PROGRAMME DE FORMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME DE FORMATION"

Transcription

1 PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour l élaboration des politiques ETUDES DE CAS ET RAPPORTS Module EASYPol 149

2 par Ron Kopicki, chargé des investissements, Banque mondiale, Washington DC, Etats Unis et Calvin Miller, fonctionnaire principal, Service de la gestion, de la commercialisation et des finances agricoles, Division des infrastructures rurales et des agro-industries, FAO, Rome, Italie pour le compte de ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE Le programme de formation aux politiques de la FAO a pour but de former les responsables de haut niveau de l'élaboration des politiques des pays membres en matière de politiques et de stratégies de développement agricole et rural. Pour ce faire, il leur fournit des connaissances avancées, facilite l'échange de savoir et présente des mécanismes pratiques d'application des changements apportés aux politiques. À propos d EASYPol EASYPol est un référentiel interactif multilingue en ligne qui propose des ressources téléchargeables visant à renforcer les capacités en matière d'élaboration de politiques alimentaires, agricoles et de développement rural. L'adresse de sa page d accueil est Les ressources d'easypol sont créées et mises à jour par le Service de soutien aux politiques agricoles de la FAO. Les termes employés et la présentation du contenu de ce document d information ne représentent en aucune manière l opinion de l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture quant au statut juridique d'un pays, d un territoire, d une ville ou d une région quelconque ou de ses autorités ou quant à la délimitation de ses frontières ou limites. FAO janvier 2008 : Tous droits réservés. La reproduction et la diffusion des documents accessibles sur le site Web de la FAO aux fins de formation ou autres fins non commerciales sont autorisées sans permission écrite préalable des détenteurs des droits d auteur, à condition que la source en soit clairement mentionnée. La reproduction de leur contenu aux fins de revente ou autres fins commerciales est interdite sans l autorisation écrite des détenteurs des droits d auteur. Il convient d adresser ces demandes d autorisation à :

3 Programme de formation aux politiques de la FAO Sommaire 1. Contexte Questions Notes à l intention des lecteurs Liens EASYPol...3 Métadonnées du module...5

4

5 Programme de formation aux politiques de la FAO 1 1. CONTEXTE Plus de trois milliards de téléphones portables fonctionnent actuellement dans le monde et 70 % de la population totale des pays en développement sont couverts par des réseaux de téléphonie mobile. L Afrique est le marché mobile à la plus forte croissance au monde. La base d abonnés du continent a progressé de 66 % en 2005 (135 millions d utilisateurs) contre 11 % seulement en Europe occidentale pendant la même période. Les téléphones portables fonctionnent facilement, nécessitent un investissement et une formation minimes et peuvent remplir diverses fonctions. Le recours aux portables pour les services bancaires et les paiements, en particulier, est en train de décoller dans de nombreux pays en développement. Ces dispositifs sont particulièrement utiles dans les zones rurales où il n existe pas de succursales bancaires et où les autres canaux bancaires traditionnels, tels que les distributeurs automatiques de billets, les lignes de téléphone fixe et Internet ne sont pas disponibles. Dans les économies développées, la banque mobile n est qu un canal de plus parmi beaucoup d autres engagés dans une entreprise de séduction des consommateurs et des investisseurs. Mais, en Afrique et dans d autres économies en développement, elle constitue le moyen le plus rentable de fournir des services financiers et, surtout, le plus économique pour donner accès aux transferts de fonds. En Afrique et dans d autres économies en développement où «la nécessité est la mère de l invention», la banque mobile peut répondre très rapidement à des besoins fondamentaux, aider les technologies à faire un bond en avant et apporter des transformations majeures. La banque et les paiements mobiles commencent à prendre leur envol souvent tirés par les marchés émergents. «L avantage de la banque mobile, ce sont ses possibilités d évolution rapide», affirme M. Michael J. Redding, directeur du développement chez Accenture Technology Labs. «L atteinte d une masse critique de téléphones sur chaque marché permet une absorption plus rapide. Mais la plupart des habitants des pays développés peuvent déjà utiliser des succursales de banques de détail standard et des banques sur Internet. Autrement dit, ils n ont besoin des marchés de la banque mobile que pour couvrir la très petite partie de la journée où ils ne se trouvent pas à proximité d un ordinateur ou d une banque de centreville». Au Kenya, l opérateur de téléphonie mobile Vodafone a développé le système de banque mobile M-PESA, en partenariat avec le prestataire de réseau local, Safaricom, une banque commerciale africaine et Faula, une organisation de microfinance locale. Avec M-PESA, les clients peuvent emprunter de l argent, vérifier leurs comptes et virer des fonds à l aide de leur téléphone portable. M. Arun Sarin, le PDG de Vodafone remarque : «Bien géré, M- PESA pourra apporter des services bancaires à des millions de personnes qui sans lui n auraient pas accès à la banque de détail traditionnelle. Cette approche profite aussi au secteur bancaire, car elle constitue un mécanisme rentable d accès à un nouveau marché». Dans le monde développé, le conflit entre opérateurs de téléphonie mobile et banques a conduit à des échecs comme Simpay, mais les enseignements en ont été tirés et on assiste à une résurgence bienvenue de coopération fructueuse. Ceci dit, les paiements mobiles dans les pays développés ont eu une histoire chaotique dont il convient de tirer les leçons. Créée par un consortium d opérateurs de téléphonie mobile

6 2 Module EASYPol 149 Etudes de cas et rapports européens en 2003, la société de paiements mobiles Simpay a fermé ses portes en «En dépit du succès ponctuel et limité de diverses initiatives de paiement mobile de ces dernières années, le portable conserve un potentiel significatif en tant que canal de livraison des paiements et des services bancaires», affirme M. Francesco Burelli, consultant principal au cabinet londonien Capco. «Le manque d interopérabilité entre les opérateurs de téléphonie mobile et l absence de masse critique au-delà de petits marchés géographiquement définis ou de propositions de valeur spécifiques ont limité le développement des paiements mobiles jusqu à aujourd hui». M. Burelli est optimiste pour l avenir. «Les développements récents des programmes de paiement internationaux, la migration vers EMV [acronyme créé à partir des initiales de Europay, MasterCard et Visa ; il s agit d une norme d interopérabilité des cartes à puce permettant d authentifier les paiements par cartes de crédit et de débit], le développement du prépayé, les développements précoces des paiements de proximité constituent autant de facteurs qui permettront une adoption plus large et une croissance de cette approche au cours des années à venir. L avenir des paiements mobiles reste à définir, mais les changements récents du marché devraient suffire à pousser ce canal au-delà du point de bascule du développement, avec un potentiel et un intérêt pour le grand public». Plusieurs modes opératoires de déploiement de la banque mobile sont en train d émerger sous l effet de différentes pressions réglementaires et concurrentielles dans le monde. Les banques, qui encouragent avec force les transactions de paiement sans argent à l aide de technologies telles que les téléphones portables, ne sont pas les seules à en voir les avantages. «Un système de paiement basé sur les téléphones portables, s il est bien mis en œuvre, donne aux sociétés de cartes de crédit et aux opérateurs de télécommunications une autre source de revenu possible qui pourrait s avérer très lucrative», souligne M. Ghassan Hashani, principal chez Booz Allen Hamilton. Aux Philippines, les deux groupes d opérateurs de téléphonie mobile, Smart Telecom et Globe, proposent la banque mobile. «Entre la formule Money de Smart et GCash de Globe, environ cinq millions d utilisateurs enregistrés se sont abonnés et peuvent effectuer des virements et des paiements. Une partie d entre eux sont des personnes à faibles revenus», précise M. Marck Pickens, analyste microfinance au Consultative Group to Assist the Poor (CGAP) de la Banque mondiale. «Ici, le marché a profité du fait que les consommateurs sont très pointus techniquement. Un pourcentage élevé de Philippins possède un téléphone portable, même chez les clients à faibles revenus, et les SMS sont populaires. Les Philippins envoient davantage de texte par jour et par utilisateur que les citoyens de n importe quel autre pays. Nous avons reçu des estimations qui allaient jusqu à 15 par jour. Les Philippins sont donc très familiers avec la manipulation des combinés et l interface avec la banque par téléphone portable s appuie sur cette familiarité». En Afrique du Sud, seules les banques sont autorisées à recevoir des dépôts. Par conséquent, les opérateurs de téléphonie qui veulent se lancer dans la banque mobile doivent participer à des joint ventures. L une d entre elles, MTN Banking, est dirigée par l opérateur de téléphonie mobile MTN et la Standard Bank. Les banques peuvent aussi se lancer seules, comme la First National Bank (FNB) avec «FNB Cellphone Banking» en mars FNB affirme avoir dépassé les utilisateurs enregistrés et atteint le seuil de rentabilité en 10 mois. Depuis la création de ce service, la banque affirme avoir comptabilisé 1,8 million

7 Programme de formation aux politiques de la FAO 3 de transactions évaluées à 200 millions de R (28 millions de dollars). Les virements constituent la transaction dominante en valeur (46 %), suivis des achats prépayés (28 %) et des paiements (26 %). La banque mobile ouvre également des opportunités aux entrepreneurs. WIZZIT est un service de banque mobile qui cible le marché des clients à faibles revenus sans compte bancaire. Conçu par un groupe d hommes d affaires, il constitue maintenant une division de la South African Bank of Athens. Selon une enquête récente du CGAP, 9 clients de WIZZIT sur 10 affirment que le service proposé est bon marché et les trois quarts déclarent que la banque mobile est la méthode la plus proche de l idéal pour se servir d une banque parce qu elle coûte moins cher et est plus rapide et plus sûre que les succursales ou les distributeurs automatiques. L étude a également confirmé que le service bancaire transactionnel de WIZZIT est en moyenne trois fois moins cher qu un compte comparable proposé par une des quatre grandes banques sud-africaines. En République démocratique du Congo, le service sur téléphone portable «CelPay» enregistre transactions par mois. «On nous a dit que les sommes déposées dans les comptes CelPay représentent un montant plus élevés que tous les dépôts de l ensemble du secteur bancaire. Cela n est peut-être pas aussi surprenant : il n y a que comptes bancaires dans tout le pays, mais plus de trois millions d abonnements au téléphone portable. La banque mobile paraît très prometteuse dans des pays comme le Congo, dont le secteur bancaire est fortement sous-développé», conclut M. Pickens. 2. QUESTIONS Quels sont les opportunités et risques principaux de la banque mobile comme canal principal de fourniture de services financiers aux clients ruraux? Quelles sont les principales contraintes susceptibles d inhiber le rapide développement de la banque mobile dans le pays où vous travaillez? Quelles autres opportunités existe-t-il de lier la fourniture de services financiers à d autres systèmes de prestation de services déjà en place dans l économie rurale où vous travaillez? 3. NOTES A L INTENTION DES LECTEURS 3.1 Liens EASYPol Cette présentation fait partie d un ensemble de modules qui appartient au parcours de formation EASYPol: Programme de formation aux politiques, Module 3 : Investissement et mobilisation des ressources, Session 4: Stratégies d augmentation des ressources de financement des exploitations agricoles

8 4 Module EASYPol 149 Etudes de cas et rapports Module 3 : Investissement et mobilisation des ressources Session 1 : Investissement dans l agriculture et le développement rural Session 2 : Environnement favorable à l investissement privé dans l agriculture et le développement rural Session 3 : Sources et emplois des ressources financières Session 4 : Stratégies d augmentation des ressources de financement des exploitations agricoles Session 5 : Réduction des risques de l investissement agricole Session 6 : Approches sectorielles Session 7 : Analyse socio-économique et des moyens d existence

9 Programme de formation aux politiques de la FAO 5 METADONNEES DU MODULE 1. Module EASYPol Titre dans la langue d origine Anglais FAO Policy Learning Programme Français Programme de formation aux politiques de la FAO Espagnol Programa de aprendizaje sobre políticas de la FAO Autre langue 3. Sous-titre dans la langue d origine Anglais Mobile Banking Français Espagnol Banca móvil Autre langue 4. Résumé Plus de trois milliards de téléphones portables fonctionnent actuellement dans le monde et 70 % de la population totale des pays en développement sont couverts par des réseaux de téléphonie mobile. L Afrique est le marché mobile à la plus forte croissance au monde. La base d abonnés du continent a progressé de 66 % en 2005 (135 millions d utilisateurs) contre 11 % seulement en Europe occidentale pendant la même période. Les téléphones portables fonctionnent facilement, nécessitent un investissement et une formation minimes et peuvent remplir diverses fonctions. Le recours aux portables pour les services bancaires et les paiements, en particulier, est en train de décoller dans de nombreux pays en développement. Ces dispositifs sont particulièrement utiles dans les zones rurales où il n existe pas de succursales bancaires et où les autres canaux bancaires traditionnels, tels que les distributeurs automatiques de billets, les lignes de téléphone fixe et Internet ne sont pas disponibles Date Janvier Auteur(s) Ron Kopicki, chargé des investissements, Banque mondiale, Washington DC, Etats Unis Calvin Miller, fonctionnaire principal, Service de la gestion, de la commercialisation et des finances agricoles, Division des infrastructures rurales et des agro-industries, FAO, Rome, Italie 7. Type de module Présentation thématique générale Matériels conceptuels et techniques Outils analytiques Études de cas et rapports Ressources complémentaires 8. Sujets principaux abordés par ce module L agriculture dans le contexte macroéconomique Politiques agricoles et sous-sectorielles Politiques agro-alimentaires et chaîne alimentaire Environnement et durabilité Développement institutionnel et organisationnel Planification des investissements et politiques apparentées

10 6 Module EASYPol 149 Etudes de cas et rapports Pauvreté et sécurité alimentaire Intégration régionale et commerce international Développement rura 9. Sujets secondaires abordés dans ce module 10. Parcours de formation Programme de formation aux politiques de la FAO 11. Keywords économie rurale, banque mobile, services financiers

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Financement d une nouvelle filière

Financement d une nouvelle filière PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques Ressources en ligne pour l élaboration des politiques et les stratégies relatives à l'agriculture

Plus en détail

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Échelles d équivalence

Échelles d équivalence OUTILS ANALYTIQUES Module 032 Échelles d équivalence par Lorenzo Giovanni Bellù, Service de soutien aux politiques agricoles, Division de l assistance aux politiques, FAO, Italie Paolo Liberati, Université

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Accompagnement technologique et décisionnel pour l implémentation de modes de paiement sur Internet et par téléphonie mobile pour accroitre

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 12 octobre 2015 Français Original: anglais Conférence générale Seizième session Vienne, 30 novembre-4 décembre 2015 Point

Plus en détail

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement 2. Le régime juridique du m- paiement 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement, c est? Définition: ensemble des paiements pour lesquels les données de paiement et les

Plus en détail

LOGICIEL VCA (Value Chain Analysis)

LOGICIEL VCA (Value Chain Analysis) LOGICIEL VCA (Value Chain Analysis) Programme de formation aux politiques de la FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement

Plus en détail

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO Mars 2014 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных Наций

Plus en détail

BANCO PALMAS OU LES RICHESSES D'UNE FAVELA

BANCO PALMAS OU LES RICHESSES D'UNE FAVELA BANCO PALMAS OU LES RICHESSES D'UNE FAVELA C.E.R.A.S Projet 2011/5 - n 324-325 pages 114 à 117 ISSN 0033-0884 Article disponible en ligne à l'adresse: http://www.cairn.info/revue-projet-2011-5-page-114.htm

Plus en détail

NOTE DU BCC SUR LA COOPERATION AGRICOLE

NOTE DU BCC SUR LA COOPERATION AGRICOLE AGRICULTURE OIC/COMCEC/30-14/D(30) NOTE DU BCC SUR LA COOPERATION AGRICOLE BUREAU DE COORDINATION DU COMCEC Novembre 2014 COMCEC COORDINATION OFFICE November 2014 NOTE SUR LA COOPERATION AGRICOLE L agriculture

Plus en détail

Société Générale, en partenariat avec Visa Europe et Gemalto, annonce la première transaction par «carte bancaire sans contact» en France

Société Générale, en partenariat avec Visa Europe et Gemalto, annonce la première transaction par «carte bancaire sans contact» en France Communiqué de Presse Paris, le 7 juin 2007 Société Générale, en partenariat avec Visa Europe et Gemalto, annonce la première transaction par «carte bancaire sans contact» en France Une expérience inédite

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Mécanisme de financement pour l envoi de fonds (FFR) Marché des transferts de fonds au Sénégal Enseignements retirés

Plus en détail

PROJET OPÉRATIONS FINANCIÈRES À DISTANCE DE MECRECO ET STC. Présentation à l atelier EMRC Du 17 au 19/06/2012 Utrecht

PROJET OPÉRATIONS FINANCIÈRES À DISTANCE DE MECRECO ET STC. Présentation à l atelier EMRC Du 17 au 19/06/2012 Utrecht PROJET OPÉRATIONS FINANCIÈRES À DISTANCE DE MECRECO ET STC Présentation à l atelier EMRC Du 17 au 19/06/2012 Utrecht Caractéristiques du système financier congolais Population de la RD Congo : 70.000.000

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

Africa Banking Forum. Quelle structuration technologique pour accompagner la dynamique bancaire? 12 Juin 2015 Habib Bamba

Africa Banking Forum. Quelle structuration technologique pour accompagner la dynamique bancaire? 12 Juin 2015 Habib Bamba Africa Banking Forum Quelle structuration technologique pour accompagner la dynamique bancaire? 12 Juin 2015 Habib Bamba Sommaire Page Contexte et enjeux du secteur bancaire en Afrique 3 Quelles technologies

Plus en détail

Les nouvelles voies du mobile

Les nouvelles voies du mobile Les nouvelles voies du mobile Le mobile banking pourrait bien révolutionner l accès aux services financiers des pays en développement et constituer une source nouvelle d inclusion financière en Europe.

Plus en détail

Gérer les asymétries de pouvoir Création d une coalition

Gérer les asymétries de pouvoir Création d une coalition 1sur13 Programme de formation aux politiques de la FAO Session 8 : Négociation ministérielle pour un prêt - Jeu Gérer les asymétries de pouvoir Création d une coalition Négociation budgétaire ministérielle

Plus en détail

Elaborer une stratégie d'offre de service de transfert d'argent

Elaborer une stratégie d'offre de service de transfert d'argent Elaborer une stratégie d'offre de service de transfert d'argent BIM n - 11 octobre 2005 Karin BARLET Depuis dix ans, le nombre de migrants augmente à travers le monde et les données disponibles sur les

Plus en détail

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement 1 Mobile Paiement: perspectives et axes de développement Intervenants : Laurent Marie KIBA Directeur Mobile Payments Orange - Sonatel Bertrand MARTIN Directeur Marketing Orange Money Groupe France Télécom

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur?

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? INTERVENANTS Mardi 9 septembre de 14h à 15h30 Salle Notre Dame des Victoires, Palais Brongniart, Directeur général, SAIF MANKO, Groupe

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

PROFIL DE L ENTREPRISE

PROFIL DE L ENTREPRISE PROFIL DE L ENTREPRISE ACT EST UN CABINET DE CONSEIL ET DE FACILITATION À VOCATION PANAFRICAINE Créé en avril 2012, le cabinet ACT est implanté à Dakar, au Sénégal. ACT a composé une équipe d experts confirmés

Plus en détail

Voulez-vous offrir le service libre-service bancaire ultime?

Voulez-vous offrir le service libre-service bancaire ultime? Voulez-vous offrir le service libre-service bancaire ultime? Logiciel libre-service NCR APTRA La première plateforme logicielle libre-service financière au monde. Experience a new world of interaction

Plus en détail

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE Le réseau Panafricain AIDE21 en partenariat avec le cabinet de conseil S2 Services Sarl Avec le soutien du Gouvernement Camerounais, le réseau panafricain AIDE21 présente le : FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE

Plus en détail

Comment Surmonter les défis des services bancaires mobiles?

Comment Surmonter les défis des services bancaires mobiles? Comment Surmonter les défis des services bancaires mobiles? Par Kodjo Ndukuma Juriste spécialiste en télécoms Finaliste Master Pro (M2)de Droit du Cyberespace Africain Université Gaston Berger Saint-Louis/Sénégal

Plus en détail

NOTE FOCUS. Les premières expériences de banque à distance. La banque à distance représente une formidable

NOTE FOCUS. Les premières expériences de banque à distance. La banque à distance représente une formidable NOTE FOCUS N 46 Avril 2008 Gautam Ivatury et Ignacio Mas Les premières expériences de banque à distance La banque à distance représente une formidable opportunité d étendre les services financiers aux

Plus en détail

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE AFRICAN DEVELOPMENT BANK GROUP IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE Steve Kayizzi-Mugerwa, économiste en chef et vice-président, Groupe de la Banque africaine de développement

Plus en détail

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural 2012 Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Les coopératives jouent un rôle

Plus en détail

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com Mobile Banking De la voix aux données Des données aux services transactionnels Services voix Services données Services transactionnels Mobile banking Pourquoi un opéra Marché fortement marqué par le phénomène

Plus en détail

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique NOTE DE SYNTHÈSE POUR LA CONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE 2013 L INTÉGRATION RÉGIONALE EN AFRIQUE 28-30 octobre 2013 JOHANNESBOURG, AFRIQUE DU SUD Groupe de la Banque africaine de développement Commission

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

NoteFocus N 38 OCTOBRE 2006

NoteFocus N 38 OCTOBRE 2006 NoteFocus N 38 OCTOBRE 2006 UTILISATION DE DETAILLANTS POUR OFFRIR AUX PAUVRES DES SERVICES BANCAIRES «A DISTANCE» : AVANTAGES, RISQUES ET RÉGLEMENTATION Introduction Les auteurs de cette Etude spéciale

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com - 1 - Lille/Paris, le 5 juin 2007 Sommaire La carte Flouss.com... p. 3 La première carte de transfert d argent depuis la France p. 5 Une carte aux couleurs de Banque

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale»

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» 4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» Université Alioune DIOP de Bambey, 19 juin 2013 Mansa OUALY Economiste, Expert senior Microfinance,

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

BETTERTHANCASH. Le Pantawid Pamilyang Pilipino : expansion et évolution d un programme de paiements de gouvernement à personne sous forme électronique

BETTERTHANCASH. Le Pantawid Pamilyang Pilipino : expansion et évolution d un programme de paiements de gouvernement à personne sous forme électronique BETTERTHANCASH A L L I A N C E Empowering People Through Electronic Payments Étude de cas : Philippines HIGHLIGHTS Mars 2014 Le Pantawid Pamilyang Pilipino : expansion et évolution d un programme de paiements

Plus en détail

2015 Africa TMT Predictions

2015 Africa TMT Predictions 2015 Africa TMT Predictions 1 Les «TMT Predictions» de Deloitte Les «Deloitte Technology, Media & Telecommunications Predictions 2015» apportent un éclairage sur les principales tendances qui vont impacter

Plus en détail

NOTE FOCUS. Premiers enseignements des bailleurs de fonds publics soutenant le développement de la banque à distance. Introduction

NOTE FOCUS. Premiers enseignements des bailleurs de fonds publics soutenant le développement de la banque à distance. Introduction NOTE FOCUS N 72 Juillet 2011 Meritxell Martinez et Claudia McKay Premiers enseignements des bailleurs de fonds publics soutenant le développement de la banque à distance es services de banque à distance

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

MAROC CAP SUD LES MILLIARDS DU FOOT ÉDITION SEPTEMBRE 2015

MAROC CAP SUD LES MILLIARDS DU FOOT ÉDITION SEPTEMBRE 2015 AFRIQUE MAROC CAP SUD LES MILLIARDS DU FOOT ÉDITION SEPTEMBRE 2015 NOUVELLE FORMULE FORUM 2015 RÉVOLUTION DIGITALE ÉDITION SEPTEMBRE 2015 MBWANA ALLIY Fondateur de Savannah Fund FORUM 2015 RÉVOLUTION DIGITALE

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

NoteFocus LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE SYSTÈMES FINANCIERS INCLUSIFS

NoteFocus LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE SYSTÈMES FINANCIERS INCLUSIFS NoteFocus N o 32 JANVIER 2006 LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE SYSTÈMES FINANCIERS INCLUSIFS Cette NoteFocus a été rédigée par Gautam Ivatury, analyste en microfinance au CGAP. Caterina Meloni, analyste associé

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Enjeux et perspectives de la libéralisation Casablanca, le 24 février 2005 Lara Srivastava Note: Unité des Stratégies et Politiques Union Internationale des

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

NoteFocus LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE SYSTÈMES FINANCIERS INCLUSIFS

NoteFocus LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE SYSTÈMES FINANCIERS INCLUSIFS Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Cette NoteFocus a été rédigée par Gautam Ivatury, analyste en microfinance au CGAP. Caterina

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

L approche filière. Analyse financière OUTILS ANALYTIQUES. Module 045. L approche filière. Analyse des effets aux prix du marché

L approche filière. Analyse financière OUTILS ANALYTIQUES. Module 045. L approche filière. Analyse des effets aux prix du marché Analyse financière OUTILS ANALYTIQUES Module 045 L approche filière par Fabien Tallec, Consultant, Service de Soutien aux Politiques Agricoles, Division de l Assistance aux Politiques, FAO, Rome, Italie

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à :

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à : [ 257] [258] L Investissement Le Soudan a beaucoup d avantages qui attirent l investissement étranger. Le Soudan est classifié comme numéro deux des pays les plus attrayants pour l investissement en Afrique

Plus en détail

Expérience de la BAD dans le financement de la chaîne de valeur agricole

Expérience de la BAD dans le financement de la chaîne de valeur agricole Expérience de la BAD dans le financement de la chaîne de valeur agricole Agri Food Chains: Opportunities and challenges Bruxelles 10 avril 2013 La BAD en bref Mission: Promouvoir le développement économique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 28 mars 2012 Français Original: anglais ECE/CES/2012/12 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixantième

Plus en détail

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique les services d'orange pour l agriculture en Afrique ce catalogue a pour objectif d éclairer sur les méthodes développées par Orange pour améliorer la productivité dans le monde rural 2 sommaire 1 2 3 l'apport

Plus en détail

Construire, motiver et gérer un réseau d agents pour les services d argent mobile: Guide pratique pour les opérateurs de téléphonie mobile

Construire, motiver et gérer un réseau d agents pour les services d argent mobile: Guide pratique pour les opérateurs de téléphonie mobile : Guide pratique pour les opérateurs de téléphonie mobile par Neil Davidson et Paul Leishman : Construire, motiver et gérer un réseau d agents pour les services d argent mobile Introduction Comme les opérateurs

Plus en détail

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Allocution de Marion G. Wrobel Directeur, Évolution des marchés et de la réglementation Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée

Plus en détail

assurer les investissements garantir les opportunités

assurer les investissements garantir les opportunités assurer les investissements garantir les opportunités LA MISSION DE LA MIGA Promouvoir l investissement direct à l étranger dans les pays en développement pour contribuer à la croissance économique, faire

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Afrique Nourricière re NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Secrétariat Exécutif ROPPA Atelier Collège des Femmes

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

Conseils pour la réussite d une petite ou microentreprise de groupe

Conseils pour la réussite d une petite ou microentreprise de groupe A F O F I A T IS PA N Conseils pour la réussite d une petite ou microentreprise de groupe Un guide pratique pour les animateurs de groupe qui aident les associations de personnes à monter et faire prospérer

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS AVIS A MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT «Adresse du bureau» «Nom du Département ou Unité de la Banque» E-mail : Téléphone : +216 71 10 20 86 Fax : + 216 71 253 167 Expression

Plus en détail

LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES SERVICES MOBILES A VALEUR AJOUTEE EN AFRIQUE. Par Dr.-Ing. Pierre-François KAMANOU

LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES SERVICES MOBILES A VALEUR AJOUTEE EN AFRIQUE. Par Dr.-Ing. Pierre-François KAMANOU Paris le 01 Novembre 2007 LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES SERVICES MOBILES A VALEUR AJOUTEE EN AFRIQUE Par Dr.-Ing. Pierre-François KAMANOU 1 Introduction Dans le cadre de leur politique de réformes

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

RÉSUMÉ CLIENTS. Petite (moins de 5 000) Moyenne (5 000 à 25 000) Moyenne à grande (25 000 à 50 000) Grande (plus de 50 000) Autre (spécifier)

RÉSUMÉ CLIENTS. Petite (moins de 5 000) Moyenne (5 000 à 25 000) Moyenne à grande (25 000 à 50 000) Grande (plus de 50 000) Autre (spécifier) NOM DU PRODUIT ORBIT NOM DU FOURNISSEUR NEPTUNE Évaluation 2009* Avril 2010 Évaluations précédentes 2005 RÉSUMÉ Impression générale Orbit est une solution complète qui répond en très grande partie aux

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

Dossier de presse. Orange Collecte

Dossier de presse. Orange Collecte Dossier de presse Orange Collecte Septembre 2015 Contacts presse : +33 1 44 44 93 93 Tom Wright tom.wright@orange.com Caroline Simeoni caroline.simeoni@orange.com 1 Sommaire 1. Orange Collecte, première

Plus en détail

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE Par Madame F. Bintou DJIBO, COORDONNATRICE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES AU SENEGAL Plan

Plus en détail

Les Nouveaux Moyens de Paiement Mobile

Les Nouveaux Moyens de Paiement Mobile Les Nouveaux Moyens de Paiement Mobile Paiement de proximité & Paiement sans contact Conférence Acsel 04/12/09 1 Charles Morane & Dominique Esprit Quelques chiffres sur le marché du téléphone mobile Etude

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation

L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation CLAIRE PÉNICAUD SCHARWATT FÉVRIER 2014 L ARGENT MOBILE EN CÔTE D IVOIRE: HISTOIRE D UN REVIREMENT DE SITUATION 1 Après des débuts

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Songhaï : Institution sociale et économique

Songhaï : Institution sociale et économique PROSPECTUS GÉNÉRAL SONGHAÏ Motivations de la création de Songhaï : L Afrique en situation de crise - Insuffisance alimentaire - Exode rural - Fuite des cerveaux - Economie extravertie - Dégradation de

Plus en détail

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Bureau d Études Siège: 25, Avenue Noguès, Rue n 4 06 B.P. 1409 Abidjan 06 R.C. N CI-ABJ-2007-B-2911 Tél. : (225) 20.32.91.41 Fax : (225) 20.32.91.40

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

FACULTE DE SCIENCES ECONOMIQUES

FACULTE DE SCIENCES ECONOMIQUES FACULTE DE SCIENCES ECONOMIQUES I. CYCLE DE GRADUAT 1. Première graduat 01. la comptabilité générale 60 30 90 02. les documents commerciaux et mathématiques financières 45 30 75 03. les mathématiques générales

Plus en détail

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Résumé du projet de Guide de l OCDE pour des chaînes d'approvisionnement agricoles responsables, qui était soumis a consultation en janvier-février 2015 Dans les années

Plus en détail

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES. Maina Ndirangu Responsable agrinégoce CO-OPERATIVE BANK OF KENYA AgriFin-Conférence-Ouganda

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES. Maina Ndirangu Responsable agrinégoce CO-OPERATIVE BANK OF KENYA AgriFin-Conférence-Ouganda PRÊTS AUX COOPÉRATIVES AGRICOLES Maina Ndirangu Responsable agrinégoce CO-OPERATIVE BANK OF KENYA AgriFin-Conférence-Ouganda Qui est la Co-opBank? Démarrée par des coopératives de commercialisation agricoles

Plus en détail

FONDS I&P AFRIQUE ENTREPRENEURS : CONCILIER PERFORMANCE ET IMPACT

FONDS I&P AFRIQUE ENTREPRENEURS : CONCILIER PERFORMANCE ET IMPACT FONDS I&P AFRIQUE ENTREPRENEURS : CONCILIER PERFORMANCE ET IMPACT LEGENI, entreprise partenaire d I&P au Niger entre 2003 et 2012 QUI SOMMES NOUS? Notre Histoire Créé en 2002, Investisseurs & Partenaires

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail