L Ouverture de Capital (IPO) d EDF (IPO: Initial Public Offering)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Ouverture de Capital (IPO) d EDF (IPO: Initial Public Offering)"

Transcription

1 Entretiens Louis le Grand Enseignants de Sciences Economiques et sociales Entreprises Jeudi 30 et vendredi 31 août 2007 L Ouverture de Capital (IPO) d EDF (IPO: Initial Public Offering)

2 Introduction EDF est créée par la loi du 8 avril 1946, sous la forme d un EPIC ou Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial. L entreprise rassemble en une seule société les nombreuses compagnies électriques françaises nationalisées au sortir de la 2 ème guerre mondiale. EDF développe à partir de cette date son parc de production thermique, puis hydraulique. Elle lance sa première unité nucléaire dans les années 1960, pour faire suite à la décision du Gouvernement d assurer l indépendance énergétique de la France par le nucléaire. Durant les années 1990, EDF s implante de manière significative à l étranger, et ce jusqu en La Commission Européenne met en place au même moment l ouverture des marchés de l énergie 1, qui constituera le développement majeur de ces dernières années pour les opérateurs énergétiques. Dès février 1999, 20 % du marché français s ouvre à la concurrence. Le 1er juillet 2004, l ouverture concerne les consommateurs professionnels (PME, artisans, professions libérales et collectivités locales), et le 1er juillet 2007, les particuliers sont eux aussi libres de choisir leur fournisseur d électricité. Parallèlement, et pour garantir un accès non discriminatoire aux acteurs du marché, est créé en 2000 le Réseau de Transport d Electricité (RTE), devenu en 2005 filiale à 100 % d EDF. Une réorganisation similaire des activités de distribution aura lieu par la suite. Le 20 novembre 2004, EDF poursuit sa profonde mue organisationnelle et managériale en devenant une société anonyme. Parallèlement aux nouvelles exigences externes, et dans un contexte de concurrence croissante en Europe, l entreprise va mettre en œuvre un plan industriel pour les années 2006 à Celui-ci inclut des investissements prévisionnels de maintenance et de développement pour un montant de 40 milliards d euros, en France et en Europe. Le gouvernement fait alors le choix de lever les besoins de financement correspondants par la voie du marché, en procédant à une augmentation de capital (voir annexe 1) avant d ouvrir celui-ci au public. 1 Sous l impulsion de la directive «Energie» 96/92/CE 2

3 Cette opération, initiée en octobre 2005, s est avérée exceptionnelle. La plus importante jamais réalisée en France, et la plus grande en Europe depuis 2001, elle a donné lieu à une augmentation de capital de 6,4 milliards d euros, incluant une cession par l Etat aux salariés de titres pour 1,1 milliard d euros. Cette introduction en bourse a par ailleurs été caractérisée par une très large participation des particuliers, comparativement à celle recueillie lors de l ouverture de capital d autres entreprises publiques 2. Enfin le succès fut également au rendez-vous auprès des investisseurs institutionnels. Le caractère exceptionnel de cette opération tient enfin au montant de la capitalisation boursière d EDF, qui se plaçait à la bourse de Paris fin 2005 en troisième position derrière Total et Sanofi-Aventis avec 59,9 milliards d euros. Fin mars 2007, l actionnariat EDF se décomposait de la manière suivante : Public (10,8%) Salariés (1,9%) État (87,3%) Pour mieux appréhender l IPO d EDF (Initial Public Offering), nous étudierons dans un premier temps les raisons qui ont conduit à une augmentation de capital et énoncerons les différentes étapes clés de la procédure. Dans un second temps, nous présenterons les raisons du succès de cette opération auprès des investisseurs, en nous arrêtant sur les motivations des salariés, devenus pour 65% d entre eux des salariés actionnaires. 2 L ouverture de capital de GDF avait donné lieu à un peu plus de 3 millions d ordres. L augmentation de capital de GDF s élevant à 4.5 milliards d euros. 3

4 1. Les raisons de l augmentation de capital d EDF L augmentation de capital d EDF s inscrit dans un contexte économique marqué par le renforcement de la compétition entre les grands industriels producteurs et fournisseurs d énergie, et un environnement sociétal particulièrement sensible aux questions de développement durable. Il convient dès lors de donner les moyens à EDF de s affirmer sur la scène européenne tout en veillant à ce que l entreprise continue à assurer l indépendance énergétique de la France, dans le respect des contraintes environnementales et de ses missions de service public. L augmentation de capital, un moyen de financer le plan industriel d EDF. La croissance soutenue de la demande d électricité a induit pour les énergéticiens des besoins considérables en investissements dans de nouvelles capacités de production en Europe, de l ordre de 600 milliards d euros à investir d ici La satisfaction de ces besoins en énergie s inscrit dans un nouveau contexte de maîtrise des émissions de gaz à effet de serre, avec la production d une énergie propre à un prix compétitif. C est pour répondre à ces nouvelles exigences qu EDF, l un des premiers énergéticiens d Europe, a présenté en 2005 un projet industriel ambitieux sur la période Celuici prévoit un renforcement de sa position européenne autour d'une base compétitive en France, et un développement rentable dans le gaz naturel, les services et les énergies renouvelables. EDF a évalué le montant des dépenses d investissement afférentes dans les secteurs de la production, du transport et de la distribution d électricité, en France et hors de France, à 40 milliards d euros sur la période. L augmentation de capital, pour permettre à EDF de continuer à se développer sur le marché européen tout en préservant sa situation financière. L ouverture du capital apparaît également comme une opportunité de renforcer la position européenne d EDF, qui est aujourd hui le premier énergéticien sur cette zone, avec 36 3 selon l étude European Energy and Transport - Trends to

5 millions de clients. L entreprise y détient de solides positions, avec 95% de son chiffre d affaires réalisé, ( 40% en dehors du marché français). EDF est désormais le premier distributeur au Royaume-Uni avec sa filiale EDF Energy (100% EDF), le troisième énergéticien en Allemagne avec la détention d environ 50% du capital social d EnBW, le deuxième énergéticien en Italie avec la prise de contrôle conjointe avec la société AEM d Edison, producteur et distributeur d électricité et de gaz naturel. Le produit de l augmentation de capital peut ainsi permettre à EDF de ne pas faire appel à l Etat pour financer son développement européen, tout en respectant ses objectifs financiers, notamment celui de stabilisation de sa dette nette. Il faut savoir que jusqu ici EDF a surtout financé ses investissements relatifs à la sécurité d approvisionnement, à l amélioration permanente de ses réseaux, à la recherche et développement etc... par recours à l emprunt et à ses ressources propres. L augmentation de capital pour permettre aux Français d être copropriétaires de l entreprise aux côtés de l Etat. Le texte de loi prévoit que l Etat conserve 70% du capital d EDF du fait du caractère particulier de l électricité. Bien vital et stratégique, l électricité ne se stocke pas. De plus, EDF n est pas une entreprise comme les autres. Elle gère le plus grand parc nucléaire du monde et doit remplir ses missions de service public auxquelles les Français sont très attachés (voir annexe 2). 2. Les étapes clés de la procédure Les étapes préliminaires : des pré requis indispensables. Préalablement, EDF devait clarifier un certain nombre d engagements financiers importants d une part, et répondre à des exigences réglementaires d autre part. Le passage aux normes IFRS au 1 er janvier 2005 a tout d abord conduit EDF à modifier le mode de financement de son régime de retraites en France à partir de cette date. Ceci s est traduit par un adossement au régime public, avec le paiement d une soulte par l entreprise. Il 5

6 a été réalisé en conservant une neutralité financière pour le régime général et les clients français. Cette réforme a permis de réduire significativement le montant des provisions pour retraites enregistrées au passif du bilan du Groupe 4, et ainsi d améliorer sa structure financière. L entreprise détenait par ailleurs des engagements hors bilan de taille significative, liés notamment à sa participation dans la société Edison en Italie. EDF a ainsi mis en œuvre un accord de partenariat au sein de cette société qui lui a permis de clarifier et de réduire ces engagements, qui pesaient plus de 3 milliards d euros à fin Un pré requis réglementaire pour EDF était la mise en œuvre de sa filiale de Réseau de Transport de l Energie (RTE), sous le contrôle de la Commission de Régulation de l Energie. Cette nouvelle entité indépendante a été mise en place pour assurer à tous les fournisseurs d électricité un accès égal et non discriminatoire au réseau. Enfin, dans le cadre des obligations réglementaires de marché liées à sa future cotation en Bourse, l entreprise a déposé auprès de l Autorité des Marchés Financiers le 13 juillet 2005 son premier document de référence, dit document de base. Celui-ci décrivait la situation financière et opérationnelle ainsi que la stratégie et les objectifs financiers du Groupe, selon une information réputée exacte, précise et sincère. Un calendrier d exécution de l opération atypique. Le calendrier d exécution de l ouverture du capital d EDF peut être considéré comme atypique, par comparaison avec celui mis en œuvre par d autres entreprises. En effet un délai de 4 jours seulement s est écoulé entre la décision de lancer l opération et l ouverture du livre d ordres. Une conférence de presse donnée le 24 octobre 2005 a officiellement marqué le début de la procédure, qui s est achevée le 30 janvier 2006 avec le règlementlivraison de l offre réservée aux salariés. Entre ces deux dates, le ministre de l Economie et des Finances a pu fixer la structure de l offre, constituée d un placement global garanti (PGG 5 ) pour 2,2 milliards d euros, d une offre 4 Les provisions pour retraites en France sont passées de plus de 60 milliards d euros au 1 er janvier 2005 (si la réforme n avait pas été mise en place) à environ 9 milliards d euros à fin Placement global garanti Mode d introduction en bourse où une (ou plusieurs) banque organise le marketing et la vente des titres auprès des investisseurs institutionnels grâce à la technique du book-building. Le prix fixé à 6

7 à prix ouvert (OPO) pour 4,1 milliards d euros, et d une offre réservée aux salariés pour 1,1 milliard d euros. La fourchette initiale des prix de vente de l action a été fixée entre 29,5 et 34,1 euros, pour un prix d introduction à 32 euros pour l OPO et à 33 euros pour le PGG. Des tournées d information ont alors été organisées à destination des investisseurs institutionnels et des particuliers, et une présentation interne pour les salariés d EDF a été démultipliée. Pour les particuliers, l axe central de la communication portait sur le slogan «Bienvenue chez vous», qui rappelait la relation de proximité liant EDF à ses clients. L entreprise «préférée» des français (selon un sondage IPSOS réalisé annuellement) mettait également en avant l attractivité d un tel investissement financier. En prenant part au capital d EDF, l actionnaire particulier investissait dans un acteur incontournable de l énergie en Europe ayant un fort potentiel de croissance. Il pouvait enfin bénéficier d une politique de dividendes intéressante (taux de croissance de 50% du résultat net hors éléments non récurrents). Pour les salariés et anciens salariés d EDF, la politique de communication visait à expliquer les objectifs et les enjeux de l ouverture du capital et à rassurer des salariés, pour certains d entre eux inquiets des changements qui allaient affecter leur structure de travail. Il était d autant plus important de mobiliser le corps social qu un mois avant l opération, 2 salariés sur 3 se déclaraient défavorables à l ouverture du capital d EDF. L enjeu n était pas de convaincre «à tout prix» les salariés d acheter des actions c était et cela devait le rester une décision individuelle - mais que 100 % des salariés disposent de toutes les informations nécessaires pour prendre leur décision. La mobilisation du personnel passait par une présentation positive de la constitution de l entreprise en Société Anonyme en les associant au financement de son projet industriel mais aussi en leur permettant de réaliser un bon placement. Parce que ce sont les salariés qui ont contribué à la richesse de l entreprise, l offre préférentielle qui leur était réservée était aussi une façon de les intéresser financièrement au succès du groupe. Même s ils se déclaraient majoritairement contre l ouverture du capital, les salariés ne souhaitait pas que celle-ci soit un échec et étaient prêts à devenir actionnaires à des conditions avantageuses. l issue de la constitution du livre d ordres sert de référence pour la fixation du prix de l offre à prix ouvert. Les autres tranches (employés et particuliers principalement) utilisent d autres méthodes de placement. 7

8 Pour les salariés des filiales françaises et surtout hors de France, l actionnariat salarié était envisagé comme un élément constitutif d une identité et de la construction du groupe EDF. Enfin, le succès de l offre réservée aux salariés et anciens salariés était une manière d adresser au marché un signe fort de la capacité d adhésion et de confiance que les agents avaient en l avenir de leur entreprise. Au-delà du succès auprès des salariés, c était la réussite de l ensemble de l IPO qui était recherchée. 3. Les raisons du succès d une telle opération Des raisons d ordre général. La position d EDF, principal acteur du nucléaire dans le monde, son projet industriel ainsi que les objectifs financiers fixés par l entreprise ont pu convaincre les investisseurs d une progression régulière des résultats sur les années à venir. Concernant les indicateurs de performance, ils faisaient apparaître de 2002 à 2005 une progression de 7,5% en moyenne annuelle de l EBE (Excédent brut d exploitation). EDF s est ensuite fixé pour des objectifs financiers incluant notamment une évolution pluriannuelle moyenne entre 3 et 6 % de l EBITDA (le haut de la fourchette incluant une hypothèse d évolution tarifaire en France proche de l inflation), une évolution pluriannuelle moyenne à 2 chiffres du résultat net (hors éléments non récurrents), et enfin un objectif de niveau de dette à fin 2008 conforme au point de départ, avec un plan d investissement accéléré. Autre atout, essentiel, la position industrielle d EDF fait apparaître l entreprise comme un leader en Europe avec ses 36 millions de clients d électricité, contre 27 millions pour son concurrent EON et environ 10 millions pour Endesa. La diversité de son parc de production, centré sur le nucléaire et l hydraulique (deux sources d énergie bénéficiant de coûts de production indépendants du prix des hydrocarbures) lui permet de produire à 95% en France une électricité qui respecte les contraintes environnementales à savoir la faible émission de CO2. Dans un contexte de hausse du prix du pétrole et du gaz naturel, et d incertitudes sur celui des permis d émission de CO2, EDF gère les différentes composantes de son parc en donnant la priorité aux moyens de production dont les coûts de production sont les plus faibles. 8

9 La combinaison d indicateurs financiers en hausse et d un modèle industriel gagnant dans la nouvelle donne des marchés de l énergie en Europe a ainsi favorisé l appétit des investisseurs pour le titre EDF. Une réussite exceptionnelle auprès des salariés et anciens salariés On a enregistré un volume de 45 millions d actions souscrites pour un montant de 1,2 milliard d euros soit 30 % de plus que ce qui était réservé aux salariés et anciens salariés (34.6 millions). Il a donc fallu réduire la demande, ce qui a été fait en privilégiant l actionnariat populaire et via le plan d épargne groupe EDF. L ensemble des souscripteurs, soit au total, ont été servis, dont en France et à l international. 65% des salariés d EDF maison mère sont devenus actionnaires de leur entreprise. Une analyse plus fine des souscripteurs montre que ces actionnaires salariés se répartissent dans tous les collèges de la manière suivante : o 52% appartiennent à la maîtrise o 29% relèvent de la catégorie cadres o 17% appartiennent au personnel d exécution. Ceci correspond approximativement à la répartition de la population dans les différentes catégories professionnelles. La souscription à des actions d entreprise témoigne-t elle d un attachement simple et sincère à l entreprise, traduit-elle une confiance dans la stratégie industrielle à venir ou est-elle envisagée comme un moyen de faire un placement intéressant, un complément de revenus dans un contexte de maîtrises des coûts y compris salariaux? Est-elle aussi le moyen de réaliser une plus-value confortable au delà de deux années de détention? (En vertu de l application de la loi de 1986 relative aux privatisations, les actions acquises avec décote à l occasion de l ouverture de capital d une entreprise publique ne peuvent être revendues au cours des deux premières années). Les réponses à ces questions sont certainement multiples. Pour certains, la motivation dominante a été essentiellement financière. Pour d autres, l attachement à l entreprise, la confiance en son avenir mais aussi la volonté d établir un nouveau lien, d avoir plus d information auront été déterminants. Enfin, l actionnariat salarié est passé majoritairement par le Plan Epargne Groupe EDF, 80% des actions souscrites par les salariés EDF l ont été dans le cadre du PEG pour 20% hors 9

10 PEG. De façon générale, ce plan Epargne Groupe s inscrit dans ce que l on appelle les Plans Epargne Entreprise (PEE) institués en 1967 par le législateur et permettant aux salariés sous réserve de 3 mois d ancienneté de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières. La constitution d un fonds Actions EDF au sein du plan d épargne groupe correspondait pour EDF à un choix stratégique de favoriser un actionnariat de long terme. Ce choix n était pas complètement évident dans un contexte social hostile à l ouverture. Le succès rencontré repose incontestablement sur des offres plus attractives (décote, abondement, levier) que les offres hors plan d épargne mais aussi sur la volonté des salariés de s inscrire dans un actionnariat de moyen et long terme (blocage sur 5 ans au lieu de 2 ans). C est essentiellement par l intermédiaire du conseil de surveillance des FCPE Actions EDF (France et International), que les salariés actionnaires d EDF exercent collectivement leur droit de vote à l assemblée générale. Le conseil de surveillance du FCPE Actions EDF (France) comprend 17 membres. 5 membres sont issus des organisations syndicales représentatives, 6 sont directement élus parmi et par les porteurs de parts et 6 membres sont désignés par la Direction d EDF. Avec 26 millions d actions, il est le 2 ème actionnaire d EDF après l Etat français. On constate alors que par le biais des mouvements associatifs d actionnaires salariés (voir annexe 3), la question du rôle effectif des actionnaires salariés dans la gouvernance de l entreprise peut être posée. Cela peut aussi en partie expliquer la mobilisation des agents dans la souscription d actions de leur entreprise. Conclusion L augmentation de capital d EDF s avère donc un moyen de mobiliser d importants moyens financiers nécessaires à la mise en oeuvre de son projet industriel lui permettant alors de mieux affronter la concurrence. De plus, l accès au marché financier conduit EDF à pratiquer une politique de communication transparente. Les performances économiques réalisées ces dernières années sont encourageantes pour les investisseurs qu ils soient institutionnels, ou particuliers dont salariés. EDF a ainsi enregistré en 2006 un chiffre d affaires de 58,9 milliards d euros. Le niveau de son résultat 10

11 net courant, à 4,23 milliards d euros, lui a permis d offrir cette même année à ses actionnaires un dividende de 1,16 /action, en hausse de 47%, en rémunération de leurs capitaux investis. 11

12 ANNEXES 12

13 Annexe 1 : Ouverture du capital/ augmentation de capital Quelles différences? Il existe deux méthodes pour ouvrir le capital d une société détenue à 100% par l Etat : o par voie de cession d actions, o par augmentation de capital réservée à des tiers et aux salariés. Ouverture du capital par cession d'actions : l'etat vend des actions et perçoit le produit de la cession. Pour ouvrir le capital social d'une entreprise dont l'etat est propriétaire, il peut vendre tout ou partie des actions qu'il détient. C'est de cette manière que l'etat a le plus couramment procédé ces dernières années. Dans le cas d'edf, et conformément au projet de loi tel qu'il a été amendé par la Commission des Affaires économiques de l'assemblée nationale, l'etat peut vendre jusqu'à 30 % du capital de l'entreprise. Dans ce cas, les fonds correspondant à l'achat des actions cédées sont versés à l'etat. Ce mécanisme ne renforce pas les fonds propres de l'entreprise et ne lui permet pas de bénéficier de moyens financiers supplémentaires pour assurer son développement. Autres actionnaires 13

14 Augmentation du capital: les nouveaux actionnaires apportent des capitaux à l'entreprise. C'est la solution choisie par l'etat concernant EDF. Par ce procédé, le capital social de l'entreprise est augmenté par l'émission de nouvelles actions d'edf. Ceux qui achètent ces actions apportent des capitaux supplémentaires qui viennent augmenter les fonds propres de l'entreprise. L'Etat ne perçoit donc aucun produit. Le projet de loi prévoit que l'augmentation du capital social réservée à des tiers ne pourra avoir pour effet de faire passer la participation de l'etat en dessous de 70 % du capital après augmentation. Autres actionnaires 14

15 Annexe 2 : Le contrat de mission de service public signé en 2005 par l Etat et EDF 6 Le Contrat de Service public du 24 octobre 2005 est le premier qu EDF en tant que société anonyme, co-signe avec le Premier Ministre. Plus de 250 engagements sont recensés et regroupés dans un document unique dont voici les 5 mesures phare : o Une attention particulière aux clients en situation de précarité ; o La réaffirmation de la Garantie des Services : dépannage 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 en moins de 4 heures ; o Une hausse de 12 % des investissements sur le réseau de distribution pour la période ; o Un engagement de répondre aux appels d offres pour la construction de nouvelles centrales de production nécessaires à la sécurité de l approvisionnement ; o La garantie d une évolution des tarifs de vente aux particuliers qui ne pourra pas dépasser l inflation pendant les 5 prochaînes années. Extraits du Contrat de Service Public : o «La loi confie à EDF SA la fourniture des clients non éligibles dans ses zones de desserte. Les tarifs de vente de l électricité font l objet d une péréquation nationale.» o «L accès au service public se matérialise par la proximité et la disponibilité des points d accueil du public et la qualité des services rendus aux clients. Les formes de l accès au service public sont diversifiées et leur adaptation dans le temps doit concilier l évolution des attentes des clients et des besoins des collectivités locales avec les évolutions techniques et les objectifs d efficacité économique.» o «En cas de crise sur l équilibre production-consommation en France, l Etat attend par ailleurs de tous les acteurs du système électrique, en particulier au sein du 6 Extraits de documents d information grand public EDF, dont un éditorial de Pierre gadonneix, Président Directeur Général d EDF. 15

16 groupe EDF (dans ses activités de production, transport, distribution, commercialisation) qu ils regroupent leurs moyens humains et techniques pour gérer en synergie la situation et mettre l ensemble de ces moyens à la disposition des cellules de crise, et ce sous la responsabilité des pouvoirs publics.» o «Le présent contrat fixe les principes d évolution des tarifs de vente aux clients non éligibles et aux clients éligibles n ayant pas exercé leur égibilité : dans les 5 prochaînes années, l évolution des tarifs aux particuliers ne sera pas supérieure aux taux de l inflation» 16

17 Annexe 3 : Les associations représentatives des salariés actionnaires 7 Les associations d actionnaires salariés : 8 associations d actionnaires salariés se sont fait connaître. ASEDF (Actionnaires Salariés d EDF) SAGE (Salariés Actionnaires du Groupe EDF) EAS (EDF Actionnariat Salarié) ALIAGE (Association Libre et Indépendante des Actionnaires salariés du Groupe EDF) ACA ( Agents Citoyens Actionnaires d EDF et GDF pour le service public) ADAS (Association de Défense des Actionnaires Salariés des groupes EDF et GDF) PLURI ELLES ACSR (Association des actionnaires Cadres Supérieurs et retraités d EDF L'actionnariat salarié a le vent en poupe. 2,3 millions de salariés actionnaires de leur entreprise, soit environ un tiers des actionnaires individuels et 8 % de la population active : la France est aujourd'hui un des pays où l'actionnariat salarié est le plus développé. Les premiers textes fixant les règles de la participation des salariés aux résultats de leur entreprise remontent à 1967, mais c'est en 1986, avec les premières privatisations d'entreprises publiques, que l'actionnariat salarié a pris ses marques. La France a alors adopté, des dispositions incitatives bénéficiant socialement, fiscalement et financièrement aux entreprises et aux salariés, et faisant du plan d'épargne d'entreprise un véritable plan d'actionnariat. indice de l'actionnariat salarié : meilleur que le CAC 40 Aujourd'hui, l'actionnariat salarié est essentiellement pratiqué par les grandes entreprises (c'est le cas pour environ 20 % des entreprises de plus de salariés), mais aussi par certaines PME innovantes à forte croissance. Parmi les sociétés cotées, celles du CAC 40 représentent la très forte majorité de l'épargne salariale investie en titres de l'entreprise. 7 Extraits de «la lettre aux actionnaires» numéro 1, juin 2006 et numéro 2, octobre

18 Qu est-ce qui motive les entreprises à céder une partie de leur capital à leurs collaborateurs? Tout d'abord l ensemble des études démontrent que lorsque les salariés deviennent actionnaires de leur entreprise, les performances économiques de celle-ci s'en trouvent améliorées. C'est ce que mesure l'indice de l'actionnariat salarié, créé pour mesurer la performance financière de 37 grandes sociétés cotées disposant d'un actionnariat salarié significatif : depuis 15 ans, cet indice a progressé de 420 % alors que, dans le même temps, le CAC 40 croissait de 230 %. La mise en place de plans d'actionnariat salarié permet également de fidéliser les collaborateurs et constitue un moyen de stabiliser le capital des entreprises à cet égard. Pour les salariés, participer à un plan, c'est aussi se constituer un patrimoine à des conditions avantageuses. L'actionnariat salarié pourrait bientôt recevoir un nouvel élan avec la présentation à l'assemblée nationale d'un projet de loi visant à renforcer le dispositif existant. L'actionnariat salarié en Europe. Environ 75% des entreprises européennes cotées en Bourse et 25% des entreprises non cotées déclarent disposer d un actionnariat salarié. Deux pays, le Royaume-Uni et la France, se situent à la pointe des pratiques dans ce domaine. Au Royaume-Uni, par exemple, les entreprises sont tenues, lors d une augmentation de capital, d en réserver une part à leurs salariés. En Belgique, les plans d actionnariat salarié connaissent un large succès grâce à un système juridique inspiré du modèle français. L Allemagne étudie aujourd hui à son tour plusieurs projets de promotion de l actionnariat salarié. 18

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor

Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor Information Règlementée Paris, 29 Mars 2007 Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor Accor S.A. a décidé

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2007 Un outil moderne haut de gamme d épargne et d investissement en faveur du financement de l économie

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 6 JUIN 2012 RESULTATS DES

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE CHIFFRES CLES. Paris, le 8 mars 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE CHIFFRES CLES. Paris, le 8 mars 2012 DIRECTION DE LA COMMUNICATION SERVICE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 8 mars 2012 RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE L EXERCICE 2011 CONFIRME LA ROBUSTESSE DE LA STRATEGIE ET DU MODELE MULTIMETIER

Plus en détail

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982 Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI de développement de {'actionnariat, de {'épargne et de {'emploi, PRÉSENTÉE Par MM.

Plus en détail

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins 1946-1996 Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement de Gaulle une tarification au service de la réponse aux besoins Le 8 avril 1946 sous l impulsion de Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 19 septembre 2006, AXA ANNONCE LE PRIX DE SOUSCRIPTION DES ACTIONS A EMETTRE DANS LE CADRE DE SON OPERATION D ACTIONNARIAT SALARIE 2006 (SHAREPLAN 2006) Le prix de souscription

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse Communiqué COMMUNIQUE Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse PARIS - 17 novembre 2009 SEITOSEI, agence de communication et marketing financiers, en partenariat avec la Fédération Française

Plus en détail

AVENANT n 18 du 2014. au règlement du Plan d'epargne Groupe (PEG) d Orange signé le 8 septembre 2000

AVENANT n 18 du 2014. au règlement du Plan d'epargne Groupe (PEG) d Orange signé le 8 septembre 2000 AVENANT n 18 du 2014 au règlement du Plan d'epargne Groupe (PEG) d Orange signé le 8 septembre 2000 Orange souhaite continuer à faire progresser la part du capital détenue actuellement par les personnels,

Plus en détail

«Cap Orange» Offre réservée au personnel du Groupe en France

«Cap Orange» Offre réservée au personnel du Groupe en France «Cap Orange» Offre réservée au personnel du Groupe en France 13 mai 2014 Orange SA met en œuvre une opération d actionnariat salarié intitulée «Cap Orange», sous la forme d une offre réservée au personnel

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 4 SEPTEMBRE 2015

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 4 SEPTEMBRE 2015 DASSAULT SYSTEMES Société européenne au capital de 127 708 193,50 Siège social : 10 rue Marcel Dassault 78140 Vélizy-Villacoublay 322 306 440 R.C.S. Versailles SIRET : 322 306 440 00213 RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

Epargne longue : la nouvelle donne

Epargne longue : la nouvelle donne Epargne longue : la nouvelle donne Septembre 2008 Etude disponible le 1 er septembre 2008 Les objectifs Traiter les questions de fond -réglementation, fiscalité, taille et segmentation du marché, etc.-

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché SCPI Exclusive Partners, société indépendante de conseil en investissement a réalisé en août-septembre 2012 une étude auprès

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action COMMUNIQUE DE PRESSE OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action Un premier semestre riche de trois nouveaux investissements conclu le 31 juillet par

Plus en détail

Entretiens Louis le Grand. 26 et 27 octobre 2006

Entretiens Louis le Grand. 26 et 27 octobre 2006 1 Entretiens Louis le Grand 26 et 27 octobre 2006 2 Étude de cas BNP Paribas Fahila Amrouche Lydia Koessler 3 La banque d un monde qui change 4 Le développement de l épargne salariale chez BNP Paribas

Plus en détail

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie République Tunisienne Ministère des Finances Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie Zouari Maher Directeur de

Plus en détail

2013-2014 publié. Chiffre d affaires annuel 1 499,6 1 260,5 1 269,4 +0,7 %

2013-2014 publié. Chiffre d affaires annuel 1 499,6 1 260,5 1 269,4 +0,7 % Vilmorin & Cie SA Société Anonyme à Conseil d Administration au capital de 317 717 005,50 euros Siège social : 4, Quai de la Mégisserie 75001 PARIS R.C.S. Paris 377 913 728 Exercice social du 1 er juillet

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 février 2006 N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2006. RAPPORT

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés COMMUNIQUE DE PRESSE Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés - Chiffre d affaires T1 11 : 204,9 millions d euros o +18,3% en données publiées o +9,2% 1 en

Plus en détail

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO PERIAL Asset Management, une filiale du groupe PERIAL 9 rue Jadin - 75017 Paris Tél : 01 56 43 11 00 - Fax : 01 42 25 55 00 www.perial.com

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA

Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA Les cycles d introduction Van Bommel et al. (2000) : vagues d IPO En France : [1985-1987] et [1998-2000] Évolution du secteur des services

Plus en détail

Stock-options et Attributions Gratuites d Actions

Stock-options et Attributions Gratuites d Actions Stock-options et Attributions Gratuites d Actions 1 P remière banque privée en France en termes d actifs sous gestion, BNP Paribas a mis en place une organisation et des équipes totalement dédiées à la

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

Paris, le 14 décembre 2011 2/2

Paris, le 14 décembre 2011 2/2 Paris, le 14 décembre 2011 2/2 8 ème édition du Baromètre de l abondement et des versements dans les plans d épargne salariale : les salariés conservent leur confiance dans l épargne salariale Natixis

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Allianz Retraite Entreprise

Allianz Retraite Entreprise Allianz Retraite Entreprise Un supplément de retraite grâce à l entreprise. www.allianz.fr Avec vous de A à Z Vous souhaitez motiver vos salariés tout en bénéficiant d un cadre fiscal et social avantageux?

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Des bons de souscription accessibles aux sociétés non cotées

Des bons de souscription accessibles aux sociétés non cotées Des bons de souscription accessibles aux sociétés non cotées Article à paraître dans Patrimoine et marchés réalisé par Jean SALWA, Président du CIIB Alors que les investisseurs/épargnants investissant

Plus en détail

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC Qui sommes-nous? Nord Europe Life Luxembourg S.A. est une société d assurance vie luxembourgeoise créée en 2003, dont les produits sont disponibles sur le marché belge. CHIFFRES CLÉS au 31 décembre 2014

Plus en détail

Humanis PEE-PERCO. Un nouveau regard sur votre épargne salariale

Humanis PEE-PERCO. Un nouveau regard sur votre épargne salariale Humanis PEE-PERCO RETRAITE Prévoyance santé épargne Un nouveau regard sur votre épargne salariale Humanis PEE-PERCO Prendre toute la dimension de votre entreprise Parce que le bien-être de votre entreprise

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE PAR CESSION D ACTIONS

INTRODUCTION EN BOURSE PAR CESSION D ACTIONS INTRODUCTION EN BOURSE PAR CESSION D ACTIONS OFFRE À PRIX FERME Prix par action : MAD 720 Valeur nominale : MAD 10 Nombre d actions maximum à céder : 250 000 actions Montant global maximum de l Opération

Plus en détail

Communiqué de Presse BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE

Communiqué de Presse BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE Communiqué de Presse Paris, le jeudi 19 février 2009 BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE Chiffres clés : 130 SCPI gérées par 25 groupes Capitalisation : 17,30 milliards Collecte nette : 874

Plus en détail

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 %

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Communiqué de presse Paris, le 1 er juillet 2015 Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Malakoff Médéric réalise une

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés.

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. 2 3 E.ON, une dimension internationale Un grand énergéticien privé Né en 2000, le groupe E.ON est devenu

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 Exercice 1 Le 13 octobre (N), votre responsable financier vous donne l ordre de vendre au SRD 50 actions ZZZ au cours limite de 180. a- Expliquer en quoi consiste

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014

Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014 Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014 Vous nous avez demandé de vous aider dans l examen d une nouvelle évolution du dispositif de

Plus en détail

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FIDELITY PERCO Conférence de presse 22 mai 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres Fiche technique Échantillon : Cible : DRH et DAF en entreprises d au moins 200 salariés Échantillon

Plus en détail

Croissance organique : 2,4 %

Croissance organique : 2,4 % Communiqué de Presse Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2015 : 872,0 M Croissance organique : 2,4 % Paris, 28 avril 2015 Sopra Steria Group annonce un chiffre d affaires de 872,0 M au 1 er trimestre

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

2. Droit des sociétés

2. Droit des sociétés 2. Droit des sociétés Calendrier 2014 2.1 Acquisitions de sociétés ou de fonds de commerce 2.2 La vie juridique des sociétés 2.3 La motivation des salariés et des dirigeants 2.4 Les pactes 2.5 Les sociétés

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 La note d information 3 Les procédures de première cotation 5 Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 Les avantages de l introduction en Bourse 8 Les conditions d admission et de séjour à

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange RESULTATS ANNUELS 2010 Paris, le 9 mars 2011 Chiffre d affaires à plus de 2 milliards d euros Marge d EBITDA Groupe à plus de 39% Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros Signature d

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007

Résultats semestriels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 lundi 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 Stratégie et modèle économique

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 Communiqué de presse Cession par les Managers, Monsieur Gauthier Louette, et le FCPE SPIE Actionnariat 2011 dans le cadre de l introduction en bourse de SPIE Cergy, le 3 octobre 2014 Conformément aux

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL Mme Maïmouna SECK NDOYE Expert Economiste Commission de Régulation du Secteur de l Electricité 1 Plan de la présentation Aperçu sur le Sénégal Situation

Plus en détail

Altergaz, fournisseur de gaz naturel

Altergaz, fournisseur de gaz naturel Altergaz, fournisseur de gaz naturel Notre vision : devenir le premier fournisseur alternatif de gaz naturel en France Altergaz souhaite offrir à ses clients professionnels, entreprises, collectivités

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007 Résultats semestriels 2007 & Perspectives 31 octobre 2007 Agenda Identité, marchés et philosophie Les modèles économiques du groupe Freelance.com Activité et résultats semestriels 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail