Vivapoly à l assaut de l été!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vivapoly à l assaut de l été!"

Transcription

1 N 05 Journal interne d information et d opinion medias.epfl.ch Téléchargez l app Flash EPFL! 03 Solaire Avec l inauguration du parc solaire urbain, le photovoltaïque est en bonne position sur plus de m 2 de toitures. 16 Achats 20 Mobilité 28 Genève Le projet Catalyse poursuit son optimisation et sa simplification des achats de l EPFL. Le Centre de transport de l EPFL a mis plus de 75 projets en route (et sur les rails) en cinq ans. L inauguration du Campus Biotech a mis à l honneur les sciences de la vie dans la Cité de Calvin. Vivapoly à l assaut de l été! ALAIN HERZOG

2 Sommaire ACTUALITÉ 04 Des laboratoires d analyses médicales à même le corps 06 Surveiller le phytoplancton lacustre depuis l espace 07 Solar Impulse : suivre en direct les émotions du public 08 Les mathématiques du souvenir et de l oubli 09 Le drone qui se déploie plus vite que son ombre CAMPUS 10 Quelles stratégies pour reprendre un peu de place sur le tarmac genevois? 11 Solar Leap, une aile solaire qui fait rêver 15 La journée des classes Achats : nouvelles pratiques, nouveaux outils 17 Domaine des EPF : des défis à relever pour les associations de personnel 18 Vivapoly 21 mai 2015 : soirée fraîche mais chaleureuse! 23 Des ingénieurs au chevet du réseau électrique du Cameroun 24 Plan de mobilité EPFL : un pas de plus vers la mobilité douce et partagée 27 Fields Medalist Martin Hairer gives Bernoulli lecture at EPFL 28 Inauguration réussie du Campus Biotech à Genève 31 Des fusées en carton pour s initier à l ingénierie spatiale 33 Les révisions ont débuté et Maurice a repris du service à la bibliothèques de l EPFL INFORMATIQUE 12 Web : agrandir les vignettes des actualités en ligne 13 Une deuxième vie pour les archives HPC POINT FORT 20 TRACE a hissé l EPFL à la pointe de la recherche en transport et mobilité CULTURE 36 Festival del film Locarno, du 5 au 15 août 2015 COUP DE CŒUR 40 Un recueil de nouvelles au parfum de l EPFL Edito Un peu, beaucoup, passionnément? LHUMEN PHOTOGRAPHIE Madeleine von Holzen Mediacom Vous ne l avez peut-être pas vu dans votre pile de courriers électroniques, ou alors l avez-vous vu, mais vous avez renoncé à cliquer : Médiacom lance un sondage pour connaître votre opinion à propos du journal que vous tenez entre vos mains (http://bit.ly/flashsondage). Le dernier remonte à Il était temps de retourner vers les lecteurs pour savoir ce qu ils pensent du canard officiel de la maison. Le premier numéro de Flash date de mai Le graphisme de la couverture tout en courbes sent bon le Flower Power. L intérieur est, disons, plus sec. Trois photos en noir et blanc en tout et pour tout sur les 12 pages A4, une typographie de machine à écrire (forcément) et quelques perles. On peut notamment y lire un article signé du responsable de l information Agepoly, dénonçant le fait que trop peu d étudiants (six à dix, alors que l école en compte 1600!) participent au travail des commissions. On y apprend aussi que l EPFL était sur le point d organiser ses premières portes ouvertes, «une occasion de prouver son ouverture au monde et sa volonté de dialoguer avec l entourage médiat et immédiat». Si si. Au programme : une information générale dans le hall du bâtiment central, des rencontres avec des représentants de l administration et des départements et l occasion «d admirer quelques panneaux présentant la situation de l école.» Sans oublier une exposition agrémentée «d un commentaire continu». Soit dit en passant, les prochaines portes ouvertes auront lieu du 3 au 6 novembre Alors? Que vous l aimiez à la folie ou plus du tout, dites-le nous. On peut tout imaginer, ou presque, pour le Flash de demain. Un changement de contenu, de style, de nouvelles rubriques, plus de numérique et moins de papier, ou plus de papier moins souvent. Car bien sûr, ce n est pas n importe quel journal, c est le vôtre. Claude Comina, que nous saluons avec plaisir au passage, ne disait pas autre chose, dans ce premier numéro. La forme a changé, la volonté pas tant que ça. apple ÉDITEUR RESPONSABLE Mediacom EPFL CONCEPTION GRAPHIQUE Gavillet & Rust / Eigenheer Karin Mavilia, atelierzed ADRESSE DE LA RÉDACTION EPFL Journal Flash Mediacom Station 10 CH-1015 Lausanne Suzanne Setz, secrétariat de rédaction, mise en page, production Frédéric Rauss, responsable communication interne E : W : medias.epfl.ch/ T : F : RÉDACTION Madeleine von Holzen, responsable Emmanuel Barraud, Cécilia Carron, Sandy Evangelista, Sarah Perrin, Lionel Pousaz, Frédéric Rauss DÉLAIS REDACTIONNELS PARUTIONS 6 : 24 août à 14h 2 septembre : 14 septembre 24 septembre 8 : 12 octobre 21 octobre IMPRESSION PCL Presses Centrales SA, Renens Papier : Cyclus Print, 100% recyclé, certification européenne Journal interne d information et d opinion ouvert aux membres actifs de l EPFL. Les articles de ce journal ne reflètent que l opinion de leurs auteurs. Toute reproduction, même partielle, n est autorisée qu avec l accord de la rédaction et des auteurs. Les articles doivent parvenir à la rédaction signés (nom, prénom, qualité, unité, section), dans les délais rédactionnels ci-dessus. La rédaction invite les auteurs à respecter les critères suivants : 3000 signes au maximum pour un article de fond, analyse ou compte-rendu 1500 signes pour des annonces de congrès, cours, conférences 1000 signes pour le «Courrier des lecteurs» 800 signes pour des offres d emploi 200 signes pour des annonces «express». La rédaction se réserve le droit de raccourcir les articles trop longs. Elle assume la responsabilité des titres et de la mise en page. Love it, hate it, change it? You might have missed it in the pileup that s your inbox, or maybe you saw it but didn t click on the link: Mediacom is doing a survey to get your thoughts on the newspaper you re holding in your hands right now (http:// bit.ly/flash-sondage). The last survey we did was in 2006, and it s high time we turned once again to our readers to see what you think of the School s official rag. The first Flash was issued in May The rounded typeface used on the cover was pure Flower Power. The inside was, to be kind, a bit drier. In its twelve A4 pages there were a total of three black and white photographs, a typography that was (necessarily) courier, and a few pearls. An article written by the person responsible for Agepoly communications bemoaning the fact that too few students (6-10 out of the 1600 students at the time) were participating in the work of a commission. We learned that EPFL was about to launch its first open house, an opportunity to demonstrate its openness and its desire to enter into dialog with all and sundry. On the program, an overview in the hall of the central building, introductions to representatives of the administration and the various departments, and an opportunity to admire some posters presenting the school s situation. In addition, visitors could take in an exhibit accompanied by a continuous commentary. FYI, our next open house will take place September 3-6, So do you love it or hate it? Take a minute and tell us what you think of the Flash. Anything is possible, or almost anything, for its future: the content, the style, new sections, more digital and less paper, or more paper, less often. Because it s not just any newspaper, it s your newspaper. Claude Comina, who we take this opportunity to recognize in passing, said as much in the first issue. The form has changed, but the purpose remains the same. apple

3 03 Actualité Romande Energie et l EPFL inaugurent leur «parc solaire urbain» Romande Energie et l EPFL ont construit ensemble, sur le campus de l EPFL, le plus grand parc solaire de Suisse intégré à un complexe de bâtiments existants. Inauguré ce jour, ce parc, d une surface de m 2, couvre plus de 25 toitures, à l image d une seule centrale sur tous les toits d un quartier. Mais c est également d un important laboratoire de recherche et d enseignement que se voit dotée la haute école. Communiqué Romande Energie / Mediacom Annoncée en 2009, la construction du parc solaire Romande Energie EPFL a été menée par étapes pour atteindre, avec sa mise en service finale aujourd hui, la production de 2,2 millions de kilowattheures par an, soit l équivalent de la consommation annuelle de 610 ménages. Cette construction par étapes a permis d adapter régulièrement les solutions techniques à l état de l art et du marché. Véritable vitrine technologique, ce parc solaire démontre ainsi la maturité et le formidable potentiel d évolution du photovoltaïque. PARTENARIAT INNOVANT EN FAVEUR DES ÉNERGIES RENOUVELABLES Le partenariat entre Romande Energie et l EPFL va au-delà de la simple production d électricité. La construction du parc solaire s est en effet doublée d un partenariat stratégique destiné à favoriser l innovation. Ainsi, 15% de l investissement est dédié aux travaux de plusieurs laboratoires de l EPFL actifs dans le domaine du photovoltaïque et à leur application. L Ecole mène en effet plusieurs recherches de pointe dans ce sec- EPFL - JAMANI CAILLET EPFL - JAMANI CAILLET teur. Elles sont rendues tangibles entre autres par l installation de panneaux Grätzel en façade ouest du SwissTech Convention Center ou les panneaux colorés de la façade sud du bâtiment d électricité, deux projets soutenus par Romande Energie. De plus, un «Romande Energie Solaire Lab» s ouvrira cet été et permettra aux chercheurs de mesurer en situation réelle les performances des panneaux prototypes sortis des laboratoires. UNE CÉRÉMONIE DE FIN DE TRAVAUX POUR LANCER 25 ANS DE PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ Le parc solaire Romande Energie EPFL a été inauguré ce jour en présence des directions des deux entités ainsi que de M me Jacqueline de Quattro, conseillère d Etat en charge du Département du territoire et de l environnement, et de M. Roger Nordmann, conseiller national, président de l association Swissolar. «Aujourd hui, nous célébrons la mise en service d un parc solaire qui, tout au long de ses 25 années de vie, voire plus, devrait produire près de 60 millions de kilowattheures d électricité», a déclaré Pierre-Alain Urech, directeur général de Romande Energie. André Schneider, vice-président de l EPFL pour les ressources et infrastructures, souligne que «dans ce projet, notre Ecole ne fait pas seulement œuvre de pionnière, mais montre aussi le potentiel réel de la production d énergie solaire dans notre pays. Dans le même temps et grâce à un terrain d expérimentation idéal sur ses propres toits, elle travaille au développement de nouvelles technologies photovoltaïques.» Un parc solaire que tout un chacun pourra prochainement découvrir dès lors qu un parcours de visite sera ouvert au public dès le 1 er juillet 2015! apple

4 04 Actualité Des laboratoires d analyses La puce qui lit la sueur Imaginez un minuscule timbre électronique collé sur le bras qui permet au joggeur de connaître son niveau d hydratation, de stress ou de fatigue. Ce capteur, le Laboratoire des dispositifs nanoélectroniques (Nanolab) a commencé à l élaborer! JAMANI CAILLET / EPFL «L équilibre ionique dans la transpiration d une personne peut donner beaucoup d indications sur son état de santé, indique Adrian Ionescu, directeur du Nanolab. Notre technologie détecte la présence de particules élémentaires chargées comme les ions et les protons dans de très petites concentrations, ce qui permet de connaître le ph de la sueur, mais aussi d autres niveaux d hydratation et de stress. Une adaptation légère permet également de traquer différentes sortes de protéines.» Grâce à la taille des transistors 20 nanomètres qui sont cent à mille fois plus petits que l épaisseur d un cheveu, il est possible de placer sur une seule puce tout un réseau de capteurs, qui repèrent chacun une particule différente. «Dans une prochaine étape, nous pourrons par exemple détecter le taux de calcium, de sodium ou de potassium dans la sueur. Ce sont des indicateurs de notre état de santé», explique Sara Rigante, première auteure de la publication, qui envisage aussi la détection de protéines révélatrices de certaines maladies. apple LIRE L ARTICLE COMPLET : un-nano-transistor-lit-votreetat-de-sante-dans-la/ Un labo sous la peau Une nouvelle puce développée à l EPFL surveille simultanément la concentration de plusieurs molécules, glucose ou cholestérol par exemple. Elle s implante sous l épiderme, s alimente en énergie via un patch collé sur la peau et communique avec votre téléphone portable. L avenir de la médecine s oriente vers toujours plus de précision non seulement dans le diagnostic, mais aussi dans le dosage des médicaments. Or les valeurs sur lesquelles le corps médical peut s appuyer sont généralement un instantané, reflétant le moment d une prise de sang dont l analyse peut nécessiter des heures, voire des jours. La nouvelle puce à biocapteurs réalisée par les chercheurs du Laboratoire de systèmes intégrés (LSI), en collaboration avec le groupe de recherche sur les circuits pour les fréquences radio (RFIC), est capable de surveiller simultanément la concentration de plusieurs molécules, glucose ou cholestérol par exemple, et de certains médicaments. La puce a déjà été testée avec succès in vivo sur des souris à l Institut de recherche en biomédecine de Bellinzone (IRB), dont les chercheurs ont pu contrôler en continu les taux de glucose et de paracétamol, sans qu un câble suiveur ne vienne perturber leur vie quotidienne. Des résultats extrêmement prometteurs, qui laissent espérer des tests cliniques sur l humain d ici trois à cinq ans d autant que l intervention n est que légère, la puce s installant juste sous l épiderme. apple LIRE L ARTICLE COMPLET : une-puce-sous-la-peau-pourune-medecine-plus-preci/ ALAIN HERZOG

5 05 Actualité médicales à même le corps Les aptamètres séduisent les pharmas A l EPFL, des chercheurs présentent un nouveau procédé rapide et portatif pour mesurer le taux de médicament dans le sang. Médecins et entreprises pharmaceutiques ont déjà montré leur intérêt pour cette recherche. Nous ne sommes pas tous égaux face à la maladie, ni face aux traitements prescrits par les médecins. Certains patients assimilent ou éliminent les substances rapidement, et d autres plus lentement. Pour qu un traitement soit efficace, il est donc nécessaire d individualiser les posologies. Un dosage trop élevé provoquera des effets indésirables, et un dosage trop léger ne sera pas assez efficace. A l EPFL, les chercheurs du laboratoire de Carlotta Guiducci Chaire Swiss-up en ingénierie (CLSE) ont développé une méthode rapide et à bas prix pour fabriquer des fragments d ADN appelés aptamères, qui permet de détecter des substances médicamenteuses en adéquation avec les exigences cliniques. Des outils informatiques d aide à l interpré- ALAIN HERZOG tation clinique de ces mesures sont par ailleurs en cours de développement. De quoi intéresser les médecins, qui pourront surveiller très facilement la présence de médicaments dans le sang de leurs malades, mais aussi les entreprises biotech et pharmaceutiques. «Lors de la phase de développement d un médicament, les entreprises souhaitent pouvoir caractériser rapidement et à bas coût les principes actifs du produit. Il s agit d étudier la façon dont les substances sont assimilées, puis éliminées par le corps, afin d adapter leur produit avant la vente», illustre Carlotta Guiducci. apple LIRE L ARTICLE COMPLET : mesurer-la-concentration-demedicaments-dans-le-sa/ Un couteau suisse du test médical testé au CHUV Véritable laboratoire médical de poche, le dispositif développé par Qloudlab, start-up basée l EPFL, est actuellement en phase de certification au CHUV. Ce laboratoire miniature permet de contrôler différents paramètres de santé en milieu hospitalier ou à domicile de manière rapide, simple et peu coûteuse. Nulle magie n a été nécessaire pour faire entrer un laboratoire d analyse médicale dans une poche. Un astucieux assemblage de systèmes électroniques embarqués, de capteurs modulables et d application mobile ont suffi. Le produit, de forme épurée, tient dans une main et est donc facilement transportable. A l image du couteau suisse, il peut être adapté au gré des besoins. «Grâce à ses embouts interchangeables, il pourra, à terme, effectuer toute la palette des tests de sang, d urine ou de salive pour quantifier une multitude de paramètres», projette Arthur Queval, fondateur de Qloudlab, spin-off de l EPFL. Pour l heure, le premier panel de tests, ciblant les lipides, est en voie de certification dans les laboratoires du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Si le résultat devait être concluant, l engin pourrait être commercialisé au début de l année prochaine. Le prototype, déjà finalisé, rangé dans une pochette de transport, semble en effet attendre son premier patient. Cette manière de réaliser des analyses présente un gain de temps qui accélère la prise de décision concernant la suite du traitement, ainsi qu un prélèvement moindre de substance à analyser. «Il faut environ 30 fois moins de sang pour un test de nouvelle génération qu un test en laboratoire», souligne Arthur Queval. Le dispositif développé par cette start-up issue du Laboratoire de microtechnique de l EPFL peut se targuer d être concurrentiel puisqu un test devrait être commercialisé à un coût similaire à ceux exécutés par les appareils existants. Soit environ deux fois moins cher qu une même analyse en laboratoire. apple LIRE L ARTICLE COMPLET SUR : actu.epfl.ch/news/un-laboratoire-medical-de-pocheteste-au-chuv ALAIN HERZOG

6 06 Actualité Surveiller le phytoplancton lacustre depuis l espace Une étude de l EPFL démontre que les images satellite peuvent être très utiles dans le suivi de la santé des eaux lacustres. Elles jettent également un nouvel éclairage sur certains processus biologiques temporaires, tels que la prolifération d algues. Jan Overney Journaliste, Faculté ENAC Partout dans le monde, les lacs et les rivières sont de plus en plus menacés par les activités humaines. Des mesures de surveillance de leur santé générale sont donc prises. En Europe, les plans d eau sont analysés régulièrement. Mais la collecte d échantillons étant coûteuse en temps et en argent, les lacs ne sont souvent testés qu en un seul endroit et au mieux une à deux fois par mois. Un certain nombre de processus biologiques peuvent ainsi échapper à ces contrôles. En analysant des images satellite du lac Léman couvrant toute une décennie, une équipe de chercheurs internationaux a démontré qu elles étaient un bon moyen de compléter et d optimiser les campagnes de surveillance sur le terrain. Les résultats de leur étude sont publiés dans le journal Science of the Total Environment. PRESSIONS ANTHROPIQUES Dans les lacs cristallins, les matières nutritives n étant présentes qu en faibles quantités, la croissance des plantes aquatiques est limitée. Mais lorsque, par ruissèlement, des engrais provenant de l agriculture y sont déversés, ces végétaux peuvent se mettre à proliférer rapidement, puis à pourrir, utilisant ainsi tout l oxygène contenu dans certaines parties du lac parfois au détriment de certaines populations de poissons. Afin de prévenir ce phénomène, les taux de nutriments et de phytoplancton dans les lacs sont régulièrement mesurés. Pour ce faire, on prélève des échantillons d eau, dont on analyse les concentrations de chlorophylle. Mais les chercheurs ont démontré que les images satellite pouvaient fournir ces informations de manière encore plus détaillée pour ce qui est des couches supérieures du lac. En utilisant des images couvrant une période de dix ans, APHYS, EPFL - DAMIEN BOUFFARD Isabel Kiefer, du Laboratoire de physique des systèmes aquatiques de l EPFL, a mesuré les populations de phytoplancton dans le lac Léman. L analyse de ces clichés, pris entre 2002 et 2012 à une altitude d environ 800 km de la Terre par le satellite Envisat, a permis de remarquer des fluctuations géographiques et saisonnières que les méthodes traditionnelles n avaient pas détectées. Au printemps et en été, les concentrations de chlorophylle à la fois les plus hautes et les plus variables ont par exemple été observées à l embouchure du Rhône. En automne, les substances nutritives en provenance du fleuve s accumulent en revanche à de plus grandes profondeurs. Le phytoplancton se développe alors hors de portée des satellites. De plus, les données ont également permis d évaluer la pertinence des sites actuellement utilisés pour le prélèvement d échantillons. Or, il est apparu que si la fourchette dans laquelle se situent les concentrations de chlorophylle est bien représentée durant les mois d été, ce n est pas le cas au printemps et en automne dans différentes zones du lac. Un constat qui plaide donc pour une multiplication des sites d échantillonnage. VERT CLAIR OU VERT FONCÉ? Recourir à des satellites pour mesurer avec précision la croissance du phytoplancton n est pas chose aisée. «La méthode consiste essentiellement à traduire la couleur des eaux lacustres en termes de concentrations de chlorophylle, souligne Damien Bouffard, responsable de l étude. Mais certains paramètres, tels que la réflexion des montagnes environnantes, peuvent en modifier l aspect.» Or, la profondeur à laquelle un satellite peut «voir» est conditionnée par la transparence de l eau. Les chercheurs ont donc dû utiliser de complexes algorithmes pour contourner le problème. «Les images satellite à elles seules fournissent des informations d une haute résolution spatiale et temporelle, mais pour être précis, nous devons les calibrer manuellement et en continu. A long terme, nous espérons développer des modèles informatiques permettant de simuler les processus biologiques entre les différentes images satellite.» Damien Bouffard est justement impliqué dans un projet visant à appliquer d une manière inédite la télédétection à la surveillance des lacs. «L idée est de mettre en orbite une flotte de six petits satellites équipés de caméras capables de détecter la lumière jusqu à une centaine de bandes de fréquence et passant plusieurs fois par jour au-dessus du lac Léman, décrit-il. Une étude de faisabilité est en cours avec l espace, le centre d ingénierie spatiale de l EPFL, et d autres partenaires. S il devient réalité, ce projet donnera un élan à la récolte de données à haute résolution spatiale, temporelle et spectrale. Il jettera ainsi un nouvel éclairage sur la dynamique complexe du Léman et celle d autres lacs dans le monde.» apple

7 07 Actualité Solar Impulse : suivre en direct les émotions du public Un nouvel outil développé à l EPFL permettra de voir comment évoluent les réactions de ceux qui suivent le périple de l avion solaire, qui s apprête à se lancer dans la plus longue et périlleuse de ses étapes. Sarah Perrin Mediacom Solar Impulse est aux portes de la plus longue des étapes de son tour du monde : la traversée de l océan Pacifique. Après un départ le 30 mai de Nanjing, en Chine, l avion solaire a dû se poser au Japon. Au moment de boucler ce numéro, il attendait une fenêtre météorologique favorable pour rejoindre Hawaï, aux Etats-Unis. A l occasion de cette importante étape prévue sur cinq jours, un nouvel outil est proposé au public. Accessible sur le site de Solar Impulse dès le décollage et durant tout le vol, il permettra de suivre en direct l évolution des émotions exprimées au sujet de l aventure sur les réseaux sociaux. Développé par trois laboratoires de l EPFL *, le système se base SOLAR IMPULSE sur l analyse en temps réel des centaines de milliers de tweets échangés sur le fil de la communauté, que des logiciels sophistiqués classent en huit catégories émotionnelles : la colère, l anticipation, la peur, la joie, le dégoût, la tristesse, la surprise et la confiance. Les données sont rendues sous la forme de courbes ou d un diagramme circulaire permettant d identifier les moments les plus intéressants. Il sera également possible d accéder à un volet «discussion» recensant les grandes questions solutions énergétiques, évolution du climat, etc. abordées par les internautes lors du périple. «Cet outil est une manière de s y retrouver dans le «bruit» généré par l aventure sur les réseaux sociaux et d en ressortir les informations les plus significatives», remarque Pascal Vuilliomenet, adjoint scientifique à la Viceprésidence pour l innovation et la valorisation de l EPFL. «En plus d offrir au public une nouvelle lecture des événements, ce système permet à l équipe de Solar Impulse d obtenir un retour plus direct de sa communauté et de mieux répondre à ses intérêts», relève Jean-Luc Jaquier, responsable du projet au Social Media Lab de l EPFL. Déjà mis en pratique en 2014 lors des Jeux olympiques de Sotchi, cet outil pourrait être utilisé à l occasion de multiples autres événements. apple * EPFL Social Media Lab (ESML), Distributed Information Systems Laboratory (LSIR) et Artificial Intelligence Laboratory (LIA). ObViz, pour plus de clarté dans les sujets controversés Un outil développé au Laboratoire d intelligence artificielle permet de synthétiser les diverses opinions qui circulent sur Internet. Libre marché des armes, droits des homosexuels, surveillance des citoyens ou peine de mort : ObViz agrège les différents textes sur le sujet afin de présenter de façon claire les arguments de différentes sources. Joël Burri Mediacom «En 2008 lors de la crise boursière, j ai perdu une partie de mes économies, raconte Claudiu Musat, post doc au Laboratoire d intelligence artificielle. Par la suite, j ai été surpris de voir que plusieurs économistes avaient prévu ce qui est arrivé. J avais pourtant l impression d avoir tout lu, mais je n avais pas vu leurs articles.» Cette expérience malheureuse pousse le chercheur à s intéresser à la recherche informatisée d opinions. Aujourd hui, sept ans plus tard, il propose ObViz (opinion based visualisation), une solution de recherche et de présentation de controverse qui se déclinera sous ALAIN HERZOG peu sous plusieurs variantes : une extension pour navigateurs web, un site participatif et un widget proposés aux éditeurs de contenus. «Sur internet, il est difficile de trouver des débats argumentés sur des sujets comme la vaccination ou la recherche sur des animaux, car les discussions sur de tels sujets sont noyées par des militants», commente le chercheur. C est dans ce genre de situation que l analyse semi-automatisée proposée par ObViz vient en aide à celui qui veut se faire une opinion. ObViz analyse les textes issus de multiples sources, en détermine les sujets et recherche les arguments en faveur et en défaveur. Enfin, il les présente de manière structurée. Pour l heure, ObViz n existe que sous forme d un site participatif appelé ObVee. Une levée de fonds sur un site de financement participatif est envisagée. apple Pour aller plus loin,

8 08 Actualité Les mathématiques du souvenir et de l oubli Des chercheurs de l EPFL ont découvert les équations mathématiques cachées derrière la façon dont le cerveau crée et perd ses souvenirs. Nik Papageorgiou Journaliste, Faculté SB/SV La mémoire est un élément crucial de la vie. Sans elle, impossible d apprendre. Et sans apprentissage, pas d invention, de progrès, de civilisation. D un autre côté, oublier certaines expériences, surtout traumatisantes, peut aider à retrouver une santé mentale et les fonctions qui s y rapportent. La clé de tout ceci réside dans la compréhension de la façon dont le cerveau crée des souvenirs, les retient et se les remémore au besoin. Des scientifiques de l EPFL ont développé un modèle mathématique pour décrire de quelle manière les réseaux de neurones génèrent la mémoire. Publié dans Nature Communications, ce modèle pourrait clarifier des théories de longue date de formation des souvenirs, et modifier la façon dont nous comprenons, simulons et même altérons la formation de la mémoire. «FIRE TOGETHER, WIRE TOGETHER» Les neurones génèrent des réseaux par le biais de connexions spécialisées appelées «synapses». Un neurone qui envoie un signal via une synapse est dit «présynaptique», un neurone qui le reçoit «postsynaptique». Les synapses ont une plasticité élevée et permettent aux neurones de changer leur vitesse et leur intensité de communication. La plasticité synaptique est aujourd hui considérée comme la base de notre apprentissage et de la formation de notre mémoire. La théorie dominante de plasticité synaptique, baptisée d après Donald Hebb, un éminent neuroscientifique, stipule qu une synapse devient plus forte lorsque le neurone présynaptique décharge de façon répétée et stimule son homologue postsynaptique pour qu il décharge aussi. Dans ces synapses hebbiennes, les neurones qui déchargent ensemble se lient entre eux («fire together, wire together»). Toutefois, un tel modèle de plasticité n est pas THINKSTOCKPHOTOS.COM capable de simuler avec précision la formation de la mémoire, car il ne prend pas en compte des facteurs biologiques externes et toutes les synapses ne sont pas hebbiennes. UN MODÈLE RÉALISTE DE MÉMOIRE Or, une équipe de recherche menée par Wolfram Gerstner de l EPFL a désormais développé un modèle de plasticité hebbienne qui réussit là où tous ses prédécesseurs ont échoué. Les scientifiques se sont intéressés à la formation de ce que l on appelle «assemblages mémoriels», soit des réseaux de neurones connectés à travers des synapses qui peuvent stocker un segment donné de mémoire. Quand un souvenir est ravivé, ses assemblages spécifiques reconstituent son tout. Les chercheurs ont utilisé un modèle de réseau neuronal de troisième génération appelé «réseau de neurones impulsionnels» (RNI). Lorsqu un neurone lance un signal (une impulsion) dans un RNI, celui-ci voyage jusqu aux autres neurones, qui y répondent de façon adapté en augmentant ou en diminuant leur propre capacité à lancer un signal, et donc en renforçant ou en affaiblissant la connexion. A SYNAPSES DIFFÉRENTES, DÉLAIS DIFFÉRENTS L équipe de Gerstner a simulé des centaines de RNI afin d explorer les différents types de synapses et les multiples formes de plasticité synaptique à des laps de temps variés. Les simulations obtenues suggèrent que la formation de la mémoire et son activation constituent une combinaison bien orchestrée de règles hebbiennes et non hebbiennes de plasticité synaptique. En d autres termes, la formation des assemblages de mémoire ne dépend pas seulement de signaux provenant du neurone présynaptique, mais également de l apport de neurones externes qui modulent indirectement la force de la synapse. Le temps est également un composant clé de cette stimulation. Une fois la mémoire assemblée, les souvenirs ont pu être réactivés des jours après en excitant de façon sélective l activité de neurones spécifiques dans l assemblage mémoriel. En général, le modèle des chercheurs suggère que la grande diversité de plasticité synaptique du cerveau (hebbienne ou non, ou même d autres types) est clairement «orchestrée pour atteindre des objectifs fonctionnels communs». Les scientifiques ont pu dériver un algorithme complexe de ces résultats, qui est aujourd hui la représentation la plus précise de ce phénomène complexe. Cet algorithme peut être adapté pour aider à développer les prochaines simulations de formation et d activation des souvenirs, qui seront susceptibles d améliorer notre connaissance globale du cerveau. En outre, ces découvertes pourront influencer nos stratégies de traitement de souvenirs traumatiques et même améliorer l éducation. «Si nous comprenons comment les synapses collaborent pour forger ou démanteler des réseaux mémoriels, nous ferons progresser des domaines comme la cognition et la psychothérapie,» déclare Gerstner. Cette étude a été financée par le septième programme-cadre de la Communauté européenne en accord avec FACETS-ITN, BrainScales et le projet Human Brain, ainsi que par le Conseil européen de la recherche dans le cadre d un accord de subvention avec MultiRules. Des fonds supplémentaires ont été versés par l agence brésilienne CAPES à travers l Université fédérale du Rio Grande do Sul (Brésil). apple SOURCE Zenke F, Agnes EJ, Gerstner W. Diverse synaptic plasticity mechanisms orchestrated to form and retrieve memories in spiking neural networks. Nature Communications 6:6922, 21 April DOI: /ncomms7922

9 909 Actualité Le drone qui se déploie plus vite que son ombre Une fraction de seconde est nécessaire à ce quadrotor pliable pour étendre ses bras articulés grâce à la force de ses hélices et prendre son envol. Cécilia Carron Mediacom Inspiré de l origami, le drone pliable mis au point par une équipe de l EPFL et du NCCR Robotics se déploie et prend son envol en un tiers de seconde. A peine mis en marche, les hélices s enclenchent, les bras articulés s étendent et l engin est prêt à partir en mission. Léger, il peut être transporté dans un sac et déployé en un tour de main, sans aucun montage. Cet engin zélé pourrait donc être rapidement lâché en essaim sur une zone sinistrée pour en rapporter des images et entrer en communication avec des personnes en difficulté. Les bras, en fibre de verre et tissu polyester, léger et non extensible, ont une forme trapézoïdale en position repliée. Au repos, ils sont enroulés horizontalement autour du corps de l appareil. L astuce pour permettre un dépliage autonome est intrin- ALAIN HERZOG sèque à l appareil : il s agit d exploiter la force générée par les hélices pour enclencher un mouvement. En tournant toutes dans le même sens, elles provoquent une rotation des bras dans le sens inverse. Cela a pour effet de les ouvrir autour de deux plis verticaux. Lorsque les bras sont en extension complète, leur partie supérieure se rabat horizontalement et verrouille le segment. Le tout est maintenu par de petits aimants. Mais le vol stable d un quadrotor nécessite que deux hélices diagonalement opposées tournent dans le sens des aiguilles d une montre alors que les deux autres s agitent dans le sens contraire. Ce drone possède donc un capteur qui permet l inversion du sens de rotation de deux des rotors avant l envol. Cette opération se déroule automatiquement en moins de 50 millisecondes après que le senseur ait détecté le verrouillage des bras. Le travail futur se concentrera sur l optimisation. Il s agira notamment de réduire encore son poids afin d en réaliser de plus gros, et d améliorer la résilience des bras contre les collisions. Avec des ailes, une cage de protection ou autre : le principe de pliage origamique issu du Laboratoire de systèmes intelligents, piloté par Dario Floreano, pourrait bientôt être appliqué à d autres types d engins volants. apple La chaire Richemont inaugurée à Microcity Le professeur Yves Bellouard a reçu officiels, médias et public dans son laboratoire, le «Galatea Lab», à l occasion de l inauguration de la chaire Richemont en technologies de fabrication multiéchelle. Visite de Galatea Lab de la Chaire Richemont. ALAIN HERZOG Richard Lepeu, Richemont, Prof. Yves Bellouard, EPFL, Patrick Aebischer, EPFL. ALAIN HERZOG

10 10 Campus Quelles stratégies pour reprendre un peu de place sur le tarmac genevois? Lorenzo Stoll, directeur de Swiss pour la Suisse romande, était l invité du jour lors de la dernière rencontre du programme de mentoring de la section de Management de la technologie & entrepreneuriat (MTE) en mai. Alexandra von Schack Responsable de communication CDM Dans la lignée des autres évènements organisés par le programme, les participants ont eu le privilège d écouter un professionnel haut placé parler des défis de la branche aérienne en général et des tâches au sein de son entreprise en particulier, en tant que nouveau directeur pour la Suisse romande. M. Stoll, un homme plein d énergie, a su capter son audience en présentant le développement de Swiss en Romandie sous un nouvel angle pour démontrer à celles et ceux qui ont l habitude de penser qu il n y a que des vols EasyJet qui décollent de l aéroport de Genève. Lorenzo Stoll a été engagé par Swiss pour développer le marché de la compagnie aérienne à Genève. Issu de l Ecole hôtelière de Lausanne et après avoir travaillé quelques années pour le géant Nestlé, il a dû s imprégner d une industrie qu il ne connaissait pas encore. Son objectif est de mettre en place une stratégie pour développer le marché de Swiss au départ de Genève en réinventant les courts et moyens-courriers pour qu ils deviennent aussi attractifs et dégagent un bénéfice, comme le sont en général les longs-courriers. Pour faire face au géant orange qui détient la majorité du trafic aérien genevois, Swiss a donné les moyens à M. Stoll d atteindre les bénéfices escomptés pour reprendre des parts de marché abandonnées en 1996 au profit de Zurich : la création de 220 nouveaux emplois à Genève, une nouvelle grille tarifaire, de nouvelles destinations et une communication faite sur mesure et aux saveurs locales. Fidèle à sa formation initiale, M. Stoll défend une approche orientée «personnes». Il mise sur l engagement de stewards Lorenzo Stoll (Swiss) et le Prof. Marc Gruber (EPFL-MTE). NETTRA PAN et stewardesses locaux, avec leurs accents de la région et des connaissances des contrées lémaniques. «Ce seront ces personnes-là qui seront en contact avec la clientèle.» Et ce sont aussi elles qui permettraient de faire la différence entre ceux souhaitant voyager avec le «lowcost» habituel et ceux désirant retrouver une expérience de voyage avec un service plus élaboré. Durant la soirée, les participants apprennent aussi pêle-mêle que le délai d attente entre la commande d un Airbus et sa livraison est de 7 ans, que le coût opérationnel d un vol GVA-NY coûte CHF et que dans les bons jours, sur ce même vol, chaque passager rapporte à peine 16 francs à l entreprise. Au niveau de l efficience des coûts, un choix de matériaux (plus légers notamment) peut avoir un impact réel sur la quantité de carburants utilisée. Et finalement, il a rappelé que même si Swiss est devenue financièrement stable depuis son rachat par Lufthansa, la capacité de développement de Genève n est en aucun cas comparable à certains aéroports situés en plein désert (se référant notamment au développement de l aéroport d Abu Dhabi dans les Emirats arabes) qui subissent beaucoup moins de contraintes structurelles et politiques. Il a conclu en donnant un conseil aux étudiant(e)s et leurs mentors présents : à ceux qui désirent voyager avec Swiss à des prix défiant toute concurrence, mieux vaut réserver son vol trois mois à l avance et partir un mardi! apple INFORMATIONS SUR LE PRO- GRAMME DE MENTORING MTE : mentoring

11 11 Campus Solar Leap, une aile solaire qui fait rêver Solar Leap est un projet d ingénierie simultanée qui s est déroulé de février à juin 2015 au sein du département de génie mécanique de l EPFL. Six étudiants de troisième année ont participé à ce projet. Bertrand du Couëdic Chef du projet Solar Leap Le projet a eu pour objet l exploration d une solution permettant à un avion purement solaire de faire le tour du monde sans escale en moins de 10 jours avec deux pilotes à bord disposant d une cabine pressurisée et chauffée ainsi que de toutes les commodités du confort moderne. L étude a reposé principalement sur l utilisation des logiciels CATIA pour la CAO (conception assistée par ordinateur) et ANSYS Fluent pour les simulations aérodynamiques (Computational Fluid Dynamics). La solution retenue pour satisfaire le cahier des charges se base sur le BWB, pierre angulaire du projet. BWB est un acronyme pour «Blended Wing Body», «Fuselage et ailes intégrées» en français. Ce concept selon lequel le fuselage et les ailes ne font qu un, fait rêver les acteurs de l industrie aéronautique depuis plusieurs décennies. En effet, cette forme permettrait aux avions de transport d embarquer plus de passagers à un coût moindre grâce aux performances aérodynamiques globalement améliorées d un tel avion. Selon ce concept, c est l ensemble de l avion qui génère la portance et non pas seulement les ailes comme sur un avion conventionnel. Pour un avion solaire, l avantage saute aux yeux : une immense Illustration du mécanisme d ailes télescopiques extensibles. surface est disponible pour la pose de cellules photovoltaïques tant sur l extrados que l intrados de l avion. Dans notre étude, en considérant une envergure maximale de 80 mètres (envergure de l A380), certaines formes étudiées présentaient jusqu à 1800 m 2 de surface alaire susceptible d être couverte de cellules. Une telle surface pourrait produire en moyenne 600 kw tout au long de la phase diurne d une journée. Le crédo de Solar Leap : miser non seulement sur la finesse mais aussi sur la puissance. «Lift requires power», dit-on communément dans le monde de l aéronautique. L étude a montré que le BWB permet d accéder à une finesse de 15 au maximum. Tant que la puissance propulsive est disponible, cette finesse est suffisante. Par contre, elle ne permet pas à l avion de planer suffisamment bien la nuit lorsque le soleil et son rayonnement énergisant disparaissent. C est là qu intervient la seconde clé du projet : des ailes extensibles et télescopiques. Par un mécanisme de vérin hydraulique ou pneumatique, l avion sera capable d allonger ses ailes en plein vol et se transformera en planeur géant doublant sa finesse et lui permettant de rester dans les airs sans courir le risque de se retrouver au sol pendant le vol de nuit. De jour, l avion pourra rétracter ces extensions d ailes afin d augmenter sa vitesse et boucler le tour du monde en un minimum de temps. D après nos simulations et calculs, l avion pourrait avoir un poids maximal de 5 ou 6 tonnes. Ce poids devra comprendre une structure en treillis conférant la rigidité et la robustesse nécessaires à l ensemble, les équipements de pressurisation et renouvellement de l air, la cellule de vie, l avionique, les batteries, le système d ailes extensibles et les vivres pour un vol de 10 jours. Cette première étude indique une voie à suivre pour continuer l aventure du vol solaire habité initiée par Bertrand Piccard et Solar Impulse. Après l exploit technologique et sans pareil de Solar Impulse, Solar Leap a pour vocation de susciter la réflexion sur les moyens technologiques à disposition aujourd hui et dans les prochaines années pour un bond en avant dans le domaine du vol solaire habité. apple Illustration d une première forme étudiée dans le cadre du projet. Illustration d une seconde forme étudiée dans le cadre du projet. Facebook : facebook.com/solarleap

12 12 Informatique Du côté du web Web : agrandir les vignettes des actualités en ligne Sur chaque article de l outil actu.epfl.ch, il est maintenant possible d agrandir l illustration mise en vignette d un simple clic. Magaly Mathys Mediacom / VPSI Vous rêviez de pouvoir agrandir l image mise en vignette sur chaque actualité en ligne? C est désormais chose possible : l illustration d un article peut être agrandie simplement en cliquant dessus. Cette opération vous permettra de la voir plus précisément, en entier et à la taille téléchargée par son rédacteur. Le tout s adaptant à la taille de votre écran. apple Rendez-vous sur Informaquoi? Nous avons beau passer plusieurs heures par jour derrière un écran d ordinateur, le jargon informatique ne nous est pas totalement acquis pour autant. Cette rubrique vous offre quelques exemples par numéro, afin de réellement comprendre le vocabulaire 2.0. Julien Robyr Rédacteur VPSI SYSTÈME D INFORMATION (SI) Chaque organisation doit consacrer une partie de son effort et de son activité à récolter, traiter, stocker et diffuser l information issue de son propre fonctionnement. C est la tâche principale du système d information (ou SI). Grâce au système d information, vous pouvez vous ins- crire à l EPFL, payer avec votre Camipro ou réserver un livre. Son job consiste à interconnecter toutes les informations produites à l EPFL de manière pertinente et sécurisée. Le terme a été remis à la mode avec l importance grandissante des nouvelles technologies de l information. Il se substitue petit à petit au terme «IT» pour Information Technology. apple LE BIG DATA Terme très à la mode qui, à l origine, désignait un jeu de données trop important pour être traité avec les outils conventionnels du moment. On parle souvent des 3V pour désigner le Big Data : vitesse, variabilité et volume. Enormément de données arrivent en même temps, à une vitesse très élevée et dans le désordre le plus complet. Il faut travailler différemment pour traiter ce nouveau type de données et donc développer de nouveaux outils d analyse. Le Big Data, c est donc aussi bien le stockage des données volumineuses que leur analyse. D ailleurs l EPFL ne se focalise pas que sur le stockage, des projets de calcul et d analyse des données sont également en cours. apple

13 13 Informatique Une deuxième vie pour les archives HPC Les archives de l ancien DIT ont échappé de peu à la poubelle! Julien Robyr Rédacteur VPSI GrantsDB Plus de 30 mètres linéaires de classeurs, de 1967 à 2000, ont ainsi été sauvés de l oubli. «Et quelle satisfaction, tonne Vincent Keller, expert applicatif HPC au SCITAS, pour qui s intéresse un peu à l histoire de l informatique scientifique, de grandes choses ont été réalisées ici à l EPFL. Après les avoir fouillés, je me suis rendu compte qu il y avait de véritables trésors cachés dans ces cartons!» En collaboration avec la bibliothèque de l EPFL et les Archives cantonales vaudoises, le projet a donc été lancé d inventorier toutes ces précieuses données pour ensuite en numériser des pièces choisies et les partager sur un site web. Le résultat devrait être présenté en octobre. Responsable du projet, Vincent Keller imagine aussi dans un deuxième temps une collaboration avec le Musée Bolo. «Le Musée Bolo possède les machines, les archives contiennent toute leur histoire. Un tel partenariat aurait l énorme avantage de nous offrir une plateforme de présentation mettant en lien ces machines mythiques, ceux qui les ont utilisées et les projets qui y étaient rattachés depuis les années 70 Bandes magnétiques. Inauguration du CRAY 2 les 22 et 23 novembre jusqu à la fin des années 90. D ailleurs certaines applications qui permettent encore de faire de la science aujourd hui, 40 ans plus tard, contiennent des lignes de code écrites sur ces machines.» apple Partie d un CDC Cyber 720 ou de son successeur CDC Cyber 855 (CDC = Control Data Corporation). Nouveau look pour un même service : GrantsDB GrantsDB change de look. Depuis le lundi 29 mai, GrantsDB s est paré de sa nouvelle interface. Vous y découvrez un nouveau GrantsDB au design épuré, à la charte graphique respectée et à l ergonomie étudiée. Céline Deleyrolle Responsable de la communication VPSI Des boutons remplacent dorénavant les onglets de présentation des étapes de saisie, quant au menu de gauche, il facilite la navigation au sein de l application pour visualiser en un clic l ensemble de vos projets. CHANGEMENT D INTERFACE Le 29 mai au matin, la nouvelle interface de GrantsDB est venue remplacer l ancienne, à l URL d accès habituelle https://grantsdb. epfl.ch et de manière totalement transparente pour l utilisateur. Y-A-T-IL UN RISQUE DE PERTE DES DONNÉES EXISTANTES? Aucune inquiétude à avoir, le changement d interface n a en aucun cas impacté le bon fonctionnement de l application. La base de données reste la même, seule l interface a été modifiée pour vous offrir un nouvel environnement de travail avec GrantsDB. apple Pour en savoir plus, consultez wiki.grantsdb.epfl.ch QU EST-CE QUE GRANTSDB? En cas de question, contactez le Help Desk SI : GrantsDB est une base de données interne à l EPFL, c est l outil de référence pour : la gestion administrative des projets de recherche le suivi des commandes et des paiements pour les équipements scientifiques passant par le Research Office la gestion des contrats industriels (gérés par le TTO).

14 14 Campus EPFL Fellows postdoctoral fellowship programme receives renewed funding from EU The EPFL Fellows postdoctoral fellowship programme, co-funded by Marie Curie, received renewed funding from the European Union s Horizon 2020 Framework Programme for Research and Innovation. Two new calls for proposals will open the doors of EPFL to a new cohort of 48 promising scientists. The next call will be launched on 1 st July 2015 and the deadline for the submission of applications is 1 st October Esther Van der Velde, EPFL Fellows Programme Manager EPFL Fellows: intensive training to position the research leaders of the future (cover brochure EPFL Fellows) EPFL Fellows supports incoming fellowships for experienced researchers of any nationality at EPFL. The aim of the programme is to provide them with state-of-the art conditions for research in a top-class academic environment, to develop their leadership potential and to position them for success as future research leaders through an intensive training. Fellowships can be held in any EPFL scientific discipline for a period of 24 months. The programme started in 2013 with the support of the EU MCA- COFUND (FP7). As a result of the first two calls in 2013 and 2014, 24 highly talented researchers (i.e. 12 per call) were granted an EPFL Fellows fellowship. Caroline Vandevyver, Executive Manager of EPFL Fellows, explains: With this renewed funding for EPFL Fellows II we will be able to increase the number of fellowships from 12 to 24 per call. Given the competitiveness of the first two calls, this is a significant increase. In addition to an increased number of fellowships, several new elements were introduced in EPFL Fellows II to align it with the principles set out by the EU for human resources development in Research and Innovation. Caroline describes these changes: There will be a stronger focus on inter-disciplinary approaches and cross-sectorial mobility, the transfer of technology to the market place and outreach activities. For example, candidates are encouraged to carry out secondments in industry or different scientific environments and they need to describe in their proposals how they will raise awareness among the general public about their research projects. Applications for EPFL Fellows are prepared in close collaboration with the host professor. The candidates must submit their applications via the EPFL on-line system. The selection procedure of EPFL Fellows II was adapted to align it with the process for the Marie Skłodowska-Curie Individual Fellowships. International independent experts will evaluate and score the proposals. Based on the evaluations from the experts, a ranked list of the most meritorious applications will be prepared. The EPFL Research Commission will then decide on the final attribution of the fellowships taken into account the recommendations of the external experts. The EPFL Fellows II fellowship will consist of a monthly contribution of euros to the salary of the post-doc at EPFL. The remaining part of the salary is provided by the hosting Professor. It is therefore important that the research plan is developed in cooperation with the Principal Investigator at EPFL. The added value of EPFL Fellows is that the programme evaluates the individual researcher, says Caroline. This is a fellowship programme based on excellence and it is clear that being awarded an EPFL Fellows fellowship is a great recognition and the result of a highly competitive process. We hope that this experience will give the Fellows an advantage when looking for future employment. apple Updated information on EPFL Fellows II and the third call will be made available in the near future on the web-site : EPFLFellowsMarieCurie For more information, please contact :

15 15 Campus La Journée des classes 2015 La population du campus a rétréci de quelques centimètres le mardi 2 juin, à l occasion de la Journée des classes. Plus de 90 classes romandes, 1900 élèves de 7 e et 8 e année, ont visité labos et ateliers et ont participé à des conférences et des spectacles organisés à l EPFL. PHOTOS : ALAIN HERZOG

16 16 Campus Achats : nouvelles pratiques, nouveaux outils L EPFL a initié, il y a 18 mois, un programme visant à optimiser l organisation, les pratiques et les outils achats de l Ecole. Ce programme, qui est appelé Catalyse, concerne l ensemble des équipes de l EPFL, utilisatrices de biens et de services provenant de fournisseurs ou de prestataires externes. Le Proof of Concept (POC), ou prototype, a été présenté par Elvis Fontaine (à gauche) et Etienne Marclay (à droite), lors d une réunion d information le mercredi 27 mai aux utilisateurs de solutions achats à l EPFL. ALAIN HERZOG Direction des achats de biens et services (DABS) Après une phase d audit, d analyse et de cadrage, deux éditeurs ont été choisis en septembre Cette sélection a fait l objet d un processus rigoureux, à partir d un cahier des charges complet, comprenant près de 800 spécifications. Ces deux éditeurs forment une suite globale assurant une couverture particulièrement large et adaptée pour répondre aux besoins achats spécifiques à l EPFL : Ivalua est l interface qui permet à l ensemble du personnel de faire des achats épisodiques ou récurrents, directement en ligne, de manière simple, comme sur un site de e-commerce. Les catalogues actuels sont réintégrés et de nouveaux catalogues seront disponibles dès l ouverture du système. sciquest est une solution adaptée au monde scientifique et de la recherche qui permet de commander et d assurer la traçabilité dans les magasins et les laboratoires de l ensemble des produits soumis à habilitation (produits chimiques, biologiques et gazeux). Catalyse a été conçu et est mis en œuvre à partir de l expérience et des besoins d une centaine de représentants d utilisateurs. Le nouveau système s appuie également sur l expertise de la Direction des achats de biens et de services (DABS) qui œuvre depuis plusieurs années pour rendre les achats plus simples et plus performants pour tous. Le projet entre aujourd hui dans sa phase de réalisation (troisième et quatrième trimestres 2015) et de déploiement (quatrième trimestre 2015 et premier trimestre 2016). Le nouveau système sera progressivement implémenté dans nos 5 facultés, nos 2 collèges et l ensemble des services centraux de l EPFL. Des keys users particulièrement impliqués dans le projet témoignent de «la simplicité du nouveau système, ce qui représentera un gain de temps notable». (Thomas Lunardi, Laborantin, unité du profeseur Lingner), de sa «flexibilité et modularité» (Jocelyn Grosse, laborantin, Laboratory of Behavioural Genetics). D autres encore soulignent «l occasion avec ce projet de faire partager les expériences et les compétences entre les différentes facultés, et de repenser ou faire évoluer certaines procédures établies à l EPFL» (France Hammel, ingénieure de sécurité MSST). Tous indiquent que la prise en main de ces nouveaux outils est plutôt intuitive et simple, mais qu elle nécessite, bien sur, d y consacrer du temps pour tester et faire part d éventuelles améliorations à l équipe projet. apple Retrouvez plus d infos, le calendrier du projet, les vidéos de témoignages de keys users sur : achats.epfl.ch/catalyse Commando SV : une expérience in vivo du nouveau système achats Une version partielle du nouveau système Catalyse a été implémentée plus rapidement que prévu au sein de la faculté Sciences de la vie. La faculté SV ayant dû faire face, en février dernier, à des problèmes majeurs de fonctionnement d EXPERACT utilisé pour les commandes de fournitures de ses laboratoires, l équipe projet Catalyse a été mandatée pour mettre en œuvre une solution de substitution au système défaillant, en implémentant dans des délais très courts les modules e-procurement des solutions sciquest et Ivalua. Dès mi-mars, une solution opérationnelle a permis à la faculté SV de reprendre ses activités courantes de commandes de fournitures de laboratoires à satisfaction des utilisateurs et responsables du magasin. Ce système achats est aujourd hui opérationnel au sein de la faculté SV pour les fournitures de laboratoire et sera prochainement remplacé par la solution complète lorsque cette dernière sera productive. Cette opération valide les capacités d adaptation des équipes et des solutions Catalyse pour répondre efficacement aux besoins de l Ecole.

17 17 Campus Domaine des EPF : des défis à relever pour les associations de personnel Pour parler de la gestion du personnel dans le domaine des EPF et du rôle de ses associations, l UP epf invitait le 20 mai dernier un orateur de choix : Luc Recordon, physicien diplômé de l EPFL, avocat et conseiller aux Etats. Plus de 40 personnes assistaient à cette conférence. Luc Recordon Christiane Gogniat Comité UP epf Dans son introduction, Germain Schaffner, président de l UP epf, souligne que dans toute institution ou entreprise qui se respecte, la gestion du personnel doit constituer un des piliers de la stratégie de la direction. Ce n est malheureusement pas toujours le cas. Dans ce contexte, il est bon de relever le rôle des associations de personnel telle l UP epf pour pallier les manquements et appuyer les collaborateurs dans leur développement personnel et professionnel. Avant de passer la parole à Luc Recordon, Germain Schaffner rappelle le parcours professionnel et politique du conférencier, ainsi que l engagement de son étude d avocats dans la défense des intérêts de notre association et de ses membres. D UNE GESTION PATERNALISTE À UNE GESTION À ÉTAGES A l EPFL, Luc Recordon dit se sentir un peu chez lui. Il y a fait ses études de physicien. Son expérience s est forgée depuis lors et il dit avoir en matière de droit du travail une approche assez pointue de l EPFL et de l ETH. Il s est trouvé au cœur du sujet ces dernières années, notamment en suivant les actions menées par l APC d alors, aujourd hui dénommée UP epf, qui mène un travail ciblé dans ce secteur. Une question paraît épineuse : les contrats des employés ne sont pas garantis, depuis la fédéralisation en Ils se démarquent de ceux offerts dans le cadre de la Confédération, en étant spécifiques au monde universitaire. A l époque, Luc Recordon se souvient d une gestion paternaliste. Les contrats des chercheurs (assistants) duraient parfois plus longtemps que ce qu ils auraient dû. Fin des années 70, d aucuns estimaient qu un chercheur doit avoir faim! Conséquence : des durées d emploi limitées, des salaires bas. En comparaison avec d autres milieux universitaires, le domaine des EPF, du point de vue du niveau salarial, est cependant en avance. Luc Recordon estime que les dispositions de droit public et droit privé sont mal ficelées. Après une certaine durée, des contrats sont perpétués sans être correctement définis, sans sécurité juridique, avec à la clé des problèmes de caisse de pension : une vraie bombe à retardement! En ce qui concerne la manière de faire valoir ses droits, si on n est pas satisfait de la gestion EPFL, on s adresse au CEPF. Pour Luc Recordon, cette surveillance à plusieurs étages n est pas adéquate, même si l autonomie des EPF a clarifié les choses. Concernant les employés, Luc Recordon estime qu il faudrait mieux penser l aide à la transition et à la reconversion. Des contrats de chercheurs précaires dans le temps peuvent induire un sentiment de précarité pour l ensemble des salariés, ce qui amène une souffrance pour le personnel. Il faut donc y être très attentif. MANQUE DE CULTURE ASSOCIATIVE Luc Recordon constate un manque de culture associative. Les associations de personnel ont un faible taux de syndicalisation et rencontrent des problèmes de relève. Or, pour les associations, une nécessité s impose : celle de la rotation. C est l occasion de bénéficier de nouvelles idées, de nouvelles impulsions. Le bon fonctionnement d une association de personnel doit pouvoir s appuyer sur une connaissance fine en matière de droit du travail, qui met du temps à s acquérir, tant le milieu est complexe. Luc Recordon n a donc qu un seul vœu : engagez-vous! INQUIÉTUDES ET INCERTITUDES Au cours du débat les participants ont fait part de leurs inquiétudes concernant la suppression d unités et le durcissement des conditions de reclassement pour le personnel touché, l augmentation des contrats à durée déterminée, ainsi que les pressions exercées sur le personnel. Interpellé sur le message des Chambres fédérales qui vise une économie drastique, Luc Recordon estime que rien n est encore défini. La manière dont le personnel devra supporter des effets liés aux économies est incertaine. On peut s attendre toutefois à ce que le CEPF suive les demandes qui seront faites à l ensemble du personnel de la Confédération. Au terme de la conférence, Germain Schaffner a renouvelé l appel aux candidatures lancé aux membres de l UP epf. Merci aux personnes intéressées de s annoncer par voie de courriel à ch ou de prendre contact avec lui au Le reflet complet de cette conférence est disponible sur notre site : up-epf.epfl.ch PRN MARVEL : visitez le nouveau site web! Le Pôle de recherche national (PRN) MARVEL (Materials Revolution : Computational Design and Discovery of Novel Materials) est un centre dédié à la conception et la découverte de nouveaux matériaux par la simulation, que ce soit pour accroître leurs performances dans des domaines où les applications sont connues ou pour favoriser l émergence de propriétés physiques originales. Ce projet ambitieux repose sur la possibilité de résoudre les équations fondamentales de la mécanique quantique, décrivant les comportements des électrons et des atomes dans des systèmes très complexes. Ces modélisations atteignent une précision prédictive, c est-à-dire qui donne accès aux propriétés d un matériau avant d en avoir synthétisé le moindre échantillon. De plus, l accroissement constant de la puissance de calcul des ordinateurs permet, d une part, de tester des milliers de combinaisons en même temps et, d autre part, de traiter des quantités massives de données pour trouver de nouvelles suggestions inattendues et précieuses. Outre ses activités de recherche, le PNR est également actif pour l égalité des chances, l éducation et la sensibilisation des chercheurs et des entreprises aux possibilités offertes par ce type de modélisation, ainsi que le transfert de technologie et les collaborations industrielles. MARVEL est l un des 8 nouveaux pôles de recherche nationaux créés en 2014 par le Fonds national suisse (FNS). Il est hébergé à l EPFL et regroupe 33 groupes de recherche dans 11 institutions académiques et industrielles suisses et offre l opportunité de mettre en commun leurs compétences pour développer de nouvelles synergies. apple SITE WEB :

18 18 Campus Vivapoly 21 mai 2015 : soirée fraîche mais chaleureuse! Vivapoly a retrouvé pour sa 22 e édition les voûtes du Rolex Learning Center, où étudiants et collaborateurs se sont rassemblés pour une joyeuse fête sans complication. 55 stands d associations s étaient mis en quatre pour offrir aux participants des animations, ainsi que vivres et liquides à l issue du grand apéro offert et servi par les cadres de la direction. Le spectacle d humour proposé par le Comedy Club a fait le plein sous l arche du Forum. Ce fut aussi l occasion de partager quelques pensées avec les sinistrés du Nepal, un stand d information et de soutien qui a reçu un écho très favorable de la part de tous les festivaliers. PHOTOS : ALAIN HERZOG

19 19 Campus Le concours sur le simulateur de formule 1 proposé par les concierges de l EPFL a décerné son premier prix à Dorian Marchal, soit un voyage pour deux personnes au GP d Italie, qui se déroulera les 5 et 6 septembre prochain.

20 20 Titre Point Chapitre fort TRACE a hissé l EPFL à la pointe de l Créé il y a un peu plus de 5 ans, le Centre de transport de l EPFL a déjà initié plus de 75 projets de rec compétences d une trentaine de laboratoires dans le domaine du transport et de la mobilité. Anne-Muriel Brouet Journaliste TRACE La mobilité est aujourd hui au cœur de nos sociétés. Que ce soit dans notre vie professionnelle ou pour nos loisirs, dans les villes ou les zones péri-urbaines, pour le transport de personnes ou de biens. Les enjeux autour de ce thème sont énormes : augmentation croissante des besoins de mobilité, développement important de la multimodalité, urbanisation galopante, évolution rapide des pratiques et des styles de vie, intégration des nouvelles technologies d information et de communication, demande de garanties en matière de sécurité, préoccupations environnementales et énergétiques En décidant, en 2009, de créer le Centre de transport, l EPFL s est dotée d une structure capable de positionner l Ecole au cœur de cette thématique. Rattaché à la Vice-présidence pour l innovation et la valorisation, TRACE est une interface entre l EPFL et le monde extérieur. Son but est de faire se rencontrer les connaissances scientifiques et les intérêts industriels. Plus de 75 projets ont ainsi été initiés, impliquant une trentaine de laboratoires, essentiellement mais pas exclusivement des facultés STI et ENAC. TROIS AXES PRINCIPAUX Les projets en transport et mobilité font appel à un large spectre de compétences qui va de la modélisation mathématique à la sociologie en passant par la robotique, les technologies de l information et de la communication, ou encore l aménagement du territoire. Le nouveau directeur adjoint, Simone Amorosi, entend encore élargir cette palette autant que possible (lire page suivante). Ainsi, les projets de TRACE se répartissent selon trois grands axes principaux. Le premier concerne les véhicules et les infrastructures, soit l offre en matière de transport. En partenariat avec des constructeurs automobiles, les laboratoires travaillent par exemple à créer des voitures plus intelligentes et plus sûres (dotées de nouvelles technologies telles que les assistances à la conduite adaptatives ou la surveillance de l état du conducteur). TRACE a aussi initié des projets avec les CFF, les offices fédéraux des routes et des transports pour anticiper l avenir en matière d infrastructures ou contribuer à optimiser les infrastructures existantes (voir ci-dessous «Les gares CFF en 2030»). Les questions environnementales, à travers notamment une étude sur l optimisation des filières énergétiques automobiles, font également partie des problématiques. Le deuxième axe s établit autour de la conception de nouveaux systèmes de transport et l optimisation des systèmes existants. Ceci inclut notamment la gestion intelligente du trafic ou des systèmes de transport (voir «Algorithme et simulation»). La complexité croissante de ceux-ci nécessite des méthodes avancées THINKSTOCK PHOTOS Les gares CFF en 2030 ARIA BIERLAIRE Près d un million de clients des CFF transitent au quotidien dans les gares suisses. Ils n étaient encore que il y a 10 ans dans des infrastructures dont la capacité commence aujourd hui à saturer. Le problème ne fait que commencer puisque d ici à 2030, dans les grands nœuds ferroviaires comme Genève, Lausanne, Berne ou Zurich, le trafic pourrait doubler. Comment les CFF gèreront-ils de tels flux sans mettre en péril la fiabilité et l efficacité globales du système ferroviaire ainsi que la sécurité des piétons, leur confort et leur satisfaction? C est l enjeu de la collaboration de trois ans, établie entre les CFF et le Centre de transport de l EPFL en 2012 qui implique le Laboratoire de transport et mobilité (TRANSP-OR) du professeur Michel Bierlaire et le Laboratoire de traitement des signaux 5 (LTS5) du professeur Jean-Philippe Thiran ainsi qu une spin-off de l EPFL, VisioSafe SA. Les chercheurs ont pu modéliser les dynamiques piétonnes et estimer ainsi les flux piétonniers en termes d origines et de destinations dans les gares en fonction de différentes variables. Celles-ci incluent les horaires des trains, les enquêtes voyageurs, la vente de billets, les comptages de piétons et les données sur les trajectoires et les flux piétons issus du suivi par ordinateur des flux de voyageurs. A terme, les CFF disposeront d une méthodologie d aide à la décision pour assister la conception, dès aujourd hui, des gares du futur, plus fluides, plus amples et plus sûres.

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Marie Curie Individual Fellowships Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Deux Soumissions de Projet Marie Curie International Incoming Fellowship Finance

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Practice Exam Student User Guide

Practice Exam Student User Guide Practice Exam Student User Guide Voir la version française plus bas. 1. Go to http://training.iata.org/signinup 2. Enter your username and password to access your student profile Your profile was created

Plus en détail

FRENCH COURSES FOR ADULTS OPEN TO ALL

FRENCH COURSES FOR ADULTS OPEN TO ALL 21 SEPTEMBER 2015 TO 23 JUNE 2016 Campus de la Grande Boissière Route de Chêne 62 1208 Geneva Ecole Internationale de Genève International School of Geneva WELCOME campus offers different levels of French

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

Photo Manipulations in the 2011 CES

Photo Manipulations in the 2011 CES Canadian Election Study Methodological Briefs Methodological Brief #2013-A Photo Manipulations in the 2011 CES Patrick Fournier, Université de Montréal Stuart Soroka, McGill University Fred Cutler, University

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution PRENDRE DE MEILLEURES PHOTOS 101 Par Lesley Ouimet Rien de plus facile que de prendre une photo numérique, mais c est un peu plus difficile de prendre une bonne photo numérique. Qu est-ce qui différencie

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

An EU COFUND project 2014 2018

An EU COFUND project 2014 2018 An EU COFUND project 2014 2018 Part of the Marie Curie programme Contributing to their TRAINING Encouraging their MOBILITY To support people who chose research as professional CAREER WHRI-ACADEMY is a

Plus en détail

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Name: Form: Subject Teacher: Date Given: Date to Hand in: Level: Effort: House Points: Comment: Target: Parent / Guardian Comment: Complete

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Atelier Ace the Case Local. National. Mondial.

Atelier Ace the Case Local. National. Mondial. Atelier Ace the Case Local. National. Mondial. Des représentants de KPMG se rendront bientôt sur votre campus pour présenter l atelier et le concours du programme Ace the Case, qui se tiendront le 30 et

Plus en détail

Once the installation is complete, you can delete the temporary Zip files..

Once the installation is complete, you can delete the temporary Zip files.. Sommaire Installation... 2 After the download... 2 From a CD... 2 Access codes... 2 DirectX Compatibility... 2 Using the program... 2 Structure... 4 Lier une structure à une autre... 4 Personnaliser une

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHESE

DOCUMENT DE SYNTHESE A M E L I O R A T I O N DU S Y S T E M E DE M A N A G E M E N T Q U A L I T E E X I S T A N T ET P R E P A R A T I O N A LA C E R T I F I C A T I O N I S O 9 0 0 1 Société d accueil : Maison Parisot PFE

Plus en détail

How to? / Flash the ATMEGA32

How to? / Flash the ATMEGA32 How to? / Flash the ATMEGA32 Français La programmation du microcontrôleur n est pas très compliquée mais elle nécessite un minimum d attention. Elle peut se faire directement sur la platine du Monome grâce

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Résoudre les problèmes de communication

Résoudre les problèmes de communication Fiche 11 Résoudre les problèmes de communication «Il n y a pas d amour sans histoire 1», et il n y a pas de communication sans problème. Cela vaut pour le français comme pour l anglais. Seulement, comme

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Website: https://dce.yorku.ca/crhn/ Submission information: 11th Annual Canadian Risk and Hazards Network Symposium

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite www.dcs-eg.com DCS TELECOM SAE is an Egyptian based Information Technology System Integrator company specializes in tailored solutions and integrated advanced systems, while also excelling at consulting

Plus en détail

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux Bernard Schneuwly Université de Genève Faire de la science Une institution sociale avec des règles Une règle fondatrice: l évaluation par les pairs

Plus en détail

Rational Team Concert

Rational Team Concert Une gestion de projet agile avec Rational Team Concert Samira Bataouche Consultante, IBM Rational France 1 SCRUM en Bref Events Artifacts Development Team Source: Scrum Handbook 06 Décembre 2012 Agilité?

Plus en détail

Chaque réseau doit être géré.

Chaque réseau doit être géré. SYSTIMAX Solutions imvisiontm. Gestion d infrastructure simplifiée. Chaque réseau doit être géré. La question est de savoir COMMENT? La vision : La réussite des entreprises passe par des réseaux mieux

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations.

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. CHAPITRE 3 Nom Date 1 Vocabulaire Mots 1 PENDANT ET APRES LES COURS 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. 1 Patrick arrive à l école à huit heures. 2 Il passe la journée

Plus en détail

How to Deposit into Your PlayOLG Account

How to Deposit into Your PlayOLG Account How to Deposit into Your PlayOLG Account Option 1: Deposit with INTERAC Online Option 2: Deposit with a credit card Le texte français suit l'anglais. When you want to purchase lottery products or play

Plus en détail

DAYTECH SOLAR BLUETOOTH SPEAKER INSTRUCTIONS

DAYTECH SOLAR BLUETOOTH SPEAKER INSTRUCTIONS DAYTECH SOLAR BLUETOOTH SPEAKER INSTRUCTIONS 1) Push down the black power button to turn on the DAYTECH Solar 2) Push down the black power button to turn off the DAYTECH Solar 3) Once the DAYTECH Solar

Plus en détail

Lions Club de Beaune 2013-2014. Des outils de communication pour les

Lions Club de Beaune 2013-2014. Des outils de communication pour les Des outils de communication pour les jeunes Autistes Une année orientée Jeunesse Rencontre de l association des Papillons Blancs de Beaune qui nous a présenté le projet développé en interne et consistant

Plus en détail

Optimiser son expérience client dans la vente au détail

Optimiser son expérience client dans la vente au détail VENTE ACHETER Optimiser son expérience client dans la vente au détail Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Oct 2015 Livre Blanc www.maxymiser.fr Depuis quelques années, les professionnels de la vente au détail

Plus en détail

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda.

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda. Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda Synthèse Synthèse L énergie solaire thermique représente une source de

Plus en détail

Niveau débutant/beginner Level

Niveau débutant/beginner Level LE COFFRE À OUTILS/THE ASSESSMENT TOOLKIT: Niveau débutant/beginner Level Sampler/Echantillon Instruments d évaluation formative en français langue seconde Formative Assessment Instruments for French as

Plus en détail

Voyage d étude Brasil Génie Mécanique

Voyage d étude Brasil Génie Mécanique Voyage d étude Brasil Génie Mécanique L EPFL en bref: L Ecole Polytecnhique Fédérale de Lausanne(EPFL) est l un des deux centres d excellence en ingénierie de Suisse. Elle se classe 2 ème européenne au

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation «L avion, comment ça marche?» Dossier de présentation Exposition réalisée par : Fasciné par le vol des oiseaux, l homme a toujours cherché, lui aussi, le moyen de s élever dans les airs. Depuis une centaine

Plus en détail

8. Cours virtuel Enjeux nordiques / Online Class Northern Issues Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form

8. Cours virtuel Enjeux nordiques / Online Class Northern Issues Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form F-8a-v1 1 / 7 8. Cours virtuel Enjeux nordiques / Online Class Northern Issues Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form Nom de famille du candidat Langue de correspondance Français

Plus en détail

Module Title: FRENCH 6

Module Title: FRENCH 6 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: FRENCH 6 Module Code: LANG 7001 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Studies

Plus en détail

Bluetooth Keyboard User s Guide

Bluetooth Keyboard User s Guide Fujitsu America, Inc. Bluetooth Keyboard User s Guide I N S T R U C T I O N S This Bluetooth keyboard is designed to allow you to interface with your Fujitsu mobile computer wirelessly and seamlessly.

Plus en détail

L état de l industrie aérospatiale canadienne

L état de l industrie aérospatiale canadienne Le 2013 rapport Report 2014 L état de l industrie aérospatiale canadienne Survol de la présentation Contexte L écosystème aérospatial canadien L impact économique L innovation (R et D) La production d

Plus en détail

Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015

Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015 Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015 Service Relations Internationales de l IAE Karine MICHELET, Bureau AF114 www.iae-toulouse.fr international@iae-toulouse.fr Tel: 05 61 63 57 10 Ce guide

Plus en détail

Contact+ pour vous. valorisez votre relation client sur le web. avec Contact+, tout le monde y gagne. pour vos clients

Contact+ pour vous. valorisez votre relation client sur le web. avec Contact+, tout le monde y gagne. pour vos clients avec Contact+, tout le monde y gagne Contact+ pour vous valorisez votre relation client sur le web la possibilité de proposer une mise en relation web gratuite ou payante selon la valeur du service une

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Contents National 5 French Reading; Context: Employability

Contents National 5 French Reading; Context: Employability Contents National 5 French Reading; Context: Employability (questions extracted from Credit past papers) Question Topic Jobs (Vincent Pernaud; radio presenter) Jobs (Marie-Laure Lesage; Concierge d hôtel

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée En optant pour le progiciel Déclic de Prios Groupe, Huttepain Aliments s est doté d une solution métier taillée sur-mesure,

Plus en détail

Contents Windows 8.1... 2

Contents Windows 8.1... 2 Workaround: Installation of IRIS Devices on Windows 8 Contents Windows 8.1... 2 English Français Windows 8... 13 English Français Windows 8.1 1. English Before installing an I.R.I.S. Device, we need to

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

Cytoscape pour la visualisation et le traitement de grands graphes

Cytoscape pour la visualisation et le traitement de grands graphes Cytoscape pour la visualisation et le traitement de grands graphes Laurent Risser CNRS, Institut de Mathématiques de Toulouse 01/16 1) Principaux logiciels Outils libres pour la visualisation et traitement

Plus en détail

Windows 8 Module 3 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013

Windows 8 Module 3 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013 Windows 8 Module 3 7. L'indispensable fonction «Paramètres du PC» (3/3) Nous voilà arrivé à la dernière étape de notre tour d horizon des nombreuses options du module Paramètres du PC. Cet outil permet

Plus en détail

ExAO-NG Capteur. ExAO-NG Sensor. Capteur fréquence cardiaque Heart rate sensor. Réf : 482 105. Français p 1. English p 3.

ExAO-NG Capteur. ExAO-NG Sensor. Capteur fréquence cardiaque Heart rate sensor. Réf : 482 105. Français p 1. English p 3. ExAO-NG Capteur ExAO-NG Sensor Français p 1 English p 3 Version : 3106 1 Généralités Le capteur fréquence cardiaque permet la détection et l enregistrement des phénomènes électriques cardiaques. Il permet

Plus en détail

UNIVERSITE DE YAOUNDE II

UNIVERSITE DE YAOUNDE II UNIVERSITE DE YAOUNDE II The UNIVERSITY OF YAOUNDE II INSTITUT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CAMEROUN INTERNATIONAL RELATIONS INSTITUTE OF CAMEROON B.P. 1637 YAOUNDE -CAMEROUN Tél. 22 31 03 05 Fax (237)

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Florida International University Department of Modern Languages FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Class time: Monday, Tuesday, Wednesday, Thursday; 6:20 P.M. - 9:00 P.M. Instructors: Prof. Jean-Robert

Plus en détail

Guide à l usage des conférenciers (-ières) et des président(e)s de séance de TCPM2013 1

Guide à l usage des conférenciers (-ières) et des président(e)s de séance de TCPM2013 1 [AN ENGLISH VERSION FOLLOWS] Guide à l usage des conférenciers (-ières) et des président(e)s de séance de TCPM2013 1 Conférenciers (- ières) 1) Les communications en séances régulières ont une durée de

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

Towards a sustainable university-enterprise partnership scheme in Tunisia. Practical Training at Saarland University 29-30 November 2010

Towards a sustainable university-enterprise partnership scheme in Tunisia. Practical Training at Saarland University 29-30 November 2010 Towards a sustainable university-enterprise partnership scheme in Tunisia Practical Training at Saarland University 29-30 November 2010 La Grande Région SaarLorLux Luxembourg Lorraine (France) Huit Facultés

Plus en détail

calls.paris-neuroscience.fr Tutoriel pour Candidatures en ligne *** Online Applications Tutorial

calls.paris-neuroscience.fr Tutoriel pour Candidatures en ligne *** Online Applications Tutorial calls.paris-neuroscience.fr Tutoriel pour Candidatures en ligne Online Applications Tutorial 1/4 Pour postuler aux Appels d Offres de l ENP, vous devez aller sur la plateforme : calls.parisneuroscience.fr.

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

Décodage de l activité neuronale

Décodage de l activité neuronale Décodage de l activité neuronale Neurophysiologie et neuro-prosthétique Musallan et al, 2004 Utiliser les signaux physiologiques pour activer des prothèses distantes, plus ou moins intelligentes Neurophysiologie

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE JUIN 2015 BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY 2015 SERIAL QUI SUIS-JE? ESTELLE USER EXPERIENCE DESIGNER BUSINESS ANALYST BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY SERIAL.CH 2

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

plaquette 10/12/07 0:26 Page 3 *0,34 la minute, pour tout appel emis depuis la F ance métropoliatine. vos bagages, notre priorité.

plaquette 10/12/07 0:26 Page 3 *0,34 la minute, pour tout appel emis depuis la F ance métropoliatine. vos bagages, notre priorité. plaquette 10/12/07 0:26 Page 3 *0,34 la minute, pour tout appel emis depuis la F ance métropoliatine. vos bagages, notre priorité. plaquette 10/12/07 0:27 Page 4 Qui sommes-nous? Libertybag est un service

Plus en détail

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris.

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris. Leçon 7 - La Vie est belle La vie de Nafi, une jeune Française d origine sénégalaise parle de sa vie. Elle est étudiante en sociologie à l Université de Toulouse. Aujourd hui, elle parle de sa vie. -Est-ce

Plus en détail

OBJECTIFS 2015-2016 DU ROTARY INTERNATIONAL

OBJECTIFS 2015-2016 DU ROTARY INTERNATIONAL 1 OBJECTIFS 2015-2016 DU ROTARY INTERNATIONAL 2 OBJECTIFS 2015-2016 RI / RI s OBJECTIVES 2015-2016 Pour l année 2015-2016, le Président Ravi a choisi des objectifs dont les résultats sont mesurables par

Plus en détail

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 THE JOHN LYON SCHOOL MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 Section 1: Reading (20 mins) Section 2: Writing (25 mins) Important: Answer all the questions on the question paper

Plus en détail

Promotion to Pharmacists: Towards a Direct Selling Development

Promotion to Pharmacists: Towards a Direct Selling Development Brochure More information from http://www.researchandmarkets.com/reports/40123/ Promotion to Pharmacists: Towards a Direct Selling Development Description: Traditional keystone for sales of health and

Plus en détail

ThinkVantage Fingerprint Software

ThinkVantage Fingerprint Software ThinkVantage Fingerprint Software 12 2 1 First Edition (August 2005) Copyright Lenovo 2005. Portions Copyright International Business Machines Corporation 2005. All rights reserved. U.S. GOVERNMENT USERS

Plus en détail

The space to start! Managed by

The space to start! Managed by The space to start! Managed by ESA Business Incubation Centers (ESA BICs) : un programme de soutien à la création d entreprises L Agence Spatiale Européenne (ESA) dispose d un programme de transfert de

Plus en détail

Défi international. Dispositif d'accompagnement pédagogique et linguistique pour l'enseignement en anglais

Défi international. Dispositif d'accompagnement pédagogique et linguistique pour l'enseignement en anglais Défi international Dispositif d'accompagnement pédagogique et linguistique pour l'enseignement en anglais Support and Training for the Development of English-Taught Programs 2015-2016 Défi International

Plus en détail

«Je change, ça change tout!»

«Je change, ça change tout!» «Je change, ça change tout!» Campagne de mobilisation du Plan Climat-Energie de Rennes Métropole 1. Les objectifs de la mobilisation Pour atteindre l'objectif de la Convention des Maires, les collectivités

Plus en détail

Phrases au Subjonctif Answers for teachers

Phrases au Subjonctif Answers for teachers Phrases au Subjonctif Answers for teachers These instructions should accompany the OCR resource Phrases au subjonctif activity which supports OCR A Level Modern Foreign Languages: French The Activity:

Plus en détail

Paris-Saclay, Yes We Can!

Paris-Saclay, Yes We Can! Liste de candidats Nom de la liste : Paris-Saclay, Yes We Can! Election des représentants des doctorants au conseil du collège doctoral 1 Profession de foi : Cette liste est composée de doctorants issus

Plus en détail

Les forces du site Internet

Les forces du site Internet Les forces du site Internet - Bravo pour le site, il est vraiment beau et pertinent. - Un site très riche en information. - Ce site WEB est vraiment une très belle initiative, et il s appuie manifestement

Plus en détail

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS JET SERVICES GROUP vous propose la solution MANAJETS destinée aux opérateurs

Plus en détail

www.sga-automation.com

www.sga-automation.com 1. PRESENTATION Ce robot de type parallélogramme déformable est composé d un bras articulé monté sur un axe vertical. Cette combinaison modulaire conçue pour une grande variété d applications permet de

Plus en détail

Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche

Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche Masters de Mathématiques à l'université Lille 1 Mathématiques Ingénierie Mathématique Mathématiques et Finances Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche Mathématiques appliquées

Plus en détail

October 23 through November 3, 2015

October 23 through November 3, 2015 October 23 through November 3, 2015 All proceeds support the Orléans-Cumberland Community Resource Centre s many programs and services Du 23 octobre au 3 novembre 2015 Tous les fonds récoltés appuient

Plus en détail

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE Note: If there is insufficient space to answer a question, please attach additional

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr : www.machpro.fr Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr destiné à fournir aux lecteurs de la revue et aux mécanautes un complément d'information utile et régulièrement

Plus en détail

Formation Anglais Aéronautique

Formation Anglais Aéronautique Formation Anglais Aéronautique Vocabulaire général Avions et Drones, procédures de communication aéronautique et autres notions aéronautiques - Objectifs du stage : - Dans le prolongement du stage d anglais

Plus en détail

SAP SNC. Guide. Alertes/Alert - Edition 1. Direction des Achats/Ph.Longuet Date: 22/11/11

SAP SNC. Guide. Alertes/Alert - Edition 1. Direction des Achats/Ph.Longuet Date: 22/11/11 SAP SNC Guide Alertes/Alert - Edition 1 Direction des Achats/Ph.Longuet Date: 22/11/11 SAP SNC Alert on SAP SNC SAP SNC Alerts Definition An «alerts» is an event, created by SAP SNC according to the updates

Plus en détail

Epreuve de soutenances de rapports de stage en BTS biotechnologies Bilan et préconisations

Epreuve de soutenances de rapports de stage en BTS biotechnologies Bilan et préconisations Epreuve de soutenances de rapports de stage en BTS biotechnologies Bilan et préconisations Ce document a été rédigé à partir : - du compte-rendu de la réunion du 21 janvier 2010 où étaient présents des

Plus en détail

Get connected with future Business Leaders in the World ;-)

Get connected with future Business Leaders in the World ;-) SUMMER ENTREPRENEURSHIP PROGRAM UC BERKELEY & UC STANFORD SAN FRANCISCO 2012 Get connected with future Business Leaders in the World ;-) Dates : - Session 1 : du 12 juillet au 7 septembre 2012 (8 semaines

Plus en détail

L interface de Windows 7

L interface de Windows 7 chapitre L interface de Windows 7. Utiliser le menu Démarrer et la barre des tâches de Windows 7... 2.2 Profiter de l affichage Aero et de Windows Flip 3D... 30.3 Utiliser les thèmes... 33.4 Modifier la

Plus en détail

(Programme de formation pour les parents ~ Training program for parents)

(Programme de formation pour les parents ~ Training program for parents) PODUM-INFO-ACTION (PIA) La «carte routière» pour les parents, sur l éducation en langue française en Ontario A «road map» for parents, on French-language education in Ontario (Programme de formation pour

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1. Chapitre 2 GUIDE MICROAPP

Sommaire. Chapitre 1. Chapitre 2 GUIDE MICROAPP Sommaire Chapitre 1 Premiers pas avec Photoshop Elements 8.0 L interface... 10 Acquérir les images : appareil photo, scanner, dossier... 12 L Organiseur, la retouche rapide, la retouche standard et la

Plus en détail

À LA DÉCOUVERTE d Excel 2010

À LA DÉCOUVERTE d Excel 2010 Vous venez d installer Excel 2010 sur votre ordinateur et vous avez eu raison de le faire car vous disposez maintenant d un outil d une puissance redoutable. Avec cette dernière version du tableur, vous

Plus en détail

PEUT-ON FAIRE CONFIANCE À GOOGLE? PEUT-ON SE FIER AUX PROPOS TENUS PAR GOOGLE? ET SI OUI, LESQUELS?

PEUT-ON FAIRE CONFIANCE À GOOGLE? PEUT-ON SE FIER AUX PROPOS TENUS PAR GOOGLE? ET SI OUI, LESQUELS? PEUT-ON FAIRE CONFIANCE À GOOGLE? PEUT-ON SE FIER AUX PROPOS TENUS PAR GOOGLE? ET SI OUI, LESQUELS? IL Y A QUELQUES MOIS, GOOGLE A BLOGGÉ AU SUJET DES «PRINCIPES QUI NOUS GUIDENT DEPUIS LE DÉBUT.» LES

Plus en détail

La révolution SaaS au service de la valorisation de la recherche

La révolution SaaS au service de la valorisation de la recherche La révolution SaaS au service de la valorisation de la recherche Jérémie Bellec Structure Computation Problématique Question des industriels : Comment peut-on utiliser votre logiciel? Logiciel de recherche?

Plus en détail

Notice Technique / Technical Manual

Notice Technique / Technical Manual Contrôle d accès Access control Encodeur USB Mifare ENCOD-USB-AI Notice Technique / Technical Manual SOMMAIRE p.2/10 Sommaire Remerciements... 3 Informations et recommandations... 4 Caractéristiques techniques...

Plus en détail