Qui travaille dans l économie informelle?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qui travaille dans l économie informelle?"

Transcription

1 5 ] Santé et sécurité sociale Le cas du secteur informel CADRE GÉNÉRAL Dans la plupart des pays existent des systèmes formels de sécurité sociale qui se basent sur un paquet de mesures de prévention et d indemnisation. La nature et l ampleur des services proposés peuvent être différents, mais le principe est toujours le même : protéger les gens quand ils perdent (une partie de) leurs revenus, ou lorsque leurs revenus sont insuffisants pour couvrir certains besoins (par exemple en matière de santé, de charge d enfants, etc.). Selon la Convention 102 de l Organisation internationale du Travail (OIT), qui fixe les normes minimales pour la sécurité sociale, un système global de sécurité sociale doit couvrir les risques de maladie, de chômage, de maternité, d accident de travail, de vieillesse, etc. Ces systèmes de sécurité sociale se sont développés, en concertation avec les partenaires sociaux après la seconde guerre mondiale, dans la plupart des pays industrialisés. Dans les pays en voie de développement, de tels systèmes existent également, mais ils couvrent moins de risques et excluent généralement les travailleurs de l économie informelle et ceux du monde rural, alors que ces derniers forment la majorité de la population active 1 UN CAS SPÉCIFIQUE : LE SECTEUR INFORMEL 2 Il y a plus de trois décennies, le concept du secteur informel a été inventé par des chercheurs de l Université de Nairobi, puis répandu par l Organisation internationale du Travail (OIT). Au début des années 70, l OIT envoyait des «missions d emploi» vers une série de pays du Sud. En 1972, une telle mission arrive au Kenya et constate que le secteur traditionnel se maintient, se développe même et qu il englobe des activités tantôt rémunératrices tantôt marginales. Le rapport de cette mission utilise pour la première fois le terme «secteur informel» dans l analyse de la situation de l emploi. En 2002, l OIT propose d utiliser l expression «économie informelle» en lieu et place de «secteur informel» pour faire référence à toutes les activités économiques de travailleurs et d unités économiques qui ne sont pas couvertes par des dispositions formelles, car les travailleurs et les entreprises informelles n appartiennent pas à un seul secteur ou domaine d activités. Il est également à noter que le phénomène ne se borne pas aux pays en développement; il s agit bel et bien d un phénomène global, qui a crû rapidement dans tous les coins du monde, y compris dans les pays industrialisés. En Belgique, l économie informelle est loin d être un phénomène marginal : plus de 15 % du Produit intérieur brut (PIB) relèverait du travail au noir. Celui-ci coûte cher à l Etat (moins de recettes fiscales) et surtout à la sécurité sociale (moins de cotisations sociales). 1 «Sécurité sociale-un nouveau consensus», Résolution de la Conférence internationale du travail, 89 e session, 2001, Genève, 15 ; ILO, «Social Security for All», Social Security Policy Briefings, Paper 7, 2009, p3 2 Extrait du dossier «Economie informelle, mirages et réalités» du Ici et Là-bas n 70, septembre-octobre 2007, publié par Solidarité Mondiale :

2 5 ] Santé et sécurité sociale page 2 L existence et la croissance rapide de l économie informelle ne s expliquent pas par un simple facteur comme le manque ou l application défectueuse de la législation. De façon sous-jacente, plusieurs causes se sont combinées pour engendrer ce phénomène. La course néolibérale à la globalisation a eu un impact énorme sur la croissance de l économie informelle. Depuis les années 70, les institutions financières ont forcé les pays en voie de développement à ouvrir leurs marchés à la compétition. Par la suite, ces pays ont essayé d attirer les capitaux étrangers. Évidemment, l économie des pays en voie de développement, basée sur des activités traditionnelles, n a pas pu faire face à la concurrence des grandes entreprises des pays industrialisés, donnant lieu à des restructurations, des licenciements en masse et/ou à une multiplication significative de contrats de travail précaires. En même temps, sous la pression des mêmes institutions internationales, les gouvernements devaient réduire les budgets prévus aux fins sociales. Ce qui a conduit à la fois à la privatisation des services publics et à la réduction des services sociaux au moment où les travailleurs en avaient besoin plus que jamais. Sans allocation de chômage, on n a plus le temps de chercher un travail décent qui vous convient, ni le temps de se qualifier pour un autre métier. Sans revenu, comment accéder aux soins médicaux ou hospitaliers? La migration contribue également à l expansion de l économie informelle. Bien que dans les pays en développement l agriculture représente encore un secteur clé de l économie, la chute des prix agricoles continue à inciter les gens à émigrer vers les villes à la recherche de meilleurs emplois. Mais l économie formelle ne parvient pas à absorber ce flux de travailleurs migrants. Ils s agglutinent alors dans les quartiers les plus pauvres en cherchant à développer une activité quelque peu rémunératrice. Ceux qui essaient d émigrer vers les pays industrialisés se voient contraints à faire les «jobs sales» (ateliers clandestins), dangereux (construction) et exigeants (personnel domestique), car ils ne parlent pas la langue, n ont pas les papiers requis, etc. D autre part, il y a aussi des causes de nature spécifique qui se produisent dans certains pays ou certaines régions seules (catastrophes naturelles ) provoquant des flux migratoires vers les villes avec toutes les conséquences décrites ci-dessus. En Europe Centrale et Europe de l Est, le passage trop rapide de l économie étatisée vers une économie de libre marché a conduit à la privatisation et la fermeture des entreprises de l Etat. Ceci a été suivi de restructurations et de licenciements massifs. Qui travaille dans l économie informelle? L économie informelle regroupe des travailleurs indépendants dans des activités de survie : vendeurs ambulants, éboueurs et ramasseurs de rebuts et de vieux vêtements. Puis, on y compte également des travailleurs domestiques, des travailleurs à domicile et des travailleurs dans les ateliers clandestins qui sont des «travailleurs salariés déguisés» dans les chaînes de production. Enfin, il y a les indépendants des microentreprises qui travaillent seuls ou avec des membres de leurs familles. L important est de noter ici la diversité des personnes qui relèvent de l économie informelle dans la mesure où les problèmes et les besoins sont différents, par exemple, pour ceux qui exercent des activités de survie, pour les travailleurs à domicile dont la relation d emploi avec un employeur n est pas reconnue, ni protégée, et pour les indépendants et les employeurs confrontés à divers types d obstacles pour se formaliser. La plupart des gens actifs dans l économie informelle sont aussi les plus vulnérables : des femmes, des enfants, des personnes âgées, des travailleurs migrants. Pour les femmes en Afrique subsaharienne par exemple, le travail informel représente 92% de l ensemble des possibilités d emploi en dehors de l agriculture. L immense majorité n a pas reçu d éducation ou n a pas terminé sa formation. Les problèmes Le travail réalisé dans l économie informelle, qu il soit rémunéré par un tiers ou pour son propre compte, n est ni reconnu, ni régulé, ni protégé par les lois ou réglementations existantes. Plus fort encore, souvent, ce travail est manifestement négligé et reste donc exclu de la politique. Cette exclusion rend l exercice des activités du secteur plus difficile encore. En l absence d un statut légal, les travailleurs occupés dans ces activités ne font pas valoir leurs droits socio-économiques, qui sont pourtant des droits fondamentaux. Les travailleurs ne peuvent pas faire respecter les contrats (dans le cas où un contrat a été conclu) En outre, les banques refusent d accorder des prêts, qui sont nécessaires pour développer une activité commerciale. Ainsi, le travailleur cherchera l argent auprès d usuriers qui imposeront un taux d intérêt beaucoup plus important, et qui n hésiteront pas à user éventuellement de violence afin de récupérer le prêt. Au niveau de la protection sociale, il est clair que les travailleurs de l économie informelle sont dépourvus de toute forme de protection sociale. En cas de maladie, d accident de travail, de perte d emploi ou de vieillesse, les travailleurs n ont pas accès à un système de protection sociale qui les aide à surmonter ces «accidents de la vie». Quant à leur représentation, on note que ces travailleurs sont rarement organisés en syndicats à cause de la diversité des relations de travail et de leur isolement. Ce manque de représentation les empêche de faire

3 entendre leur voix et d influencer la prise de décision politique. L emploi informel est généralement marqué par un fort degré d instabilité et les revenus sont extrêmement faibles et irréguliers. Il n est pas surprenant dès lors que le pourcentage de pauvres est beaucoup plus élevé dans l économie informelle, parce que les activités se caractérisent par le hasard, par des circonstances et des opportunités, plutôt que par des choix réfléchis et assumés. La réponse institutionnelle Alors que le phénomène est connu depuis plus de 30 ans, il a été largement ignoré, rarement appuyé et plutôt découragé par les gouvernements nationaux. Souvent encore, l économie informelle est perçue comme souterraine, illégale et même criminelle. Il n est donc pas surprenant que les travailleurs de l économie informelle fassent l objet de répression et de harcèlement. En Amérique latine et en Asie, les autorités de certains pays ont mis en place des opérations d expulsion des vendeurs ambulants en libérant le centre ville de leurs points de vente. L action policière est souvent violente : les biens du vendeur sont confisqués, les points de vente détruits, les vendeurs menacés et parfois agressés. Au niveau international, l OIT se trouve en meilleure position pour faire face à l enjeu de l économie informelle grâce à sa composition tripartite (gouvernements, employeurs et travailleurs) et son mandat qui est axé sur la réalisation de la justice sociale. Certes, parmi les grandes institutions internationales - telles que les Nations unies, l Organisation mondiale du commerce ou la Banque mondiale - l OIT est la seule organisation à s être réellement préoccupée de l économie informelle. Mais le travail réalisé est plutôt de nature académique comme le démontre la longue liste des publications de l OIT sur le sujet (recherches, statistiques, rapports du Directeur général). Ce qui manque réellement aujourd hui, c est un cadre de travail «normatif». Trop souvent, on souligne que le travailleur de l économie informelle se met en dehors du cadre légal et administratif, mais cette idée ne tient pas compte de la réalité. Celle-ci nous montre que les travailleurs salariés de l économie informelle sont des victimes à la fois de l abus des employeurs qui refusent de déclarer le travail - et de l application et du contrôle déficients de la législation en vigueur. Pour les travailleurs indépendants, le problème réside dans le fait que les politiques ne se rendent pas du tout compte des intérêts et des besoins de ces travailleurs, qui sont bel et bien différents de ceux des grandes entreprises industrielles. Il faut un cadre juridique, économique et social qui s adapte aux caractéristiques des activités informelles et qui contribue de cette manière à la transformation de l économie informelle. Pour atteindre cet objectif, l OIT devrait appeler les gouvernements et les partenaires sociaux à développer conjointement des normes internationales contraignantes de travail pour l économie informelle. Et aux gouvernements et aux partenaires sociaux, il convient de rappeler que les droits des travailleurs sont des droits fondamentaux, consacrés dans plusieurs traités et pactes internationaux. Pour cette raison, les droits des travailleurs de l économie informelle doivent être protégés et garantis. LES ENJEUX La sécurité sociale inclut les prestations de soins de santé et les prestations familiales et assure la sécurité de revenus en cas d aléas tels que la maladie, le chômage, la vieillesse, l incapacité, la maternité ou la perte du soutien de famille. Il n est pas toujours nécessaire, ni même possible dans certains cas, d avoir le même éventail d instruments de sécurité sociale pour toutes les catégories de personnes. Si les circonstances nationales le permettent, les instruments peuvent être plus complets en ce qui concerne les catégories de personnes concernées et l éventail des prestations. Lorsque la capacité de financement de la sécurité sociale est limitée, il convient d accorder d abord la priorité aux besoins les plus pressants pour les groupes concernés. 3 Le dialogue social Le rôle de l Etat est évidemment capital, puisqu il est le garant des régimes d assurance sociale. Pour qu elles soient efficaces, les initiatives visant à établir ou à élargir la sécurité sociale impliquent toutefois le dialogue social. Même en l absence d une relation directe employeur/travailleur, le principe ou le précédent de la contribution de l employeur à la protection des travailleurs peut être utilisé, et l a effectivement été, pour affecter les contributions de l employeur ou de l Etat à l alimentation de fonds spéciaux destinés aux travailleurs du secteur informel. En Inde, par exemple, il existe des lois qui habilitent les pouvoirs publics au niveau tant national que des Etats à constituer des fonds spéciaux pour servir des prestations de sécurité sociale aux travailleurs, en prélevant un impôt (ou une taxe parafiscale) sur le total des produits de certains secteurs. Les prestations et les services d aide sociale au titre de ces fonds d aide créés par les pouvoirs publics mais surveillés par un conseil tripartite couvrent les allocations de logement, les bourses scolaires, la santé ainsi que d autres prestations. La santé et la sécurité dans le travail Une des raisons majeures pour lesquelles la protection sociale est particulièrement importante pour les travailleurs du secteur informel est qu ils risquent, beaucoup plus que ceux du secteur formel, d être exposés à des milieux de travail de mauvaise qualité, à des normes peu élevées en matière de sécurité et de santé et à des risques environnementaux. Cette exposition compromet 3 Source d informations : «Travail décent et économie informelle» : Rapport VI de la Conférence internationale du Travail, 90 ème session, ] Santé et sécurité sociale page 3

4 5 ] Santé et sécurité sociale page 4 la santé et la productivité ainsi que le bien-être général et la qualité de vie des travailleurs du secteur informel et de leurs familles. Souvent, toutefois, ils ignorent les risques auxquels ils sont exposés et, s ils les connaissent, ils ne savent comment les éviter. Le niveau médiocre des techniques, la faiblesse de la productivité, les relations d emploi irrégulières et le manque de capacités d investissement aggravent généralement l exposition des travailleurs du secteur informel aux accidents du travail et aux maladies professionnelles. Les insuffisances en matière de compétences techniques et gestionnaires sont des facteurs qui exacerbent cette situation. Pour les nombreuses travailleuses du secteur informel qui combinent les activités productives à domicile avec l éducation des enfants et les tâches ménagères, les risques habituels sont aggravés par la mauvaise tenue du ménage et les longs horaires de travail. Les risques qu entraîne le travail sont souvent étroitement liés aux risques découlant d un milieu de vie inapproprié, puisque le domicile est souvent le lieu de travail. Par conséquent, ce ne sont pas uniquement les travailleurs du secteur informel, mais aussi leurs familles, voire leurs voisins, qui sont exposés aux divers dangers et accidents du travail et qui sont vulnérables aux maladies et à la mauvaise santé. Enfin, pour les travailleurs de ce secteur qui exercent leur activité dans des espaces ouverts ou des lieux non reconnus à cet usage par la loi et qui n ont pas de droit de propriété, les problèmes de sécurité et de santé au travail sont aussi liés à l absence d accès à des installations sanitaires, à l eau potable, à l électricité ou à l évacuation des déchets. La micro-assurance et les systèmes régionaux Dans de nombreux pays en développement, la protection contre les risques sociaux, lorsqu elle n est pas imposée par la loi ou assurée par l Etat ou les employeurs, est fournie par la famille ou la communauté. Là où, en particulier, les normes sociales jouent un rôle important d influence sur le comportement social, on trouve plusieurs exemples de mécanismes informels d assurance sociale basés sur le principe tantôt de la solidarité, tantôt de la réciprocité. Toutefois, les prestations servies au départ de ces sources informelles sont rarement suffisantes et souvent incertaines, en particulier lors des crises généralisées ou prolongées. Ces dernières années, divers groupes de travailleurs du secteur informel ont créé leurs propres systèmes de micro-assurance. Le terme «micro-assurance» désigne la capacité de traiter des flux modestes d espèces (qu il s agisse de recettes ou de dépenses) et non pas la taille du système, même si ces systèmes ont souvent un caractère local et un nombre très réduit de membres. La micro-assurance se base sur l idée de départ que certains groupes qui ne sont pas protégés par les systèmes existants peuvent définir leur propre ensemble de besoins prioritaires, que ces besoins peuvent être assurés et que les membres du groupe sont disposés à payer pour cette assurance. La micro-assurance est autre chose qu une simple forme d assurance ou de financement des soins de santé. C est une sorte d organisation sociale fondée sur les concepts de solidarité et de mise en commun des risques, ce qui suppose la participation active des membres de chaque groupe. Généralement, ces groupes sont déjà organisés et fournissent par exemple des facilités à leurs membres pour obtenir de petits crédits : la micro-assurance constitue donc fréquemment un élargissement de leurs activités. Ces organisations peuvent utiliser une partie des excédents dégagés par leurs activités principales pour subventionner l assurance maladie. Beaucoup de ces systèmes ont pour premier but d aider leurs affiliés à faire face à la charge imprévisible de dépenses médicales qu ils doivent assumer sur leurs fonds propres. Ils n entendent pas offrir une assurance maladie complète, a fortiori servir des prestations de remplacement du revenu. DES ACTIONS au Sud et au Nord Les hésitations et les manquements divers des acteurs politiques n ont pas empêché les acteurs de terrain de chercher des réponses comme en République Dominicaine où la Confédération syndicale et autonome (CASC) a négocié avec le gouvernement afin d inclure les travailleurs de l économie informelle dans le champ d application de la nouvelle loi sur la sécurité sociale adoptée en Un accord a été conclu entre le gouvernement et la CASC qui étend les services de sécurité sociale, consacrés dans la loi décrite ci-dessus, aux travailleurs informels du secteur de transport. Une catégorisation des travailleurs, qui détermine la hauteur des cotisations à payer, a été élaborée. Le paiement des cotisations assure aux travailleurs des services en cas de maladie, invalidité, accidents de travail et pension. La mondialisation offre une série d opportunités, mais pour qui et à quel coût? Il est vrai que, ces dernières années, la productivité ne cesse d augmenter, que la croissance économique est très élevée. Tout irait donc pour le mieux sauf que les bénéfices se concentrent dans les mains de quelques-uns, alors que la majorité des travailleurs est condamnée à survivre à la marge, dans l économie informelle. Car la croissance économique se traduit par la création d une valeur ajoutée et pas par la création d emplois décents. Elle fait croire que l économie informelle est une chance plutôt qu un risque parce

5 que c est là que le taux d activité augmente. Si c est vrai, il faut que les travailleurs profitent de cet élan. Seuls, ils n y parviendront pas. Organisés, ils obtiennent des résultats concrets, mais encore insuffisants. Il faut donc que les organisations syndicales et les mouvements sociaux constituent avec ces travailleurs un réel contre-pouvoir capable de négocier des améliorations avec les commanditaires et avec les autorités publiques. C est un chemin long et parsemé d embûches sur lequel sont engagés déjà de nombreux partenaires de Solidarité Mondiale. Etendre la sécurité sociale obligatoire à l économie informelle, comme le mentionne le Bureau international du Travail dans un de ces rapports, est possible. Il y donne les exemples de la Corée, du Japon et du Portugal : standards/relm/ilc/ilc90/pdf/rep-vi.pdf SIGLES ET CONCEPTS OIT : Organisation internationale du Travail, spécialisée en politique sociale et du travail composée de façon tripartite avec des représentants de gouvernements, travailleurs et employeurs. Micro-assurance : se base sur l idée de départ que certains groupes qui ne sont pas protégés par les systèmes existants peuvent définir leur propre ensemble de besoins prioritaires, que ces besoins peuvent être assurés et que les membres du groupe sont disposés à payer pour cette assurance. Dans le cadre de la résolution des problèmes de sécurité et de santé des travailleurs de l économie informelle, en particulier des travailleurs pauvres, il peut être nécessaire de revoir le rôle des inspecteurs du travail. Dans le passé, l inspection du travail a consisté à fixer des normes, à vérifier si elles sont respectées et à appliquer des sanctions lorsqu elles sont enfreintes. Au lieu de se borner à contrôler et à appliquer des sanctions, les inspecteurs du travail pourraient aider les travailleurs eux-mêmes à améliorer leur santé et leur sécurité et, ainsi, leur productivité. Les inspecteurs du travail tout comme les inspecteurs de l hygiène pourraient jouer un rôle de facilitateurs. Ils pourraient coopérer avec d autres personnes qui connaissent bien la vie et le travail dans l économie informelle, notamment des auxiliaires de l inspection du travail (recrutés parmi les artisans à la retraite, par exemple) et, surtout, les fournisseurs de services de développement des entreprises. Pour les travailleurs «sans papiers», il faut consolider les collaborations avec les organisations spécialisées dans les domaines de l immigration et de l asile, sans oublier le mouvement des «sans papiers» qui a émergé en 2006 avec les occupations d églises, des grèves de la faim et des manifestations diverses. Il ne s agit pas d octroyer des papiers à toutes les personnes qui se présentent sur notre territoire, mais de mettre en place un mécanisme clair et transparent de régularisation sur la base d attaches durables ou d un emploi et d évaluer la politique d asile pratiquée par la Belgique. 5 ] Santé et sécurité sociale page 5

6 5 ] Santé et sécurité sociale page 6 QUESTIONS POUR LE DÉBAT Sur la santé et sécurité au travail : 1. Quels sont les problèmes liés au travail informel? 2. Les travailleurs de l économie informelle sont-ils suffisamment forts pour pouvoir construire une alternative sociale crédible et fonctionnelle face à l économie mondialisée qui les a exclus de tout système de représentation? Argumentez. 3. Que pensez-vous de la situation des travailleurs «sans papiers»? 4. Notre système de sécurité sociale est-il exportable? 5. Comment assurer un avenir durable à la sécurité sociale au Nord comme au Sud? POUR VOUS AIDER Outils pédagogiques «Economie informelle : mirages et réalités» : dossier du Ici et Là-Bas, n 70, septembre-octobre 2007, publié par Solidarité Mondiale «Travail décent et économie informelle» : Rapport VI de la Conférence internationale du Travail, 90e session, 2002 «La mutuelle de santé, un outil de protection sociale et de lutte contre la pauvreté : cas de la mutuelle de santé JAPPOO FAJU de Thiénaba.» : Analyse réalisée par OLOU R. et TWAGILIMANA U. (Analyse accessible sur «La protection sociale: une question de changement social : Vision et stratégies des mouvements sociaux» : Brochure publiée par Wereldsolidariteit-Solidarité Mondiale, ACV-CSC, LCM-ANMC, septembre 2010.

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux Paulo Eduardo de Andrade Baltar Jusqu ici, le XXI e siècle a été favorable à un grand nombre de Brésiliens. L emploi formel

Plus en détail

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE GithaRoelans, Cheffe d unité Entreprises Multinationales, Département

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 03 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI INTÉGRATION DE L ÉCONOMIE INFORMELLE DANS LES MESURES DE RELANCE 1. Résumé Avant que la crise de 2008/2009 ne secoue l économie mondiale, un

Plus en détail

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé US$150,000,000,000 Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé L intégration globale des systèmes économiques, notamment des marchés du travail, a apporté de nombreuses opportunités pour

Plus en détail

ELECTIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL 2009 NOTE INTRODUCTIVE DU CAMARADE LOUIS SOMBES, SECRETAIRE GENENRAL EXECUTIF

ELECTIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL 2009 NOTE INTRODUCTIVE DU CAMARADE LOUIS SOMBES, SECRETAIRE GENENRAL EXECUTIF C SAC Président: C.P.N. VEWESSE Secrétaire Général: Louis SOMBES Solidarité Travail Démocratie Solidarity Work Democracy Enregistrée sous le N CSAC/CE/1 DU 02 /03/006 ELECTIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS

LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS La rémunération des agents publics fait aujourd hui l objet de différents constats négatifs : Le poids de la rémunération des fonctionnaires pour les dépenses publiques.

Plus en détail

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 :

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 : 6 avril 2011 Contribution des Secrétariats du Conseil central de l'economie et du Conseil national du Travail a l'attention du Premier Ministre, en vue de l'élaboration du plan national de réformes de

Plus en détail

Stratégie de développement coopératif

Stratégie de développement coopératif Organisation Internationale des Coopératives de Production Industrielles, d Artisanat et de Services Une organisation ation sectorielle de l Alliance Coopérative Internationale (ACI ACI) Stratégie de développement

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

CONSTRUIRE UN SOCLE SOCIAL DE PROTECTION SOCIALE AVEC LE PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI. Panel 3 :

CONSTRUIRE UN SOCLE SOCIAL DE PROTECTION SOCIALE AVEC LE PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI. Panel 3 : REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix-Travail-Patrie --------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace-Work-Fatherland --------- CONSTRUIRE UN SOCLE SOCIAL DE PROTECTION SOCIALE AVEC LE PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI Panel 3 :

Plus en détail

Les 3 piliers de pensions

Les 3 piliers de pensions Le 4 octobre 2006 Les 3 piliers de pensions - Note explicative - Michel Rosenfeldt Document réalisé par le Page 1 sur 12 Introduction Définition de la retraite et de l âge légal La retraite définit l état

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1er avril

Plus en détail

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 systèmes de PSBC 1. Un phénomène mondial 2. Origine et causes du phénomène

Plus en détail

CHARLES CREVIER ANDRES ACUNA

CHARLES CREVIER ANDRES ACUNA Tendances en matière de systèmes de retraite public, l Organisation internationale du Travail et Quatrain Africa CHARLES CREVIER DÉPARTEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIAL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL CREVIER@ILO.ORG

Plus en détail

Qu est-ce que le droit à la protection sociale?

Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Introduction Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Le droit de la protection sociale est constitué de l ensemble des règles juridiques destinées à protéger les personnes contre la survenance

Plus en détail

Envoyé par e-mail: jacques.barrot@ec.europa.eu; vladimir.spidla@ec.europa.eu; jose-manuel.barroso@ec.europa.eu

Envoyé par e-mail: jacques.barrot@ec.europa.eu; vladimir.spidla@ec.europa.eu; jose-manuel.barroso@ec.europa.eu Bruxelles, le 7 août 2009 CP/em/lw A l attention de: M. Jacques Barrot Vice-président de la Commission européenne Chargé de la Justice, Liberté et Sécurité et M. Vladimír Špidla Commissaire à l Emploi,

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

La Protection sociale des étrangers. Ali BEN AMEUR

La Protection sociale des étrangers. Ali BEN AMEUR La Protection sociale des étrangers Ali BEN AMEUR Introduction et recommandations Présentation de la séance et de son déroulement. Le Droit de la Protection sociale est vaste, complexe et évolutif. Durant

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique FORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE www.coopami.org ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique NIAMEY 12 et 13 juillet 2012 Cellule

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

La portabilité des droits sociaux: Quel impact sur le retour et la réintégration?

La portabilité des droits sociaux: Quel impact sur le retour et la réintégration? La portabilité des droits sociaux: Quel impact sur le retour et la réintégration? www.itcilo.org 1 Définition de la sécurité sociale Adoption de mesures publiques afin d assurer la sécurité du revenu de

Plus en détail

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat Pour défendre le pouvoir d achat > revalorisation de + 25 % de l allocation de rentrée scolaire grâce à un quotient

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Mesure de l économie informelle

Mesure de l économie informelle Mesure de l économie informelle Atelier de mécanique au Caire, Egypte. 2.1 MESURER L ECONOMIE INFORMELLE : RELEVER LES DEFIS STATISTIQUES Depuis les années 1970, lorsque l utilisation du terme «secteur

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités I MAJ.05-2015 SOMMAIRE A - CONTRAT DE TRAVAIL INTERNATIONAL CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION A10 A10 CRITÈRES DE DISTINCTION ENTRE LA SITUATION

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Questions liées au financement de la formation et

Questions liées au financement de la formation et Gregory Wurzburg Administrateur principal à la Direction de l Éducation, de l Emploi, du Travail et des Affaires sociales, Organisation de Coopération et de Développement Économique, Paris. Questions liées

Plus en détail

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada?

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? 31 mars 2011 0 À l annonce du déclenchement des élections fédérales 2011, le Réseau FADOQ se fait la voix des aînés

Plus en détail

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/POL/INF/2

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/POL/INF/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/POL/INF/2 Section de l élaboration des politiques POL POUR INFORMATION Résultats du Colloque des employeurs

Plus en détail

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 Cadre Stratégique Intégré des Nations Unies en Haïti (ISF) Le Cadre Stratégique Intégré

Plus en détail

Pour combattre la pauvreté et l exclusion sociale. Stratégie de lutte contre la pauvreté CSIAS Version abrégée

Pour combattre la pauvreté et l exclusion sociale. Stratégie de lutte contre la pauvreté CSIAS Version abrégée Pour combattre la pauvreté et l exclusion sociale Stratégie de lutte contre la pauvreté CSIAS Version abrégée La présente publication est une version abrégée du rapport Pour combattre la pauvreté et l

Plus en détail

AUTRICHE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

AUTRICHE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). AUTRICHE Unité monétaire Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). Notes générales En Autriche, le système de protection sociale est en grande partie basé sur l assurance peut être

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

La couverture sociale universelle au Costa Rica

La couverture sociale universelle au Costa Rica La couverture sociale universelle au Costa Rica A retenir : Une couverture sociale qui offre les mêmes prestations à toute la population sans condition de revenus Des cotisations établies en fonction de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE.

OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE. OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE. Selon la règlementation de l UCI*, les licences sont délivrées par la fédération

Plus en détail

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève AVS -Assurance vieillesse et survivants Couvre besoin

Plus en détail

The Global Voice of Business DOCUMENT D ORIENTATION DE L ORGANISATION INTERNATIONALE DES EMPLOYEURS LE SALAIRE MINIMUM VITAL

The Global Voice of Business DOCUMENT D ORIENTATION DE L ORGANISATION INTERNATIONALE DES EMPLOYEURS LE SALAIRE MINIMUM VITAL The Global Voice of Business DOCUMENT D ORIENTATION DE L ORGANISATION INTERNATIONALE DES EMPLOYEURS LE SALAIRE MINIMUM VITAL MADAME, MONSIEUR, Lors de la réunion conjointe des Groupes de travail de l

Plus en détail

Rapport sur la protection sociale dans le monde 2014/15

Rapport sur la protection sociale dans le monde 2014/15 SOUS EMBARGO jusqu au 3 juin à 00:01 GMT Rapport sur la protection sociale dans le monde 2014/15 Résumé exécutif Les politiques de protection sociale jouent un rôle essentiel dans la mise en œuvre du droit

Plus en détail

# 4. Renforcer la dimension sociale de la mondialisation

# 4. Renforcer la dimension sociale de la mondialisation # 4 Réaffirmer le rôle des É tats dans l encadrement de la responsabilité des entreprises en matière sociale, environnementale, fiscale et de droits humains, et veiller à ce que les engagements pris en

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES Adoptée par la Réunion du comité exécutif des 11-12 juin 2014 Introduction Messages-clés

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION. Régime de prévoyance des salariés non cadres

NOTICE D INFORMATION. Régime de prévoyance des salariés non cadres NOTICE D INFORMATION Régime de prévoyance des salariés non cadres Convention collective du travail des exploitations et entreprises agricoles des Hautes-Pyrénées AGRI PRÉVOYANCE Descriptif des garanties

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

Promouvoir l emploi rural pour réagir aux crises des prix des denrées alimentaires

Promouvoir l emploi rural pour réagir aux crises des prix des denrées alimentaires Séminaire sous-régional 2-4 Mai 2011, Tunis, Tunisie «Appui à la conception d'actions immédiates au niveau national en réponse à la flambée des prix des denrées alimentaires au Maghreb» Promouvoir l emploi

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21 Sommaire Introduction...13 Qu est-ce que le droit à la protection sociale?...13 Qu est-ce que le risque social?...14 Comment la Sécurité sociale est-elle née?...14 Quels sont les différents modèles de

Plus en détail

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Valeur ajoutée d une stratégie intersectorielle

Plus en détail

Convention collective de travail concernant la motivation du licenciement

Convention collective de travail concernant la motivation du licenciement CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 109 ---------------------------------------------------------------- Séance du mercredi 12 février 2014 ------------------------------------------------ Convention collective

Plus en détail

Pour une Europe des droits de l Homme

Pour une Europe des droits de l Homme Le manifeste de l AEDH et de ses membres en vue de l élection 2014 du Parlement européen Bruxelles, le 11 Novembre 2013 1. Citoyenneté et démocratie et respect des droits de l Homme Une citoyenneté de

Plus en détail

Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique

Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique Les causes et les origines de l expansion de l économie informelle en Afrique : Propos introductifs Par B. Kouglo LAWSON BODY Centre de Formation

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

#3Élargir. visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27. CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15

#3Élargir. visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27. CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15 #3Élargir visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27 CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15 #3 Elargir Ligne de force 29 Nous voulons être un mouvement syndical large, représentatif, qui doit

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

Sections communautaires d Unifor

Sections communautaires d Unifor Sections communautaires d Unifor Guide des membres potentiels Unifor offre une nouvelle manière d aider les travailleuses et travailleurs à améliorer leur vie par l action collective. Sections communautaires

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF?

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? 10 mars 2009 15.681 SIGNES CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? Dalila Larabi & Michel Rosenfeldt Rétroacte La Conférence Nationale sur les Pensions, lancée cette année, a

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

Quelle réforme de la Sécurité Sociale en Tunisie dans un contexte de transition démocratique?

Quelle réforme de la Sécurité Sociale en Tunisie dans un contexte de transition démocratique? Séminaire International Justice sociale et lutte contre l exclusion dans un contexte de transition démocratique Quelle réforme de la Sécurité Sociale en Tunisie dans un contexte de transition démocratique?

Plus en détail

Analyse 2012/17 31 octobre 2012

Analyse 2012/17 31 octobre 2012 Analyse 2012/17 31 octobre 2012 État des lieux des "pensions complémentaires" dans un état critique! À découvrir dans cette analyse «Épargne pension. Épargnez-vous un job d étudiant à la retraire!». On

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). GRÈCE Nomenclature IKA LAEK OAED OGA TEAM TEBE Organisme d assurance sociale Fonds pour l'emploi et la formation professionnelle Agence pour l emploi et la main-d œuvre Organisme d assurance de l agriculture

Plus en détail

Des compétences meilleures pour des emplois meilleurs et une vie meilleure. Une approche stratégique des politiques sur les compétences

Des compétences meilleures pour des emplois meilleurs et une vie meilleure. Une approche stratégique des politiques sur les compétences Better Skills, Better Jobs, Better Lives. A Strategic Approach to Skills Policies Summary in French Accédez au texte intégral: 10.1787/9789264177338-en Des compétences meilleures pour des emplois meilleurs

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-maternité

Loi fédérale sur l assurance-maternité Délai référendaire: 9 avril 1999 Loi fédérale sur l assurance-maternité (LAMat) du 18 décembre 1998 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l article 34 quinquies, 4 e alinéa, de la constitution;

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Soixante-troisième

Plus en détail

L'extension de la sécurité sociale aux populations non couvertes

L'extension de la sécurité sociale aux populations non couvertes Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 L'extension de la sécurité

Plus en détail