Guide pour l installation en production avicole

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pour l installation en production avicole"

Transcription

1 Guide pour l installation en production avicole 1 ère PARTIE LES DEMARCHES ET LA GESTION ADMINISTRATIVE DE L INSTALLATION Pierre-Antoine COUVREUR Michel JACQUET Sébastien WILLEM

2

3 Guide pour l installation en production avicole 1 ère PARTIE LES DEMARCHES ET LA GESTION ADMINISTRATIVE DE L INSTALLATION Pierre-Antoine COUVREUR Michel JACQUET Sébastien WILLEM FACW - Edition décembre 2007

4

5 Table des matières Introduction du projet au plan d entreprise 1 1. La fiscalité et la forme juridique de l entreprise 2 2. Les Assurances 5 3. L Aide à l Investissement pour le Développement de l Agriculture (AIDA) 6 4. Le permis d environnement Permis unique La gestion des effluents : le programme de gestion durable de l azote appliqué à l aviculture Les obligations et la qualification sanitaire des volailles Annexes Bibliographie 39 * * * * *

6 Introduction L installation en tant qu indépendant dans n importe quel domaine engendre diverses obligations administratives et démarches telles la demande d un n d entreprise, l inscription à la TVA, la souscription à des assurances professionnelles, l affiliation à une mutuelle,. De plus, pour l installation en agriculture et en particulier en aviculture, des démarches spécifiques s imposent. Outre la communication de la création ou de la reprise de l exploitation aux services extérieurs de la Direction Générale de l Agriculture (DGA), il y a le permis d environnement et d urbanisme, la gestion des effluents d élevage ou engrais de ferme, la qualification sanitaire, les aides à l installation, Dans ce document réalisé avec le soutien financier du Ministère de la Région wallonne - Direction Générale de l Agriculture et Direction Générale de l Economie et de l Emploi, la Filière Avicole et Cunicole Wallonne (FACW), apporte une réponse aux principales questions que se pose celui ou celle qui désire s installer ou qui, déjà installé(e), cherche un complément de revenus et projette de diversifier ses activités, en s engageant dans la production avicole. Les informations contenues dans ce document sont une entrée en matière ; il existe différents services (dont plus d un est référencé dans ce document) spécifiquement compétents pour les divers aspects de l installation et auprès desquels il est possible d obtenir tout complément d information nécessaire. * * * * * Du projet au plan d entreprise Les deux premières étapes de la conception d un projet sont sans doute la détermination du temps disponible dans le chef du candidat à l installation et l étude des perspectives offertes par le secteur. Autrement dit : Ai-je du temps à consacrer à cette activité, à cette diversification? Quelles sont les perspectives d installation offertes par le secteur? Après qu une réponse favorable ait été apportée à ces deux interrogations, la conception du projet se poursuit dans l étude de la compatibilité et de ses modalités, entre les possibilités du candidat et les exigences technico-économiques de l engagement. La conception comprend entre autres des étapes importantes comme l élaboration d un plan prévisionnel d exploitation avec l étude de la faisabilité économique. Pour la suite de la construction du projet, un certain nombre de données et de décisions d orientation vont s imposer. Pour cela, des informations seront nécessaires dans différents domaines impliqués dans l installation. Ce fascicule se propose de les apporter. 1

7 1. La fiscalité et la forme juridique de l entreprise 1.1. La fiscalité Tout producteur est soumis à la fiscalité directe (impôt sur le revenu) et à la fiscalité indirecte (Taxe sur la Valeur Ajoutée - TVA). Dans le cadre de ce guide, nous développerons, en très grandes lignes, la fiscalité de l agriculteur qui exerce son activité en tant que personne physique (cas le plus fréquent). Celui qui exerce son activité par le biais d une société doit appliquer les règles propres au type de société (voir plus loin). a. La fiscalité directe Pour calculer le montant de l impôt sur le revenu professionnel, les personnes physiques ont deux régimes possibles : soit adopter une comptabilité normale (recettes, dépenses, amortissements, ). L impôt est alors calculé sur base du bilan comptable. C est généralement le cas en production avicole alternative (production différenciée de la production standard) ; soit adopter le barème forfaitaire avicole. Chaque année, la profession négocie avec l administration compétente, une base forfaitaire de taxation des «aviculteurs utilitaires» en fonction des caractéristiques de l entreprise. Cette base considère distinctement plusieurs branches d activités : producteur de poussins, exploitation de ponte, exploitation d élevage de poulettes, exploitation de multiplication (reproducteurs de type chair ou de type ponte), élevage de poulets à rôtir. Toutes ces branches distinctes d activités sont de type standard. b. La fiscalité indirecte En ce qui concerne la fiscalité indirecte (TVA), l agriculteur qui exerce son activité en tant que personne physique a le choix entre deux régimes : le régime normal : L agriculteur facture aux clients ses biens vendus et leur réclame la TVA sur la totalité du prix facturé. En amont, les fournisseurs lui facturent aussi la TVA. A la fin de la période (généralement le trimestre), l agriculteur envoie une déclaration à la TVA où s effectue le calcul de la différence entre la TVA reçue et la TVA payée. Suivant la nature de cette différence (positive ou négative), l agriculteur devra payer ou sera remboursé. le régime particulier agricole dit «forfaitaire» : Organisé par l article 57 du code de la TVA, sa caractéristique essentielle est la simplification administrative. Le régime consiste à dire que la TVA que l agriculteur reçoit de ses clients équivaut à la TVA qu il paie à ses fournisseurs. L agriculteur est dispensé d établir une facture lors de la fourniture de biens, de rentrer des déclarations de TVA, de verser la TVA, de tenir une comptabilité et de dresser la liste des investissements. 2

8 Simplement il doit tenir et introduire un listing annuel de ses clients assujettis et garder les documents. Toutefois, ce régime n est d application que pour la production primaire. Autrement dit, les poulets ne peuvent être vendus que vivants, à partir du moment où l agriculteur a aménagé un point de vente à la ferme pour ses volailles abattues, il passe au régime normal pour toute l exploitation. N.B. : Pour le producteur dont le chiffre d affaire (HTVA) n excède pas 5.880, il existe un régime de franchise de taxe. Dans ce cas, l agriculteur ne compte pas de TVA à ses clients, mais ne récupère pas la TVA payée à ses fournisseurs La forme juridique de l entreprise Le choix La constitution d une Société au sens juridique n est pas une nécessité incontournable pour exercer l activité avicole. Il est possible de s engager dans celle-ci en tant que Personne physique. Ce qui détermine le choix de constituer une société, plutôt que de travailler en personne physique, ce sont les intérêts que cela apporte. Par exemple : la protection du patrimoine privé. Dans une société, en principe, il y a une séparation entre les biens des associés et ceux de l entreprise. Par exemple, dans une société à responsabilité limitée (sprl, scrl, ), l associé ne répond des dettes de l entreprise, qu à concurrence du capital qu il a souscrit, c est-à-dire, engagé dans la société ; les aspects fiscaux. Les bénéfices de l entrepreneur d une activité exercée en tant que personne physique sont imposés dans son chef, sur une base d impôt (Impôt sur les Personnes Physiques (I.P.P.)) généralement plus élevée. Les bénéfices d une société sont imposés au taux de l impôt spécifique des sociétés, en principe moins lourd que l I.P.P. ; l optique de la transmission ou succession de l entreprise. On rencontre surtout des exploitations sous forme de personne physique. Cependant, certains agriculteurs choisissent de se constituer en société (sprl, scrl) pour exercer l activité avicole. Ainsi, nous donnons ci-après, un aperçu très succinct des principales sociétés en agriculture. 1. L association de fait C est une Société sans personnalité juridique. Elle ne peut agir qu au travers de ses associés. Ce sont eux qui contracteront les emprunts, etc. Chaque associé garde sa qualité d agriculteur à titre principal (caractéristique d importance dans l accès aux aides). Sur le plan fiscal, chacun est imposé, en tant que personne physique, sur la part des revenus dégagés par l association qui lui revient. Les bénéfices de l association, qui est assujettie en tant que telle à la TVA, peuvent être déterminés et imposés sur les bases forfaitaires de taxation. Le régime particulier agricole pour la TVA peut aussi être appliqué. 2. La société agricole Société de droit civil dotée de la personnalité juridique distincte de celle de ses associés. Elle a pour objet l exploitation d une entreprise agricole par plusieurs co-exploitants. 3

9 Sauf s il y a apport de biens immobiliers, l acte constitutif se réalise sous seing privé et est déposé au greffe du Tribunal civil. Le capital à la constitution doit être de minimum 6.200, le reste du capital peut être amené en nature (cheptel, matériel, bâtiments, ). Elle doit compter au minimum deux associés qui se répartissent en deux groupes, le ou les associés gérants et le ou les associés commanditaires. Il existe deux options en ce qui concerne le régime fiscal : soit la société n a pas de personnalité juridique fiscale et les bénéfices sont répartis entre les associés et sont taxés à l impôt des personnes physiques. Pour la TVA, les associés ont également le choix entre le régime forfaitaire ou le régime normal ; soit la société opte pour la personnalité juridique fiscale, elle sera soumise à l impôt sur les sociétés. Cette option oblige d avoir : - au minimum 3 associés ; - au minimum de capital (au lieu de ). Dans ce cas, pour la TVA, seul le régime normal est possible. 3. La société coopérative (sc) La société coopérative est une société commerciale. Elle dispose de la personnalité juridique (distincte de celle de ses associés). Deux types de sociétés coopératives existent : la société coopérative à responsabilité limitée (scrl), obligatoirement constituée par un acte authentique et, la société coopérative à responsabilité illimitée (scri), pour laquelle un acte de constitution sous seing privé suffit. Constituée d au moins 3 associés (personnes physiques). La société coopérative est gérée par un administrateur, associé ou non, nommé par l assemblée générale des associés. Chaque coopérateur dispose d autant de voix à l assemblée générale qu il a de parts (dont le montant est fixé par les statuts). La société coopérative comporte deux types de capital : le capital variable en fonction des entrées et des sorties des associés ; le capital fixe, une valeur minimale fixée dans les statuts de la société. Dans une scrl, le capital minimal souscrit est de , libéré à concurrence du tiers. L engagement de chaque coopérateur à l égard de la société se limite au montant du capital qu il a souscrit. Dans une scri, la loi n impose aucun capital minimum. Chaque coopérateur est responsable de façon illimitée et solidaire de tous les engagements de la société. D un point de vue fiscal, l agréation au Conseil National de la Coopération (*) apporte des avantages dont la possibilité d obtenir un taux réduit à l impôt des sociétés. (*) Conseil National de la Coopération : SPF Economie, PME, Classes Moyennes et Energie North Gate III, Boulevard du Roi Albert II, BRUXELLES. 4

10 4. La société de personnes à responsabilité limitée (sprl) La sprl est une société commerciale qui dispose d une personnalité juridique. Sa constitution fait l objet d un acte authentique devant notaire. Elle est le plus souvent utilisée en agriculture dans le cadre du développement d activités connexes tels poulailler et porcherie. Le nombre d associés est de minimum une personne physique ou morale (c est la sprlu). Elle est gérée par un ou plusieurs gérants, associés ou non. Le capital minimum souscrit est de , libéré à concurrence d au moins un tiers. L engagement de chaque associé se limite au montant du capital qu il a souscrit. La sprl est soumise à l impôt des sociétés. Mentionnons ici, la non-application des taux réduits sur les aides européennes (taux applicables en personne physique). 5. La société anonyme (sa) La société anonyme est constituée par acte authentique devant notaire. Dans cette société, au moins deux associés sont disposés à investir du capital. Les associés peuvent être des personnes physiques ou morales. Le capital minimum à souscrire est de En matière fiscale, l impôt des sociétés est de mise. Il convient toutefois de signaler la non-application des taux réduits sur les aides européennes, applicables en personne physique. Pour plus d information sur les sociétés et la fiscalité : «Les sociétés en agriculture», par Christine Leborne «Les livrets de l agriculture n 13» - (2006) - disponibles gratuitement à la bibliothèque de la DGA : 081/ Les assurances La gestion de l entreprise comporte des risques pour lesquels des assurances sont souscrites. Exemples L assurance sur le «solde restant dû» : Type de couverture de crédit. Quand un emprunteur décède avant d avoir intégralement remboursé le prêt qui lui a été consenti, ses ayants droits héritent de la dette non encore remboursée. L assurance «solde restant dû» prend en charge les conséquences financières liées au décès de l emprunteur en libérant ses proches du remboursement des emprunts. L assurance complémentaire «invalidité» : C est aussi une assurance qui peut intervenir au niveau de la couverture de crédit. Elle protège le chef d entreprise contractant, unité de travail de l exploitation, s il devient invalide de manière temporaire ou permanente, à la suite d une maladie ou d un accident. 5

11 L assurance «responsabilité civile» : Elle concerne l indemnisation de dommages causés à des tiers par suite d une faute ou d une négligence survenue dans le cadre du fonctionnement de l exploitation. L assurance «bâtiment et contenu» : L assurance incendie couvre les dégâts matériels. L assurance perte d exploitation participe à la protection contre la perte de revenus résultant d un sinistre important. 3. L Aide à l Investissement pour le Développement de l Agriculture (AIDA) L accès aux aides à l investissement est conditionné par un ensemble de règles détaillées ci-dessous Les Conditions d accès a. Une personne physique ou morale qui s adonne à la production agricole ou horticole, à titre principal ou non principal : A titre principal : s il retire de son activité agricole ou horticole un bénéfice net imposable supérieur à 50 % du montant de son revenu annuel, issu de l ensemble de ses activités professionnelles et preste moins de 900 heures par année aux activités professionnelles extérieures à l exploitation. A titre non principal : s il retire de son activité agricole ou horticole un bénéfice net imposable supérieur à 35 % de son revenu annuel issu de l ensemble de ses activités professionnelles, et consacre au moins heures par année aux activités professionnelles extérieures à l exploitation. Personne physique : une qualification professionnelle suffisante : Diplôme + expérience : soit enseignement supérieur de type court (minimum) en orientation agricole ou horticole ou agrégé pour l enseignement secondaire inférieur en orientation agricole ou horticole + aucune expérience ; soit secondaire supérieur en orientation agricole ou horticole + 2 ans d expérience ; soit secondaire supérieur, supérieur de type court ou long, ou universitaire non agricole ou non horticole + 4 ans d expérience ; soit certificat de qualification obtenu après 4 années de secondaire en orientation agricole ou horticole + 4 ans d expérience ; soit formation post-scolaire agricole + 6 ans d expérience ; soit 8 ans d expérience. âgé d au moins 20 ans au moment de l acceptation de la demande d aides, mais pas de plus de 65 ans. 6

12 1 En outre, concernant l exploitation : le revenu de l exploitation par UTH (1) doit être compris entre 75 % et 120 % du revenu de référence (2) ; l exploitation doit respecter les normes de capacités de stockage des effluents (voir Gestion des effluents) ; si l exploitation n est pas en règle, le demandeur doit inscrire la mise aux normes des installations de stockage des effluents d élevage comme premier investissement au plan d investissement (3). Personne morale : Pour la personne morale de l association de fait ou de la société agricole, les conditions d accès sont les mêmes que pour la personne physique. En ce qui concerne les autres types de sociétés, les exigences suivantes sont d application pour l accès aux aides : la société est constituée pour une durée d'au moins 20 ans ; les actions ou les parts de la société sont nominatives ; les actions ou les parts de la société appartiennent en majorité aux administrateurs ou gérants ; les administrateurs délégués ou gérants de la société sont désignés parmi les associés ; tous les administrateurs délégués ou gérants de la société ou en leur absence, tous les administrateurs, sont des personnes physiques qui gèrent l'exploitation considérée et y exercent une activité à titre principal ; la moitié au moins du chiffre d affaire de la personne morale est issue de son activité agricole. b. Etablir un plan d investissement : Pour bénéficier des aides, le demandeur doit établir pour son exploitation un plan d investissement sur 3 ans. Ce plan doit présenter une image complète de la situation initiale de l exploitation ainsi que les objectifs spécifiques définis en vue du développement de ses activités. Il doit présenter l ensemble des investissements prévus éligibles ou non à l aide montrer leur cohérence avec les objectifs de l exploitation, prouver leur pertinence économique, environnementale et technique ainsi que les charges et recettes qu ils génèrent au regard des éléments de la comptabilité de gestion. c. La tenue d une comptabilité de gestion : Lors de l octroi d une aide, il est exigé de l exploitant agricole qu il tienne une comptabilité de gestion auprès de personnes physiques ou morales agréées par la Région wallonne. Cette comptabilité comporte : l établissement d un inventaire annuel d ouverture et de clôture ; l enregistrement systématique et régulier, au cours de l exercice comptable, des divers mouvements en nature et espèces concernant l exploitation. (1) UTH : Unité de travail Humain. Correspond à heures de travail. (2) Le revenu de référence ne peut dépasser le salaire brut moyen des travailleurs non agricoles. Le Ministre arrête, chaque année, le revenu de référence à prendre en considération. (3) Pour accéder à l aide, le producteur doit établir un plan d investissement. 7

13 Elle aboutit à la présentation annuelle : d une description des caractéristiques générales de l exploitation, notamment des facteurs de production mis en œuvre ; d un bilan (actif et passif) et d un compte d exploitation (charges et produits) détaillés ; des éléments nécessaires à l appréciation de l efficacité de la gestion de l exploitation dans son ensemble, ainsi que de la rentabilité des principales spéculations Le type d intervention Une aide financière qui peut prendre plusieurs formes : la subvention-intérêt égale à la différence entre le taux de référence en vigueur lors de la signature du prêt avec l organisme de crédit et le taux minimum de 2 % à charge du bénéficiaire (1 % pour la première installation). Le taux de subvention-intérêt ne peut être supérieur à 5 %. La subvention porte sur une durée maximale de 7 ans pour les biens mobiliers et sur une durée maximale de 15 ans pour les biens immobiliers. l intervention en capital versée en une, deux ou trois tranches, en fonction du montant de l aide. une combinaison d aide en subvention-intérêt et en capital. La garantie publique qui peut être accordée pour tout investissement du plan d investissement bénéficiant d une aide et pour lequel un prêt est demandé auprès d un organisme public ou privé agréé à cette fin Le niveau de l intervention Le niveau d intervention varie selon le type d investissement et peut être majoré selon les cas. Maximum 10 % de l investissement dans le cas de : l achat, l adaptation ou le remplacement de matériel neuf ou d occasion destiné à la poursuite ou au développement d une activité de production déjà pratiquée dans une exploitation ; la construction ou l achat de bâtiments, dans le respect de conditions. En particulier, pour les élevages avicoles ou porcins, uniquement en cas de production de qualité différenciée et pour autant que les investissements (voir plus relèvent des classes 2 ou 3 en matière de permis d environnement loin) ; les travaux d amélioration foncière ; la rénovation lourde et la réfection de bâtiments indispensables à la poursuite des activités professionnelles déjà pratiquées dans l exploitation. La rénovation est considérée comme lourde lorsque son coût représente au moins 50 % de la valeur d un bâtiment neuf équivalent. Par réfection, il faut comprendre la remise à neuf, sans modification structurelle des bâtiments existants, en vue de la réhabilitation après dommages encourus. 8

14 Maximum 25 % de la valeur éligible dans le cas d investissement relatif à : du matériel destiné à la diversification de l activité de la production agricole de l exploitation y compris la première transformation et vente à la ferme. Par diversification, il faut entendre la mise sur le marché par l exploitant agricole d un produit transformé ou non qui n était pas commercialisé antérieurement par l exploitation ou qui sera commercialisé, grâce à l investissement, à une valeur supérieure de 20 % en valeur ajoutée brute unitaire par rapport à son équivalent avant diversification ; du matériel destiné à l amélioration des conditions de vie et de travail de l exploitant agricole repris dans une liste fixée par le Ministre (Annexe 1 : Liste d investissements destinés à l amélioration des conditions de vie et de travail de l exploitant et bénéficiant d une aide de 25 %) ; du matériel spécifique pour la production de biocarburants et/ou d énergie renouvelable avec des produits et co-produits de l activité agricole de l exploitation ou de la coopérative ; des installations de traitement des effluents d élevage, avec production de biocarburants et d énergie renouvelable ; l aménagement de bâtiments et/ou l adaptation de matériel afin de réaliser des économies d énergie en complément aux autres aides publiques déjà fournies par la Région et dans le respect des plafonds d aides fixés par le règlement (CE) 1698/2005 ; de nouveaux bâtiments ou la transformation de bâtiments existants de l exploitation destinés spécifiquement à une production différenciée lors de son démarrage ou de sa première extension. Les produits doivent répondre à la définition de la qualité différenciée (*), les investissements doivent relever des classes 2 ou 3 en matière de permis d environnement et l exploitant agricole doit s engager à poursuivre cette production pendant minimum 6 ans ; des coûts spécifiques lors de l adaptation de bâtiments existants pour répondre à des normes légales allant au-delà des normes communautaires minimales ou pour répondre aux normes communautaires minimales dans les domaines de la protection de l environnement, de la santé publique, du bien être animal ou de la sécurité sur le lieu du travail et cela, dans les 36 mois suivant leur adoption au niveau communautaire, soit durant la période de transition prévue par le règlement et lorsqu il n y a pas d augmentation des capacités ; l adaptation de bâtiments existants pour répondre aux normes communautaires minimales dans les domaines de la protection de l environnement, de la santé publique, du bien-être animal ou de la sécurité sur le lieu du travail par des jeunes exploitants agricoles tels que définis à l art. 22 du règlement (CE) 1698/2005 dans les 36 mois suivant leur installation et lorsqu il n y a pas d augmentation des capacités ; la réduction des émissions de gaz polluants d'origine agricole ; l'installation de systèmes de filtrage de l'air de ventilation des bâtiments d'hébergement des animaux, ainsi que leurs dispositifs de ventilation à air mélangé ; les investissements concourant à la protection de la qualité de l environnement et au bien-être animal repris dans une liste fixée par le Ministre (Annexe 2 : Liste des investissements destinés à la protection de l environnement et au bien-être animal et bénéficiant d une aide de 25 %) ; les investissements dans des systèmes d'observation et d'avertissement dans le cadre de la lutte intégrée. 9

15 L achat de terres, de plantes annuelles, de plantations de plantes annuelles, de droits à paiement unique, de quotas, d animaux ainsi que les simples opérations de remplacement ne peuvent, sauf exceptions bénéficier de l aide à l investissement. Il en est de même pour les travaux de drainage et les travaux ou achat de matériel d irrigation, à moins que ces investissements n entraînent une réduction de la consommation d eau d au moins 25 %. N.B. : La Région wallonne accorde au travers de l AIDA une aide à l investissement pour la mise aux normes des installations de stockage des effluents d élevage (40 % du montant hors TVA). Cette aide sera attribuée sous la forme d une prime en capital, quel que soit le mode de financement des travaux (crédit ou fond propre). Cependant pour en bénéficier, il faut introduire un dossier d agrément avant d entamer les travaux. (*) DEFINITION PRODUIT DE QUALITE DIFFERENCIEE : Produit se distinguant des productions standards par une différenciation de son mode de production (amélioration de la traçabilité du produit, amélioration du bien être-animal, amélioration de l environnement, spécificité traditionnelle garantie (S.T.G.), entre autres) et/ou par une plus value qualitative sur le produit fini (notamment amélioration des qualités gustatives ) et/ou par une identification géographique reconnue (appellation d origine protégée (A.O.P.), indication géographique protégée (I.G.P.)). Répondent à la définition de produit de qualité différenciée : les produits enregistrés au sens du règlement (CE) n 510/2006 du Conseil du 20 mars 2006 relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d origine des produits agricoles et des denrées alimentaires ; les produits enregistrés au sens du règlement (CE) n 509/2006 du Conseil du 20 mars 2006 relatif aux attestations de spécificité des produits agricoles et des denrées alimentaires ; les produits issus de l agriculture biologique au sens du règlement (CE) n 2092/91 du Conseil du 24 juin 1991 concernant le mode de production biologique de produits agricoles et sa présentation sur les produits agricoles et les denrées alimentaires ; les produits répondant aux exigences minimales fixées pour les "oeufs de poules élevées en plein air" ou les "oeufs de poules élevées au sol" au sens du règlement (CE) n 2295/2003 de la Commission du 23 décembre 2003 établissant les modalités d'application du règlement (CEE) n 1907/90 du Conseil concernant certaines normes de commercialisation applicables aux œufs ; 10

16 les produits répondant aux exigences minimales fixées pour les modes d'élevage "élevé à l'intérieur - système extensif", "sortant à l'extérieur", "fermier - élevé en plein air", ou "fermier - élevé en liberté" au sens du règlement (CEE) n 1538/91 de la Commission du 5 juin 1991 portant modalités d'application du règlement (CEE) n 1906/90 du Conseil établissant des normes de commercialisation pour la viande de volaille ; les autres produits obtenus conformément à un cahier des charges répondant à des exigences minimales, arrêtées par le Gouvernement wallon. Les niveaux d aides à l investissement sont majorés : de 5 points de % si le plan d investissement est présenté par un exploitant agricole installé depuis moins de 6 ans et âgé de maximum 40 ans. Lorsque le producteur, installé depuis moins de 6 ans est membre d une association, la majoration est accordée proportionnellement à sa participation dans l association. Lorsqu il est administrateur délégué, gérant ou associé gérant d une personne morale, la majoration est accordée proportionnellement à sa participation dans ladite personne morale ; de 5 points de % si le plan d investissement est présenté par un exploitant agricole situé en zone défavorisée (Annexe 3 : Les zones défavorisées) ; de 2,5 points de % si le plan d investissement, ainsi que toutes les éventuelles demandes d adaptation dudit plan sont présentés par un exploitant agricole ayant fait appel à un consultant agréé. Plafond maximal de l aide : un plafond de est fixé au total cumulé de l ensemble des aides allouées à un agriculteur pour les divers investissements éligibles réalisés sur la durée du plan d investissement de 3 ans ; pour être recevable, un plan d investissement doit prévoir au minimum d investissements sur sa durée et chaque investissement présenté dans le plan, pris individuellement, doit être supérieur à La valeur maximale éligible à l aide par investissement présenté dans le plan est de pour les investissements en matériel et de pour les investissements en bâtiments ; pour le premier plan d investissement présenté par de nouvelles associations d exploitations créées à compter du 1 er janvier 2007, le plafond est fixé à par membre de l association, plafonné à pour l association. Pour son premier plan une nouvelle association peut bénéficier d une majoration de 50 % des valeurs maximales des investissements éligibles à l aide fixés au point Les aides à l installation de jeunes exploitants agricoles : plan de développement Pour bénéficier des aides à l installation, il faut : s installer pour la première fois sur une exploitation comme exploitant à titre principal et devenir agriculteur ; justifier d une qualification professionnelle suffisante ; être âgé entre 20 et 40 ans ; envoyer la demande dans les 3 mois suivant la date officielle d installation comme agriculteur à titre principal ; 11

17 introduire auprès de l administration un plan de développement (*) élaboré avec un consultant ; s engager à s adjoindre les conseils d un consultant pendant minimum 3 ans ; s engager à tenir une comptabilité de gestion ; prouver que l exploitation sur laquelle s effectue l installation respecte les normes de capacité de stockage des effluents d élevage ou à défaut s engager à inscrire la mise en conformité des capacités de stockage comme premier investissement dans le plan d investissement et à le réaliser dans les 3 ans ; justifier dans un délai de 3 ans au moins d une UTH sur la partie reprise et permettre de dégager un revenu de travail équivalent au minimum au revenu seuil régionalisé par UTH. Pour les exploitants en première installation, une mise à jour des connaissances en matière de réglementation communautaire, fédérale et régionale du secteur agricole est ajoutée aux exigences de diplômes et d expérience. Dans le cas d une première installation, le plan de développement peut comporter, par espèce animale, un investissement de (re)garnissage du ou des troupeaux de l exploitation reprise ou créée. Cet investissement doit être réalisé dans les 12 mois suivant la date de reprise ou de création. 2 Les aides maximales prévues pour un plan de développement sont : Pour le volet reprise ou création 1. Une aide en capital égale à 45 % de l investissement sur la 1 ère tranche de d investissements éligibles ; 2. Une subvention-intérêt est égale à la différence entre le taux de référence en vigueur au moment de la signature du prêt avec l organisme de crédit, et le taux minimum de 1 % à charge du bénéficiaire sur la 2 ème tranche d investissements de à Le montant maximal de l aide sous forme de subvention-intérêt est fixé à Le taux de subventionintérêt ne peut être supérieur à 5 % et la subvention-intérêt porte sur une durée maximale de 15 ans pour les investissements en bâtiments et de 7 ans pour les autres investissements. Le cas échéant, la durée de la subvention est réduite de pour respecter le plafond ; 2. Une aide régionale sur la 3 ème tranche d investissements de à Le niveau de cette aide, ainsi que les conditions et modalités d attribution sont fixés par le Ministre ; 3. La garantie publique accordée pour tous les emprunts portant sur des investissements bénéficiant d une aide et pour lesquels un prêt est demandé auprès d un organisme public ou privé agréé à cette fin, pour une durée maximale de 15 ans. La valeur cumulée des aides à l installation des jeunes agriculteurs pour ce volet ne peut dépasser (*) N.B. : Le plan doit être envoyé par courrier recommandé et sous format informatique à l Administration qui fixe la présentation. L administration envoie une notification de recevabilité dans les 10 jours. Le plan est ensuite présenté à un comité d avis qui comme son nom l indique donne, dans les 4 mois, son avis au Ministre et à l Inspecteur général de l Administration sur la validité des objectifs du plan et sur sa capacité à générer en 3 ans un revenu supérieur au revenu seuil régionalisé de l année considérée. Il peut éventuellement y avoir un avis d adaptation du plan. Avant de remettre un avis totalement ou partiellement négatif, le comité d avis doit en informer le demandeur qui dispose d un mois pour introduire un plan d investissement motivé s il le désire. 12

18 Pour le volet investissements Idem que pour les «non-jeunes» exploitants agricoles toutefois, le taux minimum à charge du jeune en première installation bénéficiant d un plan de développement est réduit à 1 %. Le Ministre détermine les cas et la mesure dans lesquels l aide peut être accordée, en tout ou en partie, sous forme d amortissements différés de l emprunt. Les investissements éligibles pour la partie «reprise» ou «création» du plan de développement sont respectivement : 1. la reprise ou l achat de matériel ; 2. la reprise de cheptel et le regarnissage éventuel ou l achat de cheptel en 1 ère année ; 3. la reprise (achat de bâtiments faisant partie de l exploitation reprise) ou la construction et l achat de bâtiments ; 4. la reprise ou l achat de stocks pour un maximum de par exploitation ; 5. l'indemnisation d'arrière-engrais pour un maximum de 350 par ha ; 6. l'indemnisation des cultures agricoles en croissance existantes, pour un maximum de 750 par ha, ainsi que la reprise de cultures horticoles sur justification de la valeur ; 7. le rachat de parts au sein d une exploitation agricole personne morale, déjà existante, à concurrence de la valeur représentante de chaque part des investissements de reprise figurant aux points 1 à 6 ci-dessus. Cette valeur est établie sur base d'une expertise avec inventaire détaillé par un réviseur d'entreprise agréé par l'institut des réviseurs d'entreprises ; 8. les frais de conception du plan de développement hors frais de consultant. L exploitant agricole n est pas tenu de suivre l avis du consultant lors de la conception de son plan de développement. En cas de divergence de vues, le consultant, qui doit contresigner le plan de développement, est tenu d indiquer dans une annexe au plan, la ou les alternatives qu il propose. Une aide régionale couvrant à 80 % les frais liés à la rédaction d un plan est attribuée à tout exploitant agricole qui en fait la demande. Le plafond des frais éligibles est fixé à 800 pour un plan d investissement et pour un plan de développement comprenant ou non un plan d investissement. Une aide régionale couvrant 80 % des frais liés au suivi de la mise en œuvre d un plan est attribuée à tout exploitant agricole bénéficiant d un plan adopté qui en a fait la demande lors de l introduction de son plan. Le plafond des frais éligibles pour ce suivi est, pour la durée de mise en œuvre du plan, fixé à 900 pour un plan d investissement et pour un plan de développement comprenant ou non un plan d investissement. 13

19 3.5. Les primes aux agriculteurs installés en zones défavorisées Pour pouvoir bénéficier de l'indemnité compensatoire, l agriculteur doit satisfaire aux conditions suivantes : 1. être identifié auprès de l'administration dans le cadre du système intégré de gestion et de contrôle (SIGEC) ; 2. introduire une demande annuelle auprès d une des Directions des services extérieurs de l'administration. Cette demande constitue l engagement du point 3 ; 3. s'engager à respecter toutes les conditions d'octroi du bénéfice de l'indemnité considérée et à accepter tout contrôle sur place ; 4. introduire une déclaration de superficie et demande d aides annuellement auprès d une des Directions des services extérieurs de l'administration et selon ses instructions ; 5. gérer une exploitation de minimum 3 ha et dont 40 % de la superficie sont situés en zone défavorisée ; 6. exercer une activité à titre principal. Lorsqu il s agit d un groupement d exploitants agricoles, seule(s) la (ou les) personne(s) physique(s) qui répond(ent) à cette condition peu(ven)t bénéficier de l indemnité. Dans le cas de personne morale, le droit à l indemnité est uniquement ouvert aux administrateurs délégués, gérants ou associés gérants qui répondent à cette condition ; 7. les personnes qui ouvrent le droit à l indemnité ne peuvent avoir atteint l âge de 65 ans avant le 1 er janvier de l année qui suit celle de la demande ; 9. s'engager à poursuivre l'activité agricole dans une zone défavorisée pendant au moins cinq ans ; 10. disposer d une charge en bétail moyenne sur l année supérieure ou égale à 0,6 UGB pâturant par hectare de superficie déclaré en superficie fourragère dans la déclaration de superficie ; 11. respecter un taux de liaison au sol global ou le cas échéant un taux de liaison au sol «zone vulnérable» inférieur ou égal à 1. Pour plus d information sur AIDA : Région wallonne Portail de l agriculture Tél. : 081/

20 Conditionnalité des aides directes et Système de Conseil Agricole wallon (SCA) Le Système de Conseil Agricole a été mis en place afin d aider les producteurs à se mettre en conformité avec les multiples normes de conditionnalité. Ces normes sont groupées en quatre domaines : 1) le respect de l environnement et en particulier la gestion durable de l azote ; 2) la santé publique, la santé des animaux et des végétaux, la sécurité des denrées alimentaires ; 3) le respect du bien-être animal ; 4) le maintien des pâturages permanents et les bonnes pratiques agricoles. Le recours au SCA permet aux producteurs d être conseillés pour corriger les non-conformités relevées lors des divers contrôles. Etant entendu que lors de la constatation de telles non-conformités, celles-ci occasionnent une diminution des aides octroyées. Afin d aider au mieux les producteurs, le SCA regroupe les compétences de la Direction du Développement et de la Vulgarisation de la DGA de la Région wallonne, ainsi que des partenaires privés et spécialisés dans les différents secteurs de la conditionnalité, dont fait partie la FACW, pour le domaine du bien-être animal (spécifique au secteur qui la concerne). Le Système de Conseil Agricole est un service gratuit et accessible à tout agriculteur percevant des aides directes. Pour plus d informations : Direction Générale de l Agriculture Direction du Développement et de la Qualité Système de Conseil Agricole Ilot Saint-Luc 14, Chaussée de Louvain 5000 Namur Contacts : Luc OPDECAMPS 081/ Aurore DELPIRE 081/

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS)

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) Dernière révision du document : juillet 2012 QUAND ET COMMENT DÉPOSER LE DOSSIER AUPRÈS DE L'ADMINISTRATION? Le projet d assainissement est à envoyer

Plus en détail

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1565 Liège, le 23 octobre 2006 Objet : Demande de permis unique relative à la régularisation d une porcherie d engraissement de 3.500 porcs et d une étable de 30 bovins à Kettenis

Plus en détail

Réglementation des implantations commerciales en

Réglementation des implantations commerciales en Réglementation des implantations commerciales en Belgique La réglementation des implantations commerciales, jusqu ici encadrée par la loi «Cadenas» du 29 juin 1975, est désormais soumise à la loi baptisée

Plus en détail

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité»

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Objectifs : Le Conseil Régional de Lorraine, la DRAC de Lorraine et

Plus en détail

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations Communauté de Communes de la Vallée de Munster Vérification périodique des équipements et des installations Cahier des clauses administratives particulières 9 rue Sébastopol 68140 MUNSTER Tél. 03 89 77

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE Je fais un don à la Fondation de France / Fondation des promoteurs immobiliers de France de : 1.500 5.000 Engagement de soutien :

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Comment introduire la demande?

Comment introduire la demande? Vous avez, ou vous voulez, introduire une demande de permis d environnement de classe 1 ou 2. Cette fiche, élaborée par la Fédération Wallonne de l Agriculture, vous aide à suivre la procédure de votre

Plus en détail

Circulaire. Champ d'application. Chapitre I (Introduction des dossiers de demande d aide)

Circulaire. Champ d'application. Chapitre I (Introduction des dossiers de demande d aide) Luxembourg, le 16 décembre 2008 Circulaire concernant les critères à observer lors de l'introduction d'une demande d'aide dans le cadre du Titre II, chapitre 7 de la loi du 18 avril 2008 concernant le

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Comment introduire une demande de permis d environnement (classe 1 ou 2)?

Comment introduire une demande de permis d environnement (classe 1 ou 2)? CCW_FPE05 Comment introduire une demande de permis d environnement (classe 1 ou 2)? Les classes 2 et 1 regroupent les installations et activités ayant un impact respectivement moyen et important sur l

Plus en détail

OBJET. Réforme de l assurance maladie : aide à l acquisition d une couverture complémentaire présentation du dispositif, modalités de mise en œuvre.

OBJET. Réforme de l assurance maladie : aide à l acquisition d une couverture complémentaire présentation du dispositif, modalités de mise en œuvre. DATE : Levallois, le 19 mai 2005 REFERENCES : Circulaire n 14/2005 DESTINATAIRES - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons agréées par la Mutuelle Saint-Martin OBJET Réforme

Plus en détail

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur.

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. LE MINISTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, VU la Constitution

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

L AIDE À L INVESTISSEMENT (AI)

L AIDE À L INVESTISSEMENT (AI) L AIDE À L INVESTISSEMENT (AI) 1. Objectifs de l aide à l investissement La subvention d investissement de la Collectivité Départementale de Mayotte a pour finalité de favoriser la création et le développement

Plus en détail

Assurance gratuite contre la perte de revenus

Assurance gratuite contre la perte de revenus Assurance gratuite contre la perte de revenus INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété L assurance gratuite contre la perte de revenus est une assurance souscrite,

Plus en détail

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Ministre, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme, du Patrimoine

Plus en détail

Patrimoine classé. Restauration - Intervenants. Pour tous les monuments classés

Patrimoine classé. Restauration - Intervenants. Pour tous les monuments classés Restauration - Intervenants Lancer un projet de restauration d un monument classé : principaux intervenants Pour tous les monuments classés Le Ministre Le Ministre du Patrimoine définit et oriente la politique

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Aides et applications pratiques sur le terrain

Aides et applications pratiques sur le terrain Demain,... quels bâtiments agricoles? Aides et applications pratiques sur le terrain Marc Reuter, Directeur f.f. Direction des Services extérieures de Malmedy & Pierre Meiers, Attaché Direction de l Espace

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES Cadre réservé à l administration Date de dépôt N dossier Mairie des Herbiers Direction des services techniques 6 rue du Tourniquet

Plus en détail

SUBVENTIONS D INTéRêT

SUBVENTIONS D INTéRêT DISPOSITIONS COMPLÉMENTAIRES - SUBVENTIONS D INTÉRÊT 1 SUBVENTIONS D INTéRêT Sommaire Loi modifiée du 22 juin 1963 fixant le régime des traitements des fonctionnaires de l Etat (Extrait: Art. 29sexties)

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME

AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME En vue de développer la capacité et la qualité de l hébergement touristique sur le territoire hautmarnais, et d aider à la mise aux normes sécurité et accessibilité des

Plus en détail

Taxe sur la valeur ajoutée

Taxe sur la valeur ajoutée Taxe sur la valeur ajoutée Introduction La taxe sur la valeur ajoutée est une des questions incontournables pour une entreprise, qu elle soit starter ou déjà bien établie. La TVA concerne chaque opération

Plus en détail

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux Informations sur les demandes de paiement Principes généraux Conditions préalables Le porteur de projet et ses partenaires co-financeurs préfinancent le projet. Le versement de la subvention communautaire

Plus en détail

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Fonctionnaire délégué, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme,

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION

DEMANDE DE SUBVENTION DEMANDE DE SUBVENTION FONDS NATIONAL D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE REGION : Centre Département : CHER (18) INFORMATIONS CONCERNANT LE PROJET Intitulé du projet et résumé de l objet :.....

Plus en détail

Conditions des Prêts d études

Conditions des Prêts d études Conditions des Prêts d études (contrat de crédit général - n agrément SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes & Energie Régulation et Organisation du Marché, Crédit et Endettement : 130941) Interventions

Plus en détail

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Agence wallonne de l Air et du Climat Demande de subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Demande à introduire au plus tard le 15 octobre

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 16 mars 2015 Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX»

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» A retourner au Conseil régional de Bourgogne : Conseil Régional de Bourgogne, Direction de l Agriculture et du Développement rural, 17 boulevard

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

DEMANDE DE PRET D ETUDES

DEMANDE DE PRET D ETUDES PROVINCE DE LUXEMBOURG ANNEE 2010-2011 1ére Inspection Générale DEPARTEMENT DES AFFAIRES SOCIALES ET HOSPITALIERES DIVISION DES AFFAIRES SOCIALES Services des Prêts et des Primes DEMANDE DE PRET D ETUDES

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H 1 CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H CONDITIONS L obtention d une bourse scolaire est subordonnée aux conditions suivantes

Plus en détail

Librairies francophones à l étranger

Librairies francophones à l étranger Centre national du livre Hôtel d Avejan - 53, rue de Verneuil - 75343 Paris Cedex 07 Tél. 00 33 (0)1 49 54 68 43 Fax 00 33 (0)1 45 49 10 21 site Internet : http://www.centrenationaldulivre.fr Librairies

Plus en détail

L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) EMPLOYEUR. JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS)

L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) EMPLOYEUR. JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS) Article 60, 7 1 L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS) Conditions tout ayant droit à l intégration sociale ; tout ayant droit à l aide sociale financière

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER DECEMBRE 2011 5 B-14-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER DECEMBRE 2011 5 B-14-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER DECEMBRE 2011 5 B-14-11 IMPOT SUR LE REVENU. CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT VERSES AU TITRE DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION

Plus en détail

Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises

Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises I. La prime garde des enfants a. Origine 1) Conformément à l accord sectoriel 2013-2014, le Fonds social de chacune des commissions paritaires 202, 311

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.3.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

Fiche d information financière assurance-vie branches 21 et 23 ERGO Life Assurance-rentier 1

Fiche d information financière assurance-vie branches 21 et 23 ERGO Life Assurance-rentier 1 Fiche d information financière assurance-vie branches 21 et 23 ERGO Life Assurance-rentier 1 ERGO Life Assurance-rentier 1 Type d assurance-vie Assurance-vie avec versement de rente fixe (branche 21) et/ou

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Permis d exploitation et de la concession minière

Permis d exploitation et de la concession minière Permis d exploitation et de la concession minière CODE: CS/10 DERNIERE ACTUALISATION: Novembre 2012 DESCRIPTION: L exploitation minière se définit comme l ensemble des travaux géologiques et miniers par

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers.

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Certaines situations «humanitaires» spécifiques peuvent justifier l octroi d une autorisation

Plus en détail

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises (Articles 44 à46 bis) I. Nouveaux promoteurs : 1. Définition (art 44) : Sont considérés nouveaux promoteurs (N.P), les personnes physiques de nationalité

Plus en détail

L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration

L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration (capacité inférieure à 100 EH) L eau préservée... Cette brochure ne concerne pas

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET D EPARGNE SOLIDAIRE POUR LES PERSONNES MORALES

CONDITIONS GENERALES LIVRET D EPARGNE SOLIDAIRE POUR LES PERSONNES MORALES Etablissement contractant Crédit Municipal de Nantes Etablissement public de crédit et d aide sociale N Siret 264 400 557 00 205 Siège social 2 rue Marcel Paul- BP 90625 44006 Nantes cedex 1 Tél. 02 40

Plus en détail

Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement»

Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement» Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement» (Prêts à tempéraments - n agrément SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes & Energie Régulation et Organisation du Marché, Crédit et Endettement : 130941)

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE PRET

DOSSIER DE DEMANDE DE PRET DOSSIER DE DEMANDE DE PRET Organisme d où est issue la demande : Nom et coordonnées de la personne de contact : Date de la demande : Objet de la demande : Micro-crédit (P.P. 15.000 ) Fonds d amorçage (P.M.

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

Décret n 76-166 du 27 avril 1976 Fixant les modalités de gestion du Domaine National. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. CHAPITRE PREMIER.

Décret n 76-166 du 27 avril 1976 Fixant les modalités de gestion du Domaine National. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. CHAPITRE PREMIER. Décret n 76-166 du 27 avril 1976 Fixant les modalités de gestion du Domaine National. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Vu la constitution du 2 juin 1972, modifiée et complétée par la loi n 75-1 du 9 mai

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

- 4 - L aide ménagère

- 4 - L aide ménagère - 4 - L aide ménagère Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 49 LES 4 4 - L aide ménagère. Dispositions générales. Article 1.1 Objectifs. L aide ménagère

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

Vu le code des douanes, tel que promulgué par la loi n 2008-34 du 2 juin 2008 et notamment son article 180,

Vu le code des douanes, tel que promulgué par la loi n 2008-34 du 2 juin 2008 et notamment son article 180, Arrêté du ministre des finances du 2 mars 2009, fixant les procédures d octroi du régime et les modalités d aménagements et d exploitation de l entrepôt privé. Le ministre des finances, Vu le code des

Plus en détail

Règlement organique d un fonds provincial d études

Règlement organique d un fonds provincial d études Interventions sociales Règlement organique d un fonds provincial d études BENEFICIAIRES Article 1 er Le fonds est destiné à octroyer les prêts à des jeunes gens bénéficiant ou non d une bourse d études

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) aides financières. création, implantation et développement d entreprises

Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) aides financières. création, implantation et développement d entreprises Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) aides financières création, implantation et développement d entreprises x TABLE DES MATIERES 2 1. PRÉAMBULE 1.1. PRINCIPES GÉNÉRAUX 3 2. SOUTIEN

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne)

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne) MARCHES PUBLICS : GUIDE DE PROCEDURE INTERNE RAPPEL CODE DES MARCHES PUBLICS Textes de référence : - Code des Marchés Publics (D 2006-975 du 1er août 2006) - Règlement Intérieur CCIT de l ARIEGE - Règlement

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. Base juridique

NOTE JURIDIQUE. Base juridique Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE - OBJET : Retraite anticipée des fonctionnaires handicapés Base juridique Article L.24

Plus en détail

Par contre, quelques formalités sont obligatoires pour être en règle.. mais pas de tenue d une comptabilité compliquée.

Par contre, quelques formalités sont obligatoires pour être en règle.. mais pas de tenue d une comptabilité compliquée. Par contre, quelques formalités sont obligatoires pour être en règle.. mais pas de tenue d une comptabilité compliquée. Les seules formalités nécessaires consistent en : 1. une demande d identification

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF)

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) Généralités : Le compte personnel de formation (CPF) est applicable depuis le 1er janvier 2015. Créé par la loi n du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle, il permet aux salariés et

Plus en détail

VILLE DE LESTREM PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES DOSSIER DE CANDIDATURE

VILLE DE LESTREM PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES DOSSIER DE CANDIDATURE PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES VILLE DE LESTREM DOSSIER DE CANDIDATURE - Date de remise du dossier par la Ville :. - Date d accusé réception du

Plus en détail

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité Objectifs Financer les actions et opérations contribuant à la réalisation

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Avis du 13 janvier 2015 VERSION FINALE Avis du Comité consultatif du secteur financier sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Lors de la réunion d installation du Comité consultatif

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema.

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema. La convention AERAS * s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé * La convention est téléchargeable sur www.gema.fr GEMA, 9, rue de Saint-Pétersbourg 75008 Paris - janvier 2007 1 Convention

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES

LES CONDITIONS GENERALES LES CONDITIONS GENERALES Plan de Rénovation équipement d accueil de jeunes enfants Décembre 2013 1/8 2/8 L objet de la convention La présente convention définit et encadre les modalités d intervention

Plus en détail

SOMMAIRE. N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL

SOMMAIRE. N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 SOMMAIRE MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL QUESTIONS PRATIQUES (les nouvelles questions/réponses par rapport

Plus en détail

1) Pourquoi une instruction spécifique

1) Pourquoi une instruction spécifique Préambule Ce guide d instruction a vocation à faciliter l examen des demandes étudiantes de gratuité des transports sur le réseau STAR en donnant à chaque instructeur des Centres Communaux ou Intercommunaux

Plus en détail

Secure 21 Type d assurance-vie Garanties Public cible Rendement Rendements du passé Souscription Frais

Secure 21 Type d assurance-vie Garanties Public cible Rendement Rendements du passé Souscription Frais Secure 21 Type d assurance-vie Assurance vie à Prime unique et rendement garanti (branche 21). L application concrète de ce type d investissement est attestée par le Certificat Personnel. Les investissements

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

La transmission d entreprises en droit fiscal wallon

La transmission d entreprises en droit fiscal wallon La transmission d entreprises en droit fiscal wallon Régime Conditions d octroi du taux de 0% Conditions spécifiques exigées pour la transmission d un droit réel sur titres et créances Condition de maintien

Plus en détail

la réforme des cotisations sociales des indépendants expliquée

la réforme des cotisations sociales des indépendants expliquée la réforme des cotisations sociales des indépendants expliquée INDEPENDANT Table des matières 1. Principe de base 2 2. Adaptation des cotisations sociales 2 3. Régularisation 4 4. Calcul au prorata pour

Plus en détail

LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3

LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3 LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3 Dernière révision du document : février 2013 Entré en vigueur le 1 er octobre 2002, le "Permis d Environnement" (créé par le décret du 11 mars 1999) peut être considéré

Plus en détail

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES PORTEURS DE PROJETS DE GITES & CHAMBRES D HOTES

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES PORTEURS DE PROJETS DE GITES & CHAMBRES D HOTES PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES PORTEURS DE PROJETS DE GITES & CHAMBRES D HOTES Avec V o u s, le Conseil Général fait bouger les Vosges! Création Développement CONSEIL GENERAL DES VOSGES

Plus en détail