Rapport sommaire des résultats, leçons apprises et recommandations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport sommaire des résultats, leçons apprises et recommandations"

Transcription

1 PHOTO CREDIT: SAVE THE CHILDREN Rapport sommaire des résultats, leçons apprises et recommandations ÉVALUATION MULTI-PAYS DE L EMPLOI DES JEUNES ET DES OPPORTUNITÉS D ENTREPRENEURIAT EN AGRICULTURE BURKINA FASO, ÉGYPTE, ÉTHIOPIE, MALAWI, OUGANDA DALBERG GLOBAL DEVELOPMENT ADVISORS EN PARTENARIAT AVEC LA FONDATION MASTERCARD ET SAVE THE CHILDREN

2 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos Introduction Jeunesse en Action Évaluations du marché multi -pays Aperçu des résultats : Contextes des Pays Aperçu des résultats : Profils des jeunes Aperçu des résultats : Opportunités économiques viables pour les jeunes Aperçu des résultats: Opportunités agricoles et non agricoles viables Principaux leçons apprises...15 Recommandations sur le programme des moyens de subsistance pour les jeunes par une approche axée sur le marché...16

3 AVANT-PROPOS Le chômage des jeunes est l un des plus grands défis de l Afrique. Plus de 60 pour cent de chômeurs en Afrique ont moins de 24 ans, et ce segment devrait croître. En 2040, l Afrique aura la plus grande part de la population active mondiale. Partant de ce constat, Save the Children Canada et la Fondation MasterCard ont commencé en 2012 un partenariat de travail au profit des jeunes non scolarisés. Le projet aide les jeunes à acquérir des compétences et à effectuer la transition vers la scolarisation, la formation professionnelle ou la petite entreprise. Il met l accent sur le secteur agricole au Burkina Faso, Égypte, Malawi, Ouganda et Éthiopie. Ce rapport vise à assurer une maitrise du marché des pays d intervention. Ses conclusions serviront à informer et à façonner l approche de formation du projet au profit des jeunes. Il nous donne également l occasion d en apprendre plus sur les opportunités de promotion économiques pour les jeunes en Afrique subsaharienne et de partager nos résultats. Nous nous engageons également à écouter la voix des jeunes afin que notre programme réponde à leurs aspirations. Avoir une idée de l intérêt des jeunes pour l agriculture a été un élément clé de ce travail. Ce rapport représente un engagement commun à une formation basée sur la demande et au partage de leçons à toutes les étapes du projet. Nous avons bon espoir que les leçons tirées de ce rapport pourront être appliquées à d autres initiatives d emploi des jeunes, afin qu ils aient à travers le monde l opportunité d assurer durablement leur moyen de subsistance. Nous partagerons davantage de leçons apprises à travers le Partenariat Aide-Université pour la Recherche en Éducation, ainsi que des conférences et événements tout au long de l année. Reeta Roy Présidente et chef de la direction La Fondation MasterCard Patricia Erb Présidente et chef de la direction Save the Children Canada PAGE 3

4 INTRODUCTION L agriculture reste au cœur de l agenda de développement de presque tous les pays d Afrique. En 2012, l agriculture représentait 65 % du produit intérieur brut (PIB) de l Afrique et employait plus de 65 % de sa population 1. Malgré un réel potentiel de stimulation de la croissance économique, de réduction significative du chômage, du sous-emploi, de la faim et de la malnutrition en Afrique, l agriculture est souvent perçue comme offrant peu d opportunités pour une vie décente. Les jeunes africains dont 70 % 2 vivent en zones rurales, considèrent souvent l agriculture comme une activité de subsistance avec des gains faibles et des options limitées de créativité ou d innovation. Beaucoup voient leur avenir dans un milieu urbain, technologiquement plus avancé. Aujourd hui, la moyenne d âge des agriculteurs (trices) africains(nes) tourne autour de la soixantaine 3, tandis que de nombreux jeunes sont au chômage ou sont sous-employés. Les statistiques donnent un message clair. Si l agriculture est au cœur des objectifs du développement économique et humain en Afrique, les jeunes doivent être soutenus afin de trouver et créer des opportunités pour l innovation, la diversification et l augmentation des rendements dans le secteur agricole. Le défi consiste à motiver les jeunes afin qu ils voient leur avenir dans l agriculture. Ceci peut se faire en engageant leur créativité le long de divers aspects de la chaîne de valeur, en concevant des programmes de développement de compétences basés sur la demande, en facilitant l accès aux services financiers et à l éducation financière, en offrant un soutien continu, et, surtout, en permettant aux jeunes de comprendre et négocier les opportunités au-delà de leur communauté immédiate. Les données sur ce qui constitue des opportunités viables au niveau des filières agricoles restent ambiguës et incohérentes à travers le continent. En outre, ce qui peut être viable pour un agriculteur adulte, expérimenté avec un accès à la terre, au crédit et possédant de vastes réseaux sociaux peut ne pas être de même pour un jeune de 17 ans avec moins d actifs, mais, peut-être, avec une plus grande volonté d essayer de nouvelles approches. 1 Données de la Banque Mondiale (2013) 2 OIT: Le Développement Rural par le Travail Décent, (2012), page 1 3 Le FARA - Blog AASW, Kalu Samuel, Qui prendra la place de l agriculteur africain vieillissant? (2012) PAGE 4

5 JEUNESSE EN ACTION En 2012, Save the Children, en partenariat avec la Fondation MasterCard, a initié un programme ambitieux de cinq ans - Jeunesse en Action - qui vise à soutenir jeunes vivants en zones rurales au Burkina Faso, Égypte, Éthiopie, Malawi et Ouganda. L objectif général du programme Jeunesse en Action est d améliorer le statut socio-économique des jeunes garçons et filles vulnérables et non scolarisés par un processus non-formel d apprentissage par l expérience qui permettra de faciliter leur transition vers un emploi décent dans le domaine agricole ou un retour à la scolarisation. L approche principale consiste à doter les jeunes sélectionnés (non scolarisés, âgés de 12 à 18 ans 4 ) avec des compétences pertinentes du marché incluant l alphabétisation et les notions de calculs, les compétences financières, les compétences de vie et les compétences relatives à l employabilité. À l issue de cette phase de formation, il s agira de les soutenir dans l utilisation de ces compétences pour la transition vers des activités économiques viables ou des activités éducatives. ÉTUDE DE MARCHÉ MULTI-PAYS Afin d identifier et prioriser les sous-secteurs agricoles locaux à fort potentiel de génération d opportunités pour les jeunes (création d entreprise ou embauche) ainsi que les compétences nécessaires pour accéder à ces opportunités, une étude de marché multi-pays a été effectuée en 2013 par Dalberg Global Development Advisors. L étude a consulté jeunes (41 % de filles), 320 employeurs et 150 personnes ressources au Burkina Faso, Égypte, Éthiopie, Malawi et Ouganda. Chacune des études réalisées dans ces cinq pays a généré un rapport important et détaillé, validé avec les parties prenantes nationales et utilisé afin de guider la conception du programme Jeunesse en Action, y compris son action politique. Tandis que les principales conclusions, leçons apprises et les recommandations sont résumées dans ce document de synthèse, un Rapport de Synthèse Multi-pays plus détaillé est disponible à de même que les rapports de chaque pays. 4 Notez que l ensemble du programme concerne les ans. Cependant, les évaluations de marché ont été basées sur les opportunités viables pour les ans respectant les limites légales d âge sur l emploi PAGE 5

6 APERÇU DES RÉSULTATS : CONTEXTES DES PAYS Contexte politique : Tous les cinq pays étudiés ont des politiques et / ou des documents de stratégie portant sur l emploi des jeunes et le développement du secteur agricole. Ces politiques reconnaissent généralement le fort potentiel et l importance de la jeunesse dans la transformation économique. Cependant, la plupart de ces politiques restent indécises sur les investissements spécifiques qui doivent être réalisés et se concentrent particulièrement sur la formation avec une considération limitée, s il y a, des questions plus larges de l accès à la terre et du financement. Contexte socio-économique : La pauvreté, l accès limité aux services, l insuffisance des infrastructures de transport et les faibles niveaux d alphabétisation caractérisent la plupart des communautés dans lesquelles l étude a été réalisée. Tandis que 38 % des jeunes (41 % de garçons et 34 % de filles) ayant participé à l étude ont déclaré gagner un revenu, la plupart ont indiqué que ce revenu était saisonnier et imprévisible. Les jeunes qui ont participé à l étude n étaient pas scolarisés et les niveaux d alphabétisation ont varié entre et au sein des pays. Les jeunes en Éthiopie et en Égypte étaient plus confiants quant à leurs niveaux, tandis que les jeunes du Burkina Faso ont indiqué un niveau très faible ou inexistant d alphabétisation. Accès à la terre : Tandis que dans certains pays, comme l Éthiopie, les jeunes ont considéré l accès à la terre comme une contrainte majeure, dans d autres, les jeunes ont indiqué qu ils y avaient déjà accès ou pourraient accéder à cette ressource. En général, dans les pays où l accès à la terre était moins difficile, les garçons étaient plus confiants sur leur capacité à posséder, louer ou utiliser la terre. Toutefois, parmi les jeunes qui ont déclaré avoir accès à la terre dans un district en Ouganda, 79 % étaient des femmes. Accès au crédit : Les défis étaient similaires dans tous les cinq pays et comprenaient d importantes exigences de garantie, le manque d instruction financière chez les jeunes, des prêts à montants limités, la durée et le délai de remboursement, le manque d assurance du risque crédit et le manque de mécanismes financiers adaptés aux jeunes. Les systèmes bancaires étaient sous- développés en zones rurales dans la plupart des pays et les services d épargne et programmes de prêts n étaient pas accessibles à ce groupe d âge plus jeune. Il sera important d étudier et d analyser davantage les conditions légales d emprunt sécurisées pour les groupes d âge plus jeune. Contexte de partenariat : Dans tous les pays participant à l étude, les intervenants issus des secteurs privé, public et à but non lucratif ont exprimé un vif intérêt pour la collaboration avec Jeunesse en Action à différents niveaux et notamment sur la formation, en offrant des opportunités d apprentissage et/ou d emploi et en liant les activités agricoles à d autres secteurs, tels que l exploitation minière et le tourisme. En général, tandis que plusieurs programmes similaires existent à plusieurs niveaux dans les pays, aucun ne travaille avec ce groupe d âge plus jeune ou n offre un ensemble exhaustif d interventions, particulièrement en zones rurales. Ça ne me dérange pas d apprendre sur l agriculture car cela sera directement lié à ce que je fais actuellement. Garçon à Ach-Charqiya, Égypte PAGE 6

7 APERÇU DES RÉSULTATS : PROFILS DES JEUNES Dans tous les cinq pays, les jeunes qui ont participé à l étude ont indiqué généralement un faible niveau d éducation, avec 15% des jeunes n ayant jamais fréquenté l école et 37 % n ayant pas terminé l école primaire. Les données sont similaires dans les deux groupes de et ans. Une meilleure performance scolaire a été signalée en Égypte et en Éthiopie et des résultats scolaires nettement inférieurs au Burkina Faso, au Malawi et en Ouganda. Les différences entre les genres dans les résultats scolaires n étaient pas surprenantes avec les garçons présentant un niveau de scolarisation supérieur à travers les pays et régions. Les parents qui ont participés aux groupes de discussions ont indiqué qu ils mettaient en priorité la scolarisation des garçons en raison des contraintes financières. Il est également important de noter que l accès à une éducation gratuite et obligatoire n était pas un facteur déterminant. Les coûts supplémentaires requis pour envoyer les enfants à l école (vêtements, fournitures, transport, etc.) ainsi que le coût d opportunité lié au revenu potentiel que les jeunes peuvent générer jouent un rôle considérable dans les décisions des parents sur la scolarité. La langue d enseignement a été perçue comme un problème particulier au Burkina Faso et en Ouganda, étant donné que la plupart des jeunes qui n ont jamais fréquenté l école ou l ont abandonnée tôt avait respectivement, une compétence limitée en français ou en anglais, et ont exprimé une préférence pour l apprentissage dans leur langue locale avec un accent sur les compétences de base. Dans tous les pays, les jeunes ont exprimé un vif intérêt pour l amélioration de leurs compétences en alphabétisation et notions de calculs et voient celles-ci comme essentielles pour l amélioration de leurs conditions de vie. Il existe également des différences fondamentales dans le désir et l intérêt des jeunes de la tranche d âge ans à retourner à l école. Le Burkina Faso et le Malawi sont les pays où il y avait plus de diversité, avec certaines régions montrant que moins de 50 % des garçons enquêtés n avaient aucune envie de retourner à l école. Pour tous les autres pays, les jeunes de ce groupe d âge ont voulu retourner à l école; toutefois, la préférence pour l éducation générale versus l éducation professionnelle variait selon les pays. Dans le groupe plus âgée, les jeunes ont exprimé un intérêt limité à retourner à l école bien que beaucoup, en particulier les garçons, ont tenu à suivre une formation professionnelle. Quand ils abandonnent l école, ils restent analphabètes et ne peuvent donc pas poursuivre leurs études. Des parents à Mchinji, Malawi PAGE 7

8 APERÇU DES RÉSULTATS: OPPORTUNITÉS ÉCONOMIQUES VIABLES POUR LES JEUNES Les opportunités d emploi en zones rurales : Bien que l échantillon des employeurs interrogés ait été limité seulement aux plus grands employeurs actifs dans le secteur agricole dans une région donnée au sein des cinq pays, leurs projections de recrutement sur les cinq prochaines années étaient relativement similaires : il y a et il y aura toujours peu d opportunités d emplois directs pour les jeunes de ce groupe d âge et avec ce niveau de compétence. Dans le contexte économique et politique actuel, l auto- emploi semble donc être la principale voie pour les jeunes. Là où les emplois sont disponibles, ils sont généralement accessibles uniquement aux jeunes d au moins 18 ans (15 ans pour l Égypte). En outre, les postes de niveau débutant exigent des niveaux d éducation supérieurs à ceux des jeunes ciblés par le programme. Les entreprises agricoles ont été invitées à identifier les compétences requises pour les jeunes, en particulier pour les postes niveau débutant et peu qualifiés. L analyse montre une certaine diversité entre les pays. Les compétences de base ont été jugées plus importantes dans certains pays, avec notamment les mathématiques, qui sont souvent considérées comme essentielles pour que les jeunes évoluent dans des positions de direction ou de supervision. Les compétences non techniques ont été mises en évidence dans tous les domaines, avec en particulier l honnêteté et la capacité à travailler en équipe. Figure 1: Résumé des compétences requises par les employeurs et leur évaluation de ces compétences chez les jeunes en Égypte L ÉVALUATION DES EMPLOYEURS SUR LES COMPÉTENCES DE VIE DES JEUNES 100% LES EXIGENCES DES EMPLOYEURS CONCERNANT LES COMPÉTENCES DE VIE DES JEUNES 100% CAPACITÉ ÀTRAVAILLER EN ÉQUIPE TRAVAILLER DUR ET ÊTRE ENGAGÉ DANS LE TRAVAIL 12% 28% 34% 26% 5% 32% 34% 29% 36% 30% 24% 9% 63% 20% 10% 7% HONNÊTETÉ 7% 19% 27% 47% 49% 41% 5% 5% INSUFFISANT BON CRITIQUE ASSEZ IMPORTANT MOYEN EXCELLENT TRÉS IMPORTANT SANS IMPORTANTANCE PAGE 8

9 L auto-emploi et le développement des entreprises dans les zones rurales : Il y a un manque d emplois formels et décents pour les jeunes en zones rurales dans la plupart des pays, et compte tenu du contexte rural surtout pauvre dans les zones d intervention du programme, les perspectives d emplois rémunérés sont très limitées. Même si un partenariat avec le secteur privé pour aider les jeunes à accéder à l emploi est critique, l auto-emploi est considéré comme le principal moyen par lequel le programme peut soutenir les moyens de subsistance pour les jeunes. En Égypte, l auto- emploi à travers le développement des entreprises sera un mécanisme pour créer plus d opportunités pour les jeunes. L entreprenariat à travers le développement des micros et petites entreprises (MPE) a déjà fait ses preuves comme un moteur de l emploi dans le pays où 98 % du total des entreprises sont des MPE 5. En Éthiopie, le développement des entreprises, notamment les MPE, a également fait ses preuves comme locomotive d emploi dans le pays, représentant 80 % de l auto-emploi dans le secteur informel 6. Pour que les jeunes s engagent avec succès dans l entreprenariat au niveau des filières à fort potentiel, ils devront avoir un accès adéquat au financement, à la terre, être dotés d aptitudes et de compétences spécifiques, ceci en intégrant la dimension genre en vue de soutenir l égalité des sexes. En Ouganda, l auto- emploi et le développement des entreprises seront plus susceptibles de permettre aux jeunes d améliorer leurs moyens de subsistance étant donné que le pays a le taux le plus élevé d entrepreneurs motivés par les nécessités (44 %) versus d entrepreneurs motivés par les opportunités (56 %) 7. Au Malawi, les entrepreneurs opèrent par nécessité parce qu ils n ont pas d autres options et ont besoin d une source de revenu. L étude de marché a révélé que 62 % des jeunes entre 15 et 18 ans sont engagés dans une certaine forme d activité saisonnière ou irrégulière. Au Burkina Faso, l auto-emploi n est pas développé dans les régions cibles. Des groupes de discussions ont montré que les jeunes passent le plus de leur temps à travailler dans les champs et à la maison (surtout les filles). Pour offrir plus d opportunités aux jeunes dans les domaines concernés, des efforts supplémentaires de démonstrations des opportunités d entreprenariat aux jeunes et à leurs parents seront nécessaires. 5 The Egyptian-British Chamber of Commerce, Strategies for Egypt s Economic Recovery Post Arab-Spring, Workshop-28 June 2012, King s College London (2012), 6 Desta, Solomon, Desk Review of Studies Conducted on Women Entrepreneurs in Ethiopia (2010) 7 Global Entrepreneurship Monitor : GEM Uganda 2003 Executive report, page 16 (2003), PAGE 9

10 Tableau 1: Intérêt des jeunes dans l agriculture PAYS JEUNES INDIQUANT AVOIR UN INTÉRÊT POUR L AGRICULTURE Burkina Faso Boucle du Mouhoun : 97 % d hommes et 100 % de femmes Cascades : 63 % d hommes et 59 % de femmes Hauts Bassins : 52 % d hommes et 37 % de femmes Égypte Assiout : 83 % d hommes et 66 % de femmes Buheïra : 44 % d hommes et 61 % de femmes Ach-Charqiya : 78 % d hommes et 71 % de femmes Éthiopie Gubalafto : 92 % d hommes et 77 % de femmes Habru : 56 % d hommes et 39 % de femmes Raya Kobo : 69 % d hommes et 79 % de femmes Gidan : 100 % d hommes et 94 % de femmes Malawi Mchinji : 92 % d hommes et 87 % de femmes Ntchisi : 82 % d hommes et 72 % de femmes Rumphi : 80 % d hommes et 78 % de femmes Ouganda Bundibugyo : 61 % d hommes et 25 % de femmes Kasese : 47 % d hommes et 29 % de femmes Ntoroko : 22 % d hommes et 38 % de femmes PAGE 10

11 APERÇU DES RÉSULTATS: OPPORTUNITÉS AGRICOLES ET NON AGRICOLES VIABLES Pour évaluer les opportunités agricoles, l étude a segmenté chaque filière en deux catégories : la production végétale et les opportunités de valeur ajoutée. Des critères d évaluation pour chaque segment, y compris l accès au financement, à la terre, les compétences requises, l égalité des sexes, et les facteurs de risque ont été établis. Les évaluations ont cherché à identifier les filières qui permettront de générer des revenus rapidement avec un faible investissement. Les résultats détaillés dans le rapport, concluent que les opportunités viables au niveau des différentes filières sont spécifiques à chaque région. Toutefois, l élevage de volaille a été identifié comme une filière à fort potentiel commune à tous les pays et régions. Tableau 2: Résumé de la méthodologie de sélection CATÉGORIE OPPORTUNITÉ DE LA FILIÈRE CRITÈRES D ÉVALUATION CRITÈRES TRANSVERSAUX Production végétale Cultures (de rente et vivrière) Capacité de la région Rentabilité du produit Intrant / exigence de production Opportunité de marché Temps de la récolte Intérêt des jeunes Accès au financement Accès à la terre Compétences requises Égalité des sexes Facteurs de risque Opportunités de productions supplémentaires Fruits Légumes Apiculture Élevage Capacité de la région Intrant / exigence de production Opportunité de marché Temps de la récolte/ marché Accès au financement Accès à la terre Compétences requises Égalité des sexes Intérêt des jeunes Facteurs de risque PAGE 11

12 En ce qui concerne les opportunités de valeur ajoutée, l étude a révélé que, à petite échelle, la transformation simple des produits tels que les céréales, légumes ou fruits est plus viable pour les jeunes que les systèmes plus complexes requis pour la transformation de la viande. Les opportunités incluaient par exemple, la transformation du maïs et du riz au Burkina Faso; les produits à base de teff et de sorgho tels que la farine, les produits alimentaires et les aliments pour animaux en Éthiopie; les produits à base de maïs et de manioc en Ouganda; et ceux à base de blé et de maïs en Égypte. Des opportunités non agricoles ont également été évaluées, en particulier pour les jeunes qui ne sont pas intéressés par des activités de production végétale ou de transformation. Ceux-ci incluent l approvisionnement en intrants, l irrigation à petite échelle, la fabrication d outils, le transport, etc. Toutefois, ces activités nécessitent de plus longues périodes de formation, ainsi que certaines compétences préalables et des niveaux d éducation. Figure 2: Évaluation de la filière et résumé des critères sélection - L exemple de la banane en Ouganda PAGE 12

13 L étude a identifié les principaux critères qui doivent être mis en place pour que les jeunes réussissent. Ceux-ci comprennent : Lien entre les capacités de la région et l intérêt des jeunes : Les jeunes ont besoin d être soutenus pour comprendre et évaluer la valeur potentielle de la culture ou du produit transformé dans lequel ils envisagent s engager. Intrant / exigence de production : Les jeunes ont besoin d accéder aux intrants tels que les semences adaptées, des installations de stockage, des engrais, des pesticides et technologie améliorée (outils). Opportunité de marché : Les jeunes devront négocier l accès aux marchés, des prix de marché relativement élevés et une variabilité de prix de modérée à élevée. L intensification agricole et / ou la transformation peuvent aussi ouvrir de plus grandes opportunités de marché. Mise sur le marché : Pour les activités agricoles ainsi que les activités non agricoles, le laps de temps depuis les intrants jusqu à la vente devrait être relativement court, idéalement de six mois, pour donner aux jeunes le retour sur investissement rapide dont ils ont besoin. PAGE 13

14 Tableau 3 : Opportunités des filières PAYS FILIÈRES À HAUT POTENTIEL OPPORTUNITÉS DE VALEUR AJOUTÉE OPPORTUNITÉS DE SOUTIEN Burkina Faso Maïs, riz, élevage de volailles et élevage de bétail Transformation à petite échelle du riz et du maïs en farine, autres produits alimentaires et aliments pour animaux Mécanique et entretien des équipements, usinage du riz, et transport Égypte Pomme de terre, betterave à sucre, mouton et volailles Transformation à petite échelle du maïs et du blé en farine, autres produits alimentaires et aliments pour animaux Potentiel pour la transformation de la viande (mouton et volaille) à moyen et à long terme Approvisionnement en intrants, techniques modernes d irrigation, transport, stockage, distribution, marketing, entretien des équipements / fabrication d outils et services para-vétérinaires Éthiopie Sorgho, teff, chèvre et volaille Transformation à petite échelle du teff et du sorgho en farine, produits alimentaires et aliments pour animaux Potentiel pour la transformation de la viande (chèvre et volaille) à moyen et à long terme Approvisionnement en intrants, irrigation à petite échelle, transport, stockage, distribution, marketing, entretien des équipements / fabrication d outils et services para-vétérinaires Malawi Porc, volaille, manioc et soja Transformation à petite échelle du manioc et du soja en produits alimentaires et farine Potentiel pour la transformation de la viande (porc et volaille) à moyen et à long terme Approvisionnement en intrants, irrigation à petite échelle, transport, stockage, distribution, marketing, entretien des équipements / fabrication d outils et services para-vétérinaires Ouganda Chèvre, volaille, manioc et maïs Transformation à petite échelle du maïs et du manioc en produits alimentaires et aliments pour animaux Potentiel pour la transformation de la viande (chèvre et volaille) à moyen et à long terme Approvisionnement en intrants, irrigation à petite échelle, transport, stockage, distribution, marketing, entretien des équipements / fabrication d outils et services para-vétérinaires PAGE 14

15 PRINCIPALES LEÇONS APPRISES Les études de marché ont cherché à identifier les opportunités au niveau des filières agricoles à fort potentiel, ceci en tenant compte des défis, opportunités et besoins des jeunes dans les zones d impact. Elles ont également exploré la façon dont les jeunes peuvent développer leurs compétences afin d accéder aux opportunités identifiées et améliorer ainsi leurs moyens de subsistance. Dans cette lancée, les leçons suivantes apprises peuvent non seulement aider à façonner le programme Jeunesse en Action, mais également élargir les connaissances et améliorer les pratiques. Mettre en œuvre des actions de développement de compétences spécifiques au milieu et qui intègrent le savoir-être et la santé : La formation qui met l accent sur la santé sexuelle et reproductive ainsi que diverses compétences de vie, devrait être de mise dans tout programme de formation. Fournir une formation à multiples dimensions et des opportunités d apprentissage : Les programmes peuvent également appuyer davantage le développement des compétences en i ) renforçant les compétences en rédaction de plans d affaires / développement de projet, permettant ainsi aux jeunes de transformer des idées d affaires en initiatives concrètes; ii ) soutenant les écoles locales afin qu elles ajustent l éducation et la formation offertes, aux besoins des enfants non scolarisés; et iii) formant sur la sélection, la planification et la gestion d une microentreprise. Les formations devraient aussi explorer les avantages des systèmes de production diversifiés et intégrés. Travailler avec les parents / tuteurs : Il est essentiel d obtenir l appui et la participation des parents / tuteurs à toutes les étapes du programme. Associer les parents aux interventions du programme sera bénéfique vu que ceux-ci étaient en particulier intéressés à également tirer bénéfice par exemple de l amélioration des techniques de production agricole car étant eux-mêmes souvent agriculteurs. Prendre entièrement en compte la dimension genre : Les femmes rencontrent plus d obstacles que les hommes, ce qui influence leur capacité à rester compétitives dans le secteur et impacte globalement leurs moyens de subsistance. Sur la base des consultations avec les intervenants, ces obstacles peuvent être atténués, d abord, par l intégration des femmes dans des filières spécifiques facilitant l entreprenariat. Les programmes d interventions doivent être sensibles au genre afin de répondre pleinement aux intérêts et défis spécifiques aux garçons et aux filles, notant que les filles sont plus vulnérables à la discrimination basée sur le sexe sur plusieurs dimensions, ce qui affecte leur rôle dans la société, et par conséquent leurs actifs de développement, le niveau de scolarité et le potentiel de gain. La composante genre entre particulièrement en jeu quand il s agit de l accès à la terre. À ce titre, des mesures devraient être prises pour soutenir et faciliter l accès aux facteurs nécessaires, tel que la terre, pour démarrer une petite entreprise, ainsi que des ateliers de sensibilisation genre et des formations. PAGE 15

16 Un soutien post-programme au fur et à mesure que les jeunes effectuent la transition vers des moyens de subsistance viables : Après avoir suivi les formations pertinentes, une phase critique sera d appuyer les jeunes (directement ou à travers des partenaires locaux) dans la sélection de leur activité professionnelle ou autres voies éducatives et d y réussir. Selon le type d intervention, un soutien continu post-programme devrait être fourni afin d assurer une transition réussie de l apprentissage à l entreprenariat (particulièrement lors des premières étapes). Des exemples d appui peuvent porter sur la mise en relation des jeunes avec des organismes gouvernementaux et structures officielles (le bureau des coopératives locales, le bureau des petites et micros entreprises) qui peuvent fournir une assistance additionnelle, et / ou la mise en relation avec des mentors issus du milieu des affaires. En outre, les jeunes auront également à compter sur le soutien de leurs parents et des membres de la communauté pour une transition réussie. RECOMMANDATIONS POUR UNE PROGRAMMATION DES MOYENS DE SUBSISTANCE DES JEUNES PAR UNE APPROCHE MARCHÉ Bien que les recommandations géographiquement spécifiques aux opportunités viables soient disponibles dans les études de marché propres à chaque pays, le Rapport de Synthèse énonce des recommandations sur les composantes de base qui devraient être prises en compte dans la conception et la mise en œuvre de programmes adoptant une approche marché pour le renforcement des moyens de subsistance des jeunes, y compris le programme Jeunesse en Action. Effectuer des études de marché pour informer la conception du programme : Soit avant, ou immédiatement après l approbation du programme, des études de marché approfondies sont essentielles à l élaboration des activités de formation, d emploi et de MPE. En outre, une étude de marché effectuée tôt aide à sensibiliser la communauté et à favoriser le dialogue communautaire sur les opportunités et les défis que rencontrent les jeunes dans la sécurisation des moyens de subsistance décents. La participation des secteurs privé et public dans les études de marché contribue à établir les fondations pour des partenariats efficaces en particulier en termes d identification de opportunités d apprentissage, d emploi et de formation. Engager les jeunes en tant que participants actifs à la conception du programme: Les jeunes, garçons et filles, apportent des connaissances locales et sont les mieux placés pour identifier leurs propres intérêts. Les engager au début de l élaboration du programme assure que les interventions sont adaptées à leurs besoins et aspirations et renforce leur sentiment d appartenance à la conception et à la mise en œuvre du processus. La validation des résultats de recherche auprès des jeunes réaffirme l importance de leur voix dans le processus. PAGE 16

17 Engager les parents et les familles dans les études de marché : Les parents et les membres de la famille sont la première ligne de soutien des jeunes. Ils sont des employeurs et des entrepreneurs, ainsi que les principaux fournisseurs de soutiens matériel et moral. Les parents sont également les anciens du village et peuvent souvent donner des informations approfondies sur les conditions économiques et sociales de la communauté. En outre, les engager dans les activités d étude de marché leur donne une meilleure connaissance du programme et, par extension, accroit la probabilité qu ils encouragent leurs fils et leurs filles à y participer. Examiner attentivement la façon dont la viabilité est déterminée pour un groupe d âge plus jeune : Les jeunes âgés de 15 à 18 ans possèdent déjà souvent des actifs tangibles et non tangibles. Cependant, leurs ressources et compétences de base ainsi que leurs attentes et aspirations diffèrent des celles de groupes plus âgés. Les activités économiques viables pour les jeunes doivent prendre compte de leur capacité à accéder à des actifs tangibles tels que la terre, l équipement, le capital financier et les intrants ainsi que leurs aptitudes à créer des actifs non tangibles tels que les connaissances, les compétences, le capital social et la confiance en soi. Les jeunes mettent souvent en priorité le retour rapide sur investissements, ce qui signifie que les activités économiques proposées devraient prendre en compte le temps. Enfin, et surtout très important, les garçons et les filles de ce groupe d âge restent très vulnérables à l exploitation et aux abus potentiels. Les activités économiques proposées devraient mettre en priorité et clairement définir les conditions pour un travail sans danger, légal et convenable, en tenant compte de l âge et du genre. Intégrer pleinement les considérations genres dans tous les aspects du programme : Les filles et les garçons ont des relations différentes avec le marché et les opportunités économiques, particulièrement en milieu rural en Afrique. Il est essentiel de s assurer que les études de marché ainsi que la programmation ajustée en fonction de leurs résultats, prennent en compte le genre à tous les niveaux. Concevoir et mettre en œuvre des programmes de formation et de renforcement de capacités intégrés, et pertinents par rapport à l âge et au marché : Les études de marché ont montré que les jeunes ont besoin et ont le droit de développer un large éventail de compétences requises par les employeurs. Les jeunes vulnérables et non scolarisés ont particulièrement besoin de développer des compétences de base en alphabétisation et notions de calculs, en savoir-être et des compétences relatives à l employabilité telles qu identifiées par les employeurs. Peu de programmes combinent actuellement cet ensemble. S assurer que les programmes de formation offrent des expériences pratiques donnant aux jeunes l opportunité d interagir avec les marchés et les communautés : Les études de marché ont montré que de nombreux jeunes travaillent déjà et leur intérêt pour un apprentissage additionnel dépend de sa pertinence avec leur expérience et leur d âge. Les opportunités pratiques offrent aux jeunes l occasion de mettre immédiatement en pratique leurs compétences, augmentant ainsi la pertinence de l apprentissage. PAGE 17

18 Engager les secteurs public et privé dans la conception et la mise en œuvre du programme : L association des employeurs à la phase initiale de conception a permis à Jeunesse en Action de se concentrer sur les compétences requises par le marché, et l engagement des acteurs étatiques favorise l adhésion et minimise la duplication des efforts. Avec le déroulement du programme, le renforcement de ces relations sera impératif afin d améliorer les chances d emploi et de soutien aux jeunes. Engager le gouvernement et les communautés pour l amélioration des cadres politiques visant le renforcement des opportunités pour les jeunes : Quoique tous les pays faisant partie de l étude aient des politiques qui soutiennent l emploi des jeunes, celles-ci sont souvent étroitement définies en termes de formation. Avec le déroulement du programme Jeunesse en Action, les données et la voix des jeunes devraient être utilisées pour démontrer la nécessité de politiques plus globales qui tiennent compte de l accès aux ressources telles que l éducation et les opportunités d emploi, la terre, le capital et les services de développement d affaires appropriés à l âge. Fournir un ensemble de services de soutien aux jeunes aux au fur et à mesure qu ils effectuent la transition vers des opportunités d emploi : La formation est un point de départ; seule, elle ne suffit pas à assurer la transition des jeunes vers des opportunités décentes d éducation ou d emploi. Avec le déroulement du programme Jeunesse en Action, un ensemble de soutien post-formation doit être mis en place pour veiller à ce qu ils reçoivent le mentorat et les liens requis pour des résultats plus fructueux. Documenter et diffuser les résultats : Compte tenu de sa portée, de son échelle ainsi que de son vaste dispositif de Suivi et Évaluation (S & E), Jeunesse en Action offre un potentiel de développement d une base de données sur la programmation efficace dans le domaine de l emploi des jeunes. La documentation et la diffusion des résultats du programme offriront aux pratiquants et aux décideurs politiques une riche base de données et d analyse bénéficiant à d autres programmes et aux efforts politiques de développement. PAGE 18

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES DÉVELOPPEMENT ET GESTION D ENTREPRISES COLLECTIVES (JWW.0M) Résumé du programme d études 1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES 1.1 INTRODUCTION Les entreprises

Plus en détail

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA)

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Abidjan - Capitale économique de la Côte d Ivoire Initiative pour le Secteur Privé ISP La jeunesse africaine : La promesse d un avenir meilleur...

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage jusqu à l âgede18ans Ministère de l Éducation de l Ontario Direction des politiques et programmes d éducation en langue française Mai 2010

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Élaborer des preuves relatives à l impact de l information sur le marché du travail

Élaborer des preuves relatives à l impact de l information sur le marché du travail Élaborer des preuves relatives à l impact de l in sur le Présentation de Jean-Pierre Voyer (SRSA) et Cathleen Johnson (Université de l Arizona) à la Conférence du FMMT sur l IMT Winnipeg, 14 février 2007

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

CONSULTATIONS COMMUNAUTAIRES 2014-2015

CONSULTATIONS COMMUNAUTAIRES 2014-2015 CONSULTATIONS COMMUNAUTAIRES 2014-2015 RAPPORT DE SYNTHÈSE Est de Terre-Neuve Ouest de Terre-Neuve Labrador TABLE DES MATIERES 1. Introduction... 3 2. Portrait de la population répondante... 4 3. Les avis

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Robert Half : le partenaire de vos recrutements

Robert Half : le partenaire de vos recrutements Robert Half : le de vos recrutements Fondé en 1948, Robert Half, pionnier du recrutement spécialisé et, est aujourd hui leader mondial de ce secteur pour tous les métiers : de la finance de la comptabilité

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural 2012 Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Les coopératives jouent un rôle

Plus en détail

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 1 En tant que pionnier en matière d alphabétisation au Canada, nous rejoindrons plus d apprenants d ici 2014 en faisant preuve de leadership. Nous atteindrons

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Post-alphabétisation

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu Fiche technique 1.1 Étude de faisabilité page 1 Nous savons qu il y a une abondance de connaissances et de savoir-faire à la portée de chaque communauté agricole, agroalimentaire et rurale franco-ontarienne.

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie.

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie. Communiqué de la conference continentale conjointes des Acteurs Non-Etatiques et de la Commission de l Union Africaine sur la sécurité alimentaire et l agriculture, faisant partie des discussions de la

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

«Un emploi, un avenir» en Équateur Projet d aide à l insertion économique des jeunes

«Un emploi, un avenir» en Équateur Projet d aide à l insertion économique des jeunes «Un emploi, un avenir» en Équateur Projet d aide à l insertion économique des jeunes Proposition de projet Localisation: Début du projet : Durée du projet : Objectif : Nombre de bénéficiaires : San Carlos

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint Panzi Fondation : Assistant Program Manager FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint La Fondation Panzi RDC était créée en 2OO8 pour la gestion et la Coordination des projets qui vont au- delà

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Quelle microfinance pour le développement de l agriculture dans les pays en développement? Nelly-Françoise TSASA KHINI Décembre 2007 microfinance 07 1 Contexte du Congo Brazzaville Défis et opportunités

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail