionnel 3 - Le diagnostic éducatif

8 PROGRAMME Formulaire pour réponse pédagogique à l'aap 2015 DU Page 8 sur 14 5ème DEMI-JOURNEE pour ANGLAiS IMMERSION (OU SOIREE) OBJECTIFS A ATTEINDRE : les désigner avec les numéros qui leur ont été attribués dans la liste des objectifs de la page 3 (objectif 1, objectif 2, etc.) PROGRAMME HORAIRE avec méthode pédagogique par objectif et organisation pédagogique, rôle des intervenants et matériel pédagogique... [3 500 caractères maxi] MATERIEL SPECIFIQUE UTILISE AU COURS DE CETTE 1/2 JOURNEE (s'il ya lieu) [400 maxi]

9 PROGRAMME Formulaire pour réponse pédagogique à l'aap 2015 DU Page 9 sur 14 6ème DEMI-JOURNEE pour ANGLAiS IMMERSION (OU SOIREE ) OBJECTIFS A ATTEINDRE : les désigner avec les numéros qui leur ont été attribués dans la liste des objectifs de la page 3 (objectif 1, objectif 2, etc.) PROGRAMME HORAIRE avec méthode pédagogique par objectif et organisation pédagogique, rôle des intervenants et matériel pédagogique... [3 500 caractères maxi] MATERIEL SPECIFIQUE UTILISE AU COURS DE CETTE 1/2 JOURNEE (s'il ya lieu) [400 maxi]

10 Formulaire pour réponse pédagogique à l'aap 2015 DU Page 10 sur 14 PREREQUIS POUR TOUTES LES FORMATIONS L'INFORMATIQUE En cochant les cases ci-dessous l'auteur de ce pojet de formation en informatique certifie qu'il sera tenu compte de tous les prérequis nécessaires lors des sessions le mettant en oeuvre. 1. NOMBRE DE POSTES ET CONNEXIONS Chaque stagiaire devra bénéficier d un poste (portable ou poste fixe), sans compter celui ou ceux de(s) l intervenant(s). Les postes devront être équipés d'un processeur et d'une mémoire vive adaptés à la formation. Un poste maître est nécessaire en sus des postes des stagiaires et ce poste doit être couplé à un système de projection ou de transmission directe offrant une parfaite lisibilité à tous les stagiaires. Les postes des stagiaires devront être reliés au réseau. 2. SYSTEME D'EXPLOITATION ET LOGICIELS Les systèmes d exploitation et les logiciels requis pour une formation donnée doivent être présents dans chaque machine et dans une même version récente. Les logiciels spécifiques disponibles sur les ordinateurs peuvent être ceux de l organisme formateur ou ceux des stagiaires (licences propres ou versions de démonstration). CONNEXIONS INTERNET 3. Pour toutes les formations nécessitant une connexion à Internet (Internet et messageries), cette connexion doit se faire par l intermédiaire du réseau et à haut débit. 4. PERIPHERIQUES Les périphériques (imprimante, autres ) doivent être adaptés à la formation et permettre à chaque stagiaire de faire les exercices prévus. 5. NOMBRE ET PROFIL DES INTERVENANTS Les intervenants doivent être au minimum 2 pendant toute la durée de la formation. Ils comprennent le(s) formateur(s) en informatique et l animateur. Les formateurs en informatique doivent être choisis sur leurs compétences en informatique et en pédagogie. 6. DUREE La durée des actions de formation à l informatique peut désormais correspondre à des journées, demi-journées ou soirées mais pas à des formats de plus longue durée.

11 FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP DU Page 11 sur 14 PROFIL(S) EXPERT(S) [2 000 caractères maxi] L expert est la personne ressource de par sa compétence dans le domaine traité. Il apporte, au cours d'un ou plusieurs exposés, ainsi que lors des débats qui les suivent, son expertise sur l'état actuel des connaissances validées. Ses qualifications et domaines de compétences doivent être clairement identifiables notamment dans les documents remis aux stagiaires avant la formation (cf. Article L du Code de Travail). Le(s) expert(s) peuvent pas être identifié(s) nominativement au moment du dépôt des projets mais un «mini-cv» sera systématiquement exigé avec la demande de prise en charge des sessions. Les experts médecins seront au nombre de 3 : - Un expert spécialiste Rhumatologue ou Médecin rééducateur ou Médecin de médecine fonctionnelle. Son rôle sera d'expliciter comment est compris actuellement le concept de lombalgies, loin de la simple explication par conflit disco-radiculaire. De proposer un examen clinique et d'aider au déchiffrage des clichés RX, TDM ou IRM. De proposer et hiérarchiser les choix thérapeutiques, selon les situations cliniques et les niveaux de preuves (EBM). - Un expert Généraliste (de préférence médecin du sport). Lors de la préparation du séminaire, son rôle sera de cadrer les interventions pour qu elles tiennent compte des problématiques rencontrées en soins primaires. Il devra développer l'importance de l'examen clinique du patient lombalgique (en tenant compte des pathologies de soins primaires) et l'importance du bilan fonctionnel pour éviter la chronicisation. - Un expert kinésithérapeute. Son rôle sera d expliciter le rôle du bilan fonctionnel et les notions essentielles de rééducation du patient lombalgique : adapter les techniques au problème spécifique de chaque patient, loin du classique renforcement abdominal. PROFILS SUCCINCT AUTRES INTERVENANTS organisateur / animateur(s) - Le concepteur de ce séminaire est médecin généraliste, médecin du sport, maître de stage, et enseignant dans un Département Universitaire de Médecine Générale, avec une compétence en terme de formation médicale continue et spécifiquement de formation professionnelle puisque déjà chef de projet et expert généraliste sur des séminaires. - L'organisateur de ce séminaire doit avoir une formation et une expérience dans l organisation de séminaire de formation continue. Il connaît les animateurs et les experts qu il a choisis pour leur profil professionnel et leurs compétences pédagogiques. - Les animateurs auront suivi un cursus de formation spécifique à l'organisation et à la gestion de groupes en formation.

12 FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP DU Page 12 sur 14 MODALITES D'EVALUATION IMMEDIATE [4 400 caractères maxi] Ces modalités doivent être décrites en citant notamment le (ou les) indicateur(s) utilisés. Il doit y avoir au moins un indicateur par objectif. Ces indicateurs, évaluables en début et en fin de formation, doivent être décrits avec précision NB : Les questionnaires de recueils d opinion sur l ensemble de la formation ne constituent pas un outil de contrôle des acquis des stagiaires. Pré-post test : cocher oui / non / ne sais pas - Lombalgies symptomatiques et lombalgies communes = 2 expressions qui veulent dire la même chose? - Le lumbago est le signe d une souffrance lombaire par hernie discale? - L appui direct sur les apophyses épineuses ou de façon transversale donne des renseignements sur le mécanisme de la douleur lombaire ou de ses irradiations - L examen en décubitus ventral apporte des informations essentielles à la compréhension du mécanisme douloureux lombaire - Citer 3 items des «drapeaux rouges» c'est-à dire 3 signes de gravité d une lombalgie. - Il faut demander un bilan radiographique du rachis lombaire à partir de 8 jours d évolution des douleurs rachidiennes? - Le niveau de preuve de l efficacité des AINS dans la lombalgie aiguë est élevé comparé au placebo? - L infiltration épidurale a une bonne indication dans la radiculalgie aiguë qui dépasse 3 semaines d évolution? - Le signe radiologique de «vide discal» est un signe de gravité? - Le niveau de preuve de l efficacité des antalgiques dans la lombalgie aiguë est bien démontré? - La sciatique hyperalgique est une indication opératoire formelle et urgente? - L indication de manipulations vertébrales est à envisager dans certains tableaux de lombalgie aiguë? - Les étirements (avec un kinésithérapeute ou sous forme d auto étirements) sont une approche essentielle du traitement d une lombalgie aiguë?

13 FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP DU Page 13 sur 14 BIBLIOGRAPHIE AYANT SERVI A BATIR LE PROJET (Hors justification) [2 500 caractères maxi] 1* - Éducation thérapeutique du patient. Modèles, pratiques et évaluation. INPES Lombalgies aiguës La revue du praticien MG n 834 du * Lombalgies - Revue du Praticien Monographies vol 58 du Profil des adultes consultant pour lombalgie commune. Exercer 2012;103: Comment examiner une fesse douloureuse JIM du Comment prendre en charge une cruralgie. JIM Collège Français des Enseignants en Rhumatologie : Les lomboradiculalgies des membres inférieurs. Précis de rhumatologie 2006 : Infiltrations rachidiennes de corticoïdes Prescrire Que reste-t il des infiltrations rachidiennes JIM Interventions sur les facteurs de risque psychosociaux dans la lombalgie aiguë ou subaiguë en soins primaires : revue de littérature - Exercer vol 23 n Advice to rest in bed versus advice to stay active for acute low-back pain and sciatica. Cochrane Database Syst Rev Jun 16;6:CD * Recommandations pour l élaboration d un bilan fonctionnel de base du patient lombalgique. Rev Med Liège 2005; 60 : 7-8 : %28Recommandations%20...%20lombalgique%29.pdf 13 - Henschke N: Prognosis in patients with recent onset low back pain in Australian primary care: inception cohort study." BMJ publication avancée en ligne le 7 juillet Nonsteroidal Anti-Inflammatory Drugs for Low Back Pain:An Updated Cochrane Review Spine 2008;33 (16): Examen clinique de l appareil locomoteur Joshua Cleland - Masson Mars * Douleurs d origine vertébrale Robert Maigne Elsevier Novembre Les muscles FP Kendall Pradel Mars Rachis et sport 29eme journée de traumatologie du sport Elsevier2011 BIBLIOGRAPHIE RECOMMANDEE AUX STAGIAIRES [1 200 caractères maxi] 1 - Éducation thérapeutique du patient. Modèles, pratiques et évaluation. INPES Lombalgies - Revue du Praticien Monographies vol 58 du Recommandations pour l élaboration d un bilan fonctionnel de base du patient lombalgique. Rev Med Liège 2005; 60 : 7-8 : Liege%20%28Recommandations%20...%20lombalgique%29.pdf 16 Douleurs d origine vertébrale Robert Maigne Elsevier Novembre 2006

14 FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP DU Page 14 sur 14 DECLINAISON DES FORMATIONS SPECIFIQUES auxquelles ce projet pourra servir de base s'il s'agit d'un projet de type GENERIQUE. Rappel : Pour certaines formations, les projets pourront revêtir un caractère non-spécifique (formations de type générique). C'est en particulier le cas (mais pas seulement) pour les formations informatiques aux logiciels de gestion de cabinet. Certaines formations scientifiques peuvent aussi bénéficier de cette facilité lorsqu'un schéma pédagogique identique se prête par exemple à une déclinaison pour différents organes ou différentes localisations. Une liste des formations spécifiques auxquelles cette formation générique est susceptible de correspondre d'être doit être dressée ici.

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2014 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] PATHOLOGIES

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2014 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Messagerie

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Cabinet

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Cloud informatique

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Contribuer

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

Référentiel concernant la rééducation en cas de lombalgie commune

Référentiel concernant la rééducation en cas de lombalgie commune ARGUMENTAIRE Référentiel concernant la rééducation en cas de lombalgie commune Réponse à une saisine de la CNAMTS en application de l article L162-1-7 du Code de la sécurité sociale Mars 2011 1 L avis

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

Si le médecin conseil valide vos propositions, il donne son accord en signant le protocole.

Si le médecin conseil valide vos propositions, il donne son accord en signant le protocole. n 50774#01 quelques conseils à l'usage du médecin traitant pour remplir le protocole inter-régimes d'examen spécial articles L 324-1 L 322-3 D 322-1 du code de la sécurité sociale articles 71-4 et 71-4-1

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE «Les pièges et difficultés» Quand le patient décrit sa douleur de hanche, il évoque une région douloureuse et non l articulation coxo-fémorale La souffrance de la coxo-fémorale

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail

3 % = résultat. décevant

3 % = résultat. décevant 3 % des hanches prothésées = résultat décevant Les difficultés après arthroplastie totale de hanche sont d autant plus mal vécues que l opération est réputée pour ses bons résultats. plus de 25 CAUSES

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS DOULEUR et SOINS INFIRMIERS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2015 Agir en tant que professionnel ressource dans le domaine de la prise en charge de la personne souffrant de douleur aiguë ou chronique,

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM Résumé de la soirée et conclusions du Dr Brigitte CHAPOT par rapport aux pathologies traitées

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

TMS les données belges relatives à la lombalgie

TMS les données belges relatives à la lombalgie TMS les données belges relatives à la lombalgie Pr Philippe Mairiaux Université de Liège «Comment prévenir les TMS?», Bruxelles, 22 octobre 2007 Epidémiologie de la lombalgie en population générale (Inserm

Plus en détail

La Méthode McKenzie. Dossier paru dans la Revue de Médecine Orthopédique, n 60, Mars 2000. Sommaire. Introduction Jean-Yves Maigne

La Méthode McKenzie. Dossier paru dans la Revue de Médecine Orthopédique, n 60, Mars 2000. Sommaire. Introduction Jean-Yves Maigne La Méthode McKenzie Dossier paru dans la Revue de Médecine Orthopédique, n 60, Mars 2000 Sommaire Introduction Jean-Yves Maigne Nouveau : Intérêt et limites de la rééducation lombaire par la méthode McKenzie

Plus en détail

Démembrement des lombalgies des sportifs

Démembrement des lombalgies des sportifs Démembrement des lombalgies des sportifs Docteur Rhumatologue INSEP Les rhumatologues ont été malheureusement surpris d apprendre après études multicentriques à grande échelle que la plupart des traitements

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

MODALITES DES FORMATIONS ET DES EXAMENS DES OFFICIELS F.F.S.A.

MODALITES DES FORMATIONS ET DES EXAMENS DES OFFICIELS F.F.S.A. DES FORMATIONS ET DES EXAMENS DES OFFICIELS F.F.S.A. 2 2005B22072005 1 FORMATION COMMISSAIRES STAGIAIRES Stage de formation obligatoire avant l obtention de la licence de commissaire stagiaire. Formation

Plus en détail

dmt Lombalgies et travail : Pour une stratégie consensuelle La lombalgie en chiffres Paris, 18 janvier 2002 notes de congrès La fréquence

dmt Lombalgies et travail : Pour une stratégie consensuelle La lombalgie en chiffres Paris, 18 janvier 2002 notes de congrès La fréquence dmt 90 notes de congrès TD 118 Lombalgies et travail : Pour une stratégie consensuelle Paris, 18 janvier 2002 Cette journée, organisée conjointement par la Société française de médecine du travail et la

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie)

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) Le diagnostic d une douleur du genou est sans doute l un des plus délicats à poser, si l on

Plus en détail

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Intérêt dans la prévention et le traitement des LOMBALGIES, SCIATIQUES et RACHIALGIES et dans les MANUTENTIONS DE CHARGES

Plus en détail

Objectifs de la séquence Contenus de la séquence Méthode d accompagnement pédagogique Matériels, ressources, outils - Présentation des

Objectifs de la séquence Contenus de la séquence Méthode d accompagnement pédagogique Matériels, ressources, outils - Présentation des Nom de l organisme : AXE PRO FORMATION Intitulé de la formation : Savoir utiliser Internet Réf :MIIN Nbre d heures : 20 Nom du (des) intervenant(s) : BINOS Jean-Philippe Horaires proposés : 8h30/12h30

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

La sciatique par hernie discale : traitement conservateur ou traitement radical? Disk herniation-induced sciatica: medical or surgical treatment?

La sciatique par hernie discale : traitement conservateur ou traitement radical? Disk herniation-induced sciatica: medical or surgical treatment? Revue du Rhumatisme 74 (2007) 927 932 Conférence d actualité La sciatique par hernie discale : traitement conservateur ou traitement radical? Disk herniation-induced sciatica: medical or surgical treatment?

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 La chiropraxie pour les seniors : Pathologies, prévention et traitement Avec une espérance de vie qui ne cesse de croître, les chiropracteurs sont de plus en plus confrontés

Plus en détail

La prise en charge des lombalgiques

La prise en charge des lombalgiques La prise en charge des lombalgiques Approche au Grand-Duché de Luxembourg Dr Nicole Majery Service de Santé au Travail Multisectoriel FMP, Bruxelles,17.4.08 Plan: Projet STM: 2001-2007: Financement Contenu

Plus en détail

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT Communiqué de presse Santé des pieds Le 10 février 2015 ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT L Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est le garant de

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

Les lésions musculosquelettiques chez les éboueurs : des pistes de prévention à la gestion du retour au travail

Les lésions musculosquelettiques chez les éboueurs : des pistes de prévention à la gestion du retour au travail Les lésions musculosquelettiques chez les éboueurs : des pistes de prévention à la gestion du retour au travail Yvan Campbell, B.Éd. M.Sc. SRDC Kinésiologue Campbell, Y. (2015). Les lésions musculo-squelettiques

Plus en détail

RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Ostéo-Articulaire DES Radiologie Imagerie Médicale Module National - Jeudi 5 Février 2015

RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Ostéo-Articulaire DES Radiologie Imagerie Médicale Module National - Jeudi 5 Février 2015 RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Ostéo-Articulaire DES Radiologie Imagerie Médicale Module National - Jeudi 5 Février 2015 Antoine FEYDY Radiologie B Hôpital COCHIN Université Paris Descartes http://www.sfrnet.org/sfr/societe/6-groupes-et-societesspecialises/fri/index.phtml

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE URGENCES CHIR +++ Clinique. Cotation déficit neuro. Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci

RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE URGENCES CHIR +++ Clinique. Cotation déficit neuro. Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE COMMUNE Symptomatique Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci - Inf - Tumorale Clinique - Mono-radiculaire = L5 ou S1 - Mécanique - Lombalgies

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes :

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes : @ AMELI-DIRECT VERSION 3.3 2006-2011 : INFOSOINS DEVIENT AMELI-DIRECT Dès la COG 2006-2009, l Assurance Maladie s engage à développer à l intention de ses assurés un système d information tant sur le fonctionnement

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05 Prise en charge rééducative du sportif lombalgique Luc Sénégas Décembre 05 Les pathologies lombaires se développent le plus souvent chez les personnes non adaptées physiquement Actif Sédentaire Exemple

Plus en détail

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos des instruments ayant une très faible efficacité. Le Nubax Trio est maintenant soutenu par de nombreux brevets et distributeurs à travers le monde. Cet appareil

Plus en détail

Lombalgies, sciatiques, & Myothérapie. 1. Lombalgies & Lumbagos

Lombalgies, sciatiques, & Myothérapie. 1. Lombalgies & Lumbagos Lombalgies, sciatiques, & Myothérapie Dr J. Polak Président de la Société Internationale de Myothérapie Nous exposerons ici l hypothèse d une cause purement musculaire aux lombalgies et aux sciatiques,

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Technicien(ne) d'assistance en Informatique Niveau IV Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

ANALYSER / COMMUNIQUER

ANALYSER / COMMUNIQUER Les Ateliers de l Image REFERENTIEL DE FORMATION REFERENTIEL DE FORMATION ANALYSER / COMMUNIQUER Objectif de la formation Rendre les stagiaires capables de communiquer plus efficacement dans le domaine

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

Master en Kinésithérapie

Master en Kinésithérapie Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Master en Kinésithérapie Catégorie Paramédicale HELHa Montignies-sur-Sambre 134 Rue Trieu Kaisin 6061 MONTIGNIES-SUR-SAMBRE Tél :

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 24 mai 2007 MAJ du 11 septembre 2007 Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 La loi du 4 mars 2002 avait prévu les dispositions suivantes,

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

CHAPITRE 9 LES LOMBALGIES STRATEGIE D EVALUATION ET PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE. Bénédicte Jamard Arnaud Constantin et Yolande Esquirol

CHAPITRE 9 LES LOMBALGIES STRATEGIE D EVALUATION ET PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE. Bénédicte Jamard Arnaud Constantin et Yolande Esquirol CHAPITRE 9 LES LOMBALGIES STRATEGIE D EVALUATION ET PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE Bénédicte Jamard Arnaud Constantin et Yolande Esquirol Plan du Chapitre A Stratégie d évaluation et prise en charge thérapeutique

Plus en détail

Une explication des rachialgies lombaires communes Réunion d algologie du 26/08/10

Une explication des rachialgies lombaires communes Réunion d algologie du 26/08/10 Une explication des rachialgies lombaires communes Réunion d algologie du 26/08/10 Nerf rachidien Branche antérieure Plexus Lombaire Nerf rachidien N P&G abdogen N genito-crural DERMATOME L1 (branche antérieure)

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement TITRE DU CONSORTIUM : Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement RESPONSABLES : Alexis Descatha, UMS 011, Villejuif ; Yves Roquelaure, LEEST, Angers ; Bradley Evanoff,

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

LE NERF SUPRA SCAPULAIRE

LE NERF SUPRA SCAPULAIRE LE NERF SUPRA SCAPULAIRE G. DAUBINET Médecine physique et rééducation Traumatologie du sport - Arthroscopie Institut Nollet 23 rue Brochant 75017 Paris gdaubinet@hotmail.com L épaule des sports d armé

Plus en détail

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires SIWF ISFM Annexe 2 1. Généralités La formation approfondie selon le présent programme doit permettre au spécialiste en radiologie d approfondir ses connaissances en radiologie diagnostique du système nerveux

Plus en détail

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences PROGRAMME 2015 PARIS Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences 1 1. OBJECTIFS" 1. Savoir" 1. Acquérir un savoir validé sur la relation thérapeutique, l hypnose médicale appliquée à la douleur

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

Enquête. chez les. lombalgiques opérés.

Enquête. chez les. lombalgiques opérés. Enquête chez les lombalgiques opérés. ( Kinésithérapie Scientifique Novembre 1995 ) José CURRALADAS C.H.U Henri MONDOR CRETEIL. Qualifiée de "Fléau social" par de nombreux auteurs, la Lombalgie a des conséquences

Plus en détail

Syndromes Canalaires du Bassin

Syndromes Canalaires du Bassin Syndromes Canalaires du Bassin Philippe MEYER Pascal Huot Maryse Moinard- Marie-Hélène Moreau-Durieux Gérald Paris Eric Pelé - Lionel Pesquer Alain Silvestre CAFCIM 29 septembre 2012 Syndrome du Piriforme

Plus en détail

Secrétariat médical (Formation certifiée LFMP) Formation ouverte aux hommes

Secrétariat médical (Formation certifiée LFMP) Formation ouverte aux hommes Secrétariat médical (Formation certifiée LFMP) Formation ouverte aux hommes PLAN DE COURS I. Tableau synoptique des matières enseignées II. Programme et objectifs III. Matériel pédagogique IV. Évaluation

Plus en détail

Le présent document se trouve dans le site du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport [http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/de/docinfosec.htm].

Le présent document se trouve dans le site du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport [http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/de/docinfosec.htm]. Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2012 ISSN : 1927-8527 (en ligne) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 Le présent document se trouve

Plus en détail

Masseur Kinésithérapeute

Masseur Kinésithérapeute CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 700 h/an de septembre à mai Masseur Kinésithérapeute Le Métier de Masseur Kinésithérapeute Le kinésithérapeute assure la rééducation des personnes atteintes

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) https://foad.orion.education.fr/

OFFRE DE SERVICE. Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) https://foad.orion.education.fr/ OFFRE DE SERVICE CLASSE VIRTUELLE ET RÉUNION EN LIGNE Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) https://foad.orion.education.fr/ Le service de classe virtuelle et de réunion en

Plus en détail

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES Développement professionnel continu Simulation en santé Fiche technique méthode Cette fiche technique décrit la participation des professionnels à une session de

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Le mérite de Robin McKenzie est d avoir. Méthode McKenzie et hernie discale, pour une approche pragmatique RÉSUMÉ I SUMMARY MOTS CLÉS I KEYWORDS

Le mérite de Robin McKenzie est d avoir. Méthode McKenzie et hernie discale, pour une approche pragmatique RÉSUMÉ I SUMMARY MOTS CLÉS I KEYWORDS Méthode McKenzie et hernie discale, pour une approche pragmatique RÉSUMÉ I SUMMARY L'approche de la lombalgie d'origine discale s'appuie désormais essentiellement sur les principes techniques de la méthode

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail