Prise de pos t on concernant I'audition informelle relat ve au rapport du <>

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise de pos t on concernant I'audition informelle relat ve au rapport du <>"

Transcription

1 Föderation der Schweizer Psycholog nnen und Psychologen Fédérat on Suisse des Psychologues Office fédéral de la santé publique Madame Chantale Bürli Schwarzen bu rgstrasse Berne Federaz one 5vizzera delle Psicologhe e degl Psicolog Choisystrasse 11,Pt/CP 510,3000 Bern 14 T , F www psychologie ch Berne, le 26 février 2OL5 Prise de pos t on concernant I'audition informelle relat ve au rapport du <<Projet-dialogue sur la santé psych que>> Monsieur Strupler, Monsieur Mattig, Monsieur Jordi, Madame Bürli, Madame, Monsieur, Fofte de quelque 7000 membres, la Fédération Suisse des Psychologues FSP est la plus importante association professionnelle regroupant des psychologues et des psychothérapeutes en Suisse. Beaucoup de nos membres travaillent dans le domaine de la santé psychique. Par conséquent, le projet de rapport présenté revêt une grande importance pour la FSP. Par conséquent, nous remercions vivement de nous donner l'occasion de prendre pos tion sur les modifications proposées. La FSP soutient la position de l'alliance Santé Psychique Suisse (ASPS) et a d'ailleurs participé à son élaboration. De façon générale, la FSP accueille favorablement Ie rapport. Les points abordés dans la suite du présent courrier reprennent l'ordre des questions de I'audition en ligne: 7. Approuvez-vous les domaines de mesure 7 à 8? Champ d'action 7 - Domaine de mesures 7: Réaliser une campagne nationale de sensibilisation Oui, de façon générale, nous sommes favorables à la mesure 1. Champ d'action 7 - Domaine de mesures 2: Mettre en place une communication sur les connaissances de base et les offres Plutôt oui. Il conviendrait d'identifier les principaux groupes à risque et de les mentionner de manière équilibrée (les exemples cités pour les différentes mesures concernent essentiellement les enfants et les adolescents; d'autres groupes devraient également être mentionnés): les personnes âgées, la population immigrée, les personnes en situation de handicap, les chômeurs et les bénéficiaires de 1

2 prestat ons soc ales. Il serait indiqué d'employer le terme générique de <<groupes vulnérables>> ou, à défaut, de détailler les différents groupes. Il faut aussi veiller à ne pas limiter la catégorie des proches à la sphère familiale, Elle doit également inclure I'environnement professionnel. On a tendance à oublier qu'une maladie psychique est également un poids pour les collaborateurs et l'employeur de la personne concernée, L'information et le conseil sont nécessaires, Page 35: il est indéniable que la quête de sens joue également un rôle en dehors de la vie active, La figure 9 situe cependant la quête de sens plutôt dans la vie active, Elle indique également les situations de risque pour chaque phase du parcours de vie. Les deux principaux facteurs de risque présentés dans le tableau 2-1 (conviction d'avoir peu de possibilités d'influer sur le cours de sa vie; faible satisfaction par rapport à la vie) n'apparaissent cependant ni dans le graphique ni dans le texte. Champ d'action 2 - Domaine de mesures 3: Accompagner les transitions Plutôt oui. Section 4.2, sous le domaine de mesure 3, la liste des exemples de transition pourrait être étoffée d'autres cas de figure importants, comme le passage de la vie active à la retraite, d'un suivi stationnaire à des soins ambulatoires, etc. De même, les offices régionaux de placement (ORP) et les services sociaux pourraient figurer parmi les <<acteurs>> cités. Par ailleurs, il serait important de mentionner une fois au moins dans le rapport les acteurs tels que les médecins de familles, les pédiatres, le personnel soignant, les travailleurs sociaux, les psychiatres et les psychologues de spécialisation variées (psychologie de l'enfance et de l'adolescence, psychologie de la santé, psychologie clinique, neuropsychologie et psychothérapie psychologique). Champ d'action 2 - Domaine de mesures 4: Optimiser les mesures et les offres Oui, de façon générale, nous y sommes favorables. Domaine de mesures 5; Faire rentrer les questions de santé psychique dans les programmes existants Plutôt oui / en partie. Nous considérons le domaine de mesures 5 comme une quest on transversale: la santé psychique doit être une préoccupation transversale et donner lieu, par exemple, à un programme intercantonal multi-projets organisé de façon tripartite et au niveau national, dont la responsabilité serait confiée à une institution. Les programmes touchant à la santé psychique ne doivent pas concerner les seuls départements de la santé, mais aussi ceux des affaires sociales et de l'instruction publique (approche multisectorielle), Les activités de promotion de la santé psychique et de prévention des maladies mentales doivent être transversales pour être efficaces. Champ d'action 3 Domaine de mesures 6: Améliorer les connaissances ef /es données de base Plutôt oui. Les domaines de mesures 2 et 6 se recoupent. Dans l'éventualité où il faudrait condenser le rapport, ils pourraient être fusionnés (données de base, mettre en place une communication sur la recherche et la rendre la exploitable pour le grand public), Nous tenons à souligner que les données disponibles sont insuffisantes, notamment pour la classe d'åge des enfants et des adolescents. De plus, nous possédons une grande quantité de données relevant du domaine de la santé psychique, mais celles-ci sont présentées de manière fragmentée. Le rapport mentionne ainsi les prestations ambulatoires fournies par les psychothérapeutes psychologues, mais pas les autres types de prise en charge ambulatoire dans le domaine psychiatrique et psychothérapeutique (services ambulatoires, services Champ d'action 3 2

3 psych atriques de soins à domicile, médecins, etc,). Il ne contient pas de vue d'ensemble ni de présentation générale des données et des connaissances de base. Les différents rapports, dont nous saluons par ailleurs l'existence, ne sont pas mis en corrélation. Le risque est que l'effet produit en soit restreint. Domaine de mesures 7: Développer le travail en réseau des Champ d'action 4 acteurs Oui, nous y sommes entièrement favorables, Domaine de mesures B: Proposer de nouveaux modèles de financement Partiellement: Le financement, à savoir l'un des aspects fondamentaux, reste en suspens et non résolu. Les projets, rapports et stratégies resteront sans suite si des possibilités de financement ne sont pas envisagées et proposées. On pourrait ainsi imaginer une augmentation de la contribution de la prévention, Concernant les bases légales sur les modèles de financement dans le domaine de la santé psychique, il nous paraît important de ne pas perdre de vue l'article 118 de la Constitution fédérale et de garder à I'esprit que certains troubles psychiques sont des <<maladies très répandues de l'être humain>>, qui doivent être prises en compte dans les mesures de protection de la santé, Reste le constat que les bases légales nationales dans le domaine de la santé mentale font défaut. Par conséquent, la Confédération ne dispose pas d'instruments légaux pour promouvoir et préserver la santé psychique et ne peut pas mettre en place de solutions de financement adaptées. Champ d'action 4 2. Quelles activités devraient-être développées en priorité dans les champs d'action 7 à 8? Ou, selon vo.ts, quel champ d'action présente les plus grands besoins (offres lacuna i res)? a) Il conviendrait d'enrichir explicitement la liste des acteurs mentionnés dans le rapport des personnes touchées et de leurs proches: le rapport se place du point de vue des professionnels; les personnes touchées et leurs proches ne sont évoqués que de façon partielle et implicite. Nous sommes convaincus que cela a une incidence sur les champs d'action. Exemple tiré de la figure 9: les crises d'identité ne concernent pas uniquement les acteurs professionnels mentionnés, mais touchent également d'autres univers (églises, activités communales, etc,). b) Nous souhaiterions compléter les domaines de mesure par les éléments suivants: sentiment de maîtriser ses actions, la perception de sa propre efficacité, l'estime de soi, etc.: il ressort de la vue d'ensemble (tableau 2-1) que la conviction d'avoir peu de possibilités d'influer sur le cours de sa vie est /e principal facteur psychique de risque. Nous nous étonnons de ce qu'aucun des domaines de mesures 1 à 8 ne prenne en compte ce constat central, en particulier pour la prévention primaire. Il n'est fait mention de ces facteurs à aucun autre endroit du rapport, Or, de notre point de vue, au vu de leur importance, ils nécessitent des actions foftes, L'école représente par exemple un domaine d'application concret dans lequel l'auto-efficacité peut être vécue et apprise, La Convention relative aux droits de l'enfant de I'ONU considère le fait de participer aux décisions, en fonction de la propre évolution, comme un droit des enfants et des adolescents, Avec différents modèles de participation des élèves, les enfants apprennent ainsi à s'engager en faveur de quelque chose, à se faire entendre de la communauté J

4 et à contribuer à la construction de leur milieu de vie - toute une base pour la santé psychique. psychique. De notre point de vue, la pauvreté mériterait donc d'être traitée et abordée individuellement. Qui plus est, ce facteur de risque n'apparaît pas non plus dans le tableau 2-1, qu'il conviendrait de compléter. peu prises en compte. c) Nous décelons également des lacunes dans l'offre en lien avec l'accompagnement des transitions, respectivement dans le << management de cas >>. Dans le contexte des transitions, il conviendrait en premier lieu d'assurer le soutien individuel et l'encouragement ; la gestion financière et administrative des mesures introduites ne devrait se faire au plus tôt que parallèlement ou après leur mise à disposition ou leur mise en æuvre. Par ailleurs, le regroupement des compétences est également un élément central dans l'accompagnement des transitions: idéalement, il faudrait instaurer une instance d'accompagnement responsable de la transition au lieu de l'actuelle répartition des compétences entre différents services (services scolaires, services sociaux, offices AI, assurance perte de gains, ORP, etc.), Cette instance pourrait aussi coordonner la suite de la collaboration avec les autres services concernés. 3. Dans quel champ d'action êtes-vous principalement engagé/e actuellement et à travers quelles activités? En tant qu'association professionnelle, naturellement, la FSP s'investit en premier lieu dans la défense des intérêts de ses membres. Nous sommes convaincus qu'une amélioration de la situation des psychologues - y compris de ceux qui travaillent dans le domaine de la santé psychique - aura in fine un impact sur plusieurs domaines de mesures, en particulier et surtout pour la sensibilisation / déstigmatisation ainsi que les activités politiques et de défense de la cause, 4, Avis général et/ou spécifique sur Ie rapport. En page 7, il conviendrait de préciser de façon plus explicite que le postulat a été déposé grâce à la pétition de I'ASPS. A la section 1.4, il est stipulé que le rapport met l'accent principalement sur la promotion de la santé et sur la prévention. Pour autant, le rapport ne parle pratiquement que de maladie et de soins (sur au moins 8 des 31 pages qui le composent). Nous considérons qu'une place trop importante est accordée à I'AI, même si nous sommes conscients qu'elle est incontournable pour la description de la situation actuelle de la santé psychique en Suisse. Il en va de même pour l'accent mis sur le lieu de travail. Les personnes sans activité professionnelle sont en effet beaucoup plus susceptibles de développer des maladies psychiques. Le thème de la prévention, plus particulièrement de la prévention primaire, doit impérativement être approfondi dans le rapport en tenant compte des récents résultats de la recherche dans ce domaine. Si la priorité est souvent donnée aux enfants et aux adolescents, il convient cependant de considérer que la prévention doit se faire tout au long de la vie (elle joue notamment un rôle crucial à l'âge de la retraite), 4

5 En page 15, section (Conséquences des malad es psychiques), I'affirmation suivante est fausse et à corriger: < Il est fréquent que ces personnes soient stigmatisées, que leur qualité de vie diminue et qu'elles deviennent invalides >. La stigmatisation n'est pas une conséquence des maladies mentales, mais le résultat de la perception négative des personnes souffrant de troubles psychiques au sein de la société. Nous saluons la prise en compte de I'enquête structurelle sur la psychothérapie effectuée par des psychologues en Suisse (réalisée par le bureau BASS). Il serait souhaitable que toutes les prestations psychiatriques / psychothérapeutiques soient prises en compte, y compris les consultations dans les services ambulatoires et les cabinets médicaux ainsi que les services d'aide et de soins à domicile. L'idée est de disposer d'une vue d'ensemble complète de la prise en charge dans le domaine de la santé psychique. Nous estimons qu'il est très impoftant de mettre davantage en évidence la connexité avec d'autres rapports et de renforcer I'interaction entre les différentes stratégies. Dans la mesure où l'incertitude demeure quant à l'existence d'une volonté politique de mettre en æuvre les mesures citées et où la question du financement n'est pas élucidée, il est indispensable de regrouper les demandes et de coordonner les procédures. De notre point de vue, le chapitre <<Associations et organisations non gouvernementales>> devrait faire mention de I'Alliance Santé Psychique Suisse (ASPS). L'ASPS réunit en effet plusieurs organisations, institutions ou groupes de professionnels spécialisés, d'entraide et de personnes touchées, qui ont convenu de s'engager ensemble pour défendre les grandes préoccupations relatives à la santé psychique. Il est primordial d'impliquer les personnes touchées, ce qui a été essayé dans la mesure du possible dans le cadre de ce rapport. Néanmoins, comme cela a été évoqué lors de I'audition du22janvier 20t5, avec que trop peu de résonnance, Le rapport pourrait être condensé: les quatre champs d'action paraissent vagues et difficiles à distinguer les uns des autres; ils sont semblables du point de vue de la formulation, Exemple: la mise en place d'une communication sur les connaissances de base et les offres (champ d'action 1) pourrait faire partie de I'amélioration des connaissances et des données de base (champ d'action 3). Nous vous remercions de nous donner l'opportunité de formuler cette prise de position et de tenir compte de nos réflexions. Bien entendu, nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Ilr{, Lr,^k,tlf Peter Sonderegger Coprésident de la FSP Dolores Secrétaire rale adjointe de la FSP 5

Psychothérapie. Quoi? Quand? Pour qui? Par qui? www.psychologie.ch. Föderation der Schweizer Psychologinnen und Psychologen FSP

Psychothérapie. Quoi? Quand? Pour qui? Par qui? www.psychologie.ch. Föderation der Schweizer Psychologinnen und Psychologen FSP Psychothérapie Quoi? Quand? Pour qui? Par qui? www.psychologie.ch Föderation der Schweizer Psychologinnen und Psychologen FSP Fédération Suisse des Psychologues FSP Federazione Svizzera delle Psicologhe

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées

Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées Cela commence avec la déclaration des droits du déficients mental ONU résolution 2856 (du 20 décembre 1971)dans laquelle est stipulée entre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT)

Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT) Nous

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Recommandations du comité CIIS relatives à la soumission d'institutions à la CIIS du 1 er décembre 2005

Recommandations du comité CIIS relatives à la soumission d'institutions à la CIIS du 1 er décembre 2005 Recommandations du comité CIIS relatives à la soumission d'institutions à la CIIS du 1 er décembre 2005 1. Bases Les recommandations ci-après sont basées sur les dispositions de la CIIS concernant - les

Plus en détail

Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes.

Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes. Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes. Ces pistes s adressent aux responsables politiques et administratifs des communes, des cantons et de

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Check-list pour l élaboration de projets SCCP (version 5 / avril 2014)

Check-list pour l élaboration de projets SCCP (version 5 / avril 2014) Check-list pour l élaboration de projets SCCP (version 5 / avril 2014) (Base : Stratégie et dispositif de prise en charge des adultes handicapés en cas de placement difficile, 15 septembre 2011) L élaboration

Plus en détail

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle Département fédéral de l économie DFE Département fédéral de l intérieur DFI Berne, le 11 novembre 2010 Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Développement continu de l AI

Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Développement continu de l AI Développement continu de l AI, chef secteur Législation et Droit OFAS, domaine AI, Congrès annuel INSOS Suisse, Flims, 26.8.2015 Stratégie de développement continu de l AI Remettre l assuré au centre des

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Au Docteur. Concerne : Modèle de certificat de santé physique et psychique destiné à l'accueil d'enfants (de 0 à 6 ans)

Au Docteur. Concerne : Modèle de certificat de santé physique et psychique destiné à l'accueil d'enfants (de 0 à 6 ans) Bruxelles, le 4 avril 2014 Au Docteur Concerne : Modèle de certificat de santé physique et psychique destiné à l'accueil d'enfants (de 0 à 6 ans) Docteur, Chère/Cher Collègue, Dans le cadre de ses missions,

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

Procédure de consultation Autorité parentale révision du code civil et du code pénal

Procédure de consultation Autorité parentale révision du code civil et du code pénal Département fédéral de Justice et Police Madame la Conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf Office fédéral de la justice Palais fédéral 3003 Berne 25 mars 2009 Procédure de consultation Autorité parentale

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)»

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)» «Identités numériques et gestion (IDm)» Enquête du CTIE, été 2012 auprès des cantons au sujet de : Résultats de l enquête auprès des cantons au sujet numériques 1. Observations générales concernant l enquête

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive

Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive (adoptée par le Comité des Ministres le 13 décembre 2006, lors de

Plus en détail

Le Défenseur des droits

Le Défenseur des droits Le Défenseur des droits SONDAGE SUR LA SCOLARISATION EN MILIEU ORDINAIRE DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements En partenariat

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

Préparation fonds en faveur de la formation professionnelle domaine social de force obligatoire

Préparation fonds en faveur de la formation professionnelle domaine social de force obligatoire Préparation fonds en faveur de la formation professionnelle domaine social de force obligatoire Questionnaire par rapport au dossier pour la consultation interne auprès des membres de SAVOIRSOCIAL et des

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

CONVENTION de PARTENARIAT entre

CONVENTION de PARTENARIAT entre CONVENTION de PARTENARIAT entre La Direction des services départementaux de l Education Nationale de Haute- Savoie L Union Sportive de l Enseignement du Premier degré de Haute-Savoie La Fédération des

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Conférence romande de la formation continue (CRFC)

Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Conférence romande de la formation continue (CRFC) CONFÉRENCE ROMANDE DE LA FORMATION CONTINUE Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Conférence romande de la formation continue (CRFC) Nyon, le 1 er octobre 2015 Monsieur le Conseiller

Plus en détail

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ Saint-Quentin-en-Yvelines Un réseau de compétences Service de la Communauté d agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines, l Institut de Promotion de la Santé a pour objectifs

Plus en détail

LA SCOLARISATION DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP

LA SCOLARISATION DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP LA SCOLARISATION DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP Réflexions du groupe de travail «médico-social» de l UNASEA Septembre 2009 1 L Union nationale des associations de sauvegarde de l enfance, de l adolescence

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Thèses et exigences de l'initiative des villes: Politique sociale Introduction Dans sa stratégie 2015 "Élargir la politique

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Formation de Spécialisation en Soins Palliatifs

Formation de Spécialisation en Soins Palliatifs Formation de Spécialisation en Soins Palliatifs Dispositions générales Remarque préliminaire La formation de spécialisation en soins palliatifs est basée sur les objectifs de la formation d approfondissement

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION

TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION Nous présentons ici un tableau synthèse des objectifs poursuivis et des recommandations faites.

Plus en détail

ehealth Suisse Projet partiel Formation Questionnaire (f) Audition 2011

ehealth Suisse Projet partiel Formation Questionnaire (f) Audition 2011 ehealth Suisse Projet partiel Formation Questionnaire (f) Audition 2011 3.10.2011 au 3.11.2011 Page 2 Prise de position de la CDS au Projet partiel «Formation»: Thèmes prioritaires destinés aux offres

Plus en détail

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI Union Confédérale des Médecins Salariés de France Siège social, secrétariat : 65-67 rue d Amsterdam 75008 Paris Tél : 01.40.23.04.10 Fax : 01.40.23.03.12 Mél : contact@snmpmi.org Site internet : www.snmpmi.org

Plus en détail

Ordonnance sur l aide sociale (OASoc) (Modification)

Ordonnance sur l aide sociale (OASoc) (Modification) 1 860.111 octobre 01 Ordonnance sur l aide sociale (OASoc) (Modification) Le Conseil-exécutif du canton de Berne, sur proposition de la Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale, arrête:

Plus en détail

Enquête sur les données structurelles de la psychothérapie psychologique en Suisse en 2012

Enquête sur les données structurelles de la psychothérapie psychologique en Suisse en 2012 BÜRO FÜR ARBEITS- UND SOZIALPOLITISCHE STUDIEN KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERN. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUEROBASS.CH. WWW.BUEROBASS.CH Enquête sur les données structurelles

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70 Ce chapitre concerne la prévention et la protection de l enfance, avec la présentation de deux dispositifs complémentaires et qui s articulent entre eux : la protection administrative et la protection

Plus en détail

Sommaire I. PREAMBULE 4 II. OBJET DE LA CHARTE 4 III. CHAMP D APPLICATION 5

Sommaire I. PREAMBULE 4 II. OBJET DE LA CHARTE 4 III. CHAMP D APPLICATION 5 Charte Internationale des Valeurs Sociales Fondamentales du groupe JCDecaux Édition 2013 Sommaire I. PREAMBULE 4 II. OBJET DE LA CHARTE 4 III. CHAMP D APPLICATION 5 IV. ENGAGEMENTS 6 4.1. Droit de négociation

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Procédure de consultation stratégie nationale des Addictions 2017-2024

Procédure de consultation stratégie nationale des Addictions 2017-2024 Département fédéral de l'intérieur, Palais fédéral, 3003 Berne Procédure de consultation stratégie nationale des Addictions 2017-2024 Monsieur le conseiller fédéral, Donnant bonne suite à la procédure

Plus en détail

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse»

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» 1. Objectifs supérieurs... 2 2. Candidats admis au concours... 2 3. Cadre financier... 3 4. Dépôt de la demande... 3 5. Évaluation de la demande... 3 6. Calendrier

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Formation des membres des conseils d'établissement

Formation des membres des conseils d'établissement Formation des membres des conseils d'établissement Département Office Jeudi 24 mai 2012 Première des trois sessions de formation Paola Marchesini, Céline Merad-Malinverni, Bernard Riedweg Département de

Plus en détail

Assises de l ErE-DD à l école 2010-2011 - Tableau de synthèse du premier groupe de travail institutionnel secondaire - 16/12/10

Assises de l ErE-DD à l école 2010-2011 - Tableau de synthèse du premier groupe de travail institutionnel secondaire - 16/12/10 Pistes de travail > 3 catégories d'obstacles : Temps Moyens - Coordination De quoi s'agit-il Solutions/leviers existants Solutions/leviers à créer/f. évoluer Institutions concernées TEMPS (directeur) Bénévolat

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE

BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE TYPE D'ACTION Programme ACCEDER pour l emploi de la population gitane NIVEAU DE LA BONNE PRATIQUE reproduite Page 1/12

Plus en détail

CHARTE ALZHEIMER. Ethique et Société 2007. Préambule

CHARTE ALZHEIMER. Ethique et Société 2007. Préambule CHARTE ALZHEIMER Ethique et Société 2007 Préambule Les personnes souffrant d'une maladie d'alzheimer ou d'une maladie apparentée -quel que soit leur âge- ne peuvent se définir uniquement par leur maladie

Plus en détail

L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE

L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE Annexe à la convention relative aux Actions Educatives à Domicile CAHIER DES CHARGES DE L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE dans le Département des Vosges - 2012 Préambule Le service de l'aide Sociale à l'enfance

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Association régie par la loi «1901»

Association régie par la loi «1901» Association régie par la loi «1901» Siège social et Direction Générale : 11, rue de la Convention 79000 NIORT Tél. 05 49 24 20 88 Fax. 05 49 24 30 03 siège@gpa79.net 1) CADRE DE L ENQUETE La loi 2002-2,

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION PRIORITES D'ACTION POUR LES 3 ANNEES A VENIR 1. LE RELATIONNEL 5 DOCUMENT 3

D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION PRIORITES D'ACTION POUR LES 3 ANNEES A VENIR 1. LE RELATIONNEL 5 DOCUMENT 3 5 DOCUMENT 3 PROJET D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION Le projet d établissement du Collège Sainte-Marie - 1 er degré - est écrit dans la lignée des projets éducatif et pédagogique. Il précise les objectifs

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Forum ACOP-F jeunes handicapés/face à la vie sociale et professionnelle Montpellier septembre 2004

Forum ACOP-F jeunes handicapés/face à la vie sociale et professionnelle Montpellier septembre 2004 Forum ACOP-F jeunes handicapés/face à la vie sociale et professionnelle Montpellier septembre 2004 Jean-Luc BRUN CA ACOP Membre du groupe des 6 organisations de psychologues de l'éducation nationale, (ACOP,

Plus en détail

mémoire présenté par L Association des juristes d expression française de la Nouvelle-Écosse au Comité sénatorial sur les langues officielles

mémoire présenté par L Association des juristes d expression française de la Nouvelle-Écosse au Comité sénatorial sur les langues officielles RÈGLEMENT EN MATIÈRE DE SERVICE AU PUBLIC DANS LES DEUX LANGUES OFFICIELLES mémoire présenté par L Association des juristes d expression française de la Nouvelle-Écosse au Comité sénatorial sur les langues

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)13 du Comité des Ministres aux Etats membres sur la gouvernance et la gestion du patrimoine universitaire et son Rapport explicatif (adoptée

Plus en détail

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité I Nom, Siège, Buts et Tâches Statuts Article 1 Article 2 Article 3 Nom L Association se nomme ASPEDAH (Association

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D'ACCUEIL SPECIALISEE MARIE ALLE

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D'ACCUEIL SPECIALISEE MARIE ALLE CONTRAT DE SEJOUR MAISON D'ACCUEIL SPECIALISEE MARIE ALLE Décembre 2014 Ce document est établi conformément à la Loi du 02/01/2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale et au Décret n 2004-1274 du

Plus en détail

Réforme de l assurance dépendance Avis COPAS

Réforme de l assurance dépendance Avis COPAS Réforme de l assurance dépendance Avis COPAS Executive summary Le présent avis énonce, reflète et confirme la position de la COPAS quant aux principes fondamentaux qui sous-tendent les activités des prestataires

Plus en détail

Les besoins des aidants

Les besoins des aidants Les besoins des aidants Être aidant Éléments de définition Il existe de nombreuses définitions de ce qu'est un aidant, qui ont en commun «le caractère non professionnel de l'aide, sa régularité et son

Plus en détail

A.Gt 15-03 M.B. 01-06 06-1999. Modifications: A.Gt 24-03 - M.B. 17-06 06-2004. - M.B. 15-09 A.Gt 25-05 - M.B. 10-07 07-2007

A.Gt 15-03 M.B. 01-06 06-1999. Modifications: A.Gt 24-03 - M.B. 17-06 06-2004. - M.B. 15-09 A.Gt 25-05 - M.B. 10-07 07-2007 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif aux conditions particulières d'agrément et d'octroi des subventions pour les services de placement familial A.Gt 15-03 03-1999 M.B. 01-06 06-1999

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe, Recommandation CM/Rec(2009)4 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l éducation des Roms et des Gens du voyage en Europe (adoptée par le Comité des Ministres le 17 juin 2009, à la 1061e réunion

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

DOSSIER de PRESENTATION

DOSSIER de PRESENTATION Service de Soutien à l Intégration Scolaire l Education Familiale et à APAJH 53 Déficience Auditive et Troubles Spécifiques du Langage (dyslexie dysphasie) SSEFIS APAJH 53 40 boulevard Félix Grat 53000

Plus en détail

Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées

Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées Les mots des professionnels pour vous aider à y voir plus clair CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Sommaire Pourquoi ce guide...

Plus en détail