Cartographie de la demande et de l utilisation des services financiers par les populations à bas revenus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cartographie de la demande et de l utilisation des services financiers par les populations à bas revenus"

Transcription

1 Cartographie de la demande et de l utilisation des services financiers par les populations à bas revenus Présentation à l industrie Sénégal 5 Juillet 03

2 Contextes et objectifs de l étude Contexte Une offre de services financiers à destination des populations à faibles revenus encore insuffisante La connaissance insuffisante de la demande semble constituer un frein au développement de nouvelles offres Objectifs Apporter des connaissances opérationnelles sur la demande et l utilisation de services financiers par les populations à faibles revenus. Décrire les stratégies financières et l usage de services financiers, les besoins et les perceptions des services financiers existants. Considérer le secteur formel et informel, les zones rurales et urbaines Identifier des profils comportementales d utilisation des services financiers

3 Objectifs de la présentation Présenter les axes d étude et quelques résultats clés Stimuler une discussion autour des enjeux de l offre de services financiers aux populations à faibles revenus Mettre à votre disposition des clés de lecture sur la demande des populations à faibles revenus 3

4 Approche suivie Une méthodologie en trois étapes Une enquête en région Élaboration d un plan de recherche Enquête de 05 personnes 0 entretiens qualitatifs Niveau de revenu des ménages interrogés (mensuel par personne du ménage) Seuil de pauvreté > FCFA Population d intérêt <5 000 FCFA 4

5 Sujets de recherche traités dans les questionnaires Les besoins et les stratégies financières de la population L utilisation de compte dans une IF ou d un PFE/Carte prépayée Les habitudes d utilisation, la connaissance et la perception (avantages et inconvénients) des services financiers formels ou informels: retraits et versements paiements de factures transferts d argent entrants et sortants emprunts épargne assurance 5

6 Quelques résultats clés 6

7 Quelques résultats clés Besoins et stratégies financières 79% des répondants connaissent des périodes d insuffisance de revenus pour couvrir leurs dépenses de base. Pour faire face à ces périodes, ils comptent en premier lieu sur l aide de leurs proches. Détention de compte 47% des ménages enquêtés ont au moins un compte dans une IF ou un PFE. Ces comptes sont majoritairement ouverts dans des IMF. 47% des non détenteurs seraient intéressés d ouvrir un compte s ils pouvaient faire des dépôts /retraits dans une boutique à proximité. 7

8 Quelques résultats clés Utilisation et perception des moyens de paiement (hors transfert) 64% connaissent la possibilité de faire ses paiements de factures via un réseau d agents, mais seuls 7% d entre eux utilisent ce service. Le manque d information sur le fonctionnement et la complexité de ce service sont parmi les premières raisons de sa non utilisation. Utilisation et perception des moyens de transfert d argent 43% des répondants ont envoyé de l argent au cours des derniers mois. Près de 80% des émetteurs utilisent des moyens formels. Mais ils sont également plus de 50% à utiliser des moyens informels. Les moyens modernes de transfert (réseaux d agents de proximité ou PFE) sont principalement appréciés pour la rapidité du transfert. 8

9 Quelques résultats clés Épargne, emprunts et assurances 66% des répondants épargnent. 56% gardent l argent avec eux (pour assurer la disponibilité de leur argent), 4% le mettent sur un compte (pour des raisons de sécurisation) et seulement % le placent sur un PFE. Près de la moitié des répondants ont emprunté au cours de derniers mois. 60% d entre eux se sont adressés à leurs proches. 9

10 Quelques résultats clés Identification de profils aux comportements homogènes Bancarisés traditionnels actifs en terme de transfert Détenteurs d au moins un PFE Bancarisés traditionnels emprunteurs Sans comptes émetteurs de transferts Sans comptes épargnants Sans comptes peu actifs financièrement 0

11 Résultats de l étude

12 Les aspirations: Construire et développer une activité Les revenus courants et l épargne sont les principales sources de financement Futurs projets des répondants Modes de financement envisagés pour financer les futurs projets des répondants Développer mon activité Créer une activité/nouveau business Acheter une maison/terrain/construire Partir/envoyer un proche à l'étranger Acheter des équipements pour l'activité Améliorer la maison (achat équipement) Effectuer un pèlerinage Acheter un véhicule Envoyer des enfants à l'école Cérémonie (mariage,...) 6% 4% 7% 9% 3% % 4% % % 9% 7% 8% % 7% 54% 45% 47% 65% 38% Epargne Revenus courants Crédit Tontines Vente de biens Dons 6% 4% 55% 50% 37% 3% 3% 0% 9% % 7% 0% Formel Informel Formel Informel

13 La maladie est la principale menace perçue pour les finances L épargne en argent et l aide de la famille sont utilisées pour répondre à ces imprévus Principales menaces pour les finances Précautions prises pour y faire face Maladie Décès Perte de revenus (baisse d'activité/mauvaise Ne sait pas/pas de menace Mariage 5% % 6% 8% 5% 5% 59% 60% Epargne en argent (compte, tontine, à la maison) Compte sur l'aide des parents/amis) Epargne en nature (biens) Aucune précaution 7% 8% 5% 4% 3% 9% 57% 69% Vol 5% Assurances 7% Formel Informel Formel Informel 3

14 Solutions envisagées face aux périodes d insuffisance de revenus Connaissance de périodes où les revenus des répondants sont insuffisants pour subvenir à leurs dépenses de base 79% des répondants connaissent des périodes où leurs revenus sont insuffisants pour couvrir les dépenses de base. Face à cela les stratégies financières sont variées. Aide des parents/amis Réduction des dépenses du ménage Epargne en argent (compte, tontine, à la maison) Crédit 35% 40% 9% 4% 3% 35% % 5% «Quand c est difficile, on se débrouille On a moins de marchandises, alors on cherche un autre moyen de trouver de l argent Astou, couturière à Dakar» Avance sur salaire Epargne en nature (vente de biens) Autre à Préciser En retardant certains paiements (loyers, prêts ) 4% 4% 38% Informel formel 4

15 L épargne et l accès aux emprunts sont les principales motivations pour l ouverture d un compte dans une IF 47% des ménages sondés ont au moins un compte dans une institution financière (IF) ou un portefeuille électronique (PFE). 35% possèdent un compte dans une IMF % dans une banque 6% un PFE Raisons d ouverture de compte dans une IF Pour épargner Pour avoir un prêt Pour mes dépenses quotidiennes (ménage/affaires) 3% 36% 0% 47% 7% 68% 74% Le fait d avoir un compte (et même le fait d épargner) est largement associé à l accès au crédit pour les comptes en IMF: Pour avoir un crédit, il faut avoir épargné. Pour recevoir mon salaire Pour recevoir de l'argent (hors salaire) 6% % 56% Aida, Dakar Informel urbain Informel rural Formel 5

16 Raisons de non détention de compte dans une IF Raisons de non-ouverture d un compte dans une institution financière «Je ne veux pas ouvrir de compte, car le crédit me fait peur Aissatou, Dakar. 47% des non détenteurs déclarent qu ils seraient intéressés à ouvrir un compte dans une IF s ils pouvaient déposer et retirer de l argent dans une boutique à proximité. 3% le seraient «peut-être».» Raisons religieuses C'est trop compliqué (paperasse/tracasseries Je n'ai pas confiance/j'ai peur pour mon argent (notoriété/sécurité) Trop d'attente au guichet Je n'ai pas les moyens (revenus insuffisants/irréguliers) Trop loin de chez moi Connais pas/je sais pas comment ça marche/pas suffisamment Ce n'est pas pour moi/pas fait pour moi (catégorie sociale) Je ne peux avoir accès aux prêts avec eux % % % 9% 8% 6% % 5% 4% 9% 4% 6% % 9% 6% 0% 7% 8% 6% 6% 0% 8% 49% 58% Informel urbain Informel rural Formel 6

17 Avantages des différents modes de retraits Les retraits et versements en espèces au guichet ou en boutique restent majoritaires 9% des répondants réalisent leurs retraits et versements au guichet en espèces 0% des répondants utilisent les distributeurs automatiques Avantages perçus selon les modes de retrait Simple à utiliser Sécurité, sûr Donne reçu/preuve opération J'ai confiance Rapide, fiable % 8% % 5% Information accessible 9% 5% Le premier inconvénient cité est le Horaires d'ouverture % temps d attente (queue) pour les (week-end) 7% opérations au guichet, et le non % fonctionnement pour les DAB. Rapide/pas de queue 30% 5% 44% 30% % 37% 40% Au guichet en espèce Au distributeur automatique 7

18 La quasi-totalité des paiements de biens et services sont réalisés en espèces au destinataire (main à main ou via intermédiaire) 64% des répondants connaissent l existence du service de paiement de facture (eau, électricité) en espèces chez un agent, Ils ne sont que 7% à l utiliser Parmi les détenteurs de PFE, ils sont 3% et % à payer leurs factures respectivement pour l eau et pour l électricité via le PFE (parmi ceux qui doivent payer cette facture). Raisons de non-utilisation des moyens de paiements modernes (PFE, réseaux d agents de proximité) Je préfère le moyen utilisé actuellement Manque d'informations Trop compliqué à utiliser Ne sais pas Les frais sont trop chers Pas confiance/pas fiable J'envisage peut-être/prochainement d'utiliser le Pas les moyens pour ce service Loin/pas d'agence-point de vente proche % 5% % % 0% % 7% 5% 9% % % 7% 8% % 0% 3% 35% 39% Paiement via PFE sans se déplacer Paiement en espèce chez un agent/point de service 8

19 Les transferts d argent sont très majoritairement effectués via des moyens formels Proportion de répondants qui ont envoyé de l argent ces derniers mois selon leur type d occupation Formel «Mes parents sont séparés et je vis avec ma tante: j ai trois familles à soutenir, je n ai pas à joindre les deux bouts, mais les trois bouts! 5% 35% 6% Informel 8% 59% 39% Dès le début du mois je verse sur mon compte pour réunir les 5kFcfa que je dois envoyer à mon père à Kaolack le 5 de chaque mois: je fais tout pour avoir cette somme, si je ne l ai pas, je suis obligée d emprunter à mes amis pour cela. Aida, 3 ans, Dakar.» n'a pas envoyé d'argent a envoyé une fois de l'argent a envoyé plusieurs fois de l'argent 78% des émetteurs utilisent des moyens formels 54% utilisent des moyens informels 3% utilisent les deux types de moyens 9

20 Les moyens formels modernes sont appréciés pour leur rapidité Avantages des moyens informels d'envoi d'argent Avantages des moyens formels d'envoi d'argent Ce service pas cher Confiance Pas besoin de me déplacer % 33% 30% 7% 9% 35% Ce service est rapide Confiance/Sûr/Sécurisé Simple à utiliser Pas besoin de me déplacer 54% 30% 49% 37% 40% 43% 7% Simple à utiliser Bien informé quand l'argent est arrivé Service gratuit 7% 7% 6% 7% 0% Argent confié à d'autres personnes (chauffeur, commerçant, ) 37% Argent confié à des parents ou des amis qui voyagent Proximité/Pas loin Ce service n'est pas cher Je suis informé quand l'argent est arrivé J'ai une preuve de l'opération Ce service est discret PFE sans se déplacer 7% % 3% 7% 6% 9% % 6% 4% Envoi d argent avec dépôt en espèce chez un agent / point de service 0

21 Les moyens informels payants demandent fréquemment des frais inférieurs ou égaux à 5% du montant transféré Montants envoyés via les moyens informels Prix des transferts informels, lorsque payants, en % des montants transférés 4% 0% Plus de 0% % 0% 7% 9% Entre 5% et 0% 7% 8% 9% 5% % Moins de 5% 4% Moins de Entre et Entre et Entre et Entre et Plus de

22 La famille est l émetteur d argent le plus courant L argent reçu sert majoritairement aux dépenses quotidiennes 66% des ménages enquêtés ont reçu de l'argent au cours des derniers mois. Parmi les répondants ayant reçu de l argent, 67% reçoivent de l argent de leurs parents (famille). Parmi les receveurs de transferts nationaux, 8% ont reçu le transfert uniquement via des moyens formels. Les principales raisons pour lesquelles les receveurs préfèreraient recevoir de l argent via un agent/point de service sont la rapidité d obtention de l argent, la fiabilité/sécurité et la facilité de retrait de l argent. Mode de réception idéalement privilégié par les receveurs d argent s ils pouvaient choisir 0% 7% 3% 8% 39% 3% Au bureau de Postes Aucun, je suis satisfait avec le moyen utilisé Chez un agent/point de service Dans une agence Money gram/western Union Pas de préférence

23 Les emprunteurs s adressent majoritairement à la famille ou à des proches Ces emprunts concernent plus souvent les dépenses courantes et les dépenses de santé. Difficultés rencontrées lorsque le prêteur est une IF Près de la moitié des répondants ont emprunté au cours des douze derniers mois (49%). 30% ont emprunté plusieurs fois. Parmi les emprunteurs, ils se sont adressés: - à la famille ou à des proches (60%) - à une IMF (6%) - à la tontine (%) Pas de difficulté Processus trop administratif/trop de paperasse Garanties demandées (aval/biens, terrain, etc.) Montant à rembourser trop élevé Temps de carence (il faut attendre avant de pouvoir Prix élevé (taux, %/frais) Trop long (durée du prêt) Montant trop petit - à la banque (0%). 6% 8% % 5% 0% 8% 6% 8% 3% 7% % 54% 57% Emprunts auprès d'une IMF Emprunts auprès d'une banque 3

24 Les répondants favorisent les modes d épargne laissant l argent disponible La majorité des répondants gardent leur épargne avec eux ou la confient à un proche «66% des répondants épargnent de façon régulière ou irrégulière. - 56% gardent l argent à la maison ou le confient à un proche - 4% le mettent sur un compte IF - 5% dans la tontine Pour épargner, je mets dans la tontine: c est plus facile de déposer chaque jour un peu Gathy Seuls 3% des répondants ont déjà entendu parler du PFE comme moyen d'épargne.» Avantages des moyens d épargne L'argent disponible Proximité Gratuit Sécurité Pas de choix ou connaissance d'autres Taux d'intérêt L'argent ne peut pas être facilement dépensé 3% 39% 40% 7% 4% 6% 6% 9% 3% 4% 38% 8% 34% 35% 5% 3% 30% 65% 58% 64% Bijoux, animaux, marchandise Tontine Compte Gardé avec moi / confié à parents / amis 4

25 Profils identifiés 5

26 Identification de comportements Découpage de la population selon la détention d un compte Découpage de la population selon la détention de compte 30% % 3% 64% Un premier découpage «orienté» de la population, selon la détention d un compte auprès d une institution financière (IF) ou de la détention d un portemonnaie électronique (carte ou PFE mobile) a permis de séparer la population en 4 groupes. De ce découpage ressort 3 profils: Sans comptes S5.: Bancarisés traditionnels S6.: Détenteurs de PFE S6.: Bancarisés modernes Les détenteurs d au moins un PFE (5%) en regroupant les détenteurs de PFE et les bancarisés modernes qui détiennent notamment un PFE Les détenteurs d un compte traditionnel (30%) Les sans comptes (64%) 6

27 Identification de comportements Segmentation statistique Points clés Découpage statistique des populations sans compte et bancarisées traditionnelles 8% 5% 36% L analyse statistique des sans comptes a permit d identifier 3 groupes aux comportements homogènes (épargne, emprunt, envoi et réception d argent): % 3% 6% S: Sans comptes peu actifs financièrement S: Sans comptes épargnants S3: Sans comptes émetteurs de transferts S4: Bancarisés traditionnels actifs en terme de transfert S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs S6: Détenteurs d'au moins un PFE Les sans comptes peu actifs financièrement Les sans comptes épargnants Les sans comptes émetteurs de transferts L analyse statistique des bancarisés traditionnels a permit d isoler groupes de population aux comportements homogènes:. Les bancarisés traditionnels réalisant des transferts Les bancarisés traditionnels emprunteurs 7

28 Présentation des profils aux stratégies financières différenciées Points clés Possède au moins un PFE 0,9 Millions d individus (3,% de la population) 6,5 Mds FCFA de revenu Mensuel (,% du PIB annuel) Emprunts Épargne Émission Reception Possède un compte auprès d une IF,9 Millions d individus (,% de la population) 3,5 Mds FCFA de revenu mensuel (5,8% du PIB annuel) Bancarisés traditionnels actifs en terme de transfert Détenteurs d au moins un PFE Bancarisés traditionnels emprunteurs Possède un compte auprès d une IF 0,78 Millions d individus (8,5 % de la population) 4,4 Mds FCFA de revenu mensuel (,6 % du PIB annuel) Emprunts Épargne Émission Reception Sans comptes émetteurs de transferts Sans comptes épargnants Sans comptes peu actifs financièrement Emprunts Épargne Émission Reception,49 Millions d individus (6,4% de la population) 6,9 Mds FCFA de revenu mensuel(4,8% du PIB annuel) Emprunts Épargne Émission Reception,7 Millions d individus (4,0% de la population), Mds FCFA de revenu mensuel(3,8% du PIB annuel) Emprunts Épargne Émission Reception 3,33 Millions d individus (36,7% de la population) 49, Mds FCFA de revenu mensuel(8,7% du PIB annuel) Emprunts Épargne Émission Reception Les populations à faibles revenus étudiées représentent 67% de la population du Sénégal et 7% du PIB national 0% 5% 50% 75% 00%

29 Portrait des profils émergents Madjiguene, fabrique des bijoux en perles Gathy, 40 ans, vendeuse de sandwichs et viande grillée Bancarisés traditionnels actifs en terme de transfert Détenteurs d au moins un PFE Bancarisés traditionnels emprunteurs Papa, 30 ans, menuisier bois Sans comptes émetteurs de transferts Sans comptes épargnants Sans comptes peu actifs financièrement Pape, 45 ans, menuisier métallique Assane, 7 ans, pêcheur Babacar, agriculteur 9

30 Détenteurs d au moins un PFE Madjiguene, fabrique des bijoux en perles, épargne sur un porte-monnaie électronique " Il y avait une promotion, c'était gratuit donc j'ai souscrit" Ménage et activité Services utilisés Stratégies et perception Avec son frère elle assure les revenus d'un ménage de 8 personnes. Elle vend des bijoux en perles, et gère occasionnellement la boutique d'un ami. Services informels: - tontine (épargne et crédit) Services formels: - Épargne sur PFE - Réception de transferts via WU et wari Madjiguene a ouvert un porte-monnaie électronique Yobantel, sensibilisée par un agent alors qu'elle allait retirer l'argent reçu d'un transfert: c'était gratuit, donc elle a souscrit. Elle utilise son PFE pour épargner de petites sommes: "c'est très pratique, je peux retirer à tout moment" Elle n'a en revanche jamais pensé à ouvrir un compte dans une IMF ou une banque: "je ne suis pas intéressée par les banques, le crédit me fait peur". Elle utilise également la tontine, pour épargner mais aussi prendre du crédit lorsqu'elle en a besoin: c'est gratuit, et plus souple. 30

31 Bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts Gathy, 40 ans, vendeuse de sandwichs et viande grillée " J'épargne pour l'avenir de mes enfants" Ménage et activité Services utilisés Stratégies et perception Avec son frère elle partage la charge d'un ménage de 3 personnes. Depuis une dizaine d'années elle vend des sandwichs et de la viande grillée dans la rue. Services informels: - Epargne à la tontine Services formels: - Epargne sur compte - Transferts avec Wari Gathy a un compte chez PAMECAS pour épargner et surtout avoir l'opportunité un jour de prendre un crédit. Elle n'a cependant jamais demandé de crédit par peur de ne pouvoir rembourser. Malgré ses faibles revenus, elle s'efforce d'épargner pour assurer l'avenir de ses enfants. Elle a tendance à préférer la tontine car pour déposer régulièrement de petites sommes c'est plus adapté. Elle serait intéressée par un service d'épargne à proximité (et serait prête à payer pour déposer près de son lieu d'activité). Elle envoie de temps en temps, avec Wari uniquement pour des raisons de proximité.elle reçoit régulièrement de l argent de ses frères 3

32 Bancarisés traditionnels emprunteurs Papa, 30 ans, menuisier bois " PAMECAS c'est bon pour nous les ouvriers» Ménage et activité Services utilisés Stratégies et perception Avec ses deux frères ils assurent les revenus d'un ménage de près de 0 personnes. Il est menuisier depuis une dizaine d'années Services formels: - Épargne sur compte - Crédit - Transferts avec Wari Il a un compte chez PAMECAS pour épargner et prendre un crédit. Il verse dès qu'il a un surplus, environ tous les ou 3 mois. Son épargne lui permet de faire face aux périodes difficiles et de financer des projets personnels (construction, etc.). Il a une grande confiance dans les services de son IMF et ne cherche pas à aller voir ailleurs. Il a pris plusieurs crédits pour son activité, qui lui ont permis d'augmenter son stock et son bénéfice, et en est très satisfait. Il envoie régulièrement de l'argent à son oncle au village: il choisi Wari depuis peu: plus facile, pas de queue. 3

33 Sans comptes émetteurs de transferts Pape, 45 ans, menuisier métallique "J'ai besoin de disposer de mon argent à tout moment" Ménage et activité Services utilisés Stratégies et perception Menuisier métallique depuis plus de 5 ans, il a peu a peu investi en équipements et stocks pour augmenter son activité. Son activité est l'unique source de revenus du ménage. Il doit également aider ses sœurs au village en leur envoyant de l'argent régulièrement. Services informels: - Crédit auprès de ses fournisseurs Services formels: - Transferts par Wari - Utilisation du compte bancaire de son frère lorsqu'il doit recevoir des paiements par chèque Il cherche avant tout à développer son activité pour assurer ses revenus. Toute son épargne est dans son activité, et lorsque les temps sont durs, il la diversifie, en vendant par exemple de petits objets métalliques dans la rue et réduit ses dépenses. Il est bien renseigné sur les comptes bancaires, mais trouve que les frais sont trop cher. Son argent tourne, il a besoin d'en disposer à tout moment et souhaite donc éviter les transactions payantes ou chères. Il emprunte parfois auprès de ses fournisseurs: c'est gratuit, et il ne souhaite pas s'endetter plus. Etant à la fois émetteur de transferts (vers sa famille) et receveur (de ses clients), il est bien informé sur les services, et opte pour l'informel lorsqu'il n'y a pas d'urgence, car c'est gratuit. 33

34 Sans comptes épargnants Assane, 7 ans, pêcheur "Mes amis m'ont parlé de PAMECAS, mais vous savez moi je n'ai pas fait d'études... " Ménage et activité Services utilisés Stratégies et perception Assane supporte avec son frère les charges de sa famille de 5 personnes. Pêcheur, il est propriétaire de son bateau. L'entretien du bateau est le principal poste de charges de l'activité. Services informels: - Crédit auprès de ses amis Services formels: - Transferts par Wari depuis quelques semaines. Assane épargne très régulièrement pour faire face aux imprévus et pour supporter les frais d'entretien et de réparation de son bateau. Il connait les IMF, ses amis lui en parlent. Il en a une bonne image (accessibilité, possibilité de crédit), et envisage d'ouvrir un compte, mais n'a pas encore osé faire la démarche, car il n'a pas fait d'études. Il lui arrive de temps en temps d'emprunter à ses amis pour les réparations de son bateau (env. 00KFCFA). Il aimerait à terme pouvoir emprunter pour acheter un deuxième bateau. 34

35 Sans comptes peu actifs financièrement Babacar, agriculteur "J'ai construit la maison pour mes enfants" Ménage et activité Services utilisés Stratégies et perception Babacar est chef d'une famille de personne. Agriculteur, il produit de quoi nourrir sa famille. Ses deux fils travaillent pour compléter les revenus monétaires de la famille Aucun Babacar a peu d'argent pour épargner. Toute sa vie, dès que ses revenus le lui permettaient il a investi dans la construction de sa maison: c'est ce qu'il laisse à ses enfants. Il ne garde jamais plus de 5 à 0 KFcfa avec lui: dès qu'il a un peu d'argent il l'utilise pour des dépenses utiles: "nous ne voulons pas gaspiller". S'il avait les moyens il ouvrirait un compte, mais pour le moment, tous ces services ne sont pas pour lui.

36 Caractéristiques des profils émergents Détenteurs d au moins un PFE Bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts Bancarisés traditionnels emprunteurs Sans comptes émetteurs de transferts Sans comptes épargnants Sans comptes peu actifs financièrement Revenus. Occupation formel formel formel neutre informel informel Éducation Milieu urbain urbain urbain neutre neutre rural Zone géographique Âge Dak. Kao. Dak. Kao. St. Lou. Dak. Zig. St. Lou. Dak. Kao. Tam. Zig. Dak. Tam. Tou. St. Lou. Dak. Kao. Tou. St. Lou.. Taille du ménage. Genre homme homme homme homme femme femme. Tendance la plus haute parmi les segments (hauts revenus, haute éducation, âge avancé, grands ménages..) Tendance dans la moyenne de la population enquêtée Tendance la plus basse parmi les segments (bas revenus, faible éducation, jeune, petits ménages ) 36

37 Besoins et stratégies financières suivies Détenteurs d au moins un PFE Bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts Bancarisés traditionnels emprunteurs Sans comptes émetteurs de transferts Sans comptes épargnants Sans comptes peu actifs financièrement Projets Créer activité Dévlp. activité Acheter maison Dévlp. Activité Acheter maison Créer activité Dévlp. activité Acheter maison Acheter maison Dévlp. Activité Créer activité Dévlp. activité Créer activité Créer activité Dévlp. activité Financement Épargne Revenus Crédit Épargne Revenus Épargne Crédit Revenus Revenus Épargne Revenus Épargne Tontines Revenus Épargne Dons Menaces Maladies Maladies Maladies Maladies Maladies Maladies Précautions Épargne Épargne Famille Épargne Épargne Famille Épargne Famille Épargne Famille Insuffisances 73% 78% 80% 83% 69% 8% Stratégies Épargne Argent Famille Réduct. dépenses Épargne Argent Famille Réduct. dépenses Épargne Argent Crédit Réduct. dépenses Famille Épargne Argent Famille Réduct. dépenses Épargne Argent Famille Réduct. dépenses Épargne Argent 37

38 Advancing financial inclusion to improve the lives of the poor 38

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ---------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE DE SATISFACTION

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Rapport d étude 7 novembre 2005 Contacts TNS SOFRES : Florence de MARIEN 01.40.92.45.59 Benjamine DUROUCHOUX 01.40.92.45.14 BDX R_42GV07_01 Département

Plus en détail

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique dossier de presse 24 novembre 2011 Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique Conférence de presse «Orange Money» - 24 novembre 2011-1 Partie 1 L Afrique, un enjeu

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Services Financiers Mobiles et Inclusion Financière en Tunisie. Partie I. Etude de marché

Services Financiers Mobiles et Inclusion Financière en Tunisie. Partie I. Etude de marché Services Financiers Mobiles et Inclusion Financière en Tunisie Partie I Etude de marché Rapport de la mission Amarante Novembre 2014/Mars 2015 Glossaire 2 Résumé Exécutif 3 A. Introduction et méthodologie

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

3. Enquête Particuliers

3. Enquête Particuliers 3. Enquête Particuliers 3.1 Synthèse Enquête Particuliers Rappel méthodologique Mode de recueil : échange téléphonique d une vingtaine de minutes Échantillon de 1 000 particuliers Principaux thèmes abordés

Plus en détail

Questionnaire pour les mutualistes

Questionnaire pour les mutualistes Questionnaire pour les mutualistes Nom Groupement Les modalités de réponses devront être lues uniquement lorsqu'il est indiqué la mention "lire" Présentation "Nous aimerions connaître votre niveau de satisfaction

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

ETUDE DE MARCHE SUR LES SERVICES FINANCIERS EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

ETUDE DE MARCHE SUR LES SERVICES FINANCIERS EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ETUDE DE MARCHE SUR LES SERVICES FINANCIERS EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO GUIDE DU FOCUS GROUP AVEC LES DECIDEURS DE MENAGE UTILISATEURS POTENTIELS DE MOBILE MONEY SECTION A: Accueil et présentation

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale.

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. District Sanitaire de : Boboye Commune de : Falmey Département de : Falmey (nouveau département, se

Plus en détail

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 TARIF Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

«Diagnostic sur la protection des consommateurs des services de microfinance au Sénégal : Enquête auprès des clients»

«Diagnostic sur la protection des consommateurs des services de microfinance au Sénégal : Enquête auprès des clients» «Diagnostic sur la protection des consommateurs des services de microfinance au Sénégal : Enquête auprès des clients» Rapport final Octobre 2011 Elizabeth Holmes Jules Ndambu Frankfurt School of Finance

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers

Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers range Sénégal urent Marie Kiba S manager ONTEXTE Le taux d urbanisation est de 41%, soit 59% de ruraux ; cependant Dakar occupe 0,3%

Plus en détail

Gérer son budget, les bons réflexes

Gérer son budget, les bons réflexes GUIDE PRATIQUE Gérer son budget, les bons réflexes PRÉVOIR VOTRE BUDGET MAÎTRISER VOTRE BUDGET GÉRER VOTRE ARGENT ET VOS PROJETS ON A TOUS BESOIN DE CONSEILS POUR SON BUDGET L argent participe au bonheur

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES

DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES NOTE TECHNIQUE AU DOCUMENT BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE : COMMENT LES CAISSES D ÉPARGNE EN AFRIQUE, ASIE ET AMÉRIQUE LATINE PEUVENT FOURNIR DES SERVICES ADAPTÉS

Plus en détail

La trousse financière pour les nouveaux arrivants. Feuilles de travail

La trousse financière pour les nouveaux arrivants. Feuilles de travail La trousse financière pour les nouveaux arrivants Investissements Feuilles de travail Ottawa Community Loan Fund Fonds d emprunt Communautaire d Ottawa 22 O Meara St., Causeway Work Centre, Ottawa, ON

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

DÉPARTEMENT CARTES PRÉPAYÉES FORMATION-RECRUTEMENT. HOBUX Consulting SARL

DÉPARTEMENT CARTES PRÉPAYÉES FORMATION-RECRUTEMENT. HOBUX Consulting SARL HOBUX Consulting SARL INFORMATIQUE-MONÉTIQUE Audit-Conseil-Assistance-Sécurité-Intégration Ingénierie logicielle-formation-recrutement DÉPARTEMENT FORMATION-RECRUTEMENT CARTES PRÉPAYÉES Version 1,0 - Novembre

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Disposer d'une réserve d'épargne

Disposer d'une réserve d'épargne ent mvotre imprimeur agit pour l'environne Lisez attentivement cette note d information. Elle précise les dispositions essentielles de votre Livret Vie. Mutavie Direct, le service en ligne 24h/24-7j/7

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive La perception des salariés sur l épargne salariale Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne 11 Objectifs et Méthodologie Objectifs : Analyse du profil sociodémographique des clients des banques en ligne Historique et détention de produits financiers dans des

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

Observatoire BAO de l'assurance Emprunteur

Observatoire BAO de l'assurance Emprunteur Observatoire BAO de l'assurance Emprunteur Edition Janvier 2010 SOMMAIRE SYNTHESE DE L'ETUDE 1- CARACTERISTIQUES DES EMPRUNTEURS DE MOINS DE 40 ANS ET COMPORTEMENT EN MATIERE DE RECHERCHE DE CREDIT IMMOBILIER

Plus en détail

Garder et faire garder son enfant

Garder et faire garder son enfant Garder et faire garder son enfant Nathalie Blanpain* L arrivée d un enfant au sein d un foyer est pour ses parents un événement majeur générateur de changements en termes de rythme de vie et d organisation,

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Genworth Financial Canada Résultats des indices de l état financier

Genworth Financial Canada Résultats des indices de l état financier Genworth Financial Canada Résultats des indices de l état financier UNE PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA RECHERCHE QUANTITATIVE Juillet 2010 Contexte et méthodologiem Méthodologie Un total de 2 001 entrevues

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Payer sans chéquier : c est possible!

Payer sans chéquier : c est possible! Payer sans chéquier : c est possible! C NUM é. 5.03. p e e a e e, a Wa e au Payer sans chéquier : c est possible! Suite à un rejet de chèque sans provision ou parce que votre compte bancaire est à découvert,

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

La banque au quotidien. En savoir plus sur les tarifs, produits et services bancaires

La banque au quotidien. En savoir plus sur les tarifs, produits et services bancaires La banque au quotidien En savoir plus sur les tarifs, produits et services bancaires Le présent guide est exclusivement diffusé à des fins d information du public. La reproduction totale ou partielle des

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Les jeunes et l'argent Vague 2

Les jeunes et l'argent Vague 2 Les jeunes et l'argent Vague 2 Etude publiée pour Axa Banque Mars 2015 Sommaire 1 4 L argent, un univers d évocation ambivalent pour les jeunes 7 Des jeunes qui affichent un certain optimisme pour l avenir

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

VOTRE BILAN. VOTRE ACTIF Vous Votre conjoint VOTRE PASSIF. Liquidités Comptes-chèques Comptes d'épargne Obligations d'épargne Autres Sous-total:

VOTRE BILAN. VOTRE ACTIF Vous Votre conjoint VOTRE PASSIF. Liquidités Comptes-chèques Comptes d'épargne Obligations d'épargne Autres Sous-total: VOTRE BILAN VOTRE ACTIF Vous Votre conjoint Liquidités Comptes-chèques Comptes d'épargne Obligations d'épargne REÉR et Régimes de retraite Placements garantis Fonds d'investissements Fonds de travailleurs

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005 FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE HORS SÉRIE GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes décembre 2005 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comme elles s y étaient engagées devant le Comité Consultatif du Secteur Financier,

Plus en détail

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel +212 522 739 089/ +212 522 739 124 Fax +212

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Rapport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier Département Évaluation des politiques

Plus en détail

Préparation de ma demande, A conserver

Préparation de ma demande, A conserver SPF SECURITE SOCIALE Direction générale Personnes handicapées 1711 Préparation de ma demande, A conserver Déclaration en vue de l'obtention d'une allocation d'aide aux personnes âgées (APA) Cette déclaration

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Cartes prépayées. Renseignez-vous sur les cartes de paiement prépayées de marque MasterCard et Visa.

Cartes prépayées. Renseignez-vous sur les cartes de paiement prépayées de marque MasterCard et Visa. Renseignez-vous sur les cartes de paiement prépayées de marque MasterCard et Visa. Ce ne sont pas des cartes de crédit. Avant de les utiliser, il faut y verser de l argent. Certaines entraînent des frais.

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

Étude exploratoire sur la souscription de contrats d'assurance-vie au profit d'associations ou fondations

Étude exploratoire sur la souscription de contrats d'assurance-vie au profit d'associations ou fondations Etude réalisée avec le soutien du Étude exploratoire sur la souscription de contrats d'assurance-vie au profit d'associations ou fondations - Mars 2009 Sommaire 1. Présentation de l'étude 2. Résultats

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES Janvier 2011 CCSF/CFONB A/ Opérations au crédit du compte 1 Versement d'espèces Le compte est crédité du montant d'un versement d'espèces.

Plus en détail

Comment faire plus d'argent cet été!

Comment faire plus d'argent cet été! Comment faire plus d'argent cet été! Je vais prendre ça vraiment cool cet été. Le 23 juin, je me retire à la campagne. Je vais prendre de longues vacances. Des vacances au cours desquelles je ferai du

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi ce document? La Poste souhaite apporter des solutions aux besoins de chaque client.

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 1- INTRODUCTION 2- MA RESPONSABILITÉ 3- TRANSACTIONS DIVERSES 4- GEL DE FOND 5- ACHAT - PAIEMENT DIRECT

TABLE DES MATIÈRES 1- INTRODUCTION 2- MA RESPONSABILITÉ 3- TRANSACTIONS DIVERSES 4- GEL DE FOND 5- ACHAT - PAIEMENT DIRECT TABLE DES MATIÈRES 1- INTRODUCTION 2- MA RESPONSABILITÉ 3- TRANSACTIONS DIVERSES 4- GEL DE FOND 5- ACHAT - PAIEMENT DIRECT 6- DÉPÔT DIRECT - RETRAIT DIRECT 7- RÉSEAU: INTERAC PLUS VISA 8- FRAIS 9- CENTRE

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Patrimoines La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Il y a deux ans, David emménage dans une autre ville. Il meuble sa nouvelle maison et règle plusieurs

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION CARTE BANCAIRE JONI JONI

NOTE DE PRESENTATION CARTE BANCAIRE JONI JONI NOTE DE PRESENTATION CARTE BANCAIRE JONI JONI DESCRIPTION DU PROJET Dans le cadre du développement des services de la plateforme JONI JONI, nous avons noué un partenariat avec UBA Sénégal en vue de vulgariser

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

La culture financière des Français

La culture financière des Français C entr e de Recher c h e po u r l E t u d e et l Obser va t i o n des Co n d it io n s de V ie Département Conditions de vie et aspirations La culture financière des Français Etude réalisée à la demande

Plus en détail

Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires»

Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires» Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 1.1 Population déclarante...3 1.2 Périodicité et délai de communication...3 2 Renseignement des opérations...4

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Envoyer. de l argent à l étranger. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Envoyer. de l argent à l étranger. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent LES MINI-GUIDES BANCAIRES Envoyer www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent de l argent à l étranger LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Avril 2007

Plus en détail

Insurance of agricultural Risks. Jeudi 30 Janvier 2014

Insurance of agricultural Risks. Jeudi 30 Janvier 2014 Insurance of agricultural Risks Jeudi 30 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Brève introduction d Al Amana Microfinance et de son historique dans le rural 2. Mécanisme d Assurance interne et comportement 3. Analyse

Plus en détail

LA BANQUE DE MEMBRES JAK

LA BANQUE DE MEMBRES JAK LA BANQUE DE MEMBRES JAK UN SYSTEME DE PRETS ET D EPARGNE SANS TAUX D INTÉRÊT JAK pratique depuis 1970 un système de prêts et d épargne sans taux d intérêt. La licence bancaire a été obtenue en 1997. Formellement

Plus en détail

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement.

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. bjectif général de la séance :..... I. La gestion mensuelle du budget : Activité 1 : bjectif : être capable d adapter son budget à une

Plus en détail

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI mai 2015 TABLE DES MATIÈRES Ouvrir un CELI Cotiser à un CELI Investir dans un CELI et le gérer Règles régissant le décès, la séparation et l émigration Considérations en matière d emprunts Résumé RÉPONSES

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous l'explication des différents termes utilisés dans le modèle de budget mensuel (voir l'annexe E-33).

Vous trouverez ci-dessous l'explication des différents termes utilisés dans le modèle de budget mensuel (voir l'annexe E-33). Vous trouverez ci-dessous l'explication des différents termes utilisés dans le modèle de budget mensuel (voir l'annexe E-33). Annexe E-1 Revenu mensuel moyen La section n o 1 vous permet de calculer votre

Plus en détail