PROGRAMME DE FORMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME DE FORMATION"

Transcription

1 PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour l élaboration des politiques ETUDES DE CAS ET RAPPORTS Module EASYPol 149

2 par Ron Kopicki, chargé des investissements, Banque mondiale, Washington DC, Etats Unis et Calvin Miller, fonctionnaire principal, Service de la gestion, de la commercialisation et des finances agricoles, Division des infrastructures rurales et des agro-industries, FAO, Rome, Italie pour le compte de ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE Le programme de formation aux politiques de la FAO a pour but de former les responsables de haut niveau de l'élaboration des politiques des pays membres en matière de politiques et de stratégies de développement agricole et rural. Pour ce faire, il leur fournit des connaissances avancées, facilite l'échange de savoir et présente des mécanismes pratiques d'application des changements apportés aux politiques. À propos d EASYPol EASYPol est un référentiel interactif multilingue en ligne qui propose des ressources téléchargeables visant à renforcer les capacités en matière d'élaboration de politiques alimentaires, agricoles et de développement rural. L'adresse de sa page d accueil est Les ressources d'easypol sont créées et mises à jour par le Service de soutien aux politiques agricoles de la FAO. Les termes employés et la présentation du contenu de ce document d information ne représentent en aucune manière l opinion de l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture quant au statut juridique d'un pays, d un territoire, d une ville ou d une région quelconque ou de ses autorités ou quant à la délimitation de ses frontières ou limites. FAO janvier 2008 : Tous droits réservés. La reproduction et la diffusion des documents accessibles sur le site Web de la FAO aux fins de formation ou autres fins non commerciales sont autorisées sans permission écrite préalable des détenteurs des droits d auteur, à condition que la source en soit clairement mentionnée. La reproduction de leur contenu aux fins de revente ou autres fins commerciales est interdite sans l autorisation écrite des détenteurs des droits d auteur. Il convient d adresser ces demandes d autorisation à :

3 Programme de formation aux politiques de la FAO Sommaire 1. Contexte Questions Notes à l intention des lecteurs Liens EASYPol...3 Métadonnées du module...5

4

5 Programme de formation aux politiques de la FAO 1 1. CONTEXTE Plus de trois milliards de téléphones portables fonctionnent actuellement dans le monde et 70 % de la population totale des pays en développement sont couverts par des réseaux de téléphonie mobile. L Afrique est le marché mobile à la plus forte croissance au monde. La base d abonnés du continent a progressé de 66 % en 2005 (135 millions d utilisateurs) contre 11 % seulement en Europe occidentale pendant la même période. Les téléphones portables fonctionnent facilement, nécessitent un investissement et une formation minimes et peuvent remplir diverses fonctions. Le recours aux portables pour les services bancaires et les paiements, en particulier, est en train de décoller dans de nombreux pays en développement. Ces dispositifs sont particulièrement utiles dans les zones rurales où il n existe pas de succursales bancaires et où les autres canaux bancaires traditionnels, tels que les distributeurs automatiques de billets, les lignes de téléphone fixe et Internet ne sont pas disponibles. Dans les économies développées, la banque mobile n est qu un canal de plus parmi beaucoup d autres engagés dans une entreprise de séduction des consommateurs et des investisseurs. Mais, en Afrique et dans d autres économies en développement, elle constitue le moyen le plus rentable de fournir des services financiers et, surtout, le plus économique pour donner accès aux transferts de fonds. En Afrique et dans d autres économies en développement où «la nécessité est la mère de l invention», la banque mobile peut répondre très rapidement à des besoins fondamentaux, aider les technologies à faire un bond en avant et apporter des transformations majeures. La banque et les paiements mobiles commencent à prendre leur envol souvent tirés par les marchés émergents. «L avantage de la banque mobile, ce sont ses possibilités d évolution rapide», affirme M. Michael J. Redding, directeur du développement chez Accenture Technology Labs. «L atteinte d une masse critique de téléphones sur chaque marché permet une absorption plus rapide. Mais la plupart des habitants des pays développés peuvent déjà utiliser des succursales de banques de détail standard et des banques sur Internet. Autrement dit, ils n ont besoin des marchés de la banque mobile que pour couvrir la très petite partie de la journée où ils ne se trouvent pas à proximité d un ordinateur ou d une banque de centreville». Au Kenya, l opérateur de téléphonie mobile Vodafone a développé le système de banque mobile M-PESA, en partenariat avec le prestataire de réseau local, Safaricom, une banque commerciale africaine et Faula, une organisation de microfinance locale. Avec M-PESA, les clients peuvent emprunter de l argent, vérifier leurs comptes et virer des fonds à l aide de leur téléphone portable. M. Arun Sarin, le PDG de Vodafone remarque : «Bien géré, M- PESA pourra apporter des services bancaires à des millions de personnes qui sans lui n auraient pas accès à la banque de détail traditionnelle. Cette approche profite aussi au secteur bancaire, car elle constitue un mécanisme rentable d accès à un nouveau marché». Dans le monde développé, le conflit entre opérateurs de téléphonie mobile et banques a conduit à des échecs comme Simpay, mais les enseignements en ont été tirés et on assiste à une résurgence bienvenue de coopération fructueuse. Ceci dit, les paiements mobiles dans les pays développés ont eu une histoire chaotique dont il convient de tirer les leçons. Créée par un consortium d opérateurs de téléphonie mobile

6 2 Module EASYPol 149 Etudes de cas et rapports européens en 2003, la société de paiements mobiles Simpay a fermé ses portes en «En dépit du succès ponctuel et limité de diverses initiatives de paiement mobile de ces dernières années, le portable conserve un potentiel significatif en tant que canal de livraison des paiements et des services bancaires», affirme M. Francesco Burelli, consultant principal au cabinet londonien Capco. «Le manque d interopérabilité entre les opérateurs de téléphonie mobile et l absence de masse critique au-delà de petits marchés géographiquement définis ou de propositions de valeur spécifiques ont limité le développement des paiements mobiles jusqu à aujourd hui». M. Burelli est optimiste pour l avenir. «Les développements récents des programmes de paiement internationaux, la migration vers EMV [acronyme créé à partir des initiales de Europay, MasterCard et Visa ; il s agit d une norme d interopérabilité des cartes à puce permettant d authentifier les paiements par cartes de crédit et de débit], le développement du prépayé, les développements précoces des paiements de proximité constituent autant de facteurs qui permettront une adoption plus large et une croissance de cette approche au cours des années à venir. L avenir des paiements mobiles reste à définir, mais les changements récents du marché devraient suffire à pousser ce canal au-delà du point de bascule du développement, avec un potentiel et un intérêt pour le grand public». Plusieurs modes opératoires de déploiement de la banque mobile sont en train d émerger sous l effet de différentes pressions réglementaires et concurrentielles dans le monde. Les banques, qui encouragent avec force les transactions de paiement sans argent à l aide de technologies telles que les téléphones portables, ne sont pas les seules à en voir les avantages. «Un système de paiement basé sur les téléphones portables, s il est bien mis en œuvre, donne aux sociétés de cartes de crédit et aux opérateurs de télécommunications une autre source de revenu possible qui pourrait s avérer très lucrative», souligne M. Ghassan Hashani, principal chez Booz Allen Hamilton. Aux Philippines, les deux groupes d opérateurs de téléphonie mobile, Smart Telecom et Globe, proposent la banque mobile. «Entre la formule Money de Smart et GCash de Globe, environ cinq millions d utilisateurs enregistrés se sont abonnés et peuvent effectuer des virements et des paiements. Une partie d entre eux sont des personnes à faibles revenus», précise M. Marck Pickens, analyste microfinance au Consultative Group to Assist the Poor (CGAP) de la Banque mondiale. «Ici, le marché a profité du fait que les consommateurs sont très pointus techniquement. Un pourcentage élevé de Philippins possède un téléphone portable, même chez les clients à faibles revenus, et les SMS sont populaires. Les Philippins envoient davantage de texte par jour et par utilisateur que les citoyens de n importe quel autre pays. Nous avons reçu des estimations qui allaient jusqu à 15 par jour. Les Philippins sont donc très familiers avec la manipulation des combinés et l interface avec la banque par téléphone portable s appuie sur cette familiarité». En Afrique du Sud, seules les banques sont autorisées à recevoir des dépôts. Par conséquent, les opérateurs de téléphonie qui veulent se lancer dans la banque mobile doivent participer à des joint ventures. L une d entre elles, MTN Banking, est dirigée par l opérateur de téléphonie mobile MTN et la Standard Bank. Les banques peuvent aussi se lancer seules, comme la First National Bank (FNB) avec «FNB Cellphone Banking» en mars FNB affirme avoir dépassé les utilisateurs enregistrés et atteint le seuil de rentabilité en 10 mois. Depuis la création de ce service, la banque affirme avoir comptabilisé 1,8 million

7 Programme de formation aux politiques de la FAO 3 de transactions évaluées à 200 millions de R (28 millions de dollars). Les virements constituent la transaction dominante en valeur (46 %), suivis des achats prépayés (28 %) et des paiements (26 %). La banque mobile ouvre également des opportunités aux entrepreneurs. WIZZIT est un service de banque mobile qui cible le marché des clients à faibles revenus sans compte bancaire. Conçu par un groupe d hommes d affaires, il constitue maintenant une division de la South African Bank of Athens. Selon une enquête récente du CGAP, 9 clients de WIZZIT sur 10 affirment que le service proposé est bon marché et les trois quarts déclarent que la banque mobile est la méthode la plus proche de l idéal pour se servir d une banque parce qu elle coûte moins cher et est plus rapide et plus sûre que les succursales ou les distributeurs automatiques. L étude a également confirmé que le service bancaire transactionnel de WIZZIT est en moyenne trois fois moins cher qu un compte comparable proposé par une des quatre grandes banques sud-africaines. En République démocratique du Congo, le service sur téléphone portable «CelPay» enregistre transactions par mois. «On nous a dit que les sommes déposées dans les comptes CelPay représentent un montant plus élevés que tous les dépôts de l ensemble du secteur bancaire. Cela n est peut-être pas aussi surprenant : il n y a que comptes bancaires dans tout le pays, mais plus de trois millions d abonnements au téléphone portable. La banque mobile paraît très prometteuse dans des pays comme le Congo, dont le secteur bancaire est fortement sous-développé», conclut M. Pickens. 2. QUESTIONS Quels sont les opportunités et risques principaux de la banque mobile comme canal principal de fourniture de services financiers aux clients ruraux? Quelles sont les principales contraintes susceptibles d inhiber le rapide développement de la banque mobile dans le pays où vous travaillez? Quelles autres opportunités existe-t-il de lier la fourniture de services financiers à d autres systèmes de prestation de services déjà en place dans l économie rurale où vous travaillez? 3. NOTES A L INTENTION DES LECTEURS 3.1 Liens EASYPol Cette présentation fait partie d un ensemble de modules qui appartient au parcours de formation EASYPol: Programme de formation aux politiques, Module 3 : Investissement et mobilisation des ressources, Session 4: Stratégies d augmentation des ressources de financement des exploitations agricoles

8 4 Module EASYPol 149 Etudes de cas et rapports Module 3 : Investissement et mobilisation des ressources Session 1 : Investissement dans l agriculture et le développement rural Session 2 : Environnement favorable à l investissement privé dans l agriculture et le développement rural Session 3 : Sources et emplois des ressources financières Session 4 : Stratégies d augmentation des ressources de financement des exploitations agricoles Session 5 : Réduction des risques de l investissement agricole Session 6 : Approches sectorielles Session 7 : Analyse socio-économique et des moyens d existence

9 Programme de formation aux politiques de la FAO 5 METADONNEES DU MODULE 1. Module EASYPol Titre dans la langue d origine Anglais FAO Policy Learning Programme Français Programme de formation aux politiques de la FAO Espagnol Programa de aprendizaje sobre políticas de la FAO Autre langue 3. Sous-titre dans la langue d origine Anglais Mobile Banking Français Espagnol Banca móvil Autre langue 4. Résumé Plus de trois milliards de téléphones portables fonctionnent actuellement dans le monde et 70 % de la population totale des pays en développement sont couverts par des réseaux de téléphonie mobile. L Afrique est le marché mobile à la plus forte croissance au monde. La base d abonnés du continent a progressé de 66 % en 2005 (135 millions d utilisateurs) contre 11 % seulement en Europe occidentale pendant la même période. Les téléphones portables fonctionnent facilement, nécessitent un investissement et une formation minimes et peuvent remplir diverses fonctions. Le recours aux portables pour les services bancaires et les paiements, en particulier, est en train de décoller dans de nombreux pays en développement. Ces dispositifs sont particulièrement utiles dans les zones rurales où il n existe pas de succursales bancaires et où les autres canaux bancaires traditionnels, tels que les distributeurs automatiques de billets, les lignes de téléphone fixe et Internet ne sont pas disponibles Date Janvier Auteur(s) Ron Kopicki, chargé des investissements, Banque mondiale, Washington DC, Etats Unis Calvin Miller, fonctionnaire principal, Service de la gestion, de la commercialisation et des finances agricoles, Division des infrastructures rurales et des agro-industries, FAO, Rome, Italie 7. Type de module Présentation thématique générale Matériels conceptuels et techniques Outils analytiques Études de cas et rapports Ressources complémentaires 8. Sujets principaux abordés par ce module L agriculture dans le contexte macroéconomique Politiques agricoles et sous-sectorielles Politiques agro-alimentaires et chaîne alimentaire Environnement et durabilité Développement institutionnel et organisationnel Planification des investissements et politiques apparentées

10 6 Module EASYPol 149 Etudes de cas et rapports Pauvreté et sécurité alimentaire Intégration régionale et commerce international Développement rura 9. Sujets secondaires abordés dans ce module 10. Parcours de formation Programme de formation aux politiques de la FAO 11. Keywords économie rurale, banque mobile, services financiers

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Financement d une nouvelle filière

Financement d une nouvelle filière PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques Ressources en ligne pour l élaboration des politiques et les stratégies relatives à l'agriculture

Plus en détail

Sources et emplois des ressources financières

Sources et emplois des ressources financières PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural 1 Ressources en ligne pour

Plus en détail

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Accompagnement technologique et décisionnel pour l implémentation de modes de paiement sur Internet et par téléphonie mobile pour accroitre

Plus en détail

Exercice en groupes Sources et emplois des ressources financières

Exercice en groupes Sources et emplois des ressources financières PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

LOGICIEL VCA (Value Chain Analysis)

LOGICIEL VCA (Value Chain Analysis) LOGICIEL VCA (Value Chain Analysis) Programme de formation aux politiques de la FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.288/PFA/6 288 e session Conseil d administration Genève, novembre 2003 Commission du programme, du budget et de l administration PFA SIXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS AVIS A MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT «Adresse du bureau» «Nom du Département ou Unité de la Banque» E-mail : Téléphone : +216 71 10 20 86 Fax : + 216 71 253 167 Expression

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Termes de références Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Date limite 22/04/2013 Pays : Tunisie Institution : Secteur : Microfinance Partenaire : Union Européenne Date d émission : 10/04/2013 Date

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE Par Madame F. Bintou DJIBO, COORDONNATRICE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES AU SENEGAL Plan

Plus en détail

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement 2. Le régime juridique du m- paiement 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement, c est? Définition: ensemble des paiements pour lesquels les données de paiement et les

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : expliquer l objectif du crédit; analyser le rôle et l importance du crédit en ce qui concerne

Plus en détail

La réussite de vos projets de croissance

La réussite de vos projets de croissance La réussite de vos projets de croissance PLAN STRATÉGIQUE DE CROISSANCE (BUSINESS CASE) FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE ABDUL KYANIKA NSIBAMBI CENTENARY BANK UGANDA 28 30 mars 2012 KAMPALA, OUGANDA Présentation générale L histoire de la Centenary

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale»

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» 4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» Université Alioune DIOP de Bambey, 19 juin 2013 Mansa OUALY Economiste, Expert senior Microfinance,

Plus en détail

Energies Renouvelables

Energies Renouvelables Energies Renouvelables Le plus industriel des financiers Deux fonds sectoriels FCPR institutionnels français dédiés aux EnR Un positionnement sur tous les segments et sur l ensemble de la chaîne de valeur

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Qu est-ce que le crédit?

Qu est-ce que le crédit? Qu est-ce que le crédit? NIVEAU 9 11 Dans cette leçon, les élèves examineront les différents types de cartes de crédit offertes ainsi que les avantages et les inconvénients d acheter à crédit. Cours Initiation

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Réponses à vos questions. sur les services bancaires transfrontières aux états-unis

Réponses à vos questions. sur les services bancaires transfrontières aux états-unis Réponses à vos questions sur les services bancaires transfrontières aux états-unis Des changements sont en cours à RBC Bank. Une chose demeurera toutefois inchangée: notre engagement constant à offrir

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

Crédit renouvelable Supplétis

Crédit renouvelable Supplétis Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Votre conseiller est là pour vous accompagner à chaque étape de votre vie. N'hésitez pas à le

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement 1 Mobile Paiement: perspectives et axes de développement Intervenants : Laurent Marie KIBA Directeur Mobile Payments Orange - Sonatel Bertrand MARTIN Directeur Marketing Orange Money Groupe France Télécom

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

AUTRICHE. Organismes dont l État s est séparé :

AUTRICHE. Organismes dont l État s est séparé : AUTRICHE 1. La qualité des services publics est une condition importante de la compétitivité de toute économie nationale. La qualité et la quantité de capital humain est une importante condition de la

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Institut de formation et de coopération technique STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Stratégie d apprentissage progressif de l OMC

Plus en détail

PROJET OPÉRATIONS FINANCIÈRES À DISTANCE DE MECRECO ET STC. Présentation à l atelier EMRC Du 17 au 19/06/2012 Utrecht

PROJET OPÉRATIONS FINANCIÈRES À DISTANCE DE MECRECO ET STC. Présentation à l atelier EMRC Du 17 au 19/06/2012 Utrecht PROJET OPÉRATIONS FINANCIÈRES À DISTANCE DE MECRECO ET STC Présentation à l atelier EMRC Du 17 au 19/06/2012 Utrecht Caractéristiques du système financier congolais Population de la RD Congo : 70.000.000

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES. Maina Ndirangu Responsable agrinégoce CO-OPERATIVE BANK OF KENYA AgriFin-Conférence-Ouganda

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES. Maina Ndirangu Responsable agrinégoce CO-OPERATIVE BANK OF KENYA AgriFin-Conférence-Ouganda PRÊTS AUX COOPÉRATIVES AGRICOLES Maina Ndirangu Responsable agrinégoce CO-OPERATIVE BANK OF KENYA AgriFin-Conférence-Ouganda Qui est la Co-opBank? Démarrée par des coopératives de commercialisation agricoles

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE : UN MARCHÉ EN PLEIN DÉVELOPPEMENT Evolution du chiffre d affaires du e-commerce depuis 2010 +65% sur 3 ans Poids du e- commerce dans l ensemble du commerce 5% en 2012 20% attendu

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 28 mars 2012 Français Original: anglais ECE/CES/2012/12 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixantième

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Sommaire Préambule - Kickstarter dépasse le milliard de dollars collectés - Mouvement de fonds ou épiphénomène? - Un ensemble d opportunités et d enjeux pour les différents acteurs

Plus en détail

La cotisation de cette offre est de 1 euro par mois, 2 euros avec la carte Maestro (à partir de 16 ans).

La cotisation de cette offre est de 1 euro par mois, 2 euros avec la carte Maestro (à partir de 16 ans). Communiqué de presse 19mars 2009 Barclays lance Barclays Evolutions, une nouvelle gamme de quatre forfaits à destination des jeunes de 0 à 29 ans pour les accompagner à chaque étape clé de leur vie. Chez

Plus en détail

N 134 Du 28 mars au 3 avril 2016.

N 134 Du 28 mars au 3 avril 2016. N 134 Du 28 mars au 3 avril 2016. Sommaire [Banque Mondiale] L inclusion financière des femmes en 5 graphiques [LeMatin.ma] Entretien avec Jason Best, expert international : «Le potentiel des marchés

Plus en détail

PROFIL DE L ENTREPRISE

PROFIL DE L ENTREPRISE PROFIL DE L ENTREPRISE ACT EST UN CABINET DE CONSEIL ET DE FACILITATION À VOCATION PANAFRICAINE Créé en avril 2012, le cabinet ACT est implanté à Dakar, au Sénégal. ACT a composé une équipe d experts confirmés

Plus en détail

Examens du Budget de fonctionnement des services administratifs. Bureau du directeur général des Services de transformation des activités

Examens du Budget de fonctionnement des services administratifs. Bureau du directeur général des Services de transformation des activités Examens du Budget de fonctionnement des services administratifs Bureau du directeur général des Services de transformation des activités Le 22 février 2008 Services de transformation des activités (STA)

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

et un vecteur important de partenariat. C est le cas dans près de 80 pays dans lesquels l AFD opère pour le compte de l Etat

et un vecteur important de partenariat. C est le cas dans près de 80 pays dans lesquels l AFD opère pour le compte de l Etat 1 Messieurs les membres du gouvernement, Monsieur le gouverneur de la banque centrale, Honorables invités, chers amis. L Agence Française de Développement est l opérateur pivot de la politique française

Plus en détail

Crédit renouvelable Supplétis

Crédit renouvelable Supplétis Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Crédit renouvelable Supplétis 08/2010 - LO 1137 C - Edité par Crédit Agricole S.A. - 91-93 bd

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE AFRICAN DEVELOPMENT BANK GROUP IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE Steve Kayizzi-Mugerwa, économiste en chef et vice-président, Groupe de la Banque africaine de développement

Plus en détail

2. Son : Benson Je m appelle Benson Maina et je travaille comme directeur développement produits au sein d Africa Online.

2. Son : Benson Je m appelle Benson Maina et je travaille comme directeur développement produits au sein d Africa Online. Deutsche Welle «Learning By Ear» Emploi et Formation 03 : ingénieur informatique Texte : Richard Lough, Kenya Rédaction : Ulrich Neumann, Maja Dreyer Traduction : Julien Méchaussie 1 narrateur 1 Voice-over

Plus en détail

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet Financière des Paiements Électroniques annonce l ouverture officielle de l offre Compte-Nickel au grand public et dévoile la carte des buralistes agréés. Après six mois de phase de test et l ouverture

Plus en détail

Je suis personnellement joignable, en dehors du contact de notre siège, au 06362633.

Je suis personnellement joignable, en dehors du contact de notre siège, au 06362633. SUSCRIPTIN DE DEPT A TERME CHEZ GAMIFI SA La Gabonaise de Microfinance Etablissement de 2ème catégorie Agrément N 122/CI/09 /CNC Libreville, le.. mars 2010 bjet : Proposition de placements en dépôts à

Plus en détail

CONSEIL. Cent trente-troisième session. Rome, 14-16 novembre 2007 ADOPTION DU RUSSE EN TANT QUE LANGUE DE LA FAO MODALITÉS DE FINANCEMENT

CONSEIL. Cent trente-troisième session. Rome, 14-16 novembre 2007 ADOPTION DU RUSSE EN TANT QUE LANGUE DE LA FAO MODALITÉS DE FINANCEMENT Juillet 2007 F CONSEIL Cent trente-troisième session Rome, 14-16 novembre 2007 ADOPTION DU RUSSE EN TANT QUE LANGUE DE LA FAO MODALITÉS DE FINANCEMENT I. Contexte 1. À sa dernière session, en juin 2007,

Plus en détail

Projet d Actions pour le Renforcement de l Etat de Droit et des Associations (PAREDA) 10ème FED

Projet d Actions pour le Renforcement de l Etat de Droit et des Associations (PAREDA) 10ème FED République du Congo Unité-Travail-Progrès Union Européenne Projet d Actions pour le Renforcement de l Etat de Droit et des Associations (PAREDA) 10ème FED Cérémonie de Lancement de la Plateforme de Publication

Plus en détail

A PROPOS DE LA FOIRE AFRICAINE DE MONTREAL Du 02 au 05 Mai au Palais des Congrès, 2013 Montréal

A PROPOS DE LA FOIRE AFRICAINE DE MONTREAL Du 02 au 05 Mai au Palais des Congrès, 2013 Montréal A PROPOS DE LA FOIRE AFRICAINE DE MONTREAL Du 02 au 05 Mai au Palais des Congrès, 2013 Montréal Du 02 au 05 Mai 2013 se tiendra la première édition de la Foire Africaine de Montréal (FAM), le rendez vous

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS!

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! COMMUNIQUÉ DE PRESSE DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! Le Crédit Agricole Toulouse,ère banque de Haute-Garonne à déployer la signature électronique dans toutes ses agences. LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE Le Crédit

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Discours

Programme des Nations Unies pour le développement. Discours Programme des Nations Unies pour le développement Discours Atelier technique de mobilisation des parties prenantes au processus de formulation de l Agenda d Action-Pays (AAP) et la formulation du Programme

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

La gestion des risques en microfinance

La gestion des risques en microfinance Formation, organisation, appui-conseil, évaluation, diagnostic, facilitations diverses en microfinance 1 Partenaire agréé du CGAP pour le renforcement des capacités en Afrique francophone ATELIER DE FORMATION

Plus en détail

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Mémoire prébudgétaire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Association des infirmières et infirmiers du Canada www.cna-aiic.ca

Plus en détail

BRIEF. Populations non bancarisées et argent mobile aux Philippines. L enseignement des Philippines

BRIEF. Populations non bancarisées et argent mobile aux Philippines. L enseignement des Philippines BRIEF Populations non bancarisées et argent mobile aux Philippines Au début de l année, le CGAP s est joint à la GSMA (une association professionnelle mondiale regroupant les acteurs de l industrie de

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis

Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis Jim Sauber National Association of Letter Carriers (association des factrices et facteurs des États-Unis) Les 26 et 27 et avril 2014 -

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Médias et Diffuseurs Offrir la télévision directe par satellite à travers l Afrique

Médias et Diffuseurs Offrir la télévision directe par satellite à travers l Afrique Médias et Diffuseurs Offrir la télévision directe par satellite à travers l Afrique Une nouvelle ère C est le moment ou jamais, a déclaré Mthuli Ncube, Economiste en Chef et Vice-Président de la Banque

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU Préambule: Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée de promouvoir

Plus en détail

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 LE SOMMAIRE EXÉCUTIF DE MON PROJET D AFFAIRES préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 Téléphone : 450 834-5222 Sans frais

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un Assistant pour la gestion des bases de données

Termes de référence pour le recrutement d un Assistant pour la gestion des bases de données Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Termes de référence pour le recrutement d un

Plus en détail

RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE H/F

RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE H/F Le groupe Antilles-Glaces recherche pour une de ses filiales en Guadeloupe un(e) RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE Directement rattaché(e) au Directeur de la structure et en étroite collaboration

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail