LES MÉTIERS CADRES DE LA FONCTION ÉTUDES, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES MÉTIERS CADRES DE LA FONCTION ÉTUDES, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT"

Transcription

1 LES MÉTIERS CADRES DE LA FONCTION ÉTUDES, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT LES RÉFÉRENTIELS DES MÉTIERS CADRES ON N A PAS TROUVÉ MIEUX POUR TROUVER MIEUX

2 Les Référentiels des métiers cadres sont une publication de l Apec. Les Référentiels des métiers cadres sont des outils destinés aux étudiants, aux cadres et aux acteurs des études, recherche et développement. Ils permettent : - de mieux connaître et faire connaître les métiers cadres d une fonction, d un secteur ou d un domaine en évolution au moyen de fiches métiers, - d identifier les entreprises où s exercent ces métiers, - de fournir des informations pratiques permettant au lecteur d aller plus loin dans la recherche d un emploi ou de pourvoir un poste. Ils sont réalisés à partir de l analyse : - des offres d emploi confiées à l Apec et parues dans la presse, - d interviews de DRH, de responsables opérationnels et de cadres, - de rencontres entre professionnels. Dans la même collection : - Les métiers de l immobilier - Les métiers de la logistique et du transport - Les métiers du multimédia - Les métiers de l environnement - Les métiers de la finance et de la comptabilité - Les métiers des fonctions commerciale et marketing - Les métiers de l agroalimentaire - Les métiers de l assurance - Les métiers des ressources humaines - Les métiers des télécoms - Les métiers de l informatique - Les métiers de la fonction achats - Les métiers du secteur sanitaire, social et médico-social Les métiers de la fonction études, recherche et développement Cet ouvrage est créé sur l initiative de l Apec, Association pour l emploi des cadres, régie par la loi du 1er juillet Il s agit d une œuvre collective, l Apec en a la qualité d auteur. Ont participé à son élaboration : Au département études et recherche de l Apec : Brigitte Bos, manager du pôle études, Sylvie Delattre, responsable des études métiers, Blandine Haué, chargée d études, et Blue-search Conseil, cabinet de conseil en recrutement et ressources humaines. Avril 2007

3 LES MÉTIERS CADRES DE LA FONCTION ÉTUDES, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT DES MÉTIERS EN DÉVELOPPEMENT UN DOMAINE À DÉCOUVRIR LES RÉFÉRENTIELS DES MÉTIERS CADRES Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement 1

4 SOMMAIRE INTRODUCTION ENTREPRISES ET CADRES DE LA FONCTION ÉTUDES, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT Les acteurs de la fonction études, recherche et développement p. 08 Les évolutions des métiers cadres de la fonction études, recherche et développement p. 17 LES FICHES MÉTIERS Les organigrammes Organigramme type d un bureau d études indépendant p. 34 Organigramme type d un département études, recherche et développement p. 35 Organigramme type d une entreprise innovante p. 36 Organigramme type d un laboratoire de recherche public p. 37 Les cartographies Les métiers de la fonction études, recherche et développement par famille p. 40 Cartographie des métiers de la fonction études, recherche et développement p. 41 Cartographie des métiers de la fonction études, recherche et développement par type d employeurs et niveau d intervention p. 42 Métiers du management N 1 - Directeur études, recherche et développement p. 45 N 2 - Directeur de programme R&D p. 51 N 3 - Responsable de laboratoire de recherche p. 57 N 4 - Directeur de bureau d études p. 63 N 5 - Dirigeant d entreprise innovante p. 69 Métiers de la recherche N 6 - Directeur de recherche p. 77 N 7 - Chargé de recherche p. 83 N 8 - Assistant de recherche p. 87 Métiers des études et du développement N 9 - Ingénieur R&D p. 95 N 10 - Chef de projet R&D p. 101 N 11 - Ingénieur calcul p. 107 N 12 - Ingénieur tests et essais p. 113 N 13 - Chargé d études socio-économiques p Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement

5 Affaires réglementaires et brevets N 14 - Ingénieur brevets p. 127 N 15 - Responsable des affaires réglementaires p. 133 Devis, estimation et affaires N 16 - Ingénieur devis et estimation p. 141 N 17 - Ingénieur d affaires p. 147 Valorisation et marketing de l innovation N 18 Chargé de valorisation de la recherche p. 155 N 19 - Consultant en management de l innovation p. 161 N 20 - Chef de produit technique p Associations, fondations et fédérations professionnelles 2. Organismes institutionnels 3. Établissements de formation 4. Publications 5. Sites Internet POUR ALLER PLUS LOIN ANNEXES Abréviations et sigles p. 185 Lexique p. 187 Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement 3

6

7 INTRODUCTION La fonction études, recherche et développement est considérée comme l une des fonctions clés de l entreprise. Elle est à la source de nombreuses innovations et de conquêtes de nouveaux marchés. À l origine de la croissance et de la compétitivité des entreprises et des pays, cette fonction réservoir d innovations fait l objet d attentions soutenues. En effet, lorsque l innovation concerne un produit, elle se traduit souvent par une extension des débouchés pour les entreprises et les pays innovants. Lorsque l innovation concerne les procédés et les organisations, elle permet d importants gains de productivité et de qualité, des réductions des délais de fabrication et des baisses significatives des coûts de production. La fonction études, recherche et développement correspond à différentes familles de métiers, rarement regroupées au sein d un même département voire d une seule et même entreprise. En effet, collaborent aux efforts d innovation les organismes publics, les universités, les prestataires et les associations spécialisées dans le développement de la recherche. Quatre grandes familles de métiers participent aux efforts d innovation : - les métiers du management qui définissent la stratégie de recherche en lien avec les grands objectifs stratégiques de l entreprise. Ils sont garants de la performance collective des projets et des programmes de recherche et développement. - les métiers de la recherche fondamentale qui correspondent majoritairement aux fonctions de chercheurs, débutants ou confirmés, exerçant au sein d organismes publics de recherche ou d universités. - les métiers des études et du développement qui se rapprochent principalement des équipes R&D travaillant en entreprise privée et en bureau d études. Ils interviennent d un point de vue scientifique et technique sur le process d innovation. - enfin, les fonctions connexes aux études, recherche et développement qui sont regroupées dans ce guide au sein de trois familles : les affaires réglementaires et brevets/les devis, estimation et affaires/la valorisation et le marketing de l innovation. Ces métiers participent activement au processus d innovation de l entreprise mais s y inscrivent sous un angle davantage marketing, juridique ou commercial La fonction études, recherche et développement se situe dans une phase de mutation liée entre autres à des facteurs de mondialisation et de forte compétitivité. Les conséquences sont perceptibles à la fois : - sur le plan européen, avec l existence d une organisation et de financements européens de la recherche, - sur le plan national, avec une volonté de renforcement des collaborations entre acteurs publics et privés et l émergence de pôles régionaux de compétitivité, - au sein des entreprises avec le développement de nouveaux métiers et de nouvelles organisations. Ce référentiel illustre et détaille les transformations de la fonction études, recherche et développement (objet de la première partie) et analyse au cours de sa seconde partie les principaux métiers cadres ; chaque fiche métier étant illustrée par le témoignage concret d un cadre actuellement en poste. Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement 5

8

9 ENTREPRISES ET CADRES DE LA FONCTION ÉTUDES, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement 7

10 LES ACTEURS DE LA FONCTION ÉTUDES, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT La fonction études, recherche et développement traverse tous les secteurs d activités et les disciplines fondamentales. En France, les efforts pour renforcer la R&D sont anciens et font l objet de nombreux débats, notamment pour optimiser le cadre structurel de la recherche. On distingue généralement : la recherche fondamentale : son objectif est la découverte de nouvelles connaissances dans les grandes disciplines théoriques (mathématiques, physique, chimie.). En France, la recherche fondamentale est historiquement associée au secteur public et les travaux de recherche sont principalement effectués dans des organismes relevant du secteur public (CNRS, universités ). L évaluation des travaux se fait par l intermédiaire de publications scientifiques. la recherche appliquée : elle vise l utilisation des connaissances fondamentales pour découvrir de nouvelles applications possibles dans un secteur d activité donné (pharmacie, automobile, technologies de l information ). Elle est menée parallèlement dans des organismes publics, des laboratoires de recherche privés et des centres techniques industriels propres à certains secteurs. Le résultat est une nouvelle application ou une nouvelle méthode qui peut faire l objet d un brevet. les phases d études et de développement : elles interviennent après la recherche fondamentale et la recherche appliquée. Elles se traduisent par la création de nouveaux produits, l amélioration des produits existants ou la mise en place de nouveaux procédés adaptés aux besoins du marché. À la fois représentée dans les secteurs public et privé, la fonction études, R&D s exerce dans de nombreuses structures. LES PRINCIPAUX ACTEURS DE LA FONCTION ÉTUDES, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EN FRANCE Entreprises privées Acteurs publics Conseil/Prestataires Grands groupes PME/PMI Start-up/jeunes entreprises innovantes Organismes et instituts publics de recherche Universités et écoles d enseignement supérieur Centres techniques industriels Associations/agences de valorisation et fondations Bureaux d études Cabinets de conseil Instituts d études Sociétés d ingénierie QUELQUES REPÈRES CHIFFRÉS La répartition des effectifs R&D en France La recherche en France employait environ personnes en 2004, secteur privé et secteur public réunis (Source : Repères et références statistiques en R&D, 2006, ministère de la Recherche). Ces effectifs comprennent non seulement les chercheurs, mais aussi les personnes travaillant dans les fonctions dites supports ou connexes à la recherche : études et développement, tests et essais, homologation et brevets On compte environ personnes dans le secteur privé et dans le secteur public. La fonction études, R&D regroupe les chercheurs de formation doctorale et les enseignants chercheurs, majoritaires dans les organismes publics de recherche, et les ingénieurs de recherche, davantage présents dans les entreprises privées sur des sujets de recherche plus appliqués. 8 Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement

11 RÉPARTITION DES EFFECTIFS R&D EN 2004 EN FRANCE Effectif R&D total Secteur privé Secteur public Source : Repères et références statistiques en R&D, 2006, ministère de la Recherche RÉPARTITION DES EFFECTIFS CADRES R&D DU SECTEUR PRIVÉ EN FRANCE Services ( ) 85% Industrie (14 232) 12% Construction (1 186) 1% Commerce (2 372) 2% La répartition des effectifs cadres de la fonction études, recherche et développement du secteur privé En 2006, les cadres travaillant dans la fonction études, recherche et développement représentaient personnes, dont une forte majorité dans les services. Source : Panel Entreprises 2006, Apec RÉPARTITION DES EFFECTIFS CADRES TRAVAILLANT EN R&D PAR RÉGION Trois régions prédominent en matière de R&D : Île-de-France, Rhône-Alpes et Paca. Autres régions (52 184) 44% Ile-de-France (39 138) 33% Provence-Alpes Côte d'azur (9 488) 8% Rhône-Alpes (17 790) 15% Source : Panel Entreprises 2006, Apec NOMBRE D OFFRES CADRES PARUES EN 2006 DANS LA FONCTION R&D La fonction recherche, études techniques représente 61% des offres parues en Brevets (179) 1% Direction R&D (520) 2% Urbanisme, architecture (969) 4% Etudes socio-économiques (575) 2% Projets, affaires (7 378) 30% Recherche, études techniques (15 034) 61% Source : Offres Apec 2006 Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement 9

12 Les principaux domaines scientifiques de recherche et leurs applications Selon leur discipline de formation, les chercheurs et ingénieurs de recherche peuvent s orienter vers de nombreux secteurs. PRINCIPAUX DOMAINES SCIENTIFIQUES DE RECHERCHE Sciences du vivant EXEMPLES DE DISCIPLINES Biologie, pharmacologie, virologie, parasitologie, génétique, pharmacologie PRINCIPAUX SECTEURS D APPLICATION (non exhaustifs) Pharmacie, cosmétique, environnement, agroalimentaire, biotechnologies Sciences de la matière Physique, chimie, physique nucléaire, physique quantique, physique de la matière, chimie moléculaire Chimie, pharmacie, cosmétique, énergie Sciences de l univers Géologie, géophysique, océanographie, astronomie Environnement, BTP Mathématiques Modélisation statistique, Modélisation numérique Services financiers, pharmacie, informatique, télécommunications Informatique et technologies de la communication Systèmes informatiques, systèmes électroniques, traitement du signal Télécommunications, informatique, électronique grand public, automobile, aéronautique Sciences humaines et sociales Sociologie, sciences du langage, histoire, archéologie, sciences politiques, sciences économiques Informatique, médias, transports, automobile, services aux entreprises, audit conseil Sciences de l ingénierie Mécanique, génie civil, nanotechnologies, biomécanique, acoustique Mécanique, énergie, défense, aéronautique, automobile, électronique, biotechnologies LES ENTREPRISES PRIVÉES On peut distinguer différentes entreprises parmi les acteurs du secteur privé qui investissent dans la R&D. Les bastions de la R&D : les grands groupes privés Les efforts en matière de recherche privée en France sont particulièrement concentrés au sein des grandes entreprises. Les vingt premiers groupes français réalisent la moitié des investissements alors que plus de 5500 entreprises ont une activité de recherche et consacrent 15% ou plus de leurs investissements à la R&D. Certains secteurs d activité pèsent un poids particulièrement important en matière d investissements financiers et d effectifs R&D. Se distinguent plus particulièrement les secteurs de la pharmacie, de l électronique, des technologies de l information, de la chimie, de l aérospatial et de l automobile. Ces six branches d activités représentent plus de la moitié des investissements financiers et plus de la moitié des effectifs. Pharmacie : le secteur de la pharmacie demeure l un des principaux acteurs en matière de recherche. Avec un volume d investissements financiers de plus de 4 milliards d euros en 2005, Sanofi-Aventis est le leader industriel de ce secteur en France. La collaboration 10 Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement

13 interdisciplinaire y est incontournable et permanente dans la pharmacie. Les chercheurs et ingénieurs de formations diverses associent leurs différentes compétences. Notons en particulier le travail conjoint des équipes d ingénieurs en modélisation numérique, en biologie moléculaire et en médecine. Électronique : les grands fabricants d équipements électroniques (notamment grand public) continuent d être des moteurs de l innovation et du dépôt de brevets en France. Le corps des ingénieurs domine au sein des entreprises, ils sont spécialisés dans différents domaines : interfaces hommes-machines, mécanique, électricité Informatique et télécoms : secteurs en fort développement en raison de la croissance des opérateurs mobiles, des fournisseurs d accès Internet et des constructeurs de terminaux mobiles. Sont principalement recrutés dans ces deux secteurs des ingénieurs spécialisés dans le traitement du signal, dans les langages de développement (langages objets notamment) Chimie : secteur de prédilection des docteurs. En effet, plus de la moitié d entre eux sont issus de la discipline «sciences de la matière ou du vivant», dont la chimie est l une des branches importantes. Les principaux acteurs du marché intègrent également les ingénieurs chimistes ou d autres domaines scientifiques comme l informatique par exemple. Aérospatial : à lui seul, le secteur aérospatial absorbe environ la moitié des investissements publics. Comme dans beaucoup de pays occidentaux, le budget de la Défense est consacré à la conquête spatiale. Sont prioritairement embauchés des ingénieurs spécialisés en aéronautique ou dans d autres disciplines : informatique, traitement du signal, matériaux, mécanique. Automobile : PSA et Renault demeurent parmi les principaux investisseurs nationaux en matière de recherche. Tout comme l aéronautique, l automobile fait appel à des compétences très variées : mécanique, électronique embarquée, télécommunications mais aussi environnement, ergonomie, sciences cognitives LES VINGT PREMIÈRES ENTREPRISES FRANÇAISES EN TERMES D INVESTISSEMENTS EN R&D EN 2005 SOCIÉTÉS SECTEURS Sanofi-Aventis Pharmacie PSA Peugeot Citroën Automobile Renault Automobile Alcatel Électronique Safran Aéronautique 787 Michelin Pneumatiques 704 Total Énergie 663 Valeo Automobile 610 France Telecom Télécoms 589 Schneider Électronique 558 L Oréal Cosmétiques 528 Thales Électronique 454 Électricité de France Énergie 443 Areva Énergie 419 Alstom Industrie 350 Lagardère Médias 335 Saint-Gobain Industrie 317 Thomson Électronique 289 Dassault Systèmes Électronique 231 Vivendi Universal Médias 203 Source : Journal Les Échos, 5 janvier INVESTISSEMENTS EN MILLIONS D EUROS EN 2005 Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement 11

14 Les secteurs en développement Un grand nombre de secteurs sont très actifs en matière de R&D. Ils représentent un volume moins important de postes et de dépenses en matière de recherche mais sont l avenir de l innovation en France. Il s agit entre autres des biotechnologies et nanotechnologies, des nouveaux matériaux, des cosmétiques et de la santé alimentaire. Biotechnologies et nanotechnologies : le secteur des biotechnologies est l un des plus soutenus et des mieux organisés, avec une forte visibilité autour du pôle de compétitivité de Grenoble, des parcs d activités de Lyon, Nantes et Montpellier. Paradoxalement, il s agit d un secteur porté par des PME/PMI et les entreprises françaises ne comptent pour le moment aucun représentant majeur parmi les grands acteurs mondiaux. Nouveaux matériaux : étroitement lié à l industrie de la chimie, le secteur des nouveaux matériaux connaît une phase ascendante de développement de ses activités de recherche. L innovation touche aussi bien la recherche sur les nouveaux procédés de fabrication que celle sur les enjeux environnementaux. Cosmétiques : les enjeux de bien-être et de santé associés à des marchés très porteurs amènent les laboratoires des grandes marques cosmétiques françaises comme LVMH ou L Oréal à investir. La recherche de nouveaux procédés pour limiter, par exemple, les tests sur animaux tout en adaptant les produits à des contraintes fortes de qualité (dermatologie, allergies ) et de performances (marché très international et exportateur) fait partie des axes privilégiés. Agroalimentaire : porté par de grands groupes industriels français mais aussi par un grand nombre de PME/PMI régionales, le secteur de l agroalimentaire recherche à la fois de nouveaux ingrédients et de nouveaux goûts. Un pôle de compétitivité à Rennes rassemble les grands groupes, PME/PMI et acteurs publics dans ce domaine. Ces secteurs collaborent tout particulièrement avec des centres techniques industriels et des organismes publics de recherche pour optimiser leurs avancées (voir la carte des pôles de compétitivité présentée page 21). Parmi les acteurs en développement, citons également le cas des jeunes entreprises innovantes : jeunes PME/PMI dont le cœur d activité se concentre sur l innovation et la recherche. On dénombrait environ 750 jeunes entreprises innovantes début 2006 en France parmi les entreprises françaises consacrant une part significative de leurs investissements à la recherche et développement. LE SECTEUR PUBLIC Les principaux organismes publics de recherche : EPST (1) et EPIC (2) Le secteur public emploie environ personnes, soit 44% des effectifs études, recherche et développement en France. Le tableau suivant représente les principaux organismes publics selon leur statut, leurs effectifs études R&D et leurs typologies métiers et recrutement. (1) EPST : Établissement public à caractère scientifique et technologique (2) EPIC : Établissement public à caractère industriel et commercial 12 Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement

15 STATUT ORGANISME EFFECTIFS R&D EN 2004 TYPOLOGIES MÉTIERS ET RECRUTEMENT CNRS Centre national de la recherche scientifique Inra Institut national de la recherche agronomique Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale IRD Institut de recherche pour le développement Recherche fondamentale principalement EPST Inria Institut national de la recherche en informatique et en automatique Cemagref Centre national du machinisme agricole, du génie rural des eaux et des forêts Recrutement sur concours ou dossiers Les chercheurs ont majoritairement un statut de fonctionnaire Recrutement de profils doctorat, post-doc ou niveau ingénieur LCPC Laboratoire central des ponts et chaussées 600 Inrets Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité 410 Ined Institut national d études démographiques 170 CEA Commissariat à l énergie atomique EPIC Cnes Centre national d études spatiales Cirad Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement Ifremer Institut de recherche pour l exploitation de la mer Recherche fondamentale et appliquée Recrutement sur dossier de candidature et par annonces Les effectifs études, recherche et développement n ont pas le statut de fonctionnaire Onera Office national d études et de recherches aérospatiales Source : Données du Ministère délégué à l enseignement supérieur et à la recherche, Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement 13

16 Les universités et les écoles d enseignement supérieur Les universités possèdent généralement différentes unités et laboratoires de recherche, dans lesquels travaillent des enseignants chercheurs qui mènent leurs travaux avec des étudiants de troisième cycle ou de doctorat. Les enseignants chercheurs partagent leur temps entre recherche et enseignement. Ils représentent un volume important d emplois : selon les chiffres du ministère de la Recherche, environ enseignants chercheurs travaillent dans les différentes unités de recherche en France. (Source : Repères et références statistiques en R&D, 2006.) Par ailleurs, les écoles d enseignement supérieur possèdent également des cellules de recherche. C est le cas des écoles Centrale, du Cnam, de l Ensam, des INP (Instituts nationaux polytechniques), des IEP (Instituts d études politiques), des ENS (Écoles normales supérieures), des Insa (Instituts nationaux des sciences appliquées) et de la plupart des grandes écoles d ingénieurs ou de commerce : HEC, Essec, Ponts et chaussées Les PRES, pôles de recherche et d enseignement supérieur Créés en 2006 par le ministère délégué à l Enseignement et à la Recherche dans le cadre du pacte pour la recherche, la création des PRES vise à mutualiser et à regrouper les moyens et les activités de recherche dont disposent les établissements de recherche et d enseignement supérieur sur une même zone. Concrètement, cette structure concerne aussi bien les universités publiques, les grandes écoles privées, les centres hospitaliers. L objectif est de donner une meilleure visibilité mondiale et européenne à ces pôles et de renforcer ainsi leur pouvoir d attractivité : valorisation de la recherche, étudiants français et étrangers, partenariats publics/privés. Les centres techniques industriels On compte environ 50 centres techniques industriels en France. Ils interviennent en soutien aux efforts de recherche des entreprises, en particulier des PME/PMI à la fois pour guider leurs efforts d innovation (veille marché et technologies), les accompagner dans les travaux de recherche (laboratoire, tests et essais), les former, les aider à formaliser leurs process d innovation Sont regroupés sous l appellation de centres techniques industriels : les Critt (Centres régionaux d innovation et transferts technologiques) et les CRT (Centres de ressources technologiques). Le financement de ces centres est à la fois public et privé. Ces laboratoires ont capitalisé des connaissances et des expertises grâce à des équipements de pointe dans des domaines précis : aéronautique, papier, textile Citons par exemple le Cetim (Centre technique des industries mécaniques), placé sous la tutelle de l État, qui apporte son soutien aux industriels du secteur mécanique. Ces centres ont pour objectif d intervenir directement auprès des entreprises qui les sollicitent ou auprès des organismes de recherche (Epic notamment). Ils s adressent également à des entreprises de moins de 500 salariés qui souhaitent développer des partenariats de recherche. Les fondations et associations Parmi les organismes de recherche à but non commercial et d intérêt public, on trouve également un grand nombre d associations et de fondations dédiées au soutien de la recherche dans les régions ou au niveau national, voire international. Les plus connus sont probablement l Institut Pasteur, qui lutte contre les maladies infectieuses, et l Institut Pierre et Marie Curie, spécialisé dans la lutte contre le cancer. Ces fondations bénéficient de subventions publiques et privées. Elles ont pour objectif le développement des connaissances et la valorisation de la recherche. On y trouve des laboratoires composés d équipes de chercheurs. Par ailleurs, de nombreuses associations travaillent de pair avec les fondations pour soutenir leurs efforts : citons par exemple l ARC qui récolte des fonds et communique sur la recherche contre le cancer ou, dans un tout autre domaine, l APRIL, qui soutient la recherche pour le développement des logiciels libres (open source). 14 Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement

17 L Agence Nationale de la Recherche Technique (ANRT) L Association nationale de la recherche technique rassemble depuis 1953 les principaux acteurs, publics et privés, de la R&D : entreprises, organismes de recherche et de formation, centres techniques industriels, sociétés de recherche sous contrat, d ingénierie et de conseil. Elle a pour objectif d aider à améliorer l efficacité du système français de recherche et d innovation, d encourager les concertations et de développer les coopérations, tant au niveau européen qu au niveau national. Les cellules et associations de valorisation de la recherche Nouveaux acteurs dans le panorama de la recherche, elles jouent un rôle de médiateur et de facilitateur entre acteurs privés et acteurs publics. Il s agit souvent d associations régionales liées à un pôle de compétitivité. Petites par leur nombre de salariés, elles sont en interface entre tous les acteurs de la recherche publique d une région (universités, centres techniques industriels, organismes de recherche au niveau national ) et les entreprises (PME/PMI, start-up, grands groupes). Elles peuvent dans certains cas se substituer à un cabinet de conseil en management de l innovation en conseillant les entreprises sur l obtention de fonds publics et de subventions européennes. Association Bernard Gregory Créée afin d aider les jeunes chercheurs à s insérer dans la vie professionnelle en entreprise privée ou au sein du secteur public l association Bernard Gregory fait partie des associations très actives en matière de soutien et développement à la recherche en France. Outre la publication régulière d informations et de guides sur le marché de l emploi de la recherche, elle conseille les jeunes chercheurs dans leur recherche d emploi, l obtention de bourses, etc. Elle travaille en partenariat avec un grand nombre d organismes publics de recherche, de grands groupes privés, d universités et d écoles. LE MONDE DU CONSEIL ET DES PRESTATAIRES Les bureaux d études Les bureaux d études peuvent être partie intégrante de l entreprise ou externalisés. Selon les périodes et les secteurs d activité, les entreprises préfèrent internaliser ou externaliser la fonction. Il s agit en général de petites structures. La majorité des bureaux d études comptent moins de cinquante salariés. Travaillent en bureaux d études des ingénieurs d affaires, des ingénieurs devis et estimation et des ingénieurs de calcul. Ils apportent des réponses techniques et fonctionnelles aux problématiques de faisabilité des produits de l entreprise, notamment dans les secteurs où les matériaux de construction sont importants. Les bureaux d études sont particulièrement nombreux dans les secteurs du BTP, de l automobile, de l aéronautique et du textile. Les cabinets de conseil De plus en plus nombreux, il existe plusieurs types de prestations dans ce domaine : le conseil en financement de la recherche : il s agit de cabinets spécialisés dans l aide à l obtention de financements nationaux et européens en amont ou en aval des projets de recherche. Le crédit impôt recherche constitue par exemple une prestation à part entière dont la demande est prise en charge par des consultants spécialisés. le conseil en management de l innovation : dans la pratique, il intègre fréquemment le conseil en financement de l innovation tout en intervenant sur la mise en place d un projet d innovation avec des partenaires européens, la modélisation des schémas d innovation de l entreprise, la conduite du changement Apec - Référentiel des métiers cadres de la fonction études, recherche & développement 15

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé»

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Evolution prospective des métiers et recommandations en matière de ressources humaines Version du 17 janvier BPI 37, rue du Rocher 75008 Paris France Tel:

Plus en détail

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F)

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Emploi type : Ingénieur en développement et déploiement d applications BAP : E Niveau : Ingénieur d études N concours : EPRIE02 Affectation

Plus en détail

Alternance d excellence

Alternance d excellence Recrutez un(e) futur(e) Ingénieur(e) en Systèmes, Réseaux et Télécommunications Formation ingénieur en alternance Alternance d excellence 4 jours / semaine en entreprise Université de technologie de Troyes

Plus en détail

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l'ecole Centrale de Lille (ECLille) Autorité responsable de la certification (cadre 2) Ecole Centrale

Plus en détail

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview.

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview. Page 1 Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert en développement sous Qlikview à l Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) 13 décembre 2013

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les Métiers évoluent, la formation s adapte - Présentation rapide de l Ecole Centrale Marseille et de quelques

Plus en détail

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Organisé par Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Pascal Berruet Vice Président Relations Socio Economiques et industrielles L Université

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

Guide du Crédit Impôt Innovation ACSIEL 1 ére édition

Guide du Crédit Impôt Innovation ACSIEL 1 ére édition Guide du Crédit Impôt Innovation ACSIEL 1 ére édition En collaboration avec ACIES Consulting Group www.acies-cg.com 2015 - Guide Crédit Impôt Innovation ACSIEL 1ère édition Tous droits réservés 2015 Guide

Plus en détail

M A N U E L Q U A L I T É

M A N U E L Q U A L I T É M A N U E L Q U A L I T É 1. CONTEXTE 1.1. Présentation de la Fondation Agropolis Fondation est une Fondation de coopération scientifique créée en février 2007. La Fondation dispose de dotations apportées

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes wwww.poitou-charentes.gouv.fr DOSSIER DE PRESSE Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes Lundi 19 décembre 2011 Le marché de l emploi en Poitou-Charentes touché par la

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Journée Innovation Nutritionnelle. 9 mai 2012

Journée Innovation Nutritionnelle. 9 mai 2012 Journée Innovation Nutritionnelle 9 mai 2012 1 Qui sommes-nous? Association Régionale pour le Développement des Industries Alimentaires d Aquitaine Organisation professionnelle représentative des industries

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL

FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL Une large palette de compétences au service de la santé publique vétérinaire Protection animale Formation Elevage, Médecine vétérinaire, Santé Publique Vétérinaire en régions

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Les formations en cycle ingénieur

Les formations en cycle ingénieur Les formations en cycle ingénieur Eau, environnement, aménagement Ce domaine forme des ingénieurs capables d'explorer et d'organiser l'espace (surface et sous-sol), d'exploiter durablement les ressources

Plus en détail

moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH

moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH Participer au développement international du secteur Automobile Accompagner les évolutions du véhicule en production Concevoir les systèmes d aide à la conduite

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

activités physiques et sportives

activités physiques et sportives Domaine de formation activités physiques et sportives Les résultats sont présentés en effectifs car les effectifs sont inférieurs à 100. spécialités de MASTER professionnel Développement personnel, ressources

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation»

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation» Résultats de l enquête Atlant-Kis «Innovation et services à l innovation» Le diagnostic du projet Atlant Kis Méthodologie proposée par la Navarre, coordinateur du projet Adaptable aux contextes régionaux

Plus en détail

Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification

Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification L INTITULE : Diplôme d Ingénieur-e du Centre international d études supérieures en sciences agronomiques de

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre 1 INTECH, GRENOBLE, 12/01/2010 Patrick MOREAU patrick.moreau@inria.fr Direction du Transfert et de l Innovation

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Le mapping d écosystèmes R&D pour stimuler l innovation collaborative. Expernova & Finance Innovation Dixit GFII 7 juillet 2014

Le mapping d écosystèmes R&D pour stimuler l innovation collaborative. Expernova & Finance Innovation Dixit GFII 7 juillet 2014 Le mapping d écosystèmes R&D pour stimuler l innovation collaborative Expernova & Finance Innovation Dixit GFII 7 juillet 2014 Qui sommes nous? [ Une tendance forte à l Open Innovation ] «Le monde est

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

L Institut National de la Propriété Industrielle

L Institut National de la Propriété Industrielle L Institut National de la Propriété Industrielle Rôle de la propriété industrielle Récompenser l effort des innovateurs en leur donnant des droits pour diffuser leurs créations et les faire fructifier

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

La Recherche & Développement en Basse-Normandie

La Recherche & Développement en Basse-Normandie @ La Recherche & Développement en Une activité scientifique dynamique Octobre 2009 N 6 La recherche a pour but de faire progresser l intérêt général et toute la société. Dans une économie de la connaissance,

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Innovation et valorisation industrielle : quelles informations pour quels enjeux? 21 septembre 2012

Innovation et valorisation industrielle : quelles informations pour quels enjeux? 21 septembre 2012 Innovation et valorisation industrielle : quelles informations pour quels enjeux? 21 septembre 2012 Plan 1. Pourquoi l intelligence économique? 2. Intelligence économique pour innover et valoriser 3. Comment

Plus en détail

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 Compte rendu Exposé sur les outils économiques de la région île de France Guillaume Balas (Président du groupe socialiste au Conseil régional

Plus en détail

29 écoles d Ingénieurs publiques post bac

29 écoles d Ingénieurs publiques post bac acoustique aéronautique agroalimentaire Terminales S devenez Ingénieur automobile biologie électronique énergie environnement finance génie civil informatique 29 écoles d Ingénieurs publiques post bac

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Une expérience, un diplôme, un métier

Une expérience, un diplôme, un métier Une expérience, un diplôme, un métier SOMMAIRE 4 agroalimentaire, viticulture 5 AMéNAGEMENT, ENVIRONNEMENT, qualité, risques 7 hôtellerie, tourisme 7 art, culture, communication 9 commerce, marketing 10

Plus en détail

Comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle Comité de suivi du cursus master

Comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle Comité de suivi du cursus master Comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle Comité de suivi du cursus master Tableau de compatibilité entre les mentions de master et les mentions de licence Comité de suivi de la licence

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

Société en création : le financement public GE15 - P14-20/05/2014

Société en création : le financement public GE15 - P14-20/05/2014 Société en création : le financement public GE15 - P14-20/05/2014 Introduction Etude de marché Les prévisions financières Idée géniale Etude de faisabilité Créer une entreprise Introduction Année 1 Année

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Faisons de la recherche notre force

Faisons de la recherche notre force Faisons de la recherche notre force Référence luxembourgeoise en matière de recherche et d innovation, le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) travaille dans les domaines des matériaux,

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

NOS MISSIONS LES VECTEURS D ACTIONS STRATÉGIQUES

NOS MISSIONS LES VECTEURS D ACTIONS STRATÉGIQUES IT CLUSTER FOR WORLD TRANSFORMATION DIGITALPLACE STIMULE, LE SECTEUR TIC AVANCE STIMULER L INNOVATION ASCENDANTE ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DÉVELOPPER L INTERNATIONAL PRÉSENTATION AAP 7EME PCRD 12 JUILLET

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Les associés. Ensemble, libérons votre potentiel croissance. Une implication sur-mesure. Angéline Lunel. François Berthault.

Les associés. Ensemble, libérons votre potentiel croissance. Une implication sur-mesure. Angéline Lunel. François Berthault. www.quadrinnov.com Ensemble, libérons votre potentiel croissance La pérennité d une entreprise dépend notamment de sa capacité à innover, élément indispensable pour se développer - ou simplement pour continuer

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Industries Secteur Public. Secteur Public*

Industries Secteur Public. Secteur Public* Industries Secteur Public Secteur Public* Le département «Secteur Public» Depuis près de 20 ans, le département Secteur public de PricewaterhouseCoopers accompagne les administrations, les organisations

Plus en détail

BTS - DUT. Durée de 2 ans. Nombreux exercices pratiques. DUT dans les universités, les BTS dans des lycées.

BTS - DUT. Durée de 2 ans. Nombreux exercices pratiques. DUT dans les universités, les BTS dans des lycées. BTS - DUT Durée de 2 ans. Nombreux exercices pratiques. DUT dans les universités, les BTS dans des lycées. Les DUT permettent plus facilement la poursuite en école de commerce.. Travail soutenu avec 35

Plus en détail

pour quels métiers? avec quelle formation? Etat des lieux et évolutions

pour quels métiers? avec quelle formation? Etat des lieux et évolutions Les métiers de l optique sous l angle de l Institut d optique Des ingénieurs, masters, docteurs pour quels métiers? dans quels secteurs? avec quelle formation? Etat des lieux et évolutions Formation d

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

développement innovation

développement innovation phases d un projet de recherche développement innovation Programme, projet et opération Programme : un ensemble de projets concourant à un même objectif. Projet : un ensemble finalisé d activités et d

Plus en détail

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005 La Fondation d entreprise EADS La fondation d entreprise créée par EADS est conçue comme une

Plus en détail

/ SEPTEMBRE 2015. Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international

/ SEPTEMBRE 2015. Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international / SEPTEMBRE 2015 Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international ENSEMBLE A L INTERNATIONAL Les industries agroalimentaires exportent 43,4 Milliards d euros soit 27% du chiffre

Plus en détail

Taux d admission. Débouchés supposés. Aix-Mars. III. M2 mixte Droit et gouvernance des énergies

Taux d admission. Débouchés supposés. Aix-Mars. III. M2 mixte Droit et gouvernance des énergies Universités Intitulés Taux d admission Débouchés supposés Aix-Mars. III M2 mixte Droit et gouvernance des énergies M2 mixte Droit international et européen de l environnement Agent des services juridiques

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MASTERS CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offre. 8 e ÉDITION

SUPPLY CHAIN MASTERS CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offre. 8 e ÉDITION Octobre 2013 Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM 8 e ÉDITION SUPPLY CHAIN MASTERS SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NOM DU CABINET SUPPLY CHAIN MASTERS

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Eau, environnement, aménagement

Eau, environnement, aménagement Eau, environnement, aménagement Ce domaine forme des ingénieurs capables d'explorer et d'organiser l'espace (surface et sous-sol), d'exploiter durablement les ressources et de gérer les problèmes environnementaux

Plus en détail

Hôtel Concorde Lafayette, 6 juin 2006. En partenariat avec

Hôtel Concorde Lafayette, 6 juin 2006. En partenariat avec Hôtel Concorde Lafayette, 6 juin 2006 En partenariat avec 1 Plan Syntec Logiciel pour les Éditeurs Jean-Pierre Brulard, Président du Comité Éditeurs Journée «Croissance Éditeurs Syntec informatique», 6

Plus en détail

Les leviers régionaux de soutien de la structuration de l offre en produits alimentaires de proximité

Les leviers régionaux de soutien de la structuration de l offre en produits alimentaires de proximité Les leviers régionaux de soutien de la structuration de l offre en produits alimentaires de proximité Lycée agricole Edgar Pisani, Montreuil-Bellay (49) 11 octobre 2012 1. La PRI Jules Rieffel 1.1 Les

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys Mise en place des projets collaboratifs public-privé dans les TIC à l entreprise Cynapsys 22 Septembre, Pôle Elghazala, Ariana Imed AMMAR Manager AGENDA Présentation de CYNAPSYS Vision et Stratégie de

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

1. MAINTENANCE DES SYSTEMES DE PRODUCTION (MSP)

1. MAINTENANCE DES SYSTEMES DE PRODUCTION (MSP) 1. MAINTENANCE DES SYSTEMES DE PRODUCTION (MSP) PROFIL DE FORMATION Cette filière est réservée aux titulaires des baccalauréats C, D, E, F1, F2, F3, F7, ou équivalent. La Côte d Ivoire a décidé d assouplir

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Zoom études : Informatique et télécoms Auditorium de l Institut Français du Bénin

Zoom études : Informatique et télécoms Auditorium de l Institut Français du Bénin Zoom études : Informatique et télécoms Auditorium de l Institut Français du Bénin Samedi 5 octobre 2013 1 Introduction Informatique Le secteur Informatique en quelques chiffres 530 000 personnes, soit

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

7 étudiants sur 10 trouvent leur premier emploi grâce à leur stage

7 étudiants sur 10 trouvent leur premier emploi grâce à leur stage 7 étudiants sur 10 trouvent leur premier emploi grâce à leur stage (enquête jeunes diplômés à paraître le 18 septembre 2006) L esiea propose la création d un label qualité-stage qui repose sur la rémunération

Plus en détail