Enjeux et risques de l actionnariat des salariés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enjeux et risques de l actionnariat des salariés"

Transcription

1 Séance plénière 4 Enjeux et risques de l actionnariat des salariés Conférence : Raymond SOUBIE, président-directeur général du Groupe Altédia Débat : Jean-Louis HAUTCŒUR, président de Natio-vie, Yves MANSION, président de l Apsad, directeur général des AGF, Bernard POTTIER, président du directoire de CGU France, Alain TEMPELAERE, président d Aréas-CMA Animateur : Frank AUDONNET, rédacteur en chef de L Argus Introduction de Frank AUDONNET L actionnariat salarié est un phénomène en constant développement. Il y a une vingtaine d années, le nombre de sociétés ayant ouvert leur capital à leurs salariés pouvait se compter sur les doigts des deux mains. Désormais, beaucoup d entreprises se sont ouvertes à l actionnariat salarié. La bonne santé du marché des actions explique en partie cet essor. Les entreprises ont vu dans ce phénomène un moyen d avoir une politique de ressources humaines efficace et peu onéreuse ; les salariés, une source de rémunération fiscalement avantageuse ; les pouvoirs publics, le moyen d asseoir les capitaux propres des entreprises françaises. Les opérations financières de l automne dernier, comme celle de la BNP sur Paribas et la Société générale ou celle de Total sur Elf, ont permis de mieux percevoir que les enjeux de l actionnariat salarié ne sont pas neutres. Conférence de Raymond SOUBIE En ce moment, tout le monde parle de l actionnariat salarié en France. Le gouvernement a manifesté l intention de préparer un projet de loi sur cette question pour le prochain semestre, tandis que l opposition a émis un certain nombre de propositions. Quand les responsables politiques s emparent d un sujet, c'est en général qu ils l estiment bon. En fait, il y a eu deux vagues d actionnariat salarié en France. La première vague date de la loi sur les privatisations de La seconde est récente et provient de sociétés privées de toutes tailles, cotées en Bourse ou non. La part détenue par les salariés dans le capital des entreprises concernées est d environ 3 %, mais il va augmenter en raison des projets 1

2 récents et futurs des grandes sociétés. D après une enquête, portant sur environ 150 entreprises, que nous avons réalisée au mois de juin avec la COB, il apparaît que deux tiers de l échantillon pratiquent ou vont pratiquer l actionnariat salarié. 94 % des entreprises interrogées estiment que celui-ci va prendre de l importance. 35 % trouvent qu il agace leurs syndicats. D après les entreprises, ce sont l abondement et la décote qui séduisent le plus les salariés. Toujours selon elles, l actionnariat des salariés conduit ces derniers à plébisciter leur entreprise, à mieux considérer la valeur de l action et le devenir de leur entreprise. L attitude des syndicats envers l action aurait changé, d après 28 % des entreprises ; leur attitude envers le devenir de l entreprise aurait également changé, d après 21 % des entreprises. Il y a 72 % des entreprises qui pensent que l actionnariat salarié est un signe positif donné à la communication financière. Ce succès de l actionnariat salarié s explique par trois raisons : l actionnariat salarié est un moyen de compenser l écart croissant, dans la plupart des entreprises, entre l évolution des rémunérations et l évolution du cours de l action pour les actionnaires ; lorsque l actionnariat des salariés est pratiqué, ces derniers portent un autre regard sur leur entreprise, car ils suivent le cours de l action et raisonnent par rapport au projet d entreprise ; avoir 5 à 10 % d actionnariat salarié permet de stabiliser une partie du capital de la société. Les risques de l actionnariat salarié Le risque majeur est la chute des cours de la Bourse, et notamment de celui du titre de l entreprise possédé par ses salariés. Il est donc de bon sens de prévenir les salariés, dans le cadre de l épargne salariale et des plans d épargne salariale, de n investir qu une partie de leur épargne dans des actions de leur entreprise. Le deuxième risque est le mélange entre l actionnariat salarié, l épargne salariale et l épargne-retraite, qui sont pourtant trois sujets différents. La dernière est un système de longue durée, ce qui n est pas le cas des deux autres. Le troisième risque est le mélange entre les actionnaires salariés et la représentation des salariés. L existence d institutions représentatives du personnel et de syndicats avec de larges pouvoirs d information et de consultation ne rend pas nécessaire la création d autres systèmes pour les actionnaires salariés. Cela créerait une inégalité entre les actionnaires salariés et les actionnaires non salariés et cela arrêterait le développement de l actionnariat salarié. La seule question qui se pose est de savoir si les actionnaires salariés doivent avoir une représentation au sein du conseil d administration à partir d un certain seuil de détention du capital. Les enjeux de l actionnariat salarié Beaucoup d enquêtes montrent que les salariés apprécient leur entreprise et leurs dirigeants. Pour autant, il s avère que l actionnariat salarié donne un autre regard sur l entreprise et sa stratégie. Il est aussi un moyen de renforcer les fonds gérés par l épargne salariale, ce qui est une bonne chose. D autres enjeux vont être posés à l occasion de la loi que le gouvernement prépare. Il y a un premier enjeu de pouvoir, à savoir la question de la représentation des actionnaires 2

3 salariés au sein du conseil d administration et la question du mode de désignation des administrateurs. Le bon sens voudrait qu ils soient élus par les actionnaires salariés ou que ce soient les présidents des fonds communs de placement. Le deuxième enjeu est le lien entre l actionnariat salarié et la réforme des stocks-options, car, dans les deux cas, il s agit d acquérir une partie du capital de la société. Malgré la méfiance envers les stocksoptions, un bon raisonnement devrait les ajouter au système de l actionnariat salarié et à celui, peu développé en France pour des raisons fiscales, des bons de souscription d actions, achetés par les salariés. En conclusion, je dirais que l actionnariat salarié n est pas assez développé dans les PME. En outre, il faudra améliorer les mécanismes de sécurisation juridique. Enfin, si la bonne santé des marchés continue, et même si elle déclinait, il est à parier que l actionnariat salarié devrait se développer de manière considérable en France. Débat Frank AUDONNET : Quelle est la limite du développement de l actionnariat salarié? Peut-on purement envisager que les actionnaires salariés prennent tant de poids qu ils deviennent des acteurs essentiels des décisions stratégiques? Raymond SOUBIE : Beaucoup de sociétés ouvriront leur capital à l actionnariat salarié à hauteur de 8 à 10 %. A ce niveau, les actionnaires salariés compteront véritablement. Mais je ne pense pas que ce pourcentage augmentera. D autant que ce ne serait dans l intérêt ni des entreprises, ni des dirigeants, ni surtout des salariés. En effet, ces derniers risqueraient de mettre en jeu leur emploi, leur rémunération, leurs conditions de travail et leur patrimoine. On peut, toutefois, citer l exemple des compagnies aériennes, puisque les salariés d Air France possèdent 13 % du capital, et peut-être bientôt 20 %, grâce aux bons de souscription d actions. Dans certaines compagnies aériennes américaines, les pilotes possèdent même le tiers, voire la majorité du capital. Frank AUDONNET : Monsieur Bernard Pottier, comment vit-on la question de l actionnariat salarié dans une entreprise britannique comme la vôtre? Bernard POTTIER : Il est vrai que CGU France est une entreprise française membre d un groupe international basé en Grande-Bretagne. L actionnariat salarié représente un enjeu considérable, car il est normal que les salariés aient leur part de la valeur créée. L actionnariat salarié permet aussi de susciter un esprit de groupe. Mais il faut distinguer l investissement sur l action d une société, employeur du salarié, du débat sur la préparation de la retraite, pour laquelle la notion de risque concentré sur l action d une seule entreprise est beaucoup moins acceptable. La présence d un administrateur des actionnaires salariés au sein du conseil d administration, sur le principe duquel je n ai pas d objection, me semble néanmoins moins importante qu une bonne politique de communication et de transparence. En effet, celle-ci permettrait un autre regard sur l entreprise et l économie de marché. Mais il ne 3

4 faut pas qu il y ait deux catégories d'actionnaires, même s il peut y avoir des abondements et des décotes. Les entreprises vivent déjà un conflit, qui transparaît au travers de projets de directives européennes, entre les salariés et les actionnaires, à propos de décisions stratégiques. Le rapport de Mme Chantal Cumunel, membre du collège de la Commission des opérations de Bourse et désignée par les organisations syndicales, souligne d ailleurs la forte contradiction entre le droit social et le droit boursier : le premier prescrit une information préalable, le second transforme ceux qui recevraient une telle information en initiés. Il faut donc distinguer le dialogue informatif sur les projets stratégiques et le dialogue consultatif sur les conséquences ultérieures en termes d emploi. Frank AUDONNET : M. Bernard Pottier a confirmé que l actionnariat salarié permet un renforcement de la cohésion sociale et une meilleure motivation des salariés. Monsieur Jean-Louis Hautcœur, pourriez-vous nous expliquer comment on peut traiter ce phénomène dans des filiales de sociétés cotées? Jean-Louis HAUTCŒUR : Je souscris à ce qu a dit M. Raymond Soubie. Mais, pour un groupe multinational comme le mien, la situation est différente de celle d une entreprise franco-française. Dans notre cas, nous pouvons favoriser soit l actionnariat salarié au niveau de la maison mère, soit l actionnariat salarié au niveau des filiales. La privatisation a permis d intéresser les salariés des filiales étrangères et nationales. Les salariés ont également la possibilité de souscrire un panier d actions d un certain nombre de filiales prometteuses. Frank AUDONNET : Monsieur Yves Mansion, vous dirigez une entreprise qui a longtemps été nationalisée, même si l actionnariat salarié existait avant la privatisation, à hauteur de 1 % du capital seulement. Avez-vous observé un changement de la cohésion sociale au sein des AGF du fait de la sensible augmentation de l actionnariat salarié? Yves MANSION : Vous avez eu raison de souligner que l actionnariat salarié existait dès 1973 aux AGF, puisque les lois Durafour ont permis de distribuer, gratuitement, des actions aux salariés de l époque. Cette démarche des AGF était antérieure à leur privatisation et à leur cotation. Quant aux stocks-options, elles existent aux AGF depuis dix ans. Aux AGF, l actionnariat salarié a été aidé grâce à des mécanismes de précaution, pour limiter le risque ; il est monté jusqu à 7 % du capital. Il est désormais de 3 %, car les salariés ont pris leur plus-value. Le risque est évidemment l effondrement du cours en Bourse. Cependant, s il y a un métier dans lequel on doit pouvoir prendre un risque dans la gestion de l épargne, c'est bien celui d assureur. En effet, notre activité consiste à analyser et à couvrir des risques ; par conséquent, les sociétés d'assurances devraient donner l exemple pour ce qui est de l actionnariat salarié. En ce qui concerne la représentation des actionnaires salariés dans les entreprises privatisées, une disposition législative prévoit l élection d un administrateur par le collège des actionnaires salariés. Il n est donc pas élu par l assemblée générale, mais il a les mêmes droits et devoirs que les autres membres du conseil d administration. L actionnariat salarié est devenu un problème économique et non plus idéologique. Son développement est encore loin du 4

5 potentiel qu il représente dans d autres pays. Aux Etats-Unis, le tiers du revenu des ménages provient de l évolution de leurs investissements boursiers, notamment à travers leurs fonds de pension et leurs fonds de placement collectif d entreprise. Frank AUDONNET : La tendance des assureurs est de reporter, à travers les unités de compte, le risque financier sur leurs assurés. Ne pourrait-on alors pas considérer qu avec l actionnariat salarié les actionnaires reporteraient à leur tour une partie du risque sur les salariés eux-mêmes? Yves MANSION : Comme l a dit M. Raymond Soubie, il s agit d une question de proportion. Si les salariés possèdent 5 à 15 % du capital, il est possible de créer des systèmes de contrôle du risque et de limitation du transfert du risque. Les dispositions législatives sur l autonomie de gestion des fonds communs de placement et sur les instances de surveillance des systèmes de placement collectif donnent des garanties à cet égard. Frank AUDONNET : Monsieur Alain Tempelaere, il me semble que vous ne pratiquez pas l'actionnariat salarié, étant donné que votre société est à forme mutuelle. Ne pensez-vous pas que le développement de l'actionnariat salarié risque de créer une France à deux vitesses, c'est-à-dire les salariés des entreprises par actions d'un côté, et les salariés des entreprises à forme mutuelle ou associative de l'autre? Alain TEMPELAERE : En effet, les sociétés mutuelles d'assurances ne sont pas concernées pas l'actionnariat salarié, car elles n'ont ni capital, ni actions, ni dividendes. Tous les salariés qui travaillent dans des syndicats, des associations, des mutuelles, des mutuelles d'assurances ou des organismes professionnels ne sont pas concernés non plus. Cette différence avec les sociétés par actions n est pas toujours bien prise en compte par les pouvoirs publics. Je voudrais, à ce titre, évoquer un exemple précis. Ainsi, l'assemblée nationale s'est récemment préoccupée de la fiscalité des stocks-options en décidant finalement de ne pas la modifier. Cela dit, un amendement de dernière minute semble avoir fiscalisé les indemnités de départ et les indemnités transactionnelles des dirigeants de toutes les sociétés. Par conséquent, pour ne pas fiscaliser les stocks-options des salariés de sociétés par actions, on fiscalise toute une autre frange de population non concernée par les stocks-options. Dans le cadre d'une France à deux vitesses, il faut évoquer le problème de la démutualisation. Une démutualisation est mise en œuvre dans tous les pays du monde avec des modalités différentes. Si elle est juridiquement impossible en France, il y a certains moyens d'y parvenir de fait. Le financement des mutuelles et les problèmes de restructuration en sont la cause. Mais l'absence de stocksoptions pour les dirigeants semble aussi faire partie de l'explication de la démutualisation, car ce système est plus performant que de hautes rémunérations et pousse donc certains dirigeants à aller vers des sociétés par actions. L'absence de stocks-options risque aussi de rendre difficile le recrutement de dirigeants de valeur dans les mutuelles. En outre, si l'on s'appuie sur l'actionnariat des sociétés pour les systèmes de retraite, il ne faudra pas oublier les salariés qui ne travaillent pas dans des sociétés par actions. 5

6 Frank AUDONNET : Ne craignez-vous pas que le développement de l'actionnariat salarié ne pèse sur la mobilité des salariés? Raymond SOUBIE : Le fait qu'une entreprise ait un actionnariat salarié ne freine pas la mobilité, car un actionnaire salarié peut quitter l'entreprise et vendre ses actions. Frank AUDONNET : Monsieur Bernard Pottier, peut-être avez-vous un avis différent? Bernard POTTIER : Je suis assez d'accord, s'agissant de l'actionnariat salarié. En revanche, je pense que l'objet des stocks-options est de fidéliser des collaborateurs. Je partage l'avis d'alain Tempelaere quand il dit que la retraite ne doit pas simplement reposer sur la concentration d'un seul type d'actions. Il a également raison quand il parle de deux catégories de salariés, mais les mutuelles ont la possibilité de créer des sociétés anonymes. En outre, il ne faut pas oublier que, si l'on empêchait le développement des systèmes d'actionnariat salarié et de stocks-options dans les sociétés par actions, peutêtre éviterait-on la mobilité des jeunes cadres de talent des sociétés mutuelles vers les sociétés anonymes, mais ce serait ces mêmes cadres qui déserteraient les sociétés françaises pour aller à Londres. Frank AUDONNET : Monsieur Yves Mansion? Yves MANSION : Je voudrais abonder dans ce sens. En effet, l'existence d'un actionnariat salarié et de plans d'épargne entreprise est un élément positif pour l'image d'une société cherchant à recruter. Ce n'est pas un obstacle à la mobilité pour les salariés qui souhaitent changer d'entreprise. En revanche, les stocks-options sont, elles, conçues pour freiner les départs. Dans le contexte de globalisation, il y a effectivement un handicap concurrentiel pour les entreprises qui ne peuvent pas proposer de tels systèmes. Frank AUDONNET : Monsieur Alain Tempelaere? Alain TEMPELAERE : Je suis tout à fait favorable aux systèmes des stocks-options, dans le cadre de l épargne-retraite ou de l épargne salariale. Mais je dis simplement qu'il faut innover pour les salariés ne travaillant pas dans les sociétés de capitaux, afin de leur permettre de se retrouver dans des situations comparables à celles de leurs collègues des sociétés par actions. Frank AUDONNET : Monsieur Jean-Louis Hautcœur? Jean-Louis HAUTCŒUR : On est resté franco-français dans ce débat, mais j'aimerais connaître l'attitude de l'union européenne à propos de l'actionnariat salarié. Frank AUDONNET : Cette question s'adresse à M. Raymond Soubie. 6

7 Raymond SOUBIE : Il faut rappeler que le système français d'actionnariat salarié est considérablement avantagé par le régime fiscal unique au monde de l'épargne salariale. La France est donc le pays où l'actionnariat salarié est le plus avantageux ; tandis qu'il est moins développé dans les autres pays sous cette forme. Cela dit, beaucoup de grands groupes étrangers ont développé l'actionnariat salarié, même sans l'avantage fiscal. Si, pour des raisons fiscales, la France est très en avance en ce qui concerne l'actionnariat salarié, celui-ci fonctionne aussi dans les autres pays. Frank AUDONNET : Monsieur Bernard Pottier? Bernard POTTIER : Ces avantages fiscaux, dans leur nature, sont peut-être plus importants en France ; mais, dans leur ampleur, ils ne peuvent être comparés d'un pays à l'autre, étant donné le taux marginal d'imposition existant sur les plus hautes rémunérations en France. Frank AUDONNET : Monsieur Yves Mansion? Yves MANSION : Il est clair que, dans un groupe international, les questions de participation des salariés aux augmentations de capital ou aux opérations de privatisation se posent, désormais, au-delà du territoire national. Ainsi, le représentant élu des actionnaires salariés du groupe AGF n'est pas français et ne parle pas français. Il est vrai que le système français a une enveloppe fiscale plus avantageuse, mais l'imposition des plus-values est souvent plus avantageuse dans les autres pays. Frank AUDONNET : Ne pensez-vous pas qu actuellement l'actionnariat salarié, considéré comme une rémunération complémentaire, pourrait être utilisé comme une rémunération déguisée compte tenu de la pression fiscale? N'y a-t-il pas un risque de dérapage quand on voit les systèmes mis en place par certaines entreprises en France? Raymond SOUBIE : Je crois qu'il n'y a pas de risque supérieur à celui qui a déjà été pris. Le système de l'épargne salariale étant l'une des rares niches fiscales avantageuses en France, les salariés ont tout intérêt à souscrire, d'autant qu'il y a l'abondement et la décote. Le risque financier a, en plus, de fortes chances d'être nul dans les cas où il est bâti pour être nul. Dans beaucoup d'opérations à effet de levier, étant donné les montages employés, les salariés peuvent souscrire des actions, non seulement avec tous les avantages dont j'ai parlé, mais aussi avec une garantie de progression de l'action. Il faut tout de même se demander si c'est une bonne chose que ce système soit appliqué à toutes les opérations. En effet, il n'est pas forcément pédagogiquement opportun de laisser penser aux salariés que le capitalisme est toujours en progrès et sans risque, car ce n'est pas le cas. Frank AUDONNET : J'ai noté que l'actionnariat salarié des AGF était passé de 7 à 3 %. Cette situation vous inspire-t-elle une réflexion? 7

8 Raymond SOUBIE : C'est un cas assez fréquent dans les sociétés qui ont eu du succès et un fort pourcentage d'actionnaires salariés. Les salariés prennent leur plus-value, ce qui est tout à fait normal. Il faut ensuite élaborer de nouveaux plans pour remonter à 7 %, mais, les AGF ayant progressé entre-temps, ils redescendront encore à 3 %. 8

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Synthèse du Baromètre 2015 BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises Reflet d une société en mutation Le projet de loi pour la croissance et l activité du Ministre

Plus en détail

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive Baromètre 2013 Club de l Epargne Salariale / Harris interactive Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention suivante : "Baromètre 2013 du Club de l'epargne Salariale

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale 7 Novembre 2011 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 7 Novembre 2011 Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne

Plus en détail

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FIDELITY PERCO Conférence de presse 22 mai 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres Fiche technique Échantillon : Cible : DRH et DAF en entreprises d au moins 200 salariés Échantillon

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI:

Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI: Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI: METTRE EN EVIDENCE LES CONDITIONS DE REUSSITE DE LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE A L ENSEMBLE DES SALARIES,

Plus en détail

Epargne longue : la nouvelle donne

Epargne longue : la nouvelle donne Epargne longue : la nouvelle donne Septembre 2008 Etude disponible le 1 er septembre 2008 Les objectifs Traiter les questions de fond -réglementation, fiscalité, taille et segmentation du marché, etc.-

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

SPECIFICATION DE BESOIN FORMATION - ACTIONNARIAT SALARIE - - EPARGNE SALARIALE -

SPECIFICATION DE BESOIN FORMATION - ACTIONNARIAT SALARIE - - EPARGNE SALARIALE - SPECIFICATION DE BESOIN FORMATION - ACTIONNARIAT SALARIE - - EPARGNE SALARIALE - page 2/8 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 3 3. OBJECTIFS... 3 4. DOCUMENTS DE REFERENCE... 4 5.

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE. Raymond James Asset management international

POLITIQUE DE VOTE. Raymond James Asset management international POLITIQUE DE VOTE Raymond James Asset management international Objectif Les professionnels de la gestion pour compte de tiers représentent à travers les actifs qu'ils gèrent une part significative de la

Plus en détail

O.P.C.I. (Organisme de Placement Collectif Immobilier)

O.P.C.I. (Organisme de Placement Collectif Immobilier) Document non contractuel Janvier 2006 O.P.C.I. (Organisme de Placement Collectif Immobilier) Les pouvoirs publics par voie de l'ordonnance n' 2005-1278 du 13 octobre 2005 ont créé un nouveau produit d'épargne,

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale

8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg 8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale 18 octobre 2010 8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg 18 octobre 2010 1 Palais du Luxembourg 8 èmes Rencontres de l

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Entretiens Louis le Grand. 26 et 27 octobre 2006

Entretiens Louis le Grand. 26 et 27 octobre 2006 1 Entretiens Louis le Grand 26 et 27 octobre 2006 2 Étude de cas BNP Paribas Fahila Amrouche Lydia Koessler 3 La banque d un monde qui change 4 Le développement de l épargne salariale chez BNP Paribas

Plus en détail

Epargne salariale et actionnariat salarié

Epargne salariale et actionnariat salarié Epargne salariale et actionnariat salarié Quels dispositifs choisir pour motiver vos collaborateurs? PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Epargne salariale et actionnariat salarié L épargne

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 Résultats de l étude TNS Sofres / Présentation Frédéric Chassagne 7 juin 2010 FICHE TECHNIQUE Étude barométrique réalisée pour AMUNDI Échantillon

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance 2014 Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014

Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014 Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014 Vous nous avez demandé de vous aider dans l examen d une nouvelle évolution du dispositif de

Plus en détail

La perception de l ISR par les Français

La perception de l ISR par les Français La perception de l ISR par les Français Principaux résultats 6 ème enquête Ipsos pour EIRIS & FIR Septembre 2015 L enquête Enquête nationale conduite en ligne par Ipsos MORI du 04 au 08 septembre 2015

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

La gouvernance et les administrateurs salariés vus par les grands dirigeants français

La gouvernance et les administrateurs salariés vus par les grands dirigeants français pour La gouvernance et les administrateurs salariés vus par les grands dirigeants français 61, rue de Turenne 75003 Paris Tél : 01 44 78 37 50 www.opinionway.com SAS au capital de 65 401 Euros RCS Paris

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Synthèse. L'UNICE demande une action immédiate sur les règles fiscales nécessaires pour faire de la nouvelle "société européenne" une réalité.

Synthèse. L'UNICE demande une action immédiate sur les règles fiscales nécessaires pour faire de la nouvelle société européenne une réalité. Le 10 avril 2002 COMMUNICATION DE LA COMMISSION ET ÉTUDE SUR LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR "VERS UN MARCHÉ INTÉRIEUR SANS ENTRAVES FISCALES" [COM(2001) 582 FINAL] REACTION DE L'UNICE

Plus en détail

BAROMÈTRE 2015 BNP PARIBAS ÉPARGNE & RETRAITE ENTREPRISES. Reflet d une société en mutation. Conférence de Presse

BAROMÈTRE 2015 BNP PARIBAS ÉPARGNE & RETRAITE ENTREPRISES. Reflet d une société en mutation. Conférence de Presse BAROMÈTRE 2015 BNP PARIBAS ÉPARGNE & RETRAITE ENTREPRISES Reflet d une société en mutation Conférence de Presse 31 MARS 2015 Partie 1 ÉTAT DES LIEUX Partie 1 - état des lieux DES DISPOSITIFS D ENTREPRISES

Plus en détail

Panorama 2004 du véhicule d entreprise et de la mobilité automobile professionnelle

Panorama 2004 du véhicule d entreprise et de la mobilité automobile professionnelle Avec la collaboration de vous présente Panorama 2004 du véhicule d entreprise et de la mobilité automobile professionnelle 25 mars 2004 1 Contexte 2ème vague du baromètre Observatoire du Véhicule d'entreprise/tns

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Regards croisés des dirigeants et des salariés Thème de la vague 4 : Les jeunes

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

Communication on progress (COP) / en cours. Intégration des principes du «UNITED NATION GLOBAL COMPACT» au sein du GROUPE BSL.

Communication on progress (COP) / en cours. Intégration des principes du «UNITED NATION GLOBAL COMPACT» au sein du GROUPE BSL. Communication on progress (COP) / en cours Intégration des principes du «UNITED NATION GLOBAL COMPACT» au sein du GROUPE BSL. 1 er RAPPORT DE COMMUNICATION SUR NOS ENGAGEMENTS Date : 23/06/2014 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 -

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - Que peut demander le ce en février? Au mois de février le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - communication du bilan du travail à temps

Plus en détail

Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA

Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA La réforme FILLON et la retraite complémentaire 2 La réforme Fillon

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE

CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE N 446 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1958. PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à inviter le Gouvernement à déposer un projet de loi

Plus en détail

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011 f évrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires Question 1: Tout d abord, pouvez-vous nous rappeler la situation du salarié au regard de son employeur? La libéralisation du cumul emploi

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES MUTUELLE SANTE Branche HPA

QUESTIONS REPONSES MUTUELLE SANTE Branche HPA QUESTIONS REPONSES Obligation d adhérer à Humanis? Une adhérente souhaite conserver sa mutuelle. Sa mutuelle hésite car pour lui proposer les mêmes garanties précisées dans l'accord de branche, cela coûte

Plus en détail

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale?

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? Atelier n 20 Bernard FALCAND, CFTC, membre du bureau national d orientation du CNFPT, Jean-Charles GLATIGNY,

Plus en détail

é p a r g n e r é t h i q u e

é p a r g n e r é t h i q u e Introduction «Ne choisissez pas les placements éthiques pour l éthique. Il faut en attendre des performances similaires aux placements classiques, auxquelles nous ajoutons gratuitement un supplément éthique.»

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM PAR COURRIEL : Consultation-en-cours@lautorite.qc.ca Montréal, le 12 juillet 2013 M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, Square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite Les Français, l épargne et la retraite 2015 Rapport d étude de l institut CSA Vos contacts chez CSA : Estelle Thomas -Directrice du département Banque Assurance Finance -01 57 00 58 83 Matthieu Guimbert

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Les Français et le financement des associations. - Sondage de l Institut CSA -

Les Français et le financement des associations. - Sondage de l Institut CSA - Les Français et le financement des associations - Sondage de l Institut CSA - N 0701388 Novembre 2007 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Quelques réflexions et propositions sur l entreprise française du 21 ème siècle

Quelques réflexions et propositions sur l entreprise française du 21 ème siècle Fondation Charles Léopold Mayer Quelques réflexions et propositions sur l entreprise française du 21 ème siècle Yves de Bretagne Date de rédaction : 17/01/00 Mise à jour : Mots-clé : ENTREPRISE ; RESPONSABILITE

Plus en détail

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982 Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI de développement de {'actionnariat, de {'épargne et de {'emploi, PRÉSENTÉE Par MM.

Plus en détail

DEPART EN RETRAITE DU LCL : QUE FAUT-IL SAVOIR?

DEPART EN RETRAITE DU LCL : QUE FAUT-IL SAVOIR? DEPART EN RETRAITE DU LCL : QUE FAUT-IL SAVOIR? Le départ de l entreprise est obligatoirement le dernier jour d un mois. La date de retraite se situe obligatoirement le 1 er jour du mois, en général, le

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Compte Epargne Temps (CET)

Compte Epargne Temps (CET) Compte Epargne Temps (CET) Décret FP n 2002-634 du 29 avril 2002. Arrêté Ministère de la Justice du 18 Avril 2003. Note PJJ n 189 du 15 mars 2004 Circulaire FP n 2147 du 6 novembre 2007 Décret n 2009-1065

Plus en détail

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité.

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité. COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 29 avril 2013 Une enquête clients du Crédit Foncier souligne un fort attachement à la résidence principale et une faible aspiration des propriétaires à la mobilité Le Crédit

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Quelques éléments sur les forces et les faiblesses des contrats d assurance-vie en euros pour les épargnants en 2013

Quelques éléments sur les forces et les faiblesses des contrats d assurance-vie en euros pour les épargnants en 2013 Prim Act Quelques éléments sur les forces et les faiblesses des contrats d assurance-vie en euros pour les épargnants en 2013-17 juin 2013 - Guillaume LEROY Présentation réalisée le 17 juin 2013 www.primact.fr

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

Les Français et le financement des associations. - Sondage de l Institut CSA -

Les Français et le financement des associations. - Sondage de l Institut CSA - Les Français et le financement des associations - Sondage de l Institut CSA - N 0701388 Novembre 2007 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Opinion & Corporate Marion Desreumaux,

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value?

Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value? Imposition des plus-values immobilières Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value? Appelons «période transitoire»

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans le 9 avril, dans le 11 avril et diffusé sur LEVEE D EMBARGO LE 9 AVRIL 8H Rappel méthodologique

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Epargne salariale. L épargne salariale après. l essentiel à retenir

Epargne salariale. L épargne salariale après. l essentiel à retenir Epargne Epargne salariale L épargne salariale après la Loi MACRON : l essentiel à retenir 2 Introduction Ce document a pour objet de vous présenter les principales mesures de la Loi n 2015-990 du 6 août

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail