Vers une Politique de Couplage des Outils Microcrédit et Microassurance - Impact en Termes de Lutte Contre la Pauvrété et de Gestion des Risques?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers une Politique de Couplage des Outils Microcrédit et Microassurance - Impact en Termes de Lutte Contre la Pauvrété et de Gestion des Risques?"

Transcription

1 Ressources en ligne pour l élaboration des politiques PRÉSENTATION THÉMATIQUE GÉNÉRALE Module EASYPol 206 Vers une Politique de Couplage des Outils Microcrédit et Microassurance - Impact en Termes de Lutte Contre la Pauvrété et de Gestion des Risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar Note de politique

2 Ressources en ligne pour l élaboration des politiques Vers une Politique de Couplage des Outils Microcrédit et Microassurance - Impact en Termes de Lutte Contre la Pauvrété et de Gestion des Risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar par Note de politique Louis Bockel, Service du soutien aux politiques agricoles, Division de l assistance aux politiques et de la mobilisation des ressources, FAO, Rome, Italie Marie Thoreux, Consultante FAO en gestion des risques, Université de Versailles - Saint Quentin en Yvelines Shelly Sayagh, Consultante FAO en politique du développement, Columbia University, School of International and Public Affairs pour le compte de L ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE, FAO À propos d EASYPol EASYPol est un référentiel interactif multilingue en ligne qui propose des ressources téléchargeables visant à renforcer les capacités en matière d'élaboration de politiques alimentaires, agricoles et de développement rural. L'adresse de sa page d accueil est Les ressources d'easypol sont créées et mises à jour par le Service de soutien aux politiques agricoles de la FAO. Les termes employés et la présentation du contenu de ce document d information ne représentent en aucune manière l opinion de l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture quant au statut juridique d'un pays, d un territoire, d une ville ou d une région quelconque ou de ses autorités ou quant à la délimitation de ses frontières ou limites. FAO 2009 : Tous droits réservés. La reproduction et la diffusion des documents accessibles sur le site Web de la FAO aux fins de formation ou autres fins non commerciales sont autorisées sans permission écrite préalable des détenteurs des droits d auteur, à condition que la source en soit clairement mentionnée. La reproduction de leur contenu aux fins de revente ou autres fins commerciales est interdite sans l autorisation écrite des détenteurs des droits d auteur. Il convient d adresser ces demandes d autorisation à :

3 Vers une politique de couplage des outils microcrédit et micro-assurance : impact en termes de lutte contre la pauvreté et de gestion de risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar: Note de politique Tables des Matières 1. Résumé Introduction Microfinance et gestion des risques : Origine et Contraintes de développement en milieu rural La microfinance, outil de gestion de risque Origine de la microfinance : Des stades relatifs au développement plus ou moins avancé des systèmes financiers. Exemples de Madagascar et de l Inde Emergence de la Micro assurance dans le développement : Nouveau rôle pour l IMF? Stratégies multiples de mise en convergence des services de crédit et de transfert de risques Auto-assurance par l épargne et microcrédit Les fonds de crédits d urgence aux IMF : Expérience malgache Cas de l IMF indienne SHEPHERD : Stratégies multiples de gestion de risque Conclusion Notes destinées aux utilisateurs Ressources de renforcement des capacités complémentaires Références et autres ressources Metadonnés du module..16

4

5 Vers une politique de couplage des outils microcrédit et micro-assurance : impact en termes de lutte contre la pauvreté et de gestion de risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar: Note de politique 1 1. RÉSUMÉ Le microcrédit et la microassurance, inscrits dans le mouvement plus large de la microfinance, sont deux outils de gestion de risque actuellement développés par les gouvernements et les agences internationales de développement pour réduire la vulnérabilité à la pauvreté des populations en milieu rural. Les débats autour de la sécurisation du crédit évoquent de manière croissante les liens à construire avec des services d assurance adaptés aux risques rencontrés par les ruraux des pays en développement. Le couplage de ces deux instruments, suivant le développement du marché financier et bancaire du pays, pourra soit représenter une opportunité réelle de sortie des cercles de pauvreté, soit être une source supplémentaire de risque, d une part pour les institutions financières développant cette combinaison, d autre part pour les bénéficiaires, risquant de s enfermer dans des dynamiques de surendettement. Nous tenterons de proposer, à partir des expériences de gestion de risque de deux pays, l Inde, champion de la microfinance et Madagascar, au secteur bancaire encore très limité, les arguments nécessaires pour illustrer nos propos. Nous développerons enfin les multiples stratégies de transfert de risque qui pourront être complémentaires à l outil de microcrédit, stratégies différentes suivant le stade de développement bancaire des pays concernés. 2. INTRODUCTION Objectifs Les objectifs principaux de ce brief sur la politique de financement rurale sont de présenter les expériences de deux pays très différents, l Inde et le Madagascar, en microfinance. En l occurrence, ce brief traite de l articulation des politiques de microcrédit et micro-assurance comme stratégie efficace pour la gestion de risques, ainsi que les moyens divers qui existent pour la mise en œuvre par rapport aux particularités du pays en question, les risques associés et les besoins des bénéficiaires. En proposant des exemples d une variété de mécanismes différents qui rendent ce couplage possible, le brief a pour objectif de conclure que pour chacune des circonstances il est possible d adapter une stratégie de transfert et de gestion de risque en constituant des relations de partenariat entre ONG, les secteurs publique et privé, le gouvernement et les institutions de microfinance en accord avec les objectifs de développement du pays. Public cible Décideurs nationaux, cadres impliqués dans la planification et les politiques du secteur agricole ou dans la formulation de programmes de développement Connaissances préalables requises Il serait utile de disposer d une compréhension élémentaire de la microfinance, des marchés de crédit et du risque économique car celle-ci pourrait apporterait le contexte de ce brief, surtout en ce qui concerne les populations pauvres vivant en zone rurale des pays en voie de développement. Ceci dit, il n est pas nécessaire d avoir une formation

6 2 Module EASYPol 206 Présentation thématique générale technique en finance ou en économie pour maitriser les idées et exemples proposées dans ce document. Pour se procurer des documents relatifs à ces domaines, le lecteur pourra suivre les liens vers d autres modules EASYPol ou ouvrages de référence présents dans le texte 1. Des liens vers des modules EASYPol apparentés sont fournis à la fin du présent document.2 3. MICROFINANCE ET GESTION DES RISQUES : ORIGINE ET CONTRAINTES DE DEVELOPPEMENT EN MILIEU RURAL 3.1. La microfinance, outil de gestion de risque La microfinance, large gamme de produits financiers proposés aux populations des pays en voie de développement jusqu ici exclues des systèmes bancaires et assurantiels formels, est actuellement considérée comme l outil phare des agences internationales de développement en termes de gestion des risques et de lutte contre la pauvreté. En effet, la microfinance, élargissement progressif du microcrédit vers des services d épargne, d assurance (assurance récolte, bétail, biens, vie ou encore santé), de moyens de paiements, de transferts d argent, permettrait une diminution de la vulnérabilité aux risques des ménages. Le crédit en particulier pourra augmenter la capacité des ménages en milieu rural à faire face aux chocs en leur évitant d adopter des «stratégies d urgence», telles que la vente des moyens de production, le retrait des enfants de l école ou des stratégies réductrices de risques, maintien d un niveau élevé d auto-consommation vivrier dans des conditions de productivité médiocre, cumul de capital d épargne non valorisée (conservation du bétail, liquidité monétaire), couteuses et peu efficaces. Les individus, par le biais de la microfinance, n auraient ainsi plus besoin de «choisir» une relative pauvreté (choix moins risqués mais moins rentables) et pourraient assumer des activités à rendements plus élevés. 3 Les mesures ex ante de gestion de risque (telles que les produits de microfinance) donneraient en effet les incitations et les moyens nécessaires aux individus vulnérables de réduire l impact des risques. En soutenant l auto assurance via l épargne, en permettant l accès au crédit, en supportant le partage du risque au sein des communautés, en favorisant l introduction de produits d assurance conçus pour des contextes difficiles, la microfinance semble représenter un instrument puissant d émancipation des individus. Elle prendra, cependant, des formes différentes, plus ou moins efficaces suivant le niveau de développement du système financier du pays concerné et montrera suivant les caractéristiques qui en découleront plusieurs limites. Nous prendrons comme cas d étude l Inde, et l île de Madagascar pour illustrer notre papier. Revenons dans un premier temps 1 Les liens hypertexte vers EASYPol apparaissent en bleu : a) chemins d accès aux formations en gras souligné ; b) autres modules EASYPol ou documents EASYPol complémentaires en italique gras souligné ; c) liens vers le glossaire en gras et d) liens vers les sites extérieurs en italique. 2 Données de la pré évaluation du groupe de travail sur La finance rurale et la gestion du risque du programme PROSPERER. 3 Dercon S., Krishnan P., Vulnerability, Seasonality and Poverty in Ethiopia, in: Journal of Development Studies, 36(6).

7 Vers une politique de couplage des outils microcrédit et micro-assurance : impact en termes de lutte contre la pauvreté et de gestion de risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar: Note de politique 3 à l origine du mot microfinance et aux étapes de son développement. Nous pourrons ainsi dans la deuxième section détailler, en termes de lutte contre la pauvreté et de gestion de risque, les potentialités d une combinaison des outils microcrédit et micro-assurance. La dernière section tentera plus largement de déterminer différentes stratégies de transfert de risque à partir de l outil du microcrédit, stratégies à adapter aux conditions des pays concernés Origine de la microfinance : Des stades relatifs au développement plus ou moins avancé des systèmes financiers. Exemples de Madagascar et de l Inde L industrie de la microfinance a profondément changé au cours des vingt dernières années. A la fin des années 80, on ne parlait en effet que de microcrédit et non de microfinance, l accent étant mis à cette époque, d une part sur l octroi de prêts de montant réduit à des microentreprises afin de stimuler la génération de revenus et la création d emploi ; d autre part sur le caractère autosuffisant et durable de l outil en matière d autonomie des personnes. Par la suite, les organisations octroyant des microcrédits ont reconsidéré leur rôle en réalisant que le crédit seul était insuffisant pour permettre aux microentrepreneurs d atteindre leurs objectifs de développement. En effet, le crédit seul ne permettra pas nécessairement aux plus démunis de constituer des fonds propres, ni aux plus pauvres à faire face aux urgences. L utilisation du microcrédit pour résoudre des défis de développement dans des situations où la base de la subsistance des populations est détruite ou très précaire a rarement été un succès, étant plus souvent une nouvelle source de surendettement. Suite à cette prise de conscience du fait que les besoins en matière de services financiers des communautés à bas revenu étaient diversifiés, certaines coopératives de crédit ont commencé à se transformer en institutions de microfinance (IMF), en offrant également des services d épargne. Aujourd hui, les IMFs se posent la question d intégrer de nouveaux instruments financiers susceptibles de convenir aussi bien aux populations de bas revenus qu aux IMF elle-même. L extension des activités des IMF se prolongera alors logiquement par le développement de l assurance, outil de gestion des risques nouvellement considéré indispensable, du fait de la nécessité pour les IMF de diversifier leur portefeuille de crédit et d aider leurs clients à faire face aux risques encourus. Cependant, il faut dès maintenant souligner les difficultés du développement de l activité d assurance par rapport à celui des activités de crédit ou d épargne : Problèmes de hasard moral, de sélection adverse, besoin d un environnement riche en information, impossibilité de couvrir des risques covariants ou peu fréquents, problèmes concernant le paiement effectif des dédommagements en cas de sinistre minant la bonne volonté des clients à contracter une assurance La microassurance, contrats simples, peu onéreux et adaptés aux clients ayant de faibles revenus, devra surmonter les mêmes difficultés que les contrats d assurance marchande ainsi que des coûts de transaction élevés dû à leur petite échelle. Pourtant, comme dans le cas du microcrédit, et même si cela requiert d importantes subventions, la micro-assurance pourrait fournir un service à des clients ayant de faibles revenus, qui, autrement, continueraient à subir les rationnements du marché. La question est ainsi de savoir ici quelles seraient les conditions d une combinaison de la microfinance et la microassurance et surtout de voir si des articulations adéquates de ces deux domaines sont susceptibles ou non de permettre une meilleure inclusion économique

8 4 Module EASYPol 206 Présentation thématique générale et sociale des populations démunies. Les réponses qui pourront être données dans ce papier différeront beaucoup suivant que le pays concerné ait un marché financier et bancaire développé ou non. Voyons nos deux cas d étude, l Inde et Madagascar, deux pays de niveau de développement très éloigné. A Madagascar tout d abord, les activités de microfinance se sont développées au début des années 1990 pour pallier aux déficiences du secteur financier formel en milieu rural, marché dominé pendant longtemps par des prêteurs informels qui consentent aux paysans en difficulté des prêts à des taux usuraires dont la valeur actualisée peut atteindre 400% l an. Les institutions de microfinance, appuyées par le gouvernement malgache et les bailleurs de fond, deviennent rapidement le second acteur du marché financier rural en nombre de clients servis. On peut estimer que 50% des emprunteurs de ces institutions sont des ruraux, dont une majorité d agriculteurs. Au 30 septembre 2006, toutes institutions confondues, le secteur de la microfinance dispose de près de 300,000 clients servis à travers d environ 450 caisses, guichets, bureaux ou points de service. Il mobilise environ Ar 30 milliards de ressources auprès de ses clients et porte des encours de crédit pour environ Ar 40 milliards (USD 20 millions). Cependant, l impact des activités de microfinance sur le financement des activités agricoles est faible (moins de 40,000 exploitations agricoles bénéficient de crédits en septembre 2006, soit environ 1.6 % des producteurs et pour un total d encours qui peut être estimé à USD 15 millions). Le taux de pénétration de la microfinance en milieu rural est encore tout à fait confidentiel, de l ordre de 5 à 6 %. Les limites de cet outil sont en effet nombreuses : Taux d intérêt mensuels très élevés (entre 30 et 40 % pour les IMFs) ; demande de garanties réelles dont la contrevaleur doit être au minimum égale à 150 voire 200 % du montant du prêt ; Très peu d investissement se font sur moyen long terme La situation de l Inde est bien différente puisqu elle possède un des plus larges réseaux d institutions financières en milieu rural au monde : Plus de banques commerciales nationales, quasiment 3000 banques commerciales privées, banques rurales au niveau régional, environ coopératives de crédit Si 45,9 millions de ménages en milieu rural dans le pays (51, 4%), n ont pas accès au crédit (NSSO data), la microfinance joue tout de même un rôle très important. En effet, seul 27% du total des agriculteurs ont recours aux prêts du secteur bancaire formel (dans lequel un tiers emprunte à des sources informelles), les autres empruntant des voies de financement informelles. La microfinance s est ainsi développée de manière exponentielle au cours des dernières années : De 1993 à 2006, le taux de croissance annuel moyen du nombre de groupes d emprunteurs ayant reçu un prêt s établit à 82%. Il est de 110% en termes de montants alloués tant en matière d octroi de crédit et de mobilisation d épargne que d assurance. 35 à 40% (suivant les districts) des ménages exclus du système bancaire classique sont concernés. 4 Dans le cas indien, la microfinance ne se cantonne pas au seul outil du crédit mais a pu développer une large gamme d instruments financiers pouvant répondre aux besoins des populations à faibles revenus. Prenons l outil de la microassurance comme exemple. Trois phases se distinguent dans son développement. La première coïncide avec l introduction 4 Fouillet, Cyril et Augsburg, Britta. Mars Diffusion de programme d d articulation groupes de solidarité mutuelle et banques en Inde. Présenté à la Conférence sur la recherché en finance rurale, résultats en flux, FAO et FIDA, Rome, Italie. accédé le 29 janvier, 2009.

9 Vers une politique de couplage des outils microcrédit et micro-assurance : impact en termes de lutte contre la pauvreté et de gestion de risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar: Note de politique 5 des programmes ciblés de lutte contre la pauvreté tels que l Integrated Rural Development Programme (IRDP) 5. La deuxième phase de cette croissance correspond à l ouverture du crédit aux populations pauvres, mouvement entrainé par des institutions appelées Self Help Groups (SHGs). Cette seconde étape rend le rôle des ONG crucial en termes d appui à la création d IMF. La troisième phase de développement est liée à la création de mesures de sécurité sociale par le gouvernement. Alors que près de 90% de la population est exclue de toute forme institutionnalisée de protection sociale, le gouvernement prend conscience de la nécessité d étendre cette couverture aux groupes exclus (appartenant à l économie informelle) aux travers de diverses stratégies dont l appui aux nouveaux systèmes de micro assurance. Ce dernier outil prend aujourd hui de plus en plus d importance : Sur 51 systèmes de micro-assurance répertoriés, 43 d entre eux couvrent 5,2 millions de personnes (suivant l information disponible). Il est intéressant de noter que 66 % des systèmes de microassurance actuellement en fonctionnement sont liés à un service de microcrédit (IMF spécialisées ou non). Une question récurrente est alors posée : Les IMF doivent elles offrir des services d assurance et si oui de quelle manière pourrait elle rendre l assurance accessibles aux plus démunis? Les réponses seront, comme nous l avons indiqué, conditionnées par l état de développement de la microfinance décrite ci-dessus. 4. EMERGENCE DE LA MICRO ASSURANCE DANS LE DÉVELOPPEMENT : NOUVEAU RÔLE POUR L IMF? 4.1. Analyse de l articulation des outils de microcrédit et de micro-assurance : Potentiels et contraintes Au contraire de la microfinance, la problématique de la microassurance comme outil de développement est assez récente dans la littérature économique. Compte tenu de certaines similitudes notamment du point de vue du type de bénéficiaires, de la petite échelle des produits proposés, du savoir faire accumulé dans le domaine de la microfinance, la question de la pertinence du couplage entre la microassurance (qu elle concerne l assurance de santé, de la production agricole, ou d autres capitaux du ménage) et la microfinance est alors posée. Quels sont les effets d une articulation des deux outils sur le système de microcrédit? Sur le système de microassurance? Dans un premier temps, il est clairement nécessaire de souligner les différences de conception et de gestion entre une prestation de microcrédit et celle de microassurance. Selon un article 6 traitant de ce sujet «Dans le cas du crédit, les problèmes d exécution des contrats sont rencontrés par le créancier alors que dans le cas de l assurance, c est un problème rencontré par le client. Ensuite, avec le crédit, les emprunteurs et les prêteurs se 5 Ce programme prévoyait le soutien du secteur public aux compagnies d assurance qui élargissaient leurs activités aux populations pauvres du pays. Il comprenait les compagnies suivantes : Group Insurance Scheme for the Landless Agricultural Labourers (fusion avec le groupe Janashree Bima Yojana en 2000) ; Cattle Insurance Policy ; Kissan Agricultural Pump set Insurance ; Grameen Accident Policy ; et Janata Personal Accident policy. Les risques couverts les plus importants dans ces mécanismes correspondant à la protection des pauvres en cas de perte de leurs actifs, en cas de mort ou d accident. 6 Labie, M., Ngongang, I., Nyssens, M., Wele, P Analyser l articulation entre microfinance et microassurance santé : Réflexions à partir de trois cas béninois. Documents d économie et de gestion, Working paper 2006 / 2. Centre de Recherche Warocque. Université de Mons Hainaut, Mons, Belgique.

10 6 Module EASYPol 206 Présentation thématique générale contactent à plusieurs reprises durant la période de remboursement, ce qui implique régulièrement des transactions et des coûts de contrôle. Dans le cas de l assurance, la teneur en information du versement régulier de la prime est plutôt limitée. L assureur encourt seulement de faibles coûts de transaction parce que le contrat peut être facilement résilié lorsque la prime n est pas payée ; les coûts de transaction sont irréguliers et élevés seulement lorsqu une demande d indemnités survient». Les principales différences sont résumées dans le tableau suivant : Tableau 1 : Principales différences de gestion et de conception entre les outils de microcrédit et de microassuranc e à prendre en compte dans le cas d un couplage de ces instruments : 7 Prise de risque Décision du bénéficiaire de la souscription au mécanisme Gestion de liquidité Proximité culturelle MICROCREDIT Agence de microfinance doit avoir confiance dans le micro-entrepreneur, supporte les risques du contrat Offre qui doit être supérieure à ce que proposent les marchés informels d épargne et de crédit (soit moins cher, soit de meilleure qualité, soit une meilleure adaptation des produits proposés) Cycle de remboursement prévisible Suivi plus important des IMF Habitude de la caution solidaire au sein des communautés. Service financier plus attractif. MICROASSURANCE Bénéficiaire doit avoir confiance dans l institution de microassurance lors du versement des indemnités Association de la perception qu à l assuré du risque à couvrir et le cout de cette couverture (qui dépendra des liquidités disponibles du bénéficiaire) Les sinistres ne suivent pas un cycle aussi prévisible Concept de prépaiement de prime étranger des pratiques informelles de prévoyance. Mutualisation des risques moins attrayante pour le bénéficiaire. Quelques effets possibles d une articulation entre microfinance et microassurance sur le plan de la prestation de crédit et d assurance : Réduction de non remboursement des clients emprunteurs pour cause de choc sur la santé, de choc sur les moyens de production agricole, sur des actifs servant d épargne, etc (Miller et Northrip (2000) ; Lai (2000) ; Churchill (2004)). 8 Le microcrédit aide certainement une famille aux revenus faibles de développer des activités. Cependant, en période de crise obligeant les individus à décapitaliser (utilisation de son épargne si elle existe, vente de son bétail, de ses outils productifs, etc.) et à remettre en cause plusieurs années d accumulation liée au crédit, l assurance pourrait se révéler être un outil complémentaire indispensable au crédit. 7 Source : Idem. 8 Miller M. & Northrip Z., 2000 L assurance comme produit de microfinance, Note Technique n 4, Série Innovations en Microfinance, Bamako, 18 pages. Lai, M., Conférence virtuelle sur la micro assurance, ADA Dialogue, n 24, décembre, Luxembourg, Churchill C. F., La microfinance est elle une priorité pour les pauvres? Comprendre la demande de services financiers de gestion des risques, ADADialogue, n 33, juin, Luxembourg,

11 Vers une politique de couplage des outils microcrédit et micro-assurance : impact en termes de lutte contre la pauvreté et de gestion de risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar: Note de politique 7 Il faudra cependant vérifier que cette articulation d outils n entraine pas de coûts supplémentaires (assurance obligatoire pour avoir accès au crédit, formation à l assurance, etc.) entrainant une exclusion de certains bénéficiaires qui n auraient plus les moyens de prendre le crédit. Grâce au microcrédit, la microassurance devient plus accessible aux ménages. En effet, le lissage des problèmes de liquidité (coût des cotisations intégré, en majorant les taux d intérêt, dans le cout total du crédit, prêt complémentaire, etc.) et le résultat en termes de revenu des activités génératrices de revenus pourront aider le ménage à assumer les cotisations de l assurance. 9 Les effets de cette combinaison sur le plan institutionnel et avertissements/risques : Economies de coût de transaction : couts administratifs directs et frais de marketing. Cependant, cet avantage est à relativiser vus les risques à fournir ces deux services groupés, tels que gestion de la liquidité ; gestion des actifs / passifs plus risquée et moins transparente (l assurance ne doit pas devenir une source de financement bon marché) ; utilisation de l épargne collectée pour couvrir les indemnisations liées aux contrats d assurance lorsque les primes ne permettent pas d équilibrer le système. De plus, les risques que l individu, se voyant refuser une indemnisation, décide de ne pas rembourser leur prêt pour se faire justice, ou que, n ayant pas obtenu des conditions financières suffisantes, se retire du système de microassurance, ne sont pas à négliger. Enfin, un effet sur la mission de l organisation est à prendre en compte, le microcrédit ayant ces dernières années pris un tournant commercial alors que la microassurance souligne davantage la dimension de l intérêt général. En résumé, les effets d un couplage, en prenant les précautions nécessaires, peuvent être très positifs. L intérêt pour l IMF est de pouvoir se concentrer sur ses activités de base, tout en diversifiant ses produits ; le coût d investissement sur ce nouveau produit est défini clairement ; le lancement du produit peut également être plus rapide. Pour le client, les produits conçus par des professionnels de l assurance peuvent être plus intéressants et moins chers que ceux développés par les IMF. 10 Pour le partenaire (compagnie d assurance), l intérêt est de se positionner sur une clientèle qui ne serait pas directement atteignable, grâce au rôle de l IMF. Cette dernière doit cependant se poser la question de savoir s il est nécessaire pour son activité de développer des produits d assurance en complément de ses services d épargne et de crédit. En effet, deux autres produits classiques de microfinance peuvent permettre aux clients des IMF de gérer un risque, spécialement lorsque le préjudice est faible et le risque occasionnel : les comptes d épargne à vue et les prêts d urgence, stratégies qui pourront être préférées suivant la nature du risque et le niveau de développement des personnes Fonteneau B., avec la collaboration de Gueye, C., Ouattara, D.J., Koto-Yérima, A., Les défis des systèmes de micro-assurance santé en Afrique de l Ouest : cadre politique, environnement institutionnel, fonctionnement et viabilité, 10 Brown W. & Churchill C. F., Quelles leçons tirer des premières expériences de micro assurance? ADA Dialogue, n 33, Luxembourg, pp Churchill C. F., Les institutions de microfinance doivent-elles proposer des services d assurance? Techniques Financières et Développement, Epargne Sans Frontière, n 78, mars,

12 8 Module EASYPol 206 Présentation thématique générale 4.2. Modèles de combinaison possible Cas indien et malgache Une fois les contraintes prises en considération et la question de la pertinence de l articulation des deux outils posée, nous poursuivons l analyse avec la question de la forme du couplage. Différents modèles institutionnels ont été répertoriés à la page suivante pour la distribution de produits de microassurance :

13 Vers une politique de couplage des outils microcrédit et micro-assurance : impact en termes de lutte contre la pauvreté et de gestion de risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar: Note de politique 9 Tableau 2 : Modèles institutionnels possible pour la distribution de produits d assurance Modèle «assureur intégral» Modèle «partenaire -agent» Modèle «mutuelle & coopérative d épargne et de crédit» Modèle «fournisseur» Modèle «franchisé» Description : Assureur (compagnie d assurance commerciale, IMF, etc.) est le seul chargé de toutes les principales fonctions de l assurance (conception / production, souscription et distribution des polices d assurance, gestion technique et administrative du produit, règlement des sinistres inclus), sans recours à des partenaires externes. L assureur peut aussi vendre ses polices à travers un réseau d agents salariés ou commissionnés (réseau indépendant mais mandataire de l assureur). Avantage : L IMF dans ce modèle ne prend aucun risque. En revanche, c est grâce à l IMF que l assureur a accès à un marché qui lui est généralement inaccessible. On tend généralement à privilégier ce modèle lorsque les partenaires font défaut ou sont jugés peu fiables. Description : Ce modèle repose sur la collaboration entre une compagnie d assurance commerciale et un agent de distribution (IMF ou autre) qui fournit des services à une clientèle à faible revenu. L IMF est alors un agent d assurance, et vend des polices au nom de l assureur, contre une commission. L IMF est aussi responsable du service après-vente (contrôle des sinistres, présentation des demandes d indemnités). La compagnie alimente les réserves financières, fixe les primes, supervise l indemnisation et garantit le respect des dispositions légales, tout en assumant le risque. L agent se charge de la distribution et facilite le transfert rationnel du risque, des ressources et de l expertise entre le secteur formel et informel. Les entités distinctes gardent chacune ses spécificités professionnelles. Avantage : L IMF peut servir de réseau intermédiaire efficace, sans prenant pour autant de risque. Des conventions sur le partage de locaux, sur les fichiers client, permettent cependant une économie de cout de transaction. Concernant l assurance commerciale, l avantage de ce modèle est de dépasser le problème de son manque de connaissance des populations à faibles revenus et de légitimité auprès de celles ci. En ce qui concerne l IMF (ou autre organisation non spécialisée en assurance), ce partenariat permet de corriger son manque d expertise technique et financière, d éviter une formation longue et coûteuse des agents de crédit sur les produits d assurance. Description : Les souscripteurs sont aussi les propriétaires et les gestionnaires du système d'assurance, les structures de microcrédit et de micro-assurance fusionnant en une structure unique : la coopérative. Les membres sont impliqués à la fois dans la conception, le développement et la vente des produits. Ils peuvent également négocier, dans le cas de l assurance santé, avec des prestataires de soins de santé extérieurs. Avantage/Limite : Les membres de la coopérative ont la connaissance précise de leurs besoins et donc adapteront correctement les produits. La coopération entre eux peut également être source d économie de coûts. Limite est une question d échelle : la bonne gestion d une mutuelle suppose de ne pas dépasser un certain nombre de membres. Cependant, pour limiter le risque et rentabiliser l activité, un assureur a tout intérêt à élargir au maximum sa base de clientèle. Par ailleurs, les mutuelles peuvent être confrontées aux faiblesses en termes de gouvernance de tout système autogéré (conflits élus / salariés, dérives au profit de certains élus), si des garde-fous adaptés ne sont pas mis en place. Description : Ceci est un modèle qui concerne l assurance santé par lequel l assureur intègre tout ou partie de l offre de soins. Ces modèles font participer des hôpitaux et cliniques selon un mode de paiement forfaitaire et fondé sur la mutualisation des risques. Avantage/Limite : L intérêt pour l assureur est de maîtriser la qualité de l offre de soins, cruciale pour fidéliser les assurés. La faiblesse du modèle est la difficulté à viabiliser financièrement à la fois le système d assurance et l offre de soins ; pour y parvenir, une masse critique importante d assurés doit être atteinte. Description : Dans ce modèle, l assureur professionnel loue sa licence, assigne une partie de son capital avec éventuellement un traité de réassurance au franchisé tandis que ce dernier (généralement une IMF) est responsable de la conception du produit, de sa tarification, des pertes et des gains enregistrés.

14 10 Module EASYPol 206 Présentation thématique générale Ainsi, plusieurs formes d externalisation, de modèle de transfert de risque, sont envisageables 12 : Confier l activité de micro-assurance à un assureur (modèle «partenaire-agent») : Le choix du partenaire, et la bonne entente entre les deux parties, sont des éléments clés d un bon fonctionnement. C est la stratégie qui aurait le plus grand potentiel de développement aujourd hui, puisqu il s agit d une relation «gagnant-gagnant». Externaliser le risque en créant un portefeuille d assurance au sein de l IMF : L IMF achète une police qui protègera son portefeuille de prêts contre le décès des emprunteurs. Cette solution permet à l IMF de limiter le risque sur son portefeuille de prêt mais n offre qu une protection très limitée aux clients de l IMF (formule qui ne permet pas à l IMF de proposer réellement des produits d assurance). De plus, si l IMF rend obligatoire l assurance décès pour accéder au crédit, les clients peuvent réagir négativement et refuser le crédit. Externaliser par une entité commerciale distincte : Il s agit de créer une filiale ou société distincte, à qui l IMF confie ses activités d assurance. Le partage des tâches et responsabilités est ensuite le même que dans le premier cas de partenariat avec une compagnie d assurance. L intérêt, par rapport au partenariat avec une compagnie d assurance, est potentiellement d avoir une convergence d intérêt et des liens plus forts (capitalistiques, notamment). L IMF est, là aussi, déchargée du risque. Cette option peut convenir à des IMF de taille conséquente, si l environnement réglementaire les y autorise. Externaliser le risque par la réassurance : Service d assurance pour les compagnies d assurance, la réassurance permet à l IMF de limiter le risque (limiter son exposition à des risques covariants tels que les risques climatiques, épidémiques ). Le réassureur joue un rôle d assistance technique et de supervision pour prévenir certains risques de l IMF (antisélection, risque moral, fraude), pour évaluer sa solidité institutionnelle. La police de réassurance la plus adaptée à une IMF est la réassurance en excédent de pertes : le réassureur prend en charge les sinistres, au-delà d une somme déterminée d avance. La difficulté est que les micro-assureurs non agrées ont rarement accès au marché de la réassurance. Il est possible en revanche pour l IMF d établir un partenariat avec une compagnie d assurance formelle, qui accepte de jouer le rôle de réassureur. Externaliser des activités d assurance spécifiques : Dans cette option, l IMF confie à un cabinet de consultants ou à une compagnie d assurance quelques fonctions récurrentes, qu elle ne souhaite pas gérer directement : Souscription réalisée par un assureur ; Tarification confiée à un actuaire ; Contrôle interne réalisé par un cabinet d audit, Perception des primes et paiement des indemnités traités par une banque, Gestion (y compris l archivage et l analyse) des données confiées à une société spécialisée en gestion de l information ; Etudes de marché confiées à des consultants spécialisés. Cela peut être une externalisation temporaire, jusqu à ce que l IMF ait acquis la compétence nécessaire pour gérer elle-même ces aspects. Là encore, la qualité et les compétences du partenaire sont décisives. 12 Churchill G, La microassurance est elle une priorité pour les pauvres? Comprendre la demande de services financiers de gestion des risques, BIT.

15 Vers une politique de couplage des outils microcrédit et micro-assurance : impact en termes 11 de lutte contre la pauvreté et de gestion de risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar: Note de politique Le choix d une ou l autre solution dépendra principalement de la taille et de l efficacité du marché bancaire et financier du pays d appartenance de l IMF. En effet, l articulation des outils microcrédit et micro-assurance est aujourd hui plus développé et plus envisageable en Inde qu à Madagascar où il est encore difficile d ouvrir un simple compte bancaire faute de remplir toutes les conditions exigées (carte d identité, dépôt minimum qui est souvent un maximum pour les populations pauvres, etc.). Le profil même de l IMF (ONG, Institutions financières réglementées, banque nationale, etc.) aura également un impact sur sa capacité à offrir des services d assurance. Une institution récente ou de petite dimension, ne disposant pas encore de procédures de gestion efficaces pour la collecte d épargne, la distribution de crédit ou en déficit d exploitation, ne sera pas prête à diversifier son activité vers l assurance, et aura des difficultés à jouer un rôle d intermédiaire efficace pour une compagnie d assurance. Le marché bancaire malgache n est donc pas, pour le moment, un environnement propice à l expansion de tels mécanismes articulant microcrédit microassurance. Cependant, nous devons nuancer nos propos en différenciant les différents produits d assurance. En effet, certains produits d assurance sont plus aisés à mettre en œuvre que d autres : les contrats d assurance à court terme sont plus faciles à gérer ; l assurance vie est très souvent plus facile à mettre en œuvre que l assurance santé ou l assurance patrimoniale (vérification du sinistre, estimation de l indemnité, asymétries d information). Ainsi, nous pouvons retirer de l expérience malgache plusieurs systèmes de gestion de risque attaché au principe de l articulation crédit assurance : Assurance mortalité des vaches laitières de FERT : Il s agit d un système permettant aux producteurs d accéder à la fois à un crédit pour l achat d un animal (vache laitière) et en même temps à une assurance (obligatoire ou facultative) en contrepartie de paiement d une cotisation, pourcentage prédéterminé calculé sur le capital dû. Crédit bail du CECAM associé à une assurance décès : Association d un crédit bail (LVM CECAM) : Il s agit de l investissement productif dans une vache laitière de l entreprise TIKO et d une assurance décès de l emprunteur (Assurance FIFATA), permettant de couvrir les héritiers de l emprunteur à concurrence de la valeur résiduelle du capital restant à rembourser au moment de son décès éventuel. Ce contrat d assurance décès ne représente aucun surcoût pour l emprunteur. En effet, TIKO offre une bonification du taux d intérêt du prêt contracté par l éleveur (cette bonification est versée à premier jour du prêt dans son intégralité sur un compte CECAM, rémunéré environ à 9%). Les intérêts dus à l URCECAM au titre du prêt seront prélevés en 24 mensualités par l URCECAM. Durant cette période, le montant de la provision constituée par TIKO génère lui-même des intérêts, qui vont alimenter un fonds d assurance servant à assurer le risque décès de l emprunteur. En Inde, un nombre croissant d IMF s intéresse à la micro-assurance pour d une part avoir la possibilité de mieux servir la demande de leurs clients, pour fidéliser ces derniers, et en protégeant leurs emprunteurs contre divers aléas, pour réduire leur propre risque. Le développement exponentiel de la microfinance et la diversité des IMF illustre bien la créativité de la gestion de risque dans le pays. La plupart d entre elles utilisent le modèle de «partenaire agent». L IMF ASA (Activists for Social Alternatives), par exemple, regroupant membres en 2004, possède aujourd hui une très bonne compréhension de la conception du service d assurance et de ses exigences. Cette IMF propose à la fois une

16 12 Module EASYPol 206 Présentation thématique générale assurance vie non obligatoire (somme constante assurée qu elle que soit la cause du décès afin de simplifier les procédures d indemnités), et une assurance bétail en partenariat avec New India Insurance (assurance obligatoire pour tout prêt destiné à une activité d élevage). Entre 1998 et 2003, elle collabore avec six partenaires différents et a mis en 2004 en concurrence deux assureurs (Allianz-Bajaj et AMP Sanmar) travaillent sur différentes régions pour décider lequel des deux partenariats sera le plus bénéfique à son institution. Cette stratégie a amené AMP Sanmar a enlevé la clause d exclusion sur le suicide (applicable la première année), a renoncé aux certificats médicaux et d invalidité de travail, a augmenté la limite d âge et a baissé les prix Une autre IMF, SPANDANA, a par contre, suite à des retards significatifs dans le règlement des demandes d indemnités, rompu ses contrats avec les compagnies d assurance et propose maintenant ses propres produits. Elle offre ainsi un produit d assurance vie sur le crédit, assurance obligatoire qui profite à l IMF en générant un flux de revenu additionnel tout en réduisant le risque de crédit. La couverture supplémentaire du conjoint de l assuré a été un argument de vente important. Elle offre également une assurance sur le logement (Credit Life). Les marchés bancaire et assurantiel indiens ont pu permettre aux IMF d ouvrir leurs activités à l assurance et d adapter leurs schémas de prestations (entre assurance et auto-assurance lorsqu il existe une vulnérabilité aux risques covariants des clients) aux contraintes de la population à faible revenu qu ils ciblaient. L expérience de ces organisations indique que le modèle «agent-partenaire» est loin de la perfection mais il existe au travers des négociations une marge d amélioration. De plus, la micro-assurance doit être considérée seulement comme une des stratégies envisageables en gestion des risques. Ces stratégies multiples seront développée dans notre dernière section, toujours appuyées des expériences malgaches et indiennes. 5. STRATÉGIES MULTIPLES DE MISE EN CONVERGENCE DES SERVICES DE CRÉDIT ET DE TRANSFERT DE RISQUES 5.1 Auto-assurance par l épargne et microcrédit En parallèle d une adaptation des produits d assurance aux populations à faible revenu, ces dernières peuvent également être aidés à se protéger elles-mêmes : «L auto-assurance représente une importante possibilité, à condition que de meilleurs instruments, appropriés aux pauvres soient proposés». 13 Selon l auteur, le problème majeur de l auto-assurance par les actifs est de développer des mécanismes risqués, fortement corrélés avec les revenus. Les produits d épargne financiers sont quant à eux typiquement non adaptés aux pauvres, offrant des rendements faibles ou négatifs, et impliquant des coûts de transaction très élevés et une crédibilité sans faille de l institution. 14 Aujourd hui, les initiatives développant les instruments d épargne sont rares, l épargne flexible à des fins préventives n étant généralement pas encouragée. Développer une stratégie de gestion de risque par l épargne ne signifie pas l abandon de celle du microcrédit, au contraire. «Augmenter les actifs et les revenus par le crédit, qui à leur tour permettent à l épargne d augmenter, constitue un cercle vertueux qui crée un pare-choc contre les futures épreuves». 15 Le couplage d instruments assurance et crédit redevient ainsi pertinent en permettant aux IMF d offrir des produits 13 Dercon S., Morduch et Sharma, Dercon S., 2006.

17 Vers une politique de couplage des outils microcrédit et micro-assurance : impact en termes 13 de lutte contre la pauvreté et de gestion de risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar: Note de politique flexibles qui permettent aux pauvres d avoir accès au crédit alors qu ils sont confrontés à un risque important. 5.2 Les fonds de crédits d urgence aux IMF : Expérience malgache La réalisation de certains risques, catastrophiques (ouragan, sécheresse sur la production, etc.) ou incapacitant (maladie, accident) contribuent à réduire la capacité de résilience des ménages les plus pauvres aux chocs, que ce soit par l épargne ou encore par l articulation crédit assurance. Ainsi, des fonds de crédit d urgence ou de crédit social peuvent être constitués pour être mobilisés en cas de catastrophe ou de choc sur la santé. Ces fonds de crédit sont des réserves financières, généralement constituées par la subvention initiale d un bailleur de fonds, débloquées afin que les IMF soient en mesure d octroyer des crédits aux victimes, afin que la demande immédiate de liquidité des ménages touchés soit satisfaite : «En théorie, les clients bénéficient d un accès facilité aux liquidités en période de nécessité, et les IMF d une réduction des impayés et de l amélioration de la fidélité des clients ; quant aux bailleurs, ils sont censés tirer profit d une efficience accrue dans le décaissement des fonds d appui, et du développement d un mécanisme proactif et permanent d aide aux victimes de catastrophes, se substituant aux réponses ponctuelles toujours élaborées dans l urgence» Les fonds de crédit d urgence peuvent être soit gérés par : l IMF elle-même : Le bailleur de fonds injecte des fonds initiaux dans une IMF, afin que cette dernière octroie des crédits aux ménages touchés. Le bailleur conserve une certaine responsabilité au niveau du suivi des résultats du fonds, mais l IMF est pour l essentiel responsable des autres activités. Des institutions multiples : Les fonds développés par CARE et la BID par exemple peuvent servir plusieurs IMF. Les bailleurs, après examen des demandes de fonds des IMF, octroient des crédits à ces IMF qui les re-prêtent ensuite aux clients victimes de la catastrophe. De même, en ce qui concerne le recouvrement, les clients remboursent leur crédit à l IMF, qui rembourse à son tour le fonds de crédit. L IMF et les institutions multiples : Les organismes bailleur procurent les fonds initiaux à chaque IMF participante en tant que subvention non renouvelable. Chaque IMF est ainsi responsable de la gestion continue du fonds. Par exemple, à Madagascar, le «crédit social» du réseau CECAM, appelé dans un premier temps, «crédit dépannage», a été lancé par l IMF elle-même, sans appui financier ni technique extérieur. Ce crédit social prend en compte les contraintes de l économie familiale : besoins de trésorerie urgents, imprévus et non productifs (problème de santé par exemple). En 2002, ce crédit a été ouvert au financement des frais de scolarité. Alors même qu il est très coûteux, le crédit social est très largement apprécié pour la rapidité avec laquelle il peut être débloqué. Très peu de défaillances de ce principe ont été signalées dans les entretiens. Ce crédit peut être obtenu dans un délai de quelques jours et permet de faire face à l urgence. La plupart des utilisateurs insistent sur le fait qu il leur a évité de décapitaliser et qu ils ont préféré prendre ce crédit et en payer le taux d intérêt élevé plutôt que de vendre un bien qui 16 Brown W. et Nagarajan G., 2000, Fonds de crédit d urgence pour les IMF : une expérience en cours, Calmeadow

18 14 Module EASYPol 206 Présentation thématique générale serait plus difficile à récupérer ultérieurement. L ouverture du crédit au financement des frais de scolarisation a été perçue de manière très positive. La part du crédit sociale reste très limitée (2 % des octrois de crédit du CECAM en 2002) étant donné un taux d intérêt de 4 % par mois, taux apparaissant d autant plus élevé aux emprunteurs qu ils mobilisent ce crédit dans des situations graves (maladie, hospitalisation, décès, ). L autre problème très souvent soulevé dans les entretiens 17 à propos de ce crédit est le fait que le montant de l intérêt est retiré au moment de l octroi du crédit et entame donc la somme obtenue. La durée du remboursement est jugée trop courte par un certain nombre de ménages (les taux de remboursement du crédit social confirment cette information : médiocre à 0 jours, ils s améliorent considérablement à 30 et surtout à 90 jours). Certains membres signalent qu ils ont du mal à obtenir des services de santé le certificat médical qui est nécessaire pour l obtention des crédits maladie (éloignement des services, corruption, ). Il est difficilement utilisable à long terme (maladies chroniques). Le crédit social est utilisé et reconnu par tous les groupes, quel que soit leur niveau d aisance économique. Il est mobilisé pour les dépenses de santé, mais aussi d écolage. Le poids du taux d intérêt est bien évidemment trop lourd pour un ménage pauvre. Cependant, les ménages reconnaissent que quand le seul choix est l usurier et ses taux deux, trois ou quatre fois plus élevés que le taux CECAM, le crédit social devient une alternative crédible 18. L expérience malgache du réseau CECAM, très restreinte pour le moment, demanderait sans doute d être soutenu de l extérieur, d une part financièrement et d autre part techniquement par les bailleurs de fonds ou le gouvernement. Ce mécanisme du crédit d urgence ouvre tout de même plusieurs interrogations : Est-ce que toutes les IMF ont besoin d une protection de ce type? Les fonds de crédit d urgence doivent-ils être conçus comme un mécanisme permanent de protection contre les catastrophes, ou doivent-ils avoir des cycles de vie limités? Les fonds ne risquent-ils pas de pousser les IMF à prendre moins de mesures préventives contre les pertes associées aux catastrophes? 5.3 Cas de l IMF indienne SHEPHERD : Stratégies multiples de gestion de risque SHEPHERD, IMF indienne créé en 1995 à Tamil Nadu, combine depuis plus d une dizaine d années des produits de crédit et d assurance. Cette IMF, élément d un réseau de Self Help Group (SHG) a pour particularité d adopter une perspective holistique en aidant les personnes à bas revenu dans la gestion de leurs risques. Elle axe ainsi ses activités non seulement sur de nouveaux produits d assurance mais intègre également des produits d épargne et de crédit, services utilisés aussi bien pour gérer les risques qu en services non financiers de prévention des risques (services vétérinaires, centre de santé). Cette couverture globale, appelée UNI MICRO, conçue avec l United Indian Insurance Company (UIIC), inclut ainsi l assurance parmi toute une série de dispositifs d intervention : Sécurité alimentaire : Les membres des groupes de crédit sont invités à mettre de côté une poignée de riz lors de chaque réunion ; au fur et à mesure de l accumulation de ces réserves, il est possible d en faire l avance aux participants ou de les distribuer aux plus nécessiteux. 17 Wampfler, B., Analyse de l impact du réseau CECAM : Principaux résultats de la première année d étude, CIRAD, Paris, France. 18 INSTAT Dynamiques rurales à Madagascar : Perspectives sociales, économiques et démographiques, Colloque scientifique INSTAT, ROR (EPP/PADR), IRD et GIE DIAL

19 Vers une politique de couplage des outils microcrédit et micro-assurance : impact en termes 15 de lutte contre la pauvreté et de gestion de risques? Leçon à tirer des expériences de l Inde et de Madagascar: Note de politique Protection du revenu à travers l assurance vie (frais de transport funéraire compris) : Fourniture de services d épargne et de crédit par l intermédiaire de groupes d entraide (Self Help Groups), l activité crédit constituant typiquement un moyen de soutenir des activités génératrices de revenus. Protection du revenu à travers le bétail : Produit d assurance bétail mis en place avec l UIIC et basé sur trois principes : la prévention s opérant par l intermédiaire de rassemblements réguliers de bétail destinés à son entretien (organisation et vétérinaire fourni par l IMF) ; la promotion en formant des vétérinaires «aux pieds nus» afin qu ils apprennent aux SHG à s occuper correctement de leurs animaux et à administrer des soins si nécessaire ; et la protection en offrant une assurance sur les animaux (couverture de la mort accidentelle ou naturelle de l animal). Couverture des soins de santé : UNI MICRO HEALTH INSURANCE SCHEME : couverture du traitement des patients, frais d hospitalisation, prime d invalidité permanente, indemnité d invalidité et d hospitalisation à court terme. En complément du produit d assurance, SHEPHERD organise régulièrement des rencontres médicales (premier diagnostic) et offre des crédits d urgence en particulier pour la naissance des enfants. Garantie d un bien : Appendice au produit proposé par Uni micro qui inclut l assurance des lieux d habitation. Uni micro, couvrant bénéficiaires en 2005, combine ainsi différents risques et conserve un prix uniforme pour toutes catégories d âge. En suivant un modèle d «agentpartenaire», Shepherd est lié à deux compagnies publiques d assurance, qui supportent tous les risques des produits. A partir de cette expérience indienne, c est dans cette logique, plurielle et flexible de la gestion de risques, que l IMF doit construire ces produits de crédit et d épargne, d assurance quand elle le peut. En effet les outils de gestion de risque sont relativement facilement intégrables dans plusieurs environnements d intervention (sécurité alimentaire, aménagement du territoire, appuis filière, adaptation au changement climatique ) 6. CONCLUSION Crédit, épargne, assurance, cet ensemble de mesures ex ante de gestion de risque peuvent fournir une protection importante et même essentielle aux individus et à leurs familles, en cas de choc sur le revenu ou sur la santé. Les alternatives sont nombreuses et un choix correct de la stratégie est primordial. Pour étendre son réseau de microfinance, Madagascar devra dans certains cas développer ses produits de microassurance mais cette stratégie ne devra pas être pensé seule. Plusieurs autres mesures pourraient en effet améliorer ce taux de pénétration de la microfinance en milieu rural malgache : Mécanisme de subvention du cout du crédit ; Partenariat entre établissement financiers dans l objectif de partage de risque ; Mécanisme de refinancement et de garantie soutenu par des fonds publics adapté au secteur informel rural Et le mécanisme assurantiel qui est actuellement pris en compte dans le cadre de la préévaluation de Juin 2007 du Programme de Soutien aux Pôles de Micro Entreprises Rurales et aux Economies Régionales (PROSPERER). Ce programme a en effet abordé la possibilité de

20 16 Module EASYPol 206 Présentation thématique générale mettre en place un mécanisme d assurance pérenne et abordable couvrant les risques encourus par les Micro Entreprises Rurales dans leur activité ainsi qu un mécanisme de partage de ces risques incluant différents partenaires publics / privés (sociétés d assurance et de réassurance, état malgache et bailleurs de fonds). Notons pour terminer cet article que des mesure ex post, fournissant des transferts (Programmes d aide ciblée, d auto-sélection, programme de travail contre nourriture) à ceux affectés par un risque non assuré, seront toujours nécessaires dans un système de protection sociale ciblée sur les risques pour pouvoir garantir à tous une protection sociale et un niveau de vie minima. 7. NOTES DESTINÉES AUX UTILISATEURS 7.1 Ressources de renforcement des capacités complémentaires Les modules EASYPol complémentaires sont les suivants : Bockel, L., Thoreax, M., Note de politique. Résilience des communautés rural aux accidents climatiques: un besoin de changement d échelle (Madagascar, Haiti), Agricultural Policy Support Service, Policy Assistance and Resource Mobilization Division, FAO, Rome, Italy. EASYPol Module 204 Bockel, L., Policy Brief : Rural Policy Recommendations Issued from Risk Management Policy Review and Soaring Food Price Diagnosis in Madagascar, Agricultural Policy Support Service, Policy Assistance and Resource Mobilization Division, FAO, Rome, Italy. EASYPol Module 205 Bockel, L., Sayagh, S., Thoreux, M., Note de politique: Leçons et recommandations en matière de politiques de développement (Niger, Inde), Agricultural Policy Support Service, Policy Assistance and Resource Mobilization Division, FAO, Rome, Italy. EASYPol Module REFERENCES ET AUTRES RESSOURCES Cette étude a été réalisée à partir des documents de travail réalisés début 2008, traitant de la gestion de risque en Inde et à Madagascar : Rao K. N., Risk management of small farms in India, FAO, Rome, Italie. Andrianarivelo, Rahelimihajandralambo, Thoreux Bockel, L., Intégration d outils et de mesures de gestion des risques agricoles et agro-climatiques dans le Madagascar Action Plan, FAO, Rome, Italie. Textes utilisés pour le papier : Dercon S., Krishnan P., Vulnerability, seasonality and poverty in Ethiopia, in: Journal of

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Entre de bonnes mains/

Entre de bonnes mains/ Assurance de protection juridique pour les médecins et le personnel médical Entre de bonnes mains/ Les risques juridiques dans le domaine de la santé ne sont pas comparables à ceux encourus dans d autres

Plus en détail

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Les instruments financiers cofinancés par le Fonds Social Européen sont des outils durables et efficaces pour investir dans la croissance

Plus en détail

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives UNIVERSITE HASSAN II JOURNEES D ETUDES Faculté des Sciences Juridiques, 20 Mars 2015 Economiques, et Sociales Casablanca Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect PLANET GUARANTEE MALI One World to protect Sommaire Sommaire I. Présentation de PlaNet Guarantee II. Présentation de PlaNet Guarantee Mali I. Assurance Récolte Sahel II. Santé pour tous III. Lakana 2 3

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques Mardi 13 janvier 2004 Karin BARLET Nous vous proposions le 25 novembre dernier un Bim sur les schémas d intervention des banques commerciales

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie À l usage exclusif des conseillers Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie FINANCIÈRE SUN LIFE Temporaire Sun Life Vie primes limitées Sun Life Universelle Sun Life et Universelle Sun Life Max Vie

Plus en détail

Centrale des crédits aux entreprises : les organismes de microcrédit devraientils y participer?

Centrale des crédits aux entreprises : les organismes de microcrédit devraientils y participer? Centrale des crédits aux entreprises : les organismes de microcrédit devraientils y participer? Des recommandations au sujet de la Centrale des crédits aux particuliers ont déjà été formulées par le Réseau

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques...

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques... Table des matières CHAPITRE 1 L information médicale... 17 1 La sélection des risques... 18 2 Le cas du décès... 18 CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21 1 Préambule... 22 2 La notion d accident...

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Dossier de presse. L assurance vie en Tunisie. L assurance automobile en Tunisie

Dossier de presse. L assurance vie en Tunisie. L assurance automobile en Tunisie Dossier de presse L assurance vie en Tunisie L assurance automobile en Tunisie Table Ronde 7 Avril 2009 (Réalités) Quel rôle pour les assurances dans l accompagnement du développement des économies en

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

Contexte. Description de l offre

Contexte. Description de l offre Offre combinée EN GESTION DE PATRIMOINE Protection du rêve de retraite Présentation de l offre Contexte Dans une optique de rapatriement et de développement des affaires, l offre combinée «Protection du

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

Insurance of agricultural Risks. Jeudi 30 Janvier 2014

Insurance of agricultural Risks. Jeudi 30 Janvier 2014 Insurance of agricultural Risks Jeudi 30 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Brève introduction d Al Amana Microfinance et de son historique dans le rural 2. Mécanisme d Assurance interne et comportement 3. Analyse

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK Présenté par Stephanie Diakité, CATEK FINANCEMENT A COURT TERME Le financement nécessaire pour couvrir le coût d achat ou de production, de conditionnement et d expédition des produits finis pour livraison

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine L industrie de la microfinance en Bosnie Herzégovine est régie par l une des politiques les plus progressistes au monde en matière d information sur

Plus en détail

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010 Garanties ARIZ La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME Février 2010 Obstacles au crédit aux PME dans les pays en développement Le prêt aux PME est une activité émergente que les banques

Plus en détail

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Résumé du projet de Guide de l OCDE pour des chaînes d'approvisionnement agricoles responsables, qui était soumis a consultation en janvier-février 2015 Dans les années

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics Nous avons vérifié

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

P ES E E S N E TA T TI T O I N A L A L F A F SK S O

P ES E E S N E TA T TI T O I N A L A L F A F SK S O PRESENTATION A LA FASKO 2012 ASSURANCE AGRICOLE ET MUTUELLES DE COUVERTURE DE RISQUES AGRICOLES Mohamed Ali amohamed@ifdc.org CONTEXTE DEFINITION PLAN FORME D ASSURANCE EMPIRIQUE AU MALI ASSURANCE DANS

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION LA SMAEX, INSTRUMENT DE SÉCURISATION DES EXPORTATIONS Nezha LAHRICHI Présidente Directrice Générale 02 Novembre 2009 1 A propos de la SMAEX: Exporter c est

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Objectifs de développement et stratégies d appui pour la micro assurance de santé dans les PED.

Objectifs de développement et stratégies d appui pour la micro assurance de santé dans les PED. Objectifs de développement et stratégies d appui pour la micro assurance de santé dans les PED. Alain Letourmy (CNRS, CERMES), Aude Pavy- Letourmy (CERDI), Pascal Brouillet (AfD) Cerdi, 1er décembre 2005

Plus en détail

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire)

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire) Assurance Arrêts de travail Cette assurance s appelle aussi l assurance complément de revenus (ou assurance perte de revenus). En cas d arrêt de travail dû à la maladie, à un accident vous conserverez

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

Investir dans la pierre

Investir dans la pierre GE Money Bank Financements immobiliers Investir dans la pierre GE imagination at work* *GE l imagination en action Investir dans la pierre Vous avez fait le choix d un investissement immobilier locatif,

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso L expérience de la p Mutuelle de santé régionale de Sikasso La MUSARS La MUSARS (Mutuelle de santé régionale de Sikasso) offre des produits d assurance maladie: basés sur un mécanisme d entraide, de solidarité

Plus en détail