POINT SUR L EVOLUTION DE L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POINT SUR L EVOLUTION DE L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS"

Transcription

1 POINT SUR L EVOLUTION DE L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS MAI

2 SYNTHESE... 3 I. LE PLAN DE DEVELOPPEMENT DE LA GARDE D ENFANTS... 5 A. RAPPEL DES OBJECTIFS DU PLAN DE DEVELOPPEMENT DE LA GARDE D ENFANT (DGE) ET DES OUTILS MIS EN PLACE POUR EN ASSURER LE SUIVI Les objectifs Les modalités de suivi de l objectif... 5 B. LES MESURES MISES EN ŒUVRE ET LEURS RESULTATS EN MATIERE D'ACCUEIL COLLECTIF Les mesures mise en œuvre... 6 a) Les aides à l'investissement... 6 b) Les mesures visant à améliorer le taux d occupation des places Les résultats globaux... 9 a) L évolution totale du nombre de places... 9 b) L évolution du nombre d heures facturées et du nombre d enfants accueillis C. LES MESURES MISES EN ŒUVRE ET LEURS RESULTATS EN MATIERE D'ACCUEIL INDIVIDUEL Les mesures mises en œuvre vis-à-vis des assistants maternels a) Pour valoriser le métier d'assistant maternel b) Pour renforcer l'attractivité du métier c) Pour favoriser la rencontre entre l'offre et la demande d) Pour favoriser l'augmentation de l'activité des assistants maternels et harmoniser les pratiques e) Les maisons d'assistants maternels (MAM) Les résultats en matière d accueil individuel par des assistants maternels a) Les résultats globaux : une augmentation du nombre d enfants de moins trois ans accueillis légèrement inférieure aux objectifs b) Les résultats détaillés : une augmentation du nombre d enfants accueillis et du nombre d heures dus principalement à l accueil des enfants de trois à six ans D. LE PLAN «METIERS DE LA PETITE ENFANCE» E. DES ELEMENTS COMPLEMENTAIRES DE CONNAISSANCE SUR L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT Les nouveaux éléments disponibles sur les profils et caractéristiques des usagers des EAJE a) Les données de gestion de la Cnaf apportent certains éléments intéressants b) L'enquête Baromètre menée par la Cnaf auprès des EAJE Des éléments sur les rémunérations des assistants maternels La garde à domicile Les travaux lancés suite, notamment, aux recommandations du HCF II. L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS A L ECOLE PREELEMENTAIRE (OU MATERNELLE) A. ELEMENTS JURIDIQUES B. PERSPECTIVE HISTORIQUE ET SITUATION ACTUELLE C. IMPLANTATION TERRITORIALE De fortes disparités géographiques Une priorité aux écoles situées dans un environnement social défavorisé qui reste mal évaluée D. LES PREVISIONS ANNEXES

3 SYNTHESE En février 2010, le Haut conseil de la famille avait demandé qu on fasse un point régulier sur l évolution de l accueil des enfants de moins de trois ans. Le Conseil dans son avis avait considéré qu il fallait «atteindre au minimum les objectifs affichés en 2009 par le Gouvernement, soit places dont la moitié en accueil collectif d ici 2012, terme de la convention d objectif et de gestion (Cog) en cours avec la Cnaf». Il devrait s agir, selon le HCF, d une création «nette» qui ne serait pas annulée par la réduction de la préscolarisation des enfants de moins de trois ans sur la période d application de la Cog et qui n entrainerait pas de dégradation de la qualité de l accueil. Les tableaux ci-dessous présentent une synthèse des éléments disponibles début mai 2012 (ils n intègrent pas la garde à domicile qui n était pas couverte par le plan de ). Tableau 1 : Avancement du plan de développement de la garde d enfant (de moins de 3 ans) Objectif 2009 Réalisation 2009 Taux de réalisation 2009 Objectif 2010 Réalisation 2010 Taux de réalisation 2010 Objectif 2011 Réalisation 2011 Taux de réalisation 2011 Accueil collectif* % % % Dont nombre de places nouvelles % % % Dont augmentation de la fréquentation par place % % * 100% Accueil individuel % % % TOTAL % % % Destructions de places accueil collectif Sources : CNAF ACOSS Calculs secrétariat HCF Données 2011 provisoires, hors micro crèches financées par la PAJE (CMG structure). * les résultats pour 2011 de l augmentation de la fréquentation par place n étant pas disponibles, on a retenu à titre provisoire la moyenne des résultats 2009 et Ainsi, sur trois ans ( ) on observe : - une progression de du nombre de places en accueil collectif ( créations et destructions de places) ; - une progression de des «équivalents-places» liés à l optimisation ; - une progression de du nombre d enfants de moins de trois ans accueillis par des assistants maternels employés par des particuliers. Ces données peuvent être complétées par des éléments relatifs au nombre d heures d accueil facturées (pour les moins de 3 ans), indicateur plus représentatif de l offre d accueil effective : - l accueil collectif a permis 595 millions d heures d accueil en 2011 (données provisoire), soit une progression de 12,6% par rapport à 2008 ; - l accueil par des assistants maternels a permis 897 millions d heures d accueil en 2011, soit une progression de 12,2% par rapport à Tableau 2 : Evolution de la préscolarisation des enfants de moins de trois ans Rentrée 2008 Rentrée 2009 Rentrée 2010 Rentrée 2011 Evolution cumulée Effectifs Source : Ministère de l Education Nationale Dans le même temps, entre la rentrée scolaire 2008 et la rentrée scolaire 2011, on observe une diminution de du nombre d enfants de deux à trois ans scolarisés en école préélémentaire (avec enfants de moins de trois ans scolarisés à la rentrée 2011). 3

4 4

5 I. LE PLAN DE DEVELOPPEMENT DE LA GARDE D ENFANTS A. Rappel des objectifs du plan de développement de la garde d enfant (DGE) et des outils mis en place pour en assurer le suivi 1. Les objectifs L objectif quantitatif du plan de développement de la garde des enfants (DGE) est de créer solutions d accueil supplémentaires d ici afin de permettre aux parents de jeunes enfants de mieux concilier activité professionnelle et vie familiale. Cet objectif repose sur un constat : dans un environnement contraint, il est important d optimiser l offre existante (amélioration du ratio dépenses / solutions de garde). L objectif des solutions d accueil supplémentaires d'ici 2012 se décline ainsi en : places d accueil collectif : * places agréées PMI issues notamment des différents plans crèches pour la création de nouvelles places (dont places de crèches d entreprise, et places «innovantes» issues du Plan espoir banlieue, micro-crèche et jardins d éveil) ; * «équivalents places» issues de l optimisation de la fréquentation des places existantes et de l élargissement des plages horaires d accueil enfants supplémentaires de moins de trois ans gardés auprès des assistants maternels employés par des particuliers. On parle bien de places et d équivalents places dans un cas et d enfants dans l autre cas. La stratégie du Gouvernement consiste à développer quantitativement les modes d accueil en les diversifiant et en levant les freins à leur développement. 2. Les modalités de suivi de l objectif Un tableau de bord trimestriel permet de suivre l état d avancement du plan, avec des objectifs déclinés annuellement sur la durée de la COG ( ). Ce tableau de bord est élaboré à partir de données déclaratives collectées : - auprès de la branche famille pour l accueil collectif : les données sont issues du tableau mensuel de suivi alimenté par chaque CAF et agrégé par la CNAF. Elles sont présentées en valeur brute, c est-à-dire avant déduction du nombre de places supprimées. Le tableau de bord trimestriel est renseigné à partir de données provisoires qui deviennent définitives en juin de l année N+1 ; - auprès de l ACOSS - centre Pajemploi pour l accueil individuel : les données reposent sur les déclarations des parents employeurs d assistantes maternelles qui perçoivent le «complément libre choix du mode de garde» pour l'emploi d'une 1 Objectif annoncé par le Président de la République en février 2009 lors de son discours sur la politique familiale (augmentation et diversification de l offre de garde). 5

6 assistante maternelle dans le cadre de la Prestation d accueil du jeune enfant (Paje). Le tableau de bord de suivi de l accueil individuel est alimenté selon un rythme trimestriel renseigné sur la base d indicateurs mensuels. Il convient de souligner que l objectif de a été intégré parmi les indicateurs suivis dans le programme de qualité et d efficience (PQE) «famille», annexé au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), à compter du PLFSS pour B. Les mesures mises en œuvre et leurs résultats en matière d'accueil collectif 1. Les mesures mise en œuvre a) Les aides à l'investissement a1) Les "plans crèches" et les objectifs fixés dans le cadre du PQE famille 2012 L'objectif de création de places supplémentaires entre 2009 et 2012 repose en premier lieu sur les aides à l investissement prévues dans les «plans crèches» financés par la Cnaf. L'expression de "plans crèches" est de fait restrictive par rapport aux aides à l'investissement versées à des "crèches" mais également à des halte-garderie, multi-accueils, lieux d'accueil enfants-parents, lieux passerelles, relais assistantes maternelles ou jardins d'enfant. De plus, ces crédits d'investissement peuvent financer la création de places nouvelles mais également l'aménagement de places anciennes ou la transplantation d'équipements déjà existants. Une majorité des places ouvertes ou dont l ouverture est prévue entre 2009 et 2012 relèvent des plans antérieurs à la signature de la COG actuelle. Selon le PQE «famille» 2012, sur les places nouvelles devant être créées entre 2009 et 2012, places relèvent des anciens plans crèches lancés avant la COG et de structures dites "traditionnelles" dans le cadre du 7 ème plan crèches (Plan crèche pluriannuel d investissement , dit PCPI). En outre, qu elles bénéficient ou non d'un financement dans le cadre d un plan crèches, places attendues sont des places de crèches de personnel, des places dans les crèches hospitalières, et des places «innovantes» issues du Plan espoir banlieue, de micro-crèches et de jardins d éveil. Par ailleurs, places doivent provenir de l amélioration de la fréquentation des places. a2) La consommation et l'affectation des crédits des différents "plans crèches" 2 * Les différents Plans crèches 3 Depuis le premier plan d'aide à l'investissement (FIPE en 2001), le total cumulé des dépenses d'investissement dans les établissements d'accueil du jeune enfant est passé de 2,5 Mds au 31 2 Sur la base des éléments de suivi financier des plans crèches réalisés par la CNAF au 31/07/ Ces données ne concernent que les EAJE ayant bénéficié d'une aide à l'investissement dans le cadre d'un Plan crèche - Voir le détail en Annexe N 3. 6

7 juillet 2008 à 3,4 Mds 4 au 31 juillet Le total des nouvelles dépenses entre fin juillet 2008 et fin juillet 2011 s est donc élevé à 900 M. Le taux de cofinancement des CAF (Plans crèches et fonds locaux d'action sociale) a connu une diminution : il était de 39% pour les projets et est passé à 32% pour les aides à l'investissement versées entre mi 2008 et mi Sur la même période, le taux de cofinancement par les communes est passé de 36% à 29%, alors que le taux de cofinancement par les entreprises (privées ou publiques) est passé de 3% à 10% (Voir Annexe N 1). Les crédits d investissement ne sont pas intégralement dédiés à la création de places nouvelles. Ainsi depuis 2001, les plans crèches ont contribué pour 74% à la création de nouvelles structures, 17% à des aménagements de structures existantes et 9% à des transplantations (Voir Annexe N 2). Trois quart des aides à l investissement ont concerné des établissements multi accueil. Le coût moyen de création d'une place nouvelle en EAJE est de : autour de en multi accueil et crèche collective, autour de pour une halte-garderie, une micro crèche ou une crèche parentale. * Le PCPI Le PCPI (7 ème "Plan crèche") est doté d un montant prévisionnel de 660 M, soit 330 M sur la période de la COG ( ) si l on s appuie sur l hypothèse d une montée en charge linéaire. Les éléments disponibles sur l utilisation de ces fonds appellent les remarques suivantes : - en 2009 et 2010, 148 M ont été engagés 6, un résultat un peu inférieur à celui correspondant à une hypothèse de montée en charge linéaire (soit 82 M par an) ; - l évolution de l engagement des crédits sera à suivre avec attention au regard des objectifs initiaux. En effet, depuis 2000, les taux d engagement des différents Fonds d investissement pour la petite enfance ont dépassé 88% mais il faut noter leur diminution régulière (voir tableau en Annexe N 2) ; - en outre, une fois engagés, un certain nombre de projets peuvent être annulés : ainsi, entre fin décembre 2009 et fin décembre 2010, 137 projets, correspondant à la création de places, et à un montant d'aides à l'investissement de 21,2 M, ont été annulés. Si la tendance se poursuit, la répartition des places créées selon les différents plans pourrait être différente de l objectif affiché qui était celui de 60% de nouvelles places financées par le nouveau Plan crèche (PCPI). Les ouvertures de places en 2009 et 2010 ont très massivement été financées dans le cadre des anciens plans crèches qui ont connu des retards dans leur réalisation (80% des projets ouvrent après la date prévue). Sauf à ce que 80% de l objectif soit réalisé entre 2011 et 2012, il pourrait en être de même pour le nouveau Plan crèche qui prévoyait initialement le financement de places entre 2009 et En courants. 5 Alors que le socle de base de financement est passé de par place dans les premiers plans crèches à dans le PCPI. 6 Les montants décaissés ont été de 12,1 M. 7

8 Cette sous-consommation des crédits d'investissement, liée au fait que le PCPI a démarré moins rapidement que prévu, a conduit à une sous-consommation des crédits de fonctionnement (PSU, PSO 4-6ans et Contrat enfance jeunesse) qui a contribué à une sousconsommation du Fonds National d'action Sociale (FNAS) en 2009 et Par ailleurs, en 2009, places en EAJE ont ouvert en dehors d un plan crèche et, pour 2010, les prévisions sont de places hors plan crèche. Ces structures ont pu bénéficier d'aides à l'investissement financées par les CAF sur leur budget local d'action sociale. b) Les mesures visant à améliorer le taux d occupation des places Selon le PQE «famille» 2012, «l'augmentation de la fréquentation par place (AFP) résulte de l'accroissement du taux d'occupation et de l assouplissement des normes en structures collectives. Concrètement, cela peut se traduire de trois manières : - soit, à amplitude d ouverture égale et à nombre de places égal, par une augmentation du taux d occupation des places : un même enfant occupe sa place plus longtemps ou plusieurs enfants occupent la même place à des heures différentes ; - soit, à nombre de places égal, par une augmentation de l amplitude d ouverture journalière ou annuelle de la structure : de ce fait, un même enfant peut être accueilli plus longtemps ou de nouveaux enfants peuvent bénéficier d heures d accueil ; - soit, et c'est ce que peuvent mesurer les statistiques de la CNAF, par une augmentation des heures facturées aux parents (qu'ils aient ou non recours effectivement à une durée d'accueil plus longue). Cette stratégie d optimisation porte sur les anciennes places qui ont achevé leur phase de montée en charge et sur les places qui ont ouvert l année précédente et sont en train d achever leur montée en charge. Ce volume d heures supplémentaires facturées permet de calculer des «équivalents places». Cette amélioration des taux d occupation passe en premier lieu par une action des gestionnaires d établissements, dans le cadre du dispositif incitatif de financement mis en place avec la prestation de service unique. Elle s est également appuyée sur une évolution des textes encadrant les EAJE, avec le décret n du 7 juin 2010 relatif aux établissements et services d accueil des enfants de moins de six ans, qui avait pour objectif de fluidifier les procédures d instruction, de permettre une meilleure occupation des places disponibles, d assouplir les règles liées au personnel dans un contexte de tension de ces professions et de diversifier les formes d accueil pour mettre à disposition des usagers une offre adaptée à chaque territoire. 8

9 2. Les résultats globaux a) L évolution totale du nombre de places Globalement 7, le nombre de places ou équivalents places en EAJE classiques a progressé de près de entre 2008 et 2011, soit 94% de l objectif retenu. Le taux de réalisation de l objectif est de 91% pour la création de places nouvelles, et de 99% pour l augmentation de la fréquentation par place. Tableau 3 : Accueil collectif : résultats cumulés de 2008 à à 2011 Objectif Réalisation Taux de réalisation Accueil collectif* * 94% Dont nombre de places nouvelles % Dont augmentation de la fréquentation par place * 99% Sources : CNAF Tableau de bord Modes de garde - version du 02/04/2012 et calculs secrétariat HCF Données 2011 provisoires. Hors micro crèches financées par la PAJE (CMG structure). * les résultats pour 2011 de l augmentation de la fréquentation par place n étant pas disponibles, le secrétariat général du HCF a retenu à titre provisoire la moyenne des résultats 2009 et Le taux de réalisation de l objectif en matière de création de places nouvelles a diminué sur la période, passant de 99% en 2009 à 81% en A l inverse, le nombre d «équivalentsplaces» créées par l augmentation de la fréquentation a progressé entre 2009 et Tableau 4 : Avancement du plan de développement de la garde d enfant : accueil collectif Taux de Taux de Taux de Objectif Réalisation Objectif Réalisation Objectif Réalisation réalisation réalisation réalisation Accueil collectif* % % % Dont nombre de places % % % nouvelles Dont augmentation fréquentation % % * 100% par place Destructions places accueil collectif Sources : CNAF Tableau de bord Modes de garde - version du 02/04/2012 et calculs secrétariat HCF Données 2011 provisoires. Hors micro crèches financées par la PAJE (CMG structure). * les résultats pour 2011 de l augmentation de la fréquentation par place n étant pas disponibles, le secrétariat général du HCF a retenu à titre provisoire la moyenne des résultats 2009 et Si l on déduit des créations de places le nombre de places détruites, on obtient sur trois ans : - une progression de du nombre de places en accueil collectif ; - une progression de des «équivalents-places» liés à l optimisation ; - soit une progression totale de places ou équivalents-places en accueil collectif, qui s explique à 52% par l augmentation de la fréquentation par places et à 48% par la progression nette du nombre de places d accueil. 7 Le détail pour les structures spécifiques est présenté en annexe 4. 9

10 La mesure de l évolution des capacités d accueil par un nombre de places est cependant fragile, notamment parce qu elle repose sur une appréciation conventionnelle du nombre d équivalents-places. Ainsi, la destruction de places peut refléter une diminution de la capacité d accueil comme elle peut refléter une régularisation du nombre de places réellement ouvertes à l accueil compte tenu des professionnels en activité dans une structure. Dans ce dernier cas, on constate une diminution du nombre de places agréées qui ne correspond pas à une diminution des capacités d accueil. A l inverse, on enregistre une augmentation de la fréquentation par place qui ne correspond pas à une hausse de l offre d accueil. L évolution du nombre d heures donne un aperçu plus fidèle des capacités d accueil en établissement d accueil du jeune enfant (EAJE). b) L évolution du nombre d heures facturées et du nombre d enfants accueillis En 2011, d après les premières estimations provisoires de la Cnaf, 595 millions d heures d accueil ont été facturées en EAJE, la grande majorité concernant des enfants de moins de trois ans 8. Le nombre d heures facturées a cru de 67 millions depuis 2008, soit une hausse de 12,6%. Tableau 5 : Evolution du nombre d heures facturées en accueil collectif (provisoire) Nombre d'heures facturées 0-6 ans Evolution par rapport à l'année précédente Taux d'évolution par rapport à l'année précédente + 3,50% + 4,35% + 4,28% Source : CNAF, calculs SG HCF. Champ : France métropolitaine, heures facturées PS. Cette augmentation reflète à la fois la progression du nombre de places et l augmentation de la fréquentation par place. En effet, la progression du nombre d heures facturées (+12,6%) est deux fois plus rapide que celle du nombre de places agréées (+6,1%), en raison d une progression parallèle du nombre d heures facturées par place agréée, qui passe de heures facturées par an et par place en 2008 à en 2011, soit une progression de 6,2%. Tableau 6 : Evolution du nombre d heures facturées par place agréée Evolution (provisoire) 2011/2008 Nombre de places agréées ,1% Nombre d'heures facturées 0-6 ans ,6% Nombre d'heures facturées / place agréée ,2% Source : CNAF, calculs SG HCF. Champ : France métropolitaine, heures facturées PS. Cette augmentation du nombre d heures facturées par place, qui devra être confirmée lorsque les données définitives quant au nombre d heures et au nombre de places seront disponibles, a plusieurs explications possibles : 8 Données hors DOM. 10

11 - une meilleure utilisation des places d'accueil, avec l'articulation des temps de garde entre plusieurs enfants à temps partiel par exemple ; - un allongement de l'accueil effectif des enfants ; - une facturation plus systématique du temps où l'enfant est absent dans les faits mais où la place lui est réservée (en raison notamment d'un nombre d heures contractualisé supérieur au nombre d heures occupées effectivement). Si une partie de l augmentation du nombre d heures facturées par place correspond bien à un accroissement du nombre d enfants inscrits ou de la durée pendant laquelle ils sont accueillis, une fraction non négligeable ne se traduit pas par une augmentation du nombre d enfants accueillis. En effet, sur la période (les données sur le nombre d enfants accueillis n étant pas encore disponibles pour 2011), il apparait que le nombre d heures facturées a progressé plus rapidement (+8%) que le nombre d enfants accueillis (+5%) (Voir Annexe N 5). Cette évolution reflète vraisemblablement pour partie une évolution des pratiques de facturation par les établissements : en effet, le ratio entre nombre d heures facturées et nombre d heures réalisées a progressé sur les années récentes, passant de 108% (pour 108 heures facturées aux familles, 100 sont effectivement réalisées) en 2006 à 112% en Si l existence d un écart entre heures réalisées et heures facturées n est pas en soi anormal (il est la conséquence de la mensualisation des contrats d accueil réguliers, et des absences des enfants pour des heures que leurs parents avaient réservées et payées), sa croissance sur la période ne trouve pas d explication immédiate. Ce point devra donc être suivi avec vigilance lorsque les données des années suivantes seront disponibles. La Cnaf a d ores et déjà demandé aux CAF de demander des explications aux structures dont le taux de facturation dépasse 120%. C. Les mesures mises en œuvre et leurs résultats en matière d'accueil individuel 1. Les mesures mises en œuvre vis-à-vis des assistants maternels a) Pour valoriser le métier d'assistant maternel La valorisation du métier d assistant maternel Pour inscrire le métier d assistant maternel dans un parcours professionnel, plusieurs actions ont été mises en œuvre : renforcement de la formation initiale : passage de 60h à 120h puis introduction d un module consacré aux spécificités de l organisation de l accueil collectif dans le cadre de la première partie de la formation 9. On ne sait pas dans quelle mesure et selon quelles modalités ces dispositions ont été effectivement mises en œuvre par les départements. Il semblerait néanmoins que l'on observe de fortes disparités entre départements portant notamment sur la longueur des délais entre l obtention de l agrément et l entrée en formation préalable à l accueil d un premier enfant. 9 Loi n relative à la création des maisons d'assistants maternels et portant diverses dispositions relatives aux assistants maternels. 11

12 Le partenariat avec Pôle emploi Ce partenariat, qui vise à favoriser une meilleure connaissance du secteur des services à la personne et des métiers de la petite enfance par les conseillers de Pôle emploi, s est traduit notamment par la réalisation d une fiche sur le métier d'assistant maternel, en collaboration avec la DSS, la DGCS et les conseils généraux, et disponible sur l intranet de Pôle emploi. b) Pour renforcer l'attractivité du métier Pour renforcer l attractivité du métier, deux aides ont été instaurées : la création d'un prêt à taux zéro et le versement d'une prime à l'installation. Le prêt à taux zéro pour les assistants maternels Les assistants maternels peuvent bénéficier d'un prêt à l'amélioration du lieu d'accueil (PALA), qu'ils exercent leur activité à domicile ou au sein d'une maison d'assistants maternels Il s'agit d'un prêt sans intérêt d'un montant maximum de (plafonné à 80% des dépenses engagées), avec un délai de remboursement maximal de 120 mois. Pour les assistants maternels exerçant à leur domicile, après 219 offres de prêts en 2010, le dispositif est rapidement monté en charge en 2011 : à fin septembre, prêts avaient été contractés. Les volumes de prêts restent toutefois assez faibles si on les compare à l augmentation des effectifs d assistantes maternelles en activité (supérieure à par an en moyenne ces dernières années). Pour les assistants maternels exerçant en maisons d'assistantes maternelles, le décret a été publié en août 2011, la circulaire ministérielle diffusée le 5 décembre 2011 et la circulaire d'application de la CNAF le 21 mars A priori, peu de prêts ont donc été accordés à ce jour. Le versement d une prime à l installation Décidée par le conseil d administration de la CNAF et de montants de 300 et 500, la prime est servie par les CAF pour une première installation. Au 31 décembre 2011, 6 M de primes ont été versées. A ce jour, le nombre de bénéficiaires n est pas connu mais il devrait se situer entre et assistantes maternelles 10. Une campagne de communication relative aux différentes aides versées par les Caf en direction des assistants maternels a été lancée par la Cnaf (dépliants, affiches, etc.). c) Pour favoriser la rencontre entre l'offre et la demande A ce jour, le site «mon-enfant.fr» recense la quasi-totalité des établissements d accueil du jeune enfant, des relais assistantes maternelles, des lieux d accueil enfants-parents et des accueils de loisirs financés par la branche. Les coordonnées des assistantes maternelles ayant donné leur accord sont en ligne dans 82 départements, soit directement (74 départements), soit au moyen d un lien avec un site 10 En 2010, 4,5 M ont été versés à plus de assistants maternels, dont près de primes versées au montant majoré de

13 développé par le conseil général (8 départements). Au total, assistantes maternelles sont recensées sur le site, soit un peu plus de la moitié de celles en activité. Les statistiques de consultation mettent en exergue une augmentation importante du trafic depuis le plan de communication lancé en septembre 2011 ( visites en septembre et un franchissement de la barre des visites mensuelles depuis). d) Pour favoriser l'augmentation de l'activité des assistants maternels et harmoniser les pratiques L'application des textes réglementaires concernant le nombre d'enfants accueillis Afin d harmoniser les pratiques en matière d agrément et d augmenter l activité des assistants maternels, la réglementation a été modifiée dans deux directions : - augmentation de 3 à 4 du nombre d enfants pouvant être accueillis au titre de l agrément de base ; - obligation de délivrer un agrément pour deux enfants au moins. Ces mesures sont effectives depuis le mois de décembre En juin 2011, la Direction générale de la cohésion sociale a confié au CREDOC une étude quantitative et qualitative afin d'évaluer l'impact de ces mesures. Les résultats de l'étude sont attendus d ici la fin mai D ores et déjà, de premiers résultats provisoires font état d une généralisation de l agrément initial à deux enfants accueillis simultanément, sauf cas particuliers ou demande expresse de l assistant maternel. Il est également observé une augmentation des agréments et des demandes d agrément pour quatre enfants accueillis simultanément, davantage ciblés sur l accueil périscolaire, l accueil des fratries et l accueil à temps partiel. Deux référentiels visant à harmoniser les pratiques * Un référentiel de l agrément des assistants maternels à l usage des services de protection maternelle et infantile (Pmi) a été publié le 15 mars Coordonné par la DGCS 11, il est destiné aux professionnels chargés de l évaluation des demandes d agrément d assistants maternels afin que leur délivrance soit fondée sur les bases les plus cohérentes, objectives et pertinentes possibles sur l ensemble du territoire. * Un référentiel de l accueil chez l assistant maternel est en cours de rédaction par le Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité (Délégation générale de la cohésion sociale), en lien avec l ADF et un panel de départements, des représentants des services de PMI, les fédérations d'assistants maternels et la CNAF. Sa publication est prévue pour le second semestre e) Les maisons d'assistants maternels (MAM) Les MAM ont été instaurées par la loi du 9 juin Fin 2011, la CNAF estimait leur nombre à 189 dans 54 départements, mais leur nombre exact n est pas connu, en l absence de recensement systématique. La DGCS a lancé une enquête afin de mieux répertorier les MAM 11 La DGCS a associé à sa rédaction l Assemblée des départements de France (ADF), les conseils généraux, les gestionnaires d établissements, les organisations professionnelles, et la Cnaf. 13

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans Mois AAAA En bref L objectif de cette fiche est de donner une vision chiffrée du nombre d établissements collectifs d accueil de jeunes enfants (les structures monoaccueil et multi-accueil) et de montrer

Plus en détail

La politique de l enfance et de la jeunesse

La politique de l enfance et de la jeunesse Novembre 2010 Département Action Sociale, Educative, Sportive et Culturelle N/réf : IV Affaire suivie par Isabelle VOIX La politique de l enfance et de la jeunesse Les aides des caisses d Allocations familiales

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Le regroupement d assistantes maternelles

Le regroupement d assistantes maternelles Mois AAAA Juillet 2009 En bref L objectif de cette fiche est de présenter, de manière synthétique, une des propositions énoncées par Michèle Tabarot, Députée des Alpes Maritimes, dans le rapport publié

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

document de travail L offre d accueil collectif des enfants de moins de trois ans en 2011 SÉRIE STATISTIQUES N 184 AOÛT 2013

document de travail L offre d accueil collectif des enfants de moins de trois ans en 2011 SÉRIE STATISTIQUES N 184 AOÛT 2013 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES document de travail SÉRIE STATISTIQUES N 184 AOÛT 2013 L offre d accueil collectif des enfants de moins de trois ans en

Plus en détail

Structures petite enfance MEMENTO

Structures petite enfance MEMENTO Structures petite enfance MEMENTO Préambule : Les documents qui suivent ont été élaborés à partir de documents de la CNAF. Les fiches qui suivent ne sont en rien exhaustives. Elles ont pour but de vous

Plus en détail

Objet : Prestation de service unique (Psu) : un meilleur financement pour un meilleur service

Objet : Prestation de service unique (Psu) : un meilleur financement pour un meilleur service Paris, le 26 mars 2014 Direction générale Circulaire n 2014 009 Mesdames et Messieurs les directeurs des caisses d Allocations familiales Objet : Prestation de service unique (Psu) : un meilleur financement

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE. Mise en œuvre du contrat «enfance et jeunesse» (Cej) Version 1. Caisse nationale des allocations familiales.

GUIDE METHODOLOGIQUE. Mise en œuvre du contrat «enfance et jeunesse» (Cej) Version 1. Caisse nationale des allocations familiales. Caisse nationale des allocations familiales 19 Juillet 2006 Direction de l action sociale GUIDE METHODOLOGIQUE Mise en œuvre du contrat «enfance et jeunesse» (Cej) Version 1 SOMMAIRE INTRODUCTION Page

Plus en détail

Guide petite enfance. à l usage des porteurs de projets. guide petite enfance décembre 2012

Guide petite enfance. à l usage des porteurs de projets. guide petite enfance décembre 2012 Guide petite enfance à l usage des porteurs de projets 1 décembre 2012 Sommaire Partie 1 : Les étapes pour la création d un équipement ou d un service 1.1 la procédure départementale page 4 1.2 la présentation

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ;

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ; CHEQUES EMPLOI SERVICE UNIVERSELS (CESU) en tant que moyen de règlement de certains services offerts par les collectivités TEXTES DE REFERENCE - Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Les professionnels dans les établissements et services d accueil collectif de jeunes enfants

Les professionnels dans les établissements et services d accueil collectif de jeunes enfants Les professionnels dans les établissements et services d accueil collectif de jeunes enfants Rapport final Elodie Alberola Christine Olm Département Évaluation des Politiques Sociales Juillet 2011 Sommaire

Plus en détail

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Seconde rencontre nationale des mandatés CHOMAGE CFTC les 17

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV .Lecture : Dans la colonne 1, les dispositions supprimées ou modifiées (en colonne 2) figurent en gras souligné. Dans la colonne 2, les dispositions modifiées ou nouvelles figurent en gras en fonction

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

PARTIE I DONNEES DE CADRAGE

PARTIE I DONNEES DE CADRAGE PARTIE I DONNEES DE CADRAGE Programme «Famille» 13 LISTE DES INDICATEURS DE CADRAGE ET DES PRODUCTEURS TECHNIQUES Partie I-Données de cadrage 1 - Part des dépenses en faveur de la famille dans le PIB,

Plus en détail

ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS ET OFFRE DE LOISIRS ET D ACCUEIL DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS AUTOUR DU TEMPS SCOLAIRE :

ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS ET OFFRE DE LOISIRS ET D ACCUEIL DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS AUTOUR DU TEMPS SCOLAIRE : ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS ET OFFRE DE LOISIRS ET D ACCUEIL DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS AUTOUR DU TEMPS SCOLAIRE : LA DIVERSITE DE L OFFRE ET LES DISPARITES D ACCES SELON LES TERRITOIRES Note d'analyse

Plus en détail

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE IMPACT de la NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE MAI 2014 Page 1 sur 26 1. Impact global Issues de l accord signé en mars 2014 et valables pour 2 ans, les nouvelles règles d Assurance chômage ont été

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Prévisions 2013 à 2015 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés

Prévisions 2013 à 2015 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés Note d information n 10 - juin 2013 Prévisions 2013 à 2015 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés En bref En Champagne-Ardenne, le nombre d élèves scolarisés dans les écoles du 1 er degré public

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Guide pour la création d une MAM

Guide pour la création d une MAM LES MAISONS D ASSISTANTS MATERNELS Guide pour la création d une MAM Commission Départementale d Accueil du Jeune Enfant Le cadre législatif La loi n 2010-625 du 9 juin 2010 relative à la création des maisons

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée?

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? INFORMATIONS PRATIQUES A DESTINATION DES FAMILLES Ouverture de la campagne de bourse de lycée RENTREE 2015-2016 Pièces à joindre Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? Où peut- on retirer un formulaire

Plus en détail

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Sommaire Introduction...p 2 Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Présentation des structures au programme de la journée thématique Enfance-Famille..p 4 Le service éducatif

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

P C ERMIS DE ONDUIRE. Les aides financières d'action sociale

P C ERMIS DE ONDUIRE. Les aides financières d'action sociale P C ERMIS DE ONDUIRE Les aides financières d'action sociale SOMMAIRE PRÉAMBULE GÉNÉRAL... 1 AIDES FINANCIÈRES INDIVIDUELLES AUX FAMILLES PRÉAMBULE AUX AIDES FINANCIÈRES INDIVIDUELLES AUX FAMILLES.. 5 LES

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Barème National des participations familiales Réservation et facturation Prestation de Service Unique

Barème National des participations familiales Réservation et facturation Prestation de Service Unique Barème National des participations familiales Réservation et facturation Prestation de Service Unique Edition 2013 Barème National appliqué aux familles Dans le cadre de la Prestation de Service Unique

Plus en détail

Les Maisons d Assistants Maternels (MAM)

Les Maisons d Assistants Maternels (MAM) Les Maisons d Assistants Maternels (MAM) Guide à l usage des porteurs de projets novembre Les MAM juin 2012 Sommaire 1. Présentation : 1.1 Qu est-ce qu une Maison d Assistants Maternels? 1.2 L accueil

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf

... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf ... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf Ecran d'accueil du Caf.fr Mon Compte Pour gérer directement son dossier Ma Caf pour accéder aux

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

SOCIALES ENQUÊTES & OBSERVATIONS. L implication des CCAS/CIAS dans le champ de la petite enfance. Sommaire. www.unccas.org JANVIER 2014 N 6

SOCIALES ENQUÊTES & OBSERVATIONS. L implication des CCAS/CIAS dans le champ de la petite enfance. Sommaire. www.unccas.org JANVIER 2014 N 6 www.unccas.org Sommaire Page 2 Méthodologie Page 3 Principaux résultats Page 3 I - Établissements et dispositifs gérés par les CCAS/CIAS Page 11 II - Le personnel des EAJE Page 14 III - Coût de fonctionnement,

Plus en détail

La prime d activité INC du 16 septembre 2015

La prime d activité INC du 16 septembre 2015 La prime d activité INC du 16 septembre 2015 1 Le 3 mars 2015, lors de la présentation du plan pluriannuel contre la pauvreté et l inclusion sociale, le Premier ministre a annoncé la création au 1 er janvier

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

Situation évoquée Critères cumulatifs d admission au séjour Pour quel titre de séjour? Parents d enfants scolarisés (pages 4 et 5 de la circulaire)

Situation évoquée Critères cumulatifs d admission au séjour Pour quel titre de séjour? Parents d enfants scolarisés (pages 4 et 5 de la circulaire) LES MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA CIRCULAIRE VALLS DE NOVEMBRE 2012 «Conditions d examen des demandes d admission au séjour déposées par des ressortissants étrangers en situation irrégulière dans le cadre

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Page 1 Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Sommaire 1. Cadre institutionnel

Plus en détail

RESTAURATION LOGEMENTS

RESTAURATION LOGEMENTS LES PRESTATIONS MINISTERIELLES au 1 er janvier 2014 La restauration collective RESTAURATION 927 structures de restauration collective réparties en 322 restaurants financiers, 74 restaurants inter administratifs

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

Informations sur vos droits pendant la grossesse et après l accouchement

Informations sur vos droits pendant la grossesse et après l accouchement Informations sur vos droits pendant la grossesse et après l accouchement Rectorat de l académie de Limoges Service social académique en faveur des personnels CONGES page 4 Congé maternité.page 4 Congé

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053 PARIS, le 14/03/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053 OBJET : Le Chèque Emploi Service Universel - Cesu TEXTE A ANNOTER : lettre circulaire

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Quelles évolutions pour les ACI?

Quelles évolutions pour les ACI? Réforme de l IAE Quelles évolutions pour les ACI? Document élaboré le 23 juin 2014 GARIE 28, avenue Gustave Eiffel 33600 PESSAC Tel : 05 57 89 01 10 Fax : 05 56 36 96 84 www.iae-aquitaine.org 23 Juin 2014

Plus en détail

Garder et faire garder son enfant

Garder et faire garder son enfant Garder et faire garder son enfant Nathalie Blanpain* L arrivée d un enfant au sein d un foyer est pour ses parents un événement majeur générateur de changements en termes de rythme de vie et d organisation,

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l autonomie des personnes handicapées

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9 PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014 C.S.F. France 1/9 En préambule, il est rappelé que la négociation annuelle obligatoire prévue par les articles L.2242-1 et suivants du

Plus en détail

A - Prime à la naissance ou à l adoption

A - Prime à la naissance ou à l adoption A - Prime à la naissance ou à l adoption Plafonds de ressources Nombre d'enfants au foyer (nés ou à naître) Couples avec un seul revenu Plafonds de ressources 2013 Parents isolés ou couples avec deux revenus

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Créer une micro-crèche dans les Hauts-de-Seine. Commission départementale d accueil du jeune enfant

Créer une micro-crèche dans les Hauts-de-Seine. Commission départementale d accueil du jeune enfant Créer une micro-crèche dans les Hauts-de-Seine Commission départementale d accueil du jeune enfant 1 Préambule La commission départementale d accueil du jeune enfant, créée par décret du 3 mai 2002, est

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino Pour des parents bien dans leur job Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino innovation édito Chère collaboratrice, cher collaborateur, Nous avons le plaisir de vous adresser le

Plus en détail

NOTICE D'INFORMATION RELATIVE AU CESU «AIDE A LA PARENTALITE 6-12 ANS»

NOTICE D'INFORMATION RELATIVE AU CESU «AIDE A LA PARENTALITE 6-12 ANS» SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SOUS DIRECTION DES POLITIQUES SOCIALES ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL NOTICE D'INFORMATION RELATIVE AU CESU «AIDE A LA PARENTALITE 6-12 ANS» Objet :

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Guide pour la création d une micro-crèche

Guide pour la création d une micro-crèche Guide pour la création d une micro-crèche Guide du porteur de projet www.doubs.fr 1 Sommaire Préambule p. 2 Introduction p. 2 Démarche pour la création d une micro-crèche p. 3 Réglementation Procédure

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Direction Générale Organisation et Ressources Humaines Direction des Ressources Humaines Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Personnel municipal - Adaptation du tableau des effectifs -

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Maison. d assistantes maternelles dans la Manche. Guide règlementaire et technique

Maison. d assistantes maternelles dans la Manche. Guide règlementaire et technique Sommaire P2 P2 P2 P4 P6 P6 P6 A] Généralités 1 DÉFINITION DE LA MAISON D ASSISTANTES MATERNELLES, MAM 2 TEXTES ET DOCUMENTATION DE RÉFÉRENCE 3 LES DIFFÉRENTS INTERLOCUTEURS B] Montage du projet L étude

Plus en détail

MICHEL QUIOT CONSULTANTS

MICHEL QUIOT CONSULTANTS MICHEL QUIOT CONSULTANTS MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE DIRECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Etude pour améliorer la gestion et le suivi

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 comporte différentes mesures visant notamment à développer

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

TABLEAU DE SUIVI DES CONVENTIONS INTERMINISTERIELLES

TABLEAU DE SUIVI DES CONVENTIONS INTERMINISTERIELLES Convention Objectif stratégique Objectif opérationnel BOP Indicateur Valeur cible nationale Résultat régional 2013 Observations Priorisation des jeunes résidents des ZUS dans les entrées sur le dispositif

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 CNEFOP En résumé Janvier 2015 n 1 Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 La progression de l accès à l apprentissage dans le supérieur permet au nombre

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vous - Vos Cotisations > Les prestations

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vous - Vos Cotisations > Les prestations Les prestations Aide financière finançant des activités de services à la personne et de garde d enfant Régime social de l aide destinée à financer des activités de services à la personne et de garde d

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Faut-il développer la scolarisation à deux ans?

Faut-il développer la scolarisation à deux ans? Faut-il développer la scolarisation à deux ans? 01 L école maternelle française est fréquemment citée comme l un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd'hui

Plus en détail

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER :

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER : Loi n 2003-47 du 17 janvier 2003 Décret 2003-487 du 11 juin 2003 Loi n 2004-1484 du 30 décembre 2004 Décret 2007-968 du 15 mai 2007 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 Loi n 2010-1594 du 20 décembre

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail