ASPECTS JURIDIQUES DE L AFFACTURAGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASPECTS JURIDIQUES DE L AFFACTURAGE"

Transcription

1 ASPECTS JURIDIQUES DE L AFFACTURAGE Préparé pour l affacturage en Afrique : environnement légal et réglementaire Banque Africaine d Import-Export, Lagos (Nigéria) 13 juin 2014 David B. Tatge, avocat Epstein Becker & Green, Washington, D.C. +1 (202) LE PRÉSENT EXPOSÉ N A QU UN BUT INFORMATIF ET NE FOURNIT OU NE CONSTITUE PAS UN AVIS JURIDIQUE. VEUILLEZ CONSULTER VOTRE AVOCAT AVANT DE RÉALISER UNE QUELCONQUE TRANSACTION.

2 Les structures juridiques reposent sur divers éléments. Pour comprendre les aspects juridiques de l affacturage, nous examinerons d abord aujourd hui : Qui sont les parties impliquées dans une relation d affacturage, et la terminologie associée ; Pourquoi les adhérents ont besoin d affactureurs ; Comment l affacturage a évolué dans le temps ; La large diversité des produits d affacturage et leur fonctionnement ; ce qui distingue l affacturage des produits financiers concurrents tels que le prêt adossé à des actifs (ABL) ; et Comment les affactureurs gèrent leurs risques. À partir de là, nous survolerons : Les questions juridiques qui se posent entre les affactureurs et leurs adhérents ; Les questions juridiques qui se posent entre les affactureurs et les débiteurs de créances ; et Les questions juridiques qui se posent entre les affactureurs et les tiers (garants, administrations fiscales, autres affactureurs, etc.). Nous étudierons également : Ce qui, sur le plan juridique, est nécessaire pour faciliter au mieux le développement de l affacturage en Afrique ; et Les points et questions à considérer pour élaborer des lois sur l affacturage en Afrique, par exemple : 1. Comment définir l affacturage au sens large : est-ce la cession de créances commerciales, uniquement? Ou bien plus que cela? 2. La mesure dans laquelle, le cas échéant, un affactureur doit assumer le «risque de crédit» pour qu une cession de créances soit considérée comme une «cession parfaite» de créances par l affactureur. Faut-il considérer l affacturage avec recours comme une opération d achat-vente de créances comme dans de nombreux pays tels que le Royaume-Uni et les États-Unis (Louisiane et Texas), si c est l intention des parties? Ou l affactureur doit-il, comme dans presque tous les États américains et certains pays étrangers, assumer le risque de crédit lié à la transaction pour qu elle soit considérée comme une «cession parfaite» dans le cadre d un contrat d affacturage?

3 L affacturage : une relation tripartite L affactureur L adhérent Biens/services Le débiteur (client)

4 Définition de l affacturage (aux États-Unis) La cession de créances, à escompte, par l adhérent à son affactureur ; Par laquelle la cession des créances est considérée en droit comme une «cession parfaite» des créances de l adhérent à l affactureur ; En d autres termes, la propriété des créances cédées passe de l adhérent à l affactureur ; et Les créances cédées sont inscrites «hors bilan» dans les livres et registres du Vendeur. Remarque : certains diront que cette définition est trop restrictive.

5 Créances : sommes dont l exigibilité est généralement attestée par une facture ou un bon de commande et résultant de biens vendus et livrés. Terminologie de l affacturage Sûreté : terme qui, au sens du code de commerce uniforme des États-Unis («U.C.C.»), désigne (1) la part que l'affactureur, en tant qu acheteur, détient dans les créances cédées ; et (2) la part que l'affactureur, en tant que prêteur, détient dans les créances non cédées que l adhérent lui a données en nantissement à titre de sûreté sur les obligations que ce dernier a souscrites envers lui dans le cadre du contrat d affacturage. Débiteur/Client : la personne à qui l adhérent de l'affactureur a vendu des biens ou fourni des services. Risque de crédit : le risque qu assume l'affactureur, selon les termes du contrat d affacturage, dans le cas où une créance cédée n est pas recouvrée à l échéance DU SEUL FAIT de la faillite du débiteur, ou tout autre risque qu assume l'affactureur, en vertu du contrat d affacturage, quant à l insolvabilité du débiteur. Avance : le paiement (le cas échéant) que l'affactureur effectue au profit de son adhérent à la date de cession des créances. Il peut d agir d un prêt rémunéré ou d un paiement anticipé partiel du prix d achat par l'affactureur, selon les termes du contrat d affacturage concerné. Lot (ou quittance subrogative) : liste des créances rachetées par l'affactureur à une date ou durant une période de financement particulière. Contrepassation : opération par laquelle l'affactureur restitue à l adhérent une créance cédée ce dernier lui remboursant le prix d achat. Crée une dette due par l adhérent à l'affactureur, acquittée par (i) un prélèvement sur le compte courant ; (ii) un paiement au comptant ; ou (iii) la substitution de nouvelles créances acceptables, sans avance ni paiement à ce titre. Découle, dans la plupart des cas, de biens ou services contestés ou de la soumission de créances inacceptables. Adhérent : la personne qui cède des créances à l'affactureur. Risque de l adhérent : créances cédées au titre desquelles l adhérent court un risque d irrécouvrabilité (par opposition au risque de l'affactureur, où le risque de crédit est assumé par l'affactureur). Frais d escompte (ou commission d affacturage) : frais facturés au titre de la prise en charge du risque de crédit par l'affactureur, et de la fourniture de services. Affactureur : l acheteur des créances de l adhérent selon les termes et conditions du contrat d affacturage. Ligne de financement (ou ligne d affacturage) : accordée à l adhérent conformément au contrat d affacturage et aux documents annexes (formulaires de financement, garanties de validité (ou pleines garanties), résolutions, etc.). Créances non cédées : créances non cédées à l affactureur lors d une cession parfaite ; souvent données en nantissement à l'affactureur par l adhérent à titre de sûreté sur les obligations que ce dernier a souscrites envers lui. Créances cédées (ou créances affacturées) : créances que l adhérent cède à l'affactureur dans le cadre du contrat d affacturage. Limite de crédit : le montant maximum de créances (en monnaie locale et fixé sur la base d une «ligne de crédit» ou d une commande) dues par un débiteur et dont l'affactureur assume le risque de crédit. Compte courant : compte tenu par l'affactureur et reflétant les transactions entre ce dernier et l adhérent ; en quelque sorte, un compte «dû à/dû par» figurant dans les livres de l'affactureur. Ne peut être crédité de créances irrécouvrables en cas d affacturage sans recours. Sert de garantie sur les dettes résultant de contrepassations, de commissions et frais impayés, etc.

6 L affacturage moderne trouve ses origines dans les pratiques des affactureurs représentant les marchands de tissus du Blackwell Hall (Londres, ) Le Blackwell Hall était le centre du commerce des textiles au Royaume-Uni. Les affactureurs du Blackwell Hall : étaient des agents commerciaux mandatés pour leurs adhérents (fabricants de tissus au nord et à l ouest de l Angleterre) qui acceptaient des tissus en consignation et les revendaient à des marchands locaux et étrangers ; proposaient des financements à leurs adhérents en accordant des avances de trésorerie avant la vente des stocks en consignation (ex. : 50 % du prix de vente prévu) et, dans certains cas, un autre acompte après la vente, avant le recouvrement (ex. : 20 % du prix de vente) ; fournissaient à leurs adhérents des services de comptabilité et de recouvrement des créances découlant de ventes à crédit (c.-à-d. via des promesses), et payaient le produit de la vente à l adhérent après recouvrement, diminué des commissions, frais et avances non soldées de l'affactureur. fournissaient à leurs adhérents des conseils en marketing et en affaires d une manière générale (c.-à-d. quelle sorte de marchandises pourraient se vendre le mieux sur le marché) ; et à partir du XVIIIe siècle, si ce n est avant, garantissaient à leurs adhérents, en contrepartie d une commission de ducroire supplémentaire, la capacité de paiement des débiteurs (pas nécessairement que ces derniers paieraient, juste leur solvabilité). Par exemple, le fait qu un client, bien qu étant solvable, choisisse de ne pas payer, en raison peut-être d un litige concernant la qualité ou la quantité des marchandises dont la vente a fait naître la créance en question, ne relevait pas du risque de crédit de l'affactureur.

7 L'affactureur moderne apparaît en Amérique L affacturage est apparu en Amérique avec les Pèlerins, au début du XVIIe siècle. Plus tard, à mesure que le commerce américain se développait après la Guerre civile de 1860 à 1865, les fabriques de tissus du pays (et d autres clients de sociétés d affacturage) avaient de moins en moins besoin des affactureurs, souvent situés dans les villes portuaires et vendant des marchandises en consignation. Au contraire, ces fabriques disposaient de leurs propres entrepôts et départements des ventes, et pouvaient expédier directement leurs marchandises, par voie ferrée, ainsi que contacter leur client plus aisément (télégraphe, courrier postal, etc.). En imposant des droits élevés sur les importations de marchandises européennes, la loi «McKinley Tariff» de 1890 a ébranlé les affactureurs américains. Suite à ces pressions, les affactureurs (1) ont abandonné leur rôle d agent commercial et (2) ont commencé à exercer en tant que sociétés de financement commercial : 1. vérifiant la solvabilité des débiteurs de l adhérent et rachetant des créances sans recours, dans la limite des approbations de crédit/lignes de crédit accordées par l'affactureur, qui assume le risque qu une créance cédée ne soit pas recouvrée à l échéance du seul fait de l incapacité financière du débiteur à s en acquitter, et ce dans la mesure indiquée dans le contrat d affacturage (c.-à-d. prise en charge du «risque de crédit», et pas du «risque de qualité») ; 2. proposant des financements à l adhérent (sous la forme de l «avance» de l affacturage), en «encaissant la cession» ; accordant à l adhérent des avances de trésorerie représentant 70 à 90 % du montant des factures à la date du premier rachat de créances (puis, après recouvrement effectif ou réputé, en payant à l adhérent un «solde» égal au prix d achat, diminué des commissions, frais et avances non soldées de l'affactureur) ; 3. fournissant des services de comptabilité, en inscrivant les créances cédées dans le grand livre et en envoyant les factures aux débiteurs, marquées comme ayant été cédées payables à l'affactureur ; et 4. fournissant des services de recouvrement, comptabilisant les sommes recouvrées (ou réputées recouvrées) et payant le produit des recouvrements, diminué des commissions, frais et avances non soldées non recouvrés de l'affactureur.

8 La priorité de l'affactureur moderne : les créances Toutes les sociétés de financement commercial, qu elles soient prêteurs ou affactureurs, mettent l accent sur diverses questions lors de la conclusion d un contrat potentiel, et notamment : la valeur et la recouvrabilité des créances proposées à la cession (ou à titre de garantie de prêt), en particulier la solidité et la solvabilité des débiteurs sous-jacents ; la solidité financière de l adhérent (ou emprunteur) ; la mesure dans laquelle l adhérent (ou emprunteur) potentiel est endetté ; et la solidité et l intégrité du management de l adhérent (ou emprunteur). Comparés aux banques et aux prêteurs traditionnels, les affactureurs mettent davantage l accent sur la valeur et la recouvrabilité de la garantie donnée sur les créances. Essentiellement, ils cherchent à savoir si les créances proposées à l affacturage sont à payer par des débiteurs solvables, sont valides, ne font pas l objet d une contestation, compensation, demande reconventionnelle ou sûreté de premier rang, et sont facturées et recouvrées comme il convient.

9 Pourquoi les adhérents transfèrent-ils leurs créances? Comme l atteste l historique de l affacturage que nous venons de présenter, d une manière générale, un adhérent conclut un contrat avec un affactureur afin de répondre à au moins deux des besoins suivants : Garantie, afin de se protéger contre le risque d une créance due à l adhérent ne puisse pas être recouvrée à l échéance du seul fait de la faillite ou de toute autre incapacité de paiement du débiteur concerné ; Financement, afin d accélérer le cycle d exploitation (souvent pour les entreprises nouvelles, à croissance rapide et saisonnières, ainsi que les sociétés en difficulté financière, qui ne peuvent prétendre à un prêt bancaire classique), en vendant des créances et (dans les transactions d «affacturage classique») en obtenant de l'affactureur une avance de trésorerie représentant en général 70 à 90 % du prix d achat, lors de la cession des créances. (En revanche, aucune avance n est payée par l'affactureur dans les cas suivants : (1) «affacturage-recouvrement», où l'affactureur paie après que les créances cédées sont recouvrées (ou réputées recouvrées) ; ou (2) affacturage à échéance, où l'affactureur paie à une date convenue, généralement la date d échéance moyenne des créances cédées contenues dans le lot concerné, que l'affactureur ait ou non effectivement procédé au recouvrement à cette date) ; Services de comptabilité, par externalisation de la fonction «gestion des créances/comptabilité» de l adhérent vers l'affactureur. La plupart du temps, les professionnels de l'affactureur peuvent facturer et recouvrer plus efficacement que l adhérent lui-même. L'affactureur se chargera d inscrire les créances cédées dans le grand livre. Par le passé, les affactureurs facturaient également les débiteurs. Aujourd hui, du moins en Amérique, certains affactureurs envoient encore les factures à l adhérent ; d autres acceptent simplement la cession électronique des factures et documents d accompagnement (bons de commande, connaissements, etc.) et vérifient un échantillon des informations reçues pour voir si les factures concernées ont été marquées comme ayant été cédées à l'affactureur, etc. Services de recouvrement, par le biais d appels de relance et autres manœuvres effectués par l'affactureur en vue du recouvrement. Dans tous les types d affacturage, l'affactureur paie à l adhérent le produit des recouvrements une fois reçu (ou, en cas d affacturage sans recours, une fois réputé reçu, si le risque de crédit assumé est activé), diminué des commissions, frais et avances non soldées de l'affactureur. L'affactureur traite les sommes recouvrées créance par créance ou lot par lot, contrairement à la pratique observée dans une opération de prêt.

10 Les étapes d une opération d affacturage courante (en Amérique) Étape 1 : Contact initial entre l'affactureur et l adhérent potentiel. L adhérent soumet une «demande» à l'affactureur, sous accompagnée d un dépôt modeste. L'affactureur envoie à l adhérent potentiel une lettre d intention/proposition sans engagement (signée par ce dernier) qui expose les principaux termes d une éventuelle opération d affacturage, pour discussion uniquement. Étape 2 : L adhérent délivre une quittance subrogative (liste) répertoriant les créances qu il souhaite soumettre à l affacturage, ainsi que leur classement par échéance. L'affactureur examine (souscrit) la transaction en s attachant notamment à (1) appeler/contacter par écrit les débiteurs des créances remises en affacturage afin de vérifier la validité et l exigibilité de celles-ci ; (2) examiner les habitudes et historiques de paiement ; (3) analyser la situation de l adhérent potentiel (sachant qu il doit pouvoir honorer les contrepassations de créances) ; (4) effectuer des recherches sur l adhérent et ses principaux débiteurs au regard de l U.C.C., de la réglementation fiscale, des condamnations ou contentieux éventuels, etc. ; et (5) fixer des limites de crédit quant aux débiteurs et, dans certains cas, quant aux avances totales non recouvrées à telle ou telle date dans le cadre de la ligne de financement. Étape 3 : Les documents juridiques sont établis. [Contrat d affacturage et de garantie, garantie(s) de validité, résolutions de l adhérent autorisant la conclusion du contrat d affacturage, formulaire 8821 du fisc américain «Tax Information Authorization», qui permet à l'affactureur (ou à ses mandataires) d accéder aux dossiers fiscaux de l adhérent conservés auprès de l administration fiscale américaine (IRS)], élaboration d un formulaire de financement (UCC-1 financing statement) mentionnant l adhérent en qualité de débiteur et l'affactureur en qualité de partie garantie ou acheteur, répertoriant les créances cédées et toute sûreté accordée à l affactureur, etc. Étape 4 : Conclusion et financement initiale. Remarque : Même après la signature d un contrat d affacturage, il est courant que celui-ci contienne des «conditions suspensives» au financement initial de l'affactureur, par exemple, s ils n ont pas été reçus avant la conclusion, (1) la preuve que les divers débiteurs ont tous été informés que leurs créances sont cédées et doivent à l avenir être payées à l'affactureur uniquement ; (2) les lettres des débiteurs (ou du moins les principaux débiteurs) et des bailleurs actant le principe d estoppel ; (3) les formulaires de financement UCC-1, dont le dépôt doit être effectué (si cette formalité n a pas été accomplie préalablement) ; (4) les garanties signées de tous les garants ; (5) les quittances de remboursement ou accords inter-créanciers et de subordination conclus avec les détenteurs de sûretés antérieures à celles accordées à l'affactureur ; (6) la finalisation de l intégration du système comptable de l adhérent dans le logiciel et le système de comptabilité de l'affactureur ; et (7) les attestations confirmant la sincérité et l exactitude des déclarations et garanties, etc. Étape 5 : Clôture de lots de créances ; rachat de nouvelles créances et financements différés, souvent hebdomadaires. Étape 6 : Fin de la relation (normalement ou pour manquement).

11 Comment les affactureurs atténuent-ils leurs risques RISQUE DE L'AFFACTUREUR L adhérent cède de fausses factures Les biens ou services fournis par l adhérent de l'affactureur présentent des défauts ou vices. L adhérent falsifie le montant des créances cédées à recouvrer. Les débiteurs omettent de payer. Un tiers (peut-être une banque ou un autre affactureur) fait valoir des droits de premier rang sur les créances cédées. ATTÉNUATION DES RISQUES L'affactureur (1) obtient de l adhérent (vendeur) des déclarations (à intégrer dans le contrat d affacturage) selon lesquelles les créances sont valides et exigibles ; (2) dispose de droits de contrepassation à l encontre de l adhérent dans le cas de violation des garanties du vendeur prévues au contrat d affacturage ; (3) vérifie auprès des débiteurs (avant la cession) que les créances sont valides, exigibles en intégralité, etc. ; et/ou (4) obtient du débiteur (avant la cession) une lettre actant le principe d estoppel et promettant le paiement de la ou des créances sans contestation, compensation ou demande reconventionnelle. En droit américain, cela donne à l affactureur une cause d action indépendante à l encontre du débiteur. Pareil que ci-avant : l'affactureur exigeant une déclaration (intégrée dans le contrat d affacturage) selon laquelle les créances sont exigibles sans contestation, compensation ou demande reconventionnelle, et détient le droit de contrepasser les créances contestées. (1) L'affactureur notifie à tous les débiteurs des créances en question que celles-ci ont été cédées et ne doivent être payées qu à l'affactureur, et (2) l adhérent consent, dans le contrat d affacturage, (a) à ne pas donner instruction aux débiteurs de lui payer les créances cédées ; (b) à retourner immédiatement à l'affactureur tout produit des créances cédées qui lui a été payé par inadvertance après la cession ; et (3) à garantir qu il respectera les procédures de recouvrement. Si le non-paiement est dû UNIQUEMENT au risque de crédit assumé par l'affactureur, cela relève du risque de ce dernier. Atténuation du risque par (1) une procédure de due diligence menée avec soin avant la cession et l établissement de limites de crédit ; (2) la définition des créances «acceptables» (en évitant, par exemple, les concentrations excessives) ; (3) une notification écrite aux débiteurs les informant de la cession faite à l'affactureur et de l instruction de n effectuer les paiements qu à l'affactureur, et à lui seul. En droit américain, cela donne à l'affactureur une cause d action à l encontre du débiteur pour «paiement sur notification» ; (4) la souscription d une assurance-crédit par l'affactureur ; ou (5) le réaffacturage des créances. En vertu du droit américain, recherche minutieuse de toutes sûretés concurrentes, avant la cession, auprès du bureau d enregistrement central des formulaires UCC situé au lieu de constitution du vendeur, et dépôt des propres formulaires de financement UCC-1 de l'affactureur, afin d attester la cession des créances à l'affactureur.

12 Plusieurs types de contrats d affacturage (aux États-Unis) Affacturage sans recours (l'affactureur assume le risque de crédit, selon les termes convenus ; 75 % du volume 2011 (CFA)) par opposition à affacturage avec recours (aucun risque de crédit n est pris en charge ; toutes les créances sont cédées au risque de l adhérent ; 21 % du volume 2011) ou à d autres types d affacturage (4 % du volume) [affacturage partiel sans recours (le risque de crédit assumé par l'affactureur est limité dans le temps, par exemple à 90 jours après l échéance de la facture) par opposition à affacturage partiel avec recours (la prise en charge du risque de crédit est partagée selon des proportions convenues, par exemple 80 % pour l'affactureur et 20 % pour l adhérent)] Affacturage notifié (les débiteurs sont informés du rachat des leurs créances ; 77 % du volume 2011) par opposition à affacturage confidentiel (les débiteurs ne sont pas informés du rachat de leurs créances par un affactureur ; l adhérent de l'affactureur procède aux recouvrements en tant que mandataire de ce dernier, en contrepartie d une commission convenue, mais l'affactureur procure une garantie et/ou un financement, au moyen d avances) Affacturage classique (financement de l adhérent) par opposition à affacturage à échéance ou affacturage-recouvrement (sans avance pour l adhérent dans les deux cas ; l adhérent se procure essentiellement une garantie du risque de crédit auprès de l'affactureur) Autres types d affacturage : - Affacturage ponctuel (l'affactureur achète une seule créance ou un nombre peu élevé de créances) ; - Affacturage d un seul client (seul un débiteur de l adhérent est concerné par l affacturage, sans recours) - Affacturage ventilé (par ordre alphabétique ou par domaine d activité). Par exemple, un affactureur rachète des créances des débiteurs A, B, C, D et E d un adhérent, tandis qu un second affactureur rachète toutes les autres créances de l adhérent. Ces affactureurs ont conclu entre eux un accord inter-affactureurs /inter-créanciers. - Affacturage-recouvrement (ou affacturage par exception) : au lieu que la propriété des créances remises en affacturage soit transférée à l affactureur à la date de rachat, elle est transférée après paiement du prix d achat par l affactureur. Combinaison et adaptation de ce qui précède, en fonction des besoins et le pouvoir de négociation des parties

13 Le choix de l adhérent concernant le type d affacturage à utiliser Besoin principal de l adhérent : gérer le risque de crédit Besoin principal de l adhérent : financement (avances) Affacturage à échéance ou affacturage-recouvrement (sans avance) Affacturage sans recours : l affactureur accepte le risque de crédit en rachetant les créances sans possibilité de recours, ce qui signifie que, selon les termes du contrat d affacturage, l affactureur garantit la solvabilité du débiteur. Le risque de crédit pris en charge peut, par contrat, être large (l insolvabilité du débiteur) ou étroit (limité, par exemple, à une insolvabilité découlant du règlement ou de l administration judiciaires du débiteur, sans toutefois englober la cessation générale de paiements, dans le sens où le débiteur est dans l incapacité générale de s acquitter de ses dettes à leur échéance, mais n est pas encore un failli). Un nombre d affactureurs relativement faible proposent ce type d affacturage classique ou financement du poste clients Affacturage classique Affacturage avec recours : l adhérent rembourse (via la contrepassation) l ensemble des créances cédées qui ne sont pas recouvrées avant une date convenue, sous 90 à 120 jours après l échéance de la facture, même si la raison du nonrecouvrement est une faillite du débiteur survenant après la cession faite à l affactureur. Les grands affactureur s classiques (financement du poste clients) américains (21 % de leur volume 2011) ainsi que des centaines d affactureurs de moindre envergure proposent des lignes d affacturage avec recours.

14 Les options de l adhérent quant au fonds de roulement (allant au-delà de l affacturage) Affacturage classique ; Prêt adossé à des actifs (ABL) (prêts consentis à un emprunteur avec en garantie les créances détenues par ce dernier, ses stocks, etc.) ou escompte de factures ( «l affactureur» accorde des avances, généralement avec possibilité de recours, mais sans nécessairement fournir des services de comptabilité ou de recouvrement) ; Obtention d un crédit fournisseur prolongé (soit volontairement, en négociant des délais de paiement plus longs, soit involontairement l adhérent retenant les paiements dus au fournisseur plus longtemps) ; Cession de créances sur une plateforme en ligne [par exemple, The Receivables Exchange aux États-Unis (avec recours)] ; Affacturage inversé (afin d obtenir de meilleures conditions de la part de ses fournisseurs, un gros acheteur fait en sorte qu un affactureur rachète ses créances fournisseurs. Cela permet aux débiteurs d offrir à l acheteur de meilleurs prix et conditions commerciales, car les délais de grâce ainsi accordés sont désormais au risque de l affactureur, et non pas à celui des fournisseurs). Dans ce cas précis, c est le débiteur qui met en place l affacturage, et non pas l adhérent, comme il est d usage.

15 L affacturage comparé à l assurance-crédit Affacturage Assurance-crédit Couverture des créances Durée de garantie de crédit Volume 100% 70-90% Varie selon type d affacturage Choix entre toutes les créances ou celles dues par chaque débiteur Jusqu à 180 jours En principe, toutes les créances Recouvrement Par l affactureur Par le vendeur Financement Oui (sans recours) Oui (sans recours) Franchises Non Oui

16 L absence de référentiel juridique uniforme aux États-Unis, ou à l international, qui précise ce qui constitue une opération d «affacturage» et ce qui crée une «cession parfaite» de créances Il n existe actuellement aucun référentiel juridique uniforme, que ce soit aux États-Unis ou au niveau international entre les pays, qui précise (1) si et quand une transaction donnée constitue une opération d «affacturage» ; et (2) ce qui crée ou ne crée pas une cession parfaite de créances. Du moins aux États-Unis, l «affacturage», dans le langage commercial courant, englobe toute transaction qui, dans la «forme», est présentée comme un achatvente de créances, qu il y ait ou non transfert du risque de crédit vers l affactureur (comme dans l affacturage «classique» ou «complet»).

17 L affacturage classique avec «cession parfaite» de créances par rapport au prêt Un simple exemple illustre très clairement la différence entre l affacturage «classique» (également appelé affacturage «complet» ou «financement du poste clients»), d une part, où l affactureur rachète des créances sans possibilité de recours, et le prêt adossé à des actifs (où un prêteur consent des prêts qui, bien que garantis par des créances données en nantissement à titre de sûreté, sont accordés avec possibilité de recours), d autre part. Supposons qu une société (adhérent) cède à l affactureur une créance de $ due par un client A et d échéance à 60 jours, à un taux d escompte forfaitaire de 5 %, l affactureur accordant une avance de 80 % à la date de cession. Supposons en outre que l affactureur rachète la créance «sans possibilité de recours», en assumant, dans le cadre du contrat d affacturage concerné, le risque que cette créance ne soit pas recouvrée du seul fait de l insolvabilité du client A. L affactureur prélève également une «garantie de validité» sur le principal de l adhérent. À la date de cession, l affactureur paie 800 $ à l adhérent. Si la transaction avait été un prêt adossé à des actifs, à un taux d intérêt de 5 %, le prêteur aurait également payé 800 $ à l adhérent s il avait avancé 80 % du montant des créances données en nantissement. Donc, les mêmes facteurs économiques jusque-là (à l exception qu il est inapproprié d assimiler les frais d escompte aux taux d intérêt, car les frais d escompte facturés par l affactureur rémunèrent les services tels que la prise en charge du risque de crédit, la comptabilité et le recouvrement qu un prêteur traditionnel ne fournirait pas). MAINTENANT, supposons que 40 jours après la cession, le client A déclare faillite. À PRÉSENT, les flux de trésorerie et les droits juridiques entre ces deux transactions diffèrent sensiblement : Si la transaction avait été un prêt adossé à des actifs, le prêteur aurait alors, parce qu il a consenti son prêt avec possibilité de recours, (1) le droit de poursuivre immédiatement l adhérent (son emprunteur) pour 800 $, c est-à-dire le principal du prêt non remboursé, sans devoir préalablement tenter de recouvrer la créance due par le client A. Le prêteur est donc «dépourvu» de son prêt initial de 800 $, auquel il soustrait tout montant qu il peut recouvrer à partir des autres actifs de l adhérent (ou auprès des éventuels garants du prêt) et les intérêts courus sur le prêt. En revanche, si l UNIQUE raison du non-recouvrement de la créance était la faillite du client A (et non pas parce que le client A a contesté la qualité ou la quantité des biens ou services qu il a reçus de l adhérent), l affactureur non seulement perd son «avance» initiale de 800 $ parce qu il a racheté la créance sans possibilité de recours, mais doit ÉGALEMENT, sachant que la créance est «réputée recouvrée», payer à son adhérent un «solde» égal au prix d achat contractuel dont il s est acquitté (950 $ ; c.-à-d $ moins des frais d escompte de 50 $ pour un taux de 5 %), diminué de l avance initiale de 800 $, ce qui signifie que l affactureur paie 150 $ de plus à son adhérent. Aucun prêteur ayant consenti un prêt adossé à des actifs ne débourserait JAMAIS un montant supplémentaire au profit de son emprunteur dans ces circonstances. L affactureur ne peut pas non plus recouvrer la garantie de validité auprès du garant concerné car il s agit uniquement d une garantie que la créance est valide et conforme aux déclarations et garanties du vendeur, et elle ne s étend pas au risque de crédit pris en charge. Par conséquent, l affactureur perd 950 $, auquel il soustrait tout montant qu il peut recouvrer de ses créances dans la faillite du client A et les frais d escompte. ET, si l affactureur ne peut rien recouvrer dans la faillite (ou ne récupère qu un montant partiel), il ne peut alors poursuivre le client A au titre d aucun passif. (Comme indiqué ci-avant, un prêteur pourrait chercher à obtenir un jugement ordonnant le paiement.)

18 L affacturage avec recours par rapport au prêt Lorsqu un affactureur rachète des créances avec possibilité de recours, les «facteurs économiques» d une opération d affacturage, d une part, et celle d une opération de prêt, d autre part, sont assez similaires. Toutefois, l affactureur intervenant avec possibilité de recours fournit souvent à son adhérent des services de comptabilité et de recouvrement qu un prêteur traditionnel ne proposerait pas. Aux États-Unis, dans 48 États sur 50, la plupart des tribunaux requalifieraient une opération d affacturage avec recours comme étant, en droit, un prêt garanti, en ignorant la «forme» de l «achat-vente de créances» dans le contrat d affacturage. Toutefois, certains tribunaux américains, tels que la Cour d appel du neuvième circuit et la Cour suprême de l Arkansas), ont reconnu les opérations d affacturage «avec recours» comme des «cessions parfaites», sur la base (1) de l intention expresse des parties, dans le contrat d affacturage, de procéder à un achat-vente de créances ; et (2) de l incapacité de l adhérent à racheter les créances auprès de l affactureur à son gré. Alors que l affactureur a le droit de contrepasser les créances qui ne sont pas recouvrées en temps voulu («option de vente», en quelque sorte), l adhérent ne peut pas racheter («option d achat») ces créances à l affactureur malgré l objection de celui-ci. Au Royaume-Uni, et dans de nombreux pays, les tribunaux considère une opération d affacturage avec recours comme une «cession parfaite» de créances par l adhérent à l affactureur car, de leur avis, c est l intention des parties, et non pas les facteurs économiques, qui régit la forme juridique de cette opération. Voir, par exemple, Hallmark Cards, Inc. c/ Yun Choy Ltd., 5 H.K.C. 453 (C.F.I., 16 juin 2011) (décision du tribunal de première instance de Hong Kong, suivant la jurisprudence anglaise)

19 Pourquoi la définition d «affacturage» importe-t-elle (dans le droit américain)? Dans plusieurs États américains, il y a une limite au montant des intérêts qui peuvent être facturés sur (a) les prêts aux particuliers, et (b) les prêts aux entreprises. Par exemple, dans le droit new yorkais, un prêt aux entreprises produisant des intérêts de plus de 25 % est usuraire au plan pénal et peut ne pas être recouvré en tout ou partie. À comparer avec la législation de la Virginie, qui n impose aucune limite d intérêt sur les prêts aux entreprises. D une manière générale, tous les États américains, d une façon ou d une autre, plafonnent les intérêts qui peuvent être facturés sur les prêts (à la consommation) non destinés aux entreprises. Une opération d affacturage avec recours aux États-Unis est plus susceptible d aller à l encontre de ces lois sur l usure.

20 Des lois types sur l affacturage sont-elles nécessaires en Afrique? Aux États-Unis, l affacturage est aujourd hui (1) totalement non réglementé au niveau fédéral, et (2) réglementé, de façon modeste, dans très peu d États seulement [par la loi californienne sur les prêteurs financiers (CFLL), par exemple] ; En Europe, j ai l impression que des exigences légales (niveau de capital minimum, délivrance d autorisations, etc.) imposent aux affactureur s d exercer dans quelques pays seulement, et pas dans tous. Il existe aux États-Unis et en Angleterre des lieux spécifiques où un affactureur envisageant une transaction peut rechercher (1) avant la cession de créances, des sûretés et privilèges concurrents ; et (2) après la cession de créances, des privilèges et sûretés qui pourraient «avoir priorité» ou «influer négativement» sur la situation de l affactureur (tels que des privilèges fiscaux enregistrés ultérieurement qui ont la priorité ou les privilèges/sûretés d un affactureur ou prêteur de rang inférieur acceptés en violation d une clause du contrat d affacturage interdisant d autres charges). - Aux États-Unis, l U.C.C. impose à l affactureur de rechercher les privilèges/sûretés concurrents d une «personne morale» (c.-à-d. une entreprise, société en commandite ou société anonyme). - Au Royaume-Uni, les sûretés/privilèges sont enregistrés auprès de la Companies House, et les actes de vente à la Cour royale de Justice, à Londres. Les États-Unis et le Royaume-Uni n ont guère besoin de lois sur l affacturage, car cette opération et ses pratiques opérationnelles sont relativement bien connues dans ces deux pays, et notre «jurisprudence» judiciaire s est enrichie durant un nombre considérable d années, notamment aux États-Unis (l affacturage moderne n est réapparu au Royaume-Uni, en provenance des États-Unis, qu aux alentours de 1960, après s être éteint en Angleterre au cours du XIXe siècle). Les États-Unis comptent également avec un «code de commerce uniforme» (U.C.C.) complet, composé de plusieurs centaines de pages, qui fournit d importantes directives. L U.C.C. est en vigueur (quoique avec quelques modifications) dans l ensemble des 50 États. En Afrique, la nécessité de lois types se fait bien plus sentir car (1) l affacturage y est relativement inconnu ; (2) la législation commerciale y est (relativement) moins établie ; et (3) il n y a souvent aucun registre central des sûretés, etc.

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Conférence d Afreximbank - Lusaka. Aspects réglementaires et juridiques de l affacturage. International Factors Group Loi type sur l affacturage

Conférence d Afreximbank - Lusaka. Aspects réglementaires et juridiques de l affacturage. International Factors Group Loi type sur l affacturage Conférence d Afreximbank - Lusaka Aspects réglementaires et juridiques de l affacturage et International Factors Group Loi type sur l affacturage Edward Wilde Avocat chez Squire Patton Boggs Équipe des

Plus en détail

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation (Loi sur l assurance contre les risques à l exportation, LARE) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art.

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de l immobilier Janvier 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAE GROUPE 2014

CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAE GROUPE 2014 CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAE GROUPE 2014 Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes les ventes de produits, matériels et équipements commercialisés auprès de professionnels

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON de la société KULLEN GmbH & Co KG, Reutlingen 1. Conditions générales 1.1 Nous n assumons les commandes et livraisons en tout genre que conformément aux clauses

Plus en détail

CABINET SEDDIK L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction. Définition de l affacturage. Mécanisme d affacturage. Le coût de l affacturage

CABINET SEDDIK L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction. Définition de l affacturage. Mécanisme d affacturage. Le coût de l affacturage L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction Définition de l affacturage Mécanisme d affacturage Le coût de l affacturage Distinction entre l affacturage et l assurance-crédit Avantages et inconvénients de l

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation (LASRE) 946.10 du 16 décembre 2005 (Etat le 16 mai 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 100, al. 1,

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Conditions générales de vente et de livraison de la Société GEDIA Gebrüder Dingerkus GmbH Attendorn, Allemagne

Conditions générales de vente et de livraison de la Société GEDIA Gebrüder Dingerkus GmbH Attendorn, Allemagne Conditions générales de vente et de livraison de la Société GEDIA Gebrüder Dingerkus GmbH Attendorn, Allemagne Nous attirons votre attention sur le fait que droit allemand s applique à l ensemble des contrats

Plus en détail

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Objectif 1 L objectif de la présente norme est d imposer aux entités de fournir des informations dans leurs

Plus en détail

CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL

CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL Les États contractants, PRÉAMBULE Réaffirmant leur conviction que le commerce international sur la base de l égalité

Plus en détail

14.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification

14.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification Session d'automne 04 e-parl 8.09.04 4:4 - - 4.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification Projet du Décision du du mai 04 du 8 septembre 04 Adhésion au projet

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES INVESTMENT INDUSTRY REGULATORY ORGANIZATION OF CANADA

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES INVESTMENT INDUSTRY REGULATORY ORGANIZATION OF CANADA ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES INVESTMENT INDUSTRY REGULATORY ORGANIZATION OF CANADA CONVENTION UNIFORME DE SUBORDINATION DE PRÊT Borden Ladner Gervais s.r.l.,

Plus en détail

1. Le lieu d exécution pour toutes les obligations nées du contrat de livraison est le lieu de l établissement commercial du vendeur.

1. Le lieu d exécution pour toutes les obligations nées du contrat de livraison est le lieu de l établissement commercial du vendeur. Conditions Générales Unifiées de l Industrie Textile Allemande Version du 01.01.2002 Les Conditions Générales Unifiées ne sont applicables qu entre commerçants Art. 1er Lieu d exécution, livraison et acceptation

Plus en détail

Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC

Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC RÉSERVÉ À EDC : CI # : Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC 1 RENSEIGNEMENTS SUR LE CLIENT Nom légal de l entreprise

Plus en détail

Norme internationale d information financière 11 Partenariats

Norme internationale d information financière 11 Partenariats Norme internationale d information financière 11 Partenariats Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière pour les entités qui détiennent des intérêts

Plus en détail

PEINTURES INTERIEURES

PEINTURES INTERIEURES PEINTURES INTERIEURES PEINTURES EXTERIEURES ENDUITS INTERIEURS-EXTERIEURS CONDITIONS GENERALES DE VENTE, DE LIVRAISON ET DE PAIEMENT 1 GENERALITES Toutes les commandes sont acceptées

Plus en détail

Projet de loi n o 24. Présentation. Présenté par M. Jean-Marc Fournier Ministre de la Justice

Projet de loi n o 24. Présentation. Présenté par M. Jean-Marc Fournier Ministre de la Justice DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 24 Loi visant principalement à lutter contre le surendettement des consommateurs et à moderniser les règles relatives au crédit à la consommation

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Par MARKEL INTERNATIONAL LTD

Par MARKEL INTERNATIONAL LTD Par MARKEL INTERNATIONAL LTD Conditions Générales N GF AI 2005-1 EN AUCUN CAS LE PRESENT DOCUMENT NE VAUT ATTESTATION DE GARANTIE Le contrat est régi par les dispositions du Code des Assurances. Il est

Plus en détail

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension.

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Bourse de Casablanca Sommaire CHAPITRE PREMIER- DISPOSITIONS GENERALES...3 CHAPITRE II - DES MODALITES DE CONCLUSION DES OPERATIONS DE PENSION...3 CHAPITRE

Plus en détail

FORMULAIRE DE GESTION DES CRÉANCES (le «Formulaire»)

FORMULAIRE DE GESTION DES CRÉANCES (le «Formulaire») FORMULAIRE DE GESTION DES CRÉANCES (le «Formulaire») Mesure(s) visée(s) (cocher toutes les cases pertinentes) : Signaler une créance de 15 000 CAD/USD ou plus (remplir la Partie A) Présenter une demande

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE COM ET UNE IMAGE 27 Boulevard Albert Einstein 21000 DIJON N RCS : 481781102 CONDITIONS GENERALES DE VENTE Article 1 Objet et champ d application Toute commande de produits à notre société implique l acceptation

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre Règles des courtiers membres Personne-ressource : Answerd Ramcharan Chef de l information financière Politique de réglementation des membres 416

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Traitement comptable de contrats de factoring Projet d avis Introduction Le factoring peut être défini comme une technique qui, en vertu d un contrat conclu avec un organisme

Plus en détail

PREMIERES OBSERVATIONS SUR LA LOI CAMEROUNAISE RELATIVE A L'AFFACTURAGE

PREMIERES OBSERVATIONS SUR LA LOI CAMEROUNAISE RELATIVE A L'AFFACTURAGE PREMIERES OBSERVATIONS SUR LA LOI CAMEROUNAISE RELATIVE A L'AFFACTURAGE Article juridique publié le 30/06/2014, vu 1413 fois, Auteur : Dr KAMWE MOUAFFO La loi relative à l'affacturage est en vigueur depuis

Plus en détail

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région L e statut juridique de l Agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HBG) aux Articles 84 à 92c. Ces articles ont été modifiés par la Loi du

Plus en détail

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Me David Lemieux Fasken Martineau 22 mai 2007 Première Étape : Déterminer les besoins de l entreprise 1. Plan d affaires 2. Projections financières

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients :

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients : LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES I. Les ventes A) La facture de doit La facture de doit est établie par un fournisseur pour constater la créance sur le client, suite à une vente. C est donc la traduction d

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principaux moyens à mettre en oeuvre pour : gérer le risque clients recouvrer les impayés. TEMPS PREVU : 3 h 00

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principaux moyens à mettre en oeuvre pour : gérer le risque clients recouvrer les impayés. TEMPS PREVU : 3 h 00 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT EPS Conditions générales Page 1 sur 5 1. Définitions, termes acceptés : le terme «Acheteur» désigne Alcoa Inc., les entreprises agissant en tant que (a) filiale ou société affiliée, ou les sociétés liées

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

MARGE GARANTIES DE CAUTIONNEMENTS BANCAIRES CONDITIONS GÉNÉRALES

MARGE GARANTIES DE CAUTIONNEMENTS BANCAIRES CONDITIONS GÉNÉRALES MARGE GARANTIES DE CAUTIONNEMENTS BANCAIRES CONDITIONS GÉNÉRALES DÉFINITIONS Définitions 1. Aux fins de la présente Marge Garanties de cautionnements bancaires («Marge PSG») et de tout amendement ou tableau

Plus en détail

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE Règlement financier Article 1 Champ d application 1. Le présent règlement régit la gestion financière du secrétariat du Traité sur l Antarctique

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

Le factor peut régler par anticipation tout ou partie du montant des créances transférées.

Le factor peut régler par anticipation tout ou partie du montant des créances transférées. AFFACTURAGE 17/07/2014 L AFFACTURAGE ou «FACTORING» L affacturage ou «factoring» consiste en un transfert de créances commerciales de leur titulaire, appelé «adhérent», à une société d affacturage ou «factor»,

Plus en détail

Conditions générales de Vente et de Service Reveb Sarl AlloPC

Conditions générales de Vente et de Service Reveb Sarl AlloPC AlloPC Reveb Sarl Conditions générales de Vente et de Service Reveb Sarl AlloPC Conditions générales de vente : Vente directe (s applique à toutes les ventes directes, par Internet ou par téléphone) 1.

Plus en détail

Association royale de produits de pépinière et de plantes à bulbe (ANTHOS) CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET DE LIVRAISON

Association royale de produits de pépinière et de plantes à bulbe (ANTHOS) CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET DE LIVRAISON Association royale de produits de pépinière et de plantes à bulbe (ANTHOS) CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET DE LIVRAISON 1. Application 1.1. Les présentes conditions ne s appliquent qu aux contrats dans

Plus en détail

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial Le 3 mars 2014 Les contribuables canadiens, y compris les multinationales établies au Canada, qui participent à des mécanismes de prêt sans lien de dépendance pourraient, contre toute attente, être touchés

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

CONDITIONS DE VENTE COMMERCIALE DE TP Vision Belgium NV

CONDITIONS DE VENTE COMMERCIALE DE TP Vision Belgium NV 1. OFFRE, CONFIRMATION OU CONTRAT CONDITIONS DE VENTE COMMERCIALE DE TP Vision Belgium NV Ces conditions de vente commerciale de TP Vision Belgium NV ( les Conditions ) s appliquent à tous les devis et

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES SIAPV Service Image Aérienne Photos Vidéos AUBERTIN Christophe 11, rue du Milieu 55230 ARRANCY-SUR-CRUSNE Tél. : +33(0)630204998 Email : contact@siapv.fr Site internet : www.siapv.fr SIREN : 532 843 653

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 9 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 266 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question de révision N o 14 Exercices 11. La comptabilisation des créances 19. La

Plus en détail

Annexe des dispositions additionnelles Prêt hypothécaire à taux variable

Annexe des dispositions additionnelles Prêt hypothécaire à taux variable Page 1 de 5 Annexe des dispositions additionnelles Prêt hypothécaire à taux variable La présente annexe est une annexe à l acte de prêt hypothécaire intervenu en date du devant M e (l «Acte») entre : (l

Plus en détail

Conditions générales des crédits & financements page 1/8

Conditions générales des crédits & financements page 1/8 Chers partenaires-crédités, En acceptant un crédit de CREDAL SC, vous marquez votre acceptation sur les conditions précisées ci-après, qui tendent au respect d un équilibre entre les droits et les obligations

Plus en détail

ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ LOGISTIQUE TRANSPORT. Action directe en paiement du transporteur. Article L.132-8 du code de commerce

ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ LOGISTIQUE TRANSPORT. Action directe en paiement du transporteur. Article L.132-8 du code de commerce Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ LOGISTIQUE TRANSPORT LOGISTIQUE TRANSPORT Septembre 2008 Action directe en paiement du transporteur Article L.132-8 du code de commerce L article L 132-8

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/23 - Traitement comptable de contrats de factoring. Avis du 5 octobre 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/23 - Traitement comptable de contrats de factoring. Avis du 5 octobre 2011 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/23 - Traitement comptable de contrats de factoring Avis du 5 octobre 2011 Introduction Le factoring peut être défini comme une technique qui, en vertu d un

Plus en détail

Conditions générales de vente web shop Nearly New Car

Conditions générales de vente web shop Nearly New Car (Succursale de Mercedes-Benz Belgium Luxembourg SA, avenue du Péage 68, 1200 Bruxelles, RPM Conditions générales de vente web shop Nearly New Car 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les présentes conditions

Plus en détail

L entente de Représentation

L entente de Représentation L entente de Représentation FedEx Trade Networks Transport et Courtage (Canada), Inc. 7075 Ordan Drive Mississauga, ON L5T 1K6 Directives Pour Remplir L entente de Représentation Signez trois copies de

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Conditions Générales de Vente de la société NEC Tokin Europe GmbH

Conditions Générales de Vente de la société NEC Tokin Europe GmbH Conditions Générales de Vente de la société NEC Tokin Europe GmbH 1 Champs d application 1.1 Toutes livraisons, prestations et offres de la société NEC Tokin Europe GmbH ci-après désignée NEC TOKIN sont

Plus en détail

Conditions générales de vente et de livraison 2014 Knapzak Benelux BV Kraaivenstraat 36-09 5048 AB Tilburg (Pays-Bas)

Conditions générales de vente et de livraison 2014 Knapzak Benelux BV Kraaivenstraat 36-09 5048 AB Tilburg (Pays-Bas) Conditions générales de vente et de livraison 2014 Knapzak Benelux BV Kraaivenstraat 36-09 5048 AB Tilburg (Pays-Bas) Article 1. Dispositions générales 1.1. Les présentes conditions s appliquent à toutes

Plus en détail

CONTRAT DE COMMISSION

CONTRAT DE COMMISSION CONTRAT DE COMMISSION ENTRE La Société E2G PHOTONICS MARKETPLACE, S.A.R.L. au capital de 60.000, Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Versailles sous le numéro B 794 547 570, Dont le

Plus en détail

«Cahier des charges» signifie la liste des caractéristiques que le Service devra contenir.

«Cahier des charges» signifie la liste des caractéristiques que le Service devra contenir. PAGE 1/ Conditions générales 1. Objet du contrat Les présentes Conditions générales définissent les conditions applicables à la relation contractuelle entre les parties au contrat pour les services définis

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Ce contrat vous est proposé à titre de documentation. Un contrat doit toujours être adapté aux objectifs poursuivis par les parties et à leurs particularités juridiques propres.

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE L ASSISTANCE JURIDIQUE LEGILOCAL

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE L ASSISTANCE JURIDIQUE LEGILOCAL CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE L ASSISTANCE JURIDIQUE LEGILOCAL ARTICLE 1 : SERVICE PROPOSE PAR VICTOIRES SA VICTOIRES SA met à la disposition du Client un service personnalisé et externalisé d information,

Plus en détail

Berne, 1 er juillet 2014. Conditions générales pour la fourniture d énergie électrique Consommateurs avec accès libre au réseau

Berne, 1 er juillet 2014. Conditions générales pour la fourniture d énergie électrique Consommateurs avec accès libre au réseau Berne, 1 er juillet 2014 Conditions générales pour la fourniture d énergie électrique Consommateurs avec accès libre au réseau CG pour la fourniture d énergie électrique I Consommateurs avec accès libre

Plus en détail

Carrier Enterprise Canada, L.P.

Carrier Enterprise Canada, L.P. Date : DEMANDE DE CRÉDIT Nom du demandeur (Si le demandeur est une société par actions ou une S.A.R.L., inscrire la dénomination indiquée dans les STATUTS CONSTITUTIFS) Énumérer toutes les appellations

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE (CGS)

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE (CGS) CONDITIONS GENERALES DE SERVICE (CGS) Les présentes Conditions Générales de Service sont conclues entre : La société MEETOBIZ, Société par actions simplifiée au capital de vingt mille (20.000) euros, immatriculée

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS GÉNÉRALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT - DGP 506 B - SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Définitions 4 Article 2 Faits générateurs de sinistre

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Vous, le Client, personne physique ou morale, achetant des produits et/ou services chez nous.

Vous, le Client, personne physique ou morale, achetant des produits et/ou services chez nous. CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT ET DE VENTE L acheteur a le droit de renoncer à son achat à condition d en informer le vendeur par écrit dans un délai de 14 jours civils suivant la date de l achat; L acheteur

Plus en détail

CONVENTION D AIDE FINANCIÈRE EN VERTU DE LA LOI SUR L AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES DU QUÉBEC

CONVENTION D AIDE FINANCIÈRE EN VERTU DE LA LOI SUR L AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES DU QUÉBEC CONVENTION D AIDE FINANCIÈRE EN VERTU DE LA LOI SUR L AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES DU QUÉBEC RENSEIGNEMENTS SUR L ÉTUDIANT Nom et prénom de l étudiant (et initiale du deuxième prénom, le cas échéant) Numéro

Plus en détail

Les termes suivants, dont la première lettre est en majuscule, répondent de la définition suivante :

Les termes suivants, dont la première lettre est en majuscule, répondent de la définition suivante : CONDITIONS GENERALES DE VENTE Article préliminaire : Définitions Les termes suivants, dont la première lettre est en majuscule, répondent de la définition suivante : CGV : les présentes Conditions Générales

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... 1. Partie introductive... 3

Table des matières. Avant-propos... 1. Partie introductive... 3 Table des matières Avant-propos... 1 Partie introductive... 3 Le partage des compétences législatives... 3 Les pouvoirs de juridiction fédérale... 6 Les pouvoirs de juridiction provinciale... 7 Les compagnies

Plus en détail

Recoveris.com Conditions Générales de Service

Recoveris.com Conditions Générales de Service Recoveris.com Conditions Générales de Service Préambule Recoveris.com (le «Site») est un site édité par Demander Justice (le «Mandataire»), société par actions simplifiée au capital de 228.005 euros, immatriculée

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES O&C SARL

CONDITIONS GENERALES DE VENTES O&C SARL CONDITIONS GENERALES DE VENTES O&C SARL 1) Objet / Généralités Nos ventes sont soumises aux présentes conditions générales qui prévalent sur toutes conditions d achats, sauf accord particulier conclu préalablement

Plus en détail

Établissement d un paiement excédentaire

Établissement d un paiement excédentaire Directives du programme Ontario au travail 9.3 Recouvrement des paiements excédentaires Autorisation législative Articles 19-23, paragraphe 28(6) et article 32 de la Loi Article 62 du Règlement 134/98

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers)

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers) CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES DEST. : BANQUE ROYALE DU CANADA DÉFINITIONS (Prêts aux particuliers) Les mots dont les définitions apparaissent ci-dessous sont utilisés tout au long de ce document.

Plus en détail

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier L assurance crédit et le financement des exportations 2 Section 1. Les modalités de paiement des exportations : le crédit documentaire Section 2. Les crédits à court terme et le financement des exportations

Plus en détail

ENTENTE DE REVENDEUR AUTORISÉ GRIFFIN

ENTENTE DE REVENDEUR AUTORISÉ GRIFFIN ENTENTE DE REVENDEUR AUTORISÉ GRIFFIN Griffin Technology, Inc. («Griffin») comprend que le requérant (ou «revendeur») a conclu, ou a l intention de conclure une entente («entente de distributeur autorisé»)

Plus en détail

LE PRESENT CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES DE DECLARATION DELEGUEE (le «Contrat»)

LE PRESENT CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES DE DECLARATION DELEGUEE (le «Contrat») LE PRESENT CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES DE DECLARATION DELEGUEE (le «Contrat») ENTRE : (1) (le «Client») et (2) ING Belgique SA (la «Banque») INTRODUCTION (A) (B) (C) Le Client et la Banque ont conclu

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

Conditions de Vente, de Livraison et de Paiement. I. Généralités, Offre, Conditions de livraison,

Conditions de Vente, de Livraison et de Paiement. I. Généralités, Offre, Conditions de livraison, Conditions de Vente, de Livraison et de Paiement I. Généralités, Offre, Conditions de livraison, 1. Les offres, livraisons et autres prestations se font exclusivement sur la base des conditions suivantes,

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

Le concept d affacturage. Évolution Développements actuels Défis

Le concept d affacturage. Évolution Développements actuels Défis Le concept d affacturage Évolution Développements actuels Défis Peter Brinsley, Directeur de Point Forward Séminaire Afreximbank, Lusaka, novembre 2014 Concept Recouvrement de créances Dettes commerciales

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 65 TITRE III- LA FAILLITE... 109

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 65 TITRE III- LA FAILLITE... 109 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 65 TITRE III- LA FAILLITE............................................

Plus en détail