des arbres forestiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "des arbres forestiers"

Transcription

1 Amelioration Amélioration genetique énétique des arbres forestiers des arbres forestiers ETUDEFAO ÉTUDE FAO FOR~S FORÉTS 20 Compte rendu du Cours de formation FAO/DANIDA sur I'amelioration l'amélioration génétique genetique des arbres res forestiers Merida, Mérida, Venezuela, janvier-fevrier janvier-février 1980 ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION LAMENTATION ET L'AGRICULTURE Rome, 1985

2 Les appellations employees dans cette publica. publica tion et la presentation des données donnees qui y figurent n'impliquent de la part de l'organisation I'Organisation des Nations Unies pour I'alimentation l'alimentation et l'agriculture I'agriculture aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, to ires, villes lies ou zones, ou de leurs autorites, autorités, ni quant Quant au trace de leurs f frontiines rontières ou limites. M-31 ISBN Tous droits reserves. Aucune partie de de cette publication ne peut étre etre reproduite, mise en mémoire memoire dans un système systeme de recherche bibliogra- bibliographique ni transmise sous quelque forme ou par quelque procédé procede que ce soit: électronique, electronique, mecanique, par photocopie ou autre. autre, sans autorisation prealable. préalable. Adresser une demande motivee motivée au Directeur de la Division des publications, Organisation des Nations Unies pour I'alimentation l'alimentation et ragriculture, Via delle Terme di Caracalla. Caracalla, Rome Otalie). Iltalie), en indiquant I'agriciliture, ies iea passages ou illustrations en cause. 0 FAO 1985

3 - iii - RESUME Le Cours de formation FAO/DANIDA sur l'amélioration l'amelioration ggngtique genetique des arbres forestiers s'est déroulé deroule au Venezuela Vgngzugla du 14 janvier au 2 février fevrier Il II etait êtait organised par Ie le Departement Dêpartement des forets forêts de la FAO en collaboration avec Ie le gouvernement vgngzuglien, venezuelien, l'universitg l'universite des Andes et l'institut latino-américain latino-americain Ide recherche et de formation, le Ie financement en étant etant assurg assure par l'organisme danois pour le Ie dêveloppement developpement international (DANIDA). Le Cours a êtg ete suivi par 19 inggnieurs ingenieurs forestiers et chercheurs de 17 pays d'amérique d'amerique latíne: latine: Argentine (1), Bolivie (1), Brésil Bresil (1), Chili (1), Colombie (1), Costa Rica (1), Cuba (1), Repubiique République Domínicaine Dominicaine (1), Equateur (1), Guatemala (1), Honduras (1), Nicaragua (1), Panama (1), Paraguay (1), Pgrou Perou (1), Uruguay (1), Vgngzugla Venezuela (3). Le Cours comportait deux semaines de conférences conferences et de démonstrations demonstrations pra- pratiques a à Merida, Mérida, et un voyage d'etude d'êtude d'une durge duree d'une semaine dans les Etats de Barinas à a l'ouest, et de Monagas dans l'est du Véngzugla. Venezuela. Le confgrences conferences etaient gtaient consacrees consacrges aux themes thêmes suivants: amelioration amêlioration genetique des arbres forestiers en relation avec la politique forestiêre forestiere nationale; elements glêments et príncipes principes de génétique; genetique; conservation et utilisation rationelle des Ong- ressources génétiques genetiques forestières; forestieres; rgcolte recolte et manipulation de graines forestièrestieres; entreposage, essais et certification des semences; dispositifs expgri- experi foresmentaux; interprgtation interpretation statistique des rêsultats resultats d'essais; essais d'espêces d'especes et de provenances; sglection selection et conduite de peuplements semenciers; sglection selection des arbres; ggnétique genetique quantitative; mgthodes methodes de multiplication végétative; vegetative; systêmes systemes et dispositifs de croísement croisement dirigê; dirige; êtablissement etablissement et conduite de vergers a graines; tests de descendance; interaction génotype genotype x milieu; amdlioration amelioration gênétique genetique de la rgsistance resistance aux maladies; stratégies strategies pour les programmes d'amg- d'amelioration; considera considérations économiques economiques relatives aux programmes d'amêlioration. d'amelioration.

4 --v v - TABLE DES MATIERES Page 1. 1, Introduction 1 2. Organisation et conduite du Cours 1 3. Conclusions Remerciements 2 ANNEXES I. Liste des instructeurs, personnel d'appui et participants 5 II. Programme du Cours: partie théorique theorique 9 III. IV. Programme du Cours: voyage d'étude d'etude 10 Conferences: Conférences: 11 Amelioration Amélioration des arbres forestiers en relation avec la politique 12 forestiere forestiêre nationale et l'aménagement l'amenagement forestier (R.L. Willan) Elements Eléments et principes de génêtique genetique (W.H.G. O>l.H.G. Barrett) 17 Principes et stratêgies strategies pour une meilleure utilisation des 25 ressources sources ggngtiques genetiques forestières forestieres (C.. Palmberg) L'echantillonnage L'êchantillonnage dans la récolte recolte de semences forestières forestieres 44 (C. Palmberg) Recolte R6colte et manipulation des semences foresti6res forestieres (C. Palmberg 49 et G.H. Melchior) Entreposage, essais et certification des semences forestières forestieres 64 (B. Ditlevsen) Dispositifs expérimentaux experimentaux (B. Ditlevsen) 80 Interprêtation Interpretation statistique des rgsultals resulta~s d'essais (B. Ditlevsen) 92 Essais d'espèces d'especes et de provenances (R. L. Willan) 109 Peuplements semenciers (M. Quijada) 120 Sélection Selection et conduite des peuplements semenciers: Conifêres Coniferes 124 (W.H.G.. Barrett) Selection Saection et conduite des peuplements semenciers: Feuillus l lus (C. Palmberg) 131 Selection Sêlection des arbres forestiers (M. Quijada) 134 G6ngtique Genetique quantitative: principes g6n6raux generaux et application pratique 142 a l'amelioration l'amglioration des arbres forestiers (B. Ditlevsen) Methodes Mêthodes de multiplication ication végétative vegetative (M. Quijada) 152 Systemes Systêmes et e t dispositifs disposítifs de croisement dirigé dirige (B. Ditlevsen) 160

5 - vi - Page Vergers A a graines (W.F.G. Barrett) 172 Tests de descendance (M. Quijada) 182 Interaction génotype-milieu genotype-milieu (M. Quijada) 189 Amélioration Am~lioration génêtique genetique en vue de la résistance resistance aux maladies 194 (C. Palmberg) Aspects 6conomiques economiques des programmes d'amglioration d'amelioration des arbres 206 forestiers (B. Ditlevsen) Planification et stratégies strategies pour un programme d'am6lioration d'amelioration 217 genetique ggnétique forestiëre forestiere (C. Palmberg, D.K. Paul et R.L. Willan) Quelques aspects des problèmes problemes d'amélioration d'am~lioration génétique genetique 236 des feuillus indigènes indigenes au Vêngzuêla Venezuela (M. Quijada) v V.. Notes du voyage d'etude Floraison, production de graines et pollinisation poillnisation 239 artificielle de Bombacopsis quinata au Véngzu6la Venezuela 2. Programme de reboisement des llanos orientaux au 242 Venezuela V-énézu6la 3. Liste des opérations operations et besoins en personnel pour le Ie 243 programme de plantation de la CVG à Uverito programme de plantation de la evg a Uverito 4. Calendrier des travaux de la CVG A a Uverito 244 VI. Rapports des pays 245 VII. Bibliographie Publications distribuges distribuees aux participants 305 VIII. 2. Autres publications intéressantes interessantes Certificat de participation au Cours

6 - vii - Ouverture du Cours. C. Palmberg (FA0);Dr. (FAO);Dr. P. Rincón Rincon Guitierrez (Recteur de l'université l'dniversite des Andes); Dr. R. Chalbaud Zerpa (Gouverneur de l'etat de Merida); Menda); Ing. J.R. J. Corredor Trejo (Doyen de la 1a Faculté Faculte des sciences forestières, forestieres, Université Universite des Andes). DECLARACION O(ClARACION UNIVERSAL UNIIIUSA\ DE 01 DERECNOS OUHCHOS NUIAANOS ~u... os Ouverture du Cours. Dr. R. Chalbaud Zerpa (Gouverneur de l'etat de Mérida); Merida); C. Palmberg (Co-directeur FAO du Cours); R. Ditlevsen (Co-directeur DANIDA du Cours); A. Luna Lugo (Université (Universite des Andes); W.H.G. Barrett (Directeur interna- international du Cours).

7 INTRODUCTION Le Cours de formation FAO/DANIDA sur l'amélioration l'amelioration génétique genetique des.arbres forestiers fares s'est slest déroulé deroul au Venezuela du 14 janvier au 2 février fevrier 1980, à a l'aimable invitation du gouvernement vénézuélien. venezuelien. Il II était etait organise" par Ie le Departement Département des forets forêts de la FAO FAC avec l'aide financiêre financiere de l'organisme danois pour le développement developpement international (DANIDA), la collaboration technique de l'universitê l'universite des Andes à a Mérida, Merida, et l'appui de l'institut latino-amgricain latino-americain de recherche et de formation (IFLAIC). Le Cours a étê ete organisê organise dans le Ie cadre du programme de la FAO FAD pour l'amélioration l'amelioration genetique génétique des arbres res forestiers, et constitue une activitê activite analogue aux cours antérieurs anterieurs sur le Ie même meme thême theme qui se sont déroulés deroules au Danemark en 1966, au Kenya en 1973 et en ThaIlande Thai1ande en L'objectif du cours de la région region latino-américaine, latino-americaine, qui s'adressait a des forestiers de formation supérieure, superieure, était etait de proposer aux participatns des connaissances théoriques theoriques et pratiques actuelles en matière matiere d'amélioration d'amelioration génétique genetique des arbres res forestiers, et d'aider ä a établir etablir des contacts entre forestiers et entre instituts de la région region travail- travaillant dans ce domaine. Le Cours a été ete suivi par 19 participants de 17 pays d'amérique d'amerique latine (voir Annexe I). Le Directeur international du Cours était etait le Ie Dr.. W.H.C. W.H.G. Barrett, d'argentine. Le Dr. M. Quijada R., de l'institut de sylviculture de l'université l'universite des Andes remplissait les fonctions de Co-directeur national, le Ie Dr. B. Ditlevsen, du Danemark, celles de Co- Codirecteur DANIDA, Mlle MIle C. Palmberg étant etant Co-directeur FAO. 2. ORGANISATION ET CONDUITE DU COURS Les deux premieres semaines du Cours furent consacrees a des conferences et a des Les deux premiêres semaines du Cours furent consacrées 'a des conférences et à des exercices pratiques se rapportant à a l'amélioration l'amelioration génétique genetique des arbres forestiers, et la troisiême troisieme semaine ê e un voyage d'étude d'etude dans les Etats de Barinas à a l'ouest, et de Monagas dans Vest l'est du du Venezuela. On trouvera le Ie programme détaillé detaille du Cours aux Annexes II et III. Le présent present Cours a bénéficiê beneficie de l'expérience l'experience acquise lors des cours précêdents. precedents. Par rapport aux cours précédents precedents celui-ci a mis davantage l'accent sur les dispositifs experimentaux expérimentaux et sur l'évaluation l'evaluation statistique des essais; on y a d'autre part inclus, dans la mesure du possible, des techniques d'amélioration d'amelioration de feuillus tropicaux. Durant tout le Ie Cours on a insisté insiste sur ~ la relation êtroite etroite entre politique forestiêre forestiere nationale et programmes d'amélioration d'amelioration génétique, genetique, en essayant de donner aux participants une perspective large des problêmes problemes d'amélioration. d'amelioration. On a également egalement souligné souligne constamment les diverses conditions prealables préalables qui justifient le Ie lancement d'un programme d'améliora- d'amelioration genetique, génétique, telles que la disponibilité disponibilite de terre, et un programme important de reboisement. Avant le Ie Cours, les instructeurs avaient avdient rédigê redige des notes de conférence conference écrites, ecrites, qui furent distribuees distribuges aux participants a leur arrivée arrivee à a Merida, Mérida, en meme même temps que des exem- exemplaires de quelques documents et publications d'importance fondamentale ou d'intgrêt d'interet general. général. Les conférences conferences sont reproduites en Annexe IV; une bibliographie, incluant les publications distribuees distribuges à a chaque participant, "se trouve en Annexe VII. Avant leur arrivêe arrivee à a Mérida Merida les participants avaient rempli un questionnaire sur la situation actuelle des plantations et sur l'amélioration l'amelioration génétique genetique des arbres forestiers dans leurs pays respectifs.. Cette information, qui a servi de base aux "Rapports par pays" - breve brêve causerie présentée presentee par chaque participant - figure en Annexe VI.

8 CONCLUSIONS Le Cours a fourni aux participants des connaissances qu'ils appliqueront et diffuseront dans leurs pays respectifs.. Sans sous-estimer cet aspect, il 11 faut aussi souligner diffuse- l'interet l'intérét que presentait présentait sans aucun doute l'occasion fournie aux 19 participants, representant 17 pays, de se reunir rêunir pour echanger échanger information et experience, expérience, et discuter avec des spécialistes specialistes d'autres pays de leurs problames problemes communs. repré- Le moment était etait particuliarement particulierement opportun pour un cours de cette nature, du fait que la majorite majorité des pays latino-americains latino-américains intensifient leurs activites activitês de reboisement dans le but de satisfaire les besoins nationaux de bois d'oeuvre et de combustibles ligneux, en incluant dans leursprogrammesl'introduction prograrnmesl'introduction d'essences exotiques et des plans de sélec- selection et d'amélioration. d'amelioration. Le voyage d'êtude d'etude a l'issue du Cours du a Cours êté d'une a grande ete d'une importance grande et d'un grand importance et d'un grand intérat, interet, en donnant aux participants l'occasion de voir les problames problemes qui peuvent se rencontrer dans la pratique, et de discuter des solutions possibles aces a problèmes. problemes. Il II faut souligner que le Ie succas succes du Cours a été ete dia do dans une large mesure a l'interet l'intérêt manifesté manifeste par les participants,, qui a aidê aide 'a a surmonter quelques quelques difficultés difficultes initiales initiales telles que les niveaux différents differents de prêparation preparation technique qu'ils possèdaient. possedaient. La cama- camaraderie et la bonne humeur qui régnarent regnerent en permanence contribuarent contribuerent à a créer creer une atmosphare propice et stimulante pour les activités activites du Cours. atmosphere 4. REMERCIEMENTS La FAO souhaite exprimer sa gratitude au gouvernement danoís, danois, qui par l'intermé- l'intermediaire de l'organi.sme l'organisme danois de developpement développement international a patronne patronné ce Cours, et au gouvernement venezuelien vénézuélien qui s'est offert à a accueillir le Ie Cours. Elle doit remercier éga- egalement la Faculte Faculté des sciences forestiares forestieres de l'université l'liniversite des Andes a Mérida, Merida, pour la contribution précieuse precieuse de son personnel scientifique et administratif, et le Ie Conseil de developpement développement scientifique humaniste (CDCH) pour son appui financier; l'institut latinoamêricain de recherche et de formation (IFLAIC), qui a mis a la 1a disposition du Cours du sa Cours Sa latinoamericain salle de conferences conférences et sa bibliothaque; bibliotheque; la Corporación Corporacion Venezolana de Guayana (CVG) ete t la Campania Compariia Nacional de Reforestacion Reforestación (CONARE), dont la cooperation coopération a rendu possible le Ie voyage d'étude; d'etude; le Ie Laboratoire national des produits forestiers (LABONAC), et le Ie Centre de calcul informatique de l'université l'linive~site des Andes, pour leur collaboration durant le Ie Cours. Nous devons des remerciements spéciaux speciaux à a Monsieur le Ie Gouverneur de l'etat de Mérida, Merida, le Ie Dr. Reinaldo Chalbaud Zerpa, qui par son intérêt interet personnel a contribué contribue au succas succes du Cours, veillant a ce que les participants acquiêrent acquierent une connaissance et une perception des traditions et coutumes du Venezuela et de l'etat de Mérida. Merida. Enfin, la FAO est reconnaissante aux instructeurs et au personnel d'appui pour leur precieuse précieuse collaboration, et aux participants pour l'intérét l'interet qu'ils ont manifesté, manifeste, et d'une maniare man1ere générale generale elle exprime ses remerciements a toutes les personnes sannes qui par leur intérêt interet et leurs efforts ont contribué contribu~ au succas succes de ce Cours.

9 Participants et instructeurs du Cours: Premier rang, de gauche A a droite: M.E. Quinteros (Paraguay); J.A. J. Enricci Enricei (Argentine); A. González Gonzalez (Cuba); A. Gomez de Fonseca (Brésil); (Bresil); A. Martínez Martinez (Panama); G. Moreno (Chili). Deuxième Deuxieme rang, de gauche à a droite: J. Morales (Venezuela); A. Zapata (Venezuela); G.H. Raets (IFLAIC); J. Campos (Venezuela); R.A. Rodríguez Rodriguez (Rép. (Rep. Dominicaine): Dominicaine); M. Quijada (Venezuela); R. Miliani (Venezuela); C. Palmberg (FAO); (FAD); W.H.G. Barrett (Argentine); D.J. Moreno (Bolivie); (Bolivie}; T. Quintini (Venezuela); R. R; Escudero (Uruguay); B. Ditlevsen (Danemark); P.E.. Silva de la Maza (Venezuela); O.V. D.V. Anleu (Guatemala); H.E. Carrillo (Perou); (Pérou); D. Villalobos (Honduras); R. Valcarcel (Brésil); (Bresil); G.E. Porras (Costa Rica); A. Ramírez Ramirez (Venezuela); C.C. Castillo (Venezuela); O. Carrero (Venezuela); A. Copete (Colombie); O. Linares (Venezuela). Institut de sylviculture, Université Universite des Andes, Mérida. Merida.

10 --s 5 - Annexe I COURS DE FORMATION FAO/DANIDA SUR L'AMELIORATION GENETIQUE DES ARBRES AMES FORESTIERS INSTRUCTEURS ET PERSONNEL D'APPUI :Dr Wilfredo II1lfre40 H.G. H.O. Barrett B&:rre~1 Plplasto Piplasto Forestal Foreatal Kaipu Maipu Piso Piao Buenoa Buenos Ai Lime rea Argentine Dr. Marcelino Quijada ~j&da R. Secci6n Sección de Genética Ge~6tica Forestal Instituto de Silvicultura Universidad de Los Loa Andes Mérida M6rida Venezuela Dr Bjerne Bjems Ditlevsen tlsveen Skovstyrelsen Strandvejen 863 DK-2930 lclampenborg Klampentorg Danemark D&n~mark Int' Ing Herman Finol Pinol U. Universidad de Los Andes Facultad de Ciencias Fo- Forestales, Via V!a Chorros da de Milla, Merida Mérida Venezuela... ****V******* Mies Kias Christel Palmberg, P&lmberg, M. F. Division des R,essouTcea Ressources Foreetieres, Forestiires, Departement Département de.s das Foret_, Forêts, Via delle Torme Trme di d i Caracalla, I some Roml! Italie Ine" Ingo L. Rodriguez Rodrigue! Poveda Universidad de Los Lo. Andes Facultad de Ciencias Fo- Porestales, Vía V!a Chorros de Milla, Mérida M6rida Venezuela Int> Ing S. Giménez Gimenez Fonseca Universidad de Los Andes Facultad de Ciencias Forestales, T8stales, Vía V!a Chorros de Milla, Mérida Merida Po Venezuela. Dr. G.H. Raets Dr., 0.H. Raets Instituto Latinoamericano de Investigación Investigaci6n y Capacitacióntaci6n, Apartado 36 Capaci Mérida M6rida Venezuela Venezuela Dr. Oton Holmquist Universidad de Los Andes Facultad de Ciencias Fo- Porestales, V!a Vía Chorros Chorras de Milla, Mérida Merida Venezuela

11 -6- I') - PARTICIPANTS ARGENTINE 1ni' Ing Juan Andres Andree Enricci E),ri cc1 EBtaci6n Estación Forestal Trevelin Casilla Correo No. 17 Trevelin TreveHn - Chubut (9203) I!OL1VIE SOLIVIE In.c Ing Deimer Jesus Moreno P!'l PRONA em A PLAF Gasilla gasilla Correo No. Ko. 209 haroa Avaroa No, Sucre IIIES1L EFESIL Inrf' Ing Agostinho ~Btinho Cornee ComelS 4a da Foneeoa Fonseca 1.B.D.F./D.Pq. I.B.D.F./D.Pq. - Ed. Palacio do 40 Desenvolvimento 13 Andar - SBN. SIIN. Brasilia - D.F. COLGIBIE COLOMBIE 1n(;o Ingo Alejandro Ale.iandro Copete Perdono l'erdomo I INDERENA NDElI ENA Instituto tuto Nacional l:acional de los RecurGos Recursos Naturales Renovables Renovsblee Calle 26 No. 13 B-47 Bogotá Bogota CUBA Lic. Anibal Gonzilea Conz'le» Roque Sección Secci6n de Genética GenEtiea Centro de Investigaciones Investi~ciones Forestales FOrelStalee Calle No E/ EV 17B 11B y I7C 17C Siboney - Marianao guateur EQUAn:tJR Ing Inrf' Jaime Narvaez Arosemena Tola Tela No. 452 Urb. Bor.'a Bora Terovi Yerovi Sector 32 Quito HONDURAS Sr. Angel Danilo Villalobos Villaloboe Nufles Nunez Sección Seeei6n Mejoramiento I.~e.ioramiento Genético Gen~tieo Escuela EBeuela Nacional de Ciencias Cieneiae Forestales, FOrestales, Apdo No, No.2 2 Siguateoeque PANANA PANAMA Lic, Lie. Aristidee Aristides Mart{nez Martínez Montilla Sección Seeci6n de Me)oramiento MeJoramiento Genético Gen6tieo Dirección Direeci6n Nacional lise! de Recursos RecursolS Naturales Renovables Parafso,Panama Peruso 5 Inr" Inr GUf'tavo Gustavo Moreno Diaz Cor':'>oraci Cornoración 6n Nacional ~'aci onb.l Forestal Cer.tro Certro de Semillas Casillo. Casilla 5 Chillan 11 COSTA CClSTA RICA 1llgO Ine Guillenno Guillermo Enrique E),rique Porras Sandoval Dirección Direcci6n General Forestal FOrestal Ministerio I ~inisterio de Agricultura AJ;r1cultura y Canaderia Ganaderia San Joser Jose- R4p, DOMINICANB. Sr. Ramon Ramor. Agustin Rodriguez-R. Rodn'l'l1ez-R. Direcci6n Direeei6n General Ger.eral Forestal FOrestal Centro de ~e los Héroes Heroes Apartado A~artado Postal 1336 Santo Domingo GUATFrALA GUATIl(ALA Sr. Osman Vinicio Anleu ~~leu BANSEFOR lid:sef'oo Instituto Institute Nacional ~acion&l Foreetal Pbrestal 7B 7a Av Zona 13 Guatemala Ciudad NICAPAGUA NICA"AGUA Lic.Pedro Lie.?~dro Eloy Silva de La Maza ~o.za Sección Secci6n de Investigación InvestiE,aci6r. Forestal Instituto tuto Nicaraguense r~icar~er.!ie de de Recle-uos ReC"~-so~ Naturales y j del Ambiente, Ambie~te, I.R.E.N.A, I.~.E.~.A. Managua! lanat;u& PARAGUAY Ing 1n,f Martín lo'art{n Eugenio Eu.o:enio Quinteros Doldan Dol~&n Servicio Forestal Nacional Centro Cent~ Forestal Alto PararA ParanA Cd. Strossner

12 - 7 -!mqy Irlf!f Ing llqo Hugo IIII.gar Edgar Carrillo_ Vargu Vargas Dirección Direcci6n General Ceneral Forestal FOrestal y de Fauna Regi6n Región Agraria IV Prolongación Prolongaci6n Raimondi sjno S/N Huaraz URUCUAY URUGUAY Ing IngO Rafael Eacudero Escudero Rodriguez Rodrleuez Facultad de ~e Agronomía Agror.omfa Departamento Departamer.to Forestal Universidad veraic!a.d de la República Republi Avenida Carz6r. Garzón 780 }l!ontevi Montevideo VENEZUELA Irlf!f Ing ()!waldo Oewaldo Carrero Centro de Investigación Inv8stigaci6n Forestal CompaTila Compa1iJ:a Nacional de de RetorBstaci6n Reforestación CONARE Apdo. No. 264 Maturln/Edo. Maturin/Edo. Monagu Yonagaa Ing Ingo Tomas Quintini Sub-Cerencia Sub-Gerencia Forestal ForeB~al Corporación Corporaci6n Venezolana de Guayana, Cuayana, CVG evc Centro Co;nercial Comercial Los Olivos ali,\ 05 Puerto Ordaz/ Orda"/ alo. ilio. Bolivar Bolívar Irlf!f Ing Roberto Miliani Eatacion Eetacion Experimental de Semillas Semillae Forestales,M.A.R.N.R. Foreatalea,M.A.R.N. El Limon Maracay/Edo. Aragua OBSERVAnvilS OBSERVATXRS Lio. Lic. Carmen Cecilia Castillo División vie16n de Desarrollo Agrícola, Agr! CVG evc Edittcio Edificio La Estancia, Estanoia, Piso 13 Chuao, Caracaa Cara08.8 Ing In ' Jairo Morales Moralea CONARE, CONA.'!E,?rograma Programa Coloradito 1 ora.d.i Apartado 196 El Tigre/Edo. Anzoategui. Ea Tigre/Edo. Anzoategui Sr. Jo", Josb Campos Sul>-Oerencia Sub-Gerencia Forestal, Foreetal, CVG eva Centro Comercial Los Olivos Ol!voe Puerto Ordaz/Edo. Ordaz/Edo, Bolívar BoHvar P.X1,40*****OMPO*O13.,z

13 - 8 - Bombacopsis quinata, variation genetique dans la presence de contreforts.

14 Annexe II COURS DE FORMATION FAO/DANIDA SUR L'AMELIORATION GENETIOUE DES ARBRES FORESTIERS l'rograhme PROGRAME DU DO COURS COORS (Partie théorique) th~orique) Heure LUNDt LUNDI 14/1/80 MARDI 15/1/80 MERCREDI 16/1/80 JEUDI JEUDl 17/1/80 VENDREDI 18/1/3o l8/l/s0 8:30 9:30 Ouverture offi- Conservation et utilisa- Dispositifs exp rimentaux (B.. Ditlevsen) Dit1evsen) de provenances ressources sources genetiques génétiques OW.H.C. (W.H.G. Barrett) exprimen- Essais d'especes d'esoces et cie11e cielle du Cours tion rationnelle rationnel1e des forestières forestieres (C.Palmberg) 10:15 Visite A a la forat for~t expen.1nt!ntale expérimentale 10:30 Amélioration Amelioration des arbres Récolte Recolte et manipulation Interpretation Interprétation statistique des résultats r~sultats de peuplements (H.. Final Finol U.) ) Sélection S lection et conduite "La Carponera" CarDonera" forestiers en relation des graines forestières forestieres avec la politique (B.. Ditlevsen) d d'essais ' semenciers (M.Quijada) forestiere forestière nationale (B. Ditlevsen) Visite au village 12:30 (W.H.G.. Barrett) 1/ typique de Jaji 13:30 Elements Eléments et principes Entreposage, essais et Selection Sélection des arbres res de génétique genetique certification des Visite au Centre de forestiers (W.H.G. Barrett) semences forestières forestieres calcul cul informatique (M. Quijada) 15:30 (B. Oitlevsen) Ditlevsen) et au CDCH. COGH. Visite 5. a LABONAC 15:30 Visite è a l'institut de Visite au Laboratoire Rapports de pays sylviculture a la Is liothèque de la Faculté Demonst.ration Démonstration de traite- Cuba, Guatemala) des sciences fores- ment, entreposage et es- tieres tières et a è l'institutl ' sais de semences bib- des semences forestièreq forestier e (Argentine, Bolivie, liotheque latino-amer latino-américain icain de re- 17:00 cherche et de formatior 20:00 Les zones bioclimatiques du Venezuela 21:30 (L. Rodriguez Poveda) ~ Heure LUNDI 21/1/80 MARDI 22/1/80 22/1/SO MERCREDI 23/1/80 JEUDI 24/1/80 VENDREDI 5/1/80 5/1/SO 8:30 Génétique G~netique quantitative Systèmes Systemes et dispositifs Tests de descendance: : Considerations Considérations écono- conomiques relatives aux ques: Exemple I - application pratique è a (B. Ditlevsen) tion des résultats r su1tats èa programmes prugrammes d'améliora- d ' smeliorr.- Programme d'amélio- d'am lio- Exemples Exemp1es spécifi- spec1fi- principes généraux g n~raux et de croisement croiaement dirigé dirige principes et applical'amélioration l'am~liora t ion des des programmes pra- tion ration génétique genetique arbres forestiers tiques d'amélioration d ' am lioration (B. Ditlevsen) dans une région region subtropicale (W.H.G. Barrett) 10:15 (B. Ditlevsen) (H. (M. Quijada) j 10:30 Méthodes Methodes de multipli- multip1i- Dispositifs et instal- insta1- Interaction génot g notype YPe cation vegetative végétative Planiflcation Planification et lation de vergers èa Exemples Exeroples sogeifi- specht- x milieu strate~ies (M. stratégies (H. Quijada) pour des pues: IIgralnes graines ques: Exemple 11- (M.. Quijada) programmes d d'amélio-' amelioration génétique genetique des 11oration lioration génétique ~e netique forestiers 12:00 (W.H.r.. d'amg- (N.H.G. Barrett) Programmes d ' ame- arbres de feuillus trooi- tropi- (C. Palmberg) PalmberR) caux (M. Ouijada) nuijada) 13:30: 30 Travail de groupe Conduite des vergers Travail de groupe ~roupe Problèmes Prob1emes ginues gioues sous les première tlremiere partie pnrtie (W.H.G.. Barrett) patholo- è graines Clature ClOture de la a guines 15:15 tropinues tropiaues du Cours (O. (0. Holmqvist) 15:30 Rapports de pays Rapports de pays Rapports de pays Rapports de pays nays (Costa Rica, Rép. Rep. (Colombie, Nicaragua, (Chili" (Chili, Venezuela) (Brésil, (Bresil, Equateur, EQuateur, Dominicaine,, Panama, Pérou) Perou) 17:00 Honduras) Paraguay, Paraguay. Uruguay) --!/ Pour des raisons pratiques, Ie nom du conierencier ne correspond pas tou.10urs a 1 ' R.uteur de l'expo!'1i1. 1/ Pour des raisons pratiques, le nom du conférencier ne correspond pas toujours è l'auteur de 1'expos6. ~

15 lo - Annexe III PROGRAMME DU COURS (Voyage d'étude) d'etude) 27 janvier 28 janvier 29 janvier 30 janvier 31 janvier ler février fevrier 2 fgvrier fevrier Trajet en autocar jusqu'a Barrancas, station expgrimentale experimentale "EI "El Irel". Dgmonstration Demonstration de polinisation dirigge dirigee sur Bombacopsis quinata. Foret Forét expérimentale experimentale de Caemital; Caernital; essais à a la 1a station "El Irel". Trajet jusqu'a Puerto Ordaz, Orrlaz, station forestiare forestiere "El Merei".. Visite aux plantations, a 1a la pépini6re pepiniere et aux essais de 1a la CVG à a Uverito. Visite aux plantations, a la 1a pépiniêre pepiniere et aux essais de la CONARE a Chaguaramas. Trajet jusqu'a Puerto Ordaz, visite au Parc Pare "La lila Llovizna" et a l'usine de la 1a SIDOR (Siderúrgica (Siderurgica del Orinoco).. Fin du Cours. ******************** Un passage pgrilleux perilleux au cours du voyage d'gtude d'etude

16 Annexe IV CONFERENCES (Table des matières) matieres) Page Amelioration Amêlioration des arbres res forestíers forestiers en relation avec la polítique politique nationale et l'aménagement I' amenagement forestier (R.L. CR. Willan) Elements Elgments et principes de génétique genetique (W.H.G. Barrett) Barrett} Principes et strategies strat4ies pour une meilleure utilisation des ressources ressqurces géngtiques genetiques forestières forestie.res (C. Palmberg) L'gchantillonnage L'echantillonnage dans la récolte recolte de semences forestières forestieres (C.. Palmberg}... Palmberg) Récolte Recolte et manipulation des semences forestiares forestieres (C.. Palmberg et G.H. Melchior) Melchior} Entreposage, essais et certification des semences forestières forestie.res (B. Ditlevsen} Ditlevsen) Dispositifs expgrimentaux experimentaux (B. Ditlevsen) Interprétation Interpretation statistique des rêsultats resultats d'essais (B. Ditlevsen) Ditlevsen}... ~ Essais d'espêces especes et de provenances (R.L. Willan) Peup1ements Peuplements semenciers (M. (H. Quijada) Quijada} Sglection Selection et conduite des peuplements semenciers: : Conifères Coniferes (W.H.G..G. Barrett) Barrett} Selection Sêlection et conduite des peuplements semenciers: Feuillus (C. Palmberg) Palmberg} Selection Sglection des arbres forestiers (M. Quijada) Quijada} Gênêtique Genetiqu.e quantitative: principes géne-raux generaux et application pratíque pratique à a l'amglioration l'amelioration des arbres forestiers (B.. Ditlevsen) M6thodes Methodes de multiplication végétative vegetative (M. Quijada) Quijada} Systëmes Systemes et dispositifs de croisement dirigg dirige (B. Ditlevsen) Vergers à a graines (W.H.G. Barrett Tests de descendance (4. (M. Quijada) Quijada} Interaction génotype-milieu genotype-milieu (M. Quijada). ~ , '. 189 Amelioration AMélioration gênftique genetique en vue de la r6sistance resistance aux maladies (C. Palmberg}... Palmberg) Aspects ec~nomiques économiques des programmes d'amelioration d'amaioration des arbres forestiers (B.. Ditlevsen) Ditlevsen} Planification et stratêgies strategies pour un programme d'am6lioration d'amelioration genetique Ongtique foresti6re forestiere (C. Palmberg, D.K. Paul et R.L. Willan) Hi11an} Quelques aspects des problemes problèmes d'amelioration d'am&lioration genetique Onftique des feuillus indigènes indigenes au Venezuela (A. (M. Quijada) Quijada}

17 AMELIORATION DES ARBRES FORESTIERS EN RELATION AVEC LA POLITIQUE FORESTIERE NATIONALE ET L'AMENAGEMENT FORESTIER R.L. Willan Division des ressources forestiêres forestieres Departement Dgpartement des forêts forets F A 0 FAO TABLE DES MATIERES Introduction Conditions prgalables prealables d'un programme d'amélioration d'amelioration des arbres Le programme de plantation Le programme d'amelioration d'amélioration Définition Definition des objectifs Contraintes Amelioration Amélioration des arbres en relation avec l'aménagement l'amenagement Résumé Bibliographie INTRODUCTION La justification d'un programme national d'amglioration d'amelioration des arbres forestiers et l'importance des ressources qui lui seront serant consacrges con5acr~es seront dgterminges determinees dans une large mesure par la politique forestière forestiere du pays (Keiding, 1974). La politique forestiêre forestiere doit elle-même elle-meme gtre etre en rapport avec les plans nationaux de développement. developpement. Les questions fondamentales qui se posent sont alors les suivantes: 1) Ouelle Quelle est l'importance du secteur forestier dans l'économie l'economie nationale? 2) Quelle est l'importance I'importance des reboísements reboisements dans l'ensemble du secteur forestier? fares A un extrême extreme on trouve le Ie cas d'un pays petit et três tres peuplg peuple dans lequel il n'y a pas de place pour une sylviculture a grande échelle, echelle, ni par conséquent consequent pour une amélioration amelioration géngtique genetique des arbres forestiers; ; Singapour et Malte en sont des exemples. A l'autre extrême extreme se trouvent les pays a faible densite densité de population ayantde grandes superficies de forêts forets naturelles susceptibles de se regenerer rggêngrer naturellement et de rgpondre repondre aux besoins du pays dans un avenir prgvisíble; previsible; le Ie Gabon et, jusqu'a une gpoque epoque récente, recente, Kalimantan en Indongsie Indonesie peuvent être etre citgs cites comme exemples. Dans ces pays il y a lieu d'appliquer des techniques sylvicoles simples, visant a conserver une certaine proportion des arbres les meilleurs comme porte-graines, et sans doute d'gtablir d'etablir et préserver preserver à a l'intgrieur l'interieur des massifs des réserves reserves naturelles intégrales, integrales, mais non d'y entreprendre un programme a long terme d'amglioration d'amelioration ggnétique. genetique. Dans des regions rggions où ou la fonction essentielle de protection de la forêt foret en terrain accidenté accidente interdit l'exploitation commerciale et par suite les reboisements de production, il i1 n'y nly a de même meme pas de place pour la gênétique genetique forestiêre. forestiere. Feu Peu de pays a l'heure actuelle peuvent se permettre de ne compter que sur leurs forêts forets naturelles. Dans la plupart d'entre eux la pression sur les 1es terres s'accrolt s'accroit sans cesse, et s'i1 s'il est possible de produire les matiêres matieres premiêres premieres ngcessaires necessaires sur une surface beaucoup moins grande ou dans un temps plus court grâce grace a des méthodes methodes reboisement de reboisement in- intensives, les forestiers se doivent d'employer de telles méthodes. methodes. Les plantations concentrées entrainent des bénéfices benefices gconomiques economiques et sociaux indirects du fait du développe- d~veloppement des industries forestiêres forestieres et des emplois crggs. crees. En consgquence consequence des plantations concentrees forestiêres forestieres sont rgalisges realisees a une échelle echelle croissante crois.s à a travers le Ie monde. En pratique les roles r6les des forets forêts naturelles et artificielles doivent etre être consideres considérés comme come complémen- complementaires, les forêts forets naturelles remplissant des fonctions essentielles essenti~es de protection, et des fonctions culturelles, et fournissant fourníssant certaines categories catégories s~ Ciales spédales de bois, telles que bois de haute qualité qualite pour gbgnisterie ebenisterie et placages, tandis que les forêts forets artificielles repondent répondent dans une proportion croissante aux besoins en bois de construction, sciages courants, panneaux dgrivés derives du bois et pate pate (Hughes et Willan, 1976).

18 Généralement Generalement parlant, la 18 condition préalable prealable d un "programme d'amélioration d'amelioration des arbres forestiers est l'existence du reboisement. A partir du moment oú au l'on récolte recolte des semences et ou oil l'on eleve Greve et et cultive artificiellement des plants, 11 il y a une possibilite possibilité de selectionner et ameliorer. améliorer. Il II convient par conséquent consequent d'aborder l'examen de l'amélioration l'amelioration sélec- génétique genetique en relation avec les 1es programmes de reboisement rehoisement (Keiding, 1974). C'est pourquoi les rapports par pays qu'il qulil a été ete demandé demande aux participants de présenter presenter replacent l'in- l'1nformation sur les programmes nationaux d'amélioration d'amelioration des arbres forestiers dans le Ie contexte de l'environnement et de la politique forestiêre forestiere nationaux, et des programmes nationaux de reboisement. CONDITIONS PREALABLES D'UN PROGRAMME D'AMELIORATION DES ARBRES Même Meme si s1 un programme de reboisement et d'amglioration d'amelioration génétique genet1que parait justifié just1fi dans un pays donne, donné, les fonds et les efforts a lui consacrer exigent certaines conditions préalables: prea1ab1es: Le programwe programme de plantation 1. Disponibilité Disponibilite et maitrise de la terre. Les investissements élevés eleves nécessaires necessaires pour le Ie reboisement ne peuvent se justifier que si l'on a l'assurance que la forêt foret restera la forme de mise en valeur pendant au moins. une révolution. revolution. Même Meme avec des essences "à "a. croissance rapide", ll, cela representera représentera probablement une ou plusieurs décennies. decennies. L'autorité L'autorite gestionnaire doit d'autre part avoir l'entière l'entiere ma!trise maitrise de la terre pendant toute cette période. periode. Si les reboisements se trouvent sur des terres appartenant au domaine forestier de l'etat et incluses dans un plan d'aménagement d'amenagement du territoire garantissant la continuité continuite de la gestion pendant une longue période, periode, la sécurité securite de la jouissance pourra être etre três tres grande. Des terres fragmentees fragmentées entre une multitude de petits propriétaires proprietaires privés prives sont généralement generalement impropres au rehoisement reboisement aa. grande échelle. echelle. En revanche, la génétique genet1que forestiêre forestiere peut avoir un rale role a. a jouer dans la fourniture d'arbres a a. planter de maniêre maniere diffuse en agrosylvi- agrosylviculture, a. a condition que l'agriculteur soit convaincu de la valeur du produit et de la necessite nécessitg de protéger proteger et entretenir les arbres. 2. Echelle des opérations. operations. Quelle que soit l'importance des gains que peut procurer l'amelioration l'amélioration genetique génétique des arbres, les coats couts de base minima d'une petite unité unite de re- recherche doivent se repartir répartir sur une surface suffisante pour pouvoir être etre rentables. Par exemple, une unite unité coatant coutant dollars E.-U. par an et produisant des semences améliorées susceptibles de fournir un accroissement de valeur actualisée actualisee des produits de ameliorees 100 dollars E.-U. par hectare et par an sera largement rentable pour un programme de plan- plantation de hectares par an, mais ne saurait se justifier pour 100 hectares par an. 3. Disponibilite Disponibilité de débouchés. debouches. Il II faut qu'il y ait une garantie acceptable de débouchés debouches pour les produits des plantations, soit dans le Ie pays même meme soit à a l'exportation. 1 Il II faut non seulement seu1ement que les débouchés debouches existent, mais qu'ils l i1s soient a distance economique économique de transport.. Un reboisement meme même situé situe sur des stations de productivité productivite élevée elevee pourra ne pas etre être rentable si les coats couts de transport sont prohibitifs. Le programme d'amélioration d'amelioration Il faut qulil qu'il y ait une garantie suffisante, par exemple sous la forme d'un engage- engagement écrit ecrit de l'autorité l'autorite financiêre, financiere, que le Ie programme d'amélioration d'amelioration disposera du personnel et des fonds necessaires nécessaires avec la continuité continuite indispensable. Comme le Ie déclare declare Zobel (1969), on doit5e"demander: se demander: "Aurai-je l'appui en moyens financiers, matériels materiels et humains néces- necessaires pour faire un travail convenable? convenab1e? Sinon, mieux vaut ne rien faire. Un programme entrepris sans enthousiasme et mal exécuté execute ne ferait qu'indisposer qulindisposer les gens vis-a-vis de la foret forêt et de ses potentialités". potentialites". S'il n'y nly a pas de généticien geneticien forestier disponible dans Ie le pays, i1 il faudra des dès le Ie dgpart depart prévoir prevoir la formation du personnel nécessaire. necessaire. 2. Evaluation de l'information technique disponible ailleurs. Les rgsultats resultats de recherches Menees menées dans d'autres pays ayant des conditions écologiques ecologiques comparables peuvent permettre de reduire, réduire, sinon de supprimer, la nécessité necessite d'entreprendre d un programme national d'amé- d '"amelioration en partant de zgro. zero. Pour des petits pays ayant des programmes de reboisement modestes, une unité unite de recherche régionale regionale peut procurer les mêmes memes résultats resultats que plusieurs programmes nationaux,, et a Meilleur meilleur compte. On peut citer comme exemples de programmes régionaux regionaux d'amélioration d'amelioration des arbres res forestiers fares celui qui a été ete conduit en Afrique

19 orientale au cours des annges annees soixante et soixante-dix, et celuí celui du CATIE 1/ actuellement en cours en Amérique Amerique centrale. Même Meme lorsque dans un pays on a un programme important de reboisement sur une gamme de stations de caract-dristiques caracteristiques uniques, un ecbange échange international d'information et de matéríel materiel génêtique genetique peut contribuer dans une large mesure a eviter éviter des repetitions rêpêtitions inutiles et a concentrer 1a la recherche sur la 1a solution des problèmes problemes les plus importants ou au sur l'exploitation des possibilités possibilites les plus prometteuses.. DEFINITION DES OBJECTIFS Vne Une fois qu'il sera êtabli etabli qu'il qulil existe bien les bases pour un programme national d'amelioration d'amêlioration des arbres forestiers, l'autorité l'autorite responsable devra dêfinir d finir ses seg objectifs aussi clairement que possible. Il II y a souvent de bonnes raísons raisons pour fixer plus d'un ob- objectif. Etant donne- les longs delais dêlais qu'exige 1a la production forestiere, forestière, et en comparaison la rapidite rapiditê avec laquelle les préfdrences preferences techniques et les de-bouchés debouches peuvent changer, il e$t est souvent três tres souhaítable souhaitable de maintenir un maximum de souplesse dans les objectifs. Celle-ci est particuliarement particulierement nêcessaire necessaire avec des rêvolutions revolutions excédant excedant 15 ans (Hughes et Willan, 1976).. Il 11 y a toutefois des limites a la latitude que l'on peut avoir dans les programmes et dans Ie le choix des essences, qu'il faut reconnaitre des das Ie le depart. Wart. Un euca- eucalyptus a bois dense sera probablement supêrieur superieur à a un eucalyptus a bois léger leger pour le Ie bois de feu, mais moins bon comme bois à a pate à a fibres courtes. Dans le Ie sud des Etats- Etats Unis, on plante des vergers a graines sêpargs separes pour les pins a bois dense et a bois boís léger. leger. Ainsi, Ainsí, des buts différents differents pourront parfoís parfois être etre le Ie mieux servis en créant creant des peuple- peuplements distincts pour lesquels on utilísera utilisera des critares criteres de de sêlection selection diffgrents, differents, pluteit plut6t qu'en cherchant a avoir un peuplement lis fins multiples" ne repondant a aucune de ces qu'en cherchant a avoir un peuplement "a fins multiples" ne rgpondant à aucune de ces fins de maniere satisfaisante. Si l'on a fixê fixe plus d'un objectíf, objectif, et que les ressources sources s'averent s'avarent insuffisantes pour atteíndre atteindre tous les objectifs - ce qui est a peu prês pres inévi- inevi table -, il importera de leur assigner des prioritês priorites relatives. r. Les objectifs doivent être etre dêfinis definis en fonction des besoins immédiats immediats et à a court ete t long terme du programme de reboisement en cause, cause. Les contraintes àa 1a la rgalisation realisation des objectifs doivent egalement également être etre prises en compte au moment de leur définition, definition, en indi- indiquant les limites de ressources sources (en moyens humaíns, humains, matériels materiels et financiers) a Ilinterieur desquelles le Ie projet devra fonctionner (Hughes et Willan, 1976). CONTRAINTES l'inté- Les objectifs d'amélioration d'amelioration ne peuvent être etre réalisés realises que dans la limite des con- contraintes biologiques, humaines et financiares. financieres. Celles-ci sont dans certaíns certains cas si limi- limitantes qu'il devient impossible d'atteíndre d'atteindre les objectifs, et dans ce cas il incombe au geneticien gênéticien forestíer forestier de convaíncre convaincre l'autorité l'autorite responsable de fixer des objectifs plus réalístes. realistes. Voici Voicí quelques exemples dans lesouels lesquels des conditions limítantes limitantes peuvent contraindre contraíndre a un changement dans les objectifs: 1. Tentatives de reboisement a grand rendement en conditions semi-arides. Dne Une essence ou une provenance peut être etre à a croissance rapide ou rêsistante resistante a la sêcheresse, secheresse, mais rare- rarement les deux a la fois. L'amelioration L'amélioration que l'on peut attendre de la l a génêtique genetique sera pro- probablement limítêe limitee et lente, et il se peut que l'on obtienne une amélioration amelioration plus spectaculaire spectacu1aire en transférant transferant le Ie programme de reboísement reboisement dans une zone plus humide, ou en recourant à a l'irrigation. 2. Tentatives de lancer un prograuu programme e d'amelioration d'amélioration d'une essence introduite, en par- partant de petites plantations de base gênétique genetique êtroite etroite ou inconnue. Dans un tel cas de nouvelles introductions et des essais de provenances sont plus urgents qu'une sélection selection individuelle dans les plantations exístantes. existantes. 3. Tentatives d'utílisation d'utilisation d'une dlune essence exotíque exotique pour laquelle les approvisionnements extêrieurs exterieurs en semences sont insuffisants, et qui ne produit pas de semences dans le Ie nouveau milieu. 1/ CATIE.: CATIE: Centro Agronómico AgrOnOmiCD Tropical de Investigación Investigaci6n y Enseñanza Ensenanza 4 (Centre agronomique de recherche et d'enseignement), Turrialba, Costa Rice. Rica.

20 Tentatives d'amélioration d'amelioration de caractares caracteres connus conous pour avoir une très tres faible héritabilitébilite. h~rita 5. La longue durge duree de la 1a période periode qui s'écoule s'ecoule entre la 1a germination et le Ie moment où ou un arbre forestier peut produire produlre des semences est souvent une contrainte cantrainte sérieuse. serieuse. S'il S'i1 faut des semences déja deja amgliorées ameliorees dans les 5 ans et que l'essence mette Mette 10, In ans a à produire des semences dans un verger verge~ a graines, la 1a création creation d'un verger à a graines maintenant ne per- permettra pas d'atteindre l'objectif. Il II faudra alors envisager d'autres solutions, telles que des coupes d'amélioration d'amelioration sévares severes dans les peuplements exístants, existants, ou au un changement de stratégie strategie comme par exemple la 1a mise au point de méthodes methodes de multiplication végétative. vegetative. AMELIORATION DES ARBRES EN RELATION AVEC L'AMENAGEMENT L'amélioration L'amelioration des arbres forestiers n'est qu'un des outils dont dispose l'aména- l'am nagiste, et ne saurait être etre envisag4e envisag~e isolément. isolement. La recherche en matiare matiere d'amélioration d'amelioration genetique gênétique doit par conséquent consequent être etre étroitement etroitement intégrge integree avec les autres domaines de recherche, par exemple pédologie, pedologie, évaluation evaluation des stations,techniques de plantation, espa- espacement et eclaircies, éclaircies, qualités qualites technologiques des bois. La politique forestiare forestiere nationale doit par conséquent consequent prévoir prevoir l'intggration l'integration de tous les secteurs de la recherche forestiêre, forestiere, et la multiplication rapide de materiel matériel amélioré ameliore et son introduction dans la pratique sylvicole. Les rêsultats resultats de l'amélioration l'ameliora génétique g netique peuvent donner lieu a une modification de l'aménagement. l'amenagement. Par exemple, des arbres améliords, ameliores, plus uniformes et plus résistants resistants aux maladies, permettent d'adopter des espacements initiaux plus larges, ce qui réduit reduit les coats couts tout en aboutissant a la meme même densite densité finale souhaitée souhaitee (Zobel, 1969). Les geneticiens peuvent produire des génotypes genotypes qui répondent repondent bien a une préparation preparation du sol et a une fertilisation intensives, et d'autres qui tore-rent tolerent des sols pauvres et une absence de généti- fumure. Dans un meme même pays il 11 y aura sans doute un certain nombre de types de stations différents differents a planter, et le Ie ggnéticien geneticien devra donc fournir une gamme de de génotypes genotypes adaptées adaptes aux différentes differentes stations. Des innovations techniques peuvent modifier les priorités priorites de la sglection selection génétique, genetique, par exemple l'invention d'un nouvel outil d'élagage d'elagage permettant de réduire reduire le Ie coat de cette opération operation peut réduire reduire la nécessité necessite de sélectionner selectionner des arbres a branches fines et a elagage élagage naturel précoce, precoce, et un nouveau procédé procede révolutionnaire revolutionnaire de mise en päte pate peut diminuer l'importance de la qualité qualite et de l'uniformité l'uniformite des bois de trituration. RESUME 1. Les programmes d'amélioration d'amelioration des arbres forestiers doivent être ~tre en relation êtroite etroite avec les objectifs et les priorités priorites des programmes nationaux de reboisement et par suite avec la politique po1itique forestrère forestiere nationale et la polítique politique de développement developpement du pays. 2. Un certain nombre de conditions préalables, prea1ables, telles que la 1a disponibilitg disponibilite de terre et une échelle echelle suffisante des opérations operations de reboisement, doivent do1vent être etre réunies reunies pour justi- justifier d'entreprendre un programme d'amélioration. d'amelioration. 3. Pour qu'un programme d'amélioration d'amelioration puisse être etre entrepris avec de bonnes chances de succes, succès, i1 il doit avoir des objectifs et des priorités priorites clairement définis, definis, et l'assurance de disposer de maniare maniere continue de ressources suffisantes pour les réaliser. realiser. Dans la mesure du possible, les objectifs doivent être etre non équivoques equivoques et quantífiés. quantifies. 4. Le généticien geneticien forestier doit examiner attentivement les objectifs a la lumiare lumiere des contraintes biologiques, humaines huma1nes et financières, financieres, et au besoin convaincre l'autorité l'autorite responsable responsab1e de les modifier.. Ce n'est qu'une fois que des objectifs réalistes realistes auront êté ete fixes fixés et acceptes acceptés qu'il qu'il pourra commencer a planifier sa stratégie strategie et ses programmes, tel que décrit decrit dans un autre exposé. expose. 5. L'amélioration L'amelioration des arbres forestiers présente presente une interaction avec d'autres aspects de la 1a recherche et de l'aménagement, l'amenagement, tels qu'évaluation qu'eva1uation des stations, prêparation preparation du ter- terrain, espacement et gclaircies. eclaircies. La recherche en matière matiere d'amélioration d'amelioration génétique genet1que doit par conséquent consequent être etre êtroitement etroitement intégrée integree avec les autres secteurs de la recherche forestiere forestiêre nationale.

Sommaire. Présentation générale 2. Objectifs 2. Public 2. Procedures de candidature et criteres de recevabilite 2

Sommaire. Présentation générale 2. Objectifs 2. Public 2. Procedures de candidature et criteres de recevabilite 2 Le programme ALBAN Centro Franco- Brasileiro de Documentação Técnica e Científica ALBAN - Programme Communautaire de bourses d études pour les ressortissants de l Amérique Latine en Europe Sommaire Présentation

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Office National des Forêts (2011). Les forêts du monde.

Office National des Forêts (2011). Les forêts du monde. Les concepts généraux et les caractéristiques de la situation actuelle des forêts au monde Résumé introductoire préparé par Luisa Elena Molina, PhD. Universidad de Los Andes; Mérida Venezuela. Professeur

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ******

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Université de Dschang Département de Genie Rural SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Dschang, du 24 au 26 Juillet 2006 ******* Document d orientation

Plus en détail

INSTRUMENTS MULTILATÉRAUX ET BILATÉRAUX SOUSCRITS PAR LA COLOMBIE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION JUDICIAIRE MUTUELLE

INSTRUMENTS MULTILATÉRAUX ET BILATÉRAUX SOUSCRITS PAR LA COLOMBIE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION JUDICIAIRE MUTUELLE Annexe N 3 INSTRUMENTS MULTILATÉRAUX ET BILATÉRAUX SOUSCRITS PAR LA COLOMBIE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION JUDICIAIRE MUTUELLE (Référence spéciale aux pays membres de la communauté ibéro-américaine) 1. Conventions

Plus en détail

exigences des standards ISO 9001: 2008 OHSAS 18001:2007 et sa mise en place dans une entreprise de la catégorie des petites et moyennes entreprises.

exigences des standards ISO 9001: 2008 OHSAS 18001:2007 et sa mise en place dans une entreprise de la catégorie des petites et moyennes entreprises. R E S U M E de la Thése de doctorat Perfectionnement du systemé de management intégré qualité-responsabilité sociale-santé et sécurité occupationnelle élaborée par Monsieur le thésard Denuntzio C. Romeo,

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Termes de Référence. Pour le recrutement d un Consultant pour la préparation d un document d appel d offres

Termes de Référence. Pour le recrutement d un Consultant pour la préparation d un document d appel d offres Termes de Référence Pour le recrutement d un Consultant pour la préparation d un document d appel d offres clef en main pour la construction d un entrepôt en structure métallique pour la DINEPA MAI 2013

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

CHANGER D ATTITUDE ET INVESTIR EN FORÊT-DEUX MOYENS DE TRAVERSER LA CRISE

CHANGER D ATTITUDE ET INVESTIR EN FORÊT-DEUX MOYENS DE TRAVERSER LA CRISE CHANGER D ATTITUDE ET INVESTIR EN FORÊT-DEUX MOYENS DE TRAVERSER LA GILBERT PAILLÉ Ph.D. Ing.f. Février 2009 CRISE INTRODUCTION 1987-1990-Nouveau Régime Forestier (modifié 20 fois) - Compagnies reboisent

Plus en détail

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000.

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000. Manuel 1 Objectif Décrire brièvement l organisation du système mis en place à l ICEDD afin de démontrer le respect des exigences de la norme ISO 9001 : 2000. Accessoirement, cela peut faciliter la recherche

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale

Organisation de l aviation civile internationale Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL HLSC/15-WP/101 3/2/15 4/2/15 DEUXIÈME CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÉCURITÉ (HLSC 2015) PLANIFIER L AMÉLIORATION DE LA SÉCURITÉ DE L

Plus en détail

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique»

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique» MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Grand programme 5: Evaluation

Grand programme 5: Evaluation Grand programme 5: Evaluation 28 GRAND PROGRAMME 5: Grand programme 5: Evaluation APERÇU DES ACTIVITES MENEES EN 2005 En 2005, les activités ont porté principalement sur l évaluation, dans le cadre du

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

ISO/CEI 17065 NORME INTERNATIONALE. Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services

ISO/CEI 17065 NORME INTERNATIONALE. Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 17065 Première édition 2012-09-15 Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services Conformity assessment Requirements

Plus en détail

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences Le bilan de compétences PLATEFORME CONSEIL: 02 99 29 72 48 WWW.FONGECIF-BRETAGNE.ORG Le bilan, qui doit vous aider à dégager des pistes d action, sera réalisé avec l aide d un conseiller appartenant à

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR INSCRIPTION AU C2i R (Certificat Informatique et Internet) GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR Nicolas Cazin 2 Table des matières 1 Un mot sur ce manuel 3 2 Votre rôle, vos responsabilités 3 3

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Dossier de presse. Imprimé sur du papier Double A. www.doubleapaper.fr

Dossier de presse. Imprimé sur du papier Double A. www.doubleapaper.fr Dossier de presse 2013 Imprimé sur du papier Double A Présentation de Double A La marque de papier Double A est fabriquée par Double A (1991) Public Company Limited, l'un des fabricants de pâte et de papier

Plus en détail

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché DG Pre Autorisation Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Eurostation II Place Victor Horta 40/40 1060 Bruxelles www.afmps.be Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre WP Board No. 972/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 29 avril 2005 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités Orig. FR Fiche explicative directive secteurs 1 Marchés concernant plusieurs activités 1. QUELS CAS SONT VISES? 1. L article 9 et le considérant 29 de la nouvelle directive secteurs - directive 2004/17/CE

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une. révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt

La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une. révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt 1 METHODOLOGIE 1.1 L Envergure de l Etude La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt quatorze (1994) et

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

PC 60/10 24 mars 2010 Original : anglais

PC 60/10 24 mars 2010 Original : anglais PC 60/10 24 mars 2010 Original : anglais F Décisions et Résolutions adoptées par le Comité de promotion à sa 17 e réunion 1. Le Comité de promotion, présidé par M. Mick Wheeler (Papouasie-Nouvelle-Guinée),

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE SEMINAIRE DE FORMATION A L ATTENTION DES DIRECTEURS GENERAUX DES CENTRALES D ACHATS MEMBRES DE L ACAME

PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE SEMINAIRE DE FORMATION A L ATTENTION DES DIRECTEURS GENERAUX DES CENTRALES D ACHATS MEMBRES DE L ACAME Association Africaine des Centrales d Achats de Médicaments Essentiels 01 BP 4877 Ouagadougou Burkina Faso Tel : 226 50 37 91 75 Fax : 226 50 37 37 57 Contact@acame.org PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

POLYNESIE FRANÇAISE ÉVALUATION DES RESSOURCES FORESTIÈRES MONDIALES 2005 ÉTUDE THEMATIQUE SUR LES MANGROVES PROFIL NATIONAL

POLYNESIE FRANÇAISE ÉVALUATION DES RESSOURCES FORESTIÈRES MONDIALES 2005 ÉTUDE THEMATIQUE SUR LES MANGROVES PROFIL NATIONAL Département des forêts Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture ÉVALUATION DES RESSOURCES FORESTIÈRES MONDIALES 2005 ÉTUDE THEMATIQUE SUR LES MANGROVES POLYNESIE FRANÇAISE PROFIL

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

RC-2/4 : Décision sur la fourniture d une assistance technique régionale et nationale

RC-2/4 : Décision sur la fourniture d une assistance technique régionale et nationale : Décision sur la fourniture d une assistance technique régionale et nationale La Conférence des Parties, Rappelant les travaux menés par le secrétariat en vue de présenter à la première réunion de la

Plus en détail

DIRECTIVES PRATIQUES POUR L'ORGANISATION ET LA GESTION DE LOGEMENTS EN COPROPRIÉTÉ

DIRECTIVES PRATIQUES POUR L'ORGANISATION ET LA GESTION DE LOGEMENTS EN COPROPRIÉTÉ NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE HBP/1999/7 1er juillet 1999 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE COMITÉ DES ÉTABLISSEMENTS HUMAINS Point 5 d) de

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Brochure BX MRO. Solutions pour SAP Business One

Brochure BX MRO. Solutions pour SAP Business One Brochure BX MRO Solutions pour SAP Business One La Maintenance, Réparation & Révision pour SAP Business One L association de SAP Business One et de Variatec BX MRO (Maintenance, Repair & Overhaul) transforme

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC

PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC PLAN DE MATCH LE WEB A QUÉBEC 23 au 25 février 2011 - Version 1.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com Au programme

Plus en détail

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration.

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration. Page 1 sur 5 Description de service : Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration Ce document décrit le

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

Questions Réponses. Pour tout renseignement complémentaire : 01.47.17.64.51 edoni@edoni.org

Questions Réponses. Pour tout renseignement complémentaire : 01.47.17.64.51 edoni@edoni.org EDI : Messages commerciaux Questions Réponses Pour tout renseignement complémentaire : 01.47.17.64.51 edoni@edoni.org 1 EDI : Questions Réponses 1. L architecture 3 2. Le niveau de service 4 3. La relation

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L organisation du temps scolaire Bureau de la formation continue des enseignants

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE Le but d une expérience de laboratoire est souvent de vérifier un résultat théorique à l aide d un montage. Puisqu il est impossible (sinon très rare)

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Estimations du calendrier et des coûts selon la tolérance aux risques

Estimations du calendrier et des coûts selon la tolérance aux risques Estimations du calendrier et des coûts selon la tolérance aux risques Par Amro Elakkad Les risques d'un projet sont un fait de la vie réelle et chaque directeur de projet doit les affronter. «Le risque

Plus en détail

Gestion de projet - la phase de définition du projet

Gestion de projet - la phase de définition du projet Gestion de projet - la phase de définition du projet GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs-bf.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation à l intégration

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

NATO SANS CLASSIFICATION Communicable à l ALBANIE et à la CROATIE

NATO SANS CLASSIFICATION Communicable à l ALBANIE et à la CROATIE 6 février 2009 DOCUMENT Procédure d accord tacite : 2 mars 2009 18:00 POLITIQUE RELATIVE À LA CONSERVATION ET À LA DESTINATION FINALE DE L INFORMATION OTAN Note du secrétaire général 1. Au sommet de Riga,

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail