Scénarios de réforme structurelle du système de retraite français.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Scénarios de réforme structurelle du système de retraite français."

Transcription

1 Scénarios de réforme structurelle du système de retraite français. Didier Blanchet (IPP/CREST et chaire TDTE), Antoine Bozio (IPP et Ecole d Economie de Paris) et Simon Rabaté (IPP et Ecole d Economie de Paris)

2 LA CHAIRE «TRANSITIONS DEMOGRAPHIQUES, TRANSITIONS ECONOMIQUES» Fondée en 2010 par Jean-Hervé Lorenzi, Président du Cercle des Economistes, et sous la direction scientifique de Hélène Xuan, la Chaire TDTE, hébergée par l'université Paris-Dauphine, a pour ambition de mettre la recherche en économie et l'expertise de ses membres au service de notre société, du débat public et des décideurs. Depuis sa création, la Chaire explore les multiples facettes du modèle social français sous l'angle des relations intergénérationnelles, clef de la compréhension globale des mutations économiques et sociales de notre pays. Convaincus que le vieillissement progressif de la France constitue également une opportunité, à condition d'être correctement appréhendé, les 38 membres de la Chaire sont tendus vers la recherche de solutions concrètes et ambitieuses. L INSTITUT DES POLITIQUES PUBLIQUES L Institut des politiques publiques (IPP) est développé dans le cadre d un partenariat scientifique entre PSE-Ecole d économie de Paris (PSE) et le Centre de Recherche en Economie et Statistique (CREST). L IPP vise à promouvoir l analyse et l évaluation quantitatives des politiques publiques en s appuyant sur les méthodes les plus récentes de la recherche en économie.

3 RAPPORT IPP N 3 Octobre 2013 Scénarios de réforme structurelle du système de retraite français Didier Blanchet Antoine Bozio Simon Rabaté

4

5 L Institut des politiques publiques (IPP) est développé dans le cadre d un partenariat scientifique entre PSE-Ecole d économie de Paris (PSE) et le Centre de Recherche en Economie et Statistique (CREST). L IPP vise à promouvoir l analyse et l évaluation quantitatives des politiques publiques en s appuyant sur les méthodes les plus récentes de la recherche en économie.

6

7 REMERCIEMENTS Ce rapport a été réalisé à l Institut des Politiques Publiques (IPP) pour le compte de la chaire Transitions Démographiques/Transitions Economiques (TDTE) avec un soutien financier de l Union Mutualiste Retraites. Il s appuie sur le modèle PENSIPP en cours de développement à l IPP. Les auteurs remercient l équipe du modèle Destinie de l INSEE, dont dérive PENSIPP, sans laquelle ce travail n aurait pu être mené à bien et tout particulièrement Marion Bachelet, Malik Koubi, Aude Leduc et Anthony Marino. Les auteurs remercient aussi de nombreux participants aux travaux de la Chaire TDTE pour leur soutien, notamment Olivier Davanne, Antoine Delarue, Jean-Hervé Lorenzi, André Masson, Alain de Villemeur et Hélène Xuan. Les auteurs restent néanmoins seuls responsables des résultats et des opinions exprimées dans ce texte. 1

8

9 SYNTHÈSE Les réformes des retraites conduites de 1993 à 2013 ont toutes été de type paramétrique. Selon les dernières projections du COR, elles devraient contribuer à fortement limiter la croissance de la part des retraites dans le PIB à l horizon de 2060, à la fois du fait de leur impact sur les âges de liquidation et sur le niveau de vie relatif des retraités. Dans ces conditions, on peut se demander s il est utile de resoulever la question de la réforme structurelle, telle que mise dans le débat public en (Bozio et Piketty (2008) ; Bichot (2009) ; Conseil d orientation des retraites (2010)). La position de ce rapport est que cette question doit continuer à être instruite, soit pour garder ouverte l option de réaliser une telle réforme, soit pour donner un cadre de référence à la poursuite d aménagements plus graduels du système de retraite. Il y a en effet deux points que les réformes passées laissent non résolus et dont la solution appelle une réflexion structurelle. D une part, elles ne rétablissent l équilibre financier que sous une hypothèse de croissance assez soutenue : une croissance plus faible laisse subsister des déséquilibres significatifs à long terme. La raison de cette propriété est que ces réformes passées ont cherché une solution indirecte à la montée de la contrainte démographique, consistant à indexer sur les prix un certain nombre de paramètres du système. Cette politique ne fonctionne que lorsque la croissance est suffisante. Une croissance trop faible la rend inopérante, et une croissance rapide se traduit à l inverse par des surajustements. Si on part du principe que le problème des retraites 3

10 Réforme structurelle du système de retraite est un problème de partage relatif du revenu national entre actifs et retraités, il parait normal de viser un système dans lequel la trajectoire de ce partage pourrait être la même quel que soit le rythme de la croissance. En second lieu, les réformes passées n ont pas amélioré la lisibilité du système, et l ont même plutôt réduite, alimentant l idée que les jeunes générations cotisent à perte ou que l effort et les droits seraient très inégalement partagés à l intérieur des générations. Ces soupçons fragilisent l adhésion au système. Pour attaquer ces questions, ce rapport commence par rappeler la nature du choc démographique auquel est confronté le système de retraite, la façon dont les réformes passées ont essayé d y répondre et les points non résolus. On en déduit ce que pourrait être le cahier des charges d un système rénové. Outre la question de la sensibilité aux hypothèses de croissance, une attention particulière est accordée à la question de la liberté de choix et à la problématique de l équité dans ses dimensions intra et intergénérationnelle. En matière d équité, le problème est de trouver un équilibre entre logique contributive et logique redistributive. En intragénérationnel, ceci doit reposer sur une articulation lisible entre le cœur contributif du système et un ensemble d avantages non contributifs compensant des inégalités dûment identifiées. En intergénérationnel, contrôler le dosage entre contributivité et redistributivité est beaucoup plus difficile car le retour sur cotisations des générations successives ne peut s écarter que transitoirement du rythme de croissance de l économie. Il reste néanmoins souhaitable d avoir un système permettant de moduler ce taux de retour en agissant sur les taux de cotisation et les taux de remplacement. On examine alors la mise en œuvre concrète de ces idées générales à l aide d un modèle de microsimulation dynamique, le modèle PENSipp. On examine les transitions vers un système en comptes notionnels et vers un système par points. La simulation est faite en conservant la forte hausse des âges de li- 4

11 Synthèse quidation devant découler du cumul des réformes passées, sans nouvel ajustement des âges de départ. Pour bien observer les effets de long terme des deux systèmes, on a pris le parti de simuler des transitions démarrant rapidement, avec basculement immédiat des flux de nouveaux retraités dans les nouvelles règles après reconstitution de droits selon les règles du nouveau système. Même sous ces conditions, la réforme ne produit ses pleins effets qu au bout d une quarantaine d années. Le système simulé est par ailleurs un système unifié s appliquant à l ensemble de la population. Il ne s agit évidemment que d une première étape visant à mieux cerner les propriétés analytiques des deux systèmes, sans présager des dispositions plus réalistes qu il y aurait à prendre dans le cadre d une vraie transition qui ne pourrait intervenir qu à horizon plus éloigné. Simulés sous leur forme pure, sans avantages non contributifs, les deux systèmes permettent bien d avoir un partage du revenu instantané entre actifs et retraités beaucoup moins sensible aux hypothèses de croissance. Dans le système en comptes notionnels, ceci découle des mécanismes d équilibrage incorporés au système, notamment le fait d assurer aux cotisations accumulées un rendement égal au taux de croissance de l économie. Dans le cas du système par points, ceci est obtenu en optant pour de nouvelles règles d indexation des valeurs d achat et de service des points : indexation sur les salaires plutôt que sur les prix pour l une comme pour l autre, cette règle plus généreuse étant compensée par la mise en œuvre d un correcteur démographique spécifiquement dédié à compenser l évolution du ratio actifs/retraités. Tout ceci n impose pas la stabilité automatique du ratio retraites/pib. Si on a des marges de financement pour limiter la dégradation relative des pensions, il est toujours possible de les mettre en œuvre et d en faire profiter les retraités. Ceci est illustré dans le cadre du système par points. On explore alors la possibilité de compléter ces deux systèmes par des avan- 5

12 Réforme structurelle du système de retraite tages non contributifs. Ceci est fait dans le cadre du système souvent présenté comme le plus incompatible avec la mise en place d avantages non contributifs, le système en comptes notionnels. En principe, une réforme structurelle serait l occasion de rationaliser ces dispositifs non contributifs après analyse détaillée des types d inégalités qu on souhaite compenser et à quelle hauteur. Ici, pour bien montrer les degrés de liberté dont on dispose, on a plutôt pris l option de reproduire au mieux les avantages non contributifs du système existant, hormis l harmonisation qui découle du fait de simuler un système unifié. Sont ainsi reproduits les divers avantages familiaux (bonification du troisième enfant, majoration de durée d assurance et AVPF), la prise en compte des périodes de chômage, ainsi que le minimum contributif et le minimum garanti destinés aux cotisants à bas salaires. Pour ces deux derniers avantages, ceci est fait à l aide d un système de bonification des faibles cotisations avec sortie en sifflet à partir d un certain seuil. L ensemble de ces avantages est financé en y réservant quatre des 27 points de cotisations du système contributif pur simulé dans un premier temps. Autrement dit, dans ce système modifié, seulement 23 des 27 points de cotisation sont générateurs de droits contributifs, le reste étant affecté au financement des avantages non contributifs. Cette modification du système n altère pas sa capacité d autoéquilibrage face aux variations du taux de croissance économique, notamment grâce à l adoption de règles d indexation des avantages non contributifs qui lie leur évolution à celle du pouvoir d achat moyen. Ces simulations ne sont qu une contribution à l expertise sur ce que pourrait être la mise en œuvre concrète d une réforme structurelle, qu on veuille la faire en une seule fois ou de manière plus graduelle. De nombreux points seront à explorer plus avant : réactions à des chocs démographiques et économiques plus diversifiés, maintien d un certain degré de différentiation entre catégories professionnelles, prise en compte des inégalités d espérance de vie, 6

13 Synthèse introduction de comportements de liquidation endogènes, rationalisation du droit à pension de réversion. 7

14

15 SOMMAIRE Remerciements Synthèse Introduction 11 1 L apport des réformes passées : efficaces, mais seulement en situation de croissance assez soutenue Retour sur le constat démographique Une réponse qui dépend fortement de la croissance La dépendance à la croissance : les mécanismes Concilier équité et liberté de choix : les grands principes, les marges de manœuvre Mieux organiser la liberté de choix? L équité intragénérationnelle : contributivité et redistributivité Quelle équité en intergénérationnel? Conclusions d étape Simuler des transitions vers les points et les comptes notionnels : quelle incidence sur le lien retraites-croissance? Les comptes notionnels : mécanismes généraux Quel schéma de transition? Les comptes notionnels : résultats Transition vers un système par points : quels principes d indexation des valeurs d achat et de service des points? Une variante à cotisations croissantes Principales conclusions Introduction de mécanismes non contributifs Traduire les avantages non contributifs dans la logique des comptes notionnels Impacts macroéconomiques

16 Réforme structurelle du système de retraite Conclusion et prolongements 127 Annexe : Variantes de date de transition 133 Références 139 Liste des figures

17 INTRODUCTION Le système de retraite français a été beaucoup réformé au cours des vingt dernières années. Ces réformes ont toutes été de type paramétrique. Le terme «paramétrique» est utilisé pour signaler qu on se contente de modifier les valeurs numériques des différents coefficients intervenant dans le calcul des retraites mais sans changer la nature des formules servant à ces calculs. Par exemple, dans les régimes par annuités, on augmente le nombre d années de cotisations requises pour obtenir une retraite dite «à taux plein», on modifie le nombre d années de salaire sur la base desquelles sera calculée cette retraite à taux plein, ou encore on modifie les coefficients de minoration/bonification en cas de départ avant ou après ce taux plein. On peut aussi modifier les coefficients de revalorisation des salaires passés ou d indexation des retraites en cours de service. Dans les systèmes par points, on modifie les valeurs dites «d achat» et «de service» des points. La signification exacte et les effets de ces paramètres seront précisés plus loin, au fil du texte. Il s agit de leviers qui peuvent s avérer très efficaces pour modifier les droits. Les réformes paramétriques ne sont donc pas toujours de «petites» réformes à effets limités. Leur vraie spécificité est de laisser inchangés l architecture et les principes de fonctionnement du système. Même si elles ont permis d opérer un certain nombre d harmonisations entre régimes, en faisant converger certains de leurs paramètres, elles n ont pas remis en cause la structure actuelle du système de retraite et le fonctionnement de ses différentes composantes : superposition du régime par annuités et de régimes par points pour les salariés du privé, et un régime 11

18 Réforme structurelle du système de retraite fonctionnant par annuités pour les agents de la fonction publique mais seulement pour une partie de leur rémunération. A cette démarche paramétrique, il est courant d opposer l idée de réformes dites «systémiques» ou «structurelles» consistant à remanier beaucoup plus en profondeur les caractéristiques du système. Cette idée a toujours été plus ou moins présente dans le débat français sur la retraite. Au début des années 1990, le scénario de réforme systémique ou structurelle le plus fréquemment débattu était celui d un basculement vers un système en capitalisation. Si ce type de réforme avait eu lieu, on aurait pu véritablement parler de changement de système, et c est donc le terme de réforme systémique qui aurait été le plus approprié. Dans sa version la plus naïve, la promotion de la capitalisation s appuyait sur l idée qu il s agit d un système par nature plus rentable que le système par répartition et surtout mieux protégé contre les conséquences des chocs démographiques. Ces deux arguments ont été très contestés et ils ont fini par être fortement relativisés (voir par exemple Blanchet et Villeneuve, 1997). La moindre sensibilité aux chocs démographiques est toute relative, en particulier lorsqu il s agit d augmentation de l espérance de vie. Le fait que la capitalisation aurait un plus fort rendement en régime permanent est une hypothèse davantage fondée, au moins en théorie, mais ce plus fort rendement doit être mis en balance avec la forte sensibilité de ce système aux chocs financiers. Par ailleurs, même dans un monde qui serait à l abri des chocs financiers, la meilleure performance de la capitalisation ne peut être atteinte qu au terme d une période de transition à la fois longue et coûteuse en raison du problème dit «de la double cotisation» : une fois un système par répartition mis en place, revenir à un système en capitalisation suppose que les générations de la transition commencent à préfinancer leur propre retraite tout en assurant le paiement de celle des générations précédentes. Cette question du coût de la transition est moins bloquante lorsqu il s agit uniquement d évoluer vers un système mixte et il existe, de fait, une tendance vers une plus grande mixité entre 12

19 Introduction les deux systèmes. Elle peut prendre une forme collective, celle de la répartition provisionnée, comme on a tenté de le faire avec l expérience du fond de réserve. Elle prend aussi une forme plus individuelle, avec une propension croissante des assurés à se constituer des compléments de retraite préfinancés. Mais le sujet principal en matière de retraites n est plus la transition vers un système dans lequel la capitalisation jouerait un rôle prédominant. Désormais, ce qui est en débat, c est la recherche de façons alternatives de structurer et de gérer la retraite par répartition, ce pour quoi on préférera utiliser ici le terme de réforme «structurelle». Deux grandes pistes de réforme structurelle ont été mises en avant au cours des années récentes. L une a été inspirée par certains exemples de réformes étrangères et notamment la réforme du système suédois : il s agit du basculement vers le système dits de «comptes notionnels», une piste principalement explorée par Bozio et Piketty (2008). L autre piste est la généralisation du système des points, présenté comme plus souple et plus moderne que le système par annuités, avec la vertu de mieux garantir la correspondance entre droits à retraite et effort contributif passés (Bichot, 2009). Une première expertise de ces deux pistes a fait l objet d un rapport du Conseil d orientation des retraites voici quelques années (Conseil d orientation des retraites, 2010). Ce rapport a clarifié les mécanismes et l intérêt de ces deux systèmes, en soulignant qu ils ne répondent pas à tous les problèmes qui se posent aux régimes de retraite et que la transition vers l un ou l autre de ces deux systèmes pouvait soulever de nombreuses difficultés, à la fois politiques, juridiques et techniques. On évite certes le problème la double cotisation mentionné plus haut puisqu on reste dans le cadre de la répartition, mais modifier en profondeur les règles de calcul des retraites à partir de systèmes très hétérogènes génère nécessairement des perdants et des gagnants ce qui rend la transition politiquement et juridiquement difficile. D un point de vue technique, la difficulté est de refondre totalement des procédures de calcul des droits, à partir d informations qui ne sont pas toujours spontanément 13

20 Réforme structurelle du système de retraite disponibles au sein des caisses de retraite. Ce rapport du COR, élaboré dans un délai extrêmement court, n avait toutefois pas pu explorer des scénarios complets de transition vers l un ou l autre des deux systèmes qui auraient permis d évaluer complètement leur faisabilité et leurs conséquences. Après ce rapport du COR, la réforme des retraites de 2010 a été conçue dans l urgence et toute entière tendue vers un objectif de rétablissement rapide des comptes qui s annonçaient fortement dégradés par la crise économique. La piste de la réforme structurelle n avait donc pas été reconsidérée, et son réexamen avait été reporté à la réforme ultérieure. Ce réexamen aurait ainsi pu intervenir en Les travaux préparatoires à cette réforme de 2013 ont, de fait, accordé une place significative à la question du pilotage à long terme (Moreau, 2013), et la question de la réforme structurelle aurait pu être remise au centre du débat par ce biais, mais tel n a pas été le choix retenu, probablement pour deux raisons. La première raison est que le dossier n avait guère eu le temps de mûrir depuis le rapport du COR de 2009 et la réforme de 2010, or une réforme structurelle ne s improvise pas. Elle doit s appuyer sur un très long travail préparatoire. La seconde raison a été, comme en 2010, la prédominance du besoin d équilibrage à court et moyen terme l horizon 2020 ce à quoi la réforme structurelle ne pouvait toujours pas constituer la réponse. Ces ajournements successifs pourraient inviter à refermer définitivement le dossier. Telle n est pas la position retenue dans ce rapport. On a considéré que la question pouvait et devait être instruite plus avant. Elle peut l être à deux titres. Elle peut l être pour garder ouverte l option d une réforme structurelle au sens plein du terme, de type «big-bang», si on pense que l opportunité ou la nécessité s en présenteront un jour. Elle peut aussi se justifier dans le cadre d une démarche moins radicale. La réflexion sur des systèmes cibles peut aussi servir à donner davantage de rationalité et de cohérence à un processus de réforme qui garderait la forme paramétrique et très progressive qu il a eue jusqu à ce jour. Une politique de petits 14

21 Introduction pas ou d inflexions graduelles a tout à gagner à s appuyer sur une vision d ensemble du système auquel on veut finalement aboutir. Quels sont les besoins non satisfaits qui pourraient être couverts par une refonte globale du système, qu elle soit faite en une seule fois ou de manière plus progressive? Un premier élément est le fait que l efficacité des réformes passées reste très tributaire d hypothèses de croissance économique qui n ont rien de garanties, et tel va très probablement rester le cas avec la réforme conduite en Cette propriété de dépendance à la croissance remonte à des choix effectués dès la fin des années 1980 et consolidés par la réforme de Les réformateurs de l époque avaient essayé de faire au mieux avec les paramètres qu il leur était le plus facile de modifier, en l occurrence des règles d indexation concernant à la fois les carrières passées et les retraites en cours de service : ils avaient opté pour des règles d indexation sur les prix permettant un découplage partiel entre croissance économique et croissance des retraites. Or ce levier n est efficace que si la croissance est suffisamment rapide. Il cesse de l être en situation de croissance ralentie et il faut trouver dans ce cas d autres modes d équilibrage du système. Les systèmes en comptes notionnels et le système par points proposent de tels modes d équilibrage et leurs propriétés doivent être explorées : elles peuvent l être soit dans le but ultime de converger vers l un ou l autre de ces deux systèmes soit, au minimum, pour aider à reformuler la question des règles d indexation dans les systèmes existants. En second lieu, les réformes paramétriques passées ont plutôt réduit la lisibilité du système pour les assurés. Cette perte de lisibilité alimente le sentiment erroné que les plus jeunes générations contribuent désormais avec de faibles espoirs de retour sur leurs cotisations et elle alimente la conviction que l effort ainsi demandé reste très inégalement réparti entre catégories de cotisants. Ce manque de lisibilité vaut à la fois pour le cœur du système les droits directs contributifs et a fortiori pour toute sa périphérie, c est à dire l ensemble des droits non contributifs, que 15

22 Réforme structurelle du système de retraite ceux-ci visent à la compensation des faibles revenus, des accidents de carrière ou encore à celle des inégalités de situations familiales. S agissant des droits directs, c est l écart entre un calcul de la retraite sur la base des vingt-cinq meilleures années de carrière dans le privé et des six derniers mois dans le secteur public qui est plus spécifiquement en cause. Le différentiel de taux de remplacement qui en découle est certes beaucoup moins élevé que ce qu on affirme parfois, et pas systématiquement à l avantage du secteur public, comme l ont montré les travaux du COR et le rapport Moreau, mais il est très difficile de faire admettre que de telles différences de règles ne sont pas une source d inégalités injustifiées et elles compliquent la mise en place d un pilotage symétrique des deux systèmes. S agissant des droits non contributifs et dérivés, ils résultent d un empilement de règles hétéroclites accumulées au fil des années et qui sont de nouveau fortement hétérogènes d une catégorie de cotisants et de retraités à l autre. On a donc un système dont l efficacité redistributive n est pas garantie on ne sait pas si les avantages non contributifs bénéficient réellement à ceux qui en ont le plus besoin et dont la complexité alimente une fois encore le sentiment d inéquités injustifiées. Face à toutes ces difficultés, penser en termes de réforme structurelle garde toute sa place. L objectif est d aider à faire progressivement sortir la politique des retraites d une démarche de réforme à vue, avec les seuls instruments du bord, nécessitant d incessants ajustements de trajectoire qui mettent régulièrement à l épreuve la confiance des cotisants. Ceci peut se faire en essayant de réfléchir à des systèmes cibles dont les propriétés auront pu être clairement débattues. L objectif de ce rapport est d explorer diverses options qui sont offertes pour concevoir ces systèmes cibles et de commencer à en simuler l impact. La démarche suivie sera en deux temps principaux. La première moitié du rapport sera consacrée au bilan des réformes passées, à la discussion de leurs limites et aux attentes qui peuvent en découler pour une 16

23 Introduction réforme structurelle. Deux chapitres seront consacrées à ce thème. Le chapitre 1 se focalisera surtout sur les aspects macroéconomiques et la question de la dépendance à la croissance : pourquoi les réformes passées ont-elles conduit à un système dont l équilibre est si fortement dépendant de la croissance, avec tous les problèmes que cela entraîne, notamment en termes de crédibilité des projections? Le chapitre 2 se consacrera pour sa part au thème de la liberté de choix et de l équité, cette dernière étant entendue à la fois au sens intra et intergénérationnel. La liberté de choix est une attente naturelle, mais elle doit-être régulée selon des principes clairs. L équité est une attente encore plus forte mais qui manque malheureusement d une définition simple. On arguera que la réflexion sur la retraite ne peut sortir de cette difficulté qu en assumant explicitement la tension entre deux conceptions polaires de l équité : une logique contributive et une logique redistributive, qui ont toutes les deux leurs raisons d être et entre lesquelles il importe donc de trouver le bon compromis. Au niveau intergénérationnel, une autre complication apparaîtra, qui est que les possibilités de lisser les inégalités naturelles entre générations sont extrêmement réduites. Pour autant, on verra qu il est important de relativiser l affirmation selon lesquelles les réformes des retraites, par nature, seraient condamnées à créer de fortes inéquités au détriment des générations futures. C est tout spécialement la thèse de la cotisation à perte qu il importe de réfuter, pour aider à restaurer la confiance dont le système à besoin. Sur ces bases, la seconde moitié du rapport explore ce que donneraient différents scénarios de transition vers un système en points ou en comptes notionnels, sans a priori sur la supériorité de l un ou l autre. Simuler les effets de telles transitions nécessite des outils assez élaborés et difficiles à manipuler : il faut notamment qu ils rendent fidèlement compte de la complexité des règles actuelles si l on veut bien apprécier les effets macro et microéconomiques du changement de ces règles. Il s agit donc d un travail de longue haleine. Ceci constitue d ailleurs un argument 17

24 Réforme structurelle du système de retraite additionnel en faveur d une expertise en continu, plutôt que des demandes d évaluations effectuées dans l urgence à chaque fois que la question de la réforme est remise à l agenda. Suivant une pratique qui s est plus ou moins systématisée, notre contribution à cette expertise s appuiera sur la technique dite de la microsimulation, en recourant au modèle PENSipp de l Institut des politiques publiques (IPP), issu du modèle Destinie développé et utilisé à l Insee depuis les années Le développement de ce modèle s est fait parallèlement à la rédaction de ce rapport, ce qui explique le caractère encore partiel des résultats. Mais, par rapport aux travaux de même nature qui avaient été réalisés, par la même technique, pour le rapport 2009 du COR, ils présentent deux avancées 1. La première est la production de simulations parallèles de la transition vers les comptes notionnels et le régime en points, en population générale, avec un intérêt particulier pour la question de la sensibilité des deux systèmes au rythme de la croissance économique. On verra que les deux systèmes offrent effectivement des voies pour rendre la prospective des retraites moins conditionnée par la croissance. Ceci découle des principes mêmes du système dans le cas des comptes notionnels, et passe par l adoption de règles d indexation adéquates dans le régime en points, qui seront en forte rupture par rapport aux règles actuellement appliquées dans les régimes complémentaires. Ceci sera l objet du chapitre 3. L autre innovation, toujours en population générale, est l introduction de dispositifs non contributifs rénovés dans le cadre d une réforme structurelle. Ceci aurait pu être simulé à la fois dans le système en points et en comptes notionnels, avec des résultats en toute hypothèse assez voisins. Pour alléger le travail de simulation et la taille du rapport, on s est contenté de le faire dans le cadre du système des 1. Ces travaux avaient respectivement mobilisé le modèle Destinie (en population générale et pour les seuls comptes notionnels, sans dispositifs non contributifs) et le modèle Prisme de la CNAV (points et comptes notionnels avec ajout d avantages non contributifs, mais uniquement sur le champ CNAV). Voir respectivement Blanchet (2009b) et Albert et Oliveau (2009b,2009a). 18

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité 50 Repères Pénibilité La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites Les mesures prévues par la loi de 2010 en matière de compensation de la pénibilité ne prennent

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus

Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus M. Bachelet, M. Beffy et D. Blanchet Séminaire Fourgeaud - 8 juin 2011 Introduction Présentation précédente a détaillé évolutions

Plus en détail

Réforme du système de retraite Entre ajustement paramétrique et constitution de fonds de réserve Intérêt du système des comptes notionnels NDC-

Réforme du système de retraite Entre ajustement paramétrique et constitution de fonds de réserve Intérêt du système des comptes notionnels NDC- of the International Actuarial Association Réforme du système de retraite Entre ajustement paramétrique et constitution de fonds de réserve Intérêt du système des comptes notionnels NDC- Zerrouki kamel

Plus en détail

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 6 juillet 2011 à 9 h 30 «Avis technique sur l évolution de la durée d assurance pour la génération 1955» Document N 4 Document de travail, n engage

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Réforme du régime général de l assurance pension

Réforme du régime général de l assurance pension Réforme du régime général de l assurance pension Position UEL novembre 2012 Réforme du régime général de l assurance pension Plan de la présentation 1. Analyse de la situation financière du régime général

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

CAMPAGNE RETRAITE 2004

CAMPAGNE RETRAITE 2004 CAMPAGNE RETRAITE 2004 «La CGT toujours avec vous» sur le dossier revendicatif de la Retraite Nouveau logo pour marquer une nouvelle étape de notre campagne Retraite commencée il y a 3 ans Toujours avec

Plus en détail

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.17 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 ENIM Etablissement National

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Contributivité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie

Contributivité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie Contributivité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie Séminaire Inégalités 16 Janvier 2015 Yves Dubois Anthony Marino Introduction La réforme de 2014 : Document annuel de

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Le Conseil d orientation des retraites s est doté d outils de projection

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT

Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT N 12 du 5 mars 2008 Destinataires :. Bureau national. Fédérations. URI. UD. Secrétaires confédéraux Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT Comme l avait décidé le congrès de Grenoble,

Plus en détail

!"# $ ( ' ) * + * + +, " #

!# $ ( ' ) * + * + +,  # Laurent NOWIK / Joseph LARMARANGE! : les taux sont toujours annuels et se calculent à partir de la population moyenne. " #!"# $ On utilise la formule suivante : Population (1/1/ t+1) Population (1/1/t)

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique Application à l assurance vie Février 2014, version 1.1 Aymric Kamega, Actuaire Directeur associé, PRIM ACT aymric.kamega@primact.fr www.primact.fr

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Indicateur n 1-6 : Suivi de la dette sociale portée par la CADES La loi organique

Plus en détail

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040?

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Projections à l aide du modèle de microsimulation Destinie C. Marbot D. Roy INSEE et CREST Niort - 16 mai 2012 Le contexte : coût de la dépendance La dépendance

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Pensions: idées pour une réforme réussie

Pensions: idées pour une réforme réussie Pensions: idées pour une réforme réussie Jean Hindriks Les constats Un système sous haute tension Notre système de pension subit une triple pression : démographique, sociale et budgétaire. Entre 1967 et

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 INTRODUCTION Nous tenons à saluer la qualité des échanges avant cette paritaire, ainsi que la qualité des documents qui nous ont été remis et qui ont abouti

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Elle a pour objectif d informer le personnel susnommé sur le projet de réforme des pensions prévu par l accord du gouvernement.

Elle a pour objectif d informer le personnel susnommé sur le projet de réforme des pensions prévu par l accord du gouvernement. Département des ressources humaines - Service du personnel enseignant et scientifique Av. F. Roosevelt 50, CP 115/01-1050 BRUXELLES Contact : Gwendoline NOEL - Email gwendoline.noel@ulb.ac.be Cette note

Plus en détail

Retraites. Ce qu il reste à préserver

Retraites. Ce qu il reste à préserver Le COR préconise un autre système de retraite Ce qu il reste à préserver Depuis la loi de 2003 portant réforme des retraites, certains s entendent à considérer que tout est perdu et qu il ne servirait

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements Décembre 2014 Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements En cette fin d année 2014, le dossier des retraites demeure plus que jamais sur le devant de la scène, en particulier pour les

Plus en détail

2005-2025 Retraités et retraites

2005-2025 Retraités et retraites DOSSIER 2005-2025 Retraités et retraites Les retraités de l Agirc et de l Arrco seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Les mesures prises par les partenaires sociaux depuis 10 ans lisseront les conséquences

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

Notre système légal de pensions est confronté

Notre système légal de pensions est confronté [PENSIONS] Pensions: QUELLES SOLUTIONS? Le système légal de nos pensions pose assurément problème... Est-il encore viable à long terme? Quel constat tire-t-on actuellement? Quelles sont les solutions envisageables?

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des salariés des industries électriques et gazières CNIEG

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des salariés des industries électriques et gazières CNIEG CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 mars 2013 à 14 h 30 «Compléments aux perspectives du système de retraite en 2020, 2040 et 2060 : les projections régime par régime» Document N

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France Christophe Daniel (GRANEM, Université d Angers), Anne Lavigne (LEO, Université d Orléans), Stéphane Mottet(GRIEF, Université de Poitiers), Jésus-HerellNzeObame(GRANEM,

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme

Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme N 158 3 novembre 2010 Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme Nous avons mis à jour nos prévisions de comptes publics en zone euro sur la base des dernières révisions

Plus en détail

à Monsieur le Premier ministre sur la fonction publique

à Monsieur le Premier ministre sur la fonction publique RAPPORT à Monsieur le Premier ministre sur la fonction publique Présenté par Bernard PÊCHEUR, Président de section au Conseil d Etat Réalisé avec l assistance de Pascal TROUILLY, maître des requêtes et

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LA FÉDÉRATION INTERPROFESSIONNELLE DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FIQ) LA FÉDÉRATION AUTONOME DE L'ENSEIGNEMENT (FAE) POUR LES

Plus en détail

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH. Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH. Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière Zoom sur la retraite progressive Françoise KLEINBAUER France Retraite

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail