La prévention des fraudes : cas des organismes sans but lucratif. Nadia Smaili, Ph. D., M.Sc., CGA. Professeure, département des sciences comptables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La prévention des fraudes : cas des organismes sans but lucratif. Nadia Smaili, Ph. D., M.Sc., CGA. Professeure, département des sciences comptables"

Transcription

1 La prévention des fraudes : cas des organismes sans but lucratif Nadia Smaili, Ph. D., M.Sc., CGA Professeure, département des sciences comptables Bureau R-4414, ESG UQAM Selon l étude des experts analystes de la fraude de l Association of Certified Fraud Examiners (ACFE), les coûts de la fraude s élèvent à 7% du PIB américain en 2008, soit 994 milliards de dollars comparé à 5% du PIB en La fraude touche aussi bien les entreprises privées et publiques que les organismes sans but lucratif. Ainsi, le dernier rapport de l ACFE de 2010 portant sur 1843 cas de fraude survenus dans plus de 100 pays montre que 9,6% des cas de fraude étaient dans des organismes sans but lucratif (OSBL) et leur coût s élevait à $. En plus, 16,3 % des fraudes ont été détectées dans les organismes environnementaux. Les fraudes dans les organismes gouvernementaux et dans les OSBL sont plus fréquentes que l on pourrait le croire. Paradoxalement, la plupart des recherches se sont presque exclusivement interessées aux fraudes dans les entreprises privées à but lucratif et américaines. En 2009, l organisme Grand Prix de Valcourt a fait faillite suite à la fraude de l exdirectrice administrative de l événement et responsable de la comptabilité. Selon les documents de la poursuite, le montant de la fraude était de $. L exdirectrice aurait utilisé une carte de crédit appartenant à l'organisme pour régler, 1

2 entre autres, des achats faits dans des bijouteries, des magasins d'électronique et de vêtements. Elle a également falsifié des documents et a encaissé des paies pour des périodes où elle n'était même plus à l'emploi du Grand Prix de Valcourt. Ce cas parmi d autres montre que le risque de fraude est probable dans les OSBL. Cependant, peu d études se sont interessées à examiner la fraude dans les OSBL. La plupart de ces études ont analysé les motivations, les schémas et les conséquences de la fraude. D autres ont examiné le rôle de la gouvernance, en particulier, celui du conseil d administration et du comité d audit dans la prévention et la détection de la fraude. Mais, quelles sont les fraudes les plus fréquentes dans les OSBL? Quelles sont les motivations du fraudeur dans les OSBL? Sont-elles les mêmes que dans les autres types d organisations? Quel est le rôle de la gouvernance dans la prévention et la détection de la fraude? L objectif ultime de cette étude est d examiner la fraude dans les organismes sans but lucratif. L article permet d aider les conseils d administration et les dirigeants des OSBL à prévenir les fraudes et à mettre en place une saine gouvernance. Dans la première partie de l article, nous proposons de définir la fraude et d analyser les motivations du fraudeur. La deuxiéme partie examine le rôle de la gouvernance dans la prévention et la détection de la fraude. Enfin, la troisiéme partie analyse les spécificités de la gouvernance et de la fraude dans les organismes sans but lucratif. Définition, motivations et conséquences de la fraude Le probléme d agence dans les OSBL Dans la plupart des cas de fraude, notamment Norbourg, CINAR, et Grand Prix Valcourt, des dirigeants opportunistes ont cherché par des pratiques frauduleuses à s enrichir indûment au détriment des pourvoyeurs de fonds ou des donateurs. La 2

3 séparation entre la propriété et le contrôle créent des conflits d intérêts entre le principal (l actionnaire, le donateur ou le pourvoyeur de fonds) et l agent (le gestionnaire). Le gestionnaire peut alors profiter de sa position dans l entreprise, de ses compétences techniques et de son espace discrétionnaire pour agir dans son propre intérêt. Nous pensons que le problème d agence existe dans les OSBL et surtout dans les plus grandes puisque les donateurs doivent déléguer le pouvoir à un gestionnaire et que ce dernier peut manipuler les données comptables, falsifier des documents, ou agir illégalement pour s enrichir aux détriments des autres parties prenantes. Par conséquent, le risque de fraude est probable dans les OSBL. De plus, nous pensons que le type de fraude diffère selon la taille des OSBL. Nous supposons que le détournement de fonds et d actifs est plus probable dans les petites OSBL du princiapalement à l absence des contrôles de base. Dans les plus grandes, le risque de fraude des dirigeants et le détournement de fonds seront plus probables. Définition de la fraude La fraude est un acte accompli dans l illégalité dans le but de tromper délibérément, à soutirer de l argent contre la volonté de quelqu un ou à falsifier intentionnellement un document et portant atteinte aux droits ou aux intérêts d autrui. En général, la fraude comprend trois éléments principaux : un élément intentionnel, une volonté de dissimulation et un mode opératoire. Selon l ACFE, la fraude corporative est «l utilisation par une personne de son activité professionnelle pour s enrichir personnellement par le détournement volontaire des ressources ou des actifs de son employeur». La fraude paraît alors comme un acte délibéré effectué dans le but de gagner malhonnêtement un avantage par la réduction de l actif de la victime. Selon le rapport sur la fraude de l ACFE en 2010, 65 % des top managers perçoivent la fraude comme un risque significatif pour leur industrie, 35 % pensent que le détournement de biens et services est la catégorie de 3

4 fraude la plus importante et 14 % pensent que les fraudes aux états financiers sont importantes. Les conséquences de la fraude Les conséquences de la fraude sont multiples (ex : faillite, poursuite, mauvaise réputation, changements dans la gouvernance et de direction) et concernent plusieurs intervenants (les acteurs de gouvernance, le comptable, etc.). Suite à la détection d une fraude, l organisme peut déclarer faillite tel était le cas de l organisme Grand Prix Valcourt. Les dirigeants ainsi que le vérificateur externe peuvent être poursuivis. Généralement, nous observons un changement dans la gouvernance de l organisme surtout dans le conseil d administration. Les recherches empiriques montrent que la gouvernance s améliore après la détection de la fraude. En particulier, le nombre d administrateurs indépendants augmente. Ainsi, Agrawal et al. (1999) montrent qu il existe une importante rotation chez les membres de la direction et les administrateurs après la détection de la fraude. Farber (2005) montre que les entreprises frauduleuses tentent d améliorer leurs systèmes de gouvernance après détection de fraude. Les résultats de Marciukaityte et al. (2006) montrent que la plupart des firmes accusées de fraude augmentent le pourcentage d administrateurs externes dans leurs conseils d administration et comités d audit. Le pourcentage des directeurs généraux qui président aussi le conseil de ces firmes passe de 86 % à 79 %. Déterminants de la fraude Selon Comer (1977), les besoins psychologique et économique et l improbabilité perçue d être détectée peuvent encourager une personne à frauder. Albrecht (1982) 4

5 identifie trois groupes de causes communes à la fraude : la pression, l opportunisme et les caractéristiques personnelles de l auteur du délit. La plupart des recherches qui analysent les causes de la fraude utilisent le «Triangle de la fraude» dont les composantes sont la pression, l opportunisme et la rationalisation. Selon ce triangle, une fraude n est possible que si le fraudeur subit des pressions, perçoit une occasion apparente de la commettre et trouve des justifications lui permettant une certaine rationalisation de son acte. Plusieurs facteurs peuvent être à l origine de la fraude. Ils peuvent être classés en facteurs internes et externes. Les facteurs internes sont 1) la détérioration de la situation financière de l organisme ou l impossibilité d atteindre les objectifs fixés; 2) une augmentation du niveau d endettemen et 3) une gouvernance faible. Les facteurs externes qui peuvent augmenter la probabilité de la fraude sont 1) l absence d une réglementation claire (ou l absence de son applicabilité) et de sanctions; 2) les caractéristiques de l industrie dans laquelle opère l entreprise; 3) l environnement économique et 4) la relation de l entreprise avec ses parties prenantes (l État et les banques). Rôle de la gouvernance Jensen et Meckling (1976) définissent la relation d agence comme un contrat dans lequel une ou plusieurs personnes ont recours aux services d une autre personne pour accomplir en leur nom une tâche quelconque, ce qui implique une délégation du pouvoir décisionnel. Cette relation entraîne des conflits d agence dus principalement à la séparation entre la propriété et le contrôle, créant ainsi des problèmes d asymétrie d informations en faveur des dirigeants. Cette situation crée également un problème de sélection adverse quand les managers profitent de leurs situations pour manipuler l information à l encontre des intérêts des actionnaires. Un système de gouvernance efficace vise à réduire cette asymétrie d informations et 5

6 la probabilité des fraudes corporatives. La gouvernance réfère à l ensemble «des mécanismes organisationnels qui ont pour effet de délimiter les pouvoirs et d influencer les décisions des dirigeants, autrement dit, qui gouvernent leur conduite et définissent leur espace discrétionnaire» (Charreaux, 1997). Puliseurs études portant majoritairement sur les entreprises publiques confirment l importance de la gouvernance à prévenir à détecter la fraude. Par exemple, Beasley (1996) montre que la présence d administrateurs indépendants dans le conseil d administration a un impact négatif et significatif sur la probabilité de fraude. Dechow et al. (1996) montrent que la majorité des entreprises frauduleuses ont moins d administrateurs externes et sont généralement dépourvues d un comité d audit et d un actionnaire majoritaire. Erickson et al. (2005) mettent en évidence que la probabilité de fraude augmente proportionnellement avec les actions et les options détenues par le dirigeant, après avoir contrôlé pour les caractéristiques de gouvernance et les conditions financières (la performance, le besoin de financement externe et la taille). L étude de Smaili (2007) porte sur 161 cas d irrégularités comptables sur les entreprises publiques canadiennes. Smaili (2007) a examiné un système de gouvernance composé des caractéristiques du conseil d administration (le pourcentage d administrateurs indépendants, la présence d experts en finance ou en comptabilité, la dualité de fonctions du directeur général et du président du conseil d administration, la rémunération des administrateurs, la présence des propriétaires majoritaires dans le conseil) et les caractéristiques du comité d audit (le pourcentage de membres indépendants, la présence d experts en finance ou en comptabilité, la rémunération des membres, la présence des propriétaires majoritaires dans le comité d audit), les caractéristiques de l auditeur externe (Big 4 ou non et le changement d auditeur). 6

7 Cette étude montre que le systéme de gouvernance a un effet préventif et disuassif de la fraude aux états financiers. La fraude aux états financiers ou fraude des dirigeants est une manipulation comptable non conforme (ou illégale) délibérément commise par les dirigeants dans le but de tromper la perception des utilisateurs des états financiers. En particulier, l étude montre que la probabilité de la fraude comptable et financière diminue si : les administrateurs au conseil d administration sont indépendants; il existe une séparation de fonctions entre le directeur général et le président du conseil d administration; le plus important propriétaire non-relié à la direction siège au conseil d administration ; les membres du comité d audit sont des experts en finance ou en comptabilité ; une bonne communication entre le vérificateur externe et le comité d audit. En plus, l étude montre que la gravité de l irrégularité comptable devient importante quand 1) le directeur général préside également le conseil d administration, 2) le conseil d administration et le comité d audit sont dépourvus de membres indépendants et experts en finance ou en comptabilité, 3) la firme a récemment changé de vérificateur externe et 4) enfin l entreprise éprouve un besoin financier. Fraude et gouvernace dans les OSBL : conseils et recommandations Selon l ACFE, la fraude dans les OBSLs compte pour presque 10% des cas de fraude au niveau international. Quels sont les objectifs des fraudeurs et qui fraudent? Selon l ICCA, chapitre 4400, une OSBL est «une entité qui n a normalement pas de titres transférables et dont l organisation et le fonctionnement visent exclusivement des fins sociales, éducatives, professionnelles, religieuses, charitables, ou de santé, 7

8 ou tout autre fin à caractère non lucratif. Les membres, les apporteurs et les autres pourvoyeurs de ressources ne reçoivent en leur qualité aucun rendement financier directement de l organisme». Les fraudeurs peuvent agir illégalement dans les OSBL dans le but d améliorer l image de l organisme et d afficher une meilleure performance. Mais, comment mesurer la performance d une OSBL? Contrairement aux autres types d organisations, les OSBL ont des performances multiples : performance financière, sociale ou environnementale. La performance financière ou l équilibre financier est important pour la survie d une OSBL. Les écarts budgétaires, les fonds et donations reçues et le support gouvernemental peuvent être la cible du fraudeur. Le fraudeur peut également améliorer les indicateurs de performance sociale tels que la satisfaction des bénévoles, leur nombre, les conditions du travail, la sécurité de l emploi, le recrutement de nouveaux bénévoles et la satisfaction des clients dont le but de maintenir la confiance des pourvoyeurs de fonds et la confiance des pincipales parties prenantes. En utilisant le triangle de la fraude, le fraudeur dans les OSBL peut subir plusieurs pressions financières et perçoit une opportunité de fraude causée par une faible gouvernance. Mais, qu est ce qu une gouvernance saine dans une OSBL? La gouvernance dans les OSBL : un bref aperçu Les OBSL ont besoin de conseils d administration appropriés à leur taille, à leur structure et à la nature de leurs activités. Les administrateurs devraient être choisis en fonction de leur contribution potentielle à la mission et aux objectifs de l organisme. Ils devraient également bénéficier d une formation et d un perfectionnement favorisant leur efficacité dans leur rôle de gouvernance. Il incombe au conseil d'administration de s'assurer que la vision et les valeurs de l'organisme soient pertinentes et que les programmes et services offerts 8

9 s'harmonisent à la mission de l'organisme. Le conseil d'administration agit comme le chef éclairé de l organisme. Les administrateurs des sociétés à but lucratif et sans but lucratif partagent la responsabilité juridique d agir au mieux des intérêts de la société. Cependant, les parties intéressées à une société sans but lucratif ne partagent pas l intérêt pécuniaire qui lie les participants à une société à but lucratif Dans les sociétés privées et publiques, les administrateurs sont généralement rémunérés, contrairement aux administrateurs des organisations communautaires et des associations qui siègent dans la plupart des cas bénévolement. De plus, la sélection des administrateurs et les critères de sélection de nouveaux membres sont différentes. Dans le secteur privé, les compétences professionnelles et techniques priment dans le choix des administrateurs alors que des considérations de représentativité, de crédibilité et de légitimité domineraient ce choix dans les organismes à but non lucratif. Selon le Guide à l intention des administrateurs des sociétés à but non lucratif 1, le conseil d administration des OSBL est généralement composé de : Administrateurs nommés d office: ce sont des personnes admissibles à siéger à titre d administrateur en raison de la fonction qu elles occupent, par exemple la présidence de l organisation ou d un autre groupe ou organisation. Ils ont généralement les mêmes droits que les autres administrateurs mais ils peuvent ne pas avoir le droit de voter. Administrateurs publics: ce sont des administrateurs qui représentent le public et ne sont pas membres de l organisme. 1 Ce guide est publié par Industrie Canada en 2002, 9

10 Administrateurs honoraires : l organisme peut nommer des administrateurs à titre honoraire. Le conseil d administration peut être composé d administrateurs internes et externes. Il est intéressant, par exemple, d intégerer dans le conseil d administration des experts en finance ou en comptabilité (des professeurs ou des professionnels ayant des titres comptables) et des experts dans le domaine où l organisme opére. Ces administrateurs externes et indépendants peuvent améliorer la performance des organismes. De plus, des représentants du donateur le plus important (l État, un autre organisme, ou une société) peuvent siéger sur le conseil d administration et améliorer son efficacité. La plupart des études antérieures portant sur les conseils d administration des OSBL ont examiné la structure, le fonctionnement, la performance et l efficacité des modèles de pouvoir reliés aux conseils, la composition et le rôle du conseil d administration et la relation entre les membres du conseil et le personnel. La fraude dans les OSBL En réponse aux différents cas de fraude survenus récemment, les autorités réglementaires au niveau international ont proposé des changements règlementaires en vue d améliorer la transparence de l information communiquée aux investisseurs et d améliorer la gouvernance des sociétés publiques. Cependant, ces réglementations ne s appliquent pas aux OSBLs alors que la probabilité de fraude pourrait être plus importante que dans les autres formes d organisations. Selon le triangle de fraude, la probabilité de la fraude augmente quand le fraudeur subit des pressions, a une opportunité et arrive à rationaliser son acte de fraude. Ces 10

11 trois éléments de la fraude peuvent exister dans une OSBL. En effet, les pressions peuvent être d ordre personnel ou d affaires dans une OSBL. Le fraudeur peut subir des problèmes d argent ou il veut vivre au-dessus de ses moyens. C était, par exemple, le cas de l ex-directrice de Grand Prix de Valcourt. Les opportunités perçues peuvent s averer plus importantes dans les OSBL du fait du manque ou de l absence des contrôles de base et d une évaluation des risques dans ces organismes. En effet, la majorité de ces organisations sont petites, gérées par des bénévoles, avec peu de contrôle interne, et dans certains cas avec des directeurs malhonnêtes. Ces organismes sont caractérisés conséquemment par des faiblesses dans la gouvernance et la gestion des risque qui atténue le risque de fraude. Dans le but d améliorer la performance de ces organismes, le conseil d administration et la direction devraient attirer et recruter plus de spécialistes. 2 Les principaux déterminants de la fraude dans les OSBL sont les insuffisances réglementaires, l absence d une autorité d inspection des OSBL, les manquements dans le contrôle interne et dans la gouvernance (se référer à la figure 1) et l absence d une gestion des risques. L amélioration de la prévention et la détection de la fraude dans les organisations est possible à tarvers des canaux internes et externes. Les organisations doivent améliorer leur systéme de gouvernance selon les principes connus d une saine gouvernance et leur processus d évaluation des risques. Elles peuvent entre outre : 1) identifier les principaux donateurs et les parties prenantes, 2) identifier les risques de l organisme (ex : risque financier, opérationnel et stratégique), 2 Ces organismes peuvent attirer des spécialistes soit en leur offrant une rémunération adéqute ou en cherchant des valeurs communes avec l organisme. 11

12 3) clarifier les objectifs, 4) évaluer le besoin de l organisme, le rôle du conseil d administration et les critères de sélection des administarteurs, 5) améliorer le processus du recrutement des dirigeants (ex : mettre en place un questionnaire de recrutement et vérification des antécédants) 6) évaluer l efficacité du contrôle interne mis en place 7) prendre les actions nécessaires pour améliorer le contrôle interne et la gouvernance en offrant par exemple plus de formation au personnel sur la fraude. Figure 1 : Principaux déterminants de la fraude dans les OSBL Inssufisance dans la réglementation Faible contrôle interne Fraude dans les OSBL Faible gouvernance i Mauvaise gestion des risques En somme, cet article discute la prévention et la détection des fraudes dans les oragnismes, en particulier dans les OSBLs. Il aide les dirigeants et membres des 12

13 conseils d administration des OSBLs à mettre en place une gouvernance et des outils efficaces pour contrer l occurrence des fraudes. Les oragnismes devraient améliorer leur gouvernance, en particulier le contrôle interne, et mettre en place une gestion des risques efficace. Nous avons également examiné la l acte de fraude, sa probabilité et ses motivations sous l angle du triangle de fraude. peut s appliquer dans ce type d organisation pour expliquer l acte de fraude. Les études futures devraient davantage s intéresser aux cas de fraude dans les organismes gouvernementaux et dans les OSBLs. Elles pourraient, par exemple, analyser les schémas éventuels de fraude et leur impacts dans ces organismes. Références ACFE, 2008, Report to the nation on occupational fraud and abuse, 68 pages. ACFE, 2010, Report to the nation on occupational fraud and abuse, 84 pages. Albrecht, W. S., 1982, How to detect and prevent business fraud, Prentice-Hall, 277p. Agrawal, A., Jaffe, J. et Karpoff, J., 1999, Management turnover and governance changes following the revelation of fraud, Journal of Law and Economics, vol. 42, n 1, p Beasley, M. S., 1996, An empirical analysis of the relation between the board of director composition and financial statement fraud. The Accounting Review, vol. 71, n 4, p Charreaux, G., 1997, Le gouvernement des entreprises, Paris, Économica. Comer, M. J., 1977, Corporate fraud, McGraw-Hill. Dechow, P. Sloan. R. and A. Sweeney., 1996, Causes and consequences of earnings manipulations: An Analysis of Firms Subject to Enforcement Actions by the SEC. Contemporary Accounting Research, vol. 13, n 1, p

14 Erickson, M., Hanlon, M. et Maydew, E., 2006, How much will firms pay for earnings that do not exist? Evidence of taxes paid on allegedly fraudulent earnings, Working paper, University of North Carolina. Farber, D., 2005, Restoring trust after fraud: Does corporate governance matter? The Accounting Review, vol. 80, n. 2, p Jensen, M. et Meckling, W., 1976, Theory of the firm: managerial behavior, agency cost, and ownership structure, Journal of Financial Economic, vol. 3, p Marciukaityte, D., Szewczyk, S., Uzun, H. et Varma, R., 2006, Governance and performance changes after accusations of corporate fraud, Financial Analysts Journal, vol. 62, n. 3. p Smaili, N. 2007, La gouvernance comme moyen de prévention et de détection des irrégularités comptables pouvenant mener à la fraude, thèse de doctorat, HEC Montréal. 14

* Professeur-adjoint, Université du Québec à Montréal ** Professeur, HEC Montréal *** Professeur, HEC Paris

* Professeur-adjoint, Université du Québec à Montréal ** Professeur, HEC Montréal *** Professeur, HEC Paris Nadia Smaili, Réal Labelle et Hervé Stolowy 159 reçu jullet 2007 / accepté septembre 2008 La publication d une information financière non conforme à la loi et aux normes : déterminants et conséquences

Plus en détail

La détection des fraudes commises en entreprise au Canada:

La détection des fraudes commises en entreprise au Canada: La détection des fraudes commises en entreprise au Canada: Une étude de ses victimes et de ses malfaiteurs Association of Certified Fraud Examiners et Dr Dominic Peltier-Rivest, Ph.D., M.Acc., CFE, Université

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Version 2.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby (Colombie-Britannique) Canada V5J 5K7 CGA-Canada,

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

Evolution de la gouvernance depuis la crise et relations avec les commissaires. 15 octobre 2013 Fabrice Odent

Evolution de la gouvernance depuis la crise et relations avec les commissaires. 15 octobre 2013 Fabrice Odent Evolution de la gouvernance depuis la crise et relations avec les commissaires aux comptes 15 octobre 2013 Fabrice Odent Sommaire 1. Une chaîne de gouvernance 2. Le rôle du commissaire aux comptes 3. La

Plus en détail

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Présentation aux investisseurs Mars 008 Bernard Dorval Chef de groupe, Services bancaires aux entreprises et assurance, et coprésident, TD Canada Trust Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs De

Plus en détail

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ MAGASINS À RAYONS PEOPLES INC. (SYNDIC DE) C. WISE LIENS DU CURRICULUM: Le droit canadien et international, 12e année, cours préuniversitaire (CLN4U) Comprendre le droit canadien, 11e année, cours préuniversitaire/

Plus en détail

LA GOUVERNANCE DES SERVICES À L ENFANCE

LA GOUVERNANCE DES SERVICES À L ENFANCE LA GOUVERNANCE DES SERVICES À L ENFANCE GOUVERNANCE D UN SERVICE À L ENFANCE Vision Valeurs Mission Planification Priorités Politiques Gestion efficace Embaucher et encadrer la direction générale Fonctionnemen

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 Financière de l Echiquier, en qualité de société de gestion d OPCVM de droit français spécialisée dans les actions, est amenée, à travers les investissements

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Sécurité. Tendance technologique

Sécurité. Tendance technologique Sécurité Tendance technologique La sécurité englobe les mécanismes de protection des données et des systèmes informatiques contre l accès, l utilisation, la communication, la manipulation ou la destruction

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS Sommaire Au cours des dernières années, les organismes de réglementation et d application de la loi du Canada et des États-Unis

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Norme ISA 550, Parties liées

Norme ISA 550, Parties liées IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 550, Parties liées Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales d audit

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 6. LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER Les erreurs de gouvernance commises par les administrateurs de fondation sont rares au Canada. Celles

Plus en détail

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations 5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels Sous la direction de son Président, le Conseil d administration évalue régulièrement sa taille, sa composition

Plus en détail

NCOSBL EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1

NCOSBL EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 NCOSBL EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 Décembre 2014 Présentation des états financiers 1 ORGANISME SANS BUT LUCRATIF Entrée en vigueur: exercices ouverts à compter du 1 er janvier

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU COMITÉ D AUDIT FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) 1. Objectifs Le comité aidera le Conseil d administration à s acquitter de ses responsabilités de supervision, en particulier

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 Ce document présente les conditions dans lesquelles la société de gestion HSBC Global Asset Management (France) entend exercer les droits

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL. Le 30 octobre 2012

CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL. Le 30 octobre 2012 CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL Le 30 octobre 2012 GROUPE TMX LIMITÉE (auparavant, Corporation d Acquisition Groupe Maple) ET SES FILIALES DÉSIGNÉES CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL APPLICATION Ce code de

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance CONSEIL EXÉCUTIF EB126/25 Cent vingt-sixième session 30 décembre 2009 Point 7.2 de l ordre du jour provisoire Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance Rapport

Plus en détail

SOCIÉTÉ AU CANADA. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CAD = 0.99. Délai de création : 5 jours. Sociétés pré-constituées : Oui

SOCIÉTÉ AU CANADA. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CAD = 0.99. Délai de création : 5 jours. Sociétés pré-constituées : Oui INFORMATIONS GÉNÉRALES Présentation du pays Délai de création : 5 jours Sociétés pré-constituées : Oui Comptabilité : Obligatoire Secrétariat : Obligatoire Actionnariat anonyme : Oui Directeur nominé :

Plus en détail

C O U R S U P É R I E U R E (Chambre commerciale)

C O U R S U P É R I E U R E (Chambre commerciale) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL C O U R S U P É R I E U R E (Chambre commerciale) N o : 500-11-026909-057 DANS L AFFAIRE DE LA LIQUIDATION DES BIENS DE : FONDS NORBOURG PLACEMENTS ÉQUILIBRÉS,

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES REVENUS SPÉCIFIQUES ONGLET 33. Résolution Adoptée 6 mai 2008 CC-3712-08

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES REVENUS SPÉCIFIQUES ONGLET 33. Résolution Adoptée 6 mai 2008 CC-3712-08 POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES REVENUS SPÉCIFIQUES ONGLET 33 Date Résolution Adoptée 6 mai 2008 CC-3712-08 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 OBJETS DE LA POLITIQUE... 3 CHAPITRE 2 ASSISES LÉGALES

Plus en détail

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES Introduction NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application de

Plus en détail

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée.

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée. LA NORME SA 8000 Les origines de la norme SA 8000 La norme SA 8000 est le résultat, entre autre, du constat de la multiplication des normes et des standards existants sur le marché. C est en octobre 1997

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

LÀ OÙ INDÉPENDANCE ET INTÉGRITÉ MARCHENT MAIN DANS LA MAIN

LÀ OÙ INDÉPENDANCE ET INTÉGRITÉ MARCHENT MAIN DANS LA MAIN LÀ OÙ INDÉPENDANCE ET INTÉGRITÉ MARCHENT MAIN DANS LA MAIN CONSEIL INDÉPENDANT COURTIER MULTIDISCIPLINAIRE GESTION DE PATRIMOINE UNIVERSITY IMAGINEZ VOTRE PARTENAIRE D AFFAIRES À VOTRE IMAGE Présent d

Plus en détail

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE «Nos valeurs et nos règles» pour nos partenaires commerciaux Code de conduite pour le partenaire commercial de MSD [Édition 1] MSD est engagée dans une démarche

Plus en détail

Les Rencontres Économiques d Aix-en-Provence. Investir pour inventer demain. Session 15 La spéculation, ennemie de l investissement?

Les Rencontres Économiques d Aix-en-Provence. Investir pour inventer demain. Session 15 La spéculation, ennemie de l investissement? Les Rencontres Économiques d Aix-en-Provence Investir pour inventer demain Session 15 La spéculation, ennemie de l investissement? Susan Wolburgh Jenah Présidente et chef de la direction 5 juillet 2014

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas Le 15 juin 2015 Leslie Rose Avocate-conseil principale, Financement des sociétés British Columbia Security Commission C.P. 10142, Pacific Centre 701, rue West Georgia Vancouver, Colombie-Britannique V7Y

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Février 2015 Un comité du conseil d administration (le «conseil») du commandité (le «commandité») de Brookfield Renewable

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

Association internationale des contrôleurs d assurance. Organisation de coopération et de développement économiques

Association internationale des contrôleurs d assurance. Organisation de coopération et de développement économiques Association internationale des contrôleurs d assurance Organisation de coopération et de développement économiques Document de réflexion sur le gouvernement d entreprise Le présent document a été préparé

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol.

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. top ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. 19 n 3 Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu en pense la Cour suprême du Canada? Réunion annuelle de Corporations Canada Délais des services

Plus en détail

Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale

Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale Améliorer la santé mentale en milieu de travail est un incontournable pour les entreprises d aujourd hui. Selon la Commission

Plus en détail

Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand

Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand NOTRE CULTURE, NOS ENGAGEMENTS La diffusion de bonnes pratiques des affaires s inscrit plus largement dans une volonté permanente de respecter

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Association des gestionnaires de portefeuille du Canada Août 2014 À l attention de : Christine Lafrance Greffière du Comité

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS. Analyse du rendement par la direction

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS. Analyse du rendement par la direction RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS Fonds diversifiés Fonds de répartition d'actifs Banque Nationale Pour la période terminée le 30 juin 2015 Le présent rapport intermédiaire

Plus en détail

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs.

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs. À LA DÉFENSE DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS D AGENCES DE PLACEMENT TEMPORAIRE IL EST PLUS QUE TEMPS QUE LE GOUVERNEMENT PASSE À L ACTION! AIDEZ NOUS À FAIRE DES GAINS DANS CE DOSSIER PRIMORDIAL MISE

Plus en détail

ASSUJETTISSEMENT A L IMPOT SUR BASE DE LA RESIDENCE

ASSUJETTISSEMENT A L IMPOT SUR BASE DE LA RESIDENCE Evasion fiscale et pauvreté Glossaire de la fiscalité 1 ASSIETTE DE L IMPOT Concerne l ensemble des opérations imposables stipulées dans les réglementations nationales. Le nombre et le type d opérations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Audit interne et contrôles internes [MU1] 2011-2012 Les examens Audit interne et contrôles internes [MU1] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen,

Plus en détail

Manipulation comptable : les dirigeants et les autres parties prenantes.

Manipulation comptable : les dirigeants et les autres parties prenantes. Manipulation comptable : les dirigeants et les autres parties prenantes. Gaetan Breton, Université du Québec à Montréal Alain Schatt, Université de Franche-Comté Résumé : Dans cet article, nous avançons

Plus en détail

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD)

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DU RÉGIME R DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) 1 ICA 15 avril 2008 Le RRMD en chiffres Plus de 500 employeurs 35 900 participants actifs 6 600 retraités 12 000 en 2014 5,5

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Philosophie d investissement axée sur la prudence et la discipline. Nos employés détiennent les mêmes placements que nos clients

Philosophie d investissement axée sur la prudence et la discipline. Nos employés détiennent les mêmes placements que nos clients Notre entreprise Gestion de patrimoine Lorne Steinberg inc. offre des services-conseils discrétionnaires en gestion des placements aux particuliers, entreprises et organismes à but non lucratif. Les comptes

Plus en détail

plate-forme PaaS (Audit)

plate-forme PaaS (Audit) Contrôle d accès dans une plate-forme PaaS (Audit) Ahmed BOUCHAMI, Olivier PERRIN, LORIA Introduction La sécurité d une plate-forme collaborative nécessite un module d authentification et un module de

Plus en détail

DOSSIER DE L INDUSTRIE RELATIF AUX NOMS DE DOMAINE VOLUME 9 - NUMÉRO 1 - mars 2012

DOSSIER DE L INDUSTRIE RELATIF AUX NOMS DE DOMAINE VOLUME 9 - NUMÉRO 1 - mars 2012 DOSSIER DE L INDUSTRIE RELATIF AUX NOMS DE DOMAINE VOLUME 9 - NUMÉRO 1 - mars 2012 RAPPORT DE VERISIGN SUR LES NOMS DE DOMAINE Verisign propose un état des lieux du secteur des noms de domaine à travers

Plus en détail

Picard, Choronzey Ilarvey. Picard,Choronzey,IlarveyInc. CGA, EXPERTS-COMPTABLES. Fondation des écoles Victor-Doré et Joseph-Charbonneau

Picard, Choronzey Ilarvey. Picard,Choronzey,IlarveyInc. CGA, EXPERTS-COMPTABLES. Fondation des écoles Victor-Doré et Joseph-Charbonneau Picard, Choronzey Ilarvey - Fondation des écoles Victor-Doré États financiers 30 juin 2011 Picard,Choronzey,IlarveyInc. CGA, EXPERTS-COMPTABLES - Table des matières Rapport de mission d'examen 2 États

Plus en détail

Pour une meilleure qualité de vie au travail

Pour une meilleure qualité de vie au travail Pour une meilleure qualité de vie au travail Attirer les nouveaux et retenir les anciens Conférence de clôture préparée par Estelle M. Morin, professeur HEC Montréal Colloque 30 e anniversaire de l APER

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

Rapport sur la politique de vote de La Francaise Asset Management Exercice des Droits de Vote en 2014

Rapport sur la politique de vote de La Francaise Asset Management Exercice des Droits de Vote en 2014 Rapport sur la politique de vote de La Francaise Asset Management Exercice des Droits de Vote en 2014 1/6 SOMMAIRE CHAPITRE 1 : L ORGANISATION INTERNE DE LA FRANÇAISE ASSET MANAGEMENT ET L EXERCICE DES

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

ASSURANCE POUR LES ORGANISMES BÉNÉVOLES VOS BÉNÉVOLES ET VOS CLIENTS SONT-ILS COUVERTS?

ASSURANCE POUR LES ORGANISMES BÉNÉVOLES VOS BÉNÉVOLES ET VOS CLIENTS SONT-ILS COUVERTS? ASSURANCE POUR LES ORGANISMES BÉNÉVOLES VOS BÉNÉVOLES ET VOS CLIENTS SONT-ILS COUVERTS? ASSURANCE ENTREPRISE PARCOUREZ IBC.CA Près de 12 millions de Canadiens, ou 45 pour cent de la population, font du

Plus en détail

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés IMAGINE CANADA ET BÉNÉVOLES CANADA FORUM 2011 DES PARTENARIATS CANADIENS ENTRE LES ENTREPRISES ET LA COLLECTIVITÉ Montebello 9 juin 2011 Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INDICATION SUR LES PAIEMENTS INCORRECTS ET LA CORRUPTION

CODE DE DEONTOLOGIE INDICATION SUR LES PAIEMENTS INCORRECTS ET LA CORRUPTION CODE DE DEONTOLOGIE INDICATION SUR LES PAIEMENTS INCORRECTS ET LA CORRUPTION MAGNA INTERNATIONAL INC. INDICATIONS SUR LES PAIEMENTS INCORRECTS ET LA CORRUPTION Magna interdit la corruption et les paiements

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Cela n a rien de nouveau : depuis longtemps, vous cherchez à améliorer les performances de l entreprise en collectant des données, en les recoupant et

Plus en détail

Le programme d assurance de Volleyball Québec

Le programme d assurance de Volleyball Québec Le programme d assurance de Volleyball Québec Juin 2012 Préparé par Lise Charbonneau, ll.b. Gestionnaire de risque / Assurance Regroupement Loisir et Sports du Québec Volleyball Québec et Regroupement

Plus en détail

Examiner les risques. Guinness Asset Management

Examiner les risques. Guinness Asset Management Examiner les risques Guinness Asset Management offre des produits d investissement à des investisseurs professionnels et privés. Ces produits comprennent : des compartiments de type ouvert et investissant

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

CINQ CONSEILS POUR CHOISIR SON CONSEILLER FINANCIER

CINQ CONSEILS POUR CHOISIR SON CONSEILLER FINANCIER CINQ CONSEILS POUR CHOISIR SON CONSEILLER FINANCIER Le Groupe Dalpé-Milette répond à quelques questions soulevées dans l article du Wall Street Journal, repris par le Journal de Montréal du 25 septembre

Plus en détail

La fraude en milieu de travail : le problème se pose-t-il au Canada? Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada

La fraude en milieu de travail : le problème se pose-t-il au Canada? Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada La fraude en milieu de travail : le problème se pose-t-il au Canada? Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Remerciements CGA-Canada tient à remercier Rock Lefebvre, P.Adm.,

Plus en détail

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de 7. l exploitation financière ISSD-043(7)-11-10

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de 7. l exploitation financière ISSD-043(7)-11-10 Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de 7 l exploitation financière ISSD-043(7)-11-10 L exploitation financière est la forme la plus répandue de mauvais traitement envers les aînés

Plus en détail

TPE et PME : comment me situer et justifier de mon statut?

TPE et PME : comment me situer et justifier de mon statut? DRC- 10-107725 - 03911 A mars 2010 TPE et PME : comment me situer et justifier de mon statut? Vérification du statut de PME par les micro, petites et moyennes entreprises au sens du règlement REACH Ce

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail