SEQUENCE 12 THÈME 3 : ENJEUX DE LA REGLEMENTATION DE LA CONCURRENCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SEQUENCE 12 THÈME 3 : ENJEUX DE LA REGLEMENTATION DE LA CONCURRENCE"

Transcription

1 SEQUENCE 12 THÈME 3 : ENJEUX DE LA REGLEMENTATION DE LA CONCURRENCE I. ACCORDS OU STRUCTURES DE COOPERATION : NECESSAIRE ENCADREMENT DE LA CONCENTRATION DOCUMENT 1 La franchise a le vent en poupe TE PA

2 Les Échos, vendredi 17 et samedi 18 mars 2006 Questions 1. Quelle est l évolution du nombre d enseignes en franchise? 2. Que constate Louis Le Duff? 3. Concernant les franchiseurs, quels sont les problèmes rencontrés? 4. Au niveau européen, qu est-ce qui a permis de mettre de l ordre dans la profession? Votre réponse Réponses 1. L évolution du nombre d enseignes en franchise est la suivante :1971 : 34 ; 1974 : 400 ; 2005 : Les enseignes passent plus facilement le cap des 5 années d existence. 3. Les franchiseurs rencontrent des difficultés pour s adapter à l évolution de la demande des consommateurs, il peut y avoir gonflement des résultats pour attirer les candidats. 4. Le Code de déontologie européen de la franchise a mis de l ordre dans la profession TE PA

3 DOCUMENT 2 Le groupement d entreprises pour faire face à la concurrence européenne Var-Matin, samedi 25 mars TE PA

4 Questions 1. Quel est le nom du réseau regroupant les entreprises de la filière de la grande plaisance? 2. Qu a entraîné la régionalisation du réseau? 3. Outre le développement de l intelligence économique et la promotion des savoir-faire, quelles sont les principales activités du réseau? 4. Que vient d obtenir le groupement d entreprises? Votre réponse Réponses 1. Riviera Yachting Network. 2. La régionalisation du réseau a entraîné une augmentation de 50 % du nombre d adhérents. 3. Les principales activités du réseau sont des actions de communication vers les institutionnels et vers les adhérents, la promotion des métiers. 4. Le groupement d entreprises vient d obtenir «Le lancement d une mission parlementaire sur le sujet des autorisations d occupation temporaire du domaine public maritime» TE PA

5 DOCUMENT 3 Fusion GDF-Suez : enjeux politique et économique sont liés Var-Matin, lundi 27 février TE PA

6 Questions 1. Qu a annoncé le Premier ministre Dominique de Villepin? 2. À quoi fait suite ce scénario franco-français? 3. Lors de l été 2005, une notion était née, celle de «patriotisme économique». À quel événement faisaitelle suite? 4. Quelles sont les conséquences prévisibles de la fusion GDF-Suez? 5. Pour quelle raison le Parlement devra-t-il être saisi dans les plus brefs délais? Votre réponse Réponses 1. Le Premier ministre Dominique de Villepin a annoncé la fusion des deux groupes français GDF et Suez. 2. Ce scénario franco-français a fait suite à la déclaration, par l électricien Enel, de son intérêt pour Suez. 3. La rumeur d un rachat possible de Danone par l américain PepsiCo. 4. Aux yeux des investisseurs étrangers, passer pour un pays de plus en plus protectionniste et, au niveau national, accélérer la privatisation de GDF. 5. Le Parlement devra être saisi dans les plus brefs délais pour modifier la loi afin de permettre la privatisation de GDF TE PA

7 II. ÉCONOMIE LIBERALE ET CONCURRENCE : LE DROIT COMME ELEMENT D EQUILIBRE DOCUMENT 1 Parfums : de grands noms de luxe épinglés pour entente sur les prix Nice-Matin, mercredi 15 mars TE PA

8 Questions 1. Quelles ont été les entreprises condamnées à une amende de 534 millions d euros en décembre 2005? 2. Comment a été initiée l action contre les grands noms de luxe? 3. De quel type d entente s agit-il? 4. Quelle était la conséquence pour les consommateurs? 5. Pourquoi le Conseil de la concurrence a-t-il décidé de ne poursuivre que les gros distributeurs? Votre réponse Réponses 1. En décembre 2005, ont été condamnés à une amende de 534 millions d euros trois opérateurs de téléphonie mobile français : Orange, SFR et Bouygues Télécom. 2. L action contre les grands noms de luxe a été initiée par autosaisine du Conseil de la concurrence. 3. Il s agit de la mise en place par les fournisseurs d une police des prix. 4. Le consommateur trouvait son parfum de marque préférée au même prix chez différents distributeurs. 5. Ce sont les seuls qui avaient les moyens de s opposer aux fournisseurs. DOCUMENT 2 Endesa appelle Bruxelles à son secours contre l OPA de Gas Natural Les Échos, vendredi 23 et samedi 24 septembre TE PA

9 Questions 1. La justice européenne a validé le veto déposé par Bruxelles en décembre Précisez. 2. Qu a déclenché, en Espagne, l offre hostile de Gas Natural sur l électricien Endesa? 3. Quelle a été la réaction d Endesa? 4. Que prévoit-elle, si l opération aboutit, pour empêcher l échange d actifs entre Gas Natural et Iberdrola? 5. Quelle a été la réaction des autorités nationales de la concurrence portugaise? 6. Qu a décidé la Commission, consciente des enjeux de la libéralisation du secteur de l énergie? Votre réponse Réponses 1. Bruxelles s était opposé à l acquisition conjointe de Gas de Portugal (GDP) par Energia de Portugal (EDP) et l italien ENI. 2. Une tempête politico-économique qui prend une dimension communautaire. 3. Elle a saisi la Commission européenne pour que l examen de l opération du point de vue de la concurrence se fasse à Bruxelles et non à Madrid. 4. Un recours, directement devant la justice européenne, pour pacte illégal visant à éliminer un concurrent. 5. Elles ont demandé à la Commission d examiner les conséquences de l opération sur le marché lusitanien de l énergie. 6. Une enquête sectorielle pour débusquer les éventuelles pratiques illégales a été décidée par la Commission européenne TE PA

10 DOCUMENT 3 Un dénouement rapide pour DCN-Thalès? DOCUMENT 4 Nice-Matin, samedi 13 novembre 2004 Nice-Matin, 1 er octobre TE PA

11 Questions 1. Quels sont les deux groupes actionnaires de Thalès? 2. Rachat du groupe d électronique de défense français Thalès par le géant européen de l aéronautique EADS. Quel est l enjeu? 3. D après l article, quelle est l origine de l opération? 4. Quelle serait la conséquence du désengagement des deux groupes? 5. Un an plus tard, quelle est la décision du gouvernement concernant l emploi et la concurrence? Votre réponse Réponses 1. Les deux groupes actionnaires de Thalès sont Alcatel et Dassault. 2. Redistribution des cartes dans l industrie de l armement. 3. Des divergences relatives au management entre Thalès, Alcatel et Dassault. 4. Alcatel a l assurance de récupérer les actifs de Thalès communication et Dassault reprendrait Thalès Airborne Systems. 5. Réaliser un ensemble constitué de DCN, des activités navales de Thalès (Thalès Naval France, hors équipements) et d Armaris, filiale commune des deux groupes TE PA

12 DOCUMENT 5 Acier : Arcelor dans l étau du n 1 mondial Mittal Steel Nice-Matin, samedi 28 janvier TE PA

13 DOCUMENT 6 Bras de fer Arcelor-Mittal Steel Nice-Matin, mardi 31 janvier TE PA

14 Questions 1. Comment est né Arcelor? 2. Qu est-ce qui a suscité l inquiétude des gouvernements français et luxembourgeois? 3. Que vient de racheter Arcelor? 4. Pourquoi l allemand Thyssenkrupp s allie-t-il à la société de droit néerlandais Mittal? 5. Comment l indien Lakshmi Mittal est-t-il devenu numéro 1 de l acier en 2005? 6. Qu a exprimé le ministre de l économie Thierry Breton? 7. Comment la Commission européenne réagit-elle face à l inquiétude de la France et de l Espagne? Votre réponse Réponses 1. Arcelor est né en 2002 de la fusion entre le français Usinor, le luxembourgeois Arbed et l espagnol Aceralia. 2. Le projet de rachat du numéro 1 mondial de l acier Mittal Steel sur le numéro 2 européen Arcelor a suscité l inquiétude des gouvernements français et luxembourgeois. 3. Le canadien Dofasco vient de racheter Arcelor. 4. L allemand Thyssenkrupp s allie à la société de droit néerlandais Mittal après une promesse de cession du canadien Dofasco. 5. L indien Lakshmi Mittal est devenu numéro 1 de l acier en 2005 avec le rachat de l américain ISG. 6. Le ministre de l économie Thierry Breton a exprimé de vives inquiétudes, ce projet de rachat allant à l encontre de l orientation gouvernementale de patriotisme économique initiée lors de l été Elle «a affirmé que les subsides et le protectionnisme étaient des politiques du passé» TE PA

15 DOCUMENT 7 La loi OPA a été adoptée par les députés Les Échos, mercredi 8 juin 2005 Questions 1. Qu ont voté les députés le 7 juin 2005? 2. Quel est le mécanisme mis en place qui permet de pousser les parties à négocier? 3. En quoi consiste la transposition de l article 9 de la directive européenne? 4. Quels sont les deux cas d application du mécanisme? Votre réponse Réponses 1. Le 7 juin 2005, les députés ont voté une loi transposant la directive européenne sur les offres publiques d acquisition. 2. En cas d OPA, autoriser les entreprises à émettre des bons de souscription d actions destinés à diluer massivement l acquéreur et à renchérir le coût de l acquisition TE PA

16 3. En période d OPA, soumettre au vote des actionnaires réunis en assemblée générale toute mesure de défense. 4. Les deux cas d application du mécanisme sont en période d OPA ou hors OPA, mais seulement si l assaillant est lui-même protégé contre les OPA. DOCUMENT 8 Décret anti-opa : Bruxelles épingle Paris Questions Var-Matin, samedi 1 er avril Quel est l objectif du décret anti-opa des autorités françaises? 2. Précisez la réaction de la Commission européenne face à cette infraction aux règles du traité européen? 3. Que devra faire la France? Votre réponse Réponses 1. L objectif du décret anti-opa des autorités françaises est d imposer des restrictions aux investissements étrangers dans onze secteurs de l économie. 2. Lettre de mise en demeure aux autorités françaises. 3. Face à cette infraction la France disposera de deux mois pour répondre à cette mise en demeure TE PA

17 III. BIENS INCORPORELS : LEGISLATION PROTECTRICE EFFICACE SUR LE PLAN NATIONAL MAIS LIMITEE A L INTERNATIONAL DOCUMENT 1 Goldorak piraté? Nice-Matin, mardi 6 septembre 2005 DOCUMENT TE PA

18 Var-Matin, vendredi 2 décembre TE PA

19 Questions 1. Quelles sont les accusations portées par les détenteurs des droits de la série mythique Goldorak contre la société d édition Manga Distribution? 2. Quel est le montant du préjudice estimé par Toei Animation, producteur de Goldorak? 3. D après le représentant du studio japonais, quelle est l ampleur de la contrefaçon? 4. Quelle a été la réaction immédiate des distributeurs en apprenant le litige? 5. Depuis, quelle a été la sanction prononcée par le TGI de Paris à l encontre de l entreprise brignolaise? 6. Quel a été l argument retenu par le TGI? Votre réponse Réponses 1. Les détenteurs des droits de la série Goldorak accusent la société Manga Distribution d avoir copié, sans son accord, le DVD sorti en avant-première mondiale au Japon. 2. Le montant du préjudice estimé par Toei Animation s élève à 100 millions d euros de préjudice. 3. L ampleur de la contrefaçon, selon le représentant du studio japonais s élève à 2 millions de coffrets fabriqués, soit 10 millions de DVD contrefaits. 4. La Fnac, Virgin, etc. ont immédiatement retiré les DVD suspects de la vente, mais sur Internet «le vraifaux Goldorak est toujours disponible sur les sites de revente». 5. La sanction prononcée par le TGI de Paris à l encontre de l entreprise brignolaise est de 6 millions d euros de dommages et intérêts, 1,2 million d euros à Dynamic Planning, le retrait de la vente des DVD avec une astreinte de euros par jour. 6. Le TGI a retenu la concurrence déloyale et de contrefaçon de marque TE PA

20 DOCUMENT 3 Le Progrès, mardi 10 mai TE PA

Le Pacte d associés. Le pacte d associés

Le Pacte d associés. Le pacte d associés L Le Pacte d associés Le pacte d associés Le pacte d associés Jean-Pierre GITENAY Avocat Associé 31 mars 2008 2 SOMMAIRE Définition contenu - validité Pourquoi un pacte? Limites du pacte Les principales

Plus en détail

o 2 5 Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Rapport d activité 2005

o 2 5 Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Rapport d activité 2005 o o 2 5 Rapport d activité 2005 s o m m a i r e 2 5 oor apport d activité 2005 Introduction 1 Les dates clés 2005 4 Les chiffres clés 2005 6 La Directive Nationale d Orientation 2005 9 La régulation concurrentielle

Plus en détail

«DES SOUS... ET DES HOMMES»

«DES SOUS... ET DES HOMMES» «DES SOUS... ET DES HOMMES» une émission proposée et présentée par Pascale Fourier sur ALIGRE FM 93.1 en région parisienne http ://www.des-sous-et-des-hommes.org Émission du 10 octobre 2006 La fusion G.D.F/SUEZ

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

* fermeture le lendemain

* fermeture le lendemain MOIS DE JANVIER 2011 Samedi 1 01h35 08h43 14h09 21h14 Dimanche 2 02h41 09h42 15h15 22h09 Lundi 3 03h38 10h32 16h10 22h56 Mardi 4 04h26 11h15 16h57 23h37 Mercredi 5 05h07 11h54 17h37 *00h14 Jeudi 6 05h45

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures 20 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Eléments généraux sur

Plus en détail

Aceralia avait été créée en 1902 et Arbed en 1882

Aceralia avait été créée en 1902 et Arbed en 1882 1 Exemples de groupes d entreprises En l absence d indications contraires, les données chiffrées sur les effectifs et le chiffre d affaire correspondent à l année 2004 Ce document contient des exemples

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION

SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION Les documents présentés ci-dessous représentent un exemple de revue de presse que vous pouvez constituer sur le thème «nécessité

Plus en détail

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA)

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) EXPOSE DES MOTIFS L Article 82 de la loi N 84-09 du 4 janvier 1984, portant création de l Ordre des Avocats

Plus en détail

50 Assemblées Générales votées - Répartition par Pays

50 Assemblées Générales votées - Répartition par Pays RAPPORT SUR L EXERCICE DU DROIT DE VOTE EXERCICE 2014 En application des dispositions prévues par l article L.533-22 du Code monétaire et financier et des articles 314-100 à 314-104 et 319-21 à 319-25

Plus en détail

GDF/SUEZ : la face cachée

GDF/SUEZ : la face cachée GDF/SUEZ : la face cachée 1. Les principaux évènements ayant permis la fusion GDF-SUEZ 1995 Nicolas SARKOZY, mis à l écart après l élection de Jacques CHIRAC à la Présidence de la République, trouve un

Plus en détail

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur :

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur : 1 Qu est-ce que la franchise? La franchise est un contrat liant deux personnes juridiquement indépendantes : le franchiseur, propriétaire ou détenteur des droits d une marque ou d une enseigne, transmet

Plus en détail

Planning Groupe 1. du Lundi 24 Aout au Samedi 5 Septembre. Matin. Lundi 24 Mardi 25 Mercredi 26 Jeudi 27 Vendredi 28 Lundi 31. Samedi 5.

Planning Groupe 1. du Lundi 24 Aout au Samedi 5 Septembre. Matin. Lundi 24 Mardi 25 Mercredi 26 Jeudi 27 Vendredi 28 Lundi 31. Samedi 5. Planning Groupe 1 Lundi 24 Mardi 25 Mercredi 26 Jeudi 27 Vendredi 28 Lundi 31 Samedi 5 RDV à 14h00 Planning Groupe 2 Lundi 24 Mardi 25 Mercredi 26 Jeudi 27 Vendredi 28 Lundi 31 Samedi 5 RDV à 14h30 Planning

Plus en détail

Présentation en Conseil des ministres Mercredi 30 juillet 2014

Présentation en Conseil des ministres Mercredi 30 juillet 2014 Projet d ordonnance relative au droit des sociétés et prise en application de l article 3 de la loi du 2 janvier 2014 habilitant le Gouvernement à simplifier et sécuriser la vie des entreprises Présentation

Plus en détail

Diplôme d Université Lobbying Européen

Diplôme d Université Lobbying Européen Diplôme d Université Lobbying Européen en partenariat avec l Université de Strasbourg I S E L Institut Supérieur Européen du Lobbying European Institute for Advanced Studies in Lobbying Paris Strasbourg

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Succès de l introduction en bourse de GTT

Succès de l introduction en bourse de GTT Succès de l introduction en bourse de GTT Prix de l Offre : 46 euros par action, correspondant à une capitalisation boursière de GTT d environ 1,7 milliard d euros. Taille totale de l Offre : 13.500.000

Plus en détail

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission «L application à la profession d avocat de la directive 91/308/CEE relative

Plus en détail

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Chiffres & textes clés Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 EMLYON I.F.G.E. - CHIFFRES & TEXTES CLÉS Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Quelle est l ampleur

Plus en détail

Conférence du Master 2 de Droit des affaires internationales

Conférence du Master 2 de Droit des affaires internationales Conférence du Master 2 de Droit des affaires internationales Université Paris II Panthéon Assas & Université d Economie et de Droit de HCMV Protection de la propriété intellectuelle au Vietnam L absence

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION INTERCOMMUNALE DE CHASSE AGREEE (FUSION)

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION INTERCOMMUNALE DE CHASSE AGREEE (FUSION) MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION INTERCOMMUNALE DE CHASSE AGREEE (FUSION) ARTICLE 1 En application des dispositions législatives et réglementaires du Code de l'environnement relatives aux associations

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Un savoir faire juridique dans le domaine agricole

Un savoir faire juridique dans le domaine agricole AVOCATS A LA COUR Alinea, Avocats à la Cour propose aux acteurs des filières agricole et agroalimentaire, collectifs comme indépendants, un conseil et une assistance juridique sur mesure. Depuis 2006,

Plus en détail

Enel Fiche Entreprise 2009

Enel Fiche Entreprise 2009 Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-conseil.com Paris Bruxelles Roma Milano Zürich Casablanca Enel Fiche Entreprise 2009 Enel, 1 er producteur-distributeur

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière Responsabilité de l infirmière Que signifie être responsable? Dans le langage juridique Dans le langage courant c'est répondre des conséquences dommageables de ses actes ou de ses abstentions obligation

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 RC DES DIRIGEANTS Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 1 REMARQUES 1) On parle de RC Dirigeants (Définition plus large) et non plus de RC Mandataires Sociaux. 2) Un seul

Plus en détail

Colloque International Réseau MONDER 23-26 Novembre 2003 Buenos - Aires ; Argentine.

Colloque International Réseau MONDER 23-26 Novembre 2003 Buenos - Aires ; Argentine. Colloque International Réseau MONDER 23-26 Novembre 23 Buenos - Aires ; Argentine. La libéralisation des marchés européens du gaz conséquences et restructurations Cécile BAZART Maître de Conférences CREDEN

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR SYNDICAT LOCAL «Horizons»

RÈGLEMENT INTÉRIEUR SYNDICAT LOCAL «Horizons» RÈGLEMENT INTÉRIEUR SYNDICAT LOCAL «Horizons» Le présent Règlement Intérieur est divisé en cinq chapitres : Chapitre 1 : les adhérents, membres actifs ou renforts Chapitre 2 : le Bureau Directeur Chapitre

Plus en détail

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37 CHAPITRE 3 10-1-1 37 CHAPITRE 3 RÈGLES D UTILISATION ET DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC A. UTILISATION DE LA MARQUE PEFC Les règles d utilisation de la marque PEFC figurent en annexe 16 du présent schéma

Plus en détail

Chapitre 4 Les apports de la théorie des jeux

Chapitre 4 Les apports de la théorie des jeux Chapitre 4 Les apports de la théorie des jeux Cours Économie d entreprise Licence 2 Droit Thierry Pénard http://perso.univ-rennes1.fr/thierry.penard/droit.htm Stratégies et concurrence sur le marché des

Plus en détail

Marques et noms de domaine

Marques et noms de domaine Marques et noms de domaine Une nécessaire harmonisation des pratiques Introduction 1 2 3 4 Bonnes pratiques en termes de gestion des marques Bonnes pratiques en termes de gestion des noms de domaine Une

Plus en détail

Politique relative aux transactions d initiés

Politique relative aux transactions d initiés Politique relative aux transactions d initiés FÉVRIER 2014 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Restrictions visant les transactions d initiés... 2 a) Restrictions visant les transactions d initiés...

Plus en détail

Si vous ne parvenez pas à visualiser cet e-mail correctement, suivez ce lien. A la Une

Si vous ne parvenez pas à visualiser cet e-mail correctement, suivez ce lien. A la Une Si vous ne parvenez pas à visualiser cet e-mail correctement, suivez ce lien A la Une Bonjour, Le Département Droit économique de FIDAL a le plaisir de vous adresser sa lettre d'information concurrence

Plus en détail

SEQUENCE 10 CHAPITRE 12 LES TECHNIQUES JURIDIQUES DE COOPÉRATION INTERENTREPRISES... 98 I. LES ACCORDS DE COOPÉRATION... 98

SEQUENCE 10 CHAPITRE 12 LES TECHNIQUES JURIDIQUES DE COOPÉRATION INTERENTREPRISES... 98 I. LES ACCORDS DE COOPÉRATION... 98 SEQUENCE 10 CHAPITRE 12 LES TECHNIQUES JURIDIQUES DE COOPÉRATION INTERENTREPRISES... 98 I. LES ACCORDS DE COOPÉRATION... 98 A. LE CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE... 98 B. LE CONTRAT DE FRANCHISE... 98 1. Rappel

Plus en détail

Le transfert d entreprise et l outsourcing pour faire face à la crise: aspects sociaux. Formation CNC 6 juin 2013 Frédéric Baudoux

Le transfert d entreprise et l outsourcing pour faire face à la crise: aspects sociaux. Formation CNC 6 juin 2013 Frédéric Baudoux Le transfert d entreprise et l outsourcing pour faire face à la crise: aspects sociaux Formation CNC 6 juin 2013 Frédéric Baudoux Plan Section 1. Le champ d application matériel de la directive 2001/23

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 63 30 mars 2012. S o m m a i r e FONDS D INVESTISSEMENT SPÉCIALISÉS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 63 30 mars 2012. S o m m a i r e FONDS D INVESTISSEMENT SPÉCIALISÉS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 713 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 63 30 mars 2012 S o m m a i r e FONDS D INVESTISSEMENT SPÉCIALISÉS

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-22 du 20 juillet 2009 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Groupe Arthur Bonnet par les sociétés Snaidero et Nobilia L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 février 2006 N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2006. RAPPORT

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

CHAPITRE 11 : LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

CHAPITRE 11 : LA PROPRIETE INTELLECTUELLE CHAPITRE 11 : LA PROPRIETE INTELLECTUELLE La propriété intellectuelle est une application particulière de la propriété. Elle consiste à reconnaître au créateur des prérogatives sur sa chose. Elle protège

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi

CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi relative au retrait obligatoire et au rachat obligatoire portant sur les titres de sociétés anonymes admis ou ayant été admis à la négociation sur

Plus en détail

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Nature : épreuve écrite portant sur l'étude d'un cas ou de situations pratiques pouvant être accompagnées de commentaires d'un ou plusieurs documents

Plus en détail

Pacte d actionnaires

Pacte d actionnaires Pacte d actionnaires Contrôler, organiser son actionnariat, intéresser ses collaborateurs au capital, comment faire ou ne pas faire? Ateliers Investsud Cedric Guyot - 20 mars 2015 - Introduction Objectif

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire. Résumé des faits

Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire. Résumé des faits Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire / Avril 2014 1 Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire Résumé des faits Le Conseil d administration a décidé d imposer

Plus en détail

PROPRIETE INTELLECTUELLE

PROPRIETE INTELLECTUELLE PROPRIETE INTELLECTUELLE CONFIRMATION PAR LA COUR DE CASSATION DE L EXCEPTION A LA NOTION D EPUISEMENT DES DROITS DU TITULAIRE D UNE MARQUE Stéphanie YAVORDIOS Septembre 2011 La Cour de cassation a, dans

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales 4 Rue Jacques

Plus en détail

L AFFICHAGE PUBLICITAIRE

L AFFICHAGE PUBLICITAIRE L AFFICHAGE PUBLICITAIRE 1 - Le cadre juridique de l affichage Les grands principes édictés par le Code de l environnement Réglementation nationale et dérogations locales Application de la réglementation

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

PALATINE ASSET MANAGEMENT

PALATINE ASSET MANAGEMENT 20 février 2015 PALATINE ASSET MANAGEMENT Rapport sur l exercice des droits de vote en 2014 I. Introduction : En vertu de l article L 533-22 du Code Monétaire et Financier, les Sociétés de Gestion de Portefeuille

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 370321 ECLI:FR:CESSR:2014:370321.20141215 Inédit au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies Mme Maïlys Lange, rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon, rapporteur public

Plus en détail

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Code de déontologie européen de la franchise : http://www.franchise-fff.com/base-documentaire/finish/206/318.html

Plus en détail

Emploi-Québec doit se retirer de la certification des compétences des technologues professionnels

Emploi-Québec doit se retirer de la certification des compétences des technologues professionnels Emploi-Québec doit se retirer de la certification des compétences des technologues professionnels L Ordre des technologues professionnels du Québec (OTPQ), porte-parole des technologues, est heureux de

Plus en détail

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Médiation à la Division des petites créances Guide de fonctionnement à l intention des médiateurs Octobre 2003 (mise à jour octobre 2014)

Plus en détail

la CNIL en bref PROTÉGER LES DONNÉES PERSONNELLES, ACCOMPAGNER L INNOVATION, PRÉSERVER LES LIBERTÉS INDIVIDUELLES

la CNIL en bref PROTÉGER LES DONNÉES PERSONNELLES, ACCOMPAGNER L INNOVATION, PRÉSERVER LES LIBERTÉS INDIVIDUELLES la CNIL en bref PROTÉGER LES DONNÉES PERSONNELLES, ACCOMPAGNER L INNOVATION, PRÉSERVER LES LIBERTÉS INDIVIDUELLES STATUT & COMPOSITION UNE AUTORITÉ ADMINISTRATIVE INDÉPENDANTE Créée en 1978, la CNIL est

Plus en détail

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION...

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... P9703-F1/2 291 SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... 292 II. L URGENCE : LEGIFERER PAR ORDONNANCES... 295 III.

Plus en détail

PLANNING BTS CI1 ALTERNANCE 2010 / 2011

PLANNING BTS CI1 ALTERNANCE 2010 / 2011 Prof référente: Mme Omiecinski Effectif : 3 étudiants Cours septembre 2010 Jeudi 16 Vendredi 17 Cours octobre 2010 Lundi 18 Mardi 19 PLANNING BTS CI1 ALTERNANCE 2010 / 2011 ATELIER RECHERCHE STAGE PRESENTATION

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte )

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) À l offensive pour des comités d entreprise européens plus nombreux et plus puissants La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) Pourquoi une nouvelle directive sur les comités

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

Stock options et attribution gratuite d actions

Stock options et attribution gratuite d actions Stock options et attribution gratuite d actions 1 Christophe de Kalbermatten, Avocat Python & Peter 5 Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Stock options A. Définition B. Graphique C. Différentes stock options

Plus en détail

La lutte contre les contenus illégaux sur Internet

La lutte contre les contenus illégaux sur Internet La lutte contre les contenus illégaux sur Internet Conférence Barreau de Paris «Régulation : filtrage ou internet civilisé?» Patrick Maigron Enseignant-chercheur / Ingénieur d études Institut Télécom /

Plus en détail

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile-de-France Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel

Plus en détail

L excellence en droit économique

L excellence en droit économique L excellence en droit économique L excellence par la spécialisation Vogel & Vogel, dès son origine, se spécialise en droit économique et devient la référence dans cette matière en France. Le cabinet français

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

TRANSPARENCE ET GESTION DURABLE DES RESSOURCES NATURELLES AU SENEGAL: EXPERIENCE DE L ONG L

TRANSPARENCE ET GESTION DURABLE DES RESSOURCES NATURELLES AU SENEGAL: EXPERIENCE DE L ONG L TRANSPARENCE ET GESTION DURABLE DES RESSOURCES NATURELLES AU SENEGAL: EXPERIENCE DE L ONG L LA LUMIERE LALUMIERE - ABATTOIRS BP: 310 TAMBACOUNDA SENEGAL TEL./ FAX: +221 33 981 01 01 EMAIL: sabodala2004@yahoo.fr

Plus en détail

Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise. Institut National Algérien de la Propriété Industrielle

Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise. Institut National Algérien de la Propriété Industrielle Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotionde l Investissement Institut National Algérien de la Propriété Industrielle La contrefaçon dans le domaine des TIC, en vertu

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises D I R I G E A N T S D E S O C I É T É P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises ) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas de mise

Plus en détail

Un premier conseil : ne cédez pas aux sirènes téléphoniques et autres démarchages commerciaux, même de la part d EDF et/ou de Gaz de France.

Un premier conseil : ne cédez pas aux sirènes téléphoniques et autres démarchages commerciaux, même de la part d EDF et/ou de Gaz de France. DIFFUSER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS, A cette date le marché de l électricité et du gaz est ouvert à la concurrence de part la volonté de nos «dirigeants» et de Bruxelles et beaucoup de monde risque de se

Plus en détail

Préface FREDERIC JENNY

Préface FREDERIC JENNY FREDERIC JENNY Professeur d Économie, ESSEC Business School Co-directeur du Centre Européen de Droit et d Economie Président du Comité de la concurrence de l OCDE Ce livre explore les relations entre la

Plus en détail

Comment assurer l innovation des PME-PMI? 14 mars 2007. Auteurs: Frédéric DUROT Van-Khoa BUI Grégory ALLARD

Comment assurer l innovation des PME-PMI? 14 mars 2007. Auteurs: Frédéric DUROT Van-Khoa BUI Grégory ALLARD Comment assurer l innovation des PME-PMI? Auteurs: Frédéric DUROT Van-Khoa BUI Grégory ALLARD PLAN 1. Propriété Intellectuelle: définition et environnement 2. Enjeux et besoins 3. Description du produit

Plus en détail

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe Planification de la lutte contre la pandémie : quelles sont mes obligations? Points importants pour les membres de l Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l Ontario Pamela

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

AVIS D APPEL D OFFRES PUBLIC Pour la vente d un immeuble propriété de l Etat Italien Sis à Chambéry, 12, Boulevard Lemenc 27/11/2015

AVIS D APPEL D OFFRES PUBLIC Pour la vente d un immeuble propriété de l Etat Italien Sis à Chambéry, 12, Boulevard Lemenc 27/11/2015 MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERAZIONE INTERNATIONALE Consulat Général d Italie Lyon 5, rue Commandant Faurax 69452 LYON CEDEX 6 Tel.00 33 (0)4 78 93 00 17 Adresse mail: consolato.lione@esteri.it

Plus en détail

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 août 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Plan Académique de Formation Créteil

Plan Académique de Formation Créteil Plan Académique de Formation Créteil Déroulement de la formation : Du lundi 25 Février 2013 de 9h30 à 16h30. Au Mercredi 27 Février 2013 de 9h30 à 16h30. VISITES D ENTREPRISES FACE À DE NOUVEAUX DÉFIS.

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

Standards de qualité swissstaffing

Standards de qualité swissstaffing p. 1 Standards de qualité swissstaffing Généralités Dans son article d objectif, swissstaffing garantit à ses partenaires transparence, sécurité, qualité et professionnalisme dans les activités de ses

Plus en détail

Le discours économique du FN : programme ou rhétorique?

Le discours économique du FN : programme ou rhétorique? Le discours économique du FN : programme ou rhétorique? Pascal Marchand Avec Pierre Ratinaud et Nikos Smyrnaios Etudier le Web politique : Regards croisés Lyon, 12-13 mai 2015 http://pascal-marchand.fr

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

N 3051 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3051 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3051 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 septembre 2015. PROPOSITION DE LOI visant à créer une obligation

Plus en détail