REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL **************** MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL **************** MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE"

Transcription

1 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL **************** MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE *************** UNIVERSITE DE COCODY UFR-SEG/CIRES ABIDJAN ************* THEME GOUVERNANCE ET PERFORMANCE DES PROJETS PUBLICS Réalisé par : Sous la supervision de : DJOSSOU Raymond Monsieur Michel Dieko AOUSSOU Auditeur GPE Secrétaire Permanent Adjoint du CNPE <<HAUTES ETUDES EN GESTION DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE>> DIXIEME PROMOTION ( ) PROGRAMME DE FORMATION EN GESTION DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE BOULEVARD LATRILLE, PRES LYCEE CLASSIQUE D ABIDJAN 08 BP : 1295 ABIDJAN 08 TEL : AOÛT 2009

2 SOMMAIRE SOMMAIRE... ii AVANT PROPOS... iii DEDICACE...iv REMERCIEMENTS... v LISTE DES TABLEAUX...vi SIGLES ET ACRONYMES... vii RESUME... 1 INTRODUCTION... 5 CHAPITRE 1: CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE Problématique de l étude Objectifs et hypothèses Revue de littérature Méthodologie de l étude...23 CHAPITRE 2: GESTION DES PROJETS ET IDENTIFICATION DES CRITERES DE PERFORMANCE Gestion de projets Caractéristiques d un projet Identification des critères de performance des projets publics Causes d échecs des projets publics...37 CHAPITRE 3: INTERRELATIONS ENTRE GOUVERNANCE ET PERFORMANCE DES PROJETS PUBLICS Impact de la gouvernance sur la performance des projets publics Impact de la performance sur la gouvernance des projets Suggestions et recommandations...44 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE... viii ANNEXES...xi DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page ii

3 AVANT PROPOS «Il n est de richesse que d hommes» Jean BODIN. Cette citation est aujourd hui utilisée pour mettre en avant l importance de l homme dans une entreprise ou dans une activité par opposition aux choses matérielles ou aux capitaux. Cette leçon a été bien comprise par la Chine et le Japon par exemple. Pour s en convaincre, la Chine a bâti son développement sur l éducation, la formation et la discipline. «Le pays du soleil levant» en ce qui le concerne, est allé plus loin par son acte de solidarité pour le développement de l Afrique. En effet, afin de lever les insuffisances de formation des cadres africains, la Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) a décidé d organiser en collaboration avec l Institut de la Banque Mondiale, à travers l appui du gouvernement japonais, un programme de formation appelé «Programme de Formation en Gestion de la Politique Economique(GPE)» Ce programme, qui vise à renforcer les capacités humaines des cadres des administrations publiques, parapubliques et privées des pays de la sousrégion ouest-africaine dans le domaine de la conception, de la mise en œuvre, de l analyse et de la gestion des politiques économiques, a entre autres pour objectif, la formation qualifiante et diplômante de longue durée (12 mois). Cette formation se déroule en trois séquences toutes consacrées aux enseignements dont la troisième, sous forme de formation en alternance aboutit à la finalisation d un mémoire sous la supervision de l institution d accueil. Le présent mémoire dont le thème est «Gouvernance et performance des projets publics» s inscrit dans ce cadre. Je m en voudrais de terminer mes propos sans témoigner toute ma gratitude à l ACBF, à la Banque Mondiale et au gouvernement japonais sans lesquels mes capacités intellectuelles et professionnelles ne seraient pas renforcées. DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page iii

4 DEDICACE Qu il me soit permis de dédier ce mémoire professionnel à : Mon Dieu tout Puissant, grâce à qui cette formation de 3ème cycle m a été accordée, que ton nom soit glorifié d éternité en éternité. Ma très chère mère aimée Feue Akohouéndé GODOVO, qui s est battue comme une amazone, nuit et jour, corps et âme pour me voir jouir d un avenir radieux, mais qui m a quitté prématurément, reçois cette œuvre comme le fruit de tes ébauches. A mon Feu père Comlan DJOSSOU, qui malheureusement m a très tôt quitté à l état prénatal, réjouis-toi où que tu te trouves. A mon oncle Faustin GODOVO, pour son assistance et sa générosité qui m ont permis d accéder à cette prestigieuse formation du 3ème cycle, sincère reconnaissance. A mon épouse Pauline DJOSSOU née SOUNOU, pour sa compréhension d avoir accepté souffrir avec ses enfants pendant mon séjour à Abidjan, retrouve ici le fruit de tes souffrances. A mes enfants Gloria et Diétrich, qui n ont pas pu bénéficier de mon amour pendant la durée de ma formation, trouvez ici l exemple à suivre. A toute la famille GODOVO, c est le moment plus que jamais de vous remercier pour tout ce que vous avez fait. A mes frères, sœurs, cousins, cousines et amis, pour lesquels j exprime mon attachement. DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page iv

5 REMERCIEMENTS Que tous ceux qui d une manière ou d une autre ont contribué à la réalisation de ce mémoire professionnel reçoivent l expression de nos sincères reconnaissances. Nous pensons à : - Monsieur Olivier TANOH, Secrétaire Permanent du Comité National de Politique Economique pour avoir donné un avis favorable à notre demande de stage. - Monsieur Michel Dieko AOUSSOU, notre tuteur de stage qui, malgré les multiples sollicitations dont il est quotidiennement l objet a accepté volontiers de nous suivre dans le cadre de ce mémoire. - Monsieur Paul SECA ASSABA, Directeur du Programme GPE et tout le personnel du programme pour l ambiance de cordialité que vous avez sue entretenir autour de nous pour rendre agréable notre séjour au sein dudit Programme. - Tout le personnel enseignant pour leur disponibilité à nous servir dans le partage de leurs connaissances et expériences en vue de notre formation. - Enfin, nos remerciements vont aussi à l endroit du Président et des honorables membres du jury qui se donneront la peine d apprécier le travail par des critiques dans le but de contribuer à son amélioration. DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page v

6 LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1 : PERCEPTION DES GESTIONNAIRES DE PROJETS SUR LA BONNE GOUVERNANCE TABLEAU 2 : PERCEPTION DES GESTIONNAIRES DE PROJETS SUR LE CHOIX DES CRITERES DE LA BONNE GOUVERNANCE TABLEAU 3 : PERCEPTION DES GESTIONNAIRES DE PROJETS RELATIVE A L IMPACT DE LA BONNE GOUVERNANCE SUR LA PERFORMANCE DES PROJETS PUBLICS DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page vi

7 SIGLES ET ACRONYMES AFNOR BEP BM BNETD CAD CNPE DECOP FAC FMI IFI MAP MIP OCDE ONG PAPUCD PAS PNUD SACOGEP SERCEP TI UEMOA UGP WBS : Association Française de Normalisation : Bureau d Exécution des Projets : Banque Mondiale : Bureau National d Etudes Techniques et de Développement : Coopération pour l Aide au Développement : Comité National de Politique Economique : Direction de l Evaluation et du Contrôle des Projets : Fonds d Aide et de Coopération : Fonds Monétaire International : Institution financière Internationale : Mémoire d Avant Projet : Mémoire d Identification du Projet : Organisation de Coopération et de Développement Economiques : Organisation Non Gouvernementale : Projet Agricole Péri-Urbain de Daloa : Programme d Ajustement Structurel : Programme des Nations Unies pour le Développement : Service Autonome de Contrôle de Gestion et d Evaluation des Projets : Service de Coordination et d Exécution de projets : Transparency International : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine : Unité de Gestion des Projets : Work Breakdown Structure DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page vii

8 RESUME Après plusieurs décennies d indépendance, l Afrique connaît une situation préoccupante et la plupart de ses populations vivent dans une grande pauvreté. En Afrique subsaharienne, la Côte d Ivoire s est positionnée comme le pôle de développement. Au cours de cette période, la promotion du développement socio-économique a constitué le souci permanent des gouvernants. D importants projets et programmes de développement ont été à cet effet conçus et lancés. Le bilan de la gestion de ces différents projets et programmes de développement et leurs effets/impacts réels révèle des réussites incontestables mais aussi des insuffisances et même des échecs. Ces échecs se justifient entre autres par : la mauvaise planification du projet (activités mal identifiées, stratégie de mise en œuvre mal élaborée, bénéficiaires non associés à la phase de définition et de planification, indicateurs mal définis) entraînant des déviations des plans initiaux ; la faiblesse de la coordination des interventions (gouvernement, bailleurs de fonds, bénéficiaires, partenaires sociaux) ; l absence de systématisation de la fonction suivi-évaluation axée sur les résultats dans le processus d exécution du projet (indicateurs de suivi-évaluation mal définis, absence de situation de référence) avec pour conséquence la faible capitalisation des enseignements tirés ; le déficit de compétence en matière de gestion de projets axée sur les résultats chez certains gestionnaires de projets et de la maîtrise de certaines procédures de décaissements des fonds (projets cofinancés) ; la faible implication des bénéficiaires dans le processus de gestion du projet. En d autres termes, l absence de la prise en compte de l approche participative. DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 1

9 C est dans cette perspective qu a été instaurée une nouvelle approche de développement fondée sur la planification, la programmation et la gestion axée sur les résultats des actions dont les projets publics constituent des instruments déterminants. Ainsi, de façon particulière, le défi majeur pour toute nation est d optimiser la performance de ses projets afin qu ils constituent des instruments réels de développement socio-économique. Comment donc améliorer la gouvernance des projets publics afin d assurer l optimisation de la performance de ces projets? Telle est la préoccupation majeure qui fait l objet de cette recherche à travers l étude du thème gouvernance et performance des projets publics. L objectif général de cette étude est de contribuer à l optimisation de la performance des projets publics afin qu ils constituent des instruments réels de développement socio-économique. De manière spécifique, il s agit de : mettre à la disposition des gestionnaires de projets, les outils nécessaires de gouvernance qui puissent leur permettre d optimiser la performance des projets publics ; analyser les interrelations entre gouvernance et performance des projets publics ; amener les spécialistes en gestion des projets publics à s approprier les critères de bonne gouvernance dans la gestion des projets publics. Pour atteindre ces objectifs, les hypothèses ci-après ont été identifiées: la méconnaissance des critères de bonne gouvernance peut constituer un handicap pour l optimisation de la performance des projets publics ; la pratique de la bonne gouvernance a un effet positif sur la performance des projets publics ; la recherche de la performance des projets publics permet d améliorer les critères de la bonne gouvernance. DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 2

10 Pour tester ces hypothèses, un questionnaire a été élaboré et adressé à un échantillon constitué de gestionnaires et coordonnateurs de projets publics. L objectif de cette enquête est de recueillir en premier lieu, la perception des coordonnateurs et gestionnaires de projets sur la gouvernance et son impact sur la performance des projets publics puis en second, celle de l impact de la performance sur la gouvernance des projets publics. Sur un échantillon d environ 100 gestionnaires de projets identifiés seulement 17 ont pu répondre au questionnaire, soit un taux de couverture de 17%. Ce faible taux s explique essentiellement par le délai assez court donné pour la réalisation de l étude. L analyse des résultats d enquête effectuée sur cet échantillon a permis d aboutir aux conclusions suivantes : primo, la bonne gouvernance peut être assimilée à la bonne gestion à tous les niveaux de prise décision ; secundo, qu elle a un impact positif sur la performance des projets publics et que tertio, la recherche de la performance contribue parfois à l amélioration de la bonne gouvernance des projets publics. Au regard de ces résultats, des recommandations ont été formulées pour améliorer la gouvernance des projets qui apparaît comme une condition sine qua non à l optimisation de la performance des projets publics dans le but d assurer le développement durable des nations en général et de la Côte d Ivoire en particulier. Il s agit entre autres de : améliorer le cadre institutionnel interne de gestion des projets. Pour cela, une attention particulière sera accordée au mode d organisation qui favorise la mise en cohérence du projet avec les orientations nationales et à l implication suffisante des bénéficiaires dans les différentes phases du projet ; développer la culture du résultat chez les gestionnaires de projets ; renforcer les capacités des gestionnaires en gestion de projets afin de les aguerrir en gestion des risques (contrôle des risques pouvant DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 3

11 compromettre la réussite du projet, gestion de la qualité et du temps, gestion de l approvisionnement, etc.) ; systématiser le suivi-évaluation des projets publics ; créer un cadre de contrôle participatif. Dans ce cadre, il sera nécessaire d une part, de disposer d un cadre intégré de coordination pour conduire et superviser tout le processus de suivi-évaluation axé sur les résultats ; et d autre part, de donner l autorité suffisante à ce cadre de coordination pour garantir la participation de toutes les parties prenantes aux activités de suivi-évaluation des projets et des programmes ; développer et vulgariser les outils de suivi-évaluation. A ce niveau, Il sera indispensable de définir, appliquer et vérifier des normes et procédures (utilisation d un minimum d outils et instruments de suiviévaluation, cadre de mesure du rendement/performance, plan budgétisé de suivi-évaluation) puis renforcer les capacités des acteurs aux fins de l appropriation de ces outils ; mettre en place une base d indicateurs de performance prédéfinis ; ce qui implique : la nécessité de disposer d une base d indicateurs clairs de mesure de performance ; la nécessité d établir la situation de référence de ces indicateurs pour mieux apprécier les progrès réalisés (existence donc d un système consensuel de notation des performances) ; la collecte de données relatives au suivi des indicateurs de performance. prévoir en impliquant les populations cibles des mécanismes de pérennisation des acquis durant le cycle de vie des projets publics. En tout état de cause, pour que les projets publics atteignent leur finalité qui est le développement socio-économique de la nation, les pouvoirs publics se doivent d observer à tous les niveaux de gestion des projets publics, la bonne gouvernance basée sur la gestion axée sur les résultats, une approche qui permet de mieux évaluer la performance. DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 4

12 INTRODUCTION Après plusieurs décennies d indépendance, l Afrique demeure dans une situation socioéconomique précaire et la plupart de ses populations vivent dans la pauvreté (44% selon les données présentées dans World Development Indicators 2006). Aujourd hui, les échecs sont largement consommés dans la quasi-totalité des pays africains, ce qui a poussé et pousse encore à s interroger sur les causes qui ont entraîné cette considérable régression socio-économique. C est ainsi qu on est arrivé à se focaliser non plus sur les techniques de préparation des plans de développement et leurs défaillances, mais sur la nature des politiques socio-économiques en place et la logique de leur fonctionnement, sources de corruption, d inégalités,... et présentement appréhendés comme facteurs principaux de blocage, sinon de paralysie des économies nationales. C est ce qui explique sans doute pourquoi l accent est mis, et cela depuis au moins deux décennies, sur la bonne gouvernance comme facteur déterminant du développement économique et social au sens large (durable). Le développement durable des nations suppose donc l obtention de changements significatifs qui se traduisent par l amélioration durable de l environnement socio-économique, l accroissement de l efficacité organisationnelle des administrations publiques et privées, la création et la répartition équitable de richesse au profit des populations et la bonne visibilité des effets/impacts des actions de développement sur le bien-être des populations bénéficiaires. L objectif de toute stratégie nationale de développement est de concevoir, d organiser et d animer le progrès social et culturel de la nation c'est-à-dire l ensemble des mutations/changements susceptibles de produire une amélioration tangible et irréversible de la situation de développement tant au niveau urbain que rural. Une place privilégiée est désormais accordée à DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 5

13 l obtention des résultats à savoir l inscription de toutes les actions de développement dans le principe sacro-saint de la bonne gouvernance. Définitions et concept de la bonne gouvernance D après le dictionnaire du développement durable, le concept de gouvernance possède deux acceptations courantes : la première fait référence à la gouvernance globale et la seconde à la gouvernance à l intérieur des Etats. Dans un premier temps, la gouvernance serait un mode de résolution des problèmes d action collective se définissant comme étant «la capacité de coordonner des activités interdépendantes et/ou de réaliser le changement sans l autorité légale de l ordonner». Dans un second temps, la notion de gouvernance réfère à l expression «bonne gouvernance» qui, selon la Banque mondiale et les différentes agences d aide au développement qui en font la promotion, signifie essentiellement «la saine gestion des affaires publiques» Issue du terme gouvernabilité, la bonne gouvernance pourrait se définir comme le remodelage des politiques de gestion publique en vue de faire face aux défis du développement. Cette définition fait du développement, l intérêt principal de la bonne gouvernance. Selon la Banque Mondiale 1, la bonne gouvernance est la manière avec laquelle le pouvoir est exercé dans la gestion publique des ressources économiques et sociales en vue du développement. Cette définition vise essentiellement la saine gestion des affaires publiques. A la suite de la Banque Mondiale, plusieurs institutions internationales vont continuer à affiner ce concept. 1 World Bank: «Managing Development-the governance Dimension», Washington, DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 6

14 Pour la Coopération pour l Aide au Développement (CAD) et l Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) 2 : la bonne gouvernance est l exercice du pouvoir politique ainsi que d un contrôle dans le cadre de l administration des ressources de la société aux fins de développement économique et social. La définition de l OCDE est donc axée sur l exercice et le contrôle du pouvoir politique. Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) 3 définit la bonne gouvernance sur la base de sept caractéristiques principales : la légitimité politique et l imputabilité, la liberté d association et la participation, l existence d un système judiciaire fiable, la responsabilisation des bureaucraties, la liberté d information et d expression, la gestion efficace et efficiente du secteur public et une coopération avec les organisations de la société. La définition du PNUD met l accent sur les droits humains, en particulier les libertés publiques. Selon l Institut sur la Gouvernance 4, la gouvernance se définit comme l ensemble des établissements, des procédés et des traditions qui dictent l exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont les citoyens font entendre leur voix. Il ressort de cette définition que l Etat et les administrés sont donc concernés par la problématique de gouvernance. L analyse de ces différentes définitions fait observer que le concept de gouvernance demeure encore flou posant ainsi de véritables problèmes de mesure et de pertinence de ses critères. Il n existe donc pas une définition unique, largement partagée et acceptée par tout le monde. Cependant, au-delà du fait que le concept désigne un style de gouvernement qui intègre toutes les dimensions de l activité économique et sociale, ainsi que les mécanismes d allocation et de répartition des ressources ; il se 2 DAC-OECD :«Orientations du CAD sur le développement participatif et la bonne gestion des affaires publiques», paris, PNUD: «Public Sector Management Governance and sustainable Human Development», New York, Institut de Gouvernance :«Agence Canadienne de Développement International», mars DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 7

15 dégage que la bonne gouvernance se base sur cinq principes fondamentaux à savoir : le respect des normes juridiques et éthiques ; la transparence: existence d un système d information et de communication qui permet au public et à tous les acteurs d accéder à la connaissance des actions d intérêt général ; la responsabilisation: définition des responsabilités des acteurs et l exercice effectif de ces responsabilités par les acteurs; l efficacité: l atteinte des résultats ; l équité : traitement impartial ou juste permettant de traiter de manière unifiée les cas similaires. Notion de projet La notion de projet, quant à elle, bénéficie d une pluralité d approches qui se distinguent les unes des autres en fonction des points de vue à partir desquels elle est appréhendée. Ainsi, dans le cadre de notre mémoire, l accent sera fondamentalement mis sur les définitions prises en compte par les spécialistes de la gestion de projet. En effet, dans le jargon de la science de gestion des projets, le projet est considéré comme une entreprise temporaire, décidée en vue de produire un résultat unique, soit un produit soit un service, dans un délai et avec des ressources limitées. Loin d être une fin en soi, le projet est donc un moyen pour réaliser efficacement un changement permettant à un demandeur (personne physique ou morale), d atteindre des objectifs prédéterminés. Le changement souhaité, raison d être du projet provient généralement d une situation d insatisfaction à corriger ou du désir de saisir une opportunité attrayante d affaires. Tout projet vise donc nécessairement soit à résoudre un problème, soit à satisfaire un besoin, soit à concrétiser une politique pour atteindre des objectifs précis, formulés par des personnes privées ou publiques. Le projet se caractérise par son unicité, sa durée limitée, la DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 8

16 multiplicité des personnes qui interviennent dans son exécution et par l exigence de respect des contraintes de performance, de qualité, de coûts et de temps. La norme X-50 de l'association Française de Normalisation (AFNOR) définit le projet comme : "une démarche spécifique qui permet de structurer méthodiquement et progressivement une réalité à venir " On peut donc considérer un projet comme toute activité complexe orientée vers la réalisation d'un bien ou d'un service (performance), dans un délai déterminé (délai), en recourant à des ressources limitées (coût). Dans la gestion de tout projet (y compris les projets de recherche), trois types d objectifs sont constamment présents : un objectif de performance ; un objectif de délai et un objectif de coût. Ces objectifs doivent être réalisés simultanément. On peut donc dire que pour le gestionnaire de projet, le projet est définissable comme un ensemble d activités interdépendantes menant à la livraison d un produit ou service (out put) de qualité irréprochable, à partir de la mise en œuvre de certaines ressources (temps, hommes et argent) limitées constituant des in put, conformément aux attentes d un client. Selon le Project Management Institut (PMI), un projet est toute activité réalisée une seule fois, doté d un début et d'une fin déterminée et qui vise à créer un produit ou un savoir unique. Il peut nécessiter la participation d une seule ou de milliers de personnes. Sa durée peut être de quelques jours ou de plusieurs années. Il peut être entrepris par une seule organisation ou par un groupe d organismes intéressés. En règle générale, les projets se distinguent essentiellement des activités courantes d une organisation par leur ponctualité, limitation dans le temps, adaptation à une situation particulière, orientation vers l atteinte d un objectif précis et connu à l avance, réalisation avec les ressources DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 9

17 spécifiques, autonomie plus ou moins dans le fonctionnement et leur gestion plus en staff qu en line. Poursuivant toujours dans la logique des définitions, la gouvernance des projets peut être définie comme l art de diriger et de coordonner les ressources humaines et matérielles tout au long du cycle de vie d un projet, en utilisant des techniques de gestion modernes et appropriées pour atteindre des objectifs prédéterminés d envergure du service/produit à livrer, de coût, de délais, de qualité, de satisfaction du client, des bénéficiaires et des intervenants. Le degré d atteinte de ces objectifs ci-dessus détermine le degré de succès de tout projet public. Le succès sera évalué en terme de: - efficacité: mesure selon laquelle les objectifs de l action de développement ont été atteints, ou sont en train de l être compte tenu de leur importance relative; - efficience: optimisation des ressources pour atteindre les objectifs fixés c'est-à-dire le respect des contraintes et spécifications relatives à la qualité, au budget et à l échéancier ; - effets/impacts: effets à long et moyen termes, positifs et négatifs, primaires et secondaires, induits par une action de développement, directement ou non, intentionnellement ou non ; - satisfaction des intervenants (promoteur, client, bailleurs de fonds, communauté, gestionnaires etc.): réponse aux besoins identifiés mais aussi aux attentes parfois cachées. Dans cette perspective, a été instaurée une nouvelle approche de développement fondée sur la planification, la programmation et la gestion axée sur les résultats des actions dont les projets publics constituent des instruments déterminants. Ainsi, de façon particulière, le défi majeur pour toute nation est d optimiser l exécution de ces projets afin qu ils constituent DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 10

18 des instruments réels de développement socio-économique. Comment donc améliorer la gouvernance des projets? L optimisation des quatre éléments de performance du projet public suscités est-elle du fait de la gouvernance? Autrement dit, la prise en compte de la bonne gouvernance dans la gestion des projets publics contribue-t-elle à la performance des projets publics? La réponse à ces différentes préoccupations fait l objet de cette recherche à travers l étude du thème gouvernance et performance des projets publics. Pour ce faire, l étude du thème sera articulée autour de trois chapitres fondamentaux comme suit : Premier chapitre : Cadre théorique et méthodologie de la recherche. Deuxième chapitre : Gestion des projets et identification des critères de performance. Troisième chapitre : Interrelations entre gouvernance et performance des projets publics. DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 11

19 CHAPITRE 1: CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE Ce chapitre est consacré à la problématique, à la revue de la littérature et à la méthodologie de la recherche Problématique de l étude Elle présente d une part, le contexte de l étude et d autre part, les objectifs et hypothèses de l étude Contexte de l étude Au lendemain des indépendances, plusieurs plans de développement avaient été conçus en Côte d Ivoire. De grands projets de développement avaient été lancés. L objectif de ces projets de développement était de gagner le pari de l autosuffisance alimentaire. Cependant, le constat aujourd hui est que la question de l autosuffisance alimentaire est récurrente et même historique puisqu aucun des programmes des gouvernements successifs n a réussi à sortir le pays de la dépendance des importations des produits alimentaires. C est ce qui justifie le choix porté sur les projets agricoles. A cet égard, on peut citer, par exemple, les projets de développement intégré du Nord, du Nord-Est et du Centre, tous à forte composante vivrière. Ils devaient aboutir à deux résultats : mettre en place un certain nombre de spéculations agricoles d une part, et initier d autre part, des actions d accompagnement comme l ouverture et l entretien des pistes rurales, la construction d habitats et de points d eau. Il y a eu également d autres programmes et projets tels que l ambitieux programme de réhabilitation des bas-fonds sur l ensemble du territoire ; les projets de mise en œuvre de la banane plantain, du manioc, de l igname et l expérimentation du Projet Agricole Péri-Urbain de Daloa (PAPUCD). Ce dernier projet, lancé en 1987, visait à développer l activité vivrière dans les DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 12

20 bas-fonds, les villes et dans les environs immédiats où sont installés des maraîchers. L élevage de poisson ou pisciculture a été intégré audit projet sur financement du Fonds d Aide et de Coopération (FAC). L école centrale de mécanisation agricole qui devait accompagner ce projet, par la formation et la maintenance du matériel dans le domaine de la mécanisation agricole, est restée un vœu pieux, non pas faute de main-d œuvre. Il y a eu également bien d autres projets ailleurs, dans d autres contrées du pays comme à Dimbokro. Mais, quelles que soient leurs appellations, toutes ces initiatives ont échoué. Car, la liste des produits que le pays continue d importer en est la preuve et surtout traduit, s il en est besoin, l ampleur de l échec. En fait, au-delà des incantations et/ou exhortations des gouvernants, les contraintes liées ou celles accompagnant l autosuffisance alimentaire n ont pas semblé être suffisamment appréhendées dans les différents programmes. Par exemple, le retour des jeunes à la terre posait un certain nombre de problématiques ci-après énumérées: comment accéder à la propriété foncière dans un pays où la question de la terre, même entre membres d une même famille, entre communautés autochtones, entre autochtones et allogènes, se posait avec acuité? Qui va encadrer? Avec quoi? Avec quels moyens? Comment le suivi et l évaluation se feront? Qui va assurer la maintenance des outils de production et qui va les financer? En somme, avec quels outils ces jeunes qui retournent à la terre vont-ils contribuer à assurer cette autosuffisance? Après avoir répondu à ces questions, il fallait créer les conditions de la distribution et la conservation de la production vivrière. Par ailleurs, une analyse critique de la situation des projets de développement agricole en Côte d Ivoire effectuée par le Service Autonome de Contrôle de Gestion et d Evaluation des Projets (SACOGEP) du ministère de l agriculture révèle : DJORAYM MEMOIRE PROFESSIONNEL DESS HE-GPE AOÛT 2009 Page 13

BIEN QU ELLE demeure un sujet sensible et mal compris,

BIEN QU ELLE demeure un sujet sensible et mal compris, L ABC DEL ÉCONOMIE 10 idées reçues sur la gouvernance et la corruption Daniel Kaufmann BIEN QU ELLE demeure un sujet sensible et mal compris, la gouvernance reçoit aujourd hui une attention grandissante

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009 Présidence de la République Commissariat à la Sécurité Alimentaire APCAM/MSU/USAID Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali Phase II (PROMISAM - II) PROMISAM -

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West and Central Africa PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Étude de cas : création d une section nationale de GOPAC

Étude de cas : création d une section nationale de GOPAC Étude de cas : création d une section nationale de GOPAC www.gopacnetwork.org Note du Secrétariat mondial de GOPAC Le document suivant se veut un point de départ dans l engagement d autres parlementaires

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE FORMATION PROFESSIONNELLE ------------------------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------------------------

Plus en détail

Manuel de suivi et d évaluation des programmes et projets de développement

Manuel de suivi et d évaluation des programmes et projets de développement Gouvernance et Politiques Publiques pour un Développement Humain Durable Programme PNUD MAG/97/007 DAP1 Manuel de suivi et d évaluation des programmes et projets de développement 1 TABLE DE MATIERES INTRODUCTION

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

LA BONNE GOUVERNANCE: UNE MISE AU POINT

LA BONNE GOUVERNANCE: UNE MISE AU POINT Distribution: Restreinte EB 99/67/INF.4 26 août 1999 Original: Anglais Français FIDA Conseil d administration - Soixante-septième session Rome, 8-9 septembre 1999 LA BONNE GOUVERNANCE: UNE MISE AU POINT

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/FID/2007/2 16 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES LES INDUSTRIES EXTRACTIVES 1. Les mesures pratiques qui ont été prises et les progrès réalisés dans leur mise en œuvre Depuis son accession à l indépendance, le Mali, à travers ses différents plans de

Plus en détail

CATALOGUE 2013 DES SEMINAIRES

CATALOGUE 2013 DES SEMINAIRES Programme Master en Banque et Finance CATALOGUE 2013 DES SEMINAIRES INSCRIPTIONS ET RENSEIGNEMENTS CESAG - Boulevard du Général de Gaulle x Malick Sy - BP 3 802 Dakar - SENEGAL TEL: (221) 33 839 74 35

Plus en détail

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Turin, Italie Contexte Le Centre international de formation de l Organisation internationale du Travail (CIF-OIT)

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Elaboration de tableaux de bord sur l emploi (éditions 2011, 2012 et 2013)

Elaboration de tableaux de bord sur l emploi (éditions 2011, 2012 et 2013) REPUBLIQUE DU BENIN = + = + = + = MINISTERE CHARGE DE LA MICROFINANCE, DE L EMPLOI DES JEUNES ET DES FEMMES (MCMEJF) = + = + = + = + = Agence Nationale Pour l Emploi (ANPE) = + = + = + = TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L OCCASION DE LA CEREMONIE DE REMISE DE DIPLÔMES Dakar,

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

S.A.E.I.F - Bureau d Études

S.A.E.I.F - Bureau d Études La société Africaine d Études & d Ingénierie Financière est un bureau d Études multidisciplinaire qui travaille depuis 1997 dans le domaine de l appui au développement en Afrique. La SAEIF Bureau d Études

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020 International Development Research Centre Centre de recherches pour le développement international Investir dans des solutions Plan stratégique 2015-2020 LE MOT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL Je suis très fier

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU CONGO

BANQUE CENTRALE DU CONGO BANQUE CENTRALE DU CONGO Allocution prononcée par Monsieur J-C. MASANGU MULONGO Gouverneur de la Banque Centrale du Congo à l occasion du lancement officiel de la Journée Internationale de l Epargne en

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE RESPONSABILITE FINANCIERE ET DE TRANSPARENCE PRECAREF

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE RESPONSABILITE FINANCIERE ET DE TRANSPARENCE PRECAREF REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple un But une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ACBF PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE RESPONSABILITE FINANCIERE ET DE TRANSPARENCE PRECAREF Termes de référence

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail