Pour avoir l assurance d être entendu et défendu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour avoir l assurance d être entendu et défendu"

Transcription

1 Pour avoir l assurance d être entendu et défendu LE PROJET DE LOI, LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA JUSTICE ADMINISTRATIVE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Mémoire du Conseil du patronat du Québec sur le projet de loi n o 35 présenté à la Commission des institutions CPQ Janvier 2004 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada 1 e trimestre 2004

2 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE LE PARITARISME AU SEI N DE LA SECTION DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES LE POUVOIR DE RÉVISION DE L ORGANISME ET LE DROIT DE CONTESTATION AU TRIBUNAL DES RECOURS ADMINISTRATIFS DU QUÉBEC LE FINANCEMENT DU TRIBUNAL DES RECOURS ADMINISTRATIFS DU QUÉBEC...9 CONCLUSION...11

3 LE PROJET DE LOI, LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA JUSTICE ADMINISTRATIVE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Mémoire du Conseil du patronat du Québec sur le projet de loi n o 35 présenté à la Commission des institutions *********** PRÉAMBULE Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) remercie la Commission des institutions de lui donner la possibilité d exprimer le point de vue du milieu des affaires sur le projet de loi n o 35, Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives. La justice administrative est de nouveau remise en question en Au cours des dix dernières années, le CPQ a participé à tous les débats touchant la justice administrative. Le tout a débuté par notre analyse et notre prise de position sur les recommandations formulées par un groupe de travail constitué par la Commission de la santé et de la sécurité du travail (ci-après la Commission) dans son rapport du 6 mai 1994 intitulé La déjudiciarisation du régime québécois de santé et de sécurité du travail (rapport Durand). Par la suite, nous avons eu à nous prononcer sur le rapport Garant intitulé Rapport du groupe de travail sur certaines questions relatives à la justice administrative. Une justice administrative pour le citoyen, sur le projet de loi n o 130, Loi sur la justice administrative, sur l avant-projet de loi intitulé Loi sur l application de la Loi sur la justice administrative et, finalement, sur le projet de loi n o 79, Loi instituant la Commission des lésions professionnelles et modifiant diverses dispositions législatives. Nous nous serions attendus, à la suite de l exclusion de la Commission d appel en matière de lésions professionnelles du Tribunal administratif du Québec (TAQ), en juin 1996, et à la création de la Commission des lésions professionnelles (CLP), que le gouvernement eût laissé ces

4 réformes vivre plus longtemps. Après tout, la CLP vient à peine de fêter son cinquième anniversaire et, de l avis de plusieurs, ce tribunal fonctionne bien. Néanmoins, comme pour tout tribunal, des points restent à améliorer. C est pourquoi le conseil d administration de la Commission, le 9 octobre 2003, dans un avis unanime relatif au projet de réforme de la justice administrative, était notamment d opinion que des changements étaient possibles au regard du processus de révision et d appel et ce, sans modification législative. Dans la foulée de ces débats, nous avons à analyser aujourd hui le projet de loi n o 35, Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives. Ce projet de loi institue le Tribunal des recours administratifs du Québec (TRAQ) en regroupant la CLP et le TAQ. Ce tribunal sera divisé en trois sections dont une, notamment, ayant pour objet les lésions professionnelles. Compte tenu de notre participation active à la recherche de solutions efficaces en matière de justice administrative, et plus particulièrement en matière de santé et de sécurité du travail et d indemnisation des lésions professionnelles, nous formulons à la Commission des institutions quelques commentaires sur le projet de loi n o 35. Dans le présent mémoire, nous traitons de la question du paritarisme au sein de la section des lésions professionnelles, du nouveau processus de révision et de contestation au sein du TRAQ et du financement du nouveau tribunal. 2

5 1. LE PARITARISME AU SEI N DE LA SECTION DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES Le régime québécois de santé et de sécurité du travail et d indemnisation des lésions professionnelles est le fruit du pacte social de 1931, conclu entre les employeurs et les travailleurs de la province en matière d accidents du travail. Le régime assure près de 3 millions de travailleurs et il est financé exclusivement par plus de employeurs qui déboursent annuellement près de 1,6 milliard de dollars. Il est administré par la Commission, qui gère la prévention et la réparation des lésions professionnelles de même que la réadaptation des travailleurs conservant des séquelles permanentes de leurs lésions. Toutes les structures de la Commission, de son conseil d administration aux divers comités de ce conseil, en passant par les associations sectorielles paritaires de santé et de sécurité du travail ou l Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail, reposent sur le paritarisme. Il s agit donc d un régime tripartite composé d un travailleur, d un employeur et de la Commission, qui agit comme gestionnaire du régime. Le paritarisme est également présent à la CLP qui assume de façon exclusive la juridiction d appel des décisions de la Commission à la suite d une révision administrative. Ce tribunal est également financé par l ensemble des employeurs. Son budget est de 50,1 millions de dollars pour l exercice financier C est en 1985 que le paritarisme a fait son apparition au sein des instances de révision, lors de l adoption de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP). En 1993, la direction de la Commission constituait un groupe de travail ayant comme mandat : «d étudier, dans une perspective globale, le processus de révision et proposer les mesures nécessaires à la "déjudiciarisation" du règlement des litiges». Ce groupe de travail était composé de M es Lynda Durand, Guy Lemay, Robert Masson, Yves Ouellette et du D r Yves Bergeron. 3

6 Ledit comité a présenté aux membres du conseil d administration de la Commission son rapport intitulé La déjudiciarisation du régime québécois de santé et de sécurité du travail. Une des conclusions du rapport était d abolir le Bureau de révision paritaire et de créer une Commission paritaire des lésions professionnelles (CPLP). Il est intéressant de reprendre certains commentaires, relatifs au paritarisme tirés du rapport, afin de démontrer toute son importance : «Le paritarisme donne en effet l assurance à l employeur et au travailleur qu un membre du panel est particulièrement sensible à leurs valeurs et leurs problèmes respectifs ;» 1 «En effet, le BR présente certaines caractéristiques, telle la représentation paritaire, qu il convient de maintenir puisqu elles sont le gage d une crédibilité plus grande et qu elles maintiennent un lien étroit entre le régime et les usagers ;» 2 «La participation de membres patronaux et syndicaux à la décision contribuera à instaurer cette nouvelle mentalité, en plus de maintenir jusqu à la phase ultime du processus décisionnel le paritarisme, qui constitue un élément fondamental du régime québécois de santé et de sécurité au travail.» 3 C est donc avec cette vision qu a été créée la CLP. La création de cette commission était alors conforme au principe que nous avions maintes fois défendu selon lequel toute instance unique en matière de lésions professionnelles, dont les décisions seraient sans appel, devrait refléter la particularité du régime québécois de la santé et de la sécurité du travail, dont le paritarisme. Le paritarisme, comme on le connaît actuellement, permet aux parties de faire entendre leur voix auprès du commissaire lors d un débat à la CLP. De plus, les discussions entre les membres issus des associations syndicale et patronale et le commissaire permettent d établir une compréhension certaine du débat, aidant le commissaire dans sa démarche rigoureuse de réflexion et de rédaction et dans la détermination, souvent plus rapide, de ses conclusions Commission de la santé et de la sécurité du travail. La déjudiciarisation du régime québécois de santé et de sécurité du travail, 6 mai 1994, p. 39. Id., p. 40. Id., p

7 Le projet de loi n o 35 prévoit en matière de lésions professionnelles la présence du paritarisme au sein du TRAQ. L article 83.1 est libellé ainsi : «En matière de lésions professionnelles, le président, le vice-président responsable de la section ou le membre désigné par l un d eux peut, si une partie en fait la demande, désigner deux personnes, l une issue des associations d employeurs et l autre des associations syndicales, pour siéger auprès du membre et le conseiller lorsqu il s agit d un recours portant sur l existence d une lésion professionnelle autre qu une rechute, récidive ou aggravation.» (nos soulignements) De telles formations sont toutefois assorties de la condition qu une des deux parties en fasse la demande. Une fois cette condition remplie, la décision sera laissée entièrement à la discrétion de l un des membres désignés précédemment dans le libellé. Selon nous, cette disposition est tout à fait inacceptable, car elle aura comme résultat de restreindre le paritarisme qui, nous le répétons, constitue un élément fondamental du régime québécois de santé et de sécurité du travail. Le paritarisme est actuellement présent dans tous les dossiers entendus par la CLP, à l exception des dossiers de financement. Les membres issus des associations d employeurs reçoivent de la formation depuis onze ans. Elles sont à caractères médical et légal, et elles portent sur divers sujets auxquels ils sont régulièrement confrontés. Ces membres ont donc acquis avec les années une solide expérience. Rien ne justifie donc que le paritarisme soit limité à l existence d une lésion professionnelle autre qu une rechute, récidive ou aggravation. De plus, cette limitation du paritarisme créera des situations non souhaitables. Par exemple, il est fréquent que des dossiers soient joints en vue d une audition. Avec une telle disposition, on devra demander aux personnes issues des associations syndicale et patronale de se retirer dans l éventualité où le TRAQ serait saisi de deux litiges dont un touche l existence d une lésion professionnelle et l autre un litige relatif au Bureau d évaluation médicale. C est un non-sens. 5

8 Actuellement, le paritarisme fonctionne très bien à la CLP. Il est utilisé dans la composition des organismes administratifs d appel en matière d accidents du travail dans la majorité des provinces canadiennes. On doit donc le garder intact. 2. LE POUVOIR DE RÉVISION DE L ORGANISME ET LE DROIT DE CONTESTATION AU TRIBUNAL DES RECOURS ADMINISTRATIFS DU QUÉBEC L article 358 de la LATMP prévoit qu une personne qui se croit lésée par une décision rendue par la Commission peut, dans les 30 jours de sa notification, en demander la révision. Cette révision est effectuée sur dossier après que les parties aient eu l occasion de présenter leurs observations. Cette décision est contestable devant la CLP dans les 45 jours de sa notification. Selon les données contenues au rapport annuel de la Commission pour l exercice s étant terminé le 31 décembre 2002, la Direction de la révision administrative de la Commission a reçu demandes de révision et a fermé dossiers. De ces dossiers fermés, 40 % ont été réglés. Selon les dernières données obtenues de la Direction de la révision administrative, le délai moyen entre la demande révision et la fin de traitement d un dossier à la révision administrative est de 130 jours. De son côté, la CLP, au cours de l exercice , a reçu demandes et a fermé dossiers 4. Le délai moyen de traitement entre la réception de la contestation et la décision sur le fond est de 11,4 mois. Si on exclut le délai attribuable aux remises sur lequel la CLP n a aucun contrôle, le délai est de 6,9 mois. Par le projet de loi n o 35, le ministre de la Justice vise à simplifier le processus actuel et faire en sorte que les délais d attente pour disposer des contestations des justiciables soient considérablement réduits. Cet objectif est louable. Un organisme, comme la Société de l assurance automobile du Québec, avait un délai moyen de traitement d une demande de 4 Rapport annuel de la Commission des lésions professionnelles Exercice

9 révision de 305,9 jours en Le délai moyen au TAQ est également élevé; il représente, dans plusieurs programmes, plus de 20 mois d attente. 6 Ces situations, comme nous l avons vu, sont toutefois bien différentes de ce qui existe actuellement dans le régime de santé et de sécurité du travail. Nous sommes conscients que la question des délais tant pour ce qui est du processus de révision que du tribunal d appel mérite continuellement d être examinée. On doit toujours faire en sorte que le justiciable puisse être entendu le plus rapidement possible. Toutefois, nous ne croyons pas que, pour y arriver, il faille modifier de fond en comble les structures de révision et de contestation propres au régime de santé et de sécurité du travail. Au contraire, nous craignons que les modifications proposées au régime de santé et de sécurité du travail dans le projet de loi n o 35, loin de réduire les délais, produiront plutôt l effet inverse. Le ministre de la Justice propose, à l article 359 du projet de loi n o 35, qu une personne qui se croit lésée par une décision de la Commission peut, dans les 90 jours de sa notification, la contester devant le TRAQ. Par la suite, ce dernier devra faire parvenir une copie de la requête introductive d instance à la Commission qui pourra, dans les 90 jours de sa réception, réviser sa décision. Ce délai peut être prolongé de 90 jours si le requérant convient avec la Commission de la nécessité de soumettre une expertise médicale. Une décision révisée sera notifiée aux parties et le requérant aura alors 30 jours pour indiquer à la Commission s il désire maintenir son recours devant le TRAQ ou s en désister. Si le requérant maintient son recours ou que la Commission n a pas pu procéder à la révision dans le délai qui lui était imparti, elle disposera alors de 30 jours pour transmettre le dossier au TRAQ. En 2003, la Direction de la révision administrative a reçu demandes de révision. Avec les nouvelles dispositions prévues au projet de loi n o 35, les contestations seront acheminées dorénavant directement au TRAQ. Bien que l on permette à la Commission de revoir sa décision 5 6 Société de l assurance automobile du Québec Données statistiques pour l année 2002 de la Direction de la révision tirées d un document de travail émanant du ministère de la Justice, et daté du 21 novembre Rapport annuel du Tribunal administratif du Québec Exe rcice

10 dans un délai de 90 jours, il est à prévoir que le TRAQ se trouvera avec plus de demandes à traiter que n en possède actuellement la CLP. Il est difficile toutefois de savoir quel sera le nombre de demandes qu aura à traiter le nouveau tribunal. Le sous-ministre associé au ministère de la Justice avait estimé, lors de sa consultation sur les tribunaux administratifs, que le TRAQ aurait à traiter demandes. Cette hypothèse était basée toutefois sur un nombre de demandes de révision de , tiré de l exercice financier s étant terminé le 31 décembre 2002 à la Commission. De plus, le premier scénario de la réforme était la suppression de l étape obligatoire de la révision administrative à la Commission et son remplacement par une incitation à trouver une solution juste et équitable aux différends. La Commission disposait alors de 60 jours de l avis d appel pour réexaminer sa décision. Le scénario retenu par le ministre de la Justice est donc différent. Néanmoins, il est à prévoir que le TRAQ aura à traiter à la section des lésions professionnelles un nombre de demandes de beaucoup supérieur aux reçues au cours de l exercice financier , et qui devrait être de l ordre de plus de demandes. Comme la CLP a fermé dossiers pour l exercice , alors qu elle en avait fermé pour l exercice , il est à craindre que sans effectifs additionnels, le TRAQ ne pourra pas suffire à la tâche. On ne peut miser que sur une augmentation de la productivité, tant des commissaires que des conciliateurs, pour répondre à la demande. Dans un cas, le résultat sera une augmentation du délai d attente au TRAQ et des coûts additionnels pour le régime. Dans l autre cas, il y aura des coûts supplémentaires pour le régime. Où est donc la valeur ajoutée à une telle réforme pour le régime de santé et de sécurité du travail? Le régime de santé et de sécurité du travail québécois vient de connaître quelques années difficiles, principalement à cause des mauvais rendements boursiers, ce qui a eu pour effet de faire augmenter le taux moyen de cotisation provincial de 1,85 $, en 2002, à 2,15 $, en Le taux moyen de cotisation devrait de nouveau être à la hausse pour l année En ce moment, 7 8 Rapport annuel de la Commission des lésions professionnelles Exercice Rapport annuel de la Commission des lésions professionnelles Exercice

11 les employeurs québécois n ont certainement pas besoin d une nouvelle réforme qui mettra de la pression sur les coûts du régime. Pour nous, la question des délais tant au regard du processus de révision que du tribunal d appel peut être examinée et des solutions peuvent être apportées sans intervention législative. À la Direction de la révision administrative, le délai moyen entre la demande de révision et la fin du traitement de la demande n est-il pas passé de 280 jours, en 1998, à 130 jours, en N a-t-on pas mis sur pied, à la même Direction, une procédure accélérée de révision appelée Service de la ligne directe dans les cas d admissibilité d une réclamation pour accident du travail ou maladie professionnelle et pour les demandes faisant suite à une décision du Bureau d évaluation médicale, ce qui lui a permis d être en mesure de rendre des décisions à l intérieur d un délai moyen de 60 jours? Que dire de la politique de gestion des remises à la CLP qui fait appel à la collaboration des clients et de leurs représentants et qui a fait passer le pourcentage de remises de 43 %, en , à 30 % en ? Le processus de révision et d appel des décisions de la Commission vient d être réformé en Le régime actuel fonctionne de mieux en mieux. Les délais de révision et de contestation sont loin d être catastrophiques et ils n ont rien à voir avec ce que l on connaît au TAQ actuel. Pourquoi mettre en péril ce qui fonctionne pour améliorer des sections non performantes de la justice administrative? Ces sections émargent par ailleurs au budget de l État. 3. LE FINANCEMENT DU TRIBUNAL DES RECOURS ADMINIS TRATIFS DU QUÉBEC Le projet de loi n o 35 prévoit, à l article 206, que les crédits alloués aux programmes de chacun de ces organismes dans un ministère ou les sommes mises à leur disposition par un autre organisme sont, dans la mesure et selon les modalités que détermine le gouvernement, transférés au fonds du nouveau tribunal, institué par l article 97 de la Loi sur la justice administrative. 9

12 Comme il a été indiqué précédemment, la CLP est financée à même les cotisations des employeurs à la Commission. Le budget de la CLP est de 50,1 millions de dollars alors que celui du TAQ est de 29,2 millions de dollars. Beaucoup de questions demeurent donc en suspens. Qu adviendra-t-il des actifs de la CLP dont l acquisition a été financée par les employeurs? Quel sera le budget de la section des lésions professionnelles et de quelle façon cette section sera-t-elle financée? Malgré certaines simulations quant au partage des coûts dont nous avons pris connaissance, il faudrait obtenir des garanties formelles qu advenant une mise en œuvre du projet, les employeurs auront leur consentement à donner sur la formule de partage retenue compte tenu que ce sont eux qui payent la facture. Comme nous l avons indiqué précédemment, il est raisonnable de croire que l augmentation du nombre de demandes à traiter au TRAQ aura un effet à la hausse sur le budget de ce tribunal. De plus, comme il n existera pas d étanchéité entre les différentes sections du TRAQ, il est à craindre que les employeurs s en trouvent pénalisés. En une période où l État n a plus d argent, ne sera-t-il pas tentant de lorgner du côté des employeurs pour assurer le financement de certaines activités? Le précédent déjà vécu en matière d inspection nous incite à la plus grande prudence. Encore ici cette idée d améliorer le fonctionnement du TAQ actuel en profitant de la structure efficace actuelle de la CLP n oblige pas à un amendement législatif. Un simple arrangement administratif pourrait ouvrir la porte à un fonctionnement intégré au plan physique. Il faut bien comprendre que la justice administrative en santé et en sécurité du travail n implique pas un lien entre l État et le citoyen. Il s agit d un régime tripartite composé d un travailleur, d un employeur et de la Commission, qui agit comme gestionnaire du régime. 10

13 CONCLUSION Par le projet de loi n o 35, le ministre de la Justice vise, par diverses mesures, à simplifier le processus actuel pour faire en sorte que les délais d attente pour disposer des contestations des justiciables soient considérablement réduits. C est peut-être le cas dans divers organismes touchés par la justice administrative. Pour ce qui est toutefois du régime de santé et de sécurité du travail, le projet de loi n o 35 n améliore pas le système actuel. Au contraire. Le paritarisme au sein du Tribunal constitue un élément fondamental du régime québécois de santé et de sécurité du travail. Le projet de loi n o 35 le reconnaît, mais il le restreint au sein du TRAQ, ce qui est inacceptable. Du fait que les demandes seront désormais acheminées directement au TRAQ, il est à craindre, qu en l absence d effectifs supplémentaires, le délai de traitement des demandes soit en hausse par rapport à la situation actuelle. Dans un cas comme dans l autre, on devra faire face à une augmentation des coûts. Comme les employeurs québécois financent à même leur cotisation la CLP à raison de 50,1 millions de dollars par année, il est à craindre, étant donné le manque d étanchéité entre les différentes sections, que certaines activités à la charge du gouvernement soient financées désormais par l ensemble des employeurs. Compte tenu de la spécificité du régime de santé et de sécurité du travail et puisque ce projet de loi n apporte aucune valeur ajoutée à la situation actuelle, nous demandons le statu quo au regard du régime de santé et de sécurité du travail, que la CLP soit exclue de la réforme et que le ministre de la Justice entreprenne des démarches administratives avec les autorités de la CLP pour convenir de modalités lui permettant de régionaliser, le cas échéant, le Tribunal administratif du Québec. 11

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

Consultation du Conseil du patronat du Québec sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail

Consultation du Conseil du patronat du Québec sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Consultation du Conseil du patronat du Québec sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Rapport du comité de travail sur la surindemnisation à la CSST Janvier 2008 1010, rue Sherbrooke,

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL DÉFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION La législation québécoise en matière de santé et de sécurité du travail est constituée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE»,

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE», CONVENTION DE PARTICIPATION AU PROGRAMME DE PRISE EN CHARGE DU DOSSIER DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL POUR LES S D ÉCONOMIE SOCIALE EN AIDE DOMESTIQUE ENTRE : LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX,

Plus en détail

Le projet de loi n o 33

Le projet de loi n o 33 Le projet de loi n o 33 Loi éliminant le placement syndical et visant l amélioration du fonctionnement de l industrie de la construction Mémoire du Conseil du patronat du Québec soumis à la Commission

Plus en détail

Projet de loi n o 102. Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite

Projet de loi n o 102. Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite FÉDÉRATION DE L ÂGE D OR DU QUÉBEC AVIS PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES Projet de loi n o 102 Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de Mai 2000 Introduction Fondée en 1970,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Le 13 juin 2012. Madame la Ministre,

Le 13 juin 2012. Madame la Ministre, Martine Coulombe Ministre de l Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail Complexe Chestnut C.P. 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 3P7 Le 13 juin 2012 Madame la Ministre, Au nom de

Plus en détail

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

Pour jouer ce rôle, le Conseil du patronat veut, par cette politique :

Pour jouer ce rôle, le Conseil du patronat veut, par cette politique : POLITIQUE DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC EN MATIÈRE DE NOMINATION, DE FORMATION ET DE RECONDUCTION DES MEMBRES ISSUS DES ASSOCIATIONS D EMPLOYEURS À LA COMMISSION DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES (CLP) RÔLE

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Demande de suivi relatif aux questions d argumentation adressées aux participants en date du 26 novembre 2010

Demande de suivi relatif aux questions d argumentation adressées aux participants en date du 26 novembre 2010 ARGUMENTATION DE GAZ MÉTRO Origine : Demande de suivi relatif aux questions d argumentation adressées aux participants en date du 26 novembre 2010 Demandeur : Régie de l énergie À titre introductif, Gaz

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

Charte pour la commission d exonération et de remboursement des droits d inscription

Charte pour la commission d exonération et de remboursement des droits d inscription Charte pour la commission d exonération et de remboursement des droits d inscription Vu le décret n 84-13 du 05 janvier 1984, Vu l avis du conseil des études et de la vie universitaire du 05 avril 2013,

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Le calcul détaillé du taux personnalisé 2012. Guide

Le calcul détaillé du taux personnalisé 2012. Guide Le calcul détaillé du taux personnalisé 2012 Guide Le calcul détaillé du taux personnalisé 2012 Ce document est réalisé par la Vice-présidence aux finances en collaboration avec la Direction des communications

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport La mission première du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport est de s assurer que des services éducatifs de qualité sont dispensés au Québec.

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur La CSST Qui sommes nous? Par : Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur Blainville 3 avril 2008 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) Une compagnie d assurance

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP)

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP) Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le personnel enseignant primaire et secondaire (FSE et FPEP) Avril 2013 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec 2 3 Catégories de prestataires Travailleuses

Plus en détail

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT NOTE D INFORMATION-juillet 2013 LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT La loi du 14 Juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (n 2013-504) a introduit plusieurs

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Le Québec dispose d un ensemble de mesures permettant aux parents de mieux concilier leurs responsabilités familiales et professionnelles, dont les congés parentaux.

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

L utilisation de consultants et d agences de personnel : ce que l employeur doit savoir. Rolland Forget Associé Sébastien Lebel Avocat

L utilisation de consultants et d agences de personnel : ce que l employeur doit savoir. Rolland Forget Associé Sébastien Lebel Avocat L utilisation de consultants et d agences de personnel : ce que l employeur doit savoir Rolland Forget Associé Sébastien Lebel Avocat Plan de présentation Qu est-ce qu une relation tripartite? Quels sont

Plus en détail

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013 Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC Michelle de Mourgues Médiateur auprès de HSBC France nommée le 14 décembre 2002 Professeur émérite des Universités

Plus en détail

Secrétariat Comité médical/commission de réforme CDG 58 24 rue du champ de foire BP 3 58028 Nevers cedex.

Secrétariat Comité médical/commission de réforme CDG 58 24 rue du champ de foire BP 3 58028 Nevers cedex. Toute saisine de ces deux instances doit être adressée à l adresse suivante: Secrétariat Comité médical/commission de réforme CDG 58 24 rue du champ de foire BP 3 58028 Nevers cedex. - D envoyer un dossier

Plus en détail

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE Le processus administratif de suivi et de traitement d une demande

Plus en détail

DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION. Novembre 2009

DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION. Novembre 2009 DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION Novembre 2009 1010, rue Sherbrooke Ouest, bureau 510, Montréal (Québec) H3A 2R7 Tél. : 514-288-5161-1-877-288-5161

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

représenté par Monsieur Philippe WATTIER Responsable de la Direction des Relations Humaines et Sociales du Groupe

représenté par Monsieur Philippe WATTIER Responsable de la Direction des Relations Humaines et Sociales du Groupe ACCORD PORTANT CREATION D UNE " COMMISSION DE RECOURS " DISCIPLINAIRE Entre, Le Crédit Lyonnais représenté par Monsieur Philippe WATTIER Responsable de la Direction des Relations Humaines et Sociales du

Plus en détail

Pour la viabilité des régimes de retraite du secteur privé

Pour la viabilité des régimes de retraite du secteur privé Pour la viabilité des régimes de retraite du secteur privé Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite principalement quant au financement des régimes de retraite à prestations déterminées

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre site Web. Consultezle pour

Plus en détail

Chapitre 3 Vérification des organismes de la Couronne

Chapitre 3 Vérification des organismes de la Couronne Vérification des organismes de la Couronne Contenu Contexte................................................................. 55 Étendue..................................................................

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

COMMENTAIRES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC SUR LE PROJET DE LOI 140 LOI SUR L'ASSURANCE PARENTALE ET SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE

COMMENTAIRES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC SUR LE PROJET DE LOI 140 LOI SUR L'ASSURANCE PARENTALE ET SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE COMMENTAIRES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC SUR LE PROJET DE LOI 140 LOI SUR L'ASSURANCE PARENTALE ET SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE PARENTALE SEPTEMBRE 2000 Commentaires du Conseil du patronat

Plus en détail

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés Résumé NOTES EXPLICATIVES Projet de loi a été déposé à l Assemblée nationale du Québec le 28 mars 2012 par le ministre de la Justice et

Plus en détail

Mémoire de l AMC présenté à Finances Canada au sujet des modifications proposées à la Loi de l impôt sur le revenu. Le 14 février 2012

Mémoire de l AMC présenté à Finances Canada au sujet des modifications proposées à la Loi de l impôt sur le revenu. Le 14 février 2012 Mémoire de l AMC présenté à Finances Canada au sujet des modifications proposées à la Loi de l impôt sur le revenu Le 14 février 2012 L Association médicale canadienne (AMC) est le porte-parole national

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Syndicat de l enseignement de la région du Fer - CSQ RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Révisé, novembre 2007 Syndicat de l'enseignement de la région du Fer - CSQ 9 rue Napoléon Sept-Îles (Qc.) G4R

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Calcul du taux personnalisé 2013. Guide de l employeur. www.csst.qc.ca

Calcul du taux personnalisé 2013. Guide de l employeur. www.csst.qc.ca Calcul du taux personnalisé 2013 Guide de l employeur www.csst.qc.ca Ce document est réalisé par la Vice-présidence aux finances, en collaboration avec la Direction des communications et des relations

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 10 novembre 2011 N de pourvoi: 10-24099 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales.

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. Le contrôle Urssaf Définition. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. En effet, ces dernières sont recouvrées à partir

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

RÈGLEMENT NO 2012-10-349 RÈGLEMENT CONCERNANT LA FORMATION D UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME

RÈGLEMENT NO 2012-10-349 RÈGLEMENT CONCERNANT LA FORMATION D UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-SABINE RÈGLEMENT NO 2012-10-349 RÈGLEMENT CONCERNANT LA FORMATION D UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME CONSIDÉRANT QU en vertu des articles 146 à 148 de

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N : 20 14-033 DÉCISION N : 2014-033-010 DATE: Le 15juin 2015 EN PRÉSENCE DE: Me LISE GIRARD SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail