POINT SUR L EVOLUTION DE L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POINT SUR L EVOLUTION DE L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS"

Transcription

1 POINT SUR L EVOLUTION DE L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS MAI

2 SYNTHESE... 3 I. LE PLAN DE DEVELOPPEMENT DE LA GARDE D ENFANTS... 5 A. RAPPEL DES OBJECTIFS DU PLAN DE DEVELOPPEMENT DE LA GARDE D ENFANT (DGE) ET DES OUTILS MIS EN PLACE POUR EN ASSURER LE SUIVI Les objectifs Les modalités de suivi de l objectif... 5 B. LES MESURES MISES EN ŒUVRE ET LEURS RESULTATS EN MATIERE D'ACCUEIL COLLECTIF Les mesures mise en œuvre... 6 a) Les aides à l'investissement... 6 b) Les mesures visant à améliorer le taux d occupation des places Les résultats globaux... 9 a) L évolution totale du nombre de places... 9 b) L évolution du nombre d heures facturées et du nombre d enfants accueillis C. LES MESURES MISES EN ŒUVRE ET LEURS RESULTATS EN MATIERE D'ACCUEIL INDIVIDUEL Les mesures mises en œuvre vis-à-vis des assistants maternels a) Pour valoriser le métier d'assistant maternel b) Pour renforcer l'attractivité du métier c) Pour favoriser la rencontre entre l'offre et la demande d) Pour favoriser l'augmentation de l'activité des assistants maternels et harmoniser les pratiques e) Les maisons d'assistants maternels (MAM) Les résultats en matière d accueil individuel par des assistants maternels a) Les résultats globaux : une augmentation du nombre d enfants de moins trois ans accueillis légèrement inférieure aux objectifs b) Les résultats détaillés : une augmentation du nombre d enfants accueillis et du nombre d heures dus principalement à l accueil des enfants de trois à six ans D. LE PLAN «METIERS DE LA PETITE ENFANCE» E. DES ELEMENTS COMPLEMENTAIRES DE CONNAISSANCE SUR L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT Les nouveaux éléments disponibles sur les profils et caractéristiques des usagers des EAJE a) Les données de gestion de la Cnaf apportent certains éléments intéressants b) L'enquête Baromètre menée par la Cnaf auprès des EAJE Des éléments sur les rémunérations des assistants maternels La garde à domicile Les travaux lancés suite, notamment, aux recommandations du HCF II. L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS A L ECOLE PREELEMENTAIRE (OU MATERNELLE) A. ELEMENTS JURIDIQUES B. PERSPECTIVE HISTORIQUE ET SITUATION ACTUELLE C. IMPLANTATION TERRITORIALE De fortes disparités géographiques Une priorité aux écoles situées dans un environnement social défavorisé qui reste mal évaluée D. LES PREVISIONS ANNEXES

3 SYNTHESE En février 2010, le Haut conseil de la famille avait demandé qu on fasse un point régulier sur l évolution de l accueil des enfants de moins de trois ans. Le Conseil dans son avis avait considéré qu il fallait «atteindre au minimum les objectifs affichés en 2009 par le Gouvernement, soit places dont la moitié en accueil collectif d ici 2012, terme de la convention d objectif et de gestion (Cog) en cours avec la Cnaf». Il devrait s agir, selon le HCF, d une création «nette» qui ne serait pas annulée par la réduction de la préscolarisation des enfants de moins de trois ans sur la période d application de la Cog et qui n entrainerait pas de dégradation de la qualité de l accueil. Les tableaux ci-dessous présentent une synthèse des éléments disponibles début mai 2012 (ils n intègrent pas la garde à domicile qui n était pas couverte par le plan de ). Tableau 1 : Avancement du plan de développement de la garde d enfant (de moins de 3 ans) Objectif 2009 Réalisation 2009 Taux de réalisation 2009 Objectif 2010 Réalisation 2010 Taux de réalisation 2010 Objectif 2011 Réalisation 2011 Taux de réalisation 2011 Accueil collectif* % % % Dont nombre de places nouvelles % % % Dont augmentation de la fréquentation par place % % * 100% Accueil individuel % % % TOTAL % % % Destructions de places accueil collectif Sources : CNAF ACOSS Calculs secrétariat HCF Données 2011 provisoires, hors micro crèches financées par la PAJE (CMG structure). * les résultats pour 2011 de l augmentation de la fréquentation par place n étant pas disponibles, on a retenu à titre provisoire la moyenne des résultats 2009 et Ainsi, sur trois ans ( ) on observe : - une progression de du nombre de places en accueil collectif ( créations et destructions de places) ; - une progression de des «équivalents-places» liés à l optimisation ; - une progression de du nombre d enfants de moins de trois ans accueillis par des assistants maternels employés par des particuliers. Ces données peuvent être complétées par des éléments relatifs au nombre d heures d accueil facturées (pour les moins de 3 ans), indicateur plus représentatif de l offre d accueil effective : - l accueil collectif a permis 595 millions d heures d accueil en 2011 (données provisoire), soit une progression de 12,6% par rapport à 2008 ; - l accueil par des assistants maternels a permis 897 millions d heures d accueil en 2011, soit une progression de 12,2% par rapport à Tableau 2 : Evolution de la préscolarisation des enfants de moins de trois ans Rentrée 2008 Rentrée 2009 Rentrée 2010 Rentrée 2011 Evolution cumulée Effectifs Source : Ministère de l Education Nationale Dans le même temps, entre la rentrée scolaire 2008 et la rentrée scolaire 2011, on observe une diminution de du nombre d enfants de deux à trois ans scolarisés en école préélémentaire (avec enfants de moins de trois ans scolarisés à la rentrée 2011). 3

4 4

5 I. LE PLAN DE DEVELOPPEMENT DE LA GARDE D ENFANTS A. Rappel des objectifs du plan de développement de la garde d enfant (DGE) et des outils mis en place pour en assurer le suivi 1. Les objectifs L objectif quantitatif du plan de développement de la garde des enfants (DGE) est de créer solutions d accueil supplémentaires d ici afin de permettre aux parents de jeunes enfants de mieux concilier activité professionnelle et vie familiale. Cet objectif repose sur un constat : dans un environnement contraint, il est important d optimiser l offre existante (amélioration du ratio dépenses / solutions de garde). L objectif des solutions d accueil supplémentaires d'ici 2012 se décline ainsi en : places d accueil collectif : * places agréées PMI issues notamment des différents plans crèches pour la création de nouvelles places (dont places de crèches d entreprise, et places «innovantes» issues du Plan espoir banlieue, micro-crèche et jardins d éveil) ; * «équivalents places» issues de l optimisation de la fréquentation des places existantes et de l élargissement des plages horaires d accueil enfants supplémentaires de moins de trois ans gardés auprès des assistants maternels employés par des particuliers. On parle bien de places et d équivalents places dans un cas et d enfants dans l autre cas. La stratégie du Gouvernement consiste à développer quantitativement les modes d accueil en les diversifiant et en levant les freins à leur développement. 2. Les modalités de suivi de l objectif Un tableau de bord trimestriel permet de suivre l état d avancement du plan, avec des objectifs déclinés annuellement sur la durée de la COG ( ). Ce tableau de bord est élaboré à partir de données déclaratives collectées : - auprès de la branche famille pour l accueil collectif : les données sont issues du tableau mensuel de suivi alimenté par chaque CAF et agrégé par la CNAF. Elles sont présentées en valeur brute, c est-à-dire avant déduction du nombre de places supprimées. Le tableau de bord trimestriel est renseigné à partir de données provisoires qui deviennent définitives en juin de l année N+1 ; - auprès de l ACOSS - centre Pajemploi pour l accueil individuel : les données reposent sur les déclarations des parents employeurs d assistantes maternelles qui perçoivent le «complément libre choix du mode de garde» pour l'emploi d'une 1 Objectif annoncé par le Président de la République en février 2009 lors de son discours sur la politique familiale (augmentation et diversification de l offre de garde). 5

6 assistante maternelle dans le cadre de la Prestation d accueil du jeune enfant (Paje). Le tableau de bord de suivi de l accueil individuel est alimenté selon un rythme trimestriel renseigné sur la base d indicateurs mensuels. Il convient de souligner que l objectif de a été intégré parmi les indicateurs suivis dans le programme de qualité et d efficience (PQE) «famille», annexé au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), à compter du PLFSS pour B. Les mesures mises en œuvre et leurs résultats en matière d'accueil collectif 1. Les mesures mise en œuvre a) Les aides à l'investissement a1) Les "plans crèches" et les objectifs fixés dans le cadre du PQE famille 2012 L'objectif de création de places supplémentaires entre 2009 et 2012 repose en premier lieu sur les aides à l investissement prévues dans les «plans crèches» financés par la Cnaf. L'expression de "plans crèches" est de fait restrictive par rapport aux aides à l'investissement versées à des "crèches" mais également à des halte-garderie, multi-accueils, lieux d'accueil enfants-parents, lieux passerelles, relais assistantes maternelles ou jardins d'enfant. De plus, ces crédits d'investissement peuvent financer la création de places nouvelles mais également l'aménagement de places anciennes ou la transplantation d'équipements déjà existants. Une majorité des places ouvertes ou dont l ouverture est prévue entre 2009 et 2012 relèvent des plans antérieurs à la signature de la COG actuelle. Selon le PQE «famille» 2012, sur les places nouvelles devant être créées entre 2009 et 2012, places relèvent des anciens plans crèches lancés avant la COG et de structures dites "traditionnelles" dans le cadre du 7 ème plan crèches (Plan crèche pluriannuel d investissement , dit PCPI). En outre, qu elles bénéficient ou non d'un financement dans le cadre d un plan crèches, places attendues sont des places de crèches de personnel, des places dans les crèches hospitalières, et des places «innovantes» issues du Plan espoir banlieue, de micro-crèches et de jardins d éveil. Par ailleurs, places doivent provenir de l amélioration de la fréquentation des places. a2) La consommation et l'affectation des crédits des différents "plans crèches" 2 * Les différents Plans crèches 3 Depuis le premier plan d'aide à l'investissement (FIPE en 2001), le total cumulé des dépenses d'investissement dans les établissements d'accueil du jeune enfant est passé de 2,5 Mds au 31 2 Sur la base des éléments de suivi financier des plans crèches réalisés par la CNAF au 31/07/ Ces données ne concernent que les EAJE ayant bénéficié d'une aide à l'investissement dans le cadre d'un Plan crèche - Voir le détail en Annexe N 3. 6

7 juillet 2008 à 3,4 Mds 4 au 31 juillet Le total des nouvelles dépenses entre fin juillet 2008 et fin juillet 2011 s est donc élevé à 900 M. Le taux de cofinancement des CAF (Plans crèches et fonds locaux d'action sociale) a connu une diminution : il était de 39% pour les projets et est passé à 32% pour les aides à l'investissement versées entre mi 2008 et mi Sur la même période, le taux de cofinancement par les communes est passé de 36% à 29%, alors que le taux de cofinancement par les entreprises (privées ou publiques) est passé de 3% à 10% (Voir Annexe N 1). Les crédits d investissement ne sont pas intégralement dédiés à la création de places nouvelles. Ainsi depuis 2001, les plans crèches ont contribué pour 74% à la création de nouvelles structures, 17% à des aménagements de structures existantes et 9% à des transplantations (Voir Annexe N 2). Trois quart des aides à l investissement ont concerné des établissements multi accueil. Le coût moyen de création d'une place nouvelle en EAJE est de : autour de en multi accueil et crèche collective, autour de pour une halte-garderie, une micro crèche ou une crèche parentale. * Le PCPI Le PCPI (7 ème "Plan crèche") est doté d un montant prévisionnel de 660 M, soit 330 M sur la période de la COG ( ) si l on s appuie sur l hypothèse d une montée en charge linéaire. Les éléments disponibles sur l utilisation de ces fonds appellent les remarques suivantes : - en 2009 et 2010, 148 M ont été engagés 6, un résultat un peu inférieur à celui correspondant à une hypothèse de montée en charge linéaire (soit 82 M par an) ; - l évolution de l engagement des crédits sera à suivre avec attention au regard des objectifs initiaux. En effet, depuis 2000, les taux d engagement des différents Fonds d investissement pour la petite enfance ont dépassé 88% mais il faut noter leur diminution régulière (voir tableau en Annexe N 2) ; - en outre, une fois engagés, un certain nombre de projets peuvent être annulés : ainsi, entre fin décembre 2009 et fin décembre 2010, 137 projets, correspondant à la création de places, et à un montant d'aides à l'investissement de 21,2 M, ont été annulés. Si la tendance se poursuit, la répartition des places créées selon les différents plans pourrait être différente de l objectif affiché qui était celui de 60% de nouvelles places financées par le nouveau Plan crèche (PCPI). Les ouvertures de places en 2009 et 2010 ont très massivement été financées dans le cadre des anciens plans crèches qui ont connu des retards dans leur réalisation (80% des projets ouvrent après la date prévue). Sauf à ce que 80% de l objectif soit réalisé entre 2011 et 2012, il pourrait en être de même pour le nouveau Plan crèche qui prévoyait initialement le financement de places entre 2009 et En courants. 5 Alors que le socle de base de financement est passé de par place dans les premiers plans crèches à dans le PCPI. 6 Les montants décaissés ont été de 12,1 M. 7

8 Cette sous-consommation des crédits d'investissement, liée au fait que le PCPI a démarré moins rapidement que prévu, a conduit à une sous-consommation des crédits de fonctionnement (PSU, PSO 4-6ans et Contrat enfance jeunesse) qui a contribué à une sousconsommation du Fonds National d'action Sociale (FNAS) en 2009 et Par ailleurs, en 2009, places en EAJE ont ouvert en dehors d un plan crèche et, pour 2010, les prévisions sont de places hors plan crèche. Ces structures ont pu bénéficier d'aides à l'investissement financées par les CAF sur leur budget local d'action sociale. b) Les mesures visant à améliorer le taux d occupation des places Selon le PQE «famille» 2012, «l'augmentation de la fréquentation par place (AFP) résulte de l'accroissement du taux d'occupation et de l assouplissement des normes en structures collectives. Concrètement, cela peut se traduire de trois manières : - soit, à amplitude d ouverture égale et à nombre de places égal, par une augmentation du taux d occupation des places : un même enfant occupe sa place plus longtemps ou plusieurs enfants occupent la même place à des heures différentes ; - soit, à nombre de places égal, par une augmentation de l amplitude d ouverture journalière ou annuelle de la structure : de ce fait, un même enfant peut être accueilli plus longtemps ou de nouveaux enfants peuvent bénéficier d heures d accueil ; - soit, et c'est ce que peuvent mesurer les statistiques de la CNAF, par une augmentation des heures facturées aux parents (qu'ils aient ou non recours effectivement à une durée d'accueil plus longue). Cette stratégie d optimisation porte sur les anciennes places qui ont achevé leur phase de montée en charge et sur les places qui ont ouvert l année précédente et sont en train d achever leur montée en charge. Ce volume d heures supplémentaires facturées permet de calculer des «équivalents places». Cette amélioration des taux d occupation passe en premier lieu par une action des gestionnaires d établissements, dans le cadre du dispositif incitatif de financement mis en place avec la prestation de service unique. Elle s est également appuyée sur une évolution des textes encadrant les EAJE, avec le décret n du 7 juin 2010 relatif aux établissements et services d accueil des enfants de moins de six ans, qui avait pour objectif de fluidifier les procédures d instruction, de permettre une meilleure occupation des places disponibles, d assouplir les règles liées au personnel dans un contexte de tension de ces professions et de diversifier les formes d accueil pour mettre à disposition des usagers une offre adaptée à chaque territoire. 8

9 2. Les résultats globaux a) L évolution totale du nombre de places Globalement 7, le nombre de places ou équivalents places en EAJE classiques a progressé de près de entre 2008 et 2011, soit 94% de l objectif retenu. Le taux de réalisation de l objectif est de 91% pour la création de places nouvelles, et de 99% pour l augmentation de la fréquentation par place. Tableau 3 : Accueil collectif : résultats cumulés de 2008 à à 2011 Objectif Réalisation Taux de réalisation Accueil collectif* * 94% Dont nombre de places nouvelles % Dont augmentation de la fréquentation par place * 99% Sources : CNAF Tableau de bord Modes de garde - version du 02/04/2012 et calculs secrétariat HCF Données 2011 provisoires. Hors micro crèches financées par la PAJE (CMG structure). * les résultats pour 2011 de l augmentation de la fréquentation par place n étant pas disponibles, le secrétariat général du HCF a retenu à titre provisoire la moyenne des résultats 2009 et Le taux de réalisation de l objectif en matière de création de places nouvelles a diminué sur la période, passant de 99% en 2009 à 81% en A l inverse, le nombre d «équivalentsplaces» créées par l augmentation de la fréquentation a progressé entre 2009 et Tableau 4 : Avancement du plan de développement de la garde d enfant : accueil collectif Taux de Taux de Taux de Objectif Réalisation Objectif Réalisation Objectif Réalisation réalisation réalisation réalisation Accueil collectif* % % % Dont nombre de places % % % nouvelles Dont augmentation fréquentation % % * 100% par place Destructions places accueil collectif Sources : CNAF Tableau de bord Modes de garde - version du 02/04/2012 et calculs secrétariat HCF Données 2011 provisoires. Hors micro crèches financées par la PAJE (CMG structure). * les résultats pour 2011 de l augmentation de la fréquentation par place n étant pas disponibles, le secrétariat général du HCF a retenu à titre provisoire la moyenne des résultats 2009 et Si l on déduit des créations de places le nombre de places détruites, on obtient sur trois ans : - une progression de du nombre de places en accueil collectif ; - une progression de des «équivalents-places» liés à l optimisation ; - soit une progression totale de places ou équivalents-places en accueil collectif, qui s explique à 52% par l augmentation de la fréquentation par places et à 48% par la progression nette du nombre de places d accueil. 7 Le détail pour les structures spécifiques est présenté en annexe 4. 9

10 La mesure de l évolution des capacités d accueil par un nombre de places est cependant fragile, notamment parce qu elle repose sur une appréciation conventionnelle du nombre d équivalents-places. Ainsi, la destruction de places peut refléter une diminution de la capacité d accueil comme elle peut refléter une régularisation du nombre de places réellement ouvertes à l accueil compte tenu des professionnels en activité dans une structure. Dans ce dernier cas, on constate une diminution du nombre de places agréées qui ne correspond pas à une diminution des capacités d accueil. A l inverse, on enregistre une augmentation de la fréquentation par place qui ne correspond pas à une hausse de l offre d accueil. L évolution du nombre d heures donne un aperçu plus fidèle des capacités d accueil en établissement d accueil du jeune enfant (EAJE). b) L évolution du nombre d heures facturées et du nombre d enfants accueillis En 2011, d après les premières estimations provisoires de la Cnaf, 595 millions d heures d accueil ont été facturées en EAJE, la grande majorité concernant des enfants de moins de trois ans 8. Le nombre d heures facturées a cru de 67 millions depuis 2008, soit une hausse de 12,6%. Tableau 5 : Evolution du nombre d heures facturées en accueil collectif (provisoire) Nombre d'heures facturées 0-6 ans Evolution par rapport à l'année précédente Taux d'évolution par rapport à l'année précédente + 3,50% + 4,35% + 4,28% Source : CNAF, calculs SG HCF. Champ : France métropolitaine, heures facturées PS. Cette augmentation reflète à la fois la progression du nombre de places et l augmentation de la fréquentation par place. En effet, la progression du nombre d heures facturées (+12,6%) est deux fois plus rapide que celle du nombre de places agréées (+6,1%), en raison d une progression parallèle du nombre d heures facturées par place agréée, qui passe de heures facturées par an et par place en 2008 à en 2011, soit une progression de 6,2%. Tableau 6 : Evolution du nombre d heures facturées par place agréée Evolution (provisoire) 2011/2008 Nombre de places agréées ,1% Nombre d'heures facturées 0-6 ans ,6% Nombre d'heures facturées / place agréée ,2% Source : CNAF, calculs SG HCF. Champ : France métropolitaine, heures facturées PS. Cette augmentation du nombre d heures facturées par place, qui devra être confirmée lorsque les données définitives quant au nombre d heures et au nombre de places seront disponibles, a plusieurs explications possibles : 8 Données hors DOM. 10

11 - une meilleure utilisation des places d'accueil, avec l'articulation des temps de garde entre plusieurs enfants à temps partiel par exemple ; - un allongement de l'accueil effectif des enfants ; - une facturation plus systématique du temps où l'enfant est absent dans les faits mais où la place lui est réservée (en raison notamment d'un nombre d heures contractualisé supérieur au nombre d heures occupées effectivement). Si une partie de l augmentation du nombre d heures facturées par place correspond bien à un accroissement du nombre d enfants inscrits ou de la durée pendant laquelle ils sont accueillis, une fraction non négligeable ne se traduit pas par une augmentation du nombre d enfants accueillis. En effet, sur la période (les données sur le nombre d enfants accueillis n étant pas encore disponibles pour 2011), il apparait que le nombre d heures facturées a progressé plus rapidement (+8%) que le nombre d enfants accueillis (+5%) (Voir Annexe N 5). Cette évolution reflète vraisemblablement pour partie une évolution des pratiques de facturation par les établissements : en effet, le ratio entre nombre d heures facturées et nombre d heures réalisées a progressé sur les années récentes, passant de 108% (pour 108 heures facturées aux familles, 100 sont effectivement réalisées) en 2006 à 112% en Si l existence d un écart entre heures réalisées et heures facturées n est pas en soi anormal (il est la conséquence de la mensualisation des contrats d accueil réguliers, et des absences des enfants pour des heures que leurs parents avaient réservées et payées), sa croissance sur la période ne trouve pas d explication immédiate. Ce point devra donc être suivi avec vigilance lorsque les données des années suivantes seront disponibles. La Cnaf a d ores et déjà demandé aux CAF de demander des explications aux structures dont le taux de facturation dépasse 120%. C. Les mesures mises en œuvre et leurs résultats en matière d'accueil individuel 1. Les mesures mises en œuvre vis-à-vis des assistants maternels a) Pour valoriser le métier d'assistant maternel La valorisation du métier d assistant maternel Pour inscrire le métier d assistant maternel dans un parcours professionnel, plusieurs actions ont été mises en œuvre : renforcement de la formation initiale : passage de 60h à 120h puis introduction d un module consacré aux spécificités de l organisation de l accueil collectif dans le cadre de la première partie de la formation 9. On ne sait pas dans quelle mesure et selon quelles modalités ces dispositions ont été effectivement mises en œuvre par les départements. Il semblerait néanmoins que l'on observe de fortes disparités entre départements portant notamment sur la longueur des délais entre l obtention de l agrément et l entrée en formation préalable à l accueil d un premier enfant. 9 Loi n relative à la création des maisons d'assistants maternels et portant diverses dispositions relatives aux assistants maternels. 11

12 Le partenariat avec Pôle emploi Ce partenariat, qui vise à favoriser une meilleure connaissance du secteur des services à la personne et des métiers de la petite enfance par les conseillers de Pôle emploi, s est traduit notamment par la réalisation d une fiche sur le métier d'assistant maternel, en collaboration avec la DSS, la DGCS et les conseils généraux, et disponible sur l intranet de Pôle emploi. b) Pour renforcer l'attractivité du métier Pour renforcer l attractivité du métier, deux aides ont été instaurées : la création d'un prêt à taux zéro et le versement d'une prime à l'installation. Le prêt à taux zéro pour les assistants maternels Les assistants maternels peuvent bénéficier d'un prêt à l'amélioration du lieu d'accueil (PALA), qu'ils exercent leur activité à domicile ou au sein d'une maison d'assistants maternels Il s'agit d'un prêt sans intérêt d'un montant maximum de (plafonné à 80% des dépenses engagées), avec un délai de remboursement maximal de 120 mois. Pour les assistants maternels exerçant à leur domicile, après 219 offres de prêts en 2010, le dispositif est rapidement monté en charge en 2011 : à fin septembre, prêts avaient été contractés. Les volumes de prêts restent toutefois assez faibles si on les compare à l augmentation des effectifs d assistantes maternelles en activité (supérieure à par an en moyenne ces dernières années). Pour les assistants maternels exerçant en maisons d'assistantes maternelles, le décret a été publié en août 2011, la circulaire ministérielle diffusée le 5 décembre 2011 et la circulaire d'application de la CNAF le 21 mars A priori, peu de prêts ont donc été accordés à ce jour. Le versement d une prime à l installation Décidée par le conseil d administration de la CNAF et de montants de 300 et 500, la prime est servie par les CAF pour une première installation. Au 31 décembre 2011, 6 M de primes ont été versées. A ce jour, le nombre de bénéficiaires n est pas connu mais il devrait se situer entre et assistantes maternelles 10. Une campagne de communication relative aux différentes aides versées par les Caf en direction des assistants maternels a été lancée par la Cnaf (dépliants, affiches, etc.). c) Pour favoriser la rencontre entre l'offre et la demande A ce jour, le site «mon-enfant.fr» recense la quasi-totalité des établissements d accueil du jeune enfant, des relais assistantes maternelles, des lieux d accueil enfants-parents et des accueils de loisirs financés par la branche. Les coordonnées des assistantes maternelles ayant donné leur accord sont en ligne dans 82 départements, soit directement (74 départements), soit au moyen d un lien avec un site 10 En 2010, 4,5 M ont été versés à plus de assistants maternels, dont près de primes versées au montant majoré de

13 développé par le conseil général (8 départements). Au total, assistantes maternelles sont recensées sur le site, soit un peu plus de la moitié de celles en activité. Les statistiques de consultation mettent en exergue une augmentation importante du trafic depuis le plan de communication lancé en septembre 2011 ( visites en septembre et un franchissement de la barre des visites mensuelles depuis). d) Pour favoriser l'augmentation de l'activité des assistants maternels et harmoniser les pratiques L'application des textes réglementaires concernant le nombre d'enfants accueillis Afin d harmoniser les pratiques en matière d agrément et d augmenter l activité des assistants maternels, la réglementation a été modifiée dans deux directions : - augmentation de 3 à 4 du nombre d enfants pouvant être accueillis au titre de l agrément de base ; - obligation de délivrer un agrément pour deux enfants au moins. Ces mesures sont effectives depuis le mois de décembre En juin 2011, la Direction générale de la cohésion sociale a confié au CREDOC une étude quantitative et qualitative afin d'évaluer l'impact de ces mesures. Les résultats de l'étude sont attendus d ici la fin mai D ores et déjà, de premiers résultats provisoires font état d une généralisation de l agrément initial à deux enfants accueillis simultanément, sauf cas particuliers ou demande expresse de l assistant maternel. Il est également observé une augmentation des agréments et des demandes d agrément pour quatre enfants accueillis simultanément, davantage ciblés sur l accueil périscolaire, l accueil des fratries et l accueil à temps partiel. Deux référentiels visant à harmoniser les pratiques * Un référentiel de l agrément des assistants maternels à l usage des services de protection maternelle et infantile (Pmi) a été publié le 15 mars Coordonné par la DGCS 11, il est destiné aux professionnels chargés de l évaluation des demandes d agrément d assistants maternels afin que leur délivrance soit fondée sur les bases les plus cohérentes, objectives et pertinentes possibles sur l ensemble du territoire. * Un référentiel de l accueil chez l assistant maternel est en cours de rédaction par le Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité (Délégation générale de la cohésion sociale), en lien avec l ADF et un panel de départements, des représentants des services de PMI, les fédérations d'assistants maternels et la CNAF. Sa publication est prévue pour le second semestre e) Les maisons d'assistants maternels (MAM) Les MAM ont été instaurées par la loi du 9 juin Fin 2011, la CNAF estimait leur nombre à 189 dans 54 départements, mais leur nombre exact n est pas connu, en l absence de recensement systématique. La DGCS a lancé une enquête afin de mieux répertorier les MAM 11 La DGCS a associé à sa rédaction l Assemblée des départements de France (ADF), les conseils généraux, les gestionnaires d établissements, les organisations professionnelles, et la Cnaf. 13

POINT SUR L EVOLUTION DE L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS

POINT SUR L EVOLUTION DE L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS POINT SUR L EVOLUTION DE L ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS MAI 2012 1 SYNTHESE... 3 I. LE PLAN DE DEVELOPPEMENT DE LA GARDE D ENFANTS... 5 A. RAPPEL DES OBJECTIFS DU PLAN DE DEVELOPPEMENT DE

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans Mois AAAA En bref L objectif de cette fiche est de donner une vision chiffrée du nombre d établissements collectifs d accueil de jeunes enfants (les structures monoaccueil et multi-accueil) et de montrer

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

La Caf de Seine et Marne. Acteur économique au profit de la petite enfance

La Caf de Seine et Marne. Acteur économique au profit de la petite enfance La Caf de Seine et Marne Acteur économique au profit de la petite enfance La Caf et le contexte socio-économique 1 294 762 habitants 200 800 Allocataires 308 000 enfants Expansion démographique forte :

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

La petite enfance : une priorité de la branche Famille de la Sécurité sociale

La petite enfance : une priorité de la branche Famille de la Sécurité sociale Information presse Vendredi 14 mars 2014 Salon Baby - 14, 15 et 16 mars 2014 Dossier de presse La petite enfance : une priorité de la branche Famille de la Sécurité sociale Contact presse Guillaume Peyroles

Plus en détail

Indicateur n 9 : Coût des différents modes de garde «formels» pour les finances publiques Sous-indicateur n 9-1 : Au niveau microéconomique

Indicateur n 9 : Coût des différents modes de garde «formels» pour les finances publiques Sous-indicateur n 9-1 : Au niveau microéconomique 40 Partie I Données de cadrage Indicateur n 9 : Coût des différents modes de garde «formels» pour les finances publiques Sous-indicateur n 9-1 : Au niveau microéconomique Ventilation de la charge d une

Plus en détail

LA CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES

LA CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES LA CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES ACTEUR CENTRAL DE L'ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE OBJECTIF DIAGNOSTIC INTERVENTIONS Rencontre professionnelle de la le 15 juin 2011 1 La Caf, acteur central de l'accueil

Plus en détail

Le Plan Petite Enfance présenté par le Gouvernement en novembre 2006 a initié une nouvelle formule d'accueil expérimentale "micro-crèches".

Le Plan Petite Enfance présenté par le Gouvernement en novembre 2006 a initié une nouvelle formule d'accueil expérimentale micro-crèches. Dossier pour la création à titre expérimental d une mini structure d accueil de jeunes enfants en Lot-et-Garonne Le cadre de référence Article R.2324-47 du Code de la Santé Publique Décret n 2010-613 du

Plus en détail

SECTION 3. I) Propositions visant à une accélération rapide des créations de places en EAJE

SECTION 3. I) Propositions visant à une accélération rapide des créations de places en EAJE SECTION 3 SUIVI DES PROPOSITIONS DU HCF POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ACCUEIL EN CRECHE Les principales propositions du rapport 2014 du HCF pour développer les crèches sont listées ci-dessous. Elles sont

Plus en détail

L'accueil des.... Infos pratiques sur les différents modes d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans dans les Pyrénées-Orientales.

L'accueil des.... Infos pratiques sur les différents modes d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans dans les Pyrénées-Orientales. L'accueil des tout-petits...... Infos pratiques sur les différents modes d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans dans les Pyrénées-Orientales. Infos générales L'accueil des jeunes enfants est un domaine

Plus en détail

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles Dossier de presse Lancement des schémas territoriaux des services aux familles 7 février 2014 Contact presse francois.coen@famille.gouv.fr 1. UNE MOBILISATION SANS PRÉCÉDENT Le gouvernement a annoncé en

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Le mode de vie de l'enfant 3.3 Le contexte En une vingtaine d années, le mode de vie des jeunes enfants a évolué sous l influence des changements dans la société

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

Séance du 9 octobre 2014

Séance du 9 octobre 2014 AVIS DU HAUT CONSEIL DE LA FAMILLE SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS Séance du 9 octobre 2014 Cet avis a été adopté par consensus. La CGT, FO, la CGC, la CFTC et la CSF, tout en souscrivant

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant Accueil et modes de garde Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J adopte un enfant 1 2 J adopte ou j accueille un enfant en vue d adoption La prime à l adoption 4 J élève mon enfant L

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Département du Lot. Confier son enfant à une. assistante maternelle. Le Département du Lot, proche de vous.

Département du Lot. Confier son enfant à une. assistante maternelle. Le Département du Lot, proche de vous. Département du Lot Confier son enfant à une assistante maternelle Le Département du Lot, proche de vous. Édito La maternité et la petite enfance tiennent une place toute particulière au cœur des missions

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

PARCOURS : FAIRE GARDER SON ENFANT

PARCOURS : FAIRE GARDER SON ENFANT PARCOURS : FAIRE GARDER SON ENFANT Trouver un mode de garde pour son enfant relève parfois du parcours du combattant. Il existe pourtant un ensemble de dispositifs bon à connaître pour se faciliter la

Plus en détail

Financement du fonctionnement des équipements d accueil du jeune enfant. La prestation de service unique Mode d emploi

Financement du fonctionnement des équipements d accueil du jeune enfant. La prestation de service unique Mode d emploi Financement du fonctionnement des équipements d accueil du jeune enfant La prestation de service unique Mode d emploi Action sociale - Aides aux partenaires Juin 2011 Mise à jour octobre 2011 2 Sommaire

Plus en détail

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Communiqué de presse Saint-Denis Le 19 février 2015 Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Dominique

Plus en détail

Les emplois dans les services à la personne

Les emplois dans les services à la personne Les emplois dans les services à la personne Etat des lieux du suivi statistique Dares CNIS - 17 septembre 2010 Dares () Les services à la personne CNIS - 17 septembre 2010 1 / 23 Plan de la présentation

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Claire Marbot, Valérie Dejonghe et Véronique Bruniaux* Sur l ensemble de l année 2006, plus de 1,6 million de salariés ont été employés directement par

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels R.A.M. Relais Assistants Maternels Un lieu d informations, de rencontres et d échanges au service des parents, des jeunes enfants, des professionnels de l accueil de la Petite Enfance outil technique à

Plus en détail

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF 1.000 places de crèches supplémentaires pour les franciliens SOMMAIRE Page 1 : programme de la matinée du 7 octobre

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales L ÉVALUATION DES POLITIQUES SOCIALES EN FRANCE Une évaluation des politiques sociales incontournable 2 1990 : Evaluation inscrite au cœur des administrations

Plus en détail

Les résultats 2013 de l Observatoire national de la petite enfance

Les résultats 2013 de l Observatoire national de la petite enfance Information presse Mardi 9 décembre 2014 Dossier de presse Les résultats 2013 de l Observatoire national de la petite enfance Contact presse Guillaume Peyroles Tél. : 01 45 65 54 05 Fax : 01 45 65 53 65

Plus en détail

Questions-Réponses sur l application de l avenant du 27 mai 2014 modifiant les dispositions de l avenant du 17 mai 1988 relatif à la prime de crèche

Questions-Réponses sur l application de l avenant du 27 mai 2014 modifiant les dispositions de l avenant du 17 mai 1988 relatif à la prime de crèche Questions- sur l application de l avenant du 27 mai 2014 modifiant les dispositions de l avenant du 17 mai 1988 relatif à la prime de crèche 1. Conditions tenant au bénéficiaire Questions 1 La prime de

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Direction des politiques familiale et sociale DEP/Pôle famille jeunesse parentalité Marie-Christine PISSIER Tél. : 01 45 65 53 91

Direction des politiques familiale et sociale DEP/Pôle famille jeunesse parentalité Marie-Christine PISSIER Tél. : 01 45 65 53 91 Paris, le 21/10/2009 C - n 2009-021 Emetteur (s) Direction des politiques familiale et sociale DEP/Pôle petite enfance Bruno BLANC Tél. : 01 45 65 57 32 Direction des politiques familiale et sociale DEP/Pôle

Plus en détail

Nouvelle formule des allègements "Fillon" et réduction de cotisation d'allocations familiales en 2015 - Un impact atténué en TRM

Nouvelle formule des allègements Fillon et réduction de cotisation d'allocations familiales en 2015 - Un impact atténué en TRM OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM COUTS SALARIAUX DE PERSONNELS DE CONDUITE DU TRM MAI 2015 Nouvelle formule des allègements "Fillon" et réduction de cotisation d'allocations familiales en 2015 - Un impact

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet Date de

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Les services à la personne

Les services à la personne Les services à la personne Cadrage statistique du secteur DARES COE - 3 décembre 2013 Les contours des SAP Les sources disponibles L activité et la structuration du secteur Caractéristiques des salariés

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir 1. Introduction : - par Marie Béatrice Levaux, présidente de la FEPEM 2. Chiffres et données clés :

Plus en détail

Profil de poste et dictionnaire de compétences. Animateur d un relais assistants maternels

Profil de poste et dictionnaire de compétences. Animateur d un relais assistants maternels informer animer accompagner Profil de poste et dictionnaire de compétences Animateur d un relais assistants maternels PRESENTATION DU PROFIL DE POSTE LE CONTEXTE Les Relais assistants maternels (Ram) ont

Plus en détail

1. Caractéristiques socio-économiques des parents et modes d'accueil des jeunes enfants

1. Caractéristiques socio-économiques des parents et modes d'accueil des jeunes enfants 23 janvier 2013 L'ACCUEIL DES ENFANTS DE PARENTS EN DIFFICULTES SOCIO-ECONOMIQUES DANS LES ETABLISSEMENTS D'ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS Note d'information 1. Caractéristiques socio-économiques des parents

Plus en détail

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ;

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ; CHEQUES EMPLOI SERVICE UNIVERSELS (CESU) en tant que moyen de règlement de certains services offerts par les collectivités TEXTES DE REFERENCE - Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Bilan d activité. 2010 rsa

Bilan d activité. 2010 rsa Bilan d activité 2010 rsa Principales caractéristiques des bénéficiaires Les bénéficiaires au regard de l emploi / La contractualisation / Les principales thématiques d insertion en 2010 I. Introduction

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

SOUTIEN PUBLIC. Ce chapitre décrit la panoplie des allocations et l'effort public de soutien aux familles ayant de jeunes enfants.

SOUTIEN PUBLIC. Ce chapitre décrit la panoplie des allocations et l'effort public de soutien aux familles ayant de jeunes enfants. SOUTIEN PUBLIC Les pouvoirs publics, État, Caisses d'allocations familiales, collectivités locales principalement, ont à la fois une politique de soutien aux familles nombreuses et une politique de soutien

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

Indications pour la réalisation d un budget prévisionnel de fonctionnement d une micro-crèche

Indications pour la réalisation d un budget prévisionnel de fonctionnement d une micro-crèche ANNEE 2014 Indications pour la réalisation d un budget prévisionnel de fonctionnement d une micro-crèche Préambule : Pour élaborer un budget prévisionnel, il convient de déterminer au préalable : - Le

Plus en détail

POSTFACE. Postface. Personnel de la Défense. Mouvements de personnel. Dépenses liées. au personnel. Formation. Reconversion. Conditions.

POSTFACE. Postface. Personnel de la Défense. Mouvements de personnel. Dépenses liées. au personnel. Formation. Reconversion. Conditions. POSTFACE au Le Bilan social 2011 présente les principales orientations et actions conduites par le ministère de la défense et des anciens combattants (MINDAC) en matière de politique de ressources humaines

Plus en détail

«SOLIDARITE POU TI BOUT CHOU»

«SOLIDARITE POU TI BOUT CHOU» «SOLIDARITE POU TI BOUT CHOU» Action collective sur les modes de garde Année 2012 au L.A.E.P. d un V.F.E Organisée et animée par : M. A, Assistant social stagiaire 2 ème année Partenaires concernés : Mme

Plus en détail

HEURES CONCERNEES PAR LE DISPOSITIF

HEURES CONCERNEES PAR LE DISPOSITIF COMMUNICATION SUR LA LOI EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT Source : Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat. Parue au Journal Officiel

Plus en détail

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER :

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER : Loi n 2003-47 du 17 janvier 2003 Décret 2003-487 du 11 juin 2003 Loi n 2004-1484 du 30 décembre 2004 Décret 2007-968 du 15 mai 2007 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 Loi n 2010-1594 du 20 décembre

Plus en détail

Le salaire et les indemnités des assistants maternels

Le salaire et les indemnités des assistants maternels Le salaire et les indemnités des assistants maternels Les assistants maternels sont des salariés à part entière, ils perçoivent donc un salaire mensuel et des indemnités dont les modalités de calcul sont

Plus en détail

OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA PETITE ENFANCE Rapport 2015 L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN 2014 DONNÉES STATISTIQUES

OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA PETITE ENFANCE Rapport 2015 L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN 2014 DONNÉES STATISTIQUES OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA PETITE ENFANCE Rapport 2015 L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN 2014 DONNÉES STATISTIQUES Les données présentées ci-après ont été rassemblées et analysées par l Observatoire national

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

COUR DES COMPTES. novembre 2013. L accueil des enfants de moins de 3 ans : une politique ambitieuse, des priorités à mieux cibler

COUR DES COMPTES. novembre 2013. L accueil des enfants de moins de 3 ans : une politique ambitieuse, des priorités à mieux cibler COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique novembre 2013 L accueil des enfants de moins de 3 ans : une politique ambitieuse, des priorités à mieux cibler g Avertissement Cette synthèse est

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

L Accueil collectif du Jeune Enfant en France

L Accueil collectif du Jeune Enfant en France L Accueil collectif du Jeune Enfant en France 4,8 Millions d enfants de moins de 6 ans en France, au 1er janvier 2014 La France est toujours, avec l Irlande, le pays le plus fécond d Europe, avec 810 000

Plus en détail

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Agence nationale des services à la personne Colloque régional DIRECCTE Alsace Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Strasbourg, 22 novembre 2010 La politique

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs I- Le système de prélèvements La loi du 5 mars 2007 maintient le principe de subsidiarité du financement public. Ainsi, la personne

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 3 octobre 2013 Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 29 3 octobre 2013 Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA»

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA» SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 (JO 22 août) : article 1 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) : article D. 241-25 CSS Articles D. 212-18 à 24 du

Plus en détail

La Caf à vos côtés. L offre globale de service Petite Enfance de la Caf de la Haute-Vienne

La Caf à vos côtés. L offre globale de service Petite Enfance de la Caf de la Haute-Vienne La Caf à vos côtés L offre globale de service Petite Enfance de la Caf de la Haute-Vienne 2 La Caf à vos côtés L arrivée d un enfant est un événement important pour les familles. Un heureux événement,

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Franck von Lennep Directeur de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques 17/09/2014 1 Un

Plus en détail

La petite enfance dans le Puy-de-Dôme. Données statistiques

La petite enfance dans le Puy-de-Dôme. Données statistiques La petite enfance dans le Puy-de-Dôme > L accueil du jeune enfant dans le Puy-de-Dôme en 2011 Données statistiques SOMMAIRE > LES ENFANTS DE MOINS DE 4 ANS ET LEURS FAMILLES p 4 Une fécondité française

Plus en détail

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Préambule : La mise en œuvre du compte épargne-temps correspond à l application de l article 1 er du décret 2004-878

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS

COMPTE EPARGNE-TEMPS COMPTE EPARGNE-TEMPS n 2010-531 du 20 mai 2010, qui a modifié le décret n 2004-878 du 26 août 2004 ; on pourra également se référer à la circulaire du 31 mai 2010 présentant la réforme Par rapport à l

Plus en détail

LE TEMPS PERISCOLAIRE ORGANISATION ET REGLEMENTATION

LE TEMPS PERISCOLAIRE ORGANISATION ET REGLEMENTATION LE TEMPS PERISCOLAIRE ORGANISATION ET REGLEMENTATION QU'EST-CE QUE LE TEMPS PÉRISCOLAIRE? Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement

Plus en détail

De la garde à l accueil...

De la garde à l accueil... De la garde à l accueil... Nous privilégions le terme d accueil à celui de garde qui correspond à l évolution de notre société et à la place faite à l enfant et à sa famille Choisir un mode d accueil pour

Plus en détail

L offre d accueil des enfants de moins de 3 ans en 2014 : le nombre de places d assistantes maternelles est prédominant

L offre d accueil des enfants de moins de 3 ans en 2014 : le nombre de places d assistantes maternelles est prédominant j u i n L offre d accueil des enfants de moins de 3 ans en 2014 : le nombre de places d assistantes maternelles est prédominant Fin 2014, près de 13 700 établissements accueillent des jeunes enfants sur

Plus en détail

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux Fiche 18 Notions clés sur la protection sociale des élus locaux En matière de protection sociale, une des premières avancées pour les élus locaux a été constituée par la mise en place d un régime de retraite

Plus en détail