Première ES: définitions à connaître

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Première ES: définitions à connaître"

Transcription

1 Première ES: définitions à connaître Introduction : Lien marchand : ensemble des relations qui se tissent entre les individus dans le cadre des échanges marchands. Lien social : ensemble des appartenances, des affiliations et des relations directes (conjugale, familiale, amicales, de voisinage) ou indirectes (monde professionnel, associations, syndicats, partis) qui lient les individus ou des groupes entre eux. Lien politique : lien fondé sur des sentiments de solidarité dans une collectivité politique locale, nationale, européenne ou mondiale. 1. Les activités économiques et sociales Les activités économiques L'organisation sociale : La structure sociale L'organisation politique La régulation économique et sociale La coordination par le marché L'action des pouvoirs publics Régulation et cohésion sociale Les activités économiques et sociales 1.1 Les activités économiques action : valeur mobilière qui confère à son détenteur la propriété d'une partie du capital de la société et lui assure un revenu (le dividende) correspondant à une part du bénéfice de la société. administration : secteur institutionnel qui regroupe les unités de production de services non marchands financés par les prélèvements obligatoires. Administrations d'état, des collectivités locales et de la Sécurité sociale. autofinancement : Utilisation, par une entreprise, des ressources financières provenant de son activité pour le financement de son investissement ; ces ressources financières proviennent des profits non distribués aux actionnaires et des sommes affectées à l amortissement. Balance courante ou compte des transactions courantes : Document comptable dans lequel sont enregistrées l'ensemble des transactions réelles effectuées par les unités résidentes avec l'extérieur. Il comprend la balance des biens (balance commerciale) mais aussi la balance des services, des revenus et des transferts. besoin de financement : représente l'excédent des dépenses (de consommation ou d'investissement) sur le revenu. L'État et les administrations publiques ont un besoin structurel de financement. Un excès de revenu sur les dépenses traduit au contraire une capacité de financement. C'est le cas des entreprises depuis le début des années Les ménages sont structurellement excédentaires. capacité de financement : En comptabilité nationale, elle correspond à la situation où l'épargne de l'agent est excédentaire par rapport aux investissements privés. consommation finale des ménages: valeur des biens et des services effectivement utilisés par les ménages pour la satisfaction directe de leurs besoins. consommation intermédiaire : valeur des biens et des services marchands (à l'exception des biens d'équipement) consommés au cours d'une période dans le processus de production.

2 crédit : Mécanisme par lequel un débiteur obtient une somme d'argent d'un créancier en échange de la promesse d'un paiement différé de la contrepartie, majorée d'un intérêt. dépense : Action de dépenser de l'argent; somme dépensée, montant d'une somme à payer entreprise : unité de production dont la fonction principale est de produire des biens et des services destinés à la vente en vue de réaliser un profit. La Comptabilité nationale les classe dans des secteurs institutionnels différents selon qu'il s'agit d'entreprises individuelles ou de sociétés, et selon la nature de leur production, sociétés financières ou non. équilibre emplois-ressources : égalité comptable toujours réalisée qui, pour chaque produit, indique les quantités disponibles et les utilisations qui en sont faites. Il s'écrit sous la forme Production + Importations = Consommation finale + Consommations intermédiaires + FBCF + Variation de stocks + Exportations. Il ne correspond pas forcément à un équilibre économique du pays considéré. extérieur : recouvre l'ensemble des unités non résidentes. La Comptabilité nationale les regroupe dans le secteur institutionnel «Reste du Monde». Formation brute de capital : Acquisitions moins cessions d actifs fixes réalisées par les producteurs résidents. Les actifs fixes sont les actifs corporels (bâtiments, terrains, équipements) ou incorporels (brevets, marques...) issus du processus de production et utilisés de façon répétée ou continue dans d autres processus de production pendant au moins un an. Il s agit donc de l acquisition des "moyens de production" intervenues dans une période donnée (le plus souvent l année). La FBCF contient la consommation de capital fixe c est-à-dire l acquisition des moyens de production de remplacement pour les équipements usés ou obsolètes. La FNCF, formation nette de capital fixe, est mesurée par la différence entre la formation brute de capital fixe et la consommation de capital fixe (les amortissements). institutions financières : organisation et services liés à la gestion des capitaux, tels que les banques, les coopératives financières, les sociétés à fonds mutuels, les compagnies d'assurance, etc. ménages : au sens de la Comptabilité nationale, secteur institutionnel regroupant les unités institutionnelles dont la fonction principale est de consommer et éventuellement de produire en tant qu'entreprise individuelle. Au sens de l'insee, ensemble des personnes ayant ou non des liens de parenté, occupant un même logement. monnaie fiduciaire : Monnaie fiduciaire: étymologiquement, monnaie fondée sur la confiance (fiducia, en latin); désigne généralement la monnaie matérialisée par les billets émis par la banque centrale. monnaie scripturale : étymologiquement, monnaie fondée sur l'écriture (scriptura, en latin); désigne le solde positif d'un compte courant ou postal. obligation : valeur mobilière qui confère à son détenteur une créance sur la société émettrice. Le revenu d'une obligation (l'intérêt) est un revenu annuel et fixe, déterminé au moment de l'émission. production : action de fabriquer des biens et de services qui satisfont des besoins individuels ou collectifs. production marchande : production vendue sur un marché à un prix qui couvre plus de 50 % des coûts en vue de réaliser un profit. production non marchande : production fournie à la collectivité à titre gratuit ou quasi-gratuit (prix inférieur à 50 % des coûts de production). produit intérieur brut (PIB) : mesure de la production annuelle effectuée au sein d'un territoire national. Il est égal à la somme des valeurs ajoutées augmentée de la TVA et des droits de douanes nets des subventions à l'importation. revenu imposable : partie du revenu déclaré sur laquelle porte le barème de l'impôt sur le revenu; le revenu imposable est inférieur au revenu déclaré du fait de diverses exonérations ou déductions et surtout du quotient familial. revenu national : somme de tous les revenus primaires perçus par les secteurs institutionnels. Pour obtenir le revenu national brut, il faut ajouter au PIB les revenus des facteurs de production (travail et capital) reçus du reste du monde ainsi que les subventions reçues du reste du monde et retirer les revenus de facteurs

3 versés au reste du monde. Le revenu national net est obtenu en retranchant du revenu national brut la consommation de capital fixe. revenus : flux de ressources monétaires ou réelles issu directement ou indirectement de l'activité économique, perçu par un agent économique (individu, ménage ou collectivité) au cours d'une période. taux d'épargne : pour les ménages, c'est le rapport entre l'épargne brute et le revenu disponible brut. Pour les entreprises, c'est le rapport entre l'autofinancement et la valeur ajoutée. taux d'intérêt : rémunération du capital (placement d'une somme au taux de 4,5 %, par exemple) ou prix payé pour disposer d'un capital (emprunt au taux de 6 %, par exemple) par l'emprunteur au prêteur. taux d'investissement : au niveau national, rapport entre la somme des FBCF de l'ensemble des secteurs institutionnels et le PIB x100. taux d'ouverture : ratio indiquant l'insertion internationale d'une économie: [(Exportations + importations)/ 2]/PIB x 100. taux de couverture : rapport entre les exportations et les importations. Ce ratio permet d'apprécier les échanges extérieurs d'un pays pour un produit ou pour l'ensemble des produits. taux de marge : part de l'excédent brut d'exploitation (EBE) dans la valeur ajoutée. Sert de mesure approximative de la part des profits dans l'activité productive. valeur ajoutée (VA): mesure de l'activité productive d'une entreprise ou de l'ensemble des entreprises d'un pays. Elle s'obtient en retranchant à la valeur de la production la somme des consommations intermédiaires utilisées dans le processus de production. 1.2 L'organisation sociale : La structure sociale acculturation : ensemble des phénomènes qui résultent d'un contact continu et direct entre des groupes d'individus de cultures différentes et qui entraînent des changements dans les modèles initiaux de l'un ou des deux groupes. Catégories socioprofessionnelles (CSP) : regroupements d'individus ayant un profil socioprofessionnel similaire en termes de statut (salariés/non salariés), de nature de l'activité, de niveau de qualification, etc. (pour les non-salariés, la taille de leur entreprise). Créée en 1954, la nomenclature des CSP a été modifiée en 1982 et s'intitule désormais PCS (Professions et catégories socioprofessionnelles). L'appellation CSP demeure pour les niveaux agrégés en 8, 24 et 42 postes. classe sociale : groupe social ayant une existence de fait mais non de droit, dont les membres sont unis par un même mode de vie, des valeurs communes et une certaine conscience collective. Chez Karl Marx, la classe est définie par la place qu'elle occupe dans les rapports de production et elle est inséparable de la notion de lutte de classes. conflit culturel : opposition masquée ou déclarée entre des modèles culturels, des modes de vie, des règles sociales. domination : modalités selon lesquelles une classe ou un groupe plus restreint, exerce son pouvoir sur d'autres classes. La domination peut reposer sur des bases économiques, politiques ou idéologiques. groupe social : ensemble d'individus ayant des caractéristiques sociales communes, en interaction et ayant parfois une conscience d'appartenance à ce groupe. hiérarchie sociale : au sens strict, classement de groupes sociaux selon une échelle décroissante d'attributs (pouvoir, privilèges, revenus, patrimoine, diplômes, prestige, etc.). Au sens large, tout ensemble social caractérisé par des inégalités économiques, sociales et culturelles opposant des catégories supérieures, intermédiaires et «inférieures». holisme : interprétation globalisante du fonctionnement et de l'évolution de la société. Les comportements individuels sont analysés avant tout comme le produit des structures sociales. La démarche holistique privilégie ainsi les «effets de système» aux dépens de l'autonomie et du jeu des acteurs. Elle suppose que le

4 tout social et culturel est d'une nature différente des éléments qui le composent (les individus, les groupes restreints). individualisme (méthodologique): paradigme (représentation du monde) de sciences sociales, selon lequel les phénomènes collectifs peuvent (et doivent) être décrits et expliqués à partir des propriétés et des actions des individus et de leurs interactions mutuelles (approche ascendante). Cette approche s'oppose au holisme, selon lequel les propriétés des individus ne se comprennent pas sans faire appel aux propriétés de l'ensemble auquel ils appartiennent (approche descendante). intégration : processus au cours duquel des populations appelées à vivre ensemble parviennent, malgré leurs différences, à former un ensemble social doté d'une certaine cohésion. normes: règles de conduites et usages prescrits par la société, caractérisant les pratiques d'une collectivité ou d'un groupe particulier. rapports sociaux : relations que nouent les individus ou des groupes d'individus dans les différentes sphères de la société (professionnelle, domestique, juridique, culturelle, politique, etc.) en fonction de leur position sociale. reproduction sociale : tendance du système social à se perpétuer, à se reproduire dans le temps: maintien des inégalités, des rapports sociaux, conservation de la structure sociale, pérennisation des formes socioculturelles. rôle : ensemble des comportements spécifiques qui sont attendus d'un individu occupant un statut donné. sous-culture : culture d'un sous-groupe ayant ses caractéristiques propres au sein de la société globale. statut : situation et condition sociales résultant des positions qu'un individu occupe dans les sphères socioéconomique (profession, statut) et culturelle (niveau d'instruction, style de vie). Au sens de l'insee, position juridique et économique occupée par un actif (salarié, indépendant). valeurs : des choses ou des manières d'être, considérées comme estimables et désirables, des idéaux plus ou moins formalisés orientant les actions et les comportements d'une société OU d'un groupe social. 1.3 L'organisation politique contrat social : doctrine où la société politiquement organisée est le résultat d'un accord passé entre des hommes qui abandonnent des «droits» liés à l'état de nature (usage de la force) au profit de gouvernants tenus d'assurer la défense des biens et des personnes. État : 1. Institution politique qui exerce le pouvoir légal. Personne morale qui représente la nation et exerce la souveraineté populaire par l'intermédiaire des pouvoirs publics. 2. Pouvoir central par opposition aux collectivités territoriales 3. Synonyme de pays pour l'onu. légitimité : caractère de ce qui est reconnu conforme aux valeurs partagées dans une société et donc accepté. nation : 1. Dans la conception culturelle, communauté unie par une culture ou une croyance en une origine commune. 2. Dans la conception élective, désigne la communauté constituée par la «volonté de vivre ensemble» et donc d'obéir aux lois de l'état. participation politique : action volontaire, organisée ou ne utilisant des moyens légaux ou non, dans le but d'influencer l'activité du gouvernement (participation électorale, protestataire). pouvoir: capacité d'un individu ou d'un groupe à impose sa volonté à un autre individu ou à un autre groupe, même contre son gré. pouvoir central : pouvoir concentré sous une même autorité. Désigne généralement le pouvoir de l Etat. pouvoir local : pouvoir des collectivités locales décentralisée comme les communes, les départements et les régions. règles : codification définie par la société des manières de faire, de penser et de sentir. Les règles peuvent être écrites (le droit par exemple) ou non écrites (les usages sociaux, les mœurs).

5 règles de droit : Prescription juridique d'un comportement qui implique une sanction légale en cas de nonrespect. représentation : dans une démocratie, système dans lequel les citoyens élisent leurs représentants. subsidiarité : principe de partage des compétences et de pouvoir qui consiste à attribuer à une institution de niveau de pouvoir le plus proche des citoyens, le maximum de responsabilités compatibles avec une gestion efficace. supranational : ce qui est placé au-dessus des États-nations. Des institutions supranationales peuvent imposer des décisions à l'ensemble des Etats-nations qui leur ont transféré des pouvoirs. 2. La régulation économique et sociale 2.1 La coordination par le marché abus de position dominante : situation d une entreprise qui domine le marché et qui en profite pour imposer ses règles (fixation des prix, barrières à l entrée ) barrière à l'entrée : toutes les pratiques permettant à une entreprise de retarder ou d interdire l entrée d une autre entreprise sur son marché. Les barrières à l entrée constituent une pratique anticoncurrentielle. barrières à la sortie: obstacles que rencontrent les entreprises pour sortir d'un marché donné. concentration : processus de regroupement d'unités de production autour d'une société mère. La taille des entreprises augmente alors tandis que leur nombre sur un marché diminue. La concentration est verticale ou horizontale. concurrence monopolistique : Situation dans laquelle des entreprises qui ne sont pas réellement des monopoles cherchent à échapper à la concurrence en différenciant leurs produits de manière à créer une position dominante sur un segment de marché. concurrence parfaite : Modèle théorique qui a un caractère normatif et qui s applique au marché. Pour les néoclassiques, c est un "idéal à atteindre". Elle repose sur cinq critères : Atomicité : un grand nombre d offreurs et de demandeurs de petite taille par rapport au marché. Homogénéité : les produits sont identiques et substituables ; on ne peut donc faire de la concurrence par les produits ou par les marques. Fluidité du marché : liberté d entrée et de sortie sur le marché ; il n y a donc pas de contraintes institutionnelles. Transparence du marché : l information ne peut pas être source de pouvoir sur le marché. mobilité des facteurs de production : les agents économiques disposent du travail et du capital en fonction de leurs besoins. coopération :(entre entreprises) stratégies d entreprises visant à s entendre sur des objectifs communs coûts : Coût d opportunité : gain maximum auquel un agent économique renonce lorsqu il prend une décision. Ainsi, le coût d opportunité d un investissement pour une entreprise peut être les intérêts qu elle aurait perçus en plaçant cette somme. Coût de production : ensemble des dépenses réalisées par une entreprise pour produire Coût marginal : coût additionnel occasionné par la dernière unité produite. D après la théorie des rendements décroissants, le coût marginal est croissant au-delà d une certaine quantité. Coût moyen : rapport du coût total à la quantité produite Coût salarial : coût total de l utilisation du facteur travail, c est-à-dire le salaire net que perçoit le salarié plus les cotisations payées par celui-ci (prélevées sur sa fiche de paie) et les cotisations payées par

6 l employeur. Coût total : somme des dépenses à la charge de l entreprise qui produit (coûts variables et coûts fixes) Coûts de production : ensemble des dépenses réalisées par une entreprise pour produire. Coûts fixes : coûts dont le montant ne varie pas en fonction de la quantité produite Coûts variables : coûts dont le montant varie (proportionnellement ou non) en fonction de la quantité produite (biens intermédiaires comme les matières premières ou l énergie, par exemple) différenciation: Stratégie par laquelle une entreprise différencie ses produits de ceux de ses concurrents, en modifiant les produits ou l'image qui leur est associée. don : système d'échange sans contrepartie immédiate pratiqué dans les économies dites primitives, et dont la logique perdure encore dans nos sociétés. Son fonctionnement repose sur une triple obligation : donner, recevoir et rendre. droit de propriété : droit reconnu et protégé par la société d'user librement d'un bien économique, sous certaines contraintes et restrictions. échange : cession d'un bien ou d'un service entre deux agents en contrepartie d'autre chose. Dans le cas de l'échange marchand, la contrepartie est monétaire et immédiate. Dans le cas de l'échange non marchand, la contrepartie peut être différée dans le temps et n'est pas nécessairement de valeur équivalente. échange marchand : mode de circulation des biens et services, à travers l'achat et la vente, en fonction d'une valeur d'échange, le prix. économies d'échelle : réduction du coût par unité produite en raison d'une augmentation de la quantité produite. élasticité : rapport entre les variations relatives de deux grandeurs. élasticité prix : mesure de la variation de l'offre ou de la demande par rapport à la variation du prix. Elle se distingue de l'élasticité hors prix, ou élasticité qualité. élasticité revenu : mesure de la variation de la demande en fonction de la variation du revenu. information : ensemble de renseignements que le système de prix donne sur la situation du marché. innovation : correspondant à un nouveau procédé ou produit, elle est l'application industrielle et commerciale d'une invention, c'est-à-dire la fabrication et la vente à grande échelle de cette dernière. monopole : structure de marché caractérisée par la présence d'un vendeur unique. monopole naturel: un monopole est naturel quand, du côté de l'offre, une seule entreprise est plus efficace que plusieurs en raison de rendements d'échelle croissants. oligopole : : structure de marché caractérisée par la présence d'un petit nombre d'offreurs susceptibles d'influencer les prix. prix d'équilibre : (ou prix de marché) : prix fixé par la loi de marché, ie par la libre confrontation de l offre et de la demande sur un marché. Seul ce prix assure l égalité entre l offre et la demande. productivité : C est le rapport entre la quantité produite d'un bien ou d'un service et le nombre d'unités d'un facteur de production utilisé. L'indicateur le plus couramment utilisé est celui de productivité du travail: il se définit par le rapport entre un volume de production réalisé et la quantité de travail employée. La productivité du capital mesure le rapport entre le volume de production obtenue pendant une période donnée et le volume du capital fixe utilisé pour produire. La productivité moyenne d'un facteur de production mesure la quantité produite par unité de facteur employé. profit : Au sens large un profit, un bénéfice est avantage retirer d une opération. Au sens économique le profit c est le gain qu une entreprise a réalisé lorsque toutes les recettes et toutes les dépenses ont été enregistrées. Pour les économistes bénéfice est synonyme de profit. Le profit peut être calculé avant ou après impôts. quantité d'équilibre : quantité qui correspond à l égalité de l offre et de la demande. La quantité offerte étant égale à la quantité demandée, il n y a ni pénurie, ni surproduction.

7 rationnement de l'offre ou de la demande : quand l offre et la demande ne sont pas égales, les quantités échangées le sont au niveau le plus bas de l offre ou de la demande. On dit qu il y a alors un rationnement de l offre (d>o) ou de la demande (o>d). 2.2 L'action des pouvoirs publics assistance : logique des systèmes de protection sociale qui cherchent à réduire les inégalités de revenus. assurance : logique des systèmes de protection qui cherchent à protéger les membres d une société contre les grands risques de l existence (maladie, chômage, retraite, accidents du travail, famille) Opération consistant à couvrir des risques éventuels en contrepartie d une cotisation. biens collectifs : biens ou services non rivaux et/ou non excluables, c'est-à-dire pouvant être simultanément consommés par plusieurs personnes sans qu'elles aient à en supporter chacune le coût. contrainte budgétaire : limitation de la marge de manœuvre d un Etat en raison de difficultés financières ou budgétaires. contrainte extérieure : ouverture internationale des économies qui entraîne une réduction progressive de l'autonomie des politiques nationales menées. dépense publique : dépense de l Etat, des collectivités locales et des administrations de sécurité sociale. Elles se répartissent en deux catégories principales : les dépenses ordinaires, qui sont essentiellement des dépenses de fonctionnement, et les dépenses en capital ou d investissement. égalité-inégalité : - égalisation : tendance au rapprochement des conditions de vie et de revenu des différents groupes sociaux. Selon Tocqueville, c est une évolution propre aux sociétés démocratiques. - Egalité des chances : situation dans laquelle la position sociale d un individu ne dépend pas de son milieu social d origine, de son sexe ou de sa nationalité - Egalité des droits : principe selon lequel les hommes sont égaux devant la loi externalités : se produit lorsqu'un agent économique procure, par son activité, à autrui, un avantage ou un désavantage, sans dédommagement, c'est-à-dire sans contrepartie monétaire, ni pour l'un ni pour l'autre. prélèvements obligatoires : ensemble des impôts et des cotisations sociales prélevés par les administrations publiques auprès des agents économiques. Le taux de prélèvement obligatoire est le rapport entre le montant des prélèvements et le PIB. protection sociale : Ensemble des dispositifs mis en place pour assurer et aider les individus devant les risques majeurs de l existence (chômage, maladie, vieillesse, famille). Elle a donc à la fois des objectifs matériels (permettre aux individus de survivre quand ils sont malades, ou âgés, ou chargés de famille nombreuses, par exemple) et des objectifs sociaux (réduire l inégalité devant les risques de la vie et assurer aux individus un minimum de revenus leur permettant d être intégrés à la société). En France la protection sociale est assurée par des institutions : la Sécurité sociale (protection contre la maladie, la vieillesse, etc...), et l État lui-même dont le budget assure certaines dépenses (bourses scolaires, indemnisation des chômeurs en fin de droits, par exemple) ou des collectivités territoriales (les Communes peuvent prendre en charge certaines dépenses des retraités ayant peu de ressources, comme les dépenses de transport, par exemple). Dans d autres pays le financement et l organisation fait une place plus ou moins importante aux entreprises. Enfin, les administrations privées (les organisations caritatives,comme le Secours catholique ou le Secours populaire, par exemple) prennent en charge également une partie de la protection sociale, souvent en direction des populations les plus marginalisées. redistribution : ensemble des prélèvements et des réaffectations de ressources opérés par les pouvoirs publics et influençant les revenus des ménages. service public/privé : ensemble des activités d'intérêt général assurées sous le contrôle des pouvoirs publics. Les services publics peuvent être confiés à des entreprises privées.

8 2.3 Régulation et cohésion sociale contrainte financière : évolution démographique, économique et sociale induisant une augmentation tendancielle des dépenses publiques, source de déficits publics permanents, qui font peser un poids financier lié aux remboursements des emprunts antérieurs de plus en plus lourds sur le budget des administrations publiques. délinquance : transgression des normes légales, la délinquance est donc réprimée par des sanctions juridiques. déviance : transgression des normes sociales, des usages et des mœurs, ainsi que des règles de droit en vigueur dans une société, qui implique des sanctions allant de la simple désapprobation à la condamnation pénale. étiquetage : mécanisme par lequel les membres d'un groupe ou les institutions d'une collectivité désignent un individu. comme déviant. La société lui applique cette étiquette (H. Becker) pour la non-conformité de son acte à la norme. marginalité: situation d'individu ou de groupe qui s'écarte du modèle dominant (valeurs, normes) de la société globale. mouvements sociaux : ensemble d'actions et de conduites collectives mettant en cause l'ordre social et cherchant à le transformer. négociation collective: entretiens et échanges de vue entre représentants de groupes sociaux pour parvenir à des accords ou à des compromis. Ils contribuent à l'institutionnalisation des conflits sociaux. production des normes : institution de normes dans une collectivité par le biais de la transmission et de l'interaction de ses membres. règles : codification définie par la société des manières de faire, de penser et de sentir. Les règles peuvent être écrites (le droit par exemple) ou non écrites (les usages sociaux, les moeurs). sanctions formelles et informelles : les sanctions répriment un comportement non conforme à la norme (sanctions négatives) ou au contraire elles félicitent un comportement «modèle» (sanctions positives). On distingue également les sanctions formelles (mises en œuvre par des institutions spécialisées comme la police ou la justice) des sanctions informelles (exercées par une pression sociale diffuse). Stigmatisation : mécanisme par lequel les membres d'un groupe ou les institutions d'une collectivité attribuent une identité sociale déviante à un individu ou à un groupe, en raison d'une caractéristique jugée comme un handicap: le stigmate (E. Goffman). Celui-ci peut être physique (la surdité), ethnique (être noir), par exemple.

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés Glossaire Activité principale L activité principale exercée (APE) est déterminée en fonction de la ventilation des différentes activités de l unité légale. C est la ventilation du chiffre d affaires dans

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital.

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. I. Le facteur travail. A. Aspect quantitatif: la population active. 1. La population active. Si on suit les définitions du bureau international

Plus en détail

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES THEME 1 LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES 1.3 : Comment répartir les revenus et les richesses? L'économie est définie comme la «science qui étudie le comportement humain dans la relation

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

Par exemple une hausse des impôts et taxes provoque une baisse de la CAF.

Par exemple une hausse des impôts et taxes provoque une baisse de la CAF. CAPACITÉ D'AUTOFINANCEMENT ET AUTOFINANCEMENT 1- Définition de la capacité d'autofinancement () La capacité d'autofinancement est la ressource interne dégagée par les opérations enregistrées en produits

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Calcul de l impôt. Tranche de revenus Taux Impôt dû par tranche Impôt total. de 0 à 8.070 25 % 2.017,50 2.017,50

Calcul de l impôt. Tranche de revenus Taux Impôt dû par tranche Impôt total. de 0 à 8.070 25 % 2.017,50 2.017,50 Calcul de l impôt Le décumul des revenus des conjoints est total mais l imposition est établie au nom des deux conjoints. La loi assimile les cohabitants légaux aux conjoints. Les cohabitants de fait font

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE

TABLE DES MATIERES PREFACE TABLE DES MATIERES PREFACE, par Françoise Thys-Clément... 7 PREMIERE PARTIE : L impôt et la politique fiscale : approche empirique et théorique... 13 CHAPITRE 1 : L impôt en Belgique... 15 1.1 Les principes

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Aide Memoire Economie

Aide Memoire Economie Aide Memoire Economie Pour entreprendre seul : Entreprise individuelle, pas de capital à apporter donc il peut utiliser son matériel personnel. Chaque associé à le droit de participer aux bénéfices, à

Plus en détail

1 ère ES. Test de Science économique

1 ère ES. Test de Science économique 1 ère ES. Test de Science économique Dans les propositions suivantes, sélectionner la réponse la plus appropriée. Chapitre 1. Les grandes questions que se posent les économistes. I. Dans un monde aux ressources

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale 1 ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Le présent accord précise les modalités d application du 2 du

Plus en détail

TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES SAVOIRS JURIDIQUES ASSOCIES DU REFERENTIEL BAC PRO GA ET LE PROGRAMME D ECONOMIE-DROIT

TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES SAVOIRS JURIDIQUES ASSOCIES DU REFERENTIEL BAC PRO GA ET LE PROGRAMME D ECONOMIE-DROIT TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES SAVOIRS JURIDIQUES ASSOCIES DU REFERENTIEL BAC PRO GA ET LE PROGRAMME D ECONOMIE-DROIT Avertissement : ce document a pour seul objet de faciliter le de repérage des

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT - 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Passage des S.I.G. selon le P.C.G. (analyse juridique) aux S.I.G. selon la Centrale de Bilans de la Banque

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution A) Les différents types de revenus B) La répartition primaire C) La redistribution D) Le budget des ménages Salaires, traitements, bénéfices, honoraires, primes, dividendes, intérêts, loyers Mécanismes

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 7

Table des matières. Introduction... 7 Table des matières Introduction... 7 CHAPITRE 1 La déclaration pour l impôt sur le revenu... 9 1. Qui a l obligation de déposer une déclaration pour l impôt sur le revenu?... 10 2. Qui a la possibilité

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

Règlement de gestion du fonds d investissement DLL EuroEquity Fund valable à partir du 1 janvier 2009

Règlement de gestion du fonds d investissement DLL EuroEquity Fund valable à partir du 1 janvier 2009 Delta Loyd Life SA Avenue Fonsny, 38 1060 Bruxelles Téléphone : +32 (0)2 238 88 11 Fax : + 32 (0)2 238 88 99 TVA BE 0403.280.171 RPM Bruxelles www.deltalloydlife.be Règlement de gestion du fonds d investissement

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux adps 18 bis rue de bruxelles 75009 paris Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 Téléphone : Etats Financiers Bilan Actif adps Edition du 17/03/15 RUBRIQUES BRUT Amortissements Net (N) Net (N-1) 31/12/2014

Plus en détail

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11 RAPPORT FINANCIER INTERMÉDIAIRE ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS Résultats 1 Bilan 2 Déficit et surplus d apport 3 Flux de trésorerie 4 Notes afférentes aux états financiers 5-11 1 RÉSULTATS CONSOLIDÉS POUR

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail