Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37"

Transcription

1 Livret pour l Assainissement en Milieu Rural ²²² Communes de Ngogom et de Gainte Kaye

2 Plan du livret Page 02 Présentation du projet Page 05 La mise en œuvre du service public d assainissement Page 08 L exemplarité des différents acteurs Page 11 La sensibilisation et l implication des usagers Page 13 Pour les agents d hygiène Page 15 Pour les agents de santé Page 17 Le recours aux professionnels de l assainissement Page 20 Le financement de l assainissement Page 28 Processus de décaissement par le Client : de la Mutuelle jusqu au début des travaux Page 32 Rôle du projet Page 34 La mise en œuvre du Service public d assainissement par la Commune Page 36 La sensibilisation et l implication des usagers Page 37 La mise en œuvre par les professionnels de 1

3 l'assainissement Page 38 Le financement de l'assainissement Page 39 L évaluation et la valorisation du projet Page 40 Appuis au projet 2

4 1. Présentation du projet Le Projet vise à : - Appliquer la politique nationale d assainissement sur le territoire de la commune. - Encourager la mise en place de mécanismes pérennes, permettant de produire des équipements d assainissement en ayant recours autant que possible aux moyens humains, techniques et financiers locaux. La démarche d appui est constituée de 4 volets d action : la mise en œuvre du service public de l assainissement par la Commune, la sensibilisation et l implication des usagers, le recours aux professionnels de l assainissement, et enfin le financement de l assainissement. La démultiplication des équipements d assainissement reposera essentiellement sur : - une sensibilisation soutenue des Services de Santé et d Hygiène auprès des différents acteurs locaux ; 3

5 - une implication forte des élus et de l institution communale ; - une dynamisation du marché de l assainissement par un rapprochement des professionnels et des ménages propriétaires ; - une facilité de paiement pour les ménages propriétaires par l ouverture du microcrédit à l assainissement par les IMF locales. 4

6 2. La mise en œuvre du service public d assainissement par la Commune L acte 3 de la décentralisation attribue aux Communes un rôle central dans la planification et la promotion de l hygiène et de l assainissement. Le projet propose de renforcer l engagement des deux Communes, par des mesures à leur portée. Les 9 Compétences transférées Domaines Education Culture Santé Jeunesse-Loisirs Environnement 5

7 Urbanisme-Habitat Aménagement du territoire Planification - La mise en place et la formation d une Commission Hygiène et Assainissement (CHA) dans chaque Commune. - La tenue régulière au siège de la Commune, à l initiative des Conseils municipaux de réunions de la Commission Hygiène et Assainissement (CHA) pour organiser la concertation communale et répartir collectivement les actions à mener. 6

8 Les élus en charge de l assainissement Représentants du service régional de l assainissement Représentant des services d hygiène Représentant des maçons et vidangeurs Organisation Communautaire de base Représentant Organismes l locaux de crédit 7

9 - L exemplarité des différents acteurs locaux (élus, agents publics, maçons, etc.) par l installation au domicile de chacun, à leur initiative et à leur charge, d un système d assainissement amélioré Enfin des toilettes dignes de ce nom pour toute la famille Un membre CHA fait construire ses latrines 8

10 - L équipement en dispositifs d assainissement améliorés pour les établissements et lieux publics (marché, gare routière, mairie, école, etc.) et leur entretien régulier ; la possibilité de mixer les moyens publics et privés doit être encouragée. En veillant à ce que les latrines publiques ne remplacent pas les toilettes privées, mais qu elles soient situées là où la population est loin de chez elle, où elle se rassemble. Enfin des toilettes propres et sans encombrements 9

11 La mise en place dans chaque quartier et village d un comité de salubrité chargé d organiser le nettoyage et la propreté des lieux publics ; la salubrité sur le territoire de la commune comprend la collecte des déchets solides et leur stockage sur un périmètre contrôlé, le comblement des bourbiers, le nettoyage régulier des rues, des marchés, etc. Un comité de salubrité en action dans un village 10

12 Comité de salubrité avec charrette et conducteur pour transporter les ordures sur ordre du comité CHA 3. La sensibilisation et l implication des usagers La sensibilisation de la population devrait présenter un caractère permanent, et être portée par tout acteur en mesure de transmettre le message de l hygiène et l assainissement. Les messages directement liés à l amélioration de l hygiène et de la santé. Bien entretenir les latrines 11

13 Les messages portant sur le confort, le statut ou la représentation sociale. Hée booy! paa bi gudi lay dem duus Eviter d aller derrière les arbres Diffuser clairement les messages 12

14 Pour les agents d hygiène : ; - Travailler à la qualité et la diversité des messages pour encourager l assainissement à domicile, et au niveau communal ; - Encourager les messages positifs, et non pas ceux fondés sur la peur ou sur la honte ; - Promouvoir les latrines améliorées à un coût abordable. 13

15 - Encourager toutes les formes d assainissement réalisables sans aide extérieure : ; lavage des mains, usage du savon, évacuation des eaux usées, comblement des bourbiers,. mise en place de compostières, collecte des déchets solides, nettoyage des concessions, etc. - Contribuer à la formation à l assainissement des élus, des maçons et vidangeurs, des comités de salubrité, des organisations communautaires de base Formation par le Service Régional de l Assainissement avec fascicules illustrés 14

16 Pour les agents de santé : Conseiller des mesures préventives comme le lavage des mains, l évacuation des eaux usées, un système d assainissement amélioré pour toutes famille souffrant de maladies liées à l insuffisance d assainissement ;. 15

17 Lavage des mains à la descente ou au retour des champs, en sortant des toilettes, et avant de manger Utilisation de savon et d eau de javel 16

18 4. Le recours aux professionnels de l assainissement Pour les maçons : Un système d assainissement amélioré Se former sur l implantation des latrines Se rapprocher des élus et des agents d hygiène et de santé, participer à des réunions régulières à la mairie. Connaissance des normes nationales S équiper de plans et de matériel standard (gabarits) Proposer un modèle accessible de latrines améliorées à tout propriétaire lui demandant la construction ou la rénovation d une habitation 17

19 Formation des maçons sur les différents modèles 18

20 Pour les vidangeurs : Concertation entre vidangeur et maçon sur différents modèles de latrines Echanger sur les aspects techniques liés à la construction, à l amélioration et à l entretien des latrines ; conclure entre maçons et vidangeurs des accords de fourniture de listes de clientèle avec date de construction des latrines et date de vidange à prévoir ; se former sur les techniques de vidange et sur les mesures de prévention sanitaire ; se former à l utilisation et à la valorisation des excréta ; se rapprocher des élus et des services techniques pour l implantation des zones d épandage des boues de vidange ; se rapprocher d autres vidangeurs (par Commune, département etc.) en vue de la création d associations ou de filières professionnelles ; se faire enregistrer à la Chambre des métiers ; se rapprocher des élus et des agents d hygiène et de santé, et participer aux réunions sur l assainissement au siège de la Commune. 19

21 5. Le financement de l assainissement 5.1. Pour l assainissement public Le conseil communal Vote le budget annuel avec une ligne budgétaire pour l assainissement 20

22 La gestion des latrines publiques (entretien courant, nettoyage, etc.) peut être confiée à une personne privée, et financée sur une perception à l entrée des toilettes. On paye maintenant pour se soulager 5.2. Pour l assainissement au domicile des ménages - le financement sur fonds propres 21

23 Le financement direct en numéraire à partir des revenus ou de l épargne des ménages propriétaires est prioritairement recherché dans le cadre du projet. Pour y parvenir, les ménages seront encouragés à engager, seuls ou en groupe, des actions pouvant générer de nouveaux revenus (maraîchage, élevage, champs collectifs ), et augmenter leurs capacités financières pour l assainissement. Groupement de femmes réunissant les bénéfices issus d activités génératrices de revenus en vue de construire des latrines 22

24 - le financement par microcrédit Une attention particulière est portée à la sensibilisation d une part des groupements communautaires d épargne-crédit et d autre part des institutions de micro finance (IMF) présentes sur le territoire. L assainissement n étant pas un investissement directement générateur de revenus, la prudence est requise pour l octroi de microcrédit. Il est considéré comme un «crédit latrine» et doit dans tous les cas être adossé à un prévisionnel de ressources de l emprunteur, soit sur ses activités habituelles, soit sur une activité génératrice de revenus engagée aux fins de remboursement du crédit. 23

25 Pour les groupements communautaires d épargne-crédit (masculins et féminins), il s agit d intégrer les équipements d assainissement dans la gamme des actions pouvant être soutenues au titre de l investissement familial pour la santé. Les groupements sont sensibilisés à l importance de l assainissement, et peuvent ouvrir au cas par cas des prêts à l assainissement auprès des membres offrant de bonnes garanties de remboursement Avec les bénéfices de ce maraichage, je vais financer la construction de mes latrines Activités génératrices de revenus pour soutenir le financement de construction de latrines 24

26 Pour les institutions de micro finance (IMF) : comme pour les groupements communautaires d épargne-crédit, il s agit dans un premier temps de les sensibiliser à l importance de l assainissement pour la santé des ménages, la salubrité du milieu, mais aussi pour le développement d un marché local fondé sur le rapprochement de l offre de maçons qualifiés et la demande des ménages Le projet propose aux IMF d examiner la possibilité d ouvrir un produit financier adapté (intitulé par exemple «Sani-crédit») destiné à l acquisition d équipements d assainissement améliorés par les ménages propriétaires. Le projet peut apporter une facilité financière aux IMF par le dépôt d un fonds de roulement pour augmenter leur capacité de prêt, ou sous la forme d un fonds de garantie, pour améliorer la garantie des prêts accordés par l IMF. Les ouvrages d assainissement éligibles, pouvant faire l objet d un prêt sont les suivants : latrines de type Sanplat, VIP simple ou double fosse, TCM, EcoSan, ainsi que les douches et bacs à laver, dès lors qu ils sont associés à la construction d une latrine précitée. 25

27 Le gérant de l IMF échange avec des membres de la Commission Hygiène Assainissement sur les conditions de prêt en présence du ménage et du maçon Voici les conditionnalités de notre mutuelle pour le Sani-Crédit Moi, je ne veux que des latrines La Mutuelle examine et retient les demandes remplissant les conditions suivantes : Le demandeur est propriétaire de la concession ou détient un accord du propriétaire pour la construction ou la réhabilitation d une latrine ; Il a demandé et obtenu un devis de travaux établi par un maçon qualifié et visé par la Commission Hygiène Assainissement (CHA) de la Commune ; Il dispose déjà d un compte à la Mutuelle et est à jour dans ses comptes ; Il ouvre un compte d épargne-crédit à la Mutuelle s il n est pas encore adhérent. 26

28 - le recouvrement du coût des travaux Le maçon fera son affaire du recouvrement du coût des travaux auprès du ménage, sur la base du devis de travaux qu il aura présenté. - le 1 er versement (avance) au maçon est effectué au démarrage des travaux ; - le paiement du solde du maçon est effectué à la réception de l infrastructure. La prise en charge du coût des travaux par le ménage comprend, en accord préalable avec le maçon : - un apport en matériaux (sable, gravier, eau) conformes à la qualité requise, et une contribution en main d œuvre non qualifiée ; - un financement monétaire du ménage propriétaire sur ses fonds propres ou prêt de l IMF. 27

29 6. Processus de décaissement par le Client : de la Mutuelle, jusqu au début des travaux 1 Réception du carnet de compte par le client CHA SRA. Ménage 28

30 2 Approbation du modèle, du devis et du contrat 3 Signature du contrat et du devis par le maçon 29

31 4 Achat de matériel et paiement par le maçon, après décaissement par le client en présence d un membre de la CHA 5 Stockage du matériel dans un magasin avec le magasinier 6 Bon de sortie matériel visé par SRA et CHA 30

32 7 Début des travaux Processus de décaissement par le maçon, devis, Mutuelle, achat matériel, début de travaux etc. 31

33 7. Rôle du projet Le projet a pour première mission d associer tous les acteurs (élus, services d hygiène, d assainissement et de santé, professionnels du secteur et IMF, services régionaux et nationaux, partenaires techniques et financiers) à la définition et à la mise en œuvre du projet dans chaque commune. L IMF pratiquera l examen des demandes et l ouverture des prêts aux ménages dans les conditions normales de relation avec sa clientèle L l IMF pourra également mettre en œuvre des mécanismes de caution solidaire ou de garantie apportée par des tiers (parents ou relations du client, projets et programmes, bailleurs, fonds publics) Le taux d intérêt annuel est promotionnel. Le prêt accordé sera versé au client en deux temps : 80 % à l accord de prêt ; 20 % sur présentation du bon de réception de l ouvrage, visé par la CHA I.M.F L l IMF pourra, à son initiative, assortir le prêt d une garantie sur un bien ou un compte d épargne de son client Le montant unitaire des prêts accordés pour l assainissement sera en rapport avec le montant des travaux réalisés. La durée du prêt à l assainissement sera adaptée, selon le montant de l emprunt et la capacité de remboursement du ménage Le projet veillera en particulier aux points suivants : 32

34 Répondre aux besoins et à la demande des primo-accédants pour un accès à un système d assainissement amélioré Etre attentif aux ménages disposant déjà d une latrine «non améliorée», en prévoyant un volet spécifique d appui à ces ménages pour une évolution vers un équipement amélioré Soutenir les activités génératrices de revenus pour augmenter ainsi la capacité des ménages à investir dans un équipement d assainissement amélioré. Orienter les objectifs et les moyens vers le développement du marché local de l assainissement et sa pérennisation post programme Soutenir la Commune dans son rôle de maître d ouvrage du service public local de l assainissement Assainissement local Organiser des rencontres régulières d échange avec les représentants d autres Communes Se rapprocher des élus et des agents d hygiène et participer aux réunions régulières au niveau de la commune Promouvoir cette démarche graduelle et pérenne de l assainissement intégré et du marché local dans le cadre des programmes auprès des partenaires de financement 33

35 8. La mise en œuvre du Service public d'assainissement par la Commune - Le vote d un budget annuel de la Commune pour l assainissement (1% ou plus), pour financer le fonctionnement de la CHA et subventionner l équipement des ménages les plus pauvres ; - L organisation par commune d un concours annuel du village le plus propre. Malheur, on m a marqué Un agent communal verbalisant le chef de famille pour insalubrité 34

36 Un agent com Village propre récompensé par un lot d équipement : pelles, poubelles, brouettes 35

37 9. La sensibilisation et l implication des usagers - L identification des moyens de communication disponibles (radio, journaux, théâtre), le rapprochement avec les journalistes ; - La réflexion partagée sur les messages de sensibilisation et de promotion de l assainissement. Hé! On parle de nous dans le journal 36

38 10. La mise en œuvre par les professionnels de l'assainissement Compostage Fascicules de Démonstration Vidangeurs Implication de tous les usagers 37

39 11. Le financement de l'assainissement Maintenant comment financer nos latrines? Je vais épargner pour financer nos latrines! Je vais compléter mon épargne par un prêt pour les latrines 38

40 12. L évaluation et la valorisation du projet. 39

41 Appuis au Projet Pilote - Le Projet pilote assainissement est soutenu par la fondation FARM par l Agence de l Eau Seine Normandie, Direction Seine-Amont et par Eau Vive - Eau Vive accompagne depuis 35 ans les communautés rurales du Sahel, principalement au Burkina Faso, au Mali, Niger, Sénégal, Togo, pour réaliser leurs projets d accès à l eau, à l assainissement, à la santé, à l éducation, leurs projets économiques et d organisation. EAU VIVE - Bureau Afrique Direction Générale Avenue Zamsé route de Fada BP: 9329 Ouagadougou 06/ Burkina Faso Tel: (226) Fax: (226) EAU VIVE - 27 Rue Léon Loiseau Montreuil - France Tél. : (33) (0) Fax : (33) (0) E. mail : Site web: EAU VIVE - BP 300 Thiès RP - Sénégal Bureau : cité Malick Sy, n 54 A Tél. : (221) Fax : (221) E. mail : 40

42 Conception Réalisation Aly Nguer Diop Graphiste Conseiller en communication de proximité / Site web : www. nguer.populus.org Edition sept

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un but Une Foi MINISTÈRE DE LA PRÉVENTION, DE L HYGIÈNE PUBLIQUE, DE L ASSAINISSEMENT ET DE L HYDRAULIQUE URBAINE DIRECTION DE L ASSAINISSEMENT ET DE L HYDRAULIQUE URBAINE

Plus en détail

LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE

LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE UN INSTRUMENT POUR APPUYER LES INITIATIVES LOCALES PAR LES COMMUNAUTES POUR

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Marketing Mix: Distribution

Marketing Mix: Distribution Marketing Mix: Distribution 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le Marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

Le marketing de l assainissement en pratique! Paris 16/06/2015

Le marketing de l assainissement en pratique! Paris 16/06/2015 Le marketing de l assainissement en pratique! Paris 16/06/2015 Le marketing de l assainissement 2 1. Le Gret et les projets d eau et d assainissement 2. Le marketing, c est quoi? 3. Le marketing de l assainissement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11 L eau est une ressource essentielle partagée par tous. Elle est indispensable à l équilibre des écosystèmes, au développement durable et à notre survie même. L eau fait partie des préoccupations prioritaires

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE Lot P 10, Ouest Foire, Route de l Aéroport - BP : 8853 Dakar Yoff Tél : (221) 33 869 95 95 Fax : (221) 33 820 54 65 Email: gim-uemoa@gim-uemoa.org - Site Web: www.gim-uemoa.org AVIS DE RECRUTEMENT UN(E)

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE Mai 2013 INTRODUCTION Le projet cantine et promotion de l hygiène en milieu scolaire est la suite

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Session 4 : Quels sont les stratégies marketing à développer en assainissement?

Session 4 : Quels sont les stratégies marketing à développer en assainissement? Session 4 : Quels sont les stratégies marketing à développer en assainissement? Jeu des 4 P Séquence prévue : 3 février 2012, de 14h30 à 17h15 Format : - Jeu des 4P : jeu de plateau, inspiré du jeu de

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Compte-rendu de la rencontre Jeunes Professionnels

Compte-rendu de la rencontre Jeunes Professionnels Les NTIC vont révolutionner le marketing de l assainissement : INFO ou INTOX? Compte-rendu de la rencontre Jeunes Professionnels Date : 30 avril 2015 Lieu : La Fabrique, Ouagadougou Intervenant : Gwenaël

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

EAU ET ASSAINISSEMENT POUR TOUS. Guide méthodologique. n 5. Gérer les toilettes et les douches publiques

EAU ET ASSAINISSEMENT POUR TOUS. Guide méthodologique. n 5. Gérer les toilettes et les douches publiques EAU ET ASSAINISSEMENT POUR TOUS Guide méthodologique n 5 Gérer les toilettes et les douches publiques 2 sommaire 3 Introduction 6. Deux conditions préalables à une bonne gestion : une conception adéquate

Plus en détail

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Le programme ANO (Assainissement Nord Ouest) a été mis en œuvre par un consortium de trois associations : o Action contre la Faim (ACF),

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7 FICHE DE POSTE AGENT d ENTRETIEN Fiche de poste actualisée le lundi 18 février 2013 1/7 1 SOMMAIRE 2 Positionnement... 3 3 Relations internes et externes... 3 4 Presentation du service entretien... 4 5

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil Municipal du jeudi 26 01. 2012

Compte-rendu du Conseil Municipal du jeudi 26 01. 2012 Compte-rendu du Conseil Municipal du jeudi 26 01. 2012 Monsieur le Maire, Serge MARTINEZ ouvre la séance à18h 35 et procède à l appel des conseillers. Sont présents : Elus de la majorité M. MARTINEZ Mme

Plus en détail

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Collecte et valorisation des déchets dans le pays de Gex Permis de construire Édition 2013 Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Prévoir la voirie, les équipements et les zones

Plus en détail

VILLE DE BAYONNE RESTAURATION DES IMMEUBLES EN CENTRE ANCIEN Secteur Sauvegardé, Zone patrimoniale de St Esprit

VILLE DE BAYONNE RESTAURATION DES IMMEUBLES EN CENTRE ANCIEN Secteur Sauvegardé, Zone patrimoniale de St Esprit VILLE DE BAYONNE RESTAURATION DES IMMEUBLES EN CENTRE ANCIEN Secteur Sauvegardé, Zone patrimoniale de St Esprit REGLEMENT D ATTRIBUTION DE SUBVENTIONS COMMUNALES Afin de préserver et mettre en valeur le

Plus en détail

Hôtellerie & Tourisme

Hôtellerie & Tourisme SALARY SURVEY 2014 & & Sélection et approche directe de cadres confirmés www.michaelpage.fr INTRODUCTION Michael Page & est une division de Michael Page, leader du conseil en recrutement, spécialiste de

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques REPENSER LA PRESENTATION DU BUDGET : UNE NOMENCLATURE STRATEGIQUE Le budget des collectivités de plus de 3 500 habitants peut être présenté par nature et par fonction. La nomenclature fonctionnelle permet

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (C.C.T.P.)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (C.C.T.P.) Marchés de fourniture de services relevant de l article 28 du Code des marchés publics CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (C.C.T.P.) OBJET : Service de nettoyage de bureaux de la MSA de la Corse

Plus en détail

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes.

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. Bâtiments d élevage : Pourquoi? Aspects climatiques : Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. - le porc est sensible aux brusques changements du climat, - surexposition au soleil : déshydratation

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes

Plus en détail

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix.

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix Esther Favre-Félix est diplômée en Relations internationales de l Université

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

OPAH - RU de CASTELNAUDARY DOSSIER D'INFORMATION PROPRIETAIRES OCCUPANTS

OPAH - RU de CASTELNAUDARY DOSSIER D'INFORMATION PROPRIETAIRES OCCUPANTS OPAH - RU de CASTELNAUDARY DOSSIER D'INFORMATION PROPRIETAIRES OCCUPANTS La Ville de Castelnaudary, soutenue par l Anah, la Région Languedoc-Roussillon, le Département de l Aude, lance une Opération Programmée

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine).

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine). VACANCES DE POSTES Projet : Projet de Réhabilitation nutritionnelle d urgence au sein des populations (déplacés et autochtones) de l axe Dékoa-Sibut, préfecture sanitaire de KEMO, en RCA Postes vacants

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1427

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1427 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1427 14 - Relations Internationales - Coopération avec Aqabat Jabr - Bilan du premier programme de coopération relatif à la rénovation du réseau d eau -

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

DIAGNOSTIC LOCAL PARTICIPATIF DE LA COMMUNE DE ZIGUINCHOR

DIAGNOSTIC LOCAL PARTICIPATIF DE LA COMMUNE DE ZIGUINCHOR DIAGNOSTIC LOCAL PARTICIPATIF DE LA COMMUNE DE ZIGUINCHOR DROITS EGALITE CITOYENNETE SOLIDARITE INCLUSION DES PERSONNES HANDICAPEES 1 ACRONYME AFD CRAO DECISIPH FRFH ONG OPH PIC PSH RBC SDAPH UE : Agence

Plus en détail

Le mécanisme de financement des usagers finaux de services énergétiques

Le mécanisme de financement des usagers finaux de services énergétiques Rural Energy Access: A Nexus Approach to Sustainable development and Poverty ERADICATION Addis Ababa, Ethiopia 4-6 December 2013 Le mécanisme de financement des usagers finaux de services énergétiques

Plus en détail

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères 11 170.511 Annexe 1: Plan comptable: bilan Les groupes de matières de 1 à 4 chiffres ont une portée obligatoire générale. Les groupes de matières de 5 chiffres indiqués ci-dessous sont obligatoires. 5

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

REFERENCES DE AC3E EN GENIE CIVIL ET MAITRISE D ŒUVRE

REFERENCES DE AC3E EN GENIE CIVIL ET MAITRISE D ŒUVRE REFERENCES DE AC3E EN GENIE CIVIL ET MAITRISE D ŒUVRE REFERENCES DU CABINET AC3E L Agence Conseils pour l Equipement, l Eau et l Environnement (AC3E) est un cabinet d études en ingénierie (études et contrôles

Plus en détail

Une démarche engagée dans le cadre du Réseau Rural bas-normand

Une démarche engagée dans le cadre du Réseau Rural bas-normand Longtemps dédiés au monde agricole, les espaces ruraux ont connu ces dernières années des transformations, dues notamment, à l arrivée de nouveaux habitants, néo-ruraux pour la plupart. L espace rural

Plus en détail

FINANCES COMMUNALES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT

FINANCES COMMUNALES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT FINANCES COMMUNALES Dans un souci de compréhension et d explication accessible par tous, voici les différents grands comptes utilisés par les collectivités territoriales et donc par notre commune. DEPENSES

Plus en détail

ATELIER TECHNIQUE ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE (AMU)

ATELIER TECHNIQUE ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE (AMU) ATELIER TECHNIQUE ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE (AMU) Groupe 2 : modalités financement l AMU 1. Sources financement: L Assurance Maladie Universelle sera financée par : - Les ressources l Etat (Fonds propres,

Plus en détail

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE Une OPAH? Qu est ce que c est? O.P.A.H = Opération Programmée d Amélioration de l Habitat. Il s'agit d'une action menée par Ouest Provence et les communes membres en

Plus en détail

MICRO-CREDIT D APPUI A L'ABONNEMENT EN EAU POTABLE DE POPULATIONS A FAIBLE REVENU

MICRO-CREDIT D APPUI A L'ABONNEMENT EN EAU POTABLE DE POPULATIONS A FAIBLE REVENU CENTRE REGIONAL POUR L'EAU POTABLE ET L'ASSAINISSEMENTA FAIBLE COUT MICRO-CREDIT D APPUI A L'ABONNEMENT EN EAU POTABLE DE POPULATIONS A FAIBLE REVENU Rapport final de l étude diagnostique du projet de

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT. Commission de l UEMOA

AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT. Commission de l UEMOA NCO NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPERATION AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT Commission de l UEMOA Projet d appui à l extension de la couverture du risque maladie dans les États membres de l UEMOA

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique. La démarche de l AFD

Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique. La démarche de l AFD Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique La démarche de l AFD Positionnement AFD et Proparco Rôle moteur des politiques publiques Sensibilisation + R&D Démonstration Industrialisation

Plus en détail

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien PROPRIÉTAIRE ou LOCATAIRE vous avez des obligations VOUS AVEZ SIGNÉ UN BAIL. CE CONTRAT DE LOCATION, RENFORCÉ PAR LES DISPOSITIONS LÉGALES, PRÉCISE

Plus en détail

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel?

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel? Rencontre d échanges d expériences entre acteurs sociopolitiques sur les défis et la portée de la protection sociale dans un contexte de grande pauvreté : cas des pays en développement Bamako, 17 & 18/11/2011

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE FONDS DE PARTICIPATION DES HABITANTS

DOSSIER DE DEMANDE DE FONDS DE PARTICIPATION DES HABITANTS Avec le concours financier de : DOSSIER DE DEMANDE DE FONDS DE PARTICIPATION DES HABITANTS Renseignements vous concernant : NOM DE L ASSOCIATION NOM DU GROUPE INFORMEL NOM DE L ASSOCIATION SUPPORT Adresse

Plus en détail

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc MODELE DE FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE : AGENT POLYVALENT DES SERVICES TECHNIQUES OBJECTIF PRINCIPAL DU POSTE : Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC

COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC Service de Coopération et d Action Culturelle AMBASSADE DE FRANCE AU SENEGAL -------- Pôle de la Coopération Non Gouvernementale COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC A L ATTENTION

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

Délibération N 2013-10-02 création poste adjoint administratif territorial suite au transfert agent de la Communauté de Communes

Délibération N 2013-10-02 création poste adjoint administratif territorial suite au transfert agent de la Communauté de Communes Le dix octobre deux mil treize à 20h30 s est réuni le Conseil Municipal sous la présidence de Monsieur MORIN Loïc Maire Etaient présents : Ms ALIX PICHOUX REBILLARD Mme POULAIN (Adjoints) Ms KPALMA KRUGLER-

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

la Stratégie nationale d extension de la couverture maladie du Mali Comment le Rwanda a informé Health Economics and Policy Association (AfHEA)

la Stratégie nationale d extension de la couverture maladie du Mali Comment le Rwanda a informé Health Economics and Policy Association (AfHEA) 2 nd Conference of the African Health Economics and Policy Association (AfHEA) 2 eme Conférence de l Association Africaine d Economie et de Politique de la Santé (AfHEA) Comment le Rwanda a informé la

Plus en détail

Monitoring des AEP et maîtrise d ouvrage communale en milieu rural : quelles leçons pour une mise en œuvre efficace?

Monitoring des AEP et maîtrise d ouvrage communale en milieu rural : quelles leçons pour une mise en œuvre efficace? Monitoring des AEP et maîtrise d ouvrage communale en milieu rural : quelles leçons pour une mise en œuvre efficace? Mardi 20 mai, Hôtel KING FAHD PALACE - Dakar Présenté par Sylvette Milin, ps-eau Disposer

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT

MESURES D ACCOMPAGNEMENT LIVRET VI MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT ET SUIVI DE L ANALYSE DE LA SITUATION 127 Sommaire I DES MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT page 126 HABITAT EQUIPEMENTS

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Monter un projet d assainissement dans les quartiers urbains pauvres de pays en développement : une autre approche ***

Monter un projet d assainissement dans les quartiers urbains pauvres de pays en développement : une autre approche *** Célia de Lavergne et Julien Gabert Association Experians www.experians.net Monter un projet d assainissement dans les quartiers urbains pauvres de pays en développement : une autre approche *** Pistes

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil.

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil. 1 Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie Janvier 2014 2 NOTICE L intégration d un jeune embauché dans une entreprise et au sein d une équipe de travail est

Plus en détail

COMMENT OBTENIR DES SUBVENTIONS EUROPEENNES

COMMENT OBTENIR DES SUBVENTIONS EUROPEENNES COMMENT OBTENIR DES SUBVENTIONS EUROPEENNES L environnement, la recherche, l éducation, la santé, sont des domaines d intervention privilégiés pour les collectivités locales. Leur développement peut donner

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives République du Sénégal Un Peuple- Un But- Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives Symposium sur la Protection

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

ATTENDU QU un montant de 43 543 $ est à pourvoir pour l année 2015, par l ensemble des contribuables de la Municipalité pour la solidarité sociale;

ATTENDU QU un montant de 43 543 $ est à pourvoir pour l année 2015, par l ensemble des contribuables de la Municipalité pour la solidarité sociale; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ D EASTMAN RÈGLEMENT 2015-01 FIXANT, POUR L ANNÉE 2015, LES TAUX DE TAXES, DE TARIFICATION POUR LES SERVICES, LES MODALITÉS DE PAIEMENT DES TAXES ET DES

Plus en détail