Ein Vergabeverfahren am Gotthard - ein Ruckblick

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ein Vergabeverfahren am Gotthard - ein Ruckblick"

Transcription

1 Ein Vergabeverfahren am Gotthard - ein Ruckblick La prescription de l'action recursoire Der Ruckgriff unter Baubeteiligten Rechtsprechung zum Privatrecht Jurisprudence en droit prive Vergaberecht - Marches publics

2 48 Le jugement/das Urteil La prescription de raction recursoire en cas de solidarite imparfaite Cornmentaire de l'atf 133 Ill 6 Pascal Pichormaz/Fnmz Werra, Professeurs a l'universite de Fribourg 1 Le Tribunal federal se prnnonce II.ans cet arret sur plusieurs questions importantes relatives a la prescription de l'action recursoire l'ondee sur!'art. 51 co. n determine les d.elais applicables a cette action et tranche la question delicate du lien e.1jtre la prescription de l'action principale et ceue de!'action recursoire. Dans un long arret tres pedagogique et solidement motive du 26 septembre 2006 (ATF 133 III 6), le Tribunal federal a juge de divers aspects essentiels et jusqu'ici en partie incertains de la prescription de!'action recursoire en cas de solidarite imparfaite. Apres un rappel des faits (I.), nous presenterons la decision du Tribunal federal (IL) pour en faire un commentaire (III.) suivi d'une conclusion (IV.) I. le rappel des En 1987, la Fondation A a mandate l'architecte X pour entreprendre d'importants travaux de renovation et de transformation sur un immeuble lui appartenant. Elle a adjuge les travaux a l'entreprise Z SA. Le 5 octobre 1988, un ouvrier de Z SA a perce une conduite de gaz que la compagnie de gaz avait laissee sous pression. Une explosion s'en est suivie, causant la destruction de plusieurs etages de i'irnmeuble. Le 2 juillet 1996, la Fondation a ouvert action contre l'architecte X et l'entreprise Z SA. L'un comme l'autre avaient renonce a se prevaloir de la prescription apres septembre La Fondation n'a en revanche pas recherche la compagnie de gaz; toutefois, l'architecte X l'a appe!ee en cause, conforrnement a la procedure cantonale applicable. Le 4 mai 1998, l'entreprise Z a pris a son tour des conclusions recursoires contre la compagnie de gaz. Par jugement du 8 avril 2005, le Tribunal cantonal vaudois a admis la responsabilite de X et de Z SA ainsi que cel!e de la compagnie de gaz. Cette derniere de meme que l'architecte X ont interjete un recours en refonne au Tribunal federal, l'entreprise Z SA formant pour sa part un recours joint. lese (ici, la Fondation), peut-il opposer la prescription de cette action principale a l'encontre d'un coresponsable (ici, l'entreprise Z) qui intente une action recursoire contre lui? Selon le Tribunal federal, l'action recursoire se prescrit par un an des le jour ou son demandeur a paye la victime et connait le coresponsable, mais dans tous!es cas par dix ans des l'evenement dommageable. En revanche, le cooblige (dans les rapports externes) ne peut pas opposer au demandeur a l'action recursoire la prescription de!'action principale de la victime. Se fondant sur!'art. 2 al. 2 CC, le Tribunal federal impose toutefois au demandeur recursoire qui souhaite rechercher un coresponsable de l'en aviser des qu'il le peut. En l'occurrence, des lors que l'architecte a appele en cause la compagnie de gaz un mois seulement apres que la Fondation avait ouvert action contre lui, le Tribunal federal estime qu'il a fait son avis a temps. En outre, comme l'architecte avait agi dans le respect des delais d'une annee apres le paiement et de dix ans apres I' explosion, son action contre la compagnie de gaz n'etait pas prescrite. En revanche, l'entreprise Z a attendu vingt-deux mois avant de prendre des conclusions contre la compagnie de gaz; le Tribunal federal retient des lors que l'avis fait au cooblige etait tardif. Partant,!'entreprise Z doit se laisser opposer la perte du droit d'agir contre la compagnie d~ gaz. m. le commentaire Nous examinerons les delais de prescription de!'action recursoire fondee sur l'art 51 CO (A.), avant d'exposer la solution retenue sur la question jusqu'ici incertaine du lien entre la prescription de I' action principale et celle de!'action recursoire (B.), en terminant par une appreciation de l'arret (C.). A. la prescription de r action rec11rsoire Le droit actuel ne contient pas de disposition generale relative a la prescription de!'action recursoire. Seules quelques lois speciales prevoient des solutions specifiques 2. Celles-ci ne sont toutefois pas uniformes et le Tribunal federal a refuse de leur attribuer une portee generale3. la decision du Tribunal federal Le Tribunal federal se prononce sur l'exception de prescription sou!evee par l'appelee en cause. Ace propos, il constate que l'ac.. tion principale de la Fondation contre la compagnie de gaz est prescrite. La question delicate est alors la suivante: Le responsable (ici, la compagnie de gaz), qui ne peut plus etre recherche par le Abkiirzungen: Beiblatt BR 1/2007 Abreviations: supplement DC 1/ Nous remercions Mme Beatrice Hurni, assistante a la Faculte de droit de l'universite de Fribourg, de!'aide apportee dans la preparation de ce texte. Son excellent travail de memoire de licence sur le present arret nous a ete d'une grande utilite. 2 II s'agit des art. 83 al. 2 LCR, 39 al. 3 LITC, 59d LPE et 32 al. 2 LGG; to us reprennent plus ou moins le modele de la LCR: le delai relatif est de deux (LCR, LITC) ou trois ans (LPE, LGG, plus recentes), avec un point de depart du delai relatif au jour ou la reparation a ete complete ment executee et l'identite de la personne coresponsable connue. 3 ATF 115 II 42 [50], consid. 2b.

3 jugement/ Das Urteil 49 Cette question de la prescription est controversee en doctrine, qu'il s'agisse du point de depart ou de la duree des delais. Les nombreuses opinions emises ace sujet sont liees aux controverses portant sur le fondement de!'action recursoire et sur la distinction entre solidarite parfaite et imparfaite 4 Avec!'arret ici commente, le Tribunal federal clarifie sa position tant sur la question du delai de prescription relatif (L) que sur celle du delai absolu (2.) applicables a!'action recursoire.!. le delai relatif a) Le fondement Lorsque le concours d'actions est base sur!'art. 51 CO, le Tribunal federal refuse d'appliquer directement!'art. 149 CO; la solidarite imparfaite n'entra!ne ainsi pas de subrogation du responsable dans les droits du creancier5. L'art. 51 CO institue un droit de recours «independant» (selbstandiges Rtickgriffsrecht), mais dont le fondement n'est pas determine. Plusieurs auteurs raisonnent par analogie avec les dispositions sur l'enrichissement illegitime et la gestion d'affaires sans mandat 6 ; celui qui a indemnise la personne Jesee se trouverait pour ainsi dire dans la situation d'un gerant d'affaires: en payant, ii fait l'avance des parts de tous et eteint la dette des autres. Dans la mesure ou ceux-ci ne paient pas leur part, ils sont enrichis. C'est aussi la solution que retient le Tribunal federal (consid ). En raison de son caractere autonome,!'action recursoire fondee sur l'art. 51 CO se prescrit de maniere independante de la creance principale, au contraire du droit issu de la subrogation7 dire que le delai relatif d'un an est suspendu taut que celui qui a indemnise le Iese ne connait pas les autres responsables ). Cette solution correspond a celle de l'avant-projet de revision du droit de la responsabilite civile (art. 55c al.1 AP-RC), qui generalise sur ces points la regle de!'art. 83 al. 2 LCR14. Comme en application de l'art. 60 CO ou de l'art. 83 al. 2 LCR, ii faut admettre ici aussi que c'est la connaissance effective de!'existence d'un coresponsable qui fait partir le delai, et non le moment on le responsable qui a paye aurait pu et du en prendre connaissance. c) La duree du delai Le Tribunal federal fixe la duree du delai relatif a un an, sans toutefois preciser clairement s'il se fonde sur!'art. 60 ou 67 CO. D'un cote, il parait retenir la gestion d'affaires sans mandat (consid ), de l'autre, il se refere a!'art. 60 CO qu'il applique par analogie pour le delai absolu. En revanche, le Tribunal federal refuse la solution pronee par une partie de la doctrine, qui souhaitait appliquer a!'action recursoire la meme duree du delai de prescription que celle de!'action du lese principal contre le defendeur de!'action recursoire1s, 2. le delai absolu Pour le Tribunal federal,!'exigence d'un delai absolu s'impose en raison des objectifs que poursuit la prescription ( consid ); pour la premiere fois expressement, il reconnait que le but premier de la prescription est de proteger les interets du debiteur et b) Le point de depart du delai Le point de depart du delai a ete jusqu'ici egalement controverse. Dans sa jurisprudence anterieure, le Tribunal federal avait retenu que l'action recursoire ne prenait naissance qu'apres le paiement de la victime par le coresponsable, mais que le de!ai de prescription commern;ait deja. a courir au moment ou ce dernier avait connaissance de!'existence d'un cooblige8. Cette solution manquait de clarte et presentait l'inconvenient, a juste titre rel.eve en doctrine9, que!'action pouvait etre prescrite avant meme que la creance ne flit nee. Le Tribunal federal avait pris note de cette difficulte sans toutefois trancher la question10 De son cote, la doctrine majoritaire avait propose de faire plut6t partir le delai de prescription au moment ou le responsable paie l'indemnite a la victime, en se fondant sur l'art.130 al. 1 con OU SUI une application par anajogie de l'art. 67 C012, tout en admettant que!'inaction du demandeur contre l'un des coresponsables connus avant le paiement de la victime puisse affecter la prescription de!'action recursoire quand le defendeur peut faire valoir que l'action principale du lese contre!ui est prescrite13 Dans l'arret ici discute, le Tribunal federal confirme que la creance recursoire na!t au moment du paiement a la victime et que le de!ai de prescription d'un an court des ce moment-la.ilse refere expressement a l'art 130 al. 1 co. I! precise toutefois que le demandeur a l'action recursoire doit egalement avoir connaissance de l'identite du coresponsable, cette condition cumulative signifiant que le dies a quo peut etre different s'il ya plusieurs coresponsables impliques. Ainsi, le delai relatif de prescription ne commence a courir que si deux conditions cumulatives sont reunies: d'une part, le demandeur a!'action recursoire doit avoir paye la victime; d'autre part, il doit avoir connaissance de!'existence d'autres responsables contre lesquels il pourrait se retourner ( ce revient egalement a ' A ce sujet, cf. WERRO, La responsabilite civile, Berne 2005, N 1575 ss; REY, Ausservertragliches Haftpflichtrecht. 3' ed., Zurich/Bale/Geneve 2003, N ; BREHM, BeKomm, 3' ed., Berne 2006, Art. 51 co N 21-22; GAUCH/ SCHLUEP I SCHMID /REY, 8' ed., Zurich/Bale/Geneve 2003, N ; SCHWENZER, Schweizerisches Obligationenrecht, Allgemeiner Teil, 3' ed., Berne 2003, N WERRO, CR-CO I, Intro. aux Art CO N 12; WERRO, La responsabilite civile, N CoRBOZ, La responsabilite des organes en droit des societes, CR-CO II, Geneve 2005,Art. 759 CON 32; BuGNON, L'action recursoire en matiere de concours de responsabilites civiles; th. Fribourg 1982, p. 88; DEsCHE NAuxlTERCIER, La responsabilite civile, 2' ed., Berne 1982, 35 N 4 p Cep. ROMY, CR-CO I,Art.148CON17. 8 ATF 115 II 42 [49] consid. 2a. 9 WERRO, CR-CO I, Art. 51CON35;BREHM,BeKomm,Art.51CON141; WESSNER, La prescription des actions reparatoires et recursoires au regard de la revision totale du droit de la responsabilite civile, in: A. Koller (edit), Haftpflicht- und Versicherungstagung 1997, St-Gall 1997, p. 143 SS, p ATF 127 III 257, SJ 2002 I KRAUSKOPF/MOLLER, Die Verji.ihrung von Regressrechten im Haftpflichtund Privatversicherungsrecht, REAS/HAVE 2006, p. 324; SCHWENZER, ORAT,N BREHM, BeKomm, Art. 51 CON 143; DEsCHENAUX/TERClER, 36 N 56 p. 292; WERRo/PicHONNAZ, note, DC 4/2004, p Ace sujet, WERRO, La responsabilite civile, N L'art. 55c al. 1 AP-RC dispose sous la note marginale «action recursoire» ce qui suit: «1 L'action recursoire (art. 53c, al. 2; 54a, a!.1";54f: 54h al. 2) se prescrit par trois ans a compter du jour ou la reparation a ete completernent executee et ou la personne coresponsable est connue; elle se prescrit dans tousles cas par vingt ans a compter du jour ou le fait dommageable s'est produit ou a cesse de se produire. 2 Lorsqu'une personne est recherchee en reparation, elle en avisera les personnes qu'elle tient pour coresponsables; a defaut, la prescription court a compter du jour oii. elle aurait du donner cet avis conforrnement aux regles de la bonne foi.». 15 SCHWENZER, OR AT, N ; KRAUSKOPF I MDLLER, p. REY, N 1717.

4 ~:~-ov1._,,:._::. J 50 Le jugement/das Urteil non l'interet public16. Celui-ci doit etre protege contre des pretentious qu'il ne connait pas ou auxquelles ii ne s'attend pas, et contre lesquelles il ne disposerait plus des moyens de preuve pour se defendre17. Le Tribunal federal fixe le delai absolu de prescription de!'action recursoire a une duree de dix ans a compter du jour ou le fait dommageable s'est produit (ou a cesse de se produire), «par analogie avec celui que prevoit!'art. 60 al.1 CO, dans l'idee d'harmoniser les regimes de la prescription des creances principale et recursoire dans le domaine de la responsabilite civile»18 C'est la solution que proposaient certains auteurs, en se fondant sur une application par analogie des articles 60 ou 67 C019 Cette solution a l'avantage d'harmoniser le point de depart du delai de prescription de!'action recursoire avec celui de!'action principale; toutefois, elle comporte le meme defaut, lequel consiste dans le fait de faire courir un delai de prescription avant meme que la creance n'existe20 Ce que le Tribunal federal retient pour le delai relatif devrait aussi valoir pour le delai absolu: «le delai de prescription ne peut pas comm'encer a courir avant que la creance ne soit devenue exigible (art.130 al.1 CO), ce qui presuppose I' existence de celle-ci (A1F 127 III 257 c. 6c )» ( consid )21 Cette solution est toutefois difficilement compatible avec!'interpretation admise de l'art. 60 CO. Tout comme le delai relatif, le delai absolu peut etre suspendu ou interrompu en vertu des regles habituelles des art. 134 SS C022 Le delai de prescription absolu courant deja avant!'existence de la creance recursoire, la question est celle de savoir comment le creancier qui entend faire valoir cette creance peut interrompre le cours du delai absolu de prescription. Aux termes de!'art. 135 ch. 2 CO, «la prescription est interrompue [... ] lorsque le creancier fait valoir ses droits par des poursuites, par une action ou une exception devant un tribunal ou des arbitres, par une intervention dans une faillite ou par une citation en conciliation». Faire valoir la creance recursoire dans une poursuite avant le paiement a la victime n'est pas possible, puisque la creance recursoire n'existe pas encore. Partant, seule une action ou une citation en conciliation sont envisageables. II parait cependant difficile d'admettre une action en vue du paiement d'une creance qui n'existe pas encore. Partant, le cooblige qui voit le delai absolu s'ecouler en meme temps que le delai a l'egard de son coresponsable peut etre emprunte. Dans le cas d'espece, le Tribunal federal a retenu que l'appel en cause avait valablement interrompu le delai de prescription absolu (consid ). Cette institution n'existe toutefois que dans les cantons de Vaud, de Geneve et du Valais et permet de contraindre un tiers a etre partie au proces de telle sorte que le jugement sera egalement rendu contre lui23. Dans les autres cantons, la denonciation du litige (institution de droit procedural cantonal) a des effets de droit materiel federal24, mais n'entraine en principe pas!'interruption de la prescription selon le Tribunal federal25, sauf dans les rares cas ou elle constitue egalement un acte introductif d'instance26. Un arret de et l'arret ici commente qui mentionne que l'entreprise defenderesse a tarde a lui denoncer le litige28 remettent a juste titre en cause cette ancienne jurisprudence. Rien ne justifie a notre avis que la denonciation d'instance n'ait pas d'effet interruptif de la prescription, a tout le moins pour!'action recursoire. A defaut d'admettre cette solution, la seule possibilite pour le creancier serait d'obtenir une declaration de renonciation a prescription, certes valable29' mais parfois impossible a obtenir. Ainsi, meme si le delai de prescription absolu de I' action recursoire sera le plus souvent le meme que celui de la creance principale du Iese, la difficulte de l'interrompre pourrait mettre parfois le creancier recursoire dans une situation injuste. On pourrait ainsi se demander si l'avis au coresponsable, exige de la part du demandeur d'une action recursoire potentielle, ne devrait pas permettre d'interrompre la prescription absolue (cf. infra). B. Les effets de la prescription de!'action principale de la victime sur I' action recursoire Dans le cas porte devant le Tribunal federal,!'action de la Fondation contre l'appelee en cause etait prescrite. Le delai absolu de prescription, qui avait commence a courir des le jour de!'explosion, etait en effet echu le 5 octobre 1998, n'ayant jamais ete interrompu, puisque la Fondation n'avait dirige son action que contre l'architecte et l'entreprise; or, selon une jurisprudence constante du Tribunal federal, l'art. 136 CO ne s'applique pas aux cas de solidarite imparfaite, dans le cadre de laquelle chaque creance a son propre delai de prescription3o. La prescription etait done acquise dans les rapports extemes; elle ne l'etait en revanche pas dans les rapports intemes, puisque le delai absolu de!'action recursoire avait ete interrompu et que le delai relatif ne pouvait courir avant le paiement de l'indemnite au Iese principal par le responsable recherche. La question qui se posait etait done celle des consequences de la prescription de l'action principale du Iese sur celle de!'action recursoire. Le 'lhbunal federal affirme d'abord que cette prescription n'est pas opposable au demandeur de!'action recursoire (1.), avant de deduire certaines limites tirees de!'interdiction de l'abus de droit (2.). 1. L'inopposabilite de la prescription de la creance principale Pour le Tribunal federal, la prescription de la creance du Iese principal contre l'un des coresponsables n'affecte pas celle de!'action recursoire contre ce demier. Par rapport a une doctrine divisee sur le sujet31, le Tribunal federal justifie sa position en analysant les buts respectifs de la soli- 16 Dans ce sens, cf. PICHONNAZ, CR-CO I, Art. 127 CO N 2, qui souligne que la prescription ne sert qu'accessoirement l'interet public. l7 PICHONNAZ, loc. cit. 18 ATF 133 III 6, consid BUGNON, p.142; BREHM, BeKomm, Art. 51 co N 143; DESCHENAUX/TER CIER, 26 N 57, p PICHONNAZ, La prescription de /'action en dommages-interets: Un besoin de reforme, in: F. Werro (edit.), Le temps dans la responsabilite civile, Berne 2007, p. 71 ss, en part. p Pour la creance en dommages-interets pour mauvaise execution contractuelle, cf. ATF 130 III , consid et commentaire PICHON NAZ/KuoNEN, Les interets sur le dommage contractuel et la responsabilite pour le fait de l'auxiliaire, BR/DC 1/2005, p.15 ss, en part. p Cf. WERRO, La responsabilite civile, N 1446; PICHONNAZ, CR-CO I, Art. 137 CO N HoHL, Procedure civile, T. I, Berne 2001, N 644 ss; cf. not. LPC-GE 104 ss.; CPC-VD 83-89; CPC-VS 53 ss. 24 HoHL, Procedure civile I, N ATF 50 II 9; effet interruptif nie in TC FR, Extraits ; PICHONNAZ, CR-CO I,Art.135CON17;BERTI, ZKomm,Art.135CON ATF 50 II 9; TC FR, Extraits ATF 115 II 49, JdT 1989 I ATF 133 III 6 [35], consid : «(... ) pour avoir attendu 22 mois avant de demander au juge d'ordonner a Y. de la relever d'une eventuelle condamnation pecuniaire qui pourrait etre prononcee a Ia requete de la demanderesse, la defenderesse est dechue de ses droits de recours envers l'appelee en cause.». 29 ATF 132 III 226; cf. eg. en part. PICHONNAZ, Du nouveau sur la renonciation a la prescription, BR/DC 3/2006, p ; GAUCH, Verjiihrungsverzicht: Ein Entscheid des Bundesgerichts (BGE I32 III 226) und was davon zu halten ist, RSJ 102/2006, p. 533 ss et 561 ss; KOLLER, Dispositives und zwingendes Verjiihrungsrecht, RSJ 103/2007, p. 193 ss. 30 ATF 127 III 257 [264] consid. 6a;ATF 115 II 42 [46-47] consid. lb; critiques: GAUCH/ScHLUEP/ScHMio/REY, N 3972 et Jes ref. citees. 31 Dans le sens de la jurisprudence du Tribunal federal, cf. BuoNON, p. 149 ss.; RoMY, CR-CO I, Art 148 CON 17; WERRO, La responsabilite

5 le jugement/das Urteil 51 darite passive et de la prescription et met en balance les interets contradictoires des parties. ll cons1ate d'une part que la prescription tend a proteger le defendeur a!'action recursoire, qui doit pouvoir se fonder sur l'idee qu'apres un certain temps, il ne sera recherch6; permettre a un cooblige d'agir contre ce defendeur (situation decoulant du hasard de la presence d'un coresponsable) decevrait cette attente legitime. Le Tribunal federal considere, d'autre part, que!'institution de la solidarite est aussi la pour permettre au responsable recherche par la victime d'obtenir la repartition du dommage sur le plan interne; refuser l'exercice d'une action recursoire ferait done supporter une part du dommage ace- 1 ui qui a paye, incornberait normalement a un autre d'assumer; cela serait choquant. Le Tribunal federal precise encore qu'il tient compte de la nature du droit de recours fonde sur!'art. 51 CO; puisqu'il s'agit d'un droit independant, il convient de dissocier la prescription de!'action principale de celle de!'action recursoire, de sorte que la prescription de rune ne peut pas etre invoquee dans le cadre de i'autre. Jnversement, s'il a laisse s'ecouler Jes delais de son action recursoire, le demandeur a cette action ne peut pas invoquer le fait que la creance du Iese principal n'est pas encore prescrite. Il faut souligner que le Tribunal federal a en revanche juge avec raison dans l' ATF 130 III 362 que ]'action recursoire ne saurait etre exercee contre le coresponsable envers lequel les droits de la victime sont perimes. En effet, la peremption entraine la perte definitive du droit, alors que la creance affectee par la prescription subsiste sous la forme d'une obligation naturelle. Cette difference justifie le fait que la peremption puisse etre invoquee dans une action recursoire, et non la prescription32 De la meme fa9on, si le creancier principal remet la dette au coresponsable, celle-ci est eteinte a son egard. Partant, ii ne peut plus selon nous y avoir d'action recursoire contre ce derniel 2 Les limites tirees de I' a bus de droit Si la prescription de l'action principale ne suffit pas au cooblige pour echapper a!'action recursoire, le Tribunal federal estime toutefois que celle-ci trouve ses limites dans l'interdiction de l'abus de droit. Dans deux arrets precedents, le Tribunal avait deja affirme que lorsque le demandeur restait inactif apres avoir eu connaissance en temps utile de son droit de recours, son action devait etre rejetee, sans egard au fait qu'elle n'etait pas encore prescrite33 Dans l'arret ici commente, le Tribunal federal reprend la necessite d'un correctif fonde sur l'interdiction de l'abus de droit: "L institution de la prescription ne suffit (.. -)pas toujours a prote ger la personne sujette au recours. En effet, lorsque celle-ci apprend tardivement, mais avant!'expiration du de!ai de prescription de!'action recursoire qu'elle devra resister a une telle action, elle peut etre placee dans une situation difficile en ce concerne la sauvegarde de ses droits.» 34 Nous ne discuterons pas ici la question de savoir si la perte du droit repose bien sur l'abus de droit de!'art. 2 ai. 2 CC ou plut6t sur une renonciation implicite a recourir contre le coresponsable, solution elle aussi delicate. En tout etat de cause, il se justifie d'exiger de celui qui entend s'en prendre a un coresponsable, deja libere a l'egard du lese principal par la prescription, qu'il lui donne un avis des qu'on peut l'exiger de Jui en appliquant les regles de la bonne foi, sous peine de perdre son droit. Selon nous - mais le Tribunal federal ne le dit pas-, ce devoir d'avis ne na!t que si la personne recherchee a connaissance de la possibilite de se retourner contre un coresponsable, qu'il sait qu'une demande est introduite contre lui et qu'elle ne!'est pas contre le coresponsable. Autre devrait etre la solution lorsque la prescription de!'action principale contre les autres coobliges n'est pas acquise. Au demeurant, le debiteur recherch6 aura tout inten~t a ne pas prendre de risques et done a aviser aussit6t que possible les autres coobliges qui pourraient exister. La question de savoir si un tel avis doit etre reitere lorsque le proces principal dure n'est pas en vis a gee par le Tribunal federal, ni d'ailleurs le fait de savoir si l'avis peut faire office d'acte interruptif de prescription. A notre avis, il conviendrait d'admettre que si le demandeur a l'action recursoire n'a pas d'autres moyens pour interrompre la prescription au sens de l'art. 135 ch. 2 CO, l'avis au cooblige devrait pouvoir jouer ce role (cf. supra A. 2.2). Dans l'affaire qui nous occupe, le Tribunal federal a distingue le cas des deux detendeurs: l'architecte a agi de maniere diligente et a appele en cause la compagnie de gaz un mois seulement apres l'ouverture d'action; on ne pouvait attendre de lui qu'il agisse plus vite, alors qu'il ignorait avant ce moment que la Fondation choisirait de ne pas attaquer egalement la compagnie de gaz. L'entrepreneur, en revanche, a laisse s'ecouler vingt-deux mois avant de prendre des conclusions recursoires: avec ce retard, celui contre lesquelles elles ont ete prises doit pouvoir paralyser l'action recursoire en invoquant l'abus de droit. C. Notre appreciation et les e11seig11ements a tirer de!';met La solution retenue par le Tribunal federal nous para1t adequate, meme si elle ne repond evidemrnent pas a toutes!es questions peuvent se poser, notamment en relation avec!es effets d'une remise de dette conventionnelle a l'egard de l'un des coresponsables (cf. supra B. 1 in fine) ou lorsque le debiteur recherche ne fait pas encore l'objet d'une procedure judiciaire. Neanmoins, mettant un terme a des hesitations tant doctrinales que jurisprudentielles, la solution du Tribunal federal au cooblige permet de tenir compte de maniere equilibree et nuancee des interets de chacune des parties concernees. Cet equilibre se manifeste essentiellement de deux manieres: 1 Le Tribunal federal assortit!'action recursoire du responsable qui indemnise le lese d'un delai de prescription independant, des le moment du paiement; c'est respecter le caractere autonome du recours fonde sur l'art 51 CO et eviter la contradiction d'une action qui risque, on l'a vu, de se prescrire avant meme que la creance ne so it devenue exigible (cf. supra A Certes, le probleme subsiste pour le delai absolu de dix ans, mais la difficulte n'est pas strictement liee a la question de!'action recursoire 35, puisqu'elle depend de!'interpretation de!'art. 60 al.1 CO. 2 Le Tribunal permet au demandeur ii!'action recursoire de faire valoir sa creance contre un responsable meme si, dans les rapports externes,!'action est prescrite. Anticipe par une partie de la doctrine36, ce resultat parait convaincant: Bien qu'il aggrave la position des coobliges, il ne le fait pas sans prendre en compte leurs interets. En effet, le Tribunal federal impose au responsable civile, N 1628; BREHM, BeKomm, Art. 51CON142. D'un autre avis, cf. Srmo, Die Begrenzung der Rechte durch Verjahrungs-, Verwirkungs Fatalfristen, 209, p, 492 ss; CoRBCJZ, La responsabilite des organes en droit des societes, Art. 759 CON 32 ss. 32 Ace sujet, cf. WERRoiPICHONNAZ, BR/DC 4/2004, p ATF 115 II 42 [48], consid. 2a; ATF 127 III 257 [ ], consid. 6c; pour cette solution, cf WERRO, La re:,ponsabilite civile, N 1628; critique ace sujet: KRAVSKOPFiMULLER, p J4 ATF 133 III 6, consid , 35 Pour une critique, cf. notamment PICHONNAZ, La prescription de!'action en dommages-interets: Un besoin de reforme, p BREHM, BeKomm, Art. 51 CO N 142; WERRO, La responsabilite civile, N 1628; RoMY, CR-CO I,ArL 148 N 17

6 52 Le jugement/ Das Urteil rechercm un avis aux eventuels autres coobliges, dont la violation entraine la perte du droit d'agir pour cause d'abus de droit, repreainsi, dans le prolongement de sa jurisprudence, le resultat auquel aboutit l'avant-projet de revi~ion du droit' d~ la.respo.ns~bilite civile. I! n'envisage certes que l hypothese ou 1 act10n prmc1- pale est deja prescrite. Lorsque tel n'est pas le cas, il n'y pas de raison d'imposer au responsable recherche un meme devoir d'avis, puisque les eventuels coobliges doivent encore s'attendre ace que le lese principal lui-meme agisse contre ewe D'un point de vue pratique, il convient de le souligner, l'arret montre toute!'importance pour le responsable recherche par le Iese du moment de la connaissance de!'existence d'autres responsables eventuels. Ce moment est determinant a un double titre: 1 Avant le paiement de l'indemnite due au Iese, ii impose au demandeur a!'action recursoire d'aviser au plus vite!es autres responsables. 2 Apres le versement de l'indemnite, et cumulativement, il constitue la condition qui fait courir le delai relatif de prescription. L'arret revele aussi l'utilite de l'appel en cause. Cette procedure permet au responsable attaque par la victime a la fois d'eviter la paralysie de son action par application de!'art 2 al. 2 CC et, d'autre part, d'interrompre le delai de prescription, en particulier le delai de prescription absolu. L'avocat consulte aura done tout interet a agir rapidement. On notera que, dans de nombreux cantons, l'appel en cause n'existe pas. Il importera des lors de reconnaitre a d'autres institutions les memes effets interruptifs de prescription et de protection de ]'action recursoire; ce devrait etre le cas pour la denonciation d'instance, par exemple. IV. la conclusion I! resulte du present arret les deux points essentiels suivants: 1. L'action recursoire fondee sur l'art. 51 CO se prescrit par un an a compter du jour oil le responsable recherche a desinteresse le Iese principal et connait le coresponsable contre lequel il entend agir et, dans tous les cas, par dix ans du jour ou le fait dommageable s'est produit. 2. La prescription de!'action recursoire est independante de celle de l'action principale. L'art. 2 al. 2 cc impose toutefois a celui qui est recherche par le Iese d'aviser en temps utile ceux contre lesquels il pourrait ensuite se retourner. Le moment du dommage Analyse du role du temps dans la determination et la reparation du dommage Travaux de la Faculte de droit de l'universite de volume 257 Benoit Chappuis Cet etude analyse la fac;on dont le dommage, etabli selon la theorie de la difference, doit etre evalue et repare face a J'ecoulement du temps. Tant dans le domaine delictuel que dans le domaine contractuel,!'auteur etudie!es specificites de chaque type de domrnage (de personne, de chose, norrnatif, decoulant du prospectus d'emission, etc.) pour definir!es parametres qui peuvent en circonscrire 1' etendue et l' evolution dans le temps. II parvient a la conclusion qu'il faut s'affranchir de la regle stricte du jour du jugement comme moment determinant pour le calcul du dommage. Il recommande que, faisant appel a son pouvoir d'appreciation, le juge recherche le moment le mieux adapte au cas d'espece, celui de!'apparition des effets dommageables consti tuant la date de reference. Cette etude de droit suisse compare certaines des solutions auxquelles elle parvient avec celles retenues par!es droits anglais et frarn;ais. I paru avril 2007 t=n pages, relie IJ'..':'_x c_h_f_96_._00_1_e_u_r_6_s_.o_o Auteur: Benoit Chappuis, Docteur en droit Schulthess Medias Juridiques SA Zwing!iplatz 2, Case postale CH-8022 Zurich I Suisse Telephone Fax Schulthess

Arrêt du 19 mai 2008

Arrêt du 19 mai 2008 A1 2007-67 Arrêt du 19 mai 2008 I e COUR D APPEL CIVIL PARTIES X, demanderesse et recourante, représentée par Me, contre Y, défendeur et intimé, représenté par Me. OBJET Droit des obligations, prêt de

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

II e COUR D'APPEL. 22 février 2006

II e COUR D'APPEL. 22 février 2006 A2 2005-159 II e COUR D'APPEL 22 février 2006 La Cour, vu le recours interjeté le 30 novembre 2005 par X SA, recourante, contre l'ordonnance rendue le 22 novembre 2005 par le Président du Tribunal civil

Plus en détail

Code des obligations (Droit de la prescription) Rapport relatif à l avant-projet

Code des obligations (Droit de la prescription) Rapport relatif à l avant-projet Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit privé Unité Droit civil et procédure civile Code des obligations (Droit de la prescription) Rapport

Plus en détail

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Office des poursuites Direction générale 01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur Modifications, contrôles, approbation Version Date Description,

Plus en détail

Le dépassement des coûts devisés :

Le dépassement des coûts devisés : Le dépassement des coûts devisés : Entre prescription des droits de l art. 398 CO et péremption de ceux de l art. 375 CO par PASCAL PICHONNAZ * Le jubilaire s'est beaucoup intéressé dans les dernières

Plus en détail

Chapeau 131 III 652. Regeste

Chapeau 131 III 652. Regeste Chapeau 131 III 652 85. Extrait de l'arrêt de la Chambre des poursuites et des faillites dans la cause Confédération Suisse contre X. (recours LP) 7B.20/2005 du 14 septembre 2005 Regeste Blocage d'avoirs

Plus en détail

Présenté par Manni SA Représentée par des étudiants et dont le siège se trouve dans le canton du Tessin

Présenté par Manni SA Représentée par des étudiants et dont le siège se trouve dans le canton du Tessin MÉMOIRE DE RÉPONSE Présenté par Manni SA Représentée par des étudiants et dont le siège se trouve dans le canton du Tessin Adressé à la première Cour de droit civil du Tribunal fédéral Sise à l'avenue

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES

Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES 105 2012-161 Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES COMPOSITION Présidente : Catherine Overney Juges : Adrian Urwyler, Françoise Bastons Bulletti Greffier : Luis da Silva PARTIES

Plus en détail

Arrêt du 6 mai 2010 CHAMBRE PÉNALE

Arrêt du 6 mai 2010 CHAMBRE PÉNALE 502 2010-112 Arrêt du 6 mai 2010 CHAMBRE PÉNALE COMPOSITION Président : Georges Chanez Juges : Roland Henninger, Hubert Bugnon Greffière : Sonia Bulliard Grosset PARTIES X Sàrl, recourante, représentée

Plus en détail

Le caractère provisoire de la sous-location : une condition au droit de souslouer

Le caractère provisoire de la sous-location : une condition au droit de souslouer Tribunal fédéral - 4A_227/2011 Newsletter mai 2012 Ire Cour de droit civil Arrêt du 10 janvier 2012 Résumé et analyse Proposition de citation : Manon Simeoni Le caractère provisoire de la sous-location

Plus en détail

L Etude. Gillon Perritaz Overney & Cie. La responsabilité de l architecte et de l ingénieur en cas de dépassement de devis. par :

L Etude. Gillon Perritaz Overney & Cie. La responsabilité de l architecte et de l ingénieur en cas de dépassement de devis. par : L Etude Gillon Perritaz Overney & Cie La responsabilité de l architecte et de l ingénieur en cas de dépassement de devis par : Pierre Perritaz (avocat spécialiste FSA immobilier/construction) et Jean-Michel

Plus en détail

REGLEMENT JUDICIAIRE DES SINISTRES. Workshop de la Claims Conference du BNA 2009

REGLEMENT JUDICIAIRE DES SINISTRES. Workshop de la Claims Conference du BNA 2009 REGLEMENT JUDICIAIRE DES SINISTRES Workshop de la Claims Conference du BNA 2009 Jean-Michel Duc, avocat Etude d'avocats Duc & Elsig 1 Plan I. Introduction II. III. IV. Exemple du procès Hopkins - ATF 4C.143/2005

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

RECHTSPRECHUNG / JURISPRUDENCE

RECHTSPRECHUNG / JURISPRUDENCE Commentaire de l arrêt du Tribunal fédéral 4A_351/ 2007 du 15 janvier 2008 L évaluation du dommage face aux fluctuations de la bourse Benoît Chappuis * Le Tribunal fédéral vient d avoir l occasion de traiter

Plus en détail

Communication OFRC 1/09 12 mars 2009

Communication OFRC 1/09 12 mars 2009 Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction du droit privé Communication OFRC 1/09 12 mars 2009 Information concernant la pratique de l'office fédéral

Plus en détail

Arrêt du 16 janvier 2012

Arrêt du 16 janvier 2012 102 2011-301 Arrêt du 16 janvier 2012 II e COUR D APPEL CIVIL COMPOSITION Président : Roland Henninger Juges : Georges Chanez, Françoise Bastons Bulletti Greffier : Henri Angéloz PARTIES X, requérante

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES R.G.N 46.578 le feuillet. Rep.N. dnl~(~d. COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 5 DECEMBRE 2006. 4 ème chambr Contrat d'emploi Contradictoire Définitif En cause de: Maurice, Appelant,

Plus en détail

Arrêt du 12 septembre 2008

Arrêt du 12 septembre 2008 102 2008-1 Arrêt du 12 septembre 2008 II e COUR D APPEL CIVIL PARTIES X, demanderesse et recourante, représentée par Me et Y CAISSE DE CHOMAGE, intervenante, contre Z, défenderesse et intimée, représentée

Plus en détail

recours contre l'arrêt du Tribunal cantonal du canton de Vaud, Chambre des recours civile, du 5 juillet 2012.

recours contre l'arrêt du Tribunal cantonal du canton de Vaud, Chambre des recours civile, du 5 juillet 2012. Tribunal fédéral 5A_554/2012 II ème Cour de droit civil Arrêt du 14 décembre 2012 (f) Divorce Explusion du logement ; effet suspensif Art. 315 CPC Effets d un appel. L appel suspend la force de chose jugée

Plus en détail

Arrêt du 21 février 2013

Arrêt du 21 février 2013 101 2012-133 Arrêt du 21 février 2013 I e COUR D APPEL CIVIL COMPOSITION Président : Jérôme Delabays Juges : Roland Henninger, Françoise Bastons Bulletti Greffier : Ludovic Farine PARTIES X, recourant

Plus en détail

Conditions générales (CGA) Helvetia Assurance Cautionnement de Loyer. Edition Avril 2012

Conditions générales (CGA) Helvetia Assurance Cautionnement de Loyer. Edition Avril 2012 Conditions générales (CGA) Helvetia Assurance Cautionnement de Loyer Edition Avril 2012 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Sommaire A Information aux clients 3 1 Partenaires

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

Directive sur la revendication 06_01

Directive sur la revendication 06_01 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Office des prsuites Direction de l'exécution Directive sur la revendication 06_01 Modifications, contrôles, approbation Version Date Description,

Plus en détail

Journée 2008 de droit bancaire et financier

Journée 2008 de droit bancaire et financier Journée 2008 de droit bancaire et financier Lionel Aeschlimann Gerhard Auer Christian Bovet Ursula Cassani Benoît Chappuis Bénédict Foëx Lucia Gomez Richa Nicolas de Gottrau Anne Héritier Lachat Philipp

Plus en détail

du 12 août 2015 2015... 1

du 12 août 2015 2015... 1 Rapport explicatif concernant le projet destiné à la consultation relatif à la modification de la loi sur l harmonisation des impôts directs des cantons et des communes (mise en œuvre de la motion 13.3728,

Plus en détail

Björn Bettex. L'expertise judiciaire

Björn Bettex. L'expertise judiciaire Björn Bettex Docteur en droit L'expertise judiciaire Etüde de droit federal et de procedure civile vaudoise Stämpfli Editions SA Berne 2006 Table des matteres Table des abreviations Bibliographie XXIII

Plus en détail

L indemnisation des victimes d accidents de la circulation routière. Aspects procéduraux de l indemnisation et rôle de l assurance

L indemnisation des victimes d accidents de la circulation routière. Aspects procéduraux de l indemnisation et rôle de l assurance 1 L indemnisation des victimes d accidents de la circulation routière Aspects procéduraux de l indemnisation et rôle de l assurance Rapport suisse Pierre Wessner professeur honoraire à l Université de

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Tableau comparatif des régimes français et CMR du contrat de transport routier de marchandises

Tableau comparatif des régimes français et CMR du contrat de transport routier de marchandises Tableau comparatif des régimes français et CMR du contrat de transport routier de marchandises 1) Documents de transport 2) Prise en charge de la marchandise 2-1) Chargement / Vérification Régime français

Plus en détail

Ii Stampfli Editions. Journees du droit de la circulation routiere. Franz Werro I Thomas Probst (eds.) 11-12 join 2012

Ii Stampfli Editions. Journees du droit de la circulation routiere. Franz Werro I Thomas Probst (eds.) 11-12 join 2012 Franz Werro I Thomas Probst (eds.) '."."."."."., '."."."."."., r."."."., r."."."., r.".,."., UNIVERSITAS FRIBURGENSIS Journees du droit de la circulation routiere - join 0 Avec des contributions de Vincent

Plus en détail

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Valables à partir du 31 mars 2012 (Version 2.1/2012) Table des matières 1 Objet

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ARTICLE PREMIER - Champ d'application Les présentes conditions générales de vente constituent le socle de la négociation commerciale et s'appliquent sans réserve et en priorité

Plus en détail

L expertise, l expertise-arbitrage et le témoignage-expertise

L expertise, l expertise-arbitrage et le témoignage-expertise L expertise, l expertise-arbitrage et le témoignage-expertise Jean-Baptiste Zufferey, Professeur à l Université de Fribourg I. Sources choisies BOSSHARD Pierre-Yves, La «bonne» expertise judiciaire, RSPC

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, trois avril deux mille quatorze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, trois avril deux mille quatorze. N 38 / 14. du 3.4.2014. Numéro 3322 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, trois avril deux mille quatorze. Composition: Georges SANTER, président

Plus en détail

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2014 233 Arrêt du 23 décembre 2014 Chambre pénale Composition Président:

Plus en détail

Révision partielle du code des obligations

Révision partielle du code des obligations 07.000 Projet juin 2007 Département fédéral de justice et police Révision partielle du code des obligations (Responsabilité des détenteurs de chiens dangereux) Rapport explicatif et avant-projet du Madame

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

Assurance-maladie - ATC (Cour des assurances sociales) du 14 mars 2011, C. R. c. CSS Assurance-maladie SA TCV S2 10 94

Assurance-maladie - ATC (Cour des assurances sociales) du 14 mars 2011, C. R. c. CSS Assurance-maladie SA TCV S2 10 94 Assurance-maladie - ATC (Cour des assurances sociales) du 14 mars 2011, C. R. c. CSS Assurance-maladie SA TCV S2 10 94 Exception à l obligation de s assurer; notion de domicile --Sont notamment exceptées

Plus en détail

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Etat du 5 septembre 005 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Plus en détail

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES Plus de 250 régimes de prescription différents selon la cour de cassation, des délais souvent inadaptés, des points de départ différents, des divergences importantes

Plus en détail

Arrêt du 21 juillet 2011 COUR DES ASSURANCES SOCIALES

Arrêt du 21 juillet 2011 COUR DES ASSURANCES SOCIALES 605 2009-301 Arrêt du 21 juillet 2011 COUR DES ASSURANCES SOCIALES COMPOSITION Présidente : Anne-Sophie Peyraud Assesseurs : Bruno Kaufmann, Jean-Marc Kuhn Greffier-rapporteur : Benoît Ducry PARTIES X,

Plus en détail

Check-list: Collisions entre signes distinctifs

Check-list: Collisions entre signes distinctifs Dr. Wolfgang Straub Deutsch Wyss & Partner C.P. 5860 CH-3001 Berne wolfgang.straub@advobern.ch Check-list: Collisions entre signes distinctifs 1. CONFLIT ENTRE MARQUES 1.1 Le principe (art. 3 LPM): la

Plus en détail

1 sur 8 24/07/2009 10:59

1 sur 8 24/07/2009 10:59 1 sur 8 24/07/2009 10:59 Direction Juridique et Réglementation Nationale Département juridique et coordination contentieux Circulaire n 2009/47 du 3 juillet 2009 Caisse nationale d'assurance vieillesse

Plus en détail

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT Chargé de cours 1 ère chambre AS, 8 avril 2015 RG 14/07853 L article 98 2 du décret du 27 novembre 1991 dispense de la formation théorique et pratique et du certificat d

Plus en détail

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société 6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société Aspects fiscaux et de droit des sociétés Un dirigeant d'entreprise peut devoir des intérêts il, sa société en raison d'une dette encourue, ou

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 221.112.742 du 28 mars 1905 (Etat le 3 octobre 2000) L'Assemblée fédérale de la

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Action directe et prescription:

Action directe et prescription: Atelier A N 09 Action directe et prescription: les nouvelles règles du jeu Intervenants Pierre CARRICANO Directeur Indemnisation pierre.carricano@fr.qbe.com com Annie DALION Directeur Pôle Indemnisation

Plus en détail

Economie Environnement Ethique

Economie Environnement Ethique Liber Amicorum Anne Petitpierre-Sauvain Economie Environnement Ethique De la responsabilité sociale et sociétale Edité par Rita Trigo Trindade Henry Peter Christian Bovet Clauses de sortie dans les contrats

Plus en détail

Objet mesures protectrices de l'union conjugale (contribution d'entretien),

Objet mesures protectrices de l'union conjugale (contribution d'entretien), Tribunal fédéral 5A_56/2011 II ème Cour de droit civil Arrêt du 25 août 2011 (f) Mesures protectrices Calcul de la contribution d entretien Art. 176 CC Calcul des charges des époux. L épouse ayant un enfant

Plus en détail

Directive concernant les engagements de garantie (Directive Engagements de garantie, DEG)

Directive concernant les engagements de garantie (Directive Engagements de garantie, DEG) Directive Engagements de garantie Directive concernant les engagements de garantie (Directive Engagements de garantie, DEG) Du Fondement juridique mars 05 art. 9 Règlement complémentaire Emprunts, art.

Plus en détail

Le secrett Ibaimcalire-

Le secrett Ibaimcalire- UNIVERSITE DE LAUSANNE FACULTÉ DE DROIT Le secrett Ibaimcalire- Sa portée dans le temps, dans l'espace et dans les groupes de sociétés. THESE de licence et de doctorat présentée à la Faculté de droit de

Plus en détail

La garantie pour les défauts

La garantie pour les défauts La garantie pour les défauts Daniel Guignard, Docteur en droit, LL.M., avocat spécialiste FSA en droit de la construction et de l immobilier, Lausanne I. Introduction II. III. IV. Généralités A L obligation

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Wincare Assurances

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 50, du 7 juillet 2006 Délai référendaire: 16 août 2006 Loi sur l'assistance pénale, civile et administrative (LAPCA) Le Grand

Plus en détail

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR CIVILE CC 52 / 2014 + CC 53 / 2014 + CC 54 / 2014 Président : Jean Moritz Juges : Daniel Logos et Philippe Guélat Greffière : Nathalie Brahier ARRET

Plus en détail

Erreur médicale au cabinet

Erreur médicale au cabinet Plan Erreur médicale au cabinet Prof. Philippe Ducor Médecine communautaire 13 avril 2011 1. Evolution récente en Suisse dérive à l américaine? 2. Aspects juridiques 3. Aspects psychologiques 4. Apects

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

En fait: Dans ses observations du 1 er mars 2000, la Direction intimée propose le rejet du recours.

En fait: Dans ses observations du 1 er mars 2000, la Direction intimée propose le rejet du recours. Cour des assurances sociales. Séance du 22 février 2001. Statuant sur le recours interjeté le 18 janvier 2000 (5S 00 33) par les époux X, pour eux et pour leur fils Y, recourants, assistés par Me Z, avocat

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997)

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997) Ordonnance concernant la saisie, le séquestre et la réalisation des droits découlant d assurances d après la loi fédérale du 2 avril 1908 sur le contrat d assurance (OSAss 1 ) du 10 mai 1910 (Etat le 1

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des adultes I. Préambule... 2 II. Gestion du patrimoine dans

Plus en détail

Poursuite pour dettes et faillite

Poursuite pour dettes et faillite Poursuite pour dettes et faillite ATC (autorité de recours en matière de séquestre) du 24 août 2007, X. c. Y. - TCV LP 07 16 Ordonnance de séquestre : vraisemblance de la créance invoquée; cessibilité

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés (OPC 1) ) du 17 janvier 1923 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral suisse, en application

Plus en détail

RR/FM 312 Berne, 18 décembre 2013

RR/FM 312 Berne, 18 décembre 2013 Bundesamt für Justiz Bundesrain 20 3003 Bern RR/FM 312 Berne, 18 décembre 2013 Modification de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite concernant la représentation professionnelle (art.

Plus en détail

Elle a été créé le 23/09/98 sous forme de Société Commerciale.

Elle a été créé le 23/09/98 sous forme de Société Commerciale. Toulouse, le 2 octobre 2003. EURL TEST 31000 TOULOUSE Nos Réf. : Madame la Gérante, Vous avez bien voulu nous consulter en qualité d'expert-comptable pour vous assister dans la gestion de votre entreprise.

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Sanitas Assurances

Plus en détail

But, champ d application et définitions. soustraits à la mainmise des autres créanciers du dépositaire.

But, champ d application et définitions. soustraits à la mainmise des autres créanciers du dépositaire. Loi fédérale sur les titres intermédiés (LTI) 957.1 du 3 octobre 2008 (Etat le 1 er juillet 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 98, al. 1, et 122, al. 1, de la Constitution

Plus en détail

recours contre l arrêt de la Chambre civile de la Cour de justice du canton de Genève du 18 septembre 2012.

recours contre l arrêt de la Chambre civile de la Cour de justice du canton de Genève du 18 septembre 2012. Tribunal fédéral 5A_809/2012 II ème Cour de droit civil Arrêt du 8 janvier 2013 (f) Mesures protectrices Protection de l enfant ; notion de résidence habituelle de l enfant Art. 85 LDIP ; 19 ss CLaH 61

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

General corporate. Les garanties personnelles en droit suisse

General corporate. Les garanties personnelles en droit suisse General corporate General corporate Les garanties sont généralement définies en droit suisse comme tous les droits qui améliorent la position du créancier par rapport aux créances ordinaires. Au sens

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

La confirmation de couverture dans les dossiers Carte verte et protection des visiteurs Questions d'actualité et nouvelles dispositions européennes

La confirmation de couverture dans les dossiers Carte verte et protection des visiteurs Questions d'actualité et nouvelles dispositions européennes La confirmation de couverture dans les dossiers Carte verte et protection des visiteurs Questions d'actualité et nouvelles dispositions européennes Françoise Dauphin Directrice du Bureau Central Français

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

AVIS DE DROIT POUR LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS. Dans l'affaire du tableau de John Constable "La Vallée de la Stour"

AVIS DE DROIT POUR LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS. Dans l'affaire du tableau de John Constable La Vallée de la Stour JEAN GUINAND, Dr en droit Professeur honoraire AVIS DE DROIT _ POUR LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS _ Dans l'affaire du tableau de John Constable "La Vallée de la Stour" Neuchâtel, le 26 janvier 2009 _ Faubourg

Plus en détail

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 4 mai 2012 N de pourvoi: 11-12775 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP

Plus en détail

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 (État le 10 décembre 2002) 241 TABLE DES MATIÈRES Articles Chapitre premier : But... 1 er Chapitre 2 : Section 1 : Section 2 : Section

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Convention Spéciale Référence : CDA05022013P0521 LEXIQUE Tous les termes portant un

Plus en détail

Activités, directives et contexte du recours

Activités, directives et contexte du recours Activités, directives et contexte du recours 1. Qu est-ce que le recours? La notion et le système du recours proviennent du droit civil et tirent leur origine de la réglementation sur la solidarité du

Plus en détail

II e COUR D'APPEL. 11 novembre 2002

II e COUR D'APPEL. 11 novembre 2002 A2 2002-76 II e COUR D'APPEL 11 novembre 2002 La Cour, vu le recours interjeté le 19 juillet 2002 par X AG, recourante et défenderesse, représentée par, contre le jugement rendu le 21 mai 2002 par le Président

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité et de l'économie Service du commerce DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

Plus en détail

recours contre l'arrêt de la Cour de justice du canton de Genève, Chambre civile, du 23 novembre 2012.

recours contre l'arrêt de la Cour de justice du canton de Genève, Chambre civile, du 23 novembre 2012. Tribunal fédéral 5A_958/2012 II ème Cour de droit civil Arrêt du 27 juillet 2013 (f) Mesures protectrices Avis au débiteur Art. 177 CC Principes de l avis au débiteur (art. 177 CC). Un défaut caractérisé

Plus en détail

Impôt fédéral direct Période fiscale 1995/96

Impôt fédéral direct Période fiscale 1995/96 Impôt fédéral direct Période fiscale 1995/96 ADMINISTRATION FEDERALE Berne, le 8 juillet 1994 DES CONTRIBUTIONS Division principale de l'impôt fédéral direct Aux administrations cantonales de l'impôt fédéral

Plus en détail

Assurance obligatoire des soins

Assurance obligatoire des soins Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions d assurance Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance:

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion INTRODUCTION Beaucoup d obligations pèsent sur les épaules du chef d entreprise. En effet, le dirigeant est amené à prendre des

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail