CHARPENTE METALLIQUE DU LYCEE ST BENOÎT IV ETUDE, CONCEPTION ET SUIVI DE L AFFAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHARPENTE METALLIQUE DU LYCEE ST BENOÎT IV ETUDE, CONCEPTION ET SUIVI DE L AFFAIRE"

Transcription

1 PROJET DE FIN D ETUDES CHARPENTE METALLIQUE DU LYCEE ST BENOÎT IV ETUDE, CONCEPTION ET SUIVI DE L AFFAIRE Auteur : LINDNER Elève ingénieur de 5 ème année LE PORT, Ile de la Réunion Tuteur Entreprise : BROSSARD Stéphane Directeur général, CMOI Tuteur INSA : DUQUESNAY Pierre Juin 2009

2 2

3 REMERCIEMENTS Je souhaiterais remercier Louis PINGARD, PDG de CMOI et des entreprises partenaires, Stéphane BROSSARD, mon maître de stage et Directeur général de CMOI, Stéphane VILLALONGA pour son étroite collaboration, ainsi que l ensemble des employés, de m avoir accueilli aussi chaleureusement et de m avoir guidé tout au long de mon projet de fin d études. Par ailleurs, je souhaiterais également remercier Pierre DUQUESNAY, mon professeur superviseur de l INSA de Strasbourg, pour son suivi tout au long de ce passage en entreprise. 3

4

5 SOMMAIRE Introduction PRESENTATION DE L ENTREPRISE Domaine d activité et produits réalisés Localisation géographique Historique ORGANISATION GENRALE ET POLITIQUE DE L ENTREPRISE Organisation interne et management Statut de l entreprise Organigramme et effectif Finances - Gestion commerciale - Communication Chiffre d affaire et capital Politique commerciale et communication Les marchés La politique qualité Contrainte liée à la localisation Pourquoi utiliser l acier? PRESENTATION SOMMAIRE DE L AFFAIRE : LYCEE ST-BENOIT IV Objectifs et localisation Attribution de l affaire Budget Historique de la négociation Les intervenants, rôle de CMOI et organisation de l affaire Les intervenants Les intervenants du lot 3 GTOI Organisation Objectifs et organisation personnelle Objectifs Planning CONCEPTION ET CALCULS DES OUVRAGES Objectifs Architecture et principe général de l ensemble des bâtiments Principes et singularités des bâtiments Bâtiment A Bâtiment B, C, D, E, F Bâtiment J Bâtiment I et H Bâtiment G Bâtiment K Conception, calculs et dimensionnement des portiques du bâtiment A Règlements utilisés Philosophie du bâtiment Détermination des charges

6 Combinaison des cas de charges Sollicitations Dimensionnement Détermination des autres éléments Pannes Calcul de stabilité Profil de cassure Profil de rive Attaches Pieds de poteaux articulés Conclusion SUIVI TECHNIQUE, ADMINISTRATIF ET FINANCIER DE L AFFAIRE Rôle du chargé d affaires Ressources humaines et planning Planning étude Planning général Suivi technique Suivi administratif Suivi du traçage Approvisionnement et achat Import Octroi de mer Fabrication et traitement Fabrication Traitement Pose Conclusion ETUDES COMPLEMENTAIRES LIEES A L AFFAIRE Méthode de calcul pour les fixations avec chevilles Objectifs Vérification à la traction Vérification au cisaillement Interaction Conclusion Conclusion Nomenclatures Annexes

7 INTRODUCTION Dans le cadre de notre formation d ingénieur en Génie Civil à l INSA de Strasbourg, nous sommes amenés, à l issu de notre cursus, à réaliser un projet de fin d études (PFE) en entreprise. Le but de ce projet est d être confronté à une situation professionnelle concrète et réelle. C est un travail personnel mais également un travail d équipe qui doit répondre aux besoins et aux exigences d une entreprise. Il est à la fois d ordre scientifique, technique, mais aussi humain, administratif et financier. Il regroupe donc l ensemble des qualités que doit posséder un ingénieur dans son travail quotidien. L entreprise qui m a accueilli pour mon projet de fin d études, se nomme CMOI (Construction Métallique Océan Indien). C est une entreprise de charpente métallique et de serrurerie implantée à l île de la Réunion, et plus précisément dans la ville du Port, à 30 km du chef lieu du département, Saint-Denis. Suite à une première expérience très positive chez CMOI lors de mon stage de quatrième année, chacune des parties, l entreprise et moi, avons décidé de renouveler l expérience. CMOI m a donc donné l opportunité de réaliser mon projet de fin d études au sein de leur structure. La charpente métallique, domaine dans lequel j ai été formé initialement est la branche dans laquelle je souhaite évoluer dans ma future vie professionnelle, c est pourquoi faire mon PFE chez CMOI, entreprise forte de 20 ans d expérience dans le domaine de la construction en acier, fût une véritable opportunité. L Ile de la Réunion est une île en plein essor dans le secteur de la construction, des ouvrages d art et des travaux publics. La route des Tamarins, qui sera ouverte à la circulation au juin 2009, en est le parfait exemple. Elle ne représente pas moins de 100 ouvrages d art et plus de 40 Km de chaussées. En terme de construction, de nombreux projets sont également prévus tant sur le marché public comme par exemple des hôpitaux, des collèges, des lycées que sur le marché privé avec des bâtiments industriels ou encore des logements individuels. Autant de projets dans lesquels CMOI est impliquée. Mon PFE avait pour objet la réalisation de la charpente métallique du lycée Saint- Benoît IV. Ma mission était d une part de concevoir et dimensionner les éléments de charpente avec les règles actuellement en vigueur au sein de l entreprise. Puis d autre part de réaliser le suivi technique, administratif et financier l affaire. Ce rapport se compose de six parties majeures. Dans un premier temps, nous ferons une rapide présentation de l entreprise. Ensuite, nous parlerons de son organisation et de sa politique interne. Dans un troisième temps, nous ferons une présentation sommaire de l affaire «Lycée Saint-Benoît IV» avant d entrer plus en détail dans la conception et le dimensionnement des éléments de charpente. Puis nous parlerons de la partie relative au suivi technique, administratif et financier de l affaire. Et nous terminerons avec des études complémentaires liées à l affaire. 7

8 1. PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. DOMAINE D ACTIVITE ET PRODUITS REALISES L entreprise CMOI réalise principalement des structures en charpentes métalliques et ceci à hauteur de 80 %. Il s agit de charpentes en PRS, en poutrelles, ou en treillis. Elle réalise également des ossatures secondaires comme des planchers collaborants. Par ailleurs, des mises en place et des rénovations de couverture ou encore de bardage sont également effectuées. Les 20 % restant sont consacrés à la serrurerie, à savoir des garde-corps, des escaliers ou encore des brises soleil LOCALISATION GEOGRAPHIQUE L entreprise CMOI (Constructions Métalliques Océan Indien) est implantée dans l Océan Indien, à l Ile de la Réunion, plus précisément dans la ville du Port, à environ 30 km du chef lieu du département, à savoir St Denis (Figure 1) Figure 1 : Localisation 1.3. HISTORIQUE CMOI (Constructions Métalliques de l Océan Indien) a vu le jour en 1987 et ses vocations principales sont la charpente légère, la chaudronnerie et la serrurerie. En 1989, CMOI (Constructions Métalliques Ossatures industrielles) est crée et c est seulement en 1996 que la direction des deux sociétés devient commune, que la réorganisation 8

9 est effectuée et que l ensemble des machines de production est mis en commun. En 1998, le bureau d étude est renforcé par le développement de la DAO et de la CAO. Depuis 2001, et ceci suite à l agrandissement de la société, trois nouvelles sociétés ont été créées proposant les services suivant : - Un bureau d études (ECM : Etudes et constructions des Mascareignes) - Un atelier de fabrication (ADP : Atelier Du Port) - Levage / Montage (BATMONTE) Ces créations permettent une meilleure gestion de chaque société. Par contre, elles rendent un peu plus délicate la compréhension du fonctionnement des différentes entités, notament, pour les personnes extérieures. Ces créations permettent également de proposer à l extérieur, un savoir faire technique, spécifique à chaque entité comme par exemple des marchés de maîtrise d œuvre pour le bureau d étude ECM et des prestations de location d engins de levage pour BATMONTE. 9

10 2. ORGANISATION GENRALE ET POLITIQUE DE L ENTREPRISE Dans cette partie nous allons principalement nous intéresser à la société CMOI. Toutefois quelques précisions sur les autres services seront également données ORGANISATION INTERNE ET MANAGEMENT La société CMOI fait partie d une holding dénommée «La Holding Sainte Marie», comprenant plusieurs sociétés implantées en métropole. Le PDG, installé à l île de la Réunion, fait donc partie de la direction de ce groupement. Il est par conséquent, également, à la tête des quatre sociétés que nous avons évoquées précédemment lors de la présentation et dont nous allons immédiatement expliquer le fonctionnement. Lorsque CMOI décroche une affaire, les chargés d affaires ont pour objectif de trouver et de gérer l intégralité des sous traitants qui vont intervenir sur le chantier afin que les lots que CMOI a obtenus soient réalisés dans les temps. Les chargés d affaires peuvent décider de travailler avec les entreprises faisant partie du groupement CMOI, mais ils peuvent aussi choisir d autres sous traitants, aussi bien pour les études (très rare) que pour la fabrication ou encore la pose (plus fréquent). Ceci montre donc bien que CMOI est une entreprise de suivi d affaire. Les chargés d affaires doivent avoir une vision globale du chantier et de l affaire. Ils doivent être maîtres du projet tant d un point de vue technique, administratif qu organisationnel. Ils doivent aussi maîtriser l ensemble des méthodes de conception, mais ceci sans entrer dans les détails du dimensionnement et de la vérification des éléments. Le bureau d étude, à savoir ECM, travaille à 95 % avec CMOI. Ainsi presque l intégralité des affaires gérées par CMOI, sont conçues, calculées et dessinées par ECM. Il n est que rarement amené à réaliser des études pour des sociétés extérieures. BATMONTE, de son coté, est uniquement sollicité par CMOI, et ceci pour la partie montage. La structure n étant pas assez développée, les chargés d affaires de CMOI sont amenés à trouver d autres sociétés de montage à même de pouvoir réaliser les travaux. Par ailleurs, elle met ses machines de levage, à savoir, les grues, les camions grue ou encore les nacelles en location. Pour finir, l Atelier Du Port (ADP), réalise 90% de sont chiffre d affaire avec CMOI. Les 10% restant sont réalisés avec des particuliers. L organisation actuelle permet de bien gérer chaque entreprise. On peut considérer que les trois entités sont des services proposés par CMOI, mais ceci, tout en ayant des personnalités juridiques indépendantes. 10

11 2.2. STATUT DE L ENTREPRISE L entreprise a un statut un peu particulier. Elle est répertoriée juridiquement sous la forme d une société à actions simplifiées (S.A.S). C est une forme de société commerciale régit par le code du commerce français. Elle représente une alternative intéressante de la société anonyme dans la mesure où elle laisse une grande liberté aux associés. En effet, la S.A.S est essentiellement définie par des statuts, c'est-à-dire par la volonté de ses associés et non par la loi. Toutefois, elle se rapproche d une SA car elle est une société de capitaux. C est une forme très souvent employé par les PME, comme CMOI ORGANIGRAMME ET EFFECTIF Direction Service Qualité Service Achats Administration Vente Bureau d études Suivi d affaire Atelier Pose Figure 2 : Organigramme L organigramme ci-dessus (Figure 2) présente le fonctionnement des quatre sociétés. Il y a, en comptant CMOI et ses entreprises collaboratrices, environs 90 personnes travaillant chaque jour dans un des services que nous avons décrits précédemment. Lorsqu il y a une surcharge de travail au sein du groupe, tant au bureau d études qu à l atelier ou encore au montage, deux solutions sont envisageables, à savoir la sous-traitance ou l embauche par intérim. Par ailleurs, l entreprise se soucie fortement de la formation des jeunes. En effet, tout au long de l année de nombreux stagiaires sont encadrés au sein de la structure dans le but d apprendre le métier de la construction métallique. CMOI compte actuellement trois ingénieurs dans ses rangs. Ils sont principalement chargés de la partie conception et calculs de structure. Par ailleurs, l un d eux, est gérant du bureau d études. 11

12 2.4. FINANCES - GESTION COMMERCIALE - COMMUNICATION Chiffre d affaire et capital. Evalution du ch iffre d'affaire de CMOI CA en Millions d' euros Figure 3 : Evolution du chiffre d affaire Le chiffre d affaire de l année 2008 a été de 18,5 Millions d euros. Nous pouvons constater qu il a été en nette progression en passant de 14,5 Millions d Euros en 2005 à 20 Millions en Une légère baisse est à constater l an passé avec un chiffre d affaire qui a tout de même atteint 18,5 Millions d euros. (Figure 3). Par ailleurs, le capital de la société s élève à Il doit être supérieur à comme cela est règlementé dans les textes définissant les SAS Politique commerciale et communication L intégralité de la gestion commerciale revient au directeur général de CMOI. Il y a très peu d opérations de prospection commerciale qui sont faites, c'est-à-dire qu il n y a pas de recherche permanente de nouveaux clients potentiels. La politique marchande est principalement basée sur la consultation directe et sur la réponse aux appels d offres publiques. Quelques campagnes sont toutefois présentes dans la presse pour des bâtiments agricoles. Par contre, la société utilise ses véhicules comme support de publicité. Par ailleurs, sur chaque chantier, un panneau publicitaire de CMOI est présent. Concernant la communication externe et l image de la société, il n y a que très peu de publicité qui est faite, mise à part la distribution de plaquettes et la possession d un site internet qui vient d entrer en activité récemment. Par contre, une grande attention est portée à la communication interne. En effet, chaque semaine des «Réunions Planning» sont organisées pour se rendre compte de l avancement des différentes tâches. Dans l ordre nous avons : 12

13 - Planning Etudes : cette réunion rassemble le directeur général de CMOI, et le responsable du bureau d études. Les chargés d affaire sont contactés, les uns après les autres, pour débattre des affaires qui leur ont été confiées afin de connaître l avancement de la phase de conception et de calcul. - Planning Fabrication et montage: lors de cette réunion, le Directeur Général est bien évidemment, à nouveau présent, mais cette fois c est le chef d atelier et le responsable de la pose qui y assistent. Là encore, les chargés d affaires interviennent successivement, pour avoir une vision sur la partie fabrication LES MARCHES Les marchés dans lesquels intervient CMOI peuvent être classés en deux grandes catégories : - Les marchés publics - Les marchés privés Répartition des marchés M arché public 50% 50% Marché Privé Figure 4 : Répartition des marchés Chaque type de marché représente environ 50 % du chiffre d affaire (Figure 4). Dans les marchés publics on trouve par exemple des ouvrages tels que des hôpitaux, des collèges ou encore des lycées tandis que pour les marchés privés nous aurons principalement des constructions industrielles. Ceci est valable aussi bien pour la charpente que pour la serrurerie. Comme nous l avons précisé, l entreprise intervient à la fois dans le domaine public et privé. Elle répond à tout type d appels d offre (publics), qu ils soient ouverts ou restreints. Dans un premier temps, l appel d offre ouvert consiste à réaliser deux «paquets» ou «plis» : - Le premier paquet est relatif a la candidature de l entreprise. Son analyse permet de se faire une idée plus précise sur les compétences professionnelles et financières de l entreprise. 13

14 - Le second paquet contient la proposition financière et un mémoire technique. Avec ce deuxième pli, l acheteur effectue une analyse multicritères de l offre de l entreprise. On peut donc en conclure que l acheteur public est amené à étudier chaque dossier de candidature. L appel d offre restreint permet d étudier uniquement les propositions des entreprises jugées aptes à réaliser les travaux. En effet : - Le premier «paquet» se compose de la candidature de l entreprise. L acheteur public procède à l analyse des documents contenus dans ce pli afin d évaluer les capacités professionnelles, techniques et financières de chaque concurrent. - Seuls les candidats jugés aptes à pouvoir exécuter les prestations du marché sont invités à remettre une offre. La structure de l entreprise étant relativement petite et en comparaison avec les grands groupes de BTP français tels que VINCI, BOUYGUES ou en encore EIFFAGE, CMOI ne se consacre pas aux partenariats publics privés (PPP), dans la mesure où trop de contraintes en résultent. Lorsqu une affaire est jugée intéressante par le responsable commercial, à savoir le directeur général, le service d «Etude de prix» répond à l appel d offre en réalisant le chiffrage. Un prédimensionnement sommaire est effectué pour réaliser cette opération prévisionnelle et un devis estimatif de l affaire peut donc être rédigé. C est ensuite que l acheteur public décide de l entreprise à laquelle il va confier l affaire LA POLITIQUE QUALITE CMOI se préoccupe beaucoup de la qualité au sein de leurs différentes structures. La démarche qualité est basée sur plusieurs éléments : - La désignation d un responsable de la qualité, qui est l animateur de cette démarche, ceci bien évidemment, avec l aide des différents chefs de service. Cette personne n a pas forcement les connaissances techniques nécessaires pour gérer l ensemble des informations qui entrent en compte. Un grand travail de consultation auprès des responsables de service est donc indispensable. - L organisation des documents, avec la mise en place d un système documentaire de type ISO intégrant des procédures, des instructions et des enregistrements. Un sommaire sous format «Excel» incluant l ensemble des fichiers a aussi été créé pour en faciliter la recherche. On y trouve principalement des informations administratives contrairement au MEMOTECH dont nous allons tout de suite expliquer la philosophie et le fonctionnement. - La classification du savoir faire de l entreprise, via la mise en place d un MEMOTECH. Des principes de conception, des éléments ou pièces standardisées, des 14

15 normes (DTU, règlements CM, etc ), des fiches techniques et avis techniques sur différents matériaux. On utilise aussi un sommaire dans un fichier «excel» pour la recherche rapide et efficace de données. - L uniformisation des classements d affaire. Chaque affaire traitée par CMOI est dotée d un numéro à 4 chiffres et est classée sur le serveur dans le répertoire du chargé d affaire qui s occupe de l opération. Afin de faciliter la gestion et de retrouver les documents rapidement, des dossiers types ont été créés avec les sous dossiers suivant : 1- Marché 2- Plans Architecte et BET 3- Suivi administratif 4- Suivi d affaire 5- Note de calcul fiches techniques 6- Plans BE d exécution 7- Consultations achats 8- Plans de montage 9- Photos de chantier 10- DOE recollement Le responsable qualité gère l organisation de tous ces documents qu ils soient d ordre administratif et ou technique. Il met à jour la base de données en fonction de la validité de chaque document (fiches techniques, avis techniques) et met en place de nouveaux documents en collaboration avec les chefs de service (achat, vente, bureau d étude, suivi d affaire, atelier). L objectif de la démarche qualité est d aboutir à une certaine simplicité et à une amélioration de l efficacité pour les tâches à effectuer quotidiennement. Il est important dans une telle structure que la transmission de l information se fasse de manière correcte afin d en perdre le moins possible. Néanmoins, je pense que le système de recherche mériterait d être revu, afin d en améliorer son efficacité. En effet, les codes et procédés n ont pas été intégrés par l ensemble du personnel et j ai constaté une perte de temps notable qui pourrait être évitée. L entreprise a décidé de ne pas demander de certification ISO dans la mesure où les contraintes pour bénéficier de cette certification sont trop importantes et actuellement ingérables par la structure en place. Par ailleurs, nous savons que le domaine de la construction évolue sans cesse et que pour être informé des découvertes en terme de recherche et de nouvelles technologies, des formations sont nécessaires. Chaque employé a droit à deux formations par an dans le domaine qu il aura choisi. Il s agit de formations relatives aux logiciels informatiques (dessin ou calculs), aux nouveaux règlements de calculs ou encore aux normes récemment publiées et donc en vigueur. 15

16 De plus, un manuel qualité a été rédigé par le responsable qualité. Ce manuel présente les différentes entreprises, l historique, la localisation géographique et l organigramme général mais il définit surtout la structure et le fonctionnement du système qualité. Grâce au manuel qualité, une évaluation du personnel est possible et elle est même obligatoire. Elle permet d établir une progression personnelle pour chaque employé et permet ainsi de leur fixer des objectifs CONTRAINTE LIEE A LA LOCALISATION L île de la Réunion est située au milieu de l Océan Indien ce qui rend extrêmement difficile la gestion de la matière première. Dans la mesure où il n y a pas de sidérurgie à proximité, l ensemble de la matière première doit être importé. Ainsi, une grande partie de l acier arrive de la métropole. Le souci principal est donc le délai d acheminement de la matière. C est un point essentiel qu il faut absolument intégrer dans la gestion de l affaire. C est le service des achats qui se préoccupe de l approvisionnement de la matière en fonction des commandes faites par les chargés d affaires. Cette opération est délicate dans la mesure où le délai d arrivage de la matière peut varier en fonction des départs des cargos transportant les conteneurs. Nous y reviendrons plus en détails ultérieurement. Le stock est lui aussi géré par ce service et est mis à jour hebdomadairement. Ceci permet au projeteur d utiliser en priorité les aciers directement disponibles. Il a été défini une quantité minimale d acier qui doit toujours être en stock. C est à partir de cela et en fonction des besoins que les commandes sont réalisées POURQUOI UTILISER L ACIER? Dans la mesure où l Ile est située dans une zone cyclonique, des charges importantes de vent sont à prendre en compte. Grâce à l utilisation de poutrelles en acier et notamment des profilés reconstitués soudés, il est possible d avoir des sections ayant un moment d inertie important tout en limitant le poids de la structure. Des portées importantes peuvent être atteintes, tout en libérant de grands espaces et en minimisant le coût de la construction. Par ailleurs, d un point de vue de la fabrication, les procédés sont intégralement industrialisés, ce qui permet d avoir une maîtrise totale des coûts. Grâce à des bases de données relatives aux temps de fabrication, ces éléments sont facilement prévisibles. De plus, dans l optique d une philosophie de développement durable, l acier est adapté dans la mesure où il est intégralement recyclable. En outre, lors de la phase de chantier il n y a pas de nuisance. Ce sont des chantiers secs en comparaison à ceux en béton armé. On n y trouve pas de gravats ou de déchets. De plus, on ne constate aucune gène sonore lors du montage. 16

17 3. PRESENTATION SOMMAIRE DE L AFFAIRE : LYCEE ST- BENOIT IV 3.1. OBJECTIFS ET LOCALISATION Figure 5 : Localisation de l'affaire La Région Réunion a pour objectif la construction d un lycée dans la commune de Sainte-Anne. La ville est située à l Est de l île, à environ 50 km de Saint-Denis. C est le quatrième lycée de l arrondissement de Saint-Benoît, d où le nom de l opération. Dans la mesure où il s agit de la construction d un lycée, le projet sera financé par la Région Réunion, qui est par conséquent le maître d ouvrage. Le budget consacré à cette opération s élève à environ 28 millions d euros. Concernant la répartition des tâches, plusieurs lots ont été déterminés par la maîtrise d œuvre et la maîtrise d ouvrage comme par exemple : - Lot VRD (Voirie et réseaux divers) - Lot Gros œuvre/charpente-couverture/etanchéité/métallerie - Lot plomberie - Lot Electricité - Lot Traitement d air - Lot Menuiserie bois - L allotissement peut se faire suivant plusieurs formes, en fonction du souhait de la maîtrise d œuvre et d ouvrage. Il existe principalement trois formes de répartition de lots, à savoir : - Entreprise générale : C est une entreprise qui pilote tout ou une grande partie du projet. Elle prend le marché en tout corps d état. Elle gère l ensemble de ses sous 17

18 traitants qu elle aura préalablement choisis. Le maître d ouvrage lui confie généralement l ordonnancement, le pilotage et le contrôle. Elle intègre un responsable du gros œuvre et un responsable des corps d état secondaires. - Entreprise en corps d états séparés : Des entreprises spécialisées se voient attribuer des lots séparés pour lesquels des CCTP (cahier des clauses techniques générales) propres à leur spécialité sont déterminés. - Macro Lot : Des entreprises se voient attribuer des lots comprenant plusieurs spécialités, ce qui est le cas pour le lot 3 de l affaire Saint-Benoît IV. En effet, GTOI est responsable du lot Gros œuvre dans lequel figure aussi la charpente métallique, la charpente bois, l étanchéité et la métallerie. Nous allons brièvement voir quels sont les avantages et les inconvénients de ces différents types d allotissements, que ce soit pour la maîtrise d œuvre ou pour les entreprises. Entreprise générale ou Macro lots Corps d'états séparés Entreprises MOE Avantages Inconvénients - Contrôle technique - Gestion de tous les et financier de ses lots et l entreprise sous-traitants. n est pas spécialiste dans les corps d états de son lot. - Gestion de la garantie décennale de ses sous-traitant - Un seul intervenant - Pas le choix des officiel. entreprises. - Réception de - Retard au démarrage l opération un du projet, le temps seul PV à effectuer que l entreprise générale choisisse ses Entreprises - Pas d autre intermédiaire que la MOE MOE - Choix des entreprises. - Présence de chaque corps d état lors des réunions de synthèse. sous traitants - Demande un suivi permanent de l opération. - Interface avec les autres corps d états. - Multiplie les intervenants officiels. - Plus grand travail de synthèse. Tableau 1 : Avantages et inconvénients des différents allotissements 18

19 3.2. ATTRIBUTION DE L AFFAIRE BUDGET HISTORIQUE DE LA NEGOCIATION Dans un premier temps, CMOI a répondu à toutes les entreprises générales susceptibles d obtenir le marché, à savoir, GTOI, SBTPC et SOGEA. GTOI s est vu attribuer le marché, puis CMOI à relancé la consultation sur l ensemble des opérations (Charpente métallique, charpente bois et sous face bois) et a été on concurrence avec d autres entreprises de charpente, notamment CANCE et DIT. Dans la mesure où le bois n est pas la spécialité de CMOI, cette partie a été enlevée du lot. Ensuite, deux offres ont été remises : - La première avec des pannes IPE galvanisées à chaud tout comme le reste de la structure - La deuxième avec des pannes Cé, c'est-à-dire des pannes en tôle pliée galvanisée, comme l indique le CCTP. Mais cette offre a été faite avec des réserves. Nous y viendrons plus en détails dans la partie liée à la galvanisation. CMOI a été plus compétitif sur la panne Cé et un peu moins sur les pannes IPE. Mais l entreprise s est finalement alignée afin d avoir le marché. Au final, après trois semaines de dures négociations, la vente a été réalisée à hauteur de Cette somme comprend la charpente de l ensemble des bâtiments, la couverture, le bardage, les gouttières et les descentes d eau. Il y a eu chez GTOI plusieurs intervenants du durant les négociations. - Le métreur - Le responsable étude de prix - Directeur des travaux 3.3. LES INTERVENANTS, ROLE DE CMOI ET ORGANISATION DE L AFFAIRE Les intervenants Nous allons ici répertorier les différents acteurs qui participent à l avancement du projet qu ils jouent un rôle technique ou administratif. La maîtrise d ouvrage (MOA) : C est la Région Réunion qui joue le rôle de maître d ouvrage et qui est le porteur du projet. Il en sera également le financeur. Il défini le triptyque «Délais/Coût/Qualité», c'est-àdire l échéance du projet, son budget, ainsi que les exigences techniques par l intermédiaire du CCTP (Cahier des clauses techniques particulières). Par ailleurs, l Union Européenne participe aussi au financement de l opération. 19

20 La maîtrise d ouvrage mandataire (MOA mandataire) : Il s agit là de SR 21 (Sainte-Clotilde). Elle est désignée par la maîtrise d ouvrage lorsque celle-ci n a pas l expérience nécessaire quant au pilotage de projet. Elle a pour mission d aider la MOA à définir, piloter, et exploiter le projet réalisé par la maîtrise d œuvre. La maîtrise d œuvre (MOE): La maîtrise d œuvre est assurée par le cabinet d architecte 2APMR (Saint-Pierre). Elle est responsable de la réalisation des travaux et de son échéance. Elle a été choisie par le maître d ouvrage à la suite d un appel d offre. C est à elle que reviennent les décisions d ordre architecturales et techniques. Le bureau d étude structure : Pour notre projet, c est le bureau d étude GECP (Saint-Denis) qui réalise la mission. Il assiste la maîtrise d œuvre lors de la conception des ouvrages et principalement pour la partie structure. D autres bureaux d études rattachés à la MOE participent aussi à l élaboration du projet par exemple le BE fluide ou encore le BE VRD. OPC : Ordonnancement, Pilotage, Contrôle (CPS : La Possession) : Il est responsable de l avancement des opérations. Il a comme objectif la synchronisation des différents acteurs afin de livrer l ouvrage dans les délais. Il est choisi par le maître d ouvrage. CSPS : Coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé (SOCOTEC) : C est une personne dont la maîtrise d ouvrage doit obligatoirement s adjoindre dans le but de minimiser les risques d accidents durant les phases de construction, durant lesquelles plusieurs travailleurs indépendants ou entreprises sont amenés à intervenir simultanément. Bureau de contrôle (DIDES : St-Denis) Il est choisi par la maîtrise d ouvrage pour s assurer de la conformité des éléments de conception mais également des procédés de mise en œuvre. Il rend des rapports à la MOA sur les documents (plans et notes de calculs) et valide, ou non, les différents éléments. Si certaines parties ne sont pas validées, des justifications ou modifications doivent être apportées. 20

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS HALLE DES SPORTS EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS LOT N 07 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES SERRURERIE 1 VRD

Plus en détail

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Place Jean Marie Danel 80370 BERNAVILLE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT n 04: SERRURERIE MAITRISE d ŒUVRE Antoine MAUGNARD Architecte 11 Avenue de

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES PROTECTIONS COLLECTIVES SOMMAIRE PROTECTIONS COLLECTIVES DE RIVES ET TOITURES presse rapide et ses consoles, protections avec poteaux, protection de rive par traversée de mur 3 CONSOLES POUR PLANCHERS

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

VILLE DE SAINT GALMIER (42) CONSTRUCTION D UN PLAFOND DE SECURITE ANTI CHUTES ET ANTI-GOUTTES LOCAL DE VERRERIE ARTISANALE

VILLE DE SAINT GALMIER (42) CONSTRUCTION D UN PLAFOND DE SECURITE ANTI CHUTES ET ANTI-GOUTTES LOCAL DE VERRERIE ARTISANALE VILLE DE SAINT GALMIER (42) CONSTRUCTION D UN PLAFOND DE SECURITE ANTI CHUTES ET ANTI-GOUTTES LOCAL DE VERRERIE ARTISANALE LOT UNIQUE : SERRURERIE / METALLERIE Cahier des Clauses Techniques Particulières

Plus en détail

CNRS. CENBG HALL DE MONTAGE de GRADIGNAN (33) PRO LOT N 5 MENUISERIES SERRURERIE

CNRS. CENBG HALL DE MONTAGE de GRADIGNAN (33) PRO LOT N 5 MENUISERIES SERRURERIE Affaire n E2124 Page 1 CNRS HALL DE MONTAGE de GRADIGNAN (33) LOT N 5 MENUISERIES SERRURERIE A 07/2010 Emission originale BL BL INDICE DATE OBJET REDIGE VERIFIE JJ/MM/AA REVISIONS DU DOCUMENT Affaire n

Plus en détail

Présentation : Notre équipe se compose :

Présentation : Notre équipe se compose : SUEUR CONSTRUCTION BOIS 6, route de Haute-Avesnes 62 144 ACQ Téléphone : 03 21 59 05 40 Fax : 03 21 59 17 01 www.sueur-construction-bois.fr sueurconstructionbois@wanadoo.fr Présentation : La Société SUEUR

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

PREFECTURE DU VAR PAGE 1 SECURISATION DE ZONES ACCESSIBLES ET CREATION D UNE PASSERELLE METALLIQUE MARCHE DE TRAVAUX

PREFECTURE DU VAR PAGE 1 SECURISATION DE ZONES ACCESSIBLES ET CREATION D UNE PASSERELLE METALLIQUE MARCHE DE TRAVAUX PREFECTURE DU VAR PAGE 1 PREFECTURE DU VAR MINISTERE DE L INTERIEUR BD DU 112EME REGIMENT D INFANTERIE BP 1209 83 070 TOULON TEL : 04 94 18 83 83 FAX : 04.94.18.85.88 Mise en sécurité des accès du public

Plus en détail

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP.

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP. IDE A LA REDACTION D UN CCTP: Prescriptions particulières MURS PORTEURS INTERIEURS Allotissement S 26/07/2013 REAMBULE Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LOCAUX. 48 & 50, Boulevard Edgar QUINET - 79200 PARTHENAY MAITRE D'OUVRAGE :

RESTRUCTURATION DE LOCAUX. 48 & 50, Boulevard Edgar QUINET - 79200 PARTHENAY MAITRE D'OUVRAGE : 48 & 50, Boulevard Edgar QUINET - 79200 PARTHENAY MAITRE D'OUVRAGE : SYNDICAT MIXTE D'AMENAGEMENT ET D'EXPANSION DE LA GATINE 79 200 PARTHENAY PRO Coordinateur SPS PGC 1, Bis rue Pasteur - BP 73 17340

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE : MAIRIE DE CASTELNAU DE BRASSAC. Lieu-dit «Bonpas» D.C.E. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.)

MAITRE D OUVRAGE : MAIRIE DE CASTELNAU DE BRASSAC. Lieu-dit «Bonpas» D.C.E. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) MAITRE D OUVRAGE : MAIRIE DE CASTELNAU DE BRASSAC REHABILITATION et EXTENSION D UN ENTREPOT MUNICIPAL Lieu-dit «Bonpas» D.C.E. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) LOT 2 CHARPENTE COUVERTURE

Plus en détail

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre )

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) Toitures et charpentes Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) C.2 1/6 Domaine d application Le présent document traite des interfaces dans la mise en œuvre des couvertures grands

Plus en détail

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale.

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale. Pièces constitutives d une charpente Charpente traditionnelle Structure principale Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire 2 1 5 4 3 1 - Panne 2 - Panne faitière 3 - Sablière 4 - Chevron

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD SOLUTIONS POUR LE PLANCHER SOLUTIONS POUR LA TOITURE LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD TimberStrand MD LSL, Parallam MD PSL, Microllam MD LVL, ainsi que la nouvelle poutre TimberStrand MD LSL

Plus en détail

LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE

LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE - page 1/5 LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE IMPORTANT LOT 00 : Les entrepreneurs doivent impérativement prendre connaissance des prescriptions communes (lot 00) ainsi que

Plus en détail

"Construction d'un Laboratoire sec sur la mezzanine de l' UR IRMO"

Construction d'un Laboratoire sec sur la mezzanine de l' UR IRMO Département de l'hérault commune de Montpellier CEMAGEF Groupement de Montpellier Domaine de Lavalette 361 rue jean François Breton 34196 Montpellier C.C.T.P. "Construction d'un Laboratoire sec sur la

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. ATELIERS COMMUNAUX EXTENSION ET REHABILITATION Rue des Brelles 56200 - LA GACILLY

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. ATELIERS COMMUNAUX EXTENSION ET REHABILITATION Rue des Brelles 56200 - LA GACILLY CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAITRE D OUVRAGE COMMUNE DE LA GACILLY MAIRIE Rue de l Hôtel-de-Ville 56200 - LA GACILLY Tél. 02.99.08.10.18 - Fax 02.99.08.25.38 ATELIERS COMMUNAUX

Plus en détail

MARCHÉS PUBLICS MARCHÉ DE TRAVAUX «REMPLACEMENT TOITURE BASSIN DE PLONGEE» CAHIER DES CHARGES INDICATIONS GÉNÉRALES DESCRIPTIONS DES PRESTATIONS

MARCHÉS PUBLICS MARCHÉ DE TRAVAUX «REMPLACEMENT TOITURE BASSIN DE PLONGEE» CAHIER DES CHARGES INDICATIONS GÉNÉRALES DESCRIPTIONS DES PRESTATIONS MARCHÉS PUBLICS MARCHÉ DE TRAVAUX «REMPLACEMENT TOITURE BASSIN DE PLONGEE» CAHIER DES CHARGES INDICATIONS GÉNÉRALES DESCRIPTIONS DES PRESTATIONS ARTICLE 1 ER : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Nom et adresse de

Plus en détail

Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars. Poutrelle Angelina. L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence

Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars. Poutrelle Angelina. L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars Poutrelle Angelina L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence Poutrelle Angelina Une idée audacieuse adaptée à un produit industriel Plus

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation Ville de CALVISSON Gard MARCHÉS PUBLICS DE TRAVAUX AMENAGEMENT DU PARC DU FOYER COMMUNAL Date et heure limites de réception des offres Vendredi 24 juillet 2015 à 12h. Règlement de la Consultation ARTICLE

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE 1. MAITRE DE L OUVRAGE (proposant et futur souscripteur du contrat) 1.1. Nom ou raison sociale : 1.2. Adresse précise : 1.3.

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Dossier de Consultation des Entreprises

Dossier de Consultation des Entreprises CCTP LOT 07 : METALLERIE - SERRURERIE Dossier de Consultation des Entreprises AVRIL 2009 MODIFICATION JUILLET OCT 2009 09.007.PRO.CCTP.24.04.2009 Métallerie - Serrurerie - 1 / 10 7 LOT 07 METALLERIE -

Plus en détail

EXEMPLE DE C.C.T.P. PROTECTIONS BAS DE PENTE RIVES TOITURES TERRASSES -

EXEMPLE DE C.C.T.P. PROTECTIONS BAS DE PENTE RIVES TOITURES TERRASSES - EXEMPLE DE C.C.T.P. PROTECTIONS BAS DE PENTE RIVES TOITURES TERRASSES - Ce CCTP peut être adapté aux particularités du chantier. Pour faciliter son utilisation, les éléments à compléter ou relevant de

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois Forum Bois Construction Beaune 2011 La Règue verte - 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois B. Dayraut 1 La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature

Plus en détail

Commune de Barjouville. Travaux d aménagements de sécurité Rd 339 et Rd 127 et divers :

Commune de Barjouville. Travaux d aménagements de sécurité Rd 339 et Rd 127 et divers : Commune de Barjouville (Département d Eure-et-Loir) MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX Marché à procédure adaptée passé en application de l article 28 du Code des marchés publics. Nature des travaux : Travaux d

Plus en détail

PISCINE MUNICIPALE STADE JEAN BOUIN

PISCINE MUNICIPALE STADE JEAN BOUIN PISCINE MUNICIPALE STADE JEAN BOUIN Rue Jean Bouin 69320 FEYZIN Maître d ouvrage : Ville de FEYZIN 18 rue de la mairie 69320 FEYZIN Maître d œuvre : REFECTION ETANCHEITE TERRASSE EX SOLARIUM LPG ARCHITECTE

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bourg@alpes-controles.fr Membre de la COPREC RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: BT120019 indice 08 NOM DU PROCEDE: METASOLE+ TYPE DE PROCEDE: Procédé photovoltaïque

Plus en détail

Protections collectives contre les chutes de hauteur

Protections collectives contre les chutes de hauteur Fiche 2 Protections collectives contre les chutes de hauteur A qui servent-elles? Comment les dimensionner? promouvoir cette disposition? Quels en est le coût, quels en sont les gains? Sur la majorité

Plus en détail

Retrouvez l ensemble des productions et services Gipen sur www.gipen.fr. Ferme comble perdu (EV : avec débord queue de vache) Ferme comble habitable

Retrouvez l ensemble des productions et services Gipen sur www.gipen.fr. Ferme comble perdu (EV : avec débord queue de vache) Ferme comble habitable Echelle de pignon Chevêtre Ferme comble habitable (A entrait porteur (AEP)) Ferme comble perdu (EV : avec débord queue de vache) Ferme pignon Ferme comble perdu (W : avec débord entrait long) Pénétration

Plus en détail

LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE

LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE CONSEIL GENERAL de la SOMME Transfert de l imprimerie située au 40 rue de la République vers le 10 rue des Louvels 80000 AMIENS 3.1 LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE 3.1 ETENDUE DES TRAVAUX REGLEMENTATIONS

Plus en détail

MSA SIEGE SOCIAL DE VALENCE (26) EXTENSION DE BUREAUX

MSA SIEGE SOCIAL DE VALENCE (26) EXTENSION DE BUREAUX MAITRE D OUVRAGE 29, Rue Frédéric CHOPIN 26000 VALENCE MSA CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT N 02 CHARPENTE BOIS - ARCHITECTE BET STRUCTURE / ECONOMIE / FLUIDES Cabinet d'architecture Olivier

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

La toiture traditionnelle... en acier! SUR MESURE. facile à poser COUVERTURE PANNEAUX-TUILES ET SES ACCESSOIRES

La toiture traditionnelle... en acier! SUR MESURE. facile à poser COUVERTURE PANNEAUX-TUILES ET SES ACCESSOIRES COUVERTURE PANNEAUX-TUILES ET SES ACCESSOIRES SUR MESURE facile à poser aspect comparable à une toiture en tuiles 1,1 m La toiture traditionnelle... en acier! Facile à poser! Suivez le guide... BATITUILE

Plus en détail

Un mode opératoire unique : le 5D Process

Un mode opératoire unique : le 5D Process Un mode opératoire unique : le 5D Process Le groupe OSSABOIS s appuie depuis 28 ans sur un mode constructif basé sur la préfabrication des murs et des charpentes en atelier. Les murs sortent en effet de

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Construire sa maison bois en toute sécurité

Construire sa maison bois en toute sécurité Construire sa maison bois en toute sécurité Faire le choix d une maison bois, c est opter pour une maison performante, confortable et pérenne. C est également faire un geste pour l environnement, en utilisant

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques La construction face au risque sismique Nouvelle réglementation Auch 27 novembre 2012 Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques Albane RAMBAUD Sandrine MARNAC CETE du Sud Ouest / DALET

Plus en détail

La série d éléments massifs pour la construction durable selon les normes pour habitations passives. www.alphabeton.eu www.pamaflex.

La série d éléments massifs pour la construction durable selon les normes pour habitations passives. www.alphabeton.eu www.pamaflex. La série d éléments massifs pour la construction durable selon les normes pour habitations passives www.alphabeton.eu www.pamaflex.eu La gamme d éléments Pamaflex dévelopée par Alpha Béton est spécifiquement

Plus en détail

MISE EN CONFORMITE ACCESSIBILITE DU PARKING, DU BATIMENT D ACCUEIL & AMENAGEMENT DES SANITAIRES BATIMENT D ACCUEIL DES PUNTAS 65 110 CAUTERETS

MISE EN CONFORMITE ACCESSIBILITE DU PARKING, DU BATIMENT D ACCUEIL & AMENAGEMENT DES SANITAIRES BATIMENT D ACCUEIL DES PUNTAS 65 110 CAUTERETS MISE EN CONFORMITE ACCESSIBILITE DU PARKING, DU BATIMENT D ACCUEIL & AMENAGEMENT DES SANITAIRES BATIMENT D ACCUEIL DES PUNTAS 65 110 CAUTERETS MAÎTRE D'OUVRAGE SEM DU PONT D Espagne MAIRIE DE CAUTERETS

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

LOT N 04 CHARPENTE BETON - OSSATURES - MURS BETONS CHARPENTE METALLIQUE COUVERTURE - BARDAGE

LOT N 04 CHARPENTE BETON - OSSATURES - MURS BETONS CHARPENTE METALLIQUE COUVERTURE - BARDAGE LOT N 04 CHARPENTE BETON - OSSATURES - MURS BETONS CHARPENTE METALLIQUE COUVERTURE - BARDAGE 1. CHARPENTE BETON 1.1. CLAUSES GENERALES & PRESENTATION DU PROJET Les travaux portent sur la construction d

Plus en détail

Vu pour enregistrement le 17 février 2006

Vu pour enregistrement le 17 février 2006 Avis Technique 3/05-445 Annule et remplace l Avis Technique 3/01-358 Composants structuraux Structural components Strukturelle bestandteile escaliers helicoïdaux GANTOIS Titulaire : Etablissements GANTOIS.

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bac.bourg@alpes-controles.fr - RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: BT120018 indice 0 NOM DU PROCEDE: MODULES PHOTOVOLTAIQUES ASSOCIES EN POSE PORTRAIT OU PAYSAGE:

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

DEVIS DESCRIPTIF DES TRAVAUX CHARPENTE METALLIQUE SERRURERIE

DEVIS DESCRIPTIF DES TRAVAUX CHARPENTE METALLIQUE SERRURERIE Maître de l'ouvrage : AMIENS AMENAGEMENT agissant au nom et pour le compte du SDIS de la Somme Travaux : CONSTRUCTION DU CENTRE DE SECOURS DE AULT 1 DEVIS DESCRIPTIF DES TRAVAUX LOT N 3 CHARPENTE METALLIQUE

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES PROTECTIONS COLLECTIVES LA SOCIÉTÉ La société REMY voit le jour en 1964 à Dannemariesur-Crête dans le département du Doubs. Hervé REMY prend la succession de son père, Marcel, en 1987. Il développe l entreprise

Plus en détail

Dossier de Consultation des Entreprises

Dossier de Consultation des Entreprises CCTP LOT 03 : CHARPENTE OSSATURE BOIS Dossier de Consultation des Entreprises AVRIL 2009 09-007.PRO.CCTP.24.04.2009 Charpente ossature bois - 1 / 11 - 3 LOT 03 CHARPENTE OSSATURE BOIS 3.1 ETENDUE DES TRAVAUX

Plus en détail

FIBROSTELL & RENOSTELL

FIBROSTELL & RENOSTELL SYSTÈME DE RENOVATION ET ISOLATION DE TOITURE EN UNE OPERATION!! FIBROSTELL & RENOSTELL FASTOTECHNIQUE S.A. - Z.I. Aux Condémines D - rte de Cossonay 24-1040 Echallens Tél. +41 21 634 45 46 - fax +41 21

Plus en détail

LOT N 2 - MENUISERIES EXTERIEURES INTERIEURES et FAUX PLAFONDS

LOT N 2 - MENUISERIES EXTERIEURES INTERIEURES et FAUX PLAFONDS LOT N 2 - MENUISERIES EXTERIEURES INTERIEURES et FAUX PLAFONDS 4.A. OBJET DES TRAVAUX Les travaux prévus au présent lot concernent tous les ouvrages de Menuiseries extérieures, intérieures et de faux plafonds,

Plus en détail

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES Programme des Nations Unies pour le Développement ANNEXE CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : ESCALIER METALLIQUE DE SECOURS SUR LA FACADE POSTERIEURE DE L IMMEUBLE LOSONIA

Plus en détail

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles Les principales pièces des charpentes traditionnelles La charpente (fig. 5.1 et 5.2) : ensemble de pièces en bois qui portent la couverture. Les charpentes présentent diverses formes et différentes pentes

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

«L accès sécurisé en hauteur» Catalogue ancrages, protections collectives, EPI, échafaudages suspendus

«L accès sécurisé en hauteur» Catalogue ancrages, protections collectives, EPI, échafaudages suspendus «L accès sécurisé en hauteur» Catalogue ancrages, protections collectives, EPI, échafaudages suspendus Entreprises gros œuvre et couverture Maîtres d ouvrage Maîtres d œuvre Architectes Coordonnateurs

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES Presse rapide pour protections en rive de toit p. 56-57 Protection pignon avec poteau p. 58 Protection bas de toit avec poteau p. 59 Protection de rive réglable par traversée de mur p. 60 Avant-latte p.

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 13 14 Produits préfabriqués lourds Manutention, stockage et transport Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros œuvre. Parmi

Plus en détail

TUILE REX 24.183.910 MODE D'EMPLOI

TUILE REX 24.183.910 MODE D'EMPLOI TUILE REX 24.183.1100 REX 24.183.910 MODE D'EMPLOI CONTENU LES AVANTAGES 3 LES CARACTERISTIQUES 4 LA MISE EN OEUVRE ILLUSTRÉE 5 LES BONNES PRATIQUES SUR CHANTIER 9 LES ACCESSOIRES 11 2 LES AVANTAGES MONTAGE

Plus en détail

Le point de vue du contrôleur technique

Le point de vue du contrôleur technique Le point de vue du contrôleur technique mars 2010 P-E Thévenin Contrôle technique en zone sismique le contrôle technique missions et finalité contrôle technique obligatoire les attestations PS de contrôle

Plus en détail

CCTP 07.TVX.02 Page N 1

CCTP 07.TVX.02 Page N 1 CCTP 07.TVX.02 Page N 1 SOMMAIRE A EXPOSE GENERAL DE L OPERATION A.01 OPERATION Page : 3 A.02 INTERVENANTS Page : 3 A.03 DOCUMENTS REMIS Page : 3 B GENERALITES TOUS CORPS D ETAT B.01 OBJET DU C.C.T.P.

Plus en détail

Mise en oeuvre de charpentes légères

Mise en oeuvre de charpentes légères Fiche de sécurité E7 F 01 87 Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres 92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : 01 46 09 26 91 Tél. : 08 25 03 50 50 Fax : 01 46 09 27 40 Mise en oeuvre de charpentes

Plus en détail

V1/2011 GUIDE DE MISE EN ŒUVRE. TUYLEO 1100 TUILE MéTALLIQUE

V1/2011 GUIDE DE MISE EN ŒUVRE. TUYLEO 1100 TUILE MéTALLIQUE V1/2011 GUIDE DE MISE EN ŒUVRE TUYLEO 1100 TUILE MéTALLIQUE Toutes nos documentations sont téléchargeables sur www.bacacier.com TUYLEO 1100 GROUPE BACACIER Dans sa recherche permanente de compléter sa

Plus en détail

Toitures et charpentes

Toitures et charpentes Toitures et charpentes 1/7 Toiture-terrasse Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des toitures-terrasses, accessibles ou non. Les ouvrages considérés sont

Plus en détail

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Renforcer la compétitivité des entreprises françaises des secteurs forêt, bois, pâte à papier, bois construction, ameublement face à la mondialisation et à la concurrence inter-matériaux Institut technologique

Plus en détail

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris La laine de roche Les couleurs Les couleurs standard disponibles sont les suivantes : RAL 1015 ivoire claire RAL 7015 gris ardoise RAL 5008 bleu gris RAL 7022 gris terre d ombre RAL 7032 gris silex RAL

Plus en détail

Procontain Construction modulaire : l architecture créative

Procontain Construction modulaire : l architecture créative ARCHITECTURE CONSTRUCTION MODULAIRE Procontain Construction modulaire : l architecture créative Filiale du groupe allemand Alho, Procontain est le spécialiste en France de la construction modulaire. Dans

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE RAPPORT D AUDIT SOLIDITE Parking Centre commercial Carrefour Nice Lingostière Réalisé par : Pour le compte de : Date Indice 20/03/2012 A SARL 1GBTP 1796 Rte de Gattières 06510 Carros Tel : 06.62.41.42.62

Plus en détail

Attention, la visite du site est obligatoire L absence de remise d un certificat de visite entraînera la non-conformité de l offre remise

Attention, la visite du site est obligatoire L absence de remise d un certificat de visite entraînera la non-conformité de l offre remise MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX VILLE DE GUJAN-MESTRAS Direction Générale des Services Service Achats Marchés Place du Général De GAULLE 33470 GUJAN MESTRAS Tél: 05 57 52 57 52 Fax: 05 57 52 57 50 TRAVAUX DE

Plus en détail

Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas.

Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. L intégration de la sécurité lors de la conception des bâtiments

Plus en détail

INSTRUCTIONS COMPLÉTES

INSTRUCTIONS COMPLÉTES INSTRUCTIONS COMPLÉTES Le Service de plans du Canada, un organisme fédéral-provincial, favorise le transfert de technologie au moyen de feuillets, de croquis et de plans de construction qui montrent comment

Plus en détail

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m²

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Cahier de charge NON définitif. Adaptations possibles selon l arrivée de nouveaux matériaux bois ou la mise en œuvre de techniques

Plus en détail

SOMMAIRE 1. GENERALITES 3 1.1 CONSISTANTE DES TRAVAUX 3

SOMMAIRE 1. GENERALITES 3 1.1 CONSISTANTE DES TRAVAUX 3 CONSTRUCTION D UNE MAISON D ACCUEIL SPECIALISEE «La Goëlette» La Pouverine 83390 CUERS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) LOT N 11 SERRURERIE MAITRE D OUVRAGE «AIDERA VAR» 19 rue des

Plus en détail

EXTENSION DE L ECOLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT N 6. Serrurerie

EXTENSION DE L ECOLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT N 6. Serrurerie EXTENSION DE L ECOLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT N 6 Serrurerie JEAN-YVES IMBERT ARCHITECTE D.P.L.G. INNOPARC - AVENUE MARC SEGUIN BP 434 07 004 PRIVAS TELEPHONE 04-75-65-82-72 e mail

Plus en détail

TOPECAL Bâtiment Industriel, s.a.r.l.

TOPECAL Bâtiment Industriel, s.a.r.l. COUVERTURE METALLIQUE AUTOPORTANTE Les couvertures métalliques autoportantes TOPECAL représentent un système tout à fait nouveau dans le groupe des couvertures traditionnelles existantes. La couverture

Plus en détail

Les coûts en ligne de compte

Les coûts en ligne de compte Bac pro EDPI Les coûts en ligne de compte Stéphane Gaston [1] L étude des coûts de fabrication est souvent délaissée, même en lycée professionnel. Elle demande pourtant méthode et rigueur. Voici donc une

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Table des Matières. 03 Structures Porteuses. 05 Pratique Nationale. 06 Etudes de Cas. Introduction 1. Facteurs-cles pour la Conception

Table des Matières. 03 Structures Porteuses. 05 Pratique Nationale. 06 Etudes de Cas. Introduction 1. Facteurs-cles pour la Conception Guide de bonnes pratiques pour la construction de structures en acier - BÂTIMENTS À USAGE INDUSTRIEL Table des Matières Le CTICM (Centre Technique Industriel de la Construction Métallique) est un établissement

Plus en détail

Art. 36 Montage d éléments de toiture

Art. 36 Montage d éléments de toiture OTConst Protection contre les chutes à travers le toit 1 Art. 36 Montage d éléments de toiture 1 Il est permis, pour le montage d éléments de toiture, de s engager sur les toitures de résistance limitée

Plus en détail

Le module FABRICATION Le module DEVIS

Le module FABRICATION Le module DEVIS SARL PROGES 55, Av Louis Bréguet - Bât Hermès N 1 31400 TOULOUSE Tél : 05.61.34.06.55 Fax : 09.57.10.15.08 E.mail: logiciel@proges.fr www.proges.fr L INFORMATIQUE POUR LA MENUISERIE ALU ET PVC Logiciel

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen

Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen Génie Civil Septembre 2006 Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen Tournier Guillaume, élève ingénieur 5 ème année Partie résidentielle Atrium & jardins intérieurs Espace

Plus en détail

BUNKER STOCKAGE RADIOACTIF A PREVESSIN BSRP 954. Utilisation des dipôles comme blindage. - Rapport -

BUNKER STOCKAGE RADIOACTIF A PREVESSIN BSRP 954. Utilisation des dipôles comme blindage. - Rapport - CERN ST-CE/MP BUNKER STOCKAGE RADIOACTIF A PREVESSIN Utilisation des dipôles comme blindage - Rapport - M. Poehler Version : 1.1 novembre 99 1. Etudes d avant-projet En août de cette année, le groupe de

Plus en détail

Département de l Hérault Commune de JACOU 34830

Département de l Hérault Commune de JACOU 34830 Département de l Hérault Commune de JACOU 34830 AMENAGEMENT D UNE SALLE DES MARIAGES DANS UN BATIMENT COMMUNAL EXISTANT & RENOVATION DU PARVIS Place de la Mairie 34830 JACOU - PHASE DCE - 16 Mai 2014 -

Plus en détail

8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE

8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE 8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE De nombreux produits en acier (plats, tubes, barres, tiges, câbles, cornières ) sont utilisés pour les aménagements intérieurs et dans les éléments annexes

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Guide Technique Pour la Charpente de Mur. LSL et LVL SolidStart LP

Guide Technique Pour la Charpente de Mur. LSL et LVL SolidStart LP Conception aux états limites LSL et LVL SolidStart LP Guide Technique Pour la Charpente de Mur 1730F b -1.35E, 2360F b -1.55E and 2500F b -1.75E LSL 2250F b -1.5E and 2900F b -2.0E LVL Veuillez vérifier

Plus en détail