DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES"

Transcription

1 DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES NOTE TECHNIQUE AU DOCUMENT BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE : COMMENT LES CAISSES D ÉPARGNE EN AFRIQUE, ASIE ET AMÉRIQUE LATINE PEUVENT FOURNIR DES SERVICES ADAPTÉS AUX BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Travailler avec les caisses d épargne pour doubler le nombre de comptes d épargne parmi les populations défavorisées. Décembre 2011 RETAIL RÉGIONAL RESPONSABLE

2 2 DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Alors que les gammes de produits existantes intègrent déjà la plupart des composantes d un service en faveur des plus pauvres et qu il semble possible de les proposer à un prix abordable, elles doivent toutefois être adaptées pour répondre aux besoins des populations défavorisées. Permettre à ce segment de population de transférer des fonds et d effectuer des paiements sous forme électronique, notamment via la téléphonie mobiles, est la seule stratégie véritablement appréciable qui puisse permettre à nos membres d obtenir des résultats rapides. Auteurs : Piet Biemans et Stephen Peachey Contexte du document : Cette note s inscrit dans le cadre du programme du WSBI «Travailler avec les caisses d épargne pour doubler le nombre de comptes d épargne», financé par la Fondation Bill & Melinda Gates. Elle vise à partager les enseignements tirés du programme. Banques participantes : KPOSB Kenya, LPB Lesotho, PBU Uganda, SAPB South Africa, Sistema Fedecrédito El Salvador, Sonapost Burkina Faso, TPB Tanzania et VPSC Vietnam. Les auteurs remercient les banques participantes qui n ont pas ménagé leurs efforts pour remplir les deux questionnaires et répondre aux questions subséquentes.

3 NOTE TECHNIQUE 3 CARTOGRAPHIE DES PRODUITS POUR LA FOURNITURE DE SERVICES DESTINÉS AUX POPULATIONS DÉFAVORISÉES Le principal objectif de cette note est de formuler une approche susceptible de renforcer la stratégie d amélioration notable de l accès des populations défavorisées aux services financiers. Pour les cinq pays en développement africains les plus pauvres couverts par la présente étude (Burkina Faso, Kenya, Lesotho, Tanzanie et Ouganda), cela revient à effectuer une percée majeure sur le marché de masse non bancarisé (qui représente environ 60 % du total des ménages), d où une fantastique opportunité pour le secteur bancaire. Les populations de ces pays vivent avec l équivalent de 1 à 3 $ par jour et même si tous les habitants ne peuvent être considérés comme pauvres selon les définitions internationales, tous sont exposés à la pauvreté car la perte d un revenu d adulte dans ces foyers (même pour une courte période) peut faire passer toute la famille en-dessous du seuil de pauvreté de 2 $ par jour sur lequel se base la Fondation. Dans les deux pays les plus riches que couvre cette étude (El Salvador et le Vietnam), la fourchette de revenus en dollars est plus étendue (de 1 ou 2 $ par jour jusqu à environ 5 $ par jour) mais les caractéristiques sont les mêmes: revenus irréguliers et incertains, revenus vulnérables aux chocs, compromis sur les dépenses afin d équilibrer le budget de la famille et constitution de réserves à grand peine afin de faire face aux plus lourdes dépenses. Dans ces circonstances, «pauvre» n est peut-être pas le terme le plus juste techniquement, mais «précarité» réelle et chronique s appliquerait sans nul doute. Encore une fois, ces populations représentent la vaste majorité du marché des adultes exclus du système bancaire qui ont leur mot à dire sur les finances du ménage. Il s agit également, dans tous les pays, de clients au potentiel de croissance élevé pour les banques en mesure de leur offrir des services adaptés, car certains d entre eux parviendront à sortir de la pauvreté mais resteront fidèles à leur banque à mesure qu ils gravissent les échelons au sein du marché de masse. Ne pas garder longtemps sur soi les montants excédentaires périodiques mais irréguliers Envoyer et/ou recevoir de l argent à des/d amis ou de membres de la famille Accumuler ou bloquer des sommes plus conséquentes en vue d événements futurs attendus Transformer des montants irréguliers en flux de trésorerie périodiques mais irréguliers Interagir avec l économie formelle de manière limitée (sans perte de temps/d'argent) Avoir accès au crédit comme autre forme de protection du patrimoine et des dépenses importantes contre les chocs Comme il est mentionné dans le document de référence, les besoins financiers des personnes en situation de pauvreté et de précarité ne sont pas si différents de ceux des personnes mieux nanties ils doivent mettre leur argent en lieu sûr tant qu ils n en ont pas besoin, lisser leurs flux de liquidités, faire face aux urgences, mettre de l argent de côté pour satisfaire des besoins futurs déjà identifiés et parfois souscrire un emprunt pour protéger leur épargne. La différence concernant les personnes en situation de pauvreté ou de précarité est le degré d irrégularité de leur revenu, leur difficulté à couvrir leurs dépenses à l aide de ce revenu, l effet amplifié des chocs sur ce niveau de revenu et la difficulté de construire et de maintenir une épargne de sécurité à long terme.

4 4 DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Tout cela accroît leurs besoins de services financiers, mais ces besoins se manifestent étrangement, la plupart du temps de manière informelle ou semiofficielle, en dehors du circuit financier réglementé. Six besoins fondamentaux ont ainsi été définis pour ce marché cible: BESOIN N O 1 Ne pas garder longtemps sur soi les montants excédentaires récurrents mais irréguliers Ce besoin découle de l irrégularité chronique des revenus des ménages sur ce marché, où des semaines entières peuvent s écouler sans entrée d argent alors qu il faut continuer de nourrir la famille et de faire face aux urgences ainsi qu aux éventuelles dépenses exceptionnelles mais prévues (comme des frais médicaux ou scolaires). Dans ces circonstances, il est vital que l argent excédentaire puisse être facilement mis de côté et que cette épargne puisse être conservée en sécurité pendant une semaine ou deux. Il s agit autant d éviter des dépenses peu utiles en période d excédent que de permettre les dépenses utiles lorsqu elles sont nécessaires. On pourra ainsi envisager de mettre à l abri une partie des sommes excédentaires afin de couvrir des dépenses prévisibles. Dans cette perspective, les éléments dont il faut tenir compte pour élaborer une offre adaptée aux besoins de ce segment de clientèle sont les suivants : a. facilité d utilisation, et notamment rapidité d exécution des transactions et simplicité des processus, b. confiance totale en la possibilité de retirer les fonds à tout moment en cas de besoin, c. faible coût par cycle et possibilité de pouvoir compartimenter l épargne gratuitement grâce aux espèces, d. mais trop grande facilité à dépenser les espèces et à modifier la compartimentation de l épargne pour pouvoir réellement répondre aux besoins de sécurité financière des populations, e. importance accordée à la reconnaissance et à l acceptation en dépôt de toutes formes de revenus (transferts de personne à personne, virement de salaire ou dépôt de salaire en espèces, produit d une vente en espèces, dons, etc.), f. proximité géographique essentielle aux points a) et c) car seuls des services de proximité peuvent permettre le dépôt de liquidités et encourager l épargne à court terme. BESOIN N O 2 Envoyer de l argent à des amis/membres de la famille ou en recevoir de leur part Il semble que ce soit la solution privilégiée par les foyers en situation de pauvreté ou de précarité pour honorer leurs engagements en cas de décalage entre les entrées irrégulières de revenus et les sorties d argent imprévues (bien souvent avant de ponctionner l épargne à long terme). Il peut s agir également du versement plus ou moins régulier d une aide financière de la part de membres de la famille plus aisés. Localement, les dons de faible montant (inférieurs à 10 $) se font le plus souvent en argent comptant, mais sur les longues distances il est fait appel à la téléphonie mobile lorsque le service existe (à défaut, l argent voyage en taxi, en bus ou est transporté par des proches). Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. certains de ces transferts d argent pourraient ne transiter que par des institutions financières, b. mais les transferts dont la contrepartie n est pas cliente d une institution financière doivent forcément sortir du circuit financier, à la source ou à destination, c. il est vital pour les acteurs d être certains que l argent arrivera à destination et qu une solution sera trouvée en cas de problème, d. la proximité géographique (voyager pour envoyer de l argent est onéreux et prend du temps) prend le pas sur le prix des transferts de longue distance, e. mais le marché est fragmenté et un mécanisme de virement à faible coût pour de petits montants permettrait de remplacer les dons en espèces de la main à la main à l échelle locale. BESOIN N O 3A Accumuler des sommes facilement utilisables à partir du surplus de liquidité Il s agit d une solution qui permet de lisser les flux de trésorerie du ménage sans dépendre de l aide financière accordée par les amis ou la famille. Les intermédiaires les plus courants sont les collecteurs d épargne (en Afrique de l Ouest et en Asie du Sud essentiellement) et les groupes d épargne (Afrique de l Est et du Sud). Les sociétés funéraires, plus fréquentes en Afrique du Sud, constituent un cas particulier : certains groupes épargnent ainsi dans le but de prêter de l argent et d optimiser leurs rendements. D autres conjuguent les différentes méthodes (p. ex., l argent gagné quotidiennement est confié à un collecteur ou à un groupe d épargne de cycle court pour constituer une somme suffisamment importante qui sera investie ensuite dans un véhicule à plus long terme, comme un groupe d épargne mensuel ou annuel, ou une société funéraire).

5 NOTE TECHNIQUE 5 Ces méthodes informelles ne sont pas fiables mais elles présentent l avantage de pouvoir s appliquer à de très faibles montants (moins d un dollar pour les plans d épargne à court terme et à haute fréquence d utilisation). Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. l épargne doit se constituer électroniquement pour qu il soit possible d accumuler de faibles montants sans que les frais soient trop élevés, b. pour que les plus démunis puissent utiliser ce service, il est essentiel d imposer des règles sans se montrer rigide ; tout système prévoyant le prélèvement d un montant fixe à une date fixe est voué à l échec (l idée est d encourager le client à épargner, pas de le piéger), c. les avantages concurrentiels que peut présenter une institution financière telle qu une banque de détail de masse par rapport à des mécanismes informels de substitution sont la confiance qu elle inspire, son service client et la conservation en toute sécurité des documents, d. l objectif minimum est de récupérer la totalité des montants épargnés, tout au moins la première année (par la suite, on cherchera à générer des intérêts pour se protéger contre l inflation), e. des récompenses sous forme de jeux de hasard pour stimuler les rendements feraient de la concurrence à certains groupes d épargne par accumulation, mais permettraient de réduire les risques pour chaque dollar épargné. BESOIN N O 3B Bloquer une partie de ces sommes plus conséquentes en vue d événements futurs attendus Ce besoin est habituellement satisfait grâce à un dépôt à terme dans une banque mais il n existe rien d aussi sûr dans l économie informelle (le dispositif s y approchant le plus étant le financement à haut risque de prêts informels). Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. le principal avantage concurrentiel d une banque de détail de masse est la certitude pour le client de pouvoir récupérer son capital (principal et intérêts), b. les faibles soldes doivent être autorisés, tout comme le blocage de fonds pour de courtes ou de longues périodes, c. le blocage de l épargne doit pouvoir être prolongé lorsque l on ne connait pas à l avance la durée d immobilisation, d. certaines banques font bénéficier leurs clients d offres incitatives pour le blocage de faibles montants sur une longue période, mais l épargne est plafonnée à 500 $ (pour éviter une invasion des clients haut de gamme qui ferait grimper les coûts de financement à long terme), e. les services d immobilisation sont très importants pour les clients défavorisés mais les aléas de leur situation financière font qu ils peuvent avoir besoin ponctuellement du pouvoir d achat que représentent les sommes mises de côté, sans pour autant vouloir retirer leurs dépôts, d où l intérêt pour eux d emprunter via le nantissement d un dépôt à terme (voir ci-dessous). BESOIN N O 4 Transformer des montants ponctuels en flux de trésorerie récurrents mais irréguliers Ce besoin concerne essentiellement de petits agriculteurs qui souhaitent pouvoir accéder aux revenus issus de leur récolte pendant une période donnée (jusqu à la prochaine récolte), tout en mettant en lieu sûr une partie de ces revenus pour répondre à des besoins définis tels que le paiement des intrants agricoles. Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. la confiance joue un rôle capital si l argent doit être mis de côté pendant plusieurs mois et notamment la confiance en la possibilité de retirer les fonds, b. la capacité de compartimenter l épargne en mettant à l abri des sommes destinées à couvrir des besoins définis est également importante, d où la nécessité d augmenter les taux d intérêt (alors qu on les baisserait ou qu on les supprimerait sur des comptes de liquidité) et d imposer des pénalités pour retrait anticipé afin d aider les épargnants à faire preuve de discipline, c. les banques de détail de masse se doivent d autoriser les prêts sur dépôts pour de courtes périodes et à des taux relativement bas, afin d éviter aux épargnants de ponctionner leurs réserves. BESOIN N O 5 Interagir avec l économie formelle de manière limitée (sans perte de temps/d'argent) Ce besoin peut concerner à la fois la perception des revenus et le paiement des factures. En comparaison avec l ensemble du marché de masse, les mouvements au crédit sont relativement plus fréquents (du fait des aides sociales versées aux plus démunis et des transferts internationaux entrants) que les mouvements au débit (notamment dans les zones rurales où ils sont limités du fait de la faible électrification, de l absence d eau courante, etc.). Les règlements dans les commerces (sauf les grosses enseignes) se font généralement en espèces, en raison du caractère relativement informel du petit commerce dans certains pays en développement, mais également du fait de la rareté des TPV (terminaux points de vente).

6 6 DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Les éléments clés dont il faut tenir compte sont les suivants : a. Origine unique, destinations multiples - pour les transferts sociaux (G2P) ou le versement des salaires (B2P) notamment - règles flexibles de validation de la légitimité des destinataires (acceptation de justificatifs divers), - possibilité de séparer les comptes où sont versées les aides des autres comptes épargne, - possibilité de virements gratuits des comptes de destination aux comptes épargne ou entre membres de la même famille, - utilité des prêts au comptant à court terme pour les personnes dont le revenu est prévisible. b. Origines multiples, destination unique pour le règlement des factures de services collectifs, des assurances, des intrants agricoles ou des frais scolaires notamment - la proximité, la réactivité et la qualité du traitement des réclamations sont des services essentiels, - les prélèvements automatiques ne sont pas appréciés des personnes défavorisées qui souhaitent conserver le «droit» de ne pas effectuer un versement pendant quelques jours pour lisser leurs flux de trésorerie, mais les versements peuvent tout de même s effectuer sous forme électronique et les rappels sont appréciés (par téléphone ou via un message ajouté au bordereau de transaction du TPV). BESOIN N O 6 Accès au crédit Le programme du WSBI encourage l épargne comme instrument d accumulation de sommes importantes et facilement utilisables, mais le crédit peut se révéler nécessaire pour bâtir un portefeuille d actifs et protéger son patrimoine (les plus pauvres s efforcent dans la mesure du possible de ne pas entamer l épargne à long terme durement constituée pour satisfaire des besoins à court terme). L octroi de crédit est également à la base de tout modèle de banque de détail de masse et il existe des critères généraux de facilité d utilisation 1 sur lesquels les banques peuvent se baser, mais l on distingue chez les populations défavorisées trois besoins particulièrement critiques : a. octroi de prêts en espèces à court terme pour éloigner les ménages défavorisés des prêteurs informels (pour des montants pouvant aller jusqu à 50 % des mouvements de trésorerie mensuels du compte courant et remboursables en trois mois maximum avec des intérêts dégressifs afin d encourager les remboursements anticipés), b. octroi de prêts comme instruments de protection du patrimoine, assortis d une garantie sur l épargne à long terme détenue auprès de la banque, de sorte que les besoins à court terme puissent être couverts sans avoir à vendre des actifs (conditions semblables à celles des prêts de trésorerie mais taux d intérêt inférieur afin de tenir compte de la garantie implicite que représente le droit de déduire les montants dus des dépôts 2 ), c. et nécessité pour les banques de détail de masse d autoriser les prêts sur dépôts pour de courtes périodes et à des taux relativement bas, afin d éviter aux épargnants de ponctionner leurs réserves. 1 On peut citer, par exemple, les critères de facilité d utilisation de l ASA (Association for Social Advancement) pour les microcrédits. Ils concernent les prêts aux particuliers, aux groupes à responsabilité partagée et au secteur informel et comprennent notamment: a) une période d attente de une à deux semaines pour les nouveaux clients, b) des prêts d une durée de 3 à 24 mois, c) des commissions de service fixes, d) des modalités de remboursement variées (paiements hebdomadaires jusqu à mensuels), e) des échéances de remboursement flexibles et fréquentes, f) des prêts d un montant maximum de 50 à 150 $ au premier cycle, g) une augmentation de 10 à 40 $ au maximum par cycle de prêt, h) un échéancier de remboursement clairement annoncé, i) une assurance-crédit d environ 1 % par cycle, j) le versement des montants assurés après le décès de l emprunteur et/ou de son conjoint/sa conjointe, k) l octroi de prêts de fonds de roulement de faible montant sans garantie ou avec une garantie symbolique, l) modalités de remboursement basées également sur le marché des marchandises, et m) un délai de grâce avant le début des remboursements. 2. En vertu de la plupart des règles d adéquation des fonds propres, un prêt garanti par un dépôt devrait être assorti d un risque zéro et donc ne requérir aucune garantie en capital. En outre, il devrait être financé par des dépôts de maturité appropriée, dont la marge reflète en grande partie le coût d administration plutôt que la volonté de dégager un rendement des capitaux propres ajusté du risque significatif. L idée ici est que le prêt est censé aider les clients à faire face à une urgence à court terme sans avoir à démanteler leur épargne, et qu il soit vu comme une composante de la relation de réciprocité avec la banque, ce qui compte beaucoup pour les clients.

7 NOTE TECHNIQUE 7

8 WSBI Rue Marie-Thérèse, 11 n B-1000 Brussels n Tel: n Fax: n Published by WSBI. May 2012

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Produits financiers flexibles, inclusion financière et réduction de la pauvreté

Produits financiers flexibles, inclusion financière et réduction de la pauvreté Encadré 4 1 L intérêt des produits financiers flexibles L accès aux services financiers dans les pays en voie de développement est limité par plusieurs contraintes particulières (faible densité de population,

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Le compte d épargne libre d impôt proposé dans le budget

Le compte d épargne libre d impôt proposé dans le budget Le compte d épargne libre d impôt proposé dans le budget Parmi les promesses électorales faites en 2006 par les Conservateurs figurait l élimination de l impôt sur les gains en capital à condition que

Plus en détail

Comment tirer le maximum de votre CELI

Comment tirer le maximum de votre CELI SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 17 Comment tirer le maximum de votre CELI Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) peut être un excellent

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

The global voice of savings and retail banking

The global voice of savings and retail banking The global voice of savings and retail banking Les banques tirent les premières leçons de leur participation au programme du WSBI «Doubling Savings Accounts» visant a améliorer l accès financier des populations

Plus en détail

Comment tirer le maximum de votre CELI

Comment tirer le maximum de votre CELI Comment tirer le maximum de votre CELI STRATÉgie placements et fiscalité n o 17 Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) est un excellent instrument d épargne, mais il faut savoir dans quelles circonstances

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 9 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 266 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question de révision N o 14 Exercices 11. La comptabilisation des créances 19. La

Plus en détail

Le compte d épargne libre d impôt Essentiel pour atteindre vos objectifs financiers

Le compte d épargne libre d impôt Essentiel pour atteindre vos objectifs financiers Le compte d épargne libre d impôt Essentiel pour atteindre vos objectifs financiers L abri fiscal le plus souple qui soit Pour la retraite ou bien avant. Le compte d épargne libre d impôt, ou CELI, est

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT 1 Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Création de portefeuilles améliorés Leçons apprises de Portefeuilles des pauvres : Comment les pauvres de la planète survivent avec 2 dollars par jour

Création de portefeuilles améliorés Leçons apprises de Portefeuilles des pauvres : Comment les pauvres de la planète survivent avec 2 dollars par jour Création de portefeuilles améliorés Leçons apprises de Portefeuilles des pauvres : Comment les pauvres de la planète survivent avec 2 dollars par jour Ce dossier explore les moyens d'envisager la prochaine

Plus en détail

Prêts pour exploitants agricoles et PME

Prêts pour exploitants agricoles et PME Prêts pour exploitants agricoles et PME Conférence AgriFin 21 août 2013 Hans Balyamujura Table des matières 1. Présence de Barclays Africa et adaptation des solutions. 2. Prêts à l agriculture. 3. Produits

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

LEXIQUE MICROFINANCE

LEXIQUE MICROFINANCE Microfinance et Développement Mali - CIDR LEXIQUE MICROFINANCE Actif (membre) Dans une CVECA, un membre actif est un membre ayant effectué au moins une opération de dépôt ou de crédit pendant une période

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, JURIDIQUES ET SOCIALES -RABAT- LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE Réalisé par: [Tapez un texte] Page 1 Introduction SOMMAIRE : Première

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE COOPEC SIFA TOGO

Plus en détail

Chapitre 2. Économiser

Chapitre 2. Économiser Chapitre 2 Économiser 2. L essentiel 1. Constituez votre épargne progressivement et sans efforts. 2. Comprenez les mécanismes du taux d intérêt. 3. Augmentez au cours du temps le niveau de votre épargne.

Plus en détail

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC I. Les éléments de la facturation Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC A. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) La TVA est un impôt sur la consommation finale à des taux variables suivant la nature

Plus en détail

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence?

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? MFTRANSPARENCY FONDAMENTAUX DE LA FIXATION DES PRIX Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? Le taux d intérêt est l une des composantes principales du coût d un crédit. Ce concept

Plus en détail

États financiers consolidés de Oxfam-Québec. 31 mars 2014

États financiers consolidés de Oxfam-Québec. 31 mars 2014 États financiers consolidés de Oxfam-Québec Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État consolidé des produits et des charges... 3 État consolidé de l évolution des actifs nets... 4 État consolidé de

Plus en détail

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage ACCÉDER aux services Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage 1 Souhaitant faciliter la relation avec tous ses clients, le Groupe La Poste

Plus en détail

LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT

LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes caractéristiques du CELI; De maîtriser les différences entre une contribution au REER ou au CELI;

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget L essentiel sur Tenir ses comptes et faire son budget Les enjeux Suivre ses comptes Tenir ses comptes et faire son budget, c est avoir une meilleure vision de ses ressources et de ses dépenses. Vous savez

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Crédit renouvelable Supplétis

Crédit renouvelable Supplétis Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Crédit renouvelable Supplétis 08/2010 - LO 1137 C - Edité par Crédit Agricole S.A. - 91-93 bd

Plus en détail

CENTRAIDE CENTRE-DU-QUÉBEC INC.

CENTRAIDE CENTRE-DU-QUÉBEC INC. ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2012 OUPE RDL" ROY DESROCHERS LAHBERTsEN«R, COMPTABLES PROFESSIONNELS AGRÉÉS 450, boul. Bois-Francs Nord Victoriaville (Québec) G6P 1H3 Tél. : 819 758-1544/~Téléc. : 819 758-64.67

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Solutions d assurance-vie progresse, les affaires aussi Protection de la vie Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Augmentez le flux de trésorerie de votre entreprise grâce à une police d assurance-vie

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie, les banques et les taux Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX Nom du projet: PROJET FILETS SOCIAUX Secteur: Rural Autorité de Tutelle: Cabinet du Premier Ministre PRINCIPES DE BASE DE LA PROTECTION SOCIALE : Définitions et concepts

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012

États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012 États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012 États financiers au 31décembre 2012 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 1 Résultats... 2 Évolution des actifs nets... 3 Bilan...

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 31 mars 2014 Table des matières APERÇU DU DOCUMENT... 3 ENTITÉ FAISANT LA DÉCLARATION... 3 GESTION DES RISQUES

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia Achat de marchandises ou de stock Montant payé pour l achat de matières premières, de produits semi-finis et de produits finis en vue de les vendre ultérieurement. Achats Prix versé à des fournisseurs

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E R S de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES Pour l exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2013

É T A T S F I N A N C I E R S de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES Pour l exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2013 É T A T S F I N A N C I E R S de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES Pour l exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2013 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR Au conseil des Biens non publics Nous avons

Plus en détail

Crédit renouvelable Supplétis

Crédit renouvelable Supplétis Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Votre conseiller est là pour vous accompagner à chaque étape de votre vie. N'hésitez pas à le

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit L éducation financière Manuel du participant Les notions de base du crédit 2 Contenu DOCUMENT 6-1 Les types de crédit Type de crédit Prêteur Usages Modalités Crédit renouvelable Carte de crédit (garantie

Plus en détail

Le financement de l installation

Le financement de l installation Le financement de l installation Les relations bancaires Le budget prévisionnel Les financements 2 ème Edition du Salon Européen de l Ostéopathie 31 mars et 1 er avril 2012 PUBLIC Sommaire 1. Un contexte

Plus en détail

fcpi la banque postale innovation 11

fcpi la banque postale innovation 11 avertissement : ce document vous est remis par votre conseiller. Il doit comporter 5 pages. JUILLET 2011 INVESTIR DANS L INNOVATION ET BÉNÉFICIER D AVANTAGES FISCAUX ATTRACTIFS DANS LE CADRE D UN PLACEMENT

Plus en détail

Suisse. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Suisse. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Analyse de la structure financière d une entreprise.

Analyse de la structure financière d une entreprise. Analyse de la structure financière d une entreprise. Il n existe pas de structure financière type. Il existe par contre des structures plus ou moins dangereuse pour l autonomie voire la survie d une entreprise.

Plus en détail

Financement mondial IBM Lettre aux directeurs. Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM

Financement mondial IBM Lettre aux directeurs. Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM Financement mondial IBM Lettre aux directeurs Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM Vous connaissez peut-être IBM en tant que fournisseur majeur de solutions technologiques et de solutions

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement.

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement. Taux d intérêt technique pour la détermination du taux de conversion en rentes concernant la prévoyance professionnelle surobligatoire 03.11.2003 / OFAP section Vie I. Résumé Le taux de conversion en rentes

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1175e Avril 2007 INDICATEURS D OPÉRATIONS

Plus en détail

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts?

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts? CGAP Note du Août 2007 Le processus de décision des IMF en matière de structure du capital : pour une approche plus réfléchie et plus méthodique Les institutions de microfinance (IMF) ont aujourd hui à

Plus en détail

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous CIG d Investissements Manuvie Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous Les CIG * d Investissements Manuvie DES CARACTÉRISTIQUES NOVATRICES ADAPTÉES À VOS BESOINS DE PLACEMENT 1. Profitez

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

LE FRACTIONNEMENT DU REVENU DE PENSION

LE FRACTIONNEMENT DU REVENU DE PENSION MC Retraiteréfléchie PRÉSERVATION DU CAPITAL FISCALEMENT AVANTAGEUSE LE FRACTIONNEMENT DU REVENU DE PENSION Le fractionnement du revenu de pension constitue l une des modifications les plus importantes

Plus en détail

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne: Affaires juridiques et conformité Comptabilité réglementaire Crédit Détail Haute direction Institutionnel

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Règlement Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions 2013 Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Champ d application : Type : Suisse règlement Responsable du contenu

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE M E T T E Z - Y D E L A L U M I È R E RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROACHE ORIGINALE. LES CLIENTS FORTUNÉS SONT À LA

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité PROFESSIONNELS Gérez votre activité en toute sérénité Sommaire pages 4/5/6 Gérez votre activité en toute sérénité Nos Conventions à votre service Profitez de la rémunération de votre compte courant, dès

Plus en détail

Accès USA RBC facilite l accès aux services bancaires aux É.-U.

Accès USA RBC facilite l accès aux services bancaires aux É.-U. Accès USA RBC facilite l accès aux services bancaires aux É.-U. Des services bancaires commodes conçus spécialement pour les Canadiens qui sont aux É.-U. Accès USA RBC facilite l accès aux services bancaires

Plus en détail

La gestion courante de la trésorerie

La gestion courante de la trésorerie CHAPITRE 1 La gestion courante de la trésorerie Introduction «De petites occasions sont souvent à l origine de grandes entreprises.» Démosthène Une trésorerie est avant tout un outil de constatation et

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

L état des flux de trésorerie

L état des flux de trésorerie CHAPITRE 2 L état des flux de trésorerie 9 RECUEIL DE SOLUTIONS POUR ÉTUDIANTS CHAPITRE 2 LIBRAIRIE LACOSTE INC. chap. 2, n o 1 CHIFFRIER DE L ÉTAT DES FLUX DE TRÉSORERIE pour l exercice terminé le 31

Plus en détail

Une ultime cotisation REER à 71 ans

Une ultime cotisation REER à 71 ans SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIES PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 4 Une ultime cotisation REER à 71 ans La récupération des prestations d État peut influer considérablement

Plus en détail

StartNet. Client-Serveur

StartNet. Client-Serveur Prélèvements Gestion des effets Gestion des chèques Gestion de trésorerie Virements étrangers Saisie des flux pour les LCR Rapprochement comptable Gestion des relevés de comptes Prélèvements Gestion des

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E R S pour le RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES FONDS NON PUBLICS DES FORCES CANADIENNES pour l année prenant fin le 31

É T A T S F I N A N C I E R S pour le RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES FONDS NON PUBLICS DES FORCES CANADIENNES pour l année prenant fin le 31 É T A T S F I N A N C I E R S pour le RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES FONDS NON PUBLICS DES FORCES CANADIENNES pour l année prenant fin le 31 DÉCEMBRE 2009 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au président et

Plus en détail

États financiers pour le RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES FONDS NON PUBLICS DES FORCES CANADIENNES Au 31 décembre 2008

États financiers pour le RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES FONDS NON PUBLICS DES FORCES CANADIENNES Au 31 décembre 2008 États financiers pour le RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES FONDS NON PUBLICS DES FORCES CANADIENNES Au 31 décembre 2008 RAPPORTS DES VÉRIFICATEURS Au président et aux membres du comité du Régime de retraite

Plus en détail

Éducation Financière pour un BonDébut au Canada

Éducation Financière pour un BonDébut au Canada Éducation Financière pour un BonDébut au Canada 1 L essentiel des services bancaires 2 Comptes-chèques et comptes d épargne Compte-chèques Un endroit pour garder l argent dont vous aurez besoin Retrait

Plus en détail

Rapport des auditeurs indépendants. Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé

Rapport des auditeurs indépendants. Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé Parlons chiffres États financiers Exercice clos le 31 mars Rapport des auditeurs indépendants Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé Nous avons effectué

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Un guide pour mesurer le bénéfice et l actif nets de la micro-entreprise

Un guide pour mesurer le bénéfice et l actif nets de la micro-entreprise Outils d action A guide to measuring microenterprise profits and net worth, Lisa Daniels, décembre 2001. Un guide pour mesurer le bénéfice et l actif nets de la micro-entreprise Cet article, basé sur des

Plus en détail