Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION"

Transcription

1 Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o s e n t s u r la c la s s i f i c a t i o n a p r i o r i de s v a r i a b le s e n v a r i a b le s en d o g è n es e t e n v a r i a b le s ex o g è n es C e t t e c la s s i f i c a t i o n r e p o s e à la f o i s : 1. sur des a priori économiques: les variables exogènes sont déterminées hors du système d équations structurelles économiques que l on souhaite estimer, alors que les variables endogènes sont déterminées par le système d équations structurelles 2. mais aussi sur des a priori empiriques 1

2 Point dé lic a t m a is e sse ntie l: f a ir e la différence ent re l ex o g énéit é éco no m iq u e et l ex o g énéit é s t a t is t iq u e E n e f f e t, u ne v a r ia b le e x og è ne da ns le m odè le é c onom iq u e p e u t ê tr e e ndog è ne da ns le m odè le é c onom é tr iq u e : c a r l e x og é né ité a u se ns é c onom é tr iq u e se dé f init c om m e l a b s ence de co rréla t io n ent re rég res s eu r et erreu r L a situ a tion inv e r se ne se r e nc ontr e p a s e n p r a tiq u e : c a r u ne v a r ia b le e ndog è ne a u se ns du m odè le é c onom iq u e e st g é né r iq u e m e nt e ndog è ne d u n p oint de v u e é c onom é tr iq u e I llu s t ra t io n de ce p ro b lè m e: H y p oth è se : u ne de s é q u a tions de la f or m e r é du ite d u n sy stè m e d é q u a tions str u c tu r e lle s s é c r it sou s la f or m e su iv a nte : y i x i u i (1) le s v a r ia b le s x sont de s v a r ia b le s dé te r m iné e s h or s du sy stè m e e t donc ex o g è nes du p oint de v u e é c onom iq u e 2

3 On i nt er p r èt e le t er me d er r eu r u i c o mme u n t er me d h é t é r o g é né i t é i no b s er v ab le ent r e ag ent s I l s e p eu t alo r s q u e les v ar i ab les x s o i ent ex p li q u é es p ar u ne au t r e h é t é r o g é né i t é i no b s er v ab le c o r r é lé e av ec la p er t u r b at i o n u i D ans c e c as, la c o ndi t i o n de mo ment Ex i u i 0 n es t p as v ali de et les v ar i ab les x s o nt endo g ènes L es t i mat eu r des M C O c o nv er g e v er s u ne v aleu r di f f é r ent e de la v r ai e v aleu r du p ar amèt r e : p li m 1 n Ex i x i Ex i u i I l y a do nc biais d e n do g é n é it é S ans i nf o r mat i o n s u p p lé ment ai r e s u r les mo ment s Ex i u i, i l es t i mp o s s i b le d aller p lu s lo i n Les t es t s d ex o g é né i t é r ep o s ent s u r l e x ist e n c e de v ar iabl e s in st r u m e n t al e s (v o i r c o u r s de 2ème anné e) 3

4 Autre m a n i è re d e p ré s en ter c e p ro b l è m e: l é q u a t i o n (1) e s t la f o r m e r é du i t e o u s em i -s truc turel l e d u n m o dè le p lu s g é n é r a l: y i x i u i x i z i v i V a r i a b le s e x o g è n e s : z V a r i a b le s e n do g è n e s : x O n c o m p lè t e do n c le m o dè le e n f a i s a n t l h y p o t h è s e q u e : E z u E z v 0 L i de n t i f i c a t i o n de s p a r a m è t r e s p r o c è de de s r è g le s dé v e lo p p é e s da n s le c h a p i t r e 2 C o m m e o n e x c lu t le s v a r i a b le s z de l é q u a t i o n d i n t é r ê t, la r è g le d i de n t i f i c a t i o n e s t c e lle de s é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s K 1 L K 2 4

5 Le t est d ex o g é né i t é p eu t s a p p l i q u er à n i m p o r t e q u el m o dè l e l i né a i r e p e r m e t d e s a v o i r Il : 1. si les variables explicatives sont exogènes ou non dans l équation d intérêt 2. si les deux conditions de validité des variables instrumentales sont vérifiées: non corrélation des VI avec les erreurs capacité de prédire les variables explicatives O b j e c t i f s d u c h a p i t r e : 1. exposer le principe du test d exogénéité de variables explicatives 2. présenter le principe des tests de validité des variables instrumentales 5

6 1. Test d exogénéité 1.1. Présentation Supposons q ue l on di spose de de ux g r oupe s de r é g r e sse ur s L e m odè le s é c r i t a lor s c om m e sui t : y i x 1i 1 x 2i 2 u i (2) x 1i v e c t e ur de K 1 v a r i a b le s x 2i v e c t e ur de K 2 v a r i a b le s K K 1 K 2 O b j e c t i f : t e st e r q ue le s v a r i a b le s x 1i sont endogènes sous l h y pot h è se m a i nt e nue q ue le s v a r i a b le s x 2i sont ex ogènes C e t t e h y pot h è se se f a i t sa ns pe r t e de g é né r a li t é pui sq ue le nom b r e d e x og è ne s pe ut ê t r e nul (K 2 0) 6

7 On c o m p lè t e l équation d intér ê t (2) p a r la f or m e r éduite du s y s t è m e, q u i e x p r i m e le s v a r i a b le s p o t e nt i e lle m e nt e ndo g è ne s c o m m e f o nc t i o n de t o u t e s le s v a r i a b le s e x o g è ne s z i x 2i : x 3i o ù x 3 s o nt de s v a r i a b le s e x o g è ne s n a p p a r a i s s a nt p a s da ns l é q u a t i o n d i nt é r ê t (2) F or m e r éduite : x 1i z i 1 v 1i x 1i v e c t e u r de di m e ns i o n 1, K 1 z i v e c t e u r de di m e ns i o n 1, K 2 K 3 1 m a t r i c e de di m e ns i o n K 2 K 3, K 1 L e x og énéité de s v a r i a b le s z i s e t r a du i t i c i p a r : Ez i u i Ez i v 1i 0 7

8 Par so u c i de si m p l i f i c at i o n, o n su p p o se au ssi q u e : E u i u i z i v 1i v 1i L e n do g é n é i t é é v e n t u e l l e de s v ari ab l e s x i se t radu i t m ai n t e n an t e n t e rm e de s covariances ent re t erm es d erreu rs dans l es deu x é q u at ions p u i sq u e : Ex 1i u i E 1 z i u i v 1i u i Ev 1i u i u v o ù e st u n v e c t e u r de di m e n si o n K 1, 1 (so u s-v e c t e u r de l a m at ri c e L h y p o t h è se d e x o g é n é i t é de s v ari ab l e s x 1i s é c ri t do n c au ssi c o m m e : u v 0 8

9 1.2. Construction du test Soit l a m a tr ic e d e v a r ia n c e s -c ov a r ia n c e s d e v 1i (s ou s -m a tr ic e d e l a m a tr ic e : Ev 1i v 1i z i 1 a v e c d im 1 K 1, K 1 O n p e u t tou j ou r s é c r ir e l a r é g r e s s ion l in é a ir e p r ob a b il is te : u i v 1i i a v e c Ev 1i i 0 E n e f f e t, c e tte d e r n iè r e c on d ition im p l iq u e q u e : Ev 1i u i Ev 1i v 1i Ev 1i i Ev 1i v 1i 9

10 e t Donc, p a r dé f i ni t i on: 1 1 uv R é ci p r oq u e m e nt, si 1 1 uv i u i v 1i, a lor s la condi t i on de m om e nt Ev 1i 1 i Ev 1i u i v 1i uv 1 1 uv 0 e st v é r i f i é e. N ot ons q u e l h y p ot h è se d e x og é né i t é de x 1i : uv 0 p e u t m a i nt e na nt s é cr i r e 0 10

11 On no t e r a a u s s i q u e : Ez i i Ez i u i v 1i 0 E i 2 z i Eu i v 1i u i v 1i z i 2 Eu i Eu i v 1i Ev 1i u i Ev 1i v 1i uv 1 1 uv 1 2 u uv 1 1 uv Ev 1i i z i 0 S u p p o s o ns q u e l o n c o nna i s s e le p a r a m è t r e 1, c o e f f i c i e nt de la r é g r e s s i o n li né a i r e de s v a r i a b le s x 1i s u r le s v a r i a b le s e x o g è ne s z i On p e u t do nc c a lc u le r la v a le u r de s p e r t u r b a t i o ns v 1i x 1i z i 1 On p e u t a lo r s r é é c r i r e l é q u a t i o n d i nt é r ê t (2): y i x 1i 1 x 2i 2 u i x 1i 1 x 2i 2 v 1i i (3) 11

12 Montrons q u e l e s c ondi ti ons de v a l i di té d u ne e sti m a ti on de (3) p a r l e s MC O sont re m p l i e s I l f a u t s a ssu re r q u e l a c ov a ri a nc e du te rm e d e rre u r i e t de s di v e rs O r ré g re sse u rs e st nu l l e Ev 1i i 0 e t Ez i i 0 C om m e x 2i e st u n sou s-e nse m b l e de s v a ri a b l e s z i, Ex 2i i 0 F i na l e m e nt: Ex 1i i E 1 z i i v 1i i 0 L e sti m a ti on de 1, 2 e t p a r l e s MC O e st donc c onv e rg e nte 12

13 Remarque: l é quat i o n (2) y i x 1i 1 x 2i 2 u i (2) o met un t erme v 1i qui es t c o rré lé aux v ari ab les ex p li c at i v es i nc lus es d ans l é quat i o n: Ex 1i v 1i E 1 z i v 1i v 1i v 1i 1 c arez i v 1i 0 s auf s i 0 L e biais d e n do g é n é it é d ans l es t i mat i o n p ar M C O d e (2) p eut ai ns i s e c o mp rend re c o mme un b i ai s d û à l o m issio n de v ar iabl e s P ro b lè me: 1 n es t p as c o nnu. I l es t d o nc i mp o s s i b le d e c alc uler les p ert urb at i o ns v 1i N é anmo i ns no us p o uv o ns o b t eni r un e st im at e u r c o n v e r g e n t d e 1 p ar les M C O que l o n no t e 1n P ri nc i p e d e la p ro c é d ure: remp lac er les v ari ab les i nc o nnues v 1i p ar les v ari ab les ap p ro c h é es, les ré s i d us v 1i 13

14 Cette p r o c é d u r e es t c o n n u e c o m m e l a procédure de H ol l y-s a rg a n : 1. 1ère étape : Régresser les variables potentiellement endogènes x 1i sur les variables exogènes z i pour estimer les paramètres ème étape : Construire les résidus de cette régression v 1i x 1i z i 1 et estimer par MCO le modèle auxiliaire: y i x 1i 1 x 2i 2 v 1i i Soit n l estimateur MCO de et V n un estimateur de sa variance asymptotique 3. 3ème étape : Construire la statistique de Wald (4) W n n n V 1 n n associée à l hypothèse nulle 0 Rejeter l hypothèse nulle à un niveau si W n est supérieure au quantile d ordre 1 d une loi du à 2 K 1 degrés de liberté 14

15 Proposition: L a s t at i s t i q u e de W ald W n c o n v e r g e e n di s t r i b u t i o n s o u s l h y p o t h è s e n u lle v e r s u n e v ar i ab le alé at o i r e do n t la di s t r i b u t i o n e s t u n e lo i du 2 à K 1 de g r é s de li b e r t é A v an t de p r o u v e r c e t t e p r o p o s i t i o n e t p o u r la s i m p li f i e r, o n n o t e r a u n e proprié té r e m ar q u ab le de l e s t i m at e u r de s M C O de l é q u at i o n (4) C o m m e x 1i x 1i v 1i o n p e u t r é é c r i r e (4) c o m m e : y i x 1i 1 x 2i 2 v 1i 1 i O n r e m q u e r s q u e n u x g r o u p e s r é g r e s s e u r s n e p t e t t r e p t ar alo l o a de de x 1i, x 2i ) d u ar, v 1i d au ar O r, p ar c o n s t r u c t i o n, c e s de u x g r o u p e s de r é g r e s s e u r s s o n t o r t h o g o n au x e n t r e e u x : X 1 V 1i 0 e t X 2 V 1i 0 15

16 Les esti m a teu r s M C O des c o ef f i c i en ts des deu x g r o u p es de r é g r esseu r s p eu v en t do n c ê tr e o b ten u s p a r les deu x r é g r essi o n s a u x i li a i r es: y i x 1i 1 x 2i 2 1i y i v 1i 1 2i I l f a u t a lo r s r em a r q u er q u e l esti m a teu r M C O des c o ef f i c i en ts du p r em i er m o dè le est p a r c o n str u c ti o n l esti m a teu r D M C de l é q u a ti o n d i n té r ê t: c et esti m a teu r est c o n v er g en t et o n c o n n a i t sa lo i a sy m p to ti q u e Les esti m a teu r s de 1 et 2 du m o dè le (4) so n t do n c c o n v er g en ts I l n o u s r este à m o n tr er q u e l esti m a teu r du p a r a m è tr e est convergent et m o n tr er q u e sa lo i a sy m p to ti q u e est la m ê m e q u e da n s le c a s o ù les p er tu r b a ti o n s v 1i so n t c o n n u es C ette dé m o n str a ti o n est u ti li sé e c o m m e u n ex em p le de r a i so n n em en t a sy m p to ti q u e u su el en é c o n o m é tr i e 16

17 1.3. Preuve de la proposition Principe de la preu v e: m o nt rer q u e l erreu r de m es u re v 1i v 1i f ait e s u r le ré g res s eu r v 1i n a pas d im pact s u r les pro prié t é s de l es t im at eu r de Po u r allé g er les no t at io ns, o n s e placera dans le cadre s im plif ié o ù o n v eu t es t im er u n m o dè le : y i v 1i i (5) av ec v 1i v ariab le u nidim ens io nnelle no n o b s erv ab le O n dis po s e d u ne es t im at io n de v 1i par le ré s idu d u n m o dè le au x iliaire: x 1i z i 1 v 1i O n a par h y po t h è s e Ev 1i i 0 17

18 e t On s u p p o s e q u e l e s t i m at e u r 1n e s t c o nv e r g e nt e t d e lo i as y m p t o t i q u e : n 1n 1 d ˆ N0, V n e s t i m e d o m o d è p r o c h é e r e m p r é g r e s s e u r i o p r é g r e s s e u r o t r u i t On nc le le ap n laç ant le nc nnu ar le c ns v 1i : y i v 1i i i i v 1i v 1i Or c o m m e v 1i x 1i z i 1 v 1i x 1i z i 1n o n a : i i z i 1n 1 18

19 L e s t i m at e u r de s M C O de (5) e s t do n n é p ar : n V 1 V V 1 V 1 1 V 1 Y 1 1 V 1 V 1 V 1 V 1 1 V 1 V V V 1 Z 1n 1 V 1 V 1 1 V 1 (6) p u i s q u e V 1 Z 0 p ar c o n s t r u c t i o n P o u r é t u di e r la c o n v e r g e n c e de c e t e s t i m at e u r, o n do i t c o n t o u r n e r la di f f i c u lt é du e à l u t i li s at i o n d u n r é g r e s s e u r c o n s t r u i t v 1i à la p lac e de v 1i O r : V 1 V 1 Z 1n 1 O n a au s s i p ar c o n v e r g e n c e de l e s t i m at e u r : p l i m 1n 1 0 n 19

20 e t Il e s t a lo r s i m m é di a t de m o n t r e r q u e s o u s le s h y p o t h è s e s du m o dè le : plim n V 1 V n 1 plim n V 1 V 1 n plim n V 1 n plim n V 1 n 0 L e s t i m a t e u r de s M C O s u r le m o dè le a u x i li a i r e a v e c r é g r e s s e u r c o n s t r u i t e s t do n c c o n v e r g e n t e n u t i li s a n t (6) : p li m n p li m V 1 V 1 1 V 1 n n P o u r é t u di e r la lo i a s y m p t o t i q u e de c e t e s t i m a t e u r, o n n o t e r a d a b o r d q u e p a r h y p o t h è s e : n V 1 d n ˆ n N0, V 0 P a r a i lle u r s 1n 1 Z Z 1 Z X 1 1 Z Z 1 Z V 1 V 1 V 1 ZZ Z 1 Z V 1 20

21 Donc n V 1 n n V 1 n n V 1 P Z n O r com m e la d i m e ns i on d e z e s t f i x e, e t com m e Ez v 1 0, la d e u x i è m e q u a nt i t é à d r oi t e conv e r g e e n p r ob a b i li t é v e r s 0 e t d onc: n V 1 d n ˆ n N0, V 0 A i ns i n n n V 1 V n 1 1 V 1 n d ˆ n N0, V où V Ev 1i v 1i 1 V 0 Ev 1i v 1i 1 C onclu s i on: la m a t r i ce d e v a r i a nce cov a r i a nce a s y m p t ot i q u e d e l e s t i m a t e u r n e s t la m ê m e q u e s i on a v a i t u t i li s é le r é g r e s s e u r or i g i na l a u li e u d u r é g r e s s e u r cons t r u i t 21

22 2. Test de restrictions suridentifiantes 2.1. Enoncé du problème Supposons q ue l e m odè l e s é c r iv e sous une f or m e un peu pl us g é né r a l e: y i x i u i x i z i v i où des v a r ia b l es peuv ent ê t r e c om m unes à x et à z (l es v a r ia b l es x 2 de l a sec t ion pr é c é dent e) Si c el a est l e c a s, l es é q ua t ions c or r esponda nt à l a deux iè m e pa r t ie du m odè l e (x i z i v i ) s é c r iv ent c om m e des ident it é s (i.e. x 2 x 2 ) sa ns t er m es d er r eur s et en c ont r a ig na nt l es pa r a m è t r es 22

23 K : n o m b r e de v a r i a b l e s da n s x L : n o m b r e de v a r i a b l e s da n s z H y p o t h è s e : l e s c o n di t i o n s de r a n g s o n t s a t i s f a i t e s : r g E x i x i K e t r g E z i z i L L a condition d or dr e p ou r l ide ntif ica tion d u n t e l s y s t è m e e s t L K E n e f f e t, s o i t K 1 l e n o m b r e de v a r i a b l e s e n do g è n e s da n s x e t do n c K K 1 l e n o m b r e de v a r i a b l e s e x o g è n e s da n s x L e n o m b r e de v a r i a b l e s e x o g è n e s e x c l u e s de l a p r e m i è r e é q u a t i o n e s t do n c L K K 1, s o i t L K K 1 K 1, c e q u i p r o u v e l e r é s u l t a t S i L K e t l a c o n di t i o n de r a n g e s t s a t i s f a i t e, o n n e p e u t a l l e r b e a u c o u p p l u s l o i n 23

24 Par c o nt re s i L K, o n di s p o s e de p lu s de v ari ab le s e x o g è ne s q u i l n e s t né c e s s ai re L é q u at i o n d i nt é rê t e s t s u ri de nt i f i é e e t o n di t q u e l o n di s p o s e de re s t ri c t i o ns s u ri de nt i f i ant e s C e lle s -c i s o nt s i m p le m e nt le s c o nt rai nt e s d e x c lu s i o n s u p p lé m e nt ai re s q u e l o n a i m p o s é s u r le s y s t è m e O n p o u rrai t e n e f f e t re lâ c h e r au m o i ns u ne h y p o t h è s e d e x c lu s i o n d u ne v ari ab le z de l é q u at i o n d i nt é rê t s ans v i o le r la c o ndi t i o n d o rdre p o u r l i de nt i f i c at i o n du s y s t è m e Tests d i r ec ti o n n el s: Pe u t -o n re lâ c h e r c e rt ai ne s c o ndi t i o ns d e x c lu s i o n (re s t ri c t i o ns a p ri o ri ) s ans af f e c t e r l i de nt i f i c at i o n de s p aram è t re s? Test d e S a r g a n (p lu s g é né ral): s i o n n a p as de t e lle s re s t ri c t i o ns a p r i o r i, c e q u i e s t le c as le p lu s c o u rant 24

25 2.2. Test directionnel On se p lac e dans le c as o ù la c o ndi t i o n d o r dr e e st sat i sf ai t e L K e t o n su p p o se q u e la c o ndi t i o n de r ang l e st au ssi S u p p o so ns q u e l o n ai t e x c lu à t o r t u ne v ar i ab le z 1 de l é q u at i o n d i nt é r ê t : y x z 1 u x z v L h y p o t h è se d e x c lu si o n de la v ar i ab le z 1 de l é q u at i o n d i nt é r ê t s é c r i t alo r s 0 : t e st t r è s f ac i le à m e t t r e e n o e u v r e N é anm o i ns, c e t e st a le dé f au t de ne p as p o u v o i r ê t r e u t i li sé p o u r p lu si e u r s r e st r i c t i o ns su r i de nt i f i ant e s p u i sq u e le s t e st s p o u r di f f é r e nt e s v ar i ab le s i nst r u m e nt ale s ne so nt p as i ndé p e ndant s 25

26 Les r é g i o n s c r i t i q u es de r ej et de c es p r o c é du r es de t est so n t i n t er dé p en dan t es I l n e p eu t en f ai t s ap p li q u er q u e si o n a des a p r i o r i f o r t s su r l o r dr e dan s leq u el do i v en t se f ai r e c es t est s O n do i t su p p o ser q u e l o n a c h o i si u n o r dr e a p r i o r i des v ar i ab les ex o g è n es su i v an t le n i v eau de c o n f i an c e q u e l o n ac c o r de à leu r ex c lu si o n de l é q u at i o n d i n t é r ê t S o i t p ar ex em p le l o r dr e z 1, z 2,..., z L O n ado p t er a alo r s la dé m ar c h e su i v an t e: 1. on teste l exclusion de z 1 2. si elle est acceptée, on s arrête 3. sinon, on teste l exclusion de z 2 4. etc., jusqu à arrêt de l algorithme ou violation de la condition d ordre 26

27 e t 2.3. Test de Sargan Proposition: S o i t t u n v e c t e u r d e M v a r i a b le s a lé a t o i r e s c o m b i n a i s o n s li n é a i r e s d e s v a r i a b le s z. C e s v a r i a b le s s o n t s u p p o s é e s n o n c o li n é a i r e s e t d o n c M L. S o i t P T le p r o j e c t e u r o r t h o g o n a l, d é f i n i d a n s R n, s u r l e s p a c e e n g e n d r é p a r le s v a r i a b le s T, o ù T s o n t le s r é a li s a t i o n s d e t d e d i m e n s i o n n, M. A lo r s P T TT 1 T T 1 2 U P T U d ˆ n 2 M Pre u v e : S o u s c e r t a i n e s c o n d i t i o n s s u p p o s é e s s a t i s f a i t e s, la lo i f a i b le d e s g r a n d s n o m b r e s d o n n e : T U n P Et i u i 0 n e t p a r u n t h é o r è m e c e n t r a l li m i t e : 27

28 n T U n 0 d ˆ N 0, Et i u i u i t i n o ù Et i u i u i t i 2 Et i t i D o n c : 1 Et i t i 1/2 T U d ˆ N0, I M n 2 n E n p r e n a n t l a n o r m e e u c l i d i e n n e d e c e v e c t e u r, o n o b t i e n t : 1 n 2 U TEt i t i 1 T U d ˆ n 2 M p u i s e n r e m p l a c a n t l e t e r m e c e n t r a l p a r s a c o n t r e p a r t i e e m p i r i q u e q u i e n e s t u n e s t i m a t e u r c o n v e r g e n t : 1 n 2 U T T T n 1 T U d ˆ n 2 M 28

29 Donc 1 2 U P T U d ˆ 2 M n Cas p ar t i c u l i e r : T Z 1 2 U P Z U d ˆ n 2 L C ons i d é r ons m a i nt e na nt l a s t a t i s t i q u e d e t e st d e S ar g an : S U P Z U 2 où U s ont l e s r é s i d u s ob t e nu s p a r l a m é t h od e d e s DM C : U Y P Z X Y P Z XX P Z X1 X P Z Y X P Z X U P Z XX P Z X1 X P Z U M Z X M P Z X U 29

30 ù d o P Z U P Z M P Z XU c a r P Z M Z 0 S o i t Q P Z M P Z X le p r o j e c t e u r s u r l e s p a c e i n c lu s da n s l e s p a c e e n g e n dr é p a r le s v a r i a b le s Z e t o r t h o g o n a l à P Z X S o i t T u n e b a s e de c e t e s p a c e de di m e n s i o n : di m Z di m P Z X L K D o n c, s o u s l h y p o t h è s e n u lle H 0 : S U P Z U 2 U QU 2 d ˆ n H 0 2 L K R é g i o n c r i t i q u e du t e s t : W S F 1 2 L K o ù F 1 dé n o t e le f r a c t i le d o r dr e 1 30

31 Deux r em a r q ues f i n a l es : 1. il y a équivalence entre cette procédure et la procédure qui consiste à inclure les variables T dans la régression : Y P Z X. T U T et à tester l hypothèse 0 2. la statistique de Sargan s obtient facilement par l intermédiaire d une régression auxiliaire des résidus des DMC sur les variables z : û i z i i P r euv e : s o i t l e R 2 d e c e t t e r é g r e s s i o n : R 2 Z Z U ZZ Z 1 Z U U U U U 31

32 p Donc: R 2 U P z U S. 2 U U U U P os ons S nr 2. Com m e l i m n U U n 2 le s s t a t i s t i q u e s S e t S s ont a s y m p t ot i q u e m e nt é q u i v a le nt e s Donc s ou s l h y p ot h è s e nu lle : S nr 2 d ˆ n 2 L K H 0 C e s t ce d e r ni e r t e s t q u i e s t u t i li s é e n p r a t i q u e p u i s q u i l e s t f a ci le à m e t t r e e n oe u v r e e n u t i li s a nt u n log i ci e l d e r é g r e s s i ons 32

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

Cisco T e l e p r e se n ce n ou v e l l e e x p ér ie n ce col l a b or a t ion : u n e d e Mathieu in tr at Sales Business ev elo ent anag er unic at io ns nif iées in tr at@ is 2 5 Mar s 2 0 0 8 1 Cisco

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Intervention du 29 Avril 2004 9 h 15 10 h 45 M. Sébastien Bahloul Chef de projet Expert Annuaire LDAP bahloul@linagora.com OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Plan

Plus en détail

édito 3 enjeux Cyril GAYSSOT Vice-Président de l UNEA Union Nationale des Entreprises Adaptées

édito 3 enjeux Cyril GAYSSOT Vice-Président de l UNEA Union Nationale des Entreprises Adaptées Opcalia / UNEA - Décembre 2014 tr ep ri se s Ad ap té es In 2 for Un filiè ma e re tiq de s p u m ou e, V an r ie Po de de d p rt e de no es b & rs rai u â va v ti év pe t le ea m ol ct ur ux en ut iv

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

L architecture en action

L architecture en action L AE au service de l efficacité de l entreprise - 2008 Communication, reproduction ou utilisation interdites sauf autorisation préalable d Arismore. No communication, reproduction or use without prior

Plus en détail

BOURSE DIRECT INTRODUCTION AU NOUVEAU MARCHE DE LA BOURSE DE PARIS. Le 10 novembre 1999 PROSPECTUS DEFINITIF

BOURSE DIRECT INTRODUCTION AU NOUVEAU MARCHE DE LA BOURSE DE PARIS. Le 10 novembre 1999 PROSPECTUS DEFINITIF BOURSE DIRECT Prospectus définitif mis à la disposition du public à l occasion d un Placement Garanti et d une Offre à Prix Ferme de 1 000 000 actions, dont 800 000 actions nouvelles provenant d une augmentation

Plus en détail

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr 1 Logo de l Université Université: IBN TOFAIL Établissement: Ensemble des établissements de l université http://www.univ-ibntofail.ac.ma Présentation du CRU de l UIT Auteur

Plus en détail

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION Alberto Escudero Pascual Ce que cette unité vous dit... Un budget n'est pas une requête pour du financement... Un bon plan nécessite un bon budget... Un bon budget montre

Plus en détail

Le 13 janvier 2015. L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite

Le 13 janvier 2015. L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite Le 13 janvier 2015 L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite Ouv e rture d un é ta blis s e me nt re c e v a nt du public ( ERP) Les établissements recevant du public (ERP) sont soumis

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires Les soussignés : Contrat d'association avec mise en commun des honoraires 1) nom, prénom, qualification professionnelle, adresse privée, matricule national, code médecin personnel 2) etc. ont convenu d'établir

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Du côté de la Recherche > Managemen t de projet : p1 L intégration des systèmes de management Qualité -Sécurité- Environnement : résultats d une étude empirique au Maroc Le co ntex te d es p roj et s a

Plus en détail

TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE

TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE SY YSTÈ M E D ID ENT IFI CAT ION SYS T ÈME D IDENTIFICATION SYSS T È M E D IDE N T I F ICATI O N A U D I T SY ST ÈM E DE VERROUILLAGE RO SYSTÈM ÈME D E V

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Les centres de co nta cts m u l ti ca na u x Philippe M o u ret Pro du c t Sa les Spec ia list C o n t a c t C en t er Tec hn o lo g ies phm o u ret @ c isc o. c o m P r e s e n t a t i o n _ I D 2 0 0

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu www.mercator.eu Elargissez l horizon de votre gestion Mercator se profile comme la solution de gestion commerciale et de comptabilité alliant simultanément les avantages de la solution informatique standard

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Corba avec Java et C++ 2004 Jean Marc Vanel Transiciel Sogeti

Corba avec Java et C++ 2004 Jean Marc Vanel Transiciel Sogeti Corba avec Java et C++ 2004 Jean Marc Vanel Transiciel Sogeti 1 1 Contenu et déroulement 2 Plan Partie 1: survol vision Corba mise en oeuvre de Corba liaison et transport dans Corba services «communs»

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au Chais M agelis - 2003/ 2006 M aît r ise d ouv r age déléguée Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au sein de laquelle

Plus en détail

Notice d'exploitation

Notice d'exploitation Notice d'exploitation Equipement de Contrôle et de Signalisation incendie ECS 80-4 ECS 80-4 C ECS 80-8 ECS 80-8 C Sommaire Introduction...3 Maintenance...4 Commandes et signalisations utilisateur...6 Commandes...7

Plus en détail

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES Ministère de l Éducation TA B L E D E S M AT I È R E S 2 I N T RO D UC TI ON E T C O N T EX T E Q

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

B0986 / B1180 FIAT B0987 RENAULT B1002 OPEL B1044 / B1179 CITROEN B1066 PEUGEOT C178 GRUNDERCO E072 SPIE-CEGELEC-FENWICK

B0986 / B1180 FIAT B0987 RENAULT B1002 OPEL B1044 / B1179 CITROEN B1066 PEUGEOT C178 GRUNDERCO E072 SPIE-CEGELEC-FENWICK Etat des lieux et perspectives Bruno Vercoutter ST/MA Ag enda État des lieux de la GMAO C o n tr ain tes ac tuelles L é v o lutio n du lo g ic iel de GMAO - MP 5 > D 7 i N o uv eaux b eso in s P er sp

Plus en détail

III SERVICES DE L ÉTAT

III SERVICES DE L ÉTAT III SERVICES DE L ÉTAT Page 189 sur 406 SERVICES DE L ÉTAT DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE Page 190 sur 406 ARRÊTÉ n 2010-10106 Arrêté fixant le montant de la DGF 2010 pour AAA VU le code

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

Séance 2.3 Partie 2 Étude de cas #2. Présentation: 2.3b (#2) SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL

Séance 2.3 Partie 2 Étude de cas #2. Présentation: 2.3b (#2) SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL Module 2: Planification, conception, évaluation et mise en œuvre Analyse économique d'un projet routier d'accès de base en milieu rural: Andhra Pradesh,

Plus en détail

Automatisation. Industrialisation des tests

Automatisation. Industrialisation des tests Module C : Industrialisation des tests Industrialisation des tests V1.1. VERIFIER.VALIDER ALTRAN CIS, de l assurance Qualité à l assurance de la qualité le lien et la de l automatisation des automates

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

Philippe-Didier GAUTHIER

Philippe-Didier GAUTHIER -Didier Ingénierie, Management, Administration en Éducation et Formation 1 - Parcours professionnel 2 - Projet professionnel 3 - Missions et interventions Portfolio Numérique : - Didier Parcours professionnel

Plus en détail

Modèles GARCH et à volatilité stochastique Université de Montréal 14 mars 2007

Modèles GARCH et à volatilité stochastique Université de Montréal 14 mars 2007 Université de Montréal 14 mars 2007 Christian FRANCQ GREMARS-EQUIPPE, Université Lille 3 Propriétés statistiques des modèles GARCH Outline 1 Identification 2 Test de bruit blanc faible Test d homoscédaticité

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

Durée de L épreuve : 2 heures. Barème : Exercice n 4 : 1 ) 1 point 2 ) 2 points 3 ) 1 point

Durée de L épreuve : 2 heures. Barème : Exercice n 4 : 1 ) 1 point 2 ) 2 points 3 ) 1 point 03 Mai 2013 Collège Oasis Durée de L épreuve : 2 heures. apple Le sujet comporte 4 pages et est présenté en livret ; apple La calculatrice est autorisée ; apple 4 points sont attribués à la qualité de

Plus en détail

VERS UNE POLITIQUE NUMÉRIQUE EUROPÉENNE?

VERS UNE POLITIQUE NUMÉRIQUE EUROPÉENNE? 5èmes Rencontres parlementaires sur la Société de l information et l Internet «La s o c ié té d e l in fo rm at io n e u ro p é e n n e e xige d è s au jo u rd 'h u i : - Un e gran d e am b itio n p o

Plus en détail

International : les références d Ineo Systrans

International : les références d Ineo Systrans International : les références d Ineo Systrans Ineo Systrans Références SAEIV* *Système d Aide à l Exploitation et d Information des Voyageurs ZONE EUROPE BELGIQUE Bruxe l les Liège Mons ROYAUME-UNI Edimbourg

Plus en détail

TSM EVOLUTION > SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE ADRESSABLE ET CONVENTIONNEL ADR

TSM EVOLUTION > SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE ADRESSABLE ET CONVENTIONNEL ADR SYSTÈME DE SÉCURITÉ INCENDIE www.marque-nf.com ADR > SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE ADRESSABLE ET CONVENTIONNEL TSM EVOLUTION LA SOLUTION ÉVOLU > 3 versions pré-équipées d ECS (Equipement de Contrôle et

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

P h i l h a r m o n i s

P h i l h a r m o n i s Adoptez un nouveau rythme pour vos placements P h i l h a r m o n i s NOTE D INFO R M ATI O N C o n t rat Collectif d assurance sur la vie à adhésion facultative L e s c a r a c t é r i s t i q u e s d

Plus en détail

Technique RSR. 27.6.08 /DCo

Technique RSR. 27.6.08 /DCo La : -35 collaborateurs -120 applications métiers -2 services de piquet -1 service desk commun avec la TSR -Un parc véhicule -Un parc de matériel extérieur -Une très forte diversité d outil et de connaissances

Plus en détail

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES Struc ture é c onom ique Un s e c te ur dom iné par le s TPE Le secteur du déménagement est caractérisé par son faible degré de concentration et son atomisation.

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Objectifs : Au cours de la dern ière ann ée d études, les cand idats ayant v alidé la to talité de s enseignements théoriques et

Plus en détail

Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille.

Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille. Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille. Symposium sur les Créneaux d'excellence québécois et les Pôles de compétitivité français Québec Mercredi

Plus en détail

TESTS PORTMANTEAU D ADÉQUATION DE MODÈLES ARMA FAIBLES : UNE APPROCHE BASÉE SUR L AUTO-NORMALISATION

TESTS PORTMANTEAU D ADÉQUATION DE MODÈLES ARMA FAIBLES : UNE APPROCHE BASÉE SUR L AUTO-NORMALISATION TESTS PORTMANTEAU D ADÉQUATION DE MODÈLES ARMA FAIBLES : UNE APPROCHE BASÉE SUR L AUTO-NORMALISATION Bruno Saussereau Laboratoire de Mathématiques de Besançon Université de Franche-Comté Travail en commun

Plus en détail

C H API T R E I. 1 Assuré(e) avec enfants : 148. 2 Assurés : 173. 2 Assurés : 203

C H API T R E I. 1 Assuré(e) avec enfants : 148. 2 Assurés : 173. 2 Assurés : 203 R E G L E M E N T M U T U A L IST E D E L A M U T U E L L E F A M I L I A L E D ES T R A V A I L L E URS DU G R O UPE SA F R A N M F T GS - SIR E N 785 196 155 C H API T R E I OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE

Plus en détail

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que E3A PC 29 Math A questions de cours. Soit C 2 M 3 (R) Analyse : Si C = S + A, S 2 S 3 (R) et A 2 A 3 (R) alors t C = t S + t A = S A d où S = 2 (C +t C) et A = 2 (C t C). L analyse assure l unicité (sous

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

VL I, Vla, Vl II. Cl, Fag, Tr, Vlc. Cr, Tp, Arpa, Cb. Thème de Carmen

VL I, Vla, Vl II. Cl, Fag, Tr, Vlc. Cr, Tp, Arpa, Cb. Thème de Carmen VL I, Vla, Vl II Cl, Fag, Tr, Vlc Thème de Carmen Cr, Tp, Arpa, Cb Moralès (imitant le jeune homme) n. 4, b. 71 Cigarières Vous trou ver i ci, quel bon heur! Dans l air nous sui vons des yeux la fu mé

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV SRXU &RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV (WXGH GHIDLVDELOLWpG XQHILOLqUHUpJLRQDOHLQIRUPDWLTXH HQ 2SHQ6RXUFH ª 6RPPDLUH / REMHWGHO pwxgh /HVSURMHWVHWDSSOLFDWLRQVHQ13'& /HVDWRXWVHWIDLEOHVVHVGHODUpJLRQ /HVFRQVWDWV

Plus en détail

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Valentin Patilea 1 Cesar Sanchez-sellero 2 Matthieu Saumard 3 1 CREST-ENSAI et IRMAR 2 USC Espagne 3 IRMAR-INSA

Plus en détail

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2 22 année 20/204 DM de synthèse 2 Exercice Soit f la fonction représentée cicontre.. Donner l'ensemble de définition de la fonction f. 2. Donner l'image de 4 par f.. a. Donner un nombre qui n'a qu'un seul

Plus en détail

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants 17.11.2008 Destinataires : Enseignants, Non-Enseignants et membres du CHSCT Objet : Le risque routier Conduire

Plus en détail

Introduction à l économétrie : Spécifications, formes fonctionnelles, hétéroscédasticité et variables instrumentales

Introduction à l économétrie : Spécifications, formes fonctionnelles, hétéroscédasticité et variables instrumentales Introduction à l économétrie : Spécifications, formes fonctionnelles, hétéroscédasticité et variables instrumentales Pierre Thomas Léger IEA, HEC Montréal 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 Spécifications

Plus en détail

Si la vie vous intéresse

Si la vie vous intéresse Si la ie ous intéresse paroles: J Pauze musique: J Pauze / M A Lépine ã 160 c c öguiõt aõcous fr ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ öõbõasse G 3fr fr fr Û Û ÛÛÛ Û Û Û ( ) 3 ~~ ÿ % % J'ais dans ouer un la monde

Plus en détail

L affirmation de soi Ni tyran, ni carpette

L affirmation de soi Ni tyran, ni carpette Raphaëlle GIORDaNO IzmI maei-cazali L affrma de N yra, carpee 3 ƒ Smmare p. 6 p. 8 p. 10 PrŽ face d dcer Clze Sade dõ Ž vl de lõ Hm aerv Le 10 cmmademe de lõ Hm aerv dée clef 1 : maëtriser le B.a.-Ba DE

Plus en détail

'installation technique oratoire de vérifica es audiométriques fo itutions seront CO

'installation technique oratoire de vérifica es audiométriques fo itutions seront CO La Société Suisse d'oto-rhino-laryngologie et de Chirurgie cervico-faciale (O déral des Assurances Sociales (OF se sont mis d'accord pour édicter rt. 1: Objet Cette convention règle l'ensemble des contrôle

Plus en détail

L équipement informatique pour le module EECA. Kit d enregistrement (KE) Description des pré-requis techniques et de configuration minimale

L équipement informatique pour le module EECA. Kit d enregistrement (KE) Description des pré-requis techniques et de configuration minimale M AT E R IEL L OG ICIEL D OC UM E N T AT ION 1 L équipement informatique pour le module EECA Kit d enregistrement (KE) Description des pré-requis techniques et de configuration minimale 1. Composition

Plus en détail

My World. Anywhere, Anytime, Anyhow

My World. Anywhere, Anytime, Anyhow My World. Anywhere, Anytime, Anyhow 1 Domaines d activité Nos domaines d activité 1. Recherche & Développement et commercialisation 1. Recherche & Développement et commercialisation de solutions et services

Plus en détail

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT «Le registre des modifications» UWE «90 minutes pour l environnement» DGO3 - DPA Mons Wavre - Jeudi 10 mai 2012. B. Bequet 1 Plan de l exposé

Plus en détail

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION Fiche pratique professionnelle du Synprefh Préparateur en pharmacie hospitalière Fiche pratique professionnelle INTRODUCTION En milieu hospitalier comme à l officine, les préparateurs en pharmacie sont

Plus en détail

logiciels Reconnus d Intérêts Pédagogiques, encyclopédies, dictionnaires, manuels scolaires,... ;

logiciels Reconnus d Intérêts Pédagogiques, encyclopédies, dictionnaires, manuels scolaires,... ; Les m od es d u tilisation d e l A ctiv board et d A ctiv stu d io M od e 1 A ctiv board, La palette g raph iq u e et sa sou ris...p2 A ctiv stu d io O u tils et g rand s principes...p3 M od e 2 A ctiv

Plus en détail

É í í Ö í í í Í ÍÍ Á Á ó Á Í ü í Ü Ü É É í í É ü TXUOGNAGE Courir ]Tst D u s p o r t a u t o m o b i ldea n s1 e s p a y sd e ' E s t i... D a n sn o t r e e n t o u r a g eq, u a n dn o u s e n p a r

Plus en détail

Membre. www.eve grenoble.org

Membre. www.eve grenoble.org Demo-TIC est une communauté d'usagers et de producteurs dans le domaine des T.I.C. (Technologies de l'information et de la Communication). Ses activités sont dédiées aux particuliers, aux associations,

Plus en détail

Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV

Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV BERGER Roland TRTE22L 1 TABLE DES MATIERES Table des matières p.2 Le p.3 Cisco Academy p.6 Schéma Réseau p.7 Téléphonie Réseau Téléphonique

Plus en détail

Structure des ordinateurs

Structure des ordinateurs Licence d Informatique Université d'aix-marseille II Département d'informatique re Session 98-99 Vendredi 30 avril 99 Structure des ordinateurs Durée de l' épreuve : 3 heures. Aucun document n'est autorisé.

Plus en détail

Chap 1 L Amortissement des immobilisations

Chap 1 L Amortissement des immobilisations Chap 1 L Amortissement des immobilisations Objectifs : Etre capable de 171 préparer les travaux de fin d'exercice collecter les informations d'inventaire établir les plans d'amortissement des immobilisations

Plus en détail

CERES logiciel de gestion commerciale pour négociants en vin

CERES logiciel de gestion commerciale pour négociants en vin CERES logicil gion commrcial pour négocian n vin. Gion complè acha vn : comman, rérvaion, gion courag commrciaux.. Moul campagn primur : piloag la campagn via un ablau bor prman viualir accér aux informaion

Plus en détail

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE :!"#!$%&'( 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01 2. MARCHE DE DEMBA DANS LE TERRITOIRE DE DEMBA (Lot 02 PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO %'

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Les solutions de c onf ér enc e a udio-v idéo c oup lées à la c olla b or a tion w eb Christophe Du b oq u et 1 Retrouvez chaque mois l actualité C isco sur C iscom ag, la n ew sletter de C isco F ran

Plus en détail

solutions : Quand un pro vous dit noir joue 1, on joue 1.

solutions : Quand un pro vous dit noir joue 1, on joue 1. Ctt wtt 24 t u u é, t uét vu vz u t t KGS t ux u uu. t été éé Du Hutu (7 yu) ét u u v. S u vu éutt ux : 3 uu u t ué u 2 tu v uu 2 yu à 2. Pu u L : xv F (3 yu). Pu u A : - Bu (7yu). Et u u V : u Hutu (7

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

formation expérience professionnelle logiciels

formation expérience professionnelle logiciels DA, création, retouche numérique, éxécution, connaissance de la chaîne graphique, maîtrise de la Creative Suite CS5, de l environnement Mac, gestion d automatisation de documents (catalogues, annuaires...).

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

huguesleclair@yahoo.ca - copyright SACEM Allant q = 63 SOPRANO ALTO TENOR BARYTON BASSE Bar. Que tout le long mes pas me por - tent

huguesleclair@yahoo.ca - copyright SACEM Allant q = 63 SOPRANO ALTO TENOR BARYTON BASSE Bar. Que tout le long mes pas me por - tent Poè Navajo SOPRANO ALTO TENOR BARYTON BASSE Alnt q = 6 à mémoire de JeanPaul Rioelle s as or s as or tout le long s as or Hugues Lecir 4 s as or t(ent)à cha re tour des sai sons Pour Pour re re 7 vien

Plus en détail