Mécanismes de régulation du couple d'un barillet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanismes de régulation du couple d'un barillet"

Transcription

1 La chronométrie : de la source d énergie au régulateur Défis technologiques et humains Journée d Etude SSC Montreux, 28 septembre 2011 Mécanismes de régulation du couple d'un barillet Pascal Winkler Haute Ecole Arc, Hôtel-de-Ville 7, CH-2400 Le Locle 1 Résumé Pour fonctionner de manière optimale, le rouage de finissage d'une montre mécanique devrait recevoir un couple déterminé et constant du tambour de barillet. Comme le couple varie au cours de la décharge du barillet, une montre mécanique classique ne fonctionne de manière optimale qu'à un instant de ses deux ou trois jours d'autonomie usuels. Cet article présente deux mécanismes permettant de prélever le couple excédentaire au début de la décharge du barillet, pour réarmer le ressort par la bonde. Ces mécanismes permettent, en principe, d'obtenir un couple constant sur le rouage de finissage tout en augmentant l'autonomie de la montre. Un brevet concernant cette idée a été déposé par la Haute Ecole Arc, mais de nombreux aspects restent à développer en vue d'une industrialisation. 2 Introduction Le barillet constitue le réservoir d'énergie et le moteur des montres mécaniques classiques. Le barillet comporte un tambour muni de dents, un ressort constitué par une lame élastique enroulée en spirale et un axe (bonde). Le ressort est solidaire de la bonde en son centre et solidaire du tambour sur sa circonférence. Dans la suite de ce document, on distingue deux modes de fonctionnement de la montre. D'une part, le mode «remontage» et d'autre part, le mode «fonctionnement» proprement dit. Traditionnellement, lors du remontage de la montre, le rochet entraîne la bonde qui arme le ressort par son centre. Lorsque la montre est en mode fonctionnement, la bonde est fixe et le ressort se désarme en entraînant le tambour. Le pourtour du tambour est muni de dents et entraîne le rouage de finissage de la montre. La vitesse de rotation du tambour est constante et dépend du rapport d'engrenage entre le tambour et l'oscillateur et de la fréquence de l'oscillateur. Par contre, le couple que le tambour transmet au rouage chute avec la décharge du ressort. Cette variation du couple en fonction de l'état de charge du ressort influence l'amplitude de l'oscillateur (balancierspiral). Cette variation d'amplitude présente deux conséquences négatives : 1. La variation d'amplitude influence, à son tour, la vitesse de la montre (anisochronisme). C'est-à-dire que la montre dont le ressort est armé n'a pas la même erreur de marche que la montre dont le ressort est désarmé. 2. L'erreur de marche de la montre dépend de son orientation dans l'espace (perturbations dues aux positions). Cette dépendance aux positions est minimale pour une amplitude donnée du balancier (220 ). Donc, au cours de la décharge du barillet, la montre fonctionne la plupart du temps en dehors de cet optimum. Un autre aspect à mentionner est la quantité d'énergie utilisable dans un barillet de volume donné. Pour un matériau donné, l'énergie stockée dans une lame fléchie élastiquement est proportionnelle au volume de la lame. Dans les barillets traditionnels, la variation de couple est limitée en utilisant des lames fines et en ne laissant pas le ressort se décharger complètement. On n'utilise pas toute l'énergie disponible dans la lame afin d'éviter que le couple du barillet ne varie trop drastiquement. Les barillets classiques ne sont pas conçus pour stocker un maximum d'énergie, mais pour éviter une trop grande variation du couple au cours de leur décharge. Ils sont donc le résultat d'un compromis entre énergie stockée et variation du couple. L'idée des deux mécanismes présentés est de prélever le couple excédentaire au début de la décharge du barillet, de le réinjecter par la bonde et de pouvoir le réutiliser plus tard, lorsque le couple du barillet deviendrait insuffisant dans un système classique. Un mécanisme est constitué d'un train planétaire non-circulaire, présentant une entrée reliée à un mobile de remontage (rochet), une entrée reliée à la périphérie du ressort (tambour) et une sortie reliée cinématiquement au centre du ressort (bonde). Etant donné une courbe de décharge du barillet, la forme des engrenages non-circulaires du planétaire peut être calculée en vue d'obtenir un couple donné, par exemple un couple constant, à la sortie du mécanisme. Le système permet, en principe, d'améliorer la précision et l'autonomie des montres mécaniques. La précision est augmentée puisque l'échappement reçoit un couple constant indépendamment de l'état de charge du ressort. L'autonomie est augmentée puisque le ressort peut être conçu en vue d'optimiser l'énergie stockée dans un volume donné plutôt que sa variation de couple. La faisabilité technique et la résistance du mécanisme n'ont pas encore été démontrées et un important effort de développement reste à faire. Par exemple, dans leur version élémentaire, les mécanismes proposés comportent des engrenages non-circulaires plans et un barillet à faible développement. Dans ce cas, le couple maximum augmente fortement et partant, les pressions hertziennes sur les dents. Cela implique d'utiliser des profils de dentures spéciaux pour réduire les pressions hertziennes [1]. Journée d Etude

2 3 Trains planétaires non-circulaires (PNC) Le mécanisme planétaire dont il est question ici, peut être schématisé par un système comportant trois entrées/sorties. Les vitesses de rotation des trois entrées/sorties sont reliées entre elles par la géométrie des engrenages. Par exemple, si les engrenages sont circulaires, comme dans la figure 1, les vitesses de rotation des entrées/sorties sont reliées par la relation: SA SB châssis C ω ( ρ ρ ρ ρ ) = ω ρ ρ ω ρ ρ (1) C A SB B SA A A SB B B SA roue solaire A Où x est la vitesse angulaire de l'entreé/sortie x et y est le rayon primitif de la roue y. roue solaire B Figure 2 : Exemple de train planétaire non-circulaire. SA A B C ω SB = ω SA ρ SB ρ SA ω B ρ B châssis C SB ω c ω A ρ A Figure 3 : Schéma-bloc représentant un planétaire noncirculaire. Les trois entrées/sorties sont représentées par les blocs A, B et C. roue solaire A roue solaire B Figure 1 : Train planétaire à deux roues solaires et double [2]. Si les engrenages composant le planétaire sont noncirculaires [3], la relation 1 reste valable, mais les valeurs des rayons changent en fonction des positions angulaires des roues. Ainsi, on peut créer un mécanisme dont la vitesse de rotation de la sortie est dépendante des vitesses et des positions de deux entrées. La figure 2 montre un exemple de train planétaire non-circulaire. Dans la suite de ce document, on utilisera parfois le schéma-bloc de la figure 3 pour représenter un planétaire non-circulaire. Les blocs A et B représentent les deux roues solaires et le bloc C représente le (ou châssis). 4 Mécanismes de ré-injection Contrairement à un mouvement conventionnel, dans les mécanismes présentés ci-après, l'organe de remontage (rochet) n'est pas solidaire de l'axe du barillet (bonde), mais ces deux pièces sont reliées par le PNC. Par contre, comme dans les montres mécaniques traditionnelles, le tambour entraîne le rouage de finissage de la montre à vitesse constante. Le rôle du PNC est de répartir le couple (M) du tambour entre le rouage et la bonde. Comme la puissance (P) vaut, P= M on peut dire que le PNC renvoie une partie de la puissance du tambour vers l'échappement (via le rouage) et une partie vers la bonde. Cela se traduit par la relation suivante: P = P P (2) rouage tambour bonde La géométrie des engrenages non-circulaires détermine la répartition de puissance entre ces deux branches cinématiques. En principe, il y a trois éléments (tambour, bonde, rochet) de la montre à connecter à trois entrées/sorties (A, B, C) du planétaire non-circulaire. Plusieurs agencements sont possibles dont deux différents sont proposés ci-après. Le mécanisme de régulation de couple du barillet appelé «mécanisme à ré-injection unidirectionnelle» permet de prélever une partie de la puissance du tambour pour recharger la bonde, mais il ne permet pas de prélever de la puissance à la bonde pour entraîner le rouage. Le mécanisme de régulation du couple du barillet appelé 36 Mécanismes de régulation du couple d un barillet

3 «mécanisme à ré-injection bidirectionnelle» permet nonseulement de prélever une partie de la puissance du tambour pour recharger la bonde, mais il permet également de prélever de la puissance à la bonde pour «aider» le tambour à entraîner le rouage. Ainsi, le sens de la réinjection peut être inversé lorsque le ressort est fortement déchargé. A B C 5 Mécanisme de ré-injection bidirectionnelle La figure 4 présente schématiquement le mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. Le remontoir est solidaire de la roue A, d'une part, et d'un cliquet, d'autre part. La bonde est solidaire de la roue solaire B. Le tambour est solidaire du C, d'une part, et du rouage de finissage, d'autre part. Lors du remontage (fig. 4 a), la rotation de la roue A entraîne la bonde via la roue B. Ainsi, comme dans une montre classique, le ressort est armé lorsque le système de remontage est actionné. Concernant la montre en «mode fonctionnement», la figure 4 présente deux situations qui correspondent à un barillet très armé et à un barillet peu armé. Lorsque le barillet est fortement armé (fig. 4 b), une partie de la puissance disponible au tambour est utilisée pour entraîner le rouage de finissage, alors que le surplus de puissance est ré-injecté par la bonde. Lorsque le barillet est faiblement armé (fig. 4 c), la totalité de la puissance disponible au tambour est utilisée pour entraîner le rouage de finissage et, de plus, la bonde injecte également de la puissance, via le PNC, vers le rouage de finissage en tournant dans le sens inverse du remontage. La géométrie du planétaire non-circulaire détermine la quantité et la direction de la puissance passant par la bonde en fonction de l'état de charge du ressort de barillet. Une géométrie idoine permet de générer un couple constant sur le rouage de finissage. a) mode remontage b) mode fonctionnement barillet très armé A B C A B C c) mode fonctionnement barillet peu armé Figure 4 : Schéma bloc du mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. Journée d Etude

4 La figure 5 présente une vue en coupe et une vue de dessus du mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. La roue A du PNC est solidaire du rochet de remontage. La roue B du PNC est solidaire de la bonde. Le (châssis) est solidaire du tambour de barillet. rochet de remontage bonde tambour SA SB roue A roue B rouage de finissage Coupe B-B ressort tambour rochet de bonde remontage roue A rouage de finissage roue SA roue SB roue B Figure 5 Vue en coupe et vue de dessus du mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. 38 Mécanismes de régulation du couple d un barillet

5 6 Equations régissant le mécanisme de réinjection bidirectionnelle Le moment du barillet (M barillet ) dépend de l'angle du tambour ( C ) et de l'angle de la bonde ( B ). Il peut être décrit par une fonction continue: Mbarillet = f( θc, θb ) (3) Par exemple, cette fonction pourrait être: f( θc, θb) = Marmé k( θc θb), ( θ θ ) 0, θ [ ] C B dev Où M armé est le moment lorsque le barillet est complètement armé, k est la constante du ressort (rigidité) et dev est l'angle de développement complet du barillet. A l'équilibre, la somme des forces agissant sur le est nulle: ρsa ρ A ( M M ) = M (1 ) barillet rouage barillet ρ + ρ ρ A SA B Où x, est le rayon primitif du mobile x, au point de contact. A tout moment, les différentes roues dentées doivent rouler sans glissement les unes sur les autres. Cela se traduit par la relation (1) avec, en mode fonctionnement, A =0: ω ρ ρ + ω ( ρ ρ ρ ρ ) = 0 (6) B B SA C A SB B SA Cette dernière équation peut également s'écrire sous la forme différentielle: dθ ρ ρ + dθ ( ρ ρ ρ ρ ) = 0 (7) B B SA C A SB B SA A tout moment du fonctionnement, les différentes roues dentées doivent rester en contact deux à deux sur leur ligne des centres. Cela se traduit par le fait que la somme des rayons primitifs est égale à l'entraxe (e): ρa + ρsa = e (8) ρb + ρsb = e (9) Les équations ci-dessus constituent un système d'équations différentielles. La résolution de ce système d'équation permet d'obtenir les formes (primitives) que doivent avoir les roues dentées pour obtenir le couple M rouage à partir d'un barillet présentant un couple M barillet =f( C, B ). L'existence d'une solution analytique dépend de la fonction M barillet =f( C, B ). D'autre part, il faut introduire des conditions supplémentaires sur la géométrie des roues dentées pour restreindre les solutions à des formes réalisables. 7 Résolution des équations pour un cas particulier Afin de limiter les solutions des équations du paragraphe précédent, considérons le cas particulier suivant: On veut que le moment disponible pour le rouage (M rouage ) soit constant. (4) En vertu du principe de conservation de l'énergie, on impose que la valeur de M rouage soit égale à la moyenne du moment du barillet. On fixe l'entraxe. (5) On impose que M barillet soit de la forme M armé k f( C - B ) et on fixe M armé.et k On veut utiliser des engrenages non-circulaires à un tour. C'est-à-dire que la primitive est dans un plan xy. Autrement dit, la roue peut être découpée dans une plaque plane. Par opposition à des engrenages non-circulaires à plusieurs tours dont la ligne de contact s'élève selon la direction de l'axe de rotation z (en escargot). Cela implique qu'on fixe à 1 le nombre de tour de développement du ressort dans le barillet. On impose que la roue A soit identique à la roue SB. On impose que la bonde se retrouve dans sa position initiale (ressort complètement armé) lorsque le tambour est à la «fin» de sa course (ressort complètement désarmé). On impose la valeur minimale du rapport d'engrenage entre la roue SB du et la roue B, solidaire de la bonde. Cela permet de laisser de la place au centre de la roue B pour un moyeu. En introduisant les conditions particulières ci-dessus dans le système d'équation du paragraphe 6, on peut résoudre les équations et on obtient les primitives [3] des roues dentées (fig. 6) y (mm) ρ A ρ B x (mm) Figure 6 : Courbes primitives des roues dentées. Cas particulier du mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. La figure 7 présente une comparaison de différents couples disponibles en fonction de la position angulaire du tambour. La courbe M rouage conventionnel représente la caractéristique du barillet sans le mécanisme de réinjection. La courbe M rouage avec ré-injection représente le couple disponible au rouage en fonction de la position du tambour pour le cas particulier calculé ci-dessus. L'aire sous la courbe, qui représente l'énergie, est équivalente à l'aire sous la courbe M rouage conventionnel. La courbe M ressort avec ré-injection montre que, grâce au système de ré-injection, le ressort se décharge lentement au début de sa décharge (lorsque son couple est élevé) et plus rapidement lorsqu'il est désarmé. Il faut encore remarquer que, comme le tambour tourne à vitesse constante, l'abcisse représente proportionnellement le temps qui passe lorsque la montre est en «mode fonctionnement». ρ SB ρ SA Journée d Etude

6 M (Nm) M ressort avec ré-injection M rouage conventionnel M rouage avec ré-injection barillet est fortement armé (fig.9 b), une partie de la puissance disponible au tambour est utilisée pour entraîner le rouage de finissage, alors que le surplus de puissance est ré-injecté par la bonde. Lorsque le barillet est faiblement armé (fig. 9 c), la quasi totalité de la puissance disponible au tambour est utilisée pour entraîner le rouage de finissage, seule une infime partie est ré-injectée par la bonde. La géométrie du planétaire non-circulaire détermine la répartition de la puissance en fonction de l'état de charge du ressort de barillet. Une géométrie idoine permet de générer un couple constant sur le rouage de finissage Θ tambour (rad) Figure 7 : Graphique comparatif des moments disponibles en fonction de la position angulaire du tambour pour différents cas: i) le rouage d'un système conventionnel, ii) le rouage du système à ré-injection bidirectionnelle, iii) le ressort du système à ré-injection bidirectionnelle. La figure 8 montre la position angulaire de la bonde par rapport à la position angulaire du tambour au cours du temps de décharge de la montre (le temps est proportionel à tambour ). En début de décharge, la vitesse (pente de la courbe) de la bonde est maximale et cette vitesse s'annule lorsque M barillet =M rouage. Le sens de rotation de la bonde s'inverse lorsque le barillet est déchargé (M barillet <M rouage ) de manière à injecter de la puissance dans le rouage par la bonde. Cela reflète le fait que la puissance ré-injectée à la bonde est positive et importante lorsque le ressort est fortement armé, alors qu'elle est négative lorsque le ressort est désarmé. En fait, lorsque le ressort est désarmé, on devrait parler de "prélèvement" plutôt que de «réinjection». Θ (rad) 6 C B A a) mode remontage C B A Θ tambour 2 1 Θ bonde b) mode fonctionnement barillet très armé Θ tambour (rad) Figure 8 : Positions angulaires de la bonde et du tambour en fonction du temps (position du tambour). 8 Mécanisme de ré-injection unidirectionnelle La figure 9 présente schématiquement le mécanisme de ré-injection unidirectionnelle. D'une part, le remontoir est solidaire du C et d'autre part, il est relié à un cliquet anti-retour. La bonde est solidaire de la roue solaire B et le tambour est solidaire, d'une part, de la roue solaire A et, d'autre part, du rouage de finissage. Lors du remontage (fig. 9 a), le rouage de finissage peut être considéré comme arrêté et la rotation du fait tourner la bonde. Ainsi, comme dans une montre traditionnelle, le ressort est armé lorsque le système de remontage est actionné. Lorsque la montre est en mode «fonctionnement», la figure 9 présente deux situations qui correspondent à un barillet très armé et à un barillet peu armé. Lorsque le C B A c) mode fonctionnement barillet peu armé Figure 9 : Schéma bloc du mécanisme de ré-injection unidirectionnel. 40 Mécanismes de régulation du couple d un barillet

7 La figure 10 présente une vue en coupe et une vue de dessus du mécanisme de ré-injection unidirectionnelle. La roue A du PNC est solidaire du tambour de barillet. La roue B du PNC est solidaire de la bonde. Le (châssis) est solidaire d'un rochet de remontage. rochet de remontage bonde tambour SA SB roue B roue A rouage de finissage Coupe B-B ressort rochet de remontage bonde roue B tambour rouage de finissage roue SA roue SB roue A Figure 10 : Vue en coupe et vue de dessus du mécanisme de ré-injection unidirectionnelle. Journée d Etude

8 Un système d'équations différentielles similaires aux équations du paragraphe 6 régit le mécanisme de réinjection unidirectionnel. En introduisant dans ce système des conditions particulières similaires à celles du paragraphe 7, on obtient les primitives des roues dentées (fig. 11). dans le mécanisme de ré-injection unidirectionnelle, le sens de rotation de la bonde ne peut pas s'inverser. Θ (rad) 15 Θ tambour y (mm) ρ SA ρ B ρ A ρ SB 5 Θ bonde x (mm) Θ tambour (rad) Figure 13 : Positions angulaires de la bonde et du tambour en fonction du temps (position du tambour) Figure 11 : Courbes primitives des roues dentées. Cas particulier du mécanisme de ré-injection unidirectionnelle. La figure 12 présente une comparaison de différents couples disponibles en fonction de la position angulaire du tambour. La courbe M rouage conventionnel représente la caractéristique du barillet sans le mécanisme de réinjection. La courbe M rouage avec ré-injection représente le couple disponible au rouage en fonction de la position du tambour pour le cas particulier calculé ci-dessus. On constate que l'aire sous la courbe, qui représente l'énergie, est équivalente à l'aire sous la courbe M rouage conventionnel. Il faut encore remarquer que, comme le tambour tourne à vitesse constante, l'abcisse de la figure 12 représente proportionnellement le temps qui passe lorsque la montre est en «mode fonctionnement». M (Nm) M ressort avec ré-injection M rouage conventionnel M rouage avec ré-injection Θ tambour (rad) Figure 12 : Graphique comparatif des couples disponibles en fonction de la position angulaire du tambour pour différents cas: i) Le rouage d'un système classique, ii) Le rouage du système à ré-injection unidirectionnelle, iii) Le ressort du système à ré-injection unidirectionnelle. La figure 13 montre la position angulaire de la bonde par rapport à la position angulaire du tambour au cours du temps de décharge de la montre (le temps est proportionel à tambour ). On constate que, en début de décharge, la vitesse (pente de la courbe) de la bonde est maximale et que cette vitesse tend à s'annuler lorsque le barillet est déchargé. Cela reflète le fait que la puissance ré-injectée à la bonde est importante lorsque le ressort est fortement armé et quasi-nulle lorsque le ressort est désarmé. Contrairement au mécanisme de ré-injection bidirectionnel, 9 Discussion Certains concepts présentés ici ont déjà été évoqués ou utilisés par d'autres auteurs. Le concept de ré-injection par la bonde est décrit par Takahashi [4], l'utilisation d'engrenages non-circulaires pour obtenir un couple constant est proposée par Papi [5] et l'utilisation d'un planétaire pour permettre de remonter le ressort tout en maintenant le couple sur le rouage de finissage est utilisé dans le Tourbograph de Lange & Söhne. Par contre la combinaison de ces différentes astuces en vue d'augmenter l'autonomie et la précision des montres n'a, à notre connaissance, pas encore été proposée. Partant du principe décrit, plusieurs variantes de réalisations sont possibles. Selon que le du planétaire non-circulaire est relié au tambour ou au rochet de remontage, le mécanisme sera bidirectionnel ou unidirectionnel. Le mécanisme de ré-injection bidirectionnelle présente l'avantage de permettre le prélèvement d'énergie à la bonde lorsque le ressort est très désarmé, par contre, avec des engrenages non-circulaires plans, le nombre de tours de développement du ressort est limité à un. Le mécanisme de ré-injection unidirectionnelle, tel que présenté ici, présente deux avantages. D'une part, il permet d'utiliser un ressort ayant plus d'un tour de développement. D'autre part, en mode fonctionnement, le châssis (rochet) ne tourne pas ce qui réduit les frottements par rapport au système de réinjection bidirectionnelle. Avec les systèmes de ré-injection proposés, l'utilisation de ressorts optimisés pour un faible nombre de tours de développement est favorable du point de vue de l'énergie stockée et de l'autonomie. Par contre les couples maximum importants de tels ressorts ne permettent pas d'utiliser des profils de dents et des épaisseurs de roues traditionnels. Il faudrait concevoir des dents dont les profils sont optimisés en vue de réduire les pressions hertziennes. Pour fonctionner correctement, le mécanisme présenté doit conserver la synchronisation entre l'état de charge du ressort et la position relative des engrenages noncirculaires. Cela implique que le ressort ne doit pas glisser au moyen d'une bride glissante en fin de remontage. Un arrêtage peut facilement être obtenu par la géométrie des flancs radiaux des engrenages non-circulaires. En effet, les 42 Mécanismes de régulation du couple d un barillet

9 engrenages non-circulaires en colimaçon se bloquent «naturellement» en fin de parcours. Si le mécanisme devait être intégré dans une montre automatique, il faudrait utiliser une solution pour arrêter ou débrayer la masse oscillante lorsque le ressort est complètement armé afin d'éviter de casser le rouage démultiplicatif du système de remontage automatique. Ce type de solution a déjà été proposé par le passé. Nous nous sommes limités à présenter l'utilisation du mécanisme de ré-injection pour obtenir une force constante à l'échappement, mais il faut insister sur le fait qu'en principe, le couple de sortie pourrait être n'importe quelle fonction continue, pour autant que les engrenages noncirculaires nécessaires soient réalisables. Les mécanismes décrits pourraient peut-être présenter un intérêt dans d'autres domaines que l'horlogerie. Pourraiton stocker l'énergie de freinage d'une voiture dans un barillet et restituer cette énergie au démarrage afin d'économiser de l'essence dans la plage où le moteur à explosion possède un rendement calamiteux? Serait-il avantageux d'utiliser le mécanisme pour entraîner une génératrice dans les appareils électroniques portables? Le principe des mécanismes proposés est élégant et répond à la longue quête des horlogers en vue d'utiliser toute l'énergie du ressort avec un couple constant. Par contre la faisabilité technique, le bilan de l'encombrement, la solidité des dents et les possibilités d'intégration dans un mouvement de montre requièrent encore passablement de développements. 10 Remerciements Je tiens à remercier mes collègues de la HE-Arc pour leur soutien et notamment Damien Prongué, qui partage généreusement, jour après jour, son savoir et ses critiques. Je remercie Frédéric Lebet, qui a réalisé plusieurs illlustrations. Je remercie François-Régis Richard de l'entreprise e-patent, pour ses nombreuses remarques pertinentes. 11 Références [1] LANDAU & LIFCHITZ, Théorie de l'élasticité, MIR, [2] M. VERMOT, Traité de construction horlogère, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, [3] P. WINKLER, 13 e Journée d'etude SSC, Lausanne, 16 septembre [4] TAKAHASCHI, Brevet Seiko EP , [5] A. PAPI, Brevet Girard-Perregaux EP , Journée d Etude

NWC Torque. NetWatchControl Torque. NWC Torque - Description. Développé en collaboration avec :

NWC Torque. NetWatchControl Torque. NWC Torque - Description. Développé en collaboration avec : NWC Torque NetWatchControl Torque Développé en collaboration avec : Site Le Locle Y.Terés (yvan.teres@eiaj.ch) Avenue de l Hôtel de Ville 7 CH-2400 Le Locle Phone : ++41 (0)32 930 13 13 Fax : ++41 (0)32

Plus en détail

Exercice 1 : 3 points

Exercice 1 : 3 points BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE de VEHICULES AUTOMOBILES MATHEMATIQUES (15 points) Exercice 1 : 3 points PARTIE 1 : Détermination du diamètre de la roue La géométrie des trains roulants, désigne

Plus en détail

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique»

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique» «Principe fondamental de la dynamique» Exercice 1 a. Un véhicule parcourt 72 km en 50 minutes. Calculer sa vitesse moyenne et donner le résultat en km/h puis en m/s. La vitesse v est donnée en fonction

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

TEPZZ 7Z_Z_ A_T EP 2 701 013 A1 (19) (11) EP 2 701 013 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G04B 1/22 (2006.01) G04B 9/00 (2006.

TEPZZ 7Z_Z_ A_T EP 2 701 013 A1 (19) (11) EP 2 701 013 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G04B 1/22 (2006.01) G04B 9/00 (2006. (19) TEPZZ 7Z_Z_ A_T (11) EP 2 701 013 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 26.02.2014 Bulletin 2014/09 (51) Int Cl.: G04B 1/22 (2006.01) G04B 9/00 (2006.01) (21) Numéro de dépôt:

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Principe de la variation de portée d une grue portuaire

Principe de la variation de portée d une grue portuaire 30t La variation de l angle -α- formé par la flèche et l horizontale engendre la variation de portée du crochet de levage. L angle -α- varie de 20 à 80 soit environ 60. La flèche de 30tonnes est mue au

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES GÉNIE MÉCANIQUE SESSION 2009. Polynésie SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES GÉNIE MÉCANIQUE SESSION 2009. Polynésie SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES GÉNIE MÉCANIQUE SESSION 2009 Polynésie SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée : 2 heures Coefficient : 5 L'emploi de toutes les

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

CALIBRES OMEGA CO-AXIAL DESCRIPTION ECHAPPEMENT CO-AXIAL REGLAGE OMEGA

CALIBRES OMEGA CO-AXIAL DESCRIPTION ECHAPPEMENT CO-AXIAL REGLAGE OMEGA CALIBRES OMEGA CO-AXIAL DESCRIPTION ECHAPPEMENT CO-AXIAL REGLAGE OMEGA Table des matières Page Lexique 3 Description de l échappement Co-Axial 5 Fonctions de l échappement Co-Axial 6 Avantages de l échappement

Plus en détail

EME 31 : Mécatronique : énergie et motricité TD n 3 : Modélisation du freinage d une automobile Amélioration à l aide d un ABS

EME 31 : Mécatronique : énergie et motricité TD n 3 : Modélisation du freinage d une automobile Amélioration à l aide d un ABS TD n 3 : Modélisation du freinage d une automobile Amélioration à l aide d un ABS 1 Objectif Letravail àeffectuer consisteàmodéliser le système defreinage ABSd unevoiture. Nousdébuterons par une modélisation

Plus en détail

Dossier Le positionnement

Dossier Le positionnement Dossier Le positionnement Festo Belgium sa Rue Colonel Bourg 0 BE-030 Bruxelles Tel.: +3 70 3 39 Info_be@festo.com www.festo.com Le positionnement d entraînements pneumatiques La plupart des vérins pneumatiques

Plus en détail

Transformer L énergie

Transformer L énergie Chapitre IV : Les récepteurs hydrauliques. IV.1 Introduction : Les récepteurs hydrauliques transforment l énergie hydraulique en énergie mécanique. On distingue : - Les récepteurs pour mouvement de translation

Plus en détail

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU CHRONOGRAPHE A RATTRAPANTE RICHARD MILLE RM 004-V2 ALL GRAY

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU CHRONOGRAPHE A RATTRAPANTE RICHARD MILLE RM 004-V2 ALL GRAY SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU CHRONOGRAPHE A RATTRAPANTE RICHARD MILLE RM 004-V2 ALL GRAY A partir de la première utilisation et du succès de la platine en nanofibres de carbone développée pour les montres

Plus en détail

RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence.

RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence. RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence. Explications détaillées pages 2-12 Annexe pages 13-14 L Effet de la réactance

Plus en détail

Examen de Conception mécanique 2 ième année INSA Ingénierie de la Construction. Pont à travée mobile

Examen de Conception mécanique 2 ième année INSA Ingénierie de la Construction. Pont à travée mobile Examen de Conception mécanique 2 ième année INSA Ingénierie de la Construction Mai 2012 Durée 2 heures 30 Aucun document autorisé Pont à travée mobile Sommaire : SUJET 1 Présentation du projet page 2 2

Plus en détail

LIMITATION DE L'ARMAGE DU RESSORT

LIMITATION DE L'ARMAGE DU RESSORT LIMITATION DE L'ARMAGE DU RESSORT Afin d'éviter la surtension du ressort de barillet, il faut prévoir un dispositif soit qui bloque la masse, soit qui débraye l encliquetage. Nous connaissons les systèmes

Plus en détail

ÉCOLINE MOTORISATION

ÉCOLINE MOTORISATION ÉCOLINE MOTORISATION Cinématique PRÉSENTATION DU VÉHICULE Pour cette étude, vous disposez d une voiture FG ECOLINE à motorisation thermique entièrement montée et fonctionnelle. Cette voiture radiocommandée

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Mathématiques et Horlogerie

Mathématiques et Horlogerie Mathématiques et Horlogerie Ilan Vardi, EPFL SAMLAB. 3 octobre 2012 Figure 1 Lire l'heure, un jeu d'enfant? 1 Estce qu'il y a encore des choses à découvrir en horlogerie mécanique? L'algorithme pour lire

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Modélisation d une pompe hydraulique à engrenage avec CosmosMotion et CosmosWorks

Modélisation d une pompe hydraulique à engrenage avec CosmosMotion et CosmosWorks Modélisation d une pompe hydraulique à engrenage avec CosmosMotion et CosmosWorks Introduction Je propose de soumettre à nos outils de MAO (mécanique assistée par ordinateur) Cosmos pack éducation 2006,

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

Projet Personnel Encadré. Voiture Raptor F-150 SVT

Projet Personnel Encadré. Voiture Raptor F-150 SVT Projet Personnel Encadré. Voiture Raptor F-150 SVT Dossier rédigé par Charly Caure, dans le groupe de travail de Tristan Delerue et Maxime Beernaert Sommaire I/ Présentation de l existant II/ Recherches

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux 1) Notion de moment d une force : Les effets d une force sur un solide dépendent de la position de la force par rapport au corps. Pour traduire avec précision les effets d une force, il est nécessaire

Plus en détail

E = k. La vitesse est nulle, la FEM E est nulle aussi. Ce = k. Um = E + R Im. 2 π 60 II CONSTITUTION D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU

E = k. La vitesse est nulle, la FEM E est nulle aussi. Ce = k. Um = E + R Im. 2 π 60 II CONSTITUTION D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU COURS TELN CORRIGÉ STRUCTURE ET FONCTIONNEMENT D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU À AIMANT PERMANENT page 1 / 6 A PRÉSENTATION Beaucoup d'appplications nécessitent un couple de démarrage élevé. Le Moteur à

Plus en détail

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu 15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu Sommaire Exercice MCC01 : machine à courant continu Exercice MCC02 : machine à courant continu à excitation indépendante Exercice

Plus en détail

CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement

CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement BTS électrotechnique 2 ème année - Sciences physiques appliquées CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement Motorisation des systèmes. Problématique : En tant que technicien supérieur il vous revient

Plus en détail

TD d après CCP TSI 2012 CI 4 - TEC

TD d après CCP TSI 2012 CI 4 - TEC Contexte de l étude La nécessité de diminuer le coût de transport des marchandises embarquées sur les bateaux porte-conteneurs impose de limiter au maximum le temps d immobilisation des navires à quai.

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

TEPZZ 9 774 A T EP 2 937 742 A2 (19) (11) EP 2 937 742 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G04C 3/14 (2006.01) G04C 17/00 (2006.

TEPZZ 9 774 A T EP 2 937 742 A2 (19) (11) EP 2 937 742 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G04C 3/14 (2006.01) G04C 17/00 (2006. (19) TEPZZ 9 774 A T (11) EP 2 937 742 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 28..201 Bulletin 201/44 (1) Int Cl.: G04C 3/14 (2006.01) G04C 17/00 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 116313.3

Plus en détail

MACHINES SIMPLES, MÉCANISMES ET TECHNIQUES

MACHINES SIMPLES, MÉCANISMES ET TECHNIQUES MACHINES SIMPLES, MÉCANISMES ET TECHNIQUES Ce document s adresse à des adultes. 2010-2011 La mécanique Quelques définitions Mécanique Mécanisme Utilité d un mécanisme Mise en fonction des mécanismes Force

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

Corrigé et barème. Ce dossier comporte 9 pages : Correction 8 pages Barème 1 page

Corrigé et barème. Ce dossier comporte 9 pages : Correction 8 pages Barème 1 page Corrigé et barème Ce dossier comporte 9 pages : Correction 8 pages Barème 1 page Portes Latérales Coulissantes de PEUGEOT 807 Éléments de correction Question 1A Diagramme FAST de la fonction FP1 FP1 Ouvrir

Plus en détail

CALIBRE 3255 BASELWORLD 2015. Calibre 3255 LE MOUVEMENT ROLEX DE NOUVELLE GÉNÉRATION

CALIBRE 3255 BASELWORLD 2015. Calibre 3255 LE MOUVEMENT ROLEX DE NOUVELLE GÉNÉRATION CALIBRE 3255 BASELWORLD 2015 Calibre 3255 LE MOUVEMENT ROLEX DE NOUVELLE GÉNÉRATION Calibre 3255 UN NOUVEAU STANDARD DE PERFORMANCE À BASELWORLD 2015, ROLEX INTRODUIT UN MOUVEMENT MÉCANIQUE DE NOUVELLE

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES & HELICOÏDALES (Partie 2)

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES & HELICOÏDALES (Partie 2) INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES & HELICOÏDALES (Partie 2) Pierre Duysinx LTAS Ingénierie de Véhicules Terrestres Département Aérospatiale & Mécanique Université de Liège Année Académique

Plus en détail

Chapitre 4 : Etude Energétique

Chapitre 4 : Etude Energétique Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 4 : Energétique SMPC1 Chapitre 4 : Etude Energétique I Travail et Puissance d une force I.1)- Puissance d une force Soit un point matériel M de vitesse!!/!,

Plus en détail

Rendre plus grand. Par exemple, un levier peut amplifier la force de votre bras.

Rendre plus grand. Par exemple, un levier peut amplifier la force de votre bras. Nous avons tenté de rendre notre glossaire aussi compréhensible et pratique que possible sans utiliser d équations difficiles, ni d explications fastidieuses. Si vous voulez un aperçu plus détaillé des

Plus en détail

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU TOURBILLON CHRONOGRAPHE DE COMPETITION A RATTRAPANTE RM 056 FELIPE MASSA SAPHIR

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU TOURBILLON CHRONOGRAPHE DE COMPETITION A RATTRAPANTE RM 056 FELIPE MASSA SAPHIR SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU TOURBILLON CHRONOGRAPHE DE COMPETITION A RATTRAPANTE RM 056 FELIPE MASSA SAPHIR Edition limitée de 5 pièces en saphir. CALIBRE RMCC1 : mouvement tourbillon à remontage manuel

Plus en détail

Définition de la forme de l arbre et des charges Possibilités de modifier toutes ces grandeurs

Définition de la forme de l arbre et des charges Possibilités de modifier toutes ces grandeurs Logiciel : ArbrEn2D Ce logiciel permet de calculer et de dessiner les efforts et les déformations dans une pièce rectiligne isostatique 2D à section variable. Les grandeurs d'entrée sont la géométrie de

Plus en détail

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Durée : 45 minutes Objectifs Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Projection de forces. Calcul de durée d'accélération / décélération ou d'accélération / décélération ou de

Plus en détail

Actionneurs TP1 : moteur asynchrone triphasé

Actionneurs TP1 : moteur asynchrone triphasé Actionneurs P22 François Deleu David Perrin UTBM GMC4 1. THEORIE 1.1. Désignation plaques signalétiques définition des symboles MOT 3 ~ Moteur triphasé alternatif LS Série 8 Hauteur d'axe L Symbole de

Plus en détail

MOUVEMENTS I. TRANSMISSION ET TRANSFORMATION DE MOUVEMENTS.

MOUVEMENTS I. TRANSMISSION ET TRANSFORMATION DE MOUVEMENTS. MOUVEMENTS Mécanisme ensemble de pièces organisées pour obtenir un mouvement. Liaison nature de l assemblage de deux pièces entre elles. Liaison complète/fixe (les deux pièces sont solidaires l une de

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

DIFFÉRENTS TYPES DE POMPES

DIFFÉRENTS TYPES DE POMPES 1 DIFFÉRENTS TYPES DE POMPES Pour les illustrations des différentes pompes, on peut se référer pour les schémas aux deux sources suivantes:! Technologie Génie Chimique (ANGLARET - KAZMIERCZAK) Tome 1!

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

MCE-5 VCRi : repousser les limites de la réduction de consommation de carburant

MCE-5 VCRi : repousser les limites de la réduction de consommation de carburant Roue de transmission La roue de transmission est la pièce la plus caractéristique de la technologie MCE-5. Il s agit d un pignon à denture en développante de cercle, tels que ceux que l on trouve dans

Plus en détail

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t page 1 Problème 1 : Auget mobile (6 points) Un jet d eau, ayant une vitesse V 1 frappe un auget à une hauteur y 1 comme indiqué sur la figure 1. On considère que le jet incident a un diamètre D et que

Plus en détail

Motorisation hybride Toyota Prius

Motorisation hybride Toyota Prius Motorisation hybride Toyota Prius Modélisation phénomènes physiques : Coefficient d adhérence : f : coefficient d adhérence φ = arctan f φ = φ s limite adhérence φ < φ s adhérence φ > φ s glissement Plus

Plus en détail

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DE LA MONTRE AUTOMATIQUE A ROTOR DEBRAYABLE RICHARD MILLE RM 030

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DE LA MONTRE AUTOMATIQUE A ROTOR DEBRAYABLE RICHARD MILLE RM 030 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DE LA MONTRE AUTOMATIQUE A ROTOR DEBRAYABLE RICHARD MILLE RM 030 Boîtier tonneau - disponible en titane, or blanc ou or rose 18 carats. CALIBRE RMAR1 : mouvement squeletté à remontage

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Chapitre 2. CINÉMATIQUE DU PÉDALAGE

Chapitre 2. CINÉMATIQUE DU PÉDALAGE Chapitre 2. CINÉMATIQUE DU PÉDALAGE «Cinématique : Emprunt scientifique au grec kinêmatikos, dérivé de kinêma = mouvement. C est la partie de la mécanique qui étudie le mouvement indépendamment des forces

Plus en détail

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES Pierre Duysinx LTAS Ingénierie de Véhicules Terrestres Département Aérospatiale & Mécanique Université de Liège Année Académique 2012-2013 INTRODUCTION Définitions

Plus en détail

Entraînements de levage et de traction à hautes performances pour grues industrielles

Entraînements de levage et de traction à hautes performances pour grues industrielles Entraînements de levage et de traction à hautes performances pour grues industrielles ABM Greiffenberger propose aux constructeurs de ponts roulants, de grues pivotantes et de portiques roulants une vaste

Plus en détail

Les dentures sur les arbres intermédiaires doivent être inclinées dans le même sens pour

Les dentures sur les arbres intermédiaires doivent être inclinées dans le même sens pour 3-4 Compensation de l effort axial dans les réducteurs à engrenages hélicoïdaux: - Roues à chevrons: 2 dentures hélicoïdales sont taillées en sens inverse sur la même roue. Ces roues ont donné le sigle

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Gaillard Olivier Projet Calcul Semestre 5 Morisse Quentin Projet Calcul Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Table des matières I. Rappels sur le système étudié... 3 A. Présentation du système...

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Dimensionnement d'un vérin électrique

Dimensionnement d'un vérin électrique Dimensionnement d'un vérin électrique Problématique Pour restituer les mouvements (et les accélérations) d'un vol par exemple, une solution classique est l'architecture appelée plate-fome Stewart. Celle-ci

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

Automatisation d une scie à ruban

Automatisation d une scie à ruban Automatisation d une scie à ruban La machine étudiée est une scie à ruban destinée à couper des matériaux isolants pour leur conditionnement (voir annexe 1) La scie à lame verticale (axe z ), et à tête

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES (Partie 3)

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES (Partie 3) INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES (Partie 3) Pierre Duysinx LTAS Ingénierie de Véhicules Terrestres Département Aérospatiale & Mécanique Université de Liège Année Académique 2012-2013 Types

Plus en détail

MACHINE D EMPILAGE ET DE BROSSAGE DE PLAQUES DE BATTERIE (Banque PT SI1 2003)

MACHINE D EMPILAGE ET DE BROSSAGE DE PLAQUES DE BATTERIE (Banque PT SI1 2003) MACHINE D EMPILAGE ET DE BROSSAGE DE PLAQUES DE BATTERIE (Banque PT SI1 2003) 1.MISE EN SITUATION Le produit Une batterie électrique au plomb est composée de deux électrodes, une anode et une cathode réalisées

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

Entraînements personnalisés

Entraînements personnalisés 67 F Votre idée - Notre motivation Depuis le concept de l'entraînement, en passant par le développement et la conception, la réalisation de prototypes dans nos ateliers, les essais en laboratoire, et jusqu

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

La boîte de vitesses

La boîte de vitesses Lycée professionnel Gaston Barré Baccalauréat professionnel MAINTENANCE des VEHICULES AUTOMOBILES SESSION 2013-2014 Nom : Prénoms : 1 1/16 1- Introduction Organe existant pratiquement depuis le début

Plus en détail

Pompe à fioul KSN. Catalogue. Conception... Vue éclatée...

Pompe à fioul KSN. Catalogue. Conception... Vue éclatée... Pompe à fioul KSN Catalogue Sommaire 1 Application... Conception... Vue éclatée... Fonctions... Caractéristiques techniques... Courbes de débit... Courbes de puissance absorbée... Dimensions... Emplacement

Plus en détail

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES CI-4 LES CONTRAINTES DE MONTAGE D UN SYSTÈME. Objectifs ANALYSER - OPTIMISER A la fin de la séquence de révision, l élève doit être capable de B2 Proposer un modèle de connaissance et de comportement Déterminer

Plus en détail

Casisa Anthony DOSSIER PERSONNEL

Casisa Anthony DOSSIER PERSONNEL Casisa Anthony TSSI DOSSIER PERSONNEL Année scolaire 2012-2013 La voiture solaire I) Planification 1) Introduction Dans le cadre du Projet Pluridisciplinaire Encadré en classe de Terminale SSI, nous avons

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB MODÉLISATION D UNE SUSPENSION ET ÉTUDE DE SON COMPORTEMENT DYNAMIQUE La suspension d une automobile est habituellement assurée par quatre systèmes

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004 Français p 1 Version : 1004 1 Description Le monte-charge est constitué des éléments suivants : 1 moteur avec moto-réducteur commandé par un bouton poussoir une poulie solidaire de l'axe du moteur permettant

Plus en détail

TD 1 CALCULS D ENERGIE

TD 1 CALCULS D ENERGIE TD 1 CALCULS D ENERGIE Exercice n 1 On désire élever la température d un chauffe-eau de 200 litres de 8 C à 70 C. On rappelle que la capacité thermique massique de l eau est de 1cal/ C/g. 1-1 Quelle est

Plus en détail

L Oyster Perpetual OYSTER PERPETUAL

L Oyster Perpetual OYSTER PERPETUAL L Oyster Perpetual OYSTER PERPETUAL Oyster, 34 mm, acier DATE 34 Véritables précurseurs, les modèles Oyster Perpetual comptent parmi les plus reconnaissables au sein d'une collection de montres de légende.

Plus en détail

Poursuite du soleil pour panneau solaire. Système de positionnement automatique de panneaux solaires.

Poursuite du soleil pour panneau solaire. Système de positionnement automatique de panneaux solaires. Poursuite du soleil pour panneau solaire Système de positionnement automatique de panneaux solaires. 1.1. Introduction. Le positionnent d un panneau face au soleil par rapport au même panneau positionné

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain OPTIQUE GEOMETRIQUE 1 Pour former l'image de la réalité, on utilise un système optique, généralement constitué d'un objectif (système réfractant). Le système optique complet est plus complexe pour certaines

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. assistance variable GUIDE POUR LE CANDIDAT :

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. assistance variable GUIDE POUR LE CANDIDAT : ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Stabilité directionnelle des véhicules : direction assistée à assistance variable Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR Session 2016 Page 1 sur 15 Tri'Ode 1. Présentation du système 2. Analyse du besoin Objectif de cette partie : vérifier la capacité

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE S e s s i o n 2 0 0 8 PHYSIQUE APPLIQUÉE Série : Spécialité : Sciences et Technologies industrielles Génie Électrotechnique Durée de l'épreuve : 4 heures coefficient : 7 L'usage

Plus en détail

Le bloc de montage (4012.10) se fixe entre la platine (1) et la boule (2) en utilisant les vis HM16X60 fournies (couple de serrage : 13m.kg).

Le bloc de montage (4012.10) se fixe entre la platine (1) et la boule (2) en utilisant les vis HM16X60 fournies (couple de serrage : 13m.kg). Montage côté voiture (2 cas peuvent se présenter) Fig I : Stab avec le bloc de montage 4012.10 convient pour les attelages à platine verticale avec 2 boulons entre axe 90mm Le bloc de montage (4012.10)

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle.

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. TP force centrifuge Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : Étudier la force centrifuge dans le cas d un objet ponctuel en rotation uniforme autour d un axe fixe. 1 Présentation

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU TOURBILLON RICHARD MILLE RM 69 EROTIQUE

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU TOURBILLON RICHARD MILLE RM 69 EROTIQUE RM 69 EROTIQUE SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU TOURBILLON RICHARD MILLE RM 69 EROTIQUE Edition limitée de 30 pièces. CALIBRE RM69 : mouvement tourbillon à remontage manuel avec heures et minutes escamotables,

Plus en détail