SEQUENCE 12 THÈME 3 : ENJEUX DE LA REGLEMENTATION DE LA CONCURRENCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SEQUENCE 12 THÈME 3 : ENJEUX DE LA REGLEMENTATION DE LA CONCURRENCE"

Transcription

1 SEQUENCE 12 THÈME 3 : ENJEUX DE LA REGLEMENTATION DE LA CONCURRENCE I. ACCORDS OU STRUCTURES DE COOPERATION : NECESSAIRE ENCADREMENT DE LA CONCENTRATION DOCUMENT 1 La franchise a le vent en poupe TE PA

2 Les Échos, vendredi 17 et samedi 18 mars 2006 Questions 1. Quelle est l évolution du nombre d enseignes en franchise? 2. Que constate Louis Le Duff? 3. Concernant les franchiseurs, quels sont les problèmes rencontrés? 4. Au niveau européen, qu est-ce qui a permis de mettre de l ordre dans la profession? Votre réponse Réponses 1. L évolution du nombre d enseignes en franchise est la suivante :1971 : 34 ; 1974 : 400 ; 2005 : Les enseignes passent plus facilement le cap des 5 années d existence. 3. Les franchiseurs rencontrent des difficultés pour s adapter à l évolution de la demande des consommateurs, il peut y avoir gonflement des résultats pour attirer les candidats. 4. Le Code de déontologie européen de la franchise a mis de l ordre dans la profession TE PA

3 DOCUMENT 2 Le groupement d entreprises pour faire face à la concurrence européenne Var-Matin, samedi 25 mars TE PA

4 Questions 1. Quel est le nom du réseau regroupant les entreprises de la filière de la grande plaisance? 2. Qu a entraîné la régionalisation du réseau? 3. Outre le développement de l intelligence économique et la promotion des savoir-faire, quelles sont les principales activités du réseau? 4. Que vient d obtenir le groupement d entreprises? Votre réponse Réponses 1. Riviera Yachting Network. 2. La régionalisation du réseau a entraîné une augmentation de 50 % du nombre d adhérents. 3. Les principales activités du réseau sont des actions de communication vers les institutionnels et vers les adhérents, la promotion des métiers. 4. Le groupement d entreprises vient d obtenir «Le lancement d une mission parlementaire sur le sujet des autorisations d occupation temporaire du domaine public maritime» TE PA

5 DOCUMENT 3 Fusion GDF-Suez : enjeux politique et économique sont liés Var-Matin, lundi 27 février TE PA

6 Questions 1. Qu a annoncé le Premier ministre Dominique de Villepin? 2. À quoi fait suite ce scénario franco-français? 3. Lors de l été 2005, une notion était née, celle de «patriotisme économique». À quel événement faisaitelle suite? 4. Quelles sont les conséquences prévisibles de la fusion GDF-Suez? 5. Pour quelle raison le Parlement devra-t-il être saisi dans les plus brefs délais? Votre réponse Réponses 1. Le Premier ministre Dominique de Villepin a annoncé la fusion des deux groupes français GDF et Suez. 2. Ce scénario franco-français a fait suite à la déclaration, par l électricien Enel, de son intérêt pour Suez. 3. La rumeur d un rachat possible de Danone par l américain PepsiCo. 4. Aux yeux des investisseurs étrangers, passer pour un pays de plus en plus protectionniste et, au niveau national, accélérer la privatisation de GDF. 5. Le Parlement devra être saisi dans les plus brefs délais pour modifier la loi afin de permettre la privatisation de GDF TE PA

7 II. ÉCONOMIE LIBERALE ET CONCURRENCE : LE DROIT COMME ELEMENT D EQUILIBRE DOCUMENT 1 Parfums : de grands noms de luxe épinglés pour entente sur les prix Nice-Matin, mercredi 15 mars TE PA

8 Questions 1. Quelles ont été les entreprises condamnées à une amende de 534 millions d euros en décembre 2005? 2. Comment a été initiée l action contre les grands noms de luxe? 3. De quel type d entente s agit-il? 4. Quelle était la conséquence pour les consommateurs? 5. Pourquoi le Conseil de la concurrence a-t-il décidé de ne poursuivre que les gros distributeurs? Votre réponse Réponses 1. En décembre 2005, ont été condamnés à une amende de 534 millions d euros trois opérateurs de téléphonie mobile français : Orange, SFR et Bouygues Télécom. 2. L action contre les grands noms de luxe a été initiée par autosaisine du Conseil de la concurrence. 3. Il s agit de la mise en place par les fournisseurs d une police des prix. 4. Le consommateur trouvait son parfum de marque préférée au même prix chez différents distributeurs. 5. Ce sont les seuls qui avaient les moyens de s opposer aux fournisseurs. DOCUMENT 2 Endesa appelle Bruxelles à son secours contre l OPA de Gas Natural Les Échos, vendredi 23 et samedi 24 septembre TE PA

9 Questions 1. La justice européenne a validé le veto déposé par Bruxelles en décembre Précisez. 2. Qu a déclenché, en Espagne, l offre hostile de Gas Natural sur l électricien Endesa? 3. Quelle a été la réaction d Endesa? 4. Que prévoit-elle, si l opération aboutit, pour empêcher l échange d actifs entre Gas Natural et Iberdrola? 5. Quelle a été la réaction des autorités nationales de la concurrence portugaise? 6. Qu a décidé la Commission, consciente des enjeux de la libéralisation du secteur de l énergie? Votre réponse Réponses 1. Bruxelles s était opposé à l acquisition conjointe de Gas de Portugal (GDP) par Energia de Portugal (EDP) et l italien ENI. 2. Une tempête politico-économique qui prend une dimension communautaire. 3. Elle a saisi la Commission européenne pour que l examen de l opération du point de vue de la concurrence se fasse à Bruxelles et non à Madrid. 4. Un recours, directement devant la justice européenne, pour pacte illégal visant à éliminer un concurrent. 5. Elles ont demandé à la Commission d examiner les conséquences de l opération sur le marché lusitanien de l énergie. 6. Une enquête sectorielle pour débusquer les éventuelles pratiques illégales a été décidée par la Commission européenne TE PA

10 DOCUMENT 3 Un dénouement rapide pour DCN-Thalès? DOCUMENT 4 Nice-Matin, samedi 13 novembre 2004 Nice-Matin, 1 er octobre TE PA

11 Questions 1. Quels sont les deux groupes actionnaires de Thalès? 2. Rachat du groupe d électronique de défense français Thalès par le géant européen de l aéronautique EADS. Quel est l enjeu? 3. D après l article, quelle est l origine de l opération? 4. Quelle serait la conséquence du désengagement des deux groupes? 5. Un an plus tard, quelle est la décision du gouvernement concernant l emploi et la concurrence? Votre réponse Réponses 1. Les deux groupes actionnaires de Thalès sont Alcatel et Dassault. 2. Redistribution des cartes dans l industrie de l armement. 3. Des divergences relatives au management entre Thalès, Alcatel et Dassault. 4. Alcatel a l assurance de récupérer les actifs de Thalès communication et Dassault reprendrait Thalès Airborne Systems. 5. Réaliser un ensemble constitué de DCN, des activités navales de Thalès (Thalès Naval France, hors équipements) et d Armaris, filiale commune des deux groupes TE PA

12 DOCUMENT 5 Acier : Arcelor dans l étau du n 1 mondial Mittal Steel Nice-Matin, samedi 28 janvier TE PA

13 DOCUMENT 6 Bras de fer Arcelor-Mittal Steel Nice-Matin, mardi 31 janvier TE PA

14 Questions 1. Comment est né Arcelor? 2. Qu est-ce qui a suscité l inquiétude des gouvernements français et luxembourgeois? 3. Que vient de racheter Arcelor? 4. Pourquoi l allemand Thyssenkrupp s allie-t-il à la société de droit néerlandais Mittal? 5. Comment l indien Lakshmi Mittal est-t-il devenu numéro 1 de l acier en 2005? 6. Qu a exprimé le ministre de l économie Thierry Breton? 7. Comment la Commission européenne réagit-elle face à l inquiétude de la France et de l Espagne? Votre réponse Réponses 1. Arcelor est né en 2002 de la fusion entre le français Usinor, le luxembourgeois Arbed et l espagnol Aceralia. 2. Le projet de rachat du numéro 1 mondial de l acier Mittal Steel sur le numéro 2 européen Arcelor a suscité l inquiétude des gouvernements français et luxembourgeois. 3. Le canadien Dofasco vient de racheter Arcelor. 4. L allemand Thyssenkrupp s allie à la société de droit néerlandais Mittal après une promesse de cession du canadien Dofasco. 5. L indien Lakshmi Mittal est devenu numéro 1 de l acier en 2005 avec le rachat de l américain ISG. 6. Le ministre de l économie Thierry Breton a exprimé de vives inquiétudes, ce projet de rachat allant à l encontre de l orientation gouvernementale de patriotisme économique initiée lors de l été Elle «a affirmé que les subsides et le protectionnisme étaient des politiques du passé» TE PA

15 DOCUMENT 7 La loi OPA a été adoptée par les députés Les Échos, mercredi 8 juin 2005 Questions 1. Qu ont voté les députés le 7 juin 2005? 2. Quel est le mécanisme mis en place qui permet de pousser les parties à négocier? 3. En quoi consiste la transposition de l article 9 de la directive européenne? 4. Quels sont les deux cas d application du mécanisme? Votre réponse Réponses 1. Le 7 juin 2005, les députés ont voté une loi transposant la directive européenne sur les offres publiques d acquisition. 2. En cas d OPA, autoriser les entreprises à émettre des bons de souscription d actions destinés à diluer massivement l acquéreur et à renchérir le coût de l acquisition TE PA

16 3. En période d OPA, soumettre au vote des actionnaires réunis en assemblée générale toute mesure de défense. 4. Les deux cas d application du mécanisme sont en période d OPA ou hors OPA, mais seulement si l assaillant est lui-même protégé contre les OPA. DOCUMENT 8 Décret anti-opa : Bruxelles épingle Paris Questions Var-Matin, samedi 1 er avril Quel est l objectif du décret anti-opa des autorités françaises? 2. Précisez la réaction de la Commission européenne face à cette infraction aux règles du traité européen? 3. Que devra faire la France? Votre réponse Réponses 1. L objectif du décret anti-opa des autorités françaises est d imposer des restrictions aux investissements étrangers dans onze secteurs de l économie. 2. Lettre de mise en demeure aux autorités françaises. 3. Face à cette infraction la France disposera de deux mois pour répondre à cette mise en demeure TE PA

17 III. BIENS INCORPORELS : LEGISLATION PROTECTRICE EFFICACE SUR LE PLAN NATIONAL MAIS LIMITEE A L INTERNATIONAL DOCUMENT 1 Goldorak piraté? Nice-Matin, mardi 6 septembre 2005 DOCUMENT TE PA

18 Var-Matin, vendredi 2 décembre TE PA

19 Questions 1. Quelles sont les accusations portées par les détenteurs des droits de la série mythique Goldorak contre la société d édition Manga Distribution? 2. Quel est le montant du préjudice estimé par Toei Animation, producteur de Goldorak? 3. D après le représentant du studio japonais, quelle est l ampleur de la contrefaçon? 4. Quelle a été la réaction immédiate des distributeurs en apprenant le litige? 5. Depuis, quelle a été la sanction prononcée par le TGI de Paris à l encontre de l entreprise brignolaise? 6. Quel a été l argument retenu par le TGI? Votre réponse Réponses 1. Les détenteurs des droits de la série Goldorak accusent la société Manga Distribution d avoir copié, sans son accord, le DVD sorti en avant-première mondiale au Japon. 2. Le montant du préjudice estimé par Toei Animation s élève à 100 millions d euros de préjudice. 3. L ampleur de la contrefaçon, selon le représentant du studio japonais s élève à 2 millions de coffrets fabriqués, soit 10 millions de DVD contrefaits. 4. La Fnac, Virgin, etc. ont immédiatement retiré les DVD suspects de la vente, mais sur Internet «le vraifaux Goldorak est toujours disponible sur les sites de revente». 5. La sanction prononcée par le TGI de Paris à l encontre de l entreprise brignolaise est de 6 millions d euros de dommages et intérêts, 1,2 million d euros à Dynamic Planning, le retrait de la vente des DVD avec une astreinte de euros par jour. 6. Le TGI a retenu la concurrence déloyale et de contrefaçon de marque TE PA

20 DOCUMENT 3 Le Progrès, mardi 10 mai TE PA

* fermeture le lendemain

* fermeture le lendemain MOIS DE JANVIER 2011 Samedi 1 01h35 08h43 14h09 21h14 Dimanche 2 02h41 09h42 15h15 22h09 Lundi 3 03h38 10h32 16h10 22h56 Mardi 4 04h26 11h15 16h57 23h37 Mercredi 5 05h07 11h54 17h37 *00h14 Jeudi 6 05h45

Plus en détail

o 2 5 Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Rapport d activité 2005

o 2 5 Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Rapport d activité 2005 o o 2 5 Rapport d activité 2005 s o m m a i r e 2 5 oor apport d activité 2005 Introduction 1 Les dates clés 2005 4 Les chiffres clés 2005 6 La Directive Nationale d Orientation 2005 9 La régulation concurrentielle

Plus en détail

Aceralia avait été créée en 1902 et Arbed en 1882

Aceralia avait été créée en 1902 et Arbed en 1882 1 Exemples de groupes d entreprises En l absence d indications contraires, les données chiffrées sur les effectifs et le chiffre d affaire correspondent à l année 2004 Ce document contient des exemples

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA)

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) EXPOSE DES MOTIFS L Article 82 de la loi N 84-09 du 4 janvier 1984, portant création de l Ordre des Avocats

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION

SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION Les documents présentés ci-dessous représentent un exemple de revue de presse que vous pouvez constituer sur le thème «nécessité

Plus en détail

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière Responsabilité de l infirmière Que signifie être responsable? Dans le langage juridique Dans le langage courant c'est répondre des conséquences dommageables de ses actes ou de ses abstentions obligation

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION...

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... P9703-F1/2 291 SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... 292 II. L URGENCE : LEGIFERER PAR ORDONNANCES... 295 III.

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Succès de l introduction en bourse de GTT

Succès de l introduction en bourse de GTT Succès de l introduction en bourse de GTT Prix de l Offre : 46 euros par action, correspondant à une capitalisation boursière de GTT d environ 1,7 milliard d euros. Taille totale de l Offre : 13.500.000

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Diplôme d Université Lobbying Européen

Diplôme d Université Lobbying Européen Diplôme d Université Lobbying Européen en partenariat avec l Université de Strasbourg I S E L Institut Supérieur Européen du Lobbying European Institute for Advanced Studies in Lobbying Paris Strasbourg

Plus en détail

L excellence en droit économique

L excellence en droit économique L excellence en droit économique L excellence par la spécialisation Vogel & Vogel, dès son origine, se spécialise en droit économique et devient la référence dans cette matière en France. Le cabinet français

Plus en détail

Marques et noms de domaine

Marques et noms de domaine Marques et noms de domaine Une nécessaire harmonisation des pratiques Introduction 1 2 3 4 Bonnes pratiques en termes de gestion des marques Bonnes pratiques en termes de gestion des noms de domaine Une

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

I) Les stratégies de croissance au niveau économique

I) Les stratégies de croissance au niveau économique Toute entreprise ambitionne de se développer et donc de s agrandir en recherchant la croissance. Elle peut l obtenir à partir de 3 choix essentiels. Choix de croissance du point de vue économique (1 ou

Plus en détail

CLAUSE DE NON CONCURRENCE (CNC)

CLAUSE DE NON CONCURRENCE (CNC) CLAUSE DE NON CONCURRENCE (CNC) La concurrence est la situation dans laquelle se trouve une personne ou une entreprise par rapport à une ou plusieurs autres lorsque, tout en faisant des profits, elle peut

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises D I R I G E A N T S D E S O C I É T É P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises ) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas de mise

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

Effectif : 6 étudiants Cours septembre 2011 PRE-RENTREE Jeudi 8. Cours octobre 2011 SEMAINE 1 Lundi 17 Mardi 18 Jeudi 20. Cours Novembre 2011

Effectif : 6 étudiants Cours septembre 2011 PRE-RENTREE Jeudi 8. Cours octobre 2011 SEMAINE 1 Lundi 17 Mardi 18 Jeudi 20. Cours Novembre 2011 Effectif : 6 étudiants Cours septembre 2011 PRE-RENTREE Jeudi 8 Cours octobre 2011 SEMAINE 1 Lundi 17 Mardi 18 Jeudi 20 SEMAINE 2 Lundi 24 Mardi 25 SEMAINE 3 Lundi 31 Cours Novembre 2011 Mardi 1er SEMAINE

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

Code de Conduite SIEA / PEGI pour la protection des Jeunes

Code de Conduite SIEA / PEGI pour la protection des Jeunes Code de Conduite SIEA / PEGI pour la protection des Jeunes Le présent Code de conduite a été élaboré par la Swiss Interactive Entertainment Association SIEA (www.siea.ch) afin de promouvoir et de garantir

Plus en détail

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe Planification de la lutte contre la pandémie : quelles sont mes obligations? Points importants pour les membres de l Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l Ontario Pamela

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Nature : épreuve écrite portant sur l'étude d'un cas ou de situations pratiques pouvant être accompagnées de commentaires d'un ou plusieurs documents

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse ARCELORMITTAL ANNONCE SES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2009 Luxembourg, 28 avril 2009 - ArcelorMittal («ArcelorMittal», ou «la Société») (MT : New York, Amsterdam, Bruxelles,

Plus en détail

Un savoir faire juridique dans le domaine agricole

Un savoir faire juridique dans le domaine agricole AVOCATS A LA COUR Alinea, Avocats à la Cour propose aux acteurs des filières agricole et agroalimentaire, collectifs comme indépendants, un conseil et une assistance juridique sur mesure. Depuis 2006,

Plus en détail

Écueils à éviter dans les conventions d actionnaires. ACADÉMIE DAVIES pour la formation juridique continue

Écueils à éviter dans les conventions d actionnaires. ACADÉMIE DAVIES pour la formation juridique continue Écueils à éviter dans les conventions d actionnaires ACADÉMIE DAVIES pour la formation juridique continue 21 avril 2010 Raison d être d une convention d actionnaires Régir la relation entre les parties

Plus en détail

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7 L offre publique de vente (OPV) 3 L offre publique de retrait (OPR) 5 L offre publique d échange (OPE) 6 L offre publique d achat (OPA) 7 2 Les offres publiques de vente Les offres publiques sont réglementées

Plus en détail

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 août 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord

Plus en détail

Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage

Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage Coordonnées FUTUROSOFT Coordonnées CLIENT Raison Social : FUTUROSOFT Société à responsabilité limitée au capital de 109.763 Euros 8-10

Plus en détail

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

Comment assurer l innovation des PME-PMI? 14 mars 2007. Auteurs: Frédéric DUROT Van-Khoa BUI Grégory ALLARD

Comment assurer l innovation des PME-PMI? 14 mars 2007. Auteurs: Frédéric DUROT Van-Khoa BUI Grégory ALLARD Comment assurer l innovation des PME-PMI? Auteurs: Frédéric DUROT Van-Khoa BUI Grégory ALLARD PLAN 1. Propriété Intellectuelle: définition et environnement 2. Enjeux et besoins 3. Description du produit

Plus en détail

SHARE DU COMPARTIMENT SHARE JAPAN

SHARE DU COMPARTIMENT SHARE JAPAN SHARE (ci-après la «Société») Société d Investissement à Capital Variable Siège social : 12, rue Eugène Ruppert, L-2453 Luxembourg R.C.S. Luxembourg N B 28.744 AVIS AUX ACTIONNAIRES DU COMPARTIMENT SHARE

Plus en détail

STRATÉGIES,ENJEUX ET SOLUTIONS

STRATÉGIES,ENJEUX ET SOLUTIONS Atelier A N 16 Titre : L ASSURANCE CONTREFAÇON RISQUES ET Titre : L ASSURANCE CONTREFAÇON, RISQUES ET STRATÉGIES,ENJEUX ET SOLUTIONS Intervenants Johnny MERLOT Directeur des Assurances du Groupe FRANCE

Plus en détail

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD LOI 614.05 du 21 novembre 2006 sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu l article 166 de la Constitution du Canton de Vaud du 14 avril 2003 vu le projet de loi présenté par le Conseil

Plus en détail

contrat de concession et de licence

contrat de concession et de licence REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE UN BUT UNE FOI contrat de concession et de licence relatif a l exploitation de plusieurs parties du secteur de l electricite En date du 31 mars 1999 TABLE DES MATIERES :

Plus en détail

la une cette semaine Bourse Anticipez le retour des privatisations

la une cette semaine Bourse Anticipez le retour des privatisations Page 1/7 la une cette semaine Bourse Anticipez le retour des privatisations > Après les élections, le thème des privatisations pourrait redevenir d'actualité au vu des déficits budgétaires. > Le Revenu

Plus en détail

Société Anonyme. Programme d émission de billets de trésorerie pour le Groupe ArcelorMittal d un plafond de 1 milliard d Euros

Société Anonyme. Programme d émission de billets de trésorerie pour le Groupe ArcelorMittal d un plafond de 1 milliard d Euros Société Anonyme Programme d émission de billets de trésorerie pour le Groupe ArcelorMittal d un plafond de 1 milliard d Euros Dossier de présentation financière Établi en application des articles L 213-1

Plus en détail

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance January 1 2013 Le Code de conduite du label de qualité BeCommerce a pour objectif de poser les principes de base à respecter pour

Plus en détail

MARCHE À PROCÉDURE ADAPTÉE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics. TRAVAUX Réf. marché : BCS2013M06-W

MARCHE À PROCÉDURE ADAPTÉE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics. TRAVAUX Réf. marché : BCS2013M06-W A - IDENTIFIANTS MARCHE À PROCÉDURE ADAPTÉE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics TRAVAUX Réf. marché : BCS2013M06-W 1- Identification du pouvoir adjudicateur qui passe le marché

Plus en détail

CUMUL D ACTIVITES D UN AGENT A TEMPS COMPLET

CUMUL D ACTIVITES D UN AGENT A TEMPS COMPLET Double emploi Un agent public (fonctionnaire ou contractuel) doit consacrer l'intégralité de son activité professionnelle à son emploi dans la fonction publique. Toutefois, il peut être autorisé, sous

Plus en détail

Nous sommes heureux de vous adresser le premier numéro de notre Newsletter, que nous espérons publier chaque trimestre.

Nous sommes heureux de vous adresser le premier numéro de notre Newsletter, que nous espérons publier chaque trimestre. La Lettre du Cabinet Technologies de l'information Edito Nous sommes heureux de vous adresser le premier numéro de notre Newsletter, que nous espérons publier chaque trimestre. Cette Newsletter est organisée

Plus en détail

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile-de-France Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

La lettre semestrielle ISR de MACIF Gestion - n 15 Mars 2010

La lettre semestrielle ISR de MACIF Gestion - n 15 Mars 2010 La lettre semestrielle ISR de MACIF Gestion - n 15 Mars 2010 Sommaire : L engagement actionnarial, définition et pratiques. Les principaux acteurs de l engagement ESG en Europe. Que permet le droit français?

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Élaborer mon étude de marché Livret 11 Choisir mes fournisseurs Mise à jour février 2008 Département Tertiaire Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Avertissement au lecteur Le présent fascicule fait l'objet

Plus en détail

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 013-2013/AN PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT

Plus en détail

Proposition de directive relative au timeshare 1

Proposition de directive relative au timeshare 1 Proposition de directive relative au timeshare 1 - Avis de l ULC - Les sollicitations et engagements de timeshare concernant les consommateurs luxembourgeois s effectuent essentiellement à l étranger d

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Le rendez-vous de l économie Avril 2015

Le rendez-vous de l économie Avril 2015 Le rendez-vous de l économie Avril 2015 Sondage réalisé par pour, et Publié le 14 avril 2015 Levée d embargo le 13 avril 22H30 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Loi n 99-05 du 18 Dhou El Hidja 1419 Correspondant au 4 avril 1999portant loi d orientation

Plus en détail

Gardons. notre ville. propre. C est l affaire de tous au quotidien. www.ville-maubeuge.fr

Gardons. notre ville. propre. C est l affaire de tous au quotidien. www.ville-maubeuge.fr Gardons C est l affaire de tous au quotidien www.ville-maubeuge.fr intro La té d une ville, c est l affaire de tous au quotidien. Dès 2001, la municipalité a engagé une série d actions pour permettre à

Plus en détail

AUTO LA PARISIENNE ASSURANCES PROTECTION JURIDIQUE PARTICULIERS. Réf. : PJ/AUT/LPA 03-2013

AUTO LA PARISIENNE ASSURANCES PROTECTION JURIDIQUE PARTICULIERS. Réf. : PJ/AUT/LPA 03-2013 PROTECTION JURIDIQUE PARTICULIERS AUTO LA PARISIENNE ASSURANCES Réf. : PJ/AUT/LPA 03-2013 PROTEGYS Courtage Document non contractuel Date : 20/06/2014 PROTEGYS Courtage vous accompagne avec plus de services

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

USINOR. Gestion de projet l Cas pratique. Usinor. Les six challenges d Usinor

USINOR. Gestion de projet l Cas pratique. Usinor. Les six challenges d Usinor Gestion de projet l Cas pratique USINOR Usinor Premier producteur européen d acier 14,523 milliards d euros de chiffre d affaires, dont 52 % dans les aciers plats au carbone 62 000 salariés Les six challenges

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

IFPI SUISSE. Statuts. Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry

IFPI SUISSE. Statuts. Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry IFPI SUISSE Statuts Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry Version du 8..04 Table des matières I. Dispositions générales... Art. Dénomination et siège...

Plus en détail

Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire. Résumé des faits

Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire. Résumé des faits Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire / Avril 2014 1 Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire Résumé des faits Le Conseil d administration a décidé d imposer

Plus en détail

Commission des participations et des transferts. Avis n 2011 - A.C. - 1 du 1er février 2011

Commission des participations et des transferts. Avis n 2011 - A.C. - 1 du 1er février 2011 Commission des participations et des transferts Avis n 2011 - A.C. - 1 du 1er février 2011 relatif au transfert au secteur privé de l ADIT La Commission, Vu les lettres en date du 3 mai et du 29 septembre

Plus en détail

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation de la Great-West Ce guide vous donne un aperçu de haut niveau des principales caractéristiques de l assurance-vie avec participation de la

Plus en détail

Vente en ligne de médicaments : où en eston

Vente en ligne de médicaments : où en eston JIM.fr -Vente en ligne de médicaments : où en est-on? Page 1 sur 5 Publié le 15/11/2014 Vente en ligne de médicaments : où en eston? Barbara Bertholet (à droite) et Caroline Balosso Paris, le samedi 15

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

Les sondages de marché

Les sondages de marché ÉTUDE SOCIÉTÉS ET PROCÉDURES COLLECTIVES MARCHÉ FINANCIER La technique du sondage de marché consiste pour un prestataire de services d investissement (PSI) qui réalise pour le compte d un émetteur une

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS Juillet 2014 SOMMAIRE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE UNE SOCIÉTÉ NE SAURAIT REVENDIQUER DES DROITS D AUTEUR SUR LE DESSIN D UN TISSU DONT LE MOTIF EST BANAL 3 DISTRIBUTION MODIFICATION

Plus en détail

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux Protection juridique DES MANDATAIRES SOCIAUX CONDITIONS SPECIALES Définition 1. Membre IZEO : Indépendant société qui o a payé pour la 1ère fois la cotisation annuelle au profit d IZEO en vue de faire

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France Conférence internationale sur le modèle social européen organisée par EURISPES et la Fondation Friedrich Ebert à Rome 10-11 mai 2007 La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 Financière de l Echiquier, en qualité de société de gestion d OPCVM de droit français spécialisée dans les actions, est amenée, à travers les investissements

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982 Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI de développement de {'actionnariat, de {'épargne et de {'emploi, PRÉSENTÉE Par MM.

Plus en détail

ERGO Life Euro Equities

ERGO Life Euro Equities ERGO Life Euro Equities n Exposition à 100% de la prime nette investie dans les Titres de Créance émis par Société Générale n Droit au remboursement de votre prime nette à hauteur minimum de 108% à l échéance

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2697 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 129 110 22 22 juillet mai 2009 2013 S o m m a i r e PROFESSIONELS

Plus en détail

REGLES DU JEU CONCOURS «Loterie gratuite» de Compagnie Industrielle Internationale

REGLES DU JEU CONCOURS «Loterie gratuite» de Compagnie Industrielle Internationale Article 1: Organisateur REGLES DU JEU CONCOURS «Loterie gratuite» de Compagnie Industrielle Internationale La société Compagnie Industrielle Internationale, inscrite au registre de commerce de LUXEMBOURG,

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier 100% garanti en capital à l échéance Durée d investissement conseillée : 8 ans Moteur automobile à deux-temps 189 Karl

Plus en détail

Les copropriétés après la loi ALUR: qu est-ce que cela change? Formation ville de Saint-Mandé 07 octobre 2014

Les copropriétés après la loi ALUR: qu est-ce que cela change? Formation ville de Saint-Mandé 07 octobre 2014 Les copropriétés après la loi ALUR: qu est-ce que cela change? Formation ville de Saint-Mandé 07 octobre 2014 Loi ALUR : 13 mois de négociations internes pour l ARC Mars à juillet 2013 Septembre 2013 Novembre

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

Les assurances obligatoires en Tunisie. Brahim KOBBI FTUSA

Les assurances obligatoires en Tunisie. Brahim KOBBI FTUSA Les assurances obligatoires en Tunisie Brahim KOBBI FTUSA Introduction La liste des assurances obligatoires Les caractéristiques Les problèmes des assurances obligatoires Conclusion 2 Introduction En Tunisie

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Rapport sur l exercice des droits de vote - Année 2014

HSBC Global Asset Management (France) Rapport sur l exercice des droits de vote - Année 2014 HSBC Global Asset Management (France) Rapport sur l exercice des droits de vote - Année 2014 Rapport sur l exercice des droits de vote Année 2014 Conformément aux dispositions de l article 314-101 du Règlement

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL RELATIF A L ORGANISATION AU FONCTIONNEMENT ET AU CONTROLE DU MARCHE FINANCIER REGIONAL DE L UEMOA

REGLEMENT GENERAL RELATIF A L ORGANISATION AU FONCTIONNEMENT ET AU CONTROLE DU MARCHE FINANCIER REGIONAL DE L UEMOA UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE - CONSEIL REGIONAL DE L'EPARGNE PUBLIQUE ET DES MARCHES FINANCIERS REGLEMENT GENERAL RELATIF A L ORGANISATION AU FONCTIONNEMENT ET AU CONTROLE DU MARCHE FINANCIER REGIONAL

Plus en détail

Communication. Mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E

Communication. Mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E X I V e L É G I S L A T U R E Communication Commission des affaires européennes Mardi 4 novembre 2014 16 h 30 Communication de M. Philippe Armand Martin sur l attribution des noms de domaine «.wine» et

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Avril 2013

COUR DES COMPTES. Avril 2013 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Avril 2013 Les faiblesses de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture

Plus en détail

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE LPA UNE PRESENCE FORTE EN CHINE Shanghai Francfort PARIS Guangzhou Hong Kong AlgER CASABLANCA Créé il y a 25 ans, Lefèvre Pelletier & associés (LPA)

Plus en détail

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET Le respect de la règle du conflit d intérêts est un des principes essentiels de la déontologie de l avocat français. 1. La règle Elle est énoncée par l article

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

Cas n IV/M.910 - CLF CCB (DEXIA) / SAN PAOLO / CREDIOP. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.910 - CLF CCB (DEXIA) / SAN PAOLO / CREDIOP. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.910 - CLF CCB (DEXIA) / SAN PAOLO / CREDIOP Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Assemblée générale mixte

Assemblée générale mixte Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 24 Juin 2015 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2014 RESULTATS ANNUELS 2014 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail