DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES"

Transcription

1 DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES NOTE TECHNIQUE AU DOCUMENT BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE : COMMENT LES CAISSES D ÉPARGNE EN AFRIQUE, ASIE ET AMÉRIQUE LATINE PEUVENT FOURNIR DES SERVICES ADAPTÉS AUX BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Travailler avec les caisses d épargne pour doubler le nombre de comptes d épargne parmi les populations défavorisées. Décembre 2011 RETAIL RÉGIONAL RESPONSABLE

2 2 DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Alors que les gammes de produits existantes intègrent déjà la plupart des composantes d un service en faveur des plus pauvres et qu il semble possible de les proposer à un prix abordable, elles doivent toutefois être adaptées pour répondre aux besoins des populations défavorisées. Permettre à ce segment de population de transférer des fonds et d effectuer des paiements sous forme électronique, notamment via la téléphonie mobiles, est la seule stratégie véritablement appréciable qui puisse permettre à nos membres d obtenir des résultats rapides. Auteurs : Piet Biemans et Stephen Peachey Contexte du document : Cette note s inscrit dans le cadre du programme du WSBI «Travailler avec les caisses d épargne pour doubler le nombre de comptes d épargne», financé par la Fondation Bill & Melinda Gates. Elle vise à partager les enseignements tirés du programme. Banques participantes : KPOSB Kenya, LPB Lesotho, PBU Uganda, SAPB South Africa, Sistema Fedecrédito El Salvador, Sonapost Burkina Faso, TPB Tanzania et VPSC Vietnam. Les auteurs remercient les banques participantes qui n ont pas ménagé leurs efforts pour remplir les deux questionnaires et répondre aux questions subséquentes.

3 NOTE TECHNIQUE 3 CARTOGRAPHIE DES PRODUITS POUR LA FOURNITURE DE SERVICES DESTINÉS AUX POPULATIONS DÉFAVORISÉES Le principal objectif de cette note est de formuler une approche susceptible de renforcer la stratégie d amélioration notable de l accès des populations défavorisées aux services financiers. Pour les cinq pays en développement africains les plus pauvres couverts par la présente étude (Burkina Faso, Kenya, Lesotho, Tanzanie et Ouganda), cela revient à effectuer une percée majeure sur le marché de masse non bancarisé (qui représente environ 60 % du total des ménages), d où une fantastique opportunité pour le secteur bancaire. Les populations de ces pays vivent avec l équivalent de 1 à 3 $ par jour et même si tous les habitants ne peuvent être considérés comme pauvres selon les définitions internationales, tous sont exposés à la pauvreté car la perte d un revenu d adulte dans ces foyers (même pour une courte période) peut faire passer toute la famille en-dessous du seuil de pauvreté de 2 $ par jour sur lequel se base la Fondation. Dans les deux pays les plus riches que couvre cette étude (El Salvador et le Vietnam), la fourchette de revenus en dollars est plus étendue (de 1 ou 2 $ par jour jusqu à environ 5 $ par jour) mais les caractéristiques sont les mêmes: revenus irréguliers et incertains, revenus vulnérables aux chocs, compromis sur les dépenses afin d équilibrer le budget de la famille et constitution de réserves à grand peine afin de faire face aux plus lourdes dépenses. Dans ces circonstances, «pauvre» n est peut-être pas le terme le plus juste techniquement, mais «précarité» réelle et chronique s appliquerait sans nul doute. Encore une fois, ces populations représentent la vaste majorité du marché des adultes exclus du système bancaire qui ont leur mot à dire sur les finances du ménage. Il s agit également, dans tous les pays, de clients au potentiel de croissance élevé pour les banques en mesure de leur offrir des services adaptés, car certains d entre eux parviendront à sortir de la pauvreté mais resteront fidèles à leur banque à mesure qu ils gravissent les échelons au sein du marché de masse. Ne pas garder longtemps sur soi les montants excédentaires périodiques mais irréguliers Envoyer et/ou recevoir de l argent à des/d amis ou de membres de la famille Accumuler ou bloquer des sommes plus conséquentes en vue d événements futurs attendus Transformer des montants irréguliers en flux de trésorerie périodiques mais irréguliers Interagir avec l économie formelle de manière limitée (sans perte de temps/d'argent) Avoir accès au crédit comme autre forme de protection du patrimoine et des dépenses importantes contre les chocs Comme il est mentionné dans le document de référence, les besoins financiers des personnes en situation de pauvreté et de précarité ne sont pas si différents de ceux des personnes mieux nanties ils doivent mettre leur argent en lieu sûr tant qu ils n en ont pas besoin, lisser leurs flux de liquidités, faire face aux urgences, mettre de l argent de côté pour satisfaire des besoins futurs déjà identifiés et parfois souscrire un emprunt pour protéger leur épargne. La différence concernant les personnes en situation de pauvreté ou de précarité est le degré d irrégularité de leur revenu, leur difficulté à couvrir leurs dépenses à l aide de ce revenu, l effet amplifié des chocs sur ce niveau de revenu et la difficulté de construire et de maintenir une épargne de sécurité à long terme.

4 4 DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Tout cela accroît leurs besoins de services financiers, mais ces besoins se manifestent étrangement, la plupart du temps de manière informelle ou semiofficielle, en dehors du circuit financier réglementé. Six besoins fondamentaux ont ainsi été définis pour ce marché cible: BESOIN N O 1 Ne pas garder longtemps sur soi les montants excédentaires récurrents mais irréguliers Ce besoin découle de l irrégularité chronique des revenus des ménages sur ce marché, où des semaines entières peuvent s écouler sans entrée d argent alors qu il faut continuer de nourrir la famille et de faire face aux urgences ainsi qu aux éventuelles dépenses exceptionnelles mais prévues (comme des frais médicaux ou scolaires). Dans ces circonstances, il est vital que l argent excédentaire puisse être facilement mis de côté et que cette épargne puisse être conservée en sécurité pendant une semaine ou deux. Il s agit autant d éviter des dépenses peu utiles en période d excédent que de permettre les dépenses utiles lorsqu elles sont nécessaires. On pourra ainsi envisager de mettre à l abri une partie des sommes excédentaires afin de couvrir des dépenses prévisibles. Dans cette perspective, les éléments dont il faut tenir compte pour élaborer une offre adaptée aux besoins de ce segment de clientèle sont les suivants : a. facilité d utilisation, et notamment rapidité d exécution des transactions et simplicité des processus, b. confiance totale en la possibilité de retirer les fonds à tout moment en cas de besoin, c. faible coût par cycle et possibilité de pouvoir compartimenter l épargne gratuitement grâce aux espèces, d. mais trop grande facilité à dépenser les espèces et à modifier la compartimentation de l épargne pour pouvoir réellement répondre aux besoins de sécurité financière des populations, e. importance accordée à la reconnaissance et à l acceptation en dépôt de toutes formes de revenus (transferts de personne à personne, virement de salaire ou dépôt de salaire en espèces, produit d une vente en espèces, dons, etc.), f. proximité géographique essentielle aux points a) et c) car seuls des services de proximité peuvent permettre le dépôt de liquidités et encourager l épargne à court terme. BESOIN N O 2 Envoyer de l argent à des amis/membres de la famille ou en recevoir de leur part Il semble que ce soit la solution privilégiée par les foyers en situation de pauvreté ou de précarité pour honorer leurs engagements en cas de décalage entre les entrées irrégulières de revenus et les sorties d argent imprévues (bien souvent avant de ponctionner l épargne à long terme). Il peut s agir également du versement plus ou moins régulier d une aide financière de la part de membres de la famille plus aisés. Localement, les dons de faible montant (inférieurs à 10 $) se font le plus souvent en argent comptant, mais sur les longues distances il est fait appel à la téléphonie mobile lorsque le service existe (à défaut, l argent voyage en taxi, en bus ou est transporté par des proches). Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. certains de ces transferts d argent pourraient ne transiter que par des institutions financières, b. mais les transferts dont la contrepartie n est pas cliente d une institution financière doivent forcément sortir du circuit financier, à la source ou à destination, c. il est vital pour les acteurs d être certains que l argent arrivera à destination et qu une solution sera trouvée en cas de problème, d. la proximité géographique (voyager pour envoyer de l argent est onéreux et prend du temps) prend le pas sur le prix des transferts de longue distance, e. mais le marché est fragmenté et un mécanisme de virement à faible coût pour de petits montants permettrait de remplacer les dons en espèces de la main à la main à l échelle locale. BESOIN N O 3A Accumuler des sommes facilement utilisables à partir du surplus de liquidité Il s agit d une solution qui permet de lisser les flux de trésorerie du ménage sans dépendre de l aide financière accordée par les amis ou la famille. Les intermédiaires les plus courants sont les collecteurs d épargne (en Afrique de l Ouest et en Asie du Sud essentiellement) et les groupes d épargne (Afrique de l Est et du Sud). Les sociétés funéraires, plus fréquentes en Afrique du Sud, constituent un cas particulier : certains groupes épargnent ainsi dans le but de prêter de l argent et d optimiser leurs rendements. D autres conjuguent les différentes méthodes (p. ex., l argent gagné quotidiennement est confié à un collecteur ou à un groupe d épargne de cycle court pour constituer une somme suffisamment importante qui sera investie ensuite dans un véhicule à plus long terme, comme un groupe d épargne mensuel ou annuel, ou une société funéraire).

5 NOTE TECHNIQUE 5 Ces méthodes informelles ne sont pas fiables mais elles présentent l avantage de pouvoir s appliquer à de très faibles montants (moins d un dollar pour les plans d épargne à court terme et à haute fréquence d utilisation). Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. l épargne doit se constituer électroniquement pour qu il soit possible d accumuler de faibles montants sans que les frais soient trop élevés, b. pour que les plus démunis puissent utiliser ce service, il est essentiel d imposer des règles sans se montrer rigide ; tout système prévoyant le prélèvement d un montant fixe à une date fixe est voué à l échec (l idée est d encourager le client à épargner, pas de le piéger), c. les avantages concurrentiels que peut présenter une institution financière telle qu une banque de détail de masse par rapport à des mécanismes informels de substitution sont la confiance qu elle inspire, son service client et la conservation en toute sécurité des documents, d. l objectif minimum est de récupérer la totalité des montants épargnés, tout au moins la première année (par la suite, on cherchera à générer des intérêts pour se protéger contre l inflation), e. des récompenses sous forme de jeux de hasard pour stimuler les rendements feraient de la concurrence à certains groupes d épargne par accumulation, mais permettraient de réduire les risques pour chaque dollar épargné. BESOIN N O 3B Bloquer une partie de ces sommes plus conséquentes en vue d événements futurs attendus Ce besoin est habituellement satisfait grâce à un dépôt à terme dans une banque mais il n existe rien d aussi sûr dans l économie informelle (le dispositif s y approchant le plus étant le financement à haut risque de prêts informels). Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. le principal avantage concurrentiel d une banque de détail de masse est la certitude pour le client de pouvoir récupérer son capital (principal et intérêts), b. les faibles soldes doivent être autorisés, tout comme le blocage de fonds pour de courtes ou de longues périodes, c. le blocage de l épargne doit pouvoir être prolongé lorsque l on ne connait pas à l avance la durée d immobilisation, d. certaines banques font bénéficier leurs clients d offres incitatives pour le blocage de faibles montants sur une longue période, mais l épargne est plafonnée à 500 $ (pour éviter une invasion des clients haut de gamme qui ferait grimper les coûts de financement à long terme), e. les services d immobilisation sont très importants pour les clients défavorisés mais les aléas de leur situation financière font qu ils peuvent avoir besoin ponctuellement du pouvoir d achat que représentent les sommes mises de côté, sans pour autant vouloir retirer leurs dépôts, d où l intérêt pour eux d emprunter via le nantissement d un dépôt à terme (voir ci-dessous). BESOIN N O 4 Transformer des montants ponctuels en flux de trésorerie récurrents mais irréguliers Ce besoin concerne essentiellement de petits agriculteurs qui souhaitent pouvoir accéder aux revenus issus de leur récolte pendant une période donnée (jusqu à la prochaine récolte), tout en mettant en lieu sûr une partie de ces revenus pour répondre à des besoins définis tels que le paiement des intrants agricoles. Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. la confiance joue un rôle capital si l argent doit être mis de côté pendant plusieurs mois et notamment la confiance en la possibilité de retirer les fonds, b. la capacité de compartimenter l épargne en mettant à l abri des sommes destinées à couvrir des besoins définis est également importante, d où la nécessité d augmenter les taux d intérêt (alors qu on les baisserait ou qu on les supprimerait sur des comptes de liquidité) et d imposer des pénalités pour retrait anticipé afin d aider les épargnants à faire preuve de discipline, c. les banques de détail de masse se doivent d autoriser les prêts sur dépôts pour de courtes périodes et à des taux relativement bas, afin d éviter aux épargnants de ponctionner leurs réserves. BESOIN N O 5 Interagir avec l économie formelle de manière limitée (sans perte de temps/d'argent) Ce besoin peut concerner à la fois la perception des revenus et le paiement des factures. En comparaison avec l ensemble du marché de masse, les mouvements au crédit sont relativement plus fréquents (du fait des aides sociales versées aux plus démunis et des transferts internationaux entrants) que les mouvements au débit (notamment dans les zones rurales où ils sont limités du fait de la faible électrification, de l absence d eau courante, etc.). Les règlements dans les commerces (sauf les grosses enseignes) se font généralement en espèces, en raison du caractère relativement informel du petit commerce dans certains pays en développement, mais également du fait de la rareté des TPV (terminaux points de vente).

6 6 DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. Origine unique, destinations multiples - pour les transferts sociaux (G2P) ou le versement des salaires (B2P) notamment - règles flexibles de validation de la légitimité des destinataires (acceptation de justificatifs divers), - possibilité de séparer les comptes où sont versées les aides des autres comptes épargne, - possibilité de virements gratuits des comptes de destination aux comptes épargne ou entre membres de la même famille, - utilité des prêts au comptant à court terme pour les personnes dont le revenu est prévisible. b. Origines multiples, destination unique pour le règlement des factures de services collectifs, des assurances, des intrants agricoles ou des frais scolaires notamment - la proximité, la réactivité et la qualité du traitement des réclamations sont des services essentiels, - les prélèvements automatiques ne sont pas appréciés des personnes défavorisées qui souhaitent conserver le «droit» de ne pas effectuer un versement pendant quelques jours pour lisser leurs flux de trésorerie, mais les versements peuvent tout de même s effectuer sous forme électronique et les rappels sont appréciés (par téléphone ou via un message ajouté au bordereau de transaction du TPV). BESOIN N O 6 Accès au crédit Le programme du WSBI encourage l épargne comme instrument d accumulation de sommes importantes et facilement utilisables, mais le crédit peut se révéler nécessaire pour bâtir un portefeuille d actifs et protéger son patrimoine (les plus pauvres s efforcent dans la mesure du possible de ne pas entamer l épargne à long terme durement constituée pour satisfaire des besoins à court terme). L octroi de crédit est également à la base de tout modèle de banque de détail de masse et il existe des critères généraux de facilité d utilisation 1 sur lesquels les banques peuvent se baser, mais l on distingue chez les populations défavorisées trois besoins particulièrement critiques : a. octroi de prêts en espèces à court terme pour éloigner les ménages défavorisés des prêteurs informels (pour des montants pouvant aller jusqu à 50 % des mouvements de trésorerie mensuels du compte courant et remboursables en trois mois maximum avec des intérêts dégressifs afin d encourager les remboursements anticipés), b. octroi de prêts comme instruments de protection du patrimoine, assortis d une garantie sur l épargne à long terme détenue auprès de la banque, de sorte que les besoins à court terme puissent être couverts sans avoir à vendre des actifs (conditions semblables à celles des prêts de trésorerie mais taux d intérêt inférieur afin de tenir compte de la garantie implicite que représente le droit de déduire les montants dus des dépôts 2 ), c. et nécessité pour les banques de détail de masse d autoriser les prêts sur dépôts pour de courtes périodes et à des taux relativement bas, afin d éviter aux épargnants de ponctionner leurs réserves. 1 On peut citer, par exemple, les critères de facilité d utilisation de l ASA (Association for Social Advancement) pour les microcrédits. Ils concernent les prêts aux particuliers, aux groupes à responsabilité partagée et au secteur informel et comprennent notamment: a) une période d attente de une à deux semaines pour les nouveaux clients, b) des prêts d une durée de 3 à 24 mois, c) des commissions de service fixes, d) des modalités de remboursement variées (paiements hebdomadaires jusqu à mensuels), e) des échéances de remboursement flexibles et fréquentes, f) des prêts d un montant maximum de 50 à 150 $ au premier cycle, g) une augmentation de 10 à 40 $ au maximum par cycle de prêt, h) un échéancier de remboursement clairement annoncé, i) une assurance-crédit d environ 1 % par cycle, j) le versement des montants assurés après le décès de l emprunteur et/ou de son conjoint/sa conjointe, k) l octroi de prêts de fonds de roulement de faible montant sans garantie ou avec une garantie symbolique, l) modalités de remboursement basées également sur le marché des marchandises, et m) un délai de grâce avant le début des remboursements. 2. En vertu de la plupart des règles d adéquation des fonds propres, un prêt garanti par un dépôt devrait être assorti d un risque zéro et donc ne requérir aucune garantie en capital. En outre, il devrait être financé par des dépôts de maturité appropriée, dont la marge reflète en grande partie le coût d administration plutôt que la volonté de dégager un rendement des capitaux propres ajusté du risque significatif. L idée ici est que le prêt est censé aider les clients à faire face à une urgence à court terme sans avoir à démanteler leur épargne, et qu il soit vu comme une composante de la relation de réciprocité avec la banque, ce qui compte beaucoup pour les clients.

7 NOTE TECHNIQUE 7

8 WSBI Rue Marie-Thérèse, 11 n B-1000 Brussels n Tel: n Fax: n Published by WSBI. May 2012

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous CIG d Investissements Manuvie Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous Les CIG * d Investissements Manuvie DES CARACTÉRISTIQUES NOVATRICES ADAPTÉES À VOS BESOINS DE PLACEMENT 1. Profitez

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS IMMOBILIERS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque, vous

Plus en détail

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance!

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance! SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS Gagnez en indépendance! TOUTES LES SOLUTIONS POUR PRENDRE VOTRE ENVOL SEREINEMENT Spécialement conçues pour s adapter aux besoins des jeunes, les solutions Groupama banque vous

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT Les parts du FCPR 123Capitalisation sont bloquées jusqu au 30 septembre 2016, cette durée

Plus en détail

Éducation Financière pour un BonDébut au Canada

Éducation Financière pour un BonDébut au Canada Éducation Financière pour un BonDébut au Canada 1 L essentiel des services bancaires 2 Comptes-chèques et comptes d épargne Compte-chèques Un endroit pour garder l argent dont vous aurez besoin Retrait

Plus en détail

Lignes de crédit et prêts. Comment combler vos besoins

Lignes de crédit et prêts. Comment combler vos besoins Lignes de crédit et prêts Comment combler vos besoins Nous simplifions le financement Laissez-nous vous aider à trouver le meilleur moyen d obtenir ce que vous voulez Lorsque vous êtes décidé lorsque vous

Plus en détail

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3 FICHE N 3 Dépenses Budget CONNAÎTRE mes produits bancaires Epargne Revenus Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien connaître les produits bancaires et assurantiels que nous détenons. Cartes

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

Les avantages du CELI Franklin Templeton

Les avantages du CELI Franklin Templeton INVESTIR SANS JAMAIS PAYER D IMPÔTS Qu est-ce que le CELI? Le compte d épargne libre d impôts (CELI), qui sera ouvert au public à compter du 2 janvier 2009, est un nouveau type de compte d épargne enregistré

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010 États financiers cumulés Le 23 juin 2011 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés 99, rue Bank, Bureau 800 Ottawa, Ontario Canada K1P 1E4 Téléphone +1 613 237 3702 Télécopieur +1

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) Ce

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Crédit renouvelable Supplétis

Crédit renouvelable Supplétis Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Crédit renouvelable Supplétis 08/2010 - LO 1137 C - Edité par Crédit Agricole S.A. - 91-93 bd

Plus en détail

épargne BaNcaIRE Rémunérez vos économies!

épargne BaNcaIRE Rémunérez vos économies! épargne BaNcaIRE Rémunérez vos économies! L ESSENTIEL POUR GéRER VOtre épargne Avec les solutions Groupama Banque, vous valorisez votre épargne à court, moyen ou long terme. On a tous des raisons d épargner

Plus en détail

Compte Supplétis. Comment me servir au mieux de mon Compte Supplétis? Guide mémo Juin 2008. suppletis_v2.indd 1-2 15/05/08 11:09:10

Compte Supplétis. Comment me servir au mieux de mon Compte Supplétis? Guide mémo Juin 2008. suppletis_v2.indd 1-2 15/05/08 11:09:10 Q U O T I D I E N Compte Supplétis 06/2008 - LO 1137 - Edité par Crédit Agricole S.A. - 91-93 bd Pasteur, 75015 - Capital social : 5 009 270 616-784 608 416 RCS Paris - Illustrations : Cyrille Berger -

Plus en détail

Investir dans la pierre

Investir dans la pierre GE Money Bank Financements immobiliers Investir dans la pierre GE imagination at work* *GE l imagination en action Investir dans la pierre Vous avez fait le choix d un investissement immobilier locatif,

Plus en détail

Assurance individuelle de protection du revenu. Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux

Assurance individuelle de protection du revenu. Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux Assurance individuelle de protection du revenu Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux Quel est votre actif le plus précieux? Vous croyez peut-être que votre maison, votre voiture

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

SOLUTIONS JEUNES 0-25 ANS. Des solutions pensées pour préparer l avenir!

SOLUTIONS JEUNES 0-25 ANS. Des solutions pensées pour préparer l avenir! SOLUTIONS 0-25 ANS Des solutions pensées pour préparer l avenir! TOUTES LES SOLUTIONS POUR PRENDRE SON ENVOL SEREINEMENT SOLUTIONS 0-25 ANS LIVRETS D ÉPARGNE Spécialement conçues pour s adapter aux besoins

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER PRÊTS PRÊT CLÉ DE SOL Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque,

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

Atelier Finance du 2 mai

Atelier Finance du 2 mai Atelier Finance du 2 mai Les GRT du Québec nous disent toujours qu il y une seule question à laquelle les accompagnants ne doivent jamais répondre : «Combien coûte un projet?» avant qu il ne soit finalisé.

Plus en détail

Crédit renouvelable Supplétis

Crédit renouvelable Supplétis Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Votre conseiller est là pour vous accompagner à chaque étape de votre vie. N'hésitez pas à le

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR

APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR 1 PLAN 1 Faire valider son projet personnel Votre personnalité Vos compétences et votre savoir-faire Vos motivations 2 Faire valider son projet économique

Plus en détail

SOLUTIONS De financement. À chaque projet son financement!

SOLUTIONS De financement. À chaque projet son financement! SOLUTIONS De financement À chaque projet son financement! nos solutions pour financer vos projets Les solutions de financement de Groupama Banque sont conçues pour répondre à vos attentes. Des financements

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

LE MÉMO ÉPARGNE DE PRÉCAUTION DES SOLUTIONS EN CAS DE COUP DUR OU DE COUP DE CŒUR

LE MÉMO ÉPARGNE DE PRÉCAUTION DES SOLUTIONS EN CAS DE COUP DUR OU DE COUP DE CŒUR Édition janvier 16 LE MÉMO ÉPARGNE DE PRÉCAUTION DES SOLUTIONS EN CAS DE COUP DUR OU DE COUP DE CŒUR OPTIMISER L UTILISATION DES LIVRETS DÉFISCALISÉS ÉPARGNER SANS PLAFOND PLACER UNE SOMME IMPORTANTE SUR

Plus en détail

Suisse. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Suisse. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts COMMUNIQUÉ 14-COM-001 11 juillet 2014 Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe de travail composé de

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements

Plus en détail

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance!

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance! SOLUTIONS Gagnez en indépendance! TOUTES LES SOLUTIONS POUR PRENDRE VOTRE ENVOL SEREINEMENT SOLUTIONS ASTRÉA Spécialement conçues pour s adapter aux besoins des jeunes, les solutions Groupama Banque vous

Plus en détail

Solutions Jeunes 0-25 ans. Des solutions pensées pour préparer l avenir!

Solutions Jeunes 0-25 ans. Des solutions pensées pour préparer l avenir! Solutions Jeunes 0-25 ans Des solutions pensées pour préparer l avenir! TOUTES LES SOLUTIONS POUR PRENDRE son ENVOL SEREINEMENT Spécialement conçues pour s adapter aux besoins des jeunes, les solutions

Plus en détail

Une ultime cotisation REER à 71 ans

Une ultime cotisation REER à 71 ans SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIES PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 4 Une ultime cotisation REER à 71 ans La récupération des prestations d État peut influer considérablement

Plus en détail

Our success is measured by how well we meet your needs

Our success is measured by how well we meet your needs Grâce à l ensemble HSBC Premier, recevez un soutien personnalisé pour vous aider à gérer votre économie personnelle. Our success is measured by how well we meet your needs 1 Pour être admissible à l ensemble

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

ÉPARGNE BANCAIRE. Rémunérez vos économies!

ÉPARGNE BANCAIRE. Rémunérez vos économies! ÉPARGNE BANCAIRE Rémunérez vos économies! L ESSENTIEL POUR GÉRER VOTRE ÉPARGNE Avec les solutions Groupama, vous valorisez votre épargne à court, moyen ou long terme. ON A TOUS DES RAISONS R Que ce soit

Plus en détail

Description des services KBC-Touch

Description des services KBC-Touch Description des services KBC-Touch KBC-Touch est divisé en 5 grands domaines : Paiements, Épargne et Placements, Logement, Famille, Mobilité. Vous lirez ci-après une description des services par domaine.

Plus en détail

StartNet. Client-Serveur

StartNet. Client-Serveur Prélèvements Gestion des effets Gestion des chèques Gestion de trésorerie Virements étrangers Saisie des flux pour les LCR Rapprochement comptable Gestion des relevés de comptes Prélèvements Gestion des

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES G UI D E EMPL YÉ POUR DES RAISONS FINANCIÈRES Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite Dans certaines grandes entreprises, des milliers de Québécois participent déjà à un régime d épargneretraite

Plus en détail

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema.

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema. La convention AERAS * s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé * La convention est téléchargeable sur www.gema.fr GEMA, 9, rue de Saint-Pétersbourg 75008 Paris - janvier 2007 1 Convention

Plus en détail

EVOLUTION DES AIDES AU LOGEMENT DES POSTIERS DEBUTANTS

EVOLUTION DES AIDES AU LOGEMENT DES POSTIERS DEBUTANTS Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales. Direction du Développement Social. Service Logement de La Poste Destinataires Tous services Contact Service Logement de La Poste Tél : 01 45

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

FLEXIBEL PENSION SAVING avec clause Home

FLEXIBEL PENSION SAVING avec clause Home FLEXIBEL PENSION SAVING avec clause Home avril 2010 Epargner pour votre avenir vous procure des avantages! A qui est destiné le Flexibel Pension Saving avec clause Home? Au travers de ce produit (*), Fidea

Plus en détail

LES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR L INTERMÉDIAIRE DE COMMERÇANTS

LES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR L INTERMÉDIAIRE DE COMMERÇANTS LES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR L INTERMÉDIAIRE DE COMMERÇANTS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE

Plus en détail

Financement du projet : Les types de prêts

Financement du projet : Les types de prêts Financement du projet : Les types de prêts 1- Le prêt à moyen et long terme bonifié MTS JA Quotité maximale Plafond de subvention équivalente Plan de Développement de l Exploitation (PDE) Zone défavorisée

Plus en détail

Enthousiasme? «Pour mon argent, j ai mon mot à dire» Helvetia Plan de garantie. Optimiser garantie et rendement de manière individuelle.

Enthousiasme? «Pour mon argent, j ai mon mot à dire» Helvetia Plan de garantie. Optimiser garantie et rendement de manière individuelle. Enthousiasme? «Pour mon argent, j ai mon mot à dire» Helvetia Plan de garantie. Optimiser garantie et rendement de manière individuelle. Votre assureur suisse. Voilà comment ça marche la garantie. Construire

Plus en détail

Sous-comptes Manuvie Un

Sous-comptes Manuvie Un Sous-comptes Sous-comptes Manuvie Un L un des principaux avantages du compte Manuvie Un, c est qu il permet de consolider vos dettes et de leur appliquer un ou plusieurs taux d intérêt peu élevés concurrentiels.

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Le Régime de retraite assurée d entreprise Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu L opportunité Des propriétaires d entreprise qui ont besoin d assurance pour les

Plus en détail

Document d information des prêts du Crédit Foncier

Document d information des prêts du Crédit Foncier Document d information des prêts du Crédit Foncier Valable à compter du 20 février 2012 Ce document vous est remis dans le cadre de l acquisition de votre résidence principale. Ce document a pour objectif

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs :

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs : Introduction Auteure : Nicole Racette (Équipe de production) Gérer son crédit Objectifs : Atteindre une santé financière afin d avoir une meilleure qualité de vie; Considérer l épargne comme une solution

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 1 Echantillonnage 2 But de cette étude www.gamifi.org Cette étude de satisfaction préliminaire a été menée sur les clients

Plus en détail

C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE.

C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE. C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE. NOTRE MISSION La mission du Centre financier aux entreprises Desjardins Est de l Ontario est de contribuer à la croissance des entreprises

Plus en détail

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 13 Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE juillet 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs clientèle ENTREPRISES Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs Valables dès le 1 er janvier 2014 Proche de vous Des solutions à vos besoins En tant que partenaire financier de référence des entreprises

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

SOLUTIONS BANQUE PRO. À vos côtés pour votre activité professionnelle

SOLUTIONS BANQUE PRO. À vos côtés pour votre activité professionnelle SOLUTIONS BANQUE PRO À vos côtés pour votre activité professionnelle TOUTES NOS SOLUTIONS POUR VOUS ACCOMPAGNER DANS VOTRE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE Pour développer et pérenniser votre activité professionnelle,

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Gestion de la trésorerie 3-211-02

Gestion de la trésorerie 3-211-02 Gestion de la trésorerie 3-211-02 Séance 1 Introduction aux cours Qu est que la gestion de trésorerie???? Notion peu enseignée dans les écoles de gestion au Canada. Néanmoins, il s agit d un sujet d une

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

1 2 3 4 Aide à l animateur Les opérations de trésorerie sont définies comme «les mouvements de numéraire, de valeurs mobilisables, de comptes de dépôts et de comptes courants, ainsi que les opérations

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements se font

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Mise à jour du 2ème trimestre 2015 30 juin 2015 Dans ce rapport :

Mise à jour du 2ème trimestre 2015 30 juin 2015 Dans ce rapport : Miseàjourdu2èmetrimestre 2015 30juin2015 Dcerapport: Miseàjourdesinformationsauxmembres OùinvestissentlesmembresduRRCID? Rendementdesplacements Des frais réduits Mise à jour des informations aux membres

Plus en détail

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients Prêts hypothécaires résidentiels BSI Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients 3 BSI, VOTRE PARTENAIRE DE CONFIANCE Depuis plus d un siècle, BSI met un point d honneur à proposer à ses

Plus en détail

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet Les Entrepreneuriales Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet SOMMAIRE Introduction L image du banquier, le rôle de la banque? Les différents moyens de financement

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Choisir le bon compte d épargne

Choisir le bon compte d épargne OPÉRATIONS BANCAIRES Choisir le bon compte d épargne Un compte d épargne est un bon moyen de mettre de l argent de côté pour atteindre des objectifs à court terme ou constituer un fonds d urgence pour

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail