Mondialisation risques et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mondialisation risques et perspectives"

Transcription

1 Global Risk Dialogue Allianz Global Corporate & Specialty Automne 2011 DOSSIER SPÉCIAL Mondialisation risques et perspectives Nous vivons dans un réseau global qui entremêle les secteurs politiques et économiques. Cette interaction est synonyme de bénéfices et d'inconvénients. Quelles en seront les répercussions sur notre environnement et à quels risques et opportunités serons-nous confrontés à l'avenir? 22 Chaîne logistique Le défi de la fabrication industrielle 26 Infrastructures Pourquoi l'assurance d'un projet cargo est indispensable

2 IMPRINT Contenu EDITORIAL ÉDITEUR Allianz Global Corporate & Specialty AG, Fritz-Schäffer- Str. 9, D Munich, Allemagne Allianz Global Corporate & Specialty. Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite sans le consentement écrit de détenteur des droits d auteur. Global Risk Dialogue est publié deux fois par an. La date limite pour la soumission d articles pour ce numéro était le 15 août DOSSIER SPÉCIAL Mondialisation risques et perspectives 18 Responsabilité environnementale Les solutions à un risque global 22 Chaîne logistique Le défi de la mondialisation RESPONSABILITÉ GÉNÉRALE Hugo Kidston, Global Head of Communications, Allianz Global Corporate & Specialty, Fritz-Schäffer-Str. 9, D Munich, Allemagne MAISON D ÉDITION medienfabrik Gütersloh GmbH, Geisenhausener Str. 17, D Munich, Allemagne RÉDACTION Annika Schuenemann, Birgit Kressin DIRECTION ARTISTIQUE Nadine Schroeder IMPRESSION medienfabrik Guetersloh GmbH, Guetersloh PHOTOS AGCS, corbis, dpa, Jeanne Kornum, istockphoto TERMES DE DISTRIBUTION Allianz Global Risk Dialogue est publié deux fois par an. Hors TVA et frais d expédition, le prix par exemplaire est de ABONNEMENTS CONTACT ISSN Infrastructures Des projets de protection à échelle mondiale 30 Tendances économiques Les opportunités et les risques pour les marchés mondiaux 34 Des défis pour les assureurs Les stratégies des assureurs industriels IN BRIEF 04 Actualités Du nouveau du côté des risques, Allianz et AGCS 07 4 questions à... Stig Jensen, CEO d'allianz Global Corporate & Speciality Nordic Region et Eastern Europe REGIONAL EYE 08 Une histoire locale Risques du transport de marchandises Pourquoi le nom de notre entreprise comporte-t-il le mot «Global»? le terme «mondialisation», autrefois très utilisé au sein des entreprises, semble être passé de mode. Il s'agit désormais d un terme généraliste pour décrire toutes les inquiétudes au niveau mondial, depuis les déséquilibres économiques jusqu'aux changements climatiques. Cependant, les tendances à la libéralisation des marchés et à l'internationalisation des lois qui favorisent la mondialisation perdurent : c'est pourquoi une approche globale reste notre priorité. Que nous fassions face à des défis dans les domaines de la gestion de la chaîne logistique, des infrastructures, des lois in ternatio- DÉCHARGE DE RESPON- SABILITÉ Les commentaires des personnes ayant contribué à cette publication ne reflètent pas nécessairement les opinions de la maison d édition. Le rédacteur en chef se réserve le droit de publier des articles révisés et raccourcis. Les informations contenues dans cette publication ne présentent les sujets que de façon générale et ne sauraient être considérées comme des conseils individualisés. Bien que les précautions appropriées aient été prises lors de la compilation de ces informations, ni la maison d édition, ni le rédacteur en chef n acceptent de responsabilité pour des erreurs ou omissions, ou pour de quelconques dommages, pertes ou frais encourus en conséquence de l emploi de quelconques informations contenues aux présentes. La maison d édition n assume aucune obligation de mettre à jour de quelconques informations prospectives contenues dans la présente publication RISK FUTURES 10 Parlons risques Le risque de la protection incendie 14 Un jour dans la vie Liability Risk Consulting à Francfort-Egelsbach IN CONCLUSION 38 Le dernier mot Prof. Axel Dreher sur les risques de la mondialisation 39 Calendrier n ales ou des changements politiques, les risques industriels restent des risques mondiaux, et la mondialisation constitue plus que jamais un défi majeur. Axel Theis CEO, Allianz Global Corporate & Specialty AG 02 Contenu Contenu Editorial 03

3 IN BRIEF Printemps et automne 2011 : Risk news briefs Printemps et automne 2011 : Allianz and AGCS news briefs DERNIERS DÉFIS MONDIAUX Un sommet extraordinaire de l'ue s'est déroulé en juillet au cours duquel le problème de la crise de la dette souveraine de la Grèce a été abordé. Michael Diekmann, PDG d'allianz SE, se félicite des accords conclus durant ce sommet. Il les considère comme une avancée majeure pour le traitement de la crise, notamment grâce au consensus des États membres de l'ue et à la coopération des secteurs public et privé. «La contribution volontaire et substantielle que le secteur financier réalise va aider la Grèce à mettre en œuvre les réformes nécessaires», a indiqué M. Diekmann. Selon Munich Re, l'accumulation de catastrophes naturelles extrêmement graves fait de 2011 une année record en matière de sinistres, et ce dès le milieu de l'année. À fin juin, les pertes économiques dues à des sinistres, d'un montant approximatif de 265 milliards de US $, étaient déjà supérieures au chiffre de toute l'année 2005, laquelle établissait à ce jour le montant annuel le plus élevé de sinistres avec 220 milliards de dollars US. La plus grande part de ces sinistres est due au tremblement de terre du 11 mars qui a eu lieu au Japon. NOUVEAUX VISAGES, RISQUES ACTUELS Andreas Berger a rejoint le conseil d'administration d AGCS le 1er juillet en tant que Chief Regions & Markets Officer, tout en partageant ses responsabilités avec Doug Pennycuick qui restera également au conseil jusqu'au 30 juin Hartmut Mai, actuellement Global Head of Financial Lines, rejoindra également le conseil le 1er janvier, tout en partageant en 2012 ses responsabilités en tant que Chief Underwriting Officer avec Hermann Jörissen. Munich sur le thème de «l'environnement numérique». L'événement, qui se déroulera en langue allemande, constitue une opportunité pour le secteur de l'assurance de partager son savoir-faire. Des entreprises expertes et renommées dans le domaine des technologies de l'information, comme Google, Siemens et Deutsche Telekom, seront présentes. Une série dévastatrice de tornades a frappé les États-Unis en avril, provoquant des pertes assurées d'un montant estimé entre 2,5 et 6 milliards de $. L'État de l'alabama a été le plus touché par les tempêtes : il représente presque 70 % des pertes totales. Cette désastreuse série de tornades est la plus meurtrière que les États-Unis aient connue depuis presque quarante ans. Le 11 septembre dernier, le monde a commémoré le 10ème anniversaire de la tragédie du World Trade Center. Ces attaques terroristes dévastatrices ont provoqué certains des sinistres les plus importants jamais enregistrés dans toute l'histoire de l'assurance, notamment sur les biens, les pertes d'activité, l'aviation, les indemnisations des travailleurs, les coûts des indemnisations au titre de la responsabilité civile et de l'assurance vie. Standard & Poor s a confirmé les notations de Allianz Global Corporate & Specialty et de Allianz Risk Transfer le 29 juillet Toutes les notations restent inchangées : AA avec prévision «stable» pour AGCS, AA- avec prévision «stable» pour ART, et AA- avec prévision «négative» pour Allianz Fire and Marine Insurance Japan Ltd. (AZFM). Allianz Global Corporate & Specialty a lancé en mai son Programme de développement des talents prévu pour renforcer et encourager les talents au sein de l'entreprise. L'objectif consiste à offrir des opportunités de développement transversal et international aux salariés d'agcs ayant atteint d'excellents résultats, afin d'enrichir leurs compétences; cela permet de constituer un vivier de talents pour les postes à responsabilités au sein de l'entreprise et de renforcer l'attractivité d'agcs en tant qu'employeur. Le 1er septembre, Dr. Birgit König a pris en charge le poste de Directrice Générale de la division assurance santé d'allianz en Allemagne. Cette ancienne partenaire de McKinsey Allemagne est la première femme à occuper un poste à haute responsabilité dans l'équipe de direction d Allianz Allemagne. Cela fait suite à une demande de Michael Diekmann de développer substantiellement le nombre de femmes aux postes de direction chez Allianz. Allianz Global Corporate & Specialty a nommé de nouveaux Directeurs Généraux directement à partir de son équipe actuelle de responsables, avec effet au 1er octobre, pour deux des plus importantes régions : Carsten Scheffel, ancien DG d'agcs pour la région Amériques, a pris la tête de la filiale d'agcs à Londres; Hugh Burgess lui a succédé et se trouve désormais en charge des activités d'agcs aux États-Unis, au Canada et en Amérique latine. À la suite de la catastrophe de Fukushima au Japon, le gouvernement allemand a fait part de sa décision d'abandonner l'énergie nucléaire d'ici 11 ans, tout en élaborant une stratégie de remplacement de l'énergie atomique par des sources d'énergie renouvelables. La chancelière Angela Merkel a indiqué que l'allemagne arrêtera l'ensemble de ses 17 centrales nucléaires d'ici En juillet, les Nations Unies ont déclaré l'état de famine en Afrique de l'est, cette région affrontant la pire sécheresse de ces 60 dernières années, avec plus de 11 millions de personnes affectées. La Somalie est la plus touchée par la catastrophe, certaines régions du pays souffrant de la pire famine que le pays ait connu depuis 20 ans, avec 3,7 millions de personnes touchées. L'Association Internationale des Contrôleurs d'assurance (AICA) est en train d'établir un cadre commun pour le contrôle des groupes d assurance internationaux (ComFrame). Il s agit-là d une réponse en matière de contrôle face à la mondialisation croissante du secteur de l'assurance et aux en seignements qu'il faut tirer de la crise financière. ComFrame a pour fonction d'encourager la coopération entre les contrôleurs et de réduire les écarts en matière de règlements. Les lois anti-corruption ont été renforcées cette année, avec l'application au Royaume-Uni du UK Bribery Act depuis le 1er juillet. Cette loi constitue l un des volets les plus rigoureux de la législation anti-corruption. Elle est même plus sévère que son équivalent américain, le Foreign Corrupt Practices Act (FCPA). Elle étend le champ des activités interdites et les régions concernées au-delà de ce qui était pris en compte précédemment. En juillet, Interbrand, la société leader en matière d'évaluation des marques, a désigné Allianz comme la marque mondiale de services financiers la plus écologiquement responsable. Allianz figure à la 21ème place du classement général, loin devant tous ses concurrents du secteur financier. Les 24 et 25 octobre prochains, Allianz Global Corporate & Specialty organisera les premières «AGCS Expert Days» à Le 5 août, le groupe Allianz a annoncé des résultats financiers solides pour le deuxième trimestre 2011, avec une croissance forte dans les secteurs clés, malgré les difficultés dues à la crise de la dette européenne et aux fluctuations des devises. Durant le premier semestre 2011, une période marquée par une recrudescence de l'activité sinistres avec beaucoup d'indemnisations importantes, AGCS a enregistré millions d'euros en primes brutes souscrites, une augmentation de 12 % sur le résultat du 1er semestre 2010 qui était de millions d'euros. 04 News News 05

4 IN BRIEF Prévisions météo : «temps variable» 4 questions à... Stig Jensen, PDG de la nouvelle branche Allianz Global Corporate & Specialty Pays Nordiques et Europe de l'est En 2007, Stig Jensen et son équipe ont entrepris l élaboration d'un nouveau service dans l entreprise de Copenhague, officiellement lancé en mai Toujours considéré comme le «petit nouveau» dans ce secteur géographique, AGCS a réussi à se faire un nom et bénéficie d une croissance constante. Les conditions météorologiques extrêmes sont une réalité, un phénomène naturel que nous ne pouvons pas contrôler et auquel nous sommes confrontés en permanence en tant qu individu, groupe social ou entreprise. Malgré les avancées considérables des technologies et de la météorologie modernes, nous sommes sans cesse surpris par les revirements du climat et par les répercussions immédiates et directes que ces phénomènes peuvent avoir sur nos vies et notre activité professionnelle. Et l ampleur de ces répercussions semble s accroître puisque, d après les chercheurs du groupe Al - lianz, la moyenne globale sur 10 ans du montant des sinistres liés aux incidents climatiques s est accrue : 5 milliards de dollars pour la décennie 1970, contre plus de 40 milliards de dollars prévus pour la décennie en cours ( ). Dans le cadre d une étude datée de 2010, l organisme britannique «Business Continuity Institute» [Institut pour la permanence des activités] indique que les «aléas climatiques» constituent la première cause mondiale d interruption des chaînes logistiques : une statistique qui reflète la dure réalité du risque climatique dans de nombreux secteurs d'activité. Les répercussions potentielles des conditions météorologiques extrêmes font partie des principales préoccupations des experts d Allianz Risk Transfer (ART), la filiale d Allianz Global Corporate & Specialty basée à Zurich et spécialisée dans l étude de la couverture des risques spéciaux. Depuis 2008, l équipe d ART met au point toute une gamme de solutions d assurances spécifiquement adaptées aux aléas climatiques et permettant de compléter les couvertures classiques de type «catastrophes naturelles» et autres «pertes majeures» proposées par AGCS et ART. Constituée d une équipe d experts en risques climatologiques, ART est désormais impliquée dans plus de 30 solutions d assurances «aléas climatiques» au sein de 11 pays. Travaillant souvent en collaboration avec les sociétés Allianz locales, ces équipes offrent des solu - tions généralement simples et pérennes à des problèmes climatiques localisés, et sont à même de procéder, rapidement et efficacement, au paiement des indemnisations suite à des événements climatiques spécifiques. Par exemple, l hiver dernier, ART s'est alliée à Allianz Pays-Bas pour lancer un nouveau produit : la couverture Retard-Gel, conçue spécifiquement pour le secteur hollandais du bâtiment (un marché important pour Allianz dans ce pays). Elle couvre les frais généraux constants (tels que les salaires) que les employeurs du secteur du bâtiment doivent continuer à régler même s'ils sont contraints de renvoyer les ouvriers chez eux à cause du gel, tout en leur versant l intégralité de leur salaire habituel. Parmi les autres produits mis au point en 2011, on trouve des couvertures «aléas climatiques» réservées aux professionnels (en cas de températures extrêmes touchant les secteurs Équipement et Énergie, par exemple), ainsi qu une solution dérivée unique, réservée aux grandes exploitations agricoles australiennes et permettant de procéder au règlement d éventuelles indemnisations quelques jours après l ouverture du dossier (contrairement aux solutions traditionnelles qui impliquent d attendre parfois plusieurs semaines, ce qui constitue un inconvénient majeur pour les exploitants agricoles en mal de trésorerie). À l instar des changements climatiques, il existe un potentiel considérable en matière de solutions hautement spécialisées mais accessibles. L équipe Allianz Risk Transfer s attend à être très occupée, dans un futur proche, à combler les lacunes de ce marché en pleine croissance. KARSTEN BERLAGE Managing Director DIALOGUE : Au moment du lancement du bureau de la région nordique, vous avez déclaré à notre magazine que «les commentaires que [vous avez] reçus de [vos] courtiers et clients étaient très positifs». Quelle a été votre expérience depuis? M. Jensen: Toujours pareil. Voyez-vous, le projet était une opération «sites vierges» car Allianz ne possédait aucun bureau local dans les pays nordiques ou les îles baltiques formant la région nordique. Mais nous étions déjà connus sur le marché, et tous les acteurs étaient très enthousiastes à l idée qu Allianz fasse son entrée. Ce qui a changé depuis lors est que nous avions un plan de route et une stratégie assez clairs, que nous avons scrupuleusement respectés. Cela démontrait un réel engagement envers nos clients pour l élaboration d un plan d'intervention adapté. Nous possédons aujourd hui un siège à Copenhague, avons introduit des gestionnaires de marchés en Finlande, en Norvège et en Suède en , et commençons à nous implanter dans de plus en plus de régions. Vous avez débuté votre activité au beau milieu de la crise financière M. Jensen: C était une période difficile, mais elle a joué en notre faveur. Le marché était à la recherche de stabilité, et lorsque les acteurs ont appris que nous n avions pas réellement été touchés et qu'ils ont eu connaissance de l importance de notre gestion des risques interne et de nos résultats financiers, ils sont venus vers nous. Les défis sont bien plus importants à long terme dans la région. Vraiment? Quels sont ces défis? M. Jensen: D une part, le marché des entreprises dans les pays nordiques constitue un réel challenge. Les taux des primes sont relativement bas, pour la simple raison que la gestion des risques est relativement élevée, même au sein des petites entreprises. Les polémiques sont rares dans la région et les risques de catastrophes naturelles peu élevés. Les entreprises ont donc besoin d une équipe expérimentée qui a cons - cience de tous ces éléments et qui est capable de les gérer. D autre part, dans les pays baltes et d Europe de l est où nous sommes fortement implantés, les approches face aux risques sont différentes. Il s'agit vraiment d'une question de culture. Et, dans cette région comme dans toutes les autres, on recherche des personnes conscientes de ces différences. Lorsqu une équipe a conscience de quelque chose, elle est capable de le gérer. Quelle est la prochaine étape? M. Jensen: L expansion, à la fois géographique et commerciale. L Europe de l est a été ajoutée à notre portefeuille l an dernier, et, dans des pays comme la Russie, la Turquie et la Pologne, nous travaillons en étroite collaboration avec les bureaux locaux d Allianz afin d'aider le marché des entreprises dans la région. Simultanément, nous sommes en train d élargir notre offre de produits, particulièrement au sein des secteurs des lignes financières et risques techniques. Nous venons d embaucher un nouveau responsable des lignes financières dans la ré - gion nordique. Nous sommes constamment à la recherche de nouvelles opportunités! Notre activité est déjà relativement développée dans les lignes financières en Europe de l est, c est donc la prochaine étape logique. Notre objectif est d occuper une position de leader sur le marché dans ces différents pays. En ce qui concerne les risques techniques, nous pouvons compter sur la force et l expertise d Allianz. Nous sommes aujourd'hui impliqués dans divers projets complexes tels que l'énergie éolienne off shore et les câbles sous-marins. STIG JENSEN Stig Jensen a dirigé la création de la filiale d'agcs dans les pays nordiques en Il compte 25 années d'expérience dans l assurance industrielle. Avant de rejoindre Allianz, M. Jensen a travaillé pour différents assureurs internationaux, dans plusieurs services et à différents postes de direction. Il possède un MBA en administration générale obtenu au Henley Management College (Royaume-Uni), complété par des cours de gestion suivis à la Copenhagen Business School et à l'insead ; il a également participé au programme sur les assurances non-vie à la Danish Insurance Academy. 06 News 4 Questions 07

5 REGIONAL EYE AZ Transpro : un contrat adapté aux nouveaux risques du Allianz Global Corporate & Specialty France a mis au point un produit d assurance qui répond aux besoins des petites et moyennes entreprises de transport, tant en responsabilité civile contractuelle, générale et environnementale, qu'en assurance dommages aux marchandises ou objets confiés. ENCARNACION GIMENEZ transport de marchandises «Notre nouveau contrat AZ Transpro reprend et adapte les garanties de notre précédent contrat Asphalte, pour intégrer les risques liés aux évolutions du secteur du transport des marchandises», explique Eusebio Sire, responsable Souscription Marchandises Transportées et Responsabilité Civile des Transporteurs chez Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) France. Une couverture mondiale pour la RC contractuelle La garantie de la responsabilité civile contractuelle prend naturellement en compte la réforme récente de la faute qualifiée d "inexcusable" (1), qui déplafonne les engagements des voituriers et commissionnaires, comme précédemment la faute «lourde». Deux autres améliorations sont particulièrement intéressantes. D une part, la garantie s applique dans le monde entier, à l'exception des pays faisant l'objet de sanctions économiques par d'autres États ou des autorités internationales (au lieu des seuls pays de l Union européenne auparavant). D autre part, l'assurance du stockage intermédiaire des marchandises sous titre de transport est portée à trente jours consécutifs (au lieu de quinze), compte tenu des aléas du transport maritime et autres contretemps éventuels. Le transporteur peut également être couvert selon le régime de la «déclaration de valeurs», c est-à-dire à hauteur d une valeur des biens transportés qu'il déclare spécialement, parce qu elle excède les limites de sa garantie habituelle. Par ailleurs, si un retard ou une absence de livraison a des conséquences financières pour le destinataire, cet «intérêt spécial à la livraison» peut aussi être garanti sur demande. Enfin, le contrat AZ Transpro permet de souscrire une assurance dommages pour le compte du propriétaire des marchandises, dans l'éventualité où la responsabilité civile du transporteur ne serait pas en cause ou limitée. Les garanties du chef d entreprise actualisées Les garanties des responsabilités inhérentes à la qualité de chef d entreprise ont également été ajustées aux évolu - tions les plus récentes du droit. Ainsi, dans le cadre de la garantie responsabilité civile exploitation, le contrat AZ Transpro couvre les nouveaux préjudices mis, depuis 2010, à la charge de l'employeur en cas de faute inexcusable commise à l'égard d'un de ses préposés (2). Par ailleurs, en complément des garanties classiques de responsabilité civile, telles que la couverture des dommages aux tiers en cas d'atteinte accidentelle à l'environnement, ou après livraison des marchandises, ou encore en cas de faute professionnelle commise hors contrat de transport, AZ Transpro offre la possibilité de se protéger contre un risque entièrement nouveau : la responsabilité environnementale. Une nouvelle contrainte : la responsabilité environne mentale De quoi s agit-il? À la différence des atteintes à l environnement qui portent préjudice à des biens privés, cette res - ponsabilité s exerce en cas de dommages environne ment - aux causés au patrimoine collectif protégé. «Une directive européenne (3) met à la charge de tout exploitant la prévention et/ou la réparation des dommages qu'il pourrait occasionner au sol, à l'eau et aux espèces et habitats naturels protégés, rappelle Jean-Michel Raymond, respons able juridique. Avec AZ Transpro, nous proposons à nos clients d'assurer leur entreprise face à de tels risques.» Enfin, en partenariat avec la filiale de protection juridique d'allianz France, Protexia, AGCS assure la défense pénale et le recours en cas d'accident. EUSEBIO SIRE Responsable Souscription Marchandises Transportées et Responsabilité Civile des Transporteurs NOTES (1) Nouvel article L du Code de commerce créé par la loi n du 8 décembre 2009 (2) Le 18 juin 2010, en réponse à une question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil constitutionnel a reconnu à la victime d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle, ou à ses ayants droits, la possibilité d'agir contre l'employeur en cas de faute inexcusable, pour obtenir une indemnisation des préjudices autres que ceux limitativement prévus au titre de l'article L du Code de la Sécurité sociale ; citons par exemple, au titre de ces nouveaux préjudices indemnisables, les frais d assistance par une tierce personne avant consolidation, ou les frais d adaptation du domicile ou du véhicule personnel, qui peuvent mettre en jeu des sommes très importantes. (3) Directive européenne n 2004/35/CE du 21 avril 2004, transposée dans le Code de l environnement aux articles L et suivants. Pour télécharger la fiche produit AZ Transpro : DOWNLOADS-INFO/ 08 Regional Eye Regional Eye 09

6 RISK FUTURES Les représentants de Rockwool International se sont rendus à Munich, au siège d'agcs, pour rencontrer les experts préventionnistes d'agcs. Parlons risques : Rockwool rencontre AGCS Les incendies comptent parmi les risques les plus importants pour les entreprises. Pourtant, ils sont bien trop souvent sous-estimés. Quelles sont actuellement les industries les plus sujettes aux risques d incendies? Comment les entreprises gèrentelles les dégâts environnementaux après un incendie? Les spécialistes de l isolation Rockwool International et Allianz Global Corporate & Specialty se sont rencontrés pour aborder quelques-unes de ces questions et échanger leurs connaissances. ANNIKA SCHÜNEMANN Les représentants de Rockwool International se sont récemment rendus au siège social d AGCS, à Munich, afin de rencontrer des experts préventionnistes d AGCS bénéficiant d une grande expérience dans le domaine de la prévention et de la protection contre les incendies au sein de diverses industries et de nombreux pays. Naturellement, les points de vue d un assureur et ceux d un producteur en isolation sont différents. Pourtant, lors de leur discussion, les participants se sont découverts une approche similaire et ont échangé leurs meilleures pratiques. AGCS, un partenaire de choix En termes d assurances, Rockwool International, en tant que client d AGCS, a souligné les raisons pour lesquelles il a décidé, en 2009, de passer de son assureur historique à Al lianz. AGCS a une structure solide et bénéficie d une très bonne réputation. Elle dispose d autre part d une portée mondiale grâce à ses filiales basées à travers le monde et à son vaste réseau d ingénieurs. Ils ont également mis l accent sur l'importance du dialogue et de la forte collaboration qui existent au sein d Allianz Global Corporate & Specialty. Cristina Bildsøe Møller, Responsable des assurances chez Rockwool International, a souligné : «Nous recherchions un partenaire compétent pour nos discussions liées aux risques, et bénéficiant d un niveau élevé d expertise. La question des primes est bien sûr importante, mais ce n'est pas notre critère de choix principal : nous sommes prêts à payer pour avoir de la qualité!» Rockwool mène le jeu dans le domaine de la protection incendie Leader du marché basé au Danemark, Rockwool International a mis la barre très haut en matière de protection incendie : un agent incendie spécialisé visite leurs infrastructures dans le monde entier, conserve une trace de l ensemble des pertes et rédige des comptes-rendus. L assureur fait également sa part du travail ; pour augmenter la fréquence des visites, Rockwool International a décidé de mandater ses propres agents incendie pour inspecter des usines spécifiques lorsqu aucune inspection n est prévue par AGCS. De cette façon, chaque site est contrôlé tous les 12 à 15 mois. Chaque site est également soumis à un audit interne deux fois par an. Une concurrence tend ainsi à apparaître entre les différents sites pour l obtention des meilleurs résultats. Ces résultats sont ensuite publiés en interne et constituent une motivation à appliquer les meilleures pratiques. Concernant les normes de protection incendie, le groupe Rockwool se réfère à la «Bible Rockwool», un manuel de prévention des pertes suite à un incendie. Toute exception à ces normes doit être approuvée par leur Comité de gestion. Les entreprises concernées par la mondialisation Tout comme Allianz Global Corporate & Specialty, le grou- «Nous recherchions un partenaire compétent pour nos discussions liées aux risques, et bénéficiant d'un niveau élevé d'expertise.» Christina Bildsøe Møller, Insurance Manager Rockwool International 10 Risk Futures Risk Futures 11

7 «Notre métier, c'est d'évaluer la situation générale de risque.» Rolf Grohs, Risk Consultant AGCS pe Rockwool, implanté à l échelle mondiale, s est considérablement développé en Russie où il est en train de construire sa quatrième usine. L Asie constitue également un marché florissant pour les deux entreprises. Le groupe Rockwool vient également d implanter une nouvelle usine en Inde et a fait l'acquisition d'usinesen Chine, en Thaïlande et en Malaisie. La proximité géographique est essentielle pour les usines Rockwool, étant donné que les matériaux d'isolation sont assez encombrants et que les frais de transport sont donc très élevés. D un point de vue économique, il serait inutile de transporter des produits classiques sur plus de km. L'entreprise est donc présente à travers toute l Europe, avec des usines en Allemagne, au Royaume- Uni, aux Pays-Bas, dans les pays nordiques, en France, en Espagne, en Pologne, en Croatie, en Hongrie et en République Tchèque. AGCS assiste ses clients et visite environ 10 de leurs usines par an, dans le monde entier. Protection incendie active et passive L une des premières questions au cœur des conversations est la suivante : quelle est la solution privilégiée par Allianz, une protection incendie active ou passive? Anders Hojman, Consultant en risques à Copenhague, explique que du point de vue des assurances, les deux systèmes sont primordiaux dans le domaine de la protection incendie. Les mesures actives telles que les systèmes d extinction automatique ont besoin d'énergie pour maîtriser un incendie ou diriger de la fumée hors d un bâtiment. Les mesures passives évitent uniquement la propagation d un incendie à l aide de matériaux ininflammables ou empêchent la propagation de la fumée en créant des compartiments feu et coupe-feu permanents. En fabriquant des composants ininflammables ne générant pas de fumée, ils permettent également de maintenir le reste du bâtiment sans fumée. Pour diverses raisons, telles que les facteurs économiques, la faisabilité et la disponibilité, il n'est pas toujours possible d'utiliser exclusivement des matériaux ininflammables. Si tel est le cas, la sécurité incendie d un bâtiment doit être améliorée par d autres mesures telles que des coupe-feu, des voies d évacuation, des extincteurs et des systèmes d évacuation de fumée. L assureur doit s impliquer le plus tôt possible Rolf Grohs, Consultant en risques expérimenté chez AGCS Allemagne, déclare : «La construction d un bâtiment ne devrait faire appel qu'à des matériaux ininflammables, mais ce n est pas toujours le cas. La majorité de nos clients a toutefois recours à ce type de matériaux. Chez Allianz, nous instaurons un dialogue avec nos clients au sujet des projets de construction à venir et, de cette manière, nous pouvons leur fournir des conseils sur la manière la plus efficace de protéger leurs usines contre les incendies». Il continue : «Il est primordial de déterminer les charges calorifiques lors de la construction et de l occupation d un immeuble. En cas d incendie, tous ces facteurs sont importants. Particulièrement, les toits plats en acier contenant de vastes zones de matériaux inflammables peuvent facilement contribuer à la propagation du feu sur l intégralité d un étage. Notre travail est d'évaluer la situation de risque globale. L'isolation est un problème devant être pris en considération». Dans quelles industries l isolation joue-t-elle un rôle majeur? L industrie pharmaceutique, la production industrielle pour les entreprises produisant de d électricité allant des salles blanches à des semi-conducteurs et les salles de tests acoustiques font partie des activités les plus vulnérables face aux risques d incendie. Ces industries sont hautement sensibles au développement de la fumée pouvant contaminer une large superficie. Il est reconnu que l interruption des activités d une entreprise en raison d une contamination due à la fumée provoque des pertes plus importantes que les dégâts matériels sur les biens, la technologie ou le bâtiment en lui-même. D autre part, dans l industrie alimentaire, les chambres froides sont particulièrement intéressantes du point de vue de l'isolation, car elles nécessitent de nombreux matériaux assez coûteux. Qui aurait pu penser qu'un incendie pourrait se déclarer dans une chambre froide? En réalité, de nombreux incendies se sont déclarés dans l industrie alimentaire, nombre d entre eux impliquant des panneaux stratifiés avec un cœur inflammable. L incendie de l'usine Heinz à Norwich, en mai dernier, en est un exemple récent. Le groupe Rockwool est également soucieux des dégâts environnementaux provoqués par les incendies. Comment AGCS gère-t-elle ces dégâts? Les ingénieurs préventionnistes expliquent que tout incendie peut conduire à une propagation de la fumée et induire une pollution environnementale due aux eaux contaminées. C est la raison pour laquelle, en Allemagne par exemple, une collecte des eaux contaminées est exigée. Une autre question qui revient souvent : beaucoup d'entreprises font-elles faillite à la suite d un incendie? Ce cas a certainement dû se présenter pour des petites et moyennes entreprises fortement dépendantes d'un seul site de production et n ayant pas pris en considération ces risques de perte d exploitation substantielle. Ceci est toutefois relativement rare pour les gros clients industriels d'agcs. L industrie tend à utiliser de meilleures protections incendie (incluant principalement des matériaux d isolation ininflammables) que les habitations privées ou même le secteur public. Les ingénieurs préventionnistes d AGCS, jouant souvent un rôle consultatif auprès des clients, affirment par ex - périence que leurs clients sont conscients de l importance des matériaux ininflammables mais pensent parfois à tort que la mention «ignifugé» signifie que le matériau ne brûlera pas. Miroslav Smolka, Responsable de la sécurité incendie et spécialiste en affaires publiques chez Rockwool International, affirme : «La régulation des incendies est très différente d un pays à l autre, même au sein de l Union européenne (par exemple, entre l Allemagne et la Pologne). Un bâtiment ou un composant considéré comme sûr dans un pays ne le sera pas forcément dans un autre. Il est primordial d être informé sur les différences locales, mais aussi de se conformer aux normes internationales et de suivre les pratiques les mieux adaptées. Le fait de se conformer aux réglementations locales en vigueur n est souvent pas suffisant pour prévenir un incendie majeur dévastateur.» À PROPOS D ALLIANZ RISK CONSULTING Allianz Risk Consulting emploie plus de 280 ingénieurs spécialisés à travers le monde, qui aident les clients d'agcs à évaluer et à gérer leurs risques de manière appropriée. Ses experts sont issus de diverses disciplines techniques et scientifiques ; ils parlent plus de 20 langues et sont implantés dans 24 pays à travers le globe. À PROPOS DU GROUPE ROCKWOOL Le groupe Rockwool est le premier fournisseur mondial de produits et systèmes innovants en laine de roche, améliorant l'environnement et la qualité de vie de millions de personnes. Le groupe Rockwool produit de la laine de roche ininflammable destinée à servir de matériau d'isolation utilisé, par exemple, dans les plafonds acoustiques Rockfon et le revêtement des façades Rockpanel. Le groupe est également connu pour ses produits Grodan, alternatives aux sols des usines. Il s agit principalement de prévenir les incendies dévastateurs. Les efforts combinés des propriétaires de bâtiments et des spécialistes de leur compagnie d assurance ainsi que des fournisseurs de solutions de protection peuvent aider à les prévenir. Au cours de leur entretien, Allianz Global Corporate & Specialty et le fabricant d'isolants se sont entendus sur des approches et des visions similaires. PAUL TOOTHILL Property Account Engineering Manager ROLF GROHS Account Engineer Property RISK-CONSULTING 12 Risk Futures Risk Futures 13

8 RISK FUTURES Un jour dans la vie... L aéroport d affaires de Francfort-Egelsbach Toujours mettre le cap À bord d'un avion d'affaires, les voyageurs internationaux peuvent se déplacer rapidement tout autour du globe. La mondialisation croissante implique une mobilité toujours plus importante, notamment de la part des cadres issus d entreprises internationales. D après une étude menée par Jet Support Services Inc. (JSSI), fournisseur américain de services de maintenance pour les avions d affaires, le secteur de l aviation d affaires connaît actuellement une forte croissance. Si les grands groupes avaient réduit la fréquence de leurs vols pour affaires durant la crise financière, de plus en plus de sociétés ont de nouveau recours à ce service avec l amorce de la reprise. ANNIKA SCHÜNEMANN De nombreux affréteurs d avions d affaires préfèrent aux aéroports internationaux des aéroports de plus petite taille, tels que celui de Francfort-Egelsbach, l aérodrome d affaires le plus fréquenté d Allemagne. Cet aéroport est situé au cœur de la région du Rhin-Main, qui constitue un centre d affaires majeur en Allemagne. Des personnalités, telles que le Dalaï-lama ou certains dirigeants d entreprises cotées au DAX, y rejoignent leur jet en limousine. Alors que l activité de l aéroport international de Francfort, situé à proximité, repose essentiellement sur les gros avions, les vols charters et les vols réguliers, l aéroport de Francfort- Egelsbach est fréquenté par des avions d affaires et des appareils plus petits, qui apprécient cette solution plus pratique et moins chère. Et les dirigeants rejoignent tout aussi vite leurs réunions depuis cet aéroport AAV et Allianz assurent des aéroports de toutes tailles, partout dans le monde Allianz Global Corporate & Specialty assure l aéroport de Francfort-Egelsbach, parmi d autres sites, par le biais d Airport Assekuranz Vermittlung GmbH (AAV), la société de courtage captive de l exploitant de l aéroport de Francfort, Fraport. Le portefeuille d AVV inclut également des aéroports internationaux tels que ceux de Varna et Burgas en Bulgarie, Saint-Pétersbourg en Russie, Antalya en Turquie, et même Lima au Pérou. Cela permet au courtier de faire valoir une connaissance spécifique des aéroports, qui bénéficie également aux aéroports régionaux. En termes de garantie responsabilité civile, AAV et AGCS accordent beaucoup d importance à l étude des mesures courantes de protection environnementale dans le cadre de leur évaluation des risques. Dans le cadre de cette mission, Harald Wüsteney, Consultant en risques en matière de responsabilité, et Annette Kinzer, Souscripteur principal en matière de responsabilité, ont visité l aérodrome public de Francfort-Egelsbach. Au moyen de listes de contrôle spécialement élaborées pour les aéroports, AAV et AGCS dressent un bilan des risques pour tous les aéroports figurant dans le portefeuille d AAV. L aérodrome de Francfort-Egelsbach est ouvert 14 heures par jour et 365 jours par an, et emploie actuellement 21 salariés. Cela signifie que chaque employé tient plusieurs rôles, une situation relativement courante dans les aérodromes. En moyenne, Francfort-Egelsbach enregistre 14 Risk Futures AAV et Allianz assurent l'intégralité de l'aéroport de Francfort-Egelsbach. Risk Futures 15

9 L'aéroport de Francfort-Egelsbach enregistre plus de déplacements aériens par an. plus de mouvements d avion par an. La piste a été agrandie en 2003/2004 et un projet d expansion est en cours afin de doter l aéroport d un système d atterrissage et de décollage aux instruments. Un défi, même pour les pilotes chevronnés L aérodrome étant proche de l aéroport international de Francfort, il est particulièrement important qu il dispose d une tour bien équipée sur le plan technique, d un personnel sérieux ainsi et que les pilotes soient bien formés. Francfort-Egelsbach se situe dans un secteur séparé, au sein de la zone de contrôle de l aéroport international. Par conséquent, les procédures d atterrissage et de décollage sont particulièrement complexes et nécessitent une vigilance et une précision extrêmes de la part des pilotes, no- tamment pour éviter une pollution sonore inutile et des effets négatifs sur le trafic aérien de l aéroport international. L aérodrome de Francfort-Egelsbach est fréquenté par divers types d avions, des planeurs relativement peu puissants aux jets d affaires beaucoup plus rapides. Le contrôle du trafic aérien s attache donc à séparer ces différents types de mouvements d appareils. Cinq clubs et associations d aviation sont basés dans l aérodrome. Sept écoles d aviation commerciale, ainsi que plusieurs sociétés de maintenance et de services, y sont également implantées. Francfort-Egelsbach abrite même un restaurant appartenant au célèbre chef allemand Alfons Schuhbeck. Une gestion des risques sensible à l environnement Harald Wüsteney connaît les aérodromes «sur le bout des doigts». Ces derniers mois, cet ingénieur en mécanique du bâtiment, qui s est spécialisé dans la technologie de l environnement et la gestion de la qualité, a visité plus de 20 aérodromes différents en Europe. L aérodrome d Egelsbach lui a toutefois fait une forte impression. Il confie : «En fonction du site que vous visitez, la situation est à chaque fois différente, malgré les normes internationales de l OACI (Organisation de l aviation civile internationale). C est justement ce qui rend ce métier si intéressant». L inspection environnementale d un aéroport vise essentiellement à évaluer les risques liés aux dépôts d hydrocarbures ainsi qu aux rejets opérationnels causés par les unités de lavage ou de dégivrage des avions, par exemple. L aérodrome de Francfort-Egelsbach a opté pour une solution pragmatique dans ce domaine : les avions et les pistes ne sont tout simplement pas dégivrés. Lorsqu un avion décolle en hiver, la bande de décollage est dégagée. Les avions eux-mêmes quittent les hangars au dernier moment, juste avant le décollage, et n ont donc pas besoin d être dégivrés. Cela présente un énorme avantage sur le plan environnemental, et évite à l exploitant de l aéroport d investir dans des infrastructures extrêmement coûteuses pour empêcher la contamination des eaux souterraines ou de surface par le liquide de dégivrage. Au niveau de cet aérodrome, l une des premières questions de l expert en risques concernait le poisson-chat, une espèce menacée vivant dans le ruisseau longeant l aérodrome. En vertu de la nouvelle loi relative à la responsabilité environnementale découlant de la Directive européenne 2004/35/CE de 2007, les dommages d origine publique ou privée mettant en péril la biodiversité peuvent faire l objet de poursuites (voir la rubrique «Responsabilité en matière de préjudice écologique» à la page 18). C est pourquoi les experts en responsabilité d AGCS ont souhaité être encore plus vigilants dans l étude des aspects potentiellement critiques. En rétablissant l état naturel du ruisseau en question, l aérodrome d Egelsbach a toutefois fait en sorte que cette espèce de poisson puisse continuer à se développer, éliminant ainsi toute source d inquiétude à ce sujet. Par ailleurs, l ingénieur d AGCS s est intéressé aux dommages environnementaux résiduels, en s attachant particulièrement au dépôt d hydrocarbures et aux réservoirs d huiles de l aérodrome. Là encore, la modernisation récente des installations souligne l approche exemplaire de l aérodrome dans ce domaine. Le risque potentiel de collision aviaire dans les aérodromes est un autre aspect intéressant en matière d assurance environnementale. Francfort-Egelsbach a pris des mesures par rapport à ce risque, en mettant en pla- A propos de l aérodrome de Francfort-Egelsbach L aérodrome public le plus fréquenté d Allemagne Créé en 1953 pour des planeurs Longueur de la piste de décollage et d atterrissage : mètres Homologué pour les avions avec un poids maximum au décollage de 20 tonnes Horaires d ouverture : 7h-21h, 365 jours par an Point d entrée homologué et aérodrome douanier Environ 1,2 millions de litres de carburant (AVGAS et Jet A1) vendus en moyenne par an Une base d environ 170 appareils Accueille 25 sociétés employant plus de 700 salariés Près de mouvements d avions par an. ce un système de surveillance des collisions aviaires afin d empêcher les oiseaux de perturber le trafic aérien. D après l ingénieur en risques d AGCS, le système de gestion des risques de l aérodrome de Francfort-Egelsbach est solide et proactif. Les risques environnementaux associés à ses installations sont limités. Les multiples fonctions exercées par les employés nécessitent une organisation parfaite et des processus bien régulés. Dans le cadre du dialogue sur les risques, des problématiques pertinentes sont sans cesse abordées afin de conforter l opinion du client. Cela permet à AAV et à AGCS de mieux cerner les risques encourus au sein de l aérodrome. L ingénieur en risques, le souscripteur et le courtier s accordent tous sur une chose : une connaissance directe de l objet du risque facilite considérablement les discussions sur les garanties et les mesures nécessaires en matière de gestion des risques, car toutes les parties impliquées disposent alors d une meilleure compréhension de la situation assurable. HARALD WÜSTENEY Allianz Risk Consulting ANNETTE KINZER Souscripteur RC d'agcs FRAPORT AG Fraport AG est un fournisseur de services complets en matière de gestion aéroportuaire et il est responsable du fonctionnement de l'aéroport de Francfort. En plus de la gamme exhaustive de services aéroportuaires qu'il propose, Fraport AG est un partenaire compétent dans le secteur de la distribution aéroportuaire et du développement immobilier. 16 Risk Futures Risk Futures 17

10 SPECIAL TOPIC Assurance responsabilité Assurance responsabilité pour la pollution de l'environnement États-Unis : dans les années 1970, le quartier résidentiel de Love Canal a été gravement pollué. Des solutions internationales basées sur une approche locale Les risques environnementaux constituent un problème mondial. Depuis le scandale des années 1970 impliquant la zone résidentielle de Love Canal (États-Unis) jusqu'à l'accident survenu récemment à l'usine Kolontar aluminium (Hongrie), des évènements de ce genre démontrent de plus en plus clairement que les désastres environnementaux ne constituent pas simplement un risque résiduel théorique. JÜRGEN WEICHERT À la suite de nombreux accidents environnementaux, les électeurs de plusieurs pays pressent les politiques à agir. Comme Erasmo Ramos l'écrit dans son livre Brasilianisches Umweltrecht (Loi brésilienne sur l'environnement), «La législation moderne en matière d'environnement est généralement considérée comme la réponse des communautés politiques et scientifiques aux défis actuels posés à l'environnement.» Dès 1972, la Conférence des Nations Unies sur l'environnement Humain a lancé un appel pour le respect du «Droit fondamental à la liberté et à des conditions de vie satisfaisantes, dans un environnement dont la qualité permette de vivre dans la dignité et le bien-être» et pour la «responsabilité de protéger et d'améliorer l'environnement pour les générations actuelles et futures.» Un certain nombre de pays ont inclus la protec tion environnementale à leur constitution : le Japon, l'italie, la Grèce (1975), le Portugal (1976), l'espagne (1978), la Suisse (1987), le Brésil (1988), la Colombie (1991), l'allemagne réunifiée (1992) et la Russie (1993). Malgré une demande générale de réglementation plus stricte en matière d'environnement, les concepts juridiques internationaux concernant la protection environnementale varient considérablement. Cela se reflète également dans le langage utilisé pour intégrer la protection environnementale dans les constitutions de chaque pays, en tant qu'objectif national, comme un droit individuel ou un devoir fondamental. Vers une directive européenne Quelques principes fondamentaux en matière d'environnement sont devenus des normes à l'échelle mondiale et ont été adoptés à Rio en 1992 par la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement : le principe pollueurpayeur, le principe de prévention et le principe de développement durable. Sur la base de cette décision, la «Convention de Lugano sur la responsabilité civile pour les dégâts résultant d'activités nocives pour l'environnement», traitant des activités nocives pour l'environnement et impliquant des atteintes transnationales à l'environnement, a été votée en 1993 et soumise à ratification. Il s'agissait du premier instrument pan-européen basé sur le principe pollueur-payeur. La même année, l'ue a pris des mesures pour mettre en place une nouvelle réglementation détaillée régissant la responsabilité environnementale. Dès les premiers jours, les décideurs se sont posés la question suivante : les coûts générés par les préjudices écologiques doivent-ils être assumés par la société, c est-à-dire les contribuables, ou par le pollueur? Le Livre vert sur cette question, publié en 1997, indique : «La responsabilité civile est un outil juridique et financier que l'on utilise pour faire payer à ceux qui se rendent responsables de préjudices les coûts nécessaires à la réparation de ces préjudices. En exigeant des responsables qu'ils paient les frais occasionnés par les dommages qu'ils provoquent, la responsabilité civile a également une autre fonction, celle de faire appliquer des normes de conduite et d'empêcher les individus de causer des préjudices futurs.» En 2004, après plusieurs phases, le Livre vert a approuvé la directive sur la responsabilité environnementale en ce qui concerne la prévention et la réparation des préjudices écologiques. En 2010, les 27 États membres de l'ue avaient transposé la directive en droit national. Dans un rapport, la commission de l'ue a pourtant critiqué «l'application non homogène de la limitation des exemptions liées à la possession d'une autorisation ou à la justification par l'état de la technique», ainsi que «l'accroissement non homogène de l'étendue des préjudices causés aux espèces et aux ha- UNE POLLUTION COÛTEUSE En 2007, la Banque Mondiale a publié une étude se déroulant sur plusieurs années et englobant différents secteurs d'activité montrant que le coût total de la pollution de l'eau et de l'air en Chine se montait à environ 5,8 % du PIB national. 18 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 19

11 «La responsabilité de protéger et d'améliorer l'environnement pour les générations actuelles et futures.» Conférence des Nations Unies sur l'environnement, 1972 Kolontár : en 2010, la rupture d'une digue a causé la destruction d'une grande partie de la ville. bitats naturels.» Néanmoins, les principes pollueur-payeur et de prévention constituent des thèmes centraux dans l'évolution historique de la responsabilité environnementale au sein de l'ue. Intensification à l'échelle mondiale L'activité économique génère des profits, mais elle peut aussi avoir un impact négatif qui, à son tour, affecte les paramètres régissant cette activité. L'évolution de la loi sur la responsabilité en est un exemple. Les accidents du travail ont permis de renforcer la responsabilité des employeurs et de mettre en place des normes de sécurité plus élevées. Les dommages causés par certains produits ont conduit à une plus grande responsabilité en matière de produits. Et les catastrophes écologiques ont permis de renforcer la responsabilité environnementale. Le renforcement de la responsabilité environnementale auquel nous assistons à l'échelle mondiale touche plusieurs secteurs, principalement en réponse au principe pollueur-payeur selon Swiss Re. Pour exemple, citons la nouvelle notion de responsabilité objective liée aux installations ou aux activités dangereuses, ainsi que celle de responsabilité solidaire au cas où plusieurs pollueurs sont impliqués. En termes juridiques, cela signifie que la charge de la preuve sera inversée en faveur de la partie lésée, et que par conséquent, la présomption de culpabilité s'appliquera au pollueur présumé ; celui-ci aura des possibilités limitées de décharge de responsabilité, ce qui renforcera considérablement la position de la partie lésée dans le cas d'un procès. Par ailleurs, il existe maintenant une assurance responsa bilité pour la pollution du «patrimoine naturel collectif» (par ex. la biodiversité), et des possibilités d'action en justice ont été mises en place pour les personnes qui ne sont pas directement touchées par le préjudice (ONG). Cependant, de tels préjudices écologiques ne devraient jamais se produire. C'est là le but du principe de prévention. On utilise ce principe quand on exige la tenue d'une étude sur l'impact environnemental pendant le processus d'approbation des activités dangereuses (par ex. de nouveaux équipements) ou quand on soumet des exigences au service de gestion environnementale de l'entreprise. Cela est valable dans le monde entier, et peu importe si le projet en question a lieu au Brésil ou dans l'ue. La mondialisation des relations commerciales a transformé des «ateliers élargis» en véritables marchés, et ces marchés locaux jugent les entreprises en se basant sur leurs agissements chez eux. L'optimisation à court terme pratiquée dans certaines entreprises, destinée à réduire les coûts sans se soucier de l'impact sur l'environnement local, provoque non seulement des problèmes environnementaux au niveau local, mais aussi une mauvaise publicité dans le monde entier sous l'impulsion des réseaux Internet ; cela donne de l'entreprise une image altérée sur son marché national, avec à la clé une baisse potentielle de ses ventes. Les grandes entreprises veulent faire preuve de bonnes pratiques en matière de gestion environnementale, non seulement sur leur marché national, mais aussi dans le monde entier. Pour une société française, provoquer des dégâts sur l'environnement en Asie constitue un risque aussi important pour son image que si cela avait lieu en Europe. Cela est tout aussi valable pour les filiales et les fournisseurs. Aujourd hui, la protection de l'environnement est plus qu'une question de coût pour les entreprises. C'est aussi une question de pertes potentielles provoquées par une baisse des ventes. C'est pour cette raison que la prévention des dommages doit se concentrer non seulement sur la probabilité théorique d'un cas de responsabilité civile, mais aussi sur les dommages potentiels que des pertes théoriquement improbables (risque résiduel) pourraient causer sur le bilan et les conditions de production de l'entreprise. Des solutions internationales Allianz est une entreprise internationale qui compte de nombreuses filiales dans le monde entier. Son but est d'offrir à ses clients des solutions locales optimisées, même dans un environnement mondialisé, par le biais de programmes d'assurance internationaux (IIP). Cependant, la base de son activité reste l'assurance locale. La nature très diverse des systèmes juridiques locaux impose à l'assurance responsabilité de s'adapter à cette variété, particulièrement en termes de risques environnementaux. Les préjudices écologiques et le développement de la responsabilité à l'égard de la biodiversité dans l'ue montrent bien comment un groupe de travail international émanant de plusieurs entreprises du groupe Allianz a su créer un cadre pour la mise en place d'une garantie environnementale locale. Dans presque tous les pays de l'ue, Allianz a apporté des solutions locales. Ce faisant, elle a dû faire face à des défis similaires à ceux qu'ont connu les membres de l'ue, et ce n'est qu'en 2010, sept ans après l'approbation de la directive sur la responsabilité environnementale et trois ans après le délai imparti, que la directive a été transposée en droit national. Le fait que sa mise en place se soit faite sous des formes très différentes montre bien à quel point les solutions locales sont d'une importance primordiale. Il ne suffit pas de traduire un produit d'assurance dans les langues respectives des membres de l'ue. Allianz Global Corporate & Specialty propose aux entreprises à risques dans l'ue un produit de responsabilité environnementale pour les équipements environnementaux, qui peut être utilisé à la fois en droit civil et en droit public. La garantie peut comporter une police environnementale de base de portée internationale et être associée à des solutions locales d'assurance concernant les atteintes à la biodiversité. Cette garantie est également disponible pour les pays situés en dehors de l'ue et exerçant des activités dans l'ue (par ex. la Suisse). Nous pouvons même proposer aux clients américains des polices en matière d'environnement pour les risques environnementaux en Europe et dans le monde entier. JÜRGEN WEICHERT Direction Souscription RC d'agcs 20 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 21

12 SPECIAL TOPIC Chaîne logistique La chaîne logistique : un château de cartes ou une base solide? La mondialisation a entraîné l'apparition de nouveaux risques interdépendants qui n'existaient pas par le passé. Cette nouvelle donne représente un immense défi pour les processus de gestion de la chaîne logistique. Il sera indispensable de prendre des nouvelles mesures permettant de réduire les risques et les expositions aux risques et de renforcer les contrôles. PAUL CARTER Les risques inhérents à la chaîne logistique constituaient un thème phare bien avant le tremblement de terre et le tsunami qui ont frappé le Japon cette année. Si vous effectuez des recherches sur Internet, vous trouverez des conférences, mais aussi des consultants et même des entreprises entières dédiés à ces questions et au mode de gestion. En dépit de tout ce qui a été dit et écrit sur le sujet, les risques encourus ne sont pas toujours bien appréhendés et les stratégies d'optimisation sont souvent mal ciblées. Si ce n était pas le cas, l impact négatif sur la production automobile mondiale serait bien moins important qu il ne l est aujourd hui. En raison de la mondialisation rapide des entreprises durant ces 20 dernières années, certains risques autrefois considérés comme indépendants les uns des autres sont désormais étroitement liés. En fait, ces risques sont aujourd hui décrits comme systémiques. Cela signifie que les événements se produisant au sein d'une industrie ou d'un pays peuvent désormais se propager rapidement dans le monde entier. Les importants dégâts matériels observés au Japon en sont un exemple flagrant, mais ce sont les interruptions d exploitation contingentes qui ont perturbé la chaîne logistique au sein de nombreuses entreprises internationales. Qu est-ce qu une chaîne logistique et qu est-ce qui la rend si vulnérable en cas de problème? Une chaîne logistique peut être définie comme l ensemble des procédés impliqués dans les étapes de fabrication, de distribution, de stockage ou d entretien de biens, allant du producteur de matières premières au consommateur final. La figure ci-dessous présente une chaîne logistique dans le cadre d un processus de production classique. Les 20 ou 30 dernières années ont vu se développer des stratégies commerciales favorisant les concepts d approvisionnement «en flux tendu» et «juste-à-temps». En réalité, cela implique une rationalisation de l approvisionnement, une centralisation de la distribution et, dans les cas les plus extrêmes, l exploitation de stocks virtuels. Au-delà de ces stratégies s est développée une tendance à se fournir mondialement afin de Chaîne logistique dans le cadre d un processus de production fournisseur fournisseur fournisseur fournisseur fabricant fabricant fabricant assemblage assemblage FLUX PRODUIT distributeur distributeur distributeur revendeur revendeur revendeur revendeur 22 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 23

13 «L'incertitude fera toujours partie du processus de prise en charge.» Harold S. Geneen, ancien CEO d'itt Chaîne logistique automobile Fabricant de matières premières Niveau 3/4/ 5 Niveau 2 Niveau 1 Niveau 0,5 Fabricant automobile Distributeur régional Concessionnaire local Consommateur final Matières premières Pièces Pièces Pièces Pré-assemblage Véhicule/pièces de rechange Véhicule/pièces de rechange Véhicule/pièces de rechange réduire davantage les coûts, tout au long de la chaîne. Il s agit désormais du modèle économique dominant, mais ce succès implique l apparition d importants risques d inter ruption de la chaîne logistique globale des entreprises. Ainsi, la flexibilité de la chaîne logistique, qui lui permet de rester compétitive en termes de coûts, est également ce qui provoque sa vulnérabilité inhérente. L industrie automobile La chaîne logistique automobile est non seulement l'un des exemples les plus complexes d'organisation industrielle moderne, mais elle est également, en raison de cette complexité, l une des plus vulnérables. Une voiture classique compte entre et pièces : si l'une de ces pièces n est pas disponible, le produit ne peut pas être finalisé ni acheminé vers les distributeurs. Vous trouverez ci-dessous un diagramme simplifié illustrant une chaîne logistique automobile. Les fournisseurs de matières premières alimentent le maillon suivant de la chaîne. Généralement décrites comme le niveau 3 (et comprenant parfois 2 ou 3 sousniveaux), ces entreprises produisent de petits composants pour les entreprises de niveau 2. Les entreprises de niveau 2 vendent des pièces, telles que des boîtes de transmission, aux entreprises de niveau 1. Les entreprises de niveau 1 vendent ensuite les biens finalisés, tels que des transmissions, directement au fabricant d équipement d origine (OEM). Pour la plupart des fabricants automobiles, la gestion des stocks juste-à-temps est désormais calculée en heures de pro- Résumé Même une connaissance parfaite des conséquences économiques du tremblement de terre survenu au Japon ne permettra pas un abandon des méthodes de production. Il n est pas envisageable de sacrifier un modèle d entreprise ayant été développé et optimisé durant plusieurs années, quelle que soit l'ampleur des événements survenus. La mondialisation a largement augmenté les expositions potentielles en accélérant les processus de risques interconnectés, introduisant ainsi un élément systémique qui n existait pas dans le passé. Il ne fait aucun doute que ces conditions ont induit une augmentation significative des besoins en matière d atténuation des risques plus sophistiquée et de mesures de contrôle des expositions. Certaines entreduction plutôt qu'en jours ou en semaines. Le concept de source unique d approvisionnement peut parfois impliquer que seuls certains types de composants sont achetés à une seule entreprise. Après le tremblement de terre, l approvisionnement de tous les fabricants automobiles japonais a été interrompu. En mai dernier, Toyota a affirmé que la production nationale a chuté de 74 % par rapport au même mois de l année précédente, et Honda a enregistré une chute de 81 %. C est toutefois l élément contingent qui a créé la plus grosse inquiétude à la suite de cet événement, car il est impossible de calculer initialement les pertes. Dans le secteur des assurances, les services d interruption d activité contingente proposent une couverture en cas de perturbation du fonctionnement d une entreprise résultant d une interruption des activités du consommateur ou du fournisseur suite à un événement assurable. Au niveau de l industrie automobile japonaise, cela pourrait avoir de multiples impacts en raison des différents niveaux existant au sein de la chaîne logistique. Gestion du danger Il est reconnu que les risques inhérents à la chaîne logistique peuvent se révéler extrêmement compliqués à gérer, mais ne sont en aucun cas insurmontables. Certaines mesures peuvent ainsi être adoptées afin d assurer un degré de résilience plus important au sein de la chaîne. La première étape doit être l'identification des facteurs de risque qui pourraient avoir un impact sur les activités de l entreprise, puis la proposition de mesures d atténuation appropriées. Dans le cadre d une analyse de l interruption d activité au niveau du groupe, Allianz Risk Consultants évaluera les interdépendances qui existent entre l emplacement de production d une entreprise assurée et ceux de ses fournisseurs et distributeurs principaux. Parfois, cela nécessitera une visite des infrastructures clés afin d identifier les zones les plus vulnérables en cas d interruption, puis l'élaboration d'une stratégie d atténuation des risques. L inspec - tion des lieux permettra également de déterminer la façon dont les fournisseurs et distributeurs gèrent les dangers au sein de leur propre chaîne d approvisionnement. L analyse des plans de continuité des activités (PCA) est un autre domaine pour lequel Allianz Risk Consultants peut aiguiller ses clients. Dans le cadre d une étude d'interruption d'activités prolongée, la fiabilité d'un PCA existant peut être contrôlée puis vérifiée par rapport à des normes internationales prédéfinies (par exemple, la norme BSI du plan de continuité d activités). prises qui pensaient bénéficier de plans de continuité d activité adaptés ont été interpelées par les événements récents. Et celles qui bénéficiaient de plans bien développés vont les reconsidérer afin d optimiser leur résilience face aux chocs systémiques. La complexité de la chaîne logistique implique que les analyses d impact peuvent prendre du temps et les mesures de mitiga - tion s avérer coûteuses, même si des investissements relativement faibles dans la conception de la chaîne logistique peuvent souvent induire des augmentations significatives de la résilience globale. Allianz Risk Consultants peut aider les clients à améliorer leur résilience face à l interruption d activités à travers l'identifica - tion des expositions potentielles au sein de leurs chaînes logistique interne et externe. Elle peut également évaluer la viabilité des plans de continuité d activité visant à faire face à ces expositions, puis proposer des mesures d atténuation des risques lorsque celles-ci ne sont pas pleinement prises en charge par le processus de planification existant. Accepter l'existence d' un degré inhérent de risque et d incertitude au sein de toute chaîne logistique fait simplement partie du processus d atténuation. Après tout, comme l a affirmé Harold S Geneen, ancien PDG d ITT : «L incertitude fera toujours partie du processus de prise en charge». PAUL CARTER Directeur ARC Dommages Monde ALLIANZ RISK CONSULTING (ARC) Allianz Risk Consulting dispose d'un réseau mondial de plus de 250 experts en matière de risques immobiliers qui s'orientent sur une approche consultative et travaillent en collaboration avec leurs clients pour explorer les meilleures options 24 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 25

14 SPECIAL TOPIC Infrastructures Les questions à se poser lorsque l on recherche une couverture À quoi faut-il être attentif lors de la sélection d un assureur principal en matière de Projet Cargo/DSU? Mondialisation et Projet Cargo Ces dix dernières années, certains des plus grands pays du monde ont investi des milliards de dollars dans des projets d'infrastructures. En termes réels, la Chine a dépensé plus pour ses infrastructures entre 2004 et 2008 que tout au long du 20ème siècle, et a mis en place plus de kilomètres de rails pour trains à grande vitesse que tous les pays d Europe réunis au cours des 20 dernières années. Le candidat doit être reconnu comme un leader mondial dans le domaine de l assurance acheminement, et disposer d une équipe d envergure internationale spécifique, composée de souscripteurs ayant une solide expérience dans des projets variés. Des ingénieurs préventionnistes spécialisés dans le domaine maritime doivent maritime, doivent participer à la planification du transport des éléments cruciaux du projet. Il doit exister une équipe gestionnaires de sinistres spécialisés dans l assurance acheminement à l échelle mondiale et capables de réagir rapidement à tout type de perte potentielle. Les termes du contrat doivent être suffisamment souples pour s adapter à des situations particulières. Les souscripteurs qualifiés doivent être aptes à comprendre les données comptables et financières lorsqu ils sélectionnent les méthodes d indemnisation, les plafonds et les périodes d indemnisation avec les clients. NEIL HODGE Fin 2008, les autorités chinoises ont annoncé l allocation de 586 milliards de dollars à un plan de relance économique concernant des projets d infrastructures, tandis que l Inde provisionnait 475 milliards de dollars américains. En 2009, les États-Unis ont annoncé un plan de relance d un montant de 787 milliards de dollars américains, destiné à l amélioration de leurs infrastructures. On estime que 22 billions (soit milliards) de dollars américains seront consacrés, à l échelle mondiale, à l amélioration des infrastructures au cours des 10 prochaines années ; la moitié de cette somme sera dépensée dans des pays émergents. Certes, de tels investissements constituent de formidables opportunités pour les sociétés d ingénierie et de construction ; mais ils impliquent également des risques susceptibles de provoquer des blocages. Les projets de grande envergure peuvent être synonymes de dépassements de délais et de budget, et les prévisions peuvent être sensiblement modifiées au fur et à mesure de l avancement du projet. Par ailleurs, il peut arriver que le site prévu pour ledit projet soit tellement isolé que les machines et l'équipement ne puissent y être acheminés tant que l'on n a pas construit de routes, de ports et de pistes d'atterrissage. Cela accroît dangereusement les risques de retard à l acheminement. En termes réels, une logistique de transport compliquée, des délais courts et une cargaison de grande valeur peuvent transformer une perte en équipement de 10 millions de dollars américains en une perte globale de 150 millions de dollars américains due au départ retardé (DSU Delay in Start-Up). Les retards peuvent produire des blocages. Il est donc crucial d être bien assuré. Il est difficile d évaluer les événements et risques liés à la souscription d un contrat d assurance acheminement. Peu d assureurs possèdent l expertise nécessaire pour pouvoir être assureur principal et offrir les plafonds substantiels adéquats. «L envergure de tels projets et la nature critique des équipements signifient que tout(e) perte ou retard au cours de l acheminement peut avoir des répercussions sur les échéanciers et sur les dates d'achèvement du projet», déclare Kevin Wolfe, Responsable Monde de Projet Cargo chez Allianz Global Corporate & Specialty. «Les contractants risquent de devoir régler des dédommagements si les équipements n arrivent pas sur le site en temps voulu. Si le budget du projet se chiffre en milliards de dollars, un retard d un mois en raison d une perte d équipement peut coûter des dizaines de millions de dollars». Kevin Wolfe souligne que, pour ce type de projets, il est essentiel de souscrire une assurance acheminement incluant la couverture DSU Marine. Non seulement la police d assurance couvre les pertes physiques ou les dommages susceptibles de survenir au niveau de l équipement au cours du transport ; Une logistique de transport complexe peut mettre en péril le planning et les délais de fabrication d'une entreprise lors de la réalisation de projets. 26 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 27

15 Le secteur énergétique fait partie des marchés qui enregistrent la plus forte demande. Une assurance de chargement de projet couvre l'équipement, les machines et le matériel transporté à l'autre côté. mais elle comporte généralement une extension de garantie pour couvrir les pertes de revenus éventuelles (DSU) ou la perte anticipée de bénéfices (ALOP - Advance Loss of Profits). «Le contrat DSU Marine est une autre forme d assurance perte d exploitation», explique M. Wolfe. «De nombreux projets impliquent des éléments hors normes, tant en termes de taille que de poids, assurés pour des montants substantiels. Il s agit de pièces cruciales, et leur livraison en bonne et due forme sur le site est vitale afin de garantir que le démarrage se fera en temps voulu. Si un élément est perdu ou endommagé au cours du transfert (acheminement), 6 mois à 2 ans (voire plus) peuvent être nécessaires pour le fabriquer à nouveau, le tester et le livrer sur le site ; ce qui retardera d autant le démarrage. Le client doit alors engager des dépenses en raison du retard pris par le projet, et ne perçoit aucun revenu en contrepartie.» Dans le cadre d une perte couverte, le contrat d assurance Acheminement couvre cette perte de revenus et/ou le coût de la dette et/ou les dépenses fixes qui continuent à courir pendant la période de retard. Sans preuve d'une couverture DSU, les propriétaires et/ou contractants ne peuvent financer le projet de façon adéquate, dans la mesure où les organismes prêteurs considèrent cette couverture comme faisant partie intégrante du contrat de financement. Forte croissance des projets à grande échelle D après Kevin Wolfe, l activité «Projets mondiaux» a été multipliée par 5 au cours des 18 derniers mois, par rapport à la période de la crise financière de «Une police d assurance Acheminement est rédigée spécialement pour un projet et une période déterminés, et la couverture prend normalement fin à la date présumée d'aboutissement/de démarrage du projet. Elle couvre l équipement, les machines et les matériaux transportés vers le site et destinés à devenir partie intégrante de celuici», explique M. Wolfe. «Le contrat peut couvrir des périodes allant de quelques mois à 5 ans, voire plus». Le secteur de l énergie est le plus demandeur, avec des projets de construction tels que des sites de production de Gaz Naturel Liquifié (GNL), ou d électricité ou de centrales nucléaires, ou encore des projets de remise aux normes d usines existantes avec des équipements permettant de réduire les émissions de gaz carboniques. On assiste également à une augmentation des projets impliquant les énergies alternatives ou renouvelables telles que le solaire, la géo thermie, l hydroélectrique et l éolien. Il existe aujourd hui une activité soutenue, à l échelle mondiale : remise à niveau / remplacement des infrastructures telles que les ponts, tunnels et voies de chemin de fer. De leur côté, les projets impliquant l activité minière, l industrie ou le raffinage (pétrole et gaz) sont également en forte augmentation. «Les projets d infrastructures à grande échelle, tels que les extensions de réseaux électriques et les usines de traitement de l eau, ne peuvent être bloqués dans des régions comme l Amérique Latine, l'asie et l'afrique», déclare M. Wolfe. «La croissance démographique, la multiplication des projets de logement et de construction, et l'explosion de la demande en énergie des entreprises : autant de facteurs qui impliquent que les projets doivent avancer, même si l'économie locale/nationale subit des revers. Les réseaux élec - triques existants sont insuffisants et les projets ne peuvent souffrir d autres retards». D après les spécialistes, les investissements dans le secteur de la production d'énergie au sein des pays en voie de développement vont continuer à augmenter. Le groupe Pike Research estime que, dans la zone Asie-Pacifique, l'amélioration des réseaux dit «intelligents» provoquera, d ici 2017, un accroissement des investissements qui passeront de 11,9 à 28,8 milliards de dollars américains. La société, spécialisée dans l analyse des marchés liés aux «technologies propres», prévoit que les investissements cumulés, nécessaires aux réseaux intelligents dans la zone Asie-Pacifique, atteindront 171,3 milliards de dollars américains d ici Le déroulement de la mise en service de projets aussi intensifs a connu des modifications. Auparavant, les contractants importaient les pièces des machines et des équipements et les «montaient» sur le site même. Tim Donney, Responsable mondial de la Gestion des risques maritimes, constate que l on «modularise» de plus en plus les projets d infrastructures à grande échelle : un maximum de machines et d'équipements nécessaires à la construction du site industriel sont produits dans des pays où la main d œuvre coûte moins cher ; puis ils sont transportés sous forme de grands modules complets vers le site du projet, parfois à l autre bout du monde. M. Donney explique que cette façon de procéder implique des risques substantiels. «Transporter des machines construites sur mesure sur des milliers de kilomètres jusqu à l autre bout du monde est déjà une tâche ardue, explique-t-il, certains modules peuvent peser jusqu à tonnes voire plus, et cela représente donc un véritable défi logistique». L une des difficultés est de trouver un navire capable d'embarquer, transporter et débarquer de tels modules. «Les modules sont de plus en plus lourds et volumineux, et les embarcations à même de les transporter se font rares», explique M. Donney. «La planification à long-terme est capitale, car actuellement, les navires et les submersibles à grande capacité sont très demandés, et le marché disponible ne suffit pas à répondre à une telle demande. Plusieurs mois peuvent s écouler avant que de tels navires puissent être réservés pour le transport des marchandises.» «Tout projet implique des risques, déclare M. Wolfe, et l assurance est le meilleur outil pour les gérer». Malheureusement, sur le marché DSU Marine, il existe peu d experts, de souscripteurs et de courtiers disposant du savoir-faire requis. Certains propriétaires/contractants risquent de ne pas bénéficier du niveau de protection suffisant pour la partie transport de leur projet». KEVIN WOLFE Responsable mondial de Projet Cargo TIM DONNEY Responsable mondial de la Gestion des risques maritimes UNE EXPERTISE LOCALE À ÉCHELLE MONDIALE Grâce à son réseau global réunissant plus de 150 pays, Allianz Global Corporate & Specialty peut faire directement appel à des professionnels expérimentés qui connaissent les régions concernées et sont familiarisés avec les conditions de vie locales. 28 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 29

16 SPECIAL TOPIC Tendances économiques La mondialisation tendances et risques Un processus de mondialisation dynamique sur les 20 dernières années Sur le plan économique, le terme «mondialisation» désigne un processus qui conduit à une intensification des relations économiques internationales, alors que tombent les barrières naturelles et humaines. Le processus de mondialisation a pris un essor particulier au début des années Il ne se caractérise pas uniquement par la baisse des coûts de transport et des droits de douane, mais il a été aussi grandement favorisé par l'intégration de la Chine, de l'inde et des pays d'europe centrale et de l'est dans l'économie mondiale. Cela s'est traduit par une abondance accrue de main-d'œuvre pour les entreprises présentes à l international. De nouvelles opportunités liées à une allocation des ressources plus efficace et donc des revenus par habitant plus élevés sont alors progressivement apparus. De nouveaux modèles de production introduits par les changements technologiques ont par ailleurs favorisé une intégration plus rapide. Le fait de pouvoir plus facilement fractionner la production en sous-processus a permis d'externaliser à l'étranger l étape de production nécessitant une forte intensité de main-d'œuvre. Avec cette «fragmentation», les échanges transfrontaliers en biens intermédiaires ont de plus en plus caractérisé le commerce international. Le changement notoire des conditions de l'offre et de la demande mondiales n'a pas seulement rapproché les économies, il a également complexifié les relations : Durant les 20 dernières années, le commerce mon dial a progressé de 6,5 % par an en moyenne, dépassant de façon significative la croissance de la production économique mondiale, au même titre que les flux de capitaux internationaux. De ce fait, le degré d'ouverture s est intensifié dans de nombreux pays. Le poids des marchés émergents dans l'économie mondiale s est intensifié. Au-delà des liens créés par une production mondialisée, des relations plus complexes sont apparues à la suite du rapprochement des marchés financiers provoqué par des institutions financières présentes partout dans le monde et par l'émergence de toute une série de produits dérivés. Globalement, c'est la raison pour laquelle les secousses que ressentent les économies développées ont désormais un impact plus profond et plus durable sur l'ensemble du système. La crise financière met en évidence les risques de tension La mondialisation ne crée pas seulement des opportunités, elle présente aussi des risques. Le rythme inégal des changements intervenus dans les trois domaines principaux que présentent les relations économiques internationales (économie, finance, politique de taux de change) s'est révélé problématique. Bien que des zones de croissance autonomes aient émergé de l'économie mondiale, il existe encore des différences marquantes dans le niveau de développement des systèmes financiers. Cela explique pourquoi le dollar améri- Le débat public sur le phénomène de la mondialisation a changé de nature. Tandis qu'avant la crise financière, le sujet principal de préoccupation concernait le besoin inévitable d'ajustements sur le marché du travail, l'attention se focalise à présent sur les risques posés pour le processus de mondialisation par des déséquilibres mondiaux latents. DR. MICHAEL HEISE Volume du commerce mondial et PIB mondial Indice, 1990 = 100) Volume du commerce mondial Part du PIB mondial (En %) US UE PIB mondial (réel) Marchés émergents d'asie 10 Marchés émergents d'amérique latine 5 Marchés émergents d'europe centrale et de l'est Source : Ecowin, calculs internes 30 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 31

17 Balances courantes en % du PIB mondial Il existe un besoin d'intensifier la politique de coopération économique internationale USA Autres pays déficitaires Pays exportateurs de pétrole Marchés émergents d'asie Allemagne + Japon Reste du monde Source: IMF Le processus de convergence va se poursuivre PIB par habitant (taux de change du marché, $US) Nombre de voitures pour habitants Nombre d'aéroports Inde Chine Brésil Canada États-Unis cain reste la devise de réserve dominante. Il n'est pas question de système multi-polaire à ce jour. De fait, le système est plutôt hybride : beaucoup de pays indexent leur devise sur quelques autres devises flottantes. Depuis quelques temps, ces dissymétries se sont traduites par une croissance très inégale de l'économie mondiale : d'un côté, une stratégie de croissance orientée vers l'export que beaucoup de marchés émergents poursuivent en maintenant leur propre devise à un niveau bas et en accumulant de vastes réserves en devises étrangères, et de l'autre, une croissance de la demande intérieure dans les pays industrialisés, alimentée par une dette croissante. Il existe désormais un consensus général sur le fait que ces déséquilibres mondiaux, qui se sont traduits par des écarts faramineux entre les balances courantes des différents pays, ont contribué à la crise financière de 2007/2008. Perspectives et évaluation du risque À ce jour, la reprise économique qui a suivi la crise financière a été inégale selon les nations, et elle reste fragile dans certains pays. Pour pouvoir revenir à une croissance économique mondiale «forte, durable et équilibrée», telle que l'envisage le G20 dans son cadre qui porte le même Source: Bank of Canada nom, des ajustements importants sont nécessaires à la fois dans les économies développées et dans les marchés émergents. Dans les pays industrialisés, la mission principale actuelle est de progresser dans la consolidation budgétaire et la réduction des stimuli monétaires. Il serait plus simple de conduire ce changement si le renforcement du commerce extérieur pouvait compenser la baisse de la demande intérieure. Les marchés émergents, en particulier en Asie, devront s'affranchir des modèles de développement orientés vers l'exportation en remédiant aux déficits structurels. Cela passe avant tout par le soutien de la demande intérieure, le développement des systèmes financiers et le renforcement des processus de supervision financiers, tout en donnant beaucoup plus de flexibilité aux taux de change. Dans ce contexte, un point positif est l'annonce par la Chine de réformes visant à obtenir une croissance alimentée plus fortement par la demande intérieure. Il est cependant difficile de prédire la vitesse à laquelle les économies des différents pays pourront, une à une, réaliser ces ajustements. Des stratégies non compatibles pourraient aboutir à une croissance mondiale insuffisante. Ceci, ajouté au risque sous-jacent d'un engagement plus faible envers des marchés ouverts, pourrait saper le processus de mondialisation. L'un des effets de ce transfert de croissance des nations industrialisées traditionnelles vers les marchés émergents est que la croissance dans ces pays est très consommatrice de matières premières et que cela constitue le premier facteur de hausse du prix de ces dernières. Le niveau de développement dans les marchés émergents principaux ne constitue encore qu'une fraction de ce qu'il est dans les économies matures, ce qui signifie que le processus de convergence présente encore un potentiel considérable. L'urbanisation croissante et l'émergence accélérée d'une classe moyenne sont des facteurs qui augurent d'une demande forte et durable en marchandises. Dans ce contexte, certains événements survenus durant ces dernières années laissent craindre qu'à l'avenir, il sera plus difficile, voire impossible, de garantir à tous les consommateurs un accès satisfaisant et durable aux marchandises dans un marché mondialisé, et ce dans des conditions équitables. Les problèmes sont les suivants : Les stratégies utilisées par les marchés émergents pour protéger leurs propres bases de ressources Les tentatives de certains marchés émergents pour obtenir un accès privilégié aux matières premières La concentration de la production dans quelques nations, associée à un manque de stabilité politique et économique dans certains pays fournisseurs de matières premières. Indépendamment du fait que les premières tendances mentionnées ici se justifient économiquement ou par des motifs politiques en anticipation d'un conflit, ces entraves potentielles à un accès sans restriction aux marchandises posent également un risque majeur pour l'économie mondiale. Pour finir, les domaines qui posent problème et qui sont évoqués ci-dessus justifient la nécessité d'une coopération internationale des politiques économiques. Il faut espérer que le G20, avec le «processus d'évaluation mutuelle» qu'il a élaboré, parviendra à des décisions constructives sur tous les points pertinents des politiques concernées, notamment la politique liée aux marchandises. DR. MICHAEL HEISE Chef économiste chez Allianz SE 32 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 33

18 SPECIAL TOPIC Des défis pour les assureurs Hans Jörg Schill Klaus Greimel Harry Daugird Hans Jörg Schill est Directeur général d AAV Airport Assekuranz Vermittlungs GmbH, courtier captif de la société Fraport AG. En mars 2011, Hans Jörg Schill est également devenu Président de la Fédération allemande des courtiers en assurances et assureurs captifs (Bundesverband firmenverbundener Versicherungsvermittler und -gesellschaften e.v.). Après avoir travaillé pour Hannover Rück et Siemens AG, il a rejoint AAV GmbH en Il supervise aujourd'hui toutes les affaires relevant de l assurance mondiale de Fraport AG et de ses filiales. Klaus Greimel est Directeur général d E.ON Risk Consulting GmbH mais aussi, depuis 2011, Président de l associa - tion allemande de protection des clients en assurances (Deutscher Versicherungs-Schutzverband e.v.). Diplômé en économie, Klaus Greimel travaille pour le groupe énergétique basé à Düsseldorf depuis Auparavant, il a occupé le poste de Directeur général de la société Deutsche Industrie-Versicherungsstelle GmbH, et a également travaillé chez Zurich Insurance. Harry Daugird est Président du comité de direction de Komposit GmbH, courtier captif du groupe suisse spécialisé dans les techniques énergétiques ABB, et Président de la commission des assurances de la Fédération de l industrie allemande (Bundesverband der Deutschen Industrie e.v.). Après avoir décroché une licence en droit aux universités d Hambourg et de San Diego, Harry Daugird a débuté sa carrière au sein du service juridique d ABB à Mannheim, en 1977, avant de rejoindre Komposit en Hans Jörg Schill et Wolfgang Faden Mondialisation : risques et opportunités en matière d assurance industrielle Les grands groupes industriels opérant dans le cadre de réseaux mondiaux, la complexité des risques auxquels ils sont exposés ne cesse de croître, tout comme les exigences en matière d assurance industrielle. Wolfgang Faden, Directeur Général d AGCS Allemagne et Europe de l'est, ainsi que Klaus M. Przybyla, Directeur Général Adjoint, ont récemment invité les Présidents des trois associations allemandes de clients en assurances (BDI, DVS, BfV) - Harry Daugird d ABB, Klaus Greimel d E.ON et Idem Hans Jörg Schill de Fraport AG - à Munich pour discuter de ce sujet. VERENA HAUER Faden : Des sociétés internationales telles qu ABB, E.ON et Fraport sont exposées à des risques considérables à l échelle mondiale. En tant que responsables de leurs sociétés de courtage captif, comment appréhendez-vous ce problème, stratégiquement parlant? H.Daugird : ABB a une approche mondiale du risque, reposant sur des notions telles que le «coût total du risque» ou les «régimes d assurance mondiale». Les risques mondiaux qui affectent, entre autres, notre société incluent de plus en plus fréquemment les provisions contractuelles des clients, notamment ce que l on appelle les pertes financières pures. H.J. Schill : Le modèle d entreprise de Fraport AG est «international» plutôt que «mondial». Contrairement aux activités d un acteur mondial possédant des sites de production un peu partout dans le monde, les opérations et la gestion des risques d un aéroport relèvent principalement du domaine local. Nos principaux risques sont également les réclamations en responsabilité civile et les pertes liées aux interruptions d activité. Nous gérons notre approche mondiale du risque à l aide d une commission interne préposée à la gestion des risques. K.Greimel : E.ON appréhende les risques sur fond de défis mondiaux. Nous disposons d un processus de suivi des risques, qui est solidement établi et fonctionne bien. Etant donné qu il s agit de services partagés par l ensemble du groupe, nous sommes étroitement liés à tout le fonctionnement de l entreprise. Faden: La mondialisation croissante implique également la mise en place de réglementations internationales supplémentaires H.J.Schill : dont nous devons naturellement tenir compte, notamment pour des raisons de conformité. K.Greimel : Bien sûr, tout est de plus en plus complexe. Lorsque cela s avère nécessaire, nous consultons des partenaires externes, en particulier dans la sphère internationale où ils disposent de l expérience et de l implantation nécessaires au sein de nos principaux marchés. Przybyla : Ces derniers temps, les risques politiques s intensifient un peu partout dans le monde. Le «Printemps arabe» illustre parfaitement cette situation. Quel impact cela a-t-il sur le rôle et l importance des gestionnaires de risques au sein des groupes mondiaux? 34 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 35

19 «AGCS est très performant lorsqu'il s'agit d'élaborer des solutions individuelles en partenariat avec ses clients.» Klaus Greimel, Directeur Général d'e.on Risk Consulting GmbH Hans Jörg Schill (Fraport AG) est à la recherche de solutions d'assurances personnalisées pouvant couvrir les différents risques susceptibles d'apparaître à l'avenir. K.Greimel: En ce qui concerne E.ON, le conseil en matière de risques intervient très tôt dans le cadre des activités de fusions et d'acquisitions. Cela est essentiel pour que les informations relatives aux risques politiques potentiels soient rapidement intégrées dans le processus décisionnel. Je pense que les événements récents renforcent la position du gestionnaire de risques dans les sociétés ayant une cartographie des risques claire et des processus bien définis, à condition qu il ou elle soit activement impliqué(e). Faden: Aujourd hui, qu attendent les groupes mondiaux d un assureur industriel comme AGCS? H.Daugird: Il doit bénéficier d une présence mondiale et d un réseau de spécialistes ayant une solide expé - rience à l international. Il doit également disposer de compétences informatiques et en systèmes dans les domaines de la souscription et du règlement des sinistres. H.J.Schill: C est la raison pour laquelle nous recherchons des solutions d assurance sur mesure, cou - vrant une variété de risques sur les marchés qui nous concernent. Ce que nous recherchons, c est un partenaire fiable, capable de nous offrir une couverture adéquate face aux risques complexes. Une gestion professionnelle des sinistres et une capacité à développer rapidement des produits sont des facteurs essentiels en la matière. K.Greimel: Certains assureurs continuent de croire qu ils peuvent vendre des «produits standardisés». Cependant, il ne suffit pas d avoir une bonne idée, surtout dans la sphère internationale. AGCS est très performant lorsqu il s agit d élaborer des solutions individuelles en partenariat avec ses clients. Przybyla: En parlant d affaires internationales, quelles sont, à votre avis, les principales tendances dans le domaine de l assurance industrielle? H.Daugird: Nous discutons continuellement de nos risques, besoins particuliers et attentes avec notre assureur, et ce dialogue peut, bien sûr, être optimisé. Mais, avant tout, rien ne vaut le contact direct. K.Greimel: Comme M. Daugird vient de le dire, un pré-dialogue avec l assureur est également essentiel lorsque l on parle de prévention des sinistres et d assistance en cas de sinistre. Après tout, ce que nous achetons, ce sont des promesses de performance. H.J.Schill: Tout à fait. Grâce, notamment, à la mise en place de contacts personnels, les rapports avec AGCS ont évolué de manière très positive au cours des dernières années. H.Daugird: Néanmoins, un responsable grands comptes doit également être capable d exercer une influence interne, surtout dans le domaine international. Cela est d autant plus important pour les clients internationaux de grande envergure. Là encore, AGCS a fait d excellents progrès grâce à ses nouvelles structures. W.Faden: Voilà pourquoi AGCS a l intention de continuer à développer sa gestion des grands comptes au cours des prochaines années. Nos clients sont notre principale priorité, et ils apprécient la relation personnelle et le rapport direct qu ils ont avec leurs contacts personnels. Notre gestion des grands comptes est devenue un important facteur de réussite dans nos rapports avec nos clients. L entretien complet est disponible sur WOLFGANG FADEN Directeur Général d AGCS Allemagne & EC KLAUS M. PRZYBYLA Directeur Général Adjoint d AGCS Allemagne & EC UNE PORTÉE MONDIALE En Allemagne, AGCS compte environ 100 employés répartis sur 6 sites. AGCS Allemagne gère plus de 350 programmes internationaux soutenus par le réseau étendu des bureaux régionaux d'allianz et leurs partenaires. 36 Special Topic Globalisation Special Topic Globalisation 37

20 IN CONCLUSION IN CONCLUSION Calendrier La mondialisation: bénédiction ou malédiction? Commentaires d' Axel Dreher, professeur en politiques internationales et de développement à l Université d Heidelberg. «Les partis politiques défendant un point de vue clairement antimondialiste gagnent des voix.» Dr. Axel Dreher, professeur en politiques internationales et de développement 2011 Date/Lieu Manifestations Pour en savoir plus Octobre 2 5 FERMA Risk Management Forum Stockholm, Suède Federation of European Risk Management Associations O c tobre AGCS Expert Days "Digital Environments" Munich, Allemagne Allianz Global Corporate & Specialty Novembre IRMI 2011 Conférence sur la construction des risques San Diego, CA, États-Unis International Risk Management Institute (IRMI) AXEL DREHER Axel Dreher est professeur en politiques internationales et de développement à l Université d Heidelberg. Il a publié de nombreux articles dans des revues de référence, parmi lesquelles la Revue d économie internationale (The International Economic Review), le Journal d'économie du développement (Journal of Development Economics), l'organisation internationale (International Organization) et le Journal d'économie internationale (the Journal of International Economics). La mondialisation laisse peu de personnes indifférentes. Preuve des sentiments exacerbés qu'elle provoque : les réactions des manifestants issus de divers milieux présents aux sommets de l OMC, du FMI et du G8. Il est clair que ce que nous pouvions considérer autrefois comme une forme d enthousiasme incontesté a été supplanté par une inquiétude justifiée au sujet d une meilleure intégration à l échelle mondiale. La mondialisation revêt plusieurs formes. L'augmentation des volumes d'investissements et d'échanges à l'étranger fait partie des manifestations les plus évidentes. Il a été largement prouvé que cela permettrait une augmentation des profits des entreprises et de la croissance économique des pays. Il a également été prouvé que, même si cela a été contesté, l union entre les pays en est affaiblie et que les inégalités internes (au sein des pays) en sont accentuées. En bref, les salariés ayant perdu leur emploi en raison d une délocalisation de la production des entreprises font partie des perdants du processus de mondialisation. Dans les pays industrialisés, il s'agit le plus souvent des salariés avec un niveau d éducation plus bas et une mobilité plus réduite. Un autre aspect de la mondialisation concerne l immigration. L ouverture des frontières européennes permet aux personnes de choisir le lieu où elles souhaitent vivre et travailler. La mobilité des travailleurs augmente considérablement la croissance économique globale de l Europe. Toutefois, la mondialisation génère également des perdants à ce niveau. La concurrence sur le marché du travail implique en effet une baisse des salaires Certaines personnes cèdent leur emploi à des immigrants. L augmentation de la concurrence sur le marché du logement implique une hausse du prix des loyers et des logements. Les politiques sont désormais elles aussi mondialisées. Prenons comme exemple la Grèce. À l avenir, les décisions économiques concernant la Grèce seront prises à Washington et à Bruxelles. Alors que la plupart des économistes se sont mis d accord sur la nécessité d instaurer des réformes, des milliers de manifestants protestent. Leur mécontentement est partagé par des personnes qui ont le sentiment de devoir payer une partie de l addition. La centralisation des politiques au sein de l Union européenne constitue un autre exemple. Ces politiques s éloignent en effet peu à peu des préférences des citoyens des pays membres (l'interdiction de certaines sortes d'ampoules électriques pour économiser de l'énergie en est un exemple récent). En d autres termes, pour la plupart des économistes, l effet de la mondialisation sur l économie semble être globalement positif. Cependant, comme nous l avons vu plus haut, il est évident que certains sont perdants. Selon la théorie de l économie normative, les perdants face à ces changements structuraux devraient profiter des gains des acteurs les plus avantagés. Il est évident que la plupart du temps, ce n'est pas le cas. C est l une des raisons de la problématique évidente de la mondialisation. Les répercussions négatives de la mondialisation impliquent des risques substantiels. Les partis ayant un point de vue antimondialisation gagnent des voix : le Front National de Marine Le Pen, le True Finns en Finlande, le Parti populaire suisse (SVP) et le Parti populaire danois (DF). Si les gouvernants continuent d'ignorer les craintes de leurs citoyens, les forces contre la mondialisation prendront de l ampleur. Cela pourrait conduire à un renforcement des obstacles aux échanges, aux investissements et à l'immigration, à travers une violente réaction contre la mondialisation. Il existe cependant des alternatives à la mondialisation (en dépit des déclarations de nombreux politiques). Elle est d ailleurs globalement bénéfique. Mais la mondialisation elle-même sera menacée tant qu il existera des «perdants» n y trouvant aucun bénéfice. Novembre RMIA 8ème conférence nationale Melbourne, Australie Risk Management Institution of Australasia (RMIA) Décembre 4 7 SRA Conférence annuelle Charleston, SC, Etats-Unis Society for Risk Analysts 2012 Février 8 10 AMRAE Recontres Deauville, France Association pour le management des risques et des assurances de l'entreprise Février PARMA Conférence Monterey, CA, États-Unis Public Agency Risk Managers Association (PARMA) Avril RIMS 2012 Conférence annuelle Philadelphia, PA, Etats-Unis Risk and Insurance Management Society (RIMS) J uin 3 6 PRIMA 2012 Conférence annuelle Nashville, TN, Etats-Unis Public Risk Management Association (PRIMA) J uin AIRMIC Conférence annuelle Liverpool, Royaume-Uni Association of Insurance and Risk Managers (AIRMIC) Juin IIS 48ème séminaire annuel Rio de Janeiro, Brésil International Insurance Society (IIS) J uin ALARM Learning & Development Forum Manchester, Royaume-Uni Association of Local Authority Risk Managers (ALARM) Juillet APRIA 2012 Conférence annuelle Seoul, Corée du Sud Asia-Pacific Risk and Insurance Association 38 Le dernier mot Calendrier 39

Gestion des programmes d assurance multinationaux

Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Dans une économie mondialisée liée par la livraison de nuit, les télécommunications avancées et l Internet,

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

LES RÉSULTATS 2010 de l assurance transports. Conférence de Presse de la FFSA Paris, le 9 septembre 2011

LES RÉSULTATS 2010 de l assurance transports. Conférence de Presse de la FFSA Paris, le 9 septembre 2011 LES RÉSULTATS 2010 de l assurance transports Conférence de Presse de la FFSA Paris, le 9 septembre 2011 CONFÉRENCE DE PRESSE de l assurance transports Chiffres clés du marché : résultats et données 2010

Plus en détail

Guide Global Property/Dommages aux Biens

Guide Global Property/Dommages aux Biens Guide Global Property/Dommages aux Biens Guide Global Property/Dommages aux Biens Prêts pour demain CLIQUER ICI Depuis plus de 60 ans, AIG assure des entreprises internationales sur les risques de Dommages

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES. Article L.125-1

CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES. Article L.125-1 CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES Article L.125-1 Les contrats d assurance, souscrits par toute personne physique ou morale autre que l État et garantissant les dommages d incendie ou tous autres

Plus en détail

Gestion du Cycle de Vie Conserver votre système de stockage et de mise à disposition Kardex Remstar au plus haut niveau de ses performances

Gestion du Cycle de Vie Conserver votre système de stockage et de mise à disposition Kardex Remstar au plus haut niveau de ses performances Essential Plus Extra Gestion du Cycle de Vie Conserver votre système de stockage et de mise à disposition Kardex Remstar au plus haut niveau de ses performances Kardex Remstar Service : Garantir la productivité

Plus en détail

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014 Paris, 10 mars 2014 En 2013, AXA Real Estate enregistre un volume de transactions de 9,2 milliards d euros, lève 6,5 milliards d euros de capitaux et étend son programme de dette à 7,9 milliards d euros

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN. Montréal, 18 22 mars 2013

Organisation de l aviation civile internationale SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN. Montréal, 18 22 mars 2013 Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/6 10/12/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : Examen de questions clés et du

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 29 juillet 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,56 $ avec un ratio combiné de 91,6 %.

Plus en détail

SERVICES DE LA PRÉVENTION. AssurAnces spécialisées nationales et internationales

SERVICES DE LA PRÉVENTION. AssurAnces spécialisées nationales et internationales SERVICES DE LA PRÉVENTION AssurAnces spécialisées nationales et internationales POuR PROTÉgER LA marque D une ENTREPRISE, IL faut SuRVEILLER LES RISquES. ALORS, LA PRÉVENTION DES RISquES DOIT faire PARTIE

Plus en détail

Portec d Interroll. La solution la plus fiable pour la manutention des bagages. Industry Fact Sheet Juin 2014

Portec d Interroll. La solution la plus fiable pour la manutention des bagages. Industry Fact Sheet Juin 2014 La courbe à bande Portec d Interroll La solution la plus fiable pour la manutention des bagages Industry Fact Sheet Juin 2014 Le monde change Selon l IATA*, le nombre de passagers a augmenté de 5,1 pour

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Allianz Suisse Communication Communiqué de presse «Global Wealth Report» d Allianz: progression du patrimoine la plus élevée depuis 2003 Les actifs financiers bruts ont atteint un nouveau record en 2013,

Plus en détail

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles RC Base 1 Distinguer les différents types de responsabilité (responsabilité morale, civile et pénale) et préciser

Plus en détail

Directives relatives à l'assurance tous risques de. responsabilité civile

Directives relatives à l'assurance tous risques de. responsabilité civile DIRECTIVES DE L'EXPO 2005 A L'INTENTION DES PARTICIPANTS OFFICIELS GL8-1-4 Directives relatives à l'assurance tous risques de responsabilité civile (novembre 2003) L'Association japonaise pour l'exposition

Plus en détail

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL 2012 /2013 2012 /2013 Sommaire 5 13 6 1 - Sommaire Statistiques générales Tab 2.1 Nombre d entreprises établies suivant leur spécialisation 16 Tab

Plus en détail

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott Présentation de la lutte contre la corruption Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Objet s attache à mener ses activités de façon éthique et en conformité avec la Loi et la

Plus en détail

Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires

Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires Article L225-102-1 En savoir plus sur cet article... Modifié par LOI n 2010-788 du 12 juillet

Plus en détail

Information de presse

Information de presse Information de presse ab Des estimations provisoires de Swiss Re sigma indiquent que les catastrophes naturelles et techniques ont entraîné des dommages pour la société à hauteur de 52 milliards USD en

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique.

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique. Dossier de presse Présentation du Groupe Créé en 1985 le groupe Necotrans est un acteur clé de la logistique internationale avec un chiffre d affaires de plus de 950 millions d euros et 3500 collaborateurs

Plus en détail

Tokio Marine Europe Insurance Limited

Tokio Marine Europe Insurance Limited UFMANN & BROAD Tokio Marine Europe Insurance Limited Problématique Client Filiale européenne d un Groupe japonais, le siège social de Tokio Marine Europe est établi à Londres Présence sur le marché français

Plus en détail

Responsabilité Civile / Les Garanties de la police RC Entreprise

Responsabilité Civile / Les Garanties de la police RC Entreprise LES GARANTIES DE LA POLICE "RESPONSABILITE CIVILE GENERALE" 1/. L'OBJET DE LA POLICE RESPONSABILITE CIVILE (notée "RC" dans ce document) De par son activité une entreprise peut causer des dommages aux

Plus en détail

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL EN BREF Rexel, leader mondial de la distribution professionnelle de produits et services pour le monde de l énergie La mission

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du premier trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du premier trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 7 mai 2014 Intact Corporation financière annonce ses résultats du premier trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,94 $, en baisse de 8 %, exception faite d

Plus en détail

Dossier de presse Catastrophes naturelles

Dossier de presse Catastrophes naturelles Fédération Française des Sociétés d'assurances Dossier de presse Catastrophes naturelles Le système d indemnisation mis en place par la loi du 13 juillet 1982 Avant 1982, l assurance ne couvrait que certains

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT EPS Conditions générales Page 1 sur 5 1. Définitions, termes acceptés : le terme «Acheteur» désigne Alcoa Inc., les entreprises agissant en tant que (a) filiale ou société affiliée, ou les sociétés liées

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011

Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011 Communiqué de presse TORONTO, le 8 février 2012 Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011 Croissance des primes de près de 50 % au quatrième trimestre,

Plus en détail

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX Agence internationale de l énergie atomique Résolutions adoptées par la Conférence générale de l AIEA (2004)* La 48 ème session de la Conférence générale de l AIEA

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 30 juillet 2014 Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,53 $, avec un ratio combiné de 92,9

Plus en détail

Communiqué de presse - 1 -

Communiqué de presse - 1 - Communiqué de presse - 1 - Nouvelle étude internationale de Continental : Les véhicules hybrides et électriques sont de mieux en mieux considérés par les automobilistes du monde entier Continental, grand

Plus en détail

Stand for Nest Learning Thermostat Socle / Standaard Guide and Warranty / Guide et garantie / Handleiding en garantie

Stand for Nest Learning Thermostat Socle / Standaard Guide and Warranty / Guide et garantie / Handleiding en garantie Stand for Nest Learning Thermostat Socle / Standaard Guide and Warranty / Guide et garantie / Handleiding en garantie Avant de commencer Assurez-vous que le Nest Heat Link est déjà installé. Munissez-vous

Plus en détail

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures La Banque asiatique d investissement dans les infrastructures (BAII) résulte d une initiative de la Chine, qui a

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 4 novembre 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,47 $, en hausse de 7 % par rapport

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

SWISS réduit considérablement ses pertes

SWISS réduit considérablement ses pertes Communiqué de presse concernant le 6 mai 2004 bilan intermédiaire au terme du 2004 SWISS réduit considérablement ses pertes Au terme des trois premiers mois de l année en cours, Swiss International Air

Plus en détail

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour)

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) DÉCLARATION DE POSITION La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) 11ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, Hyderabad, Inde, 8-19 octobre

Plus en détail

Magasins Filière BIO Assurément Durable

Magasins Filière BIO Assurément Durable Magasins Filière BIO Assurément Durable 1 Madame, Monsieur, Voil{ maintenant plus de 15 ans qu un certain nombre d entre vous, ont osé développer leurs activités dans le domaine des produits naturels,

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

(Traduction du Greffe) TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (AFFAIRE No. 17)

(Traduction du Greffe) TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (AFFAIRE No. 17) (Traduction du Greffe) TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (AFFAIRE No. 17) RESPONSABILITÉS ET OBLIGATIONS DES ETATS PATRONNANT DES PERSONNES ET ENTITÉS EN CE QUI CONCERNE LES ACTIVITÉS DANS LA ZONE

Plus en détail

Présentation du Groupe IKEA

Présentation du Groupe IKEA Présentation du Groupe IKEA IKEA dans le monde en quelques chiffres En 62 ans, le Groupe IKEA est devenu le leader mondial sur le marché du meuble. En tant que spécialiste de l ameublement et de la décoration

Plus en détail

Des conseillers en gestion de risques ultra-spécialisés. P. 3. L'innovation au cœur de la stratégie de développement de Bessé P. 5

Des conseillers en gestion de risques ultra-spécialisés. P. 3. L'innovation au cœur de la stratégie de développement de Bessé P. 5 Les hommes et les femmes de Bessé sont des experts ultra-spécialisés dans la gestion des risques et des assurances des entreprises. Plus que simples courtiers, leur métier est centré sur le conseil sur-mesure

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE NATIONS UNIES COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE RECOMMANDATION n 4, deuxième édition, adoptée par le Centre des Nations Unies pour la facilitation du

Plus en détail

Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire

Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire 1 Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire À la suite de la tragédie survenue à Lac-Mégantic, le gouvernement s est engagé à prendre des mesures ciblées

Plus en détail

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance Le 3 juin 2014 Gérard GUENDAFA Risques Supply Chain Vulnérabilité dans la chaîne d approvisionnement

Plus en détail

Forte croissance de l activité de Bureau Veritas au premier trimestre 2011 Chiffre d affaires de 775 millions d euros, en hausse de 23%

Forte croissance de l activité de Bureau Veritas au premier trimestre 2011 Chiffre d affaires de 775 millions d euros, en hausse de 23% 1 COMMUNIQUE DE PRESSE Neuilly-sur-Seine, le 4 mai 2011 Forte croissance de l activité de Bureau Veritas au premier trimestre 2011 Chiffre d affaires de 775 millions d euros, en hausse de 23% Croissance

Plus en détail

BARRY F. LORENZETTI ÉNONCÉ DE MISSION MESSAGE DU PRÉSIDENT

BARRY F. LORENZETTI ÉNONCÉ DE MISSION MESSAGE DU PRÉSIDENT 15 ÉNONCÉ DE MISSION Cultiver le travail d équipe, la discipline et le dévouement afin d être la société de courtage et de conseil en assurance la plus professionnelle et la plus innovante au Canada, dont

Plus en détail

FORMATION SAVIE inc. La gestion des mesures d urgence

FORMATION SAVIE inc. La gestion des mesures d urgence FORMATION SAVIE inc. La gestion des mesures d urgence Objectif Cette présentation a pour objectif de vous familiariser avec les outils, l organisation, les étapes et les ressources externes mis à votre

Plus en détail

Régime des catastrophes naturelles

Régime des catastrophes naturelles actuel Contexte Dans la constitution de l après guerre, le principe de solidarité et d égalité entre les français est inscrit comme une règle d or. C est ce principe qui s applique au régime des catastrophes

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

CORPORATE SAFETY PLAN

CORPORATE SAFETY PLAN O FF RE CL EX U SI V E CORPORATE SAFETY PLAN L ATOUT SÉCURITÉ INDISPENSABLE POUR BIEN PROTÉGER VOS COLLABORATEURS À L'INTERNATIONAL 2015 Suivez-nous sur Facebook et Twitter! www.facebook.com/aprilexpat

Plus en détail

L opportunité pour un client «chargeur» de souscrire ses propres garanties transport ou de s en remettre soit aux assurances de son co-contractant

L opportunité pour un client «chargeur» de souscrire ses propres garanties transport ou de s en remettre soit aux assurances de son co-contractant L opportunité pour un client «chargeur» de souscrire ses propres garanties transport ou de s en remettre soit aux assurances de son co-contractant soit à la garantie RC du transporteur Introduction Le

Plus en détail

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le management des risques constituent un enjeu majeur pour la pérennité du Groupe

Plus en détail

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international PERFORMANCE EXPORT Développement à l'international V 4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international Si on en parlait? Vous recherchez de nouveaux débouchés à l international? Vous entretenez

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

Solutions en matière de transport répondant aux besoins de votre entreprise

Solutions en matière de transport répondant aux besoins de votre entreprise Solutions en matière de transport répondant aux besoins de votre entreprise Et si votre troisième poste de dépense le plus important était aussi votre premier moyen de défense? À Zurich nous savons que

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS TERTIAIRES

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS TERTIAIRES BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS TERTIAIRES ÉPREUVE D ECONOMIE-DROIT ÉTUDE N 1 Date : Mars 2012 Partie du programme concernée par l étude : Les métiers et le contexte de l activité professionnelle Nom : XXXXXXXXXXX

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original.

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Un partenariat fiable Avec la bonne expertise vers le succès Des arguments qui font la différence Les avantages d une solution

Plus en détail

Garantie contre les risques à l exportation

Garantie contre les risques à l exportation Garantie contre les risques à l exportation Révision totale de la loi de 1958 28 janvier 2004 Numéro 4 La révision de la garantie contre les risques à l exportation (GRE) en consultation Le Conseil fédéral

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande 9.2.7 Message concernant l Accord international de 2001 sur le café du 9 janvier 2002 9.2.7.1 Partie générale 9.2.7.1.1 Condensé L Accord international de 2001 sur le café a été approuvé au cours de la

Plus en détail

Communication sans collaboration

Communication sans collaboration Siège social : Avanade France 125 avenue de Paris 92320 Châtillon www.avanade.com/fr Avanade est le principal intégrateur de solutions pour l entreprise basées sur la plate-forme Microsoft. Sa mission

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme Texte original Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme 0.192.110.942.9 Conclu à Bruxelles le 11 octobre 1973 Instrument de ratification

Plus en détail

SICK LifeTime Services Sécurité et productivité assurées. Prestations personnalisées dans le monde entier Aperçu général

SICK LifeTime Services Sécurité et productivité assurées. Prestations personnalisées dans le monde entier Aperçu général B r o c h u r e C o m p é t e n c e SICK LifeTime Services Sécurité et productivité assurées Prestations personnalisées dans le monde entier Aperçu général Partout dans le monde et à tout moment : prestations

Plus en détail

La nouvelle génération de protection adaptée aux systèmes d exploitation de données. Le Système HI-FOG pour les Data Center

La nouvelle génération de protection adaptée aux systèmes d exploitation de données. Le Système HI-FOG pour les Data Center La nouvelle génération de protection adaptée aux systèmes d exploitation de données Le Système HI-FOG pour les Data Center Une protection moderne pour un monde contre l incendie piloté par les Datas Le

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

PRESTATAIRES DE SERVICES EN INFORMATIQUE Bulletin de souscription simplifiée Responsabilité civile

PRESTATAIRES DE SERVICES EN INFORMATIQUE Bulletin de souscription simplifiée Responsabilité civile Cachet et Code de l intermédiaire AXA ENTREPRISES Service destinataire PRESTATAIRES DE SERVICES EN INFORMATIQUE Bulletin de souscription simplifiée Responsabilité civile Le Proposant Nom :. Prénom :.......

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Contamination et rappel de produits

Contamination et rappel de produits Aon Risk Solutions Contamination et rappel de produits Ne vous laissez pas surprendre! Risk. Reinsurance. Human Resources. Un problème que toute entreprise peut rencontrer Aucune entreprise, même avec

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées

Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées Consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n o 49 Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées Mémoire de l

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du premier trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du premier trimestre Communiqué de presse Toronto, le 6 mai 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du premier trimestre Le résultat opérationnel net par action de 1,37 $ au premier trimestre de 2015 a augmenté

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

L'assurance des marchandises transportées et de la responsabilité de l'entreprise de transport

L'assurance des marchandises transportées et de la responsabilité de l'entreprise de transport Formules assurance transporteurs www.secat-assurance.fr TRANSPORTEURS assurance transport Transporteur nous avons créé une gamme complète d'assurance et de services pour vous. Vous trouverez dans la liste

Plus en détail

LE CENTRE EUROPÉEN DE RECHERCHE EN POLITIQUE SOCIALE

LE CENTRE EUROPÉEN DE RECHERCHE EN POLITIQUE SOCIALE LE CENTRE EUROPÉEN DE RECHERCHE EN POLITIQUE SOCIALE Photo de couverture basé sur un Orthophoto de la Stadtvermessung Wien, Bildflug: BEV Organisation intergouvernementale de recherche dans le domaine

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail