la une cette semaine Bourse Anticipez le retour des privatisations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "la une cette semaine Bourse Anticipez le retour des privatisations"

Transcription

1 Page 1/7 la une cette semaine Bourse Anticipez le retour des privatisations > Après les élections, le thème des privatisations pourrait redevenir d'actualité au vu des déficits budgétaires. > Le Revenu a identifié les valeurs les plus susceptibles de faire l'objet d'une ouverture de capital. Petite devinette. Qui a déclaré en novembre 2009 : «La vérité c'est que, en 1997, la majorité de gauche a été élue sur un programme de gauche et c'est elle qui a fait le plus de privatisations dans l'histoire de notre pays»? Réponse : François Fillon. Le Premier ministre a raison, le gouvernement Jospin a effectivement été celui qui a privatisé le plus d'entreprises, avec des recettes évaluées à 31 milliards d'euros sur la période Effet limité de la politique L'appartenance à tel ou tel bord politique n'a donc pas nécessairement une implication en termes de volumes de privatisations. Ainsi, depuis 1986, aucun gouvernement de droite n'a privatisé autant que celui de Lionel Jospin. En revanche, le montant des privatisations est proche de zéro depuis 2008 (voir le graphique). En raison de la crise, mais aussi parce qu'aucune introduction en Bourse de groupes contrôles par l'état, ouverte aux particuliers, n'a été réalisée depuis Aéroports de Paris en Au contraire, la création, mi- 2009, du Fonds stratégique d'investissement, détenu à 51% par la Caisse des dépôts et 49% par l'état, a marqué le retour de la puissance publique en tant qu'investisseur. Le «fonds souverain à la française» a multiplié les participations, tant dans des groupes privés, dans des sociétés à dominante publique (Eramet, STMicro), que dans des entreprises privatisées (Bull). Un objectif : se désendetter L'un des motifs évoqués pour justifier le transfert au privé de participations publiques est de contribuer à la réduction de la dette. Entre 1997 et 2010, près de la moitié des 74,5 milliards d'euros de recettes tirées de la cession de participations a été ainsi consacrée au désendettement de l'état et de divers établissements publics. Le fait que la dette publique ait atteint un sommet absolu en France ne signifie pas pour autant qu'il faille s'attendre à de nombreuses privatisations à un horizon proche. C'est la thèse de Benoît de Broissia, gérant chez KBL Richelieu. Il estime qu'une embellie de la Bourse ou une nette hausse des taux permettraient une relance du mouvement de cession par l'état de ses participations. Sa logique est la suivante : contrairement à l'italie ou à l'irlande, la France emprunte sur les marchés à 3% à dix ans. D'un point de vue théorique, l'état n'a donc aucun intérêt à céder des titres à fort rendement comme France

2 Page 2/7 Évolution de la valeur de marché des participations cotées de l'état En milliards d'euros Hauts-de-Seine et ancien ministre de la Relance a prêché dans le désert en suggérant de céder la moitié de la participation dans France Télécom, les parts détenues dans ADP, Renault et Air France-KLM, ainsi que d'ouvrir à nouveau le capital d'edf ou bien celui de sa filiale RTE. i L'introduction en Bourse d'edf, fin 2005, a eu un double effet. La flambée! du cours de l'électricien a d'abord dopé - artificiellement vu le faible flottant - i la valeur des participations cotées de l'état. On constate l'inverse depuis Télécom, GDF Suez ou EDF, qui plus sont par ailleurs proches de leur plus-bas, en supposant que le dividende de ces entreprises soit soutenable à long terme. Outre la dimension patrimoniale, l'état actionnaire tient aussi largement compte des aspects stratégiques (dans la défense et l'énergie), politiques, sociaux, industriels (en favorisant la création de géants français dans un contexte de libéralisation de secteurs en Europe) et d'aménagement du territoire. La France isolée en Europe L'Hexagone se distingue toutefois en se tenant à l'écart des programmes de privatisations qui se multiplient partout sur le Vieux Continent, le plus souvent dans le but de réduire des déficits budgétaires abyssaux. En Montant des cessions de l'état En milliards d'euros i Crise économique et financière i oblige, les recettes de cession I de titres par l'état sont quasi nulles i depuis France, on n'observe actuellement aucun débat durant la période électorale ni projet de vente au privé des participations dans des entreprises publiques. Seule voix à se prononcer en faveur d'une reprise des privatisations, Patrick Devedjian a indiqué, en septembre dernier, que l'on pouvait «récupérer 15 à 20 milliards d'euros». Le président du Conseil général des Vers une prochaine vague? Le thème pourrait cependant redevenir d'actualité après les élections, en cas de dégradation des conditions de refinancement de la dette ou de progression des marchés financiers. Cela inciterait à un dégel du portefeuille de participations cotées de l'état, même si celui-ci est valorise à peine 65 milliards d'euros (il en valait 200 milliards en juillet 2007) face à un endettement public d'environ 1700 milliards d'euros. Dans ce contexte, nous avons passé au crible les dix principales sociétés dans lesquelles l'état est actionnaire. Pour chacune d'entre elle, nous avons associé une probabilité de désengagement total ou partiel

3 Page 3/7 au cours du prochain quinquennat, en distinguant les facteurs qui pourraient favoriser une cession («catalyseurs») de ceux qui pourraient la bloquer («freins»). Ont été exclus de l'analyse les filiales «stratégiques» de la CDC (CNP Assurances, Icade, Compagnie des Alpes) et Eutelsat, détenu à 25,6% par le FSI, dont la cession ne semble pas à l'ordre du jour. De même que Dexia, rétrogradée au statut de bad bank, en charge de la gestion de passifs dont la facture finale (encore inconnue) pour l'état, et donc les contribuables, va dépasser celle du Crédit Lyonnais. Malgré ce scandale, les privatisations restent un moyen puissant de favoriser l'actionnariat individuel à long terme, à l'heure où les banques et assureurs limitent leurs placements en actions du fait de contraintes renforcées de solvabilité. Philippe Benhamou Des entreprises publiques qui pourraient faire leurs premiers pas en Bourse Lorsque l'on évoque les privatisations, on oublie souvent les nombreuses sociétés qui ne sont pas cotées. Revue de détail de candidats possibles à une ouverture du capital à un horizon proche ou lointain. Française des Jeux. C'est un vrai serpent de mer : la cession des 72% détenus par l'état est évoquée de longue date, mais sans suite. Cette source importante de recettes fiscales pourrait être valorisée plusieurs milliards d'euros. Aéroports régionaux. Le projet a été reporté après les élections, sous la pression d'élus locaux. De nombreux investisseurs seraient attirés par les 60% possédés par l'état dans les plateformes de Nice, Lyon, Bordeaux, Marseille, Toulouse et Montpellier. DCNSetNexter. Thales pourrait poursuivre sa montée au-delà de 35% du capital du constructeur naval, sous réserve de régler le problème du statut du personnel. Fin 201 1, le rachat d'une part de 1 0% valorisait ainsi DCNS 2,6 milliards d'euros. Thales négocie aussi entre 1 0 et 1 5% du tour de table du fabricant de blindés Nexter (ex-giat Industries), contre l'apport de sa filiale TDA. La Poste et SNCF. Deux grands employeurs face à la menace de la libéralisation du marché et où les syndicats pourraient bloquer toute opération. Déjà transformée en société anonyme, La Poste a franchi une étape, à (Inverse de la SNCF, qui garde le statut d'entreprise publique industrielle et commerciale (Epie). Une ouverture du capital de filiales (Banque Postale et Geodis, qui a été retiré de la cote en 2008) serait a priori plus aisée. Autres actifs. Des sociétés pourraient faire l'objet d'une privatisation, mais avec une probabilité faible : les ports, la RATP, Réseau ferré de France, l'imprimerie nationale. Radio France, France Télévisions et Caisse centrale de réassurance.

4 Page 4/7 ADP [ADP] "" "" 61,89 Évolution I an (1) +0,03% Évolution 5 ans ,3% Participation de l'état ,1% 3,6 milliards d' > Catalyseurs. Ce monopole très rentable et en expansion est susceptible de susciter les convoitises de géants, aux premiers rangs desquels Vinci. Déjà détenteur de 3,3% du capital, le groupe de BTP et de concessions pourrait être tenté, comme avec ASF en > Freins. Une loi est nécessaire pour permettre à l'état de passer sous les 50% du capital d'adp. Des réticences d'élus seraient possibles alors que le groupe, qui a la pleine propriété d'orly, de Roissy et de substantielles réserves foncières, est au cœur de l'aménagement du territoire, avec le projet du Grand Paris. Achetez. [ADP] Objectif: 70. Profil.-dynamique. Cours"' 4,36 Évolution I an "> -62,6% Évolution 5 ans' 1 ' -87% Participation de l'état (2) 15,8% 200 millions d' ii > Catalyseurs. Un analyste estime que l'état pourrait se laisser diluer à l'occasion d'une augmentation de capital, qui verrait l'entrée de nouveaux investisseurs du Golfe. Autre piste envisageable dès 2013 : une fusion par échange de titres avec Alitalia, détenu à 25%. > Freins. Le fait que le titre navigue à proximité d'un plusbas historique ne faciliterait pas un appel au marché, même si la compagnie aérienne est lestée de 9,4 milliards d'euros de dettes brutes. Avec sa participation, l'état français garde aussi un moyen de pression pour éviter des suppressions de postes. I Ujîjj]j3Ujj3inBiB^^r~~"HB Vendez. [AF] Objectif: 4,50. Profil spéculatif. Cours*' is,20 Évolution 1 an <«-38,6% Évolution 5 ans"' -72% Participation de l'état (2 > 88,7% «i 12,9 milliards d' > Catalyseurs. La vente de plusieurs réacteurs de troisième génération EPR entraînerait des besoins de financement importants. Ce qui nécessiterait une augmentation de capital, après celle réservée au Koweit et à l'état en 2011, ou l'ouverture du capital de la filiale minière. > Freins. Le contexte post- Fukushima est peu favorable à l'énergie nucléaire dans le monde, et donc peu susceptible d'attirer des investisseurs, alors que l'idée d'un rapprochement avec Alstom et Bouygues a été abandonnée. Areva reste surtout tributaire de choix politiques qui lui échappent largement. Vendez. [AREVA] Profil.-spéculatif. Objectif: 20. I) Cours et variations arrêtées au 27 mars 2012 (2) Pourcentage détenu par I État Celui ci inclut pour ADP et France Telecom la participation du Fonds strategique d investissement (respectiïement8% et 13,5%), pour Areva celle du Coitimissanatalenergieatomique(?3% de la Caisse des depôts (3,3%) et d'edf (2,2%), pour EADS celle de la Caisse des dépôts (2,3%) et pour Safran celle d'areva (1,8%)

5 Page 5/7 pads[éad] 30,80 Évolution I an (1 > +52,6% Évolution 5 ans 1 " +38,5% Participation de l'état ,3% 43 milliards d'& > Catalyseurs. Les dirigeants du géant de l'aéronautiquedéfense militent pour une mise sur le marché de la part des actionnaires fondateurs de contrôle, dont l'état fait partie. Cette opération serait facilitée par le fait que le titre est proche d'un sommet en près de six ans. > Freins. Les pouvoirs publics franco-allemands souhaitent protéger une société sensible comme EADS d'un rachat par des étrangers, moyen-orientaux ou russes. Le caractère cyclique et long du secteur attire peu les investisseurs privés. Pour preuve, l'allemagne va devoir racheter jusqu'à 12% du capital à Daimler. Conservez. [EAP] Objectif: 32. Cours' 1 ' 17,96 Évolution I an m -37,6% Évolution 5 ans" 1-70,1% Participation de l'état (2 > 84,4% 28,1 milliards d' >- Catalyseurs. La loi du 9 août 2004 oblige l'état à détenir au minimum 70% du capital de l'électricien. Une cession importante de titres auprès des investisseurs et salariés est donc tout à fait possible. En ramenant sa position à 70%, l'état céderait ainsi 266 millions de titres EDF. > Freins. En supposant que le marché soit preneur, l'état pourrait récupérer environ 4,8 milliards d'euros en menant une telle opération aujourd'hui. Ce scénario improbable enverrait un signal négatif risquant de faire baisser l'action. En outre, il appauvrirait davantage l'état au vu de la valeur des actifs d'edf. H. C Achetez. [EDF] Profil.-dynamique. Objectif:23

6 Page 6/7 I France Télécom [FTE] GDF Suez [GSZ] Cours"» 11,51 Évolution I an 11 ' -25,9% Évolution 5 ans (1) -42,9% Participation de l'état 12 ' 27% 8,2 milliards d' > Catalyseurs. Passé sous les 50% du capital en 2004, l'état n'a pas vendu de titres depuis qu'il a cédé par surprise, à la mi- 2007, un bloc de 5% du capital de l'ancien monopole des télécoms. Sa quête d'argent frais pourrait l'inciter à céder une nouvelle tranche de ses parts. > Freins. Un timing défavorable : emportée par la tornade Free Mobile, l'action est au plus bas en dix ans. Et cette participation assure à l'état des rentrées régulières via un rendement de 11%. Même réduit, le dividende versé en 2013 devrait ressortir au moins à 1,20 euro. Soit 850 millions dans les caisses de l'état! M. P. Cours"' 19,63 Évolution I an (1 > -27,7% Évolution 5 ans % Participation de l'état % 15,9 milliards d' > Catalyseurs. L'État doit détenir plus d'un tiers du capital de l'énergéticien selon la loi du 7 décembre Il pourrait donc être tenté de céder moins de 3% du tour de table pour remplir les caisses. D'autant qu'une action spécifique lui donne un droit de veto sur certaines décisions. > Freins. Le dividende de GDF Suez, dont le rendement atteint 7,5% au cours actuel, alimente régulièrement le compte courant de l'état, qui touchera environ 1,2 milliard d'euros cette année. Par ailleurs, les approvisionnements en gaz de la France sont stratégiques : pas si sûr que l'état s'en désintéresse. H. G Cours' 1 ' 39,34 Évolution I an (11 +4,2% Évolution 5 ans"' -55% Participation de l'état"' 15% 1,7 milliard d' > Catalyseurs. Depuis 2003, l'état reste, grâce à ses droits de vote (17,95%), l'actionnaire de référence du constructeur automobile. Mais les politiques ne semblent pas avoir prise sur son PDG Carlos Ghosn. Une cession progressive par l'état de sa part serait donc logique. > Freins. Un actionnaire de référence ne se remplace pas facilement, à moins que Daimler, qui détient 3,1 % du capital, ne souhaite obtenir une part plus importante dans Renault. Par ailleurs, la nouvelle politique de dividende conduite par les dirigeants du constructeur vise à fidéliser les actionnaires. H. C. Conservez. [FTE] Objectif :12. Achetez. [GSZ] Profil dynamique. Objectif: 25. Conservez. [RNO] Objectif: 45

7 Page 7/7 IpafranfSAF] Cours' 11 26,58 Évolution I an (1) +6,9% Évolution 5 ans' % Participation de l'état % 3,5 milliards d' > Catalyseurs. L'État pourrait profiter du fait que le titre soit proche du record historique pour mettre une partie de ses titres sur le marché. Ou se laisser diluer lors d'un rapprochement, avec Zodiac ou Thales, sur le modèle de l'ope Sagem-Snecma qui a créé Safran en > Freins. Bien que la plupart de ses activités soient civiles, Safran a pour grand client l'état français -aussi son premier actionnaireen particulier au travers de ses divisions défense et sécurité. Ce qui expose donc le motoriste à l'éventualité d'un Meccano industriel, au caractère politique, et par conséquent très aléatoire. Achetez. [SAF] Objectif: 32. Profil: spéculatif. Cours 11 ' 27,90 Évolution I an (11 +3,3% Évolution 5 ans' 11-33,3% Participation de l'état' 2 ' 27,1% I,5 milliard d' > Catalyseurs. Déjà détenteur d'une golden share (action de préférence) destinée à protéger le groupe d'électronique civile et militaire d'opa hostiles, l'état pourrait s'alléger ou se diluer lors d'une fusion avec Safran en cas d'éventuel Meccano industriel dans la défense. > Freins. Ce scénario semble assez peu probable à un horizon proche, alors que Thales vaut deux fois moins en Bourse que Safran. Il faudra aussi convaincre Dassault Aviation, qui détient 26% du capital, de limiter son pouvoir au sein du premier fournisseur de matériel de défense de l'armée française. Achetez. [HO] Objectif: 33

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise Communiqué de presse 28 juin 21 PRESENTATION DU 4 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont renforcé leur bilan malgré la crise Paris, le 28 juin 21 Ricol Lasteyrie publie pour la quatrième

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple!

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! Août 2013 La SFPFL (Société de participations financières de profession libérale) est un outil juridique supplémentaire mis à la disposition

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Des résultats semestriels sous haute surveillance

Des résultats semestriels sous haute surveillance Des résultats semestriels sous haute surveillance 01/07/14 à 11:49 - Reuters - Une hausse des résultats nécessaire pour justifier les valorisations actuelles - Le marché n'anticipe pas une vague d'avertissements

Plus en détail

Plan. Chapitre 16 La structure de financement

Plan. Chapitre 16 La structure de financement Chapitre 16 La structure de financement Plan Les financements internes et externes Le financement par capitaux propres Le financement par dette Marché parfait et neutralité de structure de financement

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982 Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI de développement de {'actionnariat, de {'épargne et de {'emploi, PRÉSENTÉE Par MM.

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Études. Les PEA bancaires huit ans après

Études. Les PEA bancaires huit ans après Institué pour susciter, grâce à des incitations fiscales, le développement d une épargne des ménages durablement investie en actions, le plan d épargne en actions (PEA) bancaire a trouvé sa place face

Plus en détail

La Compagnie Des Alpes (CDA)

La Compagnie Des Alpes (CDA) La Compagnie Des Alpes (CDA) Délégation de service public, privatisation des bénéfices et stratégie hasardeuse (publié avril 2016) La CDA a été créée en 1984 par des capitaux publics, pour assurer l exploitation

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

Réunion Analystes 17 avril 2008. Résultat Annuel 2007

Réunion Analystes 17 avril 2008. Résultat Annuel 2007 Réunion Analystes 17 avril 2008 Résultat Annuel 2007 1 Sommaire Faits marquants Activité commerciale Résultat annuel 2007 Evolution du cours de bourse Perspectives 2008 Annexes 2 Faits Marquants Résultat

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Pacte d actionnaires

Pacte d actionnaires Pacte d actionnaires Contrôler, organiser son actionnariat, intéresser ses collaborateurs au capital, comment faire ou ne pas faire? Ateliers Investsud Cedric Guyot - 20 mars 2015 - Introduction Objectif

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Résultats annuels 2012 25 janvier 2013

Résultats annuels 2012 25 janvier 2013 Résultats annuels 2012 25 janvier 2013 Sommaire Introduction Résultats financiers annuels 2012 Marché et perspectives Le présent document contient des informations prospectives. Celles-ci sont susceptibles

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION 1. Notion du Compte: Nous avons vu que le Bilan donne une vue d'ensemble de la situation de l'entreprise à une date

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants 15.13 Croissance du chiffre d affaires de 15 % à 3 581 millions d euros Croissance du chiffre d affaires première monte de 16 %, + 7 % à périmètre et taux de change constants, supérieure de 6 points à

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 Direction de la Balance des paiements Service des Opérations internationales des banques et des administrations

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

Résultats semestriels 2014

Résultats semestriels 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE 30 JUILLET 2014 Résultats semestriels 2014 PARIS, le 30 JUILLET 2014 - Le Directoire de Foncière de Paris s est réuni le 30 juillet 2014 et a arrêté les comptes semestriels de la société

Plus en détail

Elections européennes: Quelle image donnée aux investisseurs étrangers?

Elections européennes: Quelle image donnée aux investisseurs étrangers? Numéro 185 Données au 16 05 14 Performance depuis le début de l'année: +0.33% Performance sur 1 an. +3.88% Performance Eurostoxx 50 depuis le 1er janvier 2014: +2.05% Exposition actions globales (couverture

Plus en détail

Valeur globale des actifs gérés par l OPCI

Valeur globale des actifs gérés par l OPCI Valeur globale des actifs gérés par l OPCI I. Préambule La présente méthode de calcul de la valeur globale des actifs gérés et de la valeur globale des actifs immobiliers gérés de l OPCI permet d exprimer

Plus en détail

L essentiel sur. Le Plan d Epargne en Actions

L essentiel sur. Le Plan d Epargne en Actions L essentiel sur Le Plan d Epargne en Actions Qu est ce que c est? Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est ce qu on appelle une enveloppe fiscale. Il permet d investir en actions en bénéficiant d une fiscalité

Plus en détail

Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur

Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS. 30 mars 2015

RESULTATS ANNUELS. 30 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 30 mars 2015 1 Sommaire Chiffres clés et faits marquants Résultats financiers 2014 Prévisions de marchés et perspectives du groupe 2 Chiffres Clés 2014 M 2014 2013 Chiffre d Affaires

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Compte de résultat simplifié de l'entreprise "Image et son" au 31/12/2013. Produits. Produits exceptionnels

Compte de résultat simplifié de l'entreprise Image et son au 31/12/2013. Produits. Produits exceptionnels Première STMG Sciences de gestion Thème 3 : Gestion et création de Valeur Chapitre 2 : Les différentes formes de valeur Séquence 1 : La valeur financière COMMENT LA GESTION D UNE ORGANISATION CONTRIBUE-T-ELLE

Plus en détail

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable.

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Delfea Une solution patrimoniale sur mesure EN BREF Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Définissez votre stratégie d investissement

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT VISANT LES ACTIONS ET OBLIGATIONS REMBOURSABLES EN ACTIONS DE LA SOCIETE INITIÉE PAR CONSEILLÉE PAR PRÉSENTÉE PAR Prix de l Offre : 3,20

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours.

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. Résumé / conclusion : La bonne performance du secteur immobilier coté en 2012 a principalement bénéficié aux grandes capitalisations du

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à échéance Un objectif de rendement de 8 % par an Une durée d investissement conseillée de 8 ans

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Le prospectus d émission des certificats Bonus a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 9 octobre 2009. Ce document à caractère promotionnel est

Plus en détail

CONSULTATION SUR SUR LE LE DECRET FIXANT LA LA METHODOLOGIE D IDENTIFICATION DES L ARENH - REPONSE DE L UNIDEN REPONSE DE - L UNIDEN

CONSULTATION SUR SUR LE LE DECRET FIXANT LA LA METHODOLOGIE D IDENTIFICATION DES L ARENH - REPONSE DE L UNIDEN REPONSE DE - L UNIDEN Paris, le 14 mars 2014 CONSULTATION SUR SUR LE LE DECRET FIXANT LA LA METHODOLOGIE D IDENTIFICATION DES COUTS DES COUTS DU NUCLEAIRE DU NUCLEAIRE HISTORIQUE HISTORIQUE ET DE DETERMINATION DETERMINATION

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Financer la méthanisation agricole Rapport financier semestriel Au 30 juin 2014

Financer la méthanisation agricole Rapport financier semestriel Au 30 juin 2014 Financer la méthanisation agricole Rapport financier semestriel Au 30 juin 2014 Société en commandite par actions au capital de 4 425 816 Siège social : 7 rue Greffulhe 75008 Paris RCS Paris B 539 411

Plus en détail

Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine

Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine Communiqué de presse Paris (France), le 5 Juin 2014 Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine Eurosic SA (Eurosic) annonce ce jour la signature

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902.

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902. VICAT Société Anonyme au capital de 62.361.600 euros Siège social : Tour MANHATTAN 6 place de l Iris 92095 PARIS LA DEFENSE CEDEX 057 505 539 RCS Nanterre NOTE D INFORMATION RELATIVE A L AUTORISATION DEMANDEE

Plus en détail

VOTRE RÉFLEXE. octobre. Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital

VOTRE RÉFLEXE. octobre. Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital PEA, compte-titres, assurance-vie (y compris Fourgous), PERP airbag octobre 2015 VOTRE RÉFLEXE ÉPARGNE Commercialisation du 28 septembre au 12 décembre

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Landesbank Saar Ursulinenstraße 2 66111 Sarrebruck TÉL +49 681 383-1362 FAX +49 681 383-1200. service@saarlb.de www.saarlb.de. HRA 8589 TI Sarrebruck

Landesbank Saar Ursulinenstraße 2 66111 Sarrebruck TÉL +49 681 383-1362 FAX +49 681 383-1200. service@saarlb.de www.saarlb.de. HRA 8589 TI Sarrebruck Communiqué de presse La SaarLB en 2014 : meilleure performance et moins de risques l approche commerciale de la «banque régionale franco-allemande» est bien établie et donne de bons résultats Très bon

Plus en détail

Communiqué de presse. Le 5 novembre 2014

Communiqué de presse. Le 5 novembre 2014 Communiqué de presse Le 5 novembre 2014 Alstom : niveau record de commandes et amélioration de la profitabilité au premier semestre 2014/15, Etapes clés franchies dans le projet avec General Electric Dans

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 31 décembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 31 décembre 2015 (en millions de

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Orco Property Group présente son projet de plan de restructuration

Orco Property Group présente son projet de plan de restructuration Communiqué de Presse N EST PAS DESTINE A UNE MISE EN CIRCULATION, PUBLICATION OU DISTRIBUTION AUX ETATS UNIS D AMERIQUE OU DANS TOUT AUTRE JURISDICTION DANS LAQUELLE LA CIRCULATION DU PRESENT COMMUNIQUE

Plus en détail

UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS. 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps. Bulletin officiel n 11 du 18 mars 2010

UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS. 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps. Bulletin officiel n 11 du 18 mars 2010 UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps La notion de valeur est centrale en finance et sera présentée sous les angles financier et mathématique

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE

PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE COMITÉ INTERMINISTÉRIEL D AMÉNAGEMENT ET DE COMPÉTITIVITÉ DES TERRITOIRES PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE DOSSIER D INFORMATION LYON - 2 FEVRIER 2009 Ce dossier est téléchargeable sur : www.premier-ministre.gouv.fr

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

ISF DIRECT 2010 RÉDUCTION ISF ASSURANCE CAPITAL. Ventures

ISF DIRECT 2010 RÉDUCTION ISF ASSURANCE CAPITAL. Ventures ISF DIRECT 2010 RÉDUCTION ISF ET ASSURANCE CAPITAL Dans le cadre de la loi TEPA, SigEx Ventures Euro Fund vous propose un placement en direct pour réduire l intégralité de votre ISF et une option pour

Plus en détail

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN NOTE D INFORMATION ETABLIE SUITE A LA DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE PROCEDER AU LANCEMENT EFFECTIF DU PROGRAMME DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS AUTORISE PAR l ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 26

Plus en détail

EFFET DE LEVIER. Exemple simplifié :

EFFET DE LEVIER. Exemple simplifié : EFFET E LEVIER L effet de levier explique le taux de rentabilité des capitaux propres en fonction du taux de rentabilité de l actif économique et du coût de la dette. Il tient au fait que l entreprise

Plus en détail

LES DETENTIONS INDIRECTES

LES DETENTIONS INDIRECTES LES DETENTIONS INDIRECTES Actualisée le : 27 avril 2011 LES SCPI Concept du produit Les SCPI offrent aux épargnants la possibilité d acquérir des parts d une société qui acquière et gère elle-même des

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 La compétitivité française hypothéquée par la fiscalité Dans le transport, on a coutume de dire que la fiscalité spécifique se situe dans la moyenne européenne

Plus en détail