Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37"

Transcription

1 Livret pour l Assainissement en Milieu Rural ²²² Communes de Ngogom et de Gainte Kaye

2 Plan du livret Page 02 Présentation du projet Page 05 La mise en œuvre du service public d assainissement Page 08 L exemplarité des différents acteurs Page 11 La sensibilisation et l implication des usagers Page 13 Pour les agents d hygiène Page 15 Pour les agents de santé Page 17 Le recours aux professionnels de l assainissement Page 20 Le financement de l assainissement Page 28 Processus de décaissement par le Client : de la Mutuelle jusqu au début des travaux Page 32 Rôle du projet Page 34 La mise en œuvre du Service public d assainissement par la Commune Page 36 La sensibilisation et l implication des usagers Page 37 La mise en œuvre par les professionnels de 1

3 l'assainissement Page 38 Le financement de l'assainissement Page 39 L évaluation et la valorisation du projet Page 40 Appuis au projet 2

4 1. Présentation du projet Le Projet vise à : - Appliquer la politique nationale d assainissement sur le territoire de la commune. - Encourager la mise en place de mécanismes pérennes, permettant de produire des équipements d assainissement en ayant recours autant que possible aux moyens humains, techniques et financiers locaux. La démarche d appui est constituée de 4 volets d action : la mise en œuvre du service public de l assainissement par la Commune, la sensibilisation et l implication des usagers, le recours aux professionnels de l assainissement, et enfin le financement de l assainissement. La démultiplication des équipements d assainissement reposera essentiellement sur : - une sensibilisation soutenue des Services de Santé et d Hygiène auprès des différents acteurs locaux ; 3

5 - une implication forte des élus et de l institution communale ; - une dynamisation du marché de l assainissement par un rapprochement des professionnels et des ménages propriétaires ; - une facilité de paiement pour les ménages propriétaires par l ouverture du microcrédit à l assainissement par les IMF locales. 4

6 2. La mise en œuvre du service public d assainissement par la Commune L acte 3 de la décentralisation attribue aux Communes un rôle central dans la planification et la promotion de l hygiène et de l assainissement. Le projet propose de renforcer l engagement des deux Communes, par des mesures à leur portée. Les 9 Compétences transférées Domaines Education Culture Santé Jeunesse-Loisirs Environnement 5

7 Urbanisme-Habitat Aménagement du territoire Planification - La mise en place et la formation d une Commission Hygiène et Assainissement (CHA) dans chaque Commune. - La tenue régulière au siège de la Commune, à l initiative des Conseils municipaux de réunions de la Commission Hygiène et Assainissement (CHA) pour organiser la concertation communale et répartir collectivement les actions à mener. 6

8 Les élus en charge de l assainissement Représentants du service régional de l assainissement Représentant des services d hygiène Représentant des maçons et vidangeurs Organisation Communautaire de base Représentant Organismes l locaux de crédit 7

9 - L exemplarité des différents acteurs locaux (élus, agents publics, maçons, etc.) par l installation au domicile de chacun, à leur initiative et à leur charge, d un système d assainissement amélioré Enfin des toilettes dignes de ce nom pour toute la famille Un membre CHA fait construire ses latrines 8

10 - L équipement en dispositifs d assainissement améliorés pour les établissements et lieux publics (marché, gare routière, mairie, école, etc.) et leur entretien régulier ; la possibilité de mixer les moyens publics et privés doit être encouragée. En veillant à ce que les latrines publiques ne remplacent pas les toilettes privées, mais qu elles soient situées là où la population est loin de chez elle, où elle se rassemble. Enfin des toilettes propres et sans encombrements 9

11 La mise en place dans chaque quartier et village d un comité de salubrité chargé d organiser le nettoyage et la propreté des lieux publics ; la salubrité sur le territoire de la commune comprend la collecte des déchets solides et leur stockage sur un périmètre contrôlé, le comblement des bourbiers, le nettoyage régulier des rues, des marchés, etc. Un comité de salubrité en action dans un village 10

12 Comité de salubrité avec charrette et conducteur pour transporter les ordures sur ordre du comité CHA 3. La sensibilisation et l implication des usagers La sensibilisation de la population devrait présenter un caractère permanent, et être portée par tout acteur en mesure de transmettre le message de l hygiène et l assainissement. Les messages directement liés à l amélioration de l hygiène et de la santé. Bien entretenir les latrines 11

13 Les messages portant sur le confort, le statut ou la représentation sociale. Hée booy! paa bi gudi lay dem duus Eviter d aller derrière les arbres Diffuser clairement les messages 12

14 Pour les agents d hygiène : ; - Travailler à la qualité et la diversité des messages pour encourager l assainissement à domicile, et au niveau communal ; - Encourager les messages positifs, et non pas ceux fondés sur la peur ou sur la honte ; - Promouvoir les latrines améliorées à un coût abordable. 13

15 - Encourager toutes les formes d assainissement réalisables sans aide extérieure : ; lavage des mains, usage du savon, évacuation des eaux usées, comblement des bourbiers,. mise en place de compostières, collecte des déchets solides, nettoyage des concessions, etc. - Contribuer à la formation à l assainissement des élus, des maçons et vidangeurs, des comités de salubrité, des organisations communautaires de base Formation par le Service Régional de l Assainissement avec fascicules illustrés 14

16 Pour les agents de santé : Conseiller des mesures préventives comme le lavage des mains, l évacuation des eaux usées, un système d assainissement amélioré pour toutes famille souffrant de maladies liées à l insuffisance d assainissement ;. 15

17 Lavage des mains à la descente ou au retour des champs, en sortant des toilettes, et avant de manger Utilisation de savon et d eau de javel 16

18 4. Le recours aux professionnels de l assainissement Pour les maçons : Un système d assainissement amélioré Se former sur l implantation des latrines Se rapprocher des élus et des agents d hygiène et de santé, participer à des réunions régulières à la mairie. Connaissance des normes nationales S équiper de plans et de matériel standard (gabarits) Proposer un modèle accessible de latrines améliorées à tout propriétaire lui demandant la construction ou la rénovation d une habitation 17

19 Formation des maçons sur les différents modèles 18

20 Pour les vidangeurs : Concertation entre vidangeur et maçon sur différents modèles de latrines Echanger sur les aspects techniques liés à la construction, à l amélioration et à l entretien des latrines ; conclure entre maçons et vidangeurs des accords de fourniture de listes de clientèle avec date de construction des latrines et date de vidange à prévoir ; se former sur les techniques de vidange et sur les mesures de prévention sanitaire ; se former à l utilisation et à la valorisation des excréta ; se rapprocher des élus et des services techniques pour l implantation des zones d épandage des boues de vidange ; se rapprocher d autres vidangeurs (par Commune, département etc.) en vue de la création d associations ou de filières professionnelles ; se faire enregistrer à la Chambre des métiers ; se rapprocher des élus et des agents d hygiène et de santé, et participer aux réunions sur l assainissement au siège de la Commune. 19

21 5. Le financement de l assainissement 5.1. Pour l assainissement public Le conseil communal Vote le budget annuel avec une ligne budgétaire pour l assainissement 20

22 La gestion des latrines publiques (entretien courant, nettoyage, etc.) peut être confiée à une personne privée, et financée sur une perception à l entrée des toilettes. On paye maintenant pour se soulager 5.2. Pour l assainissement au domicile des ménages - le financement sur fonds propres 21

23 Le financement direct en numéraire à partir des revenus ou de l épargne des ménages propriétaires est prioritairement recherché dans le cadre du projet. Pour y parvenir, les ménages seront encouragés à engager, seuls ou en groupe, des actions pouvant générer de nouveaux revenus (maraîchage, élevage, champs collectifs ), et augmenter leurs capacités financières pour l assainissement. Groupement de femmes réunissant les bénéfices issus d activités génératrices de revenus en vue de construire des latrines 22

24 - le financement par microcrédit Une attention particulière est portée à la sensibilisation d une part des groupements communautaires d épargne-crédit et d autre part des institutions de micro finance (IMF) présentes sur le territoire. L assainissement n étant pas un investissement directement générateur de revenus, la prudence est requise pour l octroi de microcrédit. Il est considéré comme un «crédit latrine» et doit dans tous les cas être adossé à un prévisionnel de ressources de l emprunteur, soit sur ses activités habituelles, soit sur une activité génératrice de revenus engagée aux fins de remboursement du crédit. 23

25 Pour les groupements communautaires d épargne-crédit (masculins et féminins), il s agit d intégrer les équipements d assainissement dans la gamme des actions pouvant être soutenues au titre de l investissement familial pour la santé. Les groupements sont sensibilisés à l importance de l assainissement, et peuvent ouvrir au cas par cas des prêts à l assainissement auprès des membres offrant de bonnes garanties de remboursement Avec les bénéfices de ce maraichage, je vais financer la construction de mes latrines Activités génératrices de revenus pour soutenir le financement de construction de latrines 24

26 Pour les institutions de micro finance (IMF) : comme pour les groupements communautaires d épargne-crédit, il s agit dans un premier temps de les sensibiliser à l importance de l assainissement pour la santé des ménages, la salubrité du milieu, mais aussi pour le développement d un marché local fondé sur le rapprochement de l offre de maçons qualifiés et la demande des ménages Le projet propose aux IMF d examiner la possibilité d ouvrir un produit financier adapté (intitulé par exemple «Sani-crédit») destiné à l acquisition d équipements d assainissement améliorés par les ménages propriétaires. Le projet peut apporter une facilité financière aux IMF par le dépôt d un fonds de roulement pour augmenter leur capacité de prêt, ou sous la forme d un fonds de garantie, pour améliorer la garantie des prêts accordés par l IMF. Les ouvrages d assainissement éligibles, pouvant faire l objet d un prêt sont les suivants : latrines de type Sanplat, VIP simple ou double fosse, TCM, EcoSan, ainsi que les douches et bacs à laver, dès lors qu ils sont associés à la construction d une latrine précitée. 25

27 Le gérant de l IMF échange avec des membres de la Commission Hygiène Assainissement sur les conditions de prêt en présence du ménage et du maçon Voici les conditionnalités de notre mutuelle pour le Sani-Crédit Moi, je ne veux que des latrines La Mutuelle examine et retient les demandes remplissant les conditions suivantes : Le demandeur est propriétaire de la concession ou détient un accord du propriétaire pour la construction ou la réhabilitation d une latrine ; Il a demandé et obtenu un devis de travaux établi par un maçon qualifié et visé par la Commission Hygiène Assainissement (CHA) de la Commune ; Il dispose déjà d un compte à la Mutuelle et est à jour dans ses comptes ; Il ouvre un compte d épargne-crédit à la Mutuelle s il n est pas encore adhérent. 26

28 - le recouvrement du coût des travaux Le maçon fera son affaire du recouvrement du coût des travaux auprès du ménage, sur la base du devis de travaux qu il aura présenté. - le 1 er versement (avance) au maçon est effectué au démarrage des travaux ; - le paiement du solde du maçon est effectué à la réception de l infrastructure. La prise en charge du coût des travaux par le ménage comprend, en accord préalable avec le maçon : - un apport en matériaux (sable, gravier, eau) conformes à la qualité requise, et une contribution en main d œuvre non qualifiée ; - un financement monétaire du ménage propriétaire sur ses fonds propres ou prêt de l IMF. 27

29 6. Processus de décaissement par le Client : de la Mutuelle, jusqu au début des travaux 1 Réception du carnet de compte par le client CHA SRA. Ménage 28

30 2 Approbation du modèle, du devis et du contrat 3 Signature du contrat et du devis par le maçon 29

31 4 Achat de matériel et paiement par le maçon, après décaissement par le client en présence d un membre de la CHA 5 Stockage du matériel dans un magasin avec le magasinier 6 Bon de sortie matériel visé par SRA et CHA 30

32 7 Début des travaux Processus de décaissement par le maçon, devis, Mutuelle, achat matériel, début de travaux etc. 31

33 7. Rôle du projet Le projet a pour première mission d associer tous les acteurs (élus, services d hygiène, d assainissement et de santé, professionnels du secteur et IMF, services régionaux et nationaux, partenaires techniques et financiers) à la définition et à la mise en œuvre du projet dans chaque commune. L IMF pratiquera l examen des demandes et l ouverture des prêts aux ménages dans les conditions normales de relation avec sa clientèle L l IMF pourra également mettre en œuvre des mécanismes de caution solidaire ou de garantie apportée par des tiers (parents ou relations du client, projets et programmes, bailleurs, fonds publics) Le taux d intérêt annuel est promotionnel. Le prêt accordé sera versé au client en deux temps : 80 % à l accord de prêt ; 20 % sur présentation du bon de réception de l ouvrage, visé par la CHA I.M.F L l IMF pourra, à son initiative, assortir le prêt d une garantie sur un bien ou un compte d épargne de son client Le montant unitaire des prêts accordés pour l assainissement sera en rapport avec le montant des travaux réalisés. La durée du prêt à l assainissement sera adaptée, selon le montant de l emprunt et la capacité de remboursement du ménage Le projet veillera en particulier aux points suivants : 32

34 Répondre aux besoins et à la demande des primo-accédants pour un accès à un système d assainissement amélioré Etre attentif aux ménages disposant déjà d une latrine «non améliorée», en prévoyant un volet spécifique d appui à ces ménages pour une évolution vers un équipement amélioré Soutenir les activités génératrices de revenus pour augmenter ainsi la capacité des ménages à investir dans un équipement d assainissement amélioré. Orienter les objectifs et les moyens vers le développement du marché local de l assainissement et sa pérennisation post programme Soutenir la Commune dans son rôle de maître d ouvrage du service public local de l assainissement Assainissement local Organiser des rencontres régulières d échange avec les représentants d autres Communes Se rapprocher des élus et des agents d hygiène et participer aux réunions régulières au niveau de la commune Promouvoir cette démarche graduelle et pérenne de l assainissement intégré et du marché local dans le cadre des programmes auprès des partenaires de financement 33

35 8. La mise en œuvre du Service public d'assainissement par la Commune - Le vote d un budget annuel de la Commune pour l assainissement (1% ou plus), pour financer le fonctionnement de la CHA et subventionner l équipement des ménages les plus pauvres ; - L organisation par commune d un concours annuel du village le plus propre. Malheur, on m a marqué Un agent communal verbalisant le chef de famille pour insalubrité 34

36 Un agent com Village propre récompensé par un lot d équipement : pelles, poubelles, brouettes 35

37 9. La sensibilisation et l implication des usagers - L identification des moyens de communication disponibles (radio, journaux, théâtre), le rapprochement avec les journalistes ; - La réflexion partagée sur les messages de sensibilisation et de promotion de l assainissement. Hé! On parle de nous dans le journal 36

38 10. La mise en œuvre par les professionnels de l'assainissement Compostage Fascicules de Démonstration Vidangeurs Implication de tous les usagers 37

39 11. Le financement de l'assainissement Maintenant comment financer nos latrines? Je vais épargner pour financer nos latrines! Je vais compléter mon épargne par un prêt pour les latrines 38

40 12. L évaluation et la valorisation du projet. 39

41 Appuis au Projet Pilote - Le Projet pilote assainissement est soutenu par la fondation FARM par l Agence de l Eau Seine Normandie, Direction Seine-Amont et par Eau Vive - Eau Vive accompagne depuis 35 ans les communautés rurales du Sahel, principalement au Burkina Faso, au Mali, Niger, Sénégal, Togo, pour réaliser leurs projets d accès à l eau, à l assainissement, à la santé, à l éducation, leurs projets économiques et d organisation. EAU VIVE - Bureau Afrique Direction Générale Avenue Zamsé route de Fada BP: 9329 Ouagadougou 06/ Burkina Faso Tel: (226) Fax: (226) EAU VIVE - 27 Rue Léon Loiseau Montreuil - France Tél. : (33) (0) Fax : (33) (0) E. mail : Site web: EAU VIVE - BP 300 Thiès RP - Sénégal Bureau : cité Malick Sy, n 54 A Tél. : (221) Fax : (221) E. mail : 40

42 Conception Réalisation Aly Nguer Diop Graphiste Conseiller en communication de proximité / Site web : www. nguer.populus.org Edition sept

Guide de la Commission Hygiène et Assainissement pour l Assainissement en Milieu Rural Pour l Accès à l Assainissement

Guide de la Commission Hygiène et Assainissement pour l Assainissement en Milieu Rural Pour l Accès à l Assainissement Guide de la Commission Hygiène et Assainissement pour l Assainissement en Milieu Rural Pour l Accès à l Assainissement Communes de Ngogom et de Gainté Kaye 1 Plan du guide Page 02 Contexte Page 03 Mission

Plus en détail

Projet Pilote Assainissement

Projet Pilote Assainissement Projet Pilote Assainissement Origine du projet En 2009, Eau Vive a réalisé une étude sur l assainissement en milieu rural auprès de 3.400 ménages au Burkina Faso, Mali, Niger et Sénégal. Les DirecFons

Plus en détail

Module de formation. L assainissement en milieu rural

Module de formation. L assainissement en milieu rural Module de formation L assainissement en milieu rural Sur la base des retours d expérience de programmes d assainissement réalisés dans quatre pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal), Eau Vive

Plus en détail

QUELS FINANCEMENTS POUR LA FILIERE ASSAINISSEMENT?

QUELS FINANCEMENTS POUR LA FILIERE ASSAINISSEMENT? QUELS FINANCEMENTS POUR LA FILIERE ASSAINISSEMENT? Christian HOUDUS Eau Vive 5ièmes Assises de la coopération décentralisée et de la solidarité internationale Yvelines - Conseil général Marly-le-Roi 12

Plus en détail

LE SERVICE PUBLIC NON COLLECTIF DANS LA COMMUNE D ANEHO (LE SPANC)

LE SERVICE PUBLIC NON COLLECTIF DANS LA COMMUNE D ANEHO (LE SPANC) REGION MARITIME REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail- Liberté-Patrie LE SERVICE PUBLIC NON COLLECTIF DANS LA COMMUNE D ANEHO (LE SPANC) Introduction De part l ampleur de la problématique de l assainissement et

Plus en détail

Atelier 2 renforcement des compétences et formations

Atelier 2 renforcement des compétences et formations Atelier 2 renforcement des compétences et formations 1 er thème: L eau potable Titre de la formation: La gestion intégrée des ressources en eau Cibles: les exploitants, les élus, les maîtres d ouvrages

Plus en détail

PARTICIPATION DES COLLECTIVITÉS AUX ACTION S DE DÉVELOPPEMENT: EXPÉRIENCE DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE AU NIGER

PARTICIPATION DES COLLECTIVITÉS AUX ACTION S DE DÉVELOPPEMENT: EXPÉRIENCE DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE AU NIGER PARTICIPATION DES COLLECTIVITÉS AUX ACTION S DE DÉVELOPPEMENT: EXPÉRIENCE DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE AU NIGER 1. Définition 2. Finalités PLAN 3. La coopération décentralisée au Niger 4. Les actions

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012 1. Objectifs globaux 1. Contribuer à l atteinte des Objectifs du Millénaire (ODM) par la réalisation d actions de proximité (éducation, santé, eau potable, etc.) ; 2. Promouvoir la bonne gouvernance en

Plus en détail

LE PROJET VIMAPRO «VIdange MAnuelle PROpre»

LE PROJET VIMAPRO «VIdange MAnuelle PROpre» LE PROJET VIMAPRO «VIdange MAnuelle PROpre» Dans le cadre du projet SANI TSAPTA, le réseau Projection a entrepris diverses actions de réflexion et de soutien des petits entrepreneurs privés de l assainissement.

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Grand Projet de Ville d Orléans

Grand Projet de Ville d Orléans Grand Projet de Ville d Orléans quartier de La Source La Gestion Urbaine de Proximité Signature d un convention de Gestion urbaine de proximité autour de 7 thématiques 1 - Veiller à la qualité des investissements

Plus en détail

CONCEPTUELLES DE LA MEO DU PARZDS. d'appui/projets. AIMS Institutionnel. Appui au SYLOS PARZDS SYLOS. Amélioration du B-E Populations

CONCEPTUELLES DE LA MEO DU PARZDS. d'appui/projets. AIMS Institutionnel. Appui au SYLOS PARZDS SYLOS. Amélioration du B-E Populations CADRE CONCEPTUEL DE LA MEO DU PASS Pyramide sanitaire Production Niveaux Central Structures Ministère + Autres acteurs Type d'appui/projets AIMS Institutionnel PNDS Politiques de santé Orientations stratégiques

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité»

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Objectifs : Le Conseil Régional de Lorraine, la DRAC de Lorraine et

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES 1 CADRE GÉNÉRAL 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL Centre visuel s est doté d une politique. Elle prévoit spécifiquement que Centre visuel doit contribuer au dynamisme

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants)

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants) Conseils et gestes éco citoyens à appliquer Une installation défectueuse ou mal entretenue peut présenter un risque pour la santé et l environnement. LA RÉGLEMENTATION Code de la Santé Publique (articles

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Appel à Projets Développement Durable. Dossier de demande de subvention

Appel à Projets Développement Durable. Dossier de demande de subvention Appel à Projets Développement Durable Dossier de demande de subvention IMPORTANT Ce dossier fait acte de document officiel et son usage est obligatoire. Nous vous invitons également à fournir tout document

Plus en détail

Mutualité Française Ile-de-France

Mutualité Française Ile-de-France Mutualité Française Ile-de-France Représentation régionale de la Fédération Nationale de la Mutualité Française Acteur de l économie sociale et solidaire 280 mutuelles adhérentes 5.5 millions de personnes

Plus en détail

Fiche technique du projet AIDMV dans plusieurs communes de la Côte d Ivoire

Fiche technique du projet AIDMV dans plusieurs communes de la Côte d Ivoire Fiche technique du projet AIDMV dans plusieurs communes de la Côte d Ivoire I. Informations générales sur le projet Intitulé du projet : Assainissement intégré et durable des ménages vulnérables et d un

Plus en détail

ACHAT / VENTE / REHABILITATION

ACHAT / VENTE / REHABILITATION ACHAT / VENTE / REHABILITATION Vos obligations en termes d assainissement L assainissement a pour objectif de protéger la santé et la salubrité publique ainsi que l environnement contre les risques liés

Plus en détail

VILLE DE LESTREM PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES DOSSIER DE CANDIDATURE

VILLE DE LESTREM PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES DOSSIER DE CANDIDATURE PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES VILLE DE LESTREM DOSSIER DE CANDIDATURE - Date de remise du dossier par la Ville :. - Date d accusé réception du

Plus en détail

PROGRAMME WOP AFRICA ATELIER DE PRESENTATION DES RESULTATS DU PROJET FAE/BAD-AAE:

PROGRAMME WOP AFRICA ATELIER DE PRESENTATION DES RESULTATS DU PROJET FAE/BAD-AAE: PROGRAMME WOP AFRICA ATELIER DE PRESENTATION DES RESULTATS DU PROJET FAE/BAD-AAE: apprentissage par paire et évaluation des performances des opérateurs d eau en Afrique Présenté par SYLLA Soualiho, Maire

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

REGLEMENT DE JEU TROPHEES J PASS

REGLEMENT DE JEU TROPHEES J PASS REGLEMENT DE JEU TROPHEES J PASS Article 1 : description Les 2 partenaires suivants : La Confédération Nationale du Crédit Mutuel, Association loi 1901, Organe central du Crédit Mutuel dont le siège est

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

CONVENTION FFCGEA -SIAGI

CONVENTION FFCGEA -SIAGI CONVENTION FFCGEA -SIAGI Entre : La Fédération Française des Associations de Gestion et de Comptabilité et des centres de Gestion et de l Economie de l Artisanat, association loi 1901 dont le siège est

Plus en détail

Appel à projets Eté 2015. «Vacances solidaires»

Appel à projets Eté 2015. «Vacances solidaires» Appel à projets Eté 2015 «Vacances solidaires» 1 Une action qui vise à rompre l isolement et à maintenir le lien social et ainsi favoriser le maintien à domicile Encourager le maintien à domicile est l

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

PRESENTATION SYNOPTIQUE DE COOPERATION DECENTRALISEE CCFG/TERA

PRESENTATION SYNOPTIQUE DE COOPERATION DECENTRALISEE CCFG/TERA Réseau d Appui aux Initiatives Locales BP 11 468 Tél. : 00 227 96 29 18 55 Fax: 00 227 09 75 29 66 Niamey NIGER Email: railniger@yahoo.fr PRESENTATION SYNOPTIQUE DE COOPERATION DECENTRALISEE CCFG/TERA

Plus en détail

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Présidence : J.-P. Elong M'Bassi (PDM) Intervenants: A. Mathys (Ondeo) /E. Tanawa (ENSP Yaoundé) /

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire CONCOURS PHOTOS Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Partenaires historiques du secteur de l économie sociale en protection

Plus en détail

Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP)

Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP) Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP) 1. Synthèse + plan Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Contexte. Objet

CAHIER DES CHARGES. Contexte. Objet En 2015, le Parc des Monts d'ardèche accompagne les communes et communautés de communes, associations pour concrétiser des projets novateurs et expérimentaux. 12 thèmes, sur lesquels le Parc s engage à

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

«Des toilettes dans mon école» au Cambodge

«Des toilettes dans mon école» au Cambodge «Des toilettes dans mon école» au Cambodge Proposition de projet Localisation : Début du projet : Objectif : Nombre de bénéficiaires : Budget : 5 441 Durée : Le village de Boeng Kieb dans la commune de

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LA MESURE DU TAUX D ACCES A L ASSAINISSEMENT AU MALI

COMMUNICATION SUR LA MESURE DU TAUX D ACCES A L ASSAINISSEMENT AU MALI COMMUNICATION SUR LA MESURE DU TAUX D ACCES A L ASSAINISSEMENT AU MALI Direction Nationale de l Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des Nuisances Africasan 3, Kigali, le 20 juillet 2011 CONTEXTE

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE ENTRETIEN DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Modifié le 18 mars 2014

REGLEMENT DU SERVICE ENTRETIEN DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Modifié le 18 mars 2014 REGLEMENT DU SERVICE ENTRETIEN DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Modifié le 18 mars 2014 Communauté de Communes de la Région de Guise 6 rue André Godin 02120 Guise tél : 03.23.61.12.17 /

Plus en détail

Objectifs stratégiques Pays d Auge

Objectifs stratégiques Pays d Auge TBP du Pays d Auge Modèle général de présentation des objectifs s s s Pays d Auge 16 Elargir et fidéliser le public 17 Sensibiliser à la conservation du patrimoine 14 Développer le réseau des CIAP du territoire

Plus en détail

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012.

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. * Du CLD de L Érable Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. 2 *Pour le CLD de L Érable, le développement économique et social passe par la réalisation concrète de projets menés par

Plus en détail

Demande de financement. Tel : 40771390 BP 241

Demande de financement. Tel : 40771390 BP 241 Demande de financement Tel : 40771390 BP 241 1 Institution de Microfinance Association Base Fandima 1. Présentation de l Association Base Fandima 2. Les besoins de l Association Base Fandima 3. L Association

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2015 Cahier des charges

APPEL A PROJETS 2015 Cahier des charges APPEL A PROJETS 2015 Cahier des charges «Promouvoir l égalité des chances pour les enfants issus de milieux défavorisés» Territoires concernés : Actions menées en région Provence Alpes Côte d Azur (France)

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Dans ce numéro. La programmation 2014-2015 de la Section des Amériques en Haïti. Activités avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Dans ce numéro. La programmation 2014-2015 de la Section des Amériques en Haïti. Activités avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population Juin 2014 Volume 13, numéro 4 La programmation 2014-2015 de la Section des Amériques en Haïti Dans ce numéro Activités avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population - Mise en œuvre de la Politique

Plus en détail

Finances Conseil Méditerranée / ESIA

Finances Conseil Méditerranée / ESIA Finances Conseil Méditerranée / ESIA - Financement des TPE - Financement des entreprises responsables - Dispositif CEDRE 25 avril 2013 QUI EST ESIA? Un outil de développement local créé en 2001 par la

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

Séminaire régional de formation à l élaboration de systèmes communautaires d alerte précoce et de gestiondes risques climatiques et de catastrophes

Séminaire régional de formation à l élaboration de systèmes communautaires d alerte précoce et de gestiondes risques climatiques et de catastrophes 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs-bf.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire régional de formation

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014 :

APPEL A PROJETS 2014 : APPEL A PROJETS 2014 : ASSAINISSEMENT ET ENERGIE REDUIRE L IMPACT ENERGETIQUE DES SYSTEMES D ASSAINISSEMENT DOMESTIQUES RÈGLEMENT Date d ouverture de l appel à projet : 20 janvier 2014 Date limite d envoi

Plus en détail

Guide d utilisation et d entretien d une installation d assainissement non collectif

Guide d utilisation et d entretien d une installation d assainissement non collectif Guide d utilisation et d entretien d une installation d assainissement non collectif Conseils d utilisation Afin d assurer la pérennité et le bon fonctionnement de la filière d assainissement non collectif

Plus en détail

Marketing Mix: Distribution

Marketing Mix: Distribution Marketing Mix: Distribution 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le Marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT ANNUEL 2011 D ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

PRESENTATION SYNOPTIQUE DE COOPERATION DECENTRALISEE ORSAY-DOGONDOUTCHI

PRESENTATION SYNOPTIQUE DE COOPERATION DECENTRALISEE ORSAY-DOGONDOUTCHI PRESENTATION SYNOPTIQUE DE COOPERATION DECENTRALISEE ORSAY-DOGONDOUTCHI Date de démarrage : 1993 Maître d œuvre Actuel : RAIL Zone d intervention : Commune urbaine de Partenaires Financiers : Conseil General

Plus en détail

Création d une plateforme de la rénovation énergétique sur le territoire de la Communauté d Agglomération de Saint-Quentin

Création d une plateforme de la rénovation énergétique sur le territoire de la Communauté d Agglomération de Saint-Quentin Création d une plateforme de la rénovation énergétique sur le territoire de la Communauté d Agglomération de Saint-Quentin Le territoire de la Communauté d Agglomération de Saint-Quentin Première Agglomération

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION 2015 - INITIATIVE ASSOCIATIVE -

DEMANDE DE SUBVENTION 2015 - INITIATIVE ASSOCIATIVE - Association de Soutien à la Participation des Habitants DEMANDE DE SUBVENTION 2015 - INITIATIVE ASSOCIATIVE - Date limite de dépôt du dossier : Deux mois avant la date de réalisation Association : Intitulé

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES Cadre réservé à l administration Date de dépôt N dossier Mairie des Herbiers Direction des services techniques 6 rue du Tourniquet

Plus en détail

Guide de demande d aide financière au Fonds culturel

Guide de demande d aide financière au Fonds culturel Préambule Guide de demande d aide financière au Fonds culturel Le présent fonds est l un des projets contenus dans l entente de développement culturel, signée conjointement par la MRC Robert-Cliche et

Plus en détail

Présentation du dispositif Permis à 1euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale. Septembre 2010

Présentation du dispositif Permis à 1euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale. Septembre 2010 Présentation du dispositif Permis à 1euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale Septembre 2010 1 Introduction Le permis : une nécessité Les jeunes salariés sont toujours plus nombreux à travailler

Plus en détail

FORMATION DES ACTEURS ASSOCIATIFS 2015

FORMATION DES ACTEURS ASSOCIATIFS 2015 FORMATION DES ACTEURS ASSOCIATIFS Mieux connaître le monde associatif Développer votre association Diversifier vos pratiques Valoriser votre engagement 1 Point d appui et espace ressources, la Chambre

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple Un But Une Foi --------o-------- Région de Tambacounda ***** Département de Bakel ***** Commune de Kidira

RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple Un But Une Foi --------o-------- Région de Tambacounda ***** Département de Bakel ***** Commune de Kidira RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple Un But Une Foi --------o-------- Région de Tambacounda ***** Département de Bakel ***** Commune de Kidira PROJET D ASSAINISSEMENT DURABLE DE LA VILLE DE KIDIRA (ADK) En

Plus en détail

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS)

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Guide de demande de financement JUILLET 2015 Table des matières QU EST-CE QUE L ÉCONOMIE SOCIALE?... 5 LES ORGANISMES ADMISSIBLES...

Plus en détail

SOLUTIONS DE FINANCEMENT TPE

SOLUTIONS DE FINANCEMENT TPE SOLUTIONS DE FINANCEMENT TPE GARANTIES BANCAIRES et PRET A TAUX ZERO Vous avez un projet de création, ou de reprise d entreprise, France Active vous accompagne pour financer votre projet dans de bonnes

Plus en détail

Le «quadrilogue», outil de concertation multiacteurs pour une gouvernance durable des services de base

Le «quadrilogue», outil de concertation multiacteurs pour une gouvernance durable des services de base Le «quadrilogue», outil de concertation multiacteurs pour une gouvernance durable des services de base Rencontre entre acteurs financés sur le programme thématique ANE/AL de l'ue: «Décentralisation et

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

Développer l égalité d accès à la culture Favoriser le travail en réseau Inciter les communes à s'engager dans le développement de la lecture

Développer l égalité d accès à la culture Favoriser le travail en réseau Inciter les communes à s'engager dans le développement de la lecture Par le vote en assemblée plénière du 7 novembre 2008 du Plan départemental de la lecture publique, le conseil général a choisi de mener une politique de lecture, pour prévenir l'illettrisme et lutter contre

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Appel à projets éco-citoyens saint-gillois

Appel à projets éco-citoyens saint-gillois Appel à projets éco-citoyens saint-gillois REGLEMENT ARTICLE 1- ORGANISATEUR La commune de Saint-Gilles, 39 place Van Meenen, 1060 Saint-Gilles représentée par son Collège des Bourgmestre et Echevins.

Plus en détail

BOURSE PROJET JEUNES

BOURSE PROJET JEUNES BOURSE PROJET JEUNES Dossier de candidature VILLE DE MORDELLES 29, avenue du Maréchal LECLERC B.P.8 35310 MORDELLES Tel : 02.99.85.13.85 Fax : 02 99 85 13 70 Email : mairie@ville-mordelles.fr REGLEMENT

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) AVIS DE RECRUTEMENT N 008/2013/DSAF/DRH La Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ayant son siège à Ouagadougou, Burkina

Plus en détail

Appui aux projets étudiants

Appui aux projets étudiants Appui aux projets étudiants Nom du porteur de projet :... Tél :... Mail :... Titre du projet :... Date du déroulement du projet... PARTIE RESERVEE A L ADMINISTRATION Date de dépôt du dossier :. Décision

Plus en détail

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le Fonds de cohésion sociale (FCS) Le FCS est institué le 18 janvier 2005. C est un fonds de garantie qui vise à lutter contre l exclusion

Plus en détail

SECURISATION DES LOCAUX FREQUENTES PAR LES JEUNES DES MOUVEMENTS DE JEUNESSE ANNEE 2014

SECURISATION DES LOCAUX FREQUENTES PAR LES JEUNES DES MOUVEMENTS DE JEUNESSE ANNEE 2014 Les Scouts pluralistes 1 Scouts et Guides Pluralistes de Belgique A.S.B.L Avenue de le porte de Hal, 38 39 1060 Bruxelles Tel : 02/539.23.19 Fax : 02/539.26.05 info@sgp.be www.scoutspluralistes.be SECURISATION

Plus en détail

maîtriser le ruissellement urbain Les concours financiers pour la maîtrise des eaux pluviales

maîtriser le ruissellement urbain Les concours financiers pour la maîtrise des eaux pluviales La pluie en ville maîtriser le ruissellement urbain Les concours financiers pour la maîtrise des eaux pluviales L urbanisation dense du territoire des Hauts-de-Seine a entrainé une forte imperméabilisation

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Le mécanisme de financement des usagers finaux de services énergétiques

Le mécanisme de financement des usagers finaux de services énergétiques Rural Energy Access: A Nexus Approach to Sustainable development and Poverty ERADICATION Addis Ababa, Ethiopia 4-6 December 2013 Le mécanisme de financement des usagers finaux de services énergétiques

Plus en détail

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire!

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! N OUBLIEZ PAS! L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! En entretenant régulièrement votre assainissement, vous participez

Plus en détail

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE RENOUVELLEMENT URBAIN Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE Journée du 23 janvier 2007 Sommaire 1 - Les grandes étapes 2 - Les relogements effectués au 31/12/2006 3 - Les

Plus en détail

Librairies francophones à l étranger

Librairies francophones à l étranger Centre national du livre Hôtel d Avejan - 53, rue de Verneuil - 75343 Paris Cedex 07 Tél. 00 33 (0)1 49 54 68 43 Fax 00 33 (0)1 45 49 10 21 site Internet : http://www.centrenationaldulivre.fr Librairies

Plus en détail

APPEL A PROJETS Sensibilisation du grand public à la réduction du gaspillage alimentaire

APPEL A PROJETS Sensibilisation du grand public à la réduction du gaspillage alimentaire Smictom de la Région de Saverne 10 rue des Murs, 67 700 SAVERNE Tel : 03 88 02 21 80 smictom@smictomdesaverne.fr www.smictomdesaverne.fr APPEL A PROJETS Sensibilisation du grand public à la réduction du

Plus en détail

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques.

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. Fonds de garantie Fond Oxygen : Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. - PME existantes ayant au moins 6 mois d activité et des relations avec

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT 1. MISSION ET PHILOSOPHIE D INTERVENTION DU SLCVC En vue de l amélioration de la qualité de vie de tous les Bromontois

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail