Livre Blanc Risques professionnels. «Gestion Rapport des Risques Professionnels»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Livre Blanc Risques professionnels. «Gestion Rapport des Risques Professionnels»"

Transcription

1 Livre Blanc Risques professionnels la thématique à l épreuve de la réalité des entreprises Résultats de l enquête Rapport final sur les résultats de l enquête menée par Alma CG en novembre 2014 auprès de 300 entreprises répondantes «Gestion Rapport des Risques Professionnels» réalisée en novembre 2014 auprès de 300 entreprises

2 Typologie des participants à l enquête Les répondants : - sont principalement des opérationnels de la fonction RH (Directeurs/Responsables des Ressources Humaines), - représentent un large panel de secteurs d activité, - ont un effectif qui va de la PME à la TGE, en passant par l ETI. > Ventilation des répondants par taille d'entreprise 35% 22% 43% Moins de 250 salariés Entre 250 et 499 salariés Entre 500 et 999 salariés Plus de 1000 salariés 20% > Ventilation des répondants par secteur d'activité Autres industries 19% Plasturgie/Chimie 4% Agro-alimentaire 14% Automobile 4% Metallurgie 12% Distribution 8% Transport/Logistique 20% Energie/Environnement 8% Santé 7% BTP 5% 2

3 Analyse des éléments de réponse Sur les Déclarations d Accidents du Travail > En cas d accident ne nécessitant ni soins ni arrêt de travail, rédigez-vous néanmoins une déclaration d accident du travail? Oui, toujours 42% 7% 14% 41% Oui, parfois car registre d'accident bénin dans l'entreprise > Quel est le délai moyen de vos déclarations d accidents du travail à la CPAM? «Il faut dès à présent rappeler que tout fait accidentel porté à la connaissance de l employeur, doit donner lieu à une déclaration. Si l entreprise bénéficie d un service médical sur site, et après y avoir été autorisée par la CARSAT, un registre d accident bénin peut permettre d enregistrer les accidents sans conséquence. En dépit de ces éléments, on constate que de nombreuses entreprises, pourtant de bonne foi, font parfois l impasse sur la déclaration d accident du travail en l absence de soin ou d arrêt. 3% 26% Dans les 24h Il ressort des éléments de notre enquête que 97% des répondants veillent à respecter le délai impératif de 48h pour adresser la déclaration d accident du travail à la CPAM compétente.» Entre 24 et 48h Plus de 48h 72% 3

4 > Avez-vous déjà déclaré un accident du travail en dehors du délai impératif de 48H? 24% 76% Oui «Le délai légal pour déclarer un accident du travail est de 48h. Ce délai court à partir du moment où l employeur ou l un de ses préposés a eu connaissance de la survenance d un fait accidentel. Il ressort des éléments de notre enquête que le délai est globalement respecté par les répondants ; ainsi, la quasi-totalité, soit 97%, indiquent qu ils déclarent leurs accidents dans les temps. Cependant, 76% des entreprises interrogées admettent avoir déjà déclaré des accidents hors délai. Dans 32% cas, la déclaration tardive est due à un dysfonctionnement dans la remontée de l information et dans 6% des cas elle est due à un délai de validation interne trop long. Le constat est alors que dans plus d 1 cas sur 3, la déclaration tardive est due à une mauvaise procédure en vigueur au sein de l entreprise. > Quelles sont les principales raisons de vos déclarations tardives? 38% 7% 23% 32% AT inscrit dans le registre des accidents bénins puis finalement arrêt du salarié Dysfonctionnement dans la remontée d'information vers le déclarant dans l'entreprise Absence d'information par le salarié lui-même Délai de validation interne de la DAT trop long Le délai légal de déclaration d un accident de travail étant déjà relativement court, il y a lieu d une part, d appeler à la vigilance et à la promptitude des managers quant aux conséquences qui peuvent découler d un process interne inutilement complexe. En effet, l absence de déclaration dans le délai imparti, expose l employeur à une amende de 750, portée à 1500 en cas de récidive. A cette sanction pénale, il faut ajouter la sanction administrative. La caisse qui reçoit une déclaration tardive d un accident du travail peut prononcer à l encontre de l employeur une pénalité visant à obtenir le remboursement de la totalité des dépenses engendrées par ledit accident. D autre part, Il convient de sensibiliser davantage les salariés sur les enjeux de la déclaration, et principalement pour ce qui est de la préservation de leurs droits. Cette défaillance des salariés les expose à un refus éventuel de prise en charge de son accident au titre de la législation professionnelle». 4

5 Sur les réserves lors de la déclaration d accident du travail > Lorsque vous avez des doutes sur le caractère professionnel d un AT, rédigez-vous systématiquement des réserves motivées? 14% Oui «La reconnaissance du caractère professionnel d un accident sous-entend que celui-ci trouve sa cause directe et immédiate dans le travail. En réalité, le lien entre le travail et l accident n est pas toujours évident. Les résultats de notre enquête le prouvent bien puisqu ils établissent que la plupart des réserves formulées par les répondants portent sur la matérialité du fait accidentel. 86% > Quels sont les éléments que vous portez le plus souvent à l appui de vos réserves sur la DAT? 6% 34% 24% 25% 6% 14% Absence de témoin Sinistre survenu hors temps de travail Sinistre survenu hors lieu de travail Etat pathologique préexistant Absence de lésion Absence de lien entre le fait accidentel et l'activité professionnelle La rédaction des réserves n est pas qu une simple formalité administrative. Son importance tient à deux choses. D abord, elles obligent la caisse à procéder à une investigation poussée sur les circonstances de l accident avant de se prononcer sur la prise en charge ou non de l accident. Ensuite, la prise en charge par la caisse primaire ayant une répercussion sur le taux de la cotisation patronale en matières d accidents du travail, l employeur a un intérêt financier à formuler les réserves les plus explicites possibles si les circonstances si prêtes, afin d éviter que soit imputé à son compte, le coût inhérent à la prise en charge de l accident. Il est indispensable d avoir une bonne maîtrise rédactionnelle des réserves et de pouvoir s en servir à bon escient, d où la nécessité de faire appel à une expertise extérieure le cas échéant. En pratique, la motivation des réserves n est jamais simple pour les opérationnels RH, et ce d autant plus qu il faut motiver ces réserves sous peine de les voir rejeter par la caisse primaire.» 5

6 Sur l instruction des déclarations d accidents du travail Lors de la clôture de l instruction du dossier par la CPAM, faites-vous en sorte d obtenir les pièces du dossier? «Une nouvelle procédure d'instruction des dossiers accident du travail, accident de trajet et maladie professionnelle est entrée en vigueur le 1er janvier Elle prévoit un délai de 10 jours francs pour consulter le dossier et formuler, éventuellement, des observations. L employeur a dès lors intérêt à être réactif dans le délai imparti. 50% 49% Oui L employeur qui ne consulte pas le dossier au moment où la caisse l invite à le faire, ne pourra plus y avoir accès par la suite. Une demande tardive risque de réduire à la portion congrue le délai pour formuler des observations. Lors de l instruction de la DAT par la CPAM, avez-vous reçu un inspecteur de la CPAM? 53% 40% Oui, mais rarement Oui, très souvent, jamais Par ailleurs, la consultation préalable du dossier semble être relativement négligée par les employeurs, alors qu elle renforce la capacité de ce dernier à pouvoir contester la décision de prise en charge de la caisse primaire. En effet, l étude nous montre que les employeurs contestent majoritairement les décisions des caisses primaires, sans être aussi nombreux à consulter les pièces du dossier. Pourtant, la consultation du dossier offre la possibilité à l employeur de prendre connaissance des éléments susceptibles de lui faire grief, dès avant le rendu de la décision de la caisse. Toutes les pièces administratives du dossier sont à ce moment accessible à l employeur. 14% 6

7 Une fois la décision CPAM reçue, contestez-vous cette décision? 6% 35% 60% Oui, le plus souvent Oui, parfois 7

8 Sur les difficultés rencontrées dans la gestion des risques professionnelles Quelle(s) actions(s) mettez-vous en place lorsque vous jugez des arrêts trop longs ou anormalement longs? «Pour les répondants, l inaptitude est la plus grosse difficulté rencontrée dans la gestion de leurs risques professionnels. Les problématiques soulevées par ce sujet sont nombreuses (licenciement, reclassement, adaptation du poste ). Il est intéressant de relever que la question de l inaptitude se situe aux confluents d autres défis RH tels que le maintien dans l emploi et la Qualité de vie au travail. 22% 16% 62% Organisation d'une contre-visite médicale Contestation de la longueur des arrêts Autres Réussir à maintenir dans son emploi un salarié en situation d'inaptitude repose avant tout sur l'anticipation et la mise en place d'une stratégie d'entreprise. La démarche menée autour d'une problématique individuelle doit être l'occasion pour l'entreprise d'élargir la réflexion aux conditions de travail des autres salariés, ainsi qu aux sujets adjacents : pénibilité, prévention des risques professionnels, etc. La logique se doit d être la même en ce qui concerne la Qualité de vie au travail. Celle-ci s entend à la fois de la qualité de l environnement physique de travail et de la qualité de l organisation du travail. La prévention de l inaptitude passe donc par des actions sur chacune de ces dimensions.» 8

9 Quelles sont les difficultés les plus sérieuses auxquelles vous êtes généralement confrontés en matière de gestion de vos risques professionnels? Contentieux de l'inaptitude Adaptation du poste en cas d'inaptitude Reclassement en cas d'inaptitude Soins d'urgence Tenue du registre des accidents bénins Consultation des pièces du dosier Remplissage du questionnaire MP Déclaration à la CPAM dans le délai de 48h Rédaction des reserves Déclaration tardive du sinistre à l'employeur 1% 2% 3% 11% 8% 13% 12% 9% 19% 21% «S agissant des arrêts de travail anormalement longs, leur coût a un impact sur la trésorerie de l entreprise. Si la majorité des répondants, soit 62%, optent pour une contre-visite médicale, seuls 22% parmi eux choisissent de contester la longueur des arrêts. Le reste des répondants ne mettent pour la plupart aucune action spécifique pour faire face à cette situation, ce qui sonne comme un aveu d impuissance. Il est certain que la majorité des arrêts de travail prescrits repose sur une réalité médicale. Cependant, certains arrêts de travail présentent bien des fois une durée anormalement longue que l employeur est légitime à contester. D ailleurs, aux dires même de la direction de la sécurité sociale, la part des arrêts injustifiés détectés lors des contrôles médicaux sur les seuls arrêts longs (au-delà de 45 jours) s élève à 12 %. Ce chiffre marque là-aussi une impuissance certaine de l assurance maladie à lutter contre les arrêts injustifiés et ce, en dépit du nombre important de contrôles médicaux et administratifs effectués chaque année : 6,8 millions en 2011 contre 4,9 millions en 2003.» 9

10 Sur la prise en charge des maladies professionnelles Quel est selon vous, le niveau de prise en charge des maladies professionnelles au sein de votre entreprise? 29% Plus de 80% des MP sont prises en charge 29% 45% Entre 50 et 80% des MP sont prises en charge Moins de 50% des MP sont prises en charge Comment qualifierez-vous cette tendance? 52% 33% 15% A la hausse A la baisse Constante 10

11 Que diriez-vous du questionnaire transmis par la CPAM? «La moitié des répondants indique avoir du mal à remplir le questionnaire transmis par la CPAM puisqu ils sont 50% à le juger compliqué à renseigner. De plus, on constate que la vérification des conditions de prise en charge n est pas un automatisme chez les employeurs interrogés : ils sont ainsi 54% à ne pas procéder de manière systématique à une telle vérification. 50% 50% Simple à renseigner Compliqué à renseigner Pourtant le remplissage du questionnaire est d une importance capitale pour l instruction, puisque c est sur la base des informations recueillies auprès de l employeur par le biais de ce questionnaire, que la caisse va pouvoir apprécier en toute objectivité si les conditions sont réunies pour la prise en charge de la maladie au titre de la législation professionnelle. Vérifiez-vous les conditions prévues aux tableaux de MP pour remplir le questionnaire? L enjeu du questionnaire est de déterminer l effectivité de l exposition aux risques et l ampleur de cette exposition. En pratique, la caisse procède à un recoupement entre d une part les informations récoltées auprès du salarié dans le cadre de sa déclaration de maladie professionnelle, et d autre part, celles fournies par l employeur à travers le questionnaire. 24% 46% Oui, toujours Oui, parfois Le bon remplissage du questionnaire passe notamment par une bonne connaissance du niveau de risques en interne, d où la nécessité qu il y a de procéder à un diagnostic des risques professionnels au sein de l entreprise.», jamais 30% 11

12 Sur la réforme de la tarification des risques professionnels Maîtrisez-vous les nouvelles règles instaurées par la réforme de la tarification et applicables depuis le 1er janvier 2012? 42% Oui 58% La réforme de 2009 a-t-elle simplifié, selon vous, les procédures administratives? 22% Oui «Le système de tarification joue un rôle important dans la réduction des risques. Plus le système est sibyllin, moins les employeurs pourront se l approprier. L ancien système de tarification avait longtemps été critiqué pour son caractère lourd et complexe. La cour des comptes dès 2002, l Inspection Générale des Affaires Sociales en 2004, puis le rapport Fouquet en 2008, ont successivement appelé à une tarification plus simple et plus lisible. Cet appel a été entendu par les pouvoirs publics. L un des objectifs de la réforme intervenue en 2010 était en effet d améliorer la lisibilité de la tarification du risque pour les employeurs. A s en tenir aux résultats de notre enquête, cet objectif est en voie d être atteint car 58% des répondants disent maîtriser les nouvelles règles. Toutefois, la réforme n a pas facilité la vie administrative des entreprises car près de 8 employeurs sur 10 considèrent les formalités administratives comme n ayant pas été simplifiées par la réforme. 78% 12

13 La réforme vous incite-t-elle à agir davantage sur la prévention? 39% Oui 61% Comment jugez-vous ces mesures de la réforme? Possibilité d'opter pour un taux unique 20% 13% Révision des seuils 19% 22% Rénovation des incitations financières 18% 20% Modification des règles de tarification 37% 35% 0% 100% «Au-delà de la simplification du dispositif, l autre défi de la réforme était l incitation à la prévention. A ce propos, 6 employeurs interrogés sur 10 trouvent que le nouveau dispositif est plus incitatif à la prévention que le précédent. Cette considération peut s expliquer principalement par le fait que depuis 2010, la répercussion du coût des sinistres est plus rapide dans la tarification de l entreprise. C était d ailleurs l une des volontés affichées par la réforme. Dans l ancien système, les effets d un sinistre sur le taux de cotisation n avaient aucune limitation dans le temps. Ainsi, un accident de travail survenu dans une entreprise pouvait continuer d avoir des conséquences financières pour cette entreprise 20 ans plus tard, et ce même si cette entreprise avait entre-temps mis en place une politique de prévention très agissante. La nouvelle tarification a considérablement réduit le délai entre la survenance du fait accidentel et sa traduction financière dans le taux notifié. L incitation à la prévention est dès lors d autant plus forte que l effet des sinistres sur le taux de cotisation est immédiat et donc plus directement perceptible par les employeurs. L entreprise qui a instauré une politique de prévention ambitieuse ne verra plus son initiative découragée par la remontée dans son compte employeur d un accident survenu 20 ans plus tôt. Ce n est donc pas un hasard si la modification des règles de tarification est la mesure qui est jugée la plus positive par les répondants à l enquête. La tarification est désormais individualisée, en fonction de la gravité des sinistres et elle dépend de l efficacité des actions de prévention menées. Les employeurs qui négligent la prévention sont plus pénalisés que celles qui y investissent. C est là un signal fort envoyé aux entreprises.» Positive Négative 13

14 185 avenue des Grésillons GENNEVILLIERS CEDEX Tel : + 33 (0) Fax : + 33 (0) almacg.fr 14

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

- Les réserves motivées en cas d accident du travail et de trajet -

- Les réserves motivées en cas d accident du travail et de trajet - - Les réserves motivées en cas d accident du travail et de trajet - 1 - Les Matinées Employeurs - 2011 Qu est-ce qu une réserve motivée? La déclaration d accident du travail ou de trajet t peut être assortie

Plus en détail

Le compte AT/MP : un nouveau service en ligne pour gérer les risques professionnels

Le compte AT/MP : un nouveau service en ligne pour gérer les risques professionnels Le compte AT/MP : un nouveau service en ligne pour gérer les risques professionnels Contacts Presse Agence Wellcom pour net-entreprises.fr Amélie LEBRETON - 01 46 34 60 60, alb@wellcom.fr L Assurance Maladie

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Comprendre. votre tarification. et bien naviguer sur votre compte! année 2014

Comprendre. votre tarification. et bien naviguer sur votre compte! année 2014 année 2014 Comprendre votre tarification AT/MP et bien naviguer sur votre compte! >> 1 comment est calculé votre taux de cotisation? Votre taux de cotisation AT/MP «Accidents du Travail et Maladies Professionnelles»

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons :

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons : *09012FF580E1 9135* Référence : 80dxcccc5 Objet : Avant-projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal du 17 décembre 2010 déterminant la procédure de déclaration des accidents et précisant

Plus en détail

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles 1 La nouvelle tarification ne change pas dans son principe mais elle est plus simple à comprendre et

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Accidents du travail ou de trajet Les obligations déclaratives

Accidents du travail ou de trajet Les obligations déclaratives 1 Accidents du travail ou de trajet Les obligations déclaratives Lorsqu un salarié est victime d un accident du travail ou de trajet*, le cabinet d avocats employeur et le salarié sont astreints à certaines

Plus en détail

Compte personnel de prévention de la pénibilité : Assouplissement du dispositif

Compte personnel de prévention de la pénibilité : Assouplissement du dispositif les infos DAS - n 089 1 er septembre 2015 Compte personnel de prévention de la pénibilité : Assouplissement du dispositif La loi n 2015-994 du 17 août 2015, relative au dialogue social et à l emploi, comprend

Plus en détail

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION SOMMAIRE 1 DEFINITION, CONTENU ET MODALITES DE FINANCEMENT... 2 1.1 DEFINITION... 2 1.2 CONTENU... 2 1.3 MODALITES DE FINANCEMENT... 3 2 LA MISE EN PLACE D UN PLAN

Plus en détail

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Avec le concours du FUP 1 Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Introduction : les

Plus en détail

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations FICHE CONSEIL Chemin d accès : METHODES/OUTILS/2.DEVELOPPER/FICHES CONSEIL/SOCIAL RH/DIVERS Page : 1/5 1. L arrêt maladie

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

Les risques professionnels

Les risques professionnels Les risques professionnels LES RISQUES PROFESSIONNELS Quelques définitions : Accident du travail, accident de trajet et maladie professionnelle Accident du travail : est considéré comme accident du travail,

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

Quelles sont les missions du médecin du travail?

Quelles sont les missions du médecin du travail? ROLE DU MEDECIN DU TRAVAIL INAPTITUDE et HANDICAP Dans sa pratique quotidienne, le médecin du travail doit répondre à cette interrogation constante : l'accident, la maladie, peuvent entraîner une inaptitude

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique.

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique. Le licenciement Le licenciement est soumis à de nombreuses lois. Il convient de pouvoir distinguer les différents motifs justifiant l'engagement d'une procédure de licenciement ainsi que les droits et

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL

NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL overeed.com NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL De quoi s agit-il? La loi sur le dialogue social, présentée en conseil des ministres le 22 avril 2015 par le ministre du travail,

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET Qu est-ce qu un accident du travail? Quelles sont les caractéristiques de l accident du travail et comment reconnaître son caractère professionnel? Définir l'accident

Plus en détail

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales.

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. Le contrôle Urssaf Définition. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. En effet, ces dernières sont recouvrées à partir

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction de la formation, des études économiques,

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Audit & conseil en tarification AT/MP Recours gracieux & contentieux Réduction des coûts liés aux AT/MP Contestation du caractère professionnel

Audit & conseil en tarification AT/MP Recours gracieux & contentieux Réduction des coûts liés aux AT/MP Contestation du caractère professionnel Les Enjeux Chaque année en France, les accidents du travail et les maladies professionnelles entraînent la perte de 48 millions de journées de travail, ce qui équivaut à la fermeture d'une entreprise de

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

Questionnaire CHSCT- site Travailler-mieux

Questionnaire CHSCT- site Travailler-mieux Questionnaire CHSCT- site Travailler-mieux 1 - Vous êtes? président un ou plusieurs membres de CHSCT président et membres de CHSCT 2 - Quel est le secteur d'activité de l'établissement? Agriculture BTP

Plus en détail

Financement des formations à la sécurité

Financement des formations à la sécurité Financement des formations à la sécurité Il existe de nombreux contentieux, soit avec l administration, soit avec des OPCA, sur la question du financement des formations à la sécurité. La présente note

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 09/02/10 N Affaires sociales : 11.10 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2010 La loi

Plus en détail

L admission à la retraite pour invalidité des fonctionnaires relevant de la CNRACL

L admission à la retraite pour invalidité des fonctionnaires relevant de la CNRACL CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/11

Plus en détail

Automobile : si l on refuse de vous assurer. Fédération française des sociétés d assurances DEP 454 MAI 2005

Automobile : si l on refuse de vous assurer. Fédération française des sociétés d assurances DEP 454 MAI 2005 DEP 454 MAI 2005 Automobile : si l on refuse de vous assurer Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09

Plus en détail

>> Vous accompagner dans la prévention des risques professionnels est notre métier

>> Vous accompagner dans la prévention des risques professionnels est notre métier >> Vous accompagner dans la prévention des risques professionnels est notre métier SUIVRE vos coûts CONNAITRE les risques professionnels AGIR sur les risques professionnels Département des risques professionnels

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE. PRÉVENTION by HISCOX LES BONS REFLEXES POUR ÉVITER L INEXCUSABLE

LES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE. PRÉVENTION by HISCOX LES BONS REFLEXES POUR ÉVITER L INEXCUSABLE PRÉVENTION by HISCOX LES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE LES BONS REFLEXES POUR ÉVITER L INEXCUSABLE Employer de nombreux salariés dont vous êtes éloignés au quotidien constitue un des risques majeurs

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Au service De l économie régionale

Au service De l économie régionale Au service De l économie régionale Enquête sur la participation des entreprises bretonnes aux projets européens Contexte BDI a précédemment mené deux enquêtes en 2005 et en 2010 sur la participation des

Plus en détail

ÉTUDE PAR EVENEMENTS DE VIE SUR LA COMPLEXITÉ VOLET ENTREPRISES 2013

ÉTUDE PAR EVENEMENTS DE VIE SUR LA COMPLEXITÉ VOLET ENTREPRISES 2013 ÉTUDE PAR EVENEMENTS DE VIE SUR LA COMPLEXITÉ VOLET ENTREPRISES 2013 1 Méthodologie LA CIBLE : Au sein de chaque entreprise, est interrogée la personne en charge de la majorité des démarches administratives

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 25 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Mai 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

PRINCIPES D INDEMNISATION DES CONGES MALADIE A L INRAP

PRINCIPES D INDEMNISATION DES CONGES MALADIE A L INRAP PRINCIPES D INDEMNISATION DES CONGES MALADIE A L INRAP L indemnisation des congés pour raisons de santé des agents de l Inrap est régie par les dispositions de la législation sécurité sociale et par les

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

Enquête sur la réforme du financement des pensions légales des agents statutaires des administrations locales et provinciales.

Enquête sur la réforme du financement des pensions légales des agents statutaires des administrations locales et provinciales. Enquête sur la réforme du financement des pensions légales des agents statutaires des administrations locales et provinciales Résultats Mai 2012 KPMG Advisory Avenue du Bourget, 40 Tel +32 (2) 708 38 51

Plus en détail

AMELIORER L ACCUEIL ET L INTEGRATION DES SALARIES

AMELIORER L ACCUEIL ET L INTEGRATION DES SALARIES 1 AMELIORER L ACCUEIL ET L INTEGRATION DES SALARIES L intégration d un nouveau salarié fait référence à deux étapes : Dans les premiers jours : l accueil du salarié dans la structure Accueil physique,

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

LES ENTRETIENS D EVALUATION DES SALARIES

LES ENTRETIENS D EVALUATION DES SALARIES Petit-déjeuner du cabinet du 7 octobre 2011 Petit déjeuner d information du 6 novembre 09 INTRODUCTION L évaluation des salariés revêt de multiples intérêts pour l employeur comme pour le salarié. Pour

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX En cas de congé pour maladie l agent voit son maintien de rémunération assuré par sa

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE Constats réalisés dans le cadre de la campagne de contrôle Les résultats de la campagne

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise Observatoire des entreprises Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise 2009 1 i Observatoire des entreprises Santé de l entreprise

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

Diagnostic entreprise

Diagnostic entreprise PREDURA PREvention DURAble des Troubles Musculo-Squelettiques Programme de suivi des entreprises exposées au risque de TMS Diagnostic entreprise Modalités à lire avant de remplir ce questionnaire : Ce

Plus en détail

Fiche de procédure : modalités pratiques pour la gestion des déclarations SOFCAP

Fiche de procédure : modalités pratiques pour la gestion des déclarations SOFCAP Mise à jour : juin 2015 Fiche de procédure : modalités pratiques pour la gestion des déclarations SOFCAP L assurance statutaire : SOFCAP Vous avez adhéré au contrat-groupe d assurances SOFCAP en vue de

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Secrétariat Comité médical/commission de réforme CDG 58 24 rue du champ de foire BP 3 58028 Nevers cedex.

Secrétariat Comité médical/commission de réforme CDG 58 24 rue du champ de foire BP 3 58028 Nevers cedex. Toute saisine de ces deux instances doit être adressée à l adresse suivante: Secrétariat Comité médical/commission de réforme CDG 58 24 rue du champ de foire BP 3 58028 Nevers cedex. - D envoyer un dossier

Plus en détail

Bureau National des Risques Professionnels

Bureau National des Risques Professionnels Bureau National des Risques Professionnels Évaluation & Prévention du Risque Professionnel - Mise en conformité avec la législation sur le Travail Registre Unique pour la sécurité des travailleurs SOMMAIRE

Plus en détail

ENQUETE. Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés?

ENQUETE. Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés? ENQUETE Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés? Enquête menée d Octobre 2010 à Mars 2011 auprès de 1400 salariés. Extrait de l analyse réalisée par Jean-Pierre Willems, expert

Plus en détail

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT NOTE D INFORMATION-juillet 2013 LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT La loi du 14 Juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (n 2013-504) a introduit plusieurs

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 21 - Contact : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion & Stratégie d Entreprise flore-aline.colmet.daage@ifop.com

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

L analyse des AT/MP par le CHSCT

L analyse des AT/MP par le CHSCT ATELIER L analyse des AT/MP par le CHSCT L accident du travail : Dès lors qu il survient dans le cadre de l activité professionnelle, un accident peut être considéré comme un accident du travail. Selon

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

Le congé de maladie ordinaire des fonctionnaires territoriaux

Le congé de maladie ordinaire des fonctionnaires territoriaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/11

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

Président(e) : qui êtes-vous et que faites-vous? (Juin 2012)

Président(e) : qui êtes-vous et que faites-vous? (Juin 2012) Président(e) : qui êtes-vous et que faites-vous? (Juin 2012) Sans président, l association est en danger. Homme ou femme, le président est avant tout la personne qui représente physiquement l association.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

Enquête de satisfaction ABC Portage Juillet 2012

Enquête de satisfaction ABC Portage Juillet 2012 Enquête de satisfaction ABC Portage Juillet 2012 Méthodologie et déroulement Afin de faire évoluer et d améliorer la qualité de ses services, La société ABC Portage a mis en place une enquête de satisfaction

Plus en détail

RAPPORT MEDICAL. de M

RAPPORT MEDICAL. de M ALLOCATION TEMPORAIRE D INVALIDITE DES AGENTS DES COLLECTIVITES LOCALES RAPPORT MEDICAL de M 1 re concession N.I.R de la Sécurité Sociale Clé Révision nouvel évènement (accident, maladie) Révision quinquennale

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Les frais de transport

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Les frais de transport CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Les frais de transport Mise à jour : octobre 2014 Les frais de transport Vous avez besoin d un transport pour recevoir des soins ou rentrer chez vous après

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

DEMANDE DE PENSION ASSURANCE INVALIDITÉ DES

DEMANDE DE PENSION ASSURANCE INVALIDITÉ DES N 50894#03 DEMANDE DE PENSION ASSURANCE INVALIDITÉ DES salariés agricoles Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande Réf. : 6387-2014 - PAO/CCMSA Vous désirez des informations

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Mise en place de la mutuelle collective pour tous les salariés

Mise en place de la mutuelle collective pour tous les salariés Mise en place de la mutuelle collective pour tous les salariés Des salariés très partagés sur les apports du dispositif La connaissance du dispositif 1. Une mesure connue Près de 9 personnes interrogées

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Présentation du Compte prévention pénibilité

Présentation du Compte prévention pénibilité Présentation du Compte prévention pénibilité 1 Sommaire Le Compte prévention pénibilité Le contexte réglementaire Les facteurs de risque Le dispositif Les mesures particulières L offre de services associée

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

MobilityMonitor : LeasePlan au cœur du comportement des conducteurs

MobilityMonitor : LeasePlan au cœur du comportement des conducteurs Communiqué de Presse Rueil-Malmaison, le 16 juin 2015 MobilityMonitor : LeasePlan au cœur du comportement des conducteurs Afin d analyser avec précision les comportements actuels des conducteurs au sein

Plus en détail

Général. C. La présente proposition doit être signée et datée par un responsable de votre entreprise, de même que chaque feuille annexe.

Général. C. La présente proposition doit être signée et datée par un responsable de votre entreprise, de même que chaque feuille annexe. Général Information importante: A. Veuillez répondre à toutes les questions. Ces informations sont nécessaires pour la souscription et l analyse de la prime. Vos réponses ci-après sont considérées dans

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Il est d usage de considérer que la dialectique accord-loi a été tout à la fois à l origine de la création et le moteur du développement

Plus en détail