FACULTÉ D ADMINISTRATION Institut de recherche et d éducation pour les coopératives et les mutuelles de l Université de Sherbrooke (IRECUS)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FACULTÉ D ADMINISTRATION Institut de recherche et d éducation pour les coopératives et les mutuelles de l Université de Sherbrooke (IRECUS)"

Transcription

1 FACULTÉ D ADMINISTRATION Institut de recherche et d éducation pour les coopératives et les mutuelles de l Université de Sherbrooke (IRECUS) LA BONNE GOUVERNANCE DANS LES COOPÉRATIVES DE SOLIDARITÉ par ANDRÉE-ANNE TREMBLAY HADJIA SAIDOU KINDO INDATOU MARIA CECILIA ZULUAGA Essai présenté dans le cadre du programme de Maîtrise en gestion du développement des coopératives et des collectivités Sherbrooke DÉCEMBRE 2007

2 ii

3 iii TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS V INTRODUCTION 1 MÉTHODOLOGIE 3 CHAPITRE I : REVUE DE LITTÉRATURE QU EST-CE QU UNE COOPÉRATIVE? COOPÉRATIVE MULTISOCIÉTAIRE COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ PRINCIPES ET VALEURS COOPÉRATIFS LES VALEURS COOPÉRATIVES LES PRINCIPES COOPÉRATIFS ÉMERGENCE DES COOPÉRATIVES DE SOLIDARITÉ LES PARTIES PRENANTES DANS UNE COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ DÉFINITION DES CONCEPTS NOS DIMENSIONS D ANALYSE DE LA GOUVERNANCE LA GOUVERNANCE DANS UNE COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ POUVOIRS ET RESPECT DES CHAMPS DES COMPÉTENCES TRANSPARENCE ET COMMUNICATION GESTION DÉMOCRATIQUE ET/OU PARTICIPATIVE LEADERSHIP ÉDUCATION- FORMATION LES DÉRIVES DE LA GOUVERNANCE LA THÉORIE DE L'HÉGÉMONIE GESTIONNAIRE LA THÉORIE DE LA DÉGÉNÉRESCENCE DE L'IDÉAL DÉMOCRATIQUE 45 CHAPITRE II :ÉTUDE DE TROIS COOPÉRATIVES DE SOLIDARITÉ MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE DE CAS LES CRITÈRES DE SÉLECTION DES COOPÉRATIVES DE SOLIDARITÉ DESCRIPTION DES COOPÉRATIVES DESCRIPTION DU GROUPE DE PERSONNES INTERVIEWÉES LA DÉMARCHE DES ENTREVUES DIFFICULTÉS ET BIAIS DE L ENQUÊTE SUR LE TERRAIN PRÉSENTATION DES RÉSULTATS POUVOIRS ET RESPECT DES CHAMPS DE COMPÉTENCES TRANSPARENCE ET COMMUNICATION GESTION DÉMOCRATIQUE LEADERSHIP ÉDUCATION / FORMATION 86

4 iv CHAPITRE III : ANALYSE DES CAS ÉTUDIÉS POUVOIRS ET RESPECT DES CHAMPS DES COMPÉTENCES PRATIQUES LIÉES À LA BONNE GOUVERNANCE LES OBSTACLES À LA BONNE GOUVERNANCE TRANSPARENCE ET COMMUNICATION PRATIQUES LIÉES À LA BONNE GOUVERNANCE LES OBSTACLES À LA BONNE GOUVERNANCE GESTION DÉMOCRATIQUE PRATIQUES LIÉES À LA BONNE GOUVERNANCE LES OBSTACLES À LA BONNE GOUVERNANCE LEADERSHIP PRATIQUES LIÉES À LA BONNE GOUVERNANCE LES OBSTACLES À LA BONNE GOUVERNANCE ÉDUCATION FORMATION PRATIQUES LIÉES À LA BONNE GOUVERNANCE LES OBSTACLES À LA BONNE GOUVERNANCE 102 CHAPITRE IV: ÉTUDE DE MODÈLES DE COOPÉRATIVE À MULTISOCIÉTARIAT LA SOCIÉTÉ COOPÉRATIVE D INTÉRÊT COLLECTIF (SCIC) EN FRANCE DÉFINITION BRÈVE DESCRIPTION DU CONTEXTE D ÉMERGENCE DES SCIC LA GOUVERNANCE DANS LES SCIC LA COOPÉRATIVE SOCIALE EN ITALIE DÉFINITION BRÈVE DESCRIPTION DU CONTEXTE D ÉMERGENCE DES COOPÉRATIVES SOCIALES EN ITALIE GOUVERNANCE DANS LES COOPÉRATIVES SOCIALES EN ITALIE 114 ANNEXES 119 ANNEXE 1 : GUIDE D ENTREVUES 121 ANNEXE II : OUTIL D ANALYSE 129 ANNEXE III : ARTICLE SYNTHÈSE 141 BIBLIOGRAPHIE 153

5 v REMERCIEMENTS Bien qu une multitude de personnes aient permis la finalisation de ce rapport, celui-ci n aurait pas vu le jour sans la précieuse collaboration de quelques personnes en particulier que nous désirons remercier chaleureusement. D abord, merci à nos directeurs de recherche, Jean-Pierre Girard, Michel Lafleur et Ernesto Molina, pour avoir accepté généreusement de codiriger notre travail, pour leurs corrections et suggestions pertinentes. Nous sommes aussi très reconnaissantes de l ouverture et de la disponibilité qu ils nous ont témoignées, chacun à sa façon. Nos remerciements vont également à Sandra Serrano Molina, de la Coopérative de développement régional pour ses précieux conseils; à Jocelyne Chagnon de la Direction des coopératives du Ministère du Développement économique, de l Innovation et de l Exportation (MDEIE), pour sa précieuse participation en répondant à nos questions. Soulignons aussi la généreuse contribution des participants de notre étude : merci à tous les membres interrogés pour leur temps et leur accueil chaleureux; merci aux présidents et aux directeurs généraux de nous avoir ouvert les portes de leur coopérative et ce, en toute confiance. Leur accueil et la gratuité de leur geste nous ont fait redécouvrir le sens des mots solidarité et intercoopération. Merci à tous nos enseignants de l Institut de recherche et d éducation pour les coopératives et les mutuelles de l Université de Sherbrooke (IRECUS) pour nous avoir fait découvrir le monde du coopératisme, sans oublier l ensemble de l équipe de l IRECUS pour son support et l encouragement qu elle n a cessé de nous apporter. Enfin, merci à nos conjoints, familles et ami(e)s pour leur appui inconditionnel nécessaire à la réalisation de ce projet.

6 vi

7 1 INTRODUCTION Par leur structure économique performante et stable orientée exclusivement vers les besoins des membres et leur communauté, les entreprises collectives en général et les coopératives en particulier, jouent un rôle important dans l économie des pays aussi bien du Nord que du Sud. Par un bref retour historique, il convient de rappeler que les coopératives sont nées de suite d incapacité de l État et des entreprises à satisfaire les besoins d une frange de la population. Il est à noter que depuis les besoins ont évolué et que, malgré une relative prise en charge par l État de plusieurs services à la population, celui-ci n est pas en mesure de répondre à tous les besoins, particulièrement ceux touchant le développement des collectivités locales dans un contexte de mondialisation, globalisation, internationalisation. En réaction à tous ces changements, le modèle coopératif se transforme. En effet, en 1997, inspirée en majorité de modèles européens, une nouvelle forme de coopérative naît au Québec: la coopérative de solidarité. À l origine, celle-ci est crée pour donner une plus grande possibilité de solidarité et de prise en charge aux habitants de petites communautés fragilisées par le contexte socio-économique. Après 10 ans d existence, et quelques ajustements à la Loi sur les coopératives, près de la moitié des coopératives crées au Québec sont sous la forme de coopérative de solidarité 1. Même si sa popularité peut témoigner de sa pertinence, plusieurs auteurs soulèvent le défi que représente sa gestion, puisqu elle rassemble une multitude d acteurs avec des intérêts différents. Depuis quelques années, à la suite des nombreux changements survenus dans la gestion des organisations, le thème de la gouvernance prend de plus en plus une place prépondérante. Cependant, malgré sa popularité, ce concept demeure peu étudié dans le domaine de l économie sociale. Attirées par le thème et sous l impulsion d un de leurs enseignants, trois étudiantes finissantes en maîtrise en gestion du développement des coopératives et des collectivités de l Université de Sherbrooke (IRECUS) ont choisi d approfondir la question de la gouvernance. 1 Direction des coopératives (Entrevue n 11, 2007).

8 2 Cet intervention-essai présente les résultats d une recherche portant sur la pratique de la bonne gouvernance dans les coopératives à multisociétariat, et plus spécifiquement, dans les coopératives de solidarité québécoises. En effet, à la lumière du contexte économique et social actuel québécois et de la courte durée d existence des coopératives de solidarité, cette recherche vise à mettre en relief, et ce de façon non exhaustive, les pratiques favorables et défavorables à la bonne gouvernance dans les coopératives à multisociétariat. Pour y arriver, en plus d une étude théorique, les auteures ont observé la gouvernance de trois organisations coopératives. Grâce à ces études, elles proposent cinq thèmes qui constituent la base d une grille d analyse de la gouvernance dans les coopératives. Sans prétendre être la solution aux problématiques de gestion des différents intervenants qui prennent part au projet de la coopérative de solidarité, cette étude propose des éléments pour favoriser un plus grand équilibre des pouvoirs mais aussi et avant tout, permet d approfondir la réflexion sur un sujet d actualité telle la gouvernance dans les entreprises démocratiques. Ce travail se divise en quatre principaux chapitres. Le premier chapitre porte sur le contexte d émergence des coopératives de solidarité. Ensuite, il est traité des principaux concepts liés à la gouvernance, en terminant par une brève présentation des cinq dimensions de la gouvernance retenues pour son analyse. Le deuxième chapitre s attarde à la présentation des trois études de cas. Le troisième chapitre quant à lui est une analyse des éléments favorables et défavorables à la bonne gouvernance dans les coopératives en lien avec les cas observés. Enfin, le chapitre quatre, présente deux modèles de coopérative à multisociétariat, la Société Coopérative d Intérêt Collectif (SCIC) en France et la coopérative sociale, en Italie.

9 3 MÉTHODOLOGIE Le choix du thème de ce travail est le fruit d une volonté de répondre à des besoins actuels du milieu coopératif. Issues de différents échanges et réflexions, voici les questions qui sont ressorties et qui ont guidé notre recherche tout au long des démarches subséquentes : Comment gérer les différents intérêts des parties prenantes internes des coopératives de solidarité? Pouvons-nous identifier des pratiques formelles et informelles favorables et défavorables à la gouvernance pour les différents groupes d acteurs intervenants dans les coopératives de solidarité [assemblée générale, conseil d administration, direction générale et employés] des coopératives de solidarité étudiées? L élaboration de ce travail a nécessité différents modes de cueillette de données. D abord, nous avons entrepris une recherche documentaire sur la gouvernance ainsi que sur d autres thèmes intimement liés. Pour y arriver, nous avons d abord consulté les documents pertinents mis à notre disposition ou élaborés lors de notre année de maîtrise. Cette documentation a été ensuite enrichie par de nouvelles références et différents entretiens avec des acteurs du milieu. L étape suivante a été consacrée à l élaboration d un cadre conceptuel. Celui-ci a été pour nous l occasion de faire une synthèse des éléments théoriques et de délimiter nos principaux champs d étude. Suite à l identification de concepts clés, et en préparation à la cueillette de données terrain, nous avons procédé à l élaboration d un guide d entrevue. C est à l aide de celui-ci que nous avons procédé aux entrevues de neuf membres et une partie prenante externe dans trois coopératives de solidarité québécoises. Nous avons fait l étude du verbatim de ces rencontres grâce à un cadre précis faisant ressortir nos principaux thèmes d analyse de la pratique de la bonne gouvernance dans les coopératives de

10 4 solidarité. Ce cadre d analyse a été élaboré à la suite des observations terrain et à la lumière des connaissances assimilées en matière de gouvernance. Enfin, dans la rédaction de cet intervention-essai, nous avons opté de préserver la confidentialité des coopératives participantes. Cet aspect anonyme a guidé toute la rédaction du présent document.

11 5 CHAPITRE I REVUE DE LITTÉRATURE Il nous semble important, avant de nous intéresser aux concepts reliés à la gouvernance, de faire un rappel de la définition globale de la coopérative et de nous attarder un peu sur le concept spécifique de la coopérative multisociétaire. Nous rappellerons également les principes et valeurs des coopératives tels que définis par l Alliance Coopérative Internationale (ACI). 1.1 Qu est-ce qu une coopérative? Selon l Alliance Coopérative Internationale (ACI), une coopérative se définit comme «[ ] une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs au moyen d une entreprise dont la propriété est collective et où le pouvoir est exercé démocratiquement» (ACI, 2007). Cette définition distingue les deux principales dimensions d une coopérative, soit la dimension entrepreneuriale et la dimension associative. Une coopérative, c est d abord un groupement de personnes physiques et/ou morales ayant des besoins économiques, sociaux et culturels communs à satisfaire. Cette union de personnes représente la dimension associative de la coopérative qui met en exergue l adhésion volontaire, le droit de propriété collective et de contrôle démocratique. La dimension entrepreneuriale quant à elle, constitue le moyen utilisé par ces personnes pour atteindre leurs fins c est-à-dire satisfaire leurs besoins et aspirations Coopérative multisociétaire Appelée encore coopérative «Multi-stakeholder co-operative», la coopérative multisociétaire est une nouvelle forme de coopérative qui a la particularité d associer ou de solidariser différents types d acteurs autour d un projet rassembleur pour la collectivité (MDERR, 2004b). Ces acteurs ou catégories de membres sont désignés sous le nom de parties prenantes internes. Le terme «parties prenantes» désigne tout groupe potentiellement affecté par les décisions et les

12 6 orientations d une entreprise (Robbins et al., 2004). Les «parties prenantes internes» dans une coopérative sont alors tous les membres de la coopérative. Elles intègrent non seulement des membres utilisateurs, des membres travailleurs (employés et gestionnaires(s)) et des administrateurs, mais aussi différents acteurs locaux qui croient aux projets que la coopérative développe (membres de soutien). Pour Hans-H. Münkner (Borzaga et Spear, 2004), en ces temps de décentralisation, de débureaucratisation et d émergence de la société civile, on peut observer une tendance de partenariat entre l État et les organisations civiles. Ces ententes seraient le résultat d une nouvelle perception de la distribution des rôles entre les organisations publiques et privées où l entente devient possible. Par ailleurs, on y affirme que «l intérêt pour cette nouvelle forme de société coopérative a mené à la promulgation de nouvelles lois et amendements de lois coopératives déjà existantes en Italie (1988, 1991), Canada (1997), Portugal (1998) et France (2001)» (Traduction libre, Borzaga et Spear, 2004, p. 49). La coopérative multisociétaire est en net contraste avec la coopérative traditionnelle à sociétariat unique. Ce type de coopérative porte au Québec le nom de coopérative de solidarité Coopérative de solidarité La coopérative de solidarité se caractérise par la multiplicité de son membership. Elle offre donc la possibilité aux personnes ayant des besoins diversifiés, mais visant un objectif commun, de se regrouper au sein d une même coopérative. Cette nouvelle forme de coopérative vise toutes les activités supportées par le milieu. Selon les dispositifs du chapitre VII, titre II.1 de la Loi sur les coopératives, on peut définir la coopérative de solidarité comme étant celle qui regroupe au moins deux catégories de membres parmi les suivantes : 1. des membres utilisateurs, soit des personnes ou société qui utilisent les services offerts par la coopérative 2. des membres travailleurs, soit des personnes physiques oeuvrant au sein de la coopérative 3. des membres de soutien, soit toute autre personne ou société qui a un intérêt économique, social ou culturel dans l atteinte de l objet de la coopérative (art , Loi sur les coopératives).

13 7 1.2 Principes et valeurs coopératifs Qu elle soit unisociétaire ou multisociétaire, la coopérative est caractérisée par un certain nombre de valeurs et principes Les valeurs coopératives Selon la déclaration sur l'identité coopérative approuvée par l'assemblée Générale de l'aci au Congrès de Manchester (Angleterre) en septembre 1995, les valeurs fondamentales des coopératives sont: la prise en charge et la responsabilité personnelles et mutuelles, la démocratie, l'égalité, l'équité et la solidarité. Aussi, les membres des coopératives à travers le monde adhèrent à une éthique fondée sur l'honnêteté, la transparence, la responsabilité sociale et l'altruisme pour rester fidèles à l'esprit des fondateurs que sont les pionniers de Rochdale (ACI ). Ces valeurs coopératives se traduisent de la manière suivante: La prise en charge et la responsabilité personnelles et mutuelles: les personnes ont la capacité, mais surtout la volonté d'améliorer leur destin pacifiquement et conjointement par une action collective et non individuelle. La démocratie: les membres de la coopérative ont le même droit quant à la participation, l information, l implication dans la prise des décisions. Les membres constituent l unité de base, mais aussi la source d'autorité au sein de la coopérative. L égalité: les droits et les responsabilités sont égaux pour tous les membres au sein de la coopérative. L équité: elle implique le partage juste et approprié ou adéquat du revenu et du pouvoir dans la coopérative, mais aussi, on tend vers une contribution équitable au capital de la coopérative. La solidarité: «une relation entre personnes ayant conscience d une communauté d intérêts qui entraîne une obligation morale d assistance mutuelle» (Dictionnaire Le Robert, 1998, p.1246). La solidarité se situe à deux niveaux : d une part la coopérative est née sur le postulat selon lequel la prise en charge et l'auto-assistance mutuelles sont porteuses de force, donc la coopérative a la responsabilité collective du bien-être de ses membres. D autre part, chaque

14 8 coopérative prise individuellement, se propose de créer un mouvement coopératif unis en travaillant avec d'autres coopératives avec comme souci l'amélioration du bien-être collectif. Des principes découlent de ces valeurs qui sont au nombre de sept formulés par l Alliance Coopérative Internationale Les principes coopératifs 1- Adhésion volontaire et ouverte à tous «Les coopératives sont des organisations fondées sur le volontariat et ouvertes à toutes les personnes aptes à utiliser leurs services et déterminées à prendre leurs responsabilités en tant que membres, et ce sans discrimination fondée sur le sexe, l origine sociale, la race, l allégeance politique ou la religion» (Les principes de la coopération de l ACI, Orion, sans date) Deux aspects ressortent de ce principe : le volontariat et l ouverture à tous. Pour ce qui est du volontariat, on comprend aisément qu il n y a aucune contrainte d adhésion à une coopérative. Quant à l ouverture, elle suppose que toute personne capable d'utiliser les services offerts par la coopérative peut y adhérer. La participation en tant que membre actif et responsable devrait être basée sur la compréhension des valeurs coopératives et être apte à les défendre. Néanmoins, notons que cette formulation reconnaît que certaines coopératives peuvent restreindre leur membership sur la base de "l'habilité à utiliser les services de la coopérative" ou de "la limite du nombre de membres que la coopérative peut effectivement et efficacement servir". 2- Pouvoir démocratique exercé par les membres «Les coopératives sont des organisations démocratiques dirigées par leurs membres qui participent activement à l'établissement des politiques et à la prise de décisions. Les hommes et les femmes élus comme représentants des membres sont responsables devant eux. Dans les coopératives de premier niveau, les membres ont des droits de vote égaux en vertu de la règle - un membre, une voix - ; les coopératives d'autres niveaux sont aussi organisées de manière démocratique.» (Les principes de la coopération de l ACI, Orion, sans date) Ce principe rappelle la base de gestion et d administration de la coopérative. La nature de prise de décision, d élection des représentants, de contrôle, ainsi que l élaboration de la mission et de la politique générale de la coopérative sont stipulées par ce principe. Ainsi, dans une coopérative

15 9 c est la qualité de membre qui donne accès au droit de vote et ce droit n est pas proportionnel à l argent investi ou au nombre de parts sociales détenues. 3- Participation économique des membres «Les membres contribuent de manière équitable au capital de leurs coopératives et en ont le contrôle. Une partie au moins de ce capital est habituellement la propriété commune de la coopérative. Les membres ne bénéficient habituellement que d'une rémunération limitée du capital souscrit comme condition de leur adhésion. Les membres affectent les excédents à tout ou partie des objectifs suivants: le développement de leur coopérative, éventuellement par la dotation de réserves dont une partie au moins est impartageable, des ristournes aux membres en proportion de leurs transactions avec la coopérative et le soutien d'autres activités approuvées par les membres.» (Les principes de la coopération de l ACI, Orion, sans date) Ce principe constitue une des marques distinctives entre la coopérative et l entreprise capitaliste traditionnelle. Il ressort trois aspects importants du modèle coopératif. Selon ce principe, les membres utilisateurs de la coopérative doivent participer à sa capitalisation en souscrivant à une part de qualification et en utilisant les services de la coopérative pour lui permettre d assurer sa pérennité. Le deuxième aspect traite de la répartition des excédents réalisés par la coopérative : une partie peut être retournée aux membres au prorata de l usage qu ils ont fait de l entreprise. C est ce que l on appelle la pratique de la ristourne. L autre partie est versée à la réserve générale, qui constituée au fil des années, est inaliénable et non partageable. Elle est la propriété de l association. Le troisième aspect indique la responsabilité du membre à participer à la rentabilité de sa coopérative, tout en assumant la pratique de la non redistribution des richesses. 4- Autonomie et indépendance «Les coopératives sont des organisations autonomes d'entraide, gérées par leurs membres. La conclusion d'accords avec d'autres organisations, y compris des gouvernements, ou la recherche de fonds à partir de sources extérieures, doit se faire dans des conditions qui préservent le pouvoir démocratique des membres et maintiennent l'indépendance de leur coopérative» (Les principes de la coopération de l ACI, Orion, sans date) La raison d être d une coopérative est de permettre à ses membres de se prendre en charge grâce à l association coopérative, par l acquisition de l autonomie et de l indépendance. Loin de prôner l individualisme, la coopération fait l éloge d une solidarité qui est possible uniquement lorsque les membres qui y participent sont autonomes et indépendants. Ce principe, tel qu il est énoncé,

16 10 s applique à l association et aux membres de l association qui assument pleinement leurs responsabilités sans pour autant renoncer à leur propre liberté. 5- Éducation, formation et information «Les coopératives fournissent à leurs membres, leurs dirigeants élus, leurs gestionnaires et leurs employés l'éducation et la formation requises pour pouvoir contribuer effectivement au développement de leur coopérative. Elles informent le grand public, en particulier les jeunes et les dirigeants d'opinion, sur la nature et les avantages de la coopération» (Les principes de la coopération de l ACI, Orion, sans date) L'éducation, la formation et l information sont une priorité du mouvement coopératif et sont loin d être un outil de publicité et de distribution d'informations. La coopérative est une forme d organisation humaine complexe et nécessite de ce fait, un apprentissage particulier pour sa gestion. Ayant comme leitmotiv la participation, il est indispensable d impliquer à fond les esprits et l'intelligence des membres, des leaders élus, des gestionnaires et des employés afin qu'ils comprennent et saisissent pleinement la complexité et la richesse de la pensée et de l'action coopératives. En plus, étant porteuse d un modèle de développement complémentaire à l économie de marché et à l intervention étatique, la coopérative fait partie intégrante des solutions alternatives aux problèmes actuels. De ce fait, les coopérateurs et les non coopérateurs ne doivent pas seulement être au courant du concept, ils se doivent aussi d'apprécier, de s approprier et d'avoir la volonté de participer à la formule coopérative : un engagement actif qui ne peut se produire sans l éducation, la formation, et l information. 6- Coopération entre les coopératives «Pour apporter un meilleur service à leurs membres et renforcer le mouvement coopératif, les coopératives oeuvrent ensemble au sein de structures locales, nationales, régionales et internationales» (Les principes de la coopération de l ACI, Orion, sans date) Ce principe est connu sous le terme «intercoopération». Il sert à encourager les coopératives à oeuvrer au sein de structures locales, nationales, régionales et/ou internationales au nom de l efficacité économique. Elles peuvent ainsi éviter d évoluer en vase clos et se regrouper sous forme de fédération et de confédération dans le but de mieux servir ses membres et de renforcer le mouvement coopératif. Toutefois, ce principe ne doit pas être une obligation, sinon il irait à

17 11 l encontre du principe d adhésion volontaire qui s applique autant aux membres d une coopérative qu aux coopératives qui sont membres d une structure de deuxième niveau. 7- Engagement envers la communauté «Les coopératives contribuent au développement durable de leur communauté dans le cadre d'orientations approuvées par leurs membres» (Les principes de la coopération de l ACI, Orion, sans date) Grâce à l'effort mutuel, pourvoir aux besoins d un membre de la coopérative, équivaut à pourvoir à certains besoins des proches du membre. Ainsi, par un effet d entraînement, la distinction particulière des coopératives contribue à la satisfaction des besoins des membres de la communauté, donc favorise la construction d'une meilleure société en général (création d emploi, protection de l'environnement, etc.) Émergence des coopératives de solidarité De façon générale, on fixe l origine des coopératives à la fin du 19 e siècle. Les initiatives sont toujours nées en réaction à des besoins ressentis qui demeurent insatisfaits. Traditionnellement, le sociétariat des coopératives a été formé d une catégorie unique de membres. L une des premières coopératives à plus d une catégorie des membres est née en Italie en 1966 pour apporter un service aux enfants orphelins d une zone septentrionale de l Italie (Clément et Gardin 1999) : C est la naissance de la coopérative de solidarité sociale italienne qui marque la reconnaissance officielle de cette forme de coopérative à sociétariat varié que les spécialistes appelleront les «multi-stakeholders». Rappelons, toutefois que, bien qu elle semble incarner une nouveauté, la coopérative multisociétaire et multifonctionnelle reste une vieille utopie, car comme l indique Jean-Pierre Girard : «il est maintenant largement reconnu que la coopération n a pas une mais plusieurs influences» (Gagnon et Girard, 2001, p. 4-5). Le Québec demeure une terre de prédilection des coopératives. Il a connu toute une panoplie de coopératives touchant une grande variété de secteurs d activité sous le modèle de coopérative unisociétaire. Cependant, les besoins des populations évoluant d une part, et d autre part l insatisfaction de ces besoins par l État où le marché interpelle les différents acteurs de la vie

18 12 sociale, mais aussi des universitaires sur la nécessité d innover. C est ainsi que entre 1986 et 1988, des professeurs des universités québécoises mèneront des «recherches sur les expérimentations et les innovations dans les entreprises capitalistes comme dans l économie sociale» (Lévesque, cité par Girard et Langlois, 2006, p.199). De ces recherches sera née la notion «d innovation sociale». Les innovations sociales se focaliseront surtout sur des besoins liés au développement local et aux services de proximité. Ainsi, en 1996, dans le cadre de la préparation du Sommet de l'économie et de l'emploi, un Groupe de travail est mis en place et mandaté par le gouvernement du Québec pour soumettre des recommandations sur la relance de l emploi. L une des recommandations proposées sera l actualisation du statut juridique des coopératives (Groupe de travail, 1996). Parmi les mobiles expliquant une telle proposition, on soulignera les difficultés pour les coopératives d obtenir des financements des services financiers conventionnels, réticences attribuées en partie à leur statut juridique. Il est aussi ressorti qu «Actuellement, la Loi des coopératives ne permet pas un membership mixte sur une base permanente. Or, des besoins en ce sens émergent de plus en plus dans les communautés, notamment en ce qui concerne les services de garde et celui de la création de coopératives multiservices. La coopérative dite de solidarité est actuellement la formule de membership mise de l'avant par différents groupes» (Groupe de travail, 1996). C est dans ce contexte que s inspirant du modèle de coopératives sociales italiennes, le «groupe de travail sur l économie sociale, recommandait d amender la loi sur les coopératives pour autoriser la création de coopératives de solidarité» (MDERR 2004b, p.5). Cette formule est mise de l avant par différents groupes (dont le CQCM à l époque appelé CCQ, un autre important représentant de l économie sociale). C est en juin 1997 que l Assemblée nationale va adopter le projet de loi 90 modifiant la Loi sur les coopératives afin de permettre la constitution de coopérative de solidarité. À son institution originale, la coopérative de solidarité regroupe à la fois trois (3) types de membres. - des membres qui sont des utilisateurs des services offerts par la coopérative - des membres qui sont des travailleurs oeuvrant au sein de celle-ci, et

19 13 - des membres de soutien, soit toute autre personne ou société qui a un intérêt économique, social ou culturel dans l atteinte de l objet de la coopérative (Loi sur les coopératives, article 226.1). Dans le vécu des coopératives de solidarité, «les membres de soutien sont surtout des personnes ou des organismes communautaires, ou proviennent d'autres organismes du milieu tels que les centres locaux de services communautaires (CLSC)» (MDERR 2004b, p.22). On comprendrait alors aisément l assertion de Girard qui dira que les «acteurs de développement avaient à l esprit, comme son nom l indique, l application d un modèle organisationnel fédérateur à des situations nécessitant la solidarité de plusieurs groupes d acteurs réunis autour d une problématique commune» (Girard et Langlois, 2006, p. 209). En facilitant la création des coopératives de solidarité, «l État aussi avait ses attentes, tels combattre le travail au noir, inciter plus de personnes âgées à demeurer dans leur résidence, réintégrer des personnes exclues sur le marché de travail» (Girard et Langlois, 2006, p. 209). On peut affirmer sans risque de se tromper que les coopératives de solidarité québécoise, sont nées surtout pour favoriser les partenariats et la prise en charge de certains services par les collectivités. Ceci s explique par le fait que près de 80% des coopératives de solidarité opèrent principalement dans le secteur tertiaire et hors de grands centres urbains (MDERR 2004b, p.9-12). Même si le contexte de leur émergence laisse penser à la primauté de la législation sur leur création, les coopératives de solidarité sont issues d une décision ascendante («bottom-up»). Elles sont en effet nées des initiatives et de la mobilisation d individus et d organismes locaux. Leur création peut être associée aux objectifs de résolution des problèmes qui nécessitent de compromis et consensus qui font appel à plusieurs parties prenantes. Pour Jean-Pierre Girard et Geneviève Langlois: «Ce modèle [en référence au modèle des coopératives de consommateur] s est cependant révélé moins pertinent pour répondre à de nouveaux besoins non ou mal satisfaits par l État ou le marché, des besoins interpellant divers parties prenantes et qui répondent davantage à une rentabilité d usage qu à une profitabilité économique, par exemple, des besoins liés au développement local ou à des services de proximité. Prenant acte de cette demande et à la lumière de certaines

20 14 expériences en cours en Europe, particulièrement le modèle des coopératives italiennes, à la faveur d une série d initiatives découlant d un Sommet sur l économie et l emploi [Rencontre regroupant les principaux acteurs socioéconomiques et les représentants du gouvernement du Québec à l automne 1996.], le législateur québécois a introduit en 1997 dans la loi sur les coopératives de dispositions reconnaissant un nouveau type de coopérative, la coopérative de solidarité» (Girard et Langlois, 2006, p. 198). Sous l impulsion de la problématique des Services à domicile (SAD), notons que la Loi sur les coopératives a subi d importants amendements en 2004, qui prendront effet en Nous nous sommes intéressées aux raisons et contexte qui ont nécessité les révisions de la Loi sur les coopératives et plus précisément celles relatives aux coopératives de solidarité. Madame Jocelyne Chagnon de la Direction des coopératives du Ministère du Développement économique, de l Innovation et de l Exportation (MDEIE), nous confia lors d une entrevue téléphonique que ce type de coopérative a été crée pour donner un accès aux populations locales à une formule légale permettant à la solidarité d émerger avec moins de contraintes légales. Elle nous notifia également que les changements à la loi ont été faits en collaboration avec le milieu, ce qui semble aujourd hui satisfaire toutes les parties. Toutefois, remarquons qu au Québec, il est impossible aux municipalités d être membres des coopératives. Selon notre interprétation d un document fourni par Madame Chagnon, expliquant les principales modifications apportées à la loi sur les coopératives, particulièrement les coopératives de solidarités, les principaux amendements sont relatifs à : - l introduction d «une nouvelle définition de la coopérative de solidarité pour offrir plus de souplesse dans la modulation de son membership» (Entrevue n 11, 2007). En effet, les coopératives de solidarité ont désormais la possibilité d avoir deux catégories de membres plutôt que trois : les membres utilisateurs et les membres de soutien (Girard et Langlois, 2006, p. 201); - le retrait des membres travailleurs comme membres obligatoires de la coopérative de solidarité. Notons qu un article de la loi permet «que la coopérative de solidarité qui compte des membres travailleurs soit régie par certaines dispositions du chapitre de la coopérative de travail» pour lui permettre de soumettre un travailleur à l essai et donc, pouvoir compter parmi ses membres des membres auxiliaires;

C est quoi une coopérative d habitation? le 28 septembre 2011 Sound Advice Consulting Co-operative

C est quoi une coopérative d habitation? le 28 septembre 2011 Sound Advice Consulting Co-operative C est quoi une coopérative d habitation? le 28 septembre 2011 Sound Advice Consulting Co-operative Modèle d entreprise «Une coopérative est une association autonome de personnes volontairement réunies

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Stratégie de développement coopératif

Stratégie de développement coopératif Organisation Internationale des Coopératives de Production Industrielles, d Artisanat et de Services Une organisation ation sectorielle de l Alliance Coopérative Internationale (ACI ACI) Stratégie de développement

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS Projet de loi no 27 Loi sur l économie sociale Mémoire présenté au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire dans le cadre

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ Adopté par le conseil d administration de l ASPQ Le 11 octobre 2013, et amendée le 12 avril 2014, version finale Dans le

Plus en détail

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire Projet de loi n o 27 LOI SUR L ÉCONOMIE SOCIALE Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire par la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Confédération des syndicats nationaux

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Mémoire présenté au ministère du Travail dans le cadre de la consultation de la Loi sur les décrets

Plus en détail

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 25 juin 2002 CA-2002-87-736 Révisée

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France)

Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France) Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France) Article 1 : Dénomination : Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la Loi du 1 er juillet 1901. La dénomination

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES Sommaire exécutif Février 2012 AVANT-PROPOS En 2012, l Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Plan d action de développement durable 2009-2013 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Il me fait plaisir de présenter le plan d action de développement durable du Centre de la francophonie des Amériques

Plus en détail

Dossier de demande d agrément

Dossier de demande d agrément ASSILASSIME SOLIDARITE 1165 rue Défalè BP 13 979 Lomé TOGO Téléphone : (+) 228 22 21 12 34 N de récépissé : 1537/MATDCL-SG-DLPAP-DOCA du 28 décembre 2012 Dossier de demande d agrément Document n 11 Code

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

GeT IT (Grez en Transition, Investissements de Transition solidaire). Note d intention (tout ce qui suit est amendable :-).

GeT IT (Grez en Transition, Investissements de Transition solidaire). Note d intention (tout ce qui suit est amendable :-). 2011-11-19/ v3/ Eric Luyckx GeT IT (Grez en Transition, Investissements de Transition solidaire). Note d intention (tout ce qui suit est amendable :-). contexte A Grez-Doiceau, depuis novembre 2009, un

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

Le Mouvement Desjardins:

Le Mouvement Desjardins: Le Mouvement : Coopérer pour créer l avenir Présentation à l occasion du Rendez-vous de l habitation Le 1 er octobre 2012, Laval , de 1900 à aujourd hui 1900-1920 Fondation des premières caisses par Alphonse

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d'administration le 26 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d'aider le Conseil d'administration à s'acquitter de ses

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE)

P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE) P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE) Adoptée au Conseil d administration le 25 février 1997 (Rés. 102-CA-04) et révisée le 28 novembre 2000 (Rés. 121-CA-07) TABLE DES

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Numéro : 300 Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Décembre 2013 Objectif de cette note d orientation... 4 Références légales... 4 Contexte... 5 Historique du calcul hebdomadaire

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des administrateurs

Code d éthique et de déontologie des administrateurs COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC ET DU LABRADOR (CSSSPNQL) Code d éthique et de déontologie des administrateurs 2 5 0, P l a c e C h e f M i c h e l L a v

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat Octobre 2007 Conception - Réalisation : Médiris 04 37 28 93 35 Préambule Il est préalablement exposé : Le Tourisme Social et Associatif est un tourisme à finalité non lucrative

Plus en détail

Rencontres. La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux

Rencontres. La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux Rencontres La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux Pedro Bleck da Silva Président du Groupe de Travail Mutualité Association Internationale de la Mutualité (AIM)

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois mai AAAA 2009 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref A l heure actuelle, le secteur social et médico-social fait face à de profondes mutations et à la naissance

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois AAAA mai 2009 mise à jour décembre 2010 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref Le secteur social et médico-social est actuellement en proie à de profondes

Plus en détail

Le 10 novembre 2014. Aux membres de la Commission des institutions Assemblée nationale du Québec

Le 10 novembre 2014. Aux membres de la Commission des institutions Assemblée nationale du Québec . 550, rue Sherbrooke Ouest Tour Ouest, bureau 890 Montréal (Québec) H3A 1B9 Téléphone : (514) 288-3574 Télécopieur : (514) 288-3580 courrier@professions-quebec.org www.professions-quebec.org Le 10 novembre

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE - ÉDITION 2009

GUIDE PRATIQUE - ÉDITION 2009 coopératives agricoles : les associés coopérateurs, un capital à cultiver GUIDE PRATIQUE - ÉDITION 2009 document réalisé avec la participation financière du Ministère de l Alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION (BAC+6, +7, +8 480 ECTS) IEAM PARIS - Institut des Études d'administration et de Management de Paris & SCIENCES PO AIX - Institut d Etudes Politiques d Aix-en-Provence ou

Plus en détail

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE Adopté le 23 avril 1999 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 DÉFINITION... 4 SECTION 1. Le membre et l'organisme

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Août 2006 Théâtre de la Ville août 2006 page 1 1. ENONCE DE MISSION DU TDLV VERSION 2006 1.1 Les idées maîtresses L énoncé de mission d une organisation devrait

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 «Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 Numéro au registre des représentants d intérêts : 2921139621-18

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. OBJET Le Comité de gouvernance et de rémunération (le «Comité») est un comité permanent du Conseil d administration de

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

Doc cctld 36-F. Original: anglais SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

Doc cctld 36-F. Original: anglais SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS PERIODE D ÉTUDES 2001-2004 Origine: Titre: Original: anglais Atelier sur les expériences des Pays Membres

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

Décret modifiant les décrets sur le personnel d entretien d édifices publics des régions de Montréal et de Québec

Décret modifiant les décrets sur le personnel d entretien d édifices publics des régions de Montréal et de Québec Décret modifiant les décrets sur le personnel d entretien d édifices publics des régions de Montréal et de Québec Mémoire présenté à la sous-ministre du Travail dans le cadre de la consultation sur un

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PRATIQUES DE GOUVERNANCE

DÉCLARATION SUR LES PRATIQUES DE GOUVERNANCE DÉCLARATION SUR LES PRATIQUES DE GOUVERNANCE Survol Notre conseil d administration (le «conseil») et notre direction s efforcent de demeurer des figures de proue de la saine gouvernance et de veiller au

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

code d éthique et de déontologie

code d éthique et de déontologie code d éthique et de déontologie Notre éthique et notre déontologie Le Code d éthique et de déontologie a été adopté le 22 avril 2006 par la Chambre Syndicale après un large débat et des échanges approfondis,

Plus en détail

ALERTE ÉQUITÉ SALARIALE

ALERTE ÉQUITÉ SALARIALE Octobre 2010 ALERTE ÉQUITÉ SALARIALE présence locale portée mondiale Droit au but Qu est-ce que l équité salariale? Une échéance au 31 décembre s applique à la majorité des entreprises Que doit-on faire?

Plus en détail

Emploi-Québec doit se retirer de la certification des compétences des technologues professionnels

Emploi-Québec doit se retirer de la certification des compétences des technologues professionnels Emploi-Québec doit se retirer de la certification des compétences des technologues professionnels L Ordre des technologues professionnels du Québec (OTPQ), porte-parole des technologues, est heureux de

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

CAHIERS D'ÉPISTÉMOLOGIE

CAHIERS D'ÉPISTÉMOLOGIE CAHIERS D'ÉPISTÉMOLOGIE Publication du Groupe de Recherche en Épistémologie Comparée Directeur: Robert Nadeau Département de philosophie, Université du Québec à Montréal Le coopératisme : réalisation de

Plus en détail

Cadre d assurance de la qualité

Cadre d assurance de la qualité Page 1 de 7 Cadre d assurance de la qualité Septembre 1999 (traduction 15 décembre 1999) I. Cadre d'assurance de la qualité A. Préambule B. Objectifs du Cadre d assurance de la qualité C. Critères d adhésion

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

PLAN STRATÉGIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PLAN STRATÉGIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Jean Laliberté, maire Le 2 août 2011 PLAN STRATÉGIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE UN PLAN D ACTIONS POUR RELEVER LES DÉFIS DU 21 e SIÈCLE Se doter d un Plan stratégique

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Le travailleur étranger

Le travailleur étranger Le travailleur étranger Par Mongi TARCHOUNA, Professeur et Doyen de la Faculté de droit et des sciences économiques de Sousse. Liberté et égalité, telles sont les valeurs universelles à la réalisation

Plus en détail

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS)

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) École secondaire Armand-Corbeil Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) Janvier 2013 PRÉAMBULE Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport demande aux commissions

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006 RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS Juillet 2006 Préambule Considérant qu en juin 2004, à l occasion de la Onzième session de la

Plus en détail

RESPONSABILITÉS DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RESPONSABILITÉS DU CONSEIL D ADMINISTRATION RESPONSABILITÉS DU CONSEIL D ADMINISTRATION Capital social Remboursement des parts (38) Transfert des parts sociales (39) Émission et caractéristiques des parts privilégiées (46) Émission et caractéristiques

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION

POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION 2013-2014 TABLE DES MATIÈRES 1. Préambule... 3 2. Politique linguistique : définition et contenu... 4 2.1. Définition d une politique linguistique... 4 2.2.

Plus en détail

Contrôle de gestion et pilotage de la performance

Contrôle de gestion et pilotage de la performance CHAPITRE 1 Contrôle de gestion et pilotage de la performance Ce qu il faut retenir Un système de contrôle de gestion doit être adapté à la configuration spécifique de chaque entreprise (stratégie, structure,

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère. Analyse et comparaison. ProjetSphere.org/CHS

La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère. Analyse et comparaison. ProjetSphere.org/CHS La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère Analyse et comparaison Note d orientation provisoire, mars 2015 (version 2) ProjetSphere.org/CHS Sommaire Introduction... 3 La CHS et

Plus en détail

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 L économie sociale et solidaire : de quoi parle-t-on? Une économie du quotidien, ancrée sur les territoires Des entreprises et

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval Politique de gouvernance Association des diplômés de l Université Laval Adoptée en décembre 2011 et modifiée en mars 2014 - Page 1 Table des matières 1. Objectifs de la politique de gouvernance... 3 2.

Plus en détail

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Principes fondamentaux du PQD de la Côte-Nord Des énoncés exploratoires relatifs à la vision se dégagent des principes fondamentaux qui transcendent

Plus en détail