La prévention des fraudes : cas des organismes sans but lucratif. Nadia Smaili, Ph. D., M.Sc., CGA. Professeure, département des sciences comptables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La prévention des fraudes : cas des organismes sans but lucratif. Nadia Smaili, Ph. D., M.Sc., CGA. Professeure, département des sciences comptables"

Transcription

1 La prévention des fraudes : cas des organismes sans but lucratif Nadia Smaili, Ph. D., M.Sc., CGA Professeure, département des sciences comptables Bureau R-4414, ESG UQAM Selon l étude des experts analystes de la fraude de l Association of Certified Fraud Examiners (ACFE), les coûts de la fraude s élèvent à 7% du PIB américain en 2008, soit 994 milliards de dollars comparé à 5% du PIB en La fraude touche aussi bien les entreprises privées et publiques que les organismes sans but lucratif. Ainsi, le dernier rapport de l ACFE de 2010 portant sur 1843 cas de fraude survenus dans plus de 100 pays montre que 9,6% des cas de fraude étaient dans des organismes sans but lucratif (OSBL) et leur coût s élevait à $. En plus, 16,3 % des fraudes ont été détectées dans les organismes environnementaux. Les fraudes dans les organismes gouvernementaux et dans les OSBL sont plus fréquentes que l on pourrait le croire. Paradoxalement, la plupart des recherches se sont presque exclusivement interessées aux fraudes dans les entreprises privées à but lucratif et américaines. En 2009, l organisme Grand Prix de Valcourt a fait faillite suite à la fraude de l exdirectrice administrative de l événement et responsable de la comptabilité. Selon les documents de la poursuite, le montant de la fraude était de $. L exdirectrice aurait utilisé une carte de crédit appartenant à l'organisme pour régler, 1

2 entre autres, des achats faits dans des bijouteries, des magasins d'électronique et de vêtements. Elle a également falsifié des documents et a encaissé des paies pour des périodes où elle n'était même plus à l'emploi du Grand Prix de Valcourt. Ce cas parmi d autres montre que le risque de fraude est probable dans les OSBL. Cependant, peu d études se sont interessées à examiner la fraude dans les OSBL. La plupart de ces études ont analysé les motivations, les schémas et les conséquences de la fraude. D autres ont examiné le rôle de la gouvernance, en particulier, celui du conseil d administration et du comité d audit dans la prévention et la détection de la fraude. Mais, quelles sont les fraudes les plus fréquentes dans les OSBL? Quelles sont les motivations du fraudeur dans les OSBL? Sont-elles les mêmes que dans les autres types d organisations? Quel est le rôle de la gouvernance dans la prévention et la détection de la fraude? L objectif ultime de cette étude est d examiner la fraude dans les organismes sans but lucratif. L article permet d aider les conseils d administration et les dirigeants des OSBL à prévenir les fraudes et à mettre en place une saine gouvernance. Dans la première partie de l article, nous proposons de définir la fraude et d analyser les motivations du fraudeur. La deuxiéme partie examine le rôle de la gouvernance dans la prévention et la détection de la fraude. Enfin, la troisiéme partie analyse les spécificités de la gouvernance et de la fraude dans les organismes sans but lucratif. Définition, motivations et conséquences de la fraude Le probléme d agence dans les OSBL Dans la plupart des cas de fraude, notamment Norbourg, CINAR, et Grand Prix Valcourt, des dirigeants opportunistes ont cherché par des pratiques frauduleuses à s enrichir indûment au détriment des pourvoyeurs de fonds ou des donateurs. La 2

3 séparation entre la propriété et le contrôle créent des conflits d intérêts entre le principal (l actionnaire, le donateur ou le pourvoyeur de fonds) et l agent (le gestionnaire). Le gestionnaire peut alors profiter de sa position dans l entreprise, de ses compétences techniques et de son espace discrétionnaire pour agir dans son propre intérêt. Nous pensons que le problème d agence existe dans les OSBL et surtout dans les plus grandes puisque les donateurs doivent déléguer le pouvoir à un gestionnaire et que ce dernier peut manipuler les données comptables, falsifier des documents, ou agir illégalement pour s enrichir aux détriments des autres parties prenantes. Par conséquent, le risque de fraude est probable dans les OSBL. De plus, nous pensons que le type de fraude diffère selon la taille des OSBL. Nous supposons que le détournement de fonds et d actifs est plus probable dans les petites OSBL du princiapalement à l absence des contrôles de base. Dans les plus grandes, le risque de fraude des dirigeants et le détournement de fonds seront plus probables. Définition de la fraude La fraude est un acte accompli dans l illégalité dans le but de tromper délibérément, à soutirer de l argent contre la volonté de quelqu un ou à falsifier intentionnellement un document et portant atteinte aux droits ou aux intérêts d autrui. En général, la fraude comprend trois éléments principaux : un élément intentionnel, une volonté de dissimulation et un mode opératoire. Selon l ACFE, la fraude corporative est «l utilisation par une personne de son activité professionnelle pour s enrichir personnellement par le détournement volontaire des ressources ou des actifs de son employeur». La fraude paraît alors comme un acte délibéré effectué dans le but de gagner malhonnêtement un avantage par la réduction de l actif de la victime. Selon le rapport sur la fraude de l ACFE en 2010, 65 % des top managers perçoivent la fraude comme un risque significatif pour leur industrie, 35 % pensent que le détournement de biens et services est la catégorie de 3

4 fraude la plus importante et 14 % pensent que les fraudes aux états financiers sont importantes. Les conséquences de la fraude Les conséquences de la fraude sont multiples (ex : faillite, poursuite, mauvaise réputation, changements dans la gouvernance et de direction) et concernent plusieurs intervenants (les acteurs de gouvernance, le comptable, etc.). Suite à la détection d une fraude, l organisme peut déclarer faillite tel était le cas de l organisme Grand Prix Valcourt. Les dirigeants ainsi que le vérificateur externe peuvent être poursuivis. Généralement, nous observons un changement dans la gouvernance de l organisme surtout dans le conseil d administration. Les recherches empiriques montrent que la gouvernance s améliore après la détection de la fraude. En particulier, le nombre d administrateurs indépendants augmente. Ainsi, Agrawal et al. (1999) montrent qu il existe une importante rotation chez les membres de la direction et les administrateurs après la détection de la fraude. Farber (2005) montre que les entreprises frauduleuses tentent d améliorer leurs systèmes de gouvernance après détection de fraude. Les résultats de Marciukaityte et al. (2006) montrent que la plupart des firmes accusées de fraude augmentent le pourcentage d administrateurs externes dans leurs conseils d administration et comités d audit. Le pourcentage des directeurs généraux qui président aussi le conseil de ces firmes passe de 86 % à 79 %. Déterminants de la fraude Selon Comer (1977), les besoins psychologique et économique et l improbabilité perçue d être détectée peuvent encourager une personne à frauder. Albrecht (1982) 4

5 identifie trois groupes de causes communes à la fraude : la pression, l opportunisme et les caractéristiques personnelles de l auteur du délit. La plupart des recherches qui analysent les causes de la fraude utilisent le «Triangle de la fraude» dont les composantes sont la pression, l opportunisme et la rationalisation. Selon ce triangle, une fraude n est possible que si le fraudeur subit des pressions, perçoit une occasion apparente de la commettre et trouve des justifications lui permettant une certaine rationalisation de son acte. Plusieurs facteurs peuvent être à l origine de la fraude. Ils peuvent être classés en facteurs internes et externes. Les facteurs internes sont 1) la détérioration de la situation financière de l organisme ou l impossibilité d atteindre les objectifs fixés; 2) une augmentation du niveau d endettemen et 3) une gouvernance faible. Les facteurs externes qui peuvent augmenter la probabilité de la fraude sont 1) l absence d une réglementation claire (ou l absence de son applicabilité) et de sanctions; 2) les caractéristiques de l industrie dans laquelle opère l entreprise; 3) l environnement économique et 4) la relation de l entreprise avec ses parties prenantes (l État et les banques). Rôle de la gouvernance Jensen et Meckling (1976) définissent la relation d agence comme un contrat dans lequel une ou plusieurs personnes ont recours aux services d une autre personne pour accomplir en leur nom une tâche quelconque, ce qui implique une délégation du pouvoir décisionnel. Cette relation entraîne des conflits d agence dus principalement à la séparation entre la propriété et le contrôle, créant ainsi des problèmes d asymétrie d informations en faveur des dirigeants. Cette situation crée également un problème de sélection adverse quand les managers profitent de leurs situations pour manipuler l information à l encontre des intérêts des actionnaires. Un système de gouvernance efficace vise à réduire cette asymétrie d informations et 5

6 la probabilité des fraudes corporatives. La gouvernance réfère à l ensemble «des mécanismes organisationnels qui ont pour effet de délimiter les pouvoirs et d influencer les décisions des dirigeants, autrement dit, qui gouvernent leur conduite et définissent leur espace discrétionnaire» (Charreaux, 1997). Puliseurs études portant majoritairement sur les entreprises publiques confirment l importance de la gouvernance à prévenir à détecter la fraude. Par exemple, Beasley (1996) montre que la présence d administrateurs indépendants dans le conseil d administration a un impact négatif et significatif sur la probabilité de fraude. Dechow et al. (1996) montrent que la majorité des entreprises frauduleuses ont moins d administrateurs externes et sont généralement dépourvues d un comité d audit et d un actionnaire majoritaire. Erickson et al. (2005) mettent en évidence que la probabilité de fraude augmente proportionnellement avec les actions et les options détenues par le dirigeant, après avoir contrôlé pour les caractéristiques de gouvernance et les conditions financières (la performance, le besoin de financement externe et la taille). L étude de Smaili (2007) porte sur 161 cas d irrégularités comptables sur les entreprises publiques canadiennes. Smaili (2007) a examiné un système de gouvernance composé des caractéristiques du conseil d administration (le pourcentage d administrateurs indépendants, la présence d experts en finance ou en comptabilité, la dualité de fonctions du directeur général et du président du conseil d administration, la rémunération des administrateurs, la présence des propriétaires majoritaires dans le conseil) et les caractéristiques du comité d audit (le pourcentage de membres indépendants, la présence d experts en finance ou en comptabilité, la rémunération des membres, la présence des propriétaires majoritaires dans le comité d audit), les caractéristiques de l auditeur externe (Big 4 ou non et le changement d auditeur). 6

7 Cette étude montre que le systéme de gouvernance a un effet préventif et disuassif de la fraude aux états financiers. La fraude aux états financiers ou fraude des dirigeants est une manipulation comptable non conforme (ou illégale) délibérément commise par les dirigeants dans le but de tromper la perception des utilisateurs des états financiers. En particulier, l étude montre que la probabilité de la fraude comptable et financière diminue si : les administrateurs au conseil d administration sont indépendants; il existe une séparation de fonctions entre le directeur général et le président du conseil d administration; le plus important propriétaire non-relié à la direction siège au conseil d administration ; les membres du comité d audit sont des experts en finance ou en comptabilité ; une bonne communication entre le vérificateur externe et le comité d audit. En plus, l étude montre que la gravité de l irrégularité comptable devient importante quand 1) le directeur général préside également le conseil d administration, 2) le conseil d administration et le comité d audit sont dépourvus de membres indépendants et experts en finance ou en comptabilité, 3) la firme a récemment changé de vérificateur externe et 4) enfin l entreprise éprouve un besoin financier. Fraude et gouvernace dans les OSBL : conseils et recommandations Selon l ACFE, la fraude dans les OBSLs compte pour presque 10% des cas de fraude au niveau international. Quels sont les objectifs des fraudeurs et qui fraudent? Selon l ICCA, chapitre 4400, une OSBL est «une entité qui n a normalement pas de titres transférables et dont l organisation et le fonctionnement visent exclusivement des fins sociales, éducatives, professionnelles, religieuses, charitables, ou de santé, 7

8 ou tout autre fin à caractère non lucratif. Les membres, les apporteurs et les autres pourvoyeurs de ressources ne reçoivent en leur qualité aucun rendement financier directement de l organisme». Les fraudeurs peuvent agir illégalement dans les OSBL dans le but d améliorer l image de l organisme et d afficher une meilleure performance. Mais, comment mesurer la performance d une OSBL? Contrairement aux autres types d organisations, les OSBL ont des performances multiples : performance financière, sociale ou environnementale. La performance financière ou l équilibre financier est important pour la survie d une OSBL. Les écarts budgétaires, les fonds et donations reçues et le support gouvernemental peuvent être la cible du fraudeur. Le fraudeur peut également améliorer les indicateurs de performance sociale tels que la satisfaction des bénévoles, leur nombre, les conditions du travail, la sécurité de l emploi, le recrutement de nouveaux bénévoles et la satisfaction des clients dont le but de maintenir la confiance des pourvoyeurs de fonds et la confiance des pincipales parties prenantes. En utilisant le triangle de la fraude, le fraudeur dans les OSBL peut subir plusieurs pressions financières et perçoit une opportunité de fraude causée par une faible gouvernance. Mais, qu est ce qu une gouvernance saine dans une OSBL? La gouvernance dans les OSBL : un bref aperçu Les OBSL ont besoin de conseils d administration appropriés à leur taille, à leur structure et à la nature de leurs activités. Les administrateurs devraient être choisis en fonction de leur contribution potentielle à la mission et aux objectifs de l organisme. Ils devraient également bénéficier d une formation et d un perfectionnement favorisant leur efficacité dans leur rôle de gouvernance. Il incombe au conseil d'administration de s'assurer que la vision et les valeurs de l'organisme soient pertinentes et que les programmes et services offerts 8

9 s'harmonisent à la mission de l'organisme. Le conseil d'administration agit comme le chef éclairé de l organisme. Les administrateurs des sociétés à but lucratif et sans but lucratif partagent la responsabilité juridique d agir au mieux des intérêts de la société. Cependant, les parties intéressées à une société sans but lucratif ne partagent pas l intérêt pécuniaire qui lie les participants à une société à but lucratif Dans les sociétés privées et publiques, les administrateurs sont généralement rémunérés, contrairement aux administrateurs des organisations communautaires et des associations qui siègent dans la plupart des cas bénévolement. De plus, la sélection des administrateurs et les critères de sélection de nouveaux membres sont différentes. Dans le secteur privé, les compétences professionnelles et techniques priment dans le choix des administrateurs alors que des considérations de représentativité, de crédibilité et de légitimité domineraient ce choix dans les organismes à but non lucratif. Selon le Guide à l intention des administrateurs des sociétés à but non lucratif 1, le conseil d administration des OSBL est généralement composé de : Administrateurs nommés d office: ce sont des personnes admissibles à siéger à titre d administrateur en raison de la fonction qu elles occupent, par exemple la présidence de l organisation ou d un autre groupe ou organisation. Ils ont généralement les mêmes droits que les autres administrateurs mais ils peuvent ne pas avoir le droit de voter. Administrateurs publics: ce sont des administrateurs qui représentent le public et ne sont pas membres de l organisme. 1 Ce guide est publié par Industrie Canada en 2002, 9

10 Administrateurs honoraires : l organisme peut nommer des administrateurs à titre honoraire. Le conseil d administration peut être composé d administrateurs internes et externes. Il est intéressant, par exemple, d intégerer dans le conseil d administration des experts en finance ou en comptabilité (des professeurs ou des professionnels ayant des titres comptables) et des experts dans le domaine où l organisme opére. Ces administrateurs externes et indépendants peuvent améliorer la performance des organismes. De plus, des représentants du donateur le plus important (l État, un autre organisme, ou une société) peuvent siéger sur le conseil d administration et améliorer son efficacité. La plupart des études antérieures portant sur les conseils d administration des OSBL ont examiné la structure, le fonctionnement, la performance et l efficacité des modèles de pouvoir reliés aux conseils, la composition et le rôle du conseil d administration et la relation entre les membres du conseil et le personnel. La fraude dans les OSBL En réponse aux différents cas de fraude survenus récemment, les autorités réglementaires au niveau international ont proposé des changements règlementaires en vue d améliorer la transparence de l information communiquée aux investisseurs et d améliorer la gouvernance des sociétés publiques. Cependant, ces réglementations ne s appliquent pas aux OSBLs alors que la probabilité de fraude pourrait être plus importante que dans les autres formes d organisations. Selon le triangle de fraude, la probabilité de la fraude augmente quand le fraudeur subit des pressions, a une opportunité et arrive à rationaliser son acte de fraude. Ces 10

11 trois éléments de la fraude peuvent exister dans une OSBL. En effet, les pressions peuvent être d ordre personnel ou d affaires dans une OSBL. Le fraudeur peut subir des problèmes d argent ou il veut vivre au-dessus de ses moyens. C était, par exemple, le cas de l ex-directrice de Grand Prix de Valcourt. Les opportunités perçues peuvent s averer plus importantes dans les OSBL du fait du manque ou de l absence des contrôles de base et d une évaluation des risques dans ces organismes. En effet, la majorité de ces organisations sont petites, gérées par des bénévoles, avec peu de contrôle interne, et dans certains cas avec des directeurs malhonnêtes. Ces organismes sont caractérisés conséquemment par des faiblesses dans la gouvernance et la gestion des risque qui atténue le risque de fraude. Dans le but d améliorer la performance de ces organismes, le conseil d administration et la direction devraient attirer et recruter plus de spécialistes. 2 Les principaux déterminants de la fraude dans les OSBL sont les insuffisances réglementaires, l absence d une autorité d inspection des OSBL, les manquements dans le contrôle interne et dans la gouvernance (se référer à la figure 1) et l absence d une gestion des risques. L amélioration de la prévention et la détection de la fraude dans les organisations est possible à tarvers des canaux internes et externes. Les organisations doivent améliorer leur systéme de gouvernance selon les principes connus d une saine gouvernance et leur processus d évaluation des risques. Elles peuvent entre outre : 1) identifier les principaux donateurs et les parties prenantes, 2) identifier les risques de l organisme (ex : risque financier, opérationnel et stratégique), 2 Ces organismes peuvent attirer des spécialistes soit en leur offrant une rémunération adéqute ou en cherchant des valeurs communes avec l organisme. 11

12 3) clarifier les objectifs, 4) évaluer le besoin de l organisme, le rôle du conseil d administration et les critères de sélection des administarteurs, 5) améliorer le processus du recrutement des dirigeants (ex : mettre en place un questionnaire de recrutement et vérification des antécédants) 6) évaluer l efficacité du contrôle interne mis en place 7) prendre les actions nécessaires pour améliorer le contrôle interne et la gouvernance en offrant par exemple plus de formation au personnel sur la fraude. Figure 1 : Principaux déterminants de la fraude dans les OSBL Inssufisance dans la réglementation Faible contrôle interne Fraude dans les OSBL Faible gouvernance i Mauvaise gestion des risques En somme, cet article discute la prévention et la détection des fraudes dans les oragnismes, en particulier dans les OSBLs. Il aide les dirigeants et membres des 12

13 conseils d administration des OSBLs à mettre en place une gouvernance et des outils efficaces pour contrer l occurrence des fraudes. Les oragnismes devraient améliorer leur gouvernance, en particulier le contrôle interne, et mettre en place une gestion des risques efficace. Nous avons également examiné la l acte de fraude, sa probabilité et ses motivations sous l angle du triangle de fraude. peut s appliquer dans ce type d organisation pour expliquer l acte de fraude. Les études futures devraient davantage s intéresser aux cas de fraude dans les organismes gouvernementaux et dans les OSBLs. Elles pourraient, par exemple, analyser les schémas éventuels de fraude et leur impacts dans ces organismes. Références ACFE, 2008, Report to the nation on occupational fraud and abuse, 68 pages. ACFE, 2010, Report to the nation on occupational fraud and abuse, 84 pages. Albrecht, W. S., 1982, How to detect and prevent business fraud, Prentice-Hall, 277p. Agrawal, A., Jaffe, J. et Karpoff, J., 1999, Management turnover and governance changes following the revelation of fraud, Journal of Law and Economics, vol. 42, n 1, p Beasley, M. S., 1996, An empirical analysis of the relation between the board of director composition and financial statement fraud. The Accounting Review, vol. 71, n 4, p Charreaux, G., 1997, Le gouvernement des entreprises, Paris, Économica. Comer, M. J., 1977, Corporate fraud, McGraw-Hill. Dechow, P. Sloan. R. and A. Sweeney., 1996, Causes and consequences of earnings manipulations: An Analysis of Firms Subject to Enforcement Actions by the SEC. Contemporary Accounting Research, vol. 13, n 1, p

14 Erickson, M., Hanlon, M. et Maydew, E., 2006, How much will firms pay for earnings that do not exist? Evidence of taxes paid on allegedly fraudulent earnings, Working paper, University of North Carolina. Farber, D., 2005, Restoring trust after fraud: Does corporate governance matter? The Accounting Review, vol. 80, n. 2, p Jensen, M. et Meckling, W., 1976, Theory of the firm: managerial behavior, agency cost, and ownership structure, Journal of Financial Economic, vol. 3, p Marciukaityte, D., Szewczyk, S., Uzun, H. et Varma, R., 2006, Governance and performance changes after accusations of corporate fraud, Financial Analysts Journal, vol. 62, n. 3. p Smaili, N. 2007, La gouvernance comme moyen de prévention et de détection des irrégularités comptables pouvenant mener à la fraude, thèse de doctorat, HEC Montréal. 14

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

La fraude et le contrôle interne Première partie : l importance des contrôles

La fraude et le contrôle interne Première partie : l importance des contrôles La fraude et le contrôle interne Première partie : l importance des contrôles Par EVERETT COLBY, CFE, FCGA Le présent document est le premier d une série de trois articles sur la fraude et le contrôle

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

25/11/2010. 1 re partie Comprendre l assurance

25/11/2010. 1 re partie Comprendre l assurance dans le secteur bénévole sans but lucratif 1 re partie Comprendre l assurance La nécessité d être assuré Les acteurs du secteur de l assurance Contracter de l assurance Compagnies d assurances Facteurs

Plus en détail

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Ethics & Compliance 1/6 1. Préambule Le Code d Éthique d Alstom est essentiel. Il décrit la bonne conduite que les collaborateurs doivent

Plus en détail

PORTRAIT D UN FRAUDEUR. «Il avait mon entière confiance je n aurais jamais pensé qu il puisse être un fraudeur!»

PORTRAIT D UN FRAUDEUR. «Il avait mon entière confiance je n aurais jamais pensé qu il puisse être un fraudeur!» COPROPRIÉTÉ Prévenir et détecter la FRAUDE Dans le cadre du Colloque 2010 du RGCQ Par Élise Beauchesne, CA, Adm.A PORTRAIT D UN FRAUDEUR «Il avait mon entière confiance je n aurais jamais pensé qu il puisse

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 29 mai 2013 CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil d administration à s acquitter des responsabilités

Plus en détail

exigences de Bâle II Pilier 3

exigences de Bâle II Pilier 3 Renseignements ents sur la rémunération de 23 et 24 conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3 La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

MODIFICATION DE L INSTRUCTION COMPLÉMENTAIRE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE

MODIFICATION DE L INSTRUCTION COMPLÉMENTAIRE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE MODIFICATION DE L INSTRUCTION COMPLÉMENTAIRE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE 1. L article 1.3 de l Instruction complémentaire relative à la Norme canadienne

Plus en détail

La détection des fraudes commises en entreprise au Canada:

La détection des fraudes commises en entreprise au Canada: La détection des fraudes commises en entreprise au Canada: Une étude de ses victimes et de ses malfaiteurs Association of Certified Fraud Examiners et Dr Dominic Peltier-Rivest, Ph.D., M.Acc., CFE, Université

Plus en détail

Contrôles internes sur l information financière. Novembre 2010

Contrôles internes sur l information financière. Novembre 2010 Contrôles internes sur l information financière Novembre 2010 Ernst & Young Présentation des orateurs Stephen McIntyre, Services consultatifs en risque Hassan Qureshi, Risque et certification en TI Marco

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

Norme ISA 240, Responsabilités de l auditeur concernant les fraudes lors d un audit d états financiers

Norme ISA 240, Responsabilités de l auditeur concernant les fraudes lors d un audit d états financiers IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 240, Responsabilités de l auditeur concernant les fraudes lors d un audit d états financiers Le présent document

Plus en détail

Evolution de la gouvernance depuis la crise et relations avec les commissaires. 15 octobre 2013 Fabrice Odent

Evolution de la gouvernance depuis la crise et relations avec les commissaires. 15 octobre 2013 Fabrice Odent Evolution de la gouvernance depuis la crise et relations avec les commissaires aux comptes 15 octobre 2013 Fabrice Odent Sommaire 1. Une chaîne de gouvernance 2. Le rôle du commissaire aux comptes 3. La

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 240 LES OBLIGATIONS DE L AUDITEUR EN MATIERE DE FRAUDE LORS D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 240 LES OBLIGATIONS DE L AUDITEUR EN MATIERE DE FRAUDE LORS D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 240 LES OBLIGATIONS DE L AUDITEUR EN MATIERE DE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

* Professeur-adjoint, Université du Québec à Montréal ** Professeur, HEC Montréal *** Professeur, HEC Paris

* Professeur-adjoint, Université du Québec à Montréal ** Professeur, HEC Montréal *** Professeur, HEC Paris Nadia Smaili, Réal Labelle et Hervé Stolowy 159 reçu jullet 2007 / accepté septembre 2008 La publication d une information financière non conforme à la loi et aux normes : déterminants et conséquences

Plus en détail

COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER NATIONAUX DU CANADA MANUEL DE GOUVERNANCE. Approuvé par le Conseil d administration. le 2 mars 2004

COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER NATIONAUX DU CANADA MANUEL DE GOUVERNANCE. Approuvé par le Conseil d administration. le 2 mars 2004 COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER NATIONAUX DU CANADA MANUEL DE GOUVERNANCE Approuvé par le Conseil d administration le 2 mars 2004 Date de la dernière mise à jour : le 10 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉSENTATION

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Présentation aux investisseurs Mars 008 Bernard Dorval Chef de groupe, Services bancaires aux entreprises et assurance, et coprésident, TD Canada Trust Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs De

Plus en détail

LE CONTRÔLE ET L AUDIT INTERNES DANS LE SECTEUR PUBLIC L EXPERIENCE SLOVENE. Nataša Prah Marrakech, 19. 20. 06. 2013

LE CONTRÔLE ET L AUDIT INTERNES DANS LE SECTEUR PUBLIC L EXPERIENCE SLOVENE. Nataša Prah Marrakech, 19. 20. 06. 2013 OFFICE OF THE REPUBLIC OF LE CONTRÔLE ET L AUDIT INTERNES DANS LE SECTEUR PUBLIC L EXPERIENCE SLOVENE Nataša Prah Marrakech, 19. 20. 06. 2013 INTRODUCTION 1. Propos introductifs sur le contrôle interne

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association,

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL FORMATION D INSTRUCTION ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, -ET- PHILIP JOHN

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

L exemple du domaine bancaire

L exemple du domaine bancaire Rôle de la surveillance et du contrôle internes dans la gestion des risques L exemple du domaine bancaire Bernard Milliet bernard-milliet@bluewin milliet@bluewin.ch Haute école de gestion de Genève 7 mars

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

Conseil des arts et des lettres du Québec Comptabilisation des dons et des subventions dans le cadre du programme Mécénat Placements Culture

Conseil des arts et des lettres du Québec Comptabilisation des dons et des subventions dans le cadre du programme Mécénat Placements Culture Conseil des arts et des lettres du Québec Comptabilisation des dons et des subventions dans le cadre du programme Mécénat Placements Culture Johanne Turbide, Ph.D., M.Sc., CPA, CA Juin 2014 Comptabilisation

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 7 mai 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 7 mai 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil à superviser les contrôles financiers et l information

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Direction de l amélioration de la performance et de la conformité Ministère de la Santé et

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

OBJET : Le Groupe consultatif des investisseurs sollicite vos commentaires

OBJET : Le Groupe consultatif des investisseurs sollicite vos commentaires Le 14 janvier 2011 Allan Krystie Administrateur principal, Groupe consultatif des investisseurs Commission des valeurs mobilières de l Ontario 20, rue Queen Ouest 19 e étage, C.P. 55 Toronto (Ontario)

Plus en détail

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application...

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application... Circulaire de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes Projet du xxx Sommaire 1 Objet... 2 2 Champ d application... 2 3 Conseil d administration... 2 3.1 Indépendance des membres

Plus en détail

Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale

Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale Améliorer la santé mentale en milieu de travail est un incontournable pour les entreprises d aujourd hui. Selon la Commission

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 Financière de l Echiquier, en qualité de société de gestion d OPCVM de droit français spécialisée dans les actions, est amenée, à travers les investissements

Plus en détail

L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque. Présenté par Mays MOUISSI

L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque. Présenté par Mays MOUISSI L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque Présenté par Mays MOUISSI Sommaire La fraude : Définition Portrait robot du fraudeur Les différents types de fraude Exemple de fraude :

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Version 2.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby (Colombie-Britannique) Canada V5J 5K7 CGA-Canada,

Plus en détail

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD)

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DU RÉGIME R DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) 1 ICA 15 avril 2008 Le RRMD en chiffres Plus de 500 employeurs 35 900 participants actifs 6 600 retraités 12 000 en 2014 5,5

Plus en détail

L ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.0

L ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.0 L ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme sur l indépendance Version 2.0 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby (Colombie-Britannique)

Plus en détail

Postes diplomatiques et consulaires

Postes diplomatiques et consulaires Postes diplomatiques et consulaires La Cour des comptes a réalisé un audit de la gestion financière des moyens dont les quelque 140 postes diplomatiques et consulaires belges disposent. À cette occasion,

Plus en détail

Responsabilité des administrateurs

Responsabilité des administrateurs Présentation pour Ideark, Martigny, 31.10.2008 Responsabilité des administrateurs 1. Notion d administrateur 2. Insolvabilité 3. Assurances sociales 4. Impôts 5. Défaut de diligence et de loyauté 6. Responsabilité

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Norme ISA 550, Parties liées

Norme ISA 550, Parties liées IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 550, Parties liées Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales d audit

Plus en détail

Aide-mémoire pour les administrateurs Liste de vérification

Aide-mémoire pour les administrateurs Liste de vérification Aide-mémoire pour les administrateurs Liste de vérification Prenez note que cette liste ne s applique qu aux organismes de bienfaisance enregistrés qui sont constitués en personne morale ou qui sont établis

Plus en détail

Mémoire relatif au projet de loi no 123 sur la fusion de la Société générale et financement du Québec et d Investissement Québec.

Mémoire relatif au projet de loi no 123 sur la fusion de la Société générale et financement du Québec et d Investissement Québec. Mémoire relatif au projet de loi no 123 sur la fusion de la Société générale et financement du Québec et d Investissement Québec. Présenté par : L Institut sur la gouvernance d organisations privées et

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA SECURITE FINANCIERE (FRANCE) ET DE LA LOI RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA SECURITE DES RELATIONS FINANCIERES

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance CONSEIL EXÉCUTIF EB126/25 Cent vingt-sixième session 30 décembre 2009 Point 7.2 de l ordre du jour provisoire Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance Rapport

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque nationale du Canada 3e trimestre 2015. www.cpq.qc.ca

Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque nationale du Canada 3e trimestre 2015. www.cpq.qc.ca Commentaires du CPQ sur le projet de loi n 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec - Septembre 2015 - Le CPQ a pour mission

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PRATIQUES DE GOUVERNANCE

DÉCLARATION SUR LES PRATIQUES DE GOUVERNANCE DÉCLARATION SUR LES PRATIQUES DE GOUVERNANCE Survol Notre conseil d administration (le «conseil») et notre direction s efforcent de demeurer des figures de proue de la saine gouvernance et de veiller au

Plus en détail

Sécurité. Tendance technologique

Sécurité. Tendance technologique Sécurité Tendance technologique La sécurité englobe les mécanismes de protection des données et des systèmes informatiques contre l accès, l utilisation, la communication, la manipulation ou la destruction

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015) Public Works and Government Services Canada Canadian General Standards Board Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLcorruption version5 Janvier

Plus en détail

Gestion des risques d entreprise Résumé

Gestion des risques d entreprise Résumé Gestion des risques d entreprise Résumé À moins d identifier rigoureusement les risques, on ne peut assurer une gouvernance et une gestion efficace. La nécessité de cerner, d évaluer et de contrôler ces

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective ASSURANCE COLLECTIVE Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective Travaillons ensemble pour les prévenir La fraude et l abus ont une forte incidence sur

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

Fraude et états financiers Troisième partie

Fraude et états financiers Troisième partie Fraude et états financiers Troisième partie par EVERETT E. COLBY, BSBA, CFE, FCGA Introduction Produits fictifs Déplacement du moment de la constatation Dissimulation de charges/passifs Opérations entre

Plus en détail

Transformer le travail : que prendre en compte pour que le travail garde son sens

Transformer le travail : que prendre en compte pour que le travail garde son sens Transformer le travail : que prendre en compte pour que le travail garde son sens Estelle M. Morin Psychologue et professeure titulaire HEC Montréal Professeure associée, Département de psychologie, U

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE

CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE A. Objet. Le Comité d'audit est nommé par le Conseil d'administration (le "Conseil") du Groupe Delhaize (la "Société") afin (a) d assister le Conseil dans le

Plus en détail

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES Introduction NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application de

Plus en détail

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS Sommaire Au cours des dernières années, les organismes de réglementation et d application de la loi du Canada et des États-Unis

Plus en détail

Astuces et techniques pour déceler les fraudes et les erreurs de pointage LIVRE BLANC

Astuces et techniques pour déceler les fraudes et les erreurs de pointage LIVRE BLANC Astuces et techniques pour déceler les fraudes et les erreurs de pointage LIVRE BLANC Juin 2005 Les lois relatives à la gouvernance des entreprises et les textes réglementaires régissant les relations

Plus en détail

Le rôle de l audit interne dans la prévention, la détection et l investigation de la fraude

Le rôle de l audit interne dans la prévention, la détection et l investigation de la fraude Le rôle de l audit interne dans la prévention, la détection et l investigation de la fraude Dominique Perrier Jean-Pierre Hottin Cyril Perrault *connectedthinking Introduction Les grandes étapes d une

Plus en détail

Section 404 de la loi SOX : Quel impact sur les entreprises européennes cotées sur le marché américain?

Section 404 de la loi SOX : Quel impact sur les entreprises européennes cotées sur le marché américain? Section 404 de la loi SOX : Quel impact sur les entreprises européennes cotées sur le marché américain? Geoffrey Lallement, Consultant Senior «La falsification et la fraude détruisent le capitalisme et

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux DOCUMENT DE CONSULTATION Instruments additionnels: GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux Avril 2013 Ce document est également disponible en anglais. GUIDE

Plus en détail

Fonds COTE 100 Revenu

Fonds COTE 100 Revenu Un rendement RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS AU 30 JUIN 2014 Fonds COTE 100 Revenu Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds contient les

Plus en détail

Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial

Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial Approuvé le 16 juillet 2012 La présente traduction du Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial (le «code») en français est fournie à titre informatif uniquement. Le document

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE WWW.TUILLET-AUDIT.FR EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 AOUT 2014 Novembre 2014 Note Préliminaire Rapprochement

Plus en détail

Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Article 1 (2)(g). Article 1 (2)(i).

Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Article 1 (2)(g). Article 1 (2)(i). Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration

annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Utilisation des ressources des députés en dehors des périodes électorales. Interprétation

Utilisation des ressources des députés en dehors des périodes électorales. Interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises Par BRIAN FRIEDRICH, M. Éd., CGA, FCCA (RU), CertIFR et LAURA FRIEDRICH, M. Sc., CGA, FCCA (RU), CertIFR Mis à jour

Plus en détail

La gouvernance comme moyen de prévention et de détection des irrégularités comptables pouvant mener à la fraude. Nadia Smaili

La gouvernance comme moyen de prévention et de détection des irrégularités comptables pouvant mener à la fraude. Nadia Smaili HEC Montréal Affiliée à l Université de Montréal La gouvernance comme moyen de prévention et de détection des irrégularités comptables pouvant mener à la fraude par Nadia Smaili Service de l enseignement

Plus en détail

L'intégration de l'approche «gestion du risque» à la planification des missions de vérification.

L'intégration de l'approche «gestion du risque» à la planification des missions de vérification. 1 L'intégration de l'approche «gestion du risque» à la planification des missions de vérification. Novembre 2005 Joseph Cormier MA, MAP Conseiller en vérification Agence Développement économique Canada

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2001 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Alain SCHATT Melissa GNAEGI Julianne GUINAND La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Des informations précises sur les ventes et la profitabilité

Plus en détail

Fraude hypothécaire et vol d identité. (Version abrégée)

Fraude hypothécaire et vol d identité. (Version abrégée) Fraude hypothécaire et vol d identité (Version abrégée) Le saviez-vous? 1 demande de prêt hypothécaire sur 10 contiendra un certain élément de fraude. 2 Qu est-ce qu une fraude? Toute fausse représentation

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail