Introduction. 1. Notions de base:

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction. 1. Notions de base:"

Transcription

1 Le modèle Relationnel et l Algèbre relationnelle Introduction Le modèle relationnel est un modèle logique proposé par Codd à IBM-St-José en 1970, et associé aux SGBD relationnels (ex: Oracle, Access, Paradox, dbase, SQLServer). Une BD relationnelle est une BD dont le schéma est un ensemble de schémas de relations et dont les occurrences sont des tuples ou n-uplets de ces relations. Autrement dit, les entités et les associations du modèle E-A sont représentées exclusivement par des relations (des tables). Ce modèle propose une démarche pour la description (LDD), et l'interrogation (LMD) des données par laquelle les objets sont manipulés par des opérateurs algébriques relationnels (UNION, INTERSECTION, PRODUIT CARTESIEN, SELECTION, PROJECTION, JOINTURE,...). 1. Notions de base: - Un schéma relationnel est un ensemble de schémas de relations dont les occurrences sont des n- uplets de ces relations (ou tuples). - Une Relation est un ensemble d'attributs {A1,A2,,An}. Par exemple: la relation PRODUIT est l'ensemble des attributs {NumProd, Dési, PrixUni} - Chaque attribut Ai prend ses valeurs dans un domaine D(Ai).Par exemple: D(PrixUni) = ]0, 10000] - Un n-uplet est un ensemble de valeurs t=<v1,v2,,vn> où Vi dom(ai) ou bien Vi est la valeur nulle (NULL). Par exemple : < Dupont, Paris, 2140> est un tuple de la table ou la relation R. < Feren, null, 3296> peut être aussi un tuple de la relation. - Le schéma de la relation R est la liste des attributs de R avec, pour chacun, son domaine, parfois sous-entendu. Par exemple : Le schéma de r est R = (NOM : D1, ADR : D2, NUM : D3) peut être écris écrit en abrégé R = (NOM, ADR, NUM). - Représentation d une relation : Chaque tuple (n-uplet) d une relation est écrit dans une ligne d un tableau dont les noms des colonnes sont les attributs de la relation. Chaque tuple est unique. Les duplications ne sont pas autorisées et l ordre des tuples est indifférent. Figure. II.1. Représentation graphique d une relation. - Une Clé primaire et un ensemble d'attributs dont les valeurs permettent de distinguer les nuplets les uns des autres (identifiant) tandis qu une Clé étrangère est un attribut qui est une clé primaire 1

2 d'une autre relation. Notons ici que clés primaires sont généralement soulignées et les clés étrangères en italiques. Par exemple : NumProd est une clé primaire de la relation PRODUIT et l'attribut NumFour est une clé étrangère à la relation PRODUIT (NumProd,Dési,PrixUni,NumFour). 2. Passage modèle Entité-Association / modèle Relationnel: La modélisation E-A des données étant effectuée, il faut implanter la structure obtenue en machine, par exemple sous forme d'un SGBD relationnel. Nous allons donc transformer cette structure sous une forme relationnelle. On dit aussi que l'on transforme le diagramme E-A en schéma relationnel. Figure. II.2. exemple d un modèle Entité-Association. Etape 1 : Toute classe d entités du diagramme Entité/Association est représentée par une relation dans le schéma relationnel équivalent. La clé primaire de cette relation est l identifiant de la classe d entités correspondante. Dans la figure II.2. nous pouvons avoir 4 relations équivalentes aux 4 classes d entités : Acteur (NumActeur, Nom, Prénom) Film (NumFilm, Titre, Metteur_En_Scène) Cinema (NumCinéma, Nom, Adresse) Réalisateur (NumRealisateur, Nomréa, Prénomréa) Etape 2 Toute association est transformée en relation. La clé de cette relation est composée de tous les identifiants des entités participantes. 2

3 Dans la figure II.2. nous pouvons avoir 3 autres relations équivalentes aux 3 associations : Joue (NumACteur, NumFilm, Rôle) Affiche (NumFilm, NumCinema,Date) Réalise (NumFilm,NumRéalisateur) Etape 3 (Optimisation) Toute association reliée à une classe d entités avec une cardinalité de type 0,1 ou 1,1 peut être fusionnée avec la classe d entités. Dans ce cas on déplace les attributs de l association vers ceux de la relation traduisant la classe d entités. Pour l exemple de la figure II.2. et après l optimisation des 7 relations trouvées précédemment, on retrouve le schéma relationnel optimal suivant : Acteur (NumActeur, Nom, Prénom) Film (NumFilm, Titre, MetteurEnScène,NumReal) Cinema (NumCinéma, Nom, Adresse) Réalisateur(NumRealisateur,Nom, Prénom) Joue (NumACteur, NumFilm, Rôle) Affiche (NumFilm, NumCinema,Date) 3. Algèbre relationnelle : La notion de relation a engendré le développement de langages d interrogation assertionnels qui permettent de définir les données que l on souhaite visualiser sans dire comment y accéder. Un langage de manipulation des données (LMD) se compose d un ensemble de commandes permettant l interrogation de la base et d un ensemble de commandes permettant de modifier celle-ci (insertion, mise à jour, suppression). Les langages algébriques, où l expression d un besoin d utilisateur se fait à l aide d opérations dont les opérandes sont des relations. Ces langages consistent en une séquence d'opérateurs sur les relations qu on en peut aussi donner une représentation graphique sous forme d'arbre. Par exemple, l interrogation des données utilisée ans le langage SQL (Structured English QUEry Language) est basé sur l algèbre relationnelle (développée par CODD). L algèbre relationnelle est un ensemble d opérations (unaires et binaires) ayant pour opérandes (entrées) des relations et pour résultat une autre relation. On trouve 5 opérateurs de base et 3 opérateurs supplémentaires. 3

4 3.1. Opérateurs de base Union L'union de deux relations R1 et R2 de même schéma est une relation R3 de schéma identique qui a pour n-uplets les n-uplets de R1 et/ou R2. Et on notera (R1 U R2) ou bien Union (R1, R2). Exemple : R et S sont les relations Matière de deux départements qui fusionnent et veulent unifier leur formation. Le résultat est une relation T. Matière (Intitulé, année, semestre, coef, credit) Figure. II.3. L union de deux relations Intersection L intersection entre deux relations R1 et R2 de même schéma est une relation R3 de schéma identique ayant pour n-uplets les n-uplets communs à R1 et R2. On notera (R1 R2) ou Intersect (R1, R2). Exemple : l intersection des deux relations Matière : R et S est une relation T contenant les matières communes des deux départements. 4

5 Figure. II.4. L intersection de deux relations Différence La différence entre deux relations R1 et R2 de même schéma est une relation R3 de schéma identique ayant pour n-uplets les n-uplets de R1 n'appartenant pas à R2. On notera (R1 R2). Remarque : Contrairement aux deux opérations précédentes, cette opération n est pas commutative. Exemple : la différence entre R et S est une relation T contenant les matières enseignées seulement dans le premier département. Figure. II.5. La différence de deux relations. 5

6 Projection (opérateur unaire) La projection d'une relation R est la relation T obtenue en supprimant les attributs de R1 non mentionnés puis en éliminant éventuellement les nuplets identiques. En d autre terme, elle correspond à un découpage vertical (élimination de colonnes) et on notera : T =,,..., la projection d'une relation R sur les attributs Ai, Aj,, Am. Exemple : La relation T répond à la question : donnez les triplets (matière, coefficient, crédit) des matières enseignées dans le premier département. Figure. II.6. La projection de d une relation Restriction (opérateur unaire) La restriction d'une relation R est une relation T de même schéma n'ayant que les n-uplets de R1 répondant à la condition énoncée. En d autre terme, elle correspond à un découpage horizontal (élimination de tuples) et on notera : T = R suivant le critère Q, où Q peut être : (Condition) la restriction d'une relation R - une comparaison simple entre 2 attributs ou entre un attribut et une valeur en utilisant les opérateurs relationnels : =,, <, >,,. - Une combinaison logique de plusieurs conditions simples, en utilisant les opérateurs logique : Et, ou, Non, etc. Exemple : Les relations T et T répondent respectivement aux questions suivantes : 1. donnez toutes les matières enseignées ayant un coefficient strictement supérieur à donnez toutes les matières enseignées en deuxième semestre et qui ont un coefficient strictement supérieur à 1. 6

7 Figure. II.7. deux restrictions d une relation Opérateurs supplémentaires ou additionnels Jointure La jointure de deux relations R1 et R2 est une relation T dont les n-uplets sont obtenus en concaténant les n-uplets de R1 avec ceux de R2 et en ne gardant que ceux qui vérifient la condition de liaison (permet de composer 2 relations à l'aide d'un critère de liaison). On notera : T = R1 R2. (condition) Le schéma de la relation T résultat de la jointure est la concaténation des schémas des opérandes (s'il y a des attributs de même nom, il faut les renommer). Les n-uplets de T sont tous les couples (u1,u2) d'un n-uplet de R1 avec un n-uplet de R2 qui satisfont "condition". Exemple : considérons deux relations : Matière (Intitulé, année, semestre, coef, credit) Résultat (Num_Etudiant, Nom_Etudiant, Année_Etude, Nom_Matière, note) La relation T résultat de la jointure de Matière et Résultat sur la condition (Nom_Matière = Intitulé) et (Année_Etude = Année), donne un relevé de note annuel des étudiants. 7

8 Figure. II.8. La jointure de deux relations. Cas particuliers : L Equi-Jointure de r et s sur les attributs Ai et Bj : c est la jointure selon la condition (Ai=Bj). Par exemple, la jointure de la figure ci-dessus est une equi-jointure. L Auto-Jointure de r et selon l attribut Ai : c est la jointure de r avec elle-même selon la condition (Ai = Ai). Étant donné que la relation r représente les deux opérandes de l opération, alors on doit les renommer. Par exemple, la relation T = Matière As M1 Matière As M2 est le résultat d une auto- jointure de la relation matière. Elle donne les couples des matières ayant le même coefficient dans le même semestre. La Jointure Naturelle de r et s de schéma R et S est l équi-jointure de r et s sur tous les attributs de même nom dans R et S, suivie de la projection qui élimine les doublures de colonnes. Elle est notée (r s) Division Soit deux relations R1 (A1, A2,, An, B1, B2,, Bm) et R2 (B1, B2,, Bm). Si le schéma de R2 est un sous-schéma de R1, la division de R1 par R2 est une relation T dont : - le schéma est le sous-schéma complémentaire de R2 par rapport à R1. - un n-uplet (a1, a2,, an) appartient à T si (a1, a2,, an, b1, b2,, bm) appartient à R1 pour tous (b1, b2,, bm) R2. On notera : T = R1 R2. (M1.Coef=M2.Coef) et (M1.Semestre=M2). 8

9 Exemple : considérons la relation T résultat de la jointure de la Figure II.8. Et la relation Etudiant (Num_Etudiant, Nom_Etudiant). La relation T résultat de la division de T par Etudiant donne les matières examinées par tous les étudiants. Figure. II.9. La division de deux relations Composition d opérateurs Avec les opérateurs, il est possible de composer la plupart des requêtes que l on peut faire sur une base de données relationnelle. Les requêtes s expriment à l aide d une combinaison d opérations : Union, Différence, Jointure, Restriction et Projection, etc. la représentation graphique d une requête est nommée : Arbre algébrique dont les feuilles représentent les opérandes. Pae exemple, pour connaitre les noms des étudiants qui ont examiné dans une matière dont le crédit dépasse 1, on doit succéder deux opérations algébriques : la jointure et la projection. Et ça donnera : T = _!"#$ Matière Résultat (Nom_Matière=Intitulé) et (Coef>1) Figure. II.10. l arbre algébrique d une requête. 9

10 Exemple : considérons le schéma relationnel suivant PRODUIT (IdPro, Nom, Marque, Prix) CLIENT (IdCli, Nom, Ville) VENTE (IdCli, IdPro, Date, Qte) Quels sont les références et les prix des produits? Quelles sont les marques des produits? Quelles sont les produits de marque IBM? Donnez pour chaque vente la référence du produit, sa désignation, son prix, le numéro de client, la date et la quantité vendue. Quels sont les noms des clients qui habitent la même ville que John? Donner les numéros des produits de marque Apple et de prix <5000 F. Donner les numéros des clients ayant acheté un produit de marque Apple. Donner les numéros des clients n'ayant acheté que des produits de marque Apple. Donner les numéros des clients ayant acheté tous les produits de marque Apple. Quels sont les clients de Nice ayant acheté un produit de marque 'Apple'? 10

M1104 : Introduction aux bases de données

M1104 : Introduction aux bases de données M1104 : Introduction aux bases de données Dut Alternance 2015-2016 Faten ATIGUI, Maître de Conférences faten.atigui@cnam.fr 1 Chapitre 3 L algèbre relationnelle 2 Modèle relationnel de données Une Base

Plus en détail

IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS

IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS IV. LES SYSÈMES ELAIONNELS 1. Généralités a) Objectifs du modèle relationnel 1) Permettre un haut degré d indépendance entre les programmes d application et la représentation interne des données. 2) Fournir

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE BELFORT-MONTBÉLIARD Introduction aux bases de données Frédéric Lassabe September 17, 2010 Université de Technologie de Belfort-Montbéliard www.utbm.fr Sommaire 1 Du modèle

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles I. Introduction, II. Architecture logique d un SGBD III. Fonctionnalités des SGBD IV. Modèle relationnel, V. Algèbre relationnelle, VI. Modèle entité-association, VII. Passage

Plus en détail

A. Qu est ce que l algèbre relationnelle?

A. Qu est ce que l algèbre relationnelle? S. Laporte LMS CHAP7 : L ALGEBRE RELATIONNELLE I. Introduction A. Qu est ce que l algèbre relationnelle? En DAIGL, vous apprenez à modéliser vos données sous forme de MCD. Le MCD sert ensuite à être traduit

Plus en détail

Bases de données avancées ENSEIRB

Bases de données avancées ENSEIRB ENSEIRB LaBRI - Université de Bordeaux 2009-2010 Plan du cours Rappels : algébre relationnelle, stockage, etc Optimisation Transactions Fonctionnalités d un SGBD Objectifs : Stocker et centraliser des

Plus en détail

A - Introduction aux BD. Chapitre A. Introduction aux Bases de Données Relationnelles. A.1 Définitions. Les types abstraits de données

A - Introduction aux BD. Chapitre A. Introduction aux Bases de Données Relationnelles. A.1 Définitions. Les types abstraits de données A - Introduction aux BD Chapitre A Introduction aux Bases de Données Relationnelles A.1 - Introduction A.2 - Structures de données (rappel) A.3 - Fichiers A.4 - Les langages A.5 - Les grandes applications

Plus en détail

LANGAGES RELATIONNELS

LANGAGES RELATIONNELS LANGAGES RELATIONNELS Des langages de définition et de manipulation sont associés au modèle relationnel. De façon formelle on trouve deux classes de langages. Les langages algébriques et les langages prédicatifs.

Plus en détail

Relation. OlivierCuré

Relation. OlivierCuré Relation Une relation est un sous-ensemble du produit cartésien d'une liste de domaines. Chaque relation est identifiée par un nom. Représentation sous la forme d'une table à 2 dimensions : des colonnes,

Plus en détail

EXAMEN BD Access Jeudi 26 Juin 2014 (12h-13h30)

EXAMEN BD Access Jeudi 26 Juin 2014 (12h-13h30) EXAMEN BD Access Jeudi 26 Juin 2014 (12h-13h30) L examen a une durée de 1h30. Aucun document (quel qu il soit) n est autorisé durant l épreuve. Le soin apporté à la rédaction (écriture, schémas, etc.)

Plus en détail

L2A Semestre 4 Mehdi Benzine

L2A Semestre 4 Mehdi Benzine LA Semestre 4 Mehdi Benzine Le modèle relationnel Proposé par E.F Codd en 970 (publication ACM) Modèle logique basé sur la théorie mathématique des relations L'ensemble des valeurs que peut prendre une

Plus en détail

Langage de Requête. Langage de Définition de Données (LDD) Langage de Manipulation de Données (LMD) Niveaux :

Langage de Requête. Langage de Définition de Données (LDD) Langage de Manipulation de Données (LMD) Niveaux : Langage de Requête Langage de Définition de Données (LDD) Langage de Manipulation de Données (LMD) Niveaux : formels : algèbre relationnelle, calcul relationnel de tuples, calcul relationnel de domaines,

Plus en détail

Stella MARC-ZWECKER. Téléinformatique 1. Chapitre 2 LE MODELE RELATIONNEL. grité structurelle. 1. Introduction. 2. Les structures de données de base

Stella MARC-ZWECKER. Téléinformatique 1. Chapitre 2 LE MODELE RELATIONNEL. grité structurelle. 1. Introduction. 2. Les structures de données de base 1. Introduction Chapitre 2 LE MODELE RELATIONNEL Introduit par E.F. Codd d IBM (1970) Modèle ensembliste simple Objectifs du modèle : Indépendance entre les programmes d application et la représentation

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 5 L algèbre relationnelle

IFT3030 Base de données. Chapitre 5 L algèbre relationnelle IFT3030 Base de données Chapitre 5 L algèbre relationnelle Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts

Plus en détail

BDD4 : Langage SQL. 1 Introduction. 2 Bloc de qualication. Langage SQL Cours - Bases de données 4

BDD4 : Langage SQL. 1 Introduction. 2 Bloc de qualication. Langage SQL Cours - Bases de données 4 BDD4 : Langage SQL 1 Introduction Conjointement à la dénition des bases de données relationnelles, un langage spécique permettant à l'utilisateur d'eecteur des requêtes sur une base a été développé. Ce

Plus en détail

Bases de données Introduction au modèle relationnel de Codd

Bases de données Introduction au modèle relationnel de Codd Bases de données Introduction au modèle relationnel de Codd Professeur Serge Miranda Serge.miranda@unice.fr Directeur Master2 «MBDS» www.mbds-fr.org Livre et Exemple Plan Rappels sur le modèle relationnel

Plus en détail

5. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL

5. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 5. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 5.1. OPERATEURS DE L ALGEBRE RELATIONNEL ALGEBRE RELATIONNELLE = { opérateurs sur les relations donnant en résultat des relations } Opérateurs

Plus en détail

Le langage SQL (Structured Query Language)

Le langage SQL (Structured Query Language) Le langage SQL (Structured Query Language) SQL (Structured Query Language, en français «langage structuré de requête ou d interrogation» ou «langage de requête structurée» ) est un langage informatique

Plus en détail

Chapitre IV Modélisation et Conception de BD

Chapitre IV Modélisation et Conception de BD Chapitre IV Modélisation et Conception de BD 1. Un modèle conceptuel : le modèle Entités-Associations (E/A) Plan: 1. Le modèle Entités-Associations (E/A) (modèle conceptuel) 2. Traduction en modèle relationnel

Plus en détail

SQL Requêtes simples. Introduction A.D., S.B., F.C. Janvier-Février Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot

SQL Requêtes simples. Introduction A.D., S.B., F.C. Janvier-Février Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot SQL Requêtes simples BD4 A.D., S.B., F.C. Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Janvier-Février 2016 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/25 Janvier-Février 2016 1 / 25 BD4 (Licence

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données 1/74 Introduction aux bases de données Formation continue Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr École Supérieure d Électricité Département Informatique Gif sur Yvette 2013/2014 2/74 Plan 1 Introduction

Plus en détail

1. LE SQL 2. L ALGEBRE RELATIONNEL ET LE SQL

1. LE SQL 2. L ALGEBRE RELATIONNEL ET LE SQL COMPRENDRE LE SQL 1. LE SQL Le SQL (Structured Query Language) est un langage d'interrogation de bases de données. Très répandu, permettant la manipulation (de façon simple) des bases de données relationnelles.

Plus en détail

Cours de Base de Données Cours n.3 Algèbre relationnelle

Cours de Base de Données Cours n.3 Algèbre relationnelle Cours de Base de Données Cours n.3 Algèbre relationnelle Ce cours reprend beaucoup de transparents du cours de Philippe LAHIRE Elisabetta De Maria - edemaria@i3s.unice.fr UFR Sciences et Laboratoire I3S,

Plus en détail

LE MODÈLE RELATIONNEL

LE MODÈLE RELATIONNEL LE MODÈLE RELATIONNEL Sommaire Structure de Données Relation Attribut Domaine Opérateurs de Manipulation Project Restrict Join Union Diff SQL Contraintes Clés Primaires / Etrangères Integrités d'entité

Plus en détail

Bases de Données (chapitre 3)

Bases de Données (chapitre 3) Bases de Données (chapitre 3) Gaël Lejeune, STIH, Université Paris Sorbonne Crédits: Géraldine Del Mondo & Michel Maingueneau (INSA Rouen) 1 / Gaël Lejeune gael.lejeune@paris-sorbonne.fr Bases De Données

Plus en détail

Bases de données avancées Introduction

Bases de données avancées Introduction Bases de données avancées Introduction Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M1 Cours BDA Plan Objectifs et contenu du cours Rappels BD relationnelles Bibliographie Cours BDA (UCP/M1)

Plus en détail

Introduction au modèle relationnel

Introduction au modèle relationnel Introduction au modèle relationnel 1 Le modèle relationnel proposé par Codd en 1971 caractéristiques essentielles simplicité des concepts facilité d'utilisation standardisation du langage de définition

Plus en détail

Les étapes de la démarche

Les étapes de la démarche MODELE MERISE Méthode d analyse (ou de conception) d un système d information dont l objectif est la réalisation d une application permettant l automatisation d une partie de la gestion de l entreprise.

Plus en détail

Plan. Introduction. Structure d une BD Relationnelle. Algèbre Relationnel. Base de Données

Plan. Introduction. Structure d une BD Relationnelle. Algèbre Relationnel. Base de Données Plan Introduction Structure d une BD Relationnelle Algèbre Relationnel Base de Données 2003 2003 1 Introduction Base de Données 2003 2003 2 Les SGBDR Systèmes de Gestion de Base de Données Relationnelles

Plus en détail

I. Pourquoi une base de données?

I. Pourquoi une base de données? Bases de données I. Pourquoi une base de données? Un exemple: la vidéothèque personnelle Je veux avoir une liste de tous mes films titre du film année durée Réalisateur (nom, prénom, pays) I. Pourquoi

Plus en détail

Introduction aux bases de données TP1. IUT1 Grenoble Génie Mécanique et Productique

Introduction aux bases de données TP1. IUT1 Grenoble Génie Mécanique et Productique Introduction aux bases de données TP1 IUT1 Grenoble Génie Mécanique et Productique Avertissements Cette introduction aux bases de données est destinée à des non spécialistes, les objectifs sont de : -

Plus en détail

2A-SI 4 - Bases de Données 4.2 - Modèle relationnel

2A-SI 4 - Bases de Données 4.2 - Modèle relationnel 2A-SI 4-4.2 - Modèle relationnel Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle Avec l aide du cours de Y. Bourda Généralités du «modèle relationnel» : Formalisé par CODD

Plus en détail

Modèle relationnel Algèbre relationnelle

Modèle relationnel Algèbre relationnelle Modèle relationnel Algèbre relationnelle Modèle relationnel (Codd 1970) On considère D i où i = 1,2..n des ensembles, dits domaines Un domaine = ensemble de valeurs (ex. D1 : entiers sur 10 positions,

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Maîtrise LEA Année 2002/2003 TRICHET Francky / ANDRE Pascal francky.trichet@humana.univ-nantes.fr pascal.andre@humana.univ-nantes.fr Plan Présentation générale Le modèle relationnel et son algèbre Les

Plus en détail

Modèle relationnel Algèbre relationnelle

Modèle relationnel Algèbre relationnelle Modèle relationnel Algèbre relationnelle Alain BUI Professeur Département de Mathématiques et Informatique alain.bui@univ-reims.fr 1 Algèbre relationnelle Modèle logique associé aux SGBD relationnels (Oracle,

Plus en détail

Concernant ce cours. Etienne Baudrier. 6 séances de cours +1

Concernant ce cours. Etienne Baudrier. 6 séances de cours +1 Concernant ce cours Etienne Baudrier Maitre de conférence en informatique Recherche en traitement de l'image Bureau 306, bâtiment de mathématique baudrier@unistra.fr http://etienne.baudrier.free.fr 6 séances

Plus en détail

Éléments d algèbre relationnelle

Éléments d algèbre relationnelle Éléments d algèbre relationnelle I. INTRODUCTION 2 A. ORIGINE 2 B. LES RELATIONS 2 1. TERMINOLOGIE 2 2. EXEMPLES DE RELATION 3 3. EXEMPLE DE RELATION 3 C. INTEGRITE DES RELATIONS 4 D. L ALGEBRE RELATIONNELLE

Plus en détail

Le modèle relationnel

Le modèle relationnel COURS BASES DE DONNEES Partie 3 Le modèle relationnel Bases de données relationnelles Le modèle relationnel! modèle de niveau logique " choix de la clé primaire " index...! modèle simple : deux concepts

Plus en détail

Le modèle relationnel (partie II)

Le modèle relationnel (partie II) Le modèle relationnel (partie II) Olivier Caron Polytech Lille Avenue Paul Langevin Cité Scientifique Lille 1 59655 Villeneuve d Ascq cedex http://ocaron.plil.fr Olivier.Caron@polytech-lille.fr Olivier

Plus en détail

Bases de données. Base de données (BD) = Ensemble de données utilisées par une organisation.

Bases de données. Base de données (BD) = Ensemble de données utilisées par une organisation. Bases de données Introduction Les organisations (entreprises, hôpitaux, universités ) manipulent diverses ressources (humaines, financières, logistiques, matérielles...) et font ainsi transiter des flux

Plus en détail

1 Données, gestion de données

1 Données, gestion de données PCSI BDD 1 Bases de données DONNÉES, GESTION DE DONNÉES 1 Données, gestion de données 1.1 Généralités 1. Exemple Commande sur Amazon: Utilisateur Données Manipulation Définition 1 Une base de données est

Plus en détail

La modélisation logiques des données est une représentation des données, issues de la modélisation conceptuelle puis des données Elle est exprimée

La modélisation logiques des données est une représentation des données, issues de la modélisation conceptuelle puis des données Elle est exprimée Modèle Relationnel La modélisation logiques des données est une représentation des données, issues de la modélisation conceptuelle puis des données Elle est exprimée dans un formalisme général et compatible

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données Relationnelles SQL - 1

Introduction aux Bases de Données Relationnelles SQL - 1 Pratique d un SGBD : PostgreSQL Objectifs des bases de données Où en sommes nous? SQL Structured Query Language Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception et rétro-conception Protection de

Plus en détail

Algèbre relationnelle

Algèbre relationnelle Algèbre relationnelle 1. Introduction L algèbre relationnelle est le support mathématique cohérent sur lequel repose le modèle relationnel. L algèbre relationnelle propose un ensemble d opérations élémentaires

Plus en détail

Modélisation logique des données

Modélisation logique des données Modélisation logique des données La modélisation logiques des données est une représentation des données, issues de la modélisation conceptuelle puis des données Elle est exprimée dans un formalisme général

Plus en détail

Modélisation et base de données VII) SQL

Modélisation et base de données VII) SQL Modélisation et base de données VII) SQL Jérôme Fortin Polytech Montpellier Université de Montpellier 2015-2016 Modélisation BD 1 / 20 Structured Query Language (SQL) le language SQL sert à manipuler les

Plus en détail

Chap. II Le modèle Entité/Association. Chap. II Le modèle Entité/Association. Chap. II Le modèle Entité/Association

Chap. II Le modèle Entité/Association. Chap. II Le modèle Entité/Association. Chap. II Le modèle Entité/Association Chapitre II Le modèle Entité/Association pour la conception des BD Le modèle entité-association est le modèle conceptuel de description statique utilisé dans la plupart des méthodes et outils d aide à

Plus en détail

Algèbre relationnelle. Cours 3: Algèbre relationnelle. Opérateurs ensemblistes Sélection Projection Jointure Division Opérateurs dérivés

Algèbre relationnelle. Cours 3: Algèbre relationnelle. Opérateurs ensemblistes Sélection Projection Jointure Division Opérateurs dérivés Cours 3: Algèbre relationnelle Etude des opérateurs de l algèbre relationnelle Opérateurs ensemblistes Sélection Projection Jointure Division Opérateurs dérivés Dédiés Algèbre relationnelle Ensemble d'opérateurs

Plus en détail

Introduction à Access Algèbre relationnelle

Introduction à Access Algèbre relationnelle Introduction à Access Algèbre relationnelle Hervé HOCQUARD de BORDEAUX LaBRI Plan Introduction à Access Historique Utilisation Création d une base de données avec Access Création des tables Création des

Plus en détail

Chapitre 5 LANGAGES DE MANIPULATION RELATIONNELS

Chapitre 5 LANGAGES DE MANIPULATION RELATIONNELS Chapitre 5 LANGAGES DE MANIPULATION RELATIONNELS 1. Pourquoi des langages de manipulation de données relationnelles? La structure des relations étant semblable à celle des tableaux en mémoire centrale,

Plus en détail

Cours n 5 SQL : Langage de manipulation des données (LMD) - Suite

Cours n 5 SQL : Langage de manipulation des données (LMD) - Suite Cours n 5 SQL : Langage de manipulation des données (LMD) - Suite Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données - Licence MIAGE 2003/2004 1

Plus en détail

Bases de données. Algèbre relationnelle ALGÈBRE RELATIONNELLE

Bases de données. Algèbre relationnelle ALGÈBRE RELATIONNELLE 0100 1 Bases de données ALGÈBRE RELATIONNELLE En juin 190, E. F. Codd publie un article qui présente les fondements du modèle relationnel : «A Relational Model of Data for Large Shared Data Banks» Cet

Plus en détail

Chapitre 5. Comprendre SQL grâce à l Algèbre Relationnelle

Chapitre 5. Comprendre SQL grâce à l Algèbre Relationnelle Chapitre 5 Comprendre SQL grâce à l Algèbre Relationnelle 1 Langage de requêtes pour les BDs relationnelles (1/2) Langage de requêtes : ils permettent de manipuler et de retrouver des données d une base

Plus en détail

B - Premier noyau de SQL. Chapitre B. Premier noyau de SQL. B.1 Historique et objectifs. Fonctionnement de SQL. Chapitre B : Premier noyau de SQL 1

B - Premier noyau de SQL. Chapitre B. Premier noyau de SQL. B.1 Historique et objectifs. Fonctionnement de SQL. Chapitre B : Premier noyau de SQL 1 B - Premier noyau de SQL Chapitre B Premier noyau de SQL B.1 Historique et objectifs B.2 Démarches de présentation B.3 Introduction aux requêtes B.4 Introduction à la manipulation B.5 Conclusion The limits

Plus en détail

I. Base de données. 1. Un peu d histoire. 2. Traitement informatique. 3. Support Magnétique. 4. Fichier séquentiel. 5. Support adressable. 6.

I. Base de données. 1. Un peu d histoire. 2. Traitement informatique. 3. Support Magnétique. 4. Fichier séquentiel. 5. Support adressable. 6. Diffusion de plusieurs sites : -Chaque site permet à la société qu il représente : -D entrer en contact avec ses clients -Leur présenter ses produits -Leur vendre -Leur faire payer -Pour cela elles doivent

Plus en détail

I - Introduction à SQL. Chapitre I. Introduction à SQL. 1.1 Définitions. Les types abstraits de données. Chapitre 1 : Introduction à SQL 1

I - Introduction à SQL. Chapitre I. Introduction à SQL. 1.1 Définitions. Les types abstraits de données. Chapitre 1 : Introduction à SQL 1 I - Introduction à SQL Chapitre I Introduction à SQL 1.1 Introduction 1.2 Répertoires 1.3 Principes des BD relationnelles 1.4 Contraintes d intégrité 1.5 Les composants SQL 1.6 Conclusions 1.1 Définitions

Plus en détail

CM1-1 : Base de données et SGBDR Mickaël Martin-Nevot

CM1-1 : Base de données et SGBDR Mickaël Martin-Nevot CM1-1 : Base de données et SGBDR Mickaël Martin-Nevot 06/09/2017 00:41 Cette œuvre de Cette Mickaël œuvre Martin est mise Nevot à disposition est mise à selon disposition les termes selon de les la termes

Plus en détail

Bases de Données. MySQL Bachelor. Denis SIVORI

Bases de Données. MySQL Bachelor. Denis SIVORI Bases de Données MySQL Bachelor 1 Denis SIVORI Objectif Acquérir en 3 sessions de cours, les notions de base et les applications pratiques de MySQL 2 Détail de l objectif Il demandé d avoir acquis à la

Plus en détail

Les opérateurs de l'algèbre relationnelle. Les opérateurs de l'algèbre relationnelle

Les opérateurs de l'algèbre relationnelle. Les opérateurs de l'algèbre relationnelle Les opérateurs de l'algèbre relationnelle Akoka & Wattiau 1 L'UNION : T = R S 2 ) T contient les tuples appartenant à R à S ou aux deux relations Akoka & Wattiau ETUDIANT = ETUDIANT90 ETUDIANT91 2 LA DIFFERENCE

Plus en détail

Langages & BDD. Classification. Algèbre relationnelle. Sélection. Opérateurs de l algèbre relationnelle

Langages & BDD. Classification. Algèbre relationnelle. Sélection. Opérateurs de l algèbre relationnelle Langages & BDD Le langage de manipulation : Insertion de valeurs. Suppression de valeurs. MAJ de valeurs. Réda DEHAK reda@lrde.epita.fr Le langage d interrogation : Recherche des données obéissants à un

Plus en détail

Bases de données. Chapitre 3 : Le Modèle Relationnel. Faîçal Felhi

Bases de données. Chapitre 3 : Le Modèle Relationnel. Faîçal Felhi Bases de données Chapitre 3 : Le Modèle Relationnel Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr Introduction C est quoi un modèle? Un modèle de données définit un mode de représentation de l'information selon

Plus en détail

Cours n 4 Le langage de manipulation des données (LMD)

Cours n 4 Le langage de manipulation des données (LMD) Cours n 4 Le langage de manipulation des données (LMD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - Licence MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données - IUP MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Introduction

Plus en détail

Chapitre 1 NOTIONS DE BASE. Système de Pilotage. Système d Information. Système Opérant. Circulation de l information dans l entreprise

Chapitre 1 NOTIONS DE BASE. Système de Pilotage. Système d Information. Système Opérant. Circulation de l information dans l entreprise 1ère Partie : INTRODUCTION AUX CONCEPTS FONDAMENTAUX DES BASES DE DONNEES 1 1. Notions de base. 2. Le modèle Entité-Association. 3. Le modèle relationnel. 4. Interroger une base de données. Chapitre 1

Plus en détail

SQL Requêtes simples

SQL Requêtes simples SQL Requêtes simples BD4 AD, FC N GdR Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Février 2015 BD4 (Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/25 Février 2015 1 / 25 Introduction SQL - Introduction

Plus en détail

1. CONCEPTS DESCRIPTIFS LE MODELE RELATIONNEL. Produit cartésien. Domaine INVENTE PAR T. CODD (IBM SAN-JOSE)

1. CONCEPTS DESCRIPTIFS LE MODELE RELATIONNEL. Produit cartésien. Domaine INVENTE PAR T. CODD (IBM SAN-JOSE) LE MODELE RELATIONNEL INVENTE PAR T. CODD (IBM SAN-JOSE) PUBLICATION ACM 1970 1. CONCEPTS DESCRIPTIFS ENSEMBLE DE CONCEPTS POUR FORMALISER LA DESCRIPTION D'ARTICLES DE FICHIERS PLATS 1. CONCEPTS POUR LA

Plus en détail

II.1.4. Langages de requêtes relationnels

II.1.4. Langages de requêtes relationnels II.1.4. Langages de requêtes relationnels Ils font la spécificité des LMD. Deux catégories : langages théoriques : étude du modèle, preuves de propriétés et mise en œuvre efficace. langages commerciaux

Plus en détail

LE MODELE RELATIONNEL

LE MODELE RELATIONNEL LE MODELE RELATIONNEL 1923-2003 A relational model of Data For Large Shared Data Banks E.F. Codd, CACM 13(6), 1970 1. Concepts pour la description 2. Concepts pour la manipulation 3. Concepts additionnels

Plus en détail

Introduction aux Bases de données Cours 2 : Modèle relationnel- Passage EA vers modèle relationnel UFR 919 Licence 2 e année

Introduction aux Bases de données Cours 2 : Modèle relationnel- Passage EA vers modèle relationnel UFR 919 Licence 2 e année Introduction aux Bases de données Cours 2 : Modèle relationnel- Passage EA vers modèle relationnel UFR 919 Licence 2 e année Rappels : construction des BD 1. Analyse des besoins à Document technique décrivant

Plus en détail

Algèbre relationnelle

Algèbre relationnelle Algèbre relationnelle Skander Zannad et Judicaël Courant 2014-04-12 1 Résumé des épisodes précédents 1. MCD / MLD ; 2. Implantation en SQL (MPD) et requêtes ; 3. Calcul relationnel pour modéliser les requêtes.

Plus en détail

Programmer. avec. MySQL. SQL - Transactions - PHP - Java - Optimisations. 2 e édition. Groupe Eyrolles, 2006, 2011, ISBN : 978-2-212-12869-7

Programmer. avec. MySQL. SQL - Transactions - PHP - Java - Optimisations. 2 e édition. Groupe Eyrolles, 2006, 2011, ISBN : 978-2-212-12869-7 Programmer avec MySQL SQL - Transactions - PHP - Java - Optimisations 2 e édition Groupe Eyrolles, 2006, 2011, ISBN : 978-2-212-12869-7 Table des matières Introduction..................................................................................

Plus en détail

SQL. «Structured Query Language» Le Langage de Définition et d Interrogation des Bases de Données Relationnelles

SQL. «Structured Query Language» Le Langage de Définition et d Interrogation des Bases de Données Relationnelles SQL «Structured Query Language» Le Langage de Définition et d Interrogation des Bases de Données Relationnelles Bases de Données Relationnelles Le Langage de Définition et d Interrogation des Bases de

Plus en détail

L'ALGEBRE RELATIONNELLE

L'ALGEBRE RELATIONNELLE L'ALGEBRE RELATIONNELLE 1 L'algèbre relationnel L'algèbre relationnelle (AR) est un système formel constitué d'opérations sur les relations. Les opérations de l'ar satisfont la propriété de fermeture car,

Plus en détail

L objectif de cette séquence est d aborder des requêtes un peu plus complexes que celles

L objectif de cette séquence est d aborder des requêtes un peu plus complexes que celles L objectif de cette séquence est d aborder des requêtes un peu plus complexes que celles que vous avez eu l occasion de voir dans le TD d introduction à SQL. La réalisation de ce TD (ou tout travail équivalent)

Plus en détail

Notation fonctionnelle : Union (R,S) ou OR (R, S) Chapitre 4 : Algèbre Relationnelle

Notation fonctionnelle : Union (R,S) ou OR (R, S) Chapitre 4 : Algèbre Relationnelle Chapitre 4 : IV. Qu est-ce que l algèbre relationnelle? Une collections d opérations, chacune agissant sur une ou deux relations et produisant une relation en résultat. Un langage pour combiner ces opérations.

Plus en détail

Bases de Données introduction

Bases de Données introduction Bases de Données introduction Table des matières 1. Introduction...2 2. Notion de Base de Données...2 2.1. Modèle de données...2 2.2. SGBD...2 3. Propriétés ACID...3 4. La création d'une base de données...3

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Dépendances Fonctionnelles et Normalisation

Dépendances Fonctionnelles et Normalisation Dépendances Fonctionnelles et Normalisation 1. Dépendances fonctionnelles Définition 1 : Dépendance Fonctionnelle (DF) Soit R(U) une relation avec U l ensemble de ses attributs. Soit X, Y Í U, i.e X et

Plus en détail

LIF4 - Conception de BD - cours 1

LIF4 - Conception de BD - cours 1 LIF4 - Conception de BD - cours 1 Fabien Duchateau fabien.duchateau [at] univ-lyon1.fr Université Claude Bernard Lyon 1 2014-2015 http://liris.cnrs.fr/fabien.duchateau/ens/lif4/ Remerciements : Nicolas

Plus en détail

! En entrée : une ou plusieurs tables. ! En sortie : une table réponse

! En entrée : une ou plusieurs tables. ! En sortie : une table réponse Requêtes mécanismes d interrogation des données Requêtes en QBE! En entrée : une ou plusieurs tables! En sortie : une table réponse sandra.bringay@univ-montp3.fr alexandre.pinlou@univ-montp3.fr Résultat

Plus en détail

COMPTE RENDU DE TP MICROSOFT ACCESS - TP 1

COMPTE RENDU DE TP MICROSOFT ACCESS - TP 1 BOIREL Christophe Licence Professionnelle COMPTE RENDU DE TP MICROSOFT ACCESS - TP 1 Objectif Ce TP a pour objectif de créer une base de donnée relationnelle permettant la gestion des informations relatives

Plus en détail

TD BD : le Modèle Relationnel

TD BD : le Modèle Relationnel 1. Schéma et instance de relation TD D : le Modèle Relationnel Soit le schéma de relation suivant : NOTE(N_ET NUMER(8), CODE CHAR(8),DATEXAM DATE, VALEUR NUMER) avec la sémantique suivante : N_ET est le

Plus en détail

Introduction à SQL. Alain BUI. Professeur Département de Mathématiques et Informatique

Introduction à SQL. Alain BUI. Professeur Département de Mathématiques et Informatique Bases de Données Introduction à SQL Alain BUI Professeur Département de Mathématiques et Informatique alain.bui@univ-reims.fr 1 Langage SQL Structered Query Langage Standard, langage relationnel incontournable

Plus en détail

Présentation. Algèbre relationnelle. Calcul relationnel. n Définitions. n Du MCD au modèle relationnel. n Normalisation

Présentation. Algèbre relationnelle. Calcul relationnel. n Définitions. n Du MCD au modèle relationnel. n Normalisation Modèle relationnel Présentation n Définitions n Du MCD au modèle relationnel n Normalisation n Algèbre relationnelle n Calcul relationnel Modèle relationnel n Le modèle relationnel a été défini par E.F.

Plus en détail

Plan du cours. Introduction aux Bases de Données. Plan du cours. I. Introduction II. Le modèle UML III. Le modèle relationnel

Plan du cours. Introduction aux Bases de Données. Plan du cours. I. Introduction II. Le modèle UML III. Le modèle relationnel Plan du cours Introduction aux Bases de Données Maîtrise de Sciences Cognitives Année 2003-2004 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ I. Introduction II. Le modèle UML III. Le modèle relationnel

Plus en détail

Bases de Données. Amélie Gheerbrant. Université Paris Diderot UFR Informatique Laboratoire d Informatique Algorithmique : Fondements et Applications

Bases de Données. Amélie Gheerbrant. Université Paris Diderot UFR Informatique Laboratoire d Informatique Algorithmique : Fondements et Applications Bases de Données Amélie Gheerbrant Université Paris Diderot UFR Informatique Laboratoire d Informatique Algorithmique : Fondements et Applications amelie@liafa.univ-paris-diderot.fr 29 septembre 2014 1

Plus en détail

Schéma relationnel utilisé pour ce cours. Langages d'interrogation relationnels. Exemples de tuples. Langages d'interrogation relationnels.

Schéma relationnel utilisé pour ce cours. Langages d'interrogation relationnels. Exemples de tuples. Langages d'interrogation relationnels. Langages d'interrogation relationnels Université de Nice Sophia-Antipolis Version 3.5.1 21/10/06 Richard Grin Schéma relationnel utilisé pour ce cours Employé(matr, nome, poste, dateemb, sup, salaire,

Plus en détail

Analyse - Page 1 - SGBD très répandus Objectif :

Analyse - Page 1 - SGBD très répandus Objectif : SGBD très répandus Objectif : Montpellier Analyse Page 2 Edgar Frank Codd 1970 Basé sur l algèbre relationnelle Simplicité du schéma de données Independence données-traitements Normalisation (outils théoriques)

Plus en détail

III. Modèle relationnel

III. Modèle relationnel III. Modèle relationnel Modèle de niveau logique très simple défini par Ted Codd en 1970 ; prix Turing en 1986. Développée par IBM lab. Aujourd hui utilisé par beaucoup de SGBD commerciaux (Oracle, Informix,

Plus en détail

Bases de données pour linguistes

Bases de données pour linguistes Université Paris X - Nanterre Master Sciences du langage 2007-2008 Bases de données pour linguistes Marcel Cori 1 Introduction 1.1 Modéliser une réalité 1.1.1 Le problème Les bases de données constituent

Plus en détail

Bases de données Cours I

Bases de données Cours I Cours I 2013/2014 Bases de données Architecture clients-serveur Architecture trois tiers Système de gestion de bases de données Rappel du vocabulaire des BDD Algèbre relationnelle Commandes SQL de manipulation

Plus en détail

Chapitre Algèbre relationnelle

Chapitre Algèbre relationnelle Chapitre 1111 2 Algèbre relationnelle 17 octobre 2016 1 Résumé des épisodes précédents On a déjà vu les notions suivantes. 1. MCD (Entité-Association) pour la représentation conceptuelle d un problème.

Plus en détail

Modélisation des données

Modélisation des données 1 2 Démarche classique d un projet informatique Analyse de la situation existante et des besoins ; Création d une série de modèles, qui permettent de représenter tous les aspects importants ; A partir

Plus en détail

MicrosoftACCESS

MicrosoftACCESS [ UNIVERSITE SULTAN MOULAY SLIMANE ] [ FLSH Béni Mellal ] [ LP: Ingénierie des projets Eco-touristique et payasagers ] MicrosoftACCESS 2007 2010 Adopté par M.BOUTALLINE Sommaire du cours Vue d'ensemble

Plus en détail

ACCESS 2010 MICROSOFT D R Y A O K. P A T R I C K

ACCESS 2010 MICROSOFT D R Y A O K. P A T R I C K ACCESS 2010 MICROSOFT D R Y A O K. P A T R I C K MISE EN ROUTE DE ACCESS 2010 1) Définitions - Composition d une base de données Access Table : une table regroupe des données de même nature. Requête :

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 2. Pondération 5. Nombre de crédits 5

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 2. Pondération 5. Nombre de crédits 5 Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de IPL Bachelier en informatique de gestion Analyse et Architecture des Données I1030 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 5 Nombre de crédits

Plus en détail

Modélisation Conceptuelle des Données

Modélisation Conceptuelle des Données Modélisation Conceptuelle des Données nalyse Monde réel Spécification de la D Conception conceptuel Transformation en modèle logique Indépendant d'un SGD logique Implémentation Spécifique à un SGD physique

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

Administration des Bases de Données Réparties (ABDR) Examen du 23 janvier 2006 Sans document Durée : 2h.

Administration des Bases de Données Réparties (ABDR) Examen du 23 janvier 2006 Sans document Durée : 2h. Nom : Prénom : Page 1 Université Pierre et Marie Curie Paris 6 - Master d informatique Administration des Bases de Données Réparties (ABDR) Examen du 23 janvier 2006 Sans document Durée : 2h. Répondre

Plus en détail

Conception d un schéma de base de données

Conception d un schéma de base de données Conception d un schéma de base de données Contexte METHODE MERISE Conception d un système d information Conception d un schéma de BD 2/42 1 APPROCHES Méthodologique Formelle Modèle relationnel enrichi

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 1. : Introduction générale Vincent Martin email :vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://martin.lsis.univ-tln.fr Master 1. LLCE Université du Sud Toulon

Plus en détail