SYNTHÈSE D ACCIDENTS INTERVENUS SUR DES INSTALLATIONS COMPARABLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYNTHÈSE D ACCIDENTS INTERVENUS SUR DES INSTALLATIONS COMPARABLES"

Transcription

1 Publié dans: Pierre ROUX, Brigitte NEDELEC, Charlotte BOUISSOU, Candice LAGNY (2009) Contribution de l INERIS pour les étapes 2, 3 et 4 du module 5 du projet METSTOR : Méthologie de sélection des sites de stockage du CO2 dans les réservoirs souterrains en France. RAPPORT D ETUDE N DRA A. Pages 18-24, annexe C. SYNTHÈSE D ACCIDENTS INTERVENUS SUR DES INSTALLATIONS COMPARABLES 1. Les canalisations 1.1 Revue d accidentologie des canalisations Le BARPI a effectué une étude statistique des accidents (enregistrés dans la base de données ARIA) survenus sur des canalisations drainant des flux important de produits, hors site industriels. Elle porte sur 75 accidents survenus au cours de la période , en France, sur des canalisations de gaz moyenne et haute pression, ainsi que sur des conduites de liquides divers survenus en France. Elle a été publiée dans le mensuel «Face au risque» n 366 en octobre Cette étude est synthétisée dans les paragraphes qui suivent. 1.2 Les matières Les matières les plus fréquemment transportées sont très ciblées. Elles peuvent être regroupées en quelques familles spécifiques : les hydrocarbures liquides, les gaz liquéfiés ou non (gaz naturel, butane, propane), l éthylène... La nature des gaz transportés en masse ou à longue distance ne présente pas la même diversité que les nombreux transports de fluides par canalisation généralement rencontrés sur les sites industriels (voir Tableau ci-dessous). Familles de produits concernées Nombre d accidents % de I échantillon où les produits sont renseignés Acide (sulfurique) 3 4 Gaz (butane, gaz naturel, propane) Hydrocarbures liquides (fuel, gasoil, kérosène, essence, naphta, pétrole ) Ethylène 4 5 Divers (mélasse, phosphogypse, saumure eau) 6 8 Tableau 1: répartition en pourcentage des accidents de canalisations par type de produits transportés en France, , BARPI (canalisations drainant des flux important de produits, hors site industriels) Réf. : DRA A 1

2 1.3 Les types et circonstances des accidents Dans plus de 9 cas sur 10, on constate un rejet de produit. Les autres cas correspondent à des endommagements de canalisation n ayant pas conduit à un percement (presque accidents) mais ayant affaibli la canalisation. Très souvent, des mesures, telles que la mise en place de périmètre de sécurité, sont dès ce stade prises par les autorités en charge des secours (voir Tableau ci-dessous). Typologie des accidents Nombre d accidents % de l échantillon avec type renseigné Rejets dangereux Incendies Explosions Projections, chutes d équipement Presque accident 4 5 Tableau 2: répartition en pourcentage des accidents de canalisations par type d accidents (canalisations drainant des flux important de produits, hors site industriels) Seules les rubriques comprenant plus de trois accidents sont mentionnées. Un même accident peut correspondre à plusieurs rubriques. Dans 10 cas, il y a eu inflammation de la fuite. Les inflammations se sont produites plutôt sur les canalisations de gaz. On dénombre en effet sept cas de ce type contre trois pour les canalisations de liquides inflammables. Les chiffres à ce stade sont toutefois trop faibles pour en tirer une tendance significative. Ils donnent tout au plus une idée de la situation. Les explosions sont en nombre très limité mais témoignent du risque latent que la nature et le débit de matière en cause peuvent engendrer : les trois explosions dénombrées concernent une inflammation de fuite de gaz liquéfié, une fuite de liquide inflammable et une explosion de vapeurs issues de résurgences de liquide inflammable. 1.4 Les causes Les causes externes, correspondant à l impact d autres activités, constituent l origine prédominante des accidents. Le scénario est à chaque fois sensiblement le même : des travaux totalement indépendants de la canalisation, le plus souvent enterrée (2 cas sur 3) sont engagés et les engins (de terrassement, agricoles ou autres) endommagent et souvent perforent la canalisation. Cette situation se rencontre dans près d un accident sur deux. Il a été observé plusieurs cas où la canalisation, initialement enterrée à une profondeur significative (0,8 m à 1,0 m) lors de sa pose, se retrouve au fil des ans, du fait de l érosion des terrains par exemple, à des profondeurs bien inférieures (jusqu à 0,30 m), hauteur insuffisante pour éviter les impacts de socs de charrue par exemple Des insuffisances d organisation dans la préparation du chantier sont fréquemment mises en évidence ou supposées : absence de demande d intervention, méconnaissance des servitudes inhérentes au passage de la canalisation, difficulté de communication ou Réf. : DRA A 2

3 absence de coordination entre les différents acteurs. L autre cause notable d accidents est liée à l état des canalisations. Il s agit alors de défaillances dues au matériel (pour les cas connus, tenue de piquage, conception des soudures, corrosion, fissuration sous contrainte notamment dans le cas de sollicitation cyclique). Cette situation est observée dans plus d un cas sur trois. Les canalisations cheminent souvent sur des zones très étendues et sont d autant plus exposées aux divers types d agressions naturelles telles que les glissements de terrains, le gel et même les impacts de foudre qui frappent les canalisations même enterrées. 1.5 Les conséquences Bien qu ils soient plus rarement évoqués, les éclatements constituent une particularité de ce type d installations : il s agit en effet d une ouverture brusque de canalisation pouvant avoir des effets spectaculaires et dangereux en terme de projection, d autant plus violentes que les pressions sont élevées. Plusieurs cas, dont certains avec décès des personnes situées à proximité immédiate, se sont produits. Ils représentent environ 5% des accidents recensés. En revanche, ces accidents intervenant pour la plupart dans des zones peu urbanisées, le nombre de blessés est proportionnellement très faible. Les écoulements d hydrocarbures liquides engendrent le plus souvent : des pollutions des sols (1 accident sur 3), des eaux souterraines (1 sur 6), des eaux de surface (1 sur 5). Pour 3 accidents sur 4, il y a aggravation du risque normal du fait de la présence de produit inflammable (fuites de gaz principalement). 1.6 Synthèse du retour d expérience «canalisation» Un travail a été réalisé par le Joint Research Center (JRC) pour le compte du Major Accidents Hazards Bureau européen qui analysé les principaux accidents majeurs sur les canalisations terrestres provenant de plusieurs bases de données publiques. Cette étude synthétise des informations sur les sources de données, leurs critères de classement, les dangers des canalisations avec leurs causes, leurs conséquences, leurs taux de défaillance, et les enseignements tirés de certains accidents. Des indicateurs de «performance» sont établis. Ce travail fait suite à la publication de la directive SEVESO II 96/82/EC de 1996 sur le contrôle des dangers d accidents majeurs dans les installations chimiques impliquant des substances dangereuses, qui n intègre pas les canalisations dans son champ d application. Les enseignements et conclusions de ce travail ont été extraites et traduites par nos soins d après les publications suivantes : Review of transmission pipelines accidents involving hazardous substances, 1999, Joint Research Center European Commission, G. A. Papadakis, report EUR EN ; Major Hazard pipelines : a comparative study of onshore transmission accidents, 1999, Joint Research Center European Commission, G. A. Papadakis, Journal of Loss Prevention in the Process Industries 12 (1999), Ces enseignements et conclusions présentées ci-après rejoignent le retour d expérience pouvant être tiré de l étude du BARPI : Réf. : DRA A 3

4 Concernant les principales causes et conséquences des accidents, le Joint Research Center fourni les conclusions suivantes : - 20% des accidents sont liés aux équipements des canalisations de transport (USA, gaz naturel) ; - les six grandes catégories de causes sont : les agressions externes ou activités tierces, la corrosion, les défauts de construction ou les défaillances mécaniques / de matériel, les mouvements de terrains ou les risques naturels en général, les erreurs opérationnelles, et enfin les autres causes et les causes inconnues ; - l agression externe ou activité tierce est la cause principale pour 40 à 50% des accidents avec des fuites de gaz et la cause secondaire pour les canalisations de liquides dangereux (20 à 30%). Elle est aussi la principale responsable des défaillances de canalisations de gaz de faibles diamètres (inférieurs à 16 pouces). Pour des diamètres plus importants, l agression externe et la corrosion sont équivalentes. - Concernant les enseignements de certains accidents caractéristiques, le Joint Research Center propose de développer les aspects suivants : - une politique de prévention des rejets d hydrocarbures accompagnée de mesures adéquates limitant les conséquences de ces rejets ; - la participation de la société civile dans les organisations de secours ; - les systèmes de déclaration de travaux pour la prévention des agressions externes avec la mise à disposition de tracés des réseaux ; - l adaptation des mesures compensatoires à la densité urbaine (source d agression externe) et selon la canalisation (existante ou en projet) ; - la détection de la corrosion, notamment pour les canalisations anciennes. 2. Les installations fixes connexes au transport et au stockage En interrogeant la base du BARPI sur l accidentologie et en exploitant son rapport sur l accidentologie relative aux installations de réfrigération, des données sur les causes des d accidents impliquant des compresseurs, pompes (et des stations de compression) peuvent être fournies. Ces causes sont listées ci-dessous : des incendies comme pour les accidents du 1/08/2005 survenu sur une plate-forme pétrolière aux îles Shetland au Royaume-Unis (N 30457) et du 21/06/2005 survenu dans une station de recompression de gaz naturel transporté par gazoduc à Cherre suite à une inflammation d huile de lubrification (N 30082). des mises à l atmosphère intempestives par les dispositifs de sécurité suite à des problèmes de fonctionnement comme pour les accidents du 30/06/2005 survenu dans une usine pétrochimique de Berre- l étang (N 30217) et du 29/06/2005 survenu dans une usine chimique de Martigues (N 30252), des ruptures d accessoires occasionnant des fuites accidentelles comme l accident du 16/05/2005 survenu sur un site d extraction de gaz naturel à Lacq suite à la rupture d un graisseur (N 29850) et l accident 9/10/1994 survenu sur un site chimique à Château Arnoux Saint Auban suite à la rupture d une garniture (N 5921), des incidents consécutifs à des opérations de maintenance comme l accident du Réf. : DRA A 4

5 22/8/1981 survenu dans une usine chimique à Pierre Bénite sur une installation de, réfrigération d une unité de production d acide fluorhydrique en arrêt technique saisonnier (N 5222), des détériorations par la foudre comme l accident survenu le 14/08/1998 à Perry aux Etats Unis dans une station de compression de gaz naturel (N 13942). 3. Les stockages géologiques En interrogeant la base du BARPI sur l accidentologie relative aux stockages souterrains, des données sur des causes des d accidents impliquant des stockages peuvent être fournies. Ces causes sont listées ci-dessous : des incendies comme pour l accident du 9/02/2004 survenu sur un centre de stockage souterrain gaz naturel de Etrez (N 26382) sur une unité de déshydration du gaz, des explosions comme pour l accident survenu sur un centre de stockage souterrain de gaz naturel du 7/05/2003 à Gournay sur Aronde (N 24548) dans un local électrique en surface suite à une fuite de gaz sur une tuyauterie proche du local, des fuites accidentelles de pétrole, de gaz et d eau comme pour l accident survenu sur un centre de stockage souterrain de gaz naturel du 24/02/2004 à Novare (N 4775) en Italie lors du forage d un puits d extraction suite à l utilisation supposée de tubes défectueux. des incidents consécutifs à des opérations de maintenance comme l accident du 26/11/2002 survenu dans un site de stockage souterrain de gaz naturel à Beynes (N 24457) sur la station centrale de compression du gaz, des fuites de gaz à travers les anfractuosités du terrain comme l accident du 20/1/2001 survenu dans un site de stockage souterrain de gaz naturel à Hutchinson (N 20712) aux Etats-Unis. A noter qu à Baohé en Chine (N 5739) le 11/10/1993, une explosion souterraine suivie d'une boule de feu serait survenue dans un stockage souterrain de gaz naturel à la suite du dysfonctionnement d'un puits d'extraction. L'accident serait à l'origine de la mort de 70 personnes. Un mauvais entretien de systèmes de protection contre les surpressions serait à l'origine de l'accident. 4. Les accidents concernant directement le CO 2 L accidentologie fournie également des données sur des causes des d accidents impliquant directement le CO 2. Ces causes sont listées ci-dessous : Le dioxyde de carbone comme d autres produits non inflammables a entraîné des BLEVE. C'est notamment le cas de l'accident qui s'est produit à Repcelak (Hongrie) en 1969, au cours duquel un réservoir de stockage de dioxyde de carbone a explosé, ainsi que celui qui s'est produit à Haltern (ex RFA) en 1976, au cours duquel un wagon rempli à 90 %, contenant quelques 231 tonnes de CO 2, a explosé. Les caractéristiques essentielles du BLEVE (sans boule de feu) sont alors l'explosion physique et l'onde de choc qui lui est associée. Cette onde de choc peut s'accompagner de l'émission de fragments. Réf. : DRA A 5

6 Le dioxyde de carbone a entraîné des intoxications de personnes. C est notamment le cas de l'accident qui s'est produit à Sète en 1963, au cours duquel trois personnes ont été intoxiqué (1 mort) après avoir inhalé l atmosphère d une cuve à vin contenant plus de 12 % de CO 2 et le cas de l'accident qui s'est produit à dans une mine de Pologne en 1964, au cours duquel quarante cinq personnes ont été intoxiqués après avoir inhalé l atmosphère des galeries contenant 20 % de CO Conclusion générale sur le retour d expérience CO 2 Les accidents caractéristiques ayant permis de réaliser le retour d expérience de l accidentologie sont détaillés dans l annexe C. Nous pouvons noter qu il n existe aucun évènement accidentel concernant la mise en œuvre du CO 2 aussi bien pour le stockage géologique que pour le transport par canalisation. Il n existe que peu d installation de ce type à ce jour, aussi nous avons élargi l analyse à d autres produits dangereux. A noter que les BLEVE ont concernés des capacités de stockage (citerne routière et réservoir). Cependant, le risque de BLEVE froid sur une canalisation aérienne de transport ne peut pas a priori être écarté dans la mesure où les conditions que l on retrouve dans une capacité peuvent être atteintes. Chaque situation est à analyser au cas par cas. Réf. : DRA A 6

7 ANNEXE C ACCIDENTS CARACTÉRISTIQUES Réf. : DRA A 7

8 Canalisations N /10/ TREMBLAY-EN-FRANCE Transports par conduites Le gazoduc reliant FEROLLES à VILLIERS-le-BEL se déchire au passage d'un bulldozer. La conduite (diamètre 500 mm, 60 bars, épaisseur 7,9 mm, profondeur locale 1,10 m) éclate sur 8 m de longueur. Des morceaux de tôle de 110 kg sont projetés jusqu'à 100 m. L'engin est propulsé à plusieurs m de hauteur et se retourne en retombant, tandis qu'un cratère oblong de 12 m de long se forme. Une flamme de 60 m de hauteur s'allume 10 s après la rupture. Les 3 ouvriers présents périssent carbonisés à 38, 43 et 110 m de la torche. Les terrains sont calcinés à des distances considérables : 1400 C atteints à 60 m, 1100 C à 76 m, 600 C à 97 m, 450 C à 125 m. Les extrémités du tronçon (35 et 9 km) sont isolées après 20 et 40 mm. La réparation débute après 5 heures. N /07/ CIDEVILLE Transports par conduites Un gazoduc (De= 457,2mm ; pression MS=67,7 bars ; acier X60; ép.=5,2mm) enterré à 1,20 m et revêtu de polyéthylène est perforé par la foudre et s'enflamme en plein champ, à 200 m d'habitations. Des flammes de 10 m de hauteur sont observées, le maïs est brûlé sur 30 m de rayon. L'impact se situe à l'aplomb d'un piquet en bois de 1,50m planté dans le sol (0,5m) et servant à repérer l'ouvrage; il présente 2 cratères distants de 110mm. Sur l'un, le revêtement a disparu et la paroi est percée, sur l'autre, le revêtement est localement absent et on observe 2 percements. Le sinistre est détecté par un conducteur de train qui donne l'alerte (feu de broussailles). Après 1h10, la fuite de gaz est détectée, l'exploitant alerté. Il a procédé à la décompression du tronçon et au torchage de gaz, après modification du schéma d'alimentation de la zone. Le feu est éteint 7h après la détection du sinistre. La zone endommagée est remplacée (pose de manchette). Le réseau est rétabli 7h plus tard. N /05/ SAINT-MAURICE-DE-LIGNON Transports par conduites A la suite de travaux, un engin de terrassement perfore une conduite de gaz de 200 mm de diamètre malgré la proximité d'une borne de signalisation. L'exploitant baisse la pression de 70 à 40 bars et obtient que certains gros utilisateurs réduisent leur consommation. Un manchon est posé sans couper totalement le débit. Un périmètre de sécurité terrestre de 50 m est mis en place et le survol du secteur est interdit. Le fort vent disperse le gaz et réduit ainsi les risques. Le coût de l'opération est estimé à 0,4 MF. N /06/ SAINT-QUENTIN-SUR-COOLE Transports par conduites A la suite de la rupture d'un pipeline, 297 m³ de fuel sous pression se déversent dans un champ de luzerne, en un point situé à 400 m de la COOLE. Un cratère de 2 m de diamètre et de 1,50 m de profondeur est visible en surface. La surface polluée est de l'ordre de 750 m². La dimension du cône d'imprégnation en profondeur est inconnue. La nappe phréatique de la craie se situe à 7 m de profondeur, aucun captage d'eau potable n'est sous l'influence de la zone polluée. De nombreux piézomètres ont permis de définir une zone polluée de 60 à 80 m de large et de 250 m de long. Des puits de dépollution sont également forés. Des barrages flottants sont mis en place sur la COOLE. A la date du 25 juillet, 92 m³ d'hydrocarbures ont été récupérés. Réf. : DRA A 8

9 N /02/ CHIGNIN Transports par conduites Dans une station de pompage d'un pipeline, le gel provoque la rupture d'un robinet de 1 pouce sur un piquage servant à des tests périodiques de résistance réalisés avec de l'eau. La fuite dure 30 mn et 25 m³ de fuel se déversent dans une fosse bétonnée. Des projections souillent légèrement 400 m² de terres et de neiges sur le site et 150 m² sur un terrain contigu. Une rivière située à 50 m n'est pas atteinte. La bride est réparée et la société effectue des opérations de récupération et de nettoyage. L'exploitant procède à des vérifications sur ses installations similaires. N /08/ JACOB-BELLECOMBETTE Transports par conduites Lors de travaux pour dédoubler une canalisation de gaz existante, la pelleteuse chargée du creusement de la tranchée accroche l'ancienne tuyauterie à la suite d'une mauvaise interprétation du piquetage. La fuite de gaz qui se produit ne s'enflamme pas. La pression est de 51 bar pour un débit de m³/h. Les habitations les plus proches, à environ 100 m du lieu de la fuite, ne sont pas sous le vent. Un périmètre de sécurité est défini. La réparation est pratiquée dans la soirée. La ligne est à nouveau opérationnelle le lendemain à 5 h. L'erreur provient d'une imprécision du nouveau tracé par rapport à la canalisation existante, les 2 tracés étant imbriqués à cet endroit. N /10/ FRANCE MAGLAND 60.3Z - Transports par conduites Vers 11h, une fuite de gaz se produit dans une chambre à vanne sur un gazoduc (PMS 67,7 bar, diam. 250 mm) dans une zone industrielle. Deux agents des services du gaz et un riverain sont blessés : les 2 premiers sont héliportés vers l'hôpital de Genève, le dernier est hospitalisé à Sallanches. Les services du gaz coupent l'alimentation dans la conduite impliquée, privant 168 foyers de gaz dans la commune. Un périmètre de sécurité de 300 m est mis en place, une centaine d'employés de la zone industrielle est évacuée et rassemblée dans les vestiaires du stade. L'autoroute A40, la RN205 et la voie ferrée, à proximité, sont coupées à la circulation ; 93 personnes sont en chômage technique temporaire. La fuite s'est produite sur un robinet de sectionnement (pour exploitation), de type à boisseau sphérique et muni d'un dispositif de purge vissé dans le corps du robinet. Le jour de l'accident, 2 techniciens interviennent sur le robinet pour remplacer ce dispositif par une rehausse de purge, rendue nécessaire par la pose de résine autour du robinet dans le but de prévenir la corrosion. Pour cela, il leur est nécessaire de pénétrer dans la chambre à vannes constituée d'une enceinte maçonnée sur dalle béton. Lors de l'intervention, la pression est de 25 bar dans la canalisation. Le robinet est alors fermé et purgé. Lors de son dévissage, le corps de purge s'éjecte brutalement, provoquant une importante fuite de gaz. L'un des techniciens tente de mettre en place la rehausse, mais tombe inanimé avant d'y parvenir. Son collègue pénètre alors dans la chambre à vanne et s'évanouit à son tour. Le directeur d'une société située non loin fait donner l'alerte et un dispositif de crise se met en place. Les pompiers dégagent les blessés et disposent un rideau d'eau. Les services du gaz tentent à plusieurs reprises avec l'aide des pompiers de manœuvrer le robinet fuyard mais sans succès. La solution d'isolement du tronçon est alors prise vers 18 h. Après décompression de la ligne, une entreprise de terrassement intervient pour casser l'un des murs de la chambre à vanne et permettre l'obturation de la fuite par soudage d'un bouchon sur l'orifice du corps de purge. Les dispositifs de sécurité et notamment l'interruption du trafic sur l'a40 sont levés vers 22 h. La distribution est progressivement rétablie dans la nuit et la matinée suivante. Réf. : DRA A 9

10 N /06/ FRANCE STRASBOURG 24.1A - Fabrication de gaz industriels Une canalisation d'oxygène gazeux se rompt vers 4h00 dans une unité de production d'oxygène liquide implantée en zone portuaire. Cette canalisation, souterraine sur l'essentiel de son trajet et qui passe sous le Rhin, alimente une aciérie allemande. La pression dans la canalisation lors de la rupture est de l'ordre de 30 bars (dans la plage de pression d'exploitation). Le POI de l'établissement est déclenché, les dégâts occasionnés sont importants : 4,6 t d'o2 (vidange de la canalisation) sont rejetées en 13 min, des galets et graviers projetés sur un secteur de 40 m de long et 20 m de large s'incrustent dans les installations et les bâtiments voisins, affectant les équipements de contrôle et de sécurité des installations. Une importante corrosion externe de la canalisation, à son entrée dans le sol, serait à l'origine de la rupture. Selon différentes expertises, cette corrosion pourrait être due à un décollement du revêtement étanche de protection à la suite d'un défaut de pose, à la présence d'ions chlorure dans le sol (sel de déneigement?), à un défaut de protection cathodique détecté plusieurs mois après son endommagement par un orage. Le redémarrage des installations est subordonné à la réparation de la canalisation, ainsi qu'au recensement et à la vérification de l'intégrité et du fonctionnement des équipements. Pour éviter le renouvellement d'un tel accident, différentes mesures sont prises : réparation du revêtement, création d'un puits de 1 m de profondeur autour de la canalisation, dans la partie verticale du début de sa section enterrée, modification du plan de maintenance pour inclure une inspection annuelle du revêtement, mesure des courants vagabonds autour de l'interface de la canalisation avec le terrain, amélioration du système de détection d'oxygène excessif dans l'air... Par ailleurs, toutes les entrées ou sorties de canalisation de l'usine dans le sol qui sont dégagées et examinées, feront l'objet de contrôles périodiques. N /05/ FRANCE GOURNAY-SUR-ARONDE 40.2A - Production de combustible gazeux Une explosion de gaz suivie d'un incendie endommagent des installations de surface sur un centre de stockage souterrain de gaz naturel. Elle se produit dans un local électrique situé hors zone gaz abritant les automates d'un manifold de transfert, alors que le stockage est en phase de soutirage. Les arrêts d'urgence et l'alarme sont activés. Un périmètre de sécurité est mis en place sur le site dont les différentes activités sont suspendues. Les employés équipés d'ari maîtrisent rapidement le sinistre à l'aide d'extincteurs CO2. Seuls des dommages matériels sont observés : bâtiment fissuré, câblages et armoires de contrôlecommande à vérifier, couvercle d'une chambre de tirage en fonte projeté à plusieurs m. Une fuite de gaz est finalement localisée sur une canalisation (DN50), bras mort raccordé à une "antenne" de DN 150 sur un circuit de purge, partiellement démonté depuis Le cheminement entre le point de fuite et le local accidenté s'est probablement opéré via des caniveaux techniques abritant des câbles électriques. La durée de fuite qui n'est pas connue avec précision, a pu commencer bien avant l'accident. La tuyau à 3 m de profondeur est isolée et purgée. Une fouille, rendue difficile par le sol gelé sur 2,5 m par le gaz sous pression, est finalement achevée 2 j plus tard. Le volume de la fuite serait compris entre et m³. L'inspection propose un arrêté préfectoral soumettant la reprise de l'exploitation du stockage à la remise d'un rapport d'accident complet, accompagné des dossiers de travaux de remises en état. Elle demande à l'exploitant de définir dans un second temps un plan d'action en vue de traiter les points de fragilisation des tuyauteries tels que celui observé lors de l'accident, d'améliorer la détection de gaz dans les locaux non encore pourvus et dans les caniveaux techniques. L'exploitant remplace le tronçon en cause Réf. : DRA A 10

11 et supprime le bras mort. Une étude est menée sur les collectes des autres puits : suppression des bras morts sur les anciennes tuyauteries, diagnostic corrosion pour les autres. Des mesures visant à l'amélioration de l'étanchéité des locaux électriques sont en cours de mise en œuvre. Les études pourront déboucher sur la mise en place d'un asservissement entre la détection gaz et la coupure de l'alimentation électrique. La fuite sur la canalisation pourrait être due à des défauts métallurgiques ; des analyses complémentaires sont réalisées. Réf. : DRA A 11

12 Installations fixes connexes au transport et au stockage N /08/ ROYAUME-UNI ILE SHETLAND 11.1Z - Extraction d'hydrocarbures Un feu se déclare sur le groupe compresseur d'une plate-forme pétrolière au large des îles Shetland de l'ouest en mer du Nord sans faire de victime ni causer de pollution. L'entreprise estime que quelques jours seulement seront nécessaires pour réparer et remettre en service la plate-forme. Une cinquantaine de personnes reste sur place lundi matin, une quarantaine d'autres dont la présence n'est pas nécessaire durant l'arrêt de la plate-forme étant évacuée. N /06/ FRANCE CHERRE 60.3Z - Transports par conduites Un feu dans une station de recompression de gaz naturel transporté par gazoduc est détecté à distance par le centre de contrôle de Nantes. Le POI est déclenché (niveau 2 de l'alerte). La mise en oeuvre de l'extinction automatique par du CO2 arrête la propagation. Lors de l'ouverture du caisson de la turbine par le personnel du site, une reprise de flammes est stoppée à l'aide d'un extincteur portatif. Les pompiers sont toutefois alertés. L'incendie est éteint vers 17h. Un arrosage du groupe est maintenu momentanément. La station est arrêtée de 3 à 4 h, une perturbation du terminal de distribution est envisagée pour le lendemain. L'incendie résulterait de l'inflammation d'huile de lubrification au niveau de la garniture d'une turbine entraînant un des compresseurs. N /08/ ETATS-UNIS PERRY 60.3Z - Transports par conduites Dans une station de compression de gaz naturel, la foudre est probablement à l'origine d'un incendie qui a initié plusieurs explosions. Une boule de feu se forme à plus de 100 m de hauteur. Cinq personnes, dont plusieurs pompiers, sont blessées et une demi-douzaine de maisons est endommagée. Les habitants sont évacués dans un rayon de 3,5 km. Les 3 gazoducs alimentant toute la Floride doivent être coupés, entraînant l'arrêt ou la réduction d'activité de nombreuses d'entreprises. N /10/ FRANCE CHATEAU-ARNOUX-SAINT-AUBAN 24.1E - Fabrication d'autres produits chimiques inorganiques de base Sur un site chimique, l'un des 3 compresseurs (15 t/h - 3,5 b, soit la moitié de la production de l'atelier) d'une station de compression de chlore fuit à la suite d'une rupture de garniture. Un opérateur fortuitement présent à proximité de la station note un bruit inhabituel et donne l'alerte à l'aide de sa radio portative. Le chef de quart découvre un nuage de chlore en ouvrant la porte du local. Il actionne des boutons poussoirs, situé hors du local et qui commande l'arrêt d'urgence des installations (isolement de la sortie des compresseurs et arrêt de l'électrolyse), puis alerte la salle de contrôle. Le POI est déclenché. De retour à l'atelier, le chef de quart constate qu'un incendie s'est déclaré sur le compresseur et se

13 propage à la toiture du bâtiment. Il actionne des vannes permettant un inertage à l'azote des installations, le chlore chassé de la section isolée de l'unité est neutralisé (atelier Javel). La circulation routière est perturbée. Le service incendie de l'usine maîtrise ensuite rapidement l'incendie. Des observateurs suivent le nuage de fumée noire qui se déplace ; l'odeur du chlore n'est légèrement détectée qu'en un seul point hors de l'usine. Aucune victime n'est à déplorer, mais la production chlore du site est réduite de 50 %. Le compresseur accidenté du type 3 étages est détérioré en 2 points : palier côté haute pression et soufflet de dilatation placé sur une canalisation en sortie de l'appareil. Une combustion a fait disparaître une partie du métal et a endommagé l'extrémité de son axe. La température du gaz en sortie du compresseur était mesurée et enregistrée, avec mise en sécurité de l'installation pour une température de 110 C. Les relevés montrent un palier aux environs de 100 C puis une élévation brutale de cette valeur. Les dommages sont évalués à 3,7 MF. Les installations et le procédé sont modifiés (0,9 et 2,05 MF). N /05/ FRANCE LACQ 11.1Z - Extraction d'hydrocarbures Sur un site d'extraction de gaz naturel, l'exploitant déclenche le POI pour une fuite de gaz brut (H2S) détectée vers 7h30. L'installation était à l'arrêt depuis 5h50, mais maintenue sous pression. Les pompiers internes mettent en oeuvre une lance en protection. L'exploitant décompresse l'unité de 15 bar à la pression atmosphérique et le gaz (environ 9000 m3) éliminé à la torche. La teneur en H2S mesurée est de 100 ppm à 10 m, 50 ppm à 5 m et 30 ppm à 2 m. Peu après 9 h, le POI est levé. Aucune victime n'est à déplorer. La fuite résulte d'une défaillance d'un joint torique de la tige de manoeuvre d'une vanne située au refoulement d'un compresseur. N /08/ FRANCE PIERRE-BENITE 24.1E - Fabrication d'autres produits chimiques inorganiques de base Dans une usine chimique, 200 kg d'ammoniac sont rejetés par l'installation de réfrigération d'une unité de production d'acide fluorhydrique en arrêt technique saisonnier. Le circuit de saumure a été vidangé et des essais d'étanchéité sont en cours. La fuite se produit à la suite de l'ouverture d'une soupape du circuit de réfrigération, la température atteinte étant voisine de 46 C. L'accident est notamment dû à un manque ou une insuffisance des consignes pour une manoeuvre inhabituelle. Un employé est intoxiqué.

14 N /06/ FRANCE BERRE-L'ETANG 24.1G - Fabrication d'autres produits chimiques organiques de base Dans une usine pétrochimique, un incident sur un compresseur nécessite le détournement vers la torche d'une partie des gaz produits par le vapocraqueur. L'exploitant abaisse la charge des fours puis redémarre les compresseurs. Le torchage important se poursuit durant plusieurs heures avant retour à une situation normale. N /06/ FRANCE MARTIGUES 24.1G - Fabrication d'autres produits chimiques organiques de base Dans une usine chimique, le déréglage d'un compresseur de butadiène nécessite la mise à la torche du contenu de l'installation jusqu'à stabilisation de celle-ci. Après injection de vapeur d'effacement et reprise des réglages, la situation revient à la normale 30 min plus tard. N /07/ FRANCE BRON 52.1D - Supermarchés Une fuite de gaz s'enflamme sur le poste de détente reliant le réseau de distribution à un supermarché de m². La "torchère" d'une dizaine de mètres de haut propage l'incendie à la façade et à la toiture du magasin. Deux cents personnes sont évacuées dont 15 employés. Un périmètre de sécurité est mis en place et la circulation routière est interrompue. Trente pompiers et des agents du service du gaz sont mobilisés pour circonscrire le sinistre. La fermeture de l'alimentation de gaz au niveau du poste de détente du magasin ne peut s'effectuer (vanne cassée ou endommagée?). La fuite n'est maîtrisée que 2 h après le début du sinistre à la suite de l'intervention d'une entreprise de terrassement qui écrase avec une mini pelleteuse la canalisation souterraine. Une enquête est effectuée. N /01/ FRANCE EYGALIERES 60.3Z - Transports par conduites Une fuite se produit sur une vanne de sécurité dans un poste de détente de gaz du réseau de transport, situé en zone rurale. Un périmètre de sécurité est mis en place pendant la durée des réparations (2 h).

15 Stockages géologiques N /02/ FRANCE ETREZ 40.2A - Production de combustible gazeux Un incendie se déclare sur une unité de déshydratation du gaz dans un stockage souterrain de gaz naturel. L'installation traite le gaz issu du puits n 2 (le site comprend 12 puits) à l'aide de triéthylène glycol (TEG) avant qu'il soit dirigé sur les canalisations de distribution. L'équipement impliqué, situé dans une tour sur la plate-forme d'exploitation, permet de régénérer le TEG par chauffage. Le feu a généré un important panache de fumées, mais est resté circonscrit à l'installation, dans les limites de la plate-forme clôturée du puits en cause, sans effet sur les personnes. Le gaz n'a pas été impliqué dans l'accident, même si un effet domino pouvait être redouté de par la nature des installations. Le puits et les dispositifs connexes de collecte sont mis en position de sécurité. L'exploitant déclenche son POI et les autorités sont informées. Les pompiers extérieurs se présentent sur le site : l'exploitant a déjà éteint l'incendie et les secours récupèrent le TEG (entre 0,5 et 2 m³) dans la rétention. Le sinistre est contrôlé 2h15 après sa détection mais reste sous surveillance. L'exploitant interrompt l'exploitation du puits impliqué et de ses installations de surface pour plusieurs semaines. N /05/ FRANCE GOURNAY-SUR-ARONDE 40.2A - Production de combustible gazeux Une explosion de gaz suivie d'un incendie endommagent des installations de surface sur un centre de stockage souterrain de gaz naturel. Elle se produit dans un local électrique situé hors zone gaz abritant les automates d'un manifold de transfert, alors que le stockage est en phase de soutirage. Les arrêts d'urgence et l'alarme sont activés. Un périmètre de sécurité est mis en place sur le site dont les différentes activités sont suspendues. Les employés équipés d'ari maîtrisent rapidement le sinistre à l'aide d'extincteurs CO2. Seuls des dommages matériels sont observés : bâtiment fissuré, câblages et armoires de contrôlecommande à vérifier, couvercle d'une chambre de tirage en fonte projeté à plusieurs m. Une fuite de gaz est finalement localisée sur une canalisation (DN50), bras mort raccordé à une "antenne" de DN 150 sur un circuit de purge, partiellement démonté depuis Le cheminement entre le point de fuite et le local accidenté s'est probablement opéré via des caniveaux techniques abritant des câbles électriques. La durée de fuite qui n'est pas connue avec précision, a pu commencer bien avant l'accident. La tuyau à 3 m de profondeur est isolée et purgée. Une fouille, rendue difficile par le sol gelé sur 2,5 m par le gaz sous pression, est finalement achevée 2 j plus tard. Le volume de la fuite serait compris entre et m³. L'inspection propose un arrêté préfectoral soumettant la reprise de l'exploitation du stockage à la remise d'un rapport d'accident complet, accompagné des dossiers de travaux de remises en état. Elle demande à l'exploitant de définir dans un second temps un plan d'action en vue de traiter les points de fragilisation des tuyauteries tels que celui observé lors de l'accident, d'améliorer la détection de gaz dans les locaux non encore pourvus et dans les caniveaux techniques. L'exploitant remplace le tronçon en cause et supprime le bras mort. Une étude est menée sur les collectes des autres puits : suppression des bras morts sur les anciennes tuyauteries, diagnostic corrosion pour les autres. Des mesures visant à l'amélioration de l'étanchéité des locaux électriques sont en

16 cours de mise en oeuvre. Les études pourront déboucher sur la mise en place d'un asservissement entre la détection gaz et la coupure de l'alimentation électrique. La fuite sur la canalisation pourrait être due à des défauts métallurgiques ; des analyses complémentaires sont réalisées. N /11/ FRANCE BEYNES 40.2C - Distribution de combustibles gazeux Un incident se produit dans un stockage souterrain de gaz naturel lors d'une opération de maintenance curative dans la station centrale de compression du gaz. L'intervention concernait un dispositif de sécurité, constitué par une colonne de mesure de niveau d'eau dans un séparateur gaz naturel/eau, dispositif sous pression de gaz (90 bars). Le but de cette opération était de débloquer le flotteur de la colonne de mesure. Après avoir fermé les vannes qui reliaient la colonne au séparateur pour l'isoler, purgé la colonne puis déposé la bride pleine en partie basse de la colonne et enfin après avoir essayé de débloquer mécaniquement le flotteur, l'opérateur a ouvert la vanne reliant la colonne au séparateur afin que le gaz sous pression expulse le flotteur. Cette ouverture a permis l'expulsion du flotteur mais a également engendré une émission de gaz naturel qui s'est enflammé immédiatement. L'opérateur s'est trouvé pris dans les flammes. Il a cependant pu se dégager, malgré ses brûlures aux mains et au visage, et a actionné les mises en sécurité de l'ensemble du site. L'ensemble du stockage est indisponible pour une quinzaine de jours, l'indisponibilité de l'équipement sera de plusieurs semaines. Le montant des dégâts matériels est estimé à 20 keuros. N /01/ ETATS-UNIS HUTCHINSON 40.2C - Distribution de combustibles gazeux Du gaz, provenant d'un stockage souterrain en site naturel, s'infiltre à travers les anfractuosités du terrain et les failles et provoque l'éruption de plusieurs geysers (9 selon les autorités). La première résurgence, d'une hauteur d'une dizaine de m, s'est produite dans un entreposage de mobil homes puis a explosé. Une centaine de personnes est évacuée aux alentours. D'autres fuites du même type suivent. Les secours rencontrent des difficultés à traiter ces accidents. Les fuites sont finalement maîtrisées au bout de 4 j. Les différents incendies auront fait 3 blessés. N /02/ ITALIE NOVARE 40.2C - Distribution de combustibles gazeux Le forage d'un puits dans un stockage souterrain de gaz naturel provoque une importante fuite de pétrole, gaz et eau pendant 3 jours ; 30 personnes doivent évacuer leur logement et un plan d'évacuation de personnes est préparé en cas d'aggravation du risque. Un film de pétrole recouvre les maisons et les routes. Des tubes défectueux pourrait être à l'origine de l'accident, mais cette hypothèse n'est pas confirmée. N /10/ CHINE BAOHE 40.2C - Distribution de combustibles gazeux

17 Une explosion souterraine suivie d'une boule de feu serait survenue dans un stockage souterrain de gaz naturel à la suite du dysfonctionnement d'un puits d'extraction. L'accident serait à l'origine de la mort de 70 personnes. Un mauvais entretien de systèmes de protection contre les surpressions serait à l'origine de l'accident.

18 Accidents concernant le CO2 Explosion (bleve) d'un wagon contenant du dioxyde de carbone (Haltern, ex-rfa, 02/09/1976) Un wagon rempli à 90 %, contenant quelques 231 tonnes de CO 2, a explosé. Le contenu du wagon était à une pression de 7 bar et à une température de -15 C. Peu avant l'explosion, il aurait été observé que le wagon évacuait du dioxyde de carbone par sa soupape de sécurité. Il n'est pas clairement établi si l'explosion s'est produite avant ou après une collision avec d'autres wagons. Des fragments du réservoir ont été retrouvés à des distances supérieures à 360 mètres du lieu de l'accident. D'autre part, trois autres wagons vides situés trois voies plus loin ont été soufflés par l'explosion et ont ainsi déraillé. Une personne fut tuée dans l'accident. L'analyse post-accidentelle d'un fragment aurait indiqué que la rupture de la citerne a été de type fragile. Explosion (bleve) d'un réservoir de stockage de dioxyde de carbone liquide (Repcelak, Hongrie, 02/01/1969) Cet accident s'est produit dans une centrale de production de dioxyde de carbone. Ce produit était liquéfié et refroidi par l'intermédiaire d'un circuit de réfrigération à l'ammoniac puis stocké dans des réservoirs sous une pression de 15 bars et à une température de l'ordre de 30 C. L'installation comportait trois réservoirs de stockage situés approximativement à 15 mètres du bâtiment de production. Les conditions de l'accident furent les suivantes :à 1h50, le remplissage d'un réservoir (C), avec le dioxyde de carbone produit débute, et à 2h24, pendant le remplissage, le réservoir explose, suivi, quelques instants plus tard, de l'explosion d'un autre réservoir (D). Ces deux explosions produisent l'arrachement du réservoir (A) de ces fondations et sa perforation par l'un de ses supports, provoquant ainsi, dans son flan, une brèche dont la surface fut estimée à environ 90 cm 2. Le rejet de CO 2 par cette brèche entraîne, par réaction, la mise en mouvement du réservoir à travers l'installation (effet fusée) provoquant ainsi la mort de cinq personnes. Des fragments, projetés dans toutes les directions, provoquèrent la mort de 4 personnes supplémentaires et atterrirent à plus de 400 mètres. Un fragment de 1000 kg fut notamment projeté à plus de 250 mètres. Une quinzaine de personnes furent blessées, dont certaines ont subi des gelures partielles. La cause la plus probable retenue pour cet incident est un sur-remplissage dû à une défaillance du système de jauge (vraisemblablement le gel du détecteur de niveau). Par ailleurs, il semblerait que le matériau de fabrication de plusieurs cuves n'était pas adapté aux faibles températures. Intoxication de personnes (Sète, 1963) Une cuve à vin d un bateau citerne est à l origine de trois malaises. Cette cuve n avait été remplie qu aux deux-tiers. Lors du prélèvement d un échantillon de vin (pratique d'usage dans chaque cuve de tout bateau citerne arrivant à Sète), le docker qui voulait la réaliser s effondra, suivi de peu par les deux hommes qui voulaient lui porter secours (un décès). L atmosphère de la cuve (vidée puis scellée) a été examinée une semaine plus tard : elle contenait encore 5 % de CO2 et 21 % d O2. Au moment de l accident, les 80 hl d air qui

19 surplombaient le liquide devaient contenir plus de 12 % de CO2. L enrichissement en CO2 de cette cuve aurait été le fait de son faible remplissage. L 'agitation et le choc du vin contre la coque aurait permis au CO2 de s échapper du vin et d'envahir l atmosphère de la cuve, phénomène qui n a pas lieu quand la cuve est pleine. Intoxication de personnes (pologne, 1964) Dans une mine, 45 travailleurs sont intoxiqués après une exposition de 10 à 40 min dans une atmosphère contenant du CO2 (deux décès). La concentration de CO2 des puits d accès aux galeries vérifiée le jour même n avait pas été jugée excessive. Après l accident la concentration mesurée était de 20 %.

La sécurité des canalisations de transport de gaz. Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer

La sécurité des canalisations de transport de gaz. Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer La sécurité des canalisations de transport de gaz Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer CARACTERISTIQUES DU GAZ NATUREL Le gaz naturel contient essentiellement :

Plus en détail

Prévention des endommagements des réseaux lors des travaux. Quelques accidents significatifs

Prévention des endommagements des réseaux lors des travaux. Quelques accidents significatifs Prévention des endommagements des réseaux lors des travaux Quelques accidents significatifs Annecy, le 24 novembre 2015 Daniel BOUZIAT Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l Energie Emissions Fugitives 1. Quel est le facteur le plus important pour déterminer la quantité d émissions de méthane provenant

Plus en détail

02 Vénizel Papeterie La Rochette Le 18 juin 2001 un incendie frappe la salle des équipements électriques de la cartonnerie La Rochette et endommage 5

02 Vénizel Papeterie La Rochette Le 18 juin 2001 un incendie frappe la salle des équipements électriques de la cartonnerie La Rochette et endommage 5 02 Vénizel Papeterie La Rochette Le 18 juin 2001 un incendie frappe la salle des équipements électriques de la cartonnerie La Rochette et endommage 5 transformateurs au pyralène. «Des traces de PCB sont

Plus en détail

INCIDENT CANALISATION BENZENE LAVERA / FEVRIER 2012. Journées GEMER 2014 P Sebastiani

INCIDENT CANALISATION BENZENE LAVERA / FEVRIER 2012. Journées GEMER 2014 P Sebastiani INCIDENT CANALISATION BENZENE LAVERA / FEVRIER 2012 Journées GEMER 2014 P Sebastiani 1 Sommaire Le Site de Lavéra Rappel des faits et gestion de l incident Caractéristiques de la canalisation Investigations

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE FOOTHILLS PIPE LINES LTD. STATION DE DÉCOMPRESSION/RECOMPRESSION BP CANADA ENERGY COMPANY INSTALLATION DE TRAITEMENT DES LIQUIDES

Plus en détail

SECURITE DANS L'ENTREPOT

SECURITE DANS L'ENTREPOT SECURITE DANS L'ENTREPOT Plan de l exposé Introduction I- recherche de la sécurité dans l entrepôt II- les caractéristiques de la réglementation III- les risques qui peuvent apparaître dans l entrepôt

Plus en détail

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre PARTIE A GENIE CHIMIQUE Du gaz de Lacq au soufre Plus de la moitié du soufre produit dans le monde provient du traitement des gaz naturels et des pétroles. En France, il est produit principalement à partir

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

Le triangle du feu :

Le triangle du feu : Le triangle du feu : L'incendie est une combustion qui se développe d'une manière incontrôlée dans le temps et l'espace. Elle engendre de grandes quantités de chaleur, des fumées et des gaz polluants ou

Plus en détail

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane 1 1. Définition LPG On entend par LPG (Liquefied Petroleum Gas) du BUTANE, PROPANE et leurs

Plus en détail

SOCIETE ANONYME DE LA RAFFINERIE DES ANTILLES CLIC SARA / ANTILLES GAZ

SOCIETE ANONYME DE LA RAFFINERIE DES ANTILLES CLIC SARA / ANTILLES GAZ SOCIETE ANONYME DE LA RAFFINERIE DES ANTILLES CLIC SARA / ANTILLES GAZ Février 2009 Situation Géographique S.A.R.A. 2 Situation Géographique S.A.R.A. 3 Historique et Activité du site La Raffinerie des

Plus en détail

LE RISQUE ACCIDENT DE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES (TMD)

LE RISQUE ACCIDENT DE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES (TMD) LE RISQUE ACCIDENT DE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES (TMD) QU'EST-CE QUE LE RISQUE ACCIDENT DE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES (TMD)? Le risque de transport de matières dangereuses (TMD) est consécutif

Plus en détail

Consignes spécifiques dans le cadre de travaux de génie civil réalisés dans les environs de conduites de gaz à haute pression

Consignes spécifiques dans le cadre de travaux de génie civil réalisés dans les environs de conduites de gaz à haute pression Consignes spécifiques dans le cadre de travaux de génie civil réalisés dans les environs de conduites de gaz à haute pression Juillet 2009 ( Version 2.0 ) 1/9 Sommaire 1 ) Introduction 3 ) Responsabilité

Plus en détail

Information sur le risque. industriel

Information sur le risque. industriel Information sur le risque Les bons réflexes en cas d alerte industriel IMPORTANT Conservez soigneusement ce document Directeur du site : Frédéric PYTHON Date d édition : février 2007 INEOS Enterprises

Plus en détail

Le transport de matières dangereuses

Le transport de matières dangereuses 1/5 Définitions > Une matière dangereuse est une substance qui par ses caractéristiques physicochimiques, toxicologiques, ou bien par la nature des réactions qu elle est susceptible de produire, peut présenter

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 16 Janvier 2011 Infos Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT 1- Les lieux de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS GROUPEMENT GESTION DES RISQUES SERVICE PREVISION PREVISION TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES POUR LA REALISATION

Plus en détail

Chaufferie au gaz Puissance > 2 mw p. 135. Chaufferie au gaz Puissance < 2mW p. 136

Chaufferie au gaz Puissance > 2 mw p. 135. Chaufferie au gaz Puissance < 2mW p. 136 S O M M A I R E Filtage - Généralité Gaz p. 132 Conduites Montantes p. 134 Chaufferie au gaz Puissance > 2 mw p. 135 Chaufferie au gaz Puissance < 2mW p. 136 Grandes cuisines des ERP p. 137 Comptage p.

Plus en détail

Hainaut Sécurité. Centre multidisciplinaire d exercices pratiques

Hainaut Sécurité. Centre multidisciplinaire d exercices pratiques PLAN DU SITE HAINAUT SÉCURITÉ Entrée du site épi 3 Ath épi 1 23 22 18 17 16 12 10 21 20 19 09 05 03 02 Chaussée de Mons Mons épi 2 épi 4 épi 5 épi 6 épi 7 épi 9 épi 11 01 15 14 13 épi 12 04 11 épi 8 08

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

LE CONTRÔLE DE FUITES, GRÂCE À L HÉLIUM

LE CONTRÔLE DE FUITES, GRÂCE À L HÉLIUM SOMMAIRE LE CONTRÔLE DE FUITES, GRÂCE À L HÉLIUM DETECTION DE FUITES SUR RÉSEAU ENTERRÉ RECHERCHE DE FUITES SUR RÉSEAU DE CHALEUR INSPECTION DE SPRINKLERS ET RÉSEAUX DE PROTECTION INCENDIE VERIFICATION

Plus en détail

Transports de Matières Dangereuses

Transports de Matières Dangereuses Transports de Matières Dangereuses Dans les zones urbanisées, aucun endroit n est exempt de ce risque puisque l existence d installations commerciales ou industrielles nécessite l approvisionnement en

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

RISQUE INDUSTRIEL Source : www.mementodumaire.net I - Définition II - Les principaux phénomènes redoutés

RISQUE INDUSTRIEL Source : www.mementodumaire.net I - Définition II - Les principaux phénomènes redoutés Source : www.mementodumaire.net RISQUE INDUSTRIEL Sommaire : I - Définition II - Les principaux phénomènes redoutés III - Les effets possibles en cas d'accident industriel IV - Prévention du risque industriel

Plus en détail

EQUIPEMENTS SOUS PRESSION

EQUIPEMENTS SOUS PRESSION EQUIPEMENTS SOUS PRESSION GENERATEUR DE VAPEUR TYPE HA 54X - BRULEUR GAZ PRODUCTION HORAIRE : 3000 kg / vapeur PRESSION MAXIMALE (admissible) EN SERVICE : 14 bars EXTINCTEUR A EAU AVEC ADDITIF : FS9 EV

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

Rupture et inflammation d un gazoduc Le 30 juillet 2004 Ghislenghien Belgique

Rupture et inflammation d un gazoduc Le 30 juillet 2004 Ghislenghien Belgique Rupture et inflammation d un gazoduc Le 30 juillet 2004 Ghislenghien Belgique Explosion Incendie Transport de Matières Dangereuses Gaz naturel Travaux Canalisation / gazoduc Victimes Périmètre de sécurité

Plus en détail

Bilan SGS 2012 OMNOVA Solutions. Site de SANDOUVILLE

Bilan SGS 2012 OMNOVA Solutions. Site de SANDOUVILLE Site de SANDOUVILLE 1 Les actions réalisées pour la prévention des risques, des pollutions et leurs coûts. Les actions Description des investissements Le but le coût Protection incendie et interventions

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

Stockage de produits chimiques

Stockage de produits chimiques Conseils prévention Santé au travail Crée le 28/04/2011 par VK Mise à jour 28/04/2011 par VK Stockage de produits chimiques 1 Risques liés au stockage de produits chimiques...2 2 Règles générales...2 3

Plus en détail

Le BLEVE, Phénoménologie et modélisation des effets thermiques

Le BLEVE, Phénoménologie et modélisation des effets thermiques Méthodes pour l évaluation et la prévention des risques accidentels (DRA-006) Le BLEVE, Phénoménologie et modélisation des effets thermiques Ω-5 Direction des Risques Accidentels Septembre 2002 Le BLEVE,

Plus en détail

BADORIS - Document de synthèse relatif à une Barrière Technique de Sécurité (B.T.S.)

BADORIS - Document de synthèse relatif à une Barrière Technique de Sécurité (B.T.S.) BADORIS - Document de synthèse relatif à une Barrière Technique de Sécurité (B.T.S.) Cuvette de rétention DRA-09-103202-11979A Juin 2010 Document de synthèse relatif à une Barrière Technique de Sécurité

Plus en détail

Commission de Suivi de Site - SICA de GOUAIX - Exploitant - 28/01/2014

Commission de Suivi de Site - SICA de GOUAIX - Exploitant - 28/01/2014 Commission de Suivi de Site - SICA de GOUAIX - Exploitant - 28/01/2014 Informations générales 2 Changement de président : Départ de J. Macklin (directeur général adjoint d InVivo) en mars 2013 Remplacement

Plus en détail

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS AVANT PROPOS La société FUCHS exploite une usine de fabrication et de conditionnement de vinaigre sur la commune de LA TREMBLADE (17). L entreprise dispose d un arrêté préfectoral d autorisation d exploiter

Plus en détail

Diagnostic des installations de gaz

Diagnostic des installations de gaz ECOLE CHEZ SOI - GAZ02 - Le diagnostic des installations de gaz 11 DROIT COU GENER Généralités 3. la combustion du gaz chapitre 1 - généralités Pour récupérer son pouvoir calorifique, il faut faire brûler

Plus en détail

LES CHAUDIERES MURALES

LES CHAUDIERES MURALES Comme tout générateur, les chaudières murales sont constituées d un corps de chauffe, d un circuit de fluide caloporteur et de parcours des fumées. Les foyers des chaudières murales sont de type atmosphérique

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

FORMATION L ANALYSE DES RISQUES ET L ETUDE DE DANGERS ETUDE DE CAS

FORMATION L ANALYSE DES RISQUES ET L ETUDE DE DANGERS ETUDE DE CAS FORMATION L ANALYSE DES RISQUES ET L ETUDE DE DANGERS ETUDE DE CAS 1. PRESENTATION DU SITE INDUSTRIEL ET DE SON ENVIRONNEMENT Le site étudié (Société RA34) est une usine de fabrication de polypropylène,

Plus en détail

Robinet thermostatique antigel Bydrain

Robinet thermostatique antigel Bydrain IM-P670-01 ST-BEf-04 4.1.2.100 Robinet thermostatique antigel Bydrain Notice de montage et d entretien 1. Informations de sécurité 2. Description 3. Installation 4. Mise en service 5. Fonctionnement 6.

Plus en détail

Fiche de Sécurité. Oxygène. Version : 3.01 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE

Fiche de Sécurité. Oxygène. Version : 3.01 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE Page :1/5 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE N FDS WAG-..-097A-02 Nom du produit Formule chimique O2 Identification de la société Westfalen France Sarl Z.I. Carrefour de l Europe

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

Diamètres 3" 4" 6" 8" Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD

Diamètres 3 4 6 8 Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD Description En général, un poste d'alarme à eau est composé de:. Un clapet d'alarme relié à un gong hydraulique.. Un ensemble de vannes et by-pass permettant l'essai du système.. Une vanne de vidange..

Plus en détail

Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg.

Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1515.1 Prescriptions

Plus en détail

Le RISQUE INDUSTRIEL. dans le Var. industriel QU EST CE QU UN RISQUE TECHNOLOGIQUE?

Le RISQUE INDUSTRIEL. dans le Var. industriel QU EST CE QU UN RISQUE TECHNOLOGIQUE? Exemple de plaquette d information Stogaz (Comimpress) Information des riverains Le RISQUE INDUSTRIEL dans le Var QU EST CE QU UN RISQUE TECHNOLOGIQUE? Un risque est la combinaison de la probabilité d'un

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Dioxyde de soufre G050

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Dioxyde de soufre G050 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Dioxyde de soufre G050 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Dioxyde de soufre N FDS : G050 Formule chimique : SO2

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

TRANSPORTS DE MATIERES DANGEREUSES

TRANSPORTS DE MATIERES DANGEREUSES TRANSPORTS DE MATIERES DANGEREUSES 87 88 Qu'est ce que le risque Transports de matières dangereuses? Le risque de transports de matières dangereuses, ou risque TMD, est consécutif à un accident se produisant

Plus en détail

Atelier Stockages d hydrocarbures : Mazout, carburant, huiles Quelles conditions respecter? Liège Mardi 27 novembre 2012

Atelier Stockages d hydrocarbures : Mazout, carburant, huiles Quelles conditions respecter? Liège Mardi 27 novembre 2012 Atelier Stockages d hydrocarbures : Mazout, carburant, huiles Quelles conditions respecter? Liège Mardi 27 novembre Introduction Service Environnement de l UCM Missions d information et de sensibilisation

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE Exercice Départemental DAREGAL 22 - SAP - RETEX EXER DESCRIPTION DE L EXERCICE HISTORIQUE Date : 20 janvier 22 Heure de début: 14h00 Heure de fin : 16h30 LIEU Adresse : D 948, OBJECTIFS DE L EXERCICE Pour

Plus en détail

Guide illustré de 13 fuites courantes

Guide illustré de 13 fuites courantes Projet ZERO émissions et fuite de fluide frigorigène Guide illustré de 13 fuites courantes Traduit et adapté à la France par l www.afce.asso.fr Page 1 Guide illustré de 13 fuites courantes L Institut de

Plus en détail

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP 2006 1 Solubilité de l air dans l eau Les causes de la présence des gaz Effet de la présence des gaz L élimination des gaz Les différents systèmes de purge

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Entretien et maintien de l intégrité des pipelines - - - - - Application au réseau de pipelines Le Havre Paris

Entretien et maintien de l intégrité des pipelines - - - - - Application au réseau de pipelines Le Havre Paris Entretien et maintien de l intégrité des pipelines - - - - - Application au réseau de pipelines Le Havre Paris Introduction Un objectif permanent de l exploitation des pipelines est d assurer des transports

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

Sommaire. Eléments d accidentologie d ensemble Vous avez dit accident? Les évènements en sites Seveso en France et en Haute-Normandie

Sommaire. Eléments d accidentologie d ensemble Vous avez dit accident? Les évènements en sites Seveso en France et en Haute-Normandie Sommaire Eléments d accidentologie d ensemble Vous avez dit accident? Les évènements en sites Seveso en France et en Haute-Normandie Analyses sectorielles en Haute-Normandie Chimie et pharmacie Raffinage

Plus en détail

1.1. Réglementation et règles de l art

1.1. Réglementation et règles de l art Afin d assurer la qualité de l assainissement collectif, la loi a donné l obligation aux particuliers de se raccorder au réseau d eaux usées lorsqu il est en place. Pour faciliter en pratique la réalisation

Plus en détail

La nouvelle génération de tuyauterie gaz jusqu à 100 mbar

La nouvelle génération de tuyauterie gaz jusqu à 100 mbar DOC_TP_F_06/08 - page 1 certifié N 03-070-6 résistant Haute Température (HTB) temps de pose réduit de 50 à 80 % montage facile sans outillage spécial Le système de tuyauterie TracPipe avec les raccords

Plus en détail

association française du gaz

association française du gaz association française du gaz RECOMMANDATIONS TECHNIQUES POUR LES TRAVAUX A PROXIMITÉ DES OUVRAGES DE DISTRIBUTION DU GAZ Partie 1 : prescriptions générales Article 10 du décret n 91-1147 du 14.10.1991

Plus en détail

EDENA 3 & 4 Progress. L'installation et l'entretien de l'appareil doivent être. Vous devez faire appel à votre installateur ou à un

EDENA 3 & 4 Progress. L'installation et l'entretien de l'appareil doivent être. Vous devez faire appel à votre installateur ou à un NOTICE D'UTILISATION EDENA 3 & 4 Progress IL EST IMPORTANT DE RESPECTER LES CONSIGNES CI-DESSOUS POUR OBTENIR UN FONCTIONNEMENT SATISFAISANT DE NOTRE MATÉRIEL. 1. RÉGLEMENTATION 1. 1 Conditions réglementaires

Plus en détail

Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015. Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET

Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015. Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015 Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET Agenda Le Gaz Naturel Liquide Où trouve-t-on du GNL? Les phénomènes dangereux du GNL Moyens d extinction film

Plus en détail

Colle à base de chlorure de polyvinyle en solution solvant présentation en gel.

Colle à base de chlorure de polyvinyle en solution solvant présentation en gel. PVC U Colle pour PVC rigide Soudure à froid Convient pour haute pression (jusqu à 16 bars), basse pression et évacuation Permet de compenser les jeux jusqu à 0.6 mm Application facile : colle en gel Avis

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz FICHE TECHNIQUE Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 4 5 CONNAÎTRE > Réseau d eau froide > Réseau d eau chaude > Réseau de gaz REGARDER > Réseau d eau ENTRETENIR - AMÉLIORER > Contrat d entretien

Plus en détail

Risques sanitaires des unités de méthanisation et prévention

Risques sanitaires des unités de méthanisation et prévention Risques sanitaires des unités de méthanisation et prévention MAI 2013 BIOECO SARL-6 Rue de la vallée des buis 41 500 Maves- Tél. : 02 54 87 32 41- bioecosarl@yahoo.fr www.bio-e-co.fr INERIS pour le Ministère

Plus en détail

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS *****************

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ***************** N 08490309AI1 SITE D ARGELIERS (11) DE L ETUDE DE DANGERS ***************** FEVRIER 2009 / 15/03/09 / Patrick SIMON, AIRMES Rév. Date Objet Rédigé par Vérifié par Approuvé par REVISIONS DU DOCUMENT DE.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE Extincteurs à eau pulvérisée sans / avec additif AFFF 6L et 9L

FICHE TECHNIQUE Extincteurs à eau pulvérisée sans / avec additif AFFF 6L et 9L Extincteurs à eau pulvérisée sans / avec additif AFFF 6L et 9L L eau pulvérisée est l agent le plus efficace pour l extinction des feux secs à savoir papier, carton, bois, tissus, fourrage, etc... : feux

Plus en détail

Notre expertise au service des clients Mardi 7 octobre 2014

Notre expertise au service des clients Mardi 7 octobre 2014 N o t r e e x p e r t i s e a u s e r v i c e d e s c l i e n t s 1 Notre expertise au service des clients Mardi 7 octobre 2014 N o t r e e N x o t p r e r e t x ip s e r e t i s e a u a u s s e r v i

Plus en détail

DIRECTION QUALITE & HSE CONSIGNE GENERALE DE SECURITE

DIRECTION QUALITE & HSE CONSIGNE GENERALE DE SECURITE DIRECTION QUALITE & HSE Sommaire 1. DISPOSITION GENERALES... 1 2. REGLES A OBSERVER :... 1 4. CONDUITE A TENIR SUR LES CHANTIERS OU LES INSTALLATIONS PETROLIERES.... 2 5. CONDUITE A TENIR POUR EVITER LA

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ Date d édition : 15/09/2011 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Désignation : Asphalte coulé Utilisation commerciale : Produits pour revêtements

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 2-1. Groupe électrogène 3 2-2. Contrat de maintenance 5 MATH Ingénierie Page 1/5

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Centrale Nucléaire Nuclear Power Plant

Centrale Nucléaire Nuclear Power Plant Université Ibn Tofail Faculté des Sciences-kénitra Master Techniques Nucléaires et Radioprotection Centrale Nucléaire Nuclear Power Plant Réalisé par YOUNES MEHDAOUI Responsable du Master : Pr. Oum Keltoum

Plus en détail

Prescriptions techniques

Prescriptions techniques Prescriptions techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux canalisations et raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Combiner la prévention des risques industriels et des risques professionnels

Combiner la prévention des risques industriels et des risques professionnels Combiner la prévention des risques industriels et des risques professionnels Retour d expérience d une démarche expérimentale menée auprès d entreprises de la région Rhône-Alpes par Christophe Bolvin DRA/EVAL

Plus en détail

Nettoyeur Haute Pression Thermique

Nettoyeur Haute Pression Thermique Nettoyeur Haute Pression Thermique Sécurité Ce manuel contient des informations dont vous devez prendre connaissance et comprendre. Il en va de votre sécurité et de la longévité du matériel. Risque d explosion

Plus en détail

Réhabilitation sans tranchée

Réhabilitation sans tranchée Réhabilitation sans tranchée HYDROCURAGE DES CANALISATIONS Nettoyage préalable des canalisations L A S O L U T I O N P O U R R E P A R E R V O S C A N A L I S A T I O N S S A N S O U V R I R D E T R A

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

Instructions d'utilisation

Instructions d'utilisation U22 K 7208 5600-0/2003 FR (FR) Instructions d'utilisation Chaudière à condensation à gaz Logamax plus GB22-/9/24/24K Prière de lire ces instructions avec soin avant l'utilisation Avant-propos Instructions

Plus en détail

Incendie d un entrepôt réfrigéré Le 19 août 1997 Le Havre (Seine-Maritime) France

Incendie d un entrepôt réfrigéré Le 19 août 1997 Le Havre (Seine-Maritime) France Incendie d un entrepôt réfrigéré Le 19 août 1997 Le Havre (Seine-Maritime) France Incendie Entrepôt réfrigéré Installation de réfrigération Ammoniac Papier / Archives Engins de secours Information du public

Plus en détail

Génie climatique. Installation. Préparer son intervention sur chantier

Génie climatique. Installation. Préparer son intervention sur chantier A Génie climatique Installation Préparer son intervention sur chantier ommentaires Identifier les points d attention liées à la réalisation du chantier (contraintes techniques, d accès, de temps, ) Mettre

Plus en détail

Intervention notable sur colonne de grande hauteur

Intervention notable sur colonne de grande hauteur A.F.I.A.P. Association française des ingénieurs en appareils à pression Intervention notable sur colonne de grande hauteur Xavier LEBLANC Responsable Inspection GRANDE PAROISSE Gd Quevilly Jean-Noël SIMIER

Plus en détail

Une Large gamme de citernes

Une Large gamme de citernes Edition 09-2009 Une Large gamme de citernes Citernes Polyéthylène HD Traité anti UV Hors sol Utilisation: Récupération et stockage d ea réclamer à votre vendeur les dif Pour la maison CITERNES horizontales

Plus en détail

R-3. la création d un bassin de stockage d eaux épurées de 50.000 m³ pour préserver le bon état écologique de l AFF en période d étiage.

R-3. la création d un bassin de stockage d eaux épurées de 50.000 m³ pour préserver le bon état écologique de l AFF en période d étiage. R-2 INTRODUCTION La Société MIX BUFFET est une jeune entreprise créée en 1998, implantée dans une nouvelle usine construite sur la Zone d Activités du Val Coric de la commune de GUER. Elle est spécialisée

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

MODE OPERATOIRE MTA 1000-DW. Poste d essence mobile à double paroi. OTTO Entsorgungssysteme GmbH GB Gefahrgut

MODE OPERATOIRE MTA 1000-DW. Poste d essence mobile à double paroi. OTTO Entsorgungssysteme GmbH GB Gefahrgut MODE OPERATOIRE CONTENEURS EN METAL POUR MATIERES DANGEREUSES (IBC) POUR LIQUIDES MTA 1000-DW Poste d essence mobile à double paroi OTTO Entsorgungssysteme GmbH Eisenstraße 2 Geschäftsbereich Gefahrgut

Plus en détail

Volume cumulé d au moins 3.000 litres

Volume cumulé d au moins 3.000 litres Volume cumulé d au moins 3.000 litres La réglementation sur les hydrocarbures présentée dans ce chapitre concerne les installations de distribution d hydrocarbures destinés à l alimentation d un parc de

Plus en détail

STOCKAGE ET ALIMENTATION FIOUL J-M R. D-BTP

STOCKAGE ET ALIMENTATION FIOUL J-M R. D-BTP STOCKAGE ET ALIMENTATION FIOUL J-M R. D-BTP 006 Généralité L alimentation en fioul des brûleurs se fait à partir d une cuve, dans laquelle le fioul est puisé par la pompe du brûleur. Le stockage du fioul

Plus en détail

30. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES 30.1. TRAVAUX DIVERS. Sous total 30.1. 30.2. PRODUCTION DE CHALEUR

30. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES 30.1. TRAVAUX DIVERS. Sous total 30.1. 30.2. PRODUCTION DE CHALEUR 30. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES 30.1. TRAVAUX DIVERS 30.1.1. Bloc-porte métallique coupe-feu 1 heure à un vantail Dépose de l ancienne porte inutilisée Bâti métallique en tôle d acier pliée de

Plus en détail

Coupleurs rapides F 6.102.0/12.13

Coupleurs rapides F 6.102.0/12.13 Coupleurs rapides Introduction 346 Les coupleurs HYDAC ont fait leurs preuves depuis de nombreuses années dans le domaine de l'hydraulique. Leur qualité élevée résulte d'améliorations apportées en continu

Plus en détail

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE Rue de la Mouillère - 25 000 Besançon MAITRE D OUVRAGE Reynaud Immobilier Services 22 Bis Rue de Dole 25 000 BESANCON Tél. :03.81.61.94.84 Fax : 03.81.61.95.80 E-Mail : contact@reynaud-immobilier.com RELEVE

Plus en détail