Guilhem Julia Maître de conférences Université de Paris XIII

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guilhem Julia Maître de conférences Université de Paris XIII"

Transcription

1 Guilhem Julia Maître de conférences Université de Paris XIII Institut de Recherches en Droit des Affaires EA , Avenue Jean-Baptiste Clément Villetaneuse FORMATION Qualification aux fonctions de Maître de conférences par le Conseil national des universités. Docteur en droit privé Université de Rouen Mention «très honorable», félicitations du jury à l unanimité, proposition de prix de thèse, subvention pour publication. Formation aux enjeux de la propriété intellectuelle INSA Rouen 2002/ / / /2000 Doctorat en droit privé Université de Rouen «L œuvre de magie et le droit» sous la direction du Professeur Courbe DEA «Droit international et européen» Université de Rouen Mention «assez bien» Maîtrise en Droit privé Université de Rouen Mention «bien» Licence en Droit Université de Rouen Finaliste du concours d éloquence «Oratio» Université de Rouen 1997/1999 DEUG Droit Université de Rouen Mention «assez bien» I

2 ENSEIGNEMENTS UNVIVERSITÉ DE PARIS /2010 Cours magistraux Séminaires - Droit d auteur & copyright (M2) - Droit du commerce électronique (M2) - Droit de la santé (M1) - Propriété littéraire et artistique (M1) - Droit de la famille (L3) - Techniques de négociation internationale (M2) - Méthodologie de la recherche (M2) UNIVERSITÉ DE ROUEN 2009/2010 AUTRE Cours magistraux Travaux dirigés - Droit de l informatique (M1) - Droit des successions (M1) - Droit des régimes matrimoniaux (M1) 2009/2010 Cours magistral «Propriété intellectuelle», Rouen Business School (M1) Séminaires «Droit des nouvelles technologies», «Droit de la distribution», Paris Executive Campus (M2) 2006/ Conférences «Le droit d auteur en magie», formation continue au Centre national des arts du cirque, Châlons-en-Champagne Séminaire «Le harcèlement moral en droit du travail», formation médicale continue, association MG Form, Paris II

3 AUTRE 1 Direction de mémoires - La répression du téléchargement illégal : la mise à l épreuve du système HADOPI Par Mlle Isabelle Maille, Master 2 recherche «Droit des affaires», Université de Paris XIII. - Le droit d auteur des effets numériques dans la publicité Par Mlle Andréa Caballé, Master 2 professionnel, «Innovation et Management de la propriété intellectuelle», Université de Paris XIII. 2 Journées d études et séminaires - Après-midi d étude en l honneur des Professeurs Courbe, Meunier et Moulin, association Jurisart, Université de Rouen, 15 juin Communication : «Un écho inattendu de la lex mercatoria : la lex magica» - L Art et le droit, journée d étude, association Jurisart, Université de Rouen, 6 octobre Présidence de la table : «La gestion de l Art» - Techniques et mots magiques dans les arts, séminaire pluridisciplinaire, Université de Cergy-Pontoise en partenariat avec le Centre «Recherche sur la pluralité esthétique» de Paris VIII, courant année 2010/ Communication : «L Art magique et le droit» III

4 PRÉSENTATION DES TRAVAUX 1 Publications Thèse : L œuvre de magie et le droit Partie 1 : L œuvre de magie saisie par le droit Titre 1 : L aspect apparent de l œuvre de magie Chap. 1 : La notion d œuvre de magie Chap. 2 : La réception jurisprudentielle de l œuvre de magie Titre 2 : L aspect dissimulé de l œuvre de magie Chap. 1 : La mise en lumière du processus de création Chap. 2 : La mise en péril du processus de création Partie 2 : L œuvre de magie protégée par le droit Titre 1 : La détermination des sources législatives Sous-titre 1 : Les insuffisances de la propriété intellectuelle Chap. 1 : Les mécanismes de la propriété industrielle à l épreuve de l œuvre de magie Chap. 2 : La nature et les enjeux de la propriété littéraire et artistique Sous-titre 2 : Pour de nouveaux modèles législatifs Chap. 1 : Le recours aux pratiques professionnelles : la lex magica Chap. 2 : Les ressources insoupçonnées du droit d auteur Titre 2 : L adaptation des techniques contractuelles Chap. 1 : Les rapports contractuels révélés par la pratique Chap. 2 : Pour de nouveaux modèles contractuels IV

5 Objectifs de la thèse Cette étude consiste à définir la création de l artiste magicien comme un objet de droit et à chercher à la doter d un régime spécifique dédié à sa protection. Le tour de magie doit son existence à la préservation de son secret. Or ce dernier est aujourd hui menacé par les révélations qui en sont faites contre le gré du magicien. L enjeu du travail entrepris réside dans la qualification juridique du tour et du numéro de magie, du processus intellectuel qui y conduit, et de la révélation du secret, entendue comme une atteinte spécifique car immatérielle portée au travail du magicien. À cette fin, les mécanismes classiques du droit d auteur vont pouvoir être détournés de leur fonction habituelle pour embrasser la spécificité d une œuvre de l esprit qui ne ressemble à aucune autre en raison de la dualité aspect apparent/aspect dissimulé qui la sous tend. Audelà de la recherche des sources législatives adéquates, l étude détaille l ensemble des relations contractuelles qui se nouent autour de l exploitation de l œuvre de magie ; elle montre aussi les difficultés qui naissent de ces rapports et la façon d y remédier pour garantir à l auteur magicien une meilleure défense de ses droits. Résumé de la thèse L étude repose sur une double problématique. D abord montrer l importance de reconnaître à l œuvre de magie le statut d objet de droit, ensuite déterminer quel droit lui appliquer. L œuvre de magie revêt deux aspects : le tour et le numéro. Le tour de magie est le résultat visuel perçu par le spectateur confronté à une vision impossible. Le spectateur est témoin d un effet magique : l envol de la partenaire du magicien ou le voyage d une carte à jouer dans un lieu improbable. Le numéro de magie est un ensemble plus complexe dans lequel le magicien associe plusieurs tours à une mise en scène théâtrale qui inclut des éléments tels la danse, la musique, les costumes ou les jeux de lumière En dépit des insuffisances relevées dans l état du droit et la jurisprudence actuelle, il ne fait pas de doute que la création du magicien représente un défi stimulant sur le plan de la qualification juridique. La présence du secret dans le spectacle de l illusionniste fait naître une dualité qui repose sur le visible le résultat visuel que donne à voir le magicien et l invisible la mise en œuvre d éléments cachés conduisant à ce résultat. L admission de la juridicité de l œuvre de magie suppose d appréhender l une et l autre de ces facettes indissociables. C est pourquoi la première partie s est articule autour de la distinction opérée entre l aspect apparent et l aspect dissimulé de cette œuvre. L analyse de l aspect apparent de l œuvre de magie suppose de l appréhender d un point de vue extérieur à son créateur, c'est-à-dire telle qu elle est perçue par le spectateur. C est ce point de vue qu ont retenu les magistrats ayant statué dans deux affaires de contrefaçon de numéro de magie. Les rares décisions rendues en la matière sont précieuses. Leur analyse permet de répondre aux interrogations suivantes : comment se sont conduits les juges face à une œuvre de l esprit atypique? Quelle protection est reconnue à la création du magicien? Le secret estil pris en compte pour apprécier l existence d une contrefaçon? Le raisonnement des juges V

6 conduit à une protection imparfaite car insuffisante de l œuvre de magie : seul le numéro de magie serait susceptible de protection, et non le tour pris dans son individualité. L étude de l aspect dissimulé de la création magique conduit ensuite à disséquer le processus intellectuel qui la sous tend. Le fait de se positionner en amont de la représentation publique de l œuvre de magie permet de mettre en lumière les composantes impliquées dans le tour et le numéro de magie. En outre, l examen de cette activité créatrice fait mesurer l importance du rôle tenu par le secret mis en œuvre par le magicien à l insu de son spectateur. En effet, ce secret contribue grandement à la valeur de l œuvre de magie, tant sur le plan artistique que sur le plan économique. Préserver sa confidentialité apparaît donc essentiel. Pourtant, le secret de magie est une entité résolument fragile, car constamment menacé par le vol et les révélations faites contre le gré du magicien. Pour tenter de lui donner une assise juridique, le droit commun est sollicité au travers de la protection du secret de fabrique et du savoir-faire. Toutefois, l inadaptation de ces droits aux spécificités inhérentes au secret de magie va favoriser le recours au droit spécial de la propriété intellectuelle. C est le point de départ de la seconde partie de la thèse. La recherche d un régime de protection dévoué à l œuvre de magie prise s opère autour de deux axes. La détermination des sources législatives d une part, l adaptation des techniques contractuelles d autre part. Ni le droit de la propriété industrielle ni celui de la propriété littéraire et artistique ne donnent pleinement satisfaction. Parmi les points qui posent problème, il faut citer en matière de brevet, l exigence de publicité qui contredit l impératif de préservation du secret magique. Sur le terrain du droit d auteur, la détermination de la forme de l œuvre et l appréciation de son originalité sont sources d incertitudes. Outre les problèmes propres à toutes les œuvres de l esprit, l œuvre de magie souffre de la difficulté de voir le droit d auteur s appliquer à son secret. Assimilé à une idée, ce dernier ne semble pas protégeable. Au vu des limites du droit de la propriété intellectuelle, il apparaît nécessaire de se demander si la communauté des magiciens ne constituait pas une société professionnelle comparable à celle des marchands, c'est-à-dire un groupement en mesure de produire luimême ses propres règles de conduite en marge du droit étatique. Ici aussi, pourtant, force est de constater la difficulté de caractériser un système d auto-régulation suffisamment élaboré pour s affranchir totalement d un rattachement à des sources législatives plus classiques. Dès lors, la détermination du droit applicable à l œuvre de magie consiste finalement en une utilisation particulière du droit d auteur. Il convient d abord d offrir à l œuvre de magie une place au sein du Code de la propriété intellectuelle. C est à cette fin qu est proposée une définition de cette œuvre, de son secret et de la révélation de ce dernier. Il est ensuite possible de montrer comment la dextérité du magicien peut être assimilée à une «chorégraphie de l invisible» et bénéficier ainsi d une protection légale. Enfin, l étude des conséquences de la révélation du secret sur le travail du magicien permet de mettre en lumière une atteinte immatérielle portée à la vérité de l œuvre de magie. La mise en place des définitions légales et le recours à la chorégraphie de l invisible correspondent à une protection a priori de l œuvre de magie, c'est-à-dire à titre préventif de l œuvre de magie ; tandis que l utilisation du droit moral de l auteur pour lutter contre les atteintes portées au secret de cette œuvre renvoie à une protection a posteriori de cette œuvre, c'est-à-dire à titre curatif. VI

7 Il convient ensuite de réfléchir à l adaptation des techniques contractuelles à l exploitation de l œuvre de magie, ce qui implique d identifier les liens d obligations qui se nouent autour de cette exploitation. Un examen des usages en vigueur dans le milieu des magiciens montre que la dénomination usuelle «contrat de vente de tour de magie» est juridiquement impropre. L application de la distinction propriété corporelle/propriété incorporelle à l œuvre de magie révèle que la cession du matériel relatif à un tour de magie ne confère à l acheteur aucun droit d exploitation en dehors du cadre privé du «cercle de famille». Le constat dressé sur le plan du droit s oppose donc à la pratique constante selon laquelle le contractant du marchand utilise comme bon lui semble l œuvre de magie acquise. C est pour tenter de résoudre ce conflit entre le droit et le fait qu il apparaît pertinent de réfléchir à un autre modèle contractuel, spécialement conçu pour satisfaire à la fois les intérêts de l auteur et ceux du tiers désireux d utiliser à titre professionnel sa création. Le résultat de la recherche consiste d abord à insérer d une clause de secret magique dans le contrat qui lie le marchand à son client. Il conduit ensuite à fixer les modalités de la rétribution de l auteur au titre de l exploitation de son œuvre. C est dans cette optique qu a été soumise l idée de la création d un bureau magie au sein de la SACD. Au terme de cette étude, le droit se révèle donc en mesure d offrir un statut d auteur spécifique au magicien et de garantir une protection de sa création. Il semble pourtant que l admission de ce statut suppose aussi une reconnaissance plus globale de la magie en tant qu art. La légitimité des droits de l auteur magicien auteur est certainement à ce prix. «La réception juridique de l incertitude médicale» Médecine & droit n 98/ 99 septembre - décembre 2009, p.131 I- La réception de l incertitude subjective A/ La réception légale et jurisprudentielle B/ Les conséquences de la réception sur l exigence du lien de causalité II- La réception de l incertitude objective A/ La réception légale et jurisprudentielle B/ Les conséquences de la réception sur l exigence du lien de causalité En matière de responsabilité médicale, la preuve d un lien de causalité certain entre le dommage et la faute du praticien est rendue difficile en présence des incertitudes liées à l étiologie de certaines pathologies. Comment tenir pour acquis que le comportement d un médecin ou l administration d un médicament est bien la cause du dommage de la victime? Notre droit doit donc composer avec une incertitude médicale. Comment concilier une causalité juridique qui doit être certaine et une causalité scientifique empreinte d incertitude médicale? L un des éléments de réponse réside dans la distinction qu il est possible d opérer en matière d incertitude médicale. En effet, deux hypothèses sont envisageables. Dans un cas, plusieurs facteurs causaux entrent en jeu, chacun pouvant être à l origine du dommage de la victime. C est le cas de la personne atteinte par le virus du Sida consécutivement à une transfusion sanguine et à des rapports sexuels non protégés. Laquelle de ces deux causes potentielles est celle qui a effectivement joué un rôle dans la survenance du dommage? L incertitude naît ici du concours des circonstances causales, chacune d entre VII

8 elles portant en elle une origine potentielle de la pathologie de la victime. Dans l appréciation de la cause du dommage subi, on ne sait quel facteur privilégier sur l autre, dès lors l incertitude doit être qualifiée de «subjective». Il est en revanche des hypothèses où l étiologie d une pathologie demeure mystérieuse. C est à dire qu en l état des connaissances scientifiques actuelles, il n est pas possible d assurer avec certitude que telle maladie est bien consécutive à tel acte. C est le cas de la sclérose en plaques qui touche les personnes ayant fait l objet d une vaccination contre l hépatite B. Ici, contrairement à tout à l heure, un seul facteur causal existe : l administration du vaccin. L incertitude médicale ne réside donc pas dans le concours de plusieurs circonstances causales, mais dans l absence de certitude concernant un facteur particulier. Cette absence de certitude n est pas liée au comportement de la victime mais au défaut de connaissances suffisamment fiables sur l origine d une pathologie. L incertitude est alors dite «objective». L une comme l autre de ces incertitudes doivent être abordées par le juge et la loi qui consacrent des systèmes reposant sur des présomptions. La consécration de ces modes de preuve permettant de se dispenser d une certitude juridique et scientifique se révèle favorable aux victimes, mais pose problème sur le terrain des principes juridiques. On constate en effet au terme de cette approche que l irruption de l incertitude médicale en matière de responsabilité civile délictuelle vient ébranler l un de ses piliers : l exigence d un lien de causalité certain. «La protection du secret du magicien par la chorégraphie de l invisible» La Gazette du palais n 205/ 206 juillet 2009, p.3 I- L admission de la chorégraphie par le droit d auteur A/ La reconnaissance historique hésitante B/ Les incertitudes actuelles II- L association avec le secret de magie : la «chorégraphie de l invisible» A/ Le secret de magie qualifié de «chorégraphie de l invisible» B/ Les conséquences de la qualification Sous certaines conditions, le droit d auteur protège la forme visible de la création magique, c'est-à-dire ce que l artiste magicien donne à voir à son public : une assistante en train de s élever dans les airs, ou une colombe qui surgit des pans d une écharpe montrée vide. Derrière cet aspect apparent de l œuvre de magie, il existe pourtant une autre réalité. Elle recouvre les moyens secrets auxquels le magicien recourt pour parvenir à ses fins. Le droit d auteur s attache à protéger une forme originale perceptible par les sens. Il ne permet donc pas en principe de protéger ce qui relève du secret. Pourtant, la partie invisible de l œuvre de magie est souvent le siège de la valeur artistique et économique de cette création artistique. Une reconnaissance juridique se révèle alors nécessaire pour en assurer la protection contre les atteintes indues. Ces atteintes sont de deux ordres : le vol du secret par un autre magicien et la révélation au public de ce secret par une personne qui n est pas nécessairement issue de ce milieu. VIII

9 En ce qu il offre une protection automatique et un monopole puissant, le droit d auteur ne doit pas être écarté trop vite en matière de protection du secret du magicien. L idée consiste à rattacher ce secret à un objet déjà protégé par le droit d auteur : la chorégraphie. Il est en effet possible et opportun de montrer que la manipulation secrète du magicien, qui repose sur sa dextérité, présente de nombreux points communs avec la chorégraphie. En effet, dans l exécution du tour de magie les mains du magicien opèrent un certain nombre de mouvements, visibles et invisibles, dans un ordre et un rythme bien précis. L enchainement de ces gestes conduit au résultat visuel qui fausse la perception du spectateur qui croit, par exemple, voir disparaître une carte à jouer. Cette notion d enchainement de mouvements assignés à un ordre et à un rythme déterminés se retrouve en tout point au sein de la chorégraphie, entendue classiquement comme l enchainement des pas du danseur. Le parallèle entre les déplacements du danseur et la dextérité manuelle du magicien permettrait ainsi de qualifier le tour de main de ce dernier de «chorégraphie de l invisible», car reposant en partie sur des mouvements non perçus par le spectateur. La manipulation secrète du magicien peut ainsi en raison de sa spécificité bénéficier d une protection au titre du droit d auteur, protection autonome vis-à-vis de celle octroyée à la partie visible de l œuvre de magie. «Un écho inattendu à la lex mercatoria : la lex magica» (Soumis à publication aux Annales de Droit) I- L émergence de la lex magica A/ Un contexte propice au développent de normes spontanées B/ La présence de normes spontanées II- Les limites de la lex magica A/ La limite liée à l application B/ La limite liée au contenu La lex mercatoria est l ensemble des normes non étatiques qui régissent l ensemble des rapports professionnels au sein de la communauté des commerçants internationaux. Dans un tout autre registre, celui du spectacle vivant, il existe une autre communauté : celle des artistes magiciens ; ces commerçants du rêve, qui s affranchissent du réel pour donner à voir l impossible. L objet de leur commerce, le rêve, n a de prime abord aucun lien avec l activité de la société des marchands. Pourtant, la communauté des magiciens évoque celle des marchands quant à la source de la norme juridique. La règle de droit traditionnelle, d origine étatique, se révèle impropre à embrasser des comportements professionnels tout à fait spécifiques car inhérents à un Art longtemps empreint, sinon de clandestinité, au moins de confidentialité. Avant d être reconnus en tant que vendeurs de rêve, ces artistes étaient accusés de commercer avec le diable. C est alors essentiellement le droit pénal qui avait vocation à régir la profession! Aujourd hui, le droit de la propriété intellectuelle peine à reconnaître l activité particulière de ces professionnels. C est pour cette raison qu un ensemble d usages et de pratiques ont commencé à naître au sein de la communauté des magiciens. L apparition d un corps de règles informelles conduit à s interroger sur l existence d une lex magica, transfuge inattendu de la fameuse lex mercatoria. IX

10 Il est possible de montrer que la communauté magique s est dotée d un ensemble de règles qui régissent la paternité et l utilisation tours de magie. Ces règles reposent sur la déontologie et visent à développer une pratique saine de cet art ancestral pourvu d un fonds commun de création considérable. Toutefois, un examen critique de ces dispositions affranchies des sources légales traditionnelles révèle d importantes limites. La première réside dans le fait que certains acteurs liés au milieu magique n en font pas partie. Il s agit de personnes tierces qui, gravitant autour du microcosme des magiciens, vont pouvoir accéder à une partie de leurs secrets et choisir ensuite de les révéler au grand public. Cette communication indue, car faite contre le gré des magiciens, porte atteinte à la valeur artistique et économique de l œuvre de magie. Cette atteinte doit être sanctionnée. Toutefois, un ensemble de règles informelles applicables à un corps professionnel vaut-il à l encontre d un tiers à cette communauté? La seconde limite, plus grave, réside dans la relevance juridique de la lex magica. L étude de certaines pratiques en vigueur au sein de la communauté des magiciens témoigne de graves entorses aux principes fondamentaux du droit d auteur. C est le cas en matière d exploitation du tour de magie acheté chez un commerçant spécialisé. Le magicien qui acquiert le matériel nécessaire à la réalisation du tour de magie s octroie le droit de l utiliser dans le cadre d une activité professionnelle lucrative : spectacles pour des entreprises ou des particuliers. Or, en vertu de la distinction entre la propriété corporelle du support d une œuvre de l esprit et la propriété incorporelle de l œuvre fixée sur ce support, le magicien n est pas autorisé à utiliser le tour en dehors du cadre privé du «cercle de famille». Il ne lui est pas permis de toucher des revenus grâce au tour. Cet usage, durablement installé dans la profession, ne saurait être admis en tant que norme spontanée tant il heurte les principes protecteurs des droits de l auteur. La reconnaissance de la juridicité de lex magica se trouve donc en partie compromise par la réalité des usages observés au sein de cette profession. «L exploitation des données personnelles sur les sites communautaires : le cas Facebook» (En cours de rédaction) I- Les modalités de la collecte des données personnelles A/ La publicité en ligne, clef de la gratuité de Facebook B/ Le contenu des conditions générales d utilisation II- Les conséquences quant au respect de la vie privée A/ Le non-respect de la législation sur les cookies B/ L intrusion extrême dans la vie privée : le logiciel Beacon Le développement d Internet conduit aujourd hui de nombreux adeptes des sites de réseaux sociaux à rendre publics de larges pans de leur vie privée. La mise en ligne d informations et de photographies personnelles fait naître de stimulants défis pour le juriste soucieux du respect des droits de la personnalité et du droit d auteur. La tâche se révèle particulièrement nécessaire dans le cadre du célèbre site Facebook dont nombre des Conditions générales d utilisation violent ouvertement les principes fondamentaux du droit à X

11 l image, du droit au respect de la vie privée et du droit de l auteur sur l utilisation et l exploitation du «contenu utilisateur» publié par le membre sur le site. Le succès croissant du site (plus de quatre cent millions d utilisateurs dans le monde) s explique par deux raisons : la gratuité et les fonctionnalités offertes. Facebook se distingue des autres sites communautaires en ce que son interface offre tout ce que peut souhaiter l internaute désireux de communiquer et de partager avec la planète Internet : messagerie instantanée, publication et échanges de photos, de vidéos, commentaire d articles, questionnaires et jeux interactifs, reprise de contact avec d anciens camarades La gratuité du site est rendue possible par le recours à la publicité en ligne. Cette publicité se distingue de celle faite dans le monde «réel» en ce qu elle utilise les données personnelles des individus pour proposer une offre ciblée. Or, soucieux de garantir le respect de la vie privée de l internaute, notre droit, guidé par le législateur communautaire, encadre les conditions de collecte et d utilisation des informations individuelles à des fins publicitaires. Le souci de protection revêt une acuité particulière en matière de cookies, ces petits fichiers qui s enregistrent sur le disque dur de l ordinateur à chaque connexion de l utilisateur. Ces fichiers demeurent après le surf sur Internet et constituent ainsi des témoins des sites visités et des informations laissées (adresse électronique, coordonnées personnelles ). En principe, à l entrée d un site Internet, tout internaute peut s opposer à la collecte des cookies, sans que cela n entraîne une interdiction d accéder au site. La solution résulte d une Directive communautaire du 8 juin 2000, transposée en droit interne le 21 juin 2004 par la «Loi pour la confiance en l économie numérique». Or, l acceptation des Conditions générales d utilisation du site Facebook contraint le membre à autoriser l utilisation continue de ses cookies, et ce même après la désinscription du site! Il n est donc pas possible pour un internaute d accéder aux services de Facebook sans consentir à une utilisation commerciale de ses informations personnelles. Le respect de la vie privée se trouve ainsi menacé par la publicité mise en œuvre par les entreprises partenaires du site, qui en assurent le financement. 2 Projet de recherche Direction du projet : «Nouvelles technologies et scénographies magiques : l exemple de la création HORSCENE» Projet de recherche financé par la Maison des Sciences de l Homme Paris Nord (durée du projet : janvier 2010 à janvier 2012) I- Les enjeux du projet II- Les objectifs du projet I- Les enjeux du projet Le projet a pour but de mener de façon simultanée une étude artistique et une étude juridique à partir du travail mené par la Compagnie 14:20 dirigée par M. Navarro. XI

12 Il s agit d analyser une nouvelle forme de spectacle magique : la création dite «HORSCENE». Cette façon inédite de penser l immersion du spectateur au sein d un processus multi sensoriel donne l occasion de réfléchir sur la notion de secret. Qu est-ce qu un secret de magicien? Quelle est l importance, au sein de ce secret, de la technique, du savoir-faire et des technologies? Surtout, comment parvenir à le protéger? Nous devons montrer que cet impératif de protection s impose en raison des appropriations indues dont peuvent faire l objet ces secrets. Véritables clefs de voûte des illusions produites par les artistes magiciens, ils ne doivent en aucun cas être communiqués au public. Le travail de la Compagnie 14:20 mérite d autant plus notre attention que les créations conçues sont résolument innovantes pour deux raisons. D abord car elles conduisent à impliquer le spectateur d une façon inhabituelle au sein d un espace scénique totalement affranchi des contraintes et usages habituels (configuration du théâtre à l italienne). Ensuite, car ces créations reposent sur une alliance entre procédés très anciens (pepper ghost notamment) et technologies modernes (holographie, informatique). Il est en outre important de rattacher ce travail technique à l œuvre artistique qu il sous tend. Il convient en effet de se demander à quel point la technique est nécessaire à cette œuvre? Protéger le travail final (entendu comme le résultat visuel perçu par le spectateur) nécessite-t-il de protéger aussi la technique qui en est à l origine, l interdépendance entre les deux étant totale? L enquête qui sera menée sur le processus créatif de la Compagnie a vocation à pouvoir s appliquer à des hypothèses plus larges : la création artistique en général, les arts émergents en particulier. C est dans cette optique que le modèle d étude mis en place devra permettre de répondre aux questions suivantes : comment construit-on un objet artistique? Comment s organise et s encadre son exploitation? Quelles sont les difficultés juridiques liées à la protection de cet objet? II- Les objectifs du projet Deux objectifs sont assignés à notre projet : au terme de la première année, nous souhaitons mettre en place une journée d études pour rendre compte de l avancée de notre enquête et des premiers résultats auxquels elle a abouti. Cette journée pourrait se tenir au sein de la Maison des Sciences de l Homme de Saint Denis, et réunirait différents intervenants issus des milieux universitaires, artistiques et juridiques. Il est important de ne jamais dissocier l approche juridique de l approche artistique. Cette journée permettrait au public de prendre connaissance des créations de la Compagnie 14:20 (projection vidéo d extraits de leurs spectacles en ouverture de la journée), d écouter les interventions des différents acteurs du projet, et enfin d assister, et de prendre part, à une table ronde qui réunirait plusieurs intervenants (issus notamment d autres disciplines que celles directement en relation avec le projet) autour de questions et de thèmes soulevés par un médiateur. Au terme de la seconde année du projet, une publication papier et/ou en ligne pourrait intervenir pour faire la synthèse du travail entrepris. XII

La notion d œuvre de magie

La notion d œuvre de magie Table des matières SOMMAIRE... ABRÉVIATIONS UTILISÉES... PRINCIPAUX SIGLES... Préface... IX XI XIII XV Introduction générale... 1 PARTIE I L œuvre de magie saisie par le droit TITRE I L aspect apparent

Plus en détail

FAQ sur le metteur en scène

FAQ sur le metteur en scène FAQ sur le metteur en scène I. LE STATUT SOCIAL DU METTEUR EN SCENE Le metteur en scène est-il juridiquement considéré comme un artiste? Oui. Le droit du travail donne une liste non exhaustive des artistes

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation 1 - Objet de l Emploi Store Idées Pôle emploi met à disposition des internautes une plateforme de services web dénommée «Emploi Store Idées» (ci-après désignée «la plateforme»)

Plus en détail

Qu est-ce qu un marché public?

Qu est-ce qu un marché public? Qu est-ce qu un marché public? Fiche 1 Objectifs Définir le marché public. Différencier les marchés publics d autres montages contractuels. Appréhender la forme d un marché public. Prérequis Aucun. Mots

Plus en détail

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2)

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) - Les Bases De Données - Le multimédia - Les puces et topographies - La création générée par ordinateur 1 LES BASES DE DONNEES Depuis 1998, les Bases De

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

Lancement d un comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour le respect du droit d auteur et des droits voisins

Lancement d un comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour le respect du droit d auteur et des droits voisins Lancement d un comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour le respect du droit d auteur et des droits voisins Jeudi 10 septembre 2015 Contacts presse Cabinet de Michel

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

Rapport de transparence

Rapport de transparence Rapport de transparence En application des dispositions de l article 40 de la directive 2006/43/CE du Parlement Européen et du Conseil du 17 mai 2006 relative au contrôle légal des comptes, transposé en

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI

Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition et le transfert de bénéfices Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition

Plus en détail

FICHE DE PROPOSITION

FICHE DE PROPOSITION GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT Groupe de travail n 5 : Construire une démocratie écologique : institutions et gouvernance. Pour l Atelier 5 FICHE DE PROPOSITION I. Intitulé de la mesure Méthode de mise en

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON FICHE PEDAGOGIQUE UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication Code EPS : 713005U32D1 Section(s) : RP Prérequis : CESS (français) ACTIVITE : Notions de droit appliqué au domaine

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

«La propriété intellectuelle face aux défis de l open innovation» 1

«La propriété intellectuelle face aux défis de l open innovation» 1 «La propriété intellectuelle face aux défis de l open innovation» 1 Alain BENSOUSSAN, Laurence TELLIER-LONIEWSKI, Claudine SALOMON. www.alain-bensoussan.com Née du développement des réseaux sociaux et

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Sommaire... V Liste des principales abréviations... VII Introduction... 1 PREMIERE PARTIE UN FONDEMENT COMMUN

TABLE DES MATIÈRES. Sommaire... V Liste des principales abréviations... VII Introduction... 1 PREMIERE PARTIE UN FONDEMENT COMMUN TABLE DES MATIÈRES Sommaire... V Liste des principales abréviations... VII Introduction... 1 PREMIERE PARTIE UN FONDEMENT COMMUN TITRE 1 LA RECHERCHE D UN FONDEMENT COMMUN CHAPITRE 1 LE CHOIX PRÉCOCE D

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle

Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle Préambule Ce document est réalisé dans le cadre du PRAI (Programme régional d actions innovatrices)

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS 2014-2015. GROUPE «Euthanasie» En vue de l obtention du diplôme universitaire «Clinique droits de l homme»

RAPPORT D ACTIVITÉS 2014-2015. GROUPE «Euthanasie» En vue de l obtention du diplôme universitaire «Clinique droits de l homme» RAPPORT D ACTIVITÉS 2014-2015 GROUPE «Euthanasie» En vue de l obtention du diplôme universitaire «Clinique droits de l homme» Margot Kessler Marine Romano Lucy Scarramuzza Charline Thiéry Marie-Sophie

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Concours photo «Fargues au Printemps» Avril 2015. Règlement

Concours photo «Fargues au Printemps» Avril 2015. Règlement Concours photo «Fargues au Printemps» Avril 2015 Règlement Article I : Objet La commune de Fargues Sant Hilaire, domiciliée au 61 avenue de l Entre 2 Mers 33370 FARGUES ST HIALIRE organise un concours

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

Droit de la propriété industrielle

Droit de la propriété industrielle Droit de la propriété industrielle Auteur(s) : Jean-Pierre Clavier Présentation(s) : Jean-Pierre Clavier est professeur de droit privé à l Université de Nantes. Il dirige l Institut de Recherche en Droit

Plus en détail

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Conférence de presse Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Les enchères électroniques : de vrais enjeux économiques Selon une étude du BIPE,

Plus en détail

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès Médecine du travail et de prévention février 2006 1 Les trois voies d accès : Les conditions requises pour exercer la médecine du travail sont énumérées à l article

Plus en détail

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle!

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Partageons des bonnes pratiques 1 l L innovation, la créativité, le savoir-faire sont les moteurs et la richesse de toute entité économique

Plus en détail

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information - Cadre institutionnel et réglementaire - Présenté par : Laila ZOUAK Entité Prospective

Plus en détail

Les offres de Produits sont valables tant qu ils sont visibles sur le Site Internet, dans la limite des stocks disponibles.

Les offres de Produits sont valables tant qu ils sont visibles sur le Site Internet, dans la limite des stocks disponibles. CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Préambule Les présentes conditions générales de vente (ci-après les «Conditions Générales de Vente») régissent toutes les transactions effectuées par le biais du site internet

Plus en détail

Droit du commerce électronique

Droit du commerce électronique Droit du commerce électronique Auteur(s) : Céline Castets-Renard Présentation(s) : Maître de conférences de droit privé, HDR, Université de Toulouse I CapitoleCo-directrice du Master 2 Droit et informatique

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Remplissant de multiples fonctions et pièce maîtresse en comptabilité et en fiscalité, la facture intéresse

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée Protégez l'environnement. N'imprimez ce document que si nécessaire Principes de Conduite ÉTHIQUE des affaires SPIE, l ambition partagée Les ENGAGEMENTS de SPIE LES 10 PRINCIPES DIRECTEURS COMPORTEMENT

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

"#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-!

#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-! "#$%&'(')$$*&+%),#-.(&,/*.0##-,#01-(0*.'2*,#3 $45*00#,41$67##-'.#&8,*&#&7*$9 :%-'$(;#0#&- La continuité d une carrière enrichie par le changement Expert depuis plus de 25 ans en outplacement et conseil

Plus en détail

CONCOURS. Les métiers du BTP de la conception à la réalisation REGLEMENT DU CONCOURS

CONCOURS. Les métiers du BTP de la conception à la réalisation REGLEMENT DU CONCOURS CONCOURS Les métiers du BTP de la conception à la réalisation REGLEMENT DU CONCOURS Article 1 Objet COBATY est une association nationale à but non lucratif, régie par la loi du 1 er juillet 1901 COBATY

Plus en détail

Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement

Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement entre L Université René Descartes, représentée par son Président, pour le compte de.., Université René Descartes Paris 5 12, rue de l Ecole de Médecine

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-17

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-17 Paris, le 25 février 2013 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-17 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

PIGNARRE Louis-Frédéric

PIGNARRE Louis-Frédéric PIGNARRE Louis-Frédéric Laboratoire de droit privé 14, rue Cardinal de Cabrières 34 060 Montpellier Louis-frederic.pignarre@univ-montp1.fr Fonctions et responsabilités universitaires - Professeur de droit

Plus en détail

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Table des matières Préface... 7 Remerciements... 9 Introduction... 13 Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Introduction... 17 I. Le droit de propriété... 19 II. La protection de la vie privée...

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique Protection des Systèmes d Information: Aspects Juridiques Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Introduction La décentralisation des

Plus en détail

POUR ÉVITER LE PLAGIAT Quelques principes et règles pour éviter le plagiat :

POUR ÉVITER LE PLAGIAT Quelques principes et règles pour éviter le plagiat : QU EST-CE QUE LE PLAGIAT? Le plagiat est l action de «Piller les œuvres d autrui en donnant pour siennes les parties copiées» Le Petit Larousse 2013. C est une faute morale, civile, commerciale et/ou pénale

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Universign Universign Version: 1.2 DIFFUSION PUBLIQUE Les présentes conditions de vente s appliquent entre d une part la société Cryptolog International au capital de 275

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne

Conditions générales de vente en ligne Conditions générales de vente en ligne SAROFOT Impertinent.ph Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SAROFOT Impertinent. au capital de 11433,67 euro dont le siège social

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

MASTER. Droit international. Spécialité recherche et professionnelle

MASTER. Droit international. Spécialité recherche et professionnelle MASTER Droit international Spécialité recherche et professionnelle Carte d identité de la formation Diplôme Master 2 Mention Droit européen et international Spécialités Droit international Conditions d

Plus en détail

CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES

CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES Après avis de la commission nationale de déontologie relatif à la conformité au code de la santé publique (intégrant

Plus en détail

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Chronique Publicité La nouvelle recommandation du BVP Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Le BVP adopte des règles déontologiques pour encadrer les publicités. Au-delà

Plus en détail

Université de La Rochelle. Droit, Économie, Gestion. Droit de l entreprise MASTER

Université de La Rochelle. Droit, Économie, Gestion. Droit de l entreprise MASTER Université de La Rochelle Droit, Économie, Gestion MASTER Droit de l entreprise Objectifs de la formation Connaissances dispensées Les enseignements du master Droit de l entreprise portent sur les matières

Plus en détail

LISTE DES ABRÉViATIONS... 7

LISTE DES ABRÉViATIONS... 7 Table des matières LISTE DES ABRÉViATIONS... 7 Préface... 11 Introduction... 13 PARTIE I L échange du savoir ou un modèle contractuel TITRE I La naissance de l œuvre libre : une initiative individuelle

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE SUIVI D UN PROJET D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE : LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF DANS LE MONDE BANCAIRE Le poste que j occupe au sein du service d archives du Crédit Lyonnais qui sont désormais

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET PAG Avocats - 2013 PAG AVOCATS Cabinet d'avocats parisien spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, droit des nouvelles technologies, droit des affaires et des sociétés,

Plus en détail

Prix «Le Créateur» 2015 Règlement

Prix «Le Créateur» 2015 Règlement Article 1- Objet du Prix «Le Créateur» La (ci-après «la Fondation»), sous l égide de la Fondation du Patrimoine, a pour objet la sauvegarde, la promotion et le développement des métiers d art, de création,

Plus en détail

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER Relative au jugement du Tribunal de grande instance de LILLE en date du 10 mai 2011 rendu dans un litige l opposant au plagiaire de sa thèse de doctorat

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

KELIP S ASSURANCE. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON

KELIP S ASSURANCE. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON P a g e 1 KELIP S ASSURANCE Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON Immatriculée au Registre de Commerce de Lyon sous le numéro

Plus en détail

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE. Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE. Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats INTERMEDIATE MEETING / STAGE FBE Geneva, 10 th 13 th October 2012

Plus en détail

MASTER DE DROIT. www.fld-paris.fr LILLE PARIS TOULOUSE. droit privé - droit des affaires. La tradition juridique, une pratique moderne du Droit

MASTER DE DROIT. www.fld-paris.fr LILLE PARIS TOULOUSE. droit privé - droit des affaires. La tradition juridique, une pratique moderne du Droit LILLE PARIS TOULOUSE www.fld-paris.fr Master 1 & 2 droit privé - droit des affaires MASTER DE DROIT La tradition juridique, une pratique moderne du Droit Établissement reconnu d utilité publique LA FACULTÉ

Plus en détail

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT 2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT MASTER 2 RECHERCHE OPTION DROIT PRIVE FONDAMENTAL ANCIEN DIPLÔME D ETUDES APPROFONDIES (D.E.A) Option DROIT PRIVE

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC Article 1 Définitions L «Application» : il s agit de l application mise à disposition des Clients par COGELEC. La «Base de données» : il s agit de

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

Droit et Internet : comment allier numérique et dispositions juridiques? Intervenant Maître BAUDOUIN: Avocat Associé TEN France

Droit et Internet : comment allier numérique et dispositions juridiques? Intervenant Maître BAUDOUIN: Avocat Associé TEN France Droit et Internet : comment allier numérique et dispositions juridiques? Intervenant Maître BAUDOUIN: Avocat Associé TEN France CCI des Deux-Sèvres 1 er et 3 décembre 2015 I- Le droit de propriété intellectuelle

Plus en détail

Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité.

Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité. Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité. - Pour le crédit-bailleur l opération de crédit-bail consiste

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Qualification aux fonctions de Maître de Conférences par le C.N.U., le 1er avril 2000.

CURRICULUM VITAE. Qualification aux fonctions de Maître de Conférences par le C.N.U., le 1er avril 2000. 1 CURRICULUM VITAE Nicole PETRONI-MAUDIERE Maître de Conférences Université de Limoges CREOP Adresse électronique : nicole.maudiere@unilim.fr Téléphone portable : 0674204580 / Téléphone fixe : 0247514892

Plus en détail