Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION"

Transcription

1 Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o s e n t s u r la c la s s i f i c a t i o n a p r i o r i de s v a r i a b le s e n v a r i a b le s en d o g è n es e t e n v a r i a b le s ex o g è n es C e t t e c la s s i f i c a t i o n r e p o s e à la f o i s : 1. sur des a priori économiques: les variables exogènes sont déterminées hors du système d équations structurelles économiques que l on souhaite estimer, alors que les variables endogènes sont déterminées par le système d équations structurelles 2. mais aussi sur des a priori empiriques 1

2 Point dé lic a t m a is e sse ntie l: f a ir e la différence ent re l ex o g énéit é éco no m iq u e et l ex o g énéit é s t a t is t iq u e E n e f f e t, u ne v a r ia b le e x og è ne da ns le m odè le é c onom iq u e p e u t ê tr e e ndog è ne da ns le m odè le é c onom é tr iq u e : c a r l e x og é né ité a u se ns é c onom é tr iq u e se dé f init c om m e l a b s ence de co rréla t io n ent re rég res s eu r et erreu r L a situ a tion inv e r se ne se r e nc ontr e p a s e n p r a tiq u e : c a r u ne v a r ia b le e ndog è ne a u se ns du m odè le é c onom iq u e e st g é né r iq u e m e nt e ndog è ne d u n p oint de v u e é c onom é tr iq u e I llu s t ra t io n de ce p ro b lè m e: H y p oth è se : u ne de s é q u a tions de la f or m e r é du ite d u n sy stè m e d é q u a tions str u c tu r e lle s s é c r it sou s la f or m e su iv a nte : y i x i u i (1) le s v a r ia b le s x sont de s v a r ia b le s dé te r m iné e s h or s du sy stè m e e t donc ex o g è nes du p oint de v u e é c onom iq u e 2

3 On i nt er p r èt e le t er me d er r eu r u i c o mme u n t er me d h é t é r o g é né i t é i no b s er v ab le ent r e ag ent s I l s e p eu t alo r s q u e les v ar i ab les x s o i ent ex p li q u é es p ar u ne au t r e h é t é r o g é né i t é i no b s er v ab le c o r r é lé e av ec la p er t u r b at i o n u i D ans c e c as, la c o ndi t i o n de mo ment Ex i u i 0 n es t p as v ali de et les v ar i ab les x s o nt endo g ènes L es t i mat eu r des M C O c o nv er g e v er s u ne v aleu r di f f é r ent e de la v r ai e v aleu r du p ar amèt r e : p li m 1 n Ex i x i Ex i u i I l y a do nc biais d e n do g é n é it é S ans i nf o r mat i o n s u p p lé ment ai r e s u r les mo ment s Ex i u i, i l es t i mp o s s i b le d aller p lu s lo i n Les t es t s d ex o g é né i t é r ep o s ent s u r l e x ist e n c e de v ar iabl e s in st r u m e n t al e s (v o i r c o u r s de 2ème anné e) 3

4 Autre m a n i è re d e p ré s en ter c e p ro b l è m e: l é q u a t i o n (1) e s t la f o r m e r é du i t e o u s em i -s truc turel l e d u n m o dè le p lu s g é n é r a l: y i x i u i x i z i v i V a r i a b le s e x o g è n e s : z V a r i a b le s e n do g è n e s : x O n c o m p lè t e do n c le m o dè le e n f a i s a n t l h y p o t h è s e q u e : E z u E z v 0 L i de n t i f i c a t i o n de s p a r a m è t r e s p r o c è de de s r è g le s dé v e lo p p é e s da n s le c h a p i t r e 2 C o m m e o n e x c lu t le s v a r i a b le s z de l é q u a t i o n d i n t é r ê t, la r è g le d i de n t i f i c a t i o n e s t c e lle de s é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s K 1 L K 2 4

5 Le t est d ex o g é né i t é p eu t s a p p l i q u er à n i m p o r t e q u el m o dè l e l i né a i r e p e r m e t d e s a v o i r Il : 1. si les variables explicatives sont exogènes ou non dans l équation d intérêt 2. si les deux conditions de validité des variables instrumentales sont vérifiées: non corrélation des VI avec les erreurs capacité de prédire les variables explicatives O b j e c t i f s d u c h a p i t r e : 1. exposer le principe du test d exogénéité de variables explicatives 2. présenter le principe des tests de validité des variables instrumentales 5

6 1. Test d exogénéité 1.1. Présentation Supposons q ue l on di spose de de ux g r oupe s de r é g r e sse ur s L e m odè le s é c r i t a lor s c om m e sui t : y i x 1i 1 x 2i 2 u i (2) x 1i v e c t e ur de K 1 v a r i a b le s x 2i v e c t e ur de K 2 v a r i a b le s K K 1 K 2 O b j e c t i f : t e st e r q ue le s v a r i a b le s x 1i sont endogènes sous l h y pot h è se m a i nt e nue q ue le s v a r i a b le s x 2i sont ex ogènes C e t t e h y pot h è se se f a i t sa ns pe r t e de g é né r a li t é pui sq ue le nom b r e d e x og è ne s pe ut ê t r e nul (K 2 0) 6

7 On c o m p lè t e l équation d intér ê t (2) p a r la f or m e r éduite du s y s t è m e, q u i e x p r i m e le s v a r i a b le s p o t e nt i e lle m e nt e ndo g è ne s c o m m e f o nc t i o n de t o u t e s le s v a r i a b le s e x o g è ne s z i x 2i : x 3i o ù x 3 s o nt de s v a r i a b le s e x o g è ne s n a p p a r a i s s a nt p a s da ns l é q u a t i o n d i nt é r ê t (2) F or m e r éduite : x 1i z i 1 v 1i x 1i v e c t e u r de di m e ns i o n 1, K 1 z i v e c t e u r de di m e ns i o n 1, K 2 K 3 1 m a t r i c e de di m e ns i o n K 2 K 3, K 1 L e x og énéité de s v a r i a b le s z i s e t r a du i t i c i p a r : Ez i u i Ez i v 1i 0 7

8 Par so u c i de si m p l i f i c at i o n, o n su p p o se au ssi q u e : E u i u i z i v 1i v 1i L e n do g é n é i t é é v e n t u e l l e de s v ari ab l e s x i se t radu i t m ai n t e n an t e n t e rm e de s covariances ent re t erm es d erreu rs dans l es deu x é q u at ions p u i sq u e : Ex 1i u i E 1 z i u i v 1i u i Ev 1i u i u v o ù e st u n v e c t e u r de di m e n si o n K 1, 1 (so u s-v e c t e u r de l a m at ri c e L h y p o t h è se d e x o g é n é i t é de s v ari ab l e s x 1i s é c ri t do n c au ssi c o m m e : u v 0 8

9 1.2. Construction du test Soit l a m a tr ic e d e v a r ia n c e s -c ov a r ia n c e s d e v 1i (s ou s -m a tr ic e d e l a m a tr ic e : Ev 1i v 1i z i 1 a v e c d im 1 K 1, K 1 O n p e u t tou j ou r s é c r ir e l a r é g r e s s ion l in é a ir e p r ob a b il is te : u i v 1i i a v e c Ev 1i i 0 E n e f f e t, c e tte d e r n iè r e c on d ition im p l iq u e q u e : Ev 1i u i Ev 1i v 1i Ev 1i i Ev 1i v 1i 9

10 e t Donc, p a r dé f i ni t i on: 1 1 uv R é ci p r oq u e m e nt, si 1 1 uv i u i v 1i, a lor s la condi t i on de m om e nt Ev 1i 1 i Ev 1i u i v 1i uv 1 1 uv 0 e st v é r i f i é e. N ot ons q u e l h y p ot h è se d e x og é né i t é de x 1i : uv 0 p e u t m a i nt e na nt s é cr i r e 0 10

11 On no t e r a a u s s i q u e : Ez i i Ez i u i v 1i 0 E i 2 z i Eu i v 1i u i v 1i z i 2 Eu i Eu i v 1i Ev 1i u i Ev 1i v 1i uv 1 1 uv 1 2 u uv 1 1 uv Ev 1i i z i 0 S u p p o s o ns q u e l o n c o nna i s s e le p a r a m è t r e 1, c o e f f i c i e nt de la r é g r e s s i o n li né a i r e de s v a r i a b le s x 1i s u r le s v a r i a b le s e x o g è ne s z i On p e u t do nc c a lc u le r la v a le u r de s p e r t u r b a t i o ns v 1i x 1i z i 1 On p e u t a lo r s r é é c r i r e l é q u a t i o n d i nt é r ê t (2): y i x 1i 1 x 2i 2 u i x 1i 1 x 2i 2 v 1i i (3) 11

12 Montrons q u e l e s c ondi ti ons de v a l i di té d u ne e sti m a ti on de (3) p a r l e s MC O sont re m p l i e s I l f a u t s a ssu re r q u e l a c ov a ri a nc e du te rm e d e rre u r i e t de s di v e rs O r ré g re sse u rs e st nu l l e Ev 1i i 0 e t Ez i i 0 C om m e x 2i e st u n sou s-e nse m b l e de s v a ri a b l e s z i, Ex 2i i 0 F i na l e m e nt: Ex 1i i E 1 z i i v 1i i 0 L e sti m a ti on de 1, 2 e t p a r l e s MC O e st donc c onv e rg e nte 12

13 Remarque: l é quat i o n (2) y i x 1i 1 x 2i 2 u i (2) o met un t erme v 1i qui es t c o rré lé aux v ari ab les ex p li c at i v es i nc lus es d ans l é quat i o n: Ex 1i v 1i E 1 z i v 1i v 1i v 1i 1 c arez i v 1i 0 s auf s i 0 L e biais d e n do g é n é it é d ans l es t i mat i o n p ar M C O d e (2) p eut ai ns i s e c o mp rend re c o mme un b i ai s d û à l o m issio n de v ar iabl e s P ro b lè me: 1 n es t p as c o nnu. I l es t d o nc i mp o s s i b le d e c alc uler les p ert urb at i o ns v 1i N é anmo i ns no us p o uv o ns o b t eni r un e st im at e u r c o n v e r g e n t d e 1 p ar les M C O que l o n no t e 1n P ri nc i p e d e la p ro c é d ure: remp lac er les v ari ab les i nc o nnues v 1i p ar les v ari ab les ap p ro c h é es, les ré s i d us v 1i 13

14 Cette p r o c é d u r e es t c o n n u e c o m m e l a procédure de H ol l y-s a rg a n : 1. 1ère étape : Régresser les variables potentiellement endogènes x 1i sur les variables exogènes z i pour estimer les paramètres ème étape : Construire les résidus de cette régression v 1i x 1i z i 1 et estimer par MCO le modèle auxiliaire: y i x 1i 1 x 2i 2 v 1i i Soit n l estimateur MCO de et V n un estimateur de sa variance asymptotique 3. 3ème étape : Construire la statistique de Wald (4) W n n n V 1 n n associée à l hypothèse nulle 0 Rejeter l hypothèse nulle à un niveau si W n est supérieure au quantile d ordre 1 d une loi du à 2 K 1 degrés de liberté 14

15 Proposition: L a s t at i s t i q u e de W ald W n c o n v e r g e e n di s t r i b u t i o n s o u s l h y p o t h è s e n u lle v e r s u n e v ar i ab le alé at o i r e do n t la di s t r i b u t i o n e s t u n e lo i du 2 à K 1 de g r é s de li b e r t é A v an t de p r o u v e r c e t t e p r o p o s i t i o n e t p o u r la s i m p li f i e r, o n n o t e r a u n e proprié té r e m ar q u ab le de l e s t i m at e u r de s M C O de l é q u at i o n (4) C o m m e x 1i x 1i v 1i o n p e u t r é é c r i r e (4) c o m m e : y i x 1i 1 x 2i 2 v 1i 1 i O n r e m q u e r s q u e n u x g r o u p e s r é g r e s s e u r s n e p t e t t r e p t ar alo l o a de de x 1i, x 2i ) d u ar, v 1i d au ar O r, p ar c o n s t r u c t i o n, c e s de u x g r o u p e s de r é g r e s s e u r s s o n t o r t h o g o n au x e n t r e e u x : X 1 V 1i 0 e t X 2 V 1i 0 15

16 Les esti m a teu r s M C O des c o ef f i c i en ts des deu x g r o u p es de r é g r esseu r s p eu v en t do n c ê tr e o b ten u s p a r les deu x r é g r essi o n s a u x i li a i r es: y i x 1i 1 x 2i 2 1i y i v 1i 1 2i I l f a u t a lo r s r em a r q u er q u e l esti m a teu r M C O des c o ef f i c i en ts du p r em i er m o dè le est p a r c o n str u c ti o n l esti m a teu r D M C de l é q u a ti o n d i n té r ê t: c et esti m a teu r est c o n v er g en t et o n c o n n a i t sa lo i a sy m p to ti q u e Les esti m a teu r s de 1 et 2 du m o dè le (4) so n t do n c c o n v er g en ts I l n o u s r este à m o n tr er q u e l esti m a teu r du p a r a m è tr e est convergent et m o n tr er q u e sa lo i a sy m p to ti q u e est la m ê m e q u e da n s le c a s o ù les p er tu r b a ti o n s v 1i so n t c o n n u es C ette dé m o n str a ti o n est u ti li sé e c o m m e u n ex em p le de r a i so n n em en t a sy m p to ti q u e u su el en é c o n o m é tr i e 16

17 1.3. Preuve de la proposition Principe de la preu v e: m o nt rer q u e l erreu r de m es u re v 1i v 1i f ait e s u r le ré g res s eu r v 1i n a pas d im pact s u r les pro prié t é s de l es t im at eu r de Po u r allé g er les no t at io ns, o n s e placera dans le cadre s im plif ié o ù o n v eu t es t im er u n m o dè le : y i v 1i i (5) av ec v 1i v ariab le u nidim ens io nnelle no n o b s erv ab le O n dis po s e d u ne es t im at io n de v 1i par le ré s idu d u n m o dè le au x iliaire: x 1i z i 1 v 1i O n a par h y po t h è s e Ev 1i i 0 17

18 e t On s u p p o s e q u e l e s t i m at e u r 1n e s t c o nv e r g e nt e t d e lo i as y m p t o t i q u e : n 1n 1 d ˆ N0, V n e s t i m e d o m o d è p r o c h é e r e m p r é g r e s s e u r i o p r é g r e s s e u r o t r u i t On nc le le ap n laç ant le nc nnu ar le c ns v 1i : y i v 1i i i i v 1i v 1i Or c o m m e v 1i x 1i z i 1 v 1i x 1i z i 1n o n a : i i z i 1n 1 18

19 L e s t i m at e u r de s M C O de (5) e s t do n n é p ar : n V 1 V V 1 V 1 1 V 1 Y 1 1 V 1 V 1 V 1 V 1 1 V 1 V V V 1 Z 1n 1 V 1 V 1 1 V 1 (6) p u i s q u e V 1 Z 0 p ar c o n s t r u c t i o n P o u r é t u di e r la c o n v e r g e n c e de c e t e s t i m at e u r, o n do i t c o n t o u r n e r la di f f i c u lt é du e à l u t i li s at i o n d u n r é g r e s s e u r c o n s t r u i t v 1i à la p lac e de v 1i O r : V 1 V 1 Z 1n 1 O n a au s s i p ar c o n v e r g e n c e de l e s t i m at e u r : p l i m 1n 1 0 n 19

20 e t Il e s t a lo r s i m m é di a t de m o n t r e r q u e s o u s le s h y p o t h è s e s du m o dè le : plim n V 1 V n 1 plim n V 1 V 1 n plim n V 1 n plim n V 1 n 0 L e s t i m a t e u r de s M C O s u r le m o dè le a u x i li a i r e a v e c r é g r e s s e u r c o n s t r u i t e s t do n c c o n v e r g e n t e n u t i li s a n t (6) : p li m n p li m V 1 V 1 1 V 1 n n P o u r é t u di e r la lo i a s y m p t o t i q u e de c e t e s t i m a t e u r, o n n o t e r a d a b o r d q u e p a r h y p o t h è s e : n V 1 d n ˆ n N0, V 0 P a r a i lle u r s 1n 1 Z Z 1 Z X 1 1 Z Z 1 Z V 1 V 1 V 1 ZZ Z 1 Z V 1 20

21 Donc n V 1 n n V 1 n n V 1 P Z n O r com m e la d i m e ns i on d e z e s t f i x e, e t com m e Ez v 1 0, la d e u x i è m e q u a nt i t é à d r oi t e conv e r g e e n p r ob a b i li t é v e r s 0 e t d onc: n V 1 d n ˆ n N0, V 0 A i ns i n n n V 1 V n 1 1 V 1 n d ˆ n N0, V où V Ev 1i v 1i 1 V 0 Ev 1i v 1i 1 C onclu s i on: la m a t r i ce d e v a r i a nce cov a r i a nce a s y m p t ot i q u e d e l e s t i m a t e u r n e s t la m ê m e q u e s i on a v a i t u t i li s é le r é g r e s s e u r or i g i na l a u li e u d u r é g r e s s e u r cons t r u i t 21

22 2. Test de restrictions suridentifiantes 2.1. Enoncé du problème Supposons q ue l e m odè l e s é c r iv e sous une f or m e un peu pl us g é né r a l e: y i x i u i x i z i v i où des v a r ia b l es peuv ent ê t r e c om m unes à x et à z (l es v a r ia b l es x 2 de l a sec t ion pr é c é dent e) Si c el a est l e c a s, l es é q ua t ions c or r esponda nt à l a deux iè m e pa r t ie du m odè l e (x i z i v i ) s é c r iv ent c om m e des ident it é s (i.e. x 2 x 2 ) sa ns t er m es d er r eur s et en c ont r a ig na nt l es pa r a m è t r es 22

23 K : n o m b r e de v a r i a b l e s da n s x L : n o m b r e de v a r i a b l e s da n s z H y p o t h è s e : l e s c o n di t i o n s de r a n g s o n t s a t i s f a i t e s : r g E x i x i K e t r g E z i z i L L a condition d or dr e p ou r l ide ntif ica tion d u n t e l s y s t è m e e s t L K E n e f f e t, s o i t K 1 l e n o m b r e de v a r i a b l e s e n do g è n e s da n s x e t do n c K K 1 l e n o m b r e de v a r i a b l e s e x o g è n e s da n s x L e n o m b r e de v a r i a b l e s e x o g è n e s e x c l u e s de l a p r e m i è r e é q u a t i o n e s t do n c L K K 1, s o i t L K K 1 K 1, c e q u i p r o u v e l e r é s u l t a t S i L K e t l a c o n di t i o n de r a n g e s t s a t i s f a i t e, o n n e p e u t a l l e r b e a u c o u p p l u s l o i n 23

24 Par c o nt re s i L K, o n di s p o s e de p lu s de v ari ab le s e x o g è ne s q u i l n e s t né c e s s ai re L é q u at i o n d i nt é rê t e s t s u ri de nt i f i é e e t o n di t q u e l o n di s p o s e de re s t ri c t i o ns s u ri de nt i f i ant e s C e lle s -c i s o nt s i m p le m e nt le s c o nt rai nt e s d e x c lu s i o n s u p p lé m e nt ai re s q u e l o n a i m p o s é s u r le s y s t è m e O n p o u rrai t e n e f f e t re lâ c h e r au m o i ns u ne h y p o t h è s e d e x c lu s i o n d u ne v ari ab le z de l é q u at i o n d i nt é rê t s ans v i o le r la c o ndi t i o n d o rdre p o u r l i de nt i f i c at i o n du s y s t è m e Tests d i r ec ti o n n el s: Pe u t -o n re lâ c h e r c e rt ai ne s c o ndi t i o ns d e x c lu s i o n (re s t ri c t i o ns a p ri o ri ) s ans af f e c t e r l i de nt i f i c at i o n de s p aram è t re s? Test d e S a r g a n (p lu s g é né ral): s i o n n a p as de t e lle s re s t ri c t i o ns a p r i o r i, c e q u i e s t le c as le p lu s c o u rant 24

25 2.2. Test directionnel On se p lac e dans le c as o ù la c o ndi t i o n d o r dr e e st sat i sf ai t e L K e t o n su p p o se q u e la c o ndi t i o n de r ang l e st au ssi S u p p o so ns q u e l o n ai t e x c lu à t o r t u ne v ar i ab le z 1 de l é q u at i o n d i nt é r ê t : y x z 1 u x z v L h y p o t h è se d e x c lu si o n de la v ar i ab le z 1 de l é q u at i o n d i nt é r ê t s é c r i t alo r s 0 : t e st t r è s f ac i le à m e t t r e e n o e u v r e N é anm o i ns, c e t e st a le dé f au t de ne p as p o u v o i r ê t r e u t i li sé p o u r p lu si e u r s r e st r i c t i o ns su r i de nt i f i ant e s p u i sq u e le s t e st s p o u r di f f é r e nt e s v ar i ab le s i nst r u m e nt ale s ne so nt p as i ndé p e ndant s 25

26 Les r é g i o n s c r i t i q u es de r ej et de c es p r o c é du r es de t est so n t i n t er dé p en dan t es I l n e p eu t en f ai t s ap p li q u er q u e si o n a des a p r i o r i f o r t s su r l o r dr e dan s leq u el do i v en t se f ai r e c es t est s O n do i t su p p o ser q u e l o n a c h o i si u n o r dr e a p r i o r i des v ar i ab les ex o g è n es su i v an t le n i v eau de c o n f i an c e q u e l o n ac c o r de à leu r ex c lu si o n de l é q u at i o n d i n t é r ê t S o i t p ar ex em p le l o r dr e z 1, z 2,..., z L O n ado p t er a alo r s la dé m ar c h e su i v an t e: 1. on teste l exclusion de z 1 2. si elle est acceptée, on s arrête 3. sinon, on teste l exclusion de z 2 4. etc., jusqu à arrêt de l algorithme ou violation de la condition d ordre 26

27 e t 2.3. Test de Sargan Proposition: S o i t t u n v e c t e u r d e M v a r i a b le s a lé a t o i r e s c o m b i n a i s o n s li n é a i r e s d e s v a r i a b le s z. C e s v a r i a b le s s o n t s u p p o s é e s n o n c o li n é a i r e s e t d o n c M L. S o i t P T le p r o j e c t e u r o r t h o g o n a l, d é f i n i d a n s R n, s u r l e s p a c e e n g e n d r é p a r le s v a r i a b le s T, o ù T s o n t le s r é a li s a t i o n s d e t d e d i m e n s i o n n, M. A lo r s P T TT 1 T T 1 2 U P T U d ˆ n 2 M Pre u v e : S o u s c e r t a i n e s c o n d i t i o n s s u p p o s é e s s a t i s f a i t e s, la lo i f a i b le d e s g r a n d s n o m b r e s d o n n e : T U n P Et i u i 0 n e t p a r u n t h é o r è m e c e n t r a l li m i t e : 27

28 n T U n 0 d ˆ N 0, Et i u i u i t i n o ù Et i u i u i t i 2 Et i t i D o n c : 1 Et i t i 1/2 T U d ˆ N0, I M n 2 n E n p r e n a n t l a n o r m e e u c l i d i e n n e d e c e v e c t e u r, o n o b t i e n t : 1 n 2 U TEt i t i 1 T U d ˆ n 2 M p u i s e n r e m p l a c a n t l e t e r m e c e n t r a l p a r s a c o n t r e p a r t i e e m p i r i q u e q u i e n e s t u n e s t i m a t e u r c o n v e r g e n t : 1 n 2 U T T T n 1 T U d ˆ n 2 M 28

29 Donc 1 2 U P T U d ˆ 2 M n Cas p ar t i c u l i e r : T Z 1 2 U P Z U d ˆ n 2 L C ons i d é r ons m a i nt e na nt l a s t a t i s t i q u e d e t e st d e S ar g an : S U P Z U 2 où U s ont l e s r é s i d u s ob t e nu s p a r l a m é t h od e d e s DM C : U Y P Z X Y P Z XX P Z X1 X P Z Y X P Z X U P Z XX P Z X1 X P Z U M Z X M P Z X U 29

30 ù d o P Z U P Z M P Z XU c a r P Z M Z 0 S o i t Q P Z M P Z X le p r o j e c t e u r s u r l e s p a c e i n c lu s da n s l e s p a c e e n g e n dr é p a r le s v a r i a b le s Z e t o r t h o g o n a l à P Z X S o i t T u n e b a s e de c e t e s p a c e de di m e n s i o n : di m Z di m P Z X L K D o n c, s o u s l h y p o t h è s e n u lle H 0 : S U P Z U 2 U QU 2 d ˆ n H 0 2 L K R é g i o n c r i t i q u e du t e s t : W S F 1 2 L K o ù F 1 dé n o t e le f r a c t i le d o r dr e 1 30

31 Deux r em a r q ues f i n a l es : 1. il y a équivalence entre cette procédure et la procédure qui consiste à inclure les variables T dans la régression : Y P Z X. T U T et à tester l hypothèse 0 2. la statistique de Sargan s obtient facilement par l intermédiaire d une régression auxiliaire des résidus des DMC sur les variables z : û i z i i P r euv e : s o i t l e R 2 d e c e t t e r é g r e s s i o n : R 2 Z Z U ZZ Z 1 Z U U U U U 31

32 p Donc: R 2 U P z U S. 2 U U U U P os ons S nr 2. Com m e l i m n U U n 2 le s s t a t i s t i q u e s S e t S s ont a s y m p t ot i q u e m e nt é q u i v a le nt e s Donc s ou s l h y p ot h è s e nu lle : S nr 2 d ˆ n 2 L K H 0 C e s t ce d e r ni e r t e s t q u i e s t u t i li s é e n p r a t i q u e p u i s q u i l e s t f a ci le à m e t t r e e n oe u v r e e n u t i li s a nt u n log i ci e l d e r é g r e s s i ons 32

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur Des syllables avec r ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ra re ri ro ru ré rê rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ru ar ro ir Des syllables

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE. 1.Définition et propriétés

CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE. 1.Définition et propriétés CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE Brefs ra p p els su r les p ro p ri é t é s des est i m a t eu rs u su els (M C O, M C G, est i m a t eu rs à v a ri a b les i n st ru m en t a les) da n s les

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D TITRE : Pollutions Electromagnétiques Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

L art de recevoir depuis 1988

L art de recevoir depuis 1988 L art de recevoir depuis 1988 E X P LOR E Z LE S M I LLE E T U NE F AC E T T E S D E LA G A ST R O N O M I E E N D É C O U V R ANT M AÎ T R E & C H E F T R AI T EU R S, SY N O NY M E D E R AF F I NEM E

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

TUTORIEL SERVICE INFORMATIQUE

TUTORIEL SERVICE INFORMATIQUE TUTORIEL SERVICE INFORMATIQUE CALCULETTE DE DISTANCES 10:30, 25/07/12 C ALCUL ATRI CE DE DI ST AN CE S F i c h e à l u s a g e d e s S t r u c t u r e s Li gu e s e t C om i t é s ------------- D a t e

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

A N N E X E À L A L O I D E F I N A N C E S I N I T I A L E P O U R COMPTES DE COMMERCE

A N N E X E À L A L O I D E F I N A N C E S I N I T I A L E P O U R COMPTES DE COMMERCE A N N E X E À L A L O I D E F I N A N C E S I N I T I A L E P O U R 2016 COMPTES DE COMMERCE NOTE EXPLICATIVE Sont développées dans le présent document les évaluations de recettes et de dépenses des

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

Économétrie. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Économétrie. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 La violation des hypothèses Le modèle des MCO considère que les hypothèses suivantes sont toutes respectées: H1: le modèle est linéaire en x i,t H2: les valeurs x

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

Les machines électriques à pôles lisses 1. I n t r o d u c t i o n 10 1 L ' i n t e r a c t i o n e n t r e u n c o u r a n t é l e c t r i q u e e t u n c h a m p m a g n é t i q u e e s t à l ' o r i

Plus en détail

TERMINOLOGIE DE LA TOUR ÉCHELLE

TERMINOLOGIE DE LA TOUR ÉCHELLE P PR RÉ ÉS SE EN NT TA AT TIIO N T TE ER RM MIIN NO OLLO OG GIIE E LLA AT TO OU RÉ CH HE ELLLLE E D DIIM ME EN NS SIIO NS SD SP PR RIIN NC CIIP PA AU UX X C CO OM MP PO OS SA AN NT TS S (Utilisation limitée

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

L A GES TI ON DE MATCH ELECTRONIQUE (G. D. M. E)

L A GES TI ON DE MATCH ELECTRONIQUE (G. D. M. E) L A GES TI ON DE MATCH ELECTRONIQUE (G. D. M. E) ------------- D a t e : 15 Décembre 2012 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i o n F r a n çai s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L i m

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E TUTORIEL SERVICE INFORMATIQUE LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E L A GES TI ON DE MATCH ELECTRONIQUE (G. D. M. E) ------------- D a t e : 15 Décembre 2012 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

A ss emblée gén érale

A ss emblée gén érale N a t io n s U n ie s A /56/ 210 A ss emblée gén érale Di s t r. gé né r a l e 23 j ui l l e t 200 1 Fr a n ç a i s Or i g i n a l : a ngl a i s Ci nq ua nt e - s i xi è m e s e s s i on Po i n t 131 c

Plus en détail

RETRAITE DE YOGA. Grèce - Kastellorizo

RETRAITE DE YOGA. Grèce - Kastellorizo RETRAITE DE YOGA Grèce - Kastellorizo D U 1 4 A U 2 1 O C TO B R E 2 0 1 9 Description générale RE T RA IT E D E YOG A E N G R È C E DU 1 4 A U 21 OC TOBR E 20 19 A N IMÉ PA R LOÏC M OR IC E, P ROFESSE

Plus en détail

Introduction U ne p r em i )A (( r e d i f f i c u l t (& d u s u j et es t q u e R u s s el l a j o u (& u n r l e s i f o nd a m enta l d a ns l!/ (

Introduction U ne p r em i )A (( r e d i f f i c u l t (& d u s u j et es t q u e R u s s el l a j o u (& u n r l e s i f o nd a m enta l d a ns l!/ ( Russell et la philosophie Anne-F r a n o i s e S c h m i d, I N S A d e L y o n et Ar c h i v e P o i nc a r )A (& (U ni v er s i t (& d e N a nc y -2, U M R C N R S n!c 7 1 1 7 ) )A!0 P r en ez g ar d

Plus en détail

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Sandrine Wenglenski Maître de Conférences à l Université Paris-Est Marne-La-Vallée Laboratoire Ville Mobilité Transport

Plus en détail

Logistique de transport pour l e proj et LH C S. Prodon & S. Weisz ST Work sh op 2 0 0 3 Planification Objectifs M é th o d o l o g ie R e tou r te r r ain R é u ssites D ifficu l té s A m é lior ations

Plus en détail

SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES

SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES DU COMMERCE DE DÉTAIL AU 1 ER TRIMESTRE 2016 AVRIL 2016 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS U NE AC T I VIT É QU I R E S T E PE U D YN AM IQU E CE 1 ER T R IM ESTR E ET D E S PR É

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

Ę ę Ó ę - -_::jr-':- r' l'r I i ::--=:: f '3 l!.f:l$e l r-l $ &.::. H =$ n, r.. ii i:ę.1.= i.-l 't a. :,r.. :. '. r..-i. 1' :; '.r. ;..::. rta:r t:' l: :a '!ii$i: 1,.;ł]ii. ' ;s,.i.,q..'.. ::i '','.,,..,...'..

Plus en détail

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS - - - - - - - - - - - - - D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. - - - - - - - - - A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE DMAND D PRMI D CONTRUIR Construction d une centrale photovoltaïque au sol Lieu des travaux : ite d enfouissement de déchets de CITOM Lieu-dit : La Forêt de Jarnac 16200 AINT R PC1, PC2, PC3, PC4, PC5,

Plus en détail

KM4 KM2 KM5 LC1 D40 KM0

KM4 KM2 KM5 LC1 D40 KM0 T-X x 00 ( 0 - ) ( 0 - ) X. -0 0 X. g X. V X. ( 0 - ) / / / / / / V0 V0 V0 /T /T /T S /T S T S T 00 g V /T T X. /T 0 0 00 W U V W U V W X. X. U V U V V U U V W X. X. X. X. W U V W W U V W W W U V ~ - V

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E C A R T E S M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E G U S TAV O B A R R E N O J O S E C A R L O S C O R R E I A R E M I H Ä

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

N NO OSS M MO OD DÈ È ESS DEU MODÈLES D'ÉCHAFAUDAGE UN POTEAU OPTIMAL ROSACE 8 POSITIONS LE MULTI-RETO / LE MULTI-SYSTEM --

N NO OSS M MO OD DÈ È ESS DEU MODÈLES D'ÉCHAFAUDAGE UN POTEAU OPTIMAL ROSACE 8 POSITIONS LE MULTI-RETO / LE MULTI-SYSTEM -- LA MARQUE N NO OSS M MO OD DÈ È ESS DEU MODÈLES D'ÉCHAFAUDAGE UN POTEAU OPTIMAL ROSACE 8 POSITIONS LE MULTI-RETO / LE MULTI-SYSTEM -- P PE ER RF FO OR RM MA AN NC CE EE ET T LLÉ ÉG GÈ ÈR RE ET TÉ É D ES

Plus en détail

FORMATION "PARCOURS MANAGER"

FORMATION PARCOURS MANAGER FORMATION "PARCOURS MANAGER" Co nf ro nt és à d e n o u v ea ux e nj eux, l e m éti er de c ad r e int er mé di a ir e da ns l e s e cte ur so ci al et m édi co - so ci al d e v i en t de p l us e n pl

Plus en détail

Les communications de l ANACDE. Paolo Solano, Conseiller juridique Commission de coopération environnementale 19 octobre 2017

Les communications de l ANACDE. Paolo Solano, Conseiller juridique Commission de coopération environnementale 19 octobre 2017 Les communications de l ANACDE Paolo Solano, Conseiller juridique Commission de coopération environnementale 19 octobre 2017 Les communications de l ANACDE Survol de la présentation La CCE et l ANACDE

Plus en détail

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTÉ DE DROIT ET SCIENCES POLITIQUES LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE THESE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN SCIENCES SPECIALITE : DROIT Par NAAR Fatiha

Plus en détail

L e c a dre de s ré fo rm e s e t de s e ng a g e m e nts a u nive a u e uro pé e n

L e c a dre de s ré fo rm e s e t de s e ng a g e m e nts a u nive a u e uro pé e n L e c a dre de s ré fo rm e s e t de s e ng a g e m e nts a u nive a u e uro pé e n VISITE DÉLÉGATION TUNISIENNE M in is tè r e d u T r a va il e t d e s P o litiq u e s S o c ia le s R o m e, 1 0 ju in

Plus en détail

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de :

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de : I N T R O D U C T I O N E x c e le s t u n l o g i c i e l m u l t i f o n c t i o n s i n t é g r a n t u np tu ai bs ls ea un r taé u n g e s t i o n n ad i re e b a s e d e d o n n é e saé u n g r a

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva Livrable issu des travaux GTE 2007 Version : 1 10 novembre 2008 Nombre de

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé»

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Tebenkova Svetlana - Natixis 2008 J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Fo nds d I nves tis s em ent et de D évelo ppem ent des P a rtena ria ts

Plus en détail

RAP P O R T D ACTI V I T E S. 1 er janvier - 31 mars Ensei gnem ent du françai s :

RAP P O R T D ACTI V I T E S. 1 er janvier - 31 mars Ensei gnem ent du françai s : As so ci ation d échan ge s culturels Hébron- France P. O. Bo x 635 Téléfax : (02) 222 48 11 Courriel : info@hebron- france.org Site : www w.hebron- france.org RAP P O R T D ACTI V I T E S 1 er janvier

Plus en détail

Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle

Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle Faicel Chamroukhi Maître de Conférences UTLN, LSIS UMR CNRS 7296 email: chamroukhi@univ-tln.fr web: chamroukhi.univ-tln.fr 2014/2015 Faicel Chamroukhi

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

[ VO ] en vert et la demi-droite [ LE ) en bleu. Exercice p 151, n 1 :

[ VO ] en vert et la demi-droite [ LE ) en bleu. Exercice p 151, n 1 : Exercice p 151, n 1 : 1) Placer trois points I, J et K non alignés, puis : a) tracer la droite passant par les points I et K ; b) tracer le segment d extrémités J et I ; c) tracer la demi-droite d origine

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Site C : Évaluation environnementale Processus d examen

Site C : Évaluation environnementale Processus d examen Site C : Évaluation environnementale Processus d examen Dean Stinson O Gorman Directeur des commissions d examen Agence canadienne d évaluation environnementale Brian Murphy Directeur des évaluations de

Plus en détail

TERMODALLETOP LA TERMODALLETOP EST L IDÉAL POUR RÉALISER UNE ISOLATION EXTÉRIEURE OPTIMALE DES PLANCHERS

TERMODALLETOP LA TERMODALLETOP EST L IDÉAL POUR RÉALISER UNE ISOLATION EXTÉRIEURE OPTIMALE DES PLANCHERS TERMODALLETOP PRÉAMBULE La réalisation de ce nouveau roduit naît de l exigence de construire des bâtiments légers ayant une isolation thermique maximale, uniforme et ermanente. La TERMODALLETOP est l évolution

Plus en détail

regis.loiseau@acceo.eu 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Tou www.a2ch.

regis.loiseau@acceo.eu 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Tou www.a2ch. regis.loiseau@acceo.eu 2udes et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Tou www.a2ch.fr rmation Hospitalies de France, Tous droits réservés - Toute reproduction même partielle

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/51

Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/51 Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes Polytech Paris-UPMC - p. /5 Rappels mathématiques s Propriétés - p. 2/5 Rappels mathématiques Soit à résoudre le système linéaire Ax = b. Rappels mathématiques

Plus en détail

3 ème BREVET THEOREME DE THALES

3 ème BREVET THEOREME DE THALES Exercice 1 1 Construire un triangle ABC tel que AB = 6 cm AC = 7,2 cm et BC = 10 cm Placer les points R, T et E tels que : R [AB] et AR = 4,5 cm T [AC] et (RT) // (BC) E [AB) et E [AB] et BE = 2 cm 1 2

Plus en détail

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Biostatistique Pr. Nicolas MEYER Laboratoire de Biostatistique et Informatique Médicale Fac. de Médecine de Strasbourg Mars 2011 Plan 1 Introduction

Plus en détail

st t rr t r P ②s r r

st t rr t r P ②s r r st t rr t r P 2s r r s t èr s rt t té t t rts st q s t str s t r s t t tr t r s sé s é s s t s s és s t s t t rts st q s ré t rt st q tr t r s s t s t rt st q str s t r s r r s sé s r r s é s é P t q s

Plus en détail

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon PACES - APEMK UE 4 Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie

Plus en détail

INTRODUCTION ORIENTATION APRES LE BAC ORIENTATION APRES LE B.T.S. ADMISSION POST BAC

INTRODUCTION ORIENTATION APRES LE BAC ORIENTATION APRES LE B.T.S. ADMISSION POST BAC INTRODUCTION ORIENTATION APRES LE BAC ORIENTATION APRES LE B.T.S. ADMISSION POST BAC INTRODUCTION BAC GENERAL BAC TECHNOLOGIQUE BAC PROFESSIONNEL 5 ANS 3 ANS VIE ACTIVE AU LYCEE - EN APPRENTISSAGE EN CONTRAT

Plus en détail

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n CONTRAT AVEC LES PARTENAIRES DE DISTRIBUTION INDIRECTS v. EM EA. 0 4.2 5.2 0 0 7 Afin d e v o u s e n r e g i s t r e r a u p r è s d e Ci s c o c o m m e p a r t e n a i r e d e d i s t r i b u t i o

Plus en détail

Une relation de proximité pour votre réussite

Une relation de proximité pour votre réussite E X P E R T I S E C O M P TA B L E - A U D I T - C O N S E I L Une relation de proximité pour votre réussite WWW.ACCIOR.FR PR É S ENTATI O N LE CABINET Accior, c abinet d exper tise comptable et de commiss

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre Rapport sur l entente de principe FTQ Convenue à la 62 e rencontre Conseil général CPAS, décembre 2015 Durée: CONGÉ CFTÉ-ÉS AVEC ÉTALEMENT DU SALAIRE D u e à uat e se ai es Étalement : De six ou 12 mois

Plus en détail

Conseil de l Europe. Construction et utilisation d'indicateurs de cohésion sociale et de progrès s dans le bien être avec les citoyens

Conseil de l Europe. Construction et utilisation d'indicateurs de cohésion sociale et de progrès s dans le bien être avec les citoyens Conseil de l Europe Construction et utilisation d'indicateurs de cohésion sociale et de progrès s dans le bien être avec les citoyens Approche développée par le Conseil de l Europe Rennes, 30 et 31 octobre

Plus en détail

Parcours professionnels, sécurisation, renforcement

Parcours professionnels, sécurisation, renforcement Parcours professionnels, sécurisation, renforcement la sécurisation des parcours professionnels et les perspectives d innovation sociale w w w.a ra vis.a ra c t.fr De quoi parle t-on? Parcours professionnel;

Plus en détail

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y Editorial > Projet s : é v o l u t ion

Plus en détail

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS A RT 227 À 248 CIR 92 1. Les assujettis Les non-habitants du Royaume vo ir la d é f i ni ti o n d h ab it a nt d u Ro ya u me o u le domi cile f i sc ale e n Belgiq u e o u le

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Florence Levé Florence.Leve@u-picardie.fr Année 2015-2016 1/29 Introduction Les algorithmes vus précédemment peuvent mener à des automates relativement

Plus en détail

Partie numérique Exercice 1 1) Les nombres 288 et 224 sont pairs donc ils sont divisibles par 2. Ils ne sont donc pas premiers

Partie numérique Exercice 1 1) Les nombres 288 et 224 sont pairs donc ils sont divisibles par 2. Ils ne sont donc pas premiers Partie numérique Eercice 1 1) Les nombres 88 et sont pairs donc ils sont divisibles par. Ils ne sont donc pas premiers entre eu car leur Plus Grand Commun Diviseur est supérieur ou égal à. ) Pour calculer

Plus en détail

A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Professeur de Yoga et de méditation

A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Professeur de Yoga et de méditation A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Le professeur de Yoga Une formation qui combine sciences modernes (8 années de formation universitaire dans le domaine

Plus en détail

1.1.1 Composantes contravariantes, covariantes d un vecteur

1.1.1 Composantes contravariantes, covariantes d un vecteur Chapitre 1 Prérequis Ce chapitre regroupe les définitions et les résultats sur les tenseurs qui sont utilisés dans la théorie des coques et des membranes. Il comprend deux parties : 1. L algèbre tensorielle,

Plus en détail

>>> RECHERCHE D UNE IDENTITE VISUELLE

>>> RECHERCHE D UNE IDENTITE VISUELLE Feuille de travail élèv e PROJET >>> RECHERCHE D UNE IDENTITE VISUELLE INTRO DU C TI O N : Vous allez travailler en équip e toute l ann é e, vous allez dev oir définir pour votre équip e une identité visuelle

Plus en détail

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites La problématique des tests Cours V 7 mars 8 Test d hypothèses [Section 6.1] Soit un modèle statistique P θ ; θ Θ} et des hypothèses H : θ Θ H 1 : θ Θ 1 = Θ \ Θ Un test (pur) est une statistique à valeur

Plus en détail

Techniques d estimation : Maximum de Vraisemblance et Méthode des Moments Généralisée

Techniques d estimation : Maximum de Vraisemblance et Méthode des Moments Généralisée Techniques d estimation : Maximum de Vraisemblance et Méthode des Moments Généralisée Philippe Gagnepain Université Paris 1 Ecole d Economie de Paris Centre d économie de la Sorbonne-UG 4-Bureau 405 philippe.gagnepain@univ-paris1.fr

Plus en détail

GROUPE ELECTROGENE AU GPL & AU GAZ NATUREL CE G ER[

GROUPE ELECTROGENE AU GPL & AU GAZ NATUREL CE G ER[ 1 GROUPE ELECTROGENE AU GPL & AU GAZ NATUREL CE G ER[ 2 GROUPE ELECTROGENE AU GA) UNE APPLICATION ETENDUE Il a toujou s u e aiso de hoisi u g oupe le t og e au gaz. Pas ou peu d'a s au seau le t i ue Chalets

Plus en détail

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que E3A PC 29 Math A questions de cours. Soit C 2 M 3 (R) Analyse : Si C = S + A, S 2 S 3 (R) et A 2 A 3 (R) alors t C = t S + t A = S A d où S = 2 (C +t C) et A = 2 (C t C). L analyse assure l unicité (sous

Plus en détail

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR PARIS / IVRY DIS-CONTINUITES DE LA METROPOLE PIETRO BOSCOLO PFE 2114 m² / cos 5 1110 m² 6,5 hectares COS 2,00 186817 m² 7200 m² /cos 0,7 146 m²/cos 2 644 m²/cos 0,4 652 m² 0,4 3907 m² /cos 0,8 3850 m²

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION ET D INSTALLATION CUISINIERE WALTHAM WT66GBMK2 WTFSC G66B WT 66 GB

NOTICE D UTILISATION ET D INSTALLATION CUISINIERE WALTHAM WT66GBMK2 WTFSC G66B WT 66 GB WALTHAM Partie 2 : AVERTISSEMENTS RESPECTEZ TOUTES LES MESURES DE SÉCURITÉ CI-DESSOUS ET LISEZ ENTIÈREMENT CETTE NOTICE AVANT DE COMMENCER A UTILISER LA CUISINIERE. C e tte c u i s i n i è re a é té

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

09 dé: c e mbr e 2016 Jour - mois - année. Intervenant Prénom - Nom ATBVB. Objet :

09 dé: c e mbr e 2016 Jour - mois - année. Intervenant Prénom - Nom ATBVB. Objet : Post GI S/ Post gr esql 09 dé: c e mbr e 2016 Date Jour - mois - année Intervenant : Li one l BERTHI ER Prénom - Nom Objet : ATBVB Fi l de l i nt e r ve nt i on 1. I nt r oduc t i on Hi s t or i que Pr

Plus en détail

Statistique. Jean-Yves Tourneret (1) (1) Université of Toulouse, ENSEEIHT-IRIT-TéSA Thème 1 : Analyse et Synthèse de l Information jyt@n7.

Statistique. Jean-Yves Tourneret (1) (1) Université of Toulouse, ENSEEIHT-IRIT-TéSA Thème 1 : Analyse et Synthèse de l Information jyt@n7. Statistique Jean-Yves Tourneret (1) (1) Université of Toulouse, ENSEEIHT-IRIT-TéSA Thème 1 : Analyse et Synthèse de l Information jyt@n7.fr Cours Statistique, 2010 p. 1/52 Plan du cours Chapitre 1 : Estimation

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail