DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne, Paris

2 ENJEUX Le nombre de personnes sans abri ou mal logées est en forte croissance en France depuis le début des années 2000 : + 44% entre 2001 et 2012, soit près de personnes 1. Dans le contexte de crise économique et de chômage que nous traversons, de plus en plus de personnes vivent dans la précarité : personnes isolées, femmes avec enfants, travailleurs pauvres, jeunes La France accumule un déficit fort de production de logements, poussant les prix à la hausse et précarisant les ménages. Cela génère une augmentation constante de la demande d hébergement en urgence, que le Samu social n arrive plus à satisfaire. Le nombre de demandes d hébergement non satisfaites par manque de places dans les dispositifs d accueil s élève actuellement à 25% de la demande totale. Autre visage de la crise de logement et de l hébergement, le recours à l hôtel pour accueillir les personnes, qui est en constante augmentation (près de nuitées en 2014). En quelques années, ce mode d hébergement s est banalisé alors qu il ne permet pas une bonne insertion des personnes vers le logement, et reste plus coûteux que certaines solutions alternatives. Il doit être une solution d urgence, ponctuelle et limitée. Certaines personnes sont parfois contraintes, faute de dispositifs alternatifs en nombre suffisant, d y vivre plusieurs années, dans des conditions indignes et sans accompagnement social, ce qui rend difficile leur insertion vers l emploi et un logement pérenne. L enquête réalisée par le Samu social de Paris a souligné les conséquences négatives pour les familles : difficultés accrues pour accéder à l emploi, faible scolarisation des enfants, décrochage, conditions d hygiène déplorables, insécurité alimentaire Au-delà de ces conséquences inacceptables, ce mode d hébergement ne permet pas aux familles, sans cesse contraintes de déménager, de se stabiliser. Face à ces constats sans appel, le Gouvernement est mobilisé : - L Etat consacre un budget en hausse de 1.3 milliard d euros à la politique de l hébergement et de l accès au logement en places d hébergement supplémentaires ont été créées dans le cadre du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté, auxquelles s ajoute la création de plus de places en logement adapté. 1 Etude INSEE, novembre

3 - L Etat poursuit son objectif d en finir avec la gestion saisonnière en faisant le maximum pour anticiper la fin de la période hivernale et pérenniser les places d hébergement d urgence ouvertes en hiver ; - Le nouvel Agenda HLM pour entre l Etat et l Union sociale pour l habitat fixe un cadre exigeant pour aller toujours plus loin dans l accès au parc social par les plus modestes (engagement de créer logements par an à très bas niveau de loyer et de créer logements adaptés), dans la rénovation et la réhabilitation pour des conditions d habitat dignes (engagement de réhabiliter logements par an), dans l offre de nouveaux logements là où les demandes sont les plus fortes (engagement de construire logements HLM par an). Pour aller encore plus loin et en finir avec l hébergement durable à l hôtel, le Gouvernement engage un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières visant à créer des places alternatives à l hôtel capables de répondre aux besoins des personnes accueillies et des foyers sans toit, et à améliorer les conditions de vie des personnes qui y sont encore hébergées, afin de déclencher de véritables parcours d insertion vers le logement. L accès au logement le plus rapide pour le plus grand nombre est l objectif de ce plan. Pour y parvenir, ce plan doit être partagé avec les collectivités locales (régions, départements, communes selon leurs compétences d hébergement, d action sociale, d urbanisme et de construction), et les partenaires (bailleurs sociaux, associations) qui mettent en œuvre sur le terrain les projets d hébergement, d accès au logement, et d accompagnement

4 SOMMAIRE Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Vers la fin de l hébergement durable à l hôtel Une meilleure utilisation des crédits des nuitées hôtelières Une gouvernance du plan resserrée Les solutions alternatives à l hôtel Un meilleur accompagnement social des personnes encore hébergées à l hôtel Les actions engagées pour l hébergement et le logement des personnes démunies Adapter l offre d hébergement et de logement dans les territoires Développer le parc de logements très sociaux Mobiliser le parc privé à des fins sociales Relancer de la construction Réhabiliter les centres d hébergement - 4 -

5 UN PLAN TRIENNAL POUR REDUIRE LE RECOURS AUX NUITEES HOTELIERES Vers la fin de l hébergement durable à l hôtel Afin de mettre fin à l augmentation constante de l hébergement à l hôtel, et offrir aux familles des conditions d hébergements plus dignes et mieux adaptées à leurs besoins, le Gouvernement engage un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières. Il s agit de limiter le recours à l hôtel aux prises en charges exceptionnelles et de courte durée (éloignement du domicile d une personne victime de violences ). Le plan a pour objectif d ici 2017 de : 1. Créer places en dispositifs alternatifs sur trois ans, en réorientant les crédits destinés à financer de nouvelles nuitées hôtelières : places en intermédiation locative (comme Solibail) ; places en logement adapté (pensions de familles ou maisons-relais) ; places d hébergement dans des centres dédiés aux familles ou dans des logements sociaux vacants. 2. Proposer des hébergements alternatifs aux 6000 demandeurs d asiles actuellement hébergés à l hôtel ; 3. Renforcer l accompagnement social des personnes actuellement hébergées à l hôtel. Ces mesures importantes, qui rompent avec la logique de gestion dans l urgence de la précarité, permettront un accueil digne des plus démunis, premier pilier de l action pour le logement et la construction menée par le Gouvernement. L Etat mobilisera un budget de 105 millions d euros sur trois ans pour mettre en œuvre ce plan. Une meilleure utilisation des crédits des nuitées hôtelières La progression des nuitées hôtelières s est considérablement accentuée ces deux dernières années. L enjeu du plan est de mettre fin à cette croissance constante. Il aura donc un impact sur l évolution du nombre des nuitées hôtelières. Sans une action volontaire de l Etat, les nuitées hôtelières augmenteront de nuitées par an au vu de la tendance actuelle. Le mécanisme du plan est simple : - dégager les crédits de nuitées, soit 66 millions d euros sur trois ans, pour créer places dans les dispositifs alternatifs et mettre en place un accompagnement social renforcé ; - 5 -

6 - et réorienter 38,7 millions d euros sur trois ans, pour proposer des prises en charge alternatives à 6000 demandeurs d asile actuellement hébergés à l hôtel. Au total, c est donc 105 millions d euros en trois ans qui seront réorientés, dans le cadre du plan, de l hôtel vers des solutions alternatives mieux adaptées aux besoins des personnes hébergées. Cet «effet de substitution» d un dispositif à un autre est possible dans la mesure où les dispositifs alternatifs coûtent globalement moins chers que les nuitées hôtelières. Financement des principaux dispositifs d hébergement (coût moyen annuel par place) : - Nuitées hôtelières : (soit 17,08 par jour) ; - Intermédiation locative : (soit 6,65 par jour) ; - Logement adapté : (15,14 par jour) ; - Hébergement d urgence : (soit 24 par jour) ; - Centre d hébergement et de réinsertion sociale CHRS : (soit 42,65 par jour). Les crédits ainsi dégagés permettent de financer les alternatives de logement adapté et d hébergement hors-hôtel, ainsi qu un renforcement du suivi social des personnes encore hébergées à l hôtel. Une gouvernance du plan resserrée Ces objectifs seront réalisés grâce à un système de gouvernance resserré réunissant l ensemble des acteurs concernés par la politique de l hébergement. Tout d abord, l Etat fixera par région un nombre de places alternatives à créer dans le cadre des nouvelles places d hébergement et de logements adaptés prévus dans le plan. Les services de l Etat devront suivre précisément le nombre de places alternatives créées et la réduction de l augmentation des nuitées correspondantes. Des indicateurs pourront être mis en place comme le «taux de sortie de l hébergement vers le logement» pour analyser les parcours d insertion. Un comité de pilotage sera mis en place, sous l égide de la Délégation interministérielle de l hébergement et de l accès au logement (DIHAL), rassemblant les services de l Etat et les associations du secteur de l hébergement pour faire un bilan régulier des avancées du plan et des difficultés rencontrées. Les solutions alternatives à l hôtel Le Gouvernement développe sur trois ans des solutions alternatives plus adaptées aux besoins, qui remplaceront les nuitées hôtelières : création de places supplémentaires en intermédiation locative (en plus des places déjà existantes à ce jour) de type Solibail. L intermédiation locative permet de louer à moindre coût des logements vides dans le parc privé, en accord avec des propriétaires solidaires qui ont toutes les garanties - 6 -

7 de loyer et de remise en état de leur appartement, pour héberger et accompagner des personnes en réinsertion par des organismes spécialisés dans la lutte contre l exclusion. L intermédiation locative a un coût (en moyenne euros par an) deux fois moins élevé que celui de l hébergement en hôtel et propose des conditions d hébergement bien plus propices à l insertion des personnes. A propos du dispositif Solibail Le dispositif Solibail garanti par l État et géré par des associations conventionnées, offre au propriétaire l assurance du paiement du loyer et des charges sans les contraintes usuelles de gestion d un bien immobilier. Le propriétaire est également assuré de récupérer son logement en bon état à la fin du bail. Cet outil d intermédiation locative permet à un propriétaire de louer son logement pendant trois ans ou plus à une association expérimentée et conventionnée par la Préfecture de Région. Cette association devient le locataire du bien : elle prend en charge le paiement des loyers mensuels, l'entretien et la remise en état du logement. Le propriétaire est protégé de tout risque locatif et fait le choix de récupérer son bien à l issue du contrat de bail. Les propriétaires privés peuvent mettre à disposition en toute sérénité des logements qui vont être proposés aux ménages les plus fragiles. Les occupants du bien bénéficient d un logement stable et d un accompagnent social par une association. Le Ministère du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité, encourage les initiatives de solidarité et invite les propriétaires privés à se renseigner sur l ensemble des outils pouvant faciliter l accès au logement des familles les plus modestes. Pour toutes informations sur ce dispositif : un numéro azur ( ) renvoie sur les conseillers de l Agence nationale d information sur le logement (ANIL) places en logement adapté : pensions de familles ou maisons-relais Les pensions de familles ou maisons-relais sont des structures de petite taille (15 à 25 logements, principalement des studios) offrant un cadre sécurisant à des personnes isolées, désocialisées, ayant fréquenté de façon répétitive des structures d hébergement provisoire et des hôtels. Elle propose des services collectifs et bénéficie de la présence quotidienne d un responsable de pension de famille ayant une qualification dans le domaine social et/ou de l insertion. Ces solutions sont particulièrement adaptées pour les personnes qui peuvent cumuler des difficultés économiques, sociales mais aussi de santé places d hébergement dans des centres dédiés aux familles ou dans des logements sociaux vacants Des nouveaux centres d hébergement adaptés aux familles sont indispensables, ainsi que la création de places d hébergement dans le diffus (logements sociaux vacants ), afin de permettre une prise en charge plus souple des personnes dont la situation ne permet pas, à court-terme, l accès au logement (absence totale de revenus, situations administratives complexes, etc.)

8 D autres dispositifs innovants, comme les appartements partagés, seront expérimentés en Ile-de-France dès De plus, 6000 places seront dédiées aux demandeurs d asile actuellement hébergés à l hôtel, au sein de structures spécialisées dans l accueil, l accompagnement et l hébergement des demandeurs d asile. Ces structures sont gérées par des opérateurs nationaux (comme ADOMA) sur la base d appel à projets. Elles offrent un hébergement pour les personnes en demande d asile qui sont accompagnées pendant toute la durée d instruction de leur dossier par des équipes de professionnels qualifiés places seront créées sur la durée du plan pour des demandeurs d asile actuellement hébergés à l hôtel, qui s ajouteront aux places prévues dans des dispositifs alternatifs généralistes. Un meilleur accompagnement social des personnes encore hébergées à l hôtel L insuffisance ou l absence d accompagnement social des personnes hébergées à l hôtel réduit les possibilités pour les familles de se réinsérer. C est pourquoi il sera considérablement renforcé. Le Gouvernement met notamment en œuvre les mesures suivantes : Une évaluation sociale pour chaque famille hébergée et des interventions mieux coordonnées L Etat s engage à ce que toutes les familles hébergées puissent bénéficier d une évaluation sociale. Cette évaluation sera effectuée par les équipes financées par l Etat (en Ile de France, équipes mobiles aujourd hui portées par la Croix Rouge) dont l intervention sera renforcée. Une meilleure coordination entre acteurs du champ social, sanitaire et éducatif est nécessaire afin de dispenser aux familles les aides et services leur permettant de gagner en qualité de vie et pouvoir sortir de cette situation temporaire. Un accès facilité à l aide alimentaire L'enquête Enfams du Samu social a mis en évidence une situation critique sur l alimentation des familles hébergées : 8 familles sur 10 et 2 enfants sur 3 souffrent d insécurité alimentaire. Il apparait nécessaire d améliorer l information des personnes hébergées et des intervenants sociaux sur les lieux de distribution (parfois éloignés des hôtels) gérés par les associations d aide alimentaire. Et quand les personnes hébergées ont accès à des denrées, celles-ci ne sont pas forcément adaptées ni aux besoins nutritionnels ni à l absence de cuisine dans leur hébergement. Pour une meilleure prise en compte des besoins alimentaires des familles hébergées, il s agit d agir sur 2 axes : - 8 -

9 - La mobilisation et coordination des acteurs pour une aide alimentaire plus accessible ; - La mise à disposition d aliments adaptés. Une meilleure organisation de la domiciliation La domiciliation administrative permet à des personnes qui n ont pas de domicile stable de disposer d une adresse pour recevoir du courrier, pour accéder à certains droits (délivrance d un titre national d identité), à des prestations sociales légales et à des services du quotidien. Dans le cadre du Plan, les services de l Etat auront comme priorité : de veiller à ce que chaque département se dote dans les plus brefs délais d un schéma de domiciliation, en prenant en compte les personnes hébergées en hôtel ; de mieux répartir, au niveau régional, la prise en charge des familles hébergées dans les départements, afin d éviter par exemple que deux départements assument seuls ces prises en charge. Un travail de coordination de la domiciliation en Ile-de- France a déjà été initié par la Direction Régionale et Interdépartementale de l Hébergement et du Logement et par la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports, et de la Cohésion Sociale, en vue d'accompagner les départements dans l'élaboration des schémas de domiciliation. Une attention particulière apportée à la santé mentale L'enquête ENFAMS du Samu social dresse un constat alarmant en termes de santé mentale pour certaines familles hébergées. Les femmes isolées avec enfants notamment sont très touchées par la dépression. Les équipes mobiles psychiatrie et précarité seront mobilisées pour intervenir au moment de la phase d'orientation des familles, et ainsi repérer les personnes qui présentent des besoins spécifiques pour les orienter vers une prise en charge adaptée. Elles devront aussi formaliser leurs liens avec les acteurs sociaux et ainsi renforcer leur action auprès des familles hébergées en hôtel. Les agences régionales de santé (ARS) élaboreront et diffuseront des outils destinés aux travailleurs sociaux afin de les aider à repérer les troubles psychiques et à orienter les personnes vers les structures adéquates

10 LES ACTIONS ENGAGEES POUR L HEBERGEMENT ET LE LOGEMENT DES PERSONNES DEMUNIES Adapter l offre d hébergement et de logement dans les territoires L évaluation des besoins dans chaque département des personnes démunies, via les diagnostics «territoriaux 360» permettra de mettre en place dans chaque territoire des solutions adaptées. Toutes les situations, de la rue au logement en passant par l habitat indigne et évidemment l hôtel, seront prises en compte (familles, demandeurs d asiles, femmes victimes de violences, personnes précaires isolées souffrant de troubles psychiques ). Un opérateur unique territorial (fusionnant les services intégrés d accueil et d orientation SIAO et le 115) disposera de l ensemble des solutions existantes pour répondre aux besoins. Ces diagnostics seront élaborés dans l ensemble des départements dans le courant du premier semestre Par ailleurs, des plans départementaux d accès au logement et à l hébergement des personnes défavorisées seront élaborés en 2015, afin de mettre en œuvre, au plan territorial, une politique allant de l hébergement d urgence à l accès au logement et qui prend en compte les situations spécifiques des personnes. Développer le parc de logements très sociaux L offre de logements sociaux et très sociaux est nécessaire pour mettre en place des parcours d insertion vers le logement. Aussi, le Gouvernement : - crée logements supplémentaires à très bas niveau de loyer (super PLAI) dans les trois prochaines années, en accord avec le mouvement HLM ; - produit logements très sociaux (PLAI adapté) par an dès 2015, en plus des 2000 en 2014 ; - développe logements sociaux accompagnés réservés aux ménages cumulant des difficultés financières et sociales, dans le cadre du Pacte Etat/USH. Mobiliser le parc privé à des fins sociales Au-delà de la construction de logements très sociaux, le développement de l intermédiation locative est primordial pour permettre à des personnes rencontrant des difficultés sociales et/ou financières d accéder à un logement stable. Pour inciter les communes à mobiliser le parc privé, la loi ALUR a prévu la prise en compte des dépenses engagées pour financer de l intermédiation locative (accompagnement social, différentiel de loyer, gestion locative ) dans les pénalités prévues au titre de la loi Solidarité Renouvellement Urbain (SRU) pour les communes ne respectant pas le quota de logements locatifs sociaux. La loi prévoit également la possibilité pour le préfet de signer une convention avec les organismes spécialisés dans l intermédiation locative, pour obliger les communes qui ne respectent pas ce quota, à développer cette solution de logement. Le décret d application, actuellement en cours de rédaction, sera publié au printemps

11 Relancer la construction Les mesures de relance de la construction annoncées par le Gouvernement contribueront à construire plus de logements, adaptés et diversifiés, fluidifiant ainsi les parcours résidentiels de tous. Réhabiliter les centres d hébergement Afin de renforcer la qualité de l accueil et des infrastructures, pour aller vers des centres à taille humaine et où les personnes se sentent bien, le gouvernement a lancé, avec l agence nationale de l habitat (ANAH), un programme de réhabilitation des centres. En 2014 : 600 places (au sein de 18 centres) ont bénéficié de cette action. En 2015 : places seront réhabilitées

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 Adoma - Résidence sociale «Le Grand Cèdre» 114, rue Joseph Hue, 76250, DÉVILLE-LÈS-ROUEN

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Janvier 2009

DOSSIER DE PRESSE Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Janvier 2009 DOSSIER DE PRESSE Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Janvier 2009 CHAPITRE I : mobilisation des acteurs Les conventions d utilité

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Dossier de presse Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion 1 Chapitre premier : Mobilisation des acteurs 1. Qu y a t-il de nouveau?

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ACCUEIL, D HEBERGEMENT ET D INSERTION

LE DISPOSITIF D ACCUEIL, D HEBERGEMENT ET D INSERTION LE DISPOSITIF D ACCUEIL, D HEBERGEMENT ET D INSERTION L accueil, l hébergement et l insertion des personnes vivant à la rue ou en rupture d hébergement relève de la compétence principale de l État et se

Plus en détail

Le Plan Départemental d'action

Le Plan Départemental d'action Le Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées DE LA RÉGION AQUITAINE DE LA GIRONDE Gironde gironde.fr le PDALPD de la Gironde 2008-2010 Ce plan est co-piloté par l Etat et

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

N de téléphone : N de Fax : Mail : Nom - Prénom Parenté Date de naissance

N de téléphone : N de Fax : Mail : Nom - Prénom Parenté Date de naissance DEPARTEMENT DE LA MOSELLE DIRECTION DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L ENFANCE, DE LA FAMILLE ET DE L INSERTION Sous-Direction de l Action Sociale Territoriale et de l Insertion Service des Aides Financières

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Panorama. LES AGENCES IMMOBILIÈRES À VOCATION SOCIALE En chiffres

Panorama. LES AGENCES IMMOBILIÈRES À VOCATION SOCIALE En chiffres Panorama LES AGENCES IMMOBILIÈRES À VOCATION SOCIALE En chiffres Mars 2015 2 Sommaire Un réseau professionnel depuis plus de 20 ans 4 Une expertise à la croisée de l immobilier et du social 4 Une reconnaissance

Plus en détail

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Discours de Ségolène Neuville à l occasion de la journée «La domiciliation : premier pas vers l inclusion» organisé

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE

PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE PRÉFET DE L ORNE PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE Département de l Orne 27 septembre 2013 SOMMAIRE Méthodologie retenue Eléments de repères

Plus en détail

RESTAURATION LOGEMENTS

RESTAURATION LOGEMENTS LES PRESTATIONS MINISTERIELLES au 1 er janvier 2014 La restauration collective RESTAURATION 927 structures de restauration collective réparties en 322 restaurants financiers, 74 restaurants inter administratifs

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Cadre réservé au service

Cadre réservé au service Cadre réservé au service Numéro de dossier : N 14069*02 Le demandeur Monsieur Madame : : Date de naissance : Nationalité : Française Union européenne Hors Union européenne Situation familiale : Célibataire

Plus en détail

Le SIAO unique départemental

Le SIAO unique départemental Le SIAO unique départemental http://siao25.e-monsite.com/ mai 2015 24 mars 2014 Promulgation de la loi ALUR (LOI POUR L ACCÈS AU LOGEMENT ET UN URBANISME RÉNOVÉ ) Le Service intégré d accueil et d orientation

Plus en détail

Information et orientation

Information et orientation Information et orientation Des services sociaux peuvent vous informer et vous accompagner Proxim Social Service d accueil, d information et d orientation physique et téléphonique. 0805.01.2530 appel gratuit

Plus en détail

PREFET DU CALVADOS Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Calvados 2011-2015

PREFET DU CALVADOS Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Calvados 2011-2015 PREFET DU CALVADOS Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Calvados 2011-2015 1 Sommaire Éditorial par Monsieur le Préfet du Calvados et Monsieur le Président du Conseil

Plus en détail

L HÉBERGEMENT D URGENCE : UN DEVOIR D ASSISTANCE À PERSONNES EN DANGER

L HÉBERGEMENT D URGENCE : UN DEVOIR D ASSISTANCE À PERSONNES EN DANGER L HÉBERGEMENT D URGENCE : UN DEVOIR D ASSISTANCE À PERSONNES EN DANGER 10 e Rapport du haut comité pour le logement des personnes défavorisées décembre 2004 Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES?

QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES? «La Plateforme des régularisés», dite «Plateforme des 3GIP» - Synthèse - Mars 2008 - Juin 2014 QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES? Créée à l initiative de la Préfecture de Paris en 2008, la Plateforme

Plus en détail

> 2014. tableau de bord DE SUIVI DES POLITIQUES DU LOGEMENT

> 2014. tableau de bord DE SUIVI DES POLITIQUES DU LOGEMENT > 2014 tableau de bord DE SUIVI DES POLITIQUES DU LOGEMENT LE TABLEAU DE BORD 2014 DE SUIVI DES POLITIQUES DU LOGEMENT La forte croissance démographique que connaît la France, conjuguée à la progression

Plus en détail

répondre aux besoins des personnes sans domicile ou mal logées Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté

répondre aux besoins des personnes sans domicile ou mal logées Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté répondre aux besoins des personnes sans domicile ou mal logées Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté Ce document est une co-production DGAS - DGALN / septembre 2008 Editorial - par

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS L hébergement chez l habitant existe depuis de nombreuses années sous différentes formes et son développement s est accentué

Plus en détail

L'organisation du plan départemental

L'organisation du plan départemental Lettre électronique N 1-2012 83 a ccessi b l e p ou r t ou s SOMMAIRE Sommaire / Editorial Page 1 Actualité juridique : DALO et délai anormalement long Page 4 Présentation du Plan Départemental d Action

Plus en détail

Comité AcHILE Atelier jeunesse. 20 juin 2014

Comité AcHILE Atelier jeunesse. 20 juin 2014 Comité AcHILE Atelier jeunesse 20 juin 2014 1 2 Atelier jeunesse Les axes de progression identifiés lors de la journée du 25 octobre 2013 Emploi Favoriser les moyens de la mobilité des jeunes Ne pas oublier

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

ENQUETE DOMICILIATION 2013

ENQUETE DOMICILIATION 2013 Etat des lieux de la domiciliation des personnes sans domicile stable ENQUETE DOMICILIATION 2013 ETAT DES LIEUX DE LA DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE BILAN ANNUEL 2013 DIRECTION GENERALE

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale BILAN 2013-2014 ET FEUILLE DE ROUTE 2015-2017 3 mars 2015 Pour plus d'informations : www.gouvernement.fr PLAN PLURIANNUEL

Plus en détail

PRÉSENTATION BILAN PLH LAMBALLE COMMUNAUTÉ 2014-2015 Orientations 2016. 4 logements rue Lucie Aubrac à la Poterie

PRÉSENTATION BILAN PLH LAMBALLE COMMUNAUTÉ 2014-2015 Orientations 2016. 4 logements rue Lucie Aubrac à la Poterie PRÉSENTATION BILAN PLH LAMBALLE COMMUNAUTÉ 2014-2015 Orientations 2016 4 logements rue Lucie Aubrac à la Poterie AXE 1 FICHE 1 MOBILISER LE FONCIER NECESSAIRE Le PLH a un objectif global de construire

Plus en détail

Améliorer l offre de logements saisonniers sur son territoire

Améliorer l offre de logements saisonniers sur son territoire 2.1 Améliorer l offre de logements saisonniers sur son territoire Préambule Cette fiche technique fait partie d un recueil de 9 fiches visant à capitaliser la connaissance collective des enjeux, problématiques,

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT Direction de l Intégration* Emploi/Logement Service : Logement/Reloref N/REF : DIEL/LOG/FM/EA/09/1009 Rédacteur : Florence GAUDEAU Date : 20/12/09 * Avec le soutien du ministère de l'immigration, de l'intégration,

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

d Action Pour le Logement des Personnes Défavorisées des Hauts-de-Seine (2014-2018)

d Action Pour le Logement des Personnes Défavorisées des Hauts-de-Seine (2014-2018) 7e Plan Départemental d Action Pour le Logement des Personnes Défavorisées des Hauts-de-Seine (2014-2018) 1/74 2/74 Sommaire I.Introduction...5 1.Les principes du PDALPD...5 2.Les textes de références...5

Plus en détail

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT Quel rôle pour les collectivités locales? MINISTÈRE DU LOGEMENT ET DE L'ÉGALITÉ DES TERRITOIRES MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové («ALUR»)

Loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové («ALUR») A V R I L 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové («ALUR») Volet logement Cette note se limite à une lecture du volet logement du projet de loi, avec l essentiel

Plus en détail

Un an après, les avancées d une loi appliquée avec pragmatisme

Un an après, les avancées d une loi appliquée avec pragmatisme Un an après, les avancées d une loi appliquée avec pragmatisme Lundi 23 mars 2015 Contact presse Ministère du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne, 75007 Paris -

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées AVIS. concernant la mise en œuvre de la mixité sociale

Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées AVIS. concernant la mise en œuvre de la mixité sociale Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées AVIS concernant la mise en œuvre de la mixité sociale Février 2015 Avant-propos Le 23 janvier dernier, le Premier ministre, Manuel Valls déclarait

Plus en détail

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles DOSSIER DE PRESSE Février 2011 A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles Contact presse Service

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous > GUIDE DU BAILLEUR Votre locataire, la Caf et vous 1 Préambule Propriétaires, bailleurs, vous louez un ou plusieurs logements à des personnes allocataires d une Caf. Savez-vous que les Caf aident près

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : 1 Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 6 Parc de logement social dans l agglomération : 18 354 au 1 er janvier 2011 Aide financière

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DU RHÔNE 2012-2015

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DU RHÔNE 2012-2015 PREFET DU RHÔNE En association avec PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DU RHÔNE 2012-2015 Objectifs et thématiques du PDALPD 2 Objectifs et thématiques du PDALPD Préambule

Plus en détail

guide Logement je cherche un nouveau logement Tout savoir sur les recherches à effectuer pour trouver un toit à Paris et en Ile de France

guide Logement je cherche un nouveau logement Tout savoir sur les recherches à effectuer pour trouver un toit à Paris et en Ile de France guide Logement je cherche un nouveau logement Tout savoir sur les recherches à effectuer pour trouver un toit à Paris et en Ile de France février 2011 2 le logement et vous... Trouver un logement est partout

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE MEDECINS DU MONDE MARS 2014 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CONTEXTE ET

Plus en détail

Plan Départemental d Action pour

Plan Départemental d Action pour Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées des Yvelines 2011-2014 2014 Entre, L ETAT, représenté par Monsieur le Préfet du département des Yvelines LE DEPARTEMENT DES YVELINES,

Plus en détail

FAQ N 63 QU EST-CE QUE LE DISPOSITIF SOLIBAIL?

FAQ N 63 QU EST-CE QUE LE DISPOSITIF SOLIBAIL? Direction de l Intégration* Emploi/Logement Service : Logement/Reloref N/REF : DIEL/LOG/EA/FG/09/182 Rédacteur : Florence Gaudeau Date : 25/05/2009 * Avec le soutien du Ministère de l'immigration, de l'intégration,

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Demande de logement social

Demande de logement social Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 14069*02 Avez-vous déjà déposé une

Plus en détail

C est quoi un logement insalubre?

C est quoi un logement insalubre? LOGEMENT INSALUBRE C est quoi un logement insalubre? C est un logement qui présente un danger pour la santé des occupants, compte tenu de la dégradation du bâti ou de la présence de substances dangereuses

Plus en détail

SOMMAIRE CONTEXTE... 1 SYNTHESE... 2

SOMMAIRE CONTEXTE... 1 SYNTHESE... 2 Rapport d activité Pôle SIAO/115 du Val d Oise 2014 SOMMAIRE CONTEXTE... 1 SYNTHESE... 2 1 ERE PARTIE : PRESENTATION DU POLE I. Organisation du pole... 9 1. Les moyens humains... 10 2. Les outils de fonctionnement

Plus en détail

LE PASS-GRL du 1 % Logement

LE PASS-GRL du 1 % Logement LE PASS-GRL du 1 % Logement UN NOUVEL OUTIL POUR FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT A l initiative des partenaires sociaux du 1 % Logement, le PASS-GRL est opérationnel depuis le 1er janvier 2007 Nouvel outil

Plus en détail

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Madame la Ministre, chère Valérie, Monsieur le député Anciaux, Madame la présidente

Plus en détail

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Territoire concerné >> Département du Val-de- Marne

Plus en détail

Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement

Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DU VAR SERVICE HEBERGEMENT ACCOMPAGNEMENT LOGEMENT Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement Affaire suivie par : Yann FAVERIE ANNEXE 1 : CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Jeunes GUIDE DU LOGEMENT LA CFTC À VOS CÔTÉS! & diversité. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente. Edition 2011.

Jeunes GUIDE DU LOGEMENT LA CFTC À VOS CÔTÉS! & diversité. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente. Edition 2011. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente Jeunes & diversité GUIDE DU LOGEMENT Edition 2011 benjamin py nicotheeye auremar philippe LA CFTC À VOS CÔTÉS! L ACCÉS DES JEUNES AU LOGEMENT

Plus en détail

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement -

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - Observatoire des Loyers du Parc Privé des Communes de Briançon, Embrun et Gap Cette étude, à destination des professionnels de l immobilier,

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

HEBERGEMENT ET LOGEMENT

HEBERGEMENT ET LOGEMENT HEBERGEMENT ET LOGEMENT EN RHONE-ALPES Guide à destination des acteurs de l hébergement du logement d insertion et du logement social 2013 Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion

Plus en détail

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu.

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu. DIRECTIVE PERSONNES MORALES PRODUCTION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Construction ou acquisition-amélioration de logements locatifs sociaux, logements en structures collectives et logements meublés pour

Plus en détail

En Seine-Saint-Denis, un parc de logements diversifié pour des ménages souvent modestes

En Seine-Saint-Denis, un parc de logements diversifié pour des ménages souvent modestes ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 373 - Octobre 211 Territoire En Seine-Saint-Denis, un parc de logements diversifié pour des ménages souvent modestes Le parc de logements de Seine-Saint-Denis est diversifié.

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE ADIL des Hautes-Alpes OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE RAPPORT ANNUEL POUR LE RECENSEMENT 2013 1 B I S R U E D E V A L S E R R E 0 5 0 0 0 G A P SOMMAIRE INTRODUCTION Définition de l habitat indigne------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

PREFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE

PREFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE PREFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE Appel à projet pour la mise en place en Île-de-France d une plate-forme d accueil, d information, d orientation et de suivi des populations vivant en campement et bidonville

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Les accueils de jour du Nord

Les accueils de jour du Nord PRÉFET DU NORD Les accueils de jour du Nord Avril 2014 Direction départementale de la cohésion sociale Mission urgence sociale hébergement insertion Le dispositif d Accueil, d Hébergement et d Insertion»

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville

Réforme de la politique de la ville 0 4 M A R S 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Réforme de la politique de la ville Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine La loi de «Programmation pour la ville et la cohésion urbaine», promulguée

Plus en détail

Conventionnement. Madame, Monsieur,

Conventionnement. Madame, Monsieur, DELEGATION... Conventionnement N de convention : hhhhhhhhhhhhhhhhhhhh la présente convention a été validée par l Anah le hh hh hhhh Signature N 12 808*05 Réservé à l Anah CONVENTION À LOYER SOCIAL OU TRÈS

Plus en détail

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 ~ juin 2014

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 ~ juin 2014 Programme d Intérêt Général HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 ~ juin 2014 LANEUVEVILLE-DEVANT-NANCY SOMMAIRE Qu est-ce que le Programme d Intérêt Général Habiter Mieux? Enjeux et objectifs Présentation

Plus en détail

GUIDE des AIDES AU LOGEMENT édition 1 er trimestre 2010

GUIDE des AIDES AU LOGEMENT édition 1 er trimestre 2010 GUIDE des AIDES AU LOGEMENT édition 1 er trimestre 2010 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de

Plus en détail

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie AVEC LAMBALLE CO BIEN Pourquoi rénover? SE Comment acheter? LOGER Quelles aides? habitat - énergie Le Programme Local de l Habitat, un dispositif pour bien construire votre projet logement. Accueillir

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2013. Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO)

RAPPORT D ACTIVITE 2013. Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO) RAPPORT D ACTIVITE 2013 Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO) des Alpes de Haute Provence Rapport d activité du SIAO/115 Année 2013 Page 1 Sommaire Introduction A- Le SIAO «urgence» :

Plus en détail

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DU DEPARTEMENT DE PARIS

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DU DEPARTEMENT DE PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DU DEPARTEMENT DE PARIS Adopté le 25 septembre 2006 par le Conseil de Paris siégeant en formation de Conseil Général Publié le 17 octobre 2006

Plus en détail

GUIDE MOBILITÉ DÉPARTEMENTAL. FIGEAC et GOURDON. Territoires des Maisons Communes Emploi Formation. www.mcef.midipyrenees.fr

GUIDE MOBILITÉ DÉPARTEMENTAL. FIGEAC et GOURDON. Territoires des Maisons Communes Emploi Formation. www.mcef.midipyrenees.fr GUIDE MOBILITÉ DÉPARTEMENTAL Territoires des Maisons Communes Emploi Formation FIGEAC et GOURDON www.mcef.midipyrenees.fr Pourquoi ce guide? Ce guide (non exhaustif) a été conçu pour faciliter et améliorer

Plus en détail

Programme local de l habitat 2012-2017

Programme local de l habitat 2012-2017 Siège Social 13 rue Martin Bernard 75013 Paris Tél. : 01.53.62.72.00 Fax : 01.53.62.24.45 25 Rue Negresko 13008 Marseille Tél : 04.91.72.73.35 Fax : 04.91.72.73.36 40 avenue Georges Pompidou 69003 Lyon

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Année 2014. Objectifs, réalisations, perspectives. Avril 2015

Année 2014. Objectifs, réalisations, perspectives. Avril 2015 PIIG Habiitat Pays Montmoriillllonnaiis Année 2014 Objectifs, réalisations, perspectives Avril 2015 Préambule page 2 Les chiffres clefs 2014 page 3 La localisation géographique des bénéficiaires page 4

Plus en détail

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Dans certains domaines de politiques publiques, qui exigent

Plus en détail

1 Concevoir son projet et construire

1 Concevoir son projet et construire Se loger avec l économie sociale et solidaire avec l économie sociale et solidaire 1 Concevoir son projet et construire Soutien à la conception de votre projet de construction ou de rénovation, Assistance

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Personnes victimes de violences au sein de leur couple attestées par un récépissé du dépôt d'une plainte.

Personnes victimes de violences au sein de leur couple attestées par un récépissé du dépôt d'une plainte. Logements construits, achetés ou améliorés avec l'aide financière de l État, appartenant aux organismes HLM (Habitation à Loyer Modéré). Différents bailleurs sociaux SHLMR SIDR SODEGIS SEMADER SODIAC Pour

Plus en détail

Des Plans Habitat en Entreprise?

Des Plans Habitat en Entreprise? Des Plans Habitat en Entreprise? Concept et opportunité Journées Territoires Habitat Entreprises 20 & 21 novembre 2008 Une expérimentation interne Étudier la transposabilité des démarches de PDE aux problématique

Plus en détail

Hébergement d urgence Comment agir sur le long terme? A Lausanne. Service social Lausanne (SSL)

Hébergement d urgence Comment agir sur le long terme? A Lausanne. Service social Lausanne (SSL) Hébergement d urgence Comment agir sur le long terme? A Lausanne Service social Lausanne (SSL) Missions «logement» du service social 1. Prévenir les expulsions du logement 2. Héberger temporairement les

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail