Journée nationale d échange du PNLHI Communauté d agglomération Les Portes de l Essonne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journée nationale d échange du PNLHI Communauté d agglomération Les Portes de l Essonne"

Transcription

1 Journée nationale d échange du PNLHI Communauté d agglomération Les Portes de l Essonne Le 20 septembre 2012 Direction du Logement et de l Habitat Sous-direction de l Habitat - Service Technique de l Habitat La mise en œuvre des polices spéciales de la lutte contre l habitat indigne dans les copropriétés

2 Quelques repères spécifiques à l habitat parisien Population et catégories de logements : 2,2 millions d habitants. 1,34 millions de logements, dont 85% de résidences principales. Statuts d occupation du parc des résidences principales : 33% de propriétaires occupants. 45% de locataires dans le secteur privé. 17% de locataires du secteur social et 5% autres. Parc des copropriétés : Près de copropriétés correspondant à 1,014 millions de logements. 75% des logements parisiens relèvent du statut de la copropriété.

3 Le Service Technique de l Habitat (STH) Les grandes missions du STH : L incitation au ravalement des immeubles parisiens. La lutte contre les termites. La lutte contre l habitat indigne, notamment à travers la mise en œuvre des polices administratives. Un service à forte technicité bâtimentaire, comprenant notamment : 4 subdivisions territoriales employant des inspecteurs de salubrité chargés des enquêtes de salubrité et de la mise en œuvre des procédures de police administrative sur tout Paris. 1 bureau d architecture et d expertise technique (BAET) chargé de la préparation des acquisitions publiques et de la réalisation des études de faisabilité de programmes de logements sociaux. 1 bureau de conduite d opérations de travaux (BCOT) responsable de la mise en œuvre des travaux d office.

4 Politique d intervention de la Ville de Paris en matière de LHI 1. Une gestion annuelle de 4000 à 4500 signalements en matière d hygiène donnant lieu systématiquement à enquête dans des immeubles très majoritairement en copropriété. 2. La mise en œuvre des procédures de police administrative : Le maire au titre du règlement sanitaire départemental en application de ses pouvoirs de police générale (CGCT). Par convention avec l Etat dans le cadre de la police spéciale de l insalubrité au titre du CSP : enquêtes, instructions, rapports au CODERST, suivis de la mise en œuvre des arrêtés préfectoraux. Le maire au titre de ses pouvoirs propres dans le cadre de la police spéciale de l insalubrité (travaux d office et substitutions).

5 Politique d intervention de la Ville de Paris en matière de LHI 3. Le repérage annuel des immeubles à risques au travers de l observatoire de la prévention de la dégradation du bâti : Un panel de immeubles privés d avant 2000, des indicateurs intégrant l exercice des polices administratives, 328 immeubles à risques repérés en 2011, tous expertisés par le STH. Pour engager de manière précoce l action publique et définir une stratégie d action. Pour déclencher les polices spéciales de la LHI chaque fois que la situation le justifie. 4. La mise en place de dispositifs opérationnels adaptés aux problématiques à traiter (OPAH, OAHD, CPA), pouvant aller jusqu à l expropriation. 5. L appropriation publique (préemption, expropriation, acquisition amiable).

6 Le plan d éradication de l habitat indigne mis en œuvre de 2002 à 2010 En quelques chiffres : immeubles traités (655 en réhabilitation privée, 375 en appropriation publique), dont de nombreuses copropriétés. Près de 1,3 milliards d euros de travaux réalisés, dont 630 M de financements publics ménages relogés logements réhabilités. Près de logements sociaux produits. Le déploiement d importants dispositifs opérationnels : 2 CPA (conventions publiques d aménagement). 4 OPAH (opérations d amélioration de l habitat ). 1 OAHD/PIG (opération d amélioration de l habitat dégradé ).

7 Un outil également indispensable à l atteinte des objectifs de ce plan : la mise en œuvre des polices spéciales de la LHI A partir de 2007, mobilisation massive du levier des procédures de police spéciale de l insalubrité pour débloquer ou accélérer les projets de réhabilitation privée : Arrêtés d insalubrité : de 92 en 2007 à 514 en 2011 (570 rapports d insalubrité transmis à l ARS en 2011) ; Substitutions aux seuls copropriétaires défaillants : près d 1 M entre 2007 et 2010 (pas de substitution en 2011) ; Exécution d office de travaux : de 150K en 2007 à près de 1M en 2010 et 2011 (sans substitutions) ; Principal enseignement : Intérêt et efficacité démontrés, pour les monopropriétés comme pour les copropriétés, de combiner dispositifs opérationnels et polices spéciales de la LHI.

8 Une nécessaire coordination des acteurs et une articulation de l action publique Mise en place de partenariats de travail entre les services municipaux, les services de l Etat et le Parquet : Organisation de réunions périodiques et d instances de pilotage partagé (immeubles dangereux, hébergement, urgences sanitaires et pathologies psychiatriques, etc.). Partage de données et du suivi des affaires. Élaboration d une doctrine partagée pour cibler les situations à signaler au Parquet (situations d indignité hors procédure CSP, perceptions de loyer indu, intimidation des occupants, etc.) : 30 condamnations depuis Création (en cours) du pôle parisien de lutte contre l habitat indigne (PPLHI), formalisant un cadre institutionnel et de coordination aux partenaires de la LHI à Paris, et intégrant nombre de partenariats pré-existants.

9 Mobiliser la procédure de substitution aux seuls copropriétaires défaillants pour aider les copropriétés à mettre en œuvre les mesures de police prescrites.

10 Quelques clés permettant de mener à bien la procédure de substitution Prendre en charge le portage municipal, le suivi administratif et comptable de la procédure de substitution. Rôle moteur des services municipaux. Obtenir l adhésion du syndic. Mettre en place le partenariat d acteurs indispensable : le syndic, le syndicat des copropriétaires, l architecte, l opérateur et le STH. Accompagner le syndic à chaque étape de la procédure : Préparation de l assemblée générale, et notamment, définition du programme de travaux répondant aux prescriptions de l arrêté d insalubrité. Contrôle des pièces préalables et aide à la fiabilisation juridique de la procédure.

11 Exécuter les travaux d office pour faire respecter les mesures de police prescrites C est une action municipale indispensable pour mettre fin à des situations, pour lesquelles les mesures de polices spéciales de la LHI ne sont pas suivies d effet. Ces mesures portent sur des travaux prescrits par arrêtés préfectoraux de police administrative. L autorité compétente, dont relève l exécution d office de travaux, dépend du champ juridique des mesures de police : Le maire au nom de l Etat, pour les arrêtés d insalubrité remédiable, de danger sanitaire ponctuel portant sur l habitat, ou d interdiction d accès et d usage de locaux impropres à l habitation. Le maire au nom de la commune, pour les arrêtés de péril imminent et non imminent, et portant sur la sécurité des ERP, sauf à Paris où la préfecture de police exerce ces compétences

12 Dans quels cas le STH exécute-t-il des travaux d office? Ponctuellement, pour les situations d insalubrité irrémédiable et de locaux impropres à l habitation sous le coup d un arrêté préfectoral (art. L du CSP), pour lesquelles la commune intervient pour sécuriser en condamnant ces locaux. Y compris dans les copropriétés

13 Dans quels cas le STH exécute-t-il des travaux d office? Quotidiennement, pour les situations de danger ponctuel imminent pour la santé publique portant sur l habitat sous le coup d un arrêté préfectoral (art. L du CSP), pour lesquelles seul le recours à la puissance publique permet d écarter ce danger en urgence! Bien sûr, nombre de copropriétés sont concernées

14 Avant Après

15 Dans quels cas le STH exécute-t-il des travaux d office? Egalement, pour les situations d insalubrité remédiable sous le coup d un arrêté préfectoral (art. L du CSP), pour lesquelles les occupants doivent être mis hors de danger. Là encore, les copropriétés sont largement concernées

16 Il s agit d abord d installer un chantier, et ce, parfois sur l espace public ou encore en parties communes et/ou privatives occupées!

17 Ensuite, l objectif est de mettre en œuvre les mesures prescrites par arrêté préfectoral comme ici, sur des parties communes extérieures, ou intérieures.

18 de même qu en parties privatives Avant Après ccccccccc en maçonnerie, menuiserie, couverture, électricité et/ou plomberie.

19 Exécuter les travaux d office : volonté politique et obligation sanitaire Des interventions publiques de dernier recours : A travers des actions municipales volontaristes et/ou coercitives sur le domaine privé, là où les voies incitatives n ont pas permis de traiter l insalubrité et/ou la dangerosité dans l habitat. Une maîtrise d ouvrage parisienne renforcée : Un pilotage opérationnel des exécutions d office de travaux assuré par le STH, en lien, notamment, avec le service en charge des questions de relogement. Un pilotage des partenariats avec les opérateurs, missionnés pour inciter les propriétaires à réaliser par eux-mêmes, de façon aidée ou pas, les travaux de sortie d insalubrité et/ou de suppression de danger. Le choix stratégique de s attaquer au traitement de l ensemble des immeubles frappés d insalubrité, ce qui représente quotidiennement une multitude d opérations et nécessite l optimisation des moyens existants.

20 Les compétences et savoir-faire mobilisés Une équipe constituée d un inspecteur de salubrité et de quatre conducteurs d opérations, appuyés par un agent en charge du suivi administratif et comptable pour : Prendre en compte le fait que chaque situation d insalubrité constitue un projet à part entière. Exercer les missions de maîtrise d ouvrage : Une opération = un programme (de travaux) + coût + calendrier. Etablir les commandes publiques ad hoc (marchés publics). Définir techniquement les prestations de travaux à mettre en œuvre pour remédier aux désordres visés par l arrêté d insalubrité, veiller à la maîtrise et l engagement des dépenses correspondantes (à recouvrer ). Manager et contrôler la mise œuvre des contrats passés avec les prestataires (opérateurs, architectes, bureaux d études et entreprises notamment).

21 Les compétences et savoir-faire mobilisés Exercer les missions de maîtrise d œuvre : Obtenir les autorisations administratives préalables à l ouverture du chantier (occupation provisoire de l espace public, autorisations d urbanisme, etc.) ; Conduire les chantiers pour lesquels le recours à un mettre d œuvre n est pas indispensable (responsabilités) ; Gérer l hébergement provisoire des occupants, lorsque les travaux ne peuvent pas être réalisés en milieu occupé, avant, pendant et après les travaux ; Coordonner un jeu d acteurs complexe : Occupants, propriétaires, syndics, opérateurs des dispositifs opérationnels, prestataires (intellectuels et travaux) et milieux associatifs ; Partenariats avec l ensemble des services de l État concernés en matière de santé, d hébergement, de lutte contre le saturnisme, de police, de justice ou encore de finances. Au final, c est un pilotage en mode projet avec un suivi des indicateurs en continu.

22 Conduire l action publique en mode projet Déroulement d une opération A l issue du délai fixé par l arrêté d insalubrité, constat de non exécution des travaux prescrits, après être entré dans les lieux, au besoin suite à une requête, et à la mobilisation d un huissier. Adaptation technique des prestations de travaux à exécuter pour chaque situation, en référence aux prescriptions de l arrêté préfectoral, lesquelles doivent être bien rédigées dans la perspective de la réalisation effective des travaux de sortie d insalubrité, et ce, dans une logique d obligation de résultat. Organisation, coordination et mise en place des chantiers en milieu occupé, ou non. Organisation de l hébergement provisoire des occupants, voire le déménagement et le stockage de leurs biens pendant les travaux ; Réception des travaux et attestation du service fait. Mise en recouvrement des frais avancés par la collectivité.

23

24 Du constat de l insalubrité à celui de la non exécution des prescriptions de l arrêté d insalubrité Instruction de la procédure d'insalubrité (L du CSP) 87 semaines Enquête préalable STH Enquête d'insalubrité Rapport d'insalubrité STH STH T Déclaration de l'insalubrité remédiable Instruction CODERST Prise de l'arrêté préfectoral d'insalubrité Notification de l'arrêté d'insalubrité Visite de contrôle constatant l'inexécution des travaux prescrits par l'arrêté préfectoral CODERST DDASS / ARS DDASS / ARS STH A A N C Une temporalité relativement longue : 87 semaines en l espèce. Une expertise technique de l insalubrité réalisée par le STH pour le compte de l Etat (cadre contractuel). La prise de l arrêté d insalubrité proprement dite. Le délai imparti au propriétaire pour réaliser les travaux de sortie d insalubrité. Le temps du constat de non exécution des mesures prescrites.

25 Enclenchement et préparation des travaux d office de sortie d insalubrité Mise en place de l'exécution d'office des travaux Mise en demeure Arrêté de mise en demeure à 1 mois Visite de contrôle de la mise en demeure confirmant l'inéxécution des travaux prescrits par l'arrêté préfectoral Programmation de l'hébergement des occupants pendant la durée des travaux Ordre de service pour suivi social Evaluation des besoins prévisionnels d'hébergement Information de la DULE / DRIHL des besoins prévisionnels d'hébergement Prise en compte des besoins prévisionnels d'hébergement Devis et réservation des places d'hébergement Programmation des travaux Avis de passage pour réalisation des devis des entreprises Visite sur place avec les entreprises, production des devis et lancement des OS Phasage des travaux DULE / DRIHL 28 semaines Une temporalité qui s accélère : 28 semaines dans le cas d espèce. Des actions qui se démultiplient : Mise en demeure à 1 mois, visite de contrôle et nouveau constat de non exécution des mesures prescrites. Programmation de l hébergement provisoire des occupants, lorsque les travaux ne peuvent pas être réalisés en milieu occupé. Définition, estimation, planification, et engagement administratif et financier des travaux de sortie d insalubrité. A C O O I R

26 L exécution des travaux d office de sortie d insalubrité Exécution d'office des travaux 7 semaines Hébergement des occupants Assistance à la préparation du départ des occupants Accompagnement des occupants au centre d'hébergement Accompagnement des occupants pour le retour dans leur logement Gestion administrative du marché à bons de commande d'accompagnement social Réalisation des travaux Ultime constat d'inexécution des travaux prescrits par l'arrêté préfectoral (48h avant l'hébergement) Ordres de service pour réalisation des travaux Ouverture du chantier Phase travaux Conduite du chantier Réception des travaux Gestion administrative des marchés à bons de commande de travaux Opérateur STH Opérateur STH Opérateur STH Entreprises A C O A O A R Un temps d intervention court : 7 semaines en l espèce. Deux préoccupations simultanées : L accompagnement des occupants, avant, pendant et après les travaux. La conduite du chantier, de l ouverture à la réception des travaux.

27 De l arrêté de mainlevée au recouvrement des frais avancés par la collectivité Clôture de l'affaire délais en cours Levée de l'insalubrité remédiable Rapport de main levée Prise de l'arrêté de main levée Notification de l'arrêté de main levée DDASS / ARS DDASS / ARS T A N Recouvrement des frais engagés par la collectivité Facturation de l'opérateur d'accompagnement social Facturation des entreprises de travaux Paiement de l'opérateur d'accompagnement social Paiement de la résidence d'hébergement Paiement des entreprises de travaux Enclenchement de la procédure de recouvrement Opérateur STH Entreprises F F P P P Trois temps pour conclure : Celui du paiement sous 30 jours des entreprises et prestataires missionnés par la collectivité. Celui de la mise en œuvre de la procédure de mainlevée de l arrêté d insalubrité. Celui de l inscription de la créance au privilège spécial immobilier pour les situations de propriété les plus complexes voire opaques, et de la mise en recouvrement des frais ainsi avancés par la collectivité.

28 Les outils classiques 4 marchés à bons de commande pour mettre en œuvre : Les services de débarras, nettoyage, désinfection, désinsectisation, dératisation. La coordination en matière de sécurité et de protection de la santé des travailleurs (SPS) pour des travaux et services exécutés d office ; Les travaux de remise en état, tous corps d état. Les travaux de plomberie et de couverture. Ponctuellement des marchés de maîtrise d oeuvre : Dès lors que la nature des travaux d office comporte des reprises structurelles nécessitant l engagement de la responsabilité d un maître d œuvre privé.

29 Un outil spécifique pour l accompagnement social des occupants Un marché d accompagnement social pour : Informer les occupants et propriétaires concernant l exécution d office des travaux prescrits par arrêté préfectoral (visites, informations, diagnostics sociaux approfondis, comptes-rendus, traductions). Assister les occupants pendant l exécution d office des travaux (contacts et suivis des ménages, lien avec les services sanitaires et sociaux, compte-rendu final) ; Organiser l éloignement ou l hébergement des occupants nécessités par l exécution d office des travaux (recherche de solutions adaptées, présence et assistance auprès des ménages, protocoles avec les ménages). L ensemble de ces outils est indispensable à la prise en charge de l ensemble des composantes sociales, techniques, juridiques et économiques, spécifiques à chacune des situations à traiter.

30 Une planification des réservations des places d hébergement provisoire Un volant de places d hébergement provisoire, auprès d un bailleur social parisien, partagé entre la Ville de Paris et l Etat : Contractualisation des modalités de réservation des places d hébergement nécessaires à l exécution d office des travaux de suppression de l accès au plomb et de sortie d insalubrité. Mise en place d un comité de pilotage mensuel des réservations de places d hébergement pour : Répondre aux impératifs et urgences d éloignement des occupants concernés par le risque saturnin (DRIHL) ; Programmer et organiser les hébergements provisoires, indispensables aux exécutions d office de travaux de sortie d insalubrité, en milieu non occupé (STH) ; Optimiser le taux de réservations au sein des résidences sociales, dont le bon équilibre économique dépend

31

32 Quelques petits aléas courants des exécutions d office de travaux Le propriétaire refuse l accès de son logement. Le propriétaire ou l occupant appelle la police. L occupant est d origine étrangère et ne parle pas toujours notre langue. Parfois, il est tout simplement absent ce jour là. L occupant est un propriétaire âgé, en détresse sociale, et menace de se suicider. Les occupants sont difficiles à identifier, car très nombreux par rapport à la surface du logement et pas tous présents lors de la visite. Ceux-ci ne sont pas toujours en règle et craignent parfois leur bailleur et/ou l administration. L occupant refuse les travaux et souhaite en réalité être relogé. L occupant est réticent à l idée d être l hébergé pendant les travaux, parce que ses enfants sont scolarisés et que ses biens doivent être stockés. L occupant refuse de retourner dans son logement après travaux. Certaines personnes sont menaçantes. Et, parfois les associations s en mêlent

33 Enfin, exécuter les travaux d office c est aussi, aider la personne à retrouver sa dignité!

Journée francilienne de mobilisation contre l'habitat indigne

Journée francilienne de mobilisation contre l'habitat indigne PREFET DE LA RÉGION ILE DE FRANCE Direction Régionale et Interdépartementale de l'hébergement et du Logement Journée francilienne de mobilisation contre l'habitat indigne Le dispositif d hébergement mis

Plus en détail

Pouvoirs de police du maire

Pouvoirs de police du maire Pouvoirs de police du maire Police générale et polices spéciales pouvoirs de police maire Hélène Schützenberger PNLHI 1 Définition de l habitat indigne article 84 Loi du 25 mars 2009 «Constituent un habitat

Plus en détail

3. Quel est le rôle du maire, voire des autres élus locaux dans la lutte contre l habitat indigne?

3. Quel est le rôle du maire, voire des autres élus locaux dans la lutte contre l habitat indigne? Pôle départemental de lutte contre l habitat indigne (PDLHI) Union des Maires de l Essonne (UME) Réunion d information et de sensibilisation du 5 octobre 2012 3. Quel est le rôle du maire, voire des autres

Plus en détail

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier BREST 28 et 29 NOVEMBRE 2013 POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier Présentation de la SPLA SOREQA SPLA à vocation métropolitaine crée

Plus en détail

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé Questions réponses L HABITAT INDIGNE : 1. Quelle définition pour l habitat indigne? L habitat indigne regroupe les différentes situations dans lesquelles des locaux donnés à usage d habitation ne sont

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE L HABITAT DEGRADE, INDIGNE ET DANGEREUX DANS LA DROME

LA LUTTE CONTRE L HABITAT DEGRADE, INDIGNE ET DANGEREUX DANS LA DROME Pôle Départemental de Lutte contre l Habitat Indigne de la Drôme LA LUTTE CONTRE L HABITAT DEGRADE, INDIGNE ET DANGEREUX DANS LA DROME La lutte contre l'habitat indigne est un enjeu national auquel tous

Plus en détail

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH.

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. LOI «ALUR» COPROPRIETE Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. L immatriculation des copropriétés Chaque copropriété devra être immatriculée

Plus en détail

Mise en place du Périmètre de Restauration Immobilière (PRI)

Mise en place du Périmètre de Restauration Immobilière (PRI) Mise en place du Périmètre de Restauration Immobilière (PRI) ge 1 sur 10 Le Périmètre de Restauration Immobilière, créé en 1962, est une procédure d aménagement, au sens du code de l urbanisme, ayant pour

Plus en détail

Les hôtels dits «meublés»

Les hôtels dits «meublés» Les hôtels dits «meublés» Définition Régime applicable en matière de police Qu est ce qu un «hôtel meublé»? Les «garnis» et meublés dans l histoire Le statut de la loi du 2 avril 1949 - les homologations

Plus en détail

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 juin 2012. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer les pouvoirs du

Plus en détail

Pôle départemental de lutte contre l habitat indigne

Pôle départemental de lutte contre l habitat indigne DEPARTEMENT DE L'HERAULT Pôle départemental de lutte contre l habitat indigne Formation plénière 24 janvier 2012 Lutte contre l habitat indigne Définition Etat des lieux L habitat indigne Définition Un

Plus en détail

St Michel, jeudi 23 octobre à 18h00. Roumengoux, jeudi 29 janvier à 18h00 Montesquieu-Avantes, jeudi 5 février à 18h00

St Michel, jeudi 23 octobre à 18h00. Roumengoux, jeudi 29 janvier à 18h00 Montesquieu-Avantes, jeudi 5 février à 18h00 St Michel, jeudi 23 octobre à 18h00 Saurat, jeudi 13 novembre à 18h00 Roumengoux, jeudi 29 janvier à 18h00 Montesquieu-Avantes, jeudi 5 février à 18h00 1 La lutte contre l'habitat indigne DDEA 09 SAUH

Plus en détail

La notion de péril. Janvier 2013 - Nancy Bouché-

La notion de péril. Janvier 2013 - Nancy Bouché- La notion de péril Danger réel et actuel :. pour la sécurité publique (passants),. pour la sécurité des occupants,. lié à des causes propres à l édifice quelconque et où que celui-ci soit situé (hors cause

Plus en détail

ATELIER 2 Rénovation des centres villages. Partie 1 Agir contre le mal logement

ATELIER 2 Rénovation des centres villages. Partie 1 Agir contre le mal logement ATELIER 2 Rénovation des centres villages Partie 1 Agir contre le mal logement Agir contre le mal logement Le mal logement Les enjeux Les outils de l action publique Le mal logement Quelques illustrations

Plus en détail

Les copropriétés en difficulté

Les copropriétés en difficulté Les copropriétés en difficulté 1) La copropriété 2) La copropriété en difficulté 3) Les outils de traitement 4) Les financements 5) Le rôle des services déconcentrés 1) La copropriété Un préalable : la

Plus en détail

Publicité foncière, récupération des créances. Martinique juin 2010 H Schutzenberger publicité foncière 1

Publicité foncière, récupération des créances. Martinique juin 2010 H Schutzenberger publicité foncière 1 Publicité foncière, récupération des créances Martinique juin 2010 H Schutzenberger publicité foncière 1 Publicité foncière Inscription au fichier immobilier (hypothèques). Indispensable pour Assurer l

Plus en détail

Requalification urbaine et copropriétés. Soraya DAOU Responsable du Service des Etudes de la Prospective et de l Evaluation (SEPE)

Requalification urbaine et copropriétés. Soraya DAOU Responsable du Service des Etudes de la Prospective et de l Evaluation (SEPE) Requalification urbaine et copropriétés Soraya DAOU Responsable du Service des Etudes de la Prospective et de l Evaluation (SEPE) Les «copropriétés 50-80» L'équilibre fragile de la copropriété Les facteurs

Plus en détail

«Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?»

«Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?» «Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?» Interventions dans le cadre de la MOUS Qu est-ce que l habitat indigne? «Constituent un habitat indigne les locaux utilisés aux fins d habitation

Plus en détail

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU).

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU). DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES COMPETENCES ET DES INSTITUTIONS LOCALES BUREAU DES OPERATIONS D AMENAGEMENT, DE L URBANISME ET DE L HABITAT AFFAIRE SUIVIE PAR : Pascal MATHIEU

Plus en détail

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier QUE FAUT-IL FAIRE AVANT LA MISE EN LOCATION LE CONTRAT DE LOCATION Le contrat de location

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préfecture de la région Rhône-Alpes Mai 2009 DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préambule Le parc locatif public ne peut répondre seul

Plus en détail

Appuis techniques et financiers de l Anah pour la prévention et le traitement des copropriétés fragiles (2) 30 septembre 2013 Alain de la Hautière

Appuis techniques et financiers de l Anah pour la prévention et le traitement des copropriétés fragiles (2) 30 septembre 2013 Alain de la Hautière Appuis techniques et financiers de l Anah pour la prévention et le traitement des copropriétés fragiles (2) 30 septembre 2013 Alain de la Hautière 1 Sommaire : Les observatoires de copropriétés (connaissance

Plus en détail

«Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC. «Les copropriétés en difficulté après la loi ALUR»

«Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC. «Les copropriétés en difficulté après la loi ALUR» «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC «Les copropriétés en difficulté après la loi ALUR» Qu est-ce qu une copropriété en difficulté? Les 3 portes d entrée

Plus en détail

L expérience lyonnaise dans le traitement de l incurie

L expérience lyonnaise dans le traitement de l incurie L expérience lyonnaise dans le traitement de l incurie Catherine Foisil de la Ville de Lyon Service Communal d Hygiène et Santé COLLOQUE DE BOURGES 2013 ; LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SES CONSEQUENCES SUR

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

Aides pour restaurer les parties communes des immeubles en copropriété. Aides pour restaurer un logement locatif

Aides pour restaurer les parties communes des immeubles en copropriété. Aides pour restaurer un logement locatif DISPOSITIONS PRATIQUES OPAH COPROPRIETE RENNES Dans le cadre de l Opération programmée d amélioration de l habitat engagée par la Ville de Rennes sur le centre depuis mars 2007, pour une durée de cinq

Plus en détail

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement LOI ALUR Copropriétés prévention et traitement Ministère Copropriétés les principales dispositions de la loi Alur Prévention de l endettement et de la dégradation Traitement curatif Prévention de l endettement

Plus en détail

MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE URBAINE ET SOCIALE INSALUBRITE EN DIFFUS VILLE DE SAINT-DENIS. Note méthodologique

MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE URBAINE ET SOCIALE INSALUBRITE EN DIFFUS VILLE DE SAINT-DENIS. Note méthodologique Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de mémoire pour ouvrir l'image ou l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours

Plus en détail

LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres

LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres Qu est-ce que l habitat insalubre? Définition ancienne : de 1850 à 1902 La loi : art L.1331-26 du code de la santé publique

Plus en détail

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Chantier copropriété du Plan Bâtiment Grenelle 30 septembre 2011 Sommaire Les objectifs

Plus en détail

DÉCOMPOSITION DU PRIX GLOBAL, UNITAIRE, FORFAITAIRE DU SUIVI-ANIMATION DE L OPAH DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE BAUGE PART FIXE

DÉCOMPOSITION DU PRIX GLOBAL, UNITAIRE, FORFAITAIRE DU SUIVI-ANIMATION DE L OPAH DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE BAUGE PART FIXE 1 ère Année : n 01 DÉCOMPOSITION DU PRIX GLOBAL, UNITAIRE, FORFAITAIRE DU SUIVI-ANIMATION DE L OPAH DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE BAUGE PART FIXE MISSIONS PERSONNEL TEMPS AFFECTE PASSE COÛTS

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REHABILITATION ENERGETIQUE DES COPROPRIETES ARPE Mercredi 12 décembre 2012 1 2 Données de cadrage PLAN Contexte réglementaire de la copropriété - Définition juridique de la copropriété

Plus en détail

Identifier et accompagner les copropriétés désorganisées premières pistes de réflexion

Identifier et accompagner les copropriétés désorganisées premières pistes de réflexion «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 7ème édition du salon de l ARC Identifier et accompagner les copropriétés désorganisées premières pistes de réflexion Une copropriété désorganisée C est: Une copropriété

Plus en détail

LUTTE CONTRE L HABITAT NON DECENT ET INDIGNE NOTIONS JURIDIQUES ET REPARTITION DES COMPETENCES

LUTTE CONTRE L HABITAT NON DECENT ET INDIGNE NOTIONS JURIDIQUES ET REPARTITION DES COMPETENCES LUTTE CONTRE L HABITAT NON DECENT ET INDIGNE NOTIONS JURIDIQUES ET REPARTITION DES COMPETENCES I. DÉFINITION DE L HABITAT INDIGNE 1. Ce qu'il recouvre : La notion d habitat indigne recouvre l ensemble

Plus en détail

72% des bâtiments d habitation sont unifamiliaux en Lozère (58% en LR)

72% des bâtiments d habitation sont unifamiliaux en Lozère (58% en LR) Bilan provisoire plan d actions 2012 2015 Perspectives Réunion plénière du 21 mai 2015 Rappel des enjeux 72% des bâtiments d habitation sont unifamiliaux en Lozère (58% en LR) 38% résidences principales

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Schéma de procédure La déclaration d utilité publique L enquête organisée par préfet selon les dispositions du code de l expropriation Dossier 1)

Plus en détail

Rénovation énergétique / Précarité énergétique

Rénovation énergétique / Précarité énergétique www.pacthd29.fr Rénovation énergétique / Commission Aménagement et Développement Durable du Pays de Brest Brest, le 19 Février 2014 1 2 Association loi 1901, reconnue «entreprise de l économie sociale

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Projet de délibération portant sur la définition d aides expérimentales permettant d accompagner

Plus en détail

Habitat dégradé. guide à l usage des. m aires

Habitat dégradé. guide à l usage des. m aires 2009 Habitat dégradé guide à l usage des m aires habitat dégradé guide à l usage des maires 2 Instance départementale de Lutte contre l Habitat Indigne L instance départementale de Lutte contre l Habitat

Plus en détail

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ HONORAIRES SPECIAUX DU SYNDIC ET TRAVAUX L article 17 de la loi crée un nouvel article 18-1 A à la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que seuls certains travaux votés en assemblée

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Copropriétés de la reconstruction à Dunkerque : de la connaissance à l action?

Copropriétés de la reconstruction à Dunkerque : de la connaissance à l action? Copropriétés de la reconstruction à Dunkerque : de la connaissance à l action? Pour un renouveau du parc immobilier des années 50-70 28/11/2013 1 Pour se situer 2 Avant 3 Après 4 Rétrospective des réflexions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 10 D-4-07 N 103 du 10 SEPTEMBRE 2007 ORDONNANCE N 2007-42 DU 11 JANVIER 2007 RELATIVE AU RECOUVREMENT DES CREANCES DE L'ETAT ET DES COMMUNES RESULTANT

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS PROGRAMME HABITER MIEUX MISSION D INGENIERE TECHNIQUE, SOCIALE ET FINANCIERE

CONVENTION D OBJECTIFS PROGRAMME HABITER MIEUX MISSION D INGENIERE TECHNIQUE, SOCIALE ET FINANCIERE CONVENTION D OBJECTIFS PROGRAMME HABITER MIEUX MISSION D INGENIERE TECHNIQUE, SOCIALE ET FINANCIERE La présente convention est établie ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES YVELINES, représenté par M. le Président

Plus en détail

'/"'$33'+ $'$ ',&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& "' $73$ '$ $ $ 3'$' :3

'/'$33'+ $'$ ',&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& ' $73$ '$ $ $ 3'$' :3 ! "##$## % %&! "# $ $%% &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& '"()* &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SERVICE PUBLIC DE (S.P.A.N.C.) L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

PRÉSENTATION DU SERVICE PUBLIC DE (S.P.A.N.C.) L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF PRÉSENTATION DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (S.P.A.N.C.) Communauté de Communes d Astarac Arros en Gascogne AUX-AUSSAT, le 16 juillet 2013 Compétences exercées Fourrière animale Assainissement

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide de l hébergement et du relogement

Lutter contre l habitat indigne : Guide de l hébergement et du relogement couv guide heberg relogement pnlhi sept 2012:Mise en page 1 17/09/2012 11:10 Page 1 Délégation interministérielle à l hébergement et à l accès au logement (Dihal) 20, avenue de Ségur - 75007 Paris contact.dihal@developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE D UN GROUPEMENT DE COMMANDES

CONVENTION CONSTITUTIVE D UN GROUPEMENT DE COMMANDES CONVENTION CONSTITUTIVE D UN GROUPEMENT DE COMMANDES ACQUISITION D UN PROGICIEL POUR LA GESTION DEMATERIALISEE DES DELIBERATIONS ET DES ACTES ADMINISTRATIFS PREALABLEMENT, IL EST EXPOSE QUE : COMPTE TENU

Plus en détail

AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE GESTION DES AIDES MUNICIPALES

AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE GESTION DES AIDES MUNICIPALES AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE GESTION DES AIDES MUNICIPALES ENTRE La ville de SCEAUX Représentée par son maire, Monsieur Philippe LAURENT Habilité à cet effet par délibération du conseil municipal en

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Anah L'amélioration de l'habitat

Anah L'amélioration de l'habitat Anah L'amélioration de l'habitat 15 octobre 2013 Direction départementale des Territoires de la Vienne 2 L'Anah Etablissement public administratif créé en 1971 Rôle : mise en oeuvre de la politique nationale

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Séminaire ARS relatif à la lutte contre l'habitat Indigne

Séminaire ARS relatif à la lutte contre l'habitat Indigne Séminaire ARS relatif à la lutte contre l'habitat Indigne 3 6 décembre 2012 Espace Tamarun La Saline-Les-Bains Les aides de l'agence nationale de l habitat - ANAH Direction de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

Le SDE 18 vous souhaite la bienvenue à la COMMISSION GÉNÉRALE. Lundi 23 Novembre 2015

Le SDE 18 vous souhaite la bienvenue à la COMMISSION GÉNÉRALE. Lundi 23 Novembre 2015 Le SDE 18 vous souhaite la bienvenue à la COMMISSION GÉNÉRALE Lundi 23 Novembre 2015 LA COMPÉTENCE : AIDE AUX COLLECTIVITÉS L IDENTITÉ VISUELLE DE LA COMPÉTENCE RAPPEL DU CONTEXTE En septembre 2014 ont

Plus en détail

Amélioration énergétique en copropriétés

Amélioration énergétique en copropriétés Amélioration énergétique en copropriétés Marseille octobre 2012 Ingénierie sociale avant tout Petites copropriétés à Marseille Ingénierie sociale avant tout Le projet «Petites copropriétés à Marseille»

Plus en détail

LA COPROPRIETE Instances Gouvernance - Fonctionnement

LA COPROPRIETE Instances Gouvernance - Fonctionnement LA COPROPRIETE Instances Gouvernance - Fonctionnement Adil 30 30 Septembre 2013 La copropriété Eléments de définition : (cf. article 1 loi du 10 juillet 1965) Le statut de la copropriété régit tout immeuble

Plus en détail

LE DROIT des OCCUPANTS. En habitats indignes, frappés d une mesure de police administrative relative à la sécurité ou à la salubrité publiques

LE DROIT des OCCUPANTS. En habitats indignes, frappés d une mesure de police administrative relative à la sécurité ou à la salubrité publiques LE DROIT des OCCUPANTS En habitats indignes, frappés d une mesure de police administrative relative à la sécurité ou à la salubrité publiques Situations visées Sont spécifiquement protégés les occupants

Plus en détail

U52 GESTION. Situations professionnelles Compétences Savoirs associés. 52 C1 - Identifier les grandes caractéristiques de la copropriété

U52 GESTION. Situations professionnelles Compétences Savoirs associés. 52 C1 - Identifier les grandes caractéristiques de la copropriété U52 GESTION La gestion comprend : - la gestion de copropriété - la gestion locative GESTION DE COPROPRIÉTÉ Cette partie décrit l ensemble des activités confiées à un syndic de copropriété professionnel

Plus en détail

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment les articles L.2131-1, L.2212-2, L.2212-4 et L.2215-1,

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment les articles L.2131-1, L.2212-2, L.2212-4 et L.2215-1, F03-3 Type de document : arrêté de péril ordinaire Contexte : péril ordinaire Destinataire : propriétaire de l édifice Autres destinataires : affichage en mairie, sur l immeuble, transmission en préfecture

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES -PDALPD 2007-2009- PROCES VERBAL

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES -PDALPD 2007-2009- PROCES VERBAL PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES -PDALPD 2007-2009- PROCES VERBAL TABLEAU SYNTHETIQUE BILAN 2003-2006 PERSPECTIVES 2007-2009 du Comité de pilotage LA DEMANDE LOCATIVE

Plus en détail

Rôles et devoirs du maître d ouvrage

Rôles et devoirs du maître d ouvrage Rôles et devoirs du maître d ouvrage L Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics CDG 74 5ème rencontres départementales de la santé au travail Seynod, 18 Avril 2013 1 OPPBTP

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS LA COPROPRIÉTÉ Quatrième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2006 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002, 2006 ISBN

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 143 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 1 er décembre 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à lutter contre les «marchands de sommeil»,

Plus en détail

LISTE DES TACHES RESULTANT DES ATTRIBUTIONS CONFIEES AU MANDATAIRE

LISTE DES TACHES RESULTANT DES ATTRIBUTIONS CONFIEES AU MANDATAIRE ANNEXE 1 CONTRAT DE MANDAT PUBLIC DE REALISATION D UN POLE DE SANTE LIBERAL AMBULATOIRE À SAINT PIERRE SUR DIVES LISTE DES TACHES RESULTANT DES ATTRIBUTIONS CONFIEES AU MANDATAIRE OCTOBRE 2014 1/11 SOMMAIRE

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Les aides financières de l Anah et le programme Habiter Mieux. Julie CHEVRIER DREAL Limousin

Les aides financières de l Anah et le programme Habiter Mieux. Julie CHEVRIER DREAL Limousin Les aides financières de l Anah et le programme Habiter Mieux Julie CHEVRIER DREAL Limousin 1 Présentation L Anah est une agence d État créée en 1971, placée sous la double tutelle des ministres des finances

Plus en détail

- Habitat indigne - Les aides au logement de l'anah

- Habitat indigne - Les aides au logement de l'anah REUNIONS LOGEMENT 2010-2011 Agence Départementale d Information sur le Logement REUNIONS LOGEMENT 2010-2011 Od Ordre du jour: - Habitat indigne - Les aides au logement de l'anah 1 Le logement indigne dans

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE DEFINITION DE POSTE DIRECTION : Direction des Ressources et des Relations Humaines MISSIONS DU SERVICE Mise en oeuvre de la politique de gestion des Ressources Humaines auprès du Conseil Général de la

Plus en détail

du Commercial Profil d activités

du Commercial Profil d activités Activités des salariés permanents des agences d intérim Profil d activités du Commercial Activités type Développer et suivre le chiffre d affaire et la rentabilité du portefeuille confié par des actions

Plus en détail

Bilan des actions 2011-2012 menées par l Agence Régionale de Santé, à l intention des Maires

Bilan des actions 2011-2012 menées par l Agence Régionale de Santé, à l intention des Maires Bilan des actions 2011-2012 menées par l Agence Régionale de Santé, à l intention des Maires Table des matières Table des matières Introduction 5 Les actions menées en Ile-de-France Le Maire, acteur clé

Plus en détail

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE 0 1 Objectifréno.fr Le projet «Objectifréno» du PETR du Pays Sud Toulousain est lauréat de l Appel à Manifestation d Intérêt (AMI) de l ADEME

Plus en détail

Habitat Santé Développement : la santé passe par l habitat

Habitat Santé Développement : la santé passe par l habitat Habitat Santé Développement : la santé passe par l habitat Habitat Santé Développement 80, rue de Paris 93100 Montreuil Tél. : 01 55 86 09 22 Fax : 01 55 86 09 26 contact@hsd-scop.fr L association Habitat

Plus en détail

(Loi nº 2000-1208 du 13 décembre 2000 art. 176 I Journal Officiel du 14 décembre 2000)

(Loi nº 2000-1208 du 13 décembre 2000 art. 176 I Journal Officiel du 14 décembre 2000) Article L1334-1 (Loi nº 2004-806 du 9 août 2004 art. 72 Journal Officiel du 11 août 2004) Le médecin qui dépiste un cas de saturnisme chez une personne mineure doit, après information de la personne exerçant

Plus en détail

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ANNÉE 2014 L équipe des conseillers juristes et financiers de l ADIL de l Ain propose gratuitement des formations destinées à des groupes constitués

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Subvention de l Anah pour les particuliers Programme national Habiter Mieux

Subvention de l Anah pour les particuliers Programme national Habiter Mieux Délégation 91 Subvention de l Anah pour les particuliers Programme national Habiter Mieux Sommaire de la présentation L'Anah Éligibilité propriétaire Éligibilité travaux Habiter Mieux Opérateurs agréés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Projet de loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové. Lutter contre l habitat indigne. Juin 2013

DOSSIER DE PRESSE. Projet de loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové. Lutter contre l habitat indigne. Juin 2013 DOSSIER DE PRESSE Projet de loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové Lutter contre l habitat indigne Juin 2013 Contact presse Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Responsabiliser les propriétaires Impliquer les locataires Objectifs Le Plan d action de lutte à l insalubrité des logements de la Ville de

Plus en détail

Logement social : Gestion sociale de chantiers en site occupé. Proposition d intervention

Logement social : Gestion sociale de chantiers en site occupé. Proposition d intervention Lauriane Dahan Nathalie Gaudant Lucille Gicquel Consultantes Accompagnatrices de projets http://www.etymon.fr/les-projets/sosten-projets/ Logement social : Gestion sociale de chantiers en site occupé Proposition

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Le rôle du maître d ouvrage.

Le rôle du maître d ouvrage. Le rôle du maître d ouvrage. Le maître d ouvrage peut être défini comme la personne morale ou physique pour laquelle l ouvrage est construit, il en est le responsable principal et, en tant que tel, est

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Service Technique de l Habitat Séminaire ravalement 07/02/2014

Service Technique de l Habitat Séminaire ravalement 07/02/2014 Missions du STH Service Technique de l Habitat Séminaire ravalement 07/02/2014 Direction du Logement et de l Habitat Service Technique de l Habitat La procédure de ravalement Le cadre réglementaire Si

Plus en détail

Préambule et définitions

Préambule et définitions Prévention et traitement de l habitat indigne en Charente-Maritime Préambule et définitions Guide pratique à l usage des Maires Fiche 1 Introduction En Charente Maritime, le nombre de logements potentiellement

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

Conseil opérationnel aux entreprises et aux professions juridiques, du conseil et de la finance

Conseil opérationnel aux entreprises et aux professions juridiques, du conseil et de la finance Conseil opérationnel aux entreprises et aux professions juridiques, du conseil et de la finance PROJET IMMOBILIER ET RECHERCHE DE LOCAUX DEMENAGEMENT ET INSTALLATION TRAVAUX D AMENAGEMENT ET DE RENOVATION

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

Présentation du contingent préfectoral et du DALO

Présentation du contingent préfectoral et du DALO Présentation du contingent préfectoral et du DALO Quelques chiffres en Haute-Savoie 7 600 logements Un peu plus de 400 relogements par an environ 15% des attributions totales de logements sociaux Un taux

Plus en détail

OPAH DECRE BOUFFAY Protocole d accord

OPAH DECRE BOUFFAY Protocole d accord Annexe 2 OPAH DECRE BOUFFAY Protocole d accord Entre le syndicat des copropriétaires de l immeuble Représenté par son syndic Et la Ville de Nantes Pour accompagner la copropriété dans sa démarche de réhabilitation

Plus en détail

C est quoi un logement insalubre?

C est quoi un logement insalubre? LOGEMENT INSALUBRE C est quoi un logement insalubre? C est un logement qui présente un danger pour la santé des occupants, compte tenu de la dégradation du bâti ou de la présence de substances dangereuses

Plus en détail