Eléments d application en milieu sidérurgique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eléments d application en milieu sidérurgique"

Transcription

1 LE UNIFIED PROCESS COMME METHODOLOGIE DE GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Eléments d application en milieu sidérurgique Yves Wautelet, Laurent Louvigny, Manuel Kolp IAG- ISYS (Unité de Systèmes d Information), Université Catholique de Louvain, Place des Doyens,438 Louvain-la-Neuve, Belgique Contact : Résumé : Ce document présente une mise en perspective de la modélisation informatique orienté-objet de la cokerie de l entreprise sidérurgique Carsid au cours de laquelle différents travaux d analyse. Pour ce faire, la méthodologie informatique UP ou Unified Process (en français processus unifié) combinée au langage de modélisation UML ont été utilisés. Le UP définit un ensemble d activités et de phases de développement (ces dernières sont composées d itérations) pour le traitement efficace d un projet informatique. Ce processus formalise un ensemble de concepts pertinents pour la gestion de projet comme les membres, les activités, les artéfacts et l enchaînement d activités. Les différentes phases d un développement UML peuvent être représentées au moyen d une série de diagrammes permettant de comprendre de manière visuelle les concepts définis. Tous les modèles s enchaînent en passant de l analyse à la conception, gagnant en complexité, dans un langage commun et unique, s affinant au fur et à mesure pour arriver à l élaboration finale du modèle. Les diagrammes permettront de comprendre sous différents angles la globalité du cas étudié en présentant une vue statique et dynamique de celui-ci. Chaque diagramme exprimera une partie de la structure totale, tout en étant un aspect particulier du modèle. Un modèle UML est toutefois toujours axé sur un ensemble d hypothèses faites par l équipe de travail et ne constitue donc qu une vue particulière parmi d autres possibles. L équipe de travail doit, dés lors, être consciente que la vue adoptée est réductrice et qu elle ne correspond pas toujours aux réalités et aux besoins du futur système informatique. Le UP fournit, à ce niveau, une méthodologie qui permet de prendre en compte plusieurs aspects différents et pertinents pour la construction de modèles au cours d itérations successives. INTRODUCTION Les entreprises sidérurgiques belges, autrefois florissantes, n ont cessé leur déclin depuis les années 60. Les villes de Liège, Charleroi et La Louvière disposant autrefois de mines de charbon à proximité ainsi que de voies navigables et où l on pouvait acheminer pour un coût acceptable le minerai de fer extrait en Lorraine furent des sites de choix pour les usines sidérurgiques. Toutefois, les charbonnages ont petit à petit fermé leurs portes et le seul avantage compétitif dont pouvait disposer les sites wallons était le savoir-faire de leurs métallurgistes acquis au cours des décennies. Loin d être négligeable, cet avantage peut toutefois difficilement compenser le fait de devoir importer le minerai de fer de sites lointains comme le Brésil, l Afrique du Sud ou la Mauritanie. Pour rester compétitif dans un tel contexte, les entreprises sidérurgiques wallonnes n ont d autre choix que de tenter d augmenter la productivité de leurs installations. Carsid (Carolo-Sidérurgie) est une joint venture récente issue du mouvement de concentration. Elle a été crée par les sociétés Duferco et Usinor Belgium S.A. (composition du capital de 60/40). Duferco est une entreprise italienne qui est notamment active en Belgique (à la Louvière et à Clabecq). Usinor fait partie du géant mondial de l acier Arcelor, en partenariat avec le luxembourgeois Arbed et l espagnol Acelaria. Duferco possède une part majoritaire dans la société Carsid.

2 Le projet sur la cokerie de Carsid, qui a vu le jour grâce à la collaboration entre l entreprise Carsid et l Unité de Systèmes d Information (ISYS) de l Université catholique de Louvain vise à réformer les systèmes d information actuels de l entreprise pour une meilleure exploitation des bases de données qu elle possède. Les systèmes informatiques actuels sont de différentes conceptions et d âges et ont été déployés au fur et à mesure du développement de l informatique industrielle, la réforme de ceux-ci à pour but de rendre l entreprise plus compétitive au niveau international. En effet, la complexité du processus de production et le nombre de machines capables de livrer des informations génèrent une abondance de données qui doivent être collectées et formatées de manière adéquate. Elles pourront ensuite s avérer prépondérantes dans la prise de décision aussi bien au niveau de la production qu au niveau du management. Le présent document présente une mise en perspective par la méthodologie Unified Process (UP) des différents travaux de modélisation orientéobjet réalisés dans le cadre du projet Carsid. Ces différents travaux partagent un langage commun, UML et on été effectués successivement mais sur base d hypothèses différentes. L exposé de ces différents travaux selon la méthodologie et le formalisme du UP permet de mieux comprendre ces hypothèses et pourquoi il convient de modéliser sur base de celles-ci. Le travail qui suit présente, dans sa première partie, les concepts théoriques de la gestion de projet. Tout d abord les meilleures pratiques d élaboration de logiciel sont exposées. Ensuite, la méthodologie UP qui exploite ces pratiques est étudiée. Pour ce faire, son architecture bidimensionnelle est présentée sous forme de schéma synthétique. Les activités et les phases (ces dernières sont composées des itérations) qui constituent ces deux axes sont également explicitées. Dans sa seconde partie, ce travail expose l application de la méthodologie UP à la cokerie de Carsid. Tout d abord les concepts théoriques du UP sont appliqués à la présente étude de cas, ensuite les différentes activités d une part et phases et itérations d autre part menées jusqu'à présent sont expliquées et comparées. 2 ELEMENTS DE GESTION DE PROJET La croissance en nombre, en taille et en complexité des logiciels, combinée à la nécessité d obtenir sans cesse de nouveaux gains de productivité pousse le monde du développement de logiciels à l utilisation de nouvelles méthodologies, non seulement au niveau de la modélisation, mais également au niveau de la gestion de projets. Le Unified Process ou UP est l une de ces méthodologies. 2. Meilleures pratiques d élaboration de logiciels Les logiciels jouent un rôle central dans la gestion des entreprises modernes, dans les lois gouvernementales et dans la société de l information. Ils ont permis de créer de l information, d y accéder et de la visualiser sous une forme auparavant inconcevable. Les logiciels sont devenus incontournables ; ils ont favorisé la croissance de l économie mondiale et sont devenus indispensables à notre monde moderne. Dans ce contexte, les logiciels ont considérablement crû et ce sous divers aspects : croissance en nombre, en taille et en complexité. De plus, les entreprises sont toujours à la recherche d une augmentation de la productivité. Pour toutes ces raisons, la création et la maintenance des logiciels est devenue de plus en plus compliquée et la création de logiciels de qualité dans les règles de l art l est encore plus. Par conséquent, trop de projets échouent. Pour lutter contre l échec, de meilleures pratiques dans l élaboration de logiciels ont été développées. Parmi ces pratiques, on trouve : le développement itératif ; la gestion des besoins ; l utilisation d architectures basées sur les composants ; la modélisation visuelle ; la vérification continuelle de la qualité des logiciels ; le contrôle des changements des logiciels. Développement itératif. Le processus de développement de logiciels classique suit le cycle de vie en cascade. Dans ce type d approche, le développement suit un processus linéaire commençant par l analyse des besoins puis le design, ensuite le développement, suivi des tests 2

3 unitaires et des tests systèmes. L inconvénient de cette approche est que le risque augmente au cours du temps de sorte qu il est coûteux de réparer les erreurs des premières phases. Une alternative au processus à cycle de vie en cascade est le processus itératif et incrémental. Dans cette approche, l identification des risques liés à un projet est forcée très tôt dans son cycle de vie, lorsqu il est encore possible de réagir d une manière rapide et efficiente. Figure : Un processus itératif et incrémental. Chaque itération a pour finalité une version exécutable. Avantages du développement itératif : les risques sont évalués au départ et non au cours du projet ; les premières itérations permettent d avoir un feed-back des utilisateurs ; les tests et l intégration se font de manière continue ; les jalons permettent de fixer des objectifs ; les avancées sont évaluées au fur et à mesure de l implémentation ; des maquettes intermédiaires peuvent être mises sur pieds. Gestion des besoins. Un besoin est une condition ou une possibilité que le système doit rencontrer. Le problème avec la gestion des besoins est qu ils sont dynamiques : ils évoluent au cours de la vie du projet. En effet, les utilisateurs ne savent pas au départ quelles sont leurs exigences et comment les spécifier précisément. Leurs exigences changent lorsqu ils voient le travail accompli. Barry Boehm, professeur à l université de Californie du Sud, appelle ce phénomène l effet IKIWISI pour I Know When I See It. L identification des besoins réels est dès lors un processus continu. Utilisation d architectures basées sur les composants. Visualiser, spécifier, construire et documenter un système demande que celui-ci soit vu selon un certain nombre de perspectives. Toutes les personnes impliquées (utilisateurs, analystes, développeurs, intégrateurs système, testeurs, managers, etc.) apportent un agenda différent au projet, et chacun regarde le système d une façon propre à divers moments de la vie du projet. Une architecture du système est la chose la plus importante qui puisse être utilisée pour gérer ces différents points de vue et contrôler le développement itératif et incrémental du système au cours de sa vie. Modélisation visuelle du logiciel. L utilisation d un langage de modélisation standard comme UML permet aux membres de l équipe de développement de communiquer leurs décisions l un à l autre sans ambiguïté. L utilisation d outils de modélisation visuelle facilite la gestion de ces modèles et contribue à maintenir la consistance entre les artefacts du système : ses besoins, designs et implémentations. En résumé, la modélisation visuelle permet de gérer la complexité des logiciels. Vérifier continuellement la qualité logicielle. Les logiciels sont 00 à 000 fois plus coûteux à corriger après leur déploiement qu avant. Il est donc important d évaluer continuellement la qualité d un système du point de vue de la fonctionnalité, de la fiabilité et de la performance. Vérifier la fonctionnalité implique de tester chaque scénario possible, un scénario représentant un aspect du comportement du système désiré. Contrôler les changements logiciels. L une des grosses difficultés dans le développement logiciel est que plusieurs développeurs organisés en équipes pouvant être sur différents sites travaillent ensemble sur plusieurs itérations, versions, produits, platesformes. En l absence d un contrôle discipliné, le processus de développement peut dégénérer en chaos. Coordonner les activités et les artefacts des développeurs et des équipes implique d établir des enchaînements d activités (workflows) pour gérer les changements dans les logiciels et les artefacts. Cette coordination permet une meilleure allocation des ressources basée sur les priorités et les risques du projet et permet de gérer le travail sur ces changements au travers des itérations. Combinée au développement itératif, cette technique permet de contrôler les changements de sorte qu il soit possible de découvrir activement les problèmes et d y réagir. 3

4 2.2 UP UP. Le UP ou Unified Process est un processus de conception/développement de logiciel. Il apporte une approche disciplinée pour assigner des tâches et des responsabilités dans une organisation de développement. Son but est d assurer la production de logiciels de qualité qui rencontrent les besoins de ses utilisateurs finaux dans un horaire et un budget prédictibles. Le UP est bâti sur ces six meilleures pratiques d élaboration des logiciels pour délivrer un processus bien défini dans une forme adéquate pour un grand nombre de projets et d organisations. Processus. Un processus décrit qui fait quoi, comment et quand. Le UP définit ainsi quatre éléments primaires de modélisation : Le membre est le qui : le chef de projet, l analyste, le testeur, l utilisateur, etc. L activité est le comment : analyse des cas d utilisation, conception de cas d utilisation, etc. L artefact est le quoi : un document de l architecture, un modèle des cas d utilisation, un fichier exécutable, etc. L enchaînement d activités est le quand : modélisation métier, implémentation, test, etc. Membre (ou workers ou roles). Le concept central dans un processus est celui de membre. Un membre définit le comportement et les responsabilités d un individu ou d un groupe d individus travaillant de concert comme une équipe. Le comportement est exprimé en terme d activité que le membre effectue et chaque membre est associé à une gamme d activités. Les responsabilités du membre sont souvent exprimées en relation avec les artefacts qu il crée, modifie ou contrôle. Le membre doit être considéré en terme de «casquette», c est-à-dire en fonction du rôle qui définit comment celui-ci devrait faire le travail. Par exemple, un analyste système est un individu agissant comme un analyste système qui dirige et coordonne les besoins et la modélisation par cas d utilisation en définissant la fonctionnalité du système et en délimitant celui-ci. Figure 2 : Chaque membre est considéré comme un acteur Le UP permet d accroître la productivité en conception/développement en fournissant un ensemble d outils communs à chaque membre impliqué dans le projet. Tous les membres partagent ainsi : des bases de connaissance ; une méthode commune ; une même organisation du travail ; un langage. Figure 3 : Le UP comme langage commun de l organisation Activités. Les membres ont des activités qui définissent le travail qu ils effectuent. Une activité est une unité de travail qu un individu dans un rôle bien précis peut effectuer et qui produit un résultat sensé dans le cadre du projet. L activité a un but clairement établi, généralement exprimé en terme de création ou de mise à jour d artefacts, comme un modèle, une classe, ou un plan. Chaque activité est assignée à un membre spécifique. 4

5 Artefacts. Les activités ont des artefacts comme input et comme output. Un artefact est une patrie d information qui est créée, modifiée ou utilisée par un processus. Les artefacts sont les produits tangibles du projet : les choses qui sont produites par le projet ou utilisées pour travailler sur le produit final. Les artefacts sont utilisés comme input par les membres pour effectuer une activité et sont le résultat ou l output de telles activités. En vision orientée objet, les activités sont les opérations sur un objet actif (le membre), les artefacts sont les paramètres de ces activités. Architecture bidimensionnelle du UP. Figure 6 : Architecture bidimensionnelle du UP. Figure 4 : Principaux artefacts du UP Enchaînement d activités (workflow). Une énumération de tous les membres, activités et artefacts ne constitue pas un processus. Il est nécessaire d avoir une façon de décrire des séquences d activités sensées qui produisent un résultat de qualité et montre l interaction entre les membres. Le workflow est une séquence d activités qui produit un résultat de valeur. En UML, il peut être exprimé par un diagramme de séquence, un diagramme de collaboration ou un diagramme d activité. Figure 5 : Exemple de workflow Axe vertical : activités essentielles et de soutien. Le UP possède six enchaînements d activités essentielles ou d ingénierie et trois enchaînements d activités de soutien. Les six activités essentielles sont : la modélisation métier, la gestion des exigences, l analyse et la conception, l implémentation, le test et le déploiement. Les trois activités de soutien sont la gestion de la configuration et des changements, la gestion de projets et l environnement. Modélisation métier. La modélisation métier a pour but : de décrire la structure et la dynamique de l'organisation dans laquelle le système est déployé ; de comprendre les problèmes courants dans l organisation et d identifier les améliorations potentielles ; de garantir que les clients, les utilisateurs finaux et les développeurs partagent une vision commune de l'organisation ; de réaliser une base d'informations qui contiendra le cahier des charges du produit et la planification des tâches de l organisation. Pour atteindre ces buts, la modélisation métier décrit comment développer une vision de la nouvelle organisation et, basé sur cette vision, définit les processus, rôles et responsabilités de cette organisation dans le modèle de l entreprise. 5

6 Gestion des exigences. La gestion des exigences a pour but : d établir et de maintenir les accords avec les clients et autres stakeholders sur ce que le système doit faire ; de procurer aux développeurs une meilleure compréhension des besoins du système ; de définir les limites du système ; de procurer une base pour planifier le contenu technique des itérations ; de procurer une base pour estimer le coût et le temps pour développer le système ; de définir et de construire une maquette de l'interface utilisateur basée sur les exigences et les buts de celui-ci. Pour atteindre ces buts, la gestion des exigences décrit comment définir une vision du système et traduire la vision en un modèle des cas d utilisation accompagné de spécifications externes constituant le cahier des charges logicielles. De plus, la gestion des exigences décrit comment utiliser les attributs des exigences pour aider à gérer la portée et le changement d exigences du système. Analyse et conception L analyse et la conception ont pour but : de comprendre le cahier des charges et d écrire les spécifications internes qui décrivent comment implémenter le système (exigences transformées dans la meilleure stratégie d implémentation possible). L'analyse permet d'obtenir une vue interne idéale du système ; la conception a pour but de définir une architecture robuste du système (c est-à-dire facile à comprendre, construire et faire évoluer) qui recouvre entièrement les besoins de celui-ci ; l'analyse se concentre sur le "quoi faire", la conception se concentre sur le "comment le faire". Implémentation. L implémentation a pour but : de définir l organisation du code en terme de sous-systèmes d implémentation organisés en couches ; d implémenter classes et objets en terme de composants ; de tester les composants développés comme des unités ; d intégrer dans un système exécutable les résultats produits par des programmeurs individuels ou des équipes. Test. La phase de test a pour objectif d'évaluer le niveau de qualité atteint par le produit et d'en tirer les conclusions. Ceci ne comprend pas uniquement le produit fini, mais commence tôt dans le projet avec la validation de l architecture et continue à travers la validation du produit fini au consommateur. Les tests comprennent : la vérification des interactions des composants ; la vérification de la bonne intégration des composants ; la vérification que toutes les exigences ont été implémentées correctement ; l identification et la vérification que toutes les défectuosités découvertes sont corrigées avant le déploiement du logiciel. Déploiement. Le but des activités de déploiement est de livrer le produit aux utilisateurs finaux. Gestion de la configuration et des changements. Le but de la gestion de la configuration et des changements est de tracer et de maintenir l intégrité de l évolution des spécificités du projet. Pendant le développement du projet, de nombreux artefacts de valeurs sont créés et représentent un investissement significatif. Ces artefacts évoluent au cours du projet et les membres doivent être capables de les identifier et de les localiser, d en sélectionner la version appropriée, et d examiner leur historique et la raison pour laquelle ils ont changé et d en identifier le responsable. De même, l équipe en charge du projet doit être à même de tracer l évolution du produit, de capturer et gérer les demandes de changement peu importe d où elles viennent et implémenter ces changements de façon consistante. Enfin, pour supporter l enchaînement d activités, il faut procurer l information du statut des artefacts clés du projet et rassembler les mesures liées aux changements qu ils subissent. En résumé, le but de la gestion de la configuration et des changements est de garder la trace de tous les éléments tangibles qui participent au développement et de suivre leur évolution. Gestion de projet. La gestion d un projet logiciel est l art de mesurer les objectifs compétitifs, de gérer le risque et les 6

7 contraintes pour fournir un produit qui rencontre les besoins des consommateurs et des utilisateurs. La gestion de projet a les buts suivants : procurer un cadre pour gérer les projets logiciels ; procurer des lignes de conduites pratiques pour planifier, répartir le personnel, exécuter et contrôler les projets ; procurer un dispositif de gestion du risque. L environnement. Le but de l environnement est de supporter l organisation du développement avec les processus et les outils. Ce support inclut les éléments suivants : la sélection des outils de travail qui aident à réaliser les activités et leur acquisition ; la mise en place et la configuration des outils convenant à l organisation ; la configuration du processus de développement adapté au projet ; le développement de ce processus ; les services techniques pour supporter le processus : l infrastructure de la technologie de l information, l administration comptable, les sauvegardes, etc. Axe horizontal : phases du UP. synthétiser une architecture et évaluer les coûts, plans et ressources nécessaires. La phase d inception se termine par le jalon «objectifs et cycle de vie». Elaboration. La phase d élaboration a pour but d analyser le domaine du problème, de construire l architecture de base, de résoudre les éléments à haut risque et de définir la plupart des exigences. Il s agit de la phase la plus critique du projet. A la fin de celle-ci, le travail d engineering est terminé et l on peut prendre la décision d accomplir les phases de construction et de transition du projet. Les activités principales de cette phase sont : élaborer une vision des cas d utilisation les plus critiques ; le processus, l infrastructure et l environnement de développement sont élaborés et le processus, les outils et le support mis en place ; l architecture est élaborée et les composants sont sélectionnés et intégrés dans un scénario primaire. Les leçons tirées de ces activités peuvent résulter en un changement d architecture. La phase d élaboration se termine par le jalon «architecture du système». Construction. Il s agit de construire les fonctionnalités qui ne font pas partie de l architecture de base et préparer le déploiement. Figure 7 : phases du UP Inception. La phase d inception a pour but de décrire la vision du produit final, de réaliser une étude de rentabilité et de risques et de définir le projet. Les activités principales de cette phase sont : formuler l ampleur du projet, c est-à-dire capturer le contexte, les exigences et les contraintes les plus importantes de façon à pouvoir définir des critères acceptables pour le produit fini ; planifier et préparer un business case et évaluer les alternatives du point du vue du risque, du staff, de la planification, du coût, du profit, Les activités principales de cette phase sont : la gestion de ressources, le contrôle de ressources et l optimisation de processus ; le développement complet de composantes et le test par rapport au critères d évaluation définis ; l appréciation des produits par rapport aux visions définies. La phase de construction se termine par le jalon «prototype». Transition. Le but de la phase de transition est de procurer le logiciel à la communauté d utilisateurs. Après que le produit ait été donné à l utilisateur, il est généralement nécessaire de développer de nouvelles versions, de corriger certains problèmes ou de finir certaines choses postposées. 7

8 Il s agit d effectuer les bêtas tests pour valider le nouveau système auprès des utilisateurs et le déploiement de celui-ci. La phase de transition se termine par le jalon «livraison du produit» ou par une nouvelle itération. 3 DESCRIPTION DU PROCESSUS DE COKÉFACTION Le travail de préparation du coke à partir d un charbon adéquat nécessite un long et lourd processus de transformations successives du charbon (figure 2). Il s agit de produire un coke de bonne qualité tout en traitant tous les co-produits générés aux cours des différentes étapes. La cokerie est divisée en trois secteurs. Secteur préparation. La réception et le traitement primaire du charbon cokéfiable constituent le début de la chaîne dans les installations de cokéfaction. Les réceptions de charbon transitent par les ports d Anvers et de Rotterdam en provenance des États- Unis, de Pologne, d Afrique du sud et d Australie. Les caractéristiques propres des charbons diffèrent selon leurs origines. Le transfert depuis les ports a lieu selon trois moyens de transport : par route, par eau et par voie ferroviaire, cette dernière manière étant la plus régulièrement utilisée à la cokerie de Carsid. Les charbons qui arrivent sont stockés soit dans une fosse soit dans une réserve qui sert de stock de sécurité afin de protéger l entreprise des aléas éventuels des fournisseurs ou des livreurs. La production réalisable au moyen de ce stock est d environ 5 jours au maximum. Le stockage prolongé pourrait en effet nuire à la qualité du charbon utilisé, ce qui se répercuterait inévitablement sur la qualité du coke produit. Une série d instruments de transports (chariots racleurs, bandes transporteuses, ) sont utilisés pour le transport de charbon depuis la réserve vers des silos de stockage. Ce transport est surveillé par une machine qui détecte et capte les métaux qui seraient éventuellement présents afin d éviter les déchirures de la bande. Les silos sont divisés en deux catégories selon qu ils soient silos de réserve ou doseurs. Les silos doseurs ont une capacité de 250 tonnes et sont au nombre de 0. Ils permettent de mélanger les charbons de différentes origines afin d obtenir les caractéristiques chimiques désirées. Ce mélange se fait en dessous des silos : les quantités de charbon désirées sont déversées depuis chaque silo via 0 chariots racleurs sur une bande de transport unique qui conduit le mélange vers le broyage. Les silos de réserve ont une capacité dix fois plus grande que les silos doseurs et permettent de remplir ces derniers en cas de besoin. Le premier traitement agissant sur la nature physique du charbon débute lors du broyage du lot transporté à la sortie des silos doseurs. Après un passage par une série de bandes transporteuses, un broyeur va agir sur les différents charbons présents dans le mélange afin d obtenir une granulométrie homogène. Celle-ci diffère en effet en fonction de l origine des charbons. Un détecteur de métaux identique à celui du transport de charbon brut contrôle les opérations afin de protéger la machinerie. A l issue du broyage, le produit obtenu a pour dénomination «pâte à coke». Elle est transférée au moyen d une série de transporteurs de la tour de broyage vers la tour à charbon. Cette tour est située au dessus des fours et possède une capacité de tonnes, soit les besoins équivalent à une journée de production. Secteur fours. Avant de débuter l opération de distillation de la pâte à coke, il faut transférer la pâte dans les fours. L équipe chargée des fours transfère à cet effet une quantité de pâte dans une machine appelée enfourneuse. Cette machine, située au dessus des batteries, remplit ensuite les fours par des ouvertures situées au dessus de ceux-ci, les bouches d enfournement. Ces ouvertures se présentent sous la forme de bouchons et au nombre de quatre par four. Durant le remplissage, une autre machine appelée défourneuse s occupe elle d égaliser la charge de pâte tout le long du four afin d assurer une meilleure répartition de la charge et homogénéiser la cuisson. Les remplissages, ou enfournements, suivent un planning précis qui tend à maximiser le nombre d enfournements journaliers. Le remplissage fini, les ouvertures supérieures et latérale sont fermées et le processus de cuisson de la pâte débute. L opération dure de 6 à 9 heures, selon la batterie dans laquelle se situe le four. Cependant, il est difficile d évaluer les durées exactes de cuisson à cause de nombreuses incertitudes liées aux fours. Les enfournements sont effectués selon un pas de cinq, ce qui signifie que la procédure est d enfourner le four (n+5) après avoir enfourné le four (n). Cette méthode permet d éviter de trop grandes variations de température dans les fours. Les fours sont rassemblés par série dans des ensembles appelés batteries. Celles-ci sont au nombre de quatre et composées de 20 à 50 fours, ce qui donne un ensemble total de 22 fours pour la cokerie de Carsid. Les propriétés des fours au niveau des temps de cuisson théoriques et des quantités 8

9 enfournables sont différentes selon la batterie à laquelle ils appartiennent. Les quatre batteries sont alignées en ligne avec la tour à charbon située au milieu. Cette disposition permet une circulation plus facile de la machinerie autour des fours. La composition en batterie trouve son origine dans une volonté de réduire les pertes calorifiques dans chaque four. En effet, l espace entre les fours, appelé piedroit, est composé d une série de cheminées verticales par lesquelles passent les gaz permettant la cuisson dans les fours. Ces cheminées, appelées des carneaux, contribuent donc à la cuisson de deux fours contigus. L échange de calories se fait par conductivité sans contact direct avec la pâte à coke. Les gaz utilisés sont soit issus de la cokerie soit du haut fourneau, ce qui permet de rendre la cokerie indépendante au niveau énergétique. Les fumées de combustion sont récupérées en passant dans les empilages des briques réfractaires lors d un premier cycle. Lors d un second cycle, les gaz de combustion les parcourent afin de récupérer leur chaleur. Le passage d un cycle à l autre est dénommé «inversion». Ce passage a lieu toutes les demi heures. Le four atteint une température de plus de 200 C durant la cuisson, ce qui permet la transformation de la pâte en saumon de coke, coke à très haute température possédant déjà les caractéristiques finales requises. Les gaz issus de la distillation sont récupérés en vue de leur valorisation. Secteur refroidissement. A la fin de la cuisson, l opération de défournement, c est à dire de vidage du four, débute. Pour l effectuer, le four est ouvert par ses portes latérales. D un côté, la défourneuse expulse la charge du four en la poussant. De l autre, le guide coke, un couloir muni d une auge mobile, réceptionne la charge et la transfère jusqu à un wagon, le coke car. L opération de refroidissement débute. Le coke car est conduit vers la tour d extinction. Une quantité d eau de 25m³ y est déversée. Elle doit refroidir et éteindre le saumon de coke. Une grande partie de cette eau s évapore directement au contact du saumon. Les eaux résiduelles sont traitées dans un bassin de décantation afin de les réutiliser ultérieurement. Le coke est éventuellement arrosé manuellement dans le cas où il ne serait que partiellement éteint. Figure 8 : Schéma général de la cokerie: enfournement, défournement et refroidissement 9

ANALYSE ORIENTE OBJET DE PROCESSUS SIDERURGIQUES DE TYPE COKIER

ANALYSE ORIENTE OBJET DE PROCESSUS SIDERURGIQUES DE TYPE COKIER ANALYSE ORIENTE OBJET DE PROCESSUS SIDERURGIQUES DE TYPE COKIER Aymerick Donnay, François Fouss, Manuel Kolp, David Massart, Alain Pirotte IAG Institut d Administration et de Gestion, ISYS- Unité de systèmes

Plus en détail

Le Processus RUP. H. Kadima. Tester. Analyst. Performance Engineer. Database Administrator. Release Engineer. Project Leader. Designer / Developer

Le Processus RUP. H. Kadima. Tester. Analyst. Performance Engineer. Database Administrator. Release Engineer. Project Leader. Designer / Developer Le Processus RUP Database Administrator Project Leader H. Kadima Performance Engineer Release Engineer Analyst Designer / Developer Tester Table des matières 1. De l artisanat à l industrialisation de

Plus en détail

Analyse et conception de systèmes d information

Analyse et conception de systèmes d information Analyse et conception de systèmes d information Présentation réalisée par P.-A. Sunier Professeur à la HE-Arc de Neuchâtel http://lgl.isnetne.ch Juin 2005 [SJB-02] Chapitre 3 1 Références Ce document a

Plus en détail

Cycle de vie du logiciel. Unified Modeling Language UML. UML: définition. Développement Logiciel. Salima Hassas. Unified Modeling Language

Cycle de vie du logiciel. Unified Modeling Language UML. UML: définition. Développement Logiciel. Salima Hassas. Unified Modeling Language Unified Modeling Language UML Salima Hassas Version Cycle de vie du logiciel Client Besoins Déploiement Analyse Test Conception Cours sur la base des transparents de : Gioavanna Di Marzo Serugendo et Frédéric

Plus en détail

Cours Gestion de projet

Cours Gestion de projet Cours Gestion de projet Méthodes de conduite de projet Version Date Auteur V1.8 Septembre 2007 Pascal HEYER 1 Méthodes de conduite de projet Ce document est publié sous la licence libre Creative Commons-BY-NC-SA

Plus en détail

Génie logiciel (Un aperçu)

Génie logiciel (Un aperçu) (Un aperçu) (sommerville 2010) Laurent Pérochon INRA URH 63122 St Genès Champanelle Laurent.perochon@clermont.inra.fr Ensemble d activités conduisant à la production d un logiciel Sur un échantillon de

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Méthode Analyse Conception Introduction à UML Génie logiciel Définition «Ensemble de méthodes, techniques et outils pour la production et la maintenance

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Projet Informatique Philippe Collet Licence 3 Informatique S5 2014-2015 http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Réalisation d'un développement de taille conséquente? r Firefox? Ph.

Plus en détail

Techniques de Développement

Techniques de Développement Techniques de Développement Quelques définitions relatives au développement de logiciel Sébastien Faucou Université de Nantes (IUT de Nantes, département Informatique) Licence Professionnelle Systèmes

Plus en détail

Méthodologies de développement de logiciels de gestion

Méthodologies de développement de logiciels de gestion Méthodologies de développement de logiciels de gestion Chapitre 5 Traits caractéristiques des deux approches de méthodologie Présentation réalisée par P.-A. Sunier Professeur à la HE-Arc de Neuchâtel http://lgl.isnetne.ch

Plus en détail

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS SECTION 5 BANQUE DE PROJETS INF 4018 BANQUE DE PROJETS - 1 - Banque de projets PROJET 2.1 : APPLICATION LOGICIELLE... 3 PROJET 2.2 : SITE WEB SÉMANTIQUE AVEC XML... 5 PROJET 2.3 : E-LEARNING ET FORMATION

Plus en détail

Direction Générale des Études Technologiques. Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique

Direction Générale des Études Technologiques. Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Génie Logiciel Mejdi BLAGHGI m.blaghgi@gmail.com Chapitre

Plus en détail

Rational Unified Process

Rational Unified Process Rational Unified Process For Christiane DAVOINE-GUHUR Société GICAB - Vannes Christiane.Davoine@CA-GICAB.fr Table des Matières 1 INTRODUCTION... 1 2 LES COMPOSANTS ET LES GRANDS PRINCIPES DU PROCESSUS...

Plus en détail

Modélisation Principe Autre principe

Modélisation Principe Autre principe Modélisation Principe : un modèle est une abstraction permettant de mieux comprendre un objet complexe (bâtiment, économie, atmosphère, cellule, logiciel, ). Autre principe : un petit dessin vaut mieux

Plus en détail

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET 1 Tianxiao LIU Licence Professionnelle Réseaux & Sécurité Université de Cergy-Pontoise http://depinfo.u-cergy.fr/~tliu/lpg.php PLAN Objectif et

Plus en détail

FIABILITÉ PERFORMANCE

FIABILITÉ PERFORMANCE FIABILITÉ PERFORMANCE www. magotteaux. com STRATEGIEDESIGN 09/2006 En 1950, MAGOTTEAUX développe et commercialise les premiers boulets coulés au chrome dans sa fonderie de Vaux (Belgique). Aujourd hui,

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DOD SEICAM RFI Demande d information EVDEC Réf. : RFI_EVDEC- GT5_Outil_reporting_BI_v4.doc Page 1/11 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) OUTIL INTÉGRÉ DE REPORTING ET D ANALYSE DÉCISIONNELLE

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

UML Mise en œuvre dans un projet. Emmanuel Pichon 2013

UML Mise en œuvre dans un projet. Emmanuel Pichon 2013 UML Mise en œuvre dans un projet 2013 Introduction Rôles et activités dans un projet Définir la méthode de votre projet Adapter la modélisation à la méthode de votre projet Conseils de mise en œuvre de

Plus en détail

Chapitre I : le langage UML et le processus unifié

Chapitre I : le langage UML et le processus unifié I. Introduction Les méthodes d analyse orientées objet sont initialement issues des milieux industriels. La préoccupation dominante de leurs auteurs est le génie logiciel, c est-àdire les principes et

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Identification du module

Identification du module Identification du module Numéro de module 475 Titre Développer une analyse pour une application Compétence Développer à partir des exigences fonctionnelles et non fonctionnelles pour une application, les

Plus en détail

Use Cases. Introduction

Use Cases. Introduction Use Cases Introduction Avant d aborder la définition et la conception des UC il est bon de positionner le concept du UC au sein du processus de développement. Le Processus de développement utilisé ici

Plus en détail

les outils de la gestion de projet

les outils de la gestion de projet les outils de la gestion de projet Sommaire Objectifs de la gestion de projet Les étapes du projet Les outils de gestion de projets Paramétrage de l outil PROJET : «ensemble des actions à entreprendre

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

Je découvre Lina Process

Je découvre Lina Process Je découvre Lina Process Une interface simple et ergonomique pour gérer vos process 1 Sommaire Présentation de Lina Process 4 Collecter 5 Mesurer 6 Alerter 7 Là où d autres agissent dans le présent, nous

Plus en détail

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1 Génie logiciel Concepts fondamentaux Bruno MERMET, Université du Havre 1 Nécessité du Génie Logiciel Bruno MERMET, Université du Havre 2 Développement d un logiciel Caractéristiques souhaitées : Adéquation

Plus en détail

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Les emplois repères de cette enquête sont disponibles selon les trois blocs suivants

Plus en détail

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples actifs Livre Blanc Oracle Octobre 2009 Livre Blanc Oracle

Plus en détail

Industrialiser la chaîne complète de fabrication 1ère partie - Les bénéfices de la solution logicielle IBM VisualAge Pacbase / Rational

Industrialiser la chaîne complète de fabrication 1ère partie - Les bénéfices de la solution logicielle IBM VisualAge Pacbase / Rational IBM Software Group Industrialiser la chaîne complète de fabrication 1ère partie - Les bénéfices de la solution logicielle IBM VisualAge Pacbase / Rational Fernard Bonaguidi fernand.bonaguidi@fr.ibm.com

Plus en détail

Suite IBM Tivoli IT Service Management : comment gérer le système d information comme une véritable entreprise

Suite IBM Tivoli IT Service Management : comment gérer le système d information comme une véritable entreprise Suite IBM Tivoli IT Service Management : comment gérer le système d information comme une véritable entreprise Europe Lettre d'annonce du 27 juin 2006 ZP06-0279 En bref Introduction Description Accessibilité

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température Whitepaper Mettre en température économiquement La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur La mise en température de réacteur dans les laboratoires et les unités pilotes de l industrie

Plus en détail

Talend Technical Note

Talend Technical Note Mars 2011 Page 1 sur 5 Le MDM offre un hub central de contrôle et une vision unique des données maître de l'entreprise, quelles que soient les disparités entre les systèmes source. Il assure que les données

Plus en détail

Licence en Informatique à Horraire Décalé. Cours Gestion de projet informatique Première partie

Licence en Informatique à Horraire Décalé. Cours Gestion de projet informatique Première partie Licence en Informatique à Horraire Décalé Cours Gestion de projet informatique Première partie 1 PLAN Introduction 1. Les concepts de base en management de projet : 3-33 2 Les processus du management de

Plus en détail

Les méthodes itératives. Hugues MEUNIER

Les méthodes itératives. Hugues MEUNIER Les méthodes itératives Hugues MEUNIER INTRODUCTION. Toute les méthodes ont le même but : la maîtrise du budget, du planning et de la qualité des projets de développement informatique Plusieurs approches

Plus en détail

LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur

LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur Processus de développement centré utilisateur 1/36 LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur Processus de développement centré utilisateur

Plus en détail

Projet 2. Gestion des services enseignants CENTRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE. G r o u p e :

Projet 2. Gestion des services enseignants CENTRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE. G r o u p e : CENTRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE Projet 2 Gestion des services enseignants G r o u p e : B E L G H I T Y a s m i n e S A N C H E Z - D U B R O N T Y u r i f e r M O N T A Z E R S i

Plus en détail

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE Présenté par: Marco Girouard, ing. CIDES 1 AVIS Les informations contenues dans ce document Les

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

PLM et ERP : leurs rôles respectifs dans la fabrication

PLM et ERP : leurs rôles respectifs dans la fabrication Livre blanc PLM et ERP : leurs rôles respectifs dans la fabrication Introduction Deux technologies ont dominé l histoire récente de l informatique dans le domaine de la fabrication. La première est apparue

Plus en détail

Architecture Logicielle

Architecture Logicielle Architecture Logicielle Chapitre 3: UML pour la description et la documentation d une architecture logicielle Année universitaire 2013/2014 Semestre 1 Rappel L architecture d un programme ou d un système

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

Introduction MOSS 2007

Introduction MOSS 2007 Introduction MOSS 2007 Z 2 Chapitre 01 Introduction à MOSS 2007 v. 1.0 Sommaire 1 SharePoint : Découverte... 3 1.1 Introduction... 3 1.2 Ce que vous gagnez à utiliser SharePoint... 3 1.3 Dans quel cas

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

Aligner Stratégie d Entreprise et Infrastructure Informatique

Aligner Stratégie d Entreprise et Infrastructure Informatique Logiciels IBM Rational Janvier 2005 Aligner Stratégie d Entreprise et Infrastructure Informatique IBM Rational Software Development Platform & Business-Driven Development Page 2 Table des matières 1 L

Plus en détail

'INFORMATIONS STATISTIQUES

'INFORMATIONS STATISTIQUES COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE DU CHARBON ET DE L'ACIER HAUTE AUTORIT~ SOMMAIRE des articles publiés dans les 'INFORMATIONS STATISTIQUES jusqu'à la...date du mo1s décembre 1956 -. LIBRARY COP\' Luxembourg. Mai

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

L efficience énergétique...

L efficience énergétique... ......Une technique intelligente de régulation au service Edgar Mayer Product Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 02 I 2009 Grâce aux techniques de régulation intelligentes d aujourd hui, il est possible

Plus en détail

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992.

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992. Introduction 1 I n t r o d u c t i o n Créer des usines, des entreprises, des organisations, des méthodes, des produits, des services nouveaux suppose d avoir des équipes motivées, obéissant à un calendrier

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

Eclipse Process Framework et Telelogic Harmony/ITSW

Eclipse Process Framework et Telelogic Harmony/ITSW Eclipse Process Framework et Telelogic Harmony/ITSW Boris Baldassari 1 Résumé Une introduction à Eclipse Process Framework (EPF) et au processus OpenUP, et comment tirer profit de ces initiatives dans

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Le cycle de vie : sur mesure Cycle de vie «basique»

Le cycle de vie : sur mesure Cycle de vie «basique» Le cycle de vie : sur mesure Cycle de vie «basique» OPPORTUNITE FAISABILITE CONCEPTION REALISATION RECEPTION MISE EN PRODUCTION MAINTENANCE «Basique» = phases de base nécessaires à la couverture d un cycle

Plus en détail

Processus d Informatisation

Processus d Informatisation Processus d Informatisation Cheminement de la naissance d un projet jusqu à son terme, deux grandes étapes : Recherche ou étude de faisabilité (en amont) L utilisateur a une idée (plus ou moins) floue

Plus en détail

Disposer d un SI efficace : le contrat objectif & performance (COP) signé entre VNF et le Ministère de l écologie (MEDDTL)

Disposer d un SI efficace : le contrat objectif & performance (COP) signé entre VNF et le Ministère de l écologie (MEDDTL) Disposer d un SI efficace : le contrat objectif & performance (COP) signé entre VNF et le Ministère de l écologie (MEDDTL) VNF, expert national de la voie d'eau et du transport fluvial Établissement public

Plus en détail

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Préparé par : George Crump, analyste senior Préparé le : 03/10/2012 L investissement qu une entreprise fait dans le domaine de

Plus en détail

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE»

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» Du cours Modélisation Semi -Formelle de Système d Information Du Professeur Jean-Pierre GIRAUDIN Décembre. 2002 1 Table de matière Partie 1...2 1.1

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

Méthodes de conception pour les logiciels

Méthodes de conception pour les logiciels lab-sticc.univ-brest.fr/~babau/ Méthodes de conception pour les logiciels Jean-Philippe Babau Département Informatique, UFR Sciences, Laboratoire Lab-STICC 2 1 Plan Introduction Pourquoi une méthode? Objectifs

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

La SNCB choisit I.R.I.S. pour réaliser ses projets en gestion électronique de documents et de processus

La SNCB choisit I.R.I.S. pour réaliser ses projets en gestion électronique de documents et de processus COMMUNIQUE DE PRESSE La SNCB choisit I.R.I.S. pour réaliser ses projets en gestion électronique de documents et de processus Louvain-la-Neuve, le 14 juillet 2009 - I.R.I.S., société cotée en bourse (EURONEXT

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Mettre le nuage au service de votre organisation. Guide de l acheteur de solutions en nuage.

Mettre le nuage au service de votre organisation. Guide de l acheteur de solutions en nuage. Mettre le nuage au service de votre organisation. Guide de l acheteur de solutions en nuage. Comment ce guide peut vous être utile? Si vous songez à intégrer le nuage à votre entreprise sans savoir par

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

Gé nié Logiciél Livré Blanc

Gé nié Logiciél Livré Blanc Gé nié Logiciél Livré Blanc Version 0.2 26 Octobre 2011 Xavier Blanc Xavier.Blanc@labri.fr Partie I : Les Bases Sans donner des définitions trop rigoureuses, il faut bien commencer ce livre par énoncer

Plus en détail

Big Data : une complexité réduite pour un retour sur investissement plus rapide

Big Data : une complexité réduite pour un retour sur investissement plus rapide Big Data : une complexité réduite pour un retour sur investissement plus rapide Copyright 2013 Pentaho Corporation. Redistribution autorisée. Toutes les marques commerciales sont déposées par leur propriétaire

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Développement ebusiness

Développement ebusiness Développement ebusiness Cédric Pulrulczyk ( cedric.pulrulczyk@alcatel.fr ) Alcatel Université Lille I March 2005 Plan Analyse des besoins Méthodologie XP Modélisation UML Outil de développement Tests et

Plus en détail

Conduite de projets et architecture logicielle

Conduite de projets et architecture logicielle s et architecture logicielle ABCHIR Mohammed-Amine Université Paris 8 15 février 2011 1/36 ABCHIR Mohammed-Amine (Université Paris 8) Conduite de projets et architecture logicielle 15 février 2011 1 /

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Memory Arrays avec Memory Gateways Version 5.5.2 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien

Plus en détail

Par : Abdeljalil Chaouki, Conseiller de maintenance industrielle

Par : Abdeljalil Chaouki, Conseiller de maintenance industrielle Par : Abdeljalil Chaouki, Conseiller de maintenance industrielle Institut Technologique de Maintenance industrielle Tél. : 418 962-9848 poste 222 Téléc. : 418 968-8205 abdeljalil.chaouki@itmi.ca www.itmi.ca

Plus en détail

UML est-il soluble dans les méthodes agiles?

UML est-il soluble dans les méthodes agiles? Pascal ROQUES Valtech Training UML est-il soluble dans les méthodes agiles? octobre 07 Résumé On entend beaucoup parler actuellement de deux approches ayant l'air fondamentalement opposées : l'approche

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

Réplication indépendante de la plate-forme pour garantir la mobilité des données d entreprise et des migrations sans interruption de service

Réplication indépendante de la plate-forme pour garantir la mobilité des données d entreprise et des migrations sans interruption de service EMC Open Replicator for Symmetrix Réplication indépendante de la plate-forme pour garantir la mobilité des données d entreprise et des migrations sans interruption de service Avantages clés Hautes performances

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

ISTA H.H www.developpez.c.la Diagramme d activité SOMMAIRE

ISTA H.H www.developpez.c.la Diagramme d activité SOMMAIRE SOMMAIRE I. Définition... 2 II. Intérêts des diagrammes d activité... 5 III. Quand employer le diagramme d activité?... 5 IV. Avantage et Inconvénient... 6 V. Les étapes de constructions... 7 VI. Comment

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT DES PNEUS VTT MICHELIN

LE DEVELOPPEMENT DES PNEUS VTT MICHELIN Dossier de presse Juin 2015 LE DEVELOPPEMENT DES PNEUS VTT MICHELIN Du laboratoire au pneu commercialisé, une chaîne d activités construite pour délivrer les meilleures performances Dossier de presse Contact

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense Master Data Management pour les données de référence dans le domaine de la santé Table des matières CAS D ETUDE : COLLABORATION SOCIALE ET ADMINISTRATION

Plus en détail

creo elements/pro creo elements/direct creo elements/view

creo elements/pro creo elements/direct creo elements/view creo elements/pro SERVICES & SUPPORT PROCESSUS & INITIATIVES creo elements/direct creo elements/view SOLUTIONS MÉTIER creo elements/pro 5.0 PRODUITS LOGICIELS creo elements/direct 17.0 creo elements/view

Plus en détail

Gestion de projet Agile. STS IRIS Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique»

Gestion de projet Agile. STS IRIS Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique» Gestion de projet Agile Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique» Sommaire Introduction Principes et méthodes Agiles Scrum 2 Introduction Gestion de projet : démarche structurante assurant

Plus en détail

GL - 2 2.2 Processus de développement Cycles de vie

GL - 2 2.2 Processus de développement Cycles de vie GL - 2 2.2 Processus de développement Cycles de vie Lydie du Bousquet Lydie.du-bousquet@imag.fr En collaboration avec J.-M. Favre, Ph. Lalanda, I. Parissis, Y. Ledru 1 Plan Introduction Modèles en cascade

Plus en détail

WebSpy Analyzer Giga 2.1 Guide de démarrage

WebSpy Analyzer Giga 2.1 Guide de démarrage WebSpy Analyzer Giga 2.1 Guide de démarrage Ce document aide à vous familiariser avec l utilisation de WebSpy Analyzer Giga. Pour des informations plus détaillées, consultez le guide utilisateur Analyzer

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail