Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION"

Transcription

1 Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o s e n t s u r la c la s s i f i c a t i o n a p r i o r i de s v a r i a b le s e n v a r i a b le s en d o g è n es e t e n v a r i a b le s ex o g è n es C e t t e c la s s i f i c a t i o n r e p o s e à la f o i s : 1. sur des a priori économiques: les variables exogènes sont déterminées hors du système d équations structurelles économiques que l on souhaite estimer, alors que les variables endogènes sont déterminées par le système d équations structurelles 2. mais aussi sur des a priori empiriques 1

2 Point dé lic a t m a is e sse ntie l: f a ir e la différence ent re l ex o g énéit é éco no m iq u e et l ex o g énéit é s t a t is t iq u e E n e f f e t, u ne v a r ia b le e x og è ne da ns le m odè le é c onom iq u e p e u t ê tr e e ndog è ne da ns le m odè le é c onom é tr iq u e : c a r l e x og é né ité a u se ns é c onom é tr iq u e se dé f init c om m e l a b s ence de co rréla t io n ent re rég res s eu r et erreu r L a situ a tion inv e r se ne se r e nc ontr e p a s e n p r a tiq u e : c a r u ne v a r ia b le e ndog è ne a u se ns du m odè le é c onom iq u e e st g é né r iq u e m e nt e ndog è ne d u n p oint de v u e é c onom é tr iq u e I llu s t ra t io n de ce p ro b lè m e: H y p oth è se : u ne de s é q u a tions de la f or m e r é du ite d u n sy stè m e d é q u a tions str u c tu r e lle s s é c r it sou s la f or m e su iv a nte : y i x i u i (1) le s v a r ia b le s x sont de s v a r ia b le s dé te r m iné e s h or s du sy stè m e e t donc ex o g è nes du p oint de v u e é c onom iq u e 2

3 On i nt er p r èt e le t er me d er r eu r u i c o mme u n t er me d h é t é r o g é né i t é i no b s er v ab le ent r e ag ent s I l s e p eu t alo r s q u e les v ar i ab les x s o i ent ex p li q u é es p ar u ne au t r e h é t é r o g é né i t é i no b s er v ab le c o r r é lé e av ec la p er t u r b at i o n u i D ans c e c as, la c o ndi t i o n de mo ment Ex i u i 0 n es t p as v ali de et les v ar i ab les x s o nt endo g ènes L es t i mat eu r des M C O c o nv er g e v er s u ne v aleu r di f f é r ent e de la v r ai e v aleu r du p ar amèt r e : p li m 1 n Ex i x i Ex i u i I l y a do nc biais d e n do g é n é it é S ans i nf o r mat i o n s u p p lé ment ai r e s u r les mo ment s Ex i u i, i l es t i mp o s s i b le d aller p lu s lo i n Les t es t s d ex o g é né i t é r ep o s ent s u r l e x ist e n c e de v ar iabl e s in st r u m e n t al e s (v o i r c o u r s de 2ème anné e) 3

4 Autre m a n i è re d e p ré s en ter c e p ro b l è m e: l é q u a t i o n (1) e s t la f o r m e r é du i t e o u s em i -s truc turel l e d u n m o dè le p lu s g é n é r a l: y i x i u i x i z i v i V a r i a b le s e x o g è n e s : z V a r i a b le s e n do g è n e s : x O n c o m p lè t e do n c le m o dè le e n f a i s a n t l h y p o t h è s e q u e : E z u E z v 0 L i de n t i f i c a t i o n de s p a r a m è t r e s p r o c è de de s r è g le s dé v e lo p p é e s da n s le c h a p i t r e 2 C o m m e o n e x c lu t le s v a r i a b le s z de l é q u a t i o n d i n t é r ê t, la r è g le d i de n t i f i c a t i o n e s t c e lle de s é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s K 1 L K 2 4

5 Le t est d ex o g é né i t é p eu t s a p p l i q u er à n i m p o r t e q u el m o dè l e l i né a i r e p e r m e t d e s a v o i r Il : 1. si les variables explicatives sont exogènes ou non dans l équation d intérêt 2. si les deux conditions de validité des variables instrumentales sont vérifiées: non corrélation des VI avec les erreurs capacité de prédire les variables explicatives O b j e c t i f s d u c h a p i t r e : 1. exposer le principe du test d exogénéité de variables explicatives 2. présenter le principe des tests de validité des variables instrumentales 5

6 1. Test d exogénéité 1.1. Présentation Supposons q ue l on di spose de de ux g r oupe s de r é g r e sse ur s L e m odè le s é c r i t a lor s c om m e sui t : y i x 1i 1 x 2i 2 u i (2) x 1i v e c t e ur de K 1 v a r i a b le s x 2i v e c t e ur de K 2 v a r i a b le s K K 1 K 2 O b j e c t i f : t e st e r q ue le s v a r i a b le s x 1i sont endogènes sous l h y pot h è se m a i nt e nue q ue le s v a r i a b le s x 2i sont ex ogènes C e t t e h y pot h è se se f a i t sa ns pe r t e de g é né r a li t é pui sq ue le nom b r e d e x og è ne s pe ut ê t r e nul (K 2 0) 6

7 On c o m p lè t e l équation d intér ê t (2) p a r la f or m e r éduite du s y s t è m e, q u i e x p r i m e le s v a r i a b le s p o t e nt i e lle m e nt e ndo g è ne s c o m m e f o nc t i o n de t o u t e s le s v a r i a b le s e x o g è ne s z i x 2i : x 3i o ù x 3 s o nt de s v a r i a b le s e x o g è ne s n a p p a r a i s s a nt p a s da ns l é q u a t i o n d i nt é r ê t (2) F or m e r éduite : x 1i z i 1 v 1i x 1i v e c t e u r de di m e ns i o n 1, K 1 z i v e c t e u r de di m e ns i o n 1, K 2 K 3 1 m a t r i c e de di m e ns i o n K 2 K 3, K 1 L e x og énéité de s v a r i a b le s z i s e t r a du i t i c i p a r : Ez i u i Ez i v 1i 0 7

8 Par so u c i de si m p l i f i c at i o n, o n su p p o se au ssi q u e : E u i u i z i v 1i v 1i L e n do g é n é i t é é v e n t u e l l e de s v ari ab l e s x i se t radu i t m ai n t e n an t e n t e rm e de s covariances ent re t erm es d erreu rs dans l es deu x é q u at ions p u i sq u e : Ex 1i u i E 1 z i u i v 1i u i Ev 1i u i u v o ù e st u n v e c t e u r de di m e n si o n K 1, 1 (so u s-v e c t e u r de l a m at ri c e L h y p o t h è se d e x o g é n é i t é de s v ari ab l e s x 1i s é c ri t do n c au ssi c o m m e : u v 0 8

9 1.2. Construction du test Soit l a m a tr ic e d e v a r ia n c e s -c ov a r ia n c e s d e v 1i (s ou s -m a tr ic e d e l a m a tr ic e : Ev 1i v 1i z i 1 a v e c d im 1 K 1, K 1 O n p e u t tou j ou r s é c r ir e l a r é g r e s s ion l in é a ir e p r ob a b il is te : u i v 1i i a v e c Ev 1i i 0 E n e f f e t, c e tte d e r n iè r e c on d ition im p l iq u e q u e : Ev 1i u i Ev 1i v 1i Ev 1i i Ev 1i v 1i 9

10 e t Donc, p a r dé f i ni t i on: 1 1 uv R é ci p r oq u e m e nt, si 1 1 uv i u i v 1i, a lor s la condi t i on de m om e nt Ev 1i 1 i Ev 1i u i v 1i uv 1 1 uv 0 e st v é r i f i é e. N ot ons q u e l h y p ot h è se d e x og é né i t é de x 1i : uv 0 p e u t m a i nt e na nt s é cr i r e 0 10

11 On no t e r a a u s s i q u e : Ez i i Ez i u i v 1i 0 E i 2 z i Eu i v 1i u i v 1i z i 2 Eu i Eu i v 1i Ev 1i u i Ev 1i v 1i uv 1 1 uv 1 2 u uv 1 1 uv Ev 1i i z i 0 S u p p o s o ns q u e l o n c o nna i s s e le p a r a m è t r e 1, c o e f f i c i e nt de la r é g r e s s i o n li né a i r e de s v a r i a b le s x 1i s u r le s v a r i a b le s e x o g è ne s z i On p e u t do nc c a lc u le r la v a le u r de s p e r t u r b a t i o ns v 1i x 1i z i 1 On p e u t a lo r s r é é c r i r e l é q u a t i o n d i nt é r ê t (2): y i x 1i 1 x 2i 2 u i x 1i 1 x 2i 2 v 1i i (3) 11

12 Montrons q u e l e s c ondi ti ons de v a l i di té d u ne e sti m a ti on de (3) p a r l e s MC O sont re m p l i e s I l f a u t s a ssu re r q u e l a c ov a ri a nc e du te rm e d e rre u r i e t de s di v e rs O r ré g re sse u rs e st nu l l e Ev 1i i 0 e t Ez i i 0 C om m e x 2i e st u n sou s-e nse m b l e de s v a ri a b l e s z i, Ex 2i i 0 F i na l e m e nt: Ex 1i i E 1 z i i v 1i i 0 L e sti m a ti on de 1, 2 e t p a r l e s MC O e st donc c onv e rg e nte 12

13 Remarque: l é quat i o n (2) y i x 1i 1 x 2i 2 u i (2) o met un t erme v 1i qui es t c o rré lé aux v ari ab les ex p li c at i v es i nc lus es d ans l é quat i o n: Ex 1i v 1i E 1 z i v 1i v 1i v 1i 1 c arez i v 1i 0 s auf s i 0 L e biais d e n do g é n é it é d ans l es t i mat i o n p ar M C O d e (2) p eut ai ns i s e c o mp rend re c o mme un b i ai s d û à l o m issio n de v ar iabl e s P ro b lè me: 1 n es t p as c o nnu. I l es t d o nc i mp o s s i b le d e c alc uler les p ert urb at i o ns v 1i N é anmo i ns no us p o uv o ns o b t eni r un e st im at e u r c o n v e r g e n t d e 1 p ar les M C O que l o n no t e 1n P ri nc i p e d e la p ro c é d ure: remp lac er les v ari ab les i nc o nnues v 1i p ar les v ari ab les ap p ro c h é es, les ré s i d us v 1i 13

14 Cette p r o c é d u r e es t c o n n u e c o m m e l a procédure de H ol l y-s a rg a n : 1. 1ère étape : Régresser les variables potentiellement endogènes x 1i sur les variables exogènes z i pour estimer les paramètres ème étape : Construire les résidus de cette régression v 1i x 1i z i 1 et estimer par MCO le modèle auxiliaire: y i x 1i 1 x 2i 2 v 1i i Soit n l estimateur MCO de et V n un estimateur de sa variance asymptotique 3. 3ème étape : Construire la statistique de Wald (4) W n n n V 1 n n associée à l hypothèse nulle 0 Rejeter l hypothèse nulle à un niveau si W n est supérieure au quantile d ordre 1 d une loi du à 2 K 1 degrés de liberté 14

15 Proposition: L a s t at i s t i q u e de W ald W n c o n v e r g e e n di s t r i b u t i o n s o u s l h y p o t h è s e n u lle v e r s u n e v ar i ab le alé at o i r e do n t la di s t r i b u t i o n e s t u n e lo i du 2 à K 1 de g r é s de li b e r t é A v an t de p r o u v e r c e t t e p r o p o s i t i o n e t p o u r la s i m p li f i e r, o n n o t e r a u n e proprié té r e m ar q u ab le de l e s t i m at e u r de s M C O de l é q u at i o n (4) C o m m e x 1i x 1i v 1i o n p e u t r é é c r i r e (4) c o m m e : y i x 1i 1 x 2i 2 v 1i 1 i O n r e m q u e r s q u e n u x g r o u p e s r é g r e s s e u r s n e p t e t t r e p t ar alo l o a de de x 1i, x 2i ) d u ar, v 1i d au ar O r, p ar c o n s t r u c t i o n, c e s de u x g r o u p e s de r é g r e s s e u r s s o n t o r t h o g o n au x e n t r e e u x : X 1 V 1i 0 e t X 2 V 1i 0 15

16 Les esti m a teu r s M C O des c o ef f i c i en ts des deu x g r o u p es de r é g r esseu r s p eu v en t do n c ê tr e o b ten u s p a r les deu x r é g r essi o n s a u x i li a i r es: y i x 1i 1 x 2i 2 1i y i v 1i 1 2i I l f a u t a lo r s r em a r q u er q u e l esti m a teu r M C O des c o ef f i c i en ts du p r em i er m o dè le est p a r c o n str u c ti o n l esti m a teu r D M C de l é q u a ti o n d i n té r ê t: c et esti m a teu r est c o n v er g en t et o n c o n n a i t sa lo i a sy m p to ti q u e Les esti m a teu r s de 1 et 2 du m o dè le (4) so n t do n c c o n v er g en ts I l n o u s r este à m o n tr er q u e l esti m a teu r du p a r a m è tr e est convergent et m o n tr er q u e sa lo i a sy m p to ti q u e est la m ê m e q u e da n s le c a s o ù les p er tu r b a ti o n s v 1i so n t c o n n u es C ette dé m o n str a ti o n est u ti li sé e c o m m e u n ex em p le de r a i so n n em en t a sy m p to ti q u e u su el en é c o n o m é tr i e 16

17 1.3. Preuve de la proposition Principe de la preu v e: m o nt rer q u e l erreu r de m es u re v 1i v 1i f ait e s u r le ré g res s eu r v 1i n a pas d im pact s u r les pro prié t é s de l es t im at eu r de Po u r allé g er les no t at io ns, o n s e placera dans le cadre s im plif ié o ù o n v eu t es t im er u n m o dè le : y i v 1i i (5) av ec v 1i v ariab le u nidim ens io nnelle no n o b s erv ab le O n dis po s e d u ne es t im at io n de v 1i par le ré s idu d u n m o dè le au x iliaire: x 1i z i 1 v 1i O n a par h y po t h è s e Ev 1i i 0 17

18 e t On s u p p o s e q u e l e s t i m at e u r 1n e s t c o nv e r g e nt e t d e lo i as y m p t o t i q u e : n 1n 1 d ˆ N0, V n e s t i m e d o m o d è p r o c h é e r e m p r é g r e s s e u r i o p r é g r e s s e u r o t r u i t On nc le le ap n laç ant le nc nnu ar le c ns v 1i : y i v 1i i i i v 1i v 1i Or c o m m e v 1i x 1i z i 1 v 1i x 1i z i 1n o n a : i i z i 1n 1 18

19 L e s t i m at e u r de s M C O de (5) e s t do n n é p ar : n V 1 V V 1 V 1 1 V 1 Y 1 1 V 1 V 1 V 1 V 1 1 V 1 V V V 1 Z 1n 1 V 1 V 1 1 V 1 (6) p u i s q u e V 1 Z 0 p ar c o n s t r u c t i o n P o u r é t u di e r la c o n v e r g e n c e de c e t e s t i m at e u r, o n do i t c o n t o u r n e r la di f f i c u lt é du e à l u t i li s at i o n d u n r é g r e s s e u r c o n s t r u i t v 1i à la p lac e de v 1i O r : V 1 V 1 Z 1n 1 O n a au s s i p ar c o n v e r g e n c e de l e s t i m at e u r : p l i m 1n 1 0 n 19

20 e t Il e s t a lo r s i m m é di a t de m o n t r e r q u e s o u s le s h y p o t h è s e s du m o dè le : plim n V 1 V n 1 plim n V 1 V 1 n plim n V 1 n plim n V 1 n 0 L e s t i m a t e u r de s M C O s u r le m o dè le a u x i li a i r e a v e c r é g r e s s e u r c o n s t r u i t e s t do n c c o n v e r g e n t e n u t i li s a n t (6) : p li m n p li m V 1 V 1 1 V 1 n n P o u r é t u di e r la lo i a s y m p t o t i q u e de c e t e s t i m a t e u r, o n n o t e r a d a b o r d q u e p a r h y p o t h è s e : n V 1 d n ˆ n N0, V 0 P a r a i lle u r s 1n 1 Z Z 1 Z X 1 1 Z Z 1 Z V 1 V 1 V 1 ZZ Z 1 Z V 1 20

21 Donc n V 1 n n V 1 n n V 1 P Z n O r com m e la d i m e ns i on d e z e s t f i x e, e t com m e Ez v 1 0, la d e u x i è m e q u a nt i t é à d r oi t e conv e r g e e n p r ob a b i li t é v e r s 0 e t d onc: n V 1 d n ˆ n N0, V 0 A i ns i n n n V 1 V n 1 1 V 1 n d ˆ n N0, V où V Ev 1i v 1i 1 V 0 Ev 1i v 1i 1 C onclu s i on: la m a t r i ce d e v a r i a nce cov a r i a nce a s y m p t ot i q u e d e l e s t i m a t e u r n e s t la m ê m e q u e s i on a v a i t u t i li s é le r é g r e s s e u r or i g i na l a u li e u d u r é g r e s s e u r cons t r u i t 21

22 2. Test de restrictions suridentifiantes 2.1. Enoncé du problème Supposons q ue l e m odè l e s é c r iv e sous une f or m e un peu pl us g é né r a l e: y i x i u i x i z i v i où des v a r ia b l es peuv ent ê t r e c om m unes à x et à z (l es v a r ia b l es x 2 de l a sec t ion pr é c é dent e) Si c el a est l e c a s, l es é q ua t ions c or r esponda nt à l a deux iè m e pa r t ie du m odè l e (x i z i v i ) s é c r iv ent c om m e des ident it é s (i.e. x 2 x 2 ) sa ns t er m es d er r eur s et en c ont r a ig na nt l es pa r a m è t r es 22

23 K : n o m b r e de v a r i a b l e s da n s x L : n o m b r e de v a r i a b l e s da n s z H y p o t h è s e : l e s c o n di t i o n s de r a n g s o n t s a t i s f a i t e s : r g E x i x i K e t r g E z i z i L L a condition d or dr e p ou r l ide ntif ica tion d u n t e l s y s t è m e e s t L K E n e f f e t, s o i t K 1 l e n o m b r e de v a r i a b l e s e n do g è n e s da n s x e t do n c K K 1 l e n o m b r e de v a r i a b l e s e x o g è n e s da n s x L e n o m b r e de v a r i a b l e s e x o g è n e s e x c l u e s de l a p r e m i è r e é q u a t i o n e s t do n c L K K 1, s o i t L K K 1 K 1, c e q u i p r o u v e l e r é s u l t a t S i L K e t l a c o n di t i o n de r a n g e s t s a t i s f a i t e, o n n e p e u t a l l e r b e a u c o u p p l u s l o i n 23

24 Par c o nt re s i L K, o n di s p o s e de p lu s de v ari ab le s e x o g è ne s q u i l n e s t né c e s s ai re L é q u at i o n d i nt é rê t e s t s u ri de nt i f i é e e t o n di t q u e l o n di s p o s e de re s t ri c t i o ns s u ri de nt i f i ant e s C e lle s -c i s o nt s i m p le m e nt le s c o nt rai nt e s d e x c lu s i o n s u p p lé m e nt ai re s q u e l o n a i m p o s é s u r le s y s t è m e O n p o u rrai t e n e f f e t re lâ c h e r au m o i ns u ne h y p o t h è s e d e x c lu s i o n d u ne v ari ab le z de l é q u at i o n d i nt é rê t s ans v i o le r la c o ndi t i o n d o rdre p o u r l i de nt i f i c at i o n du s y s t è m e Tests d i r ec ti o n n el s: Pe u t -o n re lâ c h e r c e rt ai ne s c o ndi t i o ns d e x c lu s i o n (re s t ri c t i o ns a p ri o ri ) s ans af f e c t e r l i de nt i f i c at i o n de s p aram è t re s? Test d e S a r g a n (p lu s g é né ral): s i o n n a p as de t e lle s re s t ri c t i o ns a p r i o r i, c e q u i e s t le c as le p lu s c o u rant 24

25 2.2. Test directionnel On se p lac e dans le c as o ù la c o ndi t i o n d o r dr e e st sat i sf ai t e L K e t o n su p p o se q u e la c o ndi t i o n de r ang l e st au ssi S u p p o so ns q u e l o n ai t e x c lu à t o r t u ne v ar i ab le z 1 de l é q u at i o n d i nt é r ê t : y x z 1 u x z v L h y p o t h è se d e x c lu si o n de la v ar i ab le z 1 de l é q u at i o n d i nt é r ê t s é c r i t alo r s 0 : t e st t r è s f ac i le à m e t t r e e n o e u v r e N é anm o i ns, c e t e st a le dé f au t de ne p as p o u v o i r ê t r e u t i li sé p o u r p lu si e u r s r e st r i c t i o ns su r i de nt i f i ant e s p u i sq u e le s t e st s p o u r di f f é r e nt e s v ar i ab le s i nst r u m e nt ale s ne so nt p as i ndé p e ndant s 25

26 Les r é g i o n s c r i t i q u es de r ej et de c es p r o c é du r es de t est so n t i n t er dé p en dan t es I l n e p eu t en f ai t s ap p li q u er q u e si o n a des a p r i o r i f o r t s su r l o r dr e dan s leq u el do i v en t se f ai r e c es t est s O n do i t su p p o ser q u e l o n a c h o i si u n o r dr e a p r i o r i des v ar i ab les ex o g è n es su i v an t le n i v eau de c o n f i an c e q u e l o n ac c o r de à leu r ex c lu si o n de l é q u at i o n d i n t é r ê t S o i t p ar ex em p le l o r dr e z 1, z 2,..., z L O n ado p t er a alo r s la dé m ar c h e su i v an t e: 1. on teste l exclusion de z 1 2. si elle est acceptée, on s arrête 3. sinon, on teste l exclusion de z 2 4. etc., jusqu à arrêt de l algorithme ou violation de la condition d ordre 26

27 e t 2.3. Test de Sargan Proposition: S o i t t u n v e c t e u r d e M v a r i a b le s a lé a t o i r e s c o m b i n a i s o n s li n é a i r e s d e s v a r i a b le s z. C e s v a r i a b le s s o n t s u p p o s é e s n o n c o li n é a i r e s e t d o n c M L. S o i t P T le p r o j e c t e u r o r t h o g o n a l, d é f i n i d a n s R n, s u r l e s p a c e e n g e n d r é p a r le s v a r i a b le s T, o ù T s o n t le s r é a li s a t i o n s d e t d e d i m e n s i o n n, M. A lo r s P T TT 1 T T 1 2 U P T U d ˆ n 2 M Pre u v e : S o u s c e r t a i n e s c o n d i t i o n s s u p p o s é e s s a t i s f a i t e s, la lo i f a i b le d e s g r a n d s n o m b r e s d o n n e : T U n P Et i u i 0 n e t p a r u n t h é o r è m e c e n t r a l li m i t e : 27

28 n T U n 0 d ˆ N 0, Et i u i u i t i n o ù Et i u i u i t i 2 Et i t i D o n c : 1 Et i t i 1/2 T U d ˆ N0, I M n 2 n E n p r e n a n t l a n o r m e e u c l i d i e n n e d e c e v e c t e u r, o n o b t i e n t : 1 n 2 U TEt i t i 1 T U d ˆ n 2 M p u i s e n r e m p l a c a n t l e t e r m e c e n t r a l p a r s a c o n t r e p a r t i e e m p i r i q u e q u i e n e s t u n e s t i m a t e u r c o n v e r g e n t : 1 n 2 U T T T n 1 T U d ˆ n 2 M 28

29 Donc 1 2 U P T U d ˆ 2 M n Cas p ar t i c u l i e r : T Z 1 2 U P Z U d ˆ n 2 L C ons i d é r ons m a i nt e na nt l a s t a t i s t i q u e d e t e st d e S ar g an : S U P Z U 2 où U s ont l e s r é s i d u s ob t e nu s p a r l a m é t h od e d e s DM C : U Y P Z X Y P Z XX P Z X1 X P Z Y X P Z X U P Z XX P Z X1 X P Z U M Z X M P Z X U 29

30 ù d o P Z U P Z M P Z XU c a r P Z M Z 0 S o i t Q P Z M P Z X le p r o j e c t e u r s u r l e s p a c e i n c lu s da n s l e s p a c e e n g e n dr é p a r le s v a r i a b le s Z e t o r t h o g o n a l à P Z X S o i t T u n e b a s e de c e t e s p a c e de di m e n s i o n : di m Z di m P Z X L K D o n c, s o u s l h y p o t h è s e n u lle H 0 : S U P Z U 2 U QU 2 d ˆ n H 0 2 L K R é g i o n c r i t i q u e du t e s t : W S F 1 2 L K o ù F 1 dé n o t e le f r a c t i le d o r dr e 1 30

31 Deux r em a r q ues f i n a l es : 1. il y a équivalence entre cette procédure et la procédure qui consiste à inclure les variables T dans la régression : Y P Z X. T U T et à tester l hypothèse 0 2. la statistique de Sargan s obtient facilement par l intermédiaire d une régression auxiliaire des résidus des DMC sur les variables z : û i z i i P r euv e : s o i t l e R 2 d e c e t t e r é g r e s s i o n : R 2 Z Z U ZZ Z 1 Z U U U U U 31

32 p Donc: R 2 U P z U S. 2 U U U U P os ons S nr 2. Com m e l i m n U U n 2 le s s t a t i s t i q u e s S e t S s ont a s y m p t ot i q u e m e nt é q u i v a le nt e s Donc s ou s l h y p ot h è s e nu lle : S nr 2 d ˆ n 2 L K H 0 C e s t ce d e r ni e r t e s t q u i e s t u t i li s é e n p r a t i q u e p u i s q u i l e s t f a ci le à m e t t r e e n oe u v r e e n u t i li s a nt u n log i ci e l d e r é g r e s s i ons 32

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE. 1.Définition et propriétés

CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE. 1.Définition et propriétés CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE Brefs ra p p els su r les p ro p ri é t é s des est i m a t eu rs u su els (M C O, M C G, est i m a t eu rs à v a ri a b les i n st ru m en t a les) da n s les

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D TITRE : Pollutions Electromagnétiques Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

Les machines électriques à pôles lisses 1. I n t r o d u c t i o n 10 1 L ' i n t e r a c t i o n e n t r e u n c o u r a n t é l e c t r i q u e e t u n c h a m p m a g n é t i q u e e s t à l ' o r i

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E TUTORIEL SERVICE INFORMATIQUE LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E L A GES TI ON DE MATCH ELECTRONIQUE (G. D. M. E) ------------- D a t e : 15 Décembre 2012 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Logistique de transport pour l e proj et LH C S. Prodon & S. Weisz ST Work sh op 2 0 0 3 Planification Objectifs M é th o d o l o g ie R e tou r te r r ain R é u ssites D ifficu l té s A m é lior ations

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Introduction U ne p r em i )A (( r e d i f f i c u l t (& d u s u j et es t q u e R u s s el l a j o u (& u n r l e s i f o nd a m enta l d a ns l!/ (

Introduction U ne p r em i )A (( r e d i f f i c u l t (& d u s u j et es t q u e R u s s el l a j o u (& u n r l e s i f o nd a m enta l d a ns l!/ ( Russell et la philosophie Anne-F r a n o i s e S c h m i d, I N S A d e L y o n et Ar c h i v e P o i nc a r )A (& (U ni v er s i t (& d e N a nc y -2, U M R C N R S n!c 7 1 1 7 ) )A!0 P r en ez g ar d

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTÉ DE DROIT ET SCIENCES POLITIQUES LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE THESE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN SCIENCES SPECIALITE : DROIT Par NAAR Fatiha

Plus en détail

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de :

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de : I N T R O D U C T I O N E x c e le s t u n l o g i c i e l m u l t i f o n c t i o n s i n t é g r a n t u np tu ai bs ls ea un r taé u n g e s t i o n n ad i re e b a s e d e d o n n é e saé u n g r a

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Sandrine Wenglenski Maître de Conférences à l Université Paris-Est Marne-La-Vallée Laboratoire Ville Mobilité Transport

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

Ę ę Ó ę - -_::jr-':- r' l'r I i ::--=:: f '3 l!.f:l$e l r-l $ &.::. H =$ n, r.. ii i:ę.1.= i.-l 't a. :,r.. :. '. r..-i. 1' :; '.r. ;..::. rta:r t:' l: :a '!ii$i: 1,.;ł]ii. ' ;s,.i.,q..'.. ::i '','.,,..,...'..

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé»

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Tebenkova Svetlana - Natixis 2008 J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Fo nds d I nves tis s em ent et de D évelo ppem ent des P a rtena ria ts

Plus en détail

3 ème BREVET THEOREME DE THALES

3 ème BREVET THEOREME DE THALES Exercice 1 1 Construire un triangle ABC tel que AB = 6 cm AC = 7,2 cm et BC = 10 cm Placer les points R, T et E tels que : R [AB] et AR = 4,5 cm T [AC] et (RT) // (BC) E [AB) et E [AB] et BE = 2 cm 1 2

Plus en détail

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n CONTRAT AVEC LES PARTENAIRES DE DISTRIBUTION INDIRECTS v. EM EA. 0 4.2 5.2 0 0 7 Afin d e v o u s e n r e g i s t r e r a u p r è s d e Ci s c o c o m m e p a r t e n a i r e d e d i s t r i b u t i o

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y Editorial > Projet s : é v o l u t ion

Plus en détail

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR PARIS / IVRY DIS-CONTINUITES DE LA METROPOLE PIETRO BOSCOLO PFE 2114 m² / cos 5 1110 m² 6,5 hectares COS 2,00 186817 m² 7200 m² /cos 0,7 146 m²/cos 2 644 m²/cos 0,4 652 m² 0,4 3907 m² /cos 0,8 3850 m²

Plus en détail

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS A RT 227 À 248 CIR 92 1. Les assujettis Les non-habitants du Royaume vo ir la d é f i ni ti o n d h ab it a nt d u Ro ya u me o u le domi cile f i sc ale e n Belgiq u e o u le

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE PLAQU E TTE A C TIV ITÉ S IN DU S TR IE LLE S A N C IE N N E S Archives départementales 76 R É AM ÉN AG E M E N T U R B AIN L es villes s e s o nt étendues s ur d a nc iens s ites indus triels 1863 1889

Plus en détail

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet RETOM BEES PRESSE 2011 Cam pagne presse GT G roupe G T : 16 retom bées P re sse é crite n a tio n a le : ECHANGES janvier 2011 Partenariat Em m aüs ECHANGES avril 2011 In terview J.ISN A R D Presse écrite

Plus en détail

É C H A FAU DAG E Septembre 2016 LA MARQUE Modèle (Date d'effet) MULTI Multi-SYSTEM Multi-RETO (29/03/13) Structure porteuse Structure multidirectionnlle multiniveau Acier galvanisé s 320N/mm² Largeur

Plus en détail

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale La CDM E Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale Hist orique En Isère, chaque année, 1000 à 1200 licenciements pour inaptitude médicale sont prononcés. En 2000 un groupe de

Plus en détail

Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles. Enoncer le théorème de Thalès.

Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles. Enoncer le théorème de Thalès. Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles Enoncer le théorème de Thalès Les droites ( BA ) et ( ZI ) sont sécantes en R, et les droites ( AI ) et ( BZ

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

Concours APHP 2013 et préparations concours

Concours APHP 2013 et préparations concours DRH AP-HP CENTRE DE LA FORMATION ET DU DEVELOPPEMENT DES COMPTENCES APHP et préparations concours Point au 13 avril 2/0/ CONCOURS SOIGNANT Préparation concours Etude des dossier s admission CADRE DE SANTE

Plus en détail

WORD Niveau 2 Les objectifs de la formation M a î t r i s e r l e s f o n c t i o n n a l i t é s a v a n c é e s d e W o r d p o u r g a g n e r e n e f f i c a c i t é d a n s l a p r o d u c t i o n

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

Option spécifique MATHÉMATIQUES et PHYSIQUE

Option spécifique MATHÉMATIQUES et PHYSIQUE Admission en 8 VSB Option spécifique MATHÉMATIQUES et PHYSIQUE Durée 120 minutes Matériel à disposition Compas, règle métrique, rapporteur, équerre, calculatrice non programmable Rappel des objectifs fondamentaux

Plus en détail

Expérimenter pour évaluer les politiques d aide à l emploi: les exemples ang lo-saxons et nord-européens. D enis F oug è re * A r t i c l e à p a r a î t r e d a n s l a Revue Française des Affaires Sociales

Plus en détail

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX Une initiative de l ARS du Limousin voulue par son Directeur Général LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX "forum" d'expression des attentes des usagers et de leurs représentants concernant la

Plus en détail

PLANTE URGENCE. Z п Ыц л Ыц Ыц п л Ы. www.planete-urgence.org

PLANTE URGENCE. Z п Ыц л Ыц Ыц п л Ы. www.planete-urgence.org PLANTE URGENCE Z п Ыц л Ыц Ыц п л Ы www.planete-urgence.org Plante Urgence www.planete-urgence.org Et pour rejoindre la communautи Plante Urgence : 2 Plante Urgence Plante Urgence a ИtИ fondиe en 2000

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

Cisco T e l e p r e se n ce n ou v e l l e e x p ér ie n ce col l a b or a t ion : u n e d e Mathieu in tr at Sales Business ev elo ent anag er unic at io ns nif iées in tr at@ is 2 5 Mar s 2 0 0 8 1 Cisco

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S D im a n c h e 1 3

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

Catalogue Clé en main

Catalogue Clé en main Catalogue Clé en main Collectivités, CE, Services, Evènementiel, Grande distribution Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 GÉNÉRALITÉS Généralités Formule 100% 25

Plus en détail

A pprendre à ra is onner à l'éc ole

A pprendre à ra is onner à l'éc ole A pprendre à ra is onner à l'éc ole l'e x e m p le d e la g é o m é trie C liq u e z p o u r m o d ifie r le s ty le d e s s o u s -titre s d u m a s q u e Thierry DIAS, HEP Lausanne thierry.dias@hepl.ch

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

L M B C O T D U G R A N D D A N S Q U A R T D VIVE LE H! IM EU LE LLEC IF H LE IER E FIR M IN Y -VER T Rapport de fin de recherche pour l Office public d H L M de F irm iny PAR NO Ë L JO U EN N E M AI

Plus en détail

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E C A R T E S M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E G U S TAV O B A R R E N O J O S E C A R L O S C O R R E I A R E M I H Ä

Plus en détail

CHAPITRE 2: MODELES LINEAIRES A EQUATIONS SIMULTANEES

CHAPITRE 2: MODELES LINEAIRES A EQUATIONS SIMULTANEES CHAPITRE 2: MODELES LINEAIRES A EQUATIONS SIMULTANEES 1 1. Exemple : u modèle d offre et de demade Marché de cocurrece pure et parfaite 1.1. Forme structurelle du modèle Foctios de de m a de e t d of f

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

Concerts (exemples) Fes ti v al T ran art Ital i e S EP T EM B R E 2011 PROCHAINES PREMIERES

Concerts (exemples) Fes ti v al T ran art Ital i e S EP T EM B R E 2011 PROCHAINES PREMIERES L e A L E P H G I T A R R E N Q U A R T E T T s e c o m p o s e d ' A n d r é s H e r n á n d e z A l b a, T i l l m a n n R e i n b e c k, W o l f g a n g S e h r i n g e r e t C h r i s t i a n W e r

Plus en détail

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre Rapport sur l entente de principe FTQ Convenue à la 62 e rencontre Conseil général CPAS, décembre 2015 Durée: CONGÉ CFTÉ-ÉS AVEC ÉTALEMENT DU SALAIRE D u e à uat e se ai es Étalement : De six ou 12 mois

Plus en détail

Conseil de l Europe. Construction et utilisation d'indicateurs de cohésion sociale et de progrès s dans le bien être avec les citoyens

Conseil de l Europe. Construction et utilisation d'indicateurs de cohésion sociale et de progrès s dans le bien être avec les citoyens Conseil de l Europe Construction et utilisation d'indicateurs de cohésion sociale et de progrès s dans le bien être avec les citoyens Approche développée par le Conseil de l Europe Rennes, 30 et 31 octobre

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris 1 Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris Catherine MAZOLLIER - GRAB référente régionale PACA en légumes biologiques avec la collaboration de Abderraouf SASSI, technicien

Plus en détail

L art de recevoir depuis 1988

L art de recevoir depuis 1988 L art de recevoir depuis 1988 E X P L O R E Z L E S M I L L E E T U N E F AC E T T E S D E L A G AS T R O N O M I E E N D É C O U V R AN T M AÎ T R E & C H E F T R AI T E U R S, S Y N O N Y M E D E R AF

Plus en détail

Plan de lecture. Pour lire la Bible en 1 an

Plan de lecture. Pour lire la Bible en 1 an Plan de lecture Pour lire la Bible en 1 an Le plan de lecture ci-après permet de lire toute la Bible en 1 an avec une lecture matin et soir, par exemple, ou en 2 ans avec lecture de l Ancien Testament

Plus en détail

ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement particulier Sommaire

ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement particulier Sommaire ARTICLE 1 : DÉFINITION 1.1 : Organisation 1.2 : Programme de l épreuve 1.3 : Comité d honneur 1.4 : Comité d organisation 1.5 : Secrétariat 1.6 : officiels ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement

Plus en détail

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE SOCIETE DES NATIONS Communiqué au Conseil G. 495 1925 I. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 VjLLE LIBRE DE DaNTSIG. DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE POSTAL POLONAIS i. Note du Gouvernement

Plus en détail

Le jeu de l'oie des sons

Le jeu de l'oie des sons Le jeu de l'oie des sons b Départ bè B b bi Arrivée ba B bo bu bé bê bou sanleane.eklablog.com Jeu de l oie des sons : Matériel : des pions, 1 dé. Règle : - le joueur tombe sur une lettre ou une syllabe

Plus en détail

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 1 Objectifs de travail L objet de ce document est de rassembler les palmarès d audience des programmes de fiction dans les principaux

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée Le vélo imaginaire D es s ine v él o ui Si j'étais... rep rés te ton U ne éta t Si j'étais... p ièc e v él o, je s era is... Un p a nnea u rtier, je s era is... d' â me feuil C ha c ra y ons C ha v él

Plus en détail

CONSENTEMENT ECLAIRE ET ACCEPTATION D UN TRAITEMENT D ORTHOPEDIE DENTOFACIALE (ODF)

CONSENTEMENT ECLAIRE ET ACCEPTATION D UN TRAITEMENT D ORTHOPEDIE DENTOFACIALE (ODF) CONSENTEMENT ECLAIRE ET ACCEPTATION D UN TRAITEMENT D ORTHOPEDIE DENTOFACIALE (ODF) L ODF est l art de prévenir et de rr er les al s t s de ta res les d r at s et al s t s a ll -faciales Le tra te e t

Plus en détail

A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Professeur de Yoga et de méditation

A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Professeur de Yoga et de méditation A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Le professeur de Yoga Une formation qui combine sciences modernes (8 années de formation universitaire dans le domaine

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva Livrable issu des travaux GTE 2007 Version : 1 10 novembre 2008 Nombre de

Plus en détail

Formulaires et données de la comptabilité nationale pour le PCI

Formulaires et données de la comptabilité nationale pour le PCI Formulaires et données de la comptabilité nationale pour le PCI Le cadre des comptes nationaux pour la compilation du PCI 2011 sera le SCN 1993 Les spécifications pour les données sont tout à fait identiques

Plus en détail

Le PLS. montage et mise en place

Le PLS. montage et mise en place Le PLS montage et mise en place Caractéristiques du PLS 2 Prêt réglementé nécessitant une Décision Favorable d Agrément de la DDE et la signature d une convention APL d une durée de 15 ans minimum à 30

Plus en détail

Santé & Beauté. Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n

Santé & Beauté. Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n Santé & Beauté Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n HL Display, concepteur et fabricant de solutions merchandising et de communication L EXPERTISE DE VOTRE SECTEUR Grâce aux nombreux projets

Plus en détail

Société d Ingénierie et d Economie de la Construction

Société d Ingénierie et d Economie de la Construction Société d Ingénierie et d Economie de la Construction Missions Maîtrise d Oeuvre Phase Etudes : ESQ, APS, APD, PRO, Maitrise d o e u v r e, Est i m a t i o n s Economie de la construction & ingénierie

Plus en détail

Guide d utilisation MEDIVG

Guide d utilisation MEDIVG Gestion des fiches de liaison Partie Médecin Documentation Logiciel MEDIVG - 7/04/08 - Page 1 de 13 Ta bl e d es m atièr e s Table des matières 2 INTRODUCTION 4 Installer la version PC ou Mac 4 Version

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Économétrie. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Économétrie. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 La violation des hypothèses Le modèle des MCO considère que les hypothèses suivantes sont toutes respectées: H1: le modèle est linéaire en x i,t H2: les valeurs x

Plus en détail

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm DOUBLE MODULE FORMAT A 1/1 PANO L 288 mm x H 440 mm L 440 mm x H 300 mm L 410 mm x H 270 mm 12 500 FORMAT B 1/2H 1/1 L 288 mm x H 220 mm L 220 mm x H 300 mm L 190 mm x H 270 mm 8 500 FORMAT C 1/2V 1/1

Plus en détail

Choix modal: quand la chaîne crée la contrainte

Choix modal: quand la chaîne crée la contrainte Choix modal: quand la chaîne crée la contrainte 5 e colloque annuel de la Chaire Mobilité 26 mai 2015 Gabriel Sicotte, M.Sc.A. Diplômé à la maîtrise Superviseurs : Catherine Morency Bilal Farooq 1 Plan

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail