LE SARCOME. d'origine primitive intramusculaire. D Antoine BORIE. Il Il Il Il Il III illi Il il 1 Il HAR LYON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SARCOME. d'origine primitive intramusculaire. D Antoine BORIE. Il Il Il Il Il III illi Il il 1 Il 0000005777068 0HAR LYON"

Transcription

1 ç3tj, ri-' LE SARCOME d'origine primitive intramusculaire (JF U L)E CLINIQUE.) PAR LE D Antoine BORIE L 0HAR G) LYON 31PRI1IERIE IIOtLN-RllSMP, WÂJJTEER & Ci, SUCCESSEURS 3, RUE STELLA, Document Il Il Il Il Il III illi Il il 1 Il

2 A MON PRÉSIDENT DE THÈSE MONSIEUR LE PROFESSEUR MAYET Chevalier de la Légion d'honneur Professeur de Thérapeutique et Pathologie générales A LA MÉMoIRE DU REGRETTÉ PROFESSEUR OLLIER Commandeur de la Légion d'honneur Professeur de Clinique chirurgicale Membre correspondant de l'institut

3 Au cours de nos études, IL le pro ftsseur (iliier avait bien voulu s'intéresser c nous et nous avions placé ce travail sous le haut patronage (lu Ilaitre vénéré. Une mort inattendue vient nous rair cet honneur. C'est à la mémoire du grand homme que nous dédions ces pages : son accueil bienveillant, le souvenir de ses bontés ne sauraient s'effacer de notre coeur. Dans le deuil qui frappe aujourd'hui la Science française, nous sommes fier de nous dire l'élève d'un tel Maitre.

4 INTRODUCTION Nous avons eu l'occasion de voir, à l'hôpital militaire l)esgenettes, un cas de sarcome primitif du muscle, et les recherches que nous avons faites à ce moment, sous la direction de M. le médecin-major Riiotte, nous ont fait penser qu'il serait intéressant de lui consacrer notre travail inaugural. Avant de commencer cette élude, nous croyons nécessaire de donner quelques explications sur le but que nous nous sommes fixé. Nous voulons faire ici une étude purement clin ique (lu sarcome d'origine prirnitire int,'a-muscuiaire, nous avons conservé ce nom parce qu'il désigne, dans les classiques, tout un groupe de tumeurs malignes du muscle, sans préjuger aucunement de leur nature intime. Depuis quelques années, le sarcome musculaire a perdu beaucoup de terrain, en anatomie pathologique, devant, le fibrome et le rhiabdom orne qui ont été très

5 - lu - bien étudiés dans cette même Faculté, l'un par M. le docteur A. Nové-Jossel'afld (l)5), l'antre jmr le docteur (enevet (1900). A de plus compétent s que nous, nous laissons le soin de définir, exactement ce qui i'evienl au fibrome, au rhabdomyome et au sarcome. Aussi, nous en sommes-flous tenu à la partie essentiellement clinique (le la question et nous avons simplement cherché à rassembler tous les éléments d'une étude générale. Même ainsi considérée, la tftclme était ardue et nous ne savons si nous avons bien atteint notre but. Nous espérons cependant avoir fait oeuvre utile en appelant l'attention sur les signes cliniques du sarcome du muscle et sur le genre d'opération qui lui convient. Tel qu'il est, nous dédions ce travail à nos (liers Parents, assuré d'avance qu'il trouvera près d'eux indulgence et qu'il leur sera un gage (l'amour et de respect filial. M. le professeur Mayet nous fait l'honneur d'accepter la présidence de notre thèse nous l'en renier- (ions vivement. M. le professeur Ohlier s'était intéressé à ce travail il nous avait promis (le nombreuses observations. Sa mort est pour nous un deuil cruel. Sa bienveillance sera toujours chère à notre coeur. M. le médecin-major Ruotte, répétiteur à l'ecole de Santé, nous a donné l'idée de cette étude et nous a toujours conseillé : nous l'en remercions bien sincèrement. Que tous nos Maities civils et militaires qu i ont bien

6 - 1 1 voulu sintéresser à nous soient assurés de notre reconnaissance. Nous allons quitter cette Ec.ole et cette ville avec une certaine tristesse. En les trois ans que nous avons passés, lions croyons y avoir fait de bons camarades et quelques vrais amis : merci aux uns et aux autres de la note joyeuse qui1s ont mise dans notre vie. A. B.

7 ChAPITRE PREMIER Historique et Définition Le mot de sarcome remonte à Galien; mais la tumeur actuellement étudiée sous ce nom est de connaissance relativement récente. La définition qu'on en donne aujourd'hui est la suivante «C'est UflC tumeur constituée par du tissu embryonnaire pur ou subissant une des premières moditications qu'il présente pour devenir adulte» (Cornil et Ranvier). La tumeur est analogue au tissu de l'embryon qui s'organise et diffère du tissu inflammatoire en ce que son évolution normale est Faccroissement, tandk que le tissu inflammatoire tend à s'organiser, à guérir. La tumeur sareomal euse se développe un peu aux dépens de tous les tissus organiques. Nous nous propo-

8 sons d'étudier les tumeurs sareomal.euses d'origine primitive intramusculaire. Le sarcome primitif intramusculaire a été discuté et beaucoup d'histologistes, parmi les plus distingués. n'ont pas tout (l'abord admis son existence. Depuis 1880 seulement, on Nicaise lit àla Société de chirurgie une observation de (i'oss (de Nan(-v) et rapporte un cas (le liil]rotli et cieux de Volkmann, le sarcome parait définitivement accepté par tous. Actuellement, il semble même assez banal p0111' WL'OI iicgiige la publication (les cas observés. Le premier, cas probable de sarcome iii t rainiisculaime est (lu à Lel)ert qui, h la Société d'anatoriiie (mai 1$11-11) «montre une t timeur enlevée pat' M. I )enonvilliers dans le muscle vaste interne. Elle est fibreuse et, contient dans son épaisseur plusieurs noyaux osseux bien caractérisés avec quelques fibres musculaires.» Mais le sarcome était encore confondu avec le carcinoimie sous le nom générique (le cancer et ce n'est qu 'en 18 tue Lebert devait l'en différencier. Le sarcome lut ramlls('ulail'e. d'ailleurs, ne profita pas (le suite d(' ('('t te (listifl(tioik et il 1-este (OflEOndlil avec lee caicinoine dans le travail (lc Parnientici' (fl.ion. mdjcife, t.. Xl). Ce n 'est qu'en 18(2 que nous le trouvons nettement séparé des autres fumeurs par Vignes (tans sa t,iiése (le Paris. Dans la seconde part k' (le cet ouvrage, l'auteur rapporte six observations (le tumeurs einl)ryoplastiques primitivement intramuisciliaires : un de ces cas pouvant laisser (les (lotit es sur la nature des néoplasmes nous n'en repro(iliirons que cinq qui nous ont nettement paru être des sarcomes

9 - - mu "vu laiies. Eu Outre (les ol)servatiorls qu'il rappori e. \ignes cite le 1Y I ieiilafov, qui liii (lit avoir vu plusieurs cas senhl)lai)les a ceux (f11i1 étudie et notamment un dé\-eloppe dans le deltoïde et enlevé par une opération. Mais ce sont lit (les renseignements trop vagues pour l)011\01r ôt le titi! isés. 'l'eevan 0 ), eu 1803, traite des tumeurs musculaires e!, en anal yse soixante-deux cas, mais cet auteur ne iecounait. J)LS lexistenee du sarcome niusculaire et ne le (011h1)I'eli(l pas (tans sa nomenclature. Deux ans après, Volkmann () reprend les tra yait x (le 'I'eeviui et, pense que Viti gt-illi cas, classés par cet auteur iai'nii les ( tii110iit(s, doivent étre considérés 4omrae des sarcomes itiuscidaires la plus fréquente (tes tumeurs (lu muscle» selon Volkmann. I )ans sa t lièsc dagiégal ion (le '180G. Després riaccepte pas le sarcome musculaire, il ne croit pas d'ailleurs u J'aullienticite des observations de Teevaii. Ou trouve eiisiiite des observations séparées jus- (111e fl 187:3, époque à. laquelle Sokolow consacre au slijet. utiic luonograj)luie I rès intéressante, niais qui traite surtout (10 Fa.natoinie pathologique. Eu 1880 et 1881, paraissent deux thèses (le Paris,,il r la question : (elles de Lemaréclial e!. Conibet. La p1'eiuièi'e est. suri out anatomo-patiiologique. Utisl iani. en 18S7, it la lois dans sa thèse de Berne I: 1) '['cevan W. F. Ou tunioui in vuluntary muscles: vi iii mi aiialysis of sixly twa cases atul remarkes on flic ti'ealement (Bïi(i,h. (OUI Foïei(/fl. M. e/th', Rer ). (? Vo1l:nann. Die geselewûiste der Musiçelu. In Billroth et Piflia. Bd. II. Abili.?.

10 et dans les Archives de physiologie, étudie les traiisformations du muscle dans le voisinage du sarcome. Scliaeffer (1.), en 1888, reprend la même étude. Guitton (2) fait en 1894 sa thèse sur le sarcome primitif intramusculaire et en réunit trente cas. L'année suivante, Cliambe(3) lui consacre aussi sou travail inaugura[ et trouve quarante observations mais il ne nous semble pas que toutes ses observalions se rapportent à des tumeurs sarcoinateuses ou iiel.tement intramusculaires. l)epuis lors, on retrouve quelques observations séparées. Tout le monde est d'accord sur l'existence de la tumeur et les chirurgiens ne semblent pas lui prêter une grande attention. Tédenat (4), Lejars (), Auvray et Pilliet ft), Planchu (7), étudient, à propos de cas qu'ils iapportent, l'anatomie pathologique et la pathogénie de la tumeur. On cherche, sous l'influence des idées pasteuriennes, à découvrit un microbe spécifique du sarcome et ou discute sur l'opportunité (le l'intervention large. On pense aussi à un traitement par (les injections interstitielles. La question, au point de vue du traitement, est pou'- tée à la Société de chirurgie de Lvon, en mars 1900, par M. le médecin major Ruotte (fui lit une observa- (1) Seha(trer. 17 c/wr's.1 ;'e/nu'. Bd. CX, 18S5. ; Guitton. Thèse de Paris, 15t)3-189, 3) Chambe. Thèse de Paris, 18( Tédenat- Mou Ipellier iu e(iieal, 189e. (5; Lejars. Lus de cl, iru.eyie de la Pitié, 18 -PO4. (6 Auvray et 1 >iiliel. Jiulletin (le la Soeittêa,uttwi iqie, 189!*. (7 Plancliu. P),orince hu.dicale, D

11 lion nouvelle, recueillie à l'hôpital militaire 1 )esgenettes. Peu de temps après, elle fait l'objet d'une dknssion à la Société de chirurgie de Paris (avril 1000), à propos (l'une observation de M. Picqué. Uffl

12 CIL\lI rfirf: 11 Anatomie et physiologie pathologiques Nous avons défini le sarcome «une tumeur constituée par du tissu enibryonnaire embryonnaire,, j)1i1 011 subissant une des premières jiioditk'al ions qu'il présente pour devenir adulte» (Cornil et Ranvier). Cette définition (Ontient la possibilité d'une division du sarcome en plusieurs espèces et les auteurs qui la formulent, Cfl reconnaissent neuf formes différentes Aju"s les avoir indiquées, nous chercherons coniinent, sous lintluene (le la tumeur, réagit la cellule mhls(ulaire et ce qu'elle devient. On a divisé le sarcome en : sarcome encéplialoïde, fasciculé, myéloïde, ossifiant, névrogli(ne, angiolitliique, muqueux, lipoinateu X et mélanique. Mais

13 - 1 <.) - toutes ces variétés ne se rencontrent pas indifférentnient dans le muscle. Celles qu'on y trouve surtout sont: b Le sarcome e/lclpitaiod (tumeur embryoplastique de Robin, sarcome fuso-cellulaire de Ilindilei(-li), doit son nom à son aspect qui rappelle celui d'un verveau frais. Macroscojiquement c'est une tumeur (l'ordinaire très volumineuse, à évolution rapide, très vasculaire. donnant une coupe blanc giisâtre : par le raclage on obtient un suc transparent qui devient trouble au bout. (Te quelques heures. Cette variété subit à diverses périodes de sou évolution, la dégénérescence graisseuse, muiieuse et kystique. Elle est formée de petites cellules tondes, de t ype embronnai ce qui rapidement. (lé t ruisen I la membrane capsulaire et envahissent. les tissus voisins. 2 Le sarcome fasciculé (tumeur flhro-plasti(lue de Leberi, sai onie fuso-cel]iilaire de Riittilleicli) est formé d'une subst atice J)lUS solide. La consistance est; plus ferme, la coupe est moins blanche, le raclage ne (ioflfle pas (le suc OU Ires peu. II est, formé de cellules fusiformes juxtaposées et formant par leur ac;oiement des séries de faisceaux: la substance intercellulaire est plus abondante (111e dans la forme prcé- (Tente. La tumeur évolue lentement.. 'jo Ji,e S((om)me?!/l0d' (t 1Ifl1(U1 a mveloplaxes (le Robin) rappelle la moelle osseuse embryonnaire. La tumeur est molle, elle siè ge de préférence dans les os, mais se retrouve dans les muscles (Obs. de Cluanibe).

14 r Les vaisseaux y sont particulièrement développés et forment lin véritable tissu caverneux, ce qui le fait juger par Monod et Malassez (lïe/,. (le Physiologie. 1879), comme des cellules vasculaires embryonnaires détournées de leur but. 4 A ces trois formes, il convient peut-être (l'ajouter le sarcome mc/eniq?fe, caractérisé par la couleur noire de ses cellules pigmentaires ; Guillon n'en a jamais vit Cliaiiibe en cite trois observations de Vari'en : lin clans le droit antérieur de la cuisse, un dans le trapèze et le troisième clans le droit antérieur de l'abdomen. Quelle que soit sa. Forme, le sarcome a POUF caractère essentiel en clinique, d'être une tumeur encapsiilée et qui s'isole ainsi des tissus qui l'entourent. Mais ccli e capsule (011jOfl('li\e, plus oit hfloifls résistante, ne dure pas pendant toute l'évolution du néoplasme elle résiste d'autant moins à la poussée intérieure que les cellules de la tumeur sont plus proches du type emnbryounaiie ; quand la capsule a cédé, on se trouve en présence d'lmfle lumeum diffuse, envoyant des prolongements clans toutes les direct ions. Le sarcome, dans ce cas, peut se généraliser (l'une fa:oii très rapide. Telle étant, la tumeur-, la question intéiessan t e est de savoir aux dépens de quelle partie du muscle elle va se développer. Le muscle, en effet, n'est pas un: c'est un composé formé d'un élément noble. la s ulistance striée, contractile par excellence, substance réunie en fibres qu'entoure une mince enveloppe, le sarcolemnie et le tissu,

15 cojonctiqni unit et sépare les éléments contractiles et leurs vaisseaux. Le sarcome peut se développer aux dépens (le l'un quelconque de ces deux éléments : delà deux théories sur l'origine du néoplasme. Dès I8.3. SchnHder van der Kolk (1) voit (les transformations actives dans la 11111e musculaire, et ses recherches sont cojilirmées par celles de K1Iiker (2), l3ôti.clier (3), Wel)ei' (4). Neumann (r'). Popper (n). Le rôle actif dans la formation du sarcome est encore attribué it la cellule musculaire par l"ôi's[er (7) et par Waldever (S) : les no yaux musculaires et du sarcolemme multipliant énormémen I et s'entourant du proloplasma. forment la niasse sarcoinal mise. Jiillroth (Ç)) se rattache d'abord it ('elle manière (le voir qui est soutenue et résumée en huit ('onclusiolls par Sokolow (10), dans son iutéi'essamite monographie. Voici, d'après ('et au leur, l'histoire du sarcome : les éléments (les faisceaux musculaires se transforment en cellules spéciales pal' multiplication des noyaux et accumulation (1 piotopiasuma aut mir d'eux: ces éléments nouveaux remplissent le saieolemnnie ("est le début du sarcome. Ces cellules mondes ou ovales se trans- I) Sciiroeder van der KoIk. Xerer-Loneel, () KilIik'r. 1fii/bC/ (l') É9eiI eb('v'/ïe, ) Bd Felier. I i'r/wc's i 1,.,r., xiii. 4. Wehei'. T'/u."s Aïc/,i r..xv, XVIII, XXIX, XXXIX. Neuniann. VO''/lOW'S A cchfc., XX. (6) Popper. Meil..JaJi.ï'/i cher. XXXI. \Vieii, (7) F(rster, J11In(1/)reIt iler ailf/e)i/ei.('h pat/i. anal., (5) Waldeyer. T7rcfoone'. Arc/ifr., XXXIV. () BillroIh. J7rc/,ow's Archr., IX. (10) Sokohow. T7ïehow's A....hic., LVII.

16 forment en cellules fusiformes ornées (le prolongements : le sarcome existe. La niêtne année, \Veil (1) ne nie pas la pa.rihpat ion (lu tissu f-onneclif à la formation de la tumeur, muais pour lui, la disposition glandutaiie (lu néoplasme el l'intégrité fréquente dit sarcolemme prouvent que les éléments de néoformnat ion pvemienl bien naissance dans l'intérieur (le cette enveloppe. L'auteur a vu, en outre, les noyaux musculaires se (Ilanger au sein du néoplasme en corpuscules identiques quant cà la forme et à la colorai ion aux globnles rouges du sang. Mais cette transformation (les éléments tnusculai res et sarcolemnui titi es en cellules de la iiiiiieur est loin d'être acceptée par tout le inonde et elle est combautte dès son apparition. Sick (2), I lenl(, (3), Welker (4) n'y croient pas. \irehow ne se prononce ni potit', ni contre il ne nie rien, mais il pense que rien n'est démontré dans cette théorie. Au lien (le nail te dans la partie noble, le sarcome ii t se développer dans le tissu conjonctif interfaseiculaiue. Cornil et Ranviei (.) résumeul cette dernière opinion et disent : «Le (IéVeloppenient (le la masse morbide se lait louijours pal une production (Te tissu embryonnaire dans les espaces de tissu conjotictif qui comprime les faisceaux primitifs (lii nuutscle, (l(ternuifle une atrophie simule ou (4) Weil. S/ric1e,"s e1i. Ja1'bch('ï, llcff. III, (?) Sick. J7e/Hrs 4eI,ir., XXVI. (1) Tionle. JfauUii'e1 (ieï rat. PaIb i, 51. (4) \Vclker. Zeilschrift fwr rat. Med., X. (5) Coriiil et Ranvier. Manuel (1711s1t)(wJie putimi., 1881.

17 accompagnée (Furie transformation granulo-graisseuse. Celle dernière forme d'atrophie se reneoni ce surfont dans les cas où la transformation en tissu sarcomateux est très rapide.), Celle t jiéoiie enlève donc à l'élément strié tout rôle actif et fait. clii tissu connectif le siège du néoplasme. Lemnaiécliai (I) soutient la même idée. il fait ressortir, en oui te. [augmentai ion du nombre des noyaux du sarcolemnie, niais il rie voit, (Tans ce fait, qu'un mode de réaction du muscle atteint et non une preuve cri faveur de l'origine inîrafascieutaiie les noyaux (lu sareolenime deviennent plus visibles parce que dispaiait, la portion striée et contractile (lit muscle. iloss et Feliz, cités par Lemaréclial, émettent la même opinion daims la ('aelie (les Ilopilaux et ii ]a Soe/cl (le C/h'ui'jie en Trois ans après. Àckermann (:?), Irai tari t du même sujet lit que, pour lui. les cellules du sarcortie ne sont. pas autre c'liose cille des cellules conjonctives inultipliées ou hypertrophiées. Des faits nombreux et (l'un grand poids plaident en faveur (le la formation homologue et contre ihétérologue et tic plus cri plus saceroit la certitude (le la thèse qui veut que la différenciation des cellules /diffifrentes en éléments spécifiques commence déjà dans les premières périodes de Fexistence embryonnaire. La cellule épithéliale ne donne que tics cellules épithéliales et le sarcome qui n'est qu'une néoformation du tissu conjonctif vient, toujours des cellules (lii tissu conjonctif. 1) Lernaméchal. T1ise de Paris, (2) Ackei'rnann. S(timulio ig Kihi. Vorti?ge, nos ,1883.

18 - - Cristiani, en 1887, dans les Aïc/ilres de physiologie et dans sa thèse de Herne, donne le résultat de ses observations sur trois tumeurs sarcomateuses. Il Tie Peut eonfiruier oi, infirmer les dites de Sokolow, n'ayant pu retrouver tes altérations décrites par ('et auteur. Il a constaté une disse'tion des fibres rnuscu- I aires par les éléments embryonnaires qui les coinpriment eh entourent les vaisseaux. En iiiêiiie temps, les granulat ions des fibres sont, augmentées de volti rue. De ces deux laits découle une disparition en fortes proportions de la substance contiartile. Les ('Ilanips de Conheitu disparaissent, niais il n' y a pas d'altérations (tir A mesure qu'on s'approche de la tumeur, les éléments néoplasiques et les (ellules museulaii'es se mêlent. (le plus en plus et dune telle fa,-on qu'il n'est pas possible de dire si le muscle devient sarcome ou s'il disparait. Parfois pourtant, le nius(.'le i'éagil. pal' une prolifétat ion iellulaire ; le sarcolemme alors peut disparait ce et laisser libres lescorpus('ules museulaii'es pi'olifét'és, mais il n'est nullement prouvé que ees (oi'pusduhes se transfoï'inent en éléments sarcomateux. Rindlleh'h, dans son TliS101Ojiepat//ofOq/(Jw',dé('lam'e que la fibre musculaire et le sarcoleninne ne jouent aucun rôle dans la naissance et le (léveloppement du sar('onw. tumeur - essentiellement conjonctive. li a étu- (lié deux vas de sarcome et l'a toujours vu se développer dans le tissu interfasciculaire. Il (Ie(I'it longuemiient. les capillaires de la tumeur et un système de fentesqui rappelle le réseau des fentes lymphatiques. Il appuie SOfl opinion de Faut oi'ité de Volkniarmn. Schaelrei'

19 (lé(1'it la libre musculaire au voisinage du sarcome il a vu le sarcome se développer dans le tissu conjonctif et ne jamais pénétrer dans la fibre insciilaire; eelle-('i est simplement étouffée et la multipinat ion des noyauxn'est pas autre ('liose qu'une défense contre l'envahisseinent du néoplasme. Ce qui se passe ici n'a pas lieu dans le (ai'('inome oit l'on voit les éléments néoformés péiiétrer dans la fibre elle-même et s'y substituer à la SU 1)51 ance cotitractile. Dans le mêmeordie d'idées. nous lisons dans Jiillrolli et Pi 11m (1) : «Le sai'eoiiie naît toujours dans le tissu ('onjonctif quel qu'il soit, sous-cutané 011 iiiterinusculaii'e.» Chambe, après Guitton, émet une aulre. opinion. Le saiome, dit-il en substance, n 'est pas d'origine embryonnaire. rien, dans l'embryon, n'y répond en tant que tissu parce iite le tissu embryonnaire n'existe pas, Fenibrvon étant fatalement composé de lis-,sus complexes. Chez l'adulte, au contraire, on trouve un tissu analogue au sarcome et c'est le tissu liéinatol)oiétique de la moelle des os. Le sarcome déi'ive dom' du tissu angioblastique et la loi de Mtiller est satisfaite. (iui (ton va même jusqu'à voit' dans le cas i u'il décrit titie transformation curieuse, ('elle des fibres musculaires en neoeapillaiies villes de san g. Cette transl'ou'- mal ion, d ilue serait t iès intéressant (le saisir (larus toutes ses phases, ne nous parait pas aussi IllLtIIl'ellO que le dit l'auteur oit nous la trouvons décrite. Cet te Bilirolli und Pitita, lb',idbuc/t der ailgeineinen uui.])eciel/(',. ('l(iï'?(rgie) mi 2. Abth. 1. S '178 u. a.

20 théorie nouvelle est attribuée par Chambe à M. le l)r Piliiel, chef du laboratoire de clinique chitingicale de la Cliaiité: mais, sans pailer de la complexité (le l'embryon et. (le la précocité de la spécialisation signalée par Ackermann, il nous a semblé en reti'ouver l'idée dans MM. Monod et Malassez qui, en 187, décrivent, le sarconie mvéloïde comme lin ensemble de cellules vasculaires déviées de leui' but et art'èt.ées dans leur, évolution. Cette théorie est reproduite pal MM. Auvrav et Pilliel, peu de temps après la Uièse de Clianihe : «Le sarcome des muscles, disent-ils à la Société d'anatomie en i95. est de même nature que le sarcome médullaire (les os. C'est une tumeur constituée pat' (Tes éléments proliférés du tissu vaso-foi'maleur, de l'embryon et dans laquelle on doit.ret rouvei les principales f igities du tissu vasculaire sanguin à l'état normal comm e on ici couve la n t ultip li ('ai ion des cellules du corps de Mztlpiglii et la foiinal ion des couches cornées dans un épithélioma cutané.» I)'auti'es auteurs. plus éclectiques, erilin, ont mis d'accord toutes les théories en les acceptant toutes it la fois. C'est ainsi que, 1 ) ' M. le Dr A. Nové-Josserafl(l (Thèse de Lyon, ls9-l9ub, les cellules sarcomaleuises viennent inditréreninient des éléments dieulants du sang. tics cellules fixes (lii tissu fibieux et même des cellules issues (le la fibre musculaire. D'après l'opinion (les auteurs classiques les plus au t misés et d'après ce que nous avons pu voir nousmèmes, le sarcome. tumeur conjonctive, se développe dans le tissu interfascitulaire. Il est compose de ('Cllules de taille et de forme val qal)les, niais situées fou-

21 ours bois des fibres musculaires. Ces cellules forment (les amas PlUS 011 moins considérables groupés principalement et primitivement dans la zone adventice qui entoure et isole les vaisseaux. De ces amas cellulaires partent des prolongements qui suivent les vaisseaux plus petits puis les travées (011ne(tiVes qui séparent les libres. Celles-ci, nettes loin (le la tumeur, perdent (le plus en plus leurs caractères à mesure qu'on se rapproche d'elle; la substance contractile semble disparaître, se fondre sous la poussée néoplasique (lui l'entoure, l'enserre et l'étrangle. Une prolifération nucléaire du sarcolenime remplace l'élément noble pour disparaitre à son tour au sein du néoplasme, sans que nul indice puisse faire penser à une transformation. sarconiateuse. Commen[, va évoluer le sarcome? Les cellules nouvelles lui arrivent-elles toutes formées (le l'extérieur Il faudrait, pour cela, une diapédèse considérable (les éléments du sang. Dans une clinique (le M. le professeur.jaccouid. nous trouvons bien signalée une diminution considérable des globules rouges; mais. en revanche, le nombre des leucoc ytes est lji'o [)Oi'tioflflelleiiuent augmenté, ce qui semble peu en rapport avec une diapédèse abondante. L'accroissement de la tumeur se fait surtout aux dépens (les éléments propres de la tumeur. li est d'ailleurs double : périphérique et interstitiel. À la périphérie, on rencontre une zone formée de cellules à caractères embryonnaires et, par conséquent, en voie (le multiplication rapide. Des îlots se détachent en 1'in muscle de cette zone et, plus tard, se réunissent,

22 - - engloha.nt les portions musculaires comprise s, entre eux. Cette zone pi'oliférative ne se disting ue d'ailleurs nullement du muscle environnant «est. la «zone (le l'affection latente» de Virchow si dangereuse pour le pi'onostic à venir d'une tumeur opérée. \u sein nième du néoplasme, à côté (le cellules développées déjà ou morne ayant subi une dégénérescence quelconque, on trouve encore ces îlots emb'onnaii'es IlombreUx et proliféranu avec une grande activité. Cette multiplication cellulaire, I antj à la péiiplaiic qu'au centre de la tumeur, se fait suivant le grand mode de reproduction cellulaire «La karyokinèse. dit Quéttu, a été observée dans les cellules de presque tous les tissus normaux; il était à prévoir qu'on la retrouverait dans les tissus pathologiques et en pari j- cul ici tians les tumeurs.» Et, en effet, pour iie parler que (tes tissus animaux, Arnold l'a vue dans les hypertrophies glandulaires ( Vi chows Archiv., 1879) et, leu après, l3rigidi et Tafani (Lo Sperbiteiilale, 1880) l'ont observée dans le sarcome. La généralisation (lu sarcome s'explique facileirieni ()n retrouve i'elal ée dans presque toutes les observations l'integrih' (omplete des ganglions lvmpliatilues et Vii'cliow premiers cas observés, d'ailleurs, ce l'ait avait frappé toits a insisté surcelte intégrité. [)ès les les auteurs et ils avaient tous expliqué la généralisation pal' la voie sanguine, soit tille ce fût une diathèse, soit que la propagation Fût. directe par cette voie. Le professeur Ricliet, dans une clinique tlè 1881, attribue à Broca l'honneur d'avoir le premier remarqué cette géuéi'alisaiion par la voie sanguine. Billroth, d'un

23 - autre (ôl, revendique pour lui le mérite (le eel.t( observation et il explique la généralisation de la faon suivante les parois veineuses sont fa(ilelïiellt pénétrées par la tuasse néoplasique., leur lumière se rein- J)lit de parcelles friables qui, de lit, arrivent aux pouinons; parfois, nième, on peut suivre la su('cession des faits, quand une grosse veine se trouve en jeu. Aeker(l) reproduit ret.te idée en 187? et on la retrouve dans Qiienti. Cet auteur ajoute que si on remarque l'abondance des vaisseaux dans le sarcome, il n'est pas étonnant que la tumeur se généralise aussi souvent et avec autatil, de facilité. (1 Acker. Deulseltes Arc1ie. fer It7inisc/t mcd., 1872.

24 CHAPITRE III Etiologie et Pathogénie Au point de vue de sa fiéqiience, le sarronie primitif (]es muscles n été différemment considéré par les auteurs. Sans croire avec Volkmann (111e (elle t umeur est la plus frt'(1ueiite des tumeurs iiiiisciilaires ni avec 1 Inoc(1lle (1), qu'elle est I iès rare. nous pensons qu'elle doit entrer en ligne de compte dans la pathologie musculaire et. il se pourrait que beaucoup d'observations ou le diagnostic inicioscopique n'a pas été fait se rapportent à des sarcomes musculaires. Guitton, en 194, a trouvé trente cas observés et (1' Hi1oecluC. Dietonnaiïe eneyclopéd. des se. imd., L XXII.

25 décrits. Le nombre (les observations que flous avons U nous procurer, active à soixante. L'étiologie du sarcome musculaire est encore très obseure on a invoqué des causes diverses. Voyons si dans les circonstances le plus souvent, invoquées, nous pourrons trouver une raison au développement de la tumeur. Jqe. - Aucun âge «est exempt de cette affection. A coté d'un vieillard (le 70 ans, on peut voir le cas d'un enfant de ans rapporté par M. Vincent. Pourtant l'âge où Fou trouve le plus gi'and nombre (le cas, est l'âge adulte : c'est de 23 à 30 ans (IUC l'on rencontre le plus (le sarcomes musculaires et (cia ca(lre bien avec les allures générales du sarcome «(e (fl(c (les J(U11es». Nous n'avons, clans nos recherches, retrouvé aucun cas de sarcome musculaire con géni lai. 'ere. - Le sexe ne nous semble pas jouer ii ii voie important dans la génèse de la tumeur. Nous devons signaler une légère inégalité cependant : la proportion flous a N'' lui peu I)IUS forte citez l'lioinnie que chez la femme; tuais cela s'explique en somme par le genre de vie tic l'homme plus livré aux gros travaux, plus exposé aux chocs et à toutes les causes (le déiiu- Irition. 11!ïedltj. - Rion ne I )l'ouvc (flic l'hérédité soit poul» quelque chose dans le developpeit ion t (le la tumeur sarcomateuse intramusculaire. Lannelongue pensait (iféi'wfres Ac-id. de Md., 18(571868) qui! V aurait

26 quelque chose à faire dans ce sens: nous n'avons rien retrouvé qui ait été tenté dans cette voie : les anlé'édents cancéreux ont été signalés dans un cas, mais nulle part nous n'avons trouvé trace d'hérédité sarcoinateuse. Lannelongue était attiré avec beaucoup d'autres auteurs pal Vidée de la sarcomatose, (IOrit il faisait une (liatllèse, et dans l'hérédité il aurait voulu trouver utile preuve à l'appui (le son idée, i'pés'anu'n f. - Aucun t empérainent ne semble evliapper à l'atteinte (In néoplasme. On a bien pré- 1 endu que les gens (le constitution forte, pléthorique, sont plus exposés que les autres, mais rien ne nous a paru plaider cri faveur (Le cet [e élection du sarcome pour les tempéraments forts et robustes. T,anafisme. - Le traumatisme est, pour les malades (lui veulent ex)liquer leur mal. le grand facteur étiologique invoqué dans toutes les tumeurs. 1)e nombreux cas sont rapportés où le traumatisme a précédé l'apparition or' la découverte de la tumeur Broca, Verneuil, Stich, Barrette, Gross, en citent des exemples; d'antres ont fait appel à un traumatisme souvent répété quoique léger. Mais il faut tenir compte j(-i (le la tendance générale du malade à rapporter sa I umeur h un fait antécédent net, comme un traunuatisme. Dans une récente étude sur le rôle du traumatisme dans la production (les tumeurs, Lengnieck est arrivé au résultat suivant: 12 fois seulement sur;-)79 tumeurs, ]e traumatisme a paru évident au début du néoplasme.

HEMANGIOMES DU NOURRISSON

HEMANGIOMES DU NOURRISSON HEMANGIOMES DU NOURRISSON DEFINITION On désigne sous le nom d'angiomes, des dysplasies intéressants les vaisseaux sanguins. Il s'agit de malformations très hétérogènes et très polymorphes de cause inconnue

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Les Tissus Dentaires

Les Tissus Dentaires Les Tissus Dentaires L'émail L'émail, qui recouvre les couronnes dentaires, est le tissu le plus minéralisé de l'organisme. L'émail est essentiellement constitué de cristaux d'hydroxyapatite, et dans une

Plus en détail

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Les cancers de la peau se présentent sous diverses formes.

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Exemple de demande (Toute ressemblance avec des personnes, localités ou déroulements de traitements serait purement fortuite)

Exemple de demande (Toute ressemblance avec des personnes, localités ou déroulements de traitements serait purement fortuite) Exemple de demande (Toute ressemblance avec des personnes, localités ou déroulements de traitements serait purement fortuite) Demande en vue de l'ouverture d'une procédure d'expertise extrajudiciaire par

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée I. Fauquet, F.Bonodeau, L. Deschildre, L. Ceugnart, G. Hurtevent-Labrot JFR 2006 Lille, France Intérêt de connaître l anatomie 1

Plus en détail

Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN

Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN 1 LE JEUNE AURELIEN 2 EPIMYSIUM MUSCLE PERIMYSIUM FAISCEAU MUSCULAIRE ENDOMYSIUM FIBRE MUSCULAIRE LE JEUNE AURELIEN 3 SARCOLEMME : Membrane qui entoure la

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

ANATOMIE DU COEUR ET DES VAISSEAUX Dr DASSIER HEGP Paris 75015

ANATOMIE DU COEUR ET DES VAISSEAUX Dr DASSIER HEGP Paris 75015 ANATOMIE DU COEUR ET DES VAISSEAUX Dr DASSIER HEGP Paris 75015 1.1) Généralités I) LE COEUR Le cœur est un muscle creux (poids 270 g chez l'adulte), à contraction rythmique dont la fonction est d'assurer

Plus en détail

récurent, un marché en progression!

récurent, un marché en progression! En 2013,1 Français sur 3 a + de 50 ans En 2025,1 français sur 2 aura + de 50 ans L anti-âge un besoin récurent, un marché en progression! 2 LES APPLICATIONS ESTHETIQUES DES ONDES DE CHOC STORZ MEDICAL

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

UE Cardio-Vasculaire

UE Cardio-Vasculaire Année Universitaire 2012-2013 Sujet 1 Une patiente de 32 ans est hospitalisée pour une douleur thoracique. Initialement modérée, cette douleur est maintenant violente et inhibe la respiration. La patiente

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Cancer Du Sein Cancer Du Sein

Cancer Du Sein Cancer Du Sein Cancer Du Sein Canal normcanal normal Le cancer est une maladie de la cellule. Il arrive parfois qu une cellule se multiplie de manière incontrôlée pour former une masse appelée «tumeur». Si une tumeur

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options Transfusion sanguine Blood Transfusion - French Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options UHN Quels sont les avantages d'une transfusion sanguine? La transfusion

Plus en détail

Claquage au mollet. Le claquage au mollet est un des plus fréquents claquages avec le claquage à la cuisse.

Claquage au mollet. Le claquage au mollet est un des plus fréquents claquages avec le claquage à la cuisse. Claquage au mollet 90 % des claquages ont lieu chez des sportifs au cours d'un effort musculaire. Le claquage au mollet est un des plus fréquents claquages avec le claquage à la cuisse. Les footballeurs

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies Nations Unies AT T/DEC/635 Tribunal administratif Distr. LIMITÉE 6 juillet 1994 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 635 Affaire No 701 : DAVIDSON Contre : Le Comité mixte de

Plus en détail

TRAITÉ DE LA JEUNESSE'ET DE LA VIEILLESSE DE LA VIE ET DE LA MORT, ARISTOTE

TRAITÉ DE LA JEUNESSE'ET DE LA VIEILLESSE DE LA VIE ET DE LA MORT, ARISTOTE TRAITÉ DE LA JEUNESSE ET DE LA VIEILLESSE DE LA VIE ET DE LA MORT ARISTOTE Traduction de Jules Barthélemy-Saint-Hilaire Paris : Ladrange, 1866 Nouvelle édition numérique http://docteurangelique.free.fr

Plus en détail

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas.

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. La rate. La Rate en MTC : La Rate en MTC est un emblème représentant les fonctions organiques d une grande partie du système digestif (l estomac,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

Cardio-vasculaire et aviron

Cardio-vasculaire et aviron 1 Cardio-vasculaire et aviron 1/ Malaise après l effort (syncope) Pour ceux qui ont déjà assistés à des compétitions d aviron, on constate fréquemment des syncopes (surtout chez les jeunes) dès la ligne

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY Tumeur du sein Présentée par Eliane EL KHOURY Histoire Femme de 59 ans. Il y a 6 ans: apparition d une masse au niveau du QIE du sein droit, de 2x2 cm. Depuis quelques mois: augmentation rapide de la taille

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein (Carcinome mammaire) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein Le cancer du sein est une tumeur maligne qui

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES FR É D É R I C SA U V E U R S A R FAT I Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ancien Chef de Clinique à l Hôpital Saint-Louis Fellow of the Endoscopic Plastic Surgery Center Baltimore U.S.A. C H I R U R

Plus en détail

Peut-on effectuer des implants dentaires sur un maxillaire atrophié?

Peut-on effectuer des implants dentaires sur un maxillaire atrophié? Innesti di osso mascellare con cellule ossee autologhe Informazioni sul metodo d'intervento Peut-on effectuer des implants dentaires sur un maxillaire atrophié? Cher(ère) patient(e), De nos jours, la perte

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales

Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales Cahier du Participant Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales Résumé de la session Il est très rare qu il y ait des complications dues à la GATPA ; néanmoins, il

Plus en détail

RACINES. (cf ankylose, cf ligament alvéolo dentaire, cf rhizalyse, cf fracture radiculaire, cf extraction dentaire, cf sinus)

RACINES. (cf ankylose, cf ligament alvéolo dentaire, cf rhizalyse, cf fracture radiculaire, cf extraction dentaire, cf sinus) RACINES (cf ankylose, cf ligament alvéolo dentaire, cf rhizalyse, cf fracture radiculaire, cf extraction dentaire, cf sinus) Les dents sont constituées, comme les plantes, de racines invisibles à l'œil

Plus en détail

AN N AL E S SOCIETE L1LEEN1 E

AN N AL E S SOCIETE L1LEEN1 E AN N AL E S DE L A SOCIETE L1LEEN1 E ic L'C eee6 /le/ (NOUVELLE SÉRIE ) TOME QUARANTE-IIUITIÈM E LYO N #I. GEORG, LIBRAIRE-ÉDITEU R 36, PASSAGE DE L' IIOTEL-DIE U MÊME MAISON A GENÈVE ET A GAL E J.-B.

Plus en détail

DIGESTION IN VITRO (Faure-Rabasse S.)

DIGESTION IN VITRO (Faure-Rabasse S.) DIGESTION IN VITRO (Faure-Rabasse S.) classe : 5 ème durée : 55 minutes Contexte : La partie «digestion des aliments et le devenir des Nutriments» commence avec la mise en place de cette tâche. En introduction

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si L'estimation 1. Concrètement... Dernièrement un quotidien affichait en première page : en 30 ans les françaises ont grandi de... je ne sais plus exactement, disons 7,1 cm. C'est peut-être un peu moins

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Découverte d'un gène de prédisposition commun au mélanome et au cancer du rein.... 3 2.1. Un mélanome mieux compris et mieux traité....

Plus en détail

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP -----------------------------------

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- Module n 3 : «Règles d exécution en AE et CP» Programme des Nations Unies pour le développement Plan de la présentation La comptabilité

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 Pour en savoir plus Qu'est-ce que la sclérose en plaques? La Sclérose en Plaques (SEP) est une maladie dont les premiers signes se manifestent souvent chez

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet.

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet. ANATOMIE DENTAIRE LES DENTS PERMANENTES Caractères généraux Chaque dent est constituée de 2 parties principales. - Une partie visible, au niveau de la cavité buccale, plus ou moins massive, la couronne

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

TP1 : L œil, système optique de formation d images PROBLEME : Quelles sont les caractéristiques de l œil et comment fonctionne-t-il?

TP1 : L œil, système optique de formation d images PROBLEME : Quelles sont les caractéristiques de l œil et comment fonctionne-t-il? TP1 : L œil, système optique de formation d images PROBLEME : Quelles sont les caractéristiques de l œil et comment fonctionne-t-il? Activité 6 : Expérience de Mariotte Activité 1 : Etude anatomique de

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort

L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort JB. Pialat (1), A. Martinon (1), A Ramain A. Ltaief-boudrigua (1), JF. Luciani (2) (1) Radiologie Ostéo-articulaire (2) Médecine

Plus en détail

squelettique Juin 2003

squelettique Juin 2003 Le muscle squelettique Juin 2003 Repères Le mot muscle vient du mot latin musculus qui signifie «petite souris». Les muscles peuvent être considérés comme les «moteurs» de l organisme. Les propriétés des

Plus en détail

Cycle II L air PREAMBULE... 2 TABLEAU DE COMPETENCES... 2. Séance 1 - Défi scientifique... 4

Cycle II L air PREAMBULE... 2 TABLEAU DE COMPETENCES... 2. Séance 1 - Défi scientifique... 4 Cycle II L air PREAMBULE... 2 TABLEAU DE COMPETENCES... 2 Séance 1 - Défi scientifique.... 4 Séance 2 Propositions d expériences sur la présence de l air dans le verre.... 5 Séance 3 Communication et démonstration

Plus en détail

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Scanner

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Scanner Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Madame, Monsieur, Scanner Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur le déroulement de l

Plus en détail

Développer un corps plus fort et plus mince

Développer un corps plus fort et plus mince MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Développer un corps plus fort et plus mince Aperçu de la trousse Le programme du Centre de prévention et de réadaptation

Plus en détail

www.medecinechinoise.org

www.medecinechinoise.org L'observation clinique du diabète traité par soit la puncture, soit la moxibustion, soit la puncture associée à la moxibustion d un seul point d acupuncture Auteurs : LIAO Hui SO, XI Ping, CHEN Qiang,

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Directives du Programme Ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu

Directives du Programme Ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu Directives du Programme Ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu 2.3 - Admissibilité des conjoints, conjointes Résumé de la Politique Une personne est considérée

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

- absorbeurs d'humidité type "RUBSON" :. le prix des absorbeurs : très faible.. la surveillance, l'échange des absorbeurs ou leur séchage éventuel.

- absorbeurs d'humidité type RUBSON :. le prix des absorbeurs : très faible.. la surveillance, l'échange des absorbeurs ou leur séchage éventuel. CHAPITRE 5 : LES COUTS DE REPARATION Prix base année 1993 (ils ont peu varié), et en FF, vous ferez la conversion ( FF/6,56= ). Les coûts de réparation se décomposent en 4 postes principaux : - le décapage

Plus en détail

MÉTHODE DE CLASSEMENT ET DE RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE AUTOMATISÉS DANS UN LABORATOIRE DE PHYSIOLOGIE

MÉTHODE DE CLASSEMENT ET DE RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE AUTOMATISÉS DANS UN LABORATOIRE DE PHYSIOLOGIE MÉTHODE DE CLASSEMENT ET DE RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE AUTOMATISÉS DANS UN LABORATOIRE DE PHYSIOLOGIE Un laboratoire de recherche médicale s'intéresse à un domaine si particulier, que les méthodes de classification

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

Chapitre V : La circulation sanguine. I Comment je me représente la circulation sanguine?

Chapitre V : La circulation sanguine. I Comment je me représente la circulation sanguine? Chapitre V : La circulation sanguine I Comment je me représente la circulation sanguine? Activité diagnostic : Une représentation historique de la circulation sanguine selon Claudius Gallien et... la mienne.

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Série prévention Cancer de la prostate Comment réduire votre risque personnel Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer de la prostate Comment réduire votre risque personnel Le

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN Symptômes, traitements et chirurgie Pour vous, pour la vie Chirurgie d un jour Cette brochure contient des informations générales sur le syndrome du tunnel carpien, ses symptômes,

Plus en détail

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007 EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec 05 23 09 DATE : 8 janvier 2007 EN PRÉSENCE DE : Christiane Constant, Commissaire X. Demandeur c. Hôpital du Sacré-Coeur de

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA Service Externe de Prévention et de Protection GUERET François Introduction Pourquoi utiliser des F.M.A.? Auparavant, utilisation d asbeste en raison de qualités : Résistance aux hautes T et agents chimiques.

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information 1 17/06/2009 Brochure d information La Néoplasie Endocrinienne Multiple de type 2 (NEM 2) 2 17/06/2009 Brochure rédigée par Le Dr Régis Cohen (Endocrinologue, Bobigny) et le Dr Arnaud Murat (Endocrinologue,

Plus en détail

PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport

PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport 1 INTRODUCTION Le sport demande au muscle : FORCE ENDURANCE

Plus en détail

DOSSIER RECHERCHES ACTIONS (1) GENÈSE DU TEXTE : PLACE D'UNE SÉRIE DE SÉQUENCES DE GENÈSE dans une activité d'écriture au CM2

DOSSIER RECHERCHES ACTIONS (1) GENÈSE DU TEXTE : PLACE D'UNE SÉRIE DE SÉQUENCES DE GENÈSE dans une activité d'écriture au CM2 DOSSIER RECHERCHES ACTIONS (1) GENÈSE DU TEXTE : PLACE D'UNE SÉRIE DE SÉQUENCES DE GENÈSE dans une activité d'écriture au CM2 Gilbert SABY La situation d'écriture Au cours du premier trimestre 93 : visionnement

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail