BIENVENUE A Mohamed El Jarim

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIENVENUE A Mohamed El Jarim"

Transcription

1 Infogérance des éditions INTERFACE A L OUVRAGE CHEZ Eneo P.3 Cabling en haute mer NOS EQUIPES ASSURENT SUR LES PLATEFORMES DE PERENCO P.4 N 003 JUIN 2015 Prévoyance sociale AVIS AUX SALARIES NEGLIGENTS! P.7 BIENVENUE A Mohamed El Jarim L expert en monétique rejoint le groupe Interface

2 EDITORIAL Benoit Mekon DMC Formation professionnelle continue, Auto-formation, Transfert de compétence, Formation de groupe, Tutorat : l heure de la révolution a sonné! ce n est plus une vaine promesse : organiser la montée en compétences de ses collaborateurs est devenu un élément incontournable de la stratégie d Interface. Une impérieuse nécessité, parce que nous voulons envisager l avenir avec sérénité. En l espace de quelques mois seulement, cadres et agents du groupe, techniciens et commerciaux notamment, ont bénéficié de formations diverses : IBM, monétique, Lexmark, Canon, Microsoft, etc. Pour Martin Nyamsi, président et CEO d Interface, c est un investissement de long terme. Former nos collaborateurs est un enjeu stratégique, notamment parce que nous progressons. Ce capital humain est le fruit d investissements immatériels qui permettent d accompagner les changements, de les encourager et d adapter les compétences aux enjeux qui nous contraignent en même temps qu ils nous ouvrent de nouveaux horizons. Les connaissances accumulées dans notre entreprise, qu elles soient acquises par la voie de la formation professionnelle continue ou par l expérimentation, sont donc devenues des ressources stratégiques et le véritable capital de notre entreprise. L idée que la création de valeur repose avant tout sur l investissement dans la connaissance est plus que jamais une réalité au sein de notre groupe qui n entend pas s arrêter en si bon chemin. Au cours de la récente réunion de coordination, les cadres dirigeants ont souhaité aller encore plus loin : proposer des apprentissages à tous les salariés qui leur permettent de s adapter aux évolutions du travail, aux orientations stratégiques de l entreprise, à un secteur d activité ou au monde du travail en général. N est-ce pas la rapidité des évolutions technologiques et des attentes du marché qui rendent par ailleurs urgente la mise à jour des compétences qui ont manifestement besoin d être complétées. Il est cependant important de relever que la formation professionnelle continue seule ne suffit pas. Le CEO n a de cesse de le répéter, d autres méthodes d apprentissage comme l auto-formation, le transfert de compétence, la formation de groupe ou encore le tutorat déjà expérimenté au commercial, doivent eux aussi avoir droit de cité. Et c est le lieu de rappeler que les décisions prisent au cours de la récente réunion de coordination vont toutes dans le sens de renforcer la formation, la collaboration et la communication au sein de nos équipes. Tenez par exemple : Gouvernance des projets : tenir systématiquement une réunion de pré-cadrage en interne avant le démarrage de tout projet ; Management : chaque Direction et/ou service est tenu d organiser une réunion hebdomadaire de coordination ; Infogérance : Messieurs Serge Kassi, Benoit Mekon et Lionel Tchankoue constituent le Comité chargé de formaliser dans le but d industrialiser l offre d externalisation des éditions (MPS, BPS, SPS) ; Stratégie commerciale orientée solutions logicielles : procéder à la segmentation de l offre logicielle, organiser à l intention des commerciaux des campagnes IEC sur notre offre logicielle ainsi que des ateliers de training sur la stratégie de vente de solutions logicielles. Qui vivra verra, a dit le sage. B.M. N 003 INTERMAG 2

3 PERFORMANCE INFOGERANCE DES EDITIONS Interface à l ouvrage chez Eneo Un parc d une trentaine de Multifonctions déjà en exploitation. Début 2015, Interface et Eneo signent un contrat relatif au déploiement d une solution d infogérance des éditions au sein du groupe multinational qui assure la distribution de l énergie électrique au Cameroun. Le projet vise une externalisation complète, avant fin 2016, de la mise en place, la gestion et la maintenance du service édition au sein d Eneo. Autant dire que dans un environnement de plus en plus compétitif et en constante évolution, les entreprises, pour s adapter tout en continuant d innover, doivent relever de nombreux défis dont celui du contrôle et de la maîtrise des coûts financiers. Parmi les choix stratégiques opérés au sein d Eneo, il y a l adoption des nouvelles technologies pour moderniser la production et la gestion des éditions gage de maîtrise des coûts d impression, de sécurisation des informations et de responsabilisation des utilisateurs. La solution d infogérance des éditions que nous avons déployée chez Eneo répond à ces préoccupations. Elle est bâtie autour de Lexmark Managed Print Services (MPS), qui intègre une approche tridimensionnelle : le Hardware (Multifonctions de la gamme laser monochrome et couleur de format A4 et A4/A3 ; le Software (LPM - Lexmark Print Management : solution de gestion de la sécurité, des habilitations et de la confidentialité des documents et LFM - Lexmark Fleet Manager : solution de gestion du parc d imprimantes qui permet entre autres de quantifier le coût total de possession des périphériques ; enfin les Process (une combinaison de services, de solutions personnalisées et d expertise permettant d augmenter l efficacité du service édition). Le contrat d infogérance des éditions signé avec Eneo s étend sur tout le territoire national camerounais. Rendu à ce jour, nous avons déjà installé une trentaine de Multifonctions manageables qui sont disposées dans les villes de Douala, Limbe et Edéa. Elles sont toutes gérées depuis le siège (Koumassi) via un serveur d impression dédié. Conformément au contrat, nous disposons également d une ressource en régie sur le site de Koumassi pour le monitoring de la solution et l aide aux utilisateurs. Côté collaboration, les services Network, System, Helpdesk d Eneo avec lesquels nous sommes amenés à travailler dans le cadre de ce projet sont en grande partie constitués de jeunes dynamiques, disponibles et compétents. Toute chose qui favorise une bonne ambiance de travail et garantie l atteinte des objectifs d un taux de disponibilité de 99% du service édition. Un défi à la hauteur de la réputation du N 1 de l infogérance des éditions au Cameroun. Lionel Tchankoue et Gérard Doube CABLING EN HAUTE MER Nos équipes assurent sur les plateformes pétrolières de Perenco Du 22 avril au 10 mai, 4 de nos ingénieurs et techniciens ont séjourné en haute mer, précisément sur les plateformes pétrolières du groupe Perenco (Perenco offshore - Ebome et Lobe). Il s agit de Bernard Tchamko (chef de mission), Blaise Tchamokwein, Martial Essome et de Rico Tankeu. Leur mission : Revamping du câblage cuivre existant et nouvelles installations. Plus prosaïquement, il était question de remettre en conformité le câblage logique existant et de refaire de nouvelles installations. Autant la réalisation de tels travaux sur terre ferme peut ressembler à une balade du dimanche pour nos techniciens outillés et expérimentés, autant réussir le même exploit sur des plateformes en haute mer n est pas une sinécure, loin s en faut. De retour de leur périple, nos techniciens évoquent certaines difficultés, notamment, les opérations d embarquement et débarquement du boardlanding, l inhalation de certaines substances auxquels l on n est pas habitué, les chemins de câbles dans des espaces confinés, la manipulation des circuits d alimentation électrique de très forte puissance, etc. Selon ces derniers, il fallait bien compter avec tout cela et bien plus. Ils ajoutent cependant que grâce aux exigences HSE du groupe Perenco, particulièrement strictes, nous avons pu mener à bien nos travaux, aucune incidence n a été signalée. Au moment de débarquer le lundi 10 mai, le chantier était réalisé à hauteur de 92%. Il ne reste plus qu à finaliser les tests de réflectométrie et étiquetage des points câblés. Toute chose qui sera fait lors de la réception des travaux, assurent nos techniciens. Envie d y retourner au plus vite? Les techniciens d Interface n ont décidément pas le mal de mer. Stéphanie Eloumba N 003 INTERMAG 3

4 ENTRE NOUS BIENVENUE A MOHAMED EL JARIM L expert en monétique rejoint le groupe Interface Depuis avril 2015, Mohamed El Jarim est Consultant en payment systems chez Interface. Il coordonne notamment toutes les opérations de support dans nos filiales en Afrique, définit les normes de qualité de services rendus aux clients, assure la formation et le management des équipes techniques dans son domaine et l évaluation des processus d assistance. Du haut de son imposante stature, très discret derrière ses lunettes, Mohamed El Jarim, a plutôt des allures d un basketteur de la NBA, mais là s arrête la comparaison. Diplômé depuis 1988 de l Institut Supérieur de Génie Electrique, option informatique, Mohamed débute sa carrière comme ingénieur de maintenance ATM chez Nixdorf Computer au Maroc, son pays d origine. Trois ans plus tard, il rejoint l Américain NCR (National Cash Register) où il met ses compétences à disposition en tant que Support technique spécialiste. Il y passera une dizaine d années. En 2002, il retourne chez son premier employeur, la compagnie allemande Nixdorf qui est devenue entretemps Wincor/ Nixdorf, où il évolue et gère plusieurs projets pour le compte de différents clients sur les Guichets et Distributeurs Automatiques de banque (GAB / DAB), serveurs et applicatifs monétiques. Quand on lui demande ce qui le motive dans ce métier, il répond sans hésiter, la diversité professionnelle et l ouverture aux autres : je m épanouis dans ce que je fais, car je suis en interaction directe avec des personnes de cultures et d origines diverses, ce qui me donne aussi l occasion de traiter de sujets techniques à la fois spécifiques et variés. Selon Mohamed El Jarim, travailler dans ces conditions implique également de rester cohérent avec les équipes qu on manage, ce qui induit nécessairement beaucoup de temps en termes de communication. Je me dois d être communicatif et persuasif, soutient-il. Tout comme il affirme rester attentif aux nouvelles technologies et se former en permanence pour faire évoluer ses connaissances. Côté jardin, c est dans des activités sportives comme le football et le basketball que Mohamed aime se ressourcer. Pouquoi ne pas croire ce fervent supporter du FC Barcelone qui consacre aussi son temps libre au théâtre et au cinéma. Il est également passionné de voyages, d informatique et d internet. Père de deux enfants, un garçon informaticien et une fille actuellement en stage en France, Mohamed est de confession musulmane, il aime consommer du sprite et du tonic. S.E. N 003 INTERMAG 4

5 COMPETITIVITE LEXMARK SOLUTIONS PLATFORM Formation de mise à niveau de nos équipes techniques et commerciales Du 04 au 15 mai, nos équipes techniques et commerciales ont à nouveau eu l occasion d enrichir leur connaissance et maîtrise des produits de notre partenaire Lexmark. C était à la faveur d une formation dispensée par Dominique Zimmer, Lexmark Solutions Specialist, qui a fait le déplacement de Douala et Yaoundé pour la circonstance. Autant dire qu avec une demande sans cesse croissante sur nos marchés des solutions de gestion des éditions et de gestion des contenus d entreprise, ainsi que l évolution rapide des technologies dans ces deux domaines respectifs, la mise à niveau des équipes techniques et commerciales s avère nécessaire si l on veut faire des vieux os dans ce marché. Pour la Direction Générale d Interface, qui a fait de la formation professionnelle continue un de ses leviers de performance, cette démarche s inscrit en droite ligne de notre volonté d apporter à nos clients le meilleur accompagnement possible, aussi bien en tant que prescripteur que fournisseur de solutions technologiques. Sans doute raison pour laquelle ladite formation s est déroulée en deux phases : un volet exclusivement réservé aux commerciaux, et un autre pour les équipes techniques (ingénieurs expérimentés d une part et techniciens non expérimentés d autre part). Avec les équipes commerciales, l on a surtout parlé de Gestion Electronique de Documents (GED), ce procédé qui vise à organiser et gérer l acquisition, le traitement et le stockage des documents et qui permet ainsi d apporter des réponses aux problématiques de la recherche, du workflow, de la conformité, de la sécurité et de la traçabilité. En effet, l actualité plus ou moins récente de notre partenaire Lexmark qui a acquis, après Perceptive Software en 2012, une deuxième entreprise spécialisée dans les logiciels de gestion de contenus, en l occurrence Saperion, commandait cette mise à niveau de nos commerciaux désormais édifiés sur l ensemble du portefeuille produits ECM/GED de Lexmark. Quant aux équipes techniques, l exercice a semblé un peu plus complexe. Les techniciens non expérimentés ont d abord eu droit à une présentation générale des solutions Lexmark avant de rentrer dans le vif du sujet qui a consisté à une mise en situation réelle avec la création d un environnement test s u r l a s o l u t i o n L P M (Lexmark Print Management). Au menu de cet exercice : le déploiement de la solution, l évaluation des problèmes et difficultés rencontrés, ainsi que leur résolution. Ce fut l occasion pour eux de découvrir et de se familiariser avec cette solution. Pour les ingénieurs expérimentés, la formation fut essentiellement pratique avec l implémentation des solutions embarquées du LPM, la mise en place d une architecture en cluster de la solution, ainsi que la mise en forme du full report. Manifestement ces deux semaines de formation ont semblé courts pour nos ingénieurs expérimentés qui tiennent à satisfaire leur soif de maîtriser d un bout à l autre les méandres de la solution LPM. Résolution a donc été prise de reprogrammer une autre séance. S.E Interface s affiche à la 4 ème édition des journées de sensibilisation sur les SI de l UCAC Placée sous le thème Gestion Intelligente des Données, Gage d Efficacité dans un Environnement Concurrentiel, la 4 ème édition des journées de sensibilisation sur les Systèmes d Information de l université Catholique d Afrique Centrale (UCAC) s est tenue les 12 et 13 Mai dernier au campus d Ekounou, dans le prestigieux amphithéâtre Denis Maugenest, ainsi qu au Hilton hôtel de Yaoundé. Comme pour les précédentes éditions, l évènement était organisé par les étudiants de master 1 et 2 de la filière Management des Systèmes d Information, sous le parrainage du club DSI du Cameroun. A l image de l édition précédente, ce grand moment de rencontre entre étudiants, enseignants professionnels en Systèmes d Information, cadres et promoteurs d entreprises, a largement mobilisé autour des problématiques liées aux Systèmes d Information, notamment leur importance stratégique en termes d optimisation de la performance et de création de la valeur. Y ont notamment répondu présents : des partenaires institutionnels tels le Ministère des Finances (MINFI), le Minepat, le Minpostel, mais aussi les entreprises du secteur des NTIC tels que Microsoft, CAC, et bien sûr le Groupe Interface. Dans la prestigieuse salle Bouma 2 du Hilton hôtel, cadre traditionnellement choisi par l UCAC pour abriter la cérémonie de diner - conférences - débats, de nombreux sujets ont fait l objet de présentations dont ceux du groupe Interface qui a planché sur la Gouvernance des Systèmes d Information et la Conduite de Changement dans les projets IT. Emmenés par le Secrétaire Général du groupe en personne, M. Anatole Nkolo, les deux sujets ont largement retenu l attention de l auditoire qui en redemandait. En effet, le SG a su, de l avis des participants, contextualiser la problématique de la gouvernance des SI au sein de nos organisations et démontré l importance de l alignement de cette gouvernance à la stratégie de l entreprise. Nul doute que les participants et ceux qui en ont été informés ont désormais une idée précise du niveau et de la qualité d expertise délivrée par notre organisation. Germain Ntouba N 003 INTERMAG 5

6 CARNETS PREVOYANCE SOCIALE Avis aux salariés négligents! Achaque recrutement ou changement d entreprise, il y a une question qui nous est toujours posée : êtesvous déjà affilié à la CNPS? Beaucoup d entre nous le font par réflexe. Mais connaissons-nous seulement sa réelle importance et la portée de l immatriculation d un employé à la CNPS? La Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) est un établissement public camerounais doté de la personnalité juridique et jouissant de l autonomie financière. Elle est placée sous la tutelle du ministère du travail et de la sécurité sociale et administrée par un Conseil d Administration composé de représentants des travailleurs, de représentants des employeurs et des représentants des pouvoirs publics. La Cnps est placée sous l autorité d un Directeur Général, assisté d un Directeur Général Adjoint. Ils sont nommés par décret du Président de la République. La caisse nationale de prévoyance sociale est chargée d assurer dans le cadre de la politique de protection sociale du gouvernement camerounais, le service des prestations aux travailleurs assurés et à leurs ayants droit. À ce titre, elle couvre trois différentes branches de prestations réparties ainsi qu il suit : - Les prestations familiales (PF): allocations familiales, prise en charge du congé de maternité pour la femme salariée, frais médicaux liés à la grossesse, frais médicaux de maternité, allocations prénatales, etc. - Les prestations de vieillesse, d invalidité et de décès (PVID) : pension ou allocation de vieillesse, pension de vieillesse anticipée, pension d invalidité, pension ou allocation de survivant, allocation de vieillesse pour usure prématurée, etc. - Les risques professionnels (RP) : qui sont des prestations d accident de travail et de maladies professionnelles, et qui sont divisés en deux groupes : Les prestations en nature : frais de prothèse et d orthopédie, frais de rééducation fonctionnelle, frais de réadaptation ou de reconversion professionnelle, frais de transport de la victime, frais de transport et de séjour de l accompagnateur le cas échéant, frais funéraires, etc. Les prestations en espèces : indemnité journalière, rente d incapacité permanente, allocation d incapacité, rente de survivants, etc. Il faut préciser que chaque prestation est assujettie à la constitution d un dossier, dont la conformité doit être au préalable validée au niveau des services de la CNPS au moment de son dépôt. Notons que seuls les salariés dont les entreprises sont en règle avec la CNPS peuvent avoir accès aux prestations de celle-ci. Seuls les travailleurs déclarés à la CNPS, qui perçoivent en rapport avec leur période réelle d activité un salaire ils se sont dits oui Le 14 mai dernier, Mr François FONGANG, en service au support soft, a pris pour épouse Colette MEYOU à Rockville, dans l état du maryland aux Etats Unis. Nous leur souhaitons un heureux mariage! Naissance peuvent prétendre aux prestations servies par cet organisme. Et, en étaient exclus de fait, les chômeurs, les salariés du secteur informel et l auto-emploi. Qui aujourd hui peuvent s immatriculer grâce à l assurance volontaire, qui est opérationnelle depuis Août Pour accomplir sa mission, il convient de rappeler que la principale source de financement de la CNPS reste les cotisations salariales et patronales que les employeurs reversent mensuellement. Le système de sécurité sociale Camerounais est basé sur la solidarité; ceux qui travaillent cotisent pour ceux admis à faire valoir leurs droits à la retraite. Aussi L employeur est soumis à la double obligation de déclarer (immatriculer) du personnel qu il emploie, et de reverser l intégralité des cotisations sociales dues à ce titre. L affiliation des salariés est obligatoire pour tout employeur assujetti et à cet égard, il doit faire parvenir à la CNPS les demandes d immatriculation de son personnel dans les huit (8) jours qui suivent leur embauche. L immatriculation de l employé est l opération administrative qui sanctionne l inscription de l employé à la CNPS. Elle se déroule dans le centre de prévoyance sociale le plus proche et se concrétise par l attribution d un numéro matricule. L employé quant à lui peut désormais vérifier l état de ses cotisations en ligne sur le site officiel de la CNPS, à défaut de faire une requête à son employeur pour en avoir l état. Ce dernier ayant l obligation de les lui fournir si le besoin a été émis. A bon entendeur Laurent Nyamsi Le 06 mai venait au monde Junior NGONGANG fils d Alain NGONGANG, Head of sales à Douala. Toute la famille se porte bien. Bonne arrivée à ce bout de chou. N 003 INTERMAG 6

7 DETENTE Comment organiser sa journée de travail de manière efficace (heure, journée, semaine, mois). Enfin, ces actions seront planifiées. Aussi, il est indispensable d énumérer les actions à accomplir, de lister les éléments nécessaires à la réalisation des tâches, de désigner les personnes responsables si le travail se fait en équipe, de fixer des délais et, enfin, d acter les résultats obtenus. Organiser sa journée de travail, ce n est pas établir un agenda, un pense-bête, un «post-it» mais plutôt de créer un réel outil d organisation et de planification de votre travail. Au quotidien, cette check-list perfectionnée vous permettra en amont, de vous concentrer chaque jour sur les actions à mener et, en aval de vous «obliger» à planifier et à penser à exécuter les tâches inscrites. Une utilisation efficace de la «To-Do List» Il ne s agit pas simplement d écrire une liste des actions à faire. La «to-do list» implique un état d esprit, une démarche constructive et volontariste des actions professionnelles à mener au cours de la journée, des plus infimes aux plus importantes. La «to-do list» doit être opérationnelle à court terme, sans objectifs mais avec un souci de détailler les activités. Il est ainsi important de fixer, non pas des objectifs, mais des actions avec des détails concrets et non des concepts vagues. Les actions doivent être des obligations de réalisation et non de simples intentions. Faites donc attention aux verbes que vous utilisez ; par exemple ne dites pas «chercher un fournisseur» mais «trouver un fournisseur». Cette to-do list concentre les activités que vous devrez appliquer sur une mission précise avec des délais à respecter. En effet, dans le cadre professionnel notamment, mais aussi dans une moindre mesure parfois, au plan privé, il n est pas question de «faire» sans la notion de «en combien de temps et pour quand». Il est nécessaire d être pragmatique, de hiérarchiser les tâches à accomplir en terme de délais à respecter et de possibilité de réalisation à la fin du délai fixé Optimisez votre journée de travail La «To-Do List» peut se faire maintenant par informatique, ordinateur ou assistant électronique quelconque mais si vous êtes plus à l aise avec le format papier, libre à vous de choisir ce qui vous convient le mieux. Toutefois le format numérique offre 4 possibilités fondamentales d organisation et de planification : la facilité de la rédaction des différents éléments ; la possibilité de modifier facilement les prévisions ; le partage instantané de la «to-do-list en équipe travaillant sur le même projet ou au sein de la même activité ; l utilisation de logiciels qui facilitent l adaptation des todo list par activité et projet.le contrôle des tâches effectuées sera permanent et strict, notamment le suivi des résultats obtenus et les corrections et ajustements à faire pour améliorer les travaux réalisés. Source : veronique-jean.com Directeur de la Publication : Martin Nyamsi Rédacteur en Chef : Benoit Mekon Secrétariat de Rédaction : Stéphanie Eloumba Editorialistes : Martin Nyamsi, Anatole Nkolo, Serge Kassi, Benoit Mekon Ont collaboré à ce numéro : Germain Ntouba, Lionel Tchankoué, Gerard Doube, Laurent Nyamsi, Bernard Tchamko, Stéphanie Eloumba, Sabine Tchoumba pince-sans-rire Réunion de coordination Et maintenant, au boulot! N 003 INTERMAG 7

8 N 003 INTERMAG 8

Guide. Frontalier. Suisse

Guide. Frontalier. Suisse Guide Frontalier du Suisse Sommaire A. Généralités 3 1. L accord sur la libre circulation des personnes 3 2. Le droit d option 5 B. Je pars travailler en Suisse et j habite en France 7 1. Quel est mon

Plus en détail

SOMMAIRE. I- Vos prestations à court terme 5. II- Vos prestations à long terme 11. III- Allocations familiales 14. IV- Adresses utiles 15

SOMMAIRE. I- Vos prestations à court terme 5. II- Vos prestations à long terme 11. III- Allocations familiales 14. IV- Adresses utiles 15 I- Vos prestations à court terme 5 SOMMAIRE I-1- A quelles prestations avez-vous droit 5 I-2- Qui bénéficie de ces prestations et quand 5 I-3- Comment bénéficier de ces droits 5 II- Vos prestations à long

Plus en détail

Le régime gabonais de sécurité

Le régime gabonais de sécurité Page 1 of 11 Le régime gabonais de sécurité sociale 2011 A. B. C. D. Généralités Maladie, maternité Prestations familiales Accidents du travail, maladies professionnelles Voir aussi Organismes de sécurité

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Projet financé par l'ue

Projet financé par l'ue Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat,(Maroc)31mars 1 er avril2011

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

Consulting Service sàrl. Future. Conseil et formation en assurances sociales. Assurances Sociales. 22 mai 2015

Consulting Service sàrl. Future. Conseil et formation en assurances sociales. Assurances Sociales. 22 mai 2015 Le contenu q Modifications depuis 2012 q Les projets de révision q Un cas pratique pour le congé maternité q Sites Internet utiles Version 2015 / François Wagner 2 Assurances sociales Assurances sociales

Plus en détail

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6 GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO MATERNITÉ, MALADIE ET POINTS DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 6 JUIN 2015 Maternité, maladie et points de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Ce document est à caractère strictement informatif et ne peut en aucun cas se substituer à la législation applicable.

Ce document est à caractère strictement informatif et ne peut en aucun cas se substituer à la législation applicable. Ce document est à caractère strictement informatif et ne peut en aucun cas se substituer à la législation applicable. 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 PRESENTATION DE LA CNPS... 6 CHAMP D APPLICATION... 8 QUI

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23 Introduction La place de sa sécurité sociale dans le système de protection sociale 5 I. La construction du système de protection sociale 5 1. Les influences de Bismarck et de Beveridge 6 2. La structuration

Plus en détail

Les assurances sociales au quotidien I

Les assurances sociales au quotidien I François Wagner Les assurances sociales au quotidien I Assurances accident, chômage et invalidité Prestations complémentaires Allocations perte de gain maternité CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliothek

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION. Régime Complémentaire

NOTICE D INFORMATION. Régime Complémentaire NOTICE D INFORMATION Régime Complémentaire STATUT JURIDIQUE DU RCAR Le RCAR est une institution de prévoyance sociale : dotée de la personnalité morale et de l autonomie financière, créée par le Dahir

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat Nous sommes là pour vous aider Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat Articles D.1 et D.21 du code des pensions civiles et militaires de retraite et demande de retraite additionnelle Article

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

Conception RCAR - Communication - 2003 Impression Editions les Belles Couleurs Dépot Légal : 2003/0826 ISBN : 9981-9931-7-4 Document téléchargeable

Conception RCAR - Communication - 2003 Impression Editions les Belles Couleurs Dépot Légal : 2003/0826 ISBN : 9981-9931-7-4 Document téléchargeable GUIDE DU CLIENT Conception RCAR - Communication - 2003 Impression Editions les Belles Couleurs Dépot Légal : 2003/0826 ISBN : 9981-9931-7-4 Document téléchargeable sur internet : www.rcar.ma SOMMAIRE Message

Plus en détail

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Salaires AVS et Suva Valable dès le 1.1.2011 Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Les présentes directives facilitent la déclaration des salaires à l AVS et à la Suva ainsi

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

Nouvelle aide à l apprentissage pour les entreprises de moins de onze salariés

Nouvelle aide à l apprentissage pour les entreprises de moins de onze salariés les infos DAS - n 081 16 juillet 2015 Nouvelle aide à l apprentissage pour les entreprises de moins de onze salariés Conformément au décret n 2015-773 du 29 juin 2015, est créée une aide en faveur des

Plus en détail

Garantir le minimum vital

Garantir le minimum vital 1 er pilier, AVS/AI Garantir le minimum vital Par le biais de l AVS/AI, la prévoyance étatique couvre les besoins vitaux de toute la population. 1. Situation initiale La prévoyance vieillesse, survivants

Plus en détail

DOSSIER MUTUELLE ET PREVOYANCE BLOC-NOTES 2003 : UNE ANNEE DECISIVE. Numéro spécial. Le journal des activités du CE.

DOSSIER MUTUELLE ET PREVOYANCE BLOC-NOTES 2003 : UNE ANNEE DECISIVE. Numéro spécial. Le journal des activités du CE. BLOC-NOTES Mars 2003 - n 8 Le journal des activités du CE Numéro spécial DOSSIER MUTUELLE ET PREVOYANCE 2003 : UNE ANNEE DECISIVE Journal réalisé par Frédérique BINAS (binas@perluette.net ou poste 2590)

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE ÉTUDES INTERCULTURELLES DE LANGUES APPLIQUÉES Licence Pro Rédacteur Technique Master 2 Pro Industrie de la Langue et Traduction Spécialisée Master 2 Pro de Conception Documentation Multilingue et Multimédia

Plus en détail

FICHE THÉMATIQUE Protection sociale

FICHE THÉMATIQUE Protection sociale FICHE THÉMATIQUE Protection sociale C Ce document vous apporte des informations utiles sur vos droits en matière de protection sociale et sur vos régimes de retraite obligatoires dans le cadre du plan

Plus en détail

L OFFRE MOBILITÉ EXPAT

L OFFRE MOBILITÉ EXPAT L OFFRE MOBILITÉ EXPAT Malakoff Médéric propose aux entreprises employant des salariés expatriés ou détachés, une solution d assurance collective spécialement conçue pour leurs besoins de protection sociale.

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Claude-Annie Duplat Votre retraite Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Chapitre 4 Le nouveau calcul de la retraite de base La loi d août 2003 portant réforme des retraites

Plus en détail

Séance d information. La loi sur l assurance. assurance-chômage. chômage. mes droits et mes obligations - notions de base

Séance d information. La loi sur l assurance. assurance-chômage. chômage. mes droits et mes obligations - notions de base Séance d information La loi sur l assurance assurance-chômage chômage mes droits et mes obligations - notions de base Séance de 9h à 12h environ (pause de 15 minutes) Intervenants : Caisse de chômage Unia

Plus en détail

Au coeur de la solidarité sociale INSTITUTION DE PREVOYANCE RETRAITE DU SENEGAL LES GUIDES DE L IPRES MEMO DU RETRAITE. www.ipres.

Au coeur de la solidarité sociale INSTITUTION DE PREVOYANCE RETRAITE DU SENEGAL LES GUIDES DE L IPRES MEMO DU RETRAITE. www.ipres. Au coeur de la solidarité sociale INSTITUTION DE PREVOYANCE RETRAITE DU SENEGAL LES GUIDES DE L IPRES MEMO DU RETRAITE www.ipres.sn Infos pratiques Pour bénéficier d un paiement à domicile Vous devez Fournir

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat Les intervenants : Véronique ROSETTI Responsable département association Cabinet Aliantis- Lyon Benoît PARIS Expert Comptable Diplômé Responsable

Plus en détail

LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE

LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE Département Administration et Gestion Communales JM/JR/ GeC/MK-Note n 42 ter Paris, le 29 mai 2013 LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE DES ÉLUS LOCAUX L article 18 de la loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN CHEF DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA

RECRUTEMENT D UN CHEF DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA REPUBLIQUE DU CAMEROUN ------------------------- --------------------- Paix Travail - Patrie Secrétariat Général ----------------- AVIS D APPEL A CANDIDATURE RECRUTEMENT D

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Mieux connaître vos prestations

Banque européenne d investissement. Mieux connaître vos prestations Juin 2012 La présente brochure est un simple document d'information. Elle doit être lue en conjonction avec les documents réglementaires applicables et n'est donc pas susceptible, en tant que telle, de

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

L ENTREPRENEUR ET LA SECURITE SOCIALE

L ENTREPRENEUR ET LA SECURITE SOCIALE L ENTREPRENEUR ET LA SECURITE SOCIALE Informations générales Auteur: Rose-Marie QUINTANA AVOCAT Categorie : Fiscalité Système de sécurité sociale Date de réalisation: 30 juin 2010 Introduction Le système

Plus en détail

COORDINATION ENTRE LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN

COORDINATION ENTRE LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN COORDINATION ENTRE LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN VIGUEUR DANS LES DEPARTEMENTS METROPOLITAINS OU D OUTRE MER OU DE SAINT-BARTHELEMY ET SAINT-MARTIN ET LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN VIGUEUR A

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir,

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, CIRCULAIRE CDG90 16/2013 LES EMPLOIS D AVENIR Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, Décret n 2012-1207 du 31 octobre 2012 relatif à l entrée en vigueur de décrets et

Plus en détail

Expatriation : régime social et cotisations

Expatriation : régime social et cotisations Pégase 3 Expatriation : régime social et cotisations Dernière révision le 16/02/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Assurance volontaire...4 Maladie Maternité Invalidité...4 Accident

Plus en détail

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français La Convention de sécurité sociale franco-coréenne Ses implications pour les ressortissants français i Les informations délivrées dans cette présentation le sont à titre indicatif et n engagent pas la responsabilité

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE (version initiale du 22 juin 2009, version modifiée par les Commissions Permanentes

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

AUTRICHE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

AUTRICHE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). AUTRICHE Unité monétaire Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). Notes générales En Autriche, le système de protection sociale est en grande partie basé sur l assurance peut être

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

La mise en ordre de mutuelle

La mise en ordre de mutuelle Version n : 1 Dernière actualisation : 14-12-2007 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une mutuelle? 3) Qu est-ce que la mise en ordre de mutuelle? 4) Qu entend-on par «remboursement des soins de

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

VOTRE ACTIVITE. Le vendeur colporteur de presse a un statut spécifique, tant sur le plan social et administratif, que sur le plan fiscal.

VOTRE ACTIVITE. Le vendeur colporteur de presse a un statut spécifique, tant sur le plan social et administratif, que sur le plan fiscal. VOTRE ACTIVITE Le vendeur colporteur de presse est un travailleur indépendant qui assure la vente et/ou la distribution de publications quotidiennes nationales, régionales et départementales, ainsi que

Plus en détail

GUIDE DES FRONTALIERS

GUIDE DES FRONTALIERS Avec le soutien de l Union européenne SOMMAIRE Fiche 1 Fiche 2 Fiche 3 Fiche 4 Fiche 5 Fiche 6.1 Fiche 6.2 Fiche 6.3 Fiche 7 Fiche 8 Fiche 9 Fiche 10 Fiche 11 Fiche 12 Fiche 13 Fiche 14 Fiche 15 Généralités

Plus en détail

TEXTE ADOPTE n 796 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2001-2002 21 février 2002 PROPOSITION DE LOI tendant à la création d un régime

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

Pensions de réversion de la retraite complémentaire. n o 8

Pensions de réversion de la retraite complémentaire. n o 8 GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO PENSIONS DE RÉVERSION DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 8 JUIN 2015 Pensions de réversion de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires qui doivent compléter un formulaire «Travailleur indépendant») Bulletin d adhésion Identification N de Sécurité sociale Nom...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I OBJET DU REGLEMENT L ADHESION

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I OBJET DU REGLEMENT L ADHESION REGLEMENT INTERIEUR TITRE I OBJET DU REGLEMENT L ADHESION OBJET DU REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur est établi conformément à l article 3 des statuts. Il est établi par le conseil

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

Les assurances sociales au quotidien II

Les assurances sociales au quotidien II François Wagner Les assurances sociales au quotidien II Assurances maladie et prévoyance professionnelle Assurance vieillesse et survivants Allocations familiales CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliothek

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

La Protection Sociale Agricole pour les femmes en Agriculture

La Protection Sociale Agricole pour les femmes en Agriculture Référence : situation et montants 2012 La Protection Sociale Agricole pour les femmes en Agriculture MSA SEVRES VIENNE Sommaire Le guichet unique Les statuts des femmes en agriculture : 1/Chef d exploitation

Plus en détail

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Le 19 mars 2015 Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Classification et définition des emplois Article 1er Modifié par Classifications - art. 1er (VNE) Les niveaux

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Inaptitude, invalidité, handicap et pénibilité : vos droits

Inaptitude, invalidité, handicap et pénibilité : vos droits Inaptitude, invalidité, handicap et pénibilité : vos droits Des questions sur la retraite? Notre newsletter «Tremplin Retraite», la lettre des actifs vous informe régulièrement sur l actualité, vos droits,

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre compte individuel 4 Votre relevé de carrière 4 Vos cotisations

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Vos droits en matière de sécurité sociale

Vos droits en matière de sécurité sociale Vos droits en matière de sécurité sociale au Danemark Commission européenne Emploi, affaires sociales et égalité des droits Ce guide présente des informations préparées et mises à jour en étroite collaboration

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

APPENDIcE «M» RÉgIME D ASSURANcE SALAIRE EN cas D INVALIDITÉ DE LONgUE DURÉE 1. Hydro-Québec 2. But du régime 3. Assureur 4.

APPENDIcE «M» RÉgIME D ASSURANcE SALAIRE EN cas D INVALIDITÉ DE LONgUE DURÉE 1. Hydro-Québec 2. But du régime 3. Assureur 4. APPENDICE «m» régime d assurance salaire en cas d invalidité de longue durée 1. Hydro-Québec Date de mise en vigueur : 1 er janvier 1977 Ce document est publié à titre d information et ne constitue pas

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève «Task Force LAMat» AMat Etat au 1 er janvier 2010 Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève Rapport avec le droit fédéral En date du 1 er juillet 2005, la législation fédérale sur les allocations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1688 du 29 décembre 2014 relatif à la mise en œuvre de la réduction générale des cotisations

Plus en détail

Quand arrive la retraite

Quand arrive la retraite Quand arrive la retraite Régime de rentes du Québec La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO)

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) FICHE PRATIQUE N 4 Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) Principes Grâce à l adhésion à un dispositif facultatif, le PERCO offre la possibilité aux salariés de Thales de se constituer un capital

Plus en détail

Assurances de personnes Accidents, obligatoire LAA, complémentaire LAA. Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper

Assurances de personnes Accidents, obligatoire LAA, complémentaire LAA. Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper Assurances de personnes Accidents, obligatoire, complémentaire Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper Assurance de personnes Vaudoise Une meilleure couverture accidents pour de meilleures

Plus en détail

Guide du retraité CIMR CAISSE INTERPROFESSIONNELLE MAROCAINE DE RETRAITES. Préparons en commun l avenir de chacun

Guide du retraité CIMR CAISSE INTERPROFESSIONNELLE MAROCAINE DE RETRAITES. Préparons en commun l avenir de chacun Guide du retraité CIMR CAISSE INTERPROFESSIONNELLE MAROCAINE DE RETRAITES Préparons en commun l avenir de chacun 2 Cher affilié, Soucieuse de prévenir toutes vos attentes, la CIMR a conçu pour vous le

Plus en détail

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX L apprentissage est une forme d éducation alternée. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l obligation scolaire une formation générale, théorique et pratique, en vue de l

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES

LES ASSURANCES SOCIALES LES ASSURANCES SOCIALES Généralités L'exercice d'une activité professionnelle implique l'obligation de s'acquitter de certaines assurances sociales. Cependant, la situation varie fortement selon qu'une

Plus en détail