Mécanismes de régulation du couple d'un barillet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanismes de régulation du couple d'un barillet"

Transcription

1 La chronométrie : de la source d énergie au régulateur Défis technologiques et humains Journée d Etude SSC Montreux, 28 septembre 2011 Mécanismes de régulation du couple d'un barillet Pascal Winkler Haute Ecole Arc, Hôtel-de-Ville 7, CH-2400 Le Locle 1 Résumé Pour fonctionner de manière optimale, le rouage de finissage d'une montre mécanique devrait recevoir un couple déterminé et constant du tambour de barillet. Comme le couple varie au cours de la décharge du barillet, une montre mécanique classique ne fonctionne de manière optimale qu'à un instant de ses deux ou trois jours d'autonomie usuels. Cet article présente deux mécanismes permettant de prélever le couple excédentaire au début de la décharge du barillet, pour réarmer le ressort par la bonde. Ces mécanismes permettent, en principe, d'obtenir un couple constant sur le rouage de finissage tout en augmentant l'autonomie de la montre. Un brevet concernant cette idée a été déposé par la Haute Ecole Arc, mais de nombreux aspects restent à développer en vue d'une industrialisation. 2 Introduction Le barillet constitue le réservoir d'énergie et le moteur des montres mécaniques classiques. Le barillet comporte un tambour muni de dents, un ressort constitué par une lame élastique enroulée en spirale et un axe (bonde). Le ressort est solidaire de la bonde en son centre et solidaire du tambour sur sa circonférence. Dans la suite de ce document, on distingue deux modes de fonctionnement de la montre. D'une part, le mode «remontage» et d'autre part, le mode «fonctionnement» proprement dit. Traditionnellement, lors du remontage de la montre, le rochet entraîne la bonde qui arme le ressort par son centre. Lorsque la montre est en mode fonctionnement, la bonde est fixe et le ressort se désarme en entraînant le tambour. Le pourtour du tambour est muni de dents et entraîne le rouage de finissage de la montre. La vitesse de rotation du tambour est constante et dépend du rapport d'engrenage entre le tambour et l'oscillateur et de la fréquence de l'oscillateur. Par contre, le couple que le tambour transmet au rouage chute avec la décharge du ressort. Cette variation du couple en fonction de l'état de charge du ressort influence l'amplitude de l'oscillateur (balancierspiral). Cette variation d'amplitude présente deux conséquences négatives : 1. La variation d'amplitude influence, à son tour, la vitesse de la montre (anisochronisme). C'est-à-dire que la montre dont le ressort est armé n'a pas la même erreur de marche que la montre dont le ressort est désarmé. 2. L'erreur de marche de la montre dépend de son orientation dans l'espace (perturbations dues aux positions). Cette dépendance aux positions est minimale pour une amplitude donnée du balancier (220 ). Donc, au cours de la décharge du barillet, la montre fonctionne la plupart du temps en dehors de cet optimum. Un autre aspect à mentionner est la quantité d'énergie utilisable dans un barillet de volume donné. Pour un matériau donné, l'énergie stockée dans une lame fléchie élastiquement est proportionnelle au volume de la lame. Dans les barillets traditionnels, la variation de couple est limitée en utilisant des lames fines et en ne laissant pas le ressort se décharger complètement. On n'utilise pas toute l'énergie disponible dans la lame afin d'éviter que le couple du barillet ne varie trop drastiquement. Les barillets classiques ne sont pas conçus pour stocker un maximum d'énergie, mais pour éviter une trop grande variation du couple au cours de leur décharge. Ils sont donc le résultat d'un compromis entre énergie stockée et variation du couple. L'idée des deux mécanismes présentés est de prélever le couple excédentaire au début de la décharge du barillet, de le réinjecter par la bonde et de pouvoir le réutiliser plus tard, lorsque le couple du barillet deviendrait insuffisant dans un système classique. Un mécanisme est constitué d'un train planétaire non-circulaire, présentant une entrée reliée à un mobile de remontage (rochet), une entrée reliée à la périphérie du ressort (tambour) et une sortie reliée cinématiquement au centre du ressort (bonde). Etant donné une courbe de décharge du barillet, la forme des engrenages non-circulaires du planétaire peut être calculée en vue d'obtenir un couple donné, par exemple un couple constant, à la sortie du mécanisme. Le système permet, en principe, d'améliorer la précision et l'autonomie des montres mécaniques. La précision est augmentée puisque l'échappement reçoit un couple constant indépendamment de l'état de charge du ressort. L'autonomie est augmentée puisque le ressort peut être conçu en vue d'optimiser l'énergie stockée dans un volume donné plutôt que sa variation de couple. La faisabilité technique et la résistance du mécanisme n'ont pas encore été démontrées et un important effort de développement reste à faire. Par exemple, dans leur version élémentaire, les mécanismes proposés comportent des engrenages non-circulaires plans et un barillet à faible développement. Dans ce cas, le couple maximum augmente fortement et partant, les pressions hertziennes sur les dents. Cela implique d'utiliser des profils de dentures spéciaux pour réduire les pressions hertziennes [1]. Journée d Etude

2 3 Trains planétaires non-circulaires (PNC) Le mécanisme planétaire dont il est question ici, peut être schématisé par un système comportant trois entrées/sorties. Les vitesses de rotation des trois entrées/sorties sont reliées entre elles par la géométrie des engrenages. Par exemple, si les engrenages sont circulaires, comme dans la figure 1, les vitesses de rotation des entrées/sorties sont reliées par la relation: SA SB châssis C ω ( ρ ρ ρ ρ ) = ω ρ ρ ω ρ ρ (1) C A SB B SA A A SB B B SA roue solaire A Où x est la vitesse angulaire de l'entreé/sortie x et y est le rayon primitif de la roue y. roue solaire B Figure 2 : Exemple de train planétaire non-circulaire. SA A B C ω SB = ω SA ρ SB ρ SA ω B ρ B châssis C SB ω c ω A ρ A Figure 3 : Schéma-bloc représentant un planétaire noncirculaire. Les trois entrées/sorties sont représentées par les blocs A, B et C. roue solaire A roue solaire B Figure 1 : Train planétaire à deux roues solaires et double [2]. Si les engrenages composant le planétaire sont noncirculaires [3], la relation 1 reste valable, mais les valeurs des rayons changent en fonction des positions angulaires des roues. Ainsi, on peut créer un mécanisme dont la vitesse de rotation de la sortie est dépendante des vitesses et des positions de deux entrées. La figure 2 montre un exemple de train planétaire non-circulaire. Dans la suite de ce document, on utilisera parfois le schéma-bloc de la figure 3 pour représenter un planétaire non-circulaire. Les blocs A et B représentent les deux roues solaires et le bloc C représente le (ou châssis). 4 Mécanismes de ré-injection Contrairement à un mouvement conventionnel, dans les mécanismes présentés ci-après, l'organe de remontage (rochet) n'est pas solidaire de l'axe du barillet (bonde), mais ces deux pièces sont reliées par le PNC. Par contre, comme dans les montres mécaniques traditionnelles, le tambour entraîne le rouage de finissage de la montre à vitesse constante. Le rôle du PNC est de répartir le couple (M) du tambour entre le rouage et la bonde. Comme la puissance (P) vaut, P= M on peut dire que le PNC renvoie une partie de la puissance du tambour vers l'échappement (via le rouage) et une partie vers la bonde. Cela se traduit par la relation suivante: P = P P (2) rouage tambour bonde La géométrie des engrenages non-circulaires détermine la répartition de puissance entre ces deux branches cinématiques. En principe, il y a trois éléments (tambour, bonde, rochet) de la montre à connecter à trois entrées/sorties (A, B, C) du planétaire non-circulaire. Plusieurs agencements sont possibles dont deux différents sont proposés ci-après. Le mécanisme de régulation de couple du barillet appelé «mécanisme à ré-injection unidirectionnelle» permet de prélever une partie de la puissance du tambour pour recharger la bonde, mais il ne permet pas de prélever de la puissance à la bonde pour entraîner le rouage. Le mécanisme de régulation du couple du barillet appelé 36 Mécanismes de régulation du couple d un barillet

3 «mécanisme à ré-injection bidirectionnelle» permet nonseulement de prélever une partie de la puissance du tambour pour recharger la bonde, mais il permet également de prélever de la puissance à la bonde pour «aider» le tambour à entraîner le rouage. Ainsi, le sens de la réinjection peut être inversé lorsque le ressort est fortement déchargé. A B C 5 Mécanisme de ré-injection bidirectionnelle La figure 4 présente schématiquement le mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. Le remontoir est solidaire de la roue A, d'une part, et d'un cliquet, d'autre part. La bonde est solidaire de la roue solaire B. Le tambour est solidaire du C, d'une part, et du rouage de finissage, d'autre part. Lors du remontage (fig. 4 a), la rotation de la roue A entraîne la bonde via la roue B. Ainsi, comme dans une montre classique, le ressort est armé lorsque le système de remontage est actionné. Concernant la montre en «mode fonctionnement», la figure 4 présente deux situations qui correspondent à un barillet très armé et à un barillet peu armé. Lorsque le barillet est fortement armé (fig. 4 b), une partie de la puissance disponible au tambour est utilisée pour entraîner le rouage de finissage, alors que le surplus de puissance est ré-injecté par la bonde. Lorsque le barillet est faiblement armé (fig. 4 c), la totalité de la puissance disponible au tambour est utilisée pour entraîner le rouage de finissage et, de plus, la bonde injecte également de la puissance, via le PNC, vers le rouage de finissage en tournant dans le sens inverse du remontage. La géométrie du planétaire non-circulaire détermine la quantité et la direction de la puissance passant par la bonde en fonction de l'état de charge du ressort de barillet. Une géométrie idoine permet de générer un couple constant sur le rouage de finissage. a) mode remontage b) mode fonctionnement barillet très armé A B C A B C c) mode fonctionnement barillet peu armé Figure 4 : Schéma bloc du mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. Journée d Etude

4 La figure 5 présente une vue en coupe et une vue de dessus du mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. La roue A du PNC est solidaire du rochet de remontage. La roue B du PNC est solidaire de la bonde. Le (châssis) est solidaire du tambour de barillet. rochet de remontage bonde tambour SA SB roue A roue B rouage de finissage Coupe B-B ressort tambour rochet de bonde remontage roue A rouage de finissage roue SA roue SB roue B Figure 5 Vue en coupe et vue de dessus du mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. 38 Mécanismes de régulation du couple d un barillet

5 6 Equations régissant le mécanisme de réinjection bidirectionnelle Le moment du barillet (M barillet ) dépend de l'angle du tambour ( C ) et de l'angle de la bonde ( B ). Il peut être décrit par une fonction continue: Mbarillet = f( θc, θb ) (3) Par exemple, cette fonction pourrait être: f( θc, θb) = Marmé k( θc θb), ( θ θ ) 0, θ [ ] C B dev Où M armé est le moment lorsque le barillet est complètement armé, k est la constante du ressort (rigidité) et dev est l'angle de développement complet du barillet. A l'équilibre, la somme des forces agissant sur le est nulle: ρsa ρ A ( M M ) = M (1 ) barillet rouage barillet ρ + ρ ρ A SA B Où x, est le rayon primitif du mobile x, au point de contact. A tout moment, les différentes roues dentées doivent rouler sans glissement les unes sur les autres. Cela se traduit par la relation (1) avec, en mode fonctionnement, A =0: ω ρ ρ + ω ( ρ ρ ρ ρ ) = 0 (6) B B SA C A SB B SA Cette dernière équation peut également s'écrire sous la forme différentielle: dθ ρ ρ + dθ ( ρ ρ ρ ρ ) = 0 (7) B B SA C A SB B SA A tout moment du fonctionnement, les différentes roues dentées doivent rester en contact deux à deux sur leur ligne des centres. Cela se traduit par le fait que la somme des rayons primitifs est égale à l'entraxe (e): ρa + ρsa = e (8) ρb + ρsb = e (9) Les équations ci-dessus constituent un système d'équations différentielles. La résolution de ce système d'équation permet d'obtenir les formes (primitives) que doivent avoir les roues dentées pour obtenir le couple M rouage à partir d'un barillet présentant un couple M barillet =f( C, B ). L'existence d'une solution analytique dépend de la fonction M barillet =f( C, B ). D'autre part, il faut introduire des conditions supplémentaires sur la géométrie des roues dentées pour restreindre les solutions à des formes réalisables. 7 Résolution des équations pour un cas particulier Afin de limiter les solutions des équations du paragraphe précédent, considérons le cas particulier suivant: On veut que le moment disponible pour le rouage (M rouage ) soit constant. (4) En vertu du principe de conservation de l'énergie, on impose que la valeur de M rouage soit égale à la moyenne du moment du barillet. On fixe l'entraxe. (5) On impose que M barillet soit de la forme M armé k f( C - B ) et on fixe M armé.et k On veut utiliser des engrenages non-circulaires à un tour. C'est-à-dire que la primitive est dans un plan xy. Autrement dit, la roue peut être découpée dans une plaque plane. Par opposition à des engrenages non-circulaires à plusieurs tours dont la ligne de contact s'élève selon la direction de l'axe de rotation z (en escargot). Cela implique qu'on fixe à 1 le nombre de tour de développement du ressort dans le barillet. On impose que la roue A soit identique à la roue SB. On impose que la bonde se retrouve dans sa position initiale (ressort complètement armé) lorsque le tambour est à la «fin» de sa course (ressort complètement désarmé). On impose la valeur minimale du rapport d'engrenage entre la roue SB du et la roue B, solidaire de la bonde. Cela permet de laisser de la place au centre de la roue B pour un moyeu. En introduisant les conditions particulières ci-dessus dans le système d'équation du paragraphe 6, on peut résoudre les équations et on obtient les primitives [3] des roues dentées (fig. 6) y (mm) ρ A ρ B x (mm) Figure 6 : Courbes primitives des roues dentées. Cas particulier du mécanisme de ré-injection bidirectionnelle. La figure 7 présente une comparaison de différents couples disponibles en fonction de la position angulaire du tambour. La courbe M rouage conventionnel représente la caractéristique du barillet sans le mécanisme de réinjection. La courbe M rouage avec ré-injection représente le couple disponible au rouage en fonction de la position du tambour pour le cas particulier calculé ci-dessus. L'aire sous la courbe, qui représente l'énergie, est équivalente à l'aire sous la courbe M rouage conventionnel. La courbe M ressort avec ré-injection montre que, grâce au système de ré-injection, le ressort se décharge lentement au début de sa décharge (lorsque son couple est élevé) et plus rapidement lorsqu'il est désarmé. Il faut encore remarquer que, comme le tambour tourne à vitesse constante, l'abcisse représente proportionnellement le temps qui passe lorsque la montre est en «mode fonctionnement». ρ SB ρ SA Journée d Etude

6 M (Nm) M ressort avec ré-injection M rouage conventionnel M rouage avec ré-injection barillet est fortement armé (fig.9 b), une partie de la puissance disponible au tambour est utilisée pour entraîner le rouage de finissage, alors que le surplus de puissance est ré-injecté par la bonde. Lorsque le barillet est faiblement armé (fig. 9 c), la quasi totalité de la puissance disponible au tambour est utilisée pour entraîner le rouage de finissage, seule une infime partie est ré-injectée par la bonde. La géométrie du planétaire non-circulaire détermine la répartition de la puissance en fonction de l'état de charge du ressort de barillet. Une géométrie idoine permet de générer un couple constant sur le rouage de finissage Θ tambour (rad) Figure 7 : Graphique comparatif des moments disponibles en fonction de la position angulaire du tambour pour différents cas: i) le rouage d'un système conventionnel, ii) le rouage du système à ré-injection bidirectionnelle, iii) le ressort du système à ré-injection bidirectionnelle. La figure 8 montre la position angulaire de la bonde par rapport à la position angulaire du tambour au cours du temps de décharge de la montre (le temps est proportionel à tambour ). En début de décharge, la vitesse (pente de la courbe) de la bonde est maximale et cette vitesse s'annule lorsque M barillet =M rouage. Le sens de rotation de la bonde s'inverse lorsque le barillet est déchargé (M barillet <M rouage ) de manière à injecter de la puissance dans le rouage par la bonde. Cela reflète le fait que la puissance ré-injectée à la bonde est positive et importante lorsque le ressort est fortement armé, alors qu'elle est négative lorsque le ressort est désarmé. En fait, lorsque le ressort est désarmé, on devrait parler de "prélèvement" plutôt que de «réinjection». Θ (rad) 6 C B A a) mode remontage C B A Θ tambour 2 1 Θ bonde b) mode fonctionnement barillet très armé Θ tambour (rad) Figure 8 : Positions angulaires de la bonde et du tambour en fonction du temps (position du tambour). 8 Mécanisme de ré-injection unidirectionnelle La figure 9 présente schématiquement le mécanisme de ré-injection unidirectionnelle. D'une part, le remontoir est solidaire du C et d'autre part, il est relié à un cliquet anti-retour. La bonde est solidaire de la roue solaire B et le tambour est solidaire, d'une part, de la roue solaire A et, d'autre part, du rouage de finissage. Lors du remontage (fig. 9 a), le rouage de finissage peut être considéré comme arrêté et la rotation du fait tourner la bonde. Ainsi, comme dans une montre traditionnelle, le ressort est armé lorsque le système de remontage est actionné. Lorsque la montre est en mode «fonctionnement», la figure 9 présente deux situations qui correspondent à un barillet très armé et à un barillet peu armé. Lorsque le C B A c) mode fonctionnement barillet peu armé Figure 9 : Schéma bloc du mécanisme de ré-injection unidirectionnel. 40 Mécanismes de régulation du couple d un barillet

7 La figure 10 présente une vue en coupe et une vue de dessus du mécanisme de ré-injection unidirectionnelle. La roue A du PNC est solidaire du tambour de barillet. La roue B du PNC est solidaire de la bonde. Le (châssis) est solidaire d'un rochet de remontage. rochet de remontage bonde tambour SA SB roue B roue A rouage de finissage Coupe B-B ressort rochet de remontage bonde roue B tambour rouage de finissage roue SA roue SB roue A Figure 10 : Vue en coupe et vue de dessus du mécanisme de ré-injection unidirectionnelle. Journée d Etude

8 Un système d'équations différentielles similaires aux équations du paragraphe 6 régit le mécanisme de réinjection unidirectionnel. En introduisant dans ce système des conditions particulières similaires à celles du paragraphe 7, on obtient les primitives des roues dentées (fig. 11). dans le mécanisme de ré-injection unidirectionnelle, le sens de rotation de la bonde ne peut pas s'inverser. Θ (rad) 15 Θ tambour y (mm) ρ SA ρ B ρ A ρ SB 5 Θ bonde x (mm) Θ tambour (rad) Figure 13 : Positions angulaires de la bonde et du tambour en fonction du temps (position du tambour) Figure 11 : Courbes primitives des roues dentées. Cas particulier du mécanisme de ré-injection unidirectionnelle. La figure 12 présente une comparaison de différents couples disponibles en fonction de la position angulaire du tambour. La courbe M rouage conventionnel représente la caractéristique du barillet sans le mécanisme de réinjection. La courbe M rouage avec ré-injection représente le couple disponible au rouage en fonction de la position du tambour pour le cas particulier calculé ci-dessus. On constate que l'aire sous la courbe, qui représente l'énergie, est équivalente à l'aire sous la courbe M rouage conventionnel. Il faut encore remarquer que, comme le tambour tourne à vitesse constante, l'abcisse de la figure 12 représente proportionnellement le temps qui passe lorsque la montre est en «mode fonctionnement». M (Nm) M ressort avec ré-injection M rouage conventionnel M rouage avec ré-injection Θ tambour (rad) Figure 12 : Graphique comparatif des couples disponibles en fonction de la position angulaire du tambour pour différents cas: i) Le rouage d'un système classique, ii) Le rouage du système à ré-injection unidirectionnelle, iii) Le ressort du système à ré-injection unidirectionnelle. La figure 13 montre la position angulaire de la bonde par rapport à la position angulaire du tambour au cours du temps de décharge de la montre (le temps est proportionel à tambour ). On constate que, en début de décharge, la vitesse (pente de la courbe) de la bonde est maximale et que cette vitesse tend à s'annuler lorsque le barillet est déchargé. Cela reflète le fait que la puissance ré-injectée à la bonde est importante lorsque le ressort est fortement armé et quasi-nulle lorsque le ressort est désarmé. Contrairement au mécanisme de ré-injection bidirectionnel, 9 Discussion Certains concepts présentés ici ont déjà été évoqués ou utilisés par d'autres auteurs. Le concept de ré-injection par la bonde est décrit par Takahashi [4], l'utilisation d'engrenages non-circulaires pour obtenir un couple constant est proposée par Papi [5] et l'utilisation d'un planétaire pour permettre de remonter le ressort tout en maintenant le couple sur le rouage de finissage est utilisé dans le Tourbograph de Lange & Söhne. Par contre la combinaison de ces différentes astuces en vue d'augmenter l'autonomie et la précision des montres n'a, à notre connaissance, pas encore été proposée. Partant du principe décrit, plusieurs variantes de réalisations sont possibles. Selon que le du planétaire non-circulaire est relié au tambour ou au rochet de remontage, le mécanisme sera bidirectionnel ou unidirectionnel. Le mécanisme de ré-injection bidirectionnelle présente l'avantage de permettre le prélèvement d'énergie à la bonde lorsque le ressort est très désarmé, par contre, avec des engrenages non-circulaires plans, le nombre de tours de développement du ressort est limité à un. Le mécanisme de ré-injection unidirectionnelle, tel que présenté ici, présente deux avantages. D'une part, il permet d'utiliser un ressort ayant plus d'un tour de développement. D'autre part, en mode fonctionnement, le châssis (rochet) ne tourne pas ce qui réduit les frottements par rapport au système de réinjection bidirectionnelle. Avec les systèmes de ré-injection proposés, l'utilisation de ressorts optimisés pour un faible nombre de tours de développement est favorable du point de vue de l'énergie stockée et de l'autonomie. Par contre les couples maximum importants de tels ressorts ne permettent pas d'utiliser des profils de dents et des épaisseurs de roues traditionnels. Il faudrait concevoir des dents dont les profils sont optimisés en vue de réduire les pressions hertziennes. Pour fonctionner correctement, le mécanisme présenté doit conserver la synchronisation entre l'état de charge du ressort et la position relative des engrenages noncirculaires. Cela implique que le ressort ne doit pas glisser au moyen d'une bride glissante en fin de remontage. Un arrêtage peut facilement être obtenu par la géométrie des flancs radiaux des engrenages non-circulaires. En effet, les 42 Mécanismes de régulation du couple d un barillet

9 engrenages non-circulaires en colimaçon se bloquent «naturellement» en fin de parcours. Si le mécanisme devait être intégré dans une montre automatique, il faudrait utiliser une solution pour arrêter ou débrayer la masse oscillante lorsque le ressort est complètement armé afin d'éviter de casser le rouage démultiplicatif du système de remontage automatique. Ce type de solution a déjà été proposé par le passé. Nous nous sommes limités à présenter l'utilisation du mécanisme de ré-injection pour obtenir une force constante à l'échappement, mais il faut insister sur le fait qu'en principe, le couple de sortie pourrait être n'importe quelle fonction continue, pour autant que les engrenages noncirculaires nécessaires soient réalisables. Les mécanismes décrits pourraient peut-être présenter un intérêt dans d'autres domaines que l'horlogerie. Pourraiton stocker l'énergie de freinage d'une voiture dans un barillet et restituer cette énergie au démarrage afin d'économiser de l'essence dans la plage où le moteur à explosion possède un rendement calamiteux? Serait-il avantageux d'utiliser le mécanisme pour entraîner une génératrice dans les appareils électroniques portables? Le principe des mécanismes proposés est élégant et répond à la longue quête des horlogers en vue d'utiliser toute l'énergie du ressort avec un couple constant. Par contre la faisabilité technique, le bilan de l'encombrement, la solidité des dents et les possibilités d'intégration dans un mouvement de montre requièrent encore passablement de développements. 10 Remerciements Je tiens à remercier mes collègues de la HE-Arc pour leur soutien et notamment Damien Prongué, qui partage généreusement, jour après jour, son savoir et ses critiques. Je remercie Frédéric Lebet, qui a réalisé plusieurs illlustrations. Je remercie François-Régis Richard de l'entreprise e-patent, pour ses nombreuses remarques pertinentes. 11 Références [1] LANDAU & LIFCHITZ, Théorie de l'élasticité, MIR, [2] M. VERMOT, Traité de construction horlogère, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, [3] P. WINKLER, 13 e Journée d'etude SSC, Lausanne, 16 septembre [4] TAKAHASCHI, Brevet Seiko EP , [5] A. PAPI, Brevet Girard-Perregaux EP , Journée d Etude

CALIBRES OMEGA CO-AXIAL DESCRIPTION ECHAPPEMENT CO-AXIAL REGLAGE OMEGA

CALIBRES OMEGA CO-AXIAL DESCRIPTION ECHAPPEMENT CO-AXIAL REGLAGE OMEGA CALIBRES OMEGA CO-AXIAL DESCRIPTION ECHAPPEMENT CO-AXIAL REGLAGE OMEGA Table des matières Page Lexique 3 Description de l échappement Co-Axial 5 Fonctions de l échappement Co-Axial 6 Avantages de l échappement

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine)

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine) Analyse de la charge transmise aux roulements de la roue dentée, notamment en rajoutant les efforts axiaux dus aux ressorts de l embrayage (via la cloche) (Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto,

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Jouets...2 I.Voiture avec volant d'inertie réservoir d'énergie cinétique...2 A.Préliminaire...3 B.Phase 1...3 C.Phase 2...4 D.Phase

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Industrielles pour l Ingénieur Centre d Intérêt 5 : ALIMENTER en énergie RADIOS FREEPLAY : Génération d'énergie électrique pour une radio sans piles dans les pays en voie de développement COURS

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

EP 2 063 325 A2 (19) (11) EP 2 063 325 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.05.2009 Bulletin 2009/22

EP 2 063 325 A2 (19) (11) EP 2 063 325 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.05.2009 Bulletin 2009/22 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 063 325 A2 (43) Date de publication: 27.05.2009 Bulletin 2009/22 (51) Int Cl.: G04B 17/06 (2006.01) G04B 17/34 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 08167317.0

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Durée : 45 minutes Objectifs Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Projection de forces. Calcul de durée d'accélération / décélération ou d'accélération / décélération ou de

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

Quantité de mouvement et moment cinétique

Quantité de mouvement et moment cinétique 6 Quantité de mouvement et moment cinétique v7 p = mv L = r p 1 Impulsion et quantité de mouvement Une force F agit sur un corps de masse m, pendant un temps Δt. La vitesse du corps varie de Δv = v f -

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

www.boutiquesolaire.com

www.boutiquesolaire.com INFORMATIONS SUR LES PRODUITS 03 / 2013 POWERBANKS CHARGEURS SOLAIRES Powerbanks Chargeurs solaires Cellules solaires pour Powerbanks CELLULES SOLAIRES POUR POWERBANKS www.boutiquesolaire.com CONTENU Powerbanks

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511 CANTER 3S13 2105-2110 mm 1695 mm 990 mm Porte-à-faux avant 3500 3995 4985 Longueur max. de carrosserie** 2500 2800 3400 Empattement 4635 4985 5785 Longueur hors tout Masses/dimensions Modèle 3S13 Modèle

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

La motorisation hybride ou la voiture à récupération d'énergie

La motorisation hybride ou la voiture à récupération d'énergie La motorisation hybride ou la voiture à récupération d'énergie Historique L'idée d'associer plusieurs sources d'énergie pour faire avancer un véhicule, définition même d'une motorisation hybride, n'a rien

Plus en détail

MultiPlus sans limites

MultiPlus sans limites MultiPlus sans limites La maîtrise de l'énergie avec le Phoenix Multi/MultiPlus de Victron Energy Parfois les possibilités offertes par un nouveau produit sont si uniques qu'elles sont difficiles à comprendre,

Plus en détail

4XDOLILFDWLRQ H[SpULPHQWDOH GH OD PRGpOLVDWLRQ WKHUPLTXH GH OD ERvWH JpQpULTXH 83

4XDOLILFDWLRQ H[SpULPHQWDOH GH OD PRGpOLVDWLRQ WKHUPLTXH GH OD ERvWH JpQpULTXH 83 &KDSLWUH 4XDOLILFDWLRQ H[SpULPHQWDOH GH OD PRGpOLVDWLRQ WKHUPLTXHGHODERvWHJpQpULTXH,QWURGXFWLRQ Un modèle thermique nodal de la boîte générique, correspondant au banc d essais, a été réalisé. Des modèles

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Casisa Anthony DOSSIER PERSONNEL

Casisa Anthony DOSSIER PERSONNEL Casisa Anthony TSSI DOSSIER PERSONNEL Année scolaire 2012-2013 La voiture solaire I) Planification 1) Introduction Dans le cadre du Projet Pluridisciplinaire Encadré en classe de Terminale SSI, nous avons

Plus en détail

Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau

Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau Par Jim Spitaels Livre blanc n 43 Révision n 2 Résumé de l étude Les besoins en puissance des centres de

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

10 ans de LIGA au service de l horlogerie Développements et nouveautés

10 ans de LIGA au service de l horlogerie Développements et nouveautés 10 ans de LIGA au service de l horlogerie Développements et nouveautés Grégoire Genolet, Hubert Lorenz, Mimotec SA, Blancherie 61, 1950 Sion Marc-André Glassey, Sigatec SA, Blancherie 61, 1950 Sion 1)

Plus en détail

DM 1 : Montre Autoquartz ETA

DM 1 : Montre Autoquartz ETA Lycée Masséna DM 1 : Montre Autoquartz ETA 1 Présentation de la montre L essor de l électronique nomade s accompagne d un besoin accru de sources d énergies miniaturisées. Les contraintes imposées à ces

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance.

CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance. XIII. 1 CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance. Dans les chapitres précédents nous avons examiné des circuits qui comportaient différentes

Plus en détail

Caractéristiques Techniques au 01 janvier 2014. Le Crafter Combi

Caractéristiques Techniques au 01 janvier 2014. Le Crafter Combi Caractéristiques Techniques au 01 janvier 2014 Le Crafter Combi Les caractéristiques techniques, motorisations et consommations du Crafter Combi. Norme antipollution EU5+. 2,0 l TDI 109 BVM6 2,0 l TDI

Plus en détail

association adilca www.adilca.com LE COUPLE MOTEUR

association adilca www.adilca.com LE COUPLE MOTEUR LE COUPLE MOTEUR Quelles sont les caractéristiques essentielles d un véhicule à moteur? Les services marketing le savent, c est la puissance et la vitesse maximale qui, au premier abord, focalisent l attention

Plus en détail

Int. Cl.4: E 05 B 5/00. Q) Demandeur: REGIE NATIONALE DES USINES RENAULT Boîte postale 103 8-10 avenue Emile Zola F-92109 Boulogne-Billancourt(FR)

Int. Cl.4: E 05 B 5/00. Q) Demandeur: REGIE NATIONALE DES USINES RENAULT Boîte postale 103 8-10 avenue Emile Zola F-92109 Boulogne-Billancourt(FR) à Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication: 0 181 262 A2 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 85402119.3 Int. Cl.4: E 05 B 5/00 Date de dépôt:

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES GÉNIE ÉLECTROTECHNIQUE SESSION 2008 ÉPREUVE: ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS Durée: 4 heures Coefficient : 6 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE

Plus en détail

LE CIRCUIT DE CHARGE

LE CIRCUIT DE CHARGE MAINTENANCE AUTOMOBILE 1 LE CIRCUIT DE CHARGE PROBLÈME POSÉ Les véhicules automobiles modernes sont maintenant équipés de circuits électriques et électroniques aussi variés que nombreux. Il est donc nécessaire

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets. Numéro de publication: 0 036 058 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets. Numéro de publication: 0 036 058 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN ê Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication: 0 036 058 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 80420035.0 Int. Cl.3: B 60 J 1/20 Date de dépôt:

Plus en détail

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42 Centre de tournage et de fraisage CNC TNX65/42 Le tour TRAUB TNX65/42 pose de nouveaux jalons dans l'usinage à haute performance. Le concept de machine futuriste avec l'incomparable nouvelle unité de fraisage

Plus en détail

véhicule hybride (première

véhicule hybride (première La motorisation d un véhicule hybride (première HERVÉ DISCOURS [1] La cherté et la raréfaction du pétrole ainsi que la sensibilisation du public à l impact de son exploitation sur l environnement conduisent

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Huygens et le ressort spiral Fiche professeur

Huygens et le ressort spiral Fiche professeur 1 er étage La mesure du temps x Huygens et le ressort spiral Fiche professeur Où? Cabinet des curiosités, 1 er étage Moins de vingt ans après l invention du pendule (-> voir fiche «Galilée et le pendule»),

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov 1 MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov Pourquoi motoriser un télescope? 2 Pour compenser le mouvement de la terre (15 /h) Observation visuelle Les

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR COMPORTEMENT DYNAMIQUE D UN VEHICULE AUTO-BALANCÉ DE TYPE SEGWAY Partie I - Analyse système Poignée directionnelle Barre d appui Plate-forme Photographies 1 Le support

Plus en détail

Le DEFI SOLAIRE. Véhicule Solaire

Le DEFI SOLAIRE. Véhicule Solaire Le DEFI SOLAIRE Véhicule Solaire Sommaire : Partie 1 Présentation du projet Introduction La voiture solaire, qu est ce que c est? Notre démarche Présentation du concours Cahier des charges Analyse fonctionnelle

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

Communiqué de presse. Patek Philippe, Genève Avril 2011

Communiqué de presse. Patek Philippe, Genève Avril 2011 Communiqué de presse Patek Philippe, Genève Avril 2011 Patek Philippe Advanced Research Patek Philippe présente le nouveau balancier GyromaxSi en or et Silinvar. Au cours des six dernières années, le département

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

CHAPITRE XII : L'induction électromagnétique et les inducteurs

CHAPITRE XII : L'induction électromagnétique et les inducteurs CHAPITRE XII : L'induction électromagnétique et les inducteurs XII. 1 Nous avons vu dans le chapitre XI qu'un courant produisait un champ magnétique. A la suite de cette observation, les scientifiques

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd

Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd 10 Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd Laurent Moulin, Renault VI, 99, route de Lyon, 69802 Saint Priest, e-mail : laurent.moulin@renaultvi.com D epuis 1974 à aujourd hui, la réglementation

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

XXXX F16D ACCOUPLEMENTS POUR LA TRANSMISSION DES MOUVEMENTS DE ROTATION; EMBRAYAGES; FREINS [2]

XXXX F16D ACCOUPLEMENTS POUR LA TRANSMISSION DES MOUVEMENTS DE ROTATION; EMBRAYAGES; FREINS [2] XXXX F16D F16D F16 ÉLÉMENTS OU ENSEMBLES DE TECHNOLOGIE; MESURES GÉNÉRALES POUR ASSURER LE BON FONCTIONNEMENT DES MACHINES OU INSTALLATIONS; ISOLATION THERMIQUE EN GÉNÉRAL F16D XXXX F16D ACCOUPLEMENTS

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Les véhicules La chaîne cinématique

Les véhicules La chaîne cinématique Un peu d histoire 1862 : M. BEAU DE ROCHAS invente le cycle à 4 temps 1864 : premier moteur à 4 temps, par M.OTTO 1870 : industrialisation de la voiture 1881 : première voiture électrique par M. JEANTAUD

Plus en détail

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1 re B et C 5 Oscillations d'un pendule élastique horizontal 40 Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1. Définitions a) Oscillateur écanique * Un systèe écanique qui effectue un ouveent

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - PARTIE D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - PARTIE D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - PARTIE D TITRE : ETUDE DE L'ETAT DE SURFACE DES TEXTILES Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Maison DÔME. BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2010 Série S SI. ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4.

Maison DÔME. BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2010 Série S SI. ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4. BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2010 Série S SI ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4 Aucun document n est autorisé. Le matériel autorisé comprend toutes les calculettes

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

Toujours pionnier, Opel fait progresser la mobilité électrique

Toujours pionnier, Opel fait progresser la mobilité électrique Toujours pionnier, Opel fait progresser la mobilité électrique MeRegioMobil : l illustration tangible de l énergie du futur Meriva électrique : stockage mobile pour le réseau intelligent d électricité

Plus en détail

Terminologie Micromécanique et Microtechniques

Terminologie Micromécanique et Microtechniques Terminologie Micromécanique et Microtechniques Tous les techniciens de l'industrie doivent connaître le vocabulaire technique de base qui est utilisé en mécanique générale. Pour les techniciens en microtechniques,

Plus en détail

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Technique de pointe Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Concernant les installations photovoltaïques destinées aux particuliers, jusqu à présent il n a pas été fait de distinction en

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4

E/ECE/324/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 6 décembre 2012 Accord Concernant l adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique)

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Enseignement collège et lycée Article Code Véhicule électrique à énergie solaire

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Notice de paramétrage Version 1.1

Notice de paramétrage Version 1.1 1 2 Sommaire 1 Pourquoi doit-on paramétrer PIC-ASTRO?...3 1.1 Avertissement...3 1.2 Consignes avant utilisation...3 1.3 Le fichier de paramétrage...5 1.4 Les paramètres...5 1.5 Sauvegarde...5 2 Les paramètres

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

Dossier technique. DEFIS SOLAIRES Catégorie Collège. Dossier technique LP Georges Guynemer voitures LPPG et RunningStone Page 1/7

Dossier technique. DEFIS SOLAIRES Catégorie Collège. Dossier technique LP Georges Guynemer voitures LPPG et RunningStone Page 1/7 Dossier technique DEFIS SOLAIRES Catégorie Collège Dossier technique LP Georges Guynemer voitures LPPG et RunningStone Page 1/7 I) Qui sommes nous? Nous sommes les élèves de la 3 ème Préparation Professionnelle

Plus en détail

technique de mesure rotative codeur incrémental Ri-10S10C-2B4096-H1181

technique de mesure rotative codeur incrémental Ri-10S10C-2B4096-H1181 bride standard, Ø 58 arbre sortant, Ø 10 x 20 Principe de mesure optique matériau d'arbre: acier inoxydable mode de protection IP 67 du côté d'arbre -40 +85 C max. 6000 tours/ min (service continu 3000

Plus en détail

Autonome en énergie, la maison du futur

Autonome en énergie, la maison du futur Autonome en énergie, la maison du futur Pour les sources d'énergie fluctuantes telles que le photovoltaïque (PV), la synchronisation entre production et consommation n'est que partiellement possible. Des

Plus en détail

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton Influence d un film viscoélastique ultra-mince sur la réponse d une pointe oscillante : vers un aspect quantitatif du mode semi contact d un microscope à force atomique Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Thermodynamique (Échange thermique)

Thermodynamique (Échange thermique) Thermodynamique (Échange thermique) Introduction : Cette activité est mise en ligne sur le site du CNRMAO avec l autorisation de la société ERM Automatismes Industriels, détentrice des droits de publication

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail