Microfinance plus: comment lier la microfinance à d autres services pour toucher les plus pauvres?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Microfinance plus: comment lier la microfinance à d autres services pour toucher les plus pauvres?"

Transcription

1 Microfinance plus: comment lier la microfinance à d autres services pour toucher les plus pauvres? MCA2 // Microfinance Modérateur Christophe Villa Professeur, Chaire microfinance, Audencia Intervenants Yannick Bézy Responsable, secteur développement économique, Inter Aide Rustam Sengupta Fondateur, Boond Aude de Montesquiou Analyste microfinance, CGAP Résumé analytique La microfinance peut être liée à d autres entreprises à but social afin de décupler leur impact. La Fondation CGAP-Ford nous présente le «modèle de progression» 1 qui vise à contribuer à la réduction de la pauvreté par l autonomisation des personnes pauvres pour apporter des changements dans leur vie. Celui-ci a pour but de comprendre comment les filets de sécurité, la qualité de vie et la microfinance peuvent être organisée pour créer des voies de sortie de l extrême pauvreté en utilisant une méthodologie développée par BRAC 2 au Bangladesh. Inter Aide nous présente un programme de micro-assurance santé mis en place en Inde en 2003 qui vise à l amélioration des qualités de vie au niveau de la santé et de l hygiène en réduisant les coûts des soins de santé. Boond nous présente sa mission qui est de résoudre certains des gros défis mondiaux comme l accès à l électricité, l accès à l eau potable et la lutte antiparasitaire qui affectent les zones reculées du monde. Cette entreprise sociale a une approche orientée vers une entreprise durable tournée vers l innovation. 1 «graduation program» 2 Improving practices Improving impact Improving investment Convergences

2 Synthèse Aude de Montesquiou travaille au CGAP 1 pour le «modèle de progression» de la fondation CGAP - Ford. Depuis 2006, le CGAP et la Fondation Ford ont adapté l expérience de BRAC à d autres contextes. Neuf programmes de progression pilotes sont en cours en Éthiopie, en Haïti, au Honduras, en Inde, au Pakistan, au Pérou et au Yémen, et s inscrivent dans les contextes institutionnels, économiques et culturels les plus divers. Les programmes pilotes ont été mis en œuvre au moyen de partenariats formés avec des prestataires de services financiers, des Organisations Non Gouvernementales (ONG) et des programmes publics de protection sociale. Plusieurs de ces programmes pilotes mesurent l effet de l intervention sur la vie des participants à l aide d évaluations d impact randomisées rigoureuses et/ou d études qualitatives. L approche adoptée par le modèle de progression est holistique et intensive, et elle exige un degré important d efforts concertés. La réussite repose essentiellement sur la bonne programmation dans le temps des services de développement, et sur un suivi minutieux et des interactions régulières entre le personnel du programme et les ménages participants. La sélection des participants est cruciale car elle doit garantir que seuls les ménages les plus pauvres sont admis dans le programme. Une première identification peut être effectuée à l aide d une classification des ménages par niveau de richesse effectuée de manière participative au sein de la communauté et par le biais d enquêtes simples auprès des foyers. En outre, il s est avéré nécessaire de prévoir des visites par des cadres du programme afin d éviter la participation de ménages mieux lotis. Par ailleurs, étant donné que le modèle est fondé sur le renforcement des activités économiques, il ne peut recruter que des personnes qui sont capables, physiquement ou mentalement, de gérer une petite entreprise. Une fois que les participants ont été sélectionnés pour le programme, ils reçoivent dans un premier temps un soutien à la consommation sous la forme d une petite somme d argent ou de biens en nature. Ce soutien leur donne la possibilité de «respirer», en stabilisant leur consommation. Il peut être offert dans le cadre d un programme de protection sociale déjà en place. Le fait de discuter du montant et de la durée du soutien avec les participants établit la confiance et les aide à faire des projets pour la période qui suivra l arrêt du soutien. Une fois que la consommation alimentaire des participants a atteint un équilibre, ils sont encouragés à épargner, en général dans un compte individuel ouvert auprès d une institution de microfinance (IMF). Non seulement cette approche permet d accumuler un patrimoine, mais l épargne régulière inculque une discipline financière et familiarise les participants potentiels avec l IMF. La plupart des sites pilotes ont ressenti le besoin de former les participants à la gestion de trésorerie et à la gestion financière. Les participants reçoivent en outre une formation qui doit les aider à s occuper de leurs actifs et à gérer une activité génératrice de revenus. Même rudimentaire, une telle formation est essentielle pour la réussite des petites entreprises. Cette 1 Toute la partie concernant le «modèle de progression» du CGAP est tirée du document suivant: «Créer des mécanismes de sortie de la pauvreté pour les plus démunis : premières leçons sur les modèles associant filet de sécurité et développement d activités», note du CGAP rédigé par Mayada El-Zoghbi et Aude de Montesquiou, avec la contribution de Syed Hashemi, décembre formation comprend également des informations sur les sources d assistance et les services disponibles (services vétérinaires par exemple). Quelques mois après le début du programme, chaque participant bénéficie d un transfert d actif subventionné, ce qui lui permet de démarrer une activité économique. Pour identifier des options de subsistance pérennes dans des filières capables d absorber de nouveaux venus sur le marché, il faut commencer par analyser minutieusement les services d appui et les infrastructures de marché. Une fois que plusieurs options ont été identifiées, le participant fait son choix dans une gamme d actifs, en fonction de ses préférences et de son expérience. Si l on veut réduire les risques, les ménages doivent entreprendre plusieurs activités ; il convient d associer des actifs à court terme à des actifs à long terme. Si l actif choisi est du bétail, ce dernier doit être autant que possible résistant aux maladies et facile à soigner. La partie cruciale du modèle est celle du suivi régulier et de l encadrement des participants par un personnel dédié. En général, les personnes indigentes manquent de confiance en elles-mêmes et ne possèdent aucun capital social. La formation renforce les compétences et la confiance, mais elle ne suffit pas à stimuler la confiance en soi. Les visites hebdomadaires du personnel du programme dans les ménages participants ont un but de suivi mais leur objectif principal est bien plus de «coacher» les participants tout au long des 18 à 24 mois du programme. Pendant ces réunions, le personnel aide les participants à planifier leur activité professionnelle et à gérer leur argent, tout en offrant soutien social et services de soins et de prévention sanitaire. Dans plusieurs cas, il s est révélé essentiel d associer au programme un prestataire de soins de santé, qu il s agisse d une structure publique ou d options offertes par des organisations non gouvernementales. Le soutien et la solidarité fournis par le biais de réunions de groupe et par la participation à des groupes d entraide contribuent également à renforcer la confiance. Plusieurs programmes pilotes ont créé des «comités d assistance villageoise» : ils comprennent habituellement des personnalités locales, telles que des membres du clergé, des enseignants ou des anciens du village. Ces comités soutiennent les participants pendant le programme et peuvent poursuivre leur appui après la fin du programme. Les neuf programmes pilotes étudiés par le CGAP et la Fondation Ford en sont à des stades différents : quatre d entre eux ont achevé le cycle de progression tandis que les cinq autres sont en cours de mise en oeuvre. Dans le cas de Fonkoze (Haïti), 143 participants sur 150 ont atteint l objectif de progression. La majorité des participants qui n ont pas achevé le cycle vivait dans une zone bénéficiant d interventions humanitaires postérieures à un cyclone, et Fonkoze a décidé de ne pas étendre ses opérations dans cette région. À Bandhan (Bengale occidental), la proportion de participants atteignant les objectifs du programme s élève à 97 %, et l organisation a déjà commencé à s étendre dans des zones urbaines aussi bien que rurales. À Trickle Up, toujours dans le Bengale occidental, en dépit des obstacles majeurs rencontrés par les participants au début du projet, dont la grippe aviaire 2. Convergences 2015 Améliorer les pratiques Améliorer l impact Améliorer les investissements

3 et d autres maladies, des inondations et un puissant cyclone, 258 des 300 participants au programme pilote avaient atteint l objectif de progression en octobre Chacun d entre eux avait pu se doter d actifs à hauteur de 150 USD, constituer une épargne de plus de 20 USD et pouvait compter sur des sources de revenus diversifiées. Dans l État d Andhra Pradesh, le programme SKS prend en charge les participants par groupes successifs : 360 participants sur 426 avaient atteint leur objectif en octobre SKS prévoit qu après le départ du quatrième groupe, le taux de réussite (graduation) atteindra 97 %. Il reste à déterminer si le modèle de progression produit un effet à long terme sur la pauvreté ou si les participants retombent dans leur état initial après l arrêt du soutien. L étude d impact entreprise par le CGAP et la Fondation Ford va continuer à suivre participant aux programmes pilotes. Yannick Bézy a travaillé pour la mise en œuvre de programmes de développement à différentes échelles d implication (la microfinance sociale grâce aux formations, à l épargne, au développement de la famille, à des formations professionnelles et de placement, à la mutuelle santé, etc.). Ici il se concentre sur la micro-assurance. L origine de l activité provient de l idée que dans les zones urbaines, les problèmes d hospitalisation et de santé ont été les principales causes d échec des micro-entrepreneurs dans les programmes de microfinance. Cela représente entre 30 et 40% des cas où les gens sont retournés à un état de pauvreté. Tous les efforts consentis par la population ont ensuite été ruiné. La question était donc de créer une micro-assurance adaptée aux personnes pauvres. Yannick Bézy se concentre sur le cas de l Inde, où Inter Aide a mis en œuvre un programme de micro-assurance santé en Les problèmes de santé des habitants des bidonvilles sont liés à des problèmes d argent, de qualité de vie et au manque d information. 1. En l absence d un système de sécurité sociale, les individus ont besoin de financer leurs frais médicaux. Quand ils sont hospitalisés, le gouffre financier est dû aux dépenses médicales et à la perte du salaire journalier. Par conséquent, cela aggrave la pauvreté. 2. L accès aux services de santé de qualité est difficile. Les frais de médicaments et de médecins sont élevés. En Inde, de nombreux médecins ont des qualifications peu élevées et l accès aux médicaments est difficile. On constate notamment que 40% des médicaments sont contrefaits. Enfin, Il y a globalement un manque d éducation sur la santé. 3. Les individus frappés par la pauvreté ne sont pas informés des services vers lesquels ils peuvent se tourner pour répondre à leurs besoins (produits à prix abordable, orientation, gestion locale ) Par ailleurs, de manière connexe le manque d hygiène dans certaines zones du pays et les croyances superstitieuses sont des facteurs aggravants des problèmes de santé. Le programme lancé par Inter Aide est un programme de fonds de mutuelle santé. L objectif est de réduire le coût des services de santé. Ce fonds paye 80% des coûts d hospitalisation (jusqu à roupies par an). L accès aux soins de qualité est donné à travers un réseau de 200 praticiens de la santé. Des campagnes de santé sont aussi effectuées dans les bidonvilles. Des conseils sont donnés pour un accès accru aux hôpitaux et autres services de santé. Le programme est géré par des gens de la communauté qui se réunissent tous les mois. Le produit proposé à la population est de 100 roupies par an et par membre. Il est obligatoire pour les personnes sollicitant des prêts. En 2010, il y avait membres et euros ont été remboursés. Les membres bénéficient également de services de soins de santé gratuits et se familiarisent avec les réseaux hospitaliers qui offrent des réductions sur les coûts de santé. En 2010, l ensemble des membres a pu économiser plus de euros sur les dépenses de santé. Un modèle similaire est actuellement mis en œuvre à Madagascar. A son tour, Rustam Sengupta présente les activités de sa fondation. Boond Improving practices Improving impact Improving investment Convergences

4 est le nom d une petite entreprise sociale en Inde qui cible les populations les plus frappées par la pauvreté. En hindi, ce nom signifie «goutte d eau». Près de 25% de la population (soit 300 millions de personnes) indienne, vit avec peu ou pas d électricité. D où vient donc la croissance économique de 9% par an<? Boond essaie de regarder les défis auxquels sont confrontés les villages: l électricité, l eau potable, le stockage de nourriture, l assainissement, l assurance maladie, la peste /la lutte contre les maladies etc. base quotidienne. Ces paiements s effectue au cours au de l année. L activité est subventionnée par les grandes entreprises, les IMF et les financements privés. C est un modèle de microfinance 2.0. Les solutions existent mais il faut pouvoir y accéder. Les centres de développement Boond proposent des produits simples à prix abordable grâce à un financement à faible coût et le service de soutien allant avec ces produits. Boond fournit les produits et la formation pour permettre aux microentrepreneurs de les vendre. Rapporteur officiel : Claire Alambik, BNPParibas Les kits de développement Boond sont également vendus. Ils comprennent une moustiquaire, une lampe et un panneau solaire. Dans les cas d extrême pauvreté, 30 roupies sont donnés sur une 4. Convergences 2015 Améliorer les pratiques Améliorer l impact Améliorer les investissements

5 Questions: Pourrions-nous avoir plus de détails sur la viabilité financière du programme du BRAC? Aude de Montesquiou: Le coût du programme du BRAC est de 150 dollars par participant. Pour le programme du CGAP, il est compris entre 200 et 1480 dollars pour 18 mois à 2 ans. Pour l avenir, ils espèrent atteindre des économies d échelle. Ce programme reste une solution coûteuse car il est intensif et est adapté pour seulement 10% de la population. Une analyse coût-bénéfice aura lieu en Comment est formé votre personnel? Rustam Sengupta: Ce sont les personnes qui ont une vision et un lien très fort avec l endroit qui sont engagés. Celles-ci sont formées sur place et apprennent aussi des compétences de base. Les micro-entrepreneurs doivent-ils emprunter? La fondation Boond donne le premier prêt. Ils commencent avec un investissement de 800 euros. Pendant trois mois, la société paie pour le loyer, ensuite le micro-entrepreneur parvient à récupérer les coûts. A partir de ce moment là et c est un partenariat 20-80%. Ils sont propriétaires, le gérant détient plus de part que les personnes qui travaillent pour lui. Les micro-entrepreneurs appuient la surveillance et fournissent des suivis. Les subventions viennent-elles des bailleurs de fonds? Boond est un modèle hybride : il est une fondation sans subventions officielles et son rôle en tant qu entreprise sociale est secondaire. Qu avez-vous appris de depuis que vous avez commencé? Yannick Bézy : L orientation, le suivi et la vérification sont très importants afin de donner une meilleure information à la population et améliorer l accès aux services de soins de santé. Rustam Sengupta: Les clients et les consommateurs sont différents. Les gens peuvent être pauvres, mais ils ne sont pas stupides. Ils ont besoin de produits à véritable valeur ajoutée. Improving practices Improving impact Improving investment Convergences

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Les défis du marketing des services financiers

Les défis du marketing des services financiers Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage PREMIÈRE LEÇON Les défis du marketing des services financiers Objectif: Présenter les bases du marketing, en particulier les concepts d information

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

L IMPACT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION SUR LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES

L IMPACT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION SUR LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES Idées, concepts et politiques Information and Communication Technologies : Are they the key to viable Business Development Services for micro and small enterprises?, par Clifton Barton et Marshall Bear,

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts?

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts? CGAP Note du Août 2007 Le processus de décision des IMF en matière de structure du capital : pour une approche plus réfléchie et plus méthodique Les institutions de microfinance (IMF) ont aujourd hui à

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance (Compte rendu de la table ronde du 21 septembre 2006) BIM n - 10 octobre 2006 Association des Centraliens & CERISE Le BIM d'aujourd'hui nous

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating Mesurer la performance sociale des IMF : Mini-conférence // Microfinance Modérateur Aurélie Duthoit Co-fondatrice, Babyloan Intervenants Micol Guarneri Directrice Evaluation Sociale, Microfinanza Rating

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Un guide pour mesurer le bénéfice et l actif nets de la micro-entreprise

Un guide pour mesurer le bénéfice et l actif nets de la micro-entreprise Outils d action A guide to measuring microenterprise profits and net worth, Lisa Daniels, décembre 2001. Un guide pour mesurer le bénéfice et l actif nets de la micro-entreprise Cet article, basé sur des

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Résumé La déclaration du Millénaire des Nations Unies confirme que l eau et l assainissement jouent

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES)

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Journal d apprentissage Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Faisabilité de la mobilisation de ressources des diasporas pour développer la micro-assurance de santé dans les

Plus en détail

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Introduction Pourquoi cette consultation? Les systèmes de santé

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

LA MICROFINANCE : UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT DURABLE?

LA MICROFINANCE : UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT DURABLE? LA MICROFINANCE : UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT DURABLE? Vendredi 8 Juin 2007, Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI. Paris 1 1 Pascale Geslain Sommaire I. Microfinance, un outil de développement

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Développement d une stratégie de Protection sociale

Développement d une stratégie de Protection sociale Développement d une stratégie de Protection sociale John Blomquist, Banque mondiale Introduction du programme de Protection sociale en Afrique, Séminaire régional Paris, 3 juillet 2003 Qu est ce qu une

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 760 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Conception d un produit d assurance maladie Bruno Galland Juin 2009 Thème 2-2 La conception

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank BIM n 114-3 avril 2001 Karin BARLET Le crédit-bail ou leasing est une opération simple, pratiquée depuis longtemps dans de nombreux pays. Aujourd hui

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Micro-assurance Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Objectifs de développement du millénaire Réduire la pauvreté extrême et la faim Éducation primaire pour tous Promouvoir l égalité des sexes et l

Plus en détail

Développer le marché de la publicité pour les PME : l expérience de Katalyst au Bangladesh

Développer le marché de la publicité pour les PME : l expérience de Katalyst au Bangladesh Études de cas Miehlbradt A., Developing the advertising market for SMEs in Northern Bangladesh, The Katalyst Cases, Case Study n o 3, Katalyst Bangladesh, juin 2007. Développer le marché de la publicité

Plus en détail

BANCO PALMAS OU LES RICHESSES D'UNE FAVELA

BANCO PALMAS OU LES RICHESSES D'UNE FAVELA BANCO PALMAS OU LES RICHESSES D'UNE FAVELA C.E.R.A.S Projet 2011/5 - n 324-325 pages 114 à 117 ISSN 0033-0884 Article disponible en ligne à l'adresse: http://www.cairn.info/revue-projet-2011-5-page-114.htm

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTÉ À MADAGASCAR

LES MUTUELLES DE SANTÉ À MADAGASCAR LES MUTUELLES DE SANTÉ À MADAGASCAR Agathe SIMONIN, Inter Aide Séminaire Handicap International Tananarive, Madagascar 26-29 Octobre 2015 POURQUOI LES MUTUELLES DE SANTÉ? Contexte sanitaire La protection

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Microfinance et pauvreté : Quels modèles économiques pour toucher les populations les plus fragiles?

Microfinance et pauvreté : Quels modèles économiques pour toucher les populations les plus fragiles? Microfinance et pauvreté : Quels modèles économiques pour toucher les populations les plus fragiles? Conférence co-organisée par le Club Microfinance de Paris et Convergences, à l occasion de la 7 ème

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Les instruments financiers cofinancés par le Fonds Social Européen sont des outils durables et efficaces pour investir dans la croissance

Plus en détail

PROGRAMMES DE SECURITE ALIMENTAIRE

PROGRAMMES DE SECURITE ALIMENTAIRE PROGRAMMES DE SECURITE ALIMENTAIRE Rencontre des experts : Protection sociale à Madagascar : Cadre international et Politique nationale Hotel Colbert. Antananarivo, Madagascar. 18 19 Aout 2015. Stephen

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE Mai - Juin 2008 CONTEXTE BURKINABE Fondation Énergies pour le Monde 1 PROJET

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

Solidarité internationale

Solidarité internationale Solidarité internationale La solidarité en Poitou-Charentes se décline aussi au niveau international, via des initiatives associatives et des partenariats de coopération décentralisée. Dans la région de

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

La microfinance en Inde

La microfinance en Inde COVALENCE INTERN ANALYST PAPERS La microfinance en Inde Yola Argot-Nayekoo Master 1 de Commerce International et langue orientale Hindi à Paris (Frace) Ethical Information Analyst Intern, Covalence SA,

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LES ORGANISATIONS QUI FINANCENT LA MICROFINANCE

GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LES ORGANISATIONS QUI FINANCENT LA MICROFINANCE GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LES ORGANISATIONS QUI FINANCENT LA MICROFINANCE DIRECTIVES CONCERTÉES EN MICROFINANCE Octobre 2006, 2 ème édition Trente ans d enseignements traduits en conseils opérationnels

Plus en détail

RAPPORT PHOTO HMF 2010

RAPPORT PHOTO HMF 2010 MUTUELLES DE SANTE EN INDE 104 301 membres 58 053 membres ont utilisé nos services 83 000 euros économisés par nos membres grâce à ces services 270 professionnels de santé partenaires 55 000 euros économisés

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

RÉSEAU AFRICAIN DE MICROFINANCE (AFMIN)

RÉSEAU AFRICAIN DE MICROFINANCE (AFMIN) RÉSEAU AFRICAIN DE MICROFINANCE (AFMIN) PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE NORMES ET D INDICATEURS DE PERFORMANCE COMMUNS INDICATEURS DE PERFORMANCE ET DÉFINITIONS CONVENUS OCTOBRE 2002 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre En Guinée, les femmes et les hommes ont des rôles et des responsabilités différents et complémentaires en assurant le bien-être alimentaire

Plus en détail

Assureur Produits Marché cible Distribution et administration Co-operative Insurance Company (CIC)

Assureur Produits Marché cible Distribution et administration Co-operative Insurance Company (CIC) briefing note 9 Fonds pour l'innovation en micro-assurance Rentabiliser la micro-assurance Une analyse de la rentabilité de la micro-assurance auprès de cinq sociétés d assurance La micro-assurance est-elle

Plus en détail

Le mécanisme de tiers-payant en micro-assurance santé : conseils pratiques et solutions MAS

Le mécanisme de tiers-payant en micro-assurance santé : conseils pratiques et solutions MAS briefing note 11 Fonds pour l innovation en micro-assurance Le mécanisme de tiers-payant en micro-assurance santé : conseils pratiques et solutions Certains systèmes de micro-assurance santé (MAS) prévoient

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire.

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire. Chargé de Logistique RDC Closing date: 04 Sep 2015 I. ACTED ACTED ACTED est une association de solidarité internationale française qui a pour vocation de soutenir les populations vulnérables de par le

Plus en détail

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE LE PROGRAMME DE TELEMEDECINE AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT N 4-5-6-8 1 CFAO : Membre

Plus en détail

Pratiques de ciblage au Burundi

Pratiques de ciblage au Burundi Insérez une photo de votre projet/programme Pratiques de ciblage au Burundi Souraya HASSAN, Spécialiste des Politiques sociales UNICEF Financé par : Gouvernement du Burundi La Revue des Filets Sociaux,

Plus en détail

Comment Randomiser (II)

Comment Randomiser (II) Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en

Plus en détail

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS 7 TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS INFORMATIONS GÉNÉRALES Une fois les données recueillies, celles-ci sont traitées transmises sur support informatique (saisie ), organisées et nettoyées

Plus en détail

Les Mutuelles de Santé au Rwanda

Les Mutuelles de Santé au Rwanda Les Mutuelles de Santé au Rwanda A retenir Il existe 426 mutuelles de santé dans les 30 districts sanitaires du Rwanda. La collaboration entre le gouvernement rwandais, des ONGs locaux et internationaux,

Plus en détail

Base de Données sur les Institutions de Microfinance

Base de Données sur les Institutions de Microfinance ] Base de Données sur les Institutions de Microfinance Présentation des Résultats Juin 2005 #11, Rue Lechaud / Bourdon (entrée Rue Marcadieu) Port-au-Prince, Haïti tél. : 245-9547, 245-0276, 245-4721 Description

Plus en détail

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Valeur ajoutée d une stratégie intersectorielle

Plus en détail

ECOLES DE LA TERRE Le Book 2014

ECOLES DE LA TERRE Le Book 2014 ECOLES DE LA TERRE Le Book 2014 DEUX ASSOCIATIONS POUR LUTTER CONTRE LA MISERE ECOLES DE LA TERRE ASSOCIATION [SUISSE] o Nom : ASSOCIATION ECOLES DE LA TERRE o Adresse : Rue de la Fontenette 11 1227 CAROUGE

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti LEG/SGO-HA-37219927 ANNEXE Le Projet Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti I. Objectif 1.01 Les objectifs généraux du Projet sont d appuyer les objectifs suivants du Plan Opérationnel de

Plus en détail

Résultats et leçons tirés de 4 projets de centres d affaires

Résultats et leçons tirés de 4 projets de centres d affaires Outils et expériences Enterprise development centers : Evaluation of results and lessons learned in four projects in Latin America, Antonio Garcia Tabuenca & Juan José Llisterri. Contribution au séminaire

Plus en détail

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso L expérience de la p Mutuelle de santé régionale de Sikasso La MUSARS La MUSARS (Mutuelle de santé régionale de Sikasso) offre des produits d assurance maladie: basés sur un mécanisme d entraide, de solidarité

Plus en détail

Le revenu de retraite est constitué de diverses

Le revenu de retraite est constitué de diverses Wendy Pyper Le revenu de retraite est constitué de diverses sources, appelées couramment les «trois piliers» (ministère des Finances Canada, 2003). Les sources publiques la Sécurité de la vieillesse et

Plus en détail

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Commission européenne European Commission Enterprise publication OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc Mme Saadia Nouri Directeur Général Adjoint Assurances de personnes et Partenariats Axa Assurance Maroc 1 Sommaire Préambule : Micro

Plus en détail

SPTF. Normes Universelles de Gestion de la. Performance Sociale

SPTF. Normes Universelles de Gestion de la. Performance Sociale SPTF Normes Universelles de Gestion de la Performance Sociale 1 2 3 DÉFINIR ET SUIVRE LES OBJECTIFS SOCIAUX S ASSURER DE L ENGAGEMENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION, DE LA DIRECTION, ET DU PERSONNEL EN FAVEUR

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Résumé Avril 2015 Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

Le prisme de la pauvreté Ce qui aide à lutter contre la pauvreté

Le prisme de la pauvreté Ce qui aide à lutter contre la pauvreté Le prisme de la pauvreté Ce qui aide à lutter contre la pauvreté Publication n o 2009-15-F Le 28 octobre 2009 Revue le 17 mai 2012 Havi Echenberg Division des affaires sociales Service d information et

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Présentation du projet

Présentation du projet Présentation du projet «L énergie solaire pour soutenir l éducation des enfants de Dioumanzana» Carte du Mali Pays : Mali Lieu d intervention : Village de Dioumanzana, unité de développement 721, commune

Plus en détail

Semi Critiques (Extraction 70% à 90 %) Sécurisés (Extraction < 70%) Salés

Semi Critiques (Extraction 70% à 90 %) Sécurisés (Extraction < 70%) Salés Objectifs Fiche Projet : WATSAN Programme : Eau, Assainissement et Déchets Mai 2015 Objectif général : Améliorer l accès à l eau potable et à l assainissement des populations défavorisées des villages

Plus en détail

Lutter contre la pauvreté

Lutter contre la pauvreté Lutter contre la pauvreté autrement De prime abord, la microfinance peut se définir comme une contribution à la lutte contre la pauvreté, ayant pour particularité de cibler les personnes en situation de

Plus en détail

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Nassirou Sall, FONGS, en partenariat avec SOS Faim Belgique BIM n - 22 avril 2008 Betty WAMPFLER Nous vous avons présenté dans le BIM

Plus en détail

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance PERFORMANCE SOCIALE DES IMF MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance SOMMAIRE Performance sociale : Définition et principes Comment mesurer la performance sociale? Performance sociale en

Plus en détail

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement.

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1 Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1999, première expérience : une technique intéressante mais des IMF sous-liquides Le crédit warranté s est développé

Plus en détail

Soutenir la microf inance. responsable

Soutenir la microf inance. responsable Soutenir la microf inance responsable L ACCÈS AU CRÉDIT POUR TOUS : UN SECTEUR PRIORITAIRE Dans de nombreux pays, la grande majorité de la population est exclue du système bancaire. L accès aux services

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

Certains auteurs font remonter les origines du microcrédit à Babylone. Dossier de Presse septembre 2008

Certains auteurs font remonter les origines du microcrédit à Babylone. Dossier de Presse septembre 2008 10 Certains auteurs font remonter les origines du microcrédit à Babylone Dossier de Presse septembre 2008 www.babyloan.org, le premier site Internet de microcrédit solidaire Le premier site internet français

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1 MÉMOIRE Consultations sur le rétablissement de l équilibre fiscal au Canada Consultations sur le soutien financier immédiat et à long terme pour l infrastructure Présenté au Ministre des Finances et au

Plus en détail

La planification et la mise en œuvre des programmes d aquaculture alimentée par

La planification et la mise en œuvre des programmes d aquaculture alimentée par 9 PLANIFICATION ET MISE EN ŒUVRE La planification et la mise en œuvre des programmes d aquaculture alimentée par des rejets requièrent une approche globale et progressive répondant en premier lieu aux

Plus en détail

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Language: English Translations: French Country: Botswana

Plus en détail

Document de la A USAGE OFFICIEL BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT ET SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE

Document de la A USAGE OFFICIEL BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT ET SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE Document de la Banque mondiale A USAGE OFFICIEL Rapport No. 50316-MA Traduction non officielle du texte anglais qui seul fait foi BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT ET SOCIETE

Plus en détail